Choriste du mois


Partagez | 
 

 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro   Dim 12 Déc - 11:12

Un sourire moqueur étirant ses lèvres fines, Alejandro rendit sa monnaie à Elaine Pittsburg et la regarda s’éloigner en gloussant comme une bien heureuse, encadrée par ses deux amies. Dans quelques temps, elle ne rirait plus à ses dépends parce qu’on l’avait chargé de tenir le stand des cupcakes et que c’était un travail perçu comme avilissant ici, mais bel et bien parce qu’il avait eu la brillante idée d’ajouter un ingrédient secret dans la préparation…
Le regard sombre du jeune hispanique se tourna en direction de sa collègue et complice, présentement occupée à écouler leur stock. Il ne s’était pas attendu à ce qu’elle accepte aussi facilement mais, tout comme lui, elle devait s’en féliciter en ce moment. C’était assurément la meilleure vente de pâtisserie organisée depuis l’ouverture de McKinley ! Cela dit, M. Shuester trouverait sûrement à y redire et leur expliquerait comment, à l’époque où lui-même était étudiant, blablabla solidarité, blablabla équipe soudée, blablabla…
Alejandro se sentait un peu coupable de trahir ainsi sa confiance et il ne savait pas comment il réagirait quand leur directeur de choral viendrait les féliciter pour leur bon travail. Sans doute jouerait-il les modestes, ce qui ne lui ressemblait guère. Il pourrait toujours mettre ça sur le compte de l’esprit de Noël qui venait de se révéler à lui, ça passerait assurément avec ce brave et naïf prof d’espagnole. Beaucoup mieux qu’avec les autorités si jamais ils venaient à se faire prendre en tous cas.

Un nouveau client se présenta à la table face à lui et Alejandro détourna son visage basané de la silhouette d’Oxanna pour le prendre en charge. Le garçon paraissait nerveux et il triturait ses doigts en jetant des regards prudents autour de lui. C’était à vomir.

« Ouais ? » lança simplement Al, affichant ce petit air blasé qui le caractérisait
« C’est… hem,… j’voudrais savoir si il te reste un peu de… enfin tu sais »
« De ? »
« Tu sais de… cupcake spécial » précisa l’autre sur le ton de la confidence, en venant se pencher par-dessus la table

Al tiqua d’un air agacé et eut un mouvement de recule. La rumeur avait circulé rapidement et les connaisseurs se présentaient à tour de rôle. Le jeune homme était d’ailleurs certain que le petit gars face à lui était vivement attendu par ses potes, installés en retrait. C’était peut-être même leur deuxième fournée…

« Tu voudrai être moins discret qu’tu pourrais pas » grogna Al en se redressant sur sa chaise inconfortable « I’ t’en faut combien ? »
« Cinq ! »

Le grand brun à l’air peu conciliant le servit, exigea son argent et l’observa s’éloigner d’un œil critique.
Alejandro s’affala à nouveau contre le dossier de sa chaise et fourra une main dans la poche de son sweater trop large. Bien présenter ne lui servirait à rien. C’était la marchandise qui intéressait ses clients, pas son attitude.
Poussant un soupir, il se tourna à nouveau vers la blondinette à ses côtés. Il aurait pu la considérer comme mignonne si elle n’avait pas été une amie de Quinn. Ce genre de relation vous enlaidissait en un rien de temps…

« T’en a vendu pour combien ? » lui demanda-t-il, histoire de faire la conversation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OXY ∞ Home sweet home.
Age : 24 ans
Occupation : Détective à la Police de Lima
Humeur : Enfin heureuse
Statut : En couple avec Keegan
Etoiles : 2957

Piece of Me
Chanson préférée du moment : death cab for cutie ; transatlanticism
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
OXY ∞ Home sweet home.
MessageSujet: Re: 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro   Dim 12 Déc - 22:20

Oh when I'm still waiting for the snow to fall
It doesn't really feel like Christmas at all
Still waiting for the snow to fall
It doesn't really feel like Christmas at all

Those Christmas lights, light up the street
Down where the sea and city meet
May all your troubles soon be gone
Oh Christmas lights, keep shining on

La nouvelle chanson du groupe Coldplay tournait en boucle dans sa voiture depuis sa sortie. Oxanna adorait la musique autant que les paroles et saoulait tout le monde avec ce morceau, le chantant dès que l’occasion se présentait – autant dire sans arrêt, cet instant précis y compris. Son thème, Noël, était une période que la blondinette avait toujours appréciée. Certes contrairement à la plupart des gens, elle ne le fêtait pas avec quinze personnes autour d’une table et les éclats de rires se faisaient plus discrets au sein de sa maison. Mais elle était heureuse de partager de tels instants avec son père, le seul membre de sa famille qui ne l’ait pas abandonnée. Sa mère vivait loin de là, quant à ses demi-frères, ils ne connaissaient même pas son existence. Alors oui, son Noël était différent des trois quarts des Américains, mais elle s’en fichait : elle était heureuse, à échanger des cadeaux avec son paternel. Et puis cette année, les choses allaient être encore mieux. Car enfin, elle allait pouvoir passer un vingt-cinq décembre avec le garçon qui avait volé son cœur. Et elle avait hâte d’être à cette date rien que pour ça.

La blondinette quitta son véhicule et sortit les cupcakes, faisant bien attention à ne pas renverser le plateau. Elle s’était exceptionnellement garée près d’une sortie de secours donnant sur le couloir : elle allait pouvoir faire quelques allers-retours sans tout traverser, laissant ses gâteaux près d’Alejandro qui se chargerait de la présentation de leur stand. Arrivant avec la première tournée, Oxy le salua d’un sourire et passa les dix minutes suivantes à ramener d’autres cupcakes. Quand tout fut en place, elle retourna dehors pour mettre sa New Beetle sur à un endroit plus convenable et rejoignit son camarade. Très bientôt, les visiteurs arriveraient et les autres élèves pourraient commencer à acheter. Jetant un œil alentours, la détective en herbe aperçut d’autres bancs comme celui d’Alejandro et le sien, mais qui vendaient d’autres choses, voire des services. Il y en avait même un qui proposait des bonnets de Noël clignotants. Cool. Oxy s’en achèterait certainement un quand elle irait faire un petit tour, durant sa pause. En attendant, elle devait vendre le plus de pâtisseries possible et elle comptait bien exploser la caisse !

Le temps passa tellement vite qu’elle s’en rendit à peine compte. Apercevant un jeune homme à l’air bizarre qui accostait Alejandro, Oxanna ouvrit grand les oreilles et cessa son speech une minute pour écouter ce qui se disait – elle faisait mine de recompter l’argent qu’ils avaient gagné jusque-là. Elle ne fut pas tellement surprise d’entendre le grand timide que leurs cupcakes avaient un truc « spécial ». Avant de lui en vendre cinq, Alejandro lui fit remarquer son manque de discrétion. Puis, une fois son client parti, il se tourna vers l’adolescente et lui demanda pour combien elle avait vendu – probablement parce qu’il l’avait vue la main dans la caisse.

« Pas assez à mon goût, » répondit-elle simplement. « On s’est peut-être un peu amusés en mettant ton cocktail explosif dans nos gâteaux, mais il n’en reste pas moins que je prends cette vente très au sérieux. J’espère que ceux qui sont comme lui, » dit-elle en faisant un petit signe de tête vers l’élève qui venait d’en prendre cinq, « vont savoir tenir leur langue. Je ne donne pas cher de notre peau si ça remontait jusqu’à un prof, ou pire encore : jusqu’à Figgins. »

Oxanna ne regrettait pas pour autant leur petit écart de conduite. Après tout, ils n’avaient rien mis de dangereux dans ces cupcakes ! Ce n’était pas comme s’ils les avaient bourrés de drogue, bien au contraire. Ca n’était qu’un petit truc pour rendre tout le monde joyeux, et le fait suivant était avéré : quand les gens étaient heureux, ils avaient tendance à acheter plus facilement. Alors pourquoi se priver de gagner plus en offrant, par-dessus le marché, de la joie à tous ceux qui goûtaient à leurs supers gâteaux ? Non décidément, Oxy ne voyait pas le mal là-dedans. Mais les adultes pourraient ne pas avoir la même opinion sur le sujet. Il fallait que ça reste un secret coûte que coûte… Résolue, elle lança un « Je reviens tout de suite » à Alejandro et se dirigea vers le petit groupe en train de dévorer leurs pâtisseries au chocolat.

« Hey les gars. Loin de moi l’idée de vous menacer, mais je préfère juste vous prévenir : si vous balancez quoi que ce soit sur cette foutue bouffe, je placarde vos plus noirs secrets sur les poteaux de toute la ville, c’est clair ? » Comme personne ne répondait – ils étaient probablement trop occupés à imaginer l’Enfer que deviendrait leur vie si Oxanna mettait ce plan à exécution – elle tapota sur l’épaule de l’un d’eux, esquissa un petit sourire à leur attention, et revint tranquillement à sa place. Face au regard interrogateur d’Alejandro, elle haussa les épaules. « Bah quoi, j’assure nos arrières, c’est tout. » Puis, plus fort et en direction de tous les occupants du couloir : « Une petite faim ? Approchez, approchez ! Cupcakes à un dollar, messieurs dames ! N’hésitez pas à goûter à nos merveilleux gâteaux, vous ne le regretterez pas ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro   Lun 13 Déc - 17:46

Un sourcil arqué dans une expression franchement sceptique, Aejandro observa l’étudiante se lever pour aller s’entretenir un instant avec leurs clients. Le jeune hispanique laissa échapper un sourire désabusé en étendant ses jambes sous la table dressée devant lui. C’était une débutante, il ne pouvait pas lui en vouloir. Et puis elle cherchait juste à couvrir leurs arrières… du moins les siens. Arrière qu’elle avait fort joli soit dit en passant.
Peu à peu, un sourire lubrique fendit le visage basané du garçon tandis qu’il la voyait s’exprimer avec quelques gestes certainement inconscients. Copine de Quinn ou pas, ça ne l’empêchait pas d’avoir un bon déhanché et un fessier rebondi et ferme, juste ce qu’il fallait. Peut-être réussirait-il à la faire basculer du côté lumineux de la force s’il tentait une approche… Peut-être qu’elle laisserait tomber la traine de Queen Q. dans une flaque de pisse et deviendrait quelqu’un de fréquentable.

« C’est ça » marmonna-t-il avec aigreur

Tiquant d’agacement, le jeune homme croisa les bras sur sa poitrine, affichant une moue renfrognée. Qu’es-ce qu’il ficherait avec une fille avec d’aussi mauvais goût en matière d’ami ? Qu’elle reste avec son ex-capitaine déchue et ses questions stupides et déplacées !
Il la suivit du regard revenir s’installer à ses côtés pour lui casser les oreilles et beugler un slogan qui n’attirerait personne.

« C’est pas d’ce genre de types qu’il faut s’méfier » l’éclaira-t-il soudain d’un ton dédaigneux « C’est plutôt des nanas insupportables qui vont s’entasser à l’infirmerie en venant pleurnicher parce qu’elles se sentent toute bizarre » se moqua Alejandro en adoptant une voix fluette de circonstance « Tu paries combien qu’si on s’fait choper, ce sera à cause d’une cheerios attardée ? »

Sans vraiment attendre de réponse, le jeune homme poussa un lourd soupir et rejeta sa tête en arrière, ses mains à présents enfoncées dans les poches de son jean. Il contempla le plafond un moment, faisant abstraction de tout ce qui l’entourait pour faire l’inventaire des tâches qu’il lui restait encore à accomplir avant de pouvoir enfin poser sa tête sur son oreiller. Et cette liste commençait par l’achèvement de cette vente de gâteaux ridicule…
Pourquoi est-ce que Calvin ne s’était pas chargé de ça lui-même ? Ce sale plouc l’avait piégé avec son air de gentil garçon ! Al avait marché comme un bleu et s’était proposé de lui rendre service alors qu’il aurait mieux fait de s’arracher un bras à coups de dents…
Et quand il en aurait enfin terminé avec ça, il allait falloir qu’il bosse comme un forcené pour rembourser son oncle, à l’origine de l’ingrédient miracle dans leurs cupcakes. Et Oxanna avait raison, ils n’en avaient pas vendus encore assez.

Nouveau soupir. Alejandro se redressa vaguement et donna à nouveau son attention à la petite blonde qui arrangeait leur table et complétait bravement les trous laissés par les dernières ventes.

« Pourquoi tu t’es portée volontaire au fait ? Pas qu’ça m’intéresse mais j’me fais salement chier alors… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OXY ∞ Home sweet home.
Age : 24 ans
Occupation : Détective à la Police de Lima
Humeur : Enfin heureuse
Statut : En couple avec Keegan
Etoiles : 2957

Piece of Me
Chanson préférée du moment : death cab for cutie ; transatlanticism
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
OXY ∞ Home sweet home.
MessageSujet: Re: 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro   Dim 19 Déc - 8:41

C’est ça. Oxanna tourna un regard dur vers Alejandro, et entrouvrit les lèvres pour lui répondre quelque chose de cinglant. Mais elle se ravisa lorsqu’une jeune élève de première année s’approcha timidement de son stand pour lui acheter un cupcake. La blondinette se contenta donc de soupirer et de se tourner vers sa cliente pour la servir. Au fond, elle bouillonnait de rage. Il dénigrait son geste pour les protéger, comme s’il se fichait qu’ils se fassent prendre. Pourtant, c’était lui qui les avait mis dans cette position ! Il avait apporté l’ingrédient mystère et il avait insisté auprès d’Oxanna pour qu’ils l’utilisent dans leurs gâteaux. La détective en herbe pourrait tout à fait l’accuser s’ils en venaient à être dénoncés auprès des adultes de cet établissement. Elle n’aurait qu’à dire que son comparse avait glissé cet euphorisant dans la pâte à cupcackes à l’instant où elle avait le dos tourné. Ce serait tout à fait réaliste et Alejandro n’aurait aucun moyen de prouver le contraire. L’affaire tournerait à une parole contre une autre, et malgré tout, Oxy avait une meilleure réputation que le jeune homme. Nul doute qu’elle finirait par être blanchie, contrairement à lui qui recevrait une suspension de plusieurs jours – voire davantage selon l’humeur de Figgins au moment du verdict.

Oui, elle pourrait tout à fait rejoindre l’aile administrative et annoncer que ses pâtisseries semblaient faire un effet étrange à leurs consommateurs. L’air parfaitement innocent, elle passerait pour la gentille de l’histoire. Et comment imaginer qu’elle se dénoncerait si elle était de mèche ? Encore un point qui jouerait en sa faveur. Seulement la blondinette tenait beaucoup trop à ce stand et à cette journée portes ouvertes pour jouer les traitres. Les enfants malades de Lima comptaient sur cet argent pour recevoir de meilleurs soins et des médicaments plus adaptés. Qui était-elle pour remettre cela en cause ? Qui était-elle pour les faire pâtir de sa mésentente avec l’un de ses camarades ? Voilà pourquoi elle ne répondit rien lorsque Alejandro lui donna son point de vue sur la question. Bon, OK ; il n’avait pas tort de penser que ces blondasses aux pompons pouvaient éveiller les soupçons autant que le type qu’il venait de servir. Mais ce dernier – et ses copains pseudo bad boys – ne faisaient pas dans la finesse non plus. Il était tout à fait possible que l’un d’eux chuchote un peu trop fort ou ne surveille pas les environs immédiats, et qu’on l’entende. Et comme cette phrase bien célèbre le disait si bien, mieux vaut prévenir que guérir. Les menacer n’avait pas donc pas été complètement inutile et inapproprié comme le pensait Al.

« Dans l’absolu, ce serait bien qu’on ne se fasse pas choper du tout, » rétorqua-t-elle toutefois. « Les effets de ce truc ne sont pas infinis, avec un peu de chance ce sera terminé avant qu’ils n’en trouvent l’origine et cette histoire sera oubliée. »

Elle ne savait pas si elle devait croire à ses propres mots, en tout cas elle espérait avoir raison. Dans le cas contraire, Alejandro et elle risquaient gros. Car même si ce qu’ils avaient fait restait inoffensif, ils avaient bafoué les règles du lycée – règles auxquelles Figgins et bien d’autres étaient fortement attachés. Alors oui, Oxanna avait toujours la solution pour s’en sortir sans aucun dommage. Mais là encore, et même si elle ne s’entendait pas vraiment avec Alejandro, elle ne pourrait pas mentir et se regarder dans son miroir le lendemain, comme si de rien n’était. Elle avait participé à cette connerie, et s’ils se faisaient avoir, elle le paierait tout autant que son camarade de chorale.

Oxy donna encore un gâteau à un acheteur contre un joli petit billet qu’elle glissa dans la caisse. S’apercevant que des trous commençaient à se former sur la table, elle réapprovisionna, remettant d’autres cupcakes dans les endroits laissés vides. Alejandro avoua s’ennuyer comme un rat mort et, afin de faire la conversation, lui demanda pourquoi elle s’était portée volontaire.

« Pour aider, tout simplement ! » lâcha-t-elle, comme si ça tombait sous le sens. « Tenir ce stand permettra de donner de l’argent aux enfants malades, tu ne crois pas que c’est une raison suffisante ? » demanda-t-elle, sans agressivité aucune toutefois, juste de la curiosité. « J’en déduis que ce n’est pas pour ça que tu es là… Je me trompe ? Pourquoi avoir accepté, toi, si ce n’est pas pour donner un coup de pouce à tous ces gamins coincés à l’hôpital ? »

Elle avait peut-être tort. Il était possible qu’Alejandro soit également derrière ce minuscule stand par pure générosité. Mais elle ne pouvait s’empêcher d’en douter. Dans ce cas-là, il ne se plaindrait pas de son ennui et ferait tout son possible pour vendre un maximum de gâteaux. Et s’il s’embêtait réellement, il aurait au moins la décence de le garder pour lui. Qu’est-ce que c’était que de s’ennuyer, quand certains garçons ou filles encore plus jeunes qu’eux étaient coincés dans une chambre, sous un drap, toute la sainte journée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro   Lun 20 Déc - 10:08

« Aider les gamins coincés à l’hôpital hein… » répéta-t-il après un temps de silence quelque peu pesant

Il avait tendance à oublier qu’Oxanna n’était pas Quinn et l’entendre parler en ces termes de quelqu’un d’autre qu’elle-même (parce que selon lui, la pompom avait vraiment besoin d’aide…) lui paraissait étrange. Le plus fâcheux, c’était qu’elle avait l’air sincère. Ca n’avait pas l’air d’un discours répété et près à être revomi à Figgins ou un autre prof qui passerait par là, la main sur son portefeuille. Non, Oxanna souhaitait réellement se sentir utile et accomplir une bonne action. Et après tout, quelle autre raison pourrait-elle avoir de se trouver là ? C’était le boulot le plus chiant de l’histoire des petits boulots de McKinley, ou presque. Il fallait vraiment le vouloir pour le faire.

Et lui, pourquoi était-il là ? C’était une sacrée bonne question… Parce que Calvin le lui avait demandé ? Oui et non. C’était après tout lui qui était venu le trouver et lui avait demandé s’il pouvait se rendre utile. Se retrouver parachuter au stand des pâtisseries était loin de l’avoir enchanté mais il s’était fait une raison. C’était pour la bonne cause. Même quand il avait appris qu’Oxanna serait là, il ne s’était pas dégonflé et était passé outre.
Et puis au fond, il commençait à connaitre la petite blonde de sa chorale et elle n’était pas d’une compagnie si désagréable.

La vérité, c’était que dès qu’il avait entendu parler de ce projet, il avait pensé à Margarita. Bien sûr, sa cadette n’était pas à l’hôpital et n’avait pas de maladie incurable, du moins pas à sa connaissance. Mais il y avait quelque chose. Indéniablement quelque chose qui clochait chez elle. Et personne d’autre que lui ne semblait vouloir le reconnaitre. Il aurait aimé que quelqu’un, n’importe qui, s’intéresse un peu à elle, organise une vente de cupcakes débile pour obtenir des fonds et lui permettre de lui faire passer des exams. Malgré ses boulots, ceux de ses parents, ils avaient du mal à joindre les deux bouts et pour le moment, c’était impossible.

« Moi j’suis là pour la gloire » finit-il par lui sourire faussement, ne souhaitant pas s’appesantir davantage sur le sujet

Il retrouva son sérieux quasiment immédiatement, alors que de nouveaux clients s’approchaient de la table, les occupants pour quelques minutes. Si Oxanna mettait du cœur à l’ouvrage, Al ne se donnait pas autant de peine et n’adressait pas de sourire mièvre aux lycéens avides qui venaient glisser quelques dollars dans leur caisse. Caisse qui, comme l’avait signalé la petite blonde près de lui quelques minutes avant, ne se remplissait pas aussi bien qu’ils auraient pu l’espérer.

Alors qu’il lui confiait une nouvelle liasse pour qu’elle y dépose les billets, une rumeur s’éleva dans le couloir. Une aura de peur tomba soudain sur McKinley.
Alejandro leva les yeux au ciel. Il commençait à connaitre la chanson et son air… Sue Sylvester. A son approche, tous s’écartait et l’atmosphère s’alourdissait toujours un peu. Ainsi, le jeune hispanique ne fut pas surpris d’apercevoir sa chevelure claire se détacher dans le fond du couloir au-dessus des têtes de quelques nabots qui s’écartèrent prestement.

« On pari que j’arrive à lui en vendre ? » lâcha-t-il très vite à l’adresse d’Oxanna, désignant la femme du menton

L’idée n’allait sûrement pas plaire à la petite blonde. Il se voyait déjà devoir encaisser un bon coup de coude dans les côtes ou au moins un regard réprobateur et surtout inquiet…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ ; Je mords seulement les moches et les boulets :D
Age : twenty eight
Occupation : Lire, écrire, gérer un forum, râler...
Humeur : Bonne
Etoiles : 627

Piece of Me
Chanson préférée du moment : man in the mirror ; MJ
Glee club favori : Je me fiche totalement des chorales
Vos relations:
MessageSujet: Re: 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro   Mer 12 Jan - 16:02

Si je devais résumer en un mot cette journée portes ouvertes au lycée McKinley, ce serait : HORREUR !

Je dois avouer qu’au départ, j’étais très enthousiaste à l’idée de récolter des fonds pour venir en aide aux enfants malades ; étant la sœur d’une personne handicapée, ce projet me tenait particulièrement à cœur. J’étais bien décidée à faire cracher tout le monde au bassinet pour que cette opération soit placée sous le signe de la réussite. Tout avait été prévu pour que les gens lâchent du blé. Le lycée avait pris des allures de foire, avec la présence de nombreux stands de nourriture ou d’activités diverses, tenus par des élèves. Mes Cheerios devaient se produire sur le terrain de sport dans l’après-midi, pour le coup d’envoi du match de football. Je n’avais pas lésiné sur les moyens, comme toujours ! Elles avaient travaillé très dur sur la chanson « wannabe startin’ somethin’ » et je trépignais d’impatience de voir les réactions du public. Finalement toutes ces soirées sacrifiées aux répétitions ne seraient plus qu’un lointain souvenir lorsque la foule en délire nous offrirait une standing ovation.

Oui, c’était avec une excitation non dissimulée que je m’étais rendue au lycée ce matin. En arpentant les couloirs pour rejoindre le gymnase, je posais mon regard inquisiteur un peu partout, afin de m’assurer que mes Cheerios ne se trouvaient pas devant l’un de ces stands de bouffe. Si jamais j’en surprenais une en train de s’empiffrer comme une truie avant de monter sur scène, ce serait l’expulsion pure et simple ! Par chance, il n’y avait aucune d’elles dans les files d’attente. Je réprimais une expression de dégoût en voyant Mercedes Jones engloutir un cup-cake à pleine bouche. Big Mama pouvait s’estimer heureuse de ne plus faire partie de mon équipe, sinon elle aurait passé un mauvais quart d’heure.

Je pénétrais dans mon antre afin de mettre au point les derniers détails de notre prestation. Nous avions reçu de nouveaux uniformes, rouges et or, et j’avais donné rendez-vous à mes filles à treize heures tapantes pour les essayages. Chaque tenue était marquée d’un prénom, brodé au fil doré, et avait été confectionnée sur mesure. Gare à celles qui n’arriveraient pas à rentrer dans leurs uniformes ! Quelques minutes plus tard, les premières Cheerios me rejoignirent à l’intérieur du gymnase, s’extasiant devant les nouvelles jupes et tops assortis. Paxton, Davis, Lopez, Fabray, Sullivan, Jenkins, Wells, les jumelles Summer, mais il en manquait une, et non des moindres ! Ou était donc passés cette écervelée de Brittany ? Sur un ton peu amène j’interrogeais son acolyte, mais Santana me répondit qu’elle n’en savait rien dans un haussement d’épaules.

« Trouvez la moi ! Immédiatement ! Allez, allez, bougez-vous bande de mollusques graisseux ! Et ne revenez pas sans elle, vous avez compris ?!? » m’écrais-je, en désignant la porte du gymnase. Je ne pouvais pas me priver de la présence de ma meilleure danseuse à une heure de la représentation ! Sans dire un mot, les membres de l’équipe prirent la direction des couloirs, à la recherche de la blondasse. Je fulminais ! Le sixième sens de Sue Sylvester lui murmurait que quelque chose d’imprévu allait contrarier ses plans. Une couille dans le potage, comme on dit. Ce fut lorsque Beverly revint vers moi, soutenant Brittany par les épaules que je pris conscience de l’ampleur du désastre ! Cette pauvre Brittany avait toujours été un peu simple d’esprit. J’avais plusieurs fois soupçonné cette cruchonne de sniffer quelques rails, et j’avais mené ma petite enquête pour la prendre le nez dans le sac. Au bout de quelques mois, je m’étais rendue à la triste évidence que sa débilité était naturelle, et n’était pas du à la consommation de substances illicites. Mais ce jour-là, tout me laissait douter du contraire. Comment une idiote comme Brittany était-elle parvenue à me berner ?!?

« Les grosses dindes et les camées dans ton genre n’ont rien à faire dans mon équipe ! Tu es virée ! ». Je m’approchais de la criminelle, telle une chatte en furie, tout en bousculant la propriétaire de l’épaule sur laquelle elle s’était reposée. « Rassemble l’équipe ! Je veux voir tout le monde dans mon bureau dans vingt minutes ! Réunion de crise !» ordonnais-je à Beverly.

« Non ! Toi tu restes ici Simplette ! » m’écriais-je en retenant Brittany par la queue de cheval.
Une fois seules, je soumis Brittany à un petit interrogatoire. Je voulais savoir qui lui avait fourni de la drogue dans l’enceinte du lycée. Elle me répondit qu’elle n’avait pas pris de drogue, mais qu’elle avait l’impression d’être sur le Titanic depuis qu’elle était passée au stand de gâteaux d’Oxanna dans la matinée. Elle acheva son discours en piaillant qu’elle était « le maître du monde » en virevoltant sur elle-même.

Il ne me fallut pas beaucoup de temps pour comprendre : Brittany était une gloutonne, mais ce n’était pas une camée. Elle avait été droguée à son insu par la rejetone de l’Inspecteur Gadget. Oxanna Prescott ! Une sale fouine que j’avais déjà surpris en train farfouiller dans mon bureau une nuit ! Je l’avais prévenue que la prochaine fois que j’aurais à faire à elle, ma sentence serait terrible. Elle n’avait pas tenu compte de mes avertissements, puisqu’elle se permettait de droguer mes Cheerios et de mettre en péril la réputation de mon équipe. Tant pis pour elle, elle pouvait faire sa prière !

Sans grand ménagements, je poussait Brittany vers la sortie. Je la conduisit au bureau de Meadows en lui demandant de téléphoner aux Pierce pour qu’ils viennent chercher leur fille. Bien entendu, je ne mentionnais pas la découverte que j’avais faite. Prescott était à moi ! De toute façon, Brittany avait la débilité en guise de réputation, ainsi le pion ne sembla pas être surpris par son comportement. Il ne posa pas de questions, et s’exécuta.

Je pris ensuite la direction du stand. Sur mon passage, une aura de crainte s’éleva parmi la foule compacte des élèves. Ils s’écartèrent de mon chemin, et tout au bout de ce tunnel composé de parois boutonneuses, je distinguais la chevelure blonde de le fouine. Son regard croisa le mien, tandis que je parcourais les quelques pas qui nous séparaient. Une fois arrivée devant la table recouverte de space-cakes, j’en attrapais un et le contemplais durant plusieurs secondes.

« Tu pensais pouvoir refourguer tes petites saloperies ici et que ça passe inaperçu, n’est ce pas ? » lui demandais-je en balançant dédaigneusement le gâteau dans sa figure de fouinasse. Je sortais de la poche de mon jogging une liasse de billets. « Je prends le tout ! » annonçais-je, créant ainsi la déception auprès des élèves coincés dans la file d’attente, et que j’avais doublés. Ils l’ignoraient mais je faisais ça pour leur bien. Quant à Oxanna Prescott… elle devait très certainement ignorer pour quelle raison j’avais acheté tout son stock, mais elle n’allait pas tarder à le découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
OXY ∞ Home sweet home.
Age : 24 ans
Occupation : Détective à la Police de Lima
Humeur : Enfin heureuse
Statut : En couple avec Keegan
Etoiles : 2957

Piece of Me
Chanson préférée du moment : death cab for cutie ; transatlanticism
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
OXY ∞ Home sweet home.
MessageSujet: Re: 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro   Sam 22 Jan - 17:48


La main d’Oxanna se tendit pour attraper les dollars et stoppa net lorsqu’elle aperçut la chevelure blonde de Sue Sylvester apparaître au détour du couloir. Son cœur se mit à battre la chamade, mais Oxy secoua la tête et sut se calmer presque instantanément. Pourquoi s’en faire ? Ce n’était pas parce qu’elle passait par là qu’elle était forcément au courant pour leur ingrédient secret ! Plusieurs professeurs avaient fait leur petit tour bien avant elle, et ils étaient passés sans aucun problème. Les muscles de la détective se détendirent, mais elle avait toutefois comme un pressentiment qu’elle ne réussit pas à supprimer. Détournant la tête, elle entreprit d’attraper les billets qu’Alejandro lui tendait toujours et de les ranger.

« On parie que j’arrive à lui en vendre ? »
entendit-elle alors. Oxanna leva à nouveau les yeux sur une Sue Sylvester qui semblait pleine de rage et de colère. Et elle se dirigeait droit sur eux. « Alors là, tu vois, ça m’étonnerait beaucoup ! » constata-t-elle, son rythme cardiaque s’affolant. « J’ai plutôt l’impression qu’elle vient nous chercher pour nous mener direct à l’échafaud. Elle sait, Al ! » lâcha-t-elle d’une voix légèrement paniquée. Son cerveau aurait fumé s’il avait pu : Oxy était d’ores et déjà en train de réfléchir à une excuse, à quelque chose qui pourrait lui éviter la peine de mort qui l’attendait. D’habitude, les adultes du lycée ne l’impressionnaient pas, mais avec Sylvester, les choses étaient différentes. Elle pouvait se montrer plus cruelle que n’importe quel autre être humain sur terre, et Oxanna savait que si elle s’en prenait à elle, elle le regretterait jusqu’à la fin de sa vie. Car Sue saurait faire un véritable enfer du restant de sa terminale.

Une voix masculine s’éleva, semblant déjà loin. « Faut que j’aille aux toilettes. Bonne chance ! » Oxy fit volte-face et s’aperçut qu’Alejandro courait presque dans la direction opposée de Sue. Quel enfoiré ! Il la laissait seule avec cette furie alors qu’il était tout aussi coupable qu’elle ! Un instant, la blondinette songea à nier toute complicité et jouer les stupides. Après tout, Al avait pu verser l’ingrédient mystère à son insu, n’est-ce pas ? Et le fait qu’il se soit enfui et pas elle jouerait en sa faveur. Oui, Oxanna pourrait opter pour cette solution. Seulement, elle était tout sauf une menteuse, et assumer ses responsabilités faisait partie des valeurs que son père lui avait appris à respecter. Quelle que soit la situation.

Miss Prescott accueillit donc Sue Sylvester les mains dans le dos, l’air décontracté et un sourire gravé sur ses lèvres. Son expression resta impassible lorsque la coach des Cheerios lui cracha son venin – et accessoirement, l’un de ses gâteaux – à la figure. Elle entrouvrit les lèvres, s’apprêtant à se défendre avec les arguments qui lui étaient passés par la tête trois secondes plus tôt, mais n’en eut pas le temps. Sue venait de sortir une liasse de billets, et annonça qu’elle souhaitait prendre le tout. Etonnée, la blondinette ne se démonta pas pour autant. L’air désolé, elle s’adressa aux élèves qui faisaient la queue à son stand, et qui semblaient désappointés. « Je suis navée, tout le monde, mais vous pouvez circuler, tout est vendu. N’hésitez pas à rendre visite à Emily, il doit forcément lui rester des barres chocolatées ! Et bonne journée à tous, » ajouta-t-elle, espérant les mettre dehors le plus vite possible.

Ils ne tardèrent pas à s’éparpiller. Oxy empocha les dollars de Sue Sylvester et se pencha vers elle avec un air de conspiration. Elle venait de changer son plan du tout au tout… « Alors comme ça, vous avez deviné ? Je veux bien que vous achetiez tout mon stock, mais si vous avez l’intention de devenir ma complice, vous feriez bien de me mettre au courant de vos intentions. » Afin que cela ne sonne pas comme une menace, elle expliqua : « Je pourrais peut-être vous aider. » Et oui, cette Sue Sylvester, mieux valait l’avoir en amie qu’en ennemie. Et même Oxanna Prescott était bien obligée de l’admettre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro   

Revenir en haut Aller en bas
 

04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 4
-