Choriste du mois


Partagez | 
 

 05. [ Maison des Williams ] The time of the rebellion has come !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 05. [ Maison des Williams ] The time of the rebellion has come !   Dim 13 Fév - 14:26

    THE TIME OF THE REBELLION HAS COME !


    « I wanna hold em' like they do in Texas , please
    Fold em' let em' hit me raise it baby stay with me
    Love Game intuition plays the cards with space to start
    And after he's been hooked I'll play the one that's on his heart »


    Savannah Williams se réveilla en sursaut. La sonnerie de son portable venait de la tirer d'un profond sommeil. Elle regarda le portable vibrer sur sa table de nuit. Depuis hier soir, elle n'arrêtait pas de recevoir des appels. Elle en avait marre. Elle en avait marre de répondre sans cesse surtout que la plupart du temps c'était des personnes à qui elle n'avait pas la moindre envie de parler. Mais là c'était important ... La sonnerie retentit une nouvelle fois. Apparemment cette personne avait quelque chose vraiment important à lui dire. La jeune fille décida enfin à lever la tête de son oreiller et prit son Smartphone. L'écran affichait " Maman ". C'était sa mère. La femme dont elle n'avait pas eu de nouvelles depuis si longtemps, depuis plusieurs semaines déjà. Elle s'empressa de décrocher.

    Ҩ Allô ?

    Ҩ Sav' ! C'est moi. Tu vas bien ma chérie ?

    Ҩ Ça pourrait allez mieux ... Tu me manques.

    Ҩ Oh ... Mais on va bientôt se revoir, ne t'inquiète pas. Tu me manques aussi, tu sais.

    Ҩ Mais tu ne peux pas savoir à quel point c'est horrible ici. En plus je suis obligé de cohabiter avec cet idiot, et sa stupide femme !


    Sa mère ne répondit pas ... Savannah savait qu'elle venait de dire quelque chose qu'il ne fallait pas. Elle savait que parler de son père à sa mère lui faisait ressasser des vieux souvenirs. Elle savait que parler de sa nouvelle femme rendait triste sa mère, même si elle disait le contraire.

    Ҩ Bref ... Raconte-moi comment ça se passe chez toi?


    Sa mère se mit alors à lui raconter la vie qu'elle menait avec son nouveau compagnon, la " belle " vie. Que même si Los Angeles lui manquait elle ne regrettait pas d'avoir quitté la ville et le pays pour aller s'installer ailleurs. Elles discutèrent de ça durant une bonne heure. Jusqu'à ce que sa mère dut s'excuser de la laisser car son portable n'avait plus de batterie.

    Ҩ Je dois y aller ma chérie. Je t'aime. Bisous.


    Et sa mère raccrocha. Savannah regarda son portable et raccrocha à son tour. Elle avait le sourire aux lèvres après avoir parlé avec elle. Sauf que cette conversation avait rouvert une plaie. Cette plaie qui lui avait fait tant mal, lorsqu'elle avait été contrainte de quitter sa mère pour partir s'exiler à Lima. Cette même plaie lorsque son père les avait abandonné. Savannah ferma les paupières, et remit sa tête dans son oreiller. Elle n'avait pas envie de se lever. Après cet appel, elle n'avait envie de rien faire. Elle voulait juste qu'on laisse tranquille. Mais apparemment Mr. Williams ne l'avait pas entendu de cet oreille. La porte d'entrée claqua, et un juron se fit entendre. Il venait de se prendre le pied dans la chaise que la jeune fille avait mis au beau milieu du salon. Elle fit comme si elle n'avait rien entendu et mit l'oreiller sur ses oreilles. Un ... Puis Deux ... Elle entendit son père monter quatre à quatre les escaliers. La lycéenne se leva de son lit savant qu'elle n'allait pas réussir à ce rendormir avec cet idiot qui n'allait pas arrêter de grogner. Elle s'avança pieds nus, vers la chaîne Hi-Fi. Un album de Green Day traînait par terre juste à ses pieds. Elle le ramassa et mit le CD. Qu'est-ce que cet album faisait là ? Elle n'en savait rien. Elle avait sûrement dû le prendre hier soir lorsqu'elle après être rentré d'une fête un peu arrosée, elle avait pris des musiques dans la chambre de Timothy dans une crise de folie. Savannah monta le volume de la chaîne Hi-Fi. La chanson 21 guns était assez forte pour couvrir les grognements et les pas de son père. Elle l'entendit prononcer une insulte à son sujet. Elle sourit. C'était exactement ce qu'elle voulait. Qu'il s'énerve.

    Savannah se contempla dans son miroir. Elle avait une tête à faire peur. Ses cheveux ne ressemblaient à rien du tout, ils étaient en bataille. Son visage était fatigué. Après la soirée qu'elle avait vécue, ce n'était pas étonnant. La fameuse cuite qu'elle s'était pris n'était pas partit. La conversation avec sa mère avait empiré encore plus ce mal de tête, et cette stupide chanson ne faisait que l'assommer. Mais elle n'arrêta pas la musique. Car elle savait que ça ne faisait qu'énerver son père, et c'était exactement ce qu'elle voulait alors. La jeune fille prit un peigne et peigna ses cheveux électriques puis les attacha en un chignon. Elle regarda ses habits. Elle avait dormi dans ses habits de la veille, n'avait même pas pris la peine de mettre un pyjama. Cela se voyait qu'elle avait passé une nuit assez " mouvementé ", son maquillage avait coulé ce qui lui donnait l'air d'être une de ces filles qu'on voit à la télé qui ont une allure " Trash ". Et ce style-là, ne plaisait pas du tout à Williams. Il fallait vraiment qu'elle change d'habits et qu'elle s'arrange mieux. Elle fouilla dans son armoire, et sortit une chemise à manches courtes rouge avec des motifs blancs et noirs, et une jupe en jeans. Puis elle ouvrit la porte de sa chambre et fila vers la salle de bains. Elle ne voyait aucune trace de son père mais elle entendait des voix en bas ce qui devait signifier qu'il était descendu. Sa main se posa sur la poignée de la salle de bains. Elle la tourna pour l'ouvrir mais la porte ne s'ouvrit pas. La porte était fermée. Soit quelqu'un était à l'intérieur, soit la porte était bloquée. Elle fronça les sourcils et se mit à tambouriner à la porte. C'est vrai qu'il y avait deux salles de bains à l'étage, sauf qu'elle préférait celle-là. Pourquoi ? Car il y avait tous ces produits, et depuis qu'elle avait emménagé dans cette maison, elle avait l'habitude d'y aller tout le temps.

    Ҩ Non mais c'est pas vrai ! Peu importe qui sait, tu vas me faire le plaisir de sortir de là !




Dernière édition par Savannah Williams le Sam 4 Juin - 17:13, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
MessageSujet: Re: 05. [ Maison des Williams ] The time of the rebellion has come !   Dim 13 Fév - 16:17

Assis sur le rebord de la fenêtre de sa chambre, Timothy contemplait le ciel gris et les quelques flocons les plus téméraires qui, lentement mais sûrement, se dirigeaient vers une mort certaine. Mais après tout c'était un cycle. La neige tombait, fondait, s'évaporait, et ressuscitait sous une autre forme. C'était stupide, inutile, et totalement surprenant de la part de Tim, mais parfois il aimait se poser là, chercher l'inspiration, ne rien faire. D'ailleurs ne rien faire était son activité favorite le samedi matin. Mais pas aujourd'hui. Il était tôt, et ces temps-ci, Tim se levait avec conviction, de bonne humeur, près à travailler dur pour obtenir une place parmi les Awesome Directions. Il détestait être infidèle à sa chorale d'origine, à M. Ryan, à Leah, Hallie, à tous ceux qui peut-être se retrouveront sur le carreaux. Si cela ne tenait qu'à lui, il aurait sans retenue envoyé balader le principal Figgins et ses idées stupides. C'était évident que les AV méritaient beaucoup plus leur place pour les Sectionals que les ND. Ils étaient plus talentueux et avaient une pression en plus qui ne les empêchait pas d'exceller. Et Tim affirmait tout ceci avec une parfaite objectivité bien évidemment.

Tim observa sa montre. Il était 8h. Probablement que la famille entière était encore confortablement blotie dans les bras de Morphée. D'ailleurs Tim n'appelait pas ça une famille. Il y avait lui et sa mère, et Savannah et son père. Du moins c'était ce qu'il aurait voulu. Mais la chose s'apparentait plus à lui et Savannah contre sa mère et son beau-père. Et parfois, il était seul face au monde. Tim adorait Savannah, mais sérieusement, elle n'aurait pas pu être musicienne ? Il aurait vraiment pu user de son aide en ce moment. Mais chez les Williams, on ne parlait pas de la chorale. Oh non, on parlait des exploits du docteur, de sa dernière intervention, de sa promotion... à quand un bulletin spécial pour son renvoi ?
Exaspéré, Tim décida de se diriger vers la salle de bain. Il n'embêterait personne à cette heure ci. Et dans un sens, même si c'était le cas, il n'en avait absolument rien à faire. Ce fut seulement une fois dans la douche qu'une chose le chagrina : il avait oublié la musique. Il jura, mais se résigna pour aujourd'hui. Apparemment, c'était son jour puisque miraculeusement le CD de Green Day se mis en route. Coupant l'eau, Tim fit une tête interrogatrice, hocha les épaules, puis laissa couler l'eau de nouveau. Quelques minutes plus tard, alors qu'il entreprit de sortir de la douche, quelqu'un tambourina à la porte. Au départ Timothy aurait pu jurer que c'était son beau-père qui venait encore lui faire une réflexion comme quoi ce n'était pas lui qui payait l'eau, mais c'était sans compter sur la voix de Savannah qui se mit à gronder fortement. Tim se contempla dans le miroir, arborant un sourire satisfait. Il avait pas fini d'embêter son monde aujourd'hui. Au contraire, ça ne faisait que commencer. Sans même se donner la peine de répondre, il entreprit de vaquer à sa routine du matin, et ce à vitesse réduite. Après tout, c'était le week-end end, se répétait-il pour se justifier.

Dix minutes plus tard, il déverrouilla la porte qui donnait sur la chambre de Savannah. Car à l'étage il y avait une salle de bain entre la chambre de Tim et celle de sa demi-soeur, et une au bout du couloir qui donnait sur la chambre "parentale". Si vraiment Savannah était dans l'urgence, elle n'avait qu'à utiliser l'autre salle de bain...
Il l'ouvrit enfin, et fit face à une Savannah dépitée. "Oouh je comprends ton agitation. Tu devrais vite passer ta tête sous l'eau." dit-il alors qu'il pénétra sans gêne dans la chambre qui n'était pas la sienne. Tout permis il s'offrit même la permission de s'asseoir sur son lit. "Dure soirée hier hein ? Je devrais pas te le dire, mais j'ai bien rigolé en te voyant peiner à monter les escaliers." ajouta-t-il pour la taquiner. A vrai dire, Tim n'avait ni de frère, ni de soeur, et même si Savannah n'était pas exactement la soeur dont il aurait rêvé, il s'amusait beaucoup à imiter les réactions qu'il aurait si jamais c'était le cas. Et à en juger par son comportement, il aimerait passait gentiment ses nerfs sur elle. En toute impunité.

"T'as..." il se coupa soudainement dans son élan. Lui qui allait demander si elle avait vu son père depuis venait d'avoir sa réponse, tandis que, à son habitude, il gueulait en les accusant tous les deux de tout ses maux. Au moins, maintenant que Savannah était là, Tim ne se prenait plus tout dans la figure. C'était certes pas du 50/50, mais au moins du 70/30. Car malgré tout, le jeune choriste voyait bien à quel point M. Williams était désolé d'avoir agi comme un idiot avec sa fille... lorsque c'était à son propos, il n'avait jamais vu cette lueur de rédemption dans ses yeux.
"Apparemment non." ajouta-t-il dans un parfait soupir. C'était bien connu, lorsque M. Williams s'en prenait aux meubles, c'était qu'il n'avait personne d'autre sur qui s'énerver. Et quand Tim passait malencontreusement par là, il était proie aux pires insultes. "Bref, tu devrais vraiment changer de tête. dit-il en faisant mine de se débarbouiller la visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. [ Maison des Williams ] The time of the rebellion has come !   Ven 18 Fév - 21:28

    Savannah tapait sur la porte avec ses poings. Quelques soit la personne qui était à l'intérieur il allait s'en prendre plein la figure.
    Elle entendit qu'on déverrouilla la porte, et apparut Timothy. Il la regarda et lui sortit une de ses idioties. Oui, une de ses idioties. Car pour Savannah le fait qu'il lui dise juste qu'elle devait se passer la tête sous l'eau et qu'il comprenait pourquoi, ne lui faisait pas rire du tout. Au contraire, ça l'irritait encore plus. Toutes les vannes qu'il lui sortait juste par sympathie l'énervait enfin ça dépend lesquelles et à quel moment il les décidait. Ce matin-là, elle savait qu'elle avait un tête à faire peur, et que si elle n'allait pas rapidement remédier à ça, elle allait s'énerver contre quelqu'un avec un mal de tête qui ne faisait qu'empirer. Elle voulut le pousser pour passer mais il venait de pénétrer dans sa chambre et venait de s'asseoir sur son lit. Et au moment même où elle s'apprêta à rentrer dans la salle de bain et à fermer la porte en faisant comme si elle ne l'avait pas vu, il lui parla. Timothy prenait un malin plaisir à taquiner Savannah car il savait qu'avec elle ça allait forcément partir en vrille un moment ou un autre.

    Ҩ Dure soirée hier hein ? Je ne devrais pas te le dire, mais j'ai bien rigolé en te voyant peiner à monter les escaliers.


    Savannah le regarda en haussant les sourcils, son pied coinçant la porte de la salle de bain. Hier soir, quand elle était rentrée presque complètement défoncée, elle pensait que tout le monde dormait enfin elle savait que son père avait été appelé à l'hôpital pour une urgence de dernière minute mais à part lui, elle savait que tout le monde dormait. Enfin elle espérait ... Elle s'en fichait que la mère de Tim lui fasse un sermon sur l'heure à laquelle elle rentrait et dans quel état, si elle l'avait surprise mais quand elle entendit Tim lui dire ça elle ne put s'empêcher d'esquisser un sourire. Soit elle était rentrée au moment même où il allait se coucher et c'est là qu'il l'avait entendu ou soit c'est qui l'attendait. En y repensant, la jeune fille se souvenu d'avoir peiné à monter les escaliers, elle était tellement dans les vapes qu'elle avait louper une bonne dizaine de marche avant de se retrouver par terre devant sa chambre à quatre pattes. C'était humiliant de penser que quelqu'un l'avait vu dans cet état. Sauf que ce n'était que son demi-frère, et de toute façon ce n'était pas la première fois et dernière fois qu'il la voyait dans cet état de folie.

    Ҩ C'est ça moque-toi de moi ! Comme si t'avais rien d'autre à faire que de dormir à cette heure-ci !


    Elle lui afficha un sourire comme elle savait très bien les faires. Un sourire qui n'affichait aucune joie mais aucune colère non plus. Un de ses fameux sourires. Sauf qu'elle avait oublié que c'était elle qui avait réveillé Timothy hier soir. En rentrant à la maison, elle avait mis une chaise au beau milieu du salon et avait monté dessus en chantant. Puis après avoir galérer pour monter les marches de l'escalier, elle se souvient avoir emprunté quelques albums de musique dans sa chambre. Après ça, c'était le flou total. Déjà qu'elle ne rappelait pas totalement tout ce qu'elle avait fait au cours de cette soirée, c'était encore plus difficile de se souvenir de " l'après-soirée ".

    Tim commença à dire quelque chose mais il s'interrompit brusquement. Puis enchaîna avec une autre phrase qui semblait être la réponse de sa phrase précédente. Savannah ne chercha pas à comprendre et partit dans la salle au moment même où il lui donnait le conseil de se débarbouiller le visage en faisant les gestes.

    La jeune fille ouvrit le robinet d'eau froide, et s'envoya un grand jet d'eau sur le visage. Elle prit une serviette à côté d'elle et s'essuya son visage. Puis elle se regarda dans le miroir. Elle faisait moins peur, même si ses cheveux faisaient pitié à voir. Elle se démaquilla puis enleva ses habits pour filer prendre sa douche. L'eau chaude qui coulait sur ses épaules, la détendait. Miraculeusement toutes les courbatures avaient disparu.
    Une bonne vingtaine de minutes plus tard, Williams était fraîche comme une rose dans des habits propres. Elle ne s'occupa pas de ces habits de la veille, qu'elle laissa sur le sol qui était jonché de serviettes humides. Elle déverrouilla la porte et retourna dans sa chambre finir de se préparer. Elle ne fit pas gaffe à son demi-frère qui était assis sur son lit et secoua sa tignasse blonde mouillé. Il y avait de l'eau partout. Que ce soit par terre ou sur le miroir de l'armoire. La lycéenne dans un geste de soudaine gentillesse, repartit chercher une serviette puis réapparut pour nettoyer l'eau. Elle sécha les pointes de ses cheveux avec, puis la jeta en plein sur la figure de Timothy. Elle l'avait fait exprès, bien sûr. Le voir tranquillement assis sur son lit en train de se la couler douce alors qu'elle essuyait les gouttes d'eau qu'elle avait mise dans chambre avait été terriblement tentant. Tel qu'elle le connaissant elle se doutait qu'il allait s'énerver, il était si impulsif ... Mais elle fit comme ci de rien n'était et se peigna les cheveux. Elle entendit des bruits de pas montant l'escalier puis se dirigeait vers la salle de bains. Elle se doutait que c'était son père car elle entendit un juron puis une personne se diriger vers sa chambre. Puis il apparut dans sa chambre en regardant cette pièce comme si il venait de voir quelque chose inimaginable.

    Ҩ Tu veux quoi ?!


    Son ton était brusque. Mr. Williams était la seul personne qu'elle souhaitait voir. En plus, elle savait qu'il allait lui dire son blabla habituel du " Non mais tu as vu dans quel état tu as mis la salle de bain ? " etc. ... C'était toujours la même chose. A la longue, Savannah en avait marre et ne se gênait pas lui dire que ses sermons quotidiens sur elle et Tim quand il était énervée, il pouvait se le garder.


Dernière édition par Savannah Williams le Sam 4 Juin - 17:14, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
MessageSujet: Re: 05. [ Maison des Williams ] The time of the rebellion has come !   Sam 5 Mar - 0:04

Tim ne savait pas ce qu'il faisait là, ce qui avait bien pu lui prendre de s'infiltrer dans la chambre de Savannah comme le parasite de frère qu'il n'avait pas et qu'il n'aurait jamais. S'il y avait bien une chose que Tim regrettait - parmi les tas de choses dont il pouvait bien se lamenter - c'était d'avoir une famille inexistante. A une époque de sa vie, il y avait lui, sa mère et son père. Ils n'étaient pas exactement le modèle type de la famille unie et parfaite, au contraire, mais au moins ils en étaient une par définition. Aujourd'hui, les relations familiales de Tim n'étaient plus qu'un champ de bataille anciennement bombardés d'obus et de missiles. Même sa mère, la personne pour laquelle il était censé compter le plus et qui comptait le plus, lui tournait le dos. Malgré tout il refusait de se blâmer entièrement. Car il n'était pas le seul à blâmer. Puis vint M. Williams, celui qui avait délibérément rompu les ficelles affectives maternelles d'un simple coup de ciseau.
En présence de son beau-père Tim se sentait confus. Devait-il le détester - ce qu'il faisait - ou douter de sa méchanceté et de sa culpabilité ? D'ailleurs, il se demandait si Savannah était au courant de toutes ces choses qu'il avait découvertes avec Oxanna. Mais il n'osait pas mettre le sujet sur le tapis. Oxanna l'avait prévenu, c'était à ses risques et périls.

A son aise sur le lit de sa demi-soeur, Tim n'avait pas fini de lui lancer des pics. Elle était tellement vulnérable que ça en devenait presque malsain et injuste. Mais chacun savait que leur relation n'échappait pas à la règle "qui aime bien châtie bien". M. Williams les aimait-il si fort ? A cette pensée Tim fit une moue interrogative, puis secoua la tête. C'était ridicule.
Savannah rétorqua. Son ton était dénué de toute animosité. En fait, il ressemblait étrangement à celui qu'avait adopté Timothy un instant plus tôt. "Eh bien figure-toi que j'ai du travail !" répondit-il presque aussi convaincu que Savannah. Elle l'abandonna ensuite à son sort, pénétrant dans la salle de bain. Soit elle était insouciante, soit elle avait une confiance aveugle en Timothy. Dieu sait ce qu'il aurait bien pu trafiquer dans sa chambre pendant ces vingt minutes de liberté. Et pourtant, il ne fit rien. En réalité, il s'empara du iPod qui trônait sur la table de nuit, et même si le son qui se dégageait des écouteurs ne lui inspirait que du mépris, il se laissa emporter par la curiosité de trouver un morceau "potable".

Pendant un instant plus ou moins long, Tim se laissa tomber sur le lit, comme si son corps ne répondait plus à son cerveau, totalement déconnecté de la réalité. Il entendait la musique, mais ne l'écoutait pas. Il voyait le plafond, mais ne le regardait pas. Il ne faisait rien, mais le temps s'écoulait dans une course effrénée. Ce fut alors qu'il entreprit de se redresser que la porte de la salle de bain s'ouvrit enfin, laissant s'échapper une lourde vapeur : un mélange de parfum et d'air chaud, agréable et désagréable à la fois. Il ne dit rien, mais ses yeux en disaient long. Il opina, un sourire au lèvre, comme s'il approuvait quelque chose. Ce quelque chose était très certainement la transformation de Savannah qui venait de franchir la brèche entre le monde des morts et des vivants pour se retrouver de nouveau pleine de vivacité. C'était le pouvoir miraculeux de la douche... et encore, elle n'avait pas utilisé celui du maquillage : un vrai maître de l'illusion.
Pour le taquiner elle lui envoya la serviette en pleine figure, chose à laquelle il ne s'attendait tellement pas qu'il en sentit presque le goût. " Waouh ! je vois que tu es pleine de ressources !" ironisa-t-il alors qu'il fit un retour à l'expéditeur particulièrement réussi. Fier de son coup, il en avait presque ignoré la soudaine présence de son beau-père : sombre et funeste présence. C'était comme si toute la bonne humeur s'était envolée, trop effrayée par son aura maléfique. Savannah avait apparemment pris les devants en lâchant un "tu veux quoi ?" d'un ton tout sauf amical. Tim déglutit. Il avait ses raisons de détester son beau-père, mais jamais Savannah ne lui avait confié les siennes. Hormis le fait qu'il aimait lui gueuler dessus - chose presque normale pour un père - il ignorait totalement le pourquoi du comment.
"Rien." répondit-il en s'éclipsant sans plus attendre. Tim esquissa un sourire satisfait. C'était tellement jouissif de voir M. Williams se prendre un mur au lieu de les façonner.

D'un bond Timothy se leva, se dirigea vers la porte, puis, après avoir vérifié dans le couloir, la referma derrière lui. "Dis c'est quoi ton problème avec ton père ? Sans compter le fait que c'est un con notoire."
Il espérait presque qu'elle lui parle de son passé de criminel. D'un côté cela le rassurerait mais d'un autre cela prouverait également sa loyauté envers lui. Et même s'il était le pire des salauds, Tim ne pourrait que comprendre. Lui-même détestait son père. Non pas pour ce qu'il avait fait, mais plutôt pour ce qu'il n'avait pas fait.

Le garçon s'aventura ensuite près d'un miroir, en profitant pour se recoiffer : mauvaise habitude qu'il avait prise. "Il a toujours été aussi mauvais et désagréable ? Parce que je crois pas que ce soit inné." Il était bien placé pour le savoir. Lui si fragile et effacé avait fini par se laisser dicter sa conduite par une entité qu'il ne contrôlait presque pas dans l'espoir de finalement s'imposer dans un monde si hostile.

Il était temps pour eux de mettre les choses au clair, puis d'élaborer un plan : la rébellion ne faisait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. [ Maison des Williams ] The time of the rebellion has come !   Lun 14 Mar - 22:02

    A sa grande surprise, Savannah reçut sa serviette de bain trempée en plein visage. Le ton de Tim était ironique, chose à laquelle la jeune fille s'était attendue. Elle balança la serviette de bain par terre près de la porte et continua tranquillement à se peigner les cheveux. Elle en avait complètement oublié la présence de son père. Le son de sa voix lui fit remarquer sa présence. Rien. Ce fut ses paroles. Puis il partit aussi vite qu'il était arrivé. La jeune fille qui avait fini de se brosser les cheveux et qui entamait maintenant la phase du maquillage esquissa un demi-sourire. Voir son père se prendre un mur était toujours marrant surtout quand c'était par l'un de ses enfants.

    La jeune fille traça un trait d'eye-liner sous ses yeux noisettes, mit du fond de teint qui par magie lui donna tout de suite bonne mine et pour finir elle mit une pointe de gloss sur ses lèvres. Enfin prête, comme elle le voulait, elle se retourna vers son demi-frère. Il venait soudainement de faire la porte, et commençait à la questionner de questions en se recoiffant. Des questions auxquels elle ne s'attendait pas du tout. Depuis qu'elle était arrivée chez son père à Lima, il y avait toujours eu une sorte de fossé entre eux. Au début, elle ne comprenait pas pourquoi il s'énervait autant sur elle juste pour des petites choses diverses mais au fils des semaines, des mois qui ont passés, la blondinette s'y était habitué. Maintenant à chaque coup de reproches, elle lui répond d'un air cynique et arrogant. Une mauvaise habitude qu'elle avait prise malgré elle. Plus le temps passait, plus le fossé semblait être profond entre eux. Ce que la jeune fille n'avait pas remarqué car elle s'était tellement habitué à l'absence de cet homme qui est son père qu'à force elle ne faisait plus attention à lui.
    Elle ne savait quoi répondre à Tim. Lui dire clairement la vérité, lui expliquant pourquoi elle le haïssait autant ou alors lui mentir, lui dire qu'elle n'avait aucun problème avec lui ... Lui expliquer pourquoi était la meilleure solution surtout qu'elle pouvait essayer de mentir tant qu'elle le voulait, elle n'était jamais très douée.

    Ҩ Il n'a pas toujours été désagréable et mauvais, tu te trompes... .


    Savannah s'arrêta de parler. Le simple fait de penser à son père, de dire qu'il n'avait pas toujours été désagréable et mauvais, faisaient ressasser en elle de mauvais souvenirs. De mauvais souvenirs tel que le jour où sa mère lui a dit que son père avait quitté le domicile familial au moment où ils avaient le plus besoin. Elle avait été celle de la famille qui l'avait le plus mal acceptée. Sa mère après le divorce s'en était remise en trouvant un nouveau compagnon pour le bonheur de ses enfants. Mais malgré les sourires, les rires partagés, la jeune lycéenne gardait en elle une profonde tristesse, une cicatrice gravé à vie. Elle n'a jamais voulu entendre parler de son père comparé à Matt, son frère qui lui ne comprenait pas ce rejet qu'elle faisait. Pour elle, les quitter du jour au lendemain avait été douloureux, et rien, même les années qui passaient n'allaient pouvoir effacer ça.

    La jeune fille était debout, plantée en plein milieu de sa chambre, plongée dans ses pensées. Elle repensa à la question de son demi-frère " Dis c'est quoi ton problème avec ton père ? ". Elle voulait lui répondre, lui expliquer pourquoi elle le détestait tant mais elle avait peur d'être incomprise. Après tout, Timothy et Savannah n'ont pas les mêmes raisons du pourquoi ils détestent autant Mr. Williams, ils ont chacun leurs raisons que eux-seuls comprennent. La blondinette répondit néanmoins reprenant sa soudaine jovialité.

    Ҩ Ce con ... Il était un bon père avant qu'il ne gâche tout ... Avant qu'il fiche en l'air sa famille, tous ses souvenirs ... Il nous a laissé tous seuls, moi, Maman, et Matt ...

    Savannah ferma les yeux. Non elle ne pleurait pas. C'était juste une douleur atroce dans la poitrine qui la dérangeait. Juste des vieux souvenirs qui la tourmentaient. Les yeux fermés, elle passa la main dans ses cheveux comme pour se rassurer. Puis elle les ouvrit et regarda Tim. Elle savait qu'avec lui, elle allait pouvoir se rebeller. Qu'elle allait enfin pouvoir régler certaines choses qu'elle n'avait pas pu faire toute seule.


Dernière édition par Savannah Williams le Sam 4 Juin - 17:15, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
MessageSujet: Re: 05. [ Maison des Williams ] The time of the rebellion has come !   Dim 27 Mar - 17:19

On pouvait facilement discerner la gêne sur le visage de Savannah. Une gêne mêlée à un sentiment d'incertitude. Si Timothy avait pu le faire, il aurait sans hésitation ravalé ses mots ; mais comme à son habitude, il ne réfléchissait qu'après coup. Après tout, M. Williams était le père de la jeune fille, et peu importe le mal qu'il pouvait semer autour de lui, elle se devait de l'aimer malgré tout. Du moins, foncièrement, c'était le cas.
Tim ne connaissait que trop ce sentiment. Une haine affectueuse qui trahissait le véritable lien qui les unissait, son père et lui, ou Savannah et le sien. Une déception tellement grande qu'elle ne laissait sa chance à la rédemption. Aucune chance de s'expliquer, chacun était fermé, recroquevillé sur son misérable malheur. Timothy fit une moue désolée, de compassion, troublée. Il avait beau croire qu'il connaissait le père de Savannah, ce n'était pas le cas. Mais cette dernière ne pouvait pas pour autant lui en vouloir d'analyser son comportement méprisant comme étant un signe de son essence naturelle. En réalité, si lui ignorait tout de M. Williams, elle n'en savait pas plus. Savait-elle son passé criminel, avait-elle eu vent de ces trois années de torture mentale qu'avait endurées Tim tandis qu'elle se pavanait allégrement sous le soleil de la Californie, loin de tous les tracas ? Apparemment, l'un comme l'autre n'était pas apte à juger.

Lorsque la voix de Savannah se fit entendre, Tim n'osait plus décrocher son regard du miroir. A travers lui, il avait l'impression de ne pas avoir à affronter les problèmes directement : ça paraissait presque être un bouclier pare-émotions. Un rictus attentionné se dessina sur ses lèvres tandis qu'il entreprit de se détacher de l'image que lui reflétait la glace devant lui. Il avait apparemment tort. Tim n'en doutait pas. A vrai dire, il avait souvent tort. Seulement, s'il pouvait se l'admettre facilement, c'était une autre tâche que de l'avouer ouvertement.

Un long silence de mort s'était installé. Comme si chacun attendait que l'autre le brise, sans jamais y parvenir. Et lorsque Savannah reprit, même si son ton s'était voulu plus enjoué, Tim savait que ce n'était qu'un moyen de dissimuler sa blessure. Ces deux là étaient tellement différents et semblables à la fois que c'en était déroutant. Mais voir Savannah ainsi, la Savannah gaie et taquine évaporée, ça lui faisait presque du mal. Il ne savait pas comment s'y prendre pour la tirer vers le haut, mais il savait à présent comment faire pour ne plus l'attirer vers le bas. "Tu sais, on peut parler d'autre chose si tu veux." proposa-t-il alors qu'il s'écroula sur un pouf qui trainait dans la chambre. "Sache que t'as au moins la chance et l'opportunité de pouvoir faire évoluer les choses. Ton père est là, juste à côté, tu peux lui parler quand tu veux, même si c'est pour s'engueuler. Si j'étais toi j'en profiterais. Je sais pas encore comment, mais j'en profiterais." avoua-t-il sans même daigner jeter un coup d'oeil à sa demi-soeur. Il ne voulait pas vraiment qu'elle entende ceci comme une demande particulière d'affection et d'attention, parce que son père à lui moisissait en prison depuis bientôt dix ans, à des milliers de kilomètres d'ici, et que jamais il n'aurait le courage d'affronter sa présence.

"Dis-moi ce que tu ressens exactement. Ce que tu as ressenti plutôt. Quand il est parti." demanda-t-il en la regardant enfin. Assis sur son pouf, il se sentait réellement en infériorité, mais à l'instant, il s'en fichait.
Il pouvait le deviner que trop bien, mais c'était Savannah qui avait les cartes, c'était sa relation à elle qui se jouait, car Tim savait qu'entre lui et M. Williams, rien ne changerait plus, c'était trop tard.

Tim n'avait pas l'étoffe d'un psychologue, d'ailleurs il en était profondément allergique, alors si Savannah s'attendait à une tentative pathétique de thérapie, elle se trompait. En fait, son plan était bien plus diabolique : savoir les ressentis de sa demi-soeur pour pouvoir ensuite les exploiter et trouver un moyen de les transférer sur leur cible. Mission démolition de M. Williams, round 1, la partie allait enfin commencer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. [ Maison des Williams ] The time of the rebellion has come !   Sam 16 Avr - 13:59

    Savannah n’avait aucune envie de se confier à son demi-frère Tim. Surtout au sujet de son père. Pourquoi ? Tout simplement parce que cela faisait ranimer en elle, de trop vieux souvenirs. Des souvenirs dont elle préférait effacer, tourner la page. Sauf que le jeune homme ne le savais pas ça. Il ne savait pas tout ce qu’elle avait vécu, à quel point l’absence d’un père avait été dure pour elle. Ou alors peut-être que lui aussi a déjà éprouvé ce genre de choses, la jeune fille avait entendu une fois parler de son père à sa mère … Un père qui apparemment était en prison. Mais elle n’avait jamais voulu en savoir plus, de 1 • Car ceci ne la regardait pas et de 2 • Car elle a déjà ses problèmes pas besoin de savoir ceux des autres. Certes ça sonnait comme égoïste mais pas pour la jeune fille. Depuis toute petite elle se comportait de cette manière. L’absence paternelle, un frère qui ne l’avait jamais compris, une mère qui tentait de combler ce manque paternel en la gâtant. Le mot « non », elle ne connaît pas. Les caprices, choses qu’elle sait très bien faire. Mais sa mère avait sa propre vie, et bien vite sa fille a du savoir se débrouiller toute seule. Mais le sentiment qu’elle éprouvait en ce moment même était différent … Elle détestait que Tim ou encore un de ses amis fasse son psychologue … Mais là, les « conseils » qui lui donnaient, le simple fait de lui dire ce qu’elle avait ressenti lorsqu’il était partit, de lui dire que elle peut profiter puisqu’il est là pour lui parler, c’était stupide comme idée. Du moins pour la jeune fille. Jamais elle n’avait eu de conversation avec son père à propos de son départ, jamais. A Los Angeles quand il l’appelait, soit elle ne décrochait pas soit elle lui disait qu’elle comprenait qu’il n’avait pas besoin de se justifier. Des mensonges encore et encore. Voilà de quoi est basée leur soi-disant famille. Et puis elle savait que dans son cœur, ses enfants avaient été remplacés par son autre enfant et par sa nouvelle femme. Un amour compressé et placé dans un coin par l’autre qui est plus fort.
    Plongée dans ses pensées, elle ne vit pas Tim qui essayait de ne pas croiser son regard. Assis sur un pouf, il se contentait juste de faire « le psychologue ». Ce n’est que quelques minutes plus tard quand le silence de mort retombait qu’elle daigna revenir à la réalité. Elle ne souriait pas, elle ne bougeait pas, elle ne parlait pas. Ce que son demi-frère lui avait lui avait fait comme l’effet d’une bombe, une sorte de choc émotionnel. Cela avait fait ranimer tous ces vieux souvenirs, des souvenirs à jamais enfouis sous terre de sorte que rien ni personne ne peut les déterrer ni les trouver. Mais apparemment ils ne devaient pas être si bien enterrés que ça … Savannah ouvrit la bouche pour dire quelque chose mais elle la referma aussitôt. Que pouvait-elle bien lui répondre ? Lui dire qu’il avait raison, qu’il fallait qu’elle lui parle même si c’est pour se gueuler dessus. Elle commença à parler d’un ton calme juste avant que sa voix ne se fonde en un murmure.

    Ҩ Ce que j’ai ressenti … c’est … de la tristesse évidemment. Et un sentiment indescriptible. Tu sais, comme si quelque chose en moi s’était soudainement fissuré, une partie à jamais disparu …

    Puis ce fut le silence une nouvelle fois. Parler de sa vie comme ça à cœur ouvert à son demi-frère était assez bizarre. Peut-être que ce n’était que pour son intérêt personnel après tout mais le simple fait qu’il s’intéresse un peu soit peu à elle, c’était assez gentil. C’est vrai que ça n’allait pas être son demi-frère Matt qui allait se préoccuper de ses pensées. Restée debout depuis tout ce temps, elle s’assit sur son lit les jambes engourdies. Ce qui était bizarre c’est que ce matin elle s’était réveillée de bonne humeur avec l’appel de sa mère et soudainement sa joie s’était subitement transformé en sorte de dépression. Mais elle ne le faisait pas montrer malgré son côté extravertie. Certes son sourire habituel avait disparu pour laisser place à un sourire banale, ses yeux si souvent pétillants avaient laissé place à des yeux tristes. Elle qui était si souvent de nature gaie … Elle ferma les yeux comme pour se rappeler de quelque chose ce qui n’était pas le cas. Elle était simplement en train de penser à une sorte de complot, d’idées qu’elle pourrait faire avec Tim. A propos de son père. Oui, de ce père dont ils parlaient tout-à-l’ heure en disant qu’il fallait qu’elle crée de nouveaux liens avec lui ou du moins recréer. Leur brève conversation l’avait fait réfléchir. Elle se disait que jamais elle n’aurait cette conversation avec lui jamais. Il l’avait bien trop oubliée et remplacée. La conversation serait juste ennuyante, barbante et complètement inintéressante. Le premier round allait sonner bientôt, la rébellion allait commencer.

    Savannah se leva, le sourire étant revenue sur ses lèvres. Certes ce n’était pas son sourire habituel mais un sourire malicieux qui montrait qu’elle avait une idée derrière la tête. Elle s’approcha de Tim mais elle hésita puis finalement elle se résigna et se dirigea vers son miroir pour faire une tentative de déviation. Elle rajusta correctement ses vêtements puis sa coiffure. Un coup d’œil à son Smartphone suffit pour remarquer qu’elle n’avait aucun message, que sa mère n’avait pas essayé de la rappeler. Une prochaine fois peut-être … Pendant une bonne minute elle contempla son portable, attendant quelque chose mais c’était inutile. Enfin elle se tourna avec Tim d’un air déterminé.

    Ҩ Cesse de me parler de lui comme si il était à blâmer. On n’efface pas le passé, ce qui est fait est fait. Aide-moi plutôt à chercher un moyen qui pourrait nous aider … à nous faire comprendre ou du moins à lui faire comprendre.


Dernière édition par Savannah Williams le Sam 4 Juin - 17:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
MessageSujet: Re: 05. [ Maison des Williams ] The time of the rebellion has come !   Mar 3 Mai - 15:14

Comploter. Timothy savait faire ça tellement bien. Si seulement Savannah pouvait imaginer ce qui, derrière des faux airs de thérapie foireuse, pouvait bien s'échafauder dans son esprit. Même si troublée par un sentiment de tristesse on pouvait discerner cette lueur de malice dans ses yeux. C'était presque troublant, à quelle point son empathie envers Savannah pouvait prendre parfois des allures disproportionnées. Quelque fois, Tim croyait son beau-père lorsqu'il lui affirmait deviner chez lui, de manière plus ou moins évidente, les symptômes de la sociopathie, mais cette empathie qu'il pouvait bien avoir était la preuve du contraire. C'était vrai, la plupart du temps il se fichait des émotions des autres, bien plus que des siennes, et c'était une des raisons pour lesquels sa sociabilité n'était pas terriblement aiguisée, mais peut-être que s'il travaillait dessus il aurait la chance de s'améliorer. Voulait-il seulement s'améliorer ? Il n'en était pas certain. Laisser les émotions d'autrui parvenir jusqu'à sa propre âme, c'était un pari risqué qu'il n'était pas encore près à assurer. C'était, en plus de se battre contre ses propres démons, se laisser envahir par ceux des autres. Pour lui, c'était chacun pour soi. Chacun se débrouille avec ses problèmes, même s'il faut pour ça feindre d'aller bien et rester stoïque dans les moments les plus délicats, c'était ce qu'il croyait être juste. Sûrement était-ce pour ça qu'il refusait de consulter un psychologue. Pour ça, et parce que ce serait admettre qu'il avait des problèmes.

Tim restait sérieusement attentif à Savannah, bien plus qu'il ne pouvait l'être d'ordinaire. Ce sentiment qu'elle décrivait, il le comprenait sans le comprendre, il le ressentait sans le ressentir. Plutôt, il aurait du le ressentir, mais pour une raison qu'il ignorait, et, d'un autre côté, il ignorait pourquoi il ne le ressentait pas. Les propos de Savannah, decrescendo, s'étaient terminés dans un murmure que Tim avait réussi à percevoir en tendant davantage l'oreille. Craignait-elle que son père écoute à la porte et découvre à quelle point elle n'était pas aussi indifférente qu'elle le faisait croire ? Si c'était le cas, il ne pouvait qu'approuver son geste. Mais en réalité cela trahissait une affliction profonde qu'elle avait du mal à admettre, surtout devant Timothy. Lui, opinait du chef, comme savaient si bien le faire les psychologues ou les adultes quand ils faisaient semblant de s'intéresser à ce qu'on raconte, tandis qu'un mépris intérieur ne fasait que gonfler leurs convictions comme quoi ils étaient supérieurs aux adolescents. Non pas que c'était là ce qu'il ressentait, en fait, il ne s'en était pas rendu compte. Peut-être était-ce machinal après tout, et que les adultes ne faisaient pas ça pour feindre un intérêt particulier mais simplement parce que ne rien faire serait une encore plus grande marque de mépris et d'impolitesse. Oui, c'était ça, de la politesse. C'était pourquoi Tim y était tellement étranger.

Puis, brilla dans les yeux de Savannah cette même lueur de malice, qui avait fini par contaminer tout son visage pour finalement terminer sa course sur ses lèvres, lui esquissant un sourire peu approprié. "Ouais." se contenta-t-il de répondre en se grattant la tête en toute innocence. Il s'étendit de tout son long sur le pouf, dans une position de gainage digne des plus grand athlètes. C'était totalement inutile, mais rester assis sans bouger lui donnait la pénible impression de perdre son temps. Comme si changer de position toutes les cinq secondes allait y changer quelque chose. Il entreprit ensuite de se rasseoir convenablement, et leva les yeux au plafond comme si cela l'aidait à mieux réfléchir. "Tu sais quoi, c'est ça qui fait le plus mal. De se sentir invisible, sans importance, et que le monde continue de tourner autour de nous comme si de rien était. Alors, ce que je propose de faire, c'est de ne rien faire." Il se leva d'un bond, convenant que son explication était quelque peu nébuleuse. "Comme on dit, l'indifférence est le pire des mépris. Ok c'est dur, j'en conviens, mais c'est carrément vrai. Quand un noob du lycée répond pas à mes insultes, j'ai encore plus envie de le boxer. Et dans l'histoire, c'est lui qui gagne... enfin même si je le tacle." Tim s'arrêta de parler un instant. Il avait finalement compris quelque chose d'important... mais il n'était pas assez sage pour agir de cette façon. "Fais ce que je dis pas ce que je fais", ça c'était ce qui le caractérisait le plus.

"Mais je crois qu'il a aussi besoin de voir que tu reportes toute cette affection sur quelqu'un d'autre, en plus de l'ignorer complètement. Pourquoi pas ma mère ? Quoique ça pourrait lui faire plaisir que tu l'apprécies... t'as une idée ? Un prof peut-être ?" Ça c'était du sadisme subtil et silencieux, le pire de tous. Pas sûr que ce soit le plus approprié pour deux grandes bouches comme Savannah et Timothy cependant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. [ Maison des Williams ] The time of the rebellion has come !   Mar 31 Mai - 14:49

    Savannah resta muette durant quelques minutes. Après avoir presque ouvert son cœur, de s’être confié, elle avait l’impression de ne plus reconnaître son frère Tim. Ou plutôt son demi-frère. C’est vrai, d’habitude elle ne lui disait rien. Elle avait limite peur d’être jugé ou alors qu’il ne la comprenne pas. Et ça c’était des sentiments que la jeune fille éprouvait que très rarement. Mais là, il l’avait bouche-bée. Normalement ça devais être elle, la grande sœur mais en ce moment même on avait plus l’impression que c’était lui le grand-frère. Pendant un cours instant, à la place de Timothy Ainsworth, ce jeune rebelle de dix-sept ans, elle avait l’impression de voir Chris Williams, son frère âgé de … quel âge il avait maintenant ? Elle n’en savait rien … Cela faisait pas mal de temps qu’elle n’avait plus de ses nouvelles après tout.

    Plus les quelques minutes passaient plus la jeune fille affichait un sourire malicieux. La question récemment posé par son demi-frère avait fait comme une illumination dans sa petite tête blonde. Maintenant la réelle chose qui comptait c’était de savoir et surtout de faire le plan machiavélique qui allait pouvoir leur faire payer à leur beau-père. Le mieux c’était de ne rien faire … Hum bonne idée c’est vrai. Encore fallait-il l’exploiter, cette idée ! Mais son autre idée était largement plus simple et plus facile. Reporter son attention sur une autre personne. Sur la mère de Tim ? Oh que non ! Il ne valait mieux pas que ce soit elle, à moins si elle souhaite faire plaisir à son père … Dommage, c’était tout le contraire. Un prof ? Oui mais qui ? La plupart des profs du lycée, elle les méprisait. Et ça eux même le savait. Ah ! Il y en certains qui sont peut-être l’exception à la règle pour leur bonheur. Il y avait Lewis avec qui elle entretenait une relation assez … comment dire ? Etrange oui il faut l’avouer. Et enfin Emma Pillsbury, même si ce n’était pas un professeur car elle n’enseignait pas une matière c’était tout comme. Oui, Emma c’était elle qui allait pouvoir l’aider dans son plan. Dans son plan sadisme et très ingénieux.

    Ҩ Hum charmante idée que tu as eu là cher demi-frère. Et bien … Il y a Emma. Emma Pillsbury.

    Elle guettait sa réaction d’un œil interrogateur. Elle ne savait pas la relation qu’il entretenait avec la conseille d’orientation, si c’était plutôt conflictuel ou autre. En tout cas Savannah entretenait une relation assez bonne avec elle. Elle la voyait comme une sorte de confidente, une personne à qui elle pouvait tout dire sans craindre de remarques, bien qu’elle s’en moque. La dernière fois qu’elle était venue la voir dans son bureau, c’était pour essayer de comprendre le problème que certaines personnes de ce lycée avaient à la chercher. Façon de parler bien entendu. Mais par-là, elle parlait des cherrios qu’elle prenait un malin plaisir à la faire mourir de rire même si ce n’était pas leur fautes, les pauvres ! En fait elle était allée dans son habituel exutoire juste pour parler avec Emma. Pour parler avec elle comme la plupart du temps elle le faisait, de tout et de rien. L’endroit où elle passait ses nerfs, lâchait sa colère et disait tout haut ce qu’elle pensait. Si il y avait bien une personne en tant que professeur qui connaissait le mieux Savannah Williams c’était bien Emma Pillsbury.

    Ҩ Oui, Emma serait parfaite ! Enfin, bien entendu en espérant que celle-ci sera d’accord. Bien que son avis nous importe peu, je crois.


    Bien entendu, elle n’avait aucune envie que celle-ci le sache. Qu’est-ce qu’elle racontait d’ailleurs ? Personne n’avait besoin de savoir ce qui se passait dans sa vie familiale ainsi que la relation tendu qu’elle entretenait avec son père. Oui, personne !

    Savannah réfléchit à l’idée qu’avait pu avoir Tim en lui demandant cela. De sa part, rien ne l’étonnait. Et surtout pas les plans aussi sadismes comme celui-ci. Elle remarqua qu’il avait changé de position toujours affalé sur le fauteuil, comme si cela allait pouvoir l’aider à trouver une quelconque idée. Debout, en face du miroir, elle croisa ses bras sur sa poitrine. Elle avait l’air d’une femme d’affaire ainsi présenté. Trêve de plaisanterie bien entendu. Elle prenait juste une façon assez détendu pour aider à réfléchir. Sauf que cela ne l’aidait pas vraiment, voir même pas du tout. Enfin, à deux ils allaient bien trouver une solution après tout non ?

    Ҩ Que dirais-tu qu’on en parle plus tard ? A moins que tu ais une idée magistrale qui vient de te sortir de la tête ? Ce n’est pas que je m’ennuie mais c’est juste que j’ai certaines choses à faire tu vois. Et les murs ont des oreilles dans cette maison …


    A peine prononcé cette dernière phrase, elle ouvrit la porte de sa chambre qu’elle avait récemment fermé. Montant les escaliers on pouvait apercevoir la mère de Tim tenant à la main un panier de linge sale. La lycéenne n’avait même pas remarqué que sa belle-mère était présente à la maison, elle a des façons de se rendre discrète. Elle lui fit un sourire hypocrite quand celle-ci passa devant sa chambre pour aller jusque dans la salle de bain. Hypocrite tout simplement parce qu’elle n’appréciait pas beaucoup cette soi-disant belle-mère. Pour elle, c’était sa faute si son père les avait lâchement abandonnés, si maintenant à chaque fois qu’elle avait le malheur de parler de Mr. Williams à sa chère et tendre mère celle-ci se renfermait sur elle-même. Mais elle ne lui disait pas, elle faisait comme si de rien n’était. Elle jouait la parfaite gentille fille sage devant elle … quand ça l’arrangeait surtout. Elle ne fit pas attention à Tim pour savoir ou non s’il avait vu sa mère ou encore s’il y avait compris ses récentes paroles.
    Le moment tant attendu était arrivé. L’heure de la rébellion allait enfin commencer. Après avoir imaginé la scène, il ne leur restait plus qu’à vivre réellement cette scène. Après les paroles, place aux gestes !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 05. [ Maison des Williams ] The time of the rebellion has come !   

Revenir en haut Aller en bas
 

05. [ Maison des Williams ] The time of the rebellion has come !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 5
-