Choriste du mois


Partagez | 
 

 05. Oh bambi...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
05. Oh bambi... Empty
MessageSujet: 05. Oh bambi...   05. Oh bambi... EmptyJeu 10 Mar - 17:06

TRY TO REMEMBER ~
Emma Pillsbury - Kurt, I'm a girl who knows her solvents, and your breath smells like rubbing alcohol.
Kurt Hummel - Oh Bambi... I cried so hard when those hunters shot your mommy...



JANUARY 24TH, 2011 ~
Seule dans son bureau, la conseillère d’orientation finissait de remplir quelques dossiers. De simples formalités, heureusement : des broutilles, comme diraient d’autres. La journée n’avait pas été très mouvementée pour Emma Pillsbury. Peu d’élèves étaient venus la voir pour lui demander conseil et après avoir passé une commande de dépliants et trié certains dossiers qui n’étaient pas à leur place dans ses tiroirs, elle n’avait plus eu grand-chose à faire. Alors elle s’était mise aux papiers administratifs, le sourire aux lèvres – ce qui était assez étonnant car ce n’était pas vraiment un travail passionnant. Mais voilà, aujourd’hui, Emma était de bonne humeur. Elle avait passé une bonne soirée la veille, et surtout elle avait enfin réussi guérir de la fichue maladie qu’elle avait attrapé la semaine précédente. Et oui, dans la guerre que la jeune femme menait contre les microbes avec acharnement et obstination, elle avait remporté une petite victoire en guérissant rapidement (et non, bien sûr, cela n’avait rien à voir avec la venue de Will Schuester chez elle, non non, pas du tout). Qu’on se le dise : gagner contre les maudits microbes était l’une des choses les plus satisfaisantes pour une mysophobique comme elle. Alors là voilà qui gigotait sur sa chaise, en fredonnant les paroles d’un titre de Mickael Jackson. Oui : Emma était en grande forme ce jour-là. Et elle priait pour que cela dure…

Emma remplit une dernière feuille avant de regarder sa montre qui afficha qu’il était presque l’heure d’aller déjeuner. Au moment où cette pensée effleura son esprit, la sonnerie retentit dans le lycée. La jeune femme poussa un petit cri enthousiaste. Elle sauta sur ses pieds et rangea soigneusement, comme d’habitude, la feuille dans le dossier. Elle prit son sac à main et s’apprêta à quitter la pièce quand la sonnerie de son téléphone portable retentit. Les premières notes de sa chanson préférée de Mickael Jackson firent vibrer l’air – elle avait changé cette sonnerie la veille, disant au-revoir au Rocky Horror Picture Show et « Touch A Touch A Touch Me » qui, jusque là, avait été sa sonnerie. La jeune femme se figea. Pour une raison inconnue elle ferma alors les yeux et au lieu de répondre à l’appel, se mit à danser dans la salle en remuant des épaules au rythme de la musique. Elle tourna les talons et reposa le sac sur son bureau tout en dansant. Les paroles arrivèrent et elle commença à chanter :

« She was more like a beauty queen from a movie scene, I said don't mind, but what do you mean I am the one : who will dance on the floor in the round… » La sonnerie du portable d’Emma s’arrêta, mais celle-ci n’en fit pas de même et continua à pousser la chansonnette : « She said I am the one : who will dance on the floor in the round… She told me her name was Billie Jean, as she caused a scene. Then every head turned with eyes that dreamed of being the one : who will dance on the floor in the round… hmmhmhm…. People always told me be careful what to do, and don't go around breaking young girls' heart, and mother always told me be careful of who you love , and be careful of what you do 'cause the lie becomes the truth.. hey-hey, BILLIE JEAN IS NOT MY LOVER SHE’S JUST A GII… » Chanta Emma jusqu’à ce qu’elle entende quelqu’un frapper à sa porte. Elle se retourna et vit un élève, hilare, derrière les grandes baies vitrées lui faire signe. A coté de lui, plusieurs élèves observaient également la scène. Et évidemment, tout le Monde éclatait de rire… Les joues de la jeune femme s’empourprèrent aussitôt et elle ouvrit de grands yeux. « Oh, doux Jésus ! » S’exclama-t-elle.

Elle courut rattraper son sac, toujours rouge de honte, et sortit de son bureau qu’elle ferma à clé. Elle - et le peu de dignité qu’il lui restait – passa devant le groupe de garçons, le menton relevé, comme s’il ne s’était rien passé. Elle n’avait pas perdu sa bonne humeur pour autant, en revanche sa fierté en avait pris un coup et elle n’était pas prête de renouveler l’expérience. Maudites baies vitrées ! Elle se rappela à ce moment précis que son portable avait sonné – cette sonnerie qui l’avait mise en transe et qui lui avait fait faire des bêtises ! – et elle le chercha dans son sac. Elle fronça les sourcils, et remarqua un appel en absence de Carl. Oops. Haussant les épaules, elle se dit qu’elle le rappellerait plus tard. Elle traversa un premier couloir puis un second avant passer près des casiers des élèves. Et c’était là qu’elle le vit : un footballer, un verre plein de glace pilée dans la main qu’il tenait fièrement, à la vue de tous. Dans le couloir, bon nombre d'élèves se retournèrent, écarquillèrent les yeux ou sursautèrent, paniquant. Même Emma sentir un frisson la parcourir. Le footballer affichait un grand sourire et son regard se dirigea vers un adolescent qui était dos à lui, occupé à récupérer quelques livres dans son casier. Emma plaqua une main contre sa bouche. Certes ce n’était pas la première fois qu’elle assistait à ce genre de scène, mais ce n’était pas pour cette raison qu’elle en était habituée pour autant. « Hey looser ! » Cria le footballer. Le jeune homme se retourna et… reçut la glace en plein visage. Emma sursauta, la main toujours contre sa bouche. Le footballer se mit à rire et tapa dans la main d’un de ses amis avant de repartir.

La conseillère reporta son attention sur le garçon, qui s’avéra être Kurt Hummel. Elle fronça le nez. Chaque fois qu’elle le voyait, elle ne pouvait s’empêcher de se rappeler ce fameux jour où, après avoir trop bu (on dit merci April Rhodes !), le garçon lui avait littéralement vomi dessus. L’odeur chatouillait encore les narines de la jeune femme. « HORROR », comme dirait Sue Sylvester. Emma se reprit, se disant qu’après tout cette histoire faisait partie du passé. Elle se dirigea vers le garçon et s’arrêta devant lui.

« Ouch, je suis désolée je viens de voir ce qu’il s’était passé » Dit-elle, un air désolé étirant les traits de son visage. « Tu veux un peu d’aide ? » Lui proposa-t-elle.



Dernière édition par Emma Pillsbury le Mer 27 Avr - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
05. Oh bambi... Empty
MessageSujet: Re: 05. Oh bambi...   05. Oh bambi... EmptyJeu 10 Mar - 23:11

    Kurt s'était levé du mauvais pied en ce matin de janvier. Il faut dire qu'on était mardi, et que le mardi était une journée juste détestable sous tous points de vue, autant dire qu'il était difficile de se réveiller de bonne humeur quand on savait d'avance ce qui nous attendait. Le jeune homme avait longuement hésité à poser le pied à terre, et à finalement se motiver un tant soit peu pour rejoindre McKinley High. Kurt n'était donc pas parti du bon pied, mais tout était contre lui. Il n'avait pas eu le temps d'avaler son café quotidien, ce qui n'arrangeait pas les choses, et il s'était tellement pressé qu'il en avait oublié ses lentilles, et avait dû donc sortir ses lunettes de vue, qu'il se refusait de porter en temps normal. Il ne les mettait qu'en de très rares occasions, et ne s'appréciait que très peu avec celles-ci, qui gâchait son physique, selon lui. Pourtant, elles étaient très à la mode, de forme rectangulaire avec de grosses montures noires, mais rien n'y faisait, il ne les appréciait pas.

    Kurt avait enchainé six leçons, de chacune une demie-heure. D'habitude très bon élève, il avait pourtant reçu trois notes plus catastrophiques les unes que les autres, se ramassant deux B- et un C+. Oh, joie ! Autant dire que rien n'était avec lui. Sa seule consolation restait l'approche de l'heure de la chorale qui était à une heure de l'après-midi, juste après le déjeuné. Enfin il pourrait se libérer un peu, mais en attendant, il fallait subir encore et toujours les radotages de ses multiples professeurs qui défilaient devant lui... Kurt ne cessait de fixer les horloges de chacun des salles dans lequel il passait, et d'attendre la sonnerie, espérant que les secondes avancent plus rapidement qu'à leur habitude. Espérance inutile, vous vous en doutez bien. Pourtant, Kurt sentait la libération approcher, il mordillait le bout de son crayon, et suivait la trotteuse du regard. Il n'écoutait plus du tout les divagations perpétuelles de James Sheffield qui s'entêtait tant bien que mal à intéresser Kurt Hummel aux joies des mathématiques. Finalement, la sonnerie retentit dans les couloirs du lycée, et avant même qu'il n'ait eu le temps de saluer quiconque, Kurt se trouvait au dehors de la classe, soufflant de l'horrible matinée qu'il avait dû supporter.

    Il se planta au milieu du passage, et soupira de soulagement. Enfin la torture s'achevait. Il déambula dans les couloirs, salua quelques têtes connues qu'il appréciait ou commençait à estimer grâce à l'unification des deux chorales. Puis il freina la cadence, jusqu'à s'arrêter devant son casier. Il tourna la roulette du cadenas avec attention, puis ouvrit ce dernier. Il ouvrit son sac, et déposa tout son contenu sur la petite étagère de métal. Il saisit sa chemise de chansons, son iPod et son uniforme de Cheerios, jeta un coup d'œil à son reflet dans le petit miroir qui se trouvait sur la porte, puis leva les yeux jusqu'à la photo d'Alex qu'il avait dénichée sur facebook. Il esquissa un sourire, puis ferma le petit compartiment. Il posa alors son sac bandoulière à terre, puis se baissa afin de remettre les choses en ordre, pour enfin fermer ledit-sac.

    Kurt, bien trop occupé à s'occuper de son sac et de ses petites affaires, se releva et fut le premier surpris de se recevoir un granité en pleine figure. Le public, à présent hilare, avait aperçu toute la scène, sans prendre la peine de prévenir le premier concerné, bien entendu, ç'aurait été beaucoup trop dur. Son sang s'était glacé sur place, il n'avait même pas eu le temps de réfléchir, qu'il était déjà recouvert de ce visqueux liquide vert. Il sentait déjà que la glace lui brûlait la peau, et l'odeur lui donnait de violentes nausées, il se pourrait bien qu'un jour il finisse par vomir, à force de tant d'acharnement. Kurt devait bien se rendre à l'évidence, cette journée était un véritable désastre, il était clair qu'elle allait de mal en pis, et il commençait à se persuader qu'il faudrait vraiment qu'il rentre chez lui, se remette sous sa couette, et n'en bouge plus jusqu'à ce que les mauvais présages l'aient oublié.

    Kurt resta immobile. Le froid l'avait cloué sur place, et jamais il n'aurait pensé se recevoir du granité aujourd'hui. Mais après tout, cette journée était si désastreuse qu'il n'y avait finalement rien de bien étonnant. Finalement, une fois que la vile populace de McKinley s'était calmée, et avait vacquée à ses occupations, une voix douce et fluette s'adressa à lui. Kurt se tourna, et reconnu Ms. Pillsbury. Enfin un visage familier et agréable face à lui. Kurt aurait fait tout au monde pour qu'on vienne le supporter dans ce moment. Il ne s'attendait absolument pas à ce qu'il s'agisse de la conseillère d'orientation, mais elle n'était finalement pas la moins bien placée pour ça, d'autant plus qu'elle devait bien avoir ses petits secrets pour nettoyer cette mixture qui commençait à lui dégouliner dans le dos. Quel plaisir que de ressentir des frissons à cause de gouttes glaciales qui coulaient le long de sa colonne vertébrale ! Ms. Pillsbury lui proposa alors son aide. Kurt posa un regard sur lui, puis, s'apercevant qu'il ne voyait absolument rien, retira ses lunettes, laissant apparaitre deux rectangles autour de ses yeux, qui avaient échappé au lynchage. Puis, sans aucune expression secoua légèrement la tête de haut en bas, en guise de réponse positive. Il ne souhaitait même pas parler après une telle humiliation...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
05. Oh bambi... Empty
MessageSujet: Re: 05. Oh bambi...   05. Oh bambi... EmptySam 12 Mar - 21:19

Emma dévisageait désormais Kurt, dégoulinant de glace pilée. Elle haussa un sourcil tout en continuant à l’observer. Elle admirait le calme du garçon, qui restait parfaitement immobile, n’esquissant pas le moindre geste. A sa place, Emma aurait complètement paniqué. Toute cette glace sur elle… brrr, cela aurait été un enfer pour elle. Elle aurait tout de suite ouvert grand ses yeux bruns en émettant un petit gémissement traduisant ce qu’elle aurait ressenti : de la frayeur doublée d’épouvante. A cette pensée, elle ne put s’empêcher de frissonner tant elle s’imaginait bien la scène. Une Emma de dix-sept ans, aux cheveux roux retombant sur ses épaules et aux yeux toujours aussi impressionnants de par leur grandeur, se faisant slusher. Le lycée entier l’aurait certainement entendu courir dans les couloirs, elle qui aurait prit ses jambes à son cou et se serait dirigée vers les toilettes les plus proches… Emma secoua la tête de droite à gauche, tentant d’effacer l’image qui s’était dessinée dans son esprit. Elle concentra de nouveau son regard sur Kurt afin d’oublier et grimaça en le voyant retirer ses lunettes. Deux cercles entouraient désormais ses yeux, et malgré le sérieux de la situation, Emma mordit sur sa lèvre inférieure pour s’empêcher de rire, ou même de sourire. Pour sa défense, elle avait tellement l’habitude de voir Kurt sur son trente et un, toujours classe, que le voir ainsi était assez drôle. Même si ça l’était certainement moins pour lui.

Elle s’approcha encore un peu de lui avant de s’arrêter. Le voir était toujours aussi impressionnant pour elle. Non pas que le garçon ait quelque chose de terrifiant, loin de là, mais la petite expérience de l’année précédente l’avait mise sur ses gardes. Lorsqu’elle voyait Kurt, l’odeur particulièrement nauséabonde de ce que Kurt avait accidentellement déversé sur elle remontait à la surface. Cette fameuse scène était ancrée dans son esprit. Il lui arrivait même d’en faire des cauchemars, parfois ; elle rêvait de millions de Kurt courant vers elle en l'appelant « BAMBI ! BAMBI ! ». Et elle courait, courait le plus vite que ses jambes le lui permettaient, morte de trouille à l’idée que tous ces Kurt puissent vomir sur elle. La fin était toujours la même : elle, se retrouvant dans un cul de sac, sans issue. Dos au mur, elle protégeait son visage avec ses bras. Ils arrivaient alors et tous en chœur, s’y mettaient… et elle se réveillait à ce moment-là, le cœur battant à tout rompre dans sa poitrine, la sueur perlant sur ses tempes, encore sous le choc. Pour n’importe quelle autre personne, ce genre de cauchemar aurait pu être amusant. Mais pas pour Miss Pillsbury, la « miss microbe » de McKinley High plus effrayée par les microbes qu’elle ne l’était par les films d’horreur. Elle poussa un petit soupir. Si elle avait essayé d’oublier l’image de Kurt lui vomissant dessus, c’était définitivement raté !

Heureusement pour elle, le jeune homme finit enfin par répondre à sa question d’un signe de la tête, toujours silencieux. Peut-être était-il sous le choc, pensa Emma. Il fallait dire que cela ne devait pas être évident d’être humilié de la sorte dans un couloir bondé du lycée. Bien sûr, la conseillère d’orientation savait que les membres du glee club étaient les victimes de ce que tout le Monde ici appelait « slushy ». Les footballers semblaient prendre un malin plaisir à les recouvrir de glace pilée dès que l’opportunité se présentait à eux. Ce n’était pas du goût d’Emma. Les élèves avaient déjà assez à faire avec la tyrannique Sue Sylvester qui passait le plus clair de son temps à les effrayer, ils n’avaient pas besoin des sportifs en plus de ça. Elle fronça donc les sourcils, soucieuse, avant d’esquisser un sourire à l’adresse de Kurt, pour montrer qu’elle l’aiderait sans problème.

« Hm, voyons un peu ce que j’ai dans mon sac » dit-elle d’une voix chaleureuse, tandis qu’elle fit glisser son sac, qu’elle portait à l’épaule, le long de son bras. Elle ouvrit la fermeture et jeta un coup d’œil au sac parfaitement rangé – qui avait dit que le sac à main d’une femme devait systématiquement être en désordre ? Dedans, il y avait tout ce dont Emma avait besoin. Deux petites brosses à dent se trouvaient dans les petites pochettes intérieures, près de son gros flacon de désinfectant pour les mains qu’elle trainait partout avec elle (Will avait beau dire qu’elle les achetait par barils, c’était totalement faux ! Et non : elle ne les achetait pas non plus par tonneaux ! Enfin… presque). Il y avait également une petite trousse de maquillage car même si elle ne se maquillait pas beaucoup, elle aimait toujours l’avoir dans son sac. Son téléphone portable s’y trouvait aussi, ainsi que du fil dentaire, des lunettes de soleil – oui, bon, ce n’était pas trop la saison mais depuis qu’elle avait vu Will Schuester les porter, elle les adorait – et enfin, elle vit ses petites lingettes, placées à coté des paquets de mouchoir. Un sourire étira ses lèvres, alors qu’elle s’écria : « oh, ça y est j’ai trouvé ! ». Elle sortit les lingettes qui se trouvaient dans un paquet épais, de son sac. Elle en piocha une ou deux, remonta son sac ouvert sur son épaule, et approcha la lingette du visage de Kurt, le sourire toujours aux lèvres : « ne t’en fais pas, ces lingettes ne nuiront pas à ta jolie peau de bébé » dit-elle avec toujours autant d’enthousiasme. « En fait » commença-t-elle à expliquer « ces lingettes sont rares sur le marché, et je t’avoue qu’elles ne sont pas données mais malheureusement, il faut mettre le prix quand on désire avoir un produit respectable. Et si tu savais tout ce que peuvent coûter les produits d’entretien, c’est un véritable investissement… » Finit-elle par dire. Elle se tut alors se rendant compte qu’elle parlait beaucoup trop. Ah, cette Emma Pillsbury, il ne fallait jamais la lancer sur le sujet des produits domestiques. Enfin, de toute façon elle se « lançait » toute seule.

Elle posa enfin la lingette sur le visage de Kurt et délicatement, vint essuyer la glace pilée sur l’une de ses joues avant de s’occuper de l’autre. Elle huma l’air avec délectation : ces lingettes sentaient le citron, or elle adorait les citrons. Peut-être même plus que les raisins ! Enfin, réflexion faite… peut-être pas. Elle écarta enfin sa main. Les joues de Kurt étaient désormais propres, malheureusement il y avait toujours de la glace sur son front, son menton et ses affaires. Emma se retourna alors, et se dirigea vers une petite poubelle près du casier de Kurt où elle jeta les deux lingettes qu’elle avait utilisées. Elle revint enfin aux cotés du lycéen et se rendit compte qu’un footballer l’observait avec un grand sourire jusqu’aux oreilles. Oops, Emma avait oublié qu’elle se trouvait dans un couloir. Hm, ses gestes envers Kurt devaient avoir provoqué l’hilarité du garçon... Grimaçant de nouveau, elle tendit les lingettes au garçon : « hm, je pense que tu devrais le faire toi-même, en fait ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
05. Oh bambi... Empty
MessageSujet: Re: 05. Oh bambi...   05. Oh bambi... EmptyMer 16 Mar - 15:37

    Kurt était immobile n'osant guère bouger. Il était choqué de ce qui lui était arrivé, et se sentait humilié, pour ne pas dire outragé et consterné de la bétise des individus qui lui avaient infligés un tel supplice. Il observait sans dire mot la jeune conseillère d'orientation, s'agiter sous ses yeux, à la recherche du Graal de la propreté, une petite merveille qui semblait ravir Emma. En réalité, ce n'étaient que quelques lingettes extra-douces, à base de maintes crèmes hydratantes et autres produits nettoyants. Bref, une perle de pureté et de vertu pour la plus mycophobe d'entre tous. Emma semblait se délecter de ces fines feuilles humides, elle en sortit une, huma avec plaisir l'odeur citronné qu'elle dégageait, et la posa délicatement sur la peau fragile de Kurt, qui grimaça quelque peu. Non pas que la situation ne lui déplaise réellement, mais il était quelque peu gêné que Ms. Pillsbury ne s'occupe de lui d'une telle manière, en plein milieu du couloir, là où chaque élève de McKinley pouvait les voir, et ricaner dédaigneusement de cette scène, quoi qu'attendrissante, très inhabituelle.

    Kurt n'osait pourtant s'opposer aux gestes rassurants et réconfortants d'Emma. Il suivait chacun de ses mouvements des yeux, toujours silencieux. Les gestes précis de la jeune femme semblait calculés au centimètre près, tout ce qu'elle entreprenait était d'une netteté et d'une propreté immaculée. Tout comme ce qu'elle déclarait : rien n'était de trop, jamais elle n'aurait utilisé la moindre grossierté ou parjure. Ms. Pillsbury était une femme posée et douce, sans compter sa scrupuleuse minutie... Kurt l'appréciait beaucoup pour toutes ces qualités, mais il était vrai que dès qu'ils se trouvaient ensemble, ils avaient affaire à une situation gênante ou invraisemblable, voire les deux. Et même s'il semblait que la conseillère ne s'en rendait pas vraiment compte, Kurt était tout à fait conscience de l'étrangeté de la chose. Elle, bavardait joyeusement, expliquant en quoi ces lingettes étaient si particulières, et expliquait pourquoi leur prix était si élevé. En d'autres termes : une conversation digne d'Emma Pillsbury. Kurt ne faisait qu'afficher un léger sourire, signe d'une écoute assidue, mais d'un manque de courage et de bonne humeur pour répliquer quoi que ce soit.

    Après quelques instants, Emma prit à son tour conscience qu'ils n'étaient pas seuls, et que cette situation prenait quelques dimensions innappropriées, autant pour l'un que pour l'autre. Elle finit par tendre le paquet plastifié qu'elle gardait précieusement pour elle, et lui ajouter qu'il devrait probablement s'en charger. Kurt observa les lingettes, puis plonger son regard dans les immenses yeux marron de la conseillère, sourit gentiement, et les saisit accompagné d'un simple « merci » en guise de reconnaissance, autant pour ce qu'elle avait fait jusqu'ici que pour ce qu'elle venait de lui donner. C'était le premier mot qu'il avait prononcé jusqu'ici, et il était vraiment chamboulé par autant d'embarras depuis le début de sa matinée. Tout était contre lui, et Emma était enfin un élément positif qui lui réchauffait le cœur.

    Kurt s'approcha de l'entrée, et s'observa dans la porte vitrée, qui ferait office de miroir. Son reflet était léger, quasiment imperceptible, mais il suffirait pour distinguer son visage et se défaire de la couche visqueuse et glaciale qu'il transportait. Il nettoya son front, son menton, ses lunettes, ainsi que ses vêtements, du plus qu'il le pouvait. Puis, il se retourna vers Emma et lui tendit ses lingettes.

      « Merci encore, c'est vraiment gentil de votre part. »

    Kurt sourit timidement. Il sentait toujours un dégoût au fond de lui, après ce qu'on venait de lui faire subir. C'était un sentiment qu'il ressentait toujours après avoir reçu un granité. C'était une dégradation, un avilissement, et il avait toujours du mal à le supporter, malgré ce qu'il pouvait bien prétendre. Mais il devait faire avec, c'était le rang qu'on lui avait attribué, ou qu'il s'était attribué à lui-même, en choisissant le Glee Club. On ne pouvait pas gagner à tous les coups...

      « J'espère que la prochaine fois qu'on se verra, il n'y aura aucune histoire de boissons. » ajouta Kurt, en plaisantant, de manière à détendre l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
05. Oh bambi... Empty
MessageSujet: Re: 05. Oh bambi...   05. Oh bambi... EmptyJeu 31 Mar - 18:39

Emma faisait toujours face à Kurt qui demeurait silencieux, sûrement encore sous le choc de cette nouvelle attaque de glace pilée qu’il venait de recevoir. La conseillère en profita pour jeter un coup d’œil au footballer qui l’avait observée en souriant alors qu’elle nettoyait tranquillement le visage de l’adolescent. Quand le regard brun de la conseillère se posa sur lui, le sportif la dévisagea quelques secondes avant de taper dans l’épaule de l’un de ses amis, vêtu de la même veste de footballer que lui. Il lui dit quelques mots et l’ami en question éclata de rire. Levant les yeux au ciel, Emma détourna le regard une bonne fois pour toutes. Elle n’aimait pas la façon dont tout était hiérarchisé au lycée. A McKinley High, les membres du glee club représentaient les loosers du lycée et étaient les victimes des sportifs qui, grâce à leur uniforme, étaient les plus populaires. Emma n’avait jamais aimé cette hiérarchie, et cela datait de la période où elle était elle-même une lycéenne. A l’époque, elle ne faisait ni partie des cheerleaders, ni du glee club et était considérée comme une adolescente lambda, banale. La lycéenne qu’elle avait été n’avait jamais reçu le moindre « slushy », Dieu merci – imaginez un peu toute cette glace pilée sur son visage… elle aurait certainement paniqué et ne serait plus sortie de chez elle pendant des semaines. Pourtant, elle avait vu bon nombre de « loosers » en recevoir, et cela ne lui avait jamais plu. Mais c’était comme ça que les choses se passaient au lycée, et dix ans plus tard, les choses n’avaient guère évolué. Toutes les semaines, elle recevait des élèves terrorisés dans son bureau, et ne savait pas quoi leur dire pour les rassurer. Dire que cela finirait par cesser aurait été un mensonge.

La jeune femme secoua légèrement la tête avant de jeter un regard vers Kurt. Ce dernier la remercia quand elle lui tendit les lingettes et elle esquissa un sourire, contente d’entendre un son sortir de sa gorge. Le garçon recula de quelques pas et partit contempler son reflet dans une porte vitrée. Emma patienta tout en l’observant. Elle ne savait pas pourquoi elle agissait de la sorte. Après tout, elle aurait pu tout aussi bien repartir en direction de la salle des professeurs après avoir aidé le garçon, mais elle préférait rester quelques minutes supplémentaires. Peut-être était-ce du à tous ces sportifs qui leur tournait encore autour. Certes, ce n’était pas Emma qui protégerait qui que ce soit, bien au contraire elle était si menue qu’elle ferait une cible facile. Mais elle voulait s’assurer que les garçons qui se trouvaient dans les parages ne recommenceraient pas à persécuter Kurt dès qu’elle aurait le dos tourné. Un peu plus loin, l’adolescent en question se nettoyait le visage avec la lingette qu’elle lui avait tendue. Il finit par se retourner et se diriger de nouveau vers elle afin de reprendre sa place initiale. Il semblait un peu moins choqué qu’auparavant, ce qui était un bon point. Emma sourit, satisfaite, quand il lui tendit le reste des lingettes, celles qu’il n’avait pas eu à utiliser. Malgré le mauvais souvenir qui était associé à Kurt, la conseillère l'avait toujours apprécié. Au lycée, il avait longtemps été le seul élève à assumer son homosexualité, avant que d’autres lycéens ne le rejoignent. Il avait fait preuve d’un courage que peu de personnes dans cet établissement pouvaient se vanter d’avoir. Et puis, quand Kurt chantait, la conseillère ne pouvait s’empêcher de se sentir particulièrement émue devant sa voix et son talent hors du commun. Oui, aux yeux d’Emma, Kurt était une personne qui gagnait à être connue.

L’adolescent le remercia une nouvelle fois, tout en souriant timidement. « De rien, ce n’était pas grand-chose » lui répondit-elle simplement, heureuse d’avoir pu aider à sa manière. Elle rangea les lingettes dans son sac avant de poser de nouveau son regard sur Kurt, qui l’observait lui aussi. Il finit par briser le silence qui s’était de nouveau installé, en disant qu’il espérait qu’il n’y aurait plus d’histoire de boisson, la prochaine fois qu’ils se verraient. Emma esquissa un sourire, puis comprenant le sous entendu que cachait cette phrase, se mit à rire légèrement. Elle n’oublierait jamais la fois où il était arrivé à McKinley, titubant après avoir bu plusieurs verres d’alcool. Tout comme elle n’oublierait pas non plus l’odeur qui se dégageait du lycéen au moment où elle était passée à coté de lui. Quant à ce qu’il se passa ensuite, cela resterait définitivement gravé dans sa mémoire jusqu’à la fin de ses jours. Elle avait l’impression que c’était hier tant le souvenir était encore bien présent dans son esprit. Berk !

« J’espère aussi… » Répondit-elle d’un ton calme mais sérieux. Elle finit par lancer un nouveau sourire au garçon, les souvenirs de l’année précédente s’évaporant tranquillement. « De toute façon, je viendrai certainement vous voir aux Sectionals. Je ne manquerais ça pour rien au Monde et j’espère que vous battrez vos concurrents comme la dernière fois ! » Dit-elle joyeusement. C’était elle qui avait emmené les New Directions aux Sectionals la première fois, suite à l’éviction de Will Schuester au poste de coach du groupe, suite à une histoire mêlant publicité télévisée, matelas et stupides règles des compétitions de chant. Le professeur d’espagnol avait demandé à Emma de prendre en charge son groupe et malgré la rupture que cela engendra avec son petit ami de l’époque, Ken Tanaka, elle ne l’avait jamais regretté. La fierté qu’elle avait ressentie quand l’équipe avait gagné méritait bien quelques sacrifices. Elle soupira de satisfaction à cette pensée. « D’ailleurs, je viendrai peut-être même avant à l’une de vos répétitions, je suis curieuse de voir ce que vous préparez. Et j’espère avoir le plaisir de t’entendre chanter, aussi » ajouta-t-elle, tout sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
05. Oh bambi... Empty
MessageSujet: Re: 05. Oh bambi...   05. Oh bambi... EmptySam 9 Avr - 11:50

    Emma semblait tout aussi embarassée que l'était Kurt, dans cette situation aussi innatendue, qu'elle en devenait inexplicable. Ils devaient avoir un don pour se retrouver ensemble dans ce genre de scène étrange et incommode. Vous me direz : il s'agissait seulement de la seconde fois, mais tout de même... Kurt avait beau essayer de s'y faire, et passer outre cet accès de gentillesse de la part d'Emma, il avait beaucoup de mal à l'admettre. Bien heureusement, cette dernière, malgré son manque d'assurance, trouvait les mots justes pour que leur discussion progresse, dans la meilleure des directions, qui plus est. Les premières paroles qu'elle prononça rendirent automatiquement un radieux sourire à Kurt. Il s'agissait des Sectionals ! Autant dire, cela ne pouvait être que très positif. Ca ne rappelait que de merveilleux souvenirs. Les Regionals furent un désastre pour le Glee Club, quoi qu'ils ne chantèrent pas mal, mais les Vocal Adrenaline les avait clairement pulvérisés grâce à leur reprise de Queen, merveilleusement interprêtée. Mais il fallait dire qu'Emma n'était pas présente lors des Regionals, ce devait être pour cela que la défaite les avait frappée de plein fouet.

      « Je ne manquerais ça pour rien au Monde et j’espère que vous battrez vos concurrents comme la dernière fois ! »

    Kurt afficha un large sourire. Ainsi, cette fois-ci, la jolie conseillère rousse serait de la partie, et la victoire probablement aussi ! Du moins, il l'espérait, vu les efforts qu'ils produisaient, tous autant qu'ils étaient, et ce, surtout dans l'entente entre les douze membres de la chorale. Emma les avait coaché comme une chef lors de la première compétition, jamais ils n'avaient autant assurés que ce soir-là, et leur réussite revenait sans aucun doute à Emma, qui était parvenue à réunir tous les élèves, et les motiver pour prendre leur revanche sur Sue Sylvester.

      « D’ailleurs, je viendrai peut-être même avant à l’une de vos répétitions, je suis curieuse de voir ce que vous préparez. »

    Kurt était admiratif de l'engouement qu'avait Emma à propos du Glee Club. Tous les gleeks savaient parfaitement qu'elle était entichée de leur professeur, Mr. Shue, mais depuis peu elle sortait avec Carl Howell, un dentiste au sourire freedent. Ca n'était plus un secret dans les couloirs de McKinley, puisqu'il avait prit l'habitude de venir lui rendre visite, et Mr. Shue avait tendance à devenir vert de jalousie. Bref, tout cela pour dire que Kurt appréciait ce dévouement qu'avait Emma envers les New Directions, et qu'elle semblait désintéressée, en les soutenant de la sorte. Ce qui n'avait pas toujours été évident, lorsqu'elle venait à leurs répétitions, l'année passée...

      « Ca serait génial ! Vous allez sûrement adorer ce qu'on prépare ! » Kurt quelques rapides coups d'oeil de part et d'autre du couloir, et baissa significativement le son, jusqu'à chuchoter. Il s'approcha doucement d'Emma et lui confia : « Le thème de cet année c'est M.J. »

    Kurt se redressa, balada son regard de nouveau aux alentours, de manière à s'assurer qu'aucune oreille ne trainait. A vrai dire, il ne s'agissait plus vraiment d'un secret, mais Shuester et Ryan leur avait demandés de rester discrets tout de même, de manière à éviter le désastre des derniers Sectionals... Kurt ne préférait pas être au centre d'un scandale, et prenait toujours des précautions à ce sujet.

      « Et j’espère avoir le plaisir de t’entendre chanter, aussi. » ajouta Emma, toute souriante.

    Elle ne pouvait pas tomber plus juste ! A vrai dire, Kurt avait détesté l'idée de devoir fusionner les deux chorales. Mais tout bien réfléchi, il s'agissait de la meilleure chose que Mr. Figgins aurait pu faire à propos des Glee Clubs. En effet, la mésentente des deux professeurs les avait mené à une telle guerre de qui chantera, qui ne chantera pas, qu'ils avaient finalement décidé d'un commun accord, que chacun des Glee Clubers chanterait ! Autant dire qu'il s'agissait là d'une opportunité pour chacun des membres pour montrer le meilleur de soi-même, et peut-être décrocher quelques solos à l'avenir. Et, a fortiori, de découvrir réellement qui se cachait derrière les fameux Awful Voices, qu'ils avaient tant l'habitude de rabaisser, sans même les connaitre.

      « Ouiiii ! Je chante ! » déclara-t-il dans un accès d'euphorie.

    Il fallait dire qu'il était rare, pour lui, de pouvoir performer des solos ou des duos face à un public. Finn et Rachel s'en chargeaient toujours, ce qui avait le don d'agacer le reste des membres.

      « On nous a attribué I Want You Back ! » continua-t-il, tout sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
05. Oh bambi... Empty
MessageSujet: Re: 05. Oh bambi...   05. Oh bambi... EmptyMer 20 Avr - 16:31

Emma avait lancé le sujet des Sectionals tout en espérant que cela éveillerait l’enthousiasme de Kurt. Cet événement était important pour les glee clubs, New Directions comme Awesome Voices, qui se préparaient depuis septembre pour être à la hauteur de la compétition. La rivalité qui était de mise entre les deux chorales n’avait pas réussi à briser l’excitation des élèves quant à l’approche des Sectionals. Quelques mois plus tôt, Emma avait craint que cette concurrence finisse par lasser les élèves. Elle avait vu tant d’élèves passer dans son bureau, les uns après les autres, venant se plaindre de l’esprit de compétition et de l’opposition entre les chorales. C’était la raison pour laquelle elle avait essayé d’arranger les choses, en proposant à Figgins une flashmob qui réunirait tous les gleeks. Une flashmob qui, elle l’espérait, parviendrait à réunir les élèves, à les faire travailler ensemble. Malheureusement pour elle, cela n’avait fait qu’éloigner plus encore les New Directions des Awesome Directions. Ainsi, la flashmob avait fini par prendre du retard et avait été repoussée : elle aurait certainement lieu dans un mois ou deux. Emma poussa un soupir à cette pensée. Elle avait fait tout son possible et malgré l’échec qu’elle avait pu constater jusque là, elle espérait toujours que cela finirait par être une réussite : que les élèves finiraient par se rapprocher, et qu’ils apprendraient à se connaitre. Dans l’esprit de la jeune femme, pourtant, il y avait une ombre au tableau : la haine qu'il existait entre Bryan Ryan et William Schuester. Le premier faisait tout pour garder ses élèves près de lui, leur bourrant le crâne d’arguments tandis que le second, aveuglé par colère, ne faisait rien pour arranger les choses. On aurait pu croire qu’Emma resterait neutre face à ces deux clans. Cependant, elle-même était aveuglée par la sympathie – ou plutôt l’amour – qu’elle éprouvait pour Will. De plus elle avait supporté les New Directions depuis le début, et avait du mal à en faire de même avec les Awesome Voices, qu’elle connaissait moins. Cela dit, elle appréciait Bryan Ryan, et ne ferait jamais rien contre lui ou contre sa chorale.

Un sourire apparut sur les lèvres d’Emma quand elle vit le visage de Kurt s’éclairer à la mention des Sectionals. Elle était parvenue à attirer son attention, et s’en félicitait. Cela faisait quelques temps qu’elle n’avait pas eu l’occasion de parler avec le jeune homme, et malgré les mauvais souvenirs, elle appréciait pouvoir discuter avec lui. Le garçon lui répondit alors que ce serait génial qu’elle vienne et Emma acquiesça d’un signe de la tête, son sourire toujours esquissé aux lèvres. Il jeta alors quelques coups d’œil autour de lui, et s’approcha d’elle à pas feutrés, comme s’il s’apprêtait à lui confier un secret. Il ajouta d’une voix plus basse que le thème qu’ils avaient choisi était Michael Jackson. Emma ouvrit de grands yeux, surprise mais néanmoins heureuse. Elle ne savait pas que Will était un grand fan du roi de la pop, mais soit. Pour sa part, la conseillère d’orientation aimait beaucoup les titres de ce dernier. Elle rit légèrement tout en rougissant en se remémorant la scène qui s’était déroulée dans son bureau quelques minutes auparavant, avant qu’elle ne rejoigne Kurt. A l’heure qu’il était, le lycée entier devait savoir qu’Emma s’était amusée à danser dans son bureau, tout en chantant – hurlant – les paroles de « Billie Jean ». Elle chassa rapidement cette pensée de son esprit et posa son attention sur Kurt, dans l’espoir que la teinte cramoisie qu’avait pris sa peau disparaitrait. « Oh, Michael Jackson, vraiment ? » Demanda-t-elle doucement pour ne pas éveiller l’attention des lycéens qui se trouvaient autour d’eux. « C’est un excellent choix ! J’ai hâte de voir ce que cela donnera » Continua-t-elle, toujours aussi intéressée.

Emma pouvait voir les yeux de Kurt pétiller depuis l’évocation du sujet « Sectionals ». Son enthousiasme était contagieux, car la conseillère avait désormais hâte d’assister à l’unes de leurs répétitions pour voir ce que cela donnait. Elle n’avait pas encore vu les Awesome Directions ensemble, et était curieuse de voir ce que cela donnait. Certes, les élèves avaient été furieux d’apprendre qu’ils devraient collaborer ensemble mais avec le temps, ils étaient peut-être parvenus à trouver un terrain d’entente. De toute façon, à la réflexion, les Sectionals de cette année ne pouvaient pas être pire que celles de l’année précédente. Emma en avait encore des frissons, en repensant à la panique qu’elle avait ressentie quand elle avait vu toutes les autres chorales reprendre leurs titres, ceux que les New Directions avaient préparé, ceux qu’ils devaient chanter. Seule, sans Will, elle avait vraiment crû qu’elle ne parviendrait jamais à trouver une solution. Tout ce qu’elle avait su faire était encourager les élèves et prendre son téléphone pour avertir le véritable directeur de la chorale qui avait finalement réussi à trouver une solution. Sans Will et ses bonnes idées, les New Directions n’en seraient pas là aujourd’hui, c’était une évidence. Soupirant de plus belle, la conseillère se dit que cette fois elle serait dans le public et non dans les coulisses. Et même si elle adorait ce glee club, elle préférait les observer plutôt que les diriger.

La voix de Kurt la sortit de ses rêveries et la ramena sur Terre. Il lui annonça qu’il chanterait bel et bien, et que ce serait sur le titre « I want you back ». Impressionnée, Emma observa longuement Kurt avant de lui répondre. Ainsi, il aurait l’honneur de chanter un titre des Jackson 5… Elle qui s’attendait à ce que Will accorde une fois de plus un duo à Finn et Rachel, ainsi qu’une chanson que tous chanteraient ensemble, elle devait avouer qu’il la surprenait beaucoup. « J’aime beaucoup cette chanson, je suis sûre que tu l’interpréteras à merveille, comme toujours » Répondit-elle, non sans un nouveau sourire. Elle appréciait beaucoup Kurt, et devait admettre qu’il avait un talent incroyable. Un talent qui, à son goût, n’était pas assez exploité. Lors des deux compétitions qu’avaient déjà faites les New Directions, l’année passée, Kurt n’avait jamais été mis sur le devant de la scène. Le glee club rassemblait beaucoup de talents, mais Emma considérait que certains n’étaient pas assez mis en avant. C’était la raison pour laquelle elle était si enthousiaste à l’idée d’entendre Kurt chanter lors de cet événement qu’elle ne manquerait pour rien au Monde. « En tout cas, je le répète, j’ai hâte de vous voir tous sur scène, surtout depuis que tu m’as révélé le thème de la soirée ! » Finit-elle par répondre.

Elle jeta un coup d’œil autour d’elle, et constata que le couloir était quasiment vide, les élèves s’étant finalement dirigés vers la cafétéria pour déjeuner. Reportant son attention sur le lycéen, elle lui dit : « Je vais devoir rejoindre le salle des professeurs pour déjeuner… On se revoit pour les répétitions, de toute façon. Je viendrai certainement bientôt afin de vous espionner un peu ». Elle rit légèrement à cette idée. Il était vrai qu’il était rare qu’elle se mette au premier rang, dans l’amphithéâtre, pour assister aux répétitions. En général, le dernier rang lui convenait car il ne permettait pas à Will de la voir… une habitude qu’elle avait prise en début d’année, lorsqu’ils s’évitaient avec soin après le baiser qui avait précédé les vacances d’été. Adressant un dernier sourire à Kurt, elle ajouta : « Cela dit, on se reverra peut-être avant ça. Car si tu souhaites venir dans mon bureau, tu sais que la porte est grande ouverte ». Elle lui jeta un clin d’œil, s’apprêtant à tourner les talons. Malheureusement pour elle, le sort en avait décidé autrement…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
05. Oh bambi... Empty
MessageSujet: Re: 05. Oh bambi...   05. Oh bambi... EmptyMer 27 Avr - 0:28

    Emma semblait très surprise de savoir qu'on lui avait attribué, à lui aussi une chanson. Il était vrai que William Schuester avait tendance à souvent mettre les mêmes chanteurs en haut de l'affiche, et de laisser les autres à l'arrière, en simples choristes. Mais c'était la dure loi du spectacle. Même si le Glee Club de McKinley était loin d'être comparable à Broadway, c'était un peu le même fonctionnement, les meilleurs, les plus charismatiques, les plus beaux même, sont mis en avant, au devant de la scène, et les autres, un peu moins reconnus, mais tout aussi talentueux, sont cachés, dans l'ombre de ces étoiles. Il suffisait d'être au bon endroit, au bon moment, pour peut-être espérer obtenir son nom en lettres dorées et lumineuses sur la façade du Flatiron Building. Kurt était de ceux à qui on piquait souvent la vedette, justement. Et ce, à cause d'une certaine Rachel Berry, qui parvenait toujours à ensorceler Mr. Schue, par on-ne-savait quel moyen diabolique. Même Finn avouait parfois qu'il y avait une part d'étrangeté dans la manière par laquelle elle arrivait à être soliste.

    Kurt sourit timidement lorsque la jolie conseillère d'orientation le rassura sur sa future prestation. Il espérait au plus profond de son coeur qu'elle disait vrai. C'était quelque chose de très important pour eux, cette victoire. Ils ne pouvaient pas faire moins bien que la première fois, c'était absolument hors de question. Ils avaient été tellement soudés et unis, qu'ils en étaient devenus invulnérables. Leur courage et la rage de vaincre qu'ils avaient réussi à créer en si peu de temps avait impressionné les juges, qui avaient sû s'apercevoir de la supercherie que les deux autres lycées avaient mis en place. Et tout ceci, grâce à Emma Pillsbury, qui avait réussi à les coacher comme une chef. Bref, cette année encore, ils se devaient de donner le meilleur d'eux-mêmes, et de tirer le plus explosif de cette collaboration Awesome Directions. Mais cette fois-ci, ils ne devront pas s'arrêter pas aux Regionals. Si cette coopération de Shuester et Ryan fonctionnait, ils pourraient même aller très facilement jusqu'aux Nationals, mais ça, Kurt essayait de le garder pour lui. Il ne voulait pas se faire de faux-espoirs non plus, en revenant les mains vides, et d'être déçu comme jamais... Pour éviter cela, il savait qu'il devait travailler, et faire preuve de diplomatie avec les Awesome Voices. Tout comme le reste des deux chorales.

    Puis Emma jeta quelques coups d'oeil aux alentours. Le couloir dans lequel ils se trouvaient s'était finalement vidé. Le footballer qui l'avait copieusement aspergé de granité s'en était allé, le laissant vivre sa vie. Kurt était un peu soulagé de ne plus le voir. Il n'en pouvait plus d'être observé de haut par ce genre de types qui se croyaient tout permis. Leurs blousons rouges lui donnaient la nausée à force de les voir, et de les assimiler à ces horribles glaces pilées aux goûts douteusement chimiques. Il ne pouvait plus les voir en photo, et pourtant, il n'avait pas terminé... Parfois, il se demandait s'il n'aurait pas mieux fait d'accepter la proposition de Summer. Même s'il s'agissait de corruption, il aurait été tranquille au moins. Fini les granités dans la figure ! Plus de séjour-poubelle en arrivant au lycée, chaque matin ! Terminé les crocs-en-jambe en plein milieu des couloirs, lorsque trente-cinq personnes vous observent et se moquent ouvertement ! En d'autres termes : la belle vie. Non, Kurt avait préféré rester un être libre plutôt que de servir d'esclave à Summer Davis... Kurt sortit de ses pensées, alors qu'Emma était en train de le saluer. Il fit de même, et ajouta un léger signe de main.

      « Cela dit, on se reverra peut-être avant ça. Car si tu souhaites venir dans mon bureau, tu sais que la porte est grande ouverte » ajouta-t-elle, un radieux sourire aux lèvres.

    Kurt acquiesca. Il avait bien de la chance d'être apprécié d'une femme aussi attentionnée. Il savait qu'il pouvait compter sur elle en toutes circonstances. Alors que Kurt venait de tourner les talons, afin d'aller retrouver Mercedes et Sevan pour le déjeuner, le footballer était là, à une vingtaine de centimètres seulement de son visage. Il le regardait du haut de son mètre quatre-vingt dix, un sourire machiavélique aux lèvres. Il leva alors sa main gauche, dans lequel il tenait un gobelet plein de cette affreuse substance qu'il connaissait bien, et lentement le renversa sur Kurt. C'était la pire des souffrances. Le liquide dégoulinait dans le dos du garçon, sur ses joues, ses paupières, son menton... Une odeur atroce de framboise embaumait les lieux. Le footballer, satisfait, prit ses jambes à son coup, hurlant haut et fort : "SALE GAY !" dans les couloirs. Kurt se retourna alors, en direction d'Emma, et s'avança vers elle. Il posa une main sur son épaule pour qu'elle se retourne. Il comptait lui demander l'une de ses fameuses lingettes humides qu'elle avait eu la gentillesse de lui prêter, mais au lieu de ça, le parfum de framboise le prit tellement au coeur, qu'il ne pu se retenir et vomit...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
05. Oh bambi... Empty
MessageSujet: Re: 05. Oh bambi...   05. Oh bambi... EmptyDim 8 Mai - 16:42

Tout avait pourtant bien commencé. Pour une fois, la rencontre avec Kurt s’était déroulée sans encombre : après l’aide que lui avait apportée Emma, ils avaient tranquillement parlé des Sectionals, partageant leur enthousiasme à ce sujet. La conseillère était souriante, heureuse d’avoir eu cette conversation avec l’un des élèves les plus talentueux de cette école. Et pourtant, elle allait vite déchanter. Les choses se déroulèrent comme dans une scène au ralenti, comme si les secondes s’étaient soudainement étirées. Emma vit d’abord passer le footballer à ses cotés. Grand, les épaules carrées, il avait un grand sourire accroché aux lèvres, mais surtout un gobelet débordant de glace pillée dans la main droite. La conseillère d’orientation fronça doucement les sourcils, toujours figée au beau milieu du couloir. Elle eut comme un mauvais pressentiment, une sensation étrange la parcourut. Le footballer avançait toujours, d’un air victorieux, avant de s’approcher lentement de Kurt. Sa main s’éleva doucement, et il déversa la glace sur le visage d’un Kurt ahuri qui n’eut même pas le temps de réagir. Les yeux d’Emma s’écarquillèrent lorsque le sportif cria une insulte à l’adresse du jeune homme, tout en prenant les jambes à son cou.

Kurt s’approcha alors d’elle, et sa main se posa sur son épaule. La jeune femme, qui était sur le coté, se retourna vers lui, et plaqua une main contre sa bouche quand elle vit son visage maculé de la substance sucrée dont l’odeur lui chatouillait les narines. « Oh mon Dieu ! » S’écria-t-elle en le voyant de la sorte. Son premier réflexe aurait été de prendre son sac, d’en ressortir des lingettes pour l’aider à se nettoyer la peau. Elle lui aurait apporté son aide, comme elle l’avait fait quelques secondes auparavant. C’était là la première chose qu’elle aurait faite, si seulement elle en avait eu le temps. Car ce ne fut malheureusement pas le cas. Le garçon sembla pris d’un haut le cœur. Emma suivit le geste de sa main avec espoir. Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine, et une sensation de déjà vu l’atteignit. Kurt ne fut pas assez rapide, malheureusement. Avant même qu’il n’ait pu mettre sa main devant sa bouche, il se pencha légèrement en avant et vomit. La conseillère poussa un gémissement en recevant les déjections. Oh, son visage n’était pas touché, bien sûr : Kurt avait eu la bonne idée de se pencher légèrement. Son cardigan d’un rouge vif, en revanche, était désormais souillé, ainsi que sa jupe violette. Quant à ses escarpins, inutile de vous préciser l’état dans lequel ils étaient désormais.

L’odeur envahit la conseillère d’orientation, lui rappelant avec horreur la première fois que ses narines l’avaient humée. Elle ouvrit la bouche, tout en poussant un nouveau gémissement. Elle n’osa plus bouger et restait immobile, incapable d’esquisser le moindre geste tant elle était bouleversée et en état de choc. Levant son regard brun affolé vers Kurt qui l’observait, le regard plein d’excuse, elle secoua la tête frénétiquement. Elle avait l’impression qu’elle en avait partout, que sa peau était souillée. Elle ne voyait plus que ça, ne sentait plus que ça. Elle fut prise d’un haut le cœur mais se retint, sa main toujours plaquée contre sa bouche. Elle perdit complètement la notion du temps. Des personnes passèrent à coté d’elle, mais elle ne les vit même pas. Elle entendit une voix familière hurler son prénom, mais ne parvint pas à tourner la tête pour voir de qui il s’agissait. Car elle avait retrouvé l’usage de ses jambes tremblantes. Sortant de sa torpeur, elle se retourna finalement et se mit à courir vers la sortie. Les couloirs étaient quasiment vides à cette heure du déjeuner, ce qui lui permit de se frayer un chemin facilement.

Elle trouva la porte de la sortie au bout de quelques secondes. La respiration haletante, elle leva sa main pour pousser la poignée et se rendit compte avec horreur que celle-ci aussi avait été touchée. Son regard se brouilla, mais elle se mordit l’intérieur des joues pour ne pas se laisser aller par les émotions. Elle parvint à ouvrir la porte à l’aide de son coude qui se trouvait intact. La brise vint alors soulever ses mèches rousses, lui brûlant les joues. Emma s’adossa au mur derrière elle, reprenant sa respiration tout en prenant de grandes bouffées d’air, lui permettant d’oublier légèrement l’odeur qui imprégnait désormais ses vêtements. Elle savait ce qu’elle devait faire : elle allait se rendre à l’hôpital, prendre plusieurs douches désinfectantes : exactement comme la dernière fois. Toutefois, le traumatisme ne s’effacerait pas aussi rapidement, qu’importe le nombre de produits dont elle aspergerait sa peau. Ce nouvel épisode resterait ancré à sa mémoire. Secouant la tête, elle plaqua ses mains contre ses joues, victime d’une nouvelle crise de panique. Au bout de quelques minutes cependant, elle se remit à marcher. Elle prit la direction du parking et retrouva rapidement sa voiture. Ouvrant son coffre, elle attrapa une couverture dont elle se drapa afin de ne pas salir ses sièges, avant de s’installer derrière le volant et de prendre la direction de St Rita, l’hôpital de Lima.

Elle obtint cinq douches désinfectantes, et quand elle rentra un peu plus tard chez elle après avoir passé un coup de téléphone à Figgins pour le prévenir qu’elle s’absentait cet après-midi là, elle reprit trois douches. Malgré tout, elle avait toujours l’impression de sentir cette odeur nauséabonde sur sa peau et ne parvenait pas à se débarrasser de cette mauvaise impression. Et quand elle tomba dans les bras de Morphée cette nuit-là, elle rêva de milliers de Kurt qui lui couraient après, menaçant de l’arroser de nouveau, criant à l’unisson.

Rp terminé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
05. Oh bambi... Empty
MessageSujet: Re: 05. Oh bambi...   05. Oh bambi... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

05. Oh bambi...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 5
-