Choriste du mois


Partagez | 
 

 05. I would not let you my crown

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 05. I would not let you my crown   Ven 11 Mar - 1:00


I would not let you my crown

    Leah était décidée, c’était aujourd’hui que tout allait se jouer ! Il y en avait assez de la Summer Queen et de son trône en carton ! Le seul trône qu’elle méritait c’était celui en céramique blanche des toilettes des hommes. Oui, un trône bien dégueulasse et puant, ça c’était ce qui convenait pour une pimbêche pareille ! Avec son caractère imbuvable, son attitude prétentieuse et sa cruauté sans cesse renouvelée, elle était un très mauvais exemple pour les jeunes Cheerios et toutes les lycéennes en général. La fille la plus populaire était admirée et suivie, Leah aurait donc cent fois préféré que ce soit une pom-pom girl dotée d’un cœur et non d’un grand vide sous sa cage thoracique. Quand elle pestait contre la brunette, on lui rétorquait souvent qu’elle n’avait qu’à prendre sa place, devenir la numéro 1 du lycée. Mais non, ça n’attirait pas Leah et de toutes façons, depuis qu’elle faisait partie du Glee Club, elle n’avait plus aucune chance d’être sur le podium. Non, Leah avait une meilleure idée, elle allait renverser cette idiote et mettre quelqu’un d’autre à sa place. Quelqu’un d’assez ambitieux pour vouloir à tout prix la couronne de McKinley, d’assez populaire et hautaine pour maintenir les gens sous sa coupe mais de foncièrement gentil. Elle avait vu en Camelia Figgins la parfaite recrue. Ce n’était pas une enfant de chœur mais elle n’était pas cruelle et pas adepte du lancer de Slushy. De toutes manières, ça ne pouvait pas être pire que le règne de Summer. La seule chose qui chiffonnait Leah, c’était « l’invitation » que Camelia avait faite à Kourtney. La blonde n’aimait pas cette dernière, elle ne lui faisait pas confiance et même si elles avaient pour but commun de détrôner Summer, elle n’aurait pas voulu qu’elle s’en mêle. Pourquoi ? Car elle était assoiffée de pouvoir et de popularité comme Camelia, mais qu’elle était bien moins gentille que cette dernière. Remplacer un tyran sadique par un despote machiavélique n’était pas ce qu’on pouvait appeler un changement radical.

    Ainsi, quand les trois comploteuses se retrouveraient près de l’escalier menant aux salles de cours à l’étage, Leah avait bien l’intention de mettre les points sur les « i » à ses deux collègues. Oui, elles allaient se montrer odieuses et cruelles envers Summer mais seulement parce qu’elles ne feraient jamais pire que celle-ci et que ça leur permettrait d’instaurer une monarchie plus douce et tolérante. Voilà ce qu’elle allait leur dire ! Elle était un peu en retard, aussi pressa-t-elle le pas pour ne pas manquer le feu d’artifice. Elles avaient prévu de coincer Summer à sa sortie de la cafétaria, à l’heure où tous les profs digéraient leur repas autour d’un café dans leur salle réservée. Il y avait peu de chance qu’elles se fassent punir pour martyriser une élève. De toutes façons, toutes les intimidations de la Reine Davis restaient impunies, alors ç’aurait été bien la faute à la malchance si elle se faisaient épingler. Leah avait ses munitions dans son sac, elle sentait le poids de la vengeance peser sur ses épaules. Ce qu’elle s’apprêtait à faire allait contre tous ses principes mais pour obtenir la paix il fallait parfois sortir des sentiers battus et renier ses idéaux. Aujourd’hui, Leah serait une vraie Bitch ! Sur cette pensée, elle rejoignit les filles qui étaient déjà là et les interpela immédiatement :

      « C’est bon ? Vous avez tout ce qu’il faut ? Juste un rappel, Camelia, tu es LA prétendante au trône alors lâche-toi. Kourt’, toi et moi sommes là pour la soutenir et enfoncer Summer. On n’y va pas de main morte non plus, mais c’est Cam’ qui devra l’achever, ok ? »

    Elle espérait que ce rappel serait utile et envoya un regard insistant à Kourtney pour lui signifier qu’elle la surveillait. Elle reporta ensuite son attention sur la porte de la cafétaria située non loin. L’escalier les dissimulait, elles étaient là en embuscade, prêtes à accueillir comme il se devait la brunette qui estimait régner sur le lycée. Soudain, elle la vit franchir la porte à battants. Elle attira l’attention de ses collègues et fit un compte à rebours silencieux avec ses mains dans le dos. Trois, deux, un… Partez ! Elle jaillit de leur cachette en même temps que Kourt et Cam’. La future reine était au centre, elle prenait les devants tandis que ses deux ailières la suivaient renforçant ainsi sa démarche assurée. Leah n’avait pas voulu le laisser paraître mais elle était un peu stressée par cette confrontation qu’elles avaient planifié seulement la veille sur Twitter. Camelia devait être certainement dans un état pire que le sien mais ça ne transparaissait pas. Parfait. Elles se plantèrent devant Summer qui semblait ne pas les avoir encore remarquées, bloquant ainsi le passage. Leah, bras croisés sur le torse, moue provocante sur le visage laissa Camelia prononcer les premiers mots à l’encontre de Summer. Puis elle ajouta comme un écho pour accentuer ses paroles :


      « On ne supporte plus tes attitudes de petite reine pourrie gâtée. Alors puisque personne n’ose te dire que tout le monde te déteste, on se dévoue ! »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Mer 16 Mar - 3:00

J’aurais pu passer la nuit éveillée à tourner et retourner les paroles que j’allais dire à Summer Davis cette après-midi, mais j’ai malgré tout réussie à me ressaisir, il ne fallait tout de même pas que je sois cernée pour l’affront qui m’attendait. J’y avais tellement pensée. Ça me rongeait un peu, beaucoup même. Je voulais la faire dégringoler de la pyramide, et ce, sans m’y piégé moi-même. Et quand je parlais de pyramide, je ne parlais pas seulement de celle qu’on faisait devant Sue Sylvester, non je parlais d’une tout autre architecture. Il s’agissait en effet de la hiérarchie sociale du lycée McKinley. Une structure complexe et pensée avec attention. N’était pas qui voulais à McKinley, ça non, un titre ou un groupe, et hop on était classé et on recevait le traitement qui venait avec. On pouvait essayer tant bien que mal d’améliorer notre condition, mais si votre passion ou vos fréquentations n’étaient pas acceptés, rare étaient ceux qui s’en sortait. Et il s’avérait que l’initiatrice même de cette structure était nulle autre que Davis, surnommé, la Reine.

J’avais plusieurs raison d’en vouloir à Summer. Premièrement, c’était une peste, rien que cela ça valait beaucoup à mes yeux, bon je n’étais pas un ange non plus, mais je ne pouvais pas la sentir. Deuxièmement, j’en avais assez de voir les autres se prosterné devant elle, elle n’était rien d’autre qu’une jolie peste, m’enfin, pas si jolie que ça selon, moi, mais je ne crois pas avoir l’avis le plus impartiale à ce sujet. Elle les faisait tous manger dans sa main, comme des petits oiseaux affamés, mais dès qu’elle avait le dos tourné, ces mêmes petits oiseaux sifflaient et crachotaient à son insu. Personne ne l’aimait vraiment, certains la craignais et d’autre l’enviait à un point tel que ça en devenait malsain. Et puis troisièmement, la cerise sur le gâteau, elle m’avait rejetée. Je n’étais pas habituer de me faire rejeter dans mon ancien lycée, non dans ce temps-là c’était plus mois qui écartait les autres, et puis j’ai rencontré Summer et je me suis tout de suite dirigée vers elle. Pas qu’elle eu l’aire accueillante, mais bien parce qu’elle fut populaire, et que c’était ce que je désirais. Au début nous avions presque sympathisé, j’ai quasiment eu l’impression qu’elle m’avait prise sous son aile, mais elle s’est comment dire … lassé. Très rapidement. Ce fut une défaite cuisante. Que je ne pris pas. Depuis ce temps on se lance des piques, on s’envoie promener et puis disons que Leah n’aide pas à la cause. Elle est toujours derrière moi à me chuchoter à l’oreille comment on devrait s’y prendre pour mettre finalement fin au règne de cette garce. Et justement c’est ce qu’on prévoit faire… dès maintenant.

Je ressentais un léger stress face à notre plan qui reposait un peu plus sur l’improvisation que sur du concret. Je savais que Leah avait apporté des munitions, elle fantasmait depuis toujours sur l’idée de voir Davis couverte de… couverte de plein de truc qui n’était pas nécessairement bon pour son image, devant toute l’école. Malgré ces fameuses munitions que l’on allait pouvoir utiliser si le tout dégénérait, je remettais en doute ma répartie. Par chance que j’étais accompagné de Leah et de Kourt’, à trois ça faisait déjà beaucoup plus imposant, et puis, ma détermination était inébranlable, le diadème de Summer ne me glisserait pas entre les doigts…

Un dernier coup d’œil au miroir des toilette féminine, un bref mouvement de la main histoire de lissé un pli dans ma jupette de pom-pom girl ainsi qu’un resserrage de queue de chevale et je débarquais dans les couloirs du lycée, la tête bien haute, le regard hautain, une démarche assuré. J’approchai des escaliers et aperçut Kourtney qui y était déjà. Aucun signe de Leah, mais je ne m’inquiétais pas, elle ne manquerait pas cela pour rien au monde … en parlant du loup, je le vis déboucher une sourire complice aux lèvres. Elle nous fit son petit speach histoire de mieux nous guider à travers son idée, puis on se tut, attendant que Summer pointe le bout de son nez. Je vis la brunette franchir les portes de la cafétéria et au signal de mon amie nous nous dirigeâmes vers elle, en formation parfaite, comme dans un film. La tête toujours haute, je récitais une dernière la phrase que j’allais prononcer. J’accotai ma main du ma hanche, caricatura une fois de plus la bitch typique et déclara fermement :



- Hey Davis, ton temps est révolu, jette l’éponge et ça ne devrait pas être trop sanglant...


Mais je savais pertinemment qu’elle ne se laisserait pas faire, et on voyait clairement dans mon regard que j’avais une envie folle que ça devienne chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Mer 16 Mar - 15:01

Le jour j. En effet, aujourd’hui était le jour le plus important de la vie de Kourtney Da Silva. Elle se sentie renaître, comme si c’était le jour de sa naissance. Un sentiment particulier qu’on ne peut ressentir qu’une fois qu’on arrive à l’apogée de ses désirs les plus fous, et ces désirs se résumaient a « être la reine de McKinley ». Ce n’était pas chose facile à faire, il y avait beaucoup d’obstacles dont Summer Davis, une vraie furie cette fille. Ces derniers temps, un air de rébellion avait soufflé sur le lycée. Il n’y a que quelques semaines Kourtney et Summer avaient reçu leur premier slushy (chose impardonnable en effet). Depuis cet accident inexplicable (et évidemment inexcusable) Kourtney s’était faite petite. Non pas « petite » mais moins grande on va dire. Elle n’avait humilié personne et n’avait pas tué pour une nouvelle paire de chaussures, non. Si bien que Camélia Figgins, pseudo rivale de Kourtney (bah oui pour être rivale il faut être à la même hauteur, hors Camélia n’arrivait pas plus haut que les Louboutin rose clairs de Kourtney), l’avait invité a assister au « détrônage » de la reine Summer. Kourt répondit évidemment présente. Camélia et Kourtney passèrent la veille à comploter sur Twitter, en compagnie de Léah, à comment détrôner Summer. Leur but ? Faire passer Camélia comme reine du lycée. Et la brésilienne jouait quel rôle ? Celui du perroquet, au deuxième plan. Non, ça c’était impossible. La couronne était pour Kourtney. Summer venait de perdre du pouvoir et de la notoriété, c’était le moment clé pour attaquer, mais seule, la brésilienne n’irait pas loin. Elle décida alors de s’allier à ses deux compères tout en cachant son but. Son idée ? Passer pour la gentille copine qui aide Camélia à détruire Summer, et une fois le travail fait, c’était elle qui ‘allait l’achever. Bah oui, une monarchie a besoin d’un monarque ? Et monarchie ne rimait pas avec Camélia (ni avec Kourtney mais bon :p ).

Maquillé avec élégance et raffinement, deux maitres mots dans le vocabulaire de Kourtney, la jeune Cheerios était prête pour cette petite bataille. Elle savait que les choses ne seraient pas faciles, mais Summer le méritait ! Elle avait limite prit la défense de Madison lors de leur confrontation. C’était impardonnable. Kourtney se regarde une fois de plus dans le miroir de son poudrier, une fois n’est pas coutume, et attendit patiemment l’arrivée de Léah. Quand celle-ci arriva, elle leur expliqua leur plan, le fait qu’elle ait emmenée des munitions ainsi que Kourney ne devait pas achever Summer, et qu’elles étaient ici seulement pour la soutenir. Etait-ce une blague ? Kourtney rigola intérieurement. Comment pouvait-elle être aussi stupide ? Qui elle était au juste ? Une simple blondasse qui faisait partie des Awesome Voice ! A l’entendre on croirait presque que Kourtney devait se sentir inférieur. Blague. Kourtney acquiesça d’un signe de la tête pour lui dire qu’il n’y avait pas de problème, et qu’elle se contenterait de faire la copine moche du deuxième plan, chose habituelle pour Léah. En temps de guerre ou pas, Kourtney avait toujours ses répliques qui tuent.

Les minutes passèrent à une vitesse folle, et Summer arriva. Les filles étaient prêtes, et Kourtney réfléchit à la tactique qu’elle devait adopter pour ne pas se prendre les foudres Léah et Camélia en plus de celles de Summer. Camélia puis Léah se lancèrent corps et âme avec des répliques ne pouvait tuer qu’un rat déjà mort. Leur talent était comment dire… limité. Mais elle ne pouvait pas faire de commentaire sur ça, elle devait rester sur ton objectif premier, détruire Summer. Kourtney toucha ses cheveux et regarda le sol. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres. Elle ne bougea pas (oui car en temps normal elle aurait poussé Camélia sur le côté et se serait mit au premier plan) mais non, elle ne fit rien de tel. Elle leva simplement la tête, les yeux fixés sur Summer et dit :

« Et oui chérie, les coups d’états sont permis lors des monarchies, regarde la révolution Française. C’est à ton tour de te faire détrôner. Mais ne t’inquiètes pas, la fièvre de la révolution passera tout comme la grippe H1N1. »

Contente de sa réplique qu’elle-même ne comprenait pas, elle croisa les bras et fit un sourire en direction de Summer. Pauvre petite S, que vas-tu faire maintenant ?




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Mer 16 Mar - 15:56

Avec un mouvement de la tête pour rejeter ses cheveux en arrière, Summer redressa le menton, et se débarrassa des restes de son déjeuner. Pour une fois, personne ne la suivait. Elle avait déjeuné avec quelques subalternes fades et sans intérêt, mais Kourtney étant aux abonnées absentes, Summer avait du se contenter de ce qui restait, à savoir de pauvres cruches en uniforme. Fort heureusement, elle mangeait à peine, et ne passait pas beaucoup de temps dans le réfectoire, donc en soi ce n'était pas vraiment très important. Après quelques bouchées de sa salade, et un morceau de pain, elle s'était levée, et avait quitté la table réservée à la Reine de McKinley. Personne ne la suivit, ce dont elle fut heureuse. Ces derniers temps, elle avait de plus en plus de mal à supporter le bavardage creux des filles qu'elle devait supporter. Kourtney relevait un peu le niveau, et parvenait à distraire Summer, mais en vérité, rien n'avait de saveur ces dernières semaines. En jetant son bol et ses couverts en plastique, elle pinça les lèvres, irritée. Derrière elle, un garçon à lunettes attendait pour pouvoir jeter le contenu de son propre plateau, mais Summer le fusilla du regard, et le garçon recula d'un pas, mais Summer n'était déjà plus là. Elle franchit les portes du réfectoire et enfila la veste que les Cheerios portait pour l'hiver, par dessus leur uniforme. Il lui restait encore une bonne demi-heure avant de reprendre les cours, et dans les couloirs il ne restait pas grand monde, quelques retardataires, mais tout était calme.
Si ce n'est trois jeunes filles qui apparurent subitement dans son champ de vision, lui bloquant toute retraite. Summer les dévisagea : Leah Woods, que Summer n'aimait pas car elle la jugeait trop molle, et qui le lui rendait bien. Camélia Figgins, que Summer avait accueillie dans son cercle d'amies, interessée par le physique parfait de la Cheerios et son petit coté méchant, mais qu'elle avait vite repoussé, fatiguée et lassée par l'intérêt presque obsessionnel qu'elle portait pour les garçons. Pas besoin de fréquenter une nymphomane. Elle savait que Camélia l'avait eu mauvaise, et les deux adolescentes ne rataient jamais une occasion de s'échanger des paroles acides. Et un peu en retrait, le regard baissé dans un signe de fausse soumission, Kourtney Da Silva. En la voyant, Summer haussa un sourcil, absolument pas surprise du changement de camp de la jeune fille. Ce n'était qu'une question de temps. Summer savait qu'il y avait des complots qui se tramaient dans son dos, mais elle avait laissé faire. Un léger sourire incurva ses lèvres, et elle croisa les bras, comme satisfaite par la tournue incongrue que prenait cette journée.
Pourtant, en se levant le matin, rien n'aurait laissé supposer que ce serait aujourd'hui que le bas peuple essaierait de la faire tomber. La journée avait débutée comme toutes les autres. Summer avait exigée qu'on renvoi l'une des femmes de ménage, juste parce qu'elle avait trouvé une trace de doigts sur le miroir de son dressing. La pauvre femme était au chômage maintenant. Ensuite elle s'était fendue d'un remerciement lorsque sa mère lui avait ramené de son voyage le dernier sac Chanel, qu'elle avait ensuite jeté dans un coin de sa chambre. Et puis elle s'était rendue au lycée, avait fait pleurer deux filles de sa classe de science, avait croisé Puckerman et Quinn Fabray -le souvenir de sa fête était encore.. brûlant- et enfin, elle se tenait là, face à trois Cheerios qui avaient apparemment décidé qu'aujourd'hui, elle lui couperait la tete et la planterait au bout d'une lance pour clamer à tous que le règne de Summer Davis était terminé.

Les considérant avec amusement, et soulagement -elle en avait presque assez de devoir attendre cette révolution qui couvait-, elle haussa les sourcils.

" Et vous vous y mettez à trois, contre une seule? " fit-elle remarquer. " Si ce n'était pas aussi pitoyable, ça pourrait être effrayant. " se moqua-t-elle en roulant des yeux. " Alors, qui se dévoue pour prendre ma place? Parce que c'est bien pour ça que vous êtes là, n'est ce pas? Monter sur le trône à ma place.. Leah? " dit-elle en vrillant son regard glacial sur la blondinette, et elle la considéra un moment, comme si elle réfléchissait intensément, puis secoua la tête hautainement. " Non, tu n'as pas l'ambition, ni le caractère. Camélia alors? " Et les yeux bleus se fixèrent sur la cheerleader qui faisait tourner la tête à de nombreux garçons. " Dommage, être Reine signifie être une garce, pas une salope. Et il ne reste que Kourtney. " Et elle se tourna vers la brésilienne, qui une fois de plus, faisait allusion à quelque chose qu'elle était loin de comprendre. " Tu serais la plus apte à porter la couronne. Mais je me demande.. le fait que tu reste en arrière, et que ce soit Camélia qui lance les hostilités.. Non! " clama Summer en ouvrant de grands yeux et affichant un sourire moqueur. " Tu viens aider Camélia à monter sur le trône? " Et elle partit d'un grand rire, qui cessa subitement. Son visage se para de son habituel masque de glace, et elle fixa Camélia, qui se tenait devant ses deux acolytes. " Tu es stupide? Tu as avec toi la pire de toutes les filles de ce lycée. Tu crois qu'elle est là pour t'aider? Elle veut être Reine, et elle te poignardera dans le dos à la première occasion. N'est ce pas Kourt'? Il t'aura fallu du temps pour retourner ta veste Chanel. " lança-t-elle à l'intention de Kourtney. " Et c'est ça que vous appelez une révolution? Laissez-moi rire! Il n'y a pas plus désorganisé et minable. Quelle blague. " Et avec un sourcil haussé en direction de Leah, elle ajouta pour cette dernière : " Je suis au courant que tout le monde me déteste. T'es à la traine boucles blondes. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Mer 16 Mar - 21:05

    Et si cette journée était différente de ses derniers jours ? Madison avait comme une impression, rien qu’en se levant se matin elle présentait du changement. Mais était-ce dans sa vie ? Ou plutôt au lycée en général ? La jolie blonde n’avait pas enfilé son uniforme des Cheerios mais ce n’était pas parce que Sue l’avait virée, non loin de là. Elle devait juste profiter de sa pause du midi pour aller postuler pour un job de marque ! Oui, la jolie blonde, fille de la plus grande et riche avocate de Lima, avait besoin d’un job ! Mais pas n’importe lequel… mannequin égérie de la nouvelle collection de Dior, elle devait remporter ce job. Marchant dans les couloirs du lycée McKinley, la tête haute pour la première fois depuis quelques mois, Madison pensait déjà au photoshoot, et surtout à la tête de Summer et ses acolytes quand ils verraient les affiches. Le sourie aux lèvres, la jeune femme se mit presque à rire à cette pensée. Elle pourrait devenir très populaire au lycée, sans l’aide de Summer et surtout pour ce qu’elle était, et non pour ce cliché de « pom-pom » girl. Madison avait même sortit les talons aujourd’hui, alors que d’habitude lorsqu’elle portait son uniforme, elle mettait des ballerines blanches ou rouges selon l’humeur du jour. Mais aujourd’hui elle avait sortit sa plus belle paire d’escarpin noir, assortit à son jean slim. Elle se sentait bien dans sa peau, et remarquait que certain regard se posait sur elle. Un Slushie ? Apparemment les sportifs avaient changé d’avis, et de cible. Pourtant la jolie blonde craignait d’en recevoir un aujourd’hui, cela serait catastrophique !

    « Tic – tac – tic – tac » Madison maudissait la pendule de la salle de classe. Pourquoi la matinée ne passait-elle pas ? Elle aurait payé cher pour que quelqu’un accélère le temps. La petite blonde remarqua quelques bavardages inhabituels entre quelques Cheerios, mais elle était trop préoccuper par son casting que par les manigances de Kourtney placer à quelques chaises d’elle. Et l’heure de la délivrance sonna enfin ! 12h00 sonna, et les élèves partirent de la classe comme des furies. Madison se leva, et fit attention à ce qu’aucun des footballeurs ne vienne la bousculer, il ne manquerait plus qu’elle fini égratigner ! Alors qu’elle s’apprêtait à quitter la salle, la blondinette remarqua une chose étrange… Kourtney partit vers la droite, tandis que Summer se dirigeait vers le self. Pourtant ces ceux-là étaient inséparables depuis des semaines. Mady voulut dire quelques choses, mais elle resta dans l’encadrement de la porte amusé de ses souvenirs. Revoir la scène où elle avait lancé un Slushie en pleine figure de Summer et Kourtney était un vrai délice. Bon, Mady avait reçu une bonne gifle de la part de Kourtney, mais ça n’enlevait rien à l’image de sa tête lorsqu’elle s’est levée pour admirer son joli uniforme plein de glace pillée à la fraise.

    Le couloir s’était vider peu à peu, tout le monde était partit manger, Madison n’avait pas vraiment le temps de manger. Elle se dépêcha de quitter le lycée, cela devait lui prendre 30 à 45 minutes, pas plus… Mais elle n’aurait la réponse que dans une dizaine de jour. Elle monta dans sa voiture et quitta le parking.

    ●1H – PM – De retour au lycée ●

    Alors que Madison revenait plus ravie que jamais de son entretien, et surtout remonter à bloc ; Elle croisa le chemin de Zack dans le couloir. Elle ne put s’empêcher de lui sauter dessus, son enthousiasme débordant était difficile à canaliser pour la jeune femme. Elle s eposta devant lui, et ajouta :

    « Oups désolé. Mais je n’ai pas pu m’empêcher ! J’ai plein de truc à te raconter !!! Mais ; euh, sa va toi ? »

    Les deux jeunes gens marchaient dans le couloir, Madison toujours aussi bavarde ne le laissait pas en placer une seconde. Cela faisait du bien de la voir ainsi, après tout ce qu’elle avait subit ses derniers mois. Même si elle avait enfin tirer un trait sur Summer, et sa nouvelle copine, elle ne put s’empêcher de s’arrêter en plein milieu du couloir, tapant le bras de Zack :

    « C’est pas Summer au milieu de Kourtney, Leah et Camélia ? »

    La jolie blonde tira par le bras son ami pour s’approcher du groupe… curieuse de nature, elle voulait savoir ce qui se disait ! On ne se sait jamais si elle parlait d’elle ! L’oreille tendu, Madison écouta les répliques de Summer, puisqu’elle arrivait en plein milieu d’une conversation, elle ne comprenait pas tout. Elle jeta un coup d’œil à son coéquipier, et leva un sourcil :

    « Tu crois qu’elles déclarent la guerre ? »



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Jeu 17 Mar - 23:55

Du changement dans l'air ? Peut être que oui, peut être que non. Lorsqu'il avait franchit les portes du lycée ce matin là, Zack s'était dit que cela allait être une journée complètement banale. Et maintenant qu'il était assis avec les autres Awesome dans le self, il se disait bien que cela allait être le cas. Sauf qu'aujourd'hui, contrairement à d'habitude, le jeune homme avait perdu le sourire qu'il abordait en temps en général, ce sourire qui avait le don d'agacer les gens et qui en remettait certains de bonne humeur. Parce que si c'était effectivement le temps des changements, il comptait bien mettre deux ou trois points au clair et dire certaines choses à quelques lycéens qui lui faisaient bien comprendre que sa présence était indésirable. Pourquoi ce revirement de situation ? Sa récente dispute avec Oxanna, les choses n'étaient vraiment pas passées loin cette fois-ci et même si elle avait admis ses torts, il fallait qu'il en fasse de même. Il fallait que le jeune homme se rende à l'évidence : ce n'était pas en étant sympa avec tout le monde que tout allait s'arranger pour lui, ils étaient tellement peu à le lui rendre alors …

Et puis personne ne fonctionnait comme ça au lycée à part lui, personne, pas les sportifs qui le poussaient dans les couloirs, ni même les cheerios écervelées qui lui lançaient des slushy, quoi que maintenant, avec la rumeur lancée par Gossip Glee ça allait … Tout le monde pensait qu'il avait trompé sa copine et pour une obscure raison, cela le rendait un peu moins craignos … Aller savoir pourquoi ! Zack fut tiré de ses pensées lorsque les autres se levèrent, il suivit plus ou moins le mouvement et sortit de la cafétéria pour se rendre à son casier. La perspective des cours de cette fin de journée ne l'enchantait guère, franchement là, tout ce qu'il avait envie de faire, c'était de répéter avec les AV. Mais ce n'était pas possible car maintenant il devait répéter avec la chorale recomposée et que les autres n'avaient pas son penchant pour sécher les cours. Tant pis …

Et Zack était en train de se rendre à son prochain cours lorsqu'on lui sauta dessus, il se retourna pour voir que c'était Madison qui venait de "l'attaquer" un sourire aux lèvres.

"Oups désolé. Mais je n’ai pas pu m’empêcher ! J’ai plein de truc à te raconter !!! Mais ; euh, sa va toi ? "
"On va dire que oui … En tout cas je n'ai pas autant la pêche que toi !" répondit-il en lui accordant un maigre sourire.

Pas la peine de dire à Madison que son nom était revenu plusieurs fois dans la dispute qu'il avait eu avec Oxanna, ou même qu'il avait faillit rompre avec cette dernière. Non, vraiment pas la peine de lui raconter ce genre de détails. Au lieu de cela, le jeune homme se contenta d'une simple conversation polie, laissant la parole à Madison. Elle semblait avoir de l'énergie à revendre et c'était une bonne chose, il y avait bien longtemps qu'il ne l'avait pas vu comme ça. Il fallait dire qu'entre le lynchage provoqué par Gossip Glee et par Summer, Madison et Zack en avaient un peu vu de toutes les couleurs ces temps-ci … Mais c'était juste les lois de ce lycée complètement fou, être comme tout le monde ou mourir. Non, il n'exagérait pas du tout, un seul pas de travers et vous étiez rayés de la carte, Madison en était la preuve vivante …

Et parlant de Summer, avant même que Zack ait eu le temps de dire quoi que ce soit, le voilà qui se retrouvait de nouveau embarqué dans un grand n'importe quoi. Qu'est-ce que Leah, Kourtney et Camélia avaient de si important à dire à la reine des lieux pour venir l'attaquer de plein front ? A moins qu'il ne s'agisse pas d'une discussion amicale, de toute façon avec Summer, il était difficile d'avoir une conversation amicale, et ça, Zack était bien placé pour le savoir.

"Tu crois qu’elles déclarent la guerre ?"
"Il n'y a qu'un seul moyen de le savoir … "

En se rapprochant, Zack pensait à la seule et unique conversation qu'il avait eu avec Summer, la brune semblait être parfaitement consciente qu'un jour quelqu'un allait la renverser. Tout de même, trois contre un, ce n'était pas équitable et ce, même si Summer le méritait amplement. Aussi, bien conscient d'arriver comme un cheveux sur la soupe, il s'adressa directement à la brune.

"Est-ce que tout va bien ?"

Il savait bien qu'elle n'allait pas l'accueillir à bras ouvert mais c'était plus fort que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Sam 19 Mar - 1:18

    Leah espérait vraiment que ce coup d’état allait fonctionner car si ça n’était pas le cas, d’abord les persécutions ne cesseraient pas, mais en plus, elle serait au sommet de la liste de Summer. Et ça, ça n’était bon pour personne. Personne ne voulait se retrouver dans la ligne de mire de la Queen Davis. Jusqu’à présent, même si elles ne se supportaient pas, elles s’ignoraient plus qu’elles ne se crêpaient le chignon. Si Leah avait déjà formé une coalition contre elle avec Camelia et qu’elle avait décidé de récupérer ses victimes, elle ne s’était jamais clairement opposée à la reine directement. C’était aujourd’hui le premier pas vers une ambiance plus vivable à McKinley. Pour se motiver, elle pensait à des personnes telles que Maddison Sullivan qu’elle avait soutenue après que Summer l’ait mise au banc de la société lycéenne et aussi Zack Woodward qu’elle avait défendu autant qu’elle le pouvait contre tous ceux qui suivaient les conseils de Davis en lui faisant vivre un enfer.

    Il fallait que leur combine fonctionne, Camelia devait prendre la place de Summer ! Mais en avait-elle l’étoffe ? Aurait-elle assez de caractère pour surpasser Summer et maintenir avec force sa position de reine ? Si ce n’était pas le cas, elle serait renversée par Davis ou une autre dans les heures qui suivraient et tout ça n’aurait servi à rien. Cachant son angoisse, elle scruta Camelia et pria intérieurement pour qu’elle démontre qu’elle pouvait le faire. Puis, elle fut interpelée par les paroles incompréhensibles de Kourtney qui baissait le visage en geste de soumission, elle en faisait trop, tellement que ce n’était pas crédible. Leah voyait sous ses yeux les éléments infaillibles de son plan s’effondrer au fur et à mesure. Une Camelia stressée et peu virulente, une Kourtney prête à bondir pour manger les restes de Summer Davis et enfiler sa couronne. Et une reine qui n’avait pas l’air du tout effrayée qu’on la condamne à la guillotine. Elle avait l’air prétentieusement immortelle et Leah déglutit difficilement. Ce n’était pas gagné.

    Summer vrilla son regard glacial sur la seule blonde du trio, elle afficha un air hautain en assurant que Leah ne pouvait être prétendante au trône puisqu’elle n’avait ni l’ambition, ni le caractère qu’il fallait. Cette remarque fit sourire la cheerleader, elle prenait cela plutôt bien, qu’on lui dise qu’elle n’avait pas un caractère de garce était plutôt positif. Mais Summer ne devait pas se douter que c’était elle qui avait convaincu Camelia de se jeter dans la fosse aux lions, que c’était elle qui avait planifié sa chute et qui portait le poids des munitions anti-Davis sur ses épaules. Elle se contenta de glisser un : « Merci du compliment. » avant que Summer ne s’adresse à Camelia. Elle la gratifia en même temps d’un sourire radieux et confiant, un peu moqueur même comme si elle l’imaginait déjà sous une tonne de projectiles divers. En vérité, elle camouflait sous ses expressions de fanfaronne qu’elle doutait de plus en plus de la réussite de leur entreprise.

    Catastrophe, Summer humilia directement Camelia en la jugeant inapte à prendre sa place car elle était plus « salope » que « garce » et elle considéra donc Kourtney comme potentielle remplaçante. Leah s’en mordit la lèvre. Elle pinça Camelia discrètement pour qu’elle réagisse, elle devait mettre le paquet, en mettre plein dans la tête de cette pimbêche et assurer sa place de leader face à Kourtney. Summer s’amusait que les deux cheerleader puissent faire confiance à Kourtney car elle était la reine des retournements de veste. Si Leah avait eu le temps d’en parler à Camelia, elle l’aurait dissuadée de l’inviter… Mais, quand Cam’ lui avait dit, c’était déjà trop tard, Kourt’ savait ce qui allait se passer et elle ne se serait pas laissée écarter de ce plan. Mais il ne fallait pas laisser voir les failles de leur révolution, surtout pas à Summer. Aussi Leah s’empressa-t-elle de rétorquer :

      « Kourt’ est tout à fait au courant des termes de notre collaboration, elle n’a aucun intérêt à nous trahir car alors nous lui réserverions le même sort qu’à toi-même. »


    Tu as eu l’air convaincante, tu as eu l’air méchante, sans cœur et cruelle. Sans pitié, même ! Si, si je t’assure vraiment… Enfin au moins un peu… Malgré ce convaincant monologue intérieur, Leah sentait que tout ça allait partir en vrille… Mais pourquoi ne s’était-elle pas mieux entourée pour ce putsch ? Elle se rendit compte alors que Summer s’adressait à elle, répondant ainsi à sa première remarque. Oui, elle savait que tout le monde la détestait. Leah eut subitement envie de lui tirer la langue, de lui dire « c’est celui qui le dit qui y est » et de partir en courant… Un sursaut de protection puérile, car elle n’était pas foncièrement méchante et ce qu’elle s’apprêtait à faire était digne des plus exécrables pimbêches de série télé. Non, elle ne pouvait pas se ridiculiser en fuyant après un tirage de langue magistral. Elle devait assumer, elle était une bitch aujourd’hui !!

      « C’est bien d’être lucide, mais sinon, comment tu le vis de n’avoir aucun ami sincère et de savoir que personne ne viendrait te tendre la main si tu te retrouvais dans la benne à ordure devant le lycée ? »


    Ouch, méchant ! Peut-être pas assez méchant pour Summer mais c’était déjà un début. Leah ne pouvait imaginer que Miss Davis ne souffre pas, ne serait-ce qu’un peu, de cette solitude que sa méchanceté lui conférait. Elle devait bien ressentir quelque chose sur le fait que Kourt soit prête à la couvrir de saletés et à la ridiculiser en public alors qu’elles marchaient bras dessus bras dessous quelques temps plus tôt… Une voix sur la droite de Leah la fit sursauter. Qui venait se mêler de leur petite guerre de Cheerios ? Elle tourna la tête et se retrouva nez à nez avec Maddison et Zack à qui elle pensait quelques secondes plus tôt. Oh non, il ne fallait pas qu’ils s’en mêlent. Elle s’exclama : « Oh Mad, Zack, contente de vous voir ! ». Elle capta le regard de Camelia, durcit le sien et d’un coup de tête lui signifia que la nièce de Figgins devait y aller maintenant, elle devait inonder Summer sous les insultes, reproches et lui saper le moral. Elle, elle s’occuperait des deux nouveaux venus. Elle laissa les trois Cheerios et ouvrant les bras, emmena Zack et Maddison à quelques pas de l’altercation. Elle leur dit à voix basse :

      « Mais qu’est-ce que vous faîtes ? Ne vous mêlez pas de ça, je suis en train de mener la rébellion contre Summer ! Vous serez enfin vengés, elle va descendre de son trône et la terreur ne règnera plus à McKinley ! Mais pour ça, il faut frapper fort, il faut appuyer là où ça fait mal. »


    Elle essayait de se justifier devant eux car elle se doutait qu’ils n’apprécieraient pas ses méthodes malgré les différends qu’ils avaient avec Summer. Elle leur fit un sourire hésitant pour voir s’ils lui faisaient confiance ou pas… Elle faisait ça pour eux aussi, du moins elle le ressentait comme ça, elle voulait qu’ils n’aient plus à craindre les représailles de la brunette qui serait réduite à une simple Cherrio humiliée après une avalanche de divers matériaux sur ses précieux cheveux. Elle dégagea d’ailleurs un bras de son sac à dos afin que celui-ci ne soit accroché qu’à une de ses épaules. Elle le serra contre elle comme un soldat au milieu d’un champ de bataille serre son arme et chérit la dernière cartouche qu’elle contient. Elle jeta un regard par dessus son épaule. Comment se débrouillait Camelia ? Comment se comportait Kourtney ? Tout ça n’allait vraiment pas être simple…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Mer 23 Mar - 2:15

Mon regard était hautain et un air de supériorité était afficher sur mon visage, s’efforçant de le garder impassible aux commentaires de la futur ex-Reine. Mais n’étais pas Reine qui voulait et Summer avait une certaine expérience en la matière. Elle était bien plus garce que moi, bien plus froide et sa répartie était plus aiguisée, je commençais à douter légèrement de notre plan. Pas que je n’avais pas de ressources, mais elle semblait tellement au-dessus de tout. Elle semblait se fouttre un peu de l’avis générale des autres, tant que tous la craignais et la respectait, elle en avait pour son compte, mais il y avait bien des gens qui aurait aimé la voir disparaître. Mais comment? Elle avait tout pour elle, l’argent, la beauté, la popularité. Cependant, elle devait bien avoir un point faible quelque part. Un bobo sur lequel on pourrait appuyer et qui ferait mal. Qui lui ferait autant de mal qu’elle pouvait en faire aux autres. Ce qui faisait d’elle une fille populaire était l’importance que les autres lui accordaient. Si tout le monde commençais à l’ignorer, à lui répondre, si ses petits chiens de poches décidais de la délaisser, alors plus personne ne voudrait vraiment d’elle, et plus personne de la trouverait importante. Sauf que je commençais à croire que ce n’était pas à 3 que l’on réussirait ce massacre. Il faudrait quelque chose de bien plus gros, il faudrait que quelque chose de gros se produise, quelque chose qui ferait en sorte que les élèves de McKinley trouveraient que leur Reine était aller trop loin, qu’elle avait mal calculé la distance entre le piédestal et le sol et qu’elle s’y était blessée. Summer Davis était calculatrice, alors nous devions l’être aussi.

C’est pourquoi j’hésitais entre l’option A, qui était de détruire Summer, de l’insulter carrément devant tout ceux qui étaient présents, en sachant que la tâche serait extrêmement ardue, ou j’avais l’option B, qui était de me laisser détruire par Summer. Mais cette option était risquée, car il faudrait que l’acte soit tellement gratuit que ça provoque un soulèvement, même parmi les gentils. Cependant, l’acte ne pourrait être gratuit puisque j’avais directement provoquée Summer, alors je devais continuer sur le même chemin.

Elle avait détruit mes insulte, je détruirai les sienne. Je n’étais pas assez méchante pour occuper le trône ? Il pouvait être surprenant de voir comment la rancune pouvait être forte. Quelque chose dans mon regard changea. Je venais de Los Angeles bon sang! Je ne me laissais pas marcher sur les pieds par une pimbêche qui se croiyait tous permis! Je releva encore un peu le mentons et afficha un petit sourire aussi carnassier que le siens. Elle voulait jouer, elle allait jouer. J’étais capable moi aussi de devenir froide, elle ne me croyait pas assez garce? Eh bien elle allait voir de quoi j’étais capable.

J’avais à peine remarqué l’arrivé de Zack et Madison tellement elle m’avait mise en rogne. Ce fut le mouvement de Leah et son regard qui me signifiait que je pouvais y aller, que je pouvais enfin m’éclater et donner tout ce que j’avais qui me permirent de me lancer. C’est de ma voix la plus moqueuse, cinglante et dénuée de gentillesse que je me lançai :


- Oh, tu crois vraiment qu’on s’y est mis qu’à trois? Regarde un peu mieux et tu vas voir tous le lycée aimerait bien te voir dégringoler en beauté. Tu n’es rien Summer Davis, absolument rien. À part peut –être une paire de Jimmy Choo, un sac à main Louis Vuitton et une paire de lunette fumée Chloe. Une pâle imitation de personne importante qui on réellement su faire quelque chose de leurs dix doigts. Et qui plus est, tu n’as aucune personnalité. Tu ne fais que rabaisser les autres pour essayer de te remonter, mais sérieusement, tu n’as jamais rien accomplie de vraiment prodigieux, tu ne fais qu’utiliser la gloire des autres à ton avantage. Tu es incapable d’accomplir quelque chose qui te glorifierait vraiment, alors tu emplois la facilité…

Je crois que l’on peut appeler ça, ‘’ dire les 4 vérités’’, j’avais déblatérée le tout calmement, crument, et j’en avais presque le souffle court. Au diable l’option B, jamais je ne me laisserai détruire par une incapable. J’attendais maintenant des réactions, la tête bien haute.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Sam 26 Mar - 23:55

Summer Davis, garce invétérée qui avait réponse sur tout, un peu comme Kourtney d’ailleurs. Elle était forte certes, mais Kourtney l’était autant qu’elle. La seule différence ? Le manque d’expérience. Dans un monde ou le taux de chômage frôle les 30% chez les jeunes, c’est normal me direz vous, mais dans le cas de Kourtney, ce n’était pas l’employeur qui la refusait, mais elle-même. Elle savait qu’être reine demandait beaucoup de sacrifices. C’est vrai qu’on avait l’obéissance du Tiers-Etat, mais les moqueries des nobles et du clergé de tarderaient pas, et seule, la reine ne pourrait pas se défendre. On peut alors tout de suite faire allusion aux idées révolutionnaires que les 13 colonies américaines ont faites passées à la France lorsqu’elle fut gouvernée sous une monarchie absolue de droit divin. Une société d’ordre devait être mise en place, alors pourquoi ce plaindre ? Certains sont moches, d’autre sont beaux, c’est la nature, c’est comme ça. Summer ? Elle était un peu comme Charles 1er qui fut décapité lors de la Grande Rébellion.

Kourtney ne savait pas vraiment à quoi s’attendre avec Summer. Allait-elle l’attaquer ou bien ? Elles étaient sensées être amies, bien que tout le monde savait qu’elles n’étaient amies que pour être plus forte ensembles. Les choses se passaient comme prévu pour l’instant. La pigeonne nommée Léah avait donc gobée toute une histoire inventée par Kourtney et Camélia, sûrement trop occupée par les garçons, avait dut laisser passer le fait que Kourt aurait tuée pour la couronne de l’école, alors pour la donner à Camélia, il ne fallait pas rêver. Summer commença un long monologue, et notre Brésilienne préférée comprit qu’elle était cernée. Oui, ses deux acolytes étaient assez stupides, mais Summer ne l’était pas. Que faire, laisser paraître ou dire la vérité ?

« Je pense que le « Pire fille du lycée » on peut te l’attribuer non ? » dit Kourtney en lui faisait un sourire ironique digne des meilleurs actrices, peut être même méritant d’un oscar.

Kourtney ne voulait pas en rajouter pour l’instant, elle était bien trop sous les feus des projecteurs, bien plus qu’elle ne le voulait en tout cas. Léah affirma alors que Kourtney savait les « termes » de leur collaboration, et qu’elle était présente pour aider Camélia. Camélia ? Elle ne tuerait pas une fourmi atteinte de la mucoviscidose. Léah ajouta alors que personne n’aimait Summer, que personne ne lui tendrais la main pour l’aider en cas de problèmes… On était ou là ? Les feux de l’amour ? Qui s’en fou que les gens lui tendent la main ou pas ? Elle a le pouvoir, c’est ce qui a de mieux non ? Kourtney sentait une montée d’adrénaline. Elle était prête à dire toute la vérité, dire à quel point elle était petite, minable, ridicule, stupide a quel point la Brésilienne était supérieur. Des choses qu’elle ne pensait peut être pas, mais qu’elle devait faire croire. La différence entre le sembler et le paraître et infime, il fallait cependant réussir à faire croire.

Prête à se lancer et à tout détruire sur son passage, elle fut arrêtée net par l’arrivée d’un jeune homme qui demanda si tout allait bien et de … Madison Sullivan ! Cette cruche blonde était là, devant ses yeux ! Elle n’avait qu’une seule envie, lui sauter au cou, la frapper, lui arracher tout ses cheveux blonds inspirant une bonté (qui n’est pas). Kourtney voulu alors tout bonnement vomir. Elle se voyait déjà en train de demander un sac à l’une des ses chiennes qui la suivaient partout, mais elle se retint, le dégout, la répugnance pouvaient se surmonter, elle devait rester zen.

Kourtney vit alors Léah faire un geste des yeux à Camélia, elle comprit alors que c’était le signal déclencheur et que Camélia pouvait se lâcher. Kourtney appréhendait cette réplique, elle savait que le vocabulaire de Cam était assez limité étant donné qu’elle ne pouvait pas utiliser « beau gosse, mec, bien foutu, sexy, drague, chaud ». Comment allait-elle faire ? Sortir son dictionnaire évidemment.

Kourt savait que Camélia ne pouvait pas faire mieux qu’elle, elle ne pouvait pas faire mieux qu’un rat déjà mort (oui je me répète pardonnez moi) mais tout de même ! Pendant que Camélia parlait, Kourtney percevait la conversation entre cruche blonde 1, cruche blonde junior et le jeune homme. Mais c’était qui ce mec ? Kourtney avait déjà vu son visage, mais il était tellement simple qu’il ne l’avait pas interpellé. Les trois étaient en train de parler, la brésilienne essaya de comprendre quelques mots mais elle fut tout de suite sortie de sa concentration par Louis Vuitton, Jimmy Shooe, et Chloé. Mais attendez, Louis Vuitton ? Kourtney était la seule à en porter ici, comment Camélia pouvait elle dire alors que Summer et… NON ! Impossible, c’était vraiment une fille limitée. Jamais rien accomplie de prodigieux ? Elle était la reine du lycée, pour quelques heures encore du moins. Kourtney était indécise, devait elle passer à l’acte ou bien attendre ?

« Écoute-moi bien Summer. Tes commentaires représente toute l'imperfection humaine, la mort de la raison, l'impertinence, la faiblesse de l'esprit. Mon but est de te détruire, et entre nous, tu sais que je vais réussir à le faire. Pourquoi ? Parce que certaines personnes sont naturellement meilleures que d’autres. Tu sais combien j'adore être au centre de toutes les attentions, et sa me fais presque mal de te parler comme ça, mais autant d'attention... j'en veux pas venant de toi, donc évite de me citer dans tes répliques achetées sur eBay s’il te plait. »


Contente, oui elle l’était. Elle savait qu’elle était une adversaire de taille contre Summer. Que la guerre commence mes petits !

















Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Dim 27 Mar - 1:20

Avec le caractère de Summer, on pouvait affronter une armée de petites idiotes arrogantes et opportunistes. On était équipée pour conquérir le monde, ou au moins, un lycée de l'Ohio. Que les choses soient claires, pour devenir Reine d'un lycée, pour devenir dictateur, tyran, il ne fallait pas seulement savoir saisir toutes opportunités de dominer qui s'offrait à soi. Cela, Summer l'avait déjà fait, en s'emparant d'une main avide de la couronne arrachée à la petite tête blonde de Quinn Fabray. Mais cela ne faisait pas tout. Il faut aussi être capable de la garder, cette fichue couronne. Il faut être capable d'écarter d'une main de fer tout ceux qui seraient susceptibles, d'une façon ou d'une autre, de nuire à la nouvelle Reine. Il faut être capable de renoncer à tout ce qui est important, de près ou de loin. Cela aussi, Summer l'avait fait. Prenez Madison Sullivan, sa meilleure amie, avec qui elle avait tout partagé dès le début de leur amitié, et qui, pour avoir seulement souhaité ne plus être une peste, s'était vue devenir une paria, une looser, par la seule volonté de Queen S., qui n'avait pas hésité une seule seconde entre son titre et sa meilleure amie. Il fallait être capable d'attaquer sournoisement, cruellement, et parfois, violemment. Abandonnant la tradition du jeté de glace pilée, Summer avait envoyé quelques sportifs s'occuper de Zack Woodward, qui objectivement, ne lui avait rien fait, et il en était ressorti avec un visage bien abimé. Summer n'était pas seulement une Reine d'un minable lycée de Lima, Ohio. Elle était un monstre, et il était impossible de compter le nombre de fois où elle l'avait prouvé, tout comme il était impossible de vraiment savoir de quelle façon elle pouvait être la plus cruelle. La plus mauvaise. Et en fait, il était impossible de savoir où s’arrêtait son talent pour faire souffrir. Elle n'avait aucune limite. En tyran, elle excellait. En bourreau, elle se régalait, savourant avec délice la moindre larme qu'elle tirait de ses victimes. En la laissant prendre la couronne, les lycéens de McKinley ne s'étaient pas contentés de hisser une Cheerios au sommet de la hiérarchie, ils avaient permis à Summer de mettre réellement en avant son talent. Elle était née pour être mauvaise, ni plus, ni moins.

Pour les filles comme Camélia, ou plutôt, comme Kourtney, les choses étaient tout aussi simples, mais tellement moins plaisantes. Elles se contentaient bêtement de se battre pour obtenir quelque chose qui, au final, n'avait rien d'agréable. Comme se le disait très souvent Summer, être Reine, c'est bien joli, mais après tout, c'est si fragile, et si rapide. A peine deux ou trois ans dans une vie, si on s'y prend bien. Une fois le lycée terminé, Summer redeviendrait une gosse de riche comme les autres, avec de beaux vêtements, et une réputation de garce accomplie. Il en serait de même si Kourtney prenait sa place, et pour celle qui à son tour deviendrait Reine. Il fallait bien en profiter lorsqu'on le pouvait, mais être Reine, c'était juste un moyen de faire ce qu'on voulait, sans être inquiétée des répercussions. Car qui allait se plaindre, après s'être fait humilier à coup de slushy, après s'être fait violenté? Personne. Et donc, celles qui voulaient à tout prix avoir cette chance ne se rendaient pas vraiment compte de ce qu'être Reine signifiait vraiment. Summer le savait. Être Reine, c'est..
Être Reine, cela voulait dire être prête à être seule. A faire tout pour garder ce statut, quoi qu'il nous en coute. Être toujours au top, être la meilleure, ne jamais montrer le seul signe de faiblesse. Se laisser aller équivalait à s'entailler le doigt tout en se baignant dans un bassin de piranhas affamés. Être Reine, cela voulait dire devenir un monstre, comme Summer l'avait fait, et ne pas le regretter. C'est pourquoi le sourire de Summer, celui qu'elle arborait alors que la révolution était en marche, était pleinement satisfait. Elle jubilait intérieurement. Car elles avaient beau être trois, ou même dix, ou même tout le lycée, peu lui importait. Il n'y avait personne qui pouvait prendre sa place. Personne n'en avait la carrure, personne ne pourrait porter le poids de cette couronne. Summer Davis était Reine jusqu'au plus profond de son être, elle avait vendue son âme au Diable, pour ensuite le chevaucher et s'en faire une monture digne de sa personnalité. Et personne ne pouvait la désarçonner.

Visiblement, Summer avait vu juste. Kourtney avait soigneusement dissimulée à ses deux comparses ce qu'elle désirait réellement, et cela n'était certainement de voir Camélia poser ses fesses sur le trône. Venant de Camélia, qui avait toujours été plus préoccupée par les garçons que par la place de Reine de McKinley, cela n'avait rien d'étonnant, mais venant de Leah, c'était tout de même un peu surprenant. La blonde avait-elle oublié son cerveau sur sa table de chevet, en se levant ce matin, pour s'imaginer une seule seconde que Kourtney avait été sincère en approuvant ce plan débile? C'est pourquoi Summer haussa un sourcil clairement dubitatif en direction de Leah. Car si elle considérait Camélia comme n'importe quoi sauf une rivale sérieuse, elle savait que Kourtney l'était nettement plus. Elles auraient pu être amies, car elles se respectaient, reconnaissant le talent de l'autre. Mais Kourtney était prête à tuer père et mère pour avoir ne serait-ce qu'une parcelle de popularité en plus. Enfin, elle était prête à tuer père et mère, pour avoir accès à la dernière collection de ses créateurs préférés, alors était-ce vraiment une référence..
Le regard franchement moqueur, Summer hocha la tête comme si effectivement, Leah avait raison, mais tout dans son attitude démontrait clairement qu'elle n'y croyait pas un instant. Elle s’apprêtait à répondre lorsqu'une voix la coupa dans son élan, et deux personnes entrèrent subitement dans son champ de vision, ce qui la fit taire pour de bon. Zack et Madison, ses deux dernières victimes, venaient d'apparaitre.

Le jeune homme, ignorant les trois révoltées, s'adressa directement à elle, ce qui la fit se tourner à demi vers lui. Elle haussa légèrement les sourcils et décroisa ses bras, surprise et agacée. Surprise qu'il vienne s'assurer que tout allait bien, car même s'il avait été l'unique témoin d'un minuscule petit instant de faiblesse -vraiment minuscule- ils n'étaient pas du tout amis, et agacée parce qu'il trimballait avec lui Madison. La dernière personne que Summer avait envie de voir, surtout maintenant qu'elle avait réalisé que son ancienne meilleure amie lui manquait. Elle voulut répliquer, mais en fut épargnée par Leah qui se jeta littéralement sur les deux arrivants, pour les écarter. Summer les laissa s'éloigner, et son regard s'attarda sur Madison, qui aujourd'hui ne portait pas son uniforme de Cheerios. Un soupçon d'amertume traversa les prunelles glacées de la Reine, et ses yeux se plissèrent. Elle avait certes prévu qu'une rébellion se produirait. Elle n'avait pas prévu que Madison en serait témoin. Satisfaite néanmoins que son assurance et son arrogance n'aient pas été troublées par cette interruption, elle se focalisa à nouveau sur Camélia et Kourtney.

" Désolée les filles, je n'écoutais pas. " lança-t-elle distraitement, en secouant la tête avec un sourire innocent. " Allez-y, recommencez, cette fois j'écoute, promis! " ajouta-t-elle en tendant les mains pour les inciter à parler, imitant la super copine qui aurait été distraite par autre chose, mais qui serait vraiment interessée par ce qui aurait été dit. " Oh et puis non, je m'ennuie déjà. " soupira-t-elle en roulant des yeux, un air de lassitude s'installant sur son visage, et elle remonta les manches de sa veste de Cheerios, et consultant sa montre, elle poussa un nouveau soupir : " Je suis déçue. Je m'attendais à autre chose. Mais tout ce que je vois, c'est une blonde assez stupide pour avoir fait confiance à une fille qui m'arracherait la tête si elle pouvait avoir plus vite la couronne qui va avec, et une troisième qui doit sûrement se demander ce qu'elle fait là. " débita-t-elle en désignant successivement du doigt Leah, Kourt' et Camélia. " On se bouge les filles, je n'ai pas que ça à faire, et franchement, j'ai déjà vu des révoltes plus efficaces. "

Peu troublée par ce déferlement d'insultes et de reproches à son égard, Summer coula un regard vers Madison et Zack.

" Il va falloir faire mieux que ça, si tu veux la couronne Kourt'. " souffla-t-elle soudainement, et son regard se durcit. N'importe qui savait ce que cette froideur qui se dégageait d'elle voulait dire. Kourtney le savait, Camélia, Leah et Zack devaient l'avoir compris, et Madison avait du sentir la vague arriver. " Qu'est ce que vous croyez? Qu'en agitant stupidement vos petites mains devant moi, en rouspétant et en tapant du pieds, j'allais me laisser faire? Vous oubliez à qui vous parlez. Ce n'est pas avec un beau sourire que j'ai pu devenir Reine. C'est en écrasant les autres. Et ce ne sont pas avec vos petites méchancetés de gamines que vous parviendrez à quelque chose. Avant de seulement songer à retourner ta veste, Kourtney, tu as réfléchi à ce qu'être Reine voulait dire? Et toi Camélia, tu as pensé que si tu devenais Reine, il faudrait à des filles comme Kourtney une grosse matinée, grand maximum, pour te massacrer. Vous n'avez pas le talent pour porter la couronne. Après tout, vous n'êtes que de piètres humaines. " estima-t-elle en haussant les épaules, et elle s'écarta des deux brunes, pour avancer vers Leah, qui se tenait toujours quelques mètres plus loin. " Tu aurais du mieux briefer tes acolytes, blondinette. Elles ne valent rien. " lui lança-t-elle en arrivant à sa hauteur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Mar 29 Mar - 18:18

Pourquoi ? Pourquoi il fallait que cette merveilleuse journée soit gâchée ? Tout avait bien commencé pour Madison, elle était heureuse et le sourire qu’elle avait sur les lèvres ne pouvait pas s’effacer … sauf si … bien sur elle croisait le regard de Mlle Davis. Mais au fond d’elle, elle se disait que personne ne pourrait gâcher son bonheur. Elle le méritait, elle avait vécu les pires moments de sa vie, ses derniers temps, elle avait le droit d’être heureuse ! D’ailleurs, marchant fièrement dans le couloir, sans son uniforme des Cheerios, Mady tomba sur la personne qu’elle avait envie de voir à ce moment là ! Zack, ils étaient restés proches même si un passage les a séparés durant un lapse de temps. Chacun faisait sa vie, et pourtant Madison ne pouvait s’empêcher de prendre des nouvelles de celui qui lui a fait découvrir la musique. Alors qu’elle lui sautait littéralement dessus, elle lui demanda s’il allait bien. Sa réponse était tellement évasive, et dénuer d’émotion que la jolie blonde compris que pour le jeune homme, le moral n’était pas au beau fixe. Mais elle n’eut pas vraiment le temps de lui demander le pourquoi du comment ; que quelque chose attira l’attention de la jeune femme.

Summer Davis, voilà ce qu’elle redoutait depuis le début de la journée. Pourquoi fallait-il que cette fille soit toujours sur son chemin ? Madison dépérissait, et surtout perdait son sourire face à cette garce. Il était clair qu’elle aurait bien achevé cette soi-disant « reine » quand elle en avait l’occasion. A coup de fer à lisser ou encore de brosse à cheveux, Madison espérait qu’elle tombe bien bas, autant qu’elle. Mais pour détruire Summer, il fallait la jouer finement, rien ne pouvait nuire à sa réputation puisque de toute façon elle s’en moquait d’être traité de « peste – garce » ou encore de « fille prétentieuse». Ce qui pouvait ruiner Summer, c’était tout simplement … lui briser son cœur de pierre ! Madison n’avait toujours pas digérer le chantage que celle-ci lui avait fait !

Avant même qu’elle n’ait pu retenir Zack, celui-ci s’approcha et s’immisça dans la conversation. « Non, ne t’en mêle pas… » Trop tard, le garçon avait déjà parlé. Madison se sentait mal à l’aise. Elle ne voulait pas être mêlée à cette révolution, non ! Alors que la jolie blonde cherchait une échappatoire, Leah s’approcha. Puis elle s’expliqua, Mady commençait à paniquer. Mais dans quoi c’étaient-elles lancer ? Elles n’avaient pas compris que Summer n’avait pas de limite ! Madison et Zack en avaient payé les frais, elles étaient stupides de croire qu’elles y arriveraient ! Alors sans hausser la voix, elle ne voulait pas que Summer l’entende, elle parla à Leah :

« Leah, mais tu te rends compte dans quel pétrin vous vous êtes mise ? Enfin je parle de Camélia et toi, je me moque de ce qui pourrait arriver à Kourtney, mais elle va ruiner votre vie ! Vous n’avez pas eu assez l’exemple avec Zack et moi ? »

Madison reprit ses esprits, bizarrement à chaque fois qu’elle parlait de Summer, elle s’emballait et ne pouvait s’empêcher d’hausser la voix. Mais en écoutant d’un peu plus prêt la conversation qu’entretenaient les filles derrières elle, la jolie blonde désespérait… « C’est trop tard » se dit-elle.

Et le pire arriva. Summer s’apprêtait à partir, mais Madison la connaissait par cœur, elle ne pouvait s’arrêter là ! Elle ne pouvait partir sans remettre en place chacune des filles qui avaient tenté de lui nuire, sans les blesser au plus profond… même si seule Kourtney sera faire face à ce genre de réflexion. Madison savait que Leah et Camelia n’était pas indemniser contre le venin de Summer. La jolie blonde n’était pas insensible à cette scène, elle détestait Summer pour ce qu’elle lui avait fait, et aujourd’hui encore elle en souffrait horriblement. C’était son combat à elle, ses filles ne devaient pas finir dans le même état qu’elle. Alors même si elle se sentait fébrile, même si son cœur battait de peur, Madison prit la parole.

« Oui, être la reine du lycée implique aussi de faire souffrir ceux qu’on aime, les trahir sans avoir de remord. N’est ce pas Summer ? Oui, trahir quelqu’un que l’on considère comme sa meilleure amie par exemple, joué avec les sentiments des autres quittent à les envoyer six pieds sous terre. Être reine, implique d’oublier le sentiment d’aimer, et d’apprendre à jouer un rôle. »


Madison avait les larmes qui lui montaient aux yeux. Elle n’avait encore jamais parlé à qui que se soit ce qu’elle avait vécu durant cet affrontement avec Summer, ce fameux jour où elle a découvert le visage de celle qu’elle considérait comme sa meilleure « amie ». Elle regarda Summer dans les yeux, puis regarda Kourtney :

« Tu joue déjà avec les autres Kourtney … tu aime la popularité, alors vas-y deviens Reine, et je serais ravie de te revoir dans 3 ans, à la sortie du lycée quand tu seras seule à fêter ton diplôme ! »

Sur ses paroles, Madison tourna les talons, et ajouta avant de partir :

« Allez-y faite votre guerre de popularité, cela ne m’intéresse plus ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Mer 30 Mar - 19:46

Tension dans l'air ? Ce n'était qu'un euphémisme. Et franchement, la dernière chose dont Zack avait besoin, c'était de se mêler encore une fois d'histoires de popularité. Mais cela avait été beaucoup plus fort que lui, dès que Madison avait mentionné la scène, il s'était aussitôt précipité pour voir si Summer allait bien. Réflexe on ne peut plus stupide d'ailleurs, ils ne s'étaient véritablement adressés la parole qu'une seule et unique fois et ils étaient chacun repartis de leurs côtés. Et bien que la jeune fille prétende ne pas avoir besoin d'aide, le Texan lui ne croyait pas du tout en ses mensonges. Comment était-elle censée se défendre si même celle qui était censé être son bras droit, Kourtney quelque chose, retournait sa veste contre elle ? Est-ce qu'il était en train de dire qu'il allait la défendre ? Zack n'en savait absolument rien, peut être qu'Oxanna avait raison dans le fond et qu'il avait un énorme complexe de superman … En revanche il savait ceci, trois contre une ce n'était absolument pas juste et ensuite, même Summer Davis ne méritait pas de recevoir le genre de mauvais traitements qu'elle se chargeait d'infliger. Ce n'était pas du tout la bonne solution.

Et Summer semblait être agacée par sa présence, en même temps, il ne s'attendait pas à ce qu'elle se jette sur lui, un grand sourire en lèvres, en disant qu'il lui avait manqué. (Rien que d'y penser, le jeune homme trouvait ça bizarre). Cependant, il n'eut pas le temps d'ajouter quelque chose car déjà, Leah, un léger sourire aux lèvres, l'entraînait, avec Madison, au loin. Zack connaissait ce genre de sourire et cela ne signifiait qu'une seule chose : Leah avait un plan derrière la tête. Pas un si bon plan que ça d'après Zack car il fallait vraiment qu'elle soit désespérée pour faire équipe avec Kourtney, le genre de fille qui ne manquerait pas de la poignarder dans le dos à la première occasion. Et ses pires craintes furent confirmées face au discours que tenait Leah. Il avait l'impression d'avoir une autre personne en face de lui, où était donc passée la blonde souriante qui tenait tête aux autres cheerios avec lui et celle qui avait en permanence un sourire aux lèvres et qui était toujours prête à danser ? Leah n'était du genre à se venger, il le savait … Ou du moins il croyait le savoir … Et heureusement, Madison semblait être de l'avis de Zack.

"Leah je suis d'accord avec Mad' en plus excuse moi mais ton plan a vraiment l'air foireux … Kourtney sérieusement ? Tu penses qu'elle te laissera partir tranquillement et continuer ton petit bout de chemin … Je sais quand même deux ou trois choses sur ce lycée, et qui a dressé Kourtney ? Summer, ne l'oublie pas."

Et si Leah ne renonçait pas eh bien … Tant pis pour elle. Déjà, le jeune homme savait qu'il en faudrait beaucoup pour faire craquer Summer et que si elles échouaient il y allait avoir de lourdes conséquences. Pour tout le monde. Alors … est-ce que cela en valait vraiment la peine ? Certes, il en avait plus qu'assez des slushy mais dans quelques mois, il ne serait même plus ici alors ...

Et Summer ne semblait nullement être intimidée par leur attitude, au contraire, elle s'avança vers eux, remettant Leah à sa place. Zack avait eu raison sur ce coup-là, il en fallait plus que cela pour déstabiliser Summer Davis. Peut être que Madison le pouvait ? Il se tourna vers elle alors qu'elle s'adressa à son ancienne meilleure amie. Summer avait admis, certes sous l'effet de la colère, que Madison lui manquait … est-ce qu'elle allait faire un effort aujourd'hui, ou bien est-ce qu'elle allait encore laisser la blonde partir … Ou plutôt est-ce qu'elle allait encore repousser la blonde ? Pas si Zack pouvait l'empêcher. Et il ne fallait vraiment pas que Madison parte. Il retint Madison par le bras, son regard dans celui de la jeune fille.

"Ne pars pas. Tu pourrais vraiment le regretter … Et puis je crois qu'il y a quelqu'un qui a encore besoin de toi."

Ceci étant dit, ne lâchant toujours pas Madison, il se tourna vers les quatre autres jeunes filles.

"Vous voulez que je vous dise ? Vous êtes vraiment pathétiques. Leah … Regarde à quoi tu en es réduit, c'est pas toi ça. Camélia, je ne te connais pas vraiment, mais quelque chose me dit que tu vaux mieux que ça et Kourtney … J'ai tellement d'insultes qui me viennent dans la tête en pensant à toi, mais on va faire court et épargner les oreilles de tout le monde." Il poussa un soupir avant d'ajouter. "Vous feriez mieux d'écouter Madison et de laisser tomber … Etre reine ce n'est pas juste se contenter d'être la plus belle et d'hocher la tête … Et ça, Summer l'a bien compris, et c'est aussi pour cette même raison que vous n'arriverez jamais à la détrôner."

Zack finit enfin par lâcher Madison et il vient se placer juste entre Leah et Summer.

"Et en plus, si vous essayez, vous allez d'abord devoir me passer dessus. Quitte à avoir une garce au pouvoir, autant que ce soit une vraie garce qui sait ce qu'elle fait." Il tourna légèrement la tête vers Summer. "Et non je ne m'excuserai pas pour l'insulte, on sait tous que c'est la vérité."

Et il tourna ensuite la tête vers Madison. Est-ce qu'elle allait le suivre sur ce coup-là ou pas ? Telle était la question.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Jeu 7 Avr - 14:56

Tandis que Leah s’était élancée pour éloigner les deux nouveaux venus de quelques pas, Camelia essayait de prendre la tête de la rébellion en assénant un discours offensif à la Reine du lycée. Leah entendit par bribes l’intervention de celle qu’elle voulait placer sur le trône de McKinley. Elle s’en sortait pas mal, d’après ce qu’elle entendait, mais elle ne pouvait pas voir le visage de Summer pour savoir si ça l’atteignait ou pas. La Queen avait la peau dure, il en faudrait probablement plus pour la déstabiliser. C’était pour cela que la blondinette avait prévu les munitions. Puis, elle perçut la voix de Kourtney. Leah soupira intérieurement alors qu’elle parlait avec Zack et Madison. Elle ne pouvait vraiment pas la supporter celle-là et s’il fallait l’évincer dès que Summer serait tombée de son piédestal, Leah n’hésiterait pas à la tacler littéralement. Oui, oui, littéralement ! Elle plongerait, pied en avant en visant sa cheville et la ferait chuter face contre terre à cette Brésichienne !

Et Summer contre-attaqua. Elle fit mine de ne pas les avoir écoutées, traita Leah de blonde écervelée pour avoir fait confiance à Kourtney… Mais elle ne lui faisait pas confiance justement ! Rrrrah décidément, tout allait de pire en pire. Et pendant qu’elle repartait dans un long monologue pour accabler les trois assaillantes, Zack et Maddison prenaient aussi la parole. Leah se concentra sur ce qu’ils disaient en laissant Camelia se débrouiller avec les attaques verbales de la Reine, pour l’instant du moins. Maddison s’inquiétait de ce qui pouvait arriver à Leah et Camelia si leur plan échouait. La blonde y avait pensé aussi bien sur, mais elle ne se sentait pas attaquable par Miss Davis. Pourquoi ? Elle se croyait intouchable, imperturbable ? Non pas du tout. Mais malgré son entrée dans la chorale, Leah n’avait pas subi tant de représailles que ça. Elle était aimée par beaucoup de monde, tant des personnes populaires qu’impopulaires et elle n’imaginait pas se retrouver reléguée au banc de la société. Elle posa la main sur l’épaule de Maddi et la rassura :

    « Je ne la laisserai pas faire, je ne m’inquiète pas pour moi. Puis, de toutes façons, nous allons réussir. Nous allons la faire descendre de son trône définitivement. »


Zack appuya les paroles de son amie en affichant qu’il était d’accord avec elle et qu’en plus, il trouvait ce plan foireux. Il lui reprocha d’avoir enrôlée Kourtney qui n’était autre qu’une mini Summer avec le serre-tête assorti à la jupe écossaise en plus. Leah serra les poings, combien de fois allait-on lui reprocher ce choix alors qu’il n’était pas le sien ? Elle nota mentalement de passer une bonne gueulante à Camelia pour avoir invité cette insupportable pom-pom girl à leur tentative de putsch ! Elle grogna et répondit en essayant de baisser suffisamment la voix pour que Summer ne l’entende pas :

    « Mais c’est pas moi qui ait ramené, Kourtney ! C’est une idée de Camelia, elle ne m’en a même pas parlé ! »


C’est alors que Maddison s’élança vers Summer et interrompit toute discussion en cours pour s’adresser à la Reine. Elle lâcha tout ce qu’elle avait sur le cœur et Leah sentit le sien se serrer. Elle n’imaginait pas ce que cela pouvait faire de se faire trahir par sa meilleure amie. Si Berverly ou Ryder lui faisait autant de mal que Summer en avait fait à Mad, elle ne s’en remettrait certainement jamais. Son sang ne fit qu’un tour, elle ne pouvait pas renoncer. Elle devait faire subir l’humiliation prévue à Summer. Quoique ça lui en coûte par la suite, quoiqu’en penseront des gens comme Zack qu’elle appréciait beaucoup. Il fallait que Summer paye pour tout le mal qu’elle faisait. Madison s’apprêtait à partir après avoir attaqué Kourtney. Mais Zack la retint, il disait que quelqu’un aurait besoin d’elle. Il parlait de qui ? De Summer ? Puis il se mit à attaquer les meneuses de la rébellion. Il dit à Leah qu’elle était pathétique et que ça ne lui ressemblait pas. La blonde n’en croyait pas ses oreilles ! Il défendait Summer après tout ce qu’elle lui avait fait ! Il disait qu’elles n’arriveraient pas à la détrôner, que Summer avait compris le sens du terme « Reine du lycée »… Ah bon ? Leah ne comprenait vraiment pas ce qui se passait dans la tête de Zack. Elle serra la mâchoire et s’écria en commençant à ouvrir son sac plein de munitions :

    « Mais Zack, c’est quoi ces conneries ? Tu la défends maintenant ? Après tout ce qu’elle vous a fait ? Tu nous fait un remix du syndrome de Stockholm ou quoi ? »


Mais il n’avait pas l’air de vouloir renoncer, il se plaça même entre Summer et Leah, tel un bouclier humain. Oh, non, Zack… Ne fais pas ça, tu vas le regretter… Car Leah ne souhaitait pas renoncer non plus. Même si elle n’arrivait pas à détrôner Summer, elle lui tiendrait tête et elle lui ferait vivre l’humiliation qu’elle méritait. Avec tout ce qu’elle avait balancé sur les pauvres lycéens de McKinley, elle méritait des projectiles à sa hauteur. Non ce ne serait pas de simples Slushies. Cette gourde méritait mieux, bien mieux. Leah adressa un dernier avertissement à Zack en plongeant sa main dans son sac ouvert :

    « Zack, je t’en prie, pousse-toi de là. Je ne sais pas ce qui te fait abandonner l’idée que les garces pourraient ne pas régner sur le lycée mais je n’ai pas envie de te mêler à ça. »


Il ne semblait pas vouloir bouger, aussi décida-t-elle de passer à l’action. Elle sortit un sac de farine qu’elle lança à Kourtney. Maintenant qu’elle était là, il fallait utiliser sa présence à son avantage. Un bouteille de lait légèrement caillé émergea à son tour du sac de Leah, elle l’envoya direct dans les mains de Camelia et lui lança :

    « Vas-y, Cam. Kourt’, c’est le moment de te rendre utile. »


Tandis que le lait malodorant atterrissait dans les cheveux de Summer et que la farine venait s’y coller, Zack serait certainement assez déconcentré pour en oublier de surveiller Leah. Elle en profita donc pour contourner le jeune homme et sortir le dernier atout de son sac. Elle renversa la boîte d’œufs violemment sur la tête de la Reine du lycée. Pas assez fort pour la blesser mais suffisamment pour que la plupart des œufs se brisent et se répandent sur sa chevelure parfaite. La réplique qui sortit de la bouche de Leah quand elle vit le résultat n’était pas préméditée. Elle s’exclama :

    « Il manque plus que les petits lardons et t’es une vraie quiche ma pauvre Summer. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Jeu 14 Avr - 15:24

* Et oui les filles, on ne devient pas Reine juste par la force des choses. Il faut se battre pour avoir cette place. * songeait Summer, absolument pas troublée par cette tentative pitoyable de rébellion. Il ne fallait pas se tromper, il y avait la Reine de popularité, aimée de tous, gentille, douce et souvent dotée d'un certain humour, mignonne et qui n'avait que des amis. Et il y avait l'autre Reine.. le coté obscur de la force, pour plagier les geeks accro à Star Wars. Celle qui dit tout haut ce que tout le monde pense, celle qui ose faire ce que personne ne fait, celle qui est crainte, celle que tout le monde déteste. Summer avait choisi délibérément d'être cette Reine, car elle était sûre d'une chose. Etre populaire, c'est bien beau. Etre gentille, aimable avec tout le monde, c'est bien beau. Mais il y avait toujours un moment dans la vie d'une personne où quelqu'un de plus fort, de plus cruel, bref, quelqu'un qui laissait parler son côté obscur, en somme, qui détruisait tout sur son passage, et qui finissait par anéantir la gentille petite Reine, celle qui était tant populaire. Et Summer ne voulait pas qu'on lui marche sur les pieds. Elle voulait être celle qui détruit, quitte à perdre ses amis, quitte à être seule..
Enfin non, ce n'était plus tout à fait exact. Certes, elle avait choisi de repousser tout ceux et celles qui pouvaient lui nuire, et mettre à mal son règne de tyran. Elle n'avait jamais regretté ce choix, ne s'entourant que de personnes qui, comme elle, aimaient s'en prendre aux autres, que ce soient des choristes, des geeks, des gothiques ou simplement des gens plus faibles. Summer ne regrettait jamais rien. Comment aurait-elle pu, puisqu'elle savait que chaque décisions qu'elle prendrait entraineraient des conséquences qu'elle avait elle-même voulu. Tout était calculé avec précision. Ce qu'elle n'aurait jamais pu prévoir, par contre, c'était qu'en chassant Madison de son cercle d'intimes, elle pourrait le regretter. Car oui, Summer l'avait regretté. Madison lui manquait, et après avoir fait de sa vie un enfer, après avoir monté contre elle tous les élèves populaires, après lui avoir fait goûté les délices d'une douche au slushy, bref, après avoir tout fait pour se faire haîr de son ancienne meilleure amie.. elle avait fini par comprendre une chose : elle aimait Madison. Et elle lui manquait atrocement.

Elle l'avait depuis soigneusement évité, tout comme elle avait évité Zack, puisque c'est lui qui lui avait fait comprendre ce qu'elle ressentait. La revoir aujourd'hui, alors que de bourreau elle était passée à victime, Summer aurait pu en être troublée et déstabilisée. Mais en fait, elle était surtout agaçée, car elle ne voulait pas se retrouver en face de Madison, aussi, après un regard brillant d'amertume et de regret, l'avait-elle soigneusement ignoré. Et celle qui devait maintenant affronter la première tentative de renversement de la monarchie, j'ai nommé Summer Davis, Queen S., l'avait fait brillamment, et sans sourciller. Elle s'apprêtait à quitter les lieux, mais Madison et Zack semblaient préocupés par la décision qu'avait prise Leah de s'en prendre à elle. Et bien, ils avaient plus ou moins raison. Summer se vengerait, c'était certain. Pas tout de suite, car elle s'en prendrait dabord à Kourtney, mais elle prévoyait déjà de faire regretter à Leah ce geste d'une infinie bêtise.

Alors qu'elle fixait celle-ci d'un regard hautain, Madison finit par s'adresser à elle, et Summer en oublia tout le reste. Camélia, Leah, Kourtney.. oubliées! Plongeant dans le regard de son ancienne meilleure amie, elle se prit en pleine figure le ressentiment de celle-ci, qui ne lui avait plus parlé depuis des semaines. Oui, Madison avait raison, elle avait bien compris qui était Summer, qui ne détourna pas les yeux, ne bougea pas d'un centimètre, affichant son masque de Reine, son visage impénétrable, beau et froid, terrible. Seuls des yeux attentifs verraient ce qu'elle laissa filtrer lorsque Madison finit par se détourner. Sa gorge se contracta légèrement, signe qu'elle essayait de déglutir, mais qu'elle n'y parvenait qu'à grand mal, comme si elle tentait de faire passer un cachet au gout amer. C'est tout ce qui montrait à quel point elle avait envie de se faire pardonner, et si son regard bleu ne flancha pas, si rien dans son attitude ne démontra un quelconque changement, intérieurement, elle bouillait, elle hurlait, et elle se jura de se défouler d'une façon ou d'une autre. Habituée à garder le contrôle sur sa personne en toute circonstance, elle resta silencieuse, et voyant Madison qui tournait les talons, elle se détourna à demi elle aussi. Qu'aurait-elle pu dire, de toutes manières? Il n'y avait plus grand chose à faire.

Zack prit les devants, et retint Madison, lui soufflant qu'il y avait peut-être quelqu'un qui avait besoin d'elle. Summer le foudroya du regard.. l'espace d'une demi seconde, et le traita silencieusement d'idiot. Elle n'était cependant pas au bout de ses surprises. Zack Woodward, héros au grand coeur, défenseur de ce qui doit être défendu -et parfois même ce qui ne devait pas forcément l'être- se lança dans un grand discours, visant à faire comprendre aux trois petites rebelles à quel point elles se fourvoyaient. Puis, et ce fut le choc pour tous, il vint se placer devant Summer, celle qui pourtant, lui avait envoyé un groupe de sportifs pour lui refaire le portrait, celle qui était le plus souvent à l'origine de tout ce qui allait de travers dans la vie du jeune homme. Il la protégeait! Summer ne put dissimuler sa surprise. Vraiment? Il la protegeait? Mais pourquoi? Etait-il devenu fou? Summer se demanda vaguement si en le tabassant, les footballeurs n'auraient pas tapés un peu trop fort.. puis elle ne put retenir un sourire franchement amusé, lorsque Zack la traita de garce, clamant au passage qu'il préférait la voir elle sur le trône de McKinley. Absolument pas vexée, elle hocha la tête, lui accordant cela, et son sourire toujours aux lèvres, elle retint un rire. Sacré Zack..

Mais même Zack ne pouvait être partout, et dans un mouvement vif, les trois acolytes passèrent enfin à l'attaque -oui parce que l'insulter à tour de bras, ce n'était pas à proprement parler une attaque. Summer ne vit pas bien ce qui se passait, mais avant même qu'elle ne puisse se retourner, un liquide vint se deverser sur ses cheveux, dans son dos et sur ses épaules. Une odeur épouvantable la prit à la gorge, et elle fut un moment aveuglée par.. du lait? Elle sursauta, et se faisant, avala un peu de lait directement par le nez. S'étouffant à moitié, le lait devint soudain très poisseux, et elle fut enveloppé d'un nuage blanc qui au moins, eu le mérite de se mélanger au lait, qui lui avait coulé jusqu'en bas du dos, mais n'alla pas plus bas. Dans le noir total, quelque chose de dur alla s'écraser contre sa tête, et à nouveau, une substance collante lui dégoulina sur les joues. Toussant encore à cause du lait qu'elle avait respirer sans le vouloir, elle reussit à s'essuyer les yeux avec les manches de sa veste de cheerleader, de toutes façons complètement salie, et elle rencontra l'air victorieux de Leah, et derrière elle, Camélia et Kourtney en rajoutait une couche. Abasourdie, elle ne put esquisser le moindre geste, et recracha un peu de lait et de farine qui lui coulait dans la bouche. Leah lacha alors la phrase qui tue, et Summer comprit : à son tour d'être souillée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Ven 15 Avr - 23:17

La journée était indéniablement gâchée, et pourtant elle avait si bien commencé pour la Cheerio. Comment expliquer l’état dans lequel elle était à ce moment précis. Elle revenait deux mois en arrière, dans ce fameux vestiaire où elle a comprit, ou elle a ouvert les yeux sur la vrai personnalité de Summer. Ce fameux jour, où cette cruelle vipère avait joué avec son cœur fragile, lui laissant croire qu’elle tenait à elle pour la laisser tomber comme une vielle chaussettes deux minutes plus tard. Oui, ce fameux jour, où Madison avait quitté le vestiaire la tête haute, et pourtant c’était réfugier dans un coin isolé du lycée pour pleurer toutes les larmes de son corps. Tout s’était écrouler autour d’elle, ce monde idéal où les gens populaires sont aimés, adulés … et pourtant ils ne sont rien une fois exilés ! La jolie blonde avait les larmes aux yeux, elle avait tenté de reconstruire sa vie sur des bases seines, avec de véritables amis. Pas de ceux qui jouent de votre popularité ou de votre cul ! Non, ceux qui pensent à vous lorsque vous êtes malade, ou juste triste. Elle avait beau regarder Summer dans les yeux, elle n’éprouvait que de la haine… mais finalement, elle devait lui dire merci. Merci de lui avoir ouvert les yeux sur la cruauté qui émanait d’elle ! Aujourd’hui Madison pouvait se considérer libre.

La jolie blonde s’apprêtait à partir, elle ne voulait pas être mêlée à cette mascarade. Madison avait assez subit les missiles de Summer, elle n’avait plus la tête à recevoir de nouveau des insultes, ou Slushie de la part de ses toutous qu’elle a envoyé. Alors elle tourna les talons, mais elle sentie une main la retenir. Lorsqu’elle retourna la tête, elle vit Zack l’empêcher de partir. « Mais a quoi joue t-il ? » se demanda t’elle. Lui non plus, elle ne le comprenait pas… il avait changé ses derniers temps, il semblait distant. Madison se disait que c’était mieux ainsi, elle ne voulait pas de créer de problème dans la vie de Zack, elle en avait déjà fait assez…surtout vis-à-vis d’Oxanna. Mais delà à se mettre du coté de Summer ? Il devenait dingue, Madison resta bouche bée devant sa réaction. Tellement immobile qu’elle ne put réagir devant l’action qui se déroulait sous ses yeux. Une odeur de lait caillé, puis un nuage blanc vint obstruer la vue de Madison. Elle fit un mouvement devant son visage, comme pour éloigner de la fumée, mais cela ne servit à pas à grand-chose. Elle toussa à cause de la farine qui venait lui piquer le nez. Puis un petit bruit, des petites cassures, et Madison découvrit Summer recouvert de se mélange lait-farine-œuf. Elle avait de la peine pour elle, elle ne pouvait pas s’en empêcher. Et le rire de Leah, Camélia et Kourtney la troubla encore plus. Mady savait ce que cela faisait d’être humilié en publique, un Slushie c’est déjà humiliant, mais ce mélange répugnant et odorant l’était encore plus !

Madison fit un geste qu’elle n’avait pas fait depuis des mois, et qui devait en surprendre plus d’un. Elle saisit la main de Summer et ajouta :

« Ne prend pas cela pour un geste d’amitié, j’ai juste un cœur la chose que tu n’as pas. Je ne peux laisser quelqu’un dans cet état, même toi après tout ce que tu m’as fait. »

Sa main dans celle de Summer, elle l’attira vers elle, sans bien sur forcer … Elle ne voulait pas que celle-ci vienne se coller à elle dans cet attirail dégoutant. Puis traversant la foule, et surtout quittant les trois Cheerios hébétées devant ce geste, elle conduit Summer dans les toilettes pour fille. Pas un mot ne sortit de sa bouche, et ne s’attendait pas à recevoir un merci de la part de Summer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Mer 20 Avr - 16:50

Face à l'étonnement de Leah à cause de sa décision, Zack ne put que sourire. Vraiment … Qu'est-ce qu'il faisait-là ? La logique aurait voulu qu'il se range du côté de Leah et décide qu'il était grand temps que Summer Davis et son régime de superficialité qu'il haïssait temps soit remplacé par quelque chose de plus sain; ou encore mieux, qu'il continue et qu'il passe son chemin, ignorant totalement cette petite guerre de popularité qui n'avait absolument aucune importance dans son monde. Mais voilà, le jeune homme ne pouvait pas être logique, surtout pas quand il arrivait à voir les failles de ce système qui se voulait parfait. Pas quand il savait que quelqu'un comme Madison avait perdu tout ce qu'elle avait tout ça parce qu'elle avait décidé d'arrêter de se taire, pas quand il savait pertinemment que quelque chose ne tournait pas rond chez la reine en personne et qu'elle avait besoin d'aide. Alors oui, c'était peut être tordu comme raisonnement, ce n'était certainement pas une bonne idée de se mettre en travers du chemin de Leah, mais tant pis. Zack était là, et il n'avait pas l'intention de bouger avant un moment. Cela ne fit pas faiblir la motivation de Leah, au contraire. Et alors que le jeune homme s'était tourné pour appeler Madison du regard, Leah en profita pour s'en prendre à Summer. D'une façon très, très originale. Au diable les slushys, la reine avait le droit a un traitement spécial : lait caillé, farine et oeuf. La brune avait l'air … d'une quiche. C'était ça le mot exact, et oui, c'était vraiment ironique. Mais également très bas et très lâche.

Zack resta quelques secondes à regarder Summer, sans trop savoir quoi faire. Heureusement, Madison prit les devants, entraînant la reine, car oui techniquement Summer l'était toujours, et tira Summer loin de tous les regards, très certainement vers les toilettes pour filles les plus proches. Zack poussa un soupir en les regardant partir, oui, il fallait vite effacer toutes traces de l'incident, sinon, les gens allaient se mettre à parler. Et comme d'habitude, il se retrouvait au milieu de tout ça … Avec la poisse qu'il avait, Gossip Glee risquait bien de faire un article là-dessus. Peut importe, il fallait qu'il se concentre sur le présent. Et le présent c'était Leah, qui venait vraiment d'étonner Zack. Okay, il savait qu'elle ne se laissait pas marcher sur les pieds, elle le lui avait d'ailleurs amplement prouvé en l'aidant à maintes reprises cependant il y avait une énorme différence entre s'en prendre verbalement à quelqu'un et faire ça.

"Summer est peut être une quiche mais elle au moins, elle est honnête avec elle-même, elle sait ce qu'elle sait. Tu joues à quoi Leah ? Tu penses vraiment que Summer va laisser tomber ? Qu'une fois Summer partit les choses deviendront enfin normales dans le lycée ? Mais réveille toi ! Ça ne se passe pas comme ça ici."

Que ce soit Summer ou quelqu'un d'autre, les choses seraient toujours pareilles. Les choristes seraient considérés comme des loosers, les footballeurs et les cheerios comme des dieux et les uns se chargeraient de persécuter les autres, point. C'était la tradition, une espèce de loi sacrée qui perpétuait depuis des générations. Zack ne voyait même pas pourquoi certains essayaient de briser ce cercle vicieux, ils n'avaient que trois voir quatre ans à subir ce régime là et après ils pouvaient ranger leurs affreux souvenirs du lycée dans un placard. En attendant … Il valait mieux se trouver quelques amis, s'éclater un maximum tout en faisant profil bas. C'était le seul moyen de ne pas se faire bouffer par les lions. Et encore … Certaines n'hésitaient pas à retourner leur veste d'un coup, le regard du jeune homme se porta sur Kourtney avant de pousser un soupir et de décider qu'il en avait assez de toutes ces histoires. Se tournant donc une dernière fois vers Leah, il ajouta :

"Il y a d'autres moyens pour changer les choses … Je croyais que tu avais rejoins la chorale pour ça."

Il les laissa donc avec la ferme intention d'attendre Summer et Madison, histoire d'avoir une vraie conversation cette fois-ci. Et puis, une toute partie de lui espérait qu'elles puissent recoller les morceaux entre elles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Dim 8 Mai - 17:54

Leah avait enfin réalisé ce que des dizaines, voir des centaines de lycéens de McKinley rêvaient de faire. Elle venait de transformer la reine du lycée en un amas de substances diverses et odorantes, elle venait tout simplement de la mettre au même rang que ses propres victimes. La reine était humiliée, elle suffoquait sous les projectiles qui empestaient. Ce détail fit faiblir quelque peu la détermination de Leah mais il était déjà trop tard. Voir Summer tousser et cracher du lait caillé mélangé à de la farine était assez pitoyable et un court sentiment de culpabilité l’envahit. Mais elle le chassa de son esprit, après tout ce cirque, ce n’était pas le moment de flancher. Elle devait terminer ce qu’elle avait commencé, elle jeta un œil à ses deux acolytes qui ricanaient, fières d’elle. Et elle rafficha aussitôt cette assurance sur son visage. Quelques lycéens passant par là regardaient la scène bouches bées. Etait-ce vraiment arrivé ? La reine avaot-elle vraiment été humiliée ainsi ? Et d’ailleurs, c’était vraiment Miss Summer Davis sous cette mixture gluante ? Ils avaient stoppé leur progression et observaient la scène. Certains étaient choqués, d’autres se réjouissaient et une majorité ricanait bruyamment. Il y avait peu de témoins mais c’était déjà ça. L’histoire ferait le tour du lycée en deux secondes et elle vit même un élève prendre une photo avec un vieux téléphone portable.

Après ces quelques secondes à observer la réaction des gens elle se retourna vers la Summer-Quiche, Zack le défenseur de ces dames et Maddison. Celle-ci fit d’ailleurs quelque chose qui troubla Leah. Elle prit Summer par la main, sa pire ennemi, celle qui l’avait trahie, détruite, enfoncée, noyée, assassinée. Elle stipula bien qu’il ne s’agissait pas d’une marque d’affection mais du signe qu’elle possédait un cœur et l’embarqua aussitôt dans les toilettes les plus proches pour l’aider à se nettoyer. Mais alors voilà que les deux plus grosses victimes de la Reine se rangeaient de son côté ? Même Maddi qui avait l’air si remontée quelques secondes plus tôt ? Machinalement, elle posa sa main sur sa poitrine, elle sentit les battements dans sa cage thoracique. Ah si ! Pourtant, son cœur était toujours là. Zack ne semblait pas de cet avis cependant. Il s’en prit d’ailleurs à elle en lui signifiant qu’elle était pire que Summer puisque celle-ci assumait au moins d’être méchante et il lui demandé à quoi elle jouait, ce qu’elle croyait faire avec cette séance d’humiliation. L’excitation du coup d’Etat était passée, la colère face aux agissements de Summer était estompée, elle ne se trouvait plus dans la phase d’action et maintenant que la pression retombait elle se sentait un peu abattue. Surtout avec les reproches qu’elle prenait de la part de Zack. Elle répliqua d’une voix morne sans grande motivation :

    « Je voulais simplement arrêter ce cercle vicieux d’humiliations. Je voulais y mettre un terme une bonne fois pour toutes c’est tout… J’en avais assez de ne rien faire… »


Oui, Leah était comme cela. Elle avait toujours l’impression de devoir porter le monde entier sur ses épaules. Soigner sa grand-mère, soutenir les lycéens humiliés, changer le regard des gens sur le Glee Club, humaniser quelques Cheerleaders, donner des cours à des élèves en difficulté et aujourd’hui, détrôner celle qui rendait invivable les couloirs du lycée. Peut-être quelqu’un aurait-il du lui dire de déposer son fardeau, de s’occuper uniquement de ses problèmes à elle, d’arrêter de se prendre pour Mère Theresa… Mais personne ne lui avait dit, ou de façon pas assez percutante. Et même si on lui avait ouvert les yeux, aurait-elle cessé de vouloir intervenir constamment pour aider les gens ? Non, certainement pas. Car Leah faisait aussi cela pour ne pas avoir à faire face à ses propres problèmes, pour les survoler et ne pas les ressasser. Elle avait besoin d’agir de la sorte mais aujourd’hui ça ne passait pas. Zack s’adressa à nouveau à elle en remettant en cause les manières utilisées pour changer les choses. Il parla du Glee Club. Alors oui, elle voudrait changer les choses en chantant mais quand personne n’écoute, les paroles d’une chanson ne risquent pas de créer un impact. Dans ce lycée personne n’écoutait les choristes, ils se contentaient de les humilier et de les recouvrir de glace pillée. Alors oui, elle avait décidé d’utiliser une manière plus radicale, de jouer avec leurs propres armes. Ca avait fonctionné de toute évidence, Summer devait être morte de honte. Alors pourquoi lui reprocher ainsi ? Zack et Maddi semblaient être touchés par le syndrome de Stockholm. Ils se retrouvaient à défendre leur bourreau contre ceux qui venaient les sauver. Leah déglutit difficilement avec une grimace, elle vit le garçon s’en aller avec dépit et ne trouva rien pour le retenir ou même pour lui répondre. Quand il tourna au coin du couloir, elle se retourna vers Kourt et Camelia qui se tenaient là, satisfaites, prêtes à empoigner chacune la couronne et à se la disputer. Elle entrouvrit la bouche mais elle n’avait aucune envie de leur parler. Elle soupira bruyamment et s’éloigna d’elles, contrariée par la tournure des évènements. Sa jupette de Cheerleader voleta sous l’effet de ses pas rapides et cadencés. Elle n’était pas soulagée, pas heureuse, pas rassurée. Summer était peut-être une quiche mais leur confrontation n’était pas finie, elle le sentait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   Lun 9 Mai - 23:38

Ahhhh fuuuu, ahhhh fuuuu, c’est bien Camelia, respire. Encore, resp… ARG! Summer Davis détruisais mes piques et d’une manière aussi simple que de dire : « désolé je ne vous écoutais pas». Sincèrement, y avait-il quelque chose de plus insultant? Je commençais à me rendre compte que j’avais sous-estimé la Reine. Non ce n’étais pas exactement ça. J’avais pensée qu’elle devait bien avoir un cœur caché à quelque part, mais j’aurais du me douter que pour avoir détruit sa meilleure amie, il ne fallait pas avoir grandes habilités à aimer. M’enfin, cette constatation n’arrangeait pas grand-chose à mon humeur. Le malheur de tous les Gleek de McKinley allait continuer, et cette pimbêche allait continuer de se croire maître de tout le Monde. J’avais embarqué réellement dans les machinations de Leah, car je croyais réellement que ça pourrait changer quelque chose. Oui je dois avouer que l’attrait de la popularité à fait également penchée la balance, mais d’abord et avant tout je me suis rebeller contre la monarchie du lycée pour que cette dinde de Davis se la ferme une bonne fois pour toute.

Oui une reine devait faire des sacrifices, lancer quelques slushies, mais de là à renier ses amis…? Summer était certainement la pire Reine des Reines, ou du moins la plus engagée en affaire. Je ne sais pas ce qu’elle refoule ainsi ou le sentiment de bonheur qu’il l’habite lorsqu’elle se rend compte que tout le monde ne l’aime pas, mais la craint… Je voulais bien croire à un règne un peu plus pacifique, malheureusement, j’avais sous-estimé l’adversaire. J’avais cru à l’infaillibilité du plan de Leah alors qu’en vrai les faiblesses du scénario se comptaient par millier. C’est avec les commentaires de Maddison que je compris enfin que je m’étais mis les pieds dans les plats. J’avais pensé qu’être Reine signifiait beaucoup moins que ce que Summer faisait. Bien que je ne laisse pas marcher sur les pieds, que je sois assez jolie et qu’on m’invite à la majorité des fêtes, peut-être que Summer avait en partie raison que je n’avais pas ce qu’il fallait pour être Reine. Peut-être que je n’étais que destinée à n’être qu’une fille appréciée avec qui on voulait trainer? Une genre de princesse non ? Eh puis peut-être que je ne désirais pas tant être Reine, j’aurais juste vraiment aimé tasser Davis de là. Zack avait raison, je valais mieux que cela.

Mais n’empêche que j’en voulais encore beaucoup à Summer Davis. Je voulais lui faire payer pour tout ce qu’elle pouvait faire endurer aux gens et ce sans jamais se faire punir. Je voulais l’humilié comme elle le faisait avec les plus faibles, ceux qui en avait déjà assez à endurer comme cela. Et pour arriver à mes fins, je savais pertinemment que Leah avait apporter le nécessaire. Au moment même ou elle je me tournai vers elle, je reçue le lait caillé directement dans les mains et l’envoya sur Summer. Je me délectai lorsque la farine aspergea Davis et commença à ricaner bien avant que Leah lui casse les œufs. Qui aurait pensé qu’une Awesome Voice donnerait une leçon bien mérité à la Queen du lycée? Personne. Son commentaire me fit presque plier en deux. La Reine ne changerait surment pas aujourd’hui, mais elle avait subit un coup et la nouvelle allait faire le tour du bahut. Ce pourrait être plaisant si certains y trouvait le courage nécessaire pour lui tenir tête de temps à autre.

Décidément, Maddison avait le don de me faire sentir mal, coupable. Ce n’était pas dans mes habitudes d’attaquer quelqu’un directement, mais j’avais cru bon faire une exception pour Summer, croyant qu’après tout ce qu’elle avait fait, elle ne comptait plus vraiment dans le lot. Un léger, très léger sentiment de culpabilité m’envahie, mais je n’arrivais pas à me sortir de la tête qu’elle l’avait bien mérité. Dommage. Zack en rajoutait une couche alors que Summer et Maddison s’éclipsait vers la salle de bain. Oui, il y avait d’autres moyens de changer les choses, mais celui-ci était drôlement plus divertissant et il avait servis à apprendre au moins une chose. Kourtney semblait presqu’aussi mauvaise de Summer et je j’avais l’intention de lui faire comprendre.


« Wow Kourt, je te croyais plus fiable de ça… tu devrais faire attention de ne pas descendre aussi bas que Summer, peut-être que la prochaine quiche sera une Da Silva.»

J’esquissai un sourire et je me tournai vers Leah qui ne semblait pas dans son assiette. Nous avions enfin réalisé un affront, ce n’était pas un grand succès, mais ça rassasiait sur la faim de vengeance. C’était quand même un beau 15 minutes, Summer resterais Reine, se tapant seulement la honte quelques jours, un petit répit délicieux, et après elle allait reprendre les reines de son royaume. Je venais de renforcer l’inimitié qui unissait Davis la Quiche et moi, et de me coltiner une nouvelle ennemie, Kourtney. Mais je ne me sentais pas menacée pour autant. Je ne deviendrais jamais Reine, mais je n’avais pas été humiliée, pas autant que Summer en tout cas. Et je ne me laisserais pas marcher sur les pieds. Je n’avais pas la capacité de déclarer la guerre au trône de McKinley, mais je pouvais résister à Summer, Reine ou pas je ne me laisserai pas marcher sur les pieds.

Je quittai la pièce, lançant un regard plus ou moins navré à Zack qui était vraiment quelqu’un de bien, de remarquable, car moi je n’aurais pas été capable de défendre celle qui m’avait fait souffrir, alors que tout le monde savait qu’elle le méritait bien. Les prochains mois suivront la règle du «œil pour œil dents pour dents». Je n’avais pas l’intention de la chercher, mais si elle le faisait, elle allait me trouver. Et puis Kourtney… elle ne m’inquiétait pas vraiment, elle ou Summer, c’était deux garces à qui je ne lécherais pas les pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 05. I would not let you my crown   

Revenir en haut Aller en bas
 

05. I would not let you my crown

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 5
-