Choriste du mois


Partagez | 
 

 04. I can pee by myself

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 04. I can pee by myself   Dim 19 Déc - 22:40

    « Mlle Hammersmith, vous êtes convoquée dans le bureau de Mlle Pillsbury à 11h. »

    Katia leva les yeux au plafond avant de dévier son regard vers Mr Sheffield. Il lui adressa un sourire mais Katia lui renvoya un regard noir à la place. Pas qu’elle lui en veuille d’être porteur de ce message. Quoi que si. Ca ne pouvait pas arriver à un autre cours ? Katia regarda sa montre. Il était 10h20. Et son double cours de mathématiques serait coupé par une visite chez la conseillère. Géniale. Si un élève lambda serait ravi qu’on le convoque où que ce soit – car il pouvait rater des cours sans se faire taper sur les doigts – ce n’était pas le cas de Katia. Pas qu’elle raffole les cours et qu’elle soit un petit rat de bibliothèque, c’était juste qu’elle ne souhaite pas voir Mlle Pillsbury. Elle savait ce qu’elle allait lui dire. Elle allait lui pointer son dossier sous le nez et la pousser à se confier. Et en plus, ça lui faisait rater une heure de maths, cours qui lui était utile pour sa future formation.

    Toutefois, à la pause, Katia sortit du cours de Mr Sheffield. Non, elle n’allait pas aller voir la conseillère, mais elle ne voulait pas que son professeur lui pose des questions. Elle se contenterait de traîner dans les couloirs ou aller harceler Jesse St-James à la bibliothèque. Tiens, cette seconde alternative lui plaisait bien ! Katia mit son sac sur son épaule, salua son professeur de mathématique avant de quitter la salle, en direction de la bibliothèque. Lorsque Katia descendit l’escalier, elle se souvint que ce chemin menait également au bureau d’Emma Pillsbury. De loin, Katia la voyait dans son bureau, les bras croisés. Est-ce qu’elle attendait son rendez-vous avec elle ? Si c’était le cas, elle pouvait toujours courir ! Elle ne supportait pas les conseillères, elle ne servait à rien. Elles donnaient toujours de mauvais conseils et leurs vies personnelles étaient toujours un fiasco. Non, elle était bien décider d’éviter Mlle Pillsbury le plus longtemps possible, pour éviter cette confrontation. A cette pensée, Katia sourit et continua son chemin, passant devant son bureau, en jetant un regard à l’intérieur du bureau de verre. Et elle ne fut pas étonner de voir Mlle Pillsbury recadrant l’espace de son bureau au millimètre près. Cette vision lui tira encore un sourire. Que de sourire aujourd’hui !

    Katia voulut passer à son casier, avant de faire un tour à la bibliothèque. Elle voulait savoir si elle avait besoin de se refaire une beauté avant de se pointer face à son ex. S’il l’avait vu bon nombre de fois sans maquillage ou les matins pas très réveiller, ils étaient ensemble à cette époque, et donc ne devait pas voir ses défauts ou faire semblant de la trouver toujours jolie. Aujourd’hui, maintenant qu’il courrait après Rachel Berry, elle devait mettre toutes les chances de son côté et mettre en avant les cadeaux de Mère Nature. Elle prit alors sa trousse de maquillage qui était rangé entre son classeur de littérature et son livre de biologie. La lycéenne claqua la porte de son casier pour le fermer, quand elle vit Emma Pillsbury sortir de son bureau. Quoi ? Elle allait jusqu’à la chercher ? Elle n’en croyait pas ses yeux, mais de peur qu’elle ne la voit, courut aux toilettes les plus proches. Katia s’enferma dans une cabine et s’assit sur la cuvette, posa sa trousse de toilettes sur les genoux. Depuis quand les conseillères traquaient ses élèves comme ça ? Certes, elle n’était pas aller à son dernier rendez-vous mais c’était son problème, pas le sien ! Elle lui avait rendu service, elle lui avait donner une heure de plus pour astiquer son bureau, elle devrait plutôt lui être reconnaissante.

    Tapant du pied, Katia perdit patience. A quoi bon rester enfermé ? C’était idiot, Emma n’allait pas la suivre jusqu’à dans les toilettes. Katia déverouilla la porte de la cabine et en sortit, quand la porte principale des toilettes s’ouvrit. Katia tourna la tête et vit … Mlle Pillsbury ! Alors elle, elle ne recule devant rien ! Elle allait jusqu'à harceler ses élèves jusqu'à un endroit aussi intime ? Il ne faut pas s'étonner que tout le monde détester les conseillères d'orientation après !

    « Encore vous ! Vous me suivez ma parole ! »

    Katia écarquilla grand les yeux. Elle n’arrivait pas à y croire. L’aurait-elle vu entrer ? Non mais vraiment, elle ne pouvait pas faire un pas tranquille, sans qu’on lance un mandat d’arrêt contre elle ! Emma pouvait quand même rester sa vie urinaire tranquille quand même non ! Ca, c’était trop !



Dernière édition par Katia Hammersmith le Lun 27 Déc - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. I can pee by myself   Lun 20 Déc - 19:41

Assise dans la salle des professeurs, Emma Pillsbury prenait le petit déjeuner qu’elle n’avait pas eu le temps de prendre chez elle avant de venir au lycée. La salle était toujours plus ou moins vide à cette heure-là de la journée : les professeurs qui arrivaient rejoignaient en général directement les salles de classe. Seule à une table, elle dévorait une tartine au beurre de cacahuète qu’elle avait soigneusement emballée avant de partir (eh oui, elle n’avait pas eu le temps de la manger chez elle mais lorsqu’il s’agissait d’ordre et de propreté, la jeune femme avait toujours du temps). Une nouvelle journée commençait, un jeudi plus précisément ce qui annonçait la fin de la semaine et l’approche des vacances de fin d’année pour les élèves. Comme le clamaient les affiches accrochées à de nombreux murs du lycée, la journée portes ouvertes arrivait elle aussi et cela se lisait sur le visage des organisateurs dont les traits étaient tirés par la fatigue. Souriante, sans même l’ombre de cernes soulignant son regard brun, pour une fois Emma n’avait pas eu à se démener pour aider à préparer. A vrai dire elle appréhendait même cette journée avec gaieté… si seulement elle avait su la façon dont elle se terminerait ! Mais n’y pensant pas, Emma finit tout simplement son petit déjeuner. Elle se leva alors pour rejoindre son propre bureau lorsqu’elle s’arrêta au beau milieu de la salle, se tournant vers James Sheffield qui était installé à une autre table, plus loin. Une idée lui vint en tête et avant qu’elle ne l’oublie, elle s’avança vers le professeur de mathématiques non sans un sourire dessiné sur les lèvres :

    « Salut James… Dis, je peux te demander une faveur ? Il me semble que tu as Katia Hammersmith en cours ce matin ? Pourrais-tu lui demander de venir dans mon bureau vers… hm, disons 11h ? C’est assez important. »

Son collègue accepta d’un signe de la tête et après l’avoir remercié, Emma repartit tranquillement dans les couloirs, en direction de son bureau.

*

Emma jeta un coup d’œil à sa montre. 10h55. Parfait, l’adolescente qu’elle attendait ne devrait pas tarder à arriver. A vrai dire c’était la seconde fois dans la semaine qu’Emma la convoquait dans son bureau sauf que la première fois la jeune fille n’avait pas daigné l’honorer de sa présence. Miss P. avait toujours eu du mal avec Katia Hammersmith. Cette dernière avait connu bon nombre de problèmes avant d’arriver à Lima, problèmes dont Emma avait pris connaissance en lisant le dossier qui lui avait été transféré. Alors depuis le début de l’année, la conseillère d’orientation faisait des efforts, en allant dans la direction de l’élève, en essayant de lui faire comprendre qu’elle était là si elle en avait besoin. Ainsi malgré la détermination de Katia à ne pas vouloir entendre parler d’elle, elle avait tout de même réussi à briser un minimum sa carapace. Toutefois ce n’était pas assez à son goût car pour pouvoir l’aider à aller de l’avant, elle avait besoin que la jeune fille se livre réellement à elle. Attention, elle était loin de la harceler : elle ne lui sautait pas dessus chaque fois qu’elle la croisait dans les couloirs. Mais voyant que les vacances approchaient à grands pas, elle avait désiré s’entretenir une dernière fois avec elle avant. Emma prenait son travail très au sérieux et le fait que la jeune fille ait décliné sa première convocation ne lui disait rien qui vaille. Pourquoi éviter de la voir si ce n’était par peur de se livrer, ou alors par désir de tout garder pour soi ? Avec le travail qu’elle avait déjà fourni, Emma ne voulait pas voir ses efforts anéantis.

11h02. Emma leva le visage vers la porte d’entrée de son bureau, s’attendant à voir le minois de l’adolescente pointer du nez à n’importe quel moment. Elle espérait que le message avait bien été délivré toutefois elle ne se faisait pas trop de soucis : elle faisait confiance à James Sheffield pour ce genre de choses. Certes, elle n’avait jamais compris cette passion qu’il semblait vouer à Sue Sylvester, mais sous bien d’autres angles, il était quelqu’un sur qui on pouvait compter. Et puis l’amour a ses raisons que la raison ne connait point, n’est-ce pas ? C’était la réflexion qu’elle se faisait à chaque fois en pensant à cette situation… un homme aussi civilisé, aussi… anglais que James avec ce tyran qu’était Sue Sylvester ? Négatif, Emma voyait rouge. Se perdant comme souvent dans ses pensées, la conseillère d’orientation ne vit même pas Katia l’observer de loin derrière les vitres de verre. Il fallait dire que lorsqu’il s’agissait d’amour, elle se perdait souvent. Il n’y avait qu’à voir sa propre situation pour comprendre que malgré les conseils qu’elle donnait, elle était au moins aussi égarée que le reste de l’espèce humaine quand il s’agissait de comprendre des sentiments, même les siens… Bref. Si elle commençait à partir dans ce genre de délire, elle ne serait certainement pas dans de bonnes conditions pour conseiller Katia… Mais d’ailleurs où était-elle ? Les minutes s’écoulaient, et elle était toujours aussi seule dans son bureau. Nulle trace de l’adolescente en ces lieux.

11h09. Emma poussa un soupir. Et voilà, on dirait que l’adolescente qu’elle attendait avait encore décidé de prendre la poudre d’escampette ! Levant les yeux au ciel et se demandant surtout si elle parviendrait jamais à briser complètement la carapace de l’adolescente, elle finit par quitter sa chaise, se levant elle-même pour quitter son bureau. En effet, elle n’allait tout de même pas attendre éternellement une élève qui refusait de la voir, elle n’était pas stupide à ce point ! Et puis, elle avait une envie pressante, et ça urgeait ! Quittant son bureau, la conseillère d’orientation se dirigea vers les toilettes les plus proches. Elle ne tarda pas à les atteindre, et ouvrit la porte destinée aux filles… lorsqu’elle tomba nez à nez avec Katia Hammersmith. Ben tiens ! Avant même qu’elle puisse réagir, Emma se vit agressée par les paroles de celle qui avait peut-être un visage d’ange mais surtout un caractère indomptable ! En effet, la jeune fille l’accusa directement de la suivre partout. Oui, évidemment, lorsqu’elle avait envie de parler à ses élèves, Emma les suivait jusqu’aux toilettes, c’était évident ! L’idée était tellement ridicule à ses yeux qu’elle dut se retenir pour ne pas éclater de rire. Emma Pillsbury, celle qui harcelait ses élèves en les suivant aux toilettes, vous imaginez le tableau ? Secouant la tête de droite à gauche et en se mordant la lèvre inférieure dans un premier temps pour ne pas céder à la tentation et éclater de rire, elle finit par répondre :

    « Hm, à vrai dire je venais ici pour la même raison que toi. Enfin, j’imagine. Mais le fait que tu te sentes harcelée est assez révélateur, en fait. Après tout, ne devrais-tu pas être installée devant mon bureau à l’heure qu’il est ? »

Chacun son tour. Cette fois c’était à Emma de l’accuser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. I can pee by myself   Sam 12 Fév - 1:22

    [ Je m'excuse pour ce loooooong retard >< ]

    En effet, Katia ne pensait pas croiser Mlle Pillsbury. Que ce soit ici ou d’ailleurs. Elle l’avait évité jusqu’à présent, ce ne pensait pas revoir son visage avant quelques jours. Katia savait très bien pourquoi elle voulait la voir : c’était la même chose dans son ancien lycée. Dès que la conseillère avait dans ses mains le dossier de la blonde, elle se sentait obligé de « l’aider ». Non, ça allait ! Elle avait vu des psychologues pour son viol, et le fait qu’elle ait quitté son ancienne chorale n’affectait en rien son moral. Sauf son plaisir de jeter du slushy sur les Gleeks. Si seulement ça pouvait être les membres de Vocal Adrenaline … Vengeance quand tu nous tiens !

    Toutefois, Katia ne cacha pas son étonnement et eut même un petit rire. Emma Pillsbury, la fameuse Emma Pillsbury dans des toilettes publiques et sans gants ? La bonne blague. Elle était étonnée de ne pas la voir se tenir bien au centre de la pièce, pour ne pas toucher les murs où les élèves ne s’étaient peut-être pas lavé les mains et avait frôlé le carrelage blanc de leur mains infestés de microbes et voir pire encore. Passer après des inconnus aux toilettes ? Eww jamais de la vie !

    Katia leva les yeux au ciel. Ce n’était pas de sa faute si on la traquait pour qu’elle réponde. « Révelateur ». Un mot que seul une conseillère pouvait utiliser. Ce fait qu’elle se sente harceler n’était en rien « révélateur », il était juste justifié. Emma voulait voir Katia et hop un instant plus tard, elles se retrouvent toutes les deux dans un espace clos. Mlle Pillsbury pouvait dire ce qu’elle voulait, le hasard n’était jamais aussi gros. D’ailleurs, celle-ci lui fit une remarque sur sa non présence dans son bureau. Katia soupira et la regarda d’un air désespérait, comme si sa réponse semblait évidente.

    « Et bien non. Les maths sont une matière très importante que je ne peux me permettre de rater si mon dossier se veut être parfait. »

    C'est vrai que les maths étaient une matière importante de son programme scolaire et surtout si elle voulait entrer dans la branche scientifique de UCLA. Mais pour l'instant, elle était là, dans les toilettes et non en classe de maths, donc ça ne changeaient rien. Mais si Emma lui demandait, elle avait juste demandé une autorisation pour se rendre au petit coin pendant qu'un exercice était corrigé au tableau par un de ses petits camarades. Oui, elle préparait toujours des excuses lorsqu'elle faisait quelque chose qui n'était pas en règle, que ce soit pour un professeur ou la secrétaire.
    Si Emma l’avait convoqué durant l’heure de philosophie, Katia n’y serait quand même pas allé. Ce n’était pas à quel cours il était, c’était le fait d’y être convoqué. En tout cas, Katia était bien décidée à ne pas parler de sa vie à une rousse aux yeux globuleux avec de drôles de manies. Elle n’avait rien à lui dire. Strictement rien. Elle préférait subir l’ennui, les contrôles, les remarques désobligeantes et la vue de professeurs qui changeaient de fringues tous les quinze jours plutôt qu’un entretien avec la conseillère. Bien sur, elle aurait pu rester assise sur la chaise, faire un petit numéro de larmes pour le boucler en un quart d’heure, mais son talent était plutôt dans la danse que dans la comédie et elle se voyait mal faire un numéro de ballet. Dommage, ça lui aurait été bien utile. A la place, Katia préfera être franche avec Emma. Elle posa sa trousse de maquillage sur le comptoir et appuya sur le robinet du lavabo pour qu’il déverse de l’eau.

    « Je ne comprend pas pourquoi vous tenez tant à me parler, Mlle Pillsbury. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. I can pee by myself   Dim 6 Mar - 18:46

Plantée au beau milieu des toilettes, la conseillère d’orientation dévisageait toujours l'adolescente qui lui faisait face. Katia était aussi jolie qu’elle pouvait être obstinée. Certes, elle n’était pas la seule lycéenne de McKinley à ignorer les convocations de Miss Pillsbury, ce qui ne plaisait pas vraiment à cette dernière, et pour cause. Emma était certaine qu’il devait y avoir un club anti conseillère d’orientation dans le lycée au vu du nombre de personnes qui refusaient de lui parler. C’en était frustrant. Elle prenait son travail très au sérieux, veillait toujours au confort et bien être des élèves. Malheureusement, ils étaient de plus en plus nombreux à penser qu’ils pouvaient se débrouiller tout seul, qu’ils n’avaient pas besoin d’une conseillère pour les guider vers quoique ce soit. Ils avaient tort. A seize ans, les décisions que l’on prend peuvent avoir un impact considérable sans que l’on s’en doute, surtout quand il s’agit d’orientation. Mais surtout, à seize ans il est difficile de savoir ce que l’on veut, et donc de faire les bons choix. Egocentriques, les adolescents ne s’en rendaient pourtant pas compte et s’évertuaient à rejeter l’aide que pouvait représenter Miss P. dans l’enceinte de l’établissement. Une aide qui leur serait pourtant précieuse.

Fronçant les sourcils, Emma écouta l’excuse de Katia qui s’avéra peu crédible. Elle connaissait les élèves et savait qu’ils cherchaient toujours une raison qui leur permettrait de sécher les cours. Il ne fallait pas oublier qu’elle aussi avait été lycéenne, même si cela remontait désormais à plusieurs années. Alors l’excuse de l’importance des mathématiques, elle n’y croyait pas trop. Elle pensait même que Katia aurait pu être un peu plus créative sur ce coup là. Levant les yeux au ciel, la jeune femme se dirigea vers les lavabos au fond de la salle. Elle devait être la seule personne sur Terre à se laver les mains avant et après être passé aux toilettes, mais quand on s’appelle Emma Pillsbury, cela finit par ne plus choquer personne. Observant dans le miroir le reflet de Katia restée derrière elle, elle eut un petit sourire tandis qu’elle poussait le robinet du bout de son index afin de faire couler l’eau. Un frisson la parcourut quand elle pensa à tous les microbes que ce lavabo contenait, avant de se concentrer de nouveau sur Katia Hammersmith afin de ne pas paniquer comme à chaque fois qu’elle se rendait dans des toilettes publiques.

« Je suis certaine que le fait de manquer une partie du cours de mathématiques ne représenterait pas un gros handicap pour toi. Et puis, je connais assez Mr Sheffield pour savoir qu’il se ferait un plaisir de t’aider à rattraper le cours si tu en avais besoin. Je pense que le problème ne se situe pas là, en clair. »

Emma n’avait pas haussé le ton, s’appliquant simplement à dire les choses de façon très calme. Si elle commençait à en avoir assez des élèves qui ne venaient pas à ses rendez-vous, elle ne le montra pas non plus. Tout ce que l’on pouvait lire dans ses grands yeux bruns était la déception. Elle ne pensait pas que cela affecterait une personne comme Katia qui n’en avait certainement rien à faire des états d’âme d’une « pauvre conseillère d’orientation », mais ne pouvait toutefois pas s’empêcher d’être déçue après toutes ces excuses. Elle posa ses mains en-dessous du filet d’eau qui coulait du robinet, commençant à se laver les mains avec une précision et un enthousiasme qui n’étonnait plus personne. Katia la rejoignit quelque secondes plus tard, posant sa trousse de maquillage sur le bord du lavabo. La conseillère fronça le nez mais n’ajouta rien. Elle prit du savon et se nettoya encore plus les mains. Elle oublia la présence de Katia à ses cotés l’espace de quelques seconde, concentrée qu’elle était à se laver les mains. Heureusement que les toilettes étaient quasiment vides, sinon elle essuierait encore les moqueries de certains. Evidemment, la jeune femme avait l’habitude de ces dernières maintenant, et n’y prêtait plus vraiment attention.

Aussi, elle ne fit même pas attention au regard que Katia lui jeta. En revanche, quand celle-ci lui avoua ne pas comprendre pourquoi elle tenait tant à lui parler, l’intéressée fronça les sourcils. C’était pourtant évident, lui semblait-il. Elle ne tenait pas seulement un simple rôle de conseillère d’orientation ici, à McKinley : elle était également la psychologue de l’établissement et devait s’assurer que les élèves allaient bien. Ainsi quand ces derniers traversaient une période difficile, comme la perte d’un proche, ou étaient toujours hantés par un souvenir douloureux, elle se devait d’être là pour eux, pour les soutenir. Dans le cas de Katia, il s’agissait plutôt du mauvais souvenir, ou plus exactement du viol dont elle avait été victime. Emma ne désirait pas parler de l’acte en lui-même car elle ne voulait pas que Katia se remémore cette scène qu’elle essayait certainement d’effacer de sa mémoire. Non, Emma voulait s’assurer que tout allait bien et que la jeune fille savait qu’elle pouvait lui parler si quelque chose n’allait pas. Au début de l’année, elle était parvenue à briser un peu la carapace que s’était forgée la lycéenne. Cependant, voyant que la conseillère parvenait doucement à la connaitre et à voir en elle autre chose que la garce égocentrique que tout le Monde voyait chez elle, elle avait décidé de couper court aux discussions et d’ignorer les multiples tentatives d’Emma pour avoir de nouveau un entretien dans son bureau.

Se redressant, la jeune femme attrapa du papier pour s’essuyer les mains avant de le jeter dans la poubelle lorsque ce fut terminé. Elle se tourna alors vers Katia et posa une main sur sa hanche, l’observant.

« Je pense qu’au contraire, tu sais exactement pourquoi » dit-elle toujours aussi doucement. Elle soupira légèrement avant de plonger son regard brun dans celui de Katia, plus clair. « Cela fait désormais deux fois que tu refuses de venir me voir dans mon bureau quand je te propose un rendez-vous. Tout porte à croire qu’il y a une raison à cela. Tu sais, je fais ça pour toi. Au plus tu essayeras de m’éviter, et au plus je m’inquiéterai. »

Elle croisa les bras devant sa poitrine, attendant une réponse de la jolie blonde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. I can pee by myself   Mer 9 Mar - 23:40


    Katia imita Emma et passa ses mains sous l’eau froide avant de les enduire de savon. Certes, elle n’était pas allé aux toilettes, elle s’y était juste réfugier mais déjà toucher les portes, c’était quelque chose. Mais ce n’était certainement pas Emma qui allait la juger, vu qu’elle venait juste de pénétrer dans la pièce et déjà elle se lavait les mains.

    « Certes, mais ce n’est pas une raison valable pour rater des cours. Je veux entrer à UCLA vous avez. C’est une bonne école. Très bonne école. Je préfère mettre toutes les chances de mon côté, c’est plus utile. »

    Sous entendue : votre entretien sert à rien, mis à perd me faire perdre du temps. Ce qui n’était pas vraiment crédible lorsqu’on connaissait Katia : elle avait la bosse des maths. Mais ça, la conseillère n’avait pas à le savoir. Et si elle ne le disait pas, Emma n’allait tout de même pas vérifier auprès de Mr Sheffield, si ?

    « Que vous m’imposez un rendez-vous, nuance. »


    Katia soupira. Depuis qu'elle avait fait la fatale erreur de se livrer un peu plus, parler de son passé par inadvertance et montrer une facette qu'elle avait si profondément enfouie, Emma Pillsbury ne la lâchait pas. Katia s'était promis de ne plus jamais croiser la conseillère jusqu'à son départ pour l'université. Elle avait éviter ses rendez-vous, fait des détours pour ne pas la croiser dans les couloirs, mais le destin devait lui en vouloir : l'endroit le moins probable du lycée était maintenant leur lieu de rencontre.

    Certes, ça ne servait pas de faire l’autruche ; mlle Pillsbury n’étai pas si bête. Mais ça ne changerait à ce que souhaitait Katia : être tranquille. Avait-on besoin qu’on lui rappelle sans arrêt son viol ? Déjà que Sam Evans lui rappelle bien trop son violeur du fait de leur ressemblance physique. Elle ne voulait pas qu’on la traite comme une victime. Ca avait déjà été le cas, et elle détestait qu’on lui reflète cette image d’elle-même. Elle qui était une personne si forte habituellement ! On ne pouvait mentir, ce viol l’avait détruite. Mais petit à petit, Katia s’était reconstruite et aujourd’hui elle avait presque retrouvé une vie normale. Elle était juste très méfiante, surtout vis-à-vis des garçons mais ce n’est pas une tare.

    « Bon, oui je sais. Et ? Ca ne change rien à la situation. Je n’ai pas besoin de vous. »

    Mais cette dernière phrase sonnait faux. En réalité, Katia était plutôt perdue. Elle ne voulait pas y penser, c’était normal, mais ne voulait pas non plus que sa vie reste fixé sur un évènement malheureux. Sa vie avait pourtant continué ! Elle avait déjà vu un psy pour son viol. Et à Akron, elle avait bien vécut son année lycéenne, grâce aux Vocal Adrenaline. Ils étaient un énorme soutien, une grande famille de 26 et maintenant, elle était seule à Lima. Il y a de quoi à mettre un coup au moral. Si elle s'était plutôt bien remis du traumatisme de viol, c'était surtout la solitude et la peur de l'abandon qui rendait la jeune fille si fragile.

    Katia tourna le dos à la conseillère et arracha deux feuilles de papier pour se sécher les mains. Sans la regarder encore une fois, Katia se remit face au miroir et fit semblant de chercher un fard à paupière inexistant au fond de sa trousse de maquillage. Mais Katia ne put s’empêcher de lever les yeux face au miroir et vit qu’Emma se tenait à côté d’elle, les bras croisés, pas du tout convaincue de sa réponse. Si Katia ne s’était pas convaincue elle-même, comment pouvait-elle convaincre une personne qui passait sa journée à entendre des mensonges de la part des lycéens ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. I can pee by myself   Jeu 10 Mar - 19:39

Emma commençait à être légèrement agacée par l’attitude de Katia, qui s’avérait particulièrement irritante face à elle. Miss P. savait que l’adolescente avait une réputation de garce au caractère indomptable à McKinley High : on ne compte plus les fois où elle s’en est prise à ses petits camarades avec ses répliques cinglantes. Malgré tout, elle avait toujours été persuadée qu'une personne fragile se cachait en dessous de cette carapace. Carapace qu’Emma était presque parvenue à briser avec le temps avant que la jeune fille ne lui avait file entre les doigts. Katia avait commencé à l’ignorer, et adieu la gentille jeune fille se cachant derrière la diablesse blonde. Parfois, comme en cet instant précis, la conseillère d’orientation avait des doutes concernant la personnalité de la lycéenne, se demandait si elle avait vraiment un cœur en dessous de toutes ces piques et méchancetés gratuites. Bien sûr, elle savait que les épreuves qu’elle avait subi avaient forgé cette carapace. Et elle savait aussi qu’elle se protégeait en faisant ça. Néanmoins, elle avait un si mauvais caractère qu’il lui arrivait de penser qu’au fond, elle n’était peut-être qu’une excellente actrice qui faisait sembler de laisser certaines faiblesses revenir à la surface pour paraitre plus humaine. A cette pensée, Emma secoua la tête. Non, il ne fallait pas qu’elle pense ça, ce serait entrer dans le jeu de Katia. Et c’était ce qu’elle cherchait à tout prix à éviter.

Elle soupira un bref instant, se concentrant de nouveau sur le visage de Katia Hammersmith qui venait de lui lancer que pour entrer à l’UCLA, elle n’avait pas de temps à perdre et aucun cours à sécher. Sous entendu : vous n’êtes qu’une petite conseillère d’orientation qui ne me fera pas perdre mon temps, si précieux. Heureusement qu’Emma était toujours douce et n’haussait jamais le ton de sa voix. Car elle connaissait parfaitement le dossier de la lycéenne, et elle savait également qu’elle avait une sorte de don pour les mathématiques et qu’elle excellait dans cette matière. Emma se souvint même avoir entendu James Sheffield vantait les mérites de la jeune fille, aux anges d’avoir pu trouver une élève aussi brillante dans la matière qu’il enseignait. Alors la nouvelle excuse de la jeune fille ne tenait pas du tout debout. Et elle s’empressa d’ailleurs de le lui faire remarquer, d’une voix toujours aussi calme et posée.

« Je te le répète : je ne pense pas que ça constituerait un handicap pour toi. Tu n’as pas de soucis à te faire quand il s’agit des mathématiques, toi et moi le savons très bien. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’avais programmé ce rendez-vous à cette heure-là. »

Emma ne savait pas si répliquer était la chose à faire dans ce genre de situation. Malgré son calme apparent, elle avait l’impression qu’au plus elle continuerait à répondre aux attaques (ou défenses) de la jeune fille, au plus celle-ci s’énerverait et donc la situation s’envenimerait. Toutefois, elle ne voyait pas d’autre manière d’agir. La première fois c’était sa patience et sa douceur qui avait rendu Katia plus confiante et qui l’avait poussé à s’ouvrir à elle. Et de la douceur, elle en avait à en revendre. En effet, il était rare que la conseillère d’orientation s’énerve, et encore moins face à des élèves. Les fois où elle s’était énervée l’année précédente pouvaient d’ailleurs se compter sur les doigts d’une seule main. Une fois contre Terri, une autre contre Will, et finalement contre Figgins. Trois fois, en une année scolaire, c’était peu. Quant à la patience, elle en était également dotée. C’était ce qui faisait d’elle une aussi bonne conseillère. Elle laissait rarement tomber et sans harceler les élèves, revenait souvent à la charge. La persévérance était une qualité dans ce genre de métier. Et encore plus quand le métier en question s’organise autour d’adolescents.

Katia l’observa droit dans les yeux et lui répliqua qu’elle n’avait de toute façon aucunement besoin d’elle. Emma fronça les sourcils. Ce n’était pas ça qui la perturberait. Combien de fois avait-elle entendu ces mots dans la bouche des lycéens qu’elle côtoyait ? Elle ne les comptait même plus. De plus, la plupart des personnes lui ayant dit ce genre de choses avaient fini par la remercier au bout du compte. Mais surtout, Emma n’était pas dupe. Ce genre de phrase, ce n’était qu’un énième moyen de se protéger, d’éviter qu’une personne s’immisce dans votre vie. Et ici, Katia repoussait Emma. La jeune fille prit du papier et s’essuya les mains tandis que la conseillère, les bras toujours croisés devant sa poitrine, l’observait d’un air suspicieux. Le regard de la jeune fille se leva alors et croisa celui d’Emma qui en profita.

« Tu as beau dire que tu n’as pas besoin de moi, je n'arrive pas à te croire. Tu sais très bien que je pourrais justement t’être d’une aide précieux, tu ne veux tout simplement pas te l’avouer » Dit-elle tranquillement. Elle leva les yeux au ciel et laissa retomber ses bras le long de son corps. Elle fit un pas vers Katia, s'avançant vers elle tout en gardant une certaine distance entre elles. « Tu perds du temps, Katia. Ce que je pense moi, c’est que tu as peur. Peur de faire confiance à quelqu’un, peur d’être déçue et peur que l’on te blesse de nouveau. Je peux comprendre ce sentiment mais ça reste dommage »

Elle lui lança un regard désolé avant de tourner les talons. Elle espérait que Katia réfléchirait à ce qu’elle venait de dire. En attendait elle se dirigea vers un cabinet dont elle ouvrit la porte du bout des doigts, assez dégoutée par tous les microbes qui pouvaient y trainer. Elle fit sa petite affaire et quand elle eut terminé, elle resta quelques secondes devant la porte close du toilette, se demandant si Katia serait toujours près des lavabos quand elle reviendrait. Alors qu’elle poussait la poignée, elle espéra très fort que ce serait le cas et que ses paroles auront eu leur petit effet. Sinon... sinon, elle n'abandonnerait pas et continuerait à essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. I can pee by myself   Ven 22 Avr - 18:12

    Pas bête, la Pillsbury quand même. Elle était allée se renseigner la garce ! Katia était une bonne élève, surtout dans les matières scientifiques et lui faire rater une heure n’allait pas compromettre son parcours scolaire, pas comme l’espagnol par exemple. Quoi que Katia aurait préféré finalement, car entre voir la tête de Schue une heure et celle de Pillsbury le choix était fait : elle n’aurait pas à supporter l’humour de deux balles du curly hair et se contenterait de hocher la tête aux questions de la conseillère. Katia s’appuya sur les lavabos en croisant les bras sur sa poitrine. Emma pensait-elle mieux savoir qu’elle-même ? Les psy et les conseillers avaient cette fâcheuse manie de se prendre pour Dieu, c'est-à-dire savoir mieux que tout le monde ce qu’on ressent.

    « J’ai refusé de parler à un psy à 100$ de l’heure, je ne vais pas me confier à vous gratuitement. »

    En effet, ses parents avaient tout fait pour qu’elle se sente mieux. Après tout, c’était un peu de leur faute, c’était eux qui l’avaient placé chez le frère de Mrs Hammersmith. Si habituellement tout se passe bien, cette fois non. En plus d’avoir subit cette horreur, sa famille l’avait totalement abandonné, l’accusant de menteuse et se mettant du côté de Bill, son violeur. Elle s’était sentie si seule et abandonnée, comme si personne n’était de son côté. Depuis, cette peur de l’abandon et d’être déçu planait toujours au dessus de sa tête. C’était la principale raison de son agressivité : si elle éloignait les gens d’elle, elle n’en sera jamais déçue. Elle avait pensé trouver des personnes dignes de confiance, qui ne la trahirait jamais avec les Vocal Adrenaline, Jesse, Shelby. Mais elle s’était mise le doigt dans l’œil. Elle était encore une fois tombée de haut, trop haut et en souffrait encore aujourd’hui. Rien qu’à y penser, elle avait presque les larmes aux yeux. Tout était si beau l’année dernière, elle était si heureuse et l’épreuve du viol avait été éclipsée par ces miettes de bonheur.

    Mais apparemment, mlle Pillsbury était définitivement plus doué que ce pseudo psy. Elle avait cerné Katia beaucoup plus rapidement que la psy qui l’avait suivi pendant plus d’un an. Elle avança d’un pas et par réflexe, Katia voulut reculer avant de se heurter au robinet dont elle était déjà appuyée dessus. Elle baissa la tête, elle était passé pour une débile voilà – et regarda ses pieds pour ne pas devoir affronter le regard d’Emma tout de suite. Elle réfléchit un peu et finalement prit la parole pour se justifier.

    « J’ai surmonté ça, je l’ai intériorisé, Dieu m’a donné une épreuve pour me rendre plus forte. »

    Avait-elle vraiment parlé de Dieu ? Oulala elle commençait à devenir une Cassie Hamilton dis donc ! Mais si elles avaient un point commun, c’est qu’elles étaient toutes les deux croyantes. Certes, Katia ne l’était pas comme Cassandra, mais elle pensait en effet qu’il y avait un être supérieur, et pensait que rien n’arrivait au hasard. Si elle avait subit ça, il y avait bien une raison et après avoir penser et penser, elle s’était finalement dit qu’il fallait l’accepter et en sortir plus forte. Elle en était surtout sortie plus méfiante, mais elle préférait prendre la chose de ce côté-ci. Emma entra alors aux toilettes mais avant dit une phrase qui perturba Katia. Elle y réfléchit pendant que la conseillère fit sa petite commission. Elle aurait pu partir pendant qu’Emma était aux toilettes, comme ça elle ne serait pas embêtée, mais elle n’avait pas tort. Elle avait peur d’être blessée. Et qui lui disait qu’Emma serait digne de confiance ? Mais elle ne le saurait jamais si elle continuait à fuir.

    « Vous avez peut-être raison mais … »

    Katia essaya de trouver des raisons à exposer à la rouquine mais soudain son esprit était tari, elle n’arrivait à trouver aucune bonne raison. Mais quoi ? Elle l’avait choisis ? Oui mais pas pour les bonnes raisons, pas parce qu’elle n’aimait pas les gens mais parce que comme l’avait dit Emma, elle avait peur. Elle essaya de réfléchir pour balancer au moins un argument avant que Mlle Pills’ ne sorte mais elle entendait déjà la chasse d’eau qui venait d’être tirée.

    « Lais je ne veux pas revivre ce que j'ai vécu. Je ne veux pas donner ma confiance à des personnes qui la piétineront, vous comprenez ? Mais, comment pourrais-je savoir si je la donne à des personnes dignes de confiance ? Je .. »

    Elle avait perdu la foi en l'humanité, elle ne voyait désormais que ses mauvais côté, la trahison, la solitude, la méchanceté et la moquerie. Depuis son arrivée, on pouvait compter sur les doigts d'une main les personnes avec qui Katia s'entendait bien. Et encore, pour eux, la jeune fille restait un mystère. Elle avait bien trop peur de s'ouvrir et avait fuit Emma lorsqu'elle avait réussi à lire un peu en elle. Mais elle avait décidé de ne plus fuir, ne plus avoir peur si elle voulait changer et faire avancer les choses. Une nouvelle Katia H. serait-elle née dans les toilettes de McKinley ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 04. I can pee by myself   

Revenir en haut Aller en bas
 

04. I can pee by myself

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 4
-