Choriste du mois


Partagez | 
 

 04. Rip Him Out Of History

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Robbie Shane Morgan
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
04. Rip Him Out Of History Empty
MessageSujet: 04. Rip Him Out Of History   04. Rip Him Out Of History EmptyVen 10 Déc - 11:16


MY LAST CHANCE TO TALK WITH HIM





Le 4 mars 1789, George Washington est élu président, inaugurant une nouvelle période dans l'histoire des États-Unis. L'interprétation de la constitution américaine donne naissance à deux écoles de pensée qui s'opposent sur le partage des compétences entre les États et l'État fédéral. Il en découle la formation des premiers partis politique.

Pendant que le prof continuait sa phrase, Robbie fit une pause pour reposer son poignet. Il n’avait pas l’habitude d’écrire autant. D’ailleurs il se demanda ce qui lui avait pris de prendre le cours en note. Il faut être clair, il n’avait jamais pris un seul cours d’histoire depuis qu’il avait fait sa rentrée au lycée. Il passait la plupart de ses heures d’histoire à griffonner des bonshommes, bestioles en tout genre, et tout ce qui pouvait traverser son esprit. L’an dernier, c’est comme ça qu’il avait réussi a composer la mélodie d’une chanson qui lui avait servie pour son groupe de musique.
Pourquoi fallait-il imposer certains cours aux élèves ? Selon lui, c’était déjà un succès de voir autant de jeunes réunis dans cette salle, mais franchement... L’histoire ? Qui s’en soucie. Alors que certaines personnes clament de vivre au jour le jour à base de Carpe Diem, d’autres sont payés à leur expliquer ce qu’il s’est passé dans leur pays il y a des siècles auparavant. Lui faisait partie des gens qui se moquent bien de l’histoire des États-Unis. Il balaya la salle du regard et vit la plupart des gens en train d’écrire pour ne rater aucune miette de ce que disait le prof. En fait il n’y avait qu’une personne qui ne prenait pas de notes : sa voisine.

Il était certain de l’avoir déjà vu quelque part, mais ne se souvenait plus où. Il essaya de se souvenir et avec un peu de chance, le prof croirait qu’il se pose des questions à propos du cours vu son air perplexe. Il l’avait vu dans un couloir, avec quelqu’un, mais qui ? Il revoyait bien la scène, et enfin, il se souvint de la personne. C’était Timothy. Ça voulait surement dire qu’elle le connaissait sinon pourquoi il lui aurait parlé ? Ce n’était pas vraiment dans sa nature de parler a des gens juste comme ça. Elle pourrait lui être utile s’il voulait reconquérir l’amitié de Timothy. En fait il suffirait qu’il traine avec elle, et il serait plus facile pour lui de revoir Timothy sans avoir à constamment s’expliquer. Ne faisant plus du tout attention au prof, il posa son coude sur sa table afin que sa main lui serve de repose-tête. Il tourna le visage vers elle et commença à lui parler.
    Je me souviens déjà plus de la date de l’élection d’Obama, c’est pas pour me souvenir d’un truc qui s’est passé en 1789, pas toi ?. Non, sérieux, qui ça intéresse ?
La fille ne lui répondit pas de suite. En fait au début elle fit même semblant de ne pas avoir entendu. Il savait qu’il avait parlé assez fort, et en temps normal il aurait lâché l’affaire. Sauf que la, cette fille représentait le premier barreau de l’échelle qu’il devrait grimper et sur laquelle se trouvait Timothy au dernier barreau tout en haut. Sans le premier barreau il ne pourrait pas monté aussi facilement. Il resta donc tourné vers elle, attendant une quelconque réaction. Si elle ne lui répondait toujours pas, il ne retenterait pas le coup, pour ne pas passer pour le gars qui insiste encore et encore.

Il attendit encore un peu puis se retourna vers le tableau, pour faire croire au prof que son cours le passionnait. Tant pis, si elle ne voulait pas lui parler, il trouverait une autre solution pour reconquérir Timothy dans tout les domaines possibles. C'était un peu dommage, ça aurait au moins pu lui faire une nouvelle connaissances dans le lycée. Il reprit son crayon, non pas pour prendre de notes, mais pour dessiner quelques notes de musique. Peut être qu’il arriverait à écrire une chanson si seulement l’inspiration pouvait montrer le bout de son nez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
04. Rip Him Out Of History Empty
MessageSujet: Re: 04. Rip Him Out Of History   04. Rip Him Out Of History EmptyDim 12 Déc - 17:19

    Contrairement à lui, Katia l’avait tout de suite reconnu. Ancien élève du lycée, il était parti du jour au lendemain pour revenir six mois plus tard, c’était ce qu’elle avait réussi à tirer de ses copines de biologie. Et qu’il était un ami de Timothy Ainsworth, un de ses amis proches. Tant mieux, il pourrait le lui présenter, s’était dit Katia mais elle n’avait jamais eu le temps d’aborder la question avec Timothy. Ils étaient peu être proche, mais ne se voyait pas beaucoup à vrai dire. Deux univers trop différent. Mais apparemment, elle n’aurait pas besoin de lui pour se présenter au jeune homme, il vint s’asseoir à côté d’elle, toutes les autres place étant prise. Katia n’était pas vraiment connue pour sa gentillesse et sympathie, et se mettre à côté d’elle en cours, c’était plus par dépit qu’autre chose. Katia n’avait jamais chercher à soigner cette image d’elle, et ça l’arrangeait plutôt. Que ce soit une pipelette lui raconte sa vie ou un footballeur qui espérait un rendez-vous avec elle, non, non et non. Mieux vaut être seule que mal accompagné.

    A Akron, Katia prenait ses cours à l’ordinateur, c’était beaucoup plus simple et ça lui permettait de ne pas perdre toutes ses feuilles volantes, bordélique comme elle était. Mais arrivée à McKinley, on lui fit comprendre que ce n’était plus possible, qu’elle devait faire comme les autres, c'est-à-dire se faire chier sans alternative. Au moins, avec son Mac sur la table, elle pouvait faire semblant de s’intéressée au cours alors qu’elle passait son heure d’histoire sur Facebook. Désormais, elle devait clairement se tourner les pouces les mains sur la table.
    Forcément, en dernière année, elle était obligée de prendre ses notes. Pour l’examen final, etc. Mais l’Histoire n’avait jamais été son fort. Au pire, elle cartonnerait en maths et n’aurait pas besoin de réussir cette matière pour pouvoir recevoir son diplôme. Et puis, entre nous, le SAT ce n’est qu’un QCM. D’ailleurs, l’examen approchait et ce n’est pas en écoutant un cours d’histoire en plus qui lui sauverait la mise. Satisfaite de sa dernière pensée, Katia posa son stylo. Elle tourna alors la tête et regarda Robbie prendre ses notes. Oui elle connaissait son nom, même si elle n’avait jamais été officiellement présenté à lui. Elle avait fait ses petites recherches, demandé à des copines pour mieux cerner le personnage. Mrs Graham descendit de son estrade et fit le tour de la classe, tout en dictant l’évènement historique qu’elle venait d’expliquer. Katia reprit alors son stylo et fit semblant de griffonner sa page blanche. C’est à ce moment là que son voisin avait choisis d’engager la conversation. Dammit. Il n’aurait pas pu se décider quand la prof était encore loin d’eux ? Katia ne lui répondit pas en premier lieu, ne voulant pas dénigrer le cours d’Histoire devant la prof, alors qu’elle n’en pensait pas moins.

    « 2008. »

    Katia ne l’avait pas regardé lorsqu’elle lui répondit la date de l’élection d’Obama, la prof était encore trop prêt d’eux. Si elle s’en fichait royalement de son cours, elle ne s’en fichait pas de son dossier scolaire. Si elle voulait entrer à UCLA, elle devait avoir un dossier irréprochable. McKinley était un bon lycée mais ça n’avait rien à voir avec tous les autres lycées des Etats-Unis. Levant les yeux vers la prof, elle vit qu’elle était tellement passionnée par George Washington qu’elle pouvait parler avec son voisin sans crainte. La blondinette dévia son regard vers le reste de la classe et vit que tous était aussi concentré sur le discours de Mrs Graham.

    « Et apparemment tout le reste de la classe. »

    Elle jeta son stylo dans sa trousse, contente qu’il lui adresse la parole. Katia savait qu’elle n’aurait jamais fait le premier pas. Ils n'étaient ensemble que dans certains cours et elle ne se serait pas vu aller lui taper la discut à son casier. Katia lui sourit, ce qui était plutôt rare. D'habitude, elle rembarrait tout le monde, surtout les garçons. Même quand elle s'ennuyait.

Revenir en haut Aller en bas
Robbie Shane Morgan
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
04. Rip Him Out Of History Empty
MessageSujet: Re: 04. Rip Him Out Of History   04. Rip Him Out Of History EmptyLun 13 Déc - 21:48

Il voyait cette fille et repensait instinctivement à son ancien ami. Il le qualifiait désormais d’ancien car depuis qu’ils s’étaient croisés dans le couloir, Robbie savait que tout espoir était perdu. Mais cependant, il voulait connaitre cette fille. Après tout, une connaissance en plus ne peut pas faire de mal. Depuis son retour ici, il trainait un baluchon plein de rumeurs a propos de lui, et il constata que les lycéens en tout genre de McKinley avaient beaucoup d’imagination. A en croire la majeure partie de ces rumeurs, il était parti en centre de désintoxication, d’autres disaient qu’il avait fugué après une énième dispute avec sa mère. Cependant, personne n’arrivait à comprendre la motivation de son retour. De toute façon, la seule personne qui méritait de savoir ne veut plus le voir.
Il s’était mis à ses cotés car toutes les autres places étaient prises. En soit c’était surement un coup de pouce du destin qui le poussait à parler à cette blonde. Cette même blonde qui n’avait pas l’air bien farouche. Il avait fait l’effort de lui parler et elle ne lui répondait pas, et pourtant, il n’était pas facile d’approche. Elle non plus apparemment. Il profita du fait que la prof fasse du bruit en marchant pour lui parler. Ce qu’il vit comme un avantage parut être un inconvénient pour Katia qui s’empressa d’attraper son stylo pour noter. Elle lui dit quand même la date de l’élection de l’actuel président. Non mais en fait il s’en foutait, s’était juste pour engager la conversation, mais au moins ça avait marché. Elle n’avait pas levé les yeux de sa feuille pour lui dire. Puis, après avoir lancé un regard a la prof, puis a l’ensemble de la salle elle répondit a Robbie en s’adressant a lui cette fois.
    Non mais je suis sur que la moitié des gens qui écrivent font semblant. En fait ils font comme moi. Il leva sa feuille pour qu’elle puisse la voir dévoilant un ensemble de gribouillis
Il remit sa feuille en place avant que la prof porte son attention sur eux. C’est vrai que trop souvent il se perdait dans ses pensées. Il chantait une chanson dans sa tête, puis sans savoir comment les paroles arrivaient sur sa feuille, puis sa lui donnait des idées et il se mettait a dessiner une portée et d’y ajouter quelques notes qu’il fallait écouter pour approuver.
    Et puis à moins de vouloir finir comme elle, il fit un geste de tête vers la prof qui était toujours à fond dans son cours, ou historien, l’histoire ça sert à quoi ?
Il méprisait un peu cette matière il ne pouvait pas le nier. Il se replaça face a sa table et croisa les bras pour y déposé sa tête qui regardait en direction de la carte des Etats-Unis. Il regarda la cote est avec un immense pincement au cœur. Et dire qu’il y avait six mois il y était et que tout se passait plus ou moins bien selon les points de vue. Toujours inconsciemment, il pensa a Tim. Heureusement que ce dernier avait un an de moins qu’eux parce qu’il ne sait pas du tout comment il aurait réagi s’il aurait du le voir a chaque cours. Enfin, une chose était sur, il n’aurait pas était la conscience tranquille.
Puis tournant la tête vers la fille, sans pour autant l’enlever de ses bras il reprit la parole doucement pour éviter que la prof ne l’entende. Il se moquait qu’elle le rappelle a l’ordre, mais ne voulait pas que sa voisine qui se fasse réprimander à sa place.
    Au fait moi c’est Robbie. Et toi ?
Son esprit n’ayant pas fait le rapport entre elle et la fille du couloir avec Tim, il ne lui avait pas semblé nécessaire d’écouter son nom lors de l’appel. Et puis il y en aurait trop eu pour s’en souvenir. Il continua de la regarder jusqu'à avoir sa réponse, histoire que « la blonde », ou « sa voisine » ait un prénom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
04. Rip Him Out Of History Empty
MessageSujet: Re: 04. Rip Him Out Of History   04. Rip Him Out Of History EmptyDim 19 Déc - 22:07

    Katia aurait voulu répondre que c’était utile pour la culture générale, pour comprendre le monde qui nous entoure, ne pas refaire les mêmes erreurs etc … Mais elle n’était pas sûre que ce soit un très bon moyen pour se lier d’amitié avec le nouveau. Mieux vaut ne pas tout de suite commencer avec un conflit, elle se contenta de rire un petit peu et d’afficher son premier sourire de la journée. Elle était bien trop contente qu’il lui parle pour gagner cette première rencontre. Et puis, ça lui donnerait un air intello, coincée qui ne lui allait pas. Déjà que sa tenue ne lui donnait pas avantage face aux Cheerio avec leur uniforme rouge et blanc ainsi que leur blouson. Elle aurait d’ailleurs aisément pu poster chez ces dernières, elle avait l’allure pour : grande, blonde, jolie. Mais elle ne savait pas avoir leur état d’esprit, même si le jet de slushy avait une activité qu’elle appréciait pas mal. Si elle en lançait sur les deux chorales, Timothy et Kurt étaient bien les seuls ignorés. Et puis elle était sure que l’uniforme rouge et blanc lui aurait comme un gant. A la place, elle portait un épais pull couleur terne et un jean délavé, par ce froid. Si elle avait su qu’elle allait être à côté du beau blond, elle aurait fait un effort. Quite à avoir froid. Elle avait bien attrapé une bronchite pour Jesse pour Halloween, pourquoi pas pour Robbie à Noël.

    « Shane Morgan. Je sais. Le nouveau. »

    Certes, ça faisait un peu psychopathe. Katia n’y avait pas pensé avant de prononcer ses paroles et le regretta aussitôt lorsque le regard interrogatif, étonné du jeune homme se posa sur elle. Elle baissa la tête, fit semblant de corriger une faute imaginaire Bon euh, elle aurait peut-être du parler d’Histoire dans ce cas là, elle se serait moins affichée.. Enfin, il ne devait pas ignorer qu’il faisait l’objet des ragots des couloirs de McKinley, revenir une fois l’année bien entamé, et surtout à faire son mystérieux. Personne ne savait la raison de son retour, même pas Katia qui avait pourtant cherché auprès de toutes ses amies. Elle releva la tête lorsqu’elle sentait le regard de Robbie encore sur elle, puis se souvenant qu’elle devait décliner son identité à son tour, et pas juste citer celle de son camarade.

    « Moi c’est Katia. Hammersmith »

    Katia lui adressa de nouveau un sourire, et replaçant une mèche d’arrière son oreille. Elle regarda Robbie de nouveau, sans lâcher ce petit sourire. Pourquoi ? Parce qu’elle attendait cette rencontre avec impatience à vrai dire. Elle ne le connaissait pas, ne lui avait jamais parlé de sa vie, mais elle ne savait pas, elle voulait en savoir plus sur lui. Et par elle-même, elle n’aurait pas osé. On pouvait penser que Katia était une personne sûre d’elle à l’attitude hautaine qu’elle prenait, mais lorsqu’elle devait parler à quelqu’un, du moins lorsqu’elle n’était pas obligée, elle remettait toujours à plus tard. Ou faisait tout un scénario dans sa tête, pour faire croire à une rencontre due au hasard.
    Katia baissa de nouveau ses cheveux vers la feuille de Robbie et regarda plus attentivement les gribouillis, qui prennent alors forme à ses yeux.

    « Musicien, hein ? »

    Elle s’était trop bien reconnue dans la personne qui gribouillaient des paroles sur le coin d’une feuille, des notes de musique sur les lignes du cahier, bien qu’elle ne joue d’aucun instrument. Enfin, plus maintenant. Elle était passée à autre chose, ses pages étaient remplis de cours ou restaient désespérément vide, comme en histoire. Elle avait cette manie de noter tous ce qui passait par la tête. Sa peau était un pense-bête humain, et ses cahiers pouvaient aisément retracer toute sa discographie. D’autant plus qu’écrire l’aider à mémoriser. Lorsqu’elle faisait encore partie des Vocal Adrenaline, elle passait ses cours d’Histoire à essayer de mémoriser ses solos.
Revenir en haut Aller en bas
Robbie Shane Morgan
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
04. Rip Him Out Of History Empty
MessageSujet: Re: 04. Rip Him Out Of History   04. Rip Him Out Of History EmptyLun 20 Déc - 18:02

Le fait que sa voisine ne rajouta rien sur l’histoire rassura Robbie. Au moins ce n’était pas une sorte d’intello rebelle, qui se mettait dans le fond de la classe, pour prendre des notes. Il détestait ce genre de personnes, car elles étaient obligées de participer au cours, comme si une force invisible les y poussait, et elles attiraient donc l’attention vers le fond de la salle. Sauf que le fond de la salle est réputé pour ne pas vouloir participer au cours, voire même finir ses nuits. Enfin bref, au moins il n’allait pas devoir trouver des arguments contre ce cours puisqu’elle ne donnait pas matière à entretenir un débat. Tant pis, ça aurait pu être une bonne excuse pour lui parler, mais aussi une bonne excuse pour couper définitivement les ponts, déjà frêles, avec elle. Bah oui, si leur idées divergeaient, pourquoi voudrait-elle encore prendre la peine de lui parler, sachant que ça ce terminerais a la limite du bain de sang. Ou pas.

Il eu un léger frisson qui lui parcouru la colonne vertébrale. Pas le genre de frisson qui fait peur, juste celui qui indique que la température ambiante était bien basse. Il n’était pas du genre a mettre des pulls en hiver. Il avait horreur de ressembler à un bonhomme de neige sous toutes ces couches de vêtements. Il vit que la blonde à ses cotés n’avait pas ce problème avec ce gros pull. Il était loin d’être un pro de la mode, mais ce pull lui allait assez bien, ce n’était pas le genre de haut sans forme extra large donc raffolaient la plupart des filles. Il remit son écharpe en place pour essayer de garder sa gorge au chaud, tout en se présentant à sa voisine, qui lui coupa presque la parole pour finir sa phrase.
    Ouah ça fais un peu peur ! T’en connais beaucoup sur moi on dirait. Et moi je sais rien sur toi.
Il avait été choqué de voir qu’elle le connaissait déjà. Bon ça pouvait faire peur c’est vrai, mais cette fille n’était pas vraiment du genre à être une menace pour lui. Sauf si elle cachait bien son jeu. Mais il ne l’imaginait pas vraiment se cacher dans les buissons pour découvrir ce qu’il faisait chez lui après les cours. N’empêche, il se demandait comment elle pouvait déjà en savoir autant sur lui. On parlait de lui dans les couloirs alors ? Bon après tout, c’était normal. Il n’en connaissait aucune mais auraient pu parier qu’il y avait des dizaines de folles rumeurs à propos de son retour à Lima. Et puis surement que Tim ne s’était pas gêné de raconter un peu ce qu’il voulait à droite à gauche, à qui voulait l’entendre. D’un autre cote, en tant qu’ami « proche » ça avait surement être le premier que tout le monde avait été voir après son départ pour avoir des explications. Si tant est que quelqu’un s’y intéresse. Enfin, d’après ce qu’elle venait de lui dire il était dans la catégorie des « nouveaux ».
    Pas si nouveau que ça en fait. Je me rangerais plutôt dans la case des revenants.
Pourquoi parler de mort ? Il attendait qu’elle lui dise son nom, mais elle semblait un peu perdue dans ses pensées là. Il ne la lâcha pas du regard, pour lui témoigné qu’il attendait quelque chose d’elle. Enfin, juste son nom. Elle griffonna quelque chose sur sa feuille et enfin après soixante très longues secondes, Robbie avait compté, elle lui dit son nom : Katia. D’ailleurs, il voyait en cette fille, Katia une nette amélioration. Alors qu’au début elle l’avait un peu laissé en plan en lui répondant toujours avec un délai, là au moins elle lui souriait. Peut-être qu’elle l’appréciait un peu. Il fallait juste espéré que les rumeurs de couloirs, ou ce que pourrait lui dire les gens, genre Tim, allait changer ça.

Elle lança un nouveau regard sur la feuille de Robbie. En temps normal, il aurait mis quelque chose pour qu’elle évite de la voir, mais bon maintenant c’était trop tard. Et puis ce n’était pas comme s’il écrivait le code de sa carte bleue ou quelque chose comme ça. Ce n’était que des notes, qui ne voulaient rien dire pour le moment. Il devait les jouées pour savoir si elles s’harmonisaient, et si les paroles qu’il écrivait de ci, de là correspondraient a ce qu’il voulait aussi. Katia lui demanda s’il était musicien, et instinctivement, il se toucha le bout des doigts durci par le contact avec les cordes de sa basse. Oui, musicien à ses heures perdues en fait. La « gloire » était derrière lui maintenant.
    Musicien ouais. Joueur de basse pour être plus précis. Mais maintenant c’est plus un passe temps, plutôt qu’autre chose. Mon époque rock star est bel et bien finie.
Bien sur, il n’avait jamais été rock star, loin de là. Mais il avait eu sa petite heure de gloire avant de partir. Avec son groupe, il était presque sûr d’avoir eu des groupies. Lui à la basse, Tim en chanteur et deux autres personnes. Il se souvenait de l’époque où il cherchait désespérément une voix pour accompagner ses mélodies. Puis Tim s’était présenté. Le choix avait vite été fait, aucun autre candidat au poste n’avait son timbre de voix. À la première écoute, Robbie avait fait des plans sur la comète, qui s’étaient plus ou moins concrétisés. Sortant de ses souvenirs, il était un peu fier de lui, parce que parler de musique était venu naturellement dans la conversation. Katia voudrait peut être en savoir plus, et donc il serait obligé de parler de Tim, et tout l’engrenage s’enclencherait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
04. Rip Him Out Of History Empty
MessageSujet: Re: 04. Rip Him Out Of History   04. Rip Him Out Of History EmptyJeu 23 Déc - 1:35


    Katia était curieuse, elle était le genre de fille à vouloir tout savoir. Elle était intriguée par le retour de Robbie – bah ouais revenir en milieu d’année, ça peut paraître étrange non ? Elle se demandait qu’est-ce qui l’avait poussé à partir ; est-ce que c’était de plein gré ? Quelque chose l’avait fait fuir ? Ou Lima lui manquait ? Cependant, toutes ses questions restaient sans réponses, les bruits de couloirs n’étaient jamais assez fiables pour être écouté. Et Katia ne se voyait pas du tout demander ça à son interlocuteur, alors qu’ils se connaissaient depuis deux minutes. Peut-être que ça viendrait au fil de la conversation. La belle blonde se contenta d’hausser les épaules

    « Bah disons que tu alimentes les ragots de couleur en débarquant en décembre quoi. Et j’écoute à l’appel moi »

    Katia lui fit un clin d’œil, comme un pseudo signe de reproche à son ignorance. Au moins, il n’avait pas réagit à son nom, c’était l’essentiel. Pas comme Bryan Ryan qui a fait tilt et qui lui a pointé sous son nez une affichette de Vocal Adrenaline. D’un côté, Robbie n’avait pas l’air de s’intéresser aux Glee Clubs, donc pourquoi connaîtrait-il celui de Carmel High ?
    Revenant, comme un fantôme ? Katia haussa les sourcils, étonnée qu’il emploie ce mot. Un revenant venait pour hanter quelque chose, ou parce qu’il n’avait pas pu faire ou finir quelque chose de son vivant. Etait-ce ce qu’il voulait dire ? Qu’il avait une « mission » à terminer à Lima, d’où la raison de son retour ? Songeant qu’elle allait trop loin dans son esprit, Katia hocha la tête, il avait peut-être utilisé ce mot comme ça, il n’y avait peut-être rien derrière.

    Lorsqu’il approuva, en ajoutant qu’il jouait de la basse, le sourire de la jeune fille s’élargit. Katia avait toujours trouvé les musiciens sexy. Quand on y regardait de plus près, elle craquait toujours sur les artistes, musicien ou chanteur : Keith Campbell, Jesse St-James, et peut-être Robbie Shane Morgan ? C’était bien parti pour. Pour sa part, elle ne jouait qu’aucun instrument, elle préférait les accompagner. Que ce soit en chantant ou en dansant. Elle avait essayé d’apprendre à jouer du piano, de la guitare, mais elle n’était pas assez passionnée pour s’accrocher et n’avait certainement pas assez de patience : elle voulait tout, tout de suite. C’était un de ses très nombreux défauts. En effet, de premiers abords, on pourrait croire que Katia était une gentille fille – qui se méfierait de cet ange blond ? Alors qu’en réalité c’était un petit démon ! Mais pour l’instant, mieux vaut qu’elle garde ce air de filles bien sous tous rapport, elle ne voulait pas que Robbie prenne peur, déjà qu’il la prenait légèrement pour une psychopathe.

    « Robbie Shane Morgan rock star ? J’aimerais bien voir ça ! »

    Katia sourit une nouvelle fois. En regardant Robbie d’un peu plus près, ça lui semblait maintenant évident, il avait le look d’un rockeur. Quoi que ça pouvait être trompeur, elle avait le physique d’une Cheerio pourtant elle n’était rien de plus qu’une lycéenne lambda. A la blondeur de ses cheveux, personne n’aurait deviné qu’elle était une des meilleures élèves de la classe, excellait en maths et en chimie et qu’elle allait demander une très bonne université sur la côte Ouest. Comme dit le proverbe, l'habit ne fait pas le moine / il ne faut pas se fier aux apparences.

    « T’avais un groupe ? Il va se reformer maintenant que tu es revenu ? »

Revenir en haut Aller en bas
Robbie Shane Morgan
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
04. Rip Him Out Of History Empty
MessageSujet: Re: 04. Rip Him Out Of History   04. Rip Him Out Of History EmptyDim 26 Déc - 0:29

Donc d’après Katia, il était la cause de nombreuses rumeurs. Après tout, il s’y attendait, mais ce moquait bien de ce qu’on pouvait dire sur lui. Tant qu’on ne lui attribuait pas quelque chose de complètement inavouable comme un viol commis un soir suivi d’une fuite ou quelque chose de ce genre. Il n’y avait pas de Gossip Girl à McKinley, du moins il n’en n’avait jamais entendu parler si c’était le cas, et il en était bien content. Il imaginait déjà ce qui se serait passé si c’était le cas. Il ne pouvait blâmer personne : partir sans explication pour ensuite revenir toujours sans explication ne peut pas passer inaperçu. Heureusement pour lui, personne ne savait la vraie histoire qui s’était écrite autour de lui, et donc il n’y avait aucune « chance » pour l’entendre se répandre. Il était loin d’en être fier donc autant laisser ça secret. Mais sa curiosité avait été piquée à vif.
    Et qu’est ce qu’on dit sur le mystérieux Robbie ? Juste pour que je me fasse une idée de ce qui se dit sur moi.
Si certaines versions se rapprochaient dangereusement de la vérité, il faudrait qu’il use d’un stratagème pour lancer une rumeur, par quelqu’un d’autre évidemment et éloigner les pistes. Mais il était presque sur que personnes ne pouvait savoir. Pour excuser en quelque sorte le fait qu’elle connaisse son nom, elle lui dit simplement qu’elle avait fait attention lors de l’appel à quel nom il répondrait. Ca pouvait se tenir en effet, mais ça veux dire qu’elle l’avait déjà remarqué. Et il se demanda si, sans tous ces bruits de couloirs elle aurait quand même fait attention à lui. Peut-être qu’en fait, elle lui parlait uniquement pour gagner sa confiance, pour qu’il laisse passer quelque détail de ses six mois hors de Lima, et qu’elle puisse aller le raconter à ses copines. Il espérait se tromper, bien qu’en tant normal, il n’était pas du genre à plaire au genre de fille qu’était Katia : digne d’une cheerios. D’ailleurs il se demandait pourquoi elle n’en faisait pas partie.
    L’appel c’est pas vraiment la partie la plus intéressante d’un cours, donc j’ai tendance a pas y prêter attention. J’essaye de capter quand on m’appelle, pour pas être noté absent bêtement, mais a part ça…
Lorsqu’il se qualifia de revenant, il vit l’expression du visage de Katia changer légèrement. Il n’aurait vraiment pas du utiliser ce mot, mais heureusement, la conversation retomba vite sur sa passion pour la basse, et cette fois, elle lui sourit. Elle lui dit qu’elle aimerait bien le voir dans son ancien rôle de « rock star ». À vrai dire, lui aussi aimerait bien reprendre une activité de musicien autre part que dans sa chambre. Ce serait tellement bien.
    Bah tu sais, à mon avis, vu tout ce qui se dit dans mon dos dans les couloirs, je suis pas sûr d’avoir autant de public qu’avant.
Il avait conscience que la manière dont il avait dit ça faisait très sur de lui. Un peu comme si a l’époque il avait le pouvoir de déchainer les foules. Comme les clichés à propos des rock stars en gros : les filles se battant pour l’approcher, s’évanouissant sur son passage, achetant un vieux chewing-gum très cher sur eBay, etc. De bonnes groupies en gros. Elle lui avait encore sourit. Il ne savait pas pourquoi, mais ça lui faisait plaisir qu’elle s’intéresse un peu à lui, il paraissait moins transparent. Même si c’était pour tout aller raconter plus tard. Il fallait juste qu’il fasse attention à ce qu’il dirait pour ne pas que ce soit rapporté et amplifié. Puis elle parla de son groupe, et Robbie ressentit un léger pincement au cœur en sachant que tout était fini et qu’il n’y avait aucune chance pour qu’il se reforme un jour.
    Ouais je faisais parti d'un groupe. Y avait un guitariste, un batteur, un chanteur et moi. Mais je me fais pas d’illusion. Je sais qu’il n’y a aucune chance pour qu’il se reforme un jour. Pas avec moi en tout cas.
Car c’était vrai. Même si les autres membres voulaient se reformer, il savait qu’ils feraient tout pour évincer Robbie. Et encore une fois, il ne pouvait pas les blâmer. Qui voudrait retenter l’expérience avec un gars qui fuit du jour au lendemain sans prévenir. Mais malgré tout ce qui avait changé, s’il arrivait à remonter le temps il reprendrait la même décision. Certes il aurait voulu savoir ce qui se serait passé, comment aurait évolué ses relations avec les autres etc s’il n’était pas parti, mais trop de choses auraient été bouleversées. Et puis il avait pris la décision de partir pour protéger la personne qu’il aimait à l’époque, et ça non plus personne ne devrait le savoir.

Il retourna a ses occupations de dessins sur sa feuille, pendant que la prof attendait une réponse ce qui avait provoqué un silence de mort dans la salle. Il ne voulait pas se faire prendre en train de parler, ni Katia d'ailleurs. Parce que, mine de rien, il ne la connaissait pas beaucoup, mais il l'aimait déjà bien. À part le fait qu'elle connaisse son nom, oui ce détail l'avait beaucoup marqué, elle avait l'air plutôt normal. Et puis, elle avait l'air de si connaitre un peu en musique.
    Et toi t'as une relation quelconque avec le monde du showbiz ?
Le voila qu'il parlait comme un professionnel. Heureusement qu'une personne à laquelle il n'avait pas fait attention avait répondu à la question du prof.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
04. Rip Him Out Of History Empty
MessageSujet: Re: 04. Rip Him Out Of History   04. Rip Him Out Of History EmptyDim 27 Fév - 18:21

[ Je sais je suis la pire RPGiste du monde snap Désolé pour cette attente de deux mois, surtout que c'est mauvais xD ]

    Ce qu'on disait sur lui ? Hum Katia n'était pas sure de vouloir les répéter à Robbie. Après tout, elle ne voulait pas crée d'histoires et encore moins s'embrouiller avec lui. Même si ça ne faisait que quelques minutes qu'ils parlaient, Katia sentait déjà un bon contact s'établir. Après tout, c'était lui qui lui avait parlé en premier, et si cette conversation avait lui aurait déplu, il aurait vite fait couper court à la conversation, comme le faisait si souvent Katia avec presque tout le monde.
    Au lieu de ça, Katia préféra tout simplement hausser les épaules et dire qu'elle préférait de pas écouter les ragots. Comme si c'était possible, c'était une ado après tout. Au moins elle n'en lançait pas c'était déjà ça.

    « Hum … je ne me fis pas aux rumeurs. Je préfère entendre la vérité de la personne concernée. »

    Un petit sourire, Katia espérait marquer des points et que peut-être il se confierait à elle. Pas qu'elle soit le genre de fille à toujours vouloir un ragot, elle était même plutôt à l'extraine opposé. Non, plutôt parce ce que garçon l'intriguait. Elle aurait voulu en apprendre plus sur lui, mais elle était certaine que ça ne serait pas aussi facile. Tout comme elle, dès qu'on parlait de son passé, Katia évitait le sujet et parlait d'autre chose. Pas qu'elle ait grand chose à cacher, c'est plutôt qu'elle préférait oublier les moments qui ne la faisait plus sourire ou ne la rendait pas nostalgique. Katia préférait largement penser au futur. Ca ne servait à rien de se remémorer le passé, comme le nom l'indique c'est passé.

    « Oh c’est dommage. J’aurais bien voulu vous écoutez. »

    Mais Robbie avait piqué sa curiosité. Il faisait tout pour faire son mystérieux ce garçon ! Katia se demandait pourquoi ils ne se reformeraient pas. Il était de retour non ? Sauf si c'était un de ses pseudo groupe qui massacrent des morceaux connus. Si c'était ce genre de groupe, mieux vaut qu'il ne se reforment pas en effet ! Mais Robbie avait la tête de l'emploi, il avait l'air du parfait rocker avec sa veste, ce qui lui fit penser qu'il n'était surement pas un de ces Justin Bieber à mèches.

    « Moi ? Non, du tout sauf si on considère mes récitals de danse du primaire comme du « showbiz. » Et tous ces trucs de Glee Clubs, ew … Juste que j’aime bien la musique. »

    Katia sourit à Robbie avant de faire semblant de grifonner quelques mots sur son carnet. Certes, ce n'était pas la vérité absolue mais c'était plus simple de faire sembler de n'être qu'amatrice de musique. Au moins il ne lui demanderait pas de chanter et si elle avait dit qu'elle avait fait partie d'un ancien Glee Club, elle ne voulait pas risquer de déclencher l'avalanche de question. Quoi qu'en regardant Robbie d'un peu plus près, ce n'était pas lui qui allait lui faire un interrogatoire sur les Vocal Adrenaline - pas sure qu'il connaisse leur existance d'ailleurs - mais mieux vaut prévenir que guérir.


Revenir en haut Aller en bas
Robbie Shane Morgan
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
04. Rip Him Out Of History Empty
MessageSujet: Re: 04. Rip Him Out Of History   04. Rip Him Out Of History EmptyLun 28 Fév - 22:35

Robbie devrait repasser pour savoir ce que les gens disaient sur lui. Tant pis, il tenterait avec quelqu'un d'autre. En tout cas, ce qu'il entendit lui fit plaisir: elle ne se fiait pas aux rumeurs, c’était un bon point pour elle. Il fallait tout de même qu’elle soit sincère, mais Robbie avait envie de la croire. Peut-être tomberait-il de plus haut, mais pour l’instant, il n’avait pas envie d’y penser. Une fille voulait apprendre à le connaitre sans écouter ce qui pouvait se dire, il n’allait pas laisser passer une telle occasion. D'ailleurs il n'avait aucune intention de blanchissement de réputation avec Katia. Il avait appris a vivre avec ce que les autres pouvaient penser, bien que maintenant, de moins en moins de monde lui prêtait de l'attention. Il n'allait pas s'en plaindre. Et puis, il ne voulait pas que tout le monde compatisse avec lui, ou éprouve n’importe quel sentiment empathique envers lui. Il n’était pas vraiment du genre à trainer avec un panel de personnes différentes, donc si son nouveau cercle d’amis venait à être constitué de Katia uniquement, ça lui plairait déjà assez. Il lui sourit donc avant d’enchainer sur sa réponse.
    T’as vraiment pas l’air d’être comme toutes les autres blondes que j’ai pu connaitre. En d’autre termes : superficielle. Quant à la séance de vérité, on en reparlera un autre jour. Y a bien trop d’oreilles indiscrètes ici, et je suis pas trop du genre à étaler ma vie n’importe où, n'importe quand...
Il n’avait pas voulu le dire pour ne pas la vexer ou quoique ce soit, mais il ne la connaissait que depuis le début du cours. Oui elle avait l’air sincère, mais il n’avait vraiment pas l’intention de pleurer sur l’épaule d’une presque inconnue. Après tout, il ne savait d’elle que son prénom pour l’instant. C'était déjà un bon début , c'est vrai. Il ne connaissait même pas les prénoms de la moitié des personnes présentes en cours. Ensuite il répondit à sa question disant qu’il n’y avait que peu de chances pour que le groupe dans lequel il jouait revoie le jour. Après tout, il l’avait bien mérité, même s'il était tout de même content que les autres membres n’aient pas trouvé un nouveau bassiste et qu’ils ne soient pas devenus des stars au lycée. Loin de là, l’ancien chanteur faisait désormais parti d’une chorale, c’est pour dire. En fait, la chute du groupe lui donnait le sentiment d’avoir été utile à quelque chose, et sans lui, tout s’est écroulé. Ce n’était pas forcément bien de penser comme ça, mais cette idée flattait son égo. Tout comme Katia lui annonçant qu’elle aurait bien voulu les entendre jouer un jour.
    Si les relations entre mes anciens partenaires et moi s’améliorent, ce dont je doute fortement, tu en seras la première mise au courant. Mais te fait pas non plus trop d’idées hein, on était pas les rois de McKinley.
Il savait qu’il ne prenait pas trop de risque en disant qu’elle les entendrait surement si leur relations revenaient comme avant, ou du moins, s’ils s’adressaient tous de nouveau la parole. Aux yeux de Robbie, tout cela semblait tellement impossible, et pour cause, il se remémora sa dernière conversation avec Timothy qui avait été plus qu’un échec. Au moins maintenant, il pourrait essayer de passer à autre chose, mais il verrait ça en temps voulu. Katia continua de répondre à ses questions en racontant ses exploits artistiques. Il ne put s’empêcher de l’imaginer des années auparavant avec des bouclettes blondes et un tutu rose. Cliché ? Oui surement. En tout cas, il ne lui en fallut pas plus pour rire un peu.
    Pour moi, dès que tu montes sur scène pour faire quelque chose, je parle pas d’un présentateur hein, c’est une sorte de showbiz. Bon ensuite il y a deux sortes : ceux qui montent sur scène pour montrer leur vrai talent… et les autres. C'est vrai qu'en fait il y avait beaucoup de personnes qui n'ont pas forcément de talent et qui s'expose pour gagner en notoriété, quitte a perdre toute crédibilité. Les Glee Clubs ? C’est pas mon délire non plus, mais si ça permet à certaines personnes d’exister, pourquoi pas. Et faut dire qu’il y en a qui chantent vraiment bien, pour ce que j’ai pu entendre.
Et là, il passerait peut-être pour le gars sans ami qui passe son temps dans les salles de répétitions, alors que pas du tout, et loin de là justement. C’est juste qu’il avait connu un chanteur personnellement auparavant. Il lui rendit son sourire avant de griffonner lui aussi sur sa feuille. C’est vrai que ça faisait un petit moment qu’ils parlaient et s’ils ne voulaient pas se faire remarquer, il fallait bien prétendre s’intéresser au cours. Katia avait l’air de noter les faits relatés, alors que lui, fidèle à lui-même, dessinait des notes en tout genre. Puis il releva la tête avant de se tourner vers Katia une nouvelle fois.
    T’as pas l’air d’aimer les Glee Clubs alors pour comparaison, y a plus de chance que t’en rejoignes un, plutôt que mon groupe se reforme. Et à propos de l’histoire : « Les mystères de Robbie », je pense que t’es le genre de personne en qui je peux avoir confiance et qui n’ira pas tout raconter ensuite. Un genre de « Kiss and Tell » quoi. Mais comme je te l’ai dit, on se connait à peine pour le moment, mais un jour, t’arriveras surement à me sortir les vers du nez.
Il essayait vraiment de piquer sa curiosité à vif. Il espérait qu’elle veuille en savoir plus, et qu’il puisse tout lui raconter, ou du moins, les grandes lignes pour commencer. Garder « toute » cette affaire pour lui devenait vraiment de plus en plus pesant en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
04. Rip Him Out Of History Empty
MessageSujet: Re: 04. Rip Him Out Of History   04. Rip Him Out Of History EmptyDim 20 Mar - 14:22

    « Je dois prendre ça comme un compliment ? »

    Katia rit doucement pour pas qu’on la remarque, mais finit par un sourire. Oui ça en était un, même si le fait qu’il en doute soit beaucoup moins flatteur. Mais elle ne pouvait pas lui en voulait. Elle avait le physique de la bimbo écervelée. Ses cheveux étaient blonds clair, presque platine, elle avait de grands yeux bleus et un sourire Colgate. La parfaite poupée Barbie en gros. Sauf que si Barbie état gymnaste ou vétérinaire maintenant elle était mannequin ou alors au bras du riche Ken. Alala qu’est-ce qu’on apprend aux nouveaux enfants maintenant hein ! Etre belle et vénale. Et ça ne correspondait pas à l’adolescente qui ne supportait pas qu’on la juge juste par son emballage. Elle avait une personnalité et des talents de chanteuse et danseuse.

    « On ne sait jamais, la vie en réserve parfois bien des surprises. »

    Katia haussa les épaules et repensa a ce qu’elle venait de dire. De bonnes et de mauvaises. Qui aurait cru que l’ami d’enfance de ses cousins était un violeur ? Qui aurait cru que derrière cette blessure on aurait découvert un tel talent ? Car avant, elle n’avait jamais chanter ni danser, du moins hors de sa chambre et sa salle de bain. Et maintenant, elle était l’ex-star des Vocal Adrenaline qui avait remporté 4 fois de suite les Nationals. Et jamais Katia ne pensait revoir Jesse en Ohio alors qu’il était bibliothécaire au lycée. Oui en effet, la vie réserve des choses inattendues.

    Quant Robbie parla des Glee Clubs, Katia haussa les épaules encore une fois. Certes il y avait des belles voix elle ne pouvait le nier et Rachel Berry devrait mourir pour avoir tant de talent mais Katia n’était pas le genre de personne à se l’avouer. Elle était vaniteuse, égocentrique et si elle pouvait jeter des fleurs à quelqu’un, c’était à son ex-team ou son ex, Jesse St-James le leader des Vocal Adrenaline. Si Rachel et Jesse devaient faire un bébé, il serait certainement le plus talentueux de la décennie à venir. Mais rien qu’à l’idée de les penser si proche lui donnait envie de vomir. Et dire qu’il est sorti avec elle !

    En effet, il avait piqué sa curiosité. Ce n’était peut-être pas miss potin mais elle adorait qu’on lui confie des trucs. Elle se sentait si appréciée et digne de confiance ! Mais ça serait pour plus tard, car la prof était maintenant tourné vers eux et avait arrêté son cours depuis quelques secondes, voulant interleppé les deux adolescents.

    « Mlle Hammersmith, je vous prie de bien vouloir cessez vos bavardages et de vous déplacer au premier rang. »

    Katia soupira, elle qui se pensait discrète. Elle jeta un coup d’œil à Robbie, et fit un petit sourire comme pour dire « Too bad man ». Ils se verraient sûrement à la fin du cours s’il daignait l’attendre – car oui elle allait prendre tout son temps pour ranger ses affaires et sortir pour tester sa théorie – ou bien une autre fois, puisqu’ils avaient désormais établis le contact. L’adolescente referma son cahier et son livre, posa sa trousse au sommet de cette pile et se déplaça au premier rang selon les désirs du professeur de géographie. Elle aurait voulu se retourner vers Robbie une dernière fois et lui lancer un de ses regards qu’on voit dans ces téléfilms bidons, mais ça aurait fait trop cramer, surtout qu’elle était au premier rang et que tous les rangs derrières pourraient la voir. Pour une personne qui dit s’en foutre de ce que pense les autres, ce n’était pas vraiment le cas.
    Katia leva la tête vers l’horloge au dessus au tableau et contasta qu’il restait encore 20 mn. 20 minutes encore ! Soupirant, Katia se tassa un peu plus sur sa chaise, et remit son masque de l’élève sérieuse, en prenant des notes durant le reste de l’heure.



FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
04. Rip Him Out Of History Empty
MessageSujet: Re: 04. Rip Him Out Of History   04. Rip Him Out Of History Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

04. Rip Him Out Of History

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 4
-