Choriste du mois


Partagez | 
 

 04. This is MY shoes. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
04. This is MY shoes. [Terminé] Empty
MessageSujet: 04. This is MY shoes. [Terminé]   04. This is MY shoes. [Terminé] EmptySam 5 Fév - 21:55

C'est au son de son portable que Kourtney ouvrit les yeux ce matin là. Il était plus de neuf heures et demi et notre jeune Cheer avait un vrai mal de crâne. Prenant son Black Berry rose dans les mains elle aperçu qu'elle venait tout juste de manquer l'appel de sa chère maman. Kourt la rappela aussitôt. Cette dernière voulait seulement savoir si sa fille était réveillée car ils allaient recevoir un colis le matin même et que Dorota, la gouvernante, n'était pas à la maison. Après avoir raccroché, la jeune Brésilienne se dirigea vers sa salle de bain ou elle prit une douche chaude qui fut interrompu par la sonnette de la porte d'entrée. Étonnée que l'on puisse sonner à une heure si matinale Kourt s'entoura d'un peignoir et, les cheveux mouillés, descendit les escaliers quatre à quatre. Elle se dirigea vers l'interphone et alluma la caméra pour voir qui cela pouvait bien être. C'est à ce moment précis qu'elle se souvint de l'appel de sa mère et comprit que c'était le livreur. Elle ouvrit la porte et s'excusa de sa tenue très.... dénudée. Le livreur était un jeune homme d'un peu près 18 ans, plutôt timide car il rougit tout de suite quand il vit Kourtney presque nue. Le livreur ne voulait pas la retarder et s'empressa de lui faire signer le formulaire puis se dirigea vers le portail en s'écriant " Ce n'est pas la peine de me raccompagner dans l'était ou vous êtes " dit il en souriant. Kourt posa le colis sur la table de la salle à manger et alla finir sa douche.

Une petite heure plus tard Kourt descendit en peignoir et alla allumer le home-cinéma. Quelle chaîne ? Fashion TV bien sûr. Elle s'arrête quelques minutes pour regarder le défilé annuel de Rio. Elle y reconnu quelques mannequins de l'agence à son père dont elle n'avait plus eut de nouvelles depuis qu'elle avait quitté le Brésil. Une fois le défilé terminé le regard de notre jeune brune se posa sur le colis de sa mère. Elle ne savait pas si il fallait qu'elle l'ouvre ou pas, pensant que c'était peut être un cadeau qu'elle ne devait pas voir avant Noël. Curieuse de nature, elle ne put s'empêcher de l'ouvrir et c'est la qu'elle vit la chose la plus belle au monde, l'esthétique mélangée à l'élégance, des diamants sur le talon aiguille. Elle pouvait alors l'affirmer , c'était les plus belles chaussures qu'elle eu jamais vu. Elle-même ne pourrait pas les décrire tellement elles étaient magnifique elle tourna la chaussure de tout les côtés, toucha le tissu, le senti, se regarda dans les diamants, mesura le talon aiguille.. Ces chaussures était l'apogée, la destination finale de chaque accro au shopping. C'était du bonheur à l'état pur, vif, volcanique. Elle n'osait pas les essayer "Et si elles étaient petites? Et si sa mère arrivait au même moment?" Kourt réfléchit alors à l'étonnement qu'elle n'aura sûrement pas lors de l'ouverture du cadeau et remit les chaussures dans le colis en recollant soigneusement le carton avec le scotch. Elle se dirigea vers la cuisine, se fit un toast grillé quand sa mère arriva. Elle était toute pressée et excitée. La première chose qu'elle demanda fut :

" Ou est mon colis? T'as vu mes chaussures? Elles sont magnifiques non? " .

A ces mots Kourt eu la mâchoire qui descendit à même le sol et s'écria:

" QUOI ? T'ES SÉRIEUSE ? C'EST DES CHAUSSURES POUR TOI?".

Sa mère lui expliqua alors qu'elle avait fait faire ces chaussures par un grand créateur et que les diamants étaient des Schwarovsky d'une valeur de plus de dix milles dollars. Kourtney n'eut même pas la force de contester. Son monde venait tout juste de s'écrouler, elle serait même capable de sauter par la fenêtre pour des chaussures comme celles ci. Sa mère rajouta alors :

" Tu sais je me suis inspirée d'une pairere semblable que j'ai vu dans une boutique de luxe dans le centre commercial. Tu n'as qu'a allé jeter un coup d'œil. Il te faut absolument des nouvelles chaussures, je t'aurais bien fait les mêmes mais bon, je suppose que tu n'aimes pas les chaussures de grand mère "

Était-elle ironique ou se foutait-elle ouvertement de Kourtney? Seul elle le sait. Kourt n'eut absolument pas la force de répondre ne serait-ce qu'un mot. Elle couru dans sa chambre, enfila un jean slim, une tunique blanche ainsi que des UGG. Elle prit son sac en cuir marron qu'elle accorda avec sa veste en cuir marron également , et direction le centre commercial. En tant que fashionista invétérée, elle savait que les minutes étaient comptées. Pourquoi? Car il y aurait sûrement des prétendantes qui avaient ces escaprins en ligne de mire.

Elle arriva une dizaine de minutes plus tard et s'avança vers la boutique dont sa mère lui avait parlé. Elle entra précipitée et c'est la qu'elle ressentit un sentiment de bonheur pur, tout ses problèmes avaient disparus. Elle voyait enfin les escarpins qu'elle voulait. Ils ressemblait à ceux de sa mère hormis qu'ils étaient noir laqué. La talon était tout aussi magnifique avec un diamant à la pointe. Kourt s'avança plus rien ne comptait à ses yeux, elle ne voyait rien, personne juste son but : la chaussure. Elle accéléra le pas et au moment même ou elle posa sa main sur la chaussure, elle sentit une main toucher la sienne. Elle tourna la tête vivement et aperçu une jeune fille qui, elle aussi allait prendre la paire de chaussures, appartenant à Kourt évidemment. La vendeuse qui avait assisté à la scène rajouta, pour empirer la situation, " C'est le modèle d'exposition que nous vendons également. Il ne nous reste plus qu'un 38 et c'est celui ci. Le stock a été vendu en quelques jours " C'était la chose à ne PAS dire. Se sentant en danger Kourtney dévisagea la vendeuse et arracha la chaussure des mains de la jeune demoiselle . " Désolée, elles sont réservées " elle prit la paire le plus naturellement du monde tout en se dirigeant vers la caisse pour les payer.





Dernière édition par Kourtney Da Silva le Ven 11 Fév - 0:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
04. This is MY shoes. [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: 04. This is MY shoes. [Terminé]   04. This is MY shoes. [Terminé] EmptyDim 6 Fév - 17:28

Alors que sa mère lui demandait se dépêcher, Joyce ne savait vraiment pas ce qu'elle allait mettre. Une autre question s'imposa alors à son esprit : depuis quand était-elle devenue aussi superficielle ? Certes, elle avait toujours aimé les vêtements, mais là, c'était pousser le vice un peu trop loin. Peut importe en fait … La jeune fille avait juste envie d'enfiler son uniforme blanc et rouge, de se faire une queue de cheval bien droite et de sortir avec sa mère et ses soeurs. Mais Joy savait très bien qu'elle ne pouvait pas. L'uniforme était réservé pour le lycée seulement, et heureusement sinon elle le porterait tous les jours. Tout le temps, non stop. Juste histoire de montre à tous et à toutes qu'elle avait finalement réussi : Joyce était enfin parfaite et elle pouvait enfin rentrer dans cet uniforme qui, autrefois, avait fait l'objet de nombreux cauchemars … Mais la brune était encore en train de perdre du temps et elle pouvait entendre sa mère s'impatienter au bout des escaliers. Comme quoi, elle savait de qui elle tenait se caractère bien trempé … Joyce quitta des yeux son uniforme, pourtant elle avait tant envie de se réfugier à l'intérieur, et opta pour un slim bleu foncé, un bustier au motif écossais et une veste rayé noir et blanche. Elle mit ses talons aiguilles en dévalant les escaliers, pour faire face aux regards de sa mère. Oui, il faisait froid dehors mais elle aurait chaud dans la voiture et dans le centre commercial et non, elle ne comptait pas se changer. Sa mère ne la comprenait pas, Joyce s'en fichait complètement, elle avait le sourire aux lèvres.

Comme n'importe quelle adolescente normale qui allait faire du shopping. Normale, c'était un sentiment très nouveau pour elle et c'était un peu devenu son leitmotiv ces derniers temps. Elle n'avait pas encore eu de vraies interactions avec ses camarades, on pensait juste que c'était une petit nouvelle … Si seulement il savait ! Franchement, cela ne l'étonnait pas que personne ne se souvienne de qui elle était, les gens avaient la mémoire si courte ! Surtout lorsqu'ils avaient fait du mal à quelqu'un. C'est sur ces pensées, qu'elle rentra dans le centre commercial, ses petites soeurs sur ses talons. Et Joyce ne passait pas vraiment inaperçue … Autre chose de complètement neuf pour elle : le comportement du sexe opposé envers elle avait complètement changé. La brune s'était, avec presque horreur, fait draguée dès son arrivée dans le lycée. Une chose néanmoins demeurait intacte : elle n'avait pas besoin d'un garçon dans sa vie et tant pis, si c'était pathétique de n'être sorti avec personne à 17 ans.

Elle laissa sa petite famille pour une boutique de chaussures, une boutique de marque. Mais honnêtement, elle pouvait se le permettre, Joyce n'avait jamais été une grande dépensière et avec les "vacances" qu'elle avait récemment dû prendre, elle avait assez d'argent pour se permettre des folies. Et en parlant de folie, le regard de Joyce se posa directement sur LA paire de chaussure parfaite : noir laqué, la bonne hauteur qu'il fallait, et un même un diamant au bout. Génial du trente huit, la dernière paire, elle était pour elle. C'est donc ainsi que Joyce s'en empara, le sourire aux lèvres. Enfin …
C'était juste avant que quelqu'un la lui arrache des mains en clamant qu'elles étaient réservées. Joyce vit rouge, s'apprêtant à verbalement attaquer celle qui avait osé lui arracher SA paire de chaussure des mains, mais elle retrouva son sourire en voyant de qui il s'agissait. Kourtney Da Silva, son bourreau personnel, il y a encore de cela quelques mois. C'était une cheerio comme elle, et comme en toute bonne pom-pom, elle se chargeait de remettre les loosers à leur place. Comme Joy … Enfin, c'était avant. Maintenant, elle faisait parti de l'équipe et il était temps pour un ou deux règlement de compte. Aussi, elle se dirigea vers Kourtney, se retenant de la tirer par les cheveux, pour lui taper sur l'épaule. Cette dernière se retourna et Joyce prit la parole.

"Kourtney, c'est ça ? Oh je suppose que tu ne sais pas qui je suis, en fait, mon nom n'a pas vraiment d'importance, mais pour l'instant, je suis la fille à qui tu viens de prendre sa paire de chaussure. Et … même si je sais que la politesse fait parti des nombreux concepts qui t'échappent, j'aimerais bien les récupérer."

Oui, Joyce avait été très polie, et c'était bien la dernière chose qu'elle devait à Kourtney. Non, pas après tout ce qu'elle lui avait fait.

"Maintenant, tu remarqueras que je te l'ai demandé de la manière douce … Crois-moi … Tu ne veux pas que je te demande d'une autre manière."

Oui, parce qu'il avait plus qu'une paire de chaussures en jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
04. This is MY shoes. [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: 04. This is MY shoes. [Terminé]   04. This is MY shoes. [Terminé] EmptyLun 7 Fév - 20:03

Ca y est. Elle les avait. Les plus belles chaussures du monde, qui n’étaient pas données il faut dire, étaient entre les mains de Kourt. Elle n’avait plus rien d’autre en ligne de mire que la caisse. Elle appréciait vraiment cette sensation. Laquelle ? Mais si vous savez quand vous voyez la vendeuse emballer vos achats et qu’elle vous demande de taper votre code. Une sensation unique de pur bonheur enfin, pour les filles comme Kourtney bien entendu. Acheteuse compulsive, elle serait prête à tuer pour ces chaussures. Kourt imaginait alors avec quelle tenue elle pourrait les accorder mais en vain, rien n’était assez splendide. Elle se dit alors qu’elle devait absolument passer chez Oscar de la Renta pour une nouvelle robe. Les idées se bousculèrent dans son esprit. Elle ne pouvait plus se contenir et sourit. Oui elle sourit. Elle était là telle une pauvre fille perdue en plein milieu d’un magasin. Elle était tout bonnement heureuse. Rien n’aurait put perturber Kourt, elle qui avait même oublié la jeune fille à laquelle elle avait prit les chaussures. Elle ne les avait pas réellement prit mais ce qu’elle avait fait n’était tout de même pas juste. Elles étaient toute les deux sur cette paire en même temps. Quoique… On s’en fou ! Kourt n’était plus qu’à quelques pas de la caisse quand elle sentit une main toucher son épaule. Qui osait perturber notre reine dans son royaume ? La réponse ne tardât pas à venir. Une fois la Brésilienne retournée, elle aperçu le visage de la jeune fille à qui elle avait dérobée les chaussures. C’était une fille bronzée, plutôt mignonne dont les traits de visage rappelaient quelque chose à la jeune Fashionista bien qu’elle ne put trouver son nom. La jeune fille parla et dit :

« Kourtney, c'est ça ? Oh je suppose que tu ne sais pas qui je suis, en fait, mon nom n'a pas vraiment d'importance, mais pour l'instant, je suis la fille à qui tu viens de prendre sa paire de chaussure. Et … même si je sais que la politesse fait parti des nombreux concepts qui t'échappent, j'aimerais bien les récupérer. »

Kourtney était abasourdie. Qui était cette jeune fille pour oser dire adresser la parole à la Reine ? Elle n’eut pas le temps de riposter que la jeune fille rajouta :

« Maintenant, tu remarqueras que je te l'ai demandé de la manière douce … Crois-moi … Tu ne veux pas que je te demande d'une autre manière. »

Alors là c’était le pompon. Comment cette chose osait-elle menacer Kourt ? En plein milieu d’un magasin pour SA paire de chaussures ! Non ce n’était tout simplement pas possible. Elle n’en croyait pas ses yeux et, pour une des rares fois de sa vie, elle se sentie gênée. En effet elle savait que la vendeuse avait assisté à la scène et elle ne voulait pas de scandale ou de chose comme ça. Miss Da Silva était plus qu’en colère. Elle voulait tout simplement écraser cette jeune fille comme on écrase une fourmi. Elle baissa la tête, regarda la fille en partant du bas pour remonter jusque sa tête et eu une expression de profond dégout qui pouvait être lue sur son visage. Elle remonta un sourcil et regarda la jeune fille en lui disant :

« Je n’adresse malheureusement pas à la parole aux sous-espèce dans ton genre. Et tu vois ces chaussures ? Elles sont à moi, rien qu’à moi. Si tu veux je peux toujours t’en envoyer une photo il n’y a pas de soucis. »

Elégant, rapide et efficace. Tel était la méthode utilisée par Kourtney pour écraser ses adversaires. Elle savait que la jeune fille alla s’enfoncer en répliquant, bien que celle-ci avait eut l’audace de lui adresser la parole. Les mots qu'elle avait prononcés raisonnèrent dans sa tête. Elle avait bien dit « Kourtney c’est ça ? ». Elle savait donc son nom et en devinant un peu près son âge Kourt comprit que cette jeune fille était de McKinley et qu’elle était même une Cheerios. Elle était presque sûre de l’avoir entrevu à quelques intercours ainsi qu’à l’entrainement des Cheers. Mais peu importait, elle avait osé menacer notre brésilienne, elle sera donc condamné à la peine capitale. Kourtney rajouta:

« Tu as du te tromper, le rayon ado pré pubère est au 1er. Tiens, la sortie est par là, pas besoin que je te raccompagne. Sur ce mes chaussures attendent là donc, ce n’est pas que tu es inintéressante et ridicule avec tes menaces mais bon. Allez Bonne journée. »

Voilà, problème réglée. Kourt se posait tout de même des questions sur l’identité de cette jeune fille. Elle la connaissait mais elle trouvait que quelque chose avait changé. Mais bref, l’important était que Kourtney avait ses chaussures et qu’elles n’attendaient plus qu’à être payées. Elle se retourna et se dirigea vers la caisse. Posa la paire sur le plan de travail et pendant que la vendeuse emballait le paquet, Kourt fouilla dans son sac pour trouver sa carte bleue et enfin pouvoir aller à Oscar de la Renta.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
04. This is MY shoes. [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: 04. This is MY shoes. [Terminé]   04. This is MY shoes. [Terminé] EmptyJeu 10 Fév - 13:21

Si Kourtney pensait que Joyce allait laisser tomber aussi facilement, elle se trompait lourdement. Combien de fois Joy avait tant rêvé de cet instant, se retrouver en face de l'un de ses bourreaux personnels et enfin lui faire goûter le revers de la médaille. Il y avait toujours des conséquences, la brune le savait très bien et tant pis si cette fois-ci c'était elle qui passait pour la garce de service, elle s'en fichait complètement. En fait, Joyce savait très bien que pour parvenir à sa fin, il fallait qu'elle devienne une de ses filles qu'elle avait l'habitude de mépriser. Mais tant pis … Elle en avait déjà bavé pendant sept mois, elle n'allait pas s'arrêter en si bon chemin. Et la brune ne put s'empêcher de rigoler lorsque Kourtney se mit à l'insulter. Et elle avait eut peur de … ça ? Il semblait bien que les choses avaient changé depuis qu'elle avait quitté McKinley High. Vraiment ? Non, Kourtney se voyait toujours sur un gigantesque piédestal avec Summer Davis, elle se croyait toujours supérieur aux autres et ne devait même plus être habituée aux attaques directes. Superbe, Joyce était là pour lui rafraîchir la mémoire. Aussi, lorsque Kourtney eut fini de parler, Joyce l'applaudit.

"Wow … pré-pubère, inintéressante .. que des mots de plus trois syllabes … Qu'est-ce qui t'arrive aujourd'hui Kourtney ? Un semblant élan d'intelligence … Ou non ! Tu préfères réserver tous ces grands moments pour des sous-fifres dans mon genre ? "

Joyce ponctua sa phrase par un faux air étonné. Puis, elle fit un pas de plus vers Kourtney, son sourire ayant disparu de ses lèvres. Si Kourtney pensait qu'elle allait l'impressionner avec ses attaques digne du primaire, elle se trompait. Il allait lui en falloir beaucoup plus que ça pour battre en retraite.

"Malheureusement pour toi, ma chérie, il se trouve que je n'appartiens pas à la classe sous-fifre. Je suis une cheerio, juste comme toi ! Et oui, je sais, ça semble être surprenant mais je t'assure que si tu cessais d'observer ton nombril juste trente secondes, tu pourrais te rendre compte de tout ce que tu manques."

Et encore … Joyce trouvait qu'elle y allait un peu trop gentiment avec Kourtney. Dommage qu'elle n'avait pas de slushy dans les mains, elle se serait fait un plaisir d'en jeter un à la figure de la brésilienne.

"Maintenant rends moi cette paire de chaussure et va verser des larmes de déception dans les jupes de Summer. Oh ! Et épargne moi le discours selon lesquels vous êtes les meilleures amies du monde et qu'elle t'écoute faire des confidences avec un grand sourire compatissant. Tout ce que tu sais faire c'est exécuter des ordres … même elle … Elle doit te trouver pathétique. Sur ce."

Elle devança Kourtney à la caisse, pour tendre sa propre carte de crédit à la vendeuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
04. This is MY shoes. [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: 04. This is MY shoes. [Terminé]   04. This is MY shoes. [Terminé] EmptyJeu 10 Fév - 20:00

Kourtney attendait patiemment que la vendeuse lui demande le code de sa carte, bien que celle-ci fût une American Express donc pas besoin de code en fait. Kourt était tellement contente qu’elle n’aurait même pas put compter jusque dix sans commencer à courir tout autour du magasin. Cette stupide fourmi n’allait tout de même pas oser déranger Kourt dans un bonheur pareil. Elle avait de l’audace certes, mais là ça devenait limite insoutenable. Cette fille était ridicule mais avait de la répartie. Tout en attendant que cette stupide vendeuse emballe ses magnifiques chaussures, Kourt se retourna pour voir son ennemie quitter la salle mais, à son grand étonnement, elle était toujours là. La jeune fille regarda Kourt et dit :

« Wow … pré-pubère, inintéressante. Que des mots de plus trois syllabes … Qu'est-ce qui t'arrive aujourd'hui Kourtney ? Un semblant élan d'intelligence … Ou non ! Tu préfères réserver tous ces grands moments pour des sous-fifres dans mon genre ? »

Kourt dévisagea la jeune femme et se mit à rire avant que celle-ci ne s’avance et rajoute :

« Malheureusement pour toi, ma chérie, il se trouve que je n'appartiens pas à la classe sous-fifre. Je suis une cheerio, juste comme toi ! Et oui, je sais, ça semble être surprenant mais je t'assure que si tu cessais d'observer ton nombril juste trente secondes, tu pourrais te rendre compte de tout ce que tu manques. »

Trop c’était trop, cette petite peste était tout bonnement ridicule, mais comment lui faire comprendre ? Elle s’attaquait à la reine elle-même. Elle ne savait donc pas ce qu’était une monarchie absolue ? Peut être devait-elle revoir ses cours d’histoire, car à l’instant même cela devenait gênant. Kourt était sur le point de répliquer quand la jeune femme rajoute, pour la troisième fois (et non elle ne se taisait pas) :

« Maintenant rends moi cette paire de chaussure et va verser des larmes de déception dans les jupes de Summer. Oh ! Et épargne moi le discours selon lesquels vous êtes les meilleures amies du monde et qu'elle t'écoute faire des confidences avec un grand sourire compatissant. Tout ce que tu sais faire c'est exécuter des ordres … même elle … Elle doit te trouver pathétique. Sur ce. »

Elle aurait put tout dire sauf… ça. Kourt n’était le chien de personne, Kourt pouvait tout être sauf pathétique. Alors là espèce de garce, tu vas le payer. Tout à coup Kourt eu un flash. Quelques secondes plus tôt la fille avait parlé de nombril. Nombril = ventre... Ventre=….. Oh my gosh. Joyce était la grosse ! Mais oui Joyce la grosse ! Kourt pouffa de rire sur le coup. Comment pouvait-elle espérer gagner ce combat alors que Kourt l’avait tellement persécuté pendant… Toute sa scolarité (ou presque). La fille n’avait pas l’air de faire attention à Kourt et passa devant elle pour donner sa propre carte de crédit. Kourt regarde le sol et sourit. Elle passa la main dans ses cheveux pour les passer derrière ses oreilles, releva la tête et regarda Joyce.

« Comment oses tu juste m’adresses la parole ? Mon dieu, je ne suis pas d’humeur à écouter parler une jeune fille avec des accessoires de mauvais gouts et qui ne vit que pour le tri sélectif. Ou dans ton cas pour manger les restes des autres à la cafète, Joyce. »

Kourtney se sentait sur un nuage. Une fille qui était obèse il y a à peine quelques mois essayait de se rebeller ? Drôle, rien de plus. Kourt fit un pas vers elle et la poussa, Joyce tomba par terre. Elle avait l’air en colère, mais Kourt s’en ficha. Elle passa sa carte, prit le sac avec SES chaussures, le mit sur son bras. Elle sourit en regardant Joyce qui était par terre :

« Je t’en prie. Tu te ridiculise plus que d’habitude. Quand le comprendras-tu ? Certaines personnes sont naturellement meilleures que d’autres. »

Kourt lui fit un sourire ironique, l’enjamba et se dirigea vers la sortie. Le magasin était consterné, les gens regardaient Kourtney comme si elle fut un monstre. Deux jeunes vendeuses allaient aider Joyce à se relever. Kourt se retourna et s’écria :

« Jamais sur scène, toujours dans l’ombre »

Elle lui fit un clin d’œil et sortit du magasin. Elle n’avait pas peur des représailles mais elle savait que Joyce n’avait pas finit. Un jour ou l’autre Kourtney payera de ses actes, mais pas demain. Demain c’est encore les soldes


FIN DU TOPIC.
.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
04. This is MY shoes. [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: 04. This is MY shoes. [Terminé]   04. This is MY shoes. [Terminé] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

04. This is MY shoes. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 4
-