Choriste du mois


Partagez | 
 

 04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- Empty
MessageSujet: 04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite-   04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- EmptyDim 19 Déc - 14:49



    Lorsque la jeune femme annonça à James la solution du « mystère » entourant le père de l'enfant de Chris, son visage s'assombrit. Personne ne méritait d'être veuf. A fortiori si jeune. Il ne le souhait à personne, même pas à son pire ennemi. Trois mois. C'était si peu. Certains seraient encore chez eux, dépressifs. Mais la brune semblait refuser de s'apitoyer sur son sort et continuait à vivre sa vie, sûrement pour son enfant. C'était la preuve d'un fort caractère et d'un grand courage. James l'admirait. Même s'il ne pouvait pas se rendre compte de ce qu'elle devait endurer, il comprenait qu'elle éprouvât des difficultés à faire cours. Par contre il n'avait pas vraiment compris le lien avec les élèves qui se battaient... son mari était-il décédé dans des circonstances similaires ? Sûrement. Mais l'anglais ne poserait pas la question, ce n'était pas le moment de remuer le couteau dans la plaie.

    « Je suis désolée, Chris. Si tu veux en parler, parler de lui, je suis là. »

    Il n'y avait rien de pire que d'essayer de faire son deuil seul, en pensant à une personne inconnue pour les autres. Son souvenir s'effaçait peu à peu et on se rendait compte de sa condition d'humain éphémère. Je pense donc je suis. Or le cerveau d'un mort n'était plus capable de penser. Ce n'était pas pour rien que les décès étaient constatés en cas de mort cérébrale... D'où inefficacité de la cryogénisation pour atteindre l'immortalité. Je pense donc je suis. Les penseurs, philosophes, savants, et autres... Nous en parlions toujours. Qui ne connaissait pas Goethe ? Platon ? Socrate ? Einstein ? Pascal ? Pierre et Marie Curie ? Oui, les scientifiques qui pensaient fort et on fait de multiples théories n'étaient pas à écarter. Ils étaient toujours à travers leurs ouvrages, leur page wikipedia, en somme, leurs apports à la société. Je pense donc je suis. L'immortalité se trouvait-elle dans la production de culture ?

    Mais parlons je choses plus joyeuses, Chris et James arrivaient au café après avoir affronté le froid mordant d'un hiver dans l'Ohio. Il lui tint la porte, la laissant entrer la première. Puis, une fois arrivé près de la table, le gentleman recula la chaise pour que la brune puisse s'assoir. Il était plein de ces petites attention si rares pour américain mais qui, à lui, lui paraissaient toutes naturelles. Installé, il laissa la demoiselle commander son chocolat à la cannelle. Elle avait d'excellent goûts. La cannelle était une épice délicieuse, parfaite sur une tarte aux pommes. D'ailleurs James comme sa joueuse ne concevaient plus de manger une tarte aux pommes sans la saupoudrer de cannelle. L'anglais, fidèle à lui même, commanda évidemment un thé. Du Earl Grey (cette précision était-elle nécessaire ?).

    Alors que le serveur -plutôt mignon, il plairait à Maxime !- repartait, Chris posa une drôle de question au professeur de mathématiques. Heureusement que ce dernier n'avait pas encore sa boisson, sinon il en aurait lancé sur tout le monde en manquant de s'étouffer (rigolez pas, ça m'est arrivé IRL... c'était pas drôle !). Par contre, la fin le faisait moins rire puisque la jeune femme avouait ne pas mordre. Et ça, c'était un tue-l'amour. En effet, James aimait bien qu'on lui mordille l'oreille et que... HEM bref, ça ne vous regardait pas ce genre de détails ! Et puis ils n'étaient pas à leur place car, comme tout le monde le savait le rosbif n'avait nullement l'intention de séduire Chris. Bien que défenseur de la veuve et de l'orphelin (malheureusement littéralement), il n'était pas un prince charmant. Alors avant de lui répondre, il eut un léger rire.

    « Hahaha ! En effet je souhaiterais mieux te connaître ! ... mais pas pour la raison que tu sembles croire. Mon cœur est déjà prit. Je devrais même dire capturé, et je doute qu'on ne me le rende un jour.... »

    Bah ! Voilà que James se mettait à faire des métaphores. On aura tout vu !

    Le serveur revint alors avec la commande, déposant d'abord le thé de James sur la table avec de servir la brune. L'anglais lui lança un regard noir. En voilà un qui n'aurait pas de pourboire ! Tandis qu'il repartait, le mathématicien se tourna de nouveau vers sa collègue, plongeant son regard océanique des caraïbes dans le sien..

    « Alors comme ça, tu enseignes la sociologie ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- Empty
MessageSujet: Re: 04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite-   04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- EmptyMar 21 Déc - 1:28

Ne pas s'attarder sur la douleur était une chose dont Chris avait l'habitude désormais. Mais lorsqu'elle se trouvait avec quelqu'un, la douleur n'était pas aussi insupportable que lorsqu'elle était seule. Et elle l'était si souvent, chez elle, lorsqu'elle rentrait de sa journée de cours. Elle se raccrochait à chaque possibilité de sortie possible pour éviter ces moments qui la terrifiait parce qu'elle savait qu'elle s'effondrerait au premier moment de solitude. Les longues nuits blanches passées à pleurer n'étaient pas encore derrière elle, c'était à peine si elle avait fait son deuil déjà. Trois mois c'était un délai trop court pour y parvenir et oublier aussi aisément cinq années de mariage heureux sans compter les années avant. Elle lavait connu Matt depuis l'enfance et jamais elle ne pourrait oublier tout ce qu'ils avaient vécu tous les deux.

Merci Jam', c'est adorable de ta part. Mais si j'en parle, je risque de me transformer en madeleine et ce ne serait pas vraiment raisonnable, tu comprends? lui répondit elle, en lui adressant un sourire de gratitude tout en enroulant son écharpe autour de son cou.

Arrivés au petit café après un trajet fort court, elle entra la première mais laissa le soin à James de choisir la table où il se sentait le mieux. Ce qui ne l'empêcha pas de faire preuve une nouvelle fois de galanterie en lui reculant sa chaise suffisamment pour qu'elle puisse s'asseoir à son aise avec son frère arrondi. Le remerciant une fois encore du regard, elle prit place et commanda un chocolat à la cannelle lorsque le serveur vint pour connaître leurs commandes.Évidemment, James ne la surprit point en demandant un thé typiquement anglais. D'ordinaire, elle appréciait cela également mais depuis qu'elle était enceinte, elle se contentait d'aliments et de boissons qui n'étaient pas nocives pour l'enfant qu'elle portait.

Pour détendre l'atmosphère et aussi ne plus parler exclusivement d'elle, Chris tenta une blague avec humour et décontraction. Cela eut l'effet escompté car elle l'entendit rire

Oh c'est pas vraiment super ça. Tu devrais demander une location ou alors tu portes plainte contre mauvais traitements si jamais ça va trop mal. répondit elle en faisant une légère grimace. Il y avait eu des fois où l'amour n'était pas partagé mais qui ne provoquait pas la fin de l'amour pour autant. Bien au contraire et cela était terrible de vivre un amour sans espoir. Elle n'eut pas le temps de parler davantage car le serveur revint avec leurs boissons. Ne remarquant pas vraiment le regard noir que lança son sauveur au serveur, elle attendit que sa boisson soit tiédie un peu.

Oui la sociologie. En fait, je suis un peu une touche à tout au niveau des matières littéraires et de droit. Je faisais beaucoup de remplacement à New York sans vraiment me spécialiser. Une fois, j'ai même donné des cours d'architecture et de géométrie dans l'espace même si c'est très loin d'être un domaine dans lequel je suis accréditée théoriquement. Pour être honnête je suis professeur de langues avant tout. Allemand, espagnol, japonais et français mais comme ils avaient besoin d'un prof de sociologie, me voila. expliqua t'elle, en souriant. Et toi, c'est les maths alors? Lorsque j'étais étudiante, il y avait pas beaucoup de personnes qui appréciaient cette matière. Pourtant, c'est un langage universel au niveau des chiffres et des symboles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- Empty
MessageSujet: Re: 04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite-   04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- EmptyLun 27 Déc - 4:36

    James avait abordé un sourire compatissant qu’il voulait réconfortant lorsque la jeune femme avait dit que parler de son défunt époux la ferait pleurer comme une madeleine. A côté de ce drame, ses soucis de cœur lui semblaient n’être que ridicule et futilité. De quoi se plaignait-il ? D’autant plus qu’il n’était pour l’instant conscient que de la partie émergée de l’iceberg. En effet, il ne s’était toujours pas rendu compte que Maxime avait toujours des sentiments pour lui. Alors il n’avait que le problème de se faire remarquer et apprécier, aimer même, par Sue Sylvester, the Winner.

    Mais revenons-en au présent. Les deux professeurs attendaient toujours leur commande et Chris répondait à James. Heureusement que ce dernier n’avait pas commencé à boire, il se serait étouffé ! En effet, la jolie brune en face de lui venait à nouveau de le faire rire. Oh, ce n’était pas de ces éclatements sonores d’êtres hilares, mais c’était quand même un amusement certain. Oui, James devrait louer son cœur, mais pas dit que la propriétaire lui accorder une location ! Quant au mauvais traitement… Au fond il ne les devait qu’à lui-même, il n’avait qu’à pas être si accroché ! Une véritable bernique !

    Les boissons arrivèrent enfin, et la discussion continua.
    Tout en écoutant sa collègue, James ferma les yeux et porta son thé à ses lèvres, sans pour autant les entrouvrir. Il avait l’attention d’en profiter, de ne pas boire tout de suite. Il humait la fumée –la vapeur en fait- emplie des arômes de la boisson. Cette odeur réconfortante et plus ou moins certaine, fil d’Ariane du labyrinthe de sa vie. Certes les « harmoniques » étaient différentes à chaque fois selon la qualité du thé, le temps d’infusion, la température de l’eau, la température ambiante, et bien d’autres paramètres… mais globalement elle restait la même. Lorsque Chris l’interpella pour lui poser une question le professeur de mathématiques remonta les yeux vers elle.

    « J’admire ta polyvalence ! Je suis sûrement pire en langues que toi en géométrie dans l’espace ! », avoua James qui, il fallait le dire, ne connaissait que trois mots en français, et basta ! On ne pouvait pas être doué en tout et lui et les autres langages ça faisait trois. Même ceux « proches » de l’anglais comme l’allemand. Non mais c’était quoi cette histoire de cas ? Nominatif, bon encore ça passait, mais Accusatif ? D’où un complément d’objet direct était-il un accusé ? C’était à n’y rien comprendre et complètement anti-mnémotechnique ! De l’illogisme pur. D’où son aversion pour le latin, soit dit au passage. Quant au français et à l’espagnol, ils avaient tous les deux des prononciations barbares. Comment un être humain normalement constitué pouvait-il prononcer les « r » des froggies ou les « s » des ibères ? Le japonais, il n’en parlait même pas ! Littéralement. « Watashi wa James Sheffield desu », cela le dépassait. A part Sayonara et arigato… et encore, rajoutez un « domo » devant le arigato et il se mettait à douter ! x, y et z étaient des valeurs plus sures. Et universelles. D’ailleurs Chris était manifestement de son avis sur ce point.

    « C’est vrai que peu d’élèves aiment, et la plupart de ceux qui réussissent en cours ne le doivent pas à leur travail mais à leurs facilités ! Malheureusement. Peu se rendent compte des applications des maths dans la vie réelle… Ce n’est que lorsqu’ils ont besoin d’une notion, bien plus tard dans leur vie adultes, qu’ils se disent qu’ils auraient dû plus travailler cette matière. Mais maintenant avec internet on peut vite retrouver si on sait ce que l’on cherche. Alors plus que le langage, j’essaie de transmettre une façon de penser, de raisonner, et du vocabulaire mathématique. »

    Et voilà, lui qui se disait qu’il n’allait pas parler boulot… paf, prit en flagrant délit de philosophication sur l’enseignement des mathématiques… passionnant ! Plutôt que de continuer à déblatérer des imbécilités, il but une gorgée de thé. Hmm, délicieux. Il profita du liquide brûlant qui coulait le long de sa gorge. C’était ainsi que l’anglais appréciait sa boisson favorite : très chaude. Elle laissait un petit piquant sur la langue qu’il avait fini par apprécier.

    « Comment tu as fait pour maîtriser ces langues ? Le français et le japonais sont réputés difficiles ! Enfin, moi j’y connais rien alors je te dis ce que j’ai entendu ! »

    James était particulièrement intéressé par cet aspect linguistique qui lui échappait totalement.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- Empty
MessageSujet: Re: 04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite-   04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- EmptyJeu 30 Déc - 22:14

Chris blaguait beaucoup pour détendre l'atmosphère mais elle espérait vraiment que James trouverait rapidement la personne qui lui apporterait le bonheur qu'il méritait et si cela passait par le fait de trouver l'amour, que cela arrive rapidement et avec beaucoup d'intensité. Elle se demandait parfois ce que certaines personnes pouvait bien faire pour ne pas se rendre compte de la beauté et la richesse de l'âme d'autres personnes qui finissaient par dépérir par manque de tendresse et d'amour sincère et véritable. Mais le pire c'est que James n'avait rien d'affreux alors Chris ne parvenait pas à comprendre comment une personne, homme ou femme, ne pouvait tomber sous son charme et devait même s'estimer chanceuse du fait qu'il ressente de l'amour envers lui ou elle.

Profitant de la chaleur procurée par le liquide brulant de la tasse, Chris se réchauffa les mains de cette façon, même si elle trouvait d'ordinaire cela trop chaud. Cette fois, la tasse était à peine brulante et pourtant le chocolat chaud fumait et dégageait une odeur succulente et sucrée.

A New York, je privilégiais les dialogues aux choses techniques. D'ailleurs, quand on parle, on se moque bien mal de savoir que c'est un mot, un verbe ou un adjectif. Ce qui compte c'est de savoir le dire. Le pire, je pense, c'était les verbes irréguliers. Ça, par contre, aucun moyen d'y échapper pour connaître la conjugaison. C'est pour ça que je préfère les maths même si je me suis toujours demandé à quoi pouvait servir d'apprendre les racines carrées et autres trucs dans ce genre là en dehors des personnes qui veulent devenir profs, comptables etc etc? dit elle, buvant ensuite une longue gorgée de chocolat tiédi désormais, sa tirade lui ayant donné soif.Écoutant James expliquer qu'avec Internet, tout se trouvait plus rapidement, elle ne pouvait s'empêcher d'être d'accord avec lui sur ce qu'il disait en jouant avec son alliance qui se trouvait sur la chaîne autour de son cou.

Oh tu sais, j'ai énormèment voyagé quand j'étais gosse et donc, ça a permis que j'apprenne les bases. Et puis New York est connue pour être une ville où toutes les cultures et les nationalités se trouvent dans différents quartiers. Six mois passés à discuter avec des personnes de Little Italy ou de Chinatown et on se retrouve polyglotte en deux ans à peine. expliqua t'elle, en lui souriant. Il était vrai que de ce côté là, la Grosse Pomme n'avait pas démérité sa réputation de ville cosmopolite. Elle avait connu beaucoup de personnes là bas qui lui avaient appris à maitriser leur langue alors qu'elle faisait de même en leur donnant des cours gratuitement. D'ailleurs elle avait tissé un lien amical avec beaucoup d'entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- Empty
MessageSujet: Re: 04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite-   04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- EmptyMar 18 Jan - 21:51

    James écouta la jeune femme avec attention, il aimait entendre parler les autres de leur expérience car c'était toujours un sujet enrichissant. Et puis dans ce monde où on ne pouvait compter que sur soi-même, il était important d'en apprendre plus sur les autres, de les laisser s'exprimer, et de leur porter un peu d'attention. Cela ne coûtait rien et était bénéfique à tous. Pourquoi y avait-il tant de dépressifs ? Ou de malades mentaux ? Ou de tueurs en série, ou d'autres criminels de la pire espèce ? Parce que l'égoïsme du monde nous confinait dans notre tête sans échappatoire. Il était alors facile de faire monter la sauce et de commettre des actes plus ou moins tragiques. Mais l'anglais n'agissait pas avec cette arrière pensée. Lui était juste curieux... et éprouvait un besoin irrépressible de réconforter ceux qui avaient de la peine ou qui semblaient aller mal. Or c'était précisément le cas de Chris en cet instant. Du moins tout à l'heure, car elle donnait l'impression d'être un peu mieux. Cela réchauffait le cœur presque autant que la boisson brûlante qu'il tenait dans ses mains.

    Il trouva la remarque de Chris sur les maths amusante. Toutefois il attendit qu'elle ait terminé pour lui répondre.

    « Et bien tu sais, si on commence à vouloir enseigner les racines carrées et autres concepts de base à ceux qui entrent dans de prestigieuses université pour devenir ingénieur ou expert comptable, on n'en a pas finit ! Déjà qu'il est difficile de maîtriser l'entier programme par manque de temps... Et puis, les applications dans la vie courante sont multiples, par exemple pour trouver le nombre de tables nécessaire à un grand évènement... ou pour mesurer la hauteur d'un mur sans pouvoir en atteindre le sommet, c'est une application du théorème de Thalès. Mais ça, ce n'est pas dans les livres de maths qu'on l'apprend, ils sont bien trop théoriques ! »

    Il rebut une gorgée de ce délicieux thé. Dire qu'il y avait des gens qui n'aimaient pas ça ! Parfois même sans y goûter... ils condamnaient cette boisson sous prétexte qu'elle serait "ringarde". Il ne visait personne, suivez son regard... qui s'était fixé sur le bar karaoké. Ben oui, il pensait à de Logan Quincy, le gérant, qui refuserait catégoriquement de tester, même pour "essayer" un coup, même s'il n'était pas forcé de tout boire ! Certains manquaient de courage à un point... rien dans le pantalon, c'est moi qui vous le dit !!

    Néanmoins, cette attitude avait du bon car elle avait permis à James d'avoir une super idée pour ce soir. Lui sortirait de sa morosité déprimante face au portrait de Sue qui le regarderait d'un air froid et impitoyable, tandis que sa collègue profiterais d'une soirée pour se lâcher un peu malgré tous ses soucis du moment. Mais avant de lui proposer une invitation, il répondit à ses paroles.

    « C'est génial de pouvoir apprendre si vite une langue, rien qu'en étant au contact des gens qui la parlent. Comme quoi, les cours de langue ont d'importantes lacunes... peut être devraient ils être plus vivants ? Mais les élèves sont rarement contents de parler devant les autres, non ? Je me souviens quand j'étais en classe, ils ronchonnaient à l'annonce des exposés à faire et voyaient ça comme une contrainte... »

    Bon d'accord, les élèves avaient une part importante de flemme. Mais quand même... Enfin nous n'étions pas là pour refaire le monde, et si certaines méthodes étaient appliquées, c'était qu'elles devaient avoir fait leurs preuves. De plus, relativisons, le Japon était loin derrière les Etats Unis en ce qui concernait l'apprentissage des langues étrangères... tout comme la France, alors vous voyez, nous n'étions pas des nuls ! (euh en fait je suis pas certaine xD). Puis James décida de lui faire part de sa petite idée...


    « Dis-moi... »

    Il reposa sa tasse de thé.

    ... ça te dirait de venir ce soir au karaoké, avec moi ? »

    Bien entendu ils ne consommeraient que des coktails sans alcool (du moins pour Chris sifflote ).



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- Empty
MessageSujet: Re: 04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite-   04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- EmptyVen 21 Jan - 23:02

Le moment de panique qu'elle avait eu tout à l'heure dans sa classe était totalement oublié depuis qu'elle était ici à discuter de sujets divers en compagnie de James. Bien évidemment, ce soir, lorsqu'elle se retrouverait seule, Chris ne pourrait s'empêcher d'y repenser et de se traiter d'idiote comme à chaque fois qu'elle se retrouvait en position de faiblesse. Elle haïssait tellement cela qu'elle ne parvenait pas à se dire que c'était normal, qu'elle avait encore des difficultés avec son deuil. Parfois, quand cela devenait trop difficile, elle occultait ce moment, se voilant la face en faisant en sorte de penser que cela ne s'était pas produit et que tôt ou tard, Matthew reviendrait. La terrible réalité revenait à chaque fois et elle traversait alors une période de larmes et une vraie crise de nerfs qui la rendait capable de tout foutre en l'air chez elle. Mais elle devait songer à son enfant avant tout et pour cela, elle se calmait en s'occupant autrement. Les cours à préparer, les copies à corriger, peindre ou lire et d'autres choses encore étaient un excellent moyen pour ça.

En revenant à la conversation, Chris écouta avec la plus grande attention James parler des mathématiques à l'université et du fait que ce n'était pas avec la théorie que l'on apprenait mais plus avec la pratique.

Là dessus, nos avis se rejoignent tout à fait. Réciter par coeur les théorèmes ne sert à rien en gros, les mettre en pratique est quelque chose de plus aisé. C'est pareil pour chaque matière en gros. reconnut elle, un sourire aux lèvres. Elle parla alors de son expérience près de certains quartiers de New York ce qui lui avait permis de maitriser des langues étrangères bien mieux qu'en suivant des cours.

Oui, c'est vrai que de ce point de vue, c'est une vraie lacune concernant l'oral. Mais pas dans ma classe. Chacun des élèves présents expose son point de vue et cela mène à de vrais débats. Sauf celui de ce soir qui a dérapé, bien sûr mais sinon, leurs arguments se révèlent très intéressants et cela leur permet de s'affirmer davantage. répondit elle, exposant ainsi son point de vue sur la question. Terminant ensuite son chocolat en buvant les dernières gorgées avant qu'il ne soit froid, elle fut surprise par l'invitation de James à passer la soirée au karaoké.

Euh...Oui pourquoi pas? Ça serait vraiment intéressant et on passerait une bonne soirée. J'y suis allée l'autre soir et il y avait cette fille qui chantait ses compositions. Elle avait vraiment du talent, dit elle en souriant, avant de reprendre. Mais on peut passer chez moi avant? J'aimerais me changer et déposer mes affaires, si ça ne te dérange pas? lui demanda t'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- Empty
MessageSujet: Re: 04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite-   04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- EmptySam 22 Jan - 0:48

    En effet, si les élèves participaient en débattant, les heures d'étude de langue pouvaient être des plus profitables pour leur niveau oral, leur expression. Et l'intervention de l'adulte encadrant était un atout pour que ce ne soient pas toujours les mêmes qui parlent. Néanmoins, comme toute chose dans ce bas monde, cette méthode avait des défauts. Le genre dont on doit faire avec, le genre inexorables. En effet, certains élèves ne pourraient s'empêcher de raconter n'importe quoi... d'autres n'arriveraient pas à aligner trois mots, quant à d'autres, ils refuseraient tout bonnement de parler... Il existait presque autant de façon de bouder cet exercice qu'il existait d'élèves. Mais bon, ce qui comptait c'était les résultats d'ensemble, peu importait les cas isolés trop bêtes pour comprendre leur intérêt dans l'affaire. Plus tard ils regretteraient de ne pas avoir écouté. La vie au jour le jour était attirante... mais également très dangereuse. Il fallait savoir trouver un juste milieu.

    Toutefois, James ne cru pas opportun de continuer le débat et acquiesça donc aux paroles de sa collègues avec laquelle il était somme toute d'accord. Non mais c'était vrai, quoi. Il n'allait pas chipoter pour balancer des généralités. Si la méthode idéale avec les apprenants existait, elle serait déjà employée ! Passons donc au sujet suivant à savoir... la soirée au bar karaoké !


    James avait déjà hâte d'y être. Chris avait accepté et il en était plus qu'heureux. Il ne souhaitait pas y retourner seul, ça aurait été trop... Difficile. Or aujourd'hui il avait besoin de chanter. La jolie brune aussi... Chanter permettait de s'évader, se transporter, se laisser emporter par la musique... Ou bien d'évacuer toute sorte d'émotions difficiles à supporter...haine, tristesse, rancœur, amertume... Ou encore laisser exploser sa joie, son bonheur, pour les partager. Oui, la musique était un véhicule d'émotions particulièrement efficace pour saper la grisaille du quotidien ou soulager d'une partie du poids d'un chagrin.

    « Le bar permet à des compositeurs de présenter leurs œuvres ? C'est super de la part de Geck... enfin de Log... Je veux dire de Mr Quincy de donner une chance aux jeunes. Il n'a pas oublié la galère des débuts... »

    Le rosbif faisait bien sûr référence à la carrière musicale de Logan Quincy... une rockstar, ce qui impliquait des hauts très hauts et des bas très bas. Sans parler de la féroce concurrence entre les groupes, et les maisons de disques qui voulaient empocher le pognon en arnaquant les jeunes naïfs trop heureux de vivre leurs rêves. Alalalala que James était content d'être prof ! Il n'aurait jamais voulu évoluer dans ce monde de requins ! Si jamais tu fais une référence à une certaine piscine, toi... mad.
    Quant à son bafouillage, il faisait comme si de rien n'était. Ses joues n'étaient rosies que par le froid, si mônsieur !

    « Je ne sais pas s'il y aura quelqu'un ce soir, je n'ai pas le programme. On verra sur place ! »

    Puis la demoiselle indiqua qu'elle souhaitait repasser chez elle auparavant. Quand je dis "repasser", je ne parle pas de son linge. Juste leblanc de se faire une beauté..., de prendre le bon sac, la bonne paire de chaussures assorties à la robe... passer du temps pour élaborer sa coiffure... optimiser son maquillage en tentant de prévoir quel sera l'éclairage une fois dans le bar... retrouver ce mignon petit foulard acheté en solde il y a deux ans qui serait absolument RA-VIS-SANT avec cette tenue... Ne pas oublier les petits pshitts de parfums dans les zones stratégiques : cou, creux du coude, poignets...

    Tant de mouvements faits, d'énergie dépensée... et même pas pour draguer... mais pour paraître juste présentable, sortable. La société exigeait des filles une attention de chaque instant envers leur personne. Elles devaient être impeccables au risque de paraître négligées et donc à ne pas fréquenter. Voilà ce que c'était que d'être basé sur le physique. Au moins James n'aurait pas tout ce cérémonial à exécuter, même s'il passerait lui par la case rasage... compensée par la pause "épilation" des dames qui était quand même plus longue et plus douloureuse. Qui étaient les chochottes ? Les hommes disant que les femmes ne supportaient aucun bobo avaient torts. Ils étaient de stupides machos tombés dans le piège de l'esprit manipulateur des nanas. En effet, ces dernières voulaient passer pour des choses fragiles pour être prises dans les bras et protégées. Ni plus ni moins. En aucun cas une femme n'est une chochotte. Pas quand elle doit souffrir le martyr, être pliée en deux tellement elle a mal, mais être forcée d'aller en cours quand même... et cela pendant plusieurs jours... et tous les mois ! Soyons sérieux deux minutes. Chochottes vous-même, les mecs !

    Enfin bref. C'était à James de répondre.

    « Aucun problème ! Vas te changer... quant à moi... je vais faire de même ! J'ai également bien envie d'une bonne douche chaude pour me réchauffer... Il fait vraiment froid aujourd'hui ! »

    Il se frotta les mains les unes contre les autres pour éviter d'avoir les doigts gelés.

    « Je passe te prendre vers 20h, ça te va ? Tu habites où déjà ? »

    Il lui sourit, certain qu'il allait passer une soirée excellente.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- Empty
MessageSujet: Re: 04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite-   04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- EmptyDim 23 Jan - 20:29

(T'as déjà vu des requins dans une piscine toi?? xDD)

Fronçant les sourcils, amusée, Chris assistait à un véritable moment de bafouillage de la part de James. Mais ce n'était pas de la moquerie, loin de là. Non, cela l'amusait de le voir hésiter autant pour désigner quelqu'un qu'il connaissait, et plutôt bien d'après ce qu'elle pouvait en déduire. Pour elle, peu importait qu'il soit avec un homme ou une femme, tant qu'il soit heureux, c'était le principal car chaque personne sur Terre méritait le bonheur, dont le manque pouvait parfois conduire à des actes déraisonnés et que la jeune professeure ne parvenait pas à comprendre parfois.

Oui c'est vraiment super pour ceux qui peuvent en profiter car ça permet d'apprécier vraiment leur talent. confirma t'elle. Et ce n'est pas grave pour le programme, de toute façon, je préfère quand c'est la surprise personnellement, reprit elle, en lui souriant.

Après qu'elle eut payé, vu qu'il avait visiblement trop eu d'émotions pour s'en rappeler (eh ouais mdr xDD), ils sortirent du petit café et se dirigèrent vers la voiture de James. Le froid était si mordant que Chris se sentit mieux à l'intérieur dès lors qu'il eut allumé le chauffage. Durant le trajet, ils discutèrent pas mal, entrecoupant juste lorsqu'elle lui indiquait une route à prendre. De retour chez elle, la jeune professeure déposa ses affaires et, après une bonne douche tiède, enfila un pull large de couleur rouge avec un jean avec une élastique au niveau du ventre, le sien étant déjà bien visible pour les cinq mois de grossesse. Un coup de brosse et une orange plus tard, l'horloge affichait déjà bientôt 20 heures. Donnant à manger à ses animaux, elle attendit l'arrivée de James pour sortir, le vent qui soufflait dehors semblait si fort en observant les branches des arbres devant chez elle, qui bougeaient.

A l'heure prévue, avec une extrême ponctualité, la voiture de James se gara sur l'allée qui menait à son domicile. Resserrant son manteau contre elle, Chris sortit et grimpa dans la voiture. Elle lui aurait bien proposé de boire un thé chez elle mais ils sortaient d'un café et de plus, elle n'avait pas de thé chez elle, résistant à la tentation d'en acheter pendant sa grossesse. Mais il ne faisait aucun doute qu'une fois qu'elle serait accouchée, elle en profiterait pour boire un thé à la menthe, tel qu'on en faisait dans les pays arabes.

J'adore ce parfum, dit elle en guise de rebonsoir, quand elle huma l'odeur de James dans l'habitacle. Chrome, c'est bien ça?? lui demanda t'elle, pour en être sûre. Puis, sur la route, ils parlèrent à nouveau, pas bien longtemps, le trajet étant court jusqu'au karaoké. Sortant, ils entrèrent rapidement à l'intérieur. Rien n'avait bien changé depuis la dernière fois qu'elle était venue, la semaine précédente si ce n'est qu'au lieu de la chanteuse qu'elle avait entendue, se tenait un homme qui chantait comme une casserole sur une chanson d'amour, à l'intention de sa dulcinée qui l'observait de son siège, comme s'il était un dieu de la chanson.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- Empty
MessageSujet: Re: 04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite-   04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite- Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

04. Bad day's end and a knight on his white horse is here -suite-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 4
-