Choriste du mois


Partagez | 
 

 05. Hi lonely man !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 05. Hi lonely man !   Dim 27 Fév - 15:25


Bryan&Célia

Elle se précipita vers une table nouvellement occupée, saisit quelques cartes des menus, n'en tendit qu'une seule faute de tierce personne, avant de zieuter d'un rapide coup d'œil le client qu'elle servait. Jeune, mince, faisant un peu la gueule, et dont il était quasi impossible de déterminer le sexe, du tout moins pas sans aller vérifier de plus près.

"Bonsoir euh... Madame... Enfin Monsieur... Euh...
.........
>tousse< Bonsoir."

Zioup ! Et voilà qu'elle s'éclipse en moins de temps qu'il faut au pape pour enfiler son slip, morte de honte. Mais de quelle planète vient donc cette personne là ? Fille ? Garçon ? Un peu des deux ? Ça devrait être interdit ça !! Elle priait intérieurement pour que quelqu'un d'autre s'occupe de cette table à l'avenir, sauf que... Il n'y avait qu'elle. Misère... cela voudrait dire que, une fois la table 5/7/12/4 servie, il faudrait qu'elle y retourne, soit approximativement dans dix minutes. Damn' !

"Oui j'arrive !
... Plus de pain ? Pas de problème je vais régler tout ça de suite.
Oui madame ? Oui j'arrive !
De l'eau ? D'accord je vous amène ça sur le champ."


*Je vais mourir.*

Mi janvier, fin de soirée, un mardi comme pleins d'autres. Mais alors pourquoi tant de monde ce jour là ? Et pourquoi si peu de serveurs ? Allez savoir, peut-être parce que le patron était pingre, où qu'il n'avait pas prévu ça, ou que tout le monde était partit en vacances sauf elle... Ou bien le destin voulait s'acharner, provoquer sa mort précoce, et avait soufflé à l'oreille des habitants de Lima de venir ici ce soir. Allons allons, c'est pas comme si la bouffe était bonne dans ce rad', enfin ! Sans chercher à trouver une réponse logique à cette triste coïncidence, Célia s'affairait de table en table le plus vite qu'elle pouvait, pour apporter plats/pain/eau/vin/trucs divers aux clients assis là à attendre leurs victuailles depuis des lustres. C'était long, les gens râlaient, mais elle n'y pouvait rien. A moins qu'un scientifique fou ait trouvé le moyen de lui greffer 4 bras supplémentaires, ou de la cloner. Bref ! Après 1h30 de courses intempestive entre les gens, elle était déjà à moitié morte. Et dire que son service ne terminait que dans 1h... à 22h. Mon Dieu.

"Célia dépêche toi un peu ! Les clients attendent !"

"J'arrive j'arrive !!"

*Tu vas voir s'il vont attendre ces bandes de... grmbl de sales ... de mes ... !!!* (ndlr : la rédaction vous demander d'excuser la vulgarité des propos de son héroïne.)

Heureusement, plus il se faisait tard et plus la salle se vidait, les derniers clients retardataires prenaient un dernier café en tête à tête. Deux couples se regardaient amoureusement en chiens de faïence; plus loin, un homme était assit seul. Elle l'avait déjà vu. En fait il venait souvent ici et restait jusqu'à tard. A cause de lui elle débauchait toujours à la bourre, quel sale type ! Elle ne pouvait s'empêcher de croire qu'il faisait exprès de venir pour la voir galérer, mais ça semblait quand même peu probable. Peut-être que c'était un de ces mecs bizarre sans amis qui ne savaient pas quoi faire pour tuer ses soirées ?

Le carillon de la porte annonçait la sortie des derniers clients. Exténuée, Célia récupéra les quelques assiettes et tout le reste du bordel sur les tables. Puis, s'accordant une pause bien méritée avant de s'attaquer au ménage, elle se laissa lourdement tomber sur une chaise plus loin.

>Baille longuement< "Comment c'était trop crevant aujourd'hui !"

Quelque chose attira alors son regard, assit plus loin, l'homme bizarre était toujours là. Mais qu'est-ce qu'il faisait encore ici lui ? Levant les yeux au ciel elle se releva, comme si tous les malheurs du monde reposait sur ses épaules, s'approchant de l'homme.

"Excusez-moi... Il est tard et je dois ranger tout ça alors... "

Prions pour qu'il comprenne le message (malgré son accent à tuer un dromadaire) sans qu'elle n'ait à le dégager à coups de pied aux fesses !
Revenir en haut Aller en bas
Age : 34 ans
Occupation : Directeur des Awesome Voices
Humeur : Conquérante
Statut : Célibataire
Etoiles : 6185

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Cee Lo - Forget You
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. Hi lonely man !   Lun 28 Fév - 15:31

L'assiette de Bryan était vide depuis bien longtemps, mais pourtant, il n'avait pas bougé un pouce.
Au fond de la petite salle du restaurant, trônait une massive pendule appartenant certainement aux propriétaires des lieux, de laquelle deux perruches s'échappaient violemment d'un petit orifice à chaque fois qu'il était temps d'annoncer une nouvelle demie heure. Le jeune professeur ne le savait que trop bien : depuis plus de trois heures qu'il était là, il avait eu maintes occasions d'entendre beugler les deux volatiles. Et même si le son était quelque peu désagréable, il refusait de demander l'addition.

La première fois qu'il était venu dans ce restaurant, peut-être un mois auparavant, il était accompagné de Hollie Holliday. Afin de remercier cette dernière de s'être occupée de ses Awesome Voices pendant une semaine, il l'avait amicalement invitée à dîner. L'endroit était assez coquet, bien qu'un peu isolé dans le centre ville. Il fallait passer par une ruelle un peu glauque afin d'accéder à l'entrée qui menait à une seule et unique pièce découpée en deux. Pas plus d'une vingtaine de tables étaient disposées un peu en pagaille sur une moquette rosâtre au style ancien.
Sur les murs, la papier peint d'Antan résistait encore, tandis que des meubles dignes de la guerre de Sécession faisaient office de décoration.
Avec Hollie, il avaient passé toute la soirée à se moquer de ce lieu complètement désuet aux allures de musée, avant de se rendre compte que la nourriture était en fait plutôt bonne, et que les tables, elles, désemplissaient rarement. Finalement, après un bon repas, et une bonne bouteille de rosé, ils s'étaient promis qu'ils reviendraient manger dans cet endroit au charme particulier certes, mais charmant tout de même.

Malheureusement, ils n'avaient jamais eu l'occasion de réitérer l'expérience, la jeune femme étant trop occupée par des cours de remplacements.
Aussi, un mardi soir après le lycée, Bryan décida de revenir au restaurant, seul cette fois-ci après que Hollie ait décommandé à la dernière minute.
Il avait pu à nouveau savourer la cuisine plutôt raffinée des lieux, et étrangement, il avait réalisé qu'il se sentait extrêmement bien au milieu de toutes ces décorations démodées.
Mais ce qui retint le plus son attention lors de sa seconde visite, ce fut la demoiselle qui le servit. Une grande blonde svelte avec des yeux magnifiques, que l'horrible robe qui lui servait d'uniforme n'arrivait même pas à enlaidir. Dès qu'elle avait ouvert la bouche, Bryan avait été charmé, et pour cause, il ne s'était jamais montré insensible à l'accent français. C'était sans doute la première fois qu'il avait laissé un tel pourboire...

Ce soir, cela faisait la troisième fois qu'il revenait de lui même. Les trois derniers mardis, c'est ici qu'il les avait passés. Il n'osait pas choisir un autre jour, de peur que sa serveuse favorite ne soit en congé. A chaque fois, il arrivait aux alentours de 19 heures, et restait jusqu'à la fermeture du restaurant aux alentours de 22 heures, prétextant aimer manger lentement afin de pouvoir rester aussi longtemps que possible.
Ce n'était pas une attirance amoureuse qui le poussait à agir de cette manière ; après tout il ne savait pas quel âge avait la jeune demoiselle. C'est juste qu'il aimait la regarder bouger, il aimait les petites mimiques qu'elle adressait aux clients, il aimait lorsqu'elle demandait de répéter plusieurs fois la commande parce qu'elle n'avait pas bien compris. Il aimait sa maladresse attendrissante, il aimait cette expression concentrée qu'elle prenait lorsqu'elle sortait de la cuisine les bras chargés d'assiette. Il aimait la voir slalomer entre les tables, il aimait la façon dont elle rejetait en arrière les mèches rebelles qui lui gênaient la vue.

Le chant de perruche se fit de nouveau entendre. Sur la pendule, les aiguilles affichaient 22h30.
Bryan savait bien qu'il était le dernier client,mais il ne lui était pas encore venu à l'idée qu'il pouvait déranger l'objet de son attention. Lorsque la serveuse s'approcha de lui, il fit mine de pianoter sur son portable, comme absorbé par la rédaction d'un SMS, afin de pouvoir relever la tête d'un air surpris lorsqu'on s'adressa à lui.

"Je suis désolé, je ne vais pas vous déranger plus longtemps, vous devez sans doute avoir envie de rentrer chez vous."

Adressant un sourire à son interlocutrice, il se leva de sa chaise, et prit la direction du bar pour aller payer. Sur son passage, il put voir une pile monstrueuse d'assiettes sales qui n'attendaient que d'être lavés. Il remarqua également les nombreuses miettes qui recouvraient la moquette, ainsi que des tables qui méritaient encore un bon coup d'éponge. Manifestement, la jeune femme n'était pas prête de rentrer chez elle.
Instinctivement, Bryan s'arrêta à mi-chemin, puis semblant hésiter, il se proposa finalement.

"Vous savez, je n'ai rien à faire ce soir, si vous voulez je peux vous aider à nettoyer tout ça..."

La proposition était complètement dénuée d'arrière pensées. A la vue de toutes les corvées qu'il restait à réaliser, le jeune professeur n'avait pu s'empêcher de s'éprendre de compassion.
Sans même attendre la réponse de la demoiselle, il retira son manteau, déboutonna les boutons de ses manches, et releva ses dernières au niveau de ses coudes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. Hi lonely man !   Mar 1 Mar - 14:15

Une chose est sûre, c’est que la jeune Célia ignorait que le moindre de ses gestes, de ses mots, avaient autant d'impact sur cet homme. Mais peut-être était-ce mieux ainsi, tout du moins pour lui, car n’en aurait-elle pas profité d’avantage ? Mieux vaut peut-être ne pas répondre, car ne connaissant pas Célia, vous risqueriez d'être choqués.

Elle n'avait jusqu'à aujourd'hui, jamais vraiment prit la peine d'observer l'homme de plus près, se contentant de le regarder laisser un beau pourboire à son intention et partir. C'était la troisième fois qu'il venait ici, toujours le même jour, toujours la même heure. Elle trouvait cette sorte de rituel assez étrange. Quel genre d'homme de son âge pouvait se permettre une telle routine sans avoir à subir les imprévus pourtant si courants d'une vie normale. Quel homme pouvait préférer passer une soirée seul ici plutôt qu'ailleurs ? Comme Célia était du genre fantasque, elle aimait l'imaginer attendant la venue de quelqu'un, une femme probablement, une femme qui, malgré les semaines, ne venait pas. Mais cette histoire était triste, alors Célia préféra penser qu'il aimait venir ici et que, à l'inverse d'elle, il trouvait cet endroit apaisant. Ou peut-être que c'était un détective privé qui venait pour observer quelqu'un dans la salle, un client habitué. Rien de tout ça n'avait de logique, mais Célia n'aimait pas imaginer la vie plus banale qu'elle n'est. La seule question qu'elle gardait en tête, c'était : pourquoi un tel pourboire ? Elle n'avait jamais vu ça avant que cet homme ne passe les portes du restaurant. Pourtant, elle n'avait pas l'impression d'être une serveuse digne d'une telle récompense. Elle ne cherchait pas spécialement à faire la conversation à ses clients (faute de vocabulaire, voyez-vous !), elle souriait comme elle pouvait entre deux services, mais rien de très concluant. Pire, il lui était arrivé de confondre deux tables et intervertir les commandes; faute qui lui avait valut quelques réprimandes de la part de son patron. Mais ce dernier se gardait bien de la congédier, sans doute parce qu'étrangement, les soirs où elle travaillait était ceux où le restaurant était miraculeusement plein.

Mais ne nous éternisons pas là dessus. Le fait est que, maintenant qu'elle prenait le temps de regarder le plus près son client mystère, elle se trouva confrontée à une surprise inattendue.

Grand, châtain, la trentaine passée, un visage qu'on oublie pas. C'était bel est bien monsieur Bryan Ryan, celui du lycée, le prof s'occupant d'un des deux glee club dont elle avait oublié le nom. Il était assez rare de retrouver des gens du lycée ici, dans ce coin perdu du centre ville. Vu la manière dont il s'adressait à elle, poli, gêné, complètement à l'opposé de ce qu'elle avait pu observer de lui au lycée, elle devina presque instantanément qu'il ne l'avait pas reconnue. Après tout, il était même très probable qu'il ne l'ai jamais remarquée à Mc Kinley, vu qu'elle faisait tout son possible pour se fondre dans la masse. Sa jupette rouge aidait bien vu qu'elle avait l'étrange pouvoir de dévier les regards, enfin tous les regards des hommes, bien entendu.

"Vous ne me dérangez pas vraiment, mais je doute que vous ayez envie d'être témoin de l'apocalypse qui se prépare en arrière salle. >d'un léger rire< ça vous fera 15$."

Alors qu'elle récupérait l'argent qu'il lui tendit pour payer son repas, elle songea à la bonne heure qu'il lui restait, au minimum, avant d'avoir terminé de tout remettre à neuf. Le simple fait d'y penser la déprima presque totalement, attisant le profond état de flemme qu'elle arborait depuis le début de son service.

"Quoi ?"

Elle avait a peine eu le temps de répondre, pour refuser poliment cela va de soit, qu'il s'était déjà mis en tenue de combat. Interloquée, elle l'observa un instant, la bouche ouverte dans une pose qui devait très certainement être ridicule et digne d'un poisson rouge mort, avant de réussir enfin à articuler.

"Je ne suis pas sûre que ce soit autorisé, non ? Si Garry apprend qu'on fait bosser des clients ici le soir..."

Dans un autre cas de figure, elle aurait été sûre et certaine de ne jamais ressortir vivante de cette salle, tuée par ce sociopathe qui prétendait vouloir l'aider. Peut-être qu'il l'aurait étranglée ou enfermée dans le frigidaire… dans cette tenue immonde ! Oh non, dire que les policiers du coin allaient la retrouver habillée comme une vieille texane en fin de vie ! Alors que honnêtement, si Célia avait pu choisir, elle aurait préféré mourir avec panache ! Mais l'heure n'était pas à psychoter ni à penser dans quelle tenue elle rendrait son dernier souffle, il fallait vraiment qu'elle perde cette sale manie de laisser son cerveau inventer des scénarios abracadabrants dans des situations qui ne s'y prêtaient pas. Après tout elle connaissait cet homme, plus ou moins certes, mais à priori elle ne mourrait pas ce soir. Aussi, ses yeux allumés d’une étincelle malicieuse se reposèrent sur l'homme, semblant le scruter sans scrupule. Elle haussa les épaules.

"Oh et puis zut ! c'est d'accord !"

Un sourire trop charmant pour être innocent passa sur ses lèvres, alors qu’elle quitta son comptoir. Elle trouvait cet élan de générosité de la part de Bryan assez surprenant : lui qui semblait d'ordinaire si antipathique ! En tout cas du peu qu'elle l'avait vu, beuglant sur les jeunes de la chorale, elle s'était demandé si elle ne préférait pas Sue-zilla, tout compte fait ! Mais ce n'est pas pour autant qu'elle refuserait, après tout il semblait tellement motivé à l'aider pour ces corvée qu'elle n'avait tellement pas envie de faire !

"Et après je vous offre un café pour fêter ça. >posant une partie du bordel sur un plateau, elle quitte la salle principale pour s'enfoncer en cuisine, avant de repasser la tête par la porte< au fait, moi c'est Célia, et vous ?"

Pour ceux qui n'ont pas suivit : of course, elle connaissait son prénom. Mais elle n'avait pas spécialement envie qu'il fasse le rapprochement entre elle et le lycée, pour qu'il la voit comme une petite élève à qui ont peut faire la morale ? non merci ! Surtout que Célia était le genre de fille qui aimait qu'on ne sache jamais grand chose sur elle. L'observant en coin alors qu'il rangeait un peu plus loin, elle ne savait pas vraiment quoi penser de cette situation qu'elle était bien loin de trouver déplaisante.

"J'ai remarqué que vous veniez souvent ici, mais à vrai dire je n'arrive toujours pas à comprendre. Pourquoi ? >d'un air amusé< Je me suis demandé un instant si vous étiez un détective ou un psychopathe qui suivait quelqu'un en douce, c'est le cas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Age : 34 ans
Occupation : Directeur des Awesome Voices
Humeur : Conquérante
Statut : Célibataire
Etoiles : 6185

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Cee Lo - Forget You
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. Hi lonely man !   Mer 2 Mar - 16:16


Les manches retroussées, Bryan saisit un plateau entreposé sur le comptoir du bar. La première chose à faire était visiblement de débarrasser toutes ces tables. Si en tant que client il n'avait jamais trouvé le restaurant très grand, la vue de toutes ces assiettes sales à moitié vides, de ces serviettes roulées en boules et jetées comme des ordures par terre, de ces verres pleins de graisse au contenant dont la couleur n'évoquait définitivement plus de l'eau, il ne put s'empêcher d'être un peu dégouté.
De sa vie, le seul boulot qu'il avait jamais occupé était celui de chanteur. Même lorsqu'il était au fond du trou à Los Angeles, il avait préféré faire la manche avec sa guitare dans la rue plutôt que de se trouver un petit boulot.
Certes à la maison, sa mère lui avait appris à débarrasser la table, mais chez les Ryan, on ne mangeait pas comme des porcs. Au "Wild Wild West", manifestement, si.

Toutefois, conscient que le regard de la demoiselle était certainement posé sur lui, il jugea plus convenable de ne pas faire le précieux, et s'attela à la tâche, ne laissant rien apparaître sur son visage que de la vaillance et de la bonne volonté. Occupé par ses petites opérations, il entendit à peine son interlocutrice lui rétorquer que les clients n'étaient certainement pas autorisés à faire le travail des employés, et ne répondit rien , se contentant de lâcher un sourire amusé afin de mettre encore plus en avant son caractère de rebelle.

Saisissant une assiette dans laquelle une mixture pâteuse aux allures de vomi flirtait avec des restes de brocoli, Bryan s'efforça de garder un minimum de classe malgré la tâche ingrate qu'il avait à réaliser. Il laissa toutefois échapper une grimace dégoûtée, profitant que la jolie blonde aille faire un tour dans la cuisine avant que cette dernière ne réapparaisse finalement, pour lui dévoiler son nom.

"Célia? C'est très charmant comme prénom. C'est français n'est-ce pas? Moi c'est... Bryan. Bryan Ryan"

Étrangement, il avait été tenté de mentir, et de s'inventer une nouvelle identité. Pourquoi? Il n'en savait trop rien. A dire vrai, il ne se sentait pas vraiment lui-même lorsqu'il venait dans ce restaurant, et peut-être avait il eu envie de matérialiser cette sensation en se nommant Jonathan, Michael ou Richard.
Peut-être au fond avait-il aussi peur qu'on le reconnaisse. Lima était une petite ville de 40 000 habitants, et quasiment chacun d'entre eux était au courant de ce qui se passait en ce moment à McKinley High. Il savait bien qu'il ne jouissait pas de la meilleure des réputations, et qui sait, peut-être que Célia avait eu vent de mauvaises histoires à son égard. Heureusement, cela ne semblait pas avoir été le cas, à en juger par l'expression de son visage qui n'avait pas changé.

Alors qu'il finissait de débarasser la dernière table, le jeune professeur ne put s'empêcher de froncer les sourcils lorsqu'il fut gentiment accusé de ressembler à un psychopathe ou à un détective privé. Il souleva le plateau plein à craquer puis se dirigea vers la plonge en cuisine où il rejoignit la jolie serveuse.

"Je crois que je me sens bien ici. Cet endroit m'apaise, l'atmosphère me repose. Et puis il faut dire que le temps passe à une vitesse incroyable lorsque vous avez de jolies choses à admirer!

Bien entendu, il faisait référence à Célia, mais la façon dont il avait tourné sa phrase pouvait laisser comprendre que Bryan était un amateur d'art qui n'avait d'yeux que pour les fauteuil d'époque et autres commodes poussiéreuses. Adressant un sourire qui se voulait le plus rassurant que possible, il vida son plateau dans la plonge. Le travail de nettoyage était beaucoup plus rapide et beaucoup plus drôle que celui du débarrassée. Une fois toute la vaisselle lavée, il émit un profond soupir de soulagement.

" Eh bien, je n'imagine pas combien de temps cela vous aurait prit si vous aviez du faire ça toute seule! Mais dites-moi, que faites vous dans la vie? Et qu'est-ce qu'une jolie fille comme vous vient faire dans l'Ohio?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. Hi lonely man !   Jeu 3 Mar - 18:18

Pauvre Bryan Ryan ! Le voilà qui devait travailler pour les beaux yeux d'une fille qu'il connaissait à peine. S'il savait seulement qu'il s'épuisait pour une simple lycéenne, il déchanterait ! Mais comme nous l'avons précisé plus tôt, Célia se garderait bien de dire quoi que ce soit. Célia n'avait pas envie qu'ils parlent du lycée, elle voulait se changer les idées un peu, sa vie ne tournait pas exclusivement autour de son uniforme de Cheerios contrairement à ce qu'on pouvait croire ! Et surtout, elle était quasi sûre que monsieur Bryan Ryan arrêterait sur le champ son petit manège s'il savait son âge, hors, pour l'instant, elle trouvait ça bien pratique. Vous avez dit mesquine ? Tout à fait !

Elle l'observait un peu, assez pour savoir qu'il n'était pas un grand fervent des tâches ingrates, mais qui l'était ? Le voir faire tous ces efforts provoquait en elle un subtile mélange d'amusement et de reconnaissance. Elle trouverait ça presque touchant, si si, vraiment !

"Beau travail Sherlock ! Mais je crois qu'il suffit que j'ouvre la bouche pour qu'on sache d'où je viens, n'est-ce pas ? >d'un sourire en coin< Bryan Ryan, j'aime bien votre nom on dirait un pseudonyme de star, vous ne trouvez pas ?"

Elle était en train de passer le balais entre les rangées de chaises, en profita pour faire les tables, histoire de gagner du temps. Du temps pour quoi ? Faire la causette à monsieur Bryan qui n'avait rien d'autre à faire de sa soirée ? Peut-être bien ! Mais il fallait avouer que tout allait plus vite à deux, si seulement son patron embauchait des gens qui bossaient vite et bien, pas comme toutes les chochottes avec qui elle devait faire son service, trop préoccupée par leur manucures moches pour oser mettre une assiette au lave vaisselle ! Peut-être qu'elle allait embaucher monsieur Ryan, vu qu'il semblait n'avoir rien de mieux à faire de ses mardi soirs ! Brillante idée.

"Ah...? >jetant un œil sur l'endroit, elle hausse un sourcil, affichant une petite moue< vous avez de drôles de goûts..."

Effectivement, on ne pouvait pas qualifier la décoration du restaurant de grandiose. Elle n'était ni belle, ni bien organisée, ni spécialement originale. C'était un genre de brasserie lambda comme on en trouve rarement en France, ou alors dans les coins paumés de province où elle n'allait jamais. Mais c'était le premier endroit où elle avait postulé à son arrivée, vu la proximité avec son appart et elle avait été prise sur le champs. La paye était bonne et les pourboires aussi. Pas de quoi se plaindre. En tout cas, une chose est sûre, Célia ne se doutait pas qu'il parlait d'autre chose que de la magnifique horloge à coucou trônant dans la salle principale. C'est qu'elle est modeste la petite !

"Je travaille ici, et..... je m'occupe. >haussant à nouveau les épaules< c'est déjà pas mal, non ? Je suis ici pour quelques mois encore, après je rentrerai en France. Et vous monsieur Ryan, qu'est-ce que vous faites dans la vie ? Je suppose que ça n'a rien à voir avec l'investigation... mes première impressions sont toujours fausses !"

Étouffant un rire, elle lui fit signe pour qu'ils quittent cette cuisine qui n'était définitivement pas un endroit glamour ! S'ils devaient s'asseoir quelques minutes pour profiter du travail terminé, il valait mieux ne pas rester là, c'était trop déprimant.

"Chose promise chose due, vous voulez un café ? A moins que vous n'ayez fait la moitié du ménage que par pure bonté d'âme et préférez rentrer chez vous. Mais je ne peux pas m'empêcher d'en douter !"

Passant derrière le comptoir elle leur servit deux tasses de café, pas des meilleur mais pas mauvais pour un café américain qui, vous devez le savoir, a un goût de pisse de chat.

"Il faut que je me change, je supporte pas cette tenue... C'est moche et ça gratte."
Revenir en haut Aller en bas
Age : 34 ans
Occupation : Directeur des Awesome Voices
Humeur : Conquérante
Statut : Célibataire
Etoiles : 6185

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Cee Lo - Forget You
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. Hi lonely man !   Jeu 10 Mar - 17:24


En effet, il n'y avait pas besoin d'être très perspicace pour se douter des origines de Célia. Il n'y avait pas beaucoup de Français à Lima, car il ne s'agissait pas tellement d'une ville touristique, et encore moins d'un pôle économique ou culturel important. La demoiselle faisait ainsi figure d'exception dans un coin de l'Ohio où la plupart des gens étaient Américains. Cela devait cependant jouer en sa faveur, car chaque fois qu'elle ouvrait la bouche, Bryan ne doutait pas qu'elle en charmant plus d'un. Sa manière d'allonger chaque syllabe et de donner du ton à ses phrases ne l'avait d'ailleurs pas laissé indifférent, encore moins lorsqu'il recevait des compliments. "On dirait un pseudonyme de star".
L'espace d'un court instant, une étoile brilla dans ses yeux. Même s'il se doutait bien que Célia n'avait aucunement dit cela dans un but précis, mais juste pour plaisanter, il ne pouvait s'empêcher de prendre la remarque pour lui. Oui, Bryan Ryan, c'était un nom de star, et dans son esprit, il imaginait toujours des lettres en or à sa gloire sur les plus belles adresses du monde artistique.

Achevant de nettoyer la vaisselle, il déposa la dernière assiette dans égouttoir et jeta un oeil à son interlocutrice qui, le dos tourné, balayait le sol.
Cette dernière était habillée comme un sac, fagotée d'une robe semblant tout droit sortie d'une armoire de bergère colonialiste américaine, aux couleurs affadies par le temps. Elle semblait flotter dans cet accoutrement ridicule qui ne mettait en valeur ni son propre corps, ni le sérieux de l'établissement. Et pourtant, aussi étonnant que cela pouvait le paraître, Célia parvenait à dégager du charme de ce déguisement qui ne semblait avoir été cousu que pour l'enlaidir. Si Cendrillon avait été vivante, c'est sans doute comme ça que Bryan l'imaginait.

"J'ai de drôles de goûts, je sais", dit-il avec un sourire au coin des lèvres.

Il n'y avait plus rien à nettoyer. Le Wild Wild West était désormais prêt à rouvrir ses portes, propre comme un sou neuf : finalement, les choses étaient allés très vites à deux.
Bryan suivit la jolie serveuse dans la salle principale où il prit place sur une table pour deux.

"Moi, eh bien... Je suis chanteur et comédien de profession, mais je suppose que ce sont les aléas de la vie qui m'ont ramené ici à Lima, ma ville d'origine. Désormais, j'enseigne à McKinley High School où j'ai créé une chorale. Cela me prend le plus clair de mon temps, et je dois avouer que je mène une vie assez mouvementée."

Bryan laissa échapper un rictus amusé qui reflétait tout le malaise qu'il ressentait depuis le mois de septembre. "Assez mouvementée" n'était qu'un euphémisme lorsqu'on savait tout ce qu'il vivait au quotidien. La bataille des chorales, sa rivalité avec Will Schuester, son besoin de reconnaissance, et bien entendu, son manque d'affection.

"Vous trouvez que j'ai l'air méchant?" demanda t-il finalement

Il n'attendait pas vraiment qu'on lui réponde. Il était tellement habitué à se poser cette question à lui-même qu'il avait cessé d'espérer que quelqu'un le lui dise. Bien sûr, des gens comme Will Schuester se seraient empressés d'opiner sans la moindre hésitation, mais Bryan savait que ces personnes n'étaient pas objectives. Il savait d'autant mieux qu'au fond de lui, il y avait une part de bon et qu'il n'était pas le monstre qu'on aimait décrire.
C'est du moins ce à quoi il essayait de se persuader intérieurement, et cela expliquait sans doute également son attitude envers Célia.

"Cet uniforme n'a pas l'air très confortable. Je devrais peut-être partir pour que vous puissiez rentrer chez vous et vous changer..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. Hi lonely man !   Ven 11 Mar - 10:41

"Chanteur et comédien ? C'est vrai ? Wouaouh c'est impressionnant ! Et vous êtes connu ?"

Elle se fendit d'une grand sourire angélique dont elle avait le secret. Posant deux tasses fumantes sur la table qu'ils partageaient, elle s'assit en face de lui, ses coudes sur la table pour enfouir sa joue dans une de ses mains. Un peu de repos n'était pas de refus, elle sentait à peine ses pieds, à tel point qu'elle ignorait si elle trouverait le courage de se relever pour aller enfiler ses affaires. S'accordant une micro seconde pour observer l'homme en face d'elle, elle le scruta sans gêne. Elle ignorait que Bryan était comédien ou même chanteur, après tout à McKinley il s'occupait de la chorale, or on a jamais eu besoin d'être talentueux pour ça. Elle le pensait insupportable et totalement égocentrique et encore une fis elle s'était lourdement trompé; son sixième sens lui faisait-il faux bond ? Aucune idée, mais elle aimait ça. Après tout quoi de plus ennuyant que de se retrouver face à quelqu'un dont on peut tout deviner. Elle pensait connaître un peu cet homme, mais il s'avérait plein de surprises !

"Méchant ? >éclatant de rire, elle manque de renverser le café qu'elle tient dans ses mains< quel genre de fille je serais si je disais ça de celui qui a passé sa soirée les mains dans la vaisselle pour m'aider ! Non, méchant : non. Je disais simplement que je ne suis pas naïve au point de croire que vous avez fait tout ça pour partir juste après, ça serait bizarre !"

Pourtant, du peu qu'elle l'avait vu au lycée, elle ne l'avait pas trouvé spécialement amical. Il semblait toujours plus ou moins en colère, criait sur ses élèves, pointait du doigt leur médiocrité… On aurait pu le comparer à une Sue Sylvester au masculin… Peut-être légèrement moins sadique quand même. Finalement, ce soir, elle le trouvait changé de ce qu'elle avait pu voir de lui au lycée. Jouait-il un rôle, un peu comme elle le faisait tous les jour ? Elle reposa sa tasse de café qu'elle trouvait un peu trop fort à son goût, quelle idée aussi de servir un truc pareil à cette heure là… A tout les coup elle ne fermerait pas l'œil de la nuit. D'ailleurs elle aurait volontiers troquer cette tasse fumante contre un bon verre d'alcool sucré, mais vous oubliez très cher lecteur que Miss Stenford n'est pas majeure ! Or, notre Bryan Ryan semblait déjà avoir une vie trop mouvementé pour qu'on y ajoute quoi que ce soit d'illégal avec des lycéennes. Même si ça aurait pu être très intéressant !

Elle aurait bien aimé qu'il lui en raconte plus, qu'il lui dise comment il avait finit dans cette petite ville où l'Art ne semblait pas avoir une place prépondérante. Pourquoi n'était-il pas à New-York ou à Chicago ? Il aurait eu beaucoup plus de chance de trouver du travail là bas. A moins que sa motivation principale soit de diriger une chorale de lycéens… Aucune idée, elle n'avait jamais eu la chance de les voir sur scène, le seul spectacle auquel elle avait assisté au détour d'un couloir, c'était celui de leur humiliation publique.

"Alors ? Ca ressemble à quoi une vie d'artiste ? J'adore ça, chanter et jouer la comédie. Je trouve ça amusant. Même que quand j'étais petite, je voulais être présidente de l'univers, messie, ou actrice ! Et finalement je travaille ici >retenant un rire< comme quoi !"

La vie faisait bien mal les choses ! Mais Célia avait tout son destin devant elle, et elle n'était pas décidée de se laisser entrainer dans la vie à l'aveuglette. Surtout si c'était pour passer sa vie habiller en fermière à servir des entrecôte frites dans un patelin de l'Ohio. Non, d'ailleurs elle ne négligeait aucune piste. En revanche, pour ce qui était de savoir ce qu'elle voudrait faire plus tard, elle même n'aurait pas pu vous le dire. A 17 ans seulement, elle avait encore du temps devant elle, non ?

"J'ai mes affaires dans mon sac >désignant vaguement un sac à dos à côté d'elle, posé sur une chaise< Je ne sortirais jamais dans la rue comme ça, je risquerais de me faire embarquer par un cirque… Enfin c'est comme vous voulez, vous êtes vraiment pressé de partir ? >haussant un sourcil, elle se fend d'un sourire< vous savez je ne vous retient pas, si vous voulez y aller vous pouvez."

Une moue boudeuse passa sur ses lèvres, probablement trop vite pour que qui que ce soit la remarque. Ooooh son compagnon d'infortune voulait déjà lui fausser compagnie ! A seulement 22h30 et après avoir bu un café… Qu'est-ce qu'elle allait pouvoir faire maintenant, se regarder l'intégral des Star Wars avachie dans son canapé ? C'était pas une mauvaise idée ! Malheureusement rien de tout ça n'arrivera, à croire que je n'arriverais jamais à dompter la demoiselle, car elle avait bien décidé à n'en faire qu'à ça tête !

"Stay Just a little bit more,
Don't let my heart turn sore…"


Un grand sourire ingénu étirait ses lèvres, le menton dans les mains. Célia n'était pas le genre de fille trop timide pour se permettre de se ridiculiser un peu. De toute façon, ridicule, elle l'était déjà avec cette tenue, alors pourquoi pas ?

"Si je vous chante quelque chose, vous resterez ? Ca me fait pas peur, je peux le faire ! >faisant mine de s'éclaircir la voix< par contre je crois que ça parle d'un pauvre type……alors le prenez pas pour vous, hein !"

Riant de bon cœur, elle quitta son siège pour s'installer confortablement sur une table à côté pour commencer son petit concert privé d'une voix claire, un peu inhibée sur le début.


© The Do

"He was a bore, a true chore and I still wonder why I ever wanted to see him more
I know it is useless to complain all these years after, well...
Thanks for asking now I'm fine
I should have muffled my obsession but I was all too pure
And so blindly sure that he'd always have the satisfying hug I needed

Stay just a little bit more
Don't let my heart turn sore !"


Quand je vous disais qu'elle était incontrôlable….
Revenir en haut Aller en bas
Age : 34 ans
Occupation : Directeur des Awesome Voices
Humeur : Conquérante
Statut : Célibataire
Etoiles : 6185

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Cee Lo - Forget You
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. Hi lonely man !   Dim 13 Mar - 11:53


Lorsque Célia lui demanda s'il était connu, Bryan ne répondit rien, faisant mine de ne pas avoir entendu la question. Après tout, s'il avait été célèbre, elle aurait sans doute déjà entendu parler de lui, ce qui n'était manifestement pas le cas. Il n'y avait donc aucune raison de se remuer le couteau dans la plaie en confiant que non, il n'était jamais parvenu à devenir la star qu'il avait toujours rêvé d'être.

Sans surprise, évoquer ce sujet commençait à gêner le jeune professeur. Il n'avait jamais été à l'aise avec son passé, non pas qu'il espérait pouvoir l'oublier à jamais, mais alors que la plupart des gens avaient toujours des choses intéressantes à raconter sur leur vécu, lui n'était pas capable de parler de lui sans déprimer ses interlocuteurs. Maintenant qu'il était revenu à Lima, la seule chose qu'il espérait était tourner la page sur ses échecs et reprendre un nouveau départ que les Awesome Voices symbolisaient. Revenir sur sa carrière brisée n'avait aucun autre effet que de l'affaiblir, et certainement sans le vouloir, Célia était en train de percer la carapace que Bryan s'était forgée.

Mais paradoxalement, il ressentait comme le besoin de parler de tout ça. C'était d'ailleurs la raison pour laquelle il avait posé cette question à l'adolescente. Etait-il vraiment méchant? Est-ce que les mauvaises expériences qu'il avait eues dans sa vie l'avaient poussé à devenir aussi aigri qu'il pouvait l'être aujourd'hui?
Célia ne le connaissait pas. Elle ne savait pas comment il agissait au lycée, elle ne connaissait pas ce regard vil qu'il pouvait avoir, elle ignorait tout des accès de violence dont il était parfois victime. Tout ce qu'elle savait, c'était ce qu'il acceptait de montrer de lui dans ce restaurant, à savoir ce sourire poli,cette bienséance un peu trop poussée pour sonner vraie.
Mais si Bryan n'était justement pas en train de se montrer à nu à cet instant précis? Et si la manière dont il se comportait avec Célia, ce n'était pas tout simplement lui, sans artifice?

" Alors pourquoi est-ce que j'ai fais tout ça selon vous?"

Le regard de Bryan devint mélancolique. Entre ses mains, la tasse de café lui brûlait les doigts, mais il continuait à étreindre la porcelaine contre sa peau, comme s'il cherchait à se faire mal. C'est lorsque la douleur fut insupportable qu'il relâcha finalement les mains, le visage impassible.

" Beaucoup de gens rêvent de la vie d'artiste, mais peu savent vraiment ce qu'il en est. On croit qu'il suffit d'être talentueux, d'avoir ce don qui vous rend meilleur que les autres, mais c'est faux. On promet à certaines personnes qu'elles deviendront des stars sous le seul prétexte qu'elles sont capables de soulever des foules au seul son de leur voix, mais c'est faux. Certaines personnes ont beau tout avoir pour elles, elles finissent par échouer, car le monde du spectacle est un monde impitoyable dans lequel ce ne sont pas les meilleurs qui sont destinés à réussir, mais les plus chanceux. C'est pour cela que je me bats aujourd'hui, et c'est la raison pour laquelle j'ai créé cette chorale au lycée McKinley. Car lorsque je vois tous ces jeunes aveuglés par leurs désirs déraisonnables qui se fourvoient dans un rêve impossible et qui finissent drogués sur un trottoir à Los Angeles ou à New York, cela me rend furieux. Cela me rend fou que des adultes promettent à des adolescents naïfs et en quête d'identité quelque chose qu'ils ne seront jamais en mesure d'atteindre. Et je ne veux pas faire cette erreur."

Bryan baissa les yeux. Il avait laissé cette tirade malheureuse lui échapper, son coeur ayant prit le dessus sur sa raison l'espace d'un instant. Une mine coupable apparut sur son visage.
Il se tut alors un instant, plongeant la salle dans un silence passager avant que Célia ne prenne la parole.
Le jeune professeur opina; il avait bien envie de l'entendre chanter, même s'il se doutait bien qu'il ne fallait pas s'attendre à des merveilles. Se repositionnant sur sa chaise, il sourit, puis prit un air faussement sérieux de spectateur prêt à apprécier un opéra.

..."Stay Just a little bit more, Don't let my heart turn sore"...

Bryan restait immobile, comme tétanisé.
La voix de Célia n'était effectivement pas très juste, mais un sentiment étrange le prit à la gorge. Un bouffée de chaleur enivrante et agréable le parcourut de la tête aux pieds, tandis qu'il sentait ses oreilles rougir. Les yeux rivés sur l'artiste, il savourait chacune des notes qu'elle chantait comme une irrésistible friandise, tapant du pied pour donner le rythme. Il ignorait pourquoi, mais il trouvait au spectacle quelque chose de terriblement sensuel.
Subitement, il se leva, puis engagea quelques pas vers la table d'à côté.

"Tu chantes vraiment bien. Et je n'ai pas envie de partir"

S'approchant davantage de la demoiselle, il ne s'était pas rendu compte qu'il venait de la tutoyer. Et tandis qu'elle chantait toujours, il laissa glisser ses doigts dans la paume de cette dernière avant de lui tenir la main. Son bras droit vint délicatement encercler les hanches, froissant au passage le tissu miteux de la robe d'époque. Par un regard, il invita Célia à faire de même, et dans un mouvement d'élan, commença à faire quelques pas sur le côté, balançant ses bras pour former une valse improvisée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. Hi lonely man !   Lun 14 Mar - 14:53

Aux quelques questions qu'elle avait posées sans penser à mal, Bryan avait répondu par un long silence, un silence qui en disait long. Se mordant la lèvres inférieure pour se cacher au fond de son marre de café brun, elle ravala ses questions indiscrètes. Avait-elle touché une corde sensible ? Sans doute. Bryan lui sembla être un homme plus fragile qu'il ne voulait le montrer, bien loin de son image de battant allergique à l'échec comme pouvait l'être la coach en jogging rouge. Avait-il des doutes et des angoisses ? La peur de finir dans l'ombre du commun des mortels ? Bryan Ryan lui semblait complètement perdu, et enfermé dans la peur du "qu'en dira t-on". Elle se sentit un peu idiote d'avoir abordé le sujet qui promettait une ambiance plus monotone.

"Vous l'avez dit, non ? Vous n'aviez rien prévu de votre soirée… alors vous avez peut-être voulu sauvez la mienne ? C'est assez réussi, je trouve."

Elle avait parlé trop vite, car Bryan partait déjà dans un discours des plus fataliste, digne d'un homme à la vie brisée. Oh non… décidément elle aurait mieux fait de se taire plutôt que de jouer la curieuse, le voulu qui arborait une mine triste. Devait-elle le consoler ? Il parlait du milieu du showbiz, un repère de requin où on se brûlait vite les ailes. Il avait raison, et son récit était tellement emprunt de vérité qu'elle devina de suite qu'il était calqué sur sa propre expérience. Bryan Ryan avait-il vécut le triste tableau qu'il était en train de dépeindre ?

Peu importe, elle était bien décidé à ne pas laisser s'éterniser la tristesse qui avait envahit les lieux. Monsieur Ryan devait se changer les idées ? Elle se portait volontaire ! Après tout, elle devait bien le remercier d'une manière ou d'une autre de l'avoir épaulée ce soir, lui remonter le morale ne serait pas de trop, surtout qu'il y avait à faire ! Comment s'y prendre ? Pourquoi ne pas lui chanter un petit quelque chose, la musique arriverait peut-être à penser ses plaies ? S'éclaircissant la voix, elle commença sa complainte. La chanson qu'elle chantait parlait d'une histoire d'amour qui avait mal finit, d'un homme détestable et d'une jeune femme amoureuse. Mais l'air était étrangement gai, chaleureux et entrainant, et surtout il ne semblait pas déplaire à l'unique spectateur de la salle.

"And when my curves came into play
Oh what a hopeless tumbling down
When his desire was stuck in plaster
I was young but I believed in no tales !"


Il se levait pour venir près d'elle, et alors qu'elle aurait juré qu'il viendrait l'accompagner pour quelques notes, il la tira vers lui, lui arrachant un léger hoquet de surprise. Amusée, ne lâchant pas la mélodie qui arrivait sur sa fin, elle l'imita dans ses gestes pour l'accompagner dans sa danse improvisée.

>Retenant un rire gêné< "Mais qu'est-ce que vous me faites faire…"

Comme si quelques notes les avaient rendu intimes, il la tutoyait à présent. Célia ne savait pas si elle devait le suivre, trouvant cela presque déplaisant, comme si le vouvoyer instaurait une barrière entre lui et elle. Une barrière qu'elle n'avait pas vraiment envie de franchir. Sa chanson terminée, elle resta un instant sans bouger,

"Vous connaissez George Clooney ? Bien sur, tout le monde le connait… >une mimique amusée traverse son visage< Jusqu'à ses quarante ans, il n'avait jamais eu rien d'autre que de brèves apparitions dans des séries que personne ne regardait, même pas de second rôle ! … Et aujourd'hui c'est un des hommes les plus sexy d'Hollywood. >un petit sourire aux lèvres, elle accroche son regard< Qui sait vous êtes peut-être le nouveau Georges Clooney, non ?"

Elle s'en fichait que son exemple soit bizarre ou même stupide, le fait est qu'on ne pouvait pas se morfondre comme il le faisait sous prétexte qu'à 30 ans on n'avait pas connu la gloire. Était-il défaitiste au point de croire que sa vie était derrière lui, à son âge ?

"Ce que je veux dire c'est que… Si il avait renoncé, personne ne saurait qui il est aujourd'hui."

La chance jouait beaucoup, certes, mais pouvait-on uniquement se fier à elle pour réussir ? Célia n'y croyait pas trop. Et quand bien même ce fut le cas, Bryan ne pouvait pas faire l'amalgame entre lui et ses élèves. Il ne devait pas les empêcher de se faire leur propres expériences à cause de ce qu'il avait lui même vécu. Quittant ses bras, elle se re-hissa sur la table, laissa ses jambes ballotter dans le vide, ne le quittant pas des yeux.

"Vous savez, >se reprenant< je veux dire tu sais… >elle retient un léger rire< je vais avoir du mal à m'y faire je crois ! Bref… si tu empêches les jeunes de rêver un peu quand ils le peuvent encore… il deviendront des adultes tristes et aigris... Tu voudrais vraiment leur faire croire que leur rêve d'avenir sera de finir manager au Wallmark du coin ou serveuse dans un rade comme celui là ?
Quitte à choisir, je préfèrerai essayer et échouer, plutôt que d'avoir renoncé dès le départ. A leur place, tu n'aurais pas peur d'être passé à côté de ta vie, toi ?"


Songeant qu'elle se transformait en miss morale, elle se fendit d'un sourire charmant, lâchant un "bref !" destiné à clore son sermon. Surtout qu'elle n'était pas très bien placée pour dire quoi que ce soit ! Le délaissant quelques secondes du regarde, elle se leva, murmurant un "je reviens" pour aller flâner en cuisine. Abandonnant quelques instants monsieur Ryan elle revient une bouteille à la main.

"Je ne suis pas là pour vous... >roulant des yeux< "te" faire la morale, hein ? Tu veux un verre ? >lui présentant la bouteille de liquide rosé qu'elle tient entre ses mains< Profites-en, c'est moi qui offre... après tout qui mieux qu'une française peut te faire boire un bon vin ?
Revenir en haut Aller en bas
Age : 34 ans
Occupation : Directeur des Awesome Voices
Humeur : Conquérante
Statut : Célibataire
Etoiles : 6185

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Cee Lo - Forget You
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. Hi lonely man !   Mer 16 Mar - 17:20


Balançant son corps d'un côté, puis de l'autre, Bryan menait la danse avec brio. Si le chant avait toujours été sa principale passion, il n'était pas rare qu'on lui attribue aussi des talents pour la danse, qu'il avait d'ailleurs eu l'occasion de mettre à contribution au cours de sa carrière pour certaines de ses comédies musicales.
Fermant les yeux pour savourer l'instant présent, il se laissa porter. Privé de la vue, c'est comme s'il ressentait les choses avec encore plus de force, et s'il était bien connu qu'avec un sens en moins les quatre autres viennent à se développer, Bryan en faisait là l'expérience parfaite.

Leurs mains lovées l'une dans l'autre, il pouvait sentir la chaleur de celle de sa partenaire. Le contact de leur peau semblait créer une sorte une communication entre les deux individus, si intime, agréable. Au creux de son bras, il laissait le corps svelte et menu de Célia valser avec délicatesse, s'agrippant à ses hanches pour la maintenir près de lui.
Au fil de la danse, il l'entendait également fatiguer, à en juger par sa respiration de plus haletante et aux notes plus qu'approximatives qu'elle délivrait de plus en plus fréquemment. Mais alors qu'il n'aurait toléré ce dernier écart chez aucun de ses élèves, Bryan parvenait à cet instant à y attribuer un certain charme.
Enfin, il était suffisamment proche de sa partenaire pour sentir son parfum. Il ignorait si c'était là son odeur naturelle ou non, mais Célia sentait terriblement bon. Une odeur discrète, mais qui respirait à la fois la fraicheur et la fantaisie de sa détentrice.
Finalement, Bryan se sentait si bien les yeux fermés qu'il les garda ainsi tout le long, ne daignant les rouvrir que lorsque la chanson fut terminée, et la danse par la même occasion.

"Je n'ai pas renoncé. On ne peut pas renoncer à ses rêves après tout. Chanter, c'est toute ma vie, je ne me vois pas faire autre chose, alors non, je renonce pas. Certainement pas."

L'espace d'une danse, il était parvenu à mettre de côté ses petits soucis, mais manifestement, il avait abordé un sujet duquel on ne peut pas se détacher si facilement. Le jeune professeur voyait bien que Célia tentait de le consoler en lui disant que rien n'était perdu. C'était malheureusement plus facile à dire qu'à faire. Il avait passé quinze années de sa vie à essayer de se convaincre que son tour viendrait un jour, et même si, comme il venait de la dire, il ne se voyait pas ailleurs que sur une scène, il ne voyait pas non plus comment les choses pourraient s'arranger pour lui. Etait-il prêt à vivre encore dix ans de galère avant de parvenir à prendre le long chemin qui le mènerait à ses rêves? Il pouvait essayer de se persuader du contraire, au fond de lui il savait qu'il n'était pas assez fort pour cela. Après tout qui l'était? Si lui, Bryan Ryan le battant, avait fini drogué, alors tous les autres finiraient une balle dans la tête.

La jeune demoiselle essaya ensuite de lui faire entendre "raison". Même si elle tenait un discours que beaucoup de New Directions lui avaient déjà tenu maintes et maintes fois, il n'arrivait pas à lui en vouloir. Le fait qu'elle essaye maladroitement de le tutoyer y était certainement pour quelque chose...
Cependant, Bryan n'avait plus envie de parler de tout ça. Ce n'était ni le lieu, ni le moment.
Hochant la tête avec nonchalance, il tenta une dernière fois de se justifier.

"Je ne cherche à démoraliser personne, ce que je veux, c'est simplement ouvrir les yeux à des adolescents en proie à des rêves improbables. Je comprends que tu puisses penser comme ça, tu es encore jeune, et tu penses avoir la vie devant toi. Mais tu te rendras compte que plus tu vieillis, et plus tu vois le monde d'un oeil différent."

Souhaitant ajouter qu'il était temps de clore la conversation, il fut devancé par son interlocutrice, et lorsque cette dernière disparut dans la cuisine, ne put s'empêcher d'émettre un soupir de soulagement. Parler de son passé et de son retour à Lima était le sujet qui le rendait le plus sensible. Ses ennemis qui s'y étaient confrontés avaient souvent également du confronter la rage et la violence de Bryan, tandis que ses amis les plus proches, eux, se risquaient à voir le directeur des Awesome Voices sous un nouveau jour, meurtri et parfois même en larmes, comme Zack Woodward en avait fait l'expérience.
Songeant quelques instants à ce dont il aurait l'air si Célia le voyait en pleurs, il se dit qu'il avaient mieux que bien fait de ne pas avoir poussé le débat plus loin.

D'ailleurs, elle semblait être passée à autre chose, revenant de la cuisine avec dans une main une bouteille de rosé. Un peu étonné, il fronça les sourcils et posa les mains sur ses hanches d'un air faussement accusateur.

"Mais tu n'es pas mineure toi?"

Le jeune professeur aurait pu être crédible dans le rôle de l'adulte responsable, mais le sourire qui lui pendait aux lèvres le trahissait. Il adorait le vin, et adorait encore plus l'idée d'en partager un verre avec Célia. S'approchant de celle-ci, il saisit la bouteille, puis s'adressa à elle dans un français qui sonnait bon l'Amérique.

"Voudriez vous un peu de wine? Ma jolie demoisell' ?"

Bryan se sentait ridicule avec son accent à couper au couteau, mais qu'importe. Il lui avait semblé entendre que les Européennes aimaient l'accent anglophone et plus particulièrement l'accent anglais. Par ailleurs, il avait appris le français au lycée, certaines notions lui étaient restées en tête.
Saisissant un des verres vides, il le remplit aux deux tiers, prenant bien soin de se tenir droit et de placer son bras derrière son dos, comme le voulait la convention. Une fois qu'il fut également servi, il prit place sur le siège qui faisait face à Célia, puis leva son verre.

"Santé!" s'exclama t-il toujours en français

Il savait qu'en France, il fallait toujours regarder dans les yeux la personne avec qui on trinquait. Bryan ne dérogea pas à la règle, plongeant son regard dans celui de Célia avec intensité. Il n'essayait pas de là de faire de la mauvaise drague en jouant les piètres séducteurs, mais il y avait quelque chose dans les yeux de la demoiselle qui le captivait. Il se sentait comme hypnotisé.

"Et toi Célia, c'est quoi ton rêve?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. Hi lonely man !   Sam 19 Mar - 22:54

"Mineure ? >feignant un grand sourire charmant< vous me donneriez quel âge ?"

Célia ne faisait pas son âge, même si elle restait jeune d'apparence, peu de gens l'associaient au lycée. Probablement parce qu'elle agissait déjà comme une adulte, une adulte délurée, certes, mais elle ne s'encombrait pas de la niaiserie de ses comparses en classe. Vous savez, celles qui rignochent à la venue des garçons de l'équipe de foot, et qui ne parlent que de maquillage... Célia n'était ni intéressée par ces idiots de footballer imbus d'eux même (surtout que la plupart avait seulement envie de se venter de leur coups d'un soir), ni par les palettes de maquillage longue comme son bras. Elle ne pouvait pas se vanter d'avoir une penderie longue comme celle de Kourtney, ou la liste des anciennes conquêtes de ses coéquipières Cheerios. Célia était à part. Etait-ce une bonne chose ? peut-être, ou non.

"Oh oui monsieur Ryan, j'adorerais !" répondit-elle en riant, dans sa langue natale. Elle trouva son accent adorable, comme devait être le siens quand elle parlait anglais. Elle avait beau le cacher, la France lui manquait horriblement, ses amis aussi. Finalement elle ne se plaisait pas tellement ici. Le lycée ne l'emballait pas trop, les élèves non plus. Pire encore, les Cheerios étaient d'un ennuis ! Les footballer n'étaient pas mieux, et le peu d'élèves intéressants du lycée étaient systématiquement rebutés par son uniforme rouge de pom-pom girl. Bref, entre le lycée et le Wil wil West, sa vie manquait cruellement de fantaisie.

Ses soucis sautèrent comme le bouchon de la bouteille que monsieur Ryan venait d'ouvrir dans les règles de l'Art. Elle sourit en prenant le verre qu'il lui tendit, planta ses yeux dans les siens pour trinquer.

Entre eux deux, il y avait un bon feeling, elle aurait aimé qu'il soit plus jeune, persuadée qu'il aurait pu y avoir quelque chose entre eux. Au moins ça la changeait de ces idiots de sportifs ! Mais il ne fallait pas y compter, d'une parce qu'il avait le double de son âge, de deux parce qu'il ne fallait pas qu'il sache qui elle était. Après cette soirée elle redeviendrait la banale lycéenne marginale qu'elle était. Trop bizarre pour être une Cheerios, trop Cheerios pour être une élèves bizarre !

"Et j'adorerais vous entendre, un jour, j'aurais droit à cet honneur ?"

Elle trempa ses lèvres dans le vin, alors qu'il lui posa la question qu'il ne fallait pas et qui avait le don de la déprimer : quel était son rêve... Une petite moue traversa ses lèvres, elle n'avait pas vraiment envie d'en parler.

"Hmmm... Et bien je n'en ai pas. C'est triste, non ? J'ai beau réfléchir... bref, c'est pas très intéressant !"

Terminant son verre d'une traite, elle le reposa devant elle pour s'en resservir... pas vraiment une digne manière de savourer un bon vin, mais peu importe ! Une idée pointait le bout de son nez, eux qui étaient si déprimés, pourquoi ne pas s'amuser un peu ? Oh oh, voilà que l'étincelle déraisonnable de Célia s'était rallumée ! Relevant un regard plein de défit vers Bryan, elle goûta son verre pour la seconde fois.

"Vous savez quoi ? Je propose de pimenter un peu tout ça... je parie que nous n'êtes pas capable d'avaler votre verre d'une traite ! Non attends... >levant les yeux au ciel< mais pourquoi je vous vouvoies encore moi ? bref, je parie que t'es pas cap... hmmmmm... >remplissant son verre presque à raz, elle lui tend< d'un seul coup ! Alors ?"
Revenir en haut Aller en bas
Age : 34 ans
Occupation : Directeur des Awesome Voices
Humeur : Conquérante
Statut : Célibataire
Etoiles : 6185

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Cee Lo - Forget You
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. Hi lonely man !   Mer 23 Mar - 20:43

"Je ne sais pas, je ne t'aurais pas donné plus de vingt et un ans en tout cas"

Célia n'avait pas l'air bien vieille. C'était peut-être une illusion due à ses traits légèrement juvéniles, ou peut-être même à cause de ce petit air enfantin qu'elle semblait avoir en permanence.
Bryan prit prétexte de ce doute pour la scruter sans pudeur, plaquant son regard sur les moindres formes de son corps, mais aussi et surtout sur son visage qu'il trouvait fabuleusement éblouissant.
Elle était belle, certes, mais il y avait quelque chose en plus qui la distinguait des autres filles. Ce n'était ni sa bouche, ni son nez, ni ses yeux, ni même quoi que ce soit d'autre pris au hasard. C'était un tout, une mosaïque qui ne s'appréciait pas de près et encore moins à moitié, mais dans son intégralité.
Célia avait quelque chose en plus, cette étincelle qui, inexpliquée, faisait cependant tout.

"Tu m'entendras certainement chanter un jour, lorsque je serai une star et que Justin Bieber ne sera plus qu'un mauvais souvenir"

Bryan laissa échapper un rire amusé. Bien entendu, il avait dit cela avec une ironie apparente pour éviter de retomber dans le sujet de discussion duquel il était tout juste parvenu à s'échapper.
En fait, il aurait bien voulu chanter à cet instant, mais il avait regardé autour de lui et le restaurant ne semblait pas être équipé de jukebox. Par ailleurs, après la petite danse improvisée sur la musique des Do, il avait peur que cela ne finisse par lasser Célia.
Portant son verre à ses lèvres,il en profita pour contempler sa montre avec discrétion. Il était une heure du matin.

Bryan n'arrivait pas à croire à quel point le temps était passé vite. Et pourtant, il était prêt à rester toute la nuit ici s'il le fallait, dans ce restaurant atypique avec cette jeune serveuse française, habillée comme une paysanne et pourtant si charmante. Mais la répétition des Awesome Directions pour les Sectionnals l'attendaient demain matin à sept heures. Il avait encore un paquet de choses à régler, et quelque chose lui disait que s'il faisait à nouveau nuit blanche cette nuit, il y aurait fort à parier qu'il s'endorme le lendemain pendant la prestation d'un des trios dont il avait la charge. Dur retour à la réalité...
Pendant un instant, le jeune professeur sembla hésiter, les yeux rivés vers le vide. D'autant plus que Célia venait de lui proposer un petit défi qu'il aurait relevé avec plaisir. Comme pour s'auto-persuader qu'il ferait mieux de rester, Bryan vida d'ailleurs son verre d'une seule traite.

Mais il devait rester raisonnable. En dépit de la force de l'instant présent, il réussit à se reconnecter à la réalité, et même si cette dernière fut difficile à confronter, elle eut au moins l'avantage de lui remettre les pieds sur terre. Il ne pouvait pas rester là, avec cette adolescente, toute la nuit. Ce n'était juste pas correct.

"Célia, je pense que je vais rentrer chez moi. Je serais bien resté avec toi finir cette bouteille de vin, mais j'ai du travail qui m'attends, et..."

Il sembla chercher ses mots un instants, mais voyant que rien venait, il se résigna à laisser sa phrase inachevée, se levant de sa chaise avec hâte.
L'espace d'une seconde, il voulut se rasseoir, et reprendre comme si de rien n'était le fil de la conversation qu'il avait brutalement coupée. Il se ravisa cependant, en se forçant à visualiser dans sa tête sa dure journée de demain à McKinley afin de ne pas se laisser tenter.
Bryan se rapprocha de Célia, le manteau à la main.

"J'ai vraiment passé... une excellente soirée. Merci beaucoup pour le temps que tu as partagé avec moi..."

Ils arrivaient là au moment de se dire au revoir. Tout près l'un de l'autre, le jeune professeur ne sut comment réagir. Il avait face à lui une femme d'une beauté incroyable, et s'il s'était laissé guider par ses pulsions, il aurait peut-être essayé de casser quelques barrières.
Pendant un bref moment, le silence fut roi; Bryan restait planté comme un pic, dans l'impossibilité de faire quoi que ce soit. Son bras gauche se leva alors, comme s'il désirait poser sa main sur l'épaule à Célia, ou peut-être même lui caresser la jouer, mais il se ravisa à mi-chemin.

"Au revoir Célia", se contenta t-il finalement se lâcher dans un quasi murmure, un sourire tendre au coin des lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 05. Hi lonely man !   

Revenir en haut Aller en bas
 

05. Hi lonely man !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 5
-