Choriste du mois


Partagez | 
 

 04. Le chocolat ne peut réparer un coeur brisé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 04. Le chocolat ne peut réparer un coeur brisé   Dim 2 Jan - 6:30

L’appartement sentait l’odeur d’Alexander. Edena ne s’y habituait pas. Il y avait l’odeur de son parfum et l’odeur de son après-rasage. Mais sans y avoir la présence dans la maison. C’était pénible. Pendant 5 ans, elle avait aimé inconditionnellement l’homme qui avait habité dans cet appartement et c’était à elle qui revenait la lourde tâche de vider l’appartement où elle avait connu sa première nuit d’amour et où elle avait probablement passé la plus grande partie des 5 dernières années. Elle avait dormi dans le lit double, dans les draps blancs qui étaient fraichement lavé. Il lui avait fallu une semaine après la nouvelle de la mort pour que la jeune femme soit capable d’aller rouvrir la porte de l’appartement. Avec la permission de sa mère, Edena était allé se réfugier dans l’appartement pour commencer à mettre de l’ordre dans les affaires de son petit ami. Pourtant quand elle avait ouvert la porte à dix-neuf heure trente, elle avait été surprise par l’odeur de parfum musqué qu’il y avait dans l’air. Pour la première fois depuis l’annonce du décès, elle avait pleuré comme un bébé, roulée en boule dans les draps de coton blancs qu’Alexander savait comme étant ses préférés. C’était dans cette position qu’elle s’était endormie, dans les draps blancs où l’enfant qui habitait dans son ventre avait potentiellement été conçu.

Quand elle s’était réveillée, ce matin-là, elle se sentait comme un ciel après un long orage. Vidée de toutes émotions et de toute la peine qu’elle avait ressentie la veille. D’un geste d’automate, elle avait regardé l’heure. Six heures trente. Elle avait cours à 9 heures, ce matin-là. Elle ouvrit doucement les tiroirs où elle savait qu’elle avait caché des vêtements de plus au cas où elle resterait coucher justement dans une de ses nuits qui avaient précédé le départ en Afghanistan de son homme quand elle était encore en blitz pour concevoir un bébé. Après un tour dans la douche de l’appartement, la jeune demoiselle attacha ses cheveux et enfila un t-shirt rouge et une paire de jeans. À cause du froid, elle n’eut pas le choix d’ouvrir un des tiroirs pour trouver quelque chose de plus chaud à enfiler. C’est ainsi qu’elle tomba sur le polar chocolat de son amoureux. Elle l’enfila par-dessus le chandail. Elle refit le lit, comme s’il était pour revenir à la maison le lendemain. Elle se promit de revenir après les cours pour commencer à faire le tri dans les affaires de son copain. Edena savait qu’il n’y pas de truc à manger dans le frigo, précaution qu’Alex avait prise dans le cas où elle ne sentirait pas le besoin de venir se blottir contre son odeur dans le lit pendant le long déploiement de six mois. Elle prit donc son sac à dos en se blottissant dans le grand polar.

La jeune demoiselle se dirigea vers le Mac Donald qui était située à deux ou trois coins de rues de l’appartement. Elle n’avait pas vraiment faim. En fait, elle détestait l’admettre mais c’était les nausées qui lui avaient mis la puce à l’oreille, pour la grossesse. Elle l’avait tellement attendu cette grossesse. Dans les livres ou dans les films, ils ne disent jamais combien c’est compliqué que de tomber enceinte. Après avoir commandé un chocolat chaud et un muffin aux pommes, elle se mit en marche vers le lycée, même si sa voiture était stationnée devant son appartement. Après une bouchée, elle jeta le muffin dans une poubelle sentant qu’il était pour tenter une remonter sauvage si jamais elle essayait de le manger. Elle arriva au lycée avec une bonne demi-heure d’avance sur le début des cours. Certaines cheerios s’entrainaient déjà. Une partie de la jeune demoiselle se mourrait d’envie d’aller les voir s’entrainer. Elle n’était par contre pas sur que Sue Sylvester était pour aimer l’idée de la voir assise en hauteur dans les estrades intérieur du gymnase où les cheerios s’entrainait. Alors, la jeune demoiselle se réfugia dans le coin des casiers où elle finit son chocolat chaud. Un ensemble de tranche de pomme qu’elle grignotait en douceur dans sa case avec ses écouteurs dans les oreilles semblait se volitiser avec une vitesse étonnante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Le chocolat ne peut réparer un coeur brisé   Mer 5 Jan - 18:42

    Il était 6 h 05 lorsque la jeune Wells réussit enfin à ouvrir les yeux, elle était allongée dans son lit bien au chaud et n'avait pas envie de bouger, Claire n'avait jamais été du matin et ce matin encore moins que les autres, elle se sentait fatigué, sans aucune énergie et cela n'était pas étonnant étant donné qu'elle s'était couchée à 3h du matin. En effet sa mère avait entendu parlé d'une exposition de peinture d'un artiste qu'elle adorait et avait trouvé bon d'emmener sa fille, ce qui ne dérangeait pas la jeune femme au départ, l'idée de passer du temps avec sa mère l'emballer même, mais elle ne se doutait pas que cette exposition se trouvé à 3h d'ici et qu'elle finissait aussi tard. C'est donc avec seulement quelques heures de sommeil que la jolie blonde se leva, elle ne prit même pas le temps de passer pas la case déjeuner et alla de suite sous la douche histoire de se réveiller, c'est seulement après s'être endormis deux fois à l'intérieur que la jeune femme sortie et s'habilla !

    Peu de temps après cela elle descendit pour prendre un petit déjeuner, un bol de céréale servi elle parti s'installer dans le canapé restant et oui restant, car sa mère était allongée dans l'autre dormant à point fermé son pinceau encore à la main. Elle soupira en se disant qu'un homme manquait dans cette maison ! Devant la télé elle pensa à comment aurait été sa vie si son père était encore en vie, lancé dans son rêve elle se stoppa tout de même vite pour ne pas tomber dans une déprime infernale qui finirait surement par la faire pleurer, c'était le genre de pensées qui lui donnait envie de faire comme sa mère et d'allumer une cigarette, mais non il ne fallait pas, fumer ce n'est pas bien, surtout lorsqu'on est cheerios ! En parlant de cheerios, elle avait un entrainement avec les pom-pom girls en ce beau matin, il fallait donc qu'elle se dépêche. La jolie blonde attrapa son sac, ses clefs et son portable et fila d'un pas pressant pour attraper un bus qui l'emmènerait au lycée. Une fois arrivée elle se changea rapidement pour aller s'entrainer, il ne fallait pas qu'elle arrive en retard, la punition serait surement affreuse sinon, fort heureusement elle était l'une des premières et l'entrainement se passa sans encombre pour la jeune femme qui se donna à fond pour son sport.


    L'entraînement enfin finit elle parti se laver pour retourner en cours, il était un peu tôt et elle décida donc de passer par les casiers pour déposer quelques affaires, elle traça dans le couloir des casiers, mais s'arrêta lorsqu'elle reconnue une de ses amies, Edena Miller se trouvait là, face à son casier, seule. Claire qui ne l'avait pas vue depuis quelques jours s'approcha délicatement pour ne pas lui faire peur puis lui adressa la parole :

    - Prise en flagrant délit de gourmandise miss Miller !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 04. Le chocolat ne peut réparer un coeur brisé   Jeu 6 Jan - 23:22

Le polar sentait l’odeur d’Alexander à plein nez. Ironiquement peut-être, si l’odeur d’une majorité assez impressionnante de parfum donnait la nausée à la jeune demoiselle, l’odeur de son amoureux ne lui donnait pas envie de vomir. On aurait bien pu mettre une Edena et demi dans le polar, mais elle s’en foutait. Elle le garderait avec elle jusqu’à la fin de la grossesse. Si elle ne prendrait pas trop de poids, elle pourrait encore rentrée dans le polar dans les mois de gros ventre. Accotée contre sa case, Edena se concentrait sur la musique. C’était du classique qui jouait à pleine tête dans ses oreilles. La jeune demoiselle avait toujours beaucoup aimé la musique depuis qu’elle était toute petite. Personne dans sa famille n’avait eu la chance d’en jouer. C’était l’un des nombreux désavantages qu’il y avait de venir d’une famille nombreuse, celle de ne pas pouvoir faire nécessairement l’ensemble des choses que l’on veut faire.

La musique était celle sur laquelle elle avait fait ses premiers spectacles de ballet avec des pointes. Fur Elise était un classique quelque chose de rapide et d’intéressant à faire quand on dansait sur du classiques. Edena avait arrêté le ballet au moment même où elle avait découvert le ballet jazz. La danse avait été une place si importante dans la vie. Si l’armée avait été la place centrale de l’existence de son amoureux, la danse avait été sa place centrale dans sa vie. Même l’accident de voiture qu’elle avait eu alors qu’elle était âgée de 13 ans n’était pas assez pour la convaincre d’arrêter de danser. Maintenant qu’elle était enceinte, elle allait être obligée de ranger les pointes pour au moins neuf mois, tout comme sa palette de hockey et ses souliers de soccer. Elle ne pouvait pas perdre le bébé, la dernière trace du passage d’Alexander dans sa vie. Elle avait tellement aimé cet homme qu’elle avait été prête à sacrifier toutes ses activités préférés pour une vie qui allait naitre. La musique n’était pas trop forte pour ne pas qu’elle entende les gens passés et commencer à se préparer pour aller en cours. Le bout du nez d’Edena Penelope Miller était plongé dans le centre d’un livre quelconque. Que faisait-elle tranche de pommes dans une main, un livre dans l’autre et écouteurs dans les oreilles? Presque étonnement, elle relisait ce qu’elle avait commencé à écrire pour son bébé plutôt que d’étudier comme à son habitude.


«Prise en flagrant délit de gourmandise Miss Miller !»

«C’est que des pommes. Et je ne suis plus une cheerios alors je peux me le permettre. Tu vas bien?»

La voix fit sursauter Edena, bien qu’elle ne fût pas nerveuse. Elle ne cacha pas le livre. Elle savait bien que de toute façon un jour tout le monde saurait qu’elle était enceinte. La jeune demoiselle rigola en finissant de remplir son sac à dos. D’un petit geste, elle prit une autre gorgée du chocolat chaud devenu tiède depuis le temps et depuis la petite excursion dans le froid polaire qu’il y avait en Ohio, comme à chaque hiver depuis qu’elle y était arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 04. Le chocolat ne peut réparer un coeur brisé   

Revenir en haut Aller en bas
 

04. Le chocolat ne peut réparer un coeur brisé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 4
-