Choriste du mois


Partagez | 
 

 05. All of what I feel I could show

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 05. All of what I feel I could show   Dim 27 Mar - 16:25

La buée sortait de la bouche des coureurs menés par leur coach. Leur respiration forcée et leur pas régulier, tel un engrenage parfaitement réglé, offrait un spectacle serein. Tournant autour du stade de foot, il pouvait faire pourtant pitié mais leur courage surprenait. Fixant les athlètes du regard, Morgan songeait. Pris par la spirale de leur course, il oubliait ses tracas et se laissait aller à plus de sensibilité. Être ici le sécurisait. Sans doute car il a vécu sur ce terrain de très bons moments. A présent, il avait décidé de tourner la page du sport pour celle de la musique. Depuis ce jour, il vivait dans le mensonge et dans la peur du jugement des autres. Assis en haut d'une estrade, les mains entrelacées, il faisait le vide. Pour arranger son existence, Bryan Ryan semblait passer à la vitesse supérieure avec lui. Le poussant à toujours pus et voulant absolument le voir évoluer dans la lumière. Le jeune homme se sentait oppressé mais il l'avait cherché. Il devait assumer. Très dur pour une personne qui vit dans le mensonge. A son père, à sa mère, aux ses collègues, bref à presque tout le monde. Peut être à lui-même…

Lancés sur un énième tour de piste, les coureurs inspiraient à Morgan respect et bien être. Maudissant par moment ce qu'il faisait, qui il était devenu, il pensa à Allan inévitablement. Il avait encore mal… La blessure n'était pas encore refermée malgré les quatre mois déjà écoulés. Souvent le matin, il composait le numéro de téléphone d'Allan. Quant au bout du fil, il tombait sur la mère de son ami, il fondait en larme et raccrochait sans prononcer le moindre mot. Il n'osait même plus regarder la maison grise à quelques blocs de la sienne. Il lui était même arrivé d'ordonner à sa mère de changer d'itinéraire pour ne pas avoir à passer près du quartier où vivaient les parents d'Allan. Seul, à présent, il ne savait plus mener la barque de sa vie. Il avait choisi le glee club pensant être libéré mais ce fut pire. Pris dans la spirale du mensonge pour sauver les apparences, Moore n'avait pas le courage pour crier haut et fort qui il était. Refusant de chanter à chacune des représentations des Awesome Voices, mentant à Bryan Ryan à chaque fois. Il s'était même créé une vie parallèle : il aurait intégré une équipe de foot de rang régional. Ceci était la version servie à ses anciens coéquipiers de McKinley. A son père, il racontait que le coach l'avait pris en grippe mais qu'il comptait lui prouver qu'il était un sportif hors norme… Bref, il s'y perdait parfois lui-même. Affronter son père lui était impossible. Que dirait-il? En plus pour lui annoncer qu'il chantait dans une chorale et il était sûr d'être banni ou voir son paternel mourir. Être honnête à McKinley High, Pour se prendre des jets de granitas, voir son nom bafoué, n'avoir que des regards moqueurs ou négatifs à son encontre…

A ses côtés, sa guitare trônait fièrement dans la pénombre du soir naissant. De dessous sa capuche de sweat, il posa son attention enfin sur son instrument. Après quelques secondes de réflexion, il prit une profonde inspiration et se saisit de son outil. Il la plaça naturellement et commença naturellement à jouer. Les premières notes s'échappèrent de la guitare et la peau du garçon vibra. Ses yeux fixaient les coureurs, le froid n'était plus, le temps avait comme arrêtait d'être un poids. Dans un élan d'émotion, il ouvrit la bouche et chanta à mi-voix…

Spoiler:
 

Cette chanson, elle était pour Allan. Encore. Mélancolique, ténébreux, obscur, Morgan évacuait comme il pouvait. Ses sentiments troublés, il se retint de pleurer tout le long de la mélodie. Mais en grattant les dernières notes, il ferma les yeux pour laisser mourir une larme qui fila directement de sa joue sur sa chaussure droite. Toujours dans l'obscurité de ses paupières fermées, il grattait les cordes en fredonnant le même air.

" I can't say that I'm not lost and at fault…"



Dernière édition par Morgan Moore le Mer 30 Mar - 17:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. All of what I feel I could show   Lun 28 Mar - 14:15


« Sam ! Est-ce que ça va ? Bougez-vous allez chercher la civière ! ». Le blond était étalé de tout son long par terre, le bruit de la collision se répétait dans sa tête alors que ses yeux se fermaient, aveuglés par la lumière qui lui faisait soudainement mal à la tête. Il s'était ensuite réveillé à l'infirmerie, la coatch et le médecin à ses côtés. C'est très péniblement qu'il ouvrit les yeux et il entreprit de bouger seulement la douleur le rappela à l'ordre. Son épaule lui faisait horriblement mal, tellement qu'il n'avait pu s'empêcher de gémir de douleur, alors que la coatch le remettait en place pour qu'il ne bouge plus. Il entendit le médecin dire que son épaule était démise et qu'il allait devoir aller à l'hôpital passer des radios et se la faire remettre en place. « Faites le tout de suite, j'ai trop mal ! » avait-il lâché dans un soupir de frustration. « Mon grand je ne peux pas, si je le fais je risque de léser un des cartilages indispensable à la bonne stabilité de ton épaule, donc si tu veux pouvoir continuer à jouer, il faut que tu ailles à l'hôpital, c'est pour la bonne cause ». Il n'avait donc pas eu d'autre choix que de s'y rendre, accompagnée de la coach. Sam était vraiment content d'avoir une telle coach, parce qu'elle était vraiment attentionnée avec ses gars comme elle disait, et elle avait accepté de l'accompagner puisque personne d'autre de majeur n'était disponible pour le faire. Après une petite dose de souffrance, le diagnostic d'une luxation de l'épaule et une prescription de pas mal de médicaments, Sam avait eu droit à un arrêt maladie si on pouvait dire ça comme ça, il allait se retrouver sur la touche pour un mois minimum, le temps que tout se remette en place correctement.

Autant dire que le moral du jeune homme ne avait prit un sacré coup ! Entre la chorale recomposée qui accaparait un peu les New Directions et le fait qu'il ne puisse plus jouer, il ne lui restait franchement pas grand chose. Enfin il allait quand même assister aux entraînements et aux matchs, heureusement d'ailleurs parce qu'il n'était pas du genre à aimer tourner en rond et n'avoir rien à faire. La musique et le sport étaient ses deux passions et se retrouver privé d'une de ses passions n'était jamais facile à vivre, mais il pouvait s'estimer heureux que ça ne soit que temporaire, alors que d'autres personnes pouvaient se retrouver dans cette situation mais à vie.

Ayant une heure de creux, il avait prit la décision d'aller voir les coureurs. Bizarre comme passe-temps ? Pas tellement, étant sportif, il aimait voir les autres faire du sport, même s'il aurait préféré le pratiquer lui-même, pour le coup il allait simplement être spectateur. Après les cours, il s'était donc rendu au terrain de sport où il voyait qu'ils étaient déjà en pleine course, le blond décida donc d'aller s'installer dans les gradins lorsqu'il y aperçut quelqu'un. Un peu curieux, il s'approcha discrètement, on ne savait jamais sur qui on pouvait tomber alors il était prêt au cas où, à dévier sa trajectoire pour aller s'asseoir ailleurs. Mais son attention resta fixée sur le jeune homme en entendant le son de sa guitare, et il n'eut pas de mal à reconnaître sa voix, puisque c'était Morgan. Cela faisait un petit moment qu'ils se connaissaient maintenant, puisque lorsqu'il était arrivé à McKinley et qu'il fut prit dans l'équipe, Sam était allé prendre possession de son casier et Morgan était entrain de vider le sien. Ils avaient alors commencé a discuter et le jeune homme avait été vraiment sympa avec lui, en lui donnant des conseils sur la vie dans l'équipe. C'est en parlant qu'ils s'étaient rendus compte qu'ils étaient dans des chorales adverses, mais vu que le courant était vraiment bien passé entre eux, ils avaient décidé que cela n'influerait pas sur leur relation, si on pouvait appeler ça comme ça. Malgré le fait que Sam ait beaucoup d'affection pour lui, il ne savait pas grand chose sur sa vie, mais là il fallait être aveugle pour ne pas voir que quelque chose n'allait pas. Sam attendit qu'il ait fini de chanter afin de ne pas le couper, pour s'asseoir à côté de lui.

« Je n'ai pas pu m'empêcher de t'écouter et je dois dire que je suis impressionné », lui lança-t-il en souriant.


Dernière édition par Sam Evans le Mar 26 Juil - 11:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. All of what I feel I could show   Lun 28 Mar - 20:36

La solitude qui avait submergé Morgan fut brisée par quelques mots. Il tressaillit et ouvrit les yeux pour mettre un nom sur celui qui venait de parler. Il reconnut Sam, son ami. Partagé entre ses peines et son plaisir de voir Sam ici, il lui tapota l'épaule en signe de salut. Il posa sa guitare délicatement sur le côté et prit une respiration avant de parler.

"Merci, Sam. J'ai fait pas mal d'efforts c'est vrai… ravi que ça se voit!"

Effectivement, grâce à Aaron, grand guitariste, l'amateur qu'était Morgan s'était perfectionné. La guitare était devenue le meilleur moyen d'expression du garçon. Honnête avec lui-même, il ne mentait plus. Perdu, la musique le remettait parfois sur la voie. Comme porté par les notes, il s'oubliait et vivait l'instant sans se projeter. Chaque fois que son père n'était pas à la maison, il prenait sa guitare et grattait, grattait… Seul sur sa chaise d'ordinateur, en caleçon la plupart du temps. Tournant sur la chaise, il jouait tant qu'il pouvait. Par sauvegarde, il laissait les rideaux de sa chambre entrouverts pour apercevoir les phares de la voiture de son père. Histoire de ranger son instrument dans le faux plafond le plus vite possible.

"… Et toi? Dur d'être sur la touche et de regarder sans pouvoir participer."

Dans un geste de sympathie profonde, il tapota à nouveau l'épaule de Sam. Il comprenait ce que vivait son ami. Ses débuts sans l'équipe étaient durs. Vivre seul quand on a pris l'habitude d'être une équipe. Plus rien partager alors que dans un match tout passe par la communication entre coéquipier. Parfois il regrettait un peu d'avoir rendu son blouson rouge. Mais rapidement, une pensée d'Allan lui faisait oublier ses incertitudes concernant le sport. Sa vie sans était devenue un calvaire, certes. Mais ne devait-elle en être ainsi avant d'entrer dans la lumière.

"La coach est vraiment sympa. Pas comme cette tache de Tanaka. Mais lui t'as eu la chance de pas le connaître! Franchement ce mec… Des loosers! Comme mon père."

Pour éviter de sombrer dans la mélomanie, il fit glisser ses doigts sur les cordes et se réjouit quelque peu des sonorités qui sortirent de la caisse de résonance.

"Enfin d'ici peu, c'est toi qui galopera comme ces gazelles…"

Il montra du regard, les coureurs qui poursuivaient leur tour.

"… Et tu feras la fierté de tout le monde, ici… Comme d'hab! Enfin je parle, je parle, faudrait peut être que je te laisse t'exprimer un peu…"

Esquissant un léger sourire concernant sa propre réflexion, il figea son regard dans celui de Sam attendant que ce dernier prenne enfin la parole.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. All of what I feel I could show   Jeu 31 Mar - 0:03



En s'asseyant à côté de Morgan, Sam n'avait pas prévu de lui faire peur, même si c'était un peu normal puisque le brun ne devait pas s'attendre à recevoir de la visite. Il était même sûrement venu ici pour s'isoler, et lui venait l'embêter.

« Je suis certain qu'avec plus de pratique tu pourrais devenir un excellent guitariste ! » lui avait-il répondu. Il ne voulait certainement pas passer pour quelqu'un de tellement sûr de lui qu'il se permettait de donner son avis sur la musique, mais c'était un domaine où il était sûr de son potentiel et de ses connaissances, un peu moins de son talent malgré ce qu'on lui avait déjà dit, et il pensait vraiment ce qu'il venait de dire au jeune homme. « Enfin j'ai déjà trouvé ça excellent alors.. Ca fait longtemps que tu en joues ? ». Ils s'étaient déjà retrouvés à discuter, mais maintenant que Sam y repensait, ils n'avaient pas vraiment parlé de ce qui touchait les instruments. Peut-être parce qu'ils tentaient d'esquiver tout ce qui avait un rapport avec les chorales et les rivalités, mais au fond, parler musique, ça n'était pas que parler des Glee Clubs.

Morgan venait de toucher un point sensible en parlant du fait qu'il ne pouvait pas jouer. Le blond n'en n'avait parlé à personne ici, à part un peu à Finn mais sans plus. Il n'était pas vraiment à l'aise avec ce sujet mais n'en voulait pas au brun de l'avoir abordé, loin de là. « Oui, quand on t'enlève une partie de ce que pour quoi tu penses vivre, c'est un peu dur... aïe... ». Il fit une grimace en sentant la main de Morgan sur son épaule. Il avait eu un peu mal, mais il ne pouvait pas savoir quel épaule lui était douloureuse puisqu'il avait enlevé la chose qui lui servait pour tenir son bras, trouvant ça vraiment laid et handicapant.

Il se tourna vers son ami, un petit sourire en coin alors qu'il lui parlait de la coach. Lui n'avait pas connu Tanaka, contrairement à Morgan, mais il avait eu l'occasion d'en entendre parler, et puis il n'y avait qu'à regarder les statistiques des matchs de l'année passée pour comprendre que le travail qu'il avait fourni devait être minime voir inexistant comparé aux efforts de la coach Beiste. Sam l'appréciait d'autant plus qu'elle était arrivée en même temps que lui au lycée, et qu'ils étaient un peu dans la même situation. Lors de conversations dans son bureau, elle lui avait expliqué que pour elle ça n'avait pas été évident de s'intégrer et qu'elle espérait que lui y arrive. Maintenant qu'elle y était parvenue, il espérait pouvoir faire partie intégrante de l'équipe et du glee club, non pas comme membre limite transparent, mais comme membre apprécié, seulement il n'en n'était pas encore là, il y avait encore pas mal de travail pour y parvenir.

« J'aimerais vraiment savoir s'il avait une tactique mise en place ce Tanaka, parce que ce que j'entends sur lui c'est vraiment pas glorieux, je suis certain que certains membres de l'équipe auraient fait un bien meilleur coach que lui ! » répondit-il en souriant. Pour la comparaison avec le père du jeune homme, Sam préférait ne rien dire. Il n'avait jamais vraiment eu de problèmes avec son père, mis à part qu'ils ne s'entendaient pas très très bien à certains moments, mais il savait que ça devait être pareil dans toutes les familles, alors il n'en n'avait jamais fait une affaire d'état, il avait juste laissé passer du temps et ils finissaient toujours par se rabibocher un jour ou l'autre.

Puis il regarda les coureurs. Ils étaient vraiment forts, et Sam rêvait d'avoir une telle endurance. Il était sportif oui, mais pas au point de tenir une compétition comme eux devaient le faire. Le sport et l'endurance, ça pouvait sembler être la même chose, mais pour lui c'était vraiment deux choses distinctes. Il pouvait faire des dizaines d'abdos et de pompes sans se fatiguer alors qu'il pouvait être épuisé après une course. « Heureusement qu'on ne doit pas courir de cette manière pendant un match, je serais vite sur la touche sinon. »

Sam retourna son attention sur Morgan, baissant la tête lorsqu'il mentionna l'admiration que les autres pourraient avoir pour lui. « Si ce jour arrive, je ferais tout ce que tu veux, parce que vu comme c'est parti, ça m'étonnerait que quelqu'un d'autre que ma mère puisse être fier de moi. Mais tu peux parler, j'aime bien écouter, tu le sais d'ailleurs. Dis-moi... qu'est-ce que tu fais tout seul ici ? Enfin si c'est trop personnel, je peux comprendre que tu ne veuilles pas m'en dire plus »


Dernière édition par Sam Evans le Mar 26 Juil - 11:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. All of what I feel I could show   Ven 1 Avr - 19:26

Son ami était en peine. Dans ce genre de moment, on oubliait souvent ses propres soucis pour aider celui qui était à nos yeux triste. Ce que fit Morgan. En entendant Sam parler, il sentit tout le chagrin de celui-ci et voulu lui remonter le moral. Il voulut se baffer quand il se rendit compte qu'il avait touché la zone où Sam avait mal. Confus et désolé, il se mordit la lèvre dans un geste de recul d'excuse. Décidé à aider Sam par tous les moyens, il oublia un peu sa morosité.

"Tanaka, mec, c'était un loser. Une grosse tache qui ne pensait qu'à Mlle Pillsbury. Il avait même fourvoyé Noah, bref… Il comprenait rien au sport. Avec Beiste vous avez de la chance. Elle semble sympa. En tout cas avec moi, elle a était compréhensive. Même quand je lui ai dit que je ne voulais pas qu'elle parle à mon père de mon départ de l'équipe. C'est une pro qui écoute ses joueurs et les soutient. Sinon tu dis vrai! Si tu devais courir comme eux, tu serais cuit. Mais t'as d'autres qualités, exploitent les. Sérieux tu ferais un bon quaterback! Parles-en à Besite, tu verras ce qu'elle te dira. Enfin sauf si tu l'as déjà fait… en tout cas arrête de te diminuer. T'es un sacré joueur alors stoppe de suite ta réaction de gonzesse… Oh merde! Je réalise que je te parle comme mon père. Désolé mec! J'y crois pas… Toutes mes excuses."

Outré d'avoir agi comme James Moore, il avait ouvert de larges yeux horrifiés. Choqué et heurté, il ne voulait pas causer à Sam tout le mal que son père lui avait et lui ferait subir. Il posa une main sur son front pour se reprendre et poursuivi après une longue respiration.

"Sam, tu es Sam. Ça peut paraître stupide mais c'est comme ça. Ce n'est pas parce qu'aujourd'hui tu es sur la touche que tu n'existes plus. L'équipe t'a intégré, tu comptes pour les New Directions, pour Mister Shue et pour beaucoup de filles au lycée. Tu es une personne fraîche et honnête. Tu ne te caches pas comme je le fait. Ne te laisse pas démolir par tes propres doutes. Quand tu pourras, tu iras galopé sur le gazon comme un lapin, tu finiras avec la plus belle des cheerios. Tu seras quelqu'un Sam Evans! Et quelqu'un de bien."

Il leva un bras et posa l'autre sur sa poitrine.

"Si je mens qu'un signe nous sois envoyé : qu'un coureur stoppe sa course!"

Moore regarda durant une minute les coureurs et personne ne s'arrêta. Alors il regarda Sam et lui dis avec un air souriant et décontracté.

"Tu vois! T'es un bon mec! Et ta maman a raison d'être fière. Mais bientôt tu me diras le contraire : que tu as trop de fans, que tu marques trop de points,… tu vas devenir un héros dans ce lycée. C'est écrit! Quant à moi… je suis là car je suis un p*tain de lâche. J'ai conscience de ma vie mais je ne peux pas m'empêcher de mentir aux autres pour garder les apparences. Je mens à mon père en lui disant que je suis toujours dans la team du lycée, je mens à la team en disant que je suis dans une équipe de niveau supérieure car mon père l'a voulu, je mens à Mister R pour ne jamais participer aux représentations des Awesome Voices, je mens aux autres, au final je me mens à moi-même. J'ai voulu accomplir le rêve d'un ami, assumer sa vie mais je ne suis pas encore prêt pour être aussi courageux… Tu vas te foutre de moi car je t'ai donné des conseils alors que je suis incapable de me les appliqué, je suis lucide sur ma condition. Mais ce que je t'ai dit je le pense et c'est pour toi. Ce que je devrais faire, je le sais, j'ai juste pas le cran d'assumer…"

Ça faisait du bien parfois de pouvoir être honnête. Au moins avec Sam, Morgan pouvait être franc et c'était bien. Il y avait encore Aaron. Il n'était juste pas encore prêt à parler d'Allan. Il ne savait même pas si un jour, il serait prêt à le faire. Mais cela c'était une autre histoire.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. All of what I feel I could show   Jeu 7 Avr - 15:19



Lorsque Sam remarqua que Morgan s'était reculé alors qu'il lui avait touché l'épaule, il lui fit un signe de tête pour lui faire comprendre que ça n'était rien et que cela pouvait arriver. Après tout, s'il voulait que les gens fassent plus attention, il n'avait qu'à garder son bras en écharpe non ? Puis Morgan se mit à lui parler de Tanaka. Il n'aurait jamais pu penser que des gens pouvaient être aussi incompétents que lui, surtout dans du football. C'était une des passions de Sam et dès lors qu'il voyait des gens qui n'étaient pas à fond dedans, il avait l'impression d'exploser intérieurement et d'un côté, il était content de ne pas avoir eu à faire à lui car il y aurait sûrement eu des étincelles. Même si Sam n'était pas du genre à la ramener, il n'aurait jamais laissé l'équipe plonger et se serait défendu. Et ce que Morgan lui disait était vrai, ils avaient de la chance d'avoir Beiste comme coach désormais. Elle faisait ce qu'elle pouvait pour que tout se passe bien et elle n'était pas en guerre avec Mr Schuester, comme ce Tanaka avait eu l'air d'être l'année passée, ce qui était un bon point. S'il avait été réticent à entrer au Glee Club, il était certain que désormais si Sam se retrouvait dans l'obligation de faire un choix entre les deux, il n'aurait tout simplement pas pu.

Mais il y avait un détail qui n'avait pas échappé au blond dans la tirade de son ami, le fait qu'il ne voulait pas que son père soit au courant qu'il n'était plus dans l'équipe. Ils n'avaient jamais vraiment parlé de ça enfait, mais il s'était dit que Morgan n'en n'avait sûrement tout simplement pas éprouvé le besoin, même s'il avait l'air d'en avoir pas mal sur la patate comme on dit. Il prit une profonde inspiration alors que le brun lui disait qu'il ferait un bon quaterback, c'était un compliment qui lui allait droit au coeur. « A vrai dire, j'avais l'intention de lui en toucher un mot, après le match, mais vu ce qui m'est arrivé, j'ai un peu zappé l'idée.. quand j'aurais rattrapé mon retard peut-être que je lui demanderais, en tout cas, venant de toi, c'est un compliment et un boost de motivation » lui répondit-il avec un léger sourire, qui s'éclipsa en voyant la mine triste de son compère. Il s'excusait de parler comme son père, et un petit blanc s'était maintenant installé entre eux. « T'excuse pas pour ça ! j'ai l'habitude d'entendre des trucs bien pire, et je sais que tu les penses pas, t'inquiète » lui répondit-il en lui tapotant amicalement l'épaule. Il ne fallait pas qu'il s'inquiète pour ce qu'il disait, Sam avait confiance en Morgan, et savait qu'il pouvait compter sur lui, il le lui avait dit, et c'était évidemment réciproque.

Parler de réputation, c'était toujours quelque chose d'assez compliqué pour Sam. Il était comme pratiquement tout le monde, il rêvait d'être populaire et d'être adulé par les autres, et il savait qu'en gagnant des matchs cela y contribuait, mais il ne se faisait pas d'illusions, il fallait qu'il travaille pour avoir tout ça, c'est pour ça qu'il écoutait toujours avec attention les conseils de ses amis, peu nombreux, mais des gens sur qui il pouvait réellement compter, comme Morgan et Finn par exemple. Il était entrain de lui dire qu'il comptait pour des gens et qu'il allait être quelqu'un de bien, ce qui le fit sourire et le gêna en même temps. Il était conscient que l'équipe avait besoin de lui et donc qu'il était importante pour celle-ci, mais il voulait devenir important aussi pour ses co-équipiers, et pas seulement lors des matchs mais aussi en dehors, et c'était pareil pour la chorale. Il était apprécié pour sa voix et sa musicalité, mais pas vraiment pour lui, puisqu'il n'avait parlé avec pratiquement personne. D'ailleurs si Finn devait un jour quitter la chorale, Sam allait sûrement le suivre car rester seul parmi des gens qui semblent vous ignorer, c'est y aller à contre coeur et il n'aimait pas faire les choses à contre coeur et ce, même s'il était dingue de la musique.

Il porta son attention sur la piste et aucun des coureurs ne s'étaient arrêtés, comme pour confirmer les dires de Morgan et le mettre ainsi un peu plus en confiance avec lui-même. Mais des deux, il n'était pas le seul à avoir perdu sa confiance en soi, et il n'avait pas l'intention de laisser Morgan se morfondre dans sa tristesse. « Je ne te dirais jamais des choses pareilles, parce qu'un ami ça ne fait pas ça, ça se pavane pas devant les autres en fanfaronnant de ses exploits ! » répondit-il en riant. « Et t'es pas un lâche, t'es juste comme moi, t'as pas confiance en toi, mais ça se travaille et si tu veux, on peut y travailler tous les deux après tout, on n'a rien à perdre si ? j'aime pas te voir comme ça, tu vas te bouffer de l'intérieur si tu continues et si c'est pas déjà fait, et tu mérites vraiment pas ça. Tu crois que t'es pas à la hauteur des autres, mais regarde, tu as été le seul courageux à m'adresser la parole et mieux, à vouloir m'aider, et je t'admire pour ça. Et ce que je te dis, je le pense moi aussi, je te laisserais pas continuer dans cette direction Morgan, on va s'entraider, d'accord ? ». Il espérait vraiment que son ami allait accepter ce compromis, parce que même s'il ne savait pas tout de sa vie, il savait qu'il avait besoin de quelqu'un avec lui, quelqu'un qui n'avait pas l'air d'avoir, et s'il pouvait faire quelque chose pour l'aider, alors il voulait bien être ce quelqu'un, plus que tout même.





Dernière édition par Sam Evans le Mar 26 Juil - 11:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. All of what I feel I could show   Sam 9 Avr - 12:49

La confiance. Nom féminin singulier, impression de sécurité envers une personne à qui l'on se remet. La confiance en soi. Expression singulière, capacité à être certain de ses choix et de les assumer. Moore Morgan. Nom prénom masculin singulier, être qui est incapable d'assumer sa vie. Evans Sam. Nom prénom masculin singulier, blond qui se sous estime.

Les yeux dans ceux de son ami, Morgan sourit.

"On est tous les deux des handicapé du cerveau. Incapable d'être qui on est ou qui l'on veut être. Quand j'vois des gars comme Artie ou des filles comme Mercedes, j'me dis qu'ils ont de la chance. J'me doute qu'ils ont du en baver sévère… mais punaise, ils assurent et au final t'oublies leurs "anormalités"."

Morgan fit un signe, celui des guillemets, pour marquer le mot anomalies. Il était très tolérant mais parfois il fallait être réaliste. Dans la société d'aujourd'hui, si l'on n'était pas mince, musclé aux yeux clairs t'était dans la normalité. Les autres devaient subir, survivre bref galérer comme ils pouvaient.

Morgan posa délicatement sa main sur le siège à côté de lui pour se pencher et être en appui sur son bras. Il sourit de plus belle.

"Si j'tai parlé ce jour là, c'est que je suis gentil. Et tu connais le dicton : trop bon, trop…"

Au lieu de dire la fin il préféra rire. Il savait pourquoi il avait parlé à Sam, d'ailleurs le savait aussi. Ce n'était jamais facile de commencer quelque part. Morgan commençait sa vie sans sport et Sam débutait à McKinley. Ils étaient tous les deux dans la même situation. Ça rapproche les gens. Et puis Morgan était réellement gentil.

"… et puis je savais que tu étais quelqu'un de bien. Seuls les bons prennent ce casier. Alors tu vois j'ai eu ce feeling… J'ai eu raison de l'faire! Parce que seul un gars comme toi me dirais qu'on allait s'améliorer ensemble."

Il tendit la main, comme quand l'on fait un pacte de sang. Un de ce qui liait à vie les deux membres du pacte. Sans s'ouvrir la paume de la main et mélanger son sang avec Sam, il lui offrit sa main seulement. Seul Allan avait eu le droit de mêler son sang à Morgan. Leur promesse de ne jamais se quitter avait été faussée par la vie. A présent, Morgan était prêt. Il avait mûri sa réflexion, son deuil commençait à laisser place au nouveau à la vie. Cette poignée de main était porteuse de sens pour l'ex sportif. Pour la première fois depuis presque un an, Morgan n'avait plus mis sa vie entre les mains de quelqu'un… Restait juste à savoir si Sam userait à bon escient ce pacte et la loyauté de Moore.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. All of what I feel I could show   Lun 11 Avr - 14:15


Il y avait une raison pour laquelle Morgan et Sam s'entendaient aussi bien, et il venait tout juste de l'évoquer. Ils avaient tous les deux le problème de la confiance en soi, et de la confiance dans les autres. Il avait raison, Artie et Mercedes, Sam les admirait vraiment. Ils n'en n'avaient rien à faire de ce que les autres pensaient d'eux, même s'il était certain qu'ils avaient du passer par des moments difficiles eux aussi, cela faisait réfléchir le blond. Il n'était certainement pas le plus à plaindre dans ce lycée, et il fallait qu'il se mette en tête qu'il n'y avait pas de raisons pour qu'il continue à se laisser marcher sur les pieds. Mais que faire face à des caïds comme Puck et sa bande ? Ca, il ne le savait pas encore.

« On peut au moins se dire qu'entre handicapés du cerveau, on s'est trouvés tous les deux » répondit-il en souriant, avant de faire une grimace alors que Morgan lui disait en gros qu'il avait du être trop bon trop con, même s'il n'avait pas dit le mot. Sam connaissait bien cette expression, car il en avait souvent fait les frais lui aussi, malheureusement. Puis il laissa un rire s'échapper en voyant Morgan rire. Il préférait largement le voir rire plutôt qu'avec un air triste ou inquiet, comme il avait pu avoir un peu plus tôt.

« J'ai vu tout de suite que tu étais quelqu'un d'exceptionnel, et je me suis pas trompé. Il faudra qu'on briefe celui qui reprendra ce casier, quand le moment sera venu, et aussi qu'on y laisse une trace indélébile » ajouta-t-il en riant. Il lui arrivait quelque fois d'avoir des réactions d'enfants, mais il était encore un adolescent après tout, et si les filles laissaient des mots dans leurs casiers ou sur des tables, il ne voyait pas pourquoi eux ne pouvaient pas le faire, et puis ce casier avait une signification toute particulière pour les deux jeunes hommes.

Il attrapa la main que Morgan lui tendait et la serra franchement, pour lui montrer qu'ils étaient deux dans ce bateau qu'on appelait l'amitié, et qui n'arrivait pas souvent dans une vie.

« Tu sais, j'ai eu un seul meilleur ami dans ma vie, et je pensais que personne ne pourrait lui arriver à la cheville et pourtant, t'es là toi, et t'es cool avec moi, tu me reproches rien et tu me juges pas, tu me donnes même des conseils ». Il baissa la tête en rigolant. « Mais allez je me tais maintenant, on dirait des déclarations d'amitié de filles ! » ajouta-t-il, tout en lâchant finalement sa main qu'il serrait toujours.


Dernière édition par Sam Evans le Mar 26 Juil - 11:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. All of what I feel I could show   Mar 12 Avr - 20:46

Morgan sourit à la remarque d'handicap de Sam. C'était vrai, les deux avaient de gros soucis à s'ouvrir, s'offrir tels qu'ils étaient. Mais ensemble, ils savaient être bien. C'était l'essentiel. D'ailleurs, Evans en déclarant à Morgan qu'il était exceptionnel, fit rire Moore. Surtout quand il parla du casier. Morgan se voyait bien tagguer avec Sam le casier. Avec un sloggan moitié philosophique moitié jeun's. Quelque chose qui claque, que les futurs footballeurs qui utiliseront ce casier perpétuent la légende qui lui est allouée. Ils se battront pour être propriétaire du casier. Rien qu'à l'idée, il ria encore plus fort. Il stoppa néanmoins cet élan de gaité lorsque Sam parla de meilleur ami. En un rien de temps, tout son esprit repensa à Allan. Il se revit courir vers la maison grise de son ami et comme s'il ne savait pas déjà, il était frappait par l'annonce de la mort d'Allan comme lors du réel jour. Ne pouvant plus se retenir, il craqua et laissa couler de grosses larmes sur ses joues froides. Cachant ses yeux dans ses bras, sa respiration s'était ralentie et devenait très sonore. Haletant légèrement, il s'était comme coupé du monde.

Le jour de la mort de son ami, il s'était réveillé comme si de rien était. Sa mère lui avait fait des gaufres. Son père lui avait tenu le crachoir une heure sur un possible lancer de ballon afin d'épater le coach Tanaka. Soudain le téléphone sonna. Pensant à avoir à faire à une publicité, Morgan imagina déjà sa mère en train de mentir pour se débarrasser de cette publicité forcée. Mais elle resta silencieuse, tendant le combiné à son enfant. Etonné de voir que c'était pour lui, il mangea sa dernière gaufre et saisit l'appareil. La voix fébrile du père d'Allan annonça à celui qui était pour lui un second fils que son "frère" était mort. En une fraction de seconde, le corps de Morgan céda. Il lâcha le combiné et partit en courant pour voir de lui-même. Il ne pouvait pas croire ce que disait le père d'Allan.

Il pouvait encore ressentir tout cela après six mois de deuil. Seul. Il n'arrivait pas à en parler. Isolé. Il souffrait très souvent seul en silence. Tourmenté. Il se mortifiait dans le noir de ne pas avoir pu faire quelque chose pour sauver son ami. Marqué. Il ne pouvait imaginer une journée sans penser à lui, à ce jour et ceux qui suivirent.

Pourtant, il était vital pour lui d'essayer de s'envoler, de ne plus rester enfoncer dans le sol. Il devait perdre ses racines, qui le tiraient dans le sombre. Il devait déployer ses ailes, sa voix et ses gestes pour briller comme l'étoile qu'il pouvait être. Faire vibrer les autres comme il vibrait lui-même en écoutant de la musique. Faire pleurer les autres d'émotion au lieu de pleurer de chagrin seul dans son coin.

Aujourd'hui, il montrait à son ami qui il était vraiment. Une armoire en chêne remplie de secrets lourds à porter. En position de fragilité, Morgan n'avait que faire du monde qui l'entourait, la tête toujours dans les bras, il reprenait peu à peu sa respiration. Retrouvant un rythme régulier, il leva les yeux pour observer avec un regard trouble autour de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. All of what I feel I could show   Lun 9 Mai - 14:14


Sam savait que son ami n'allait pas bien, il l'avait senti, depuis qu'ils étaient l'un à côté de l'autre, comme s'il avait un sixième sens, bien qu'il ne faille pas être très intelligent pour remarquer ce genre de choses. Voir Morgan jouer de la guitare et chanter était une première pour le blond, qui n'avait jamais eu l'occasion d'entendre la voix de son ami. Il venait de lui faire une déclaration, pas d'amour non, une déclaration d'amitié, car il savait qu'il était quelqu'un sur qui il pouvait compter en toutes circonstances, il avait ressenti ce sentiment d'apaisement lorsqu'il l'avait rencontré, quelque chose d'inexplicable, qui lui avait fait comprendre qu'il fallait qu'il fasse tout pour préserver cette relation qu'ils avaient.


Le jeune homme n'avait pas énormément d'amis mais il savait qu'il pouvait faire confiance à ceux qu'il avait. Morgan était l'un d'entre eux, pour ne pas dire le plus important, et jamais en lui avouant qu'il le considérait comme son meilleur ami, il n'aurait imaginé que celui-ci pleure. En effet, ses yeux restaient rivés sur les larmes qui coulaient sur ses joues, ne sachant que faire et surtout, ne sachant que dire. Il voyait chez son ami cette détresse et en même temps cette envie de la dépasser. Il n'en connaissait pas la raison et n'allait pas la demander, juste lui faire savoir qu'il serait là pour l'écouter et le soutenir du mieux qu'il le pourrait. Puis il repensa à ce qu'il lui avait dit plus tôt. Il lui avait dit qu'il mentait à ses parents en leur disant qu'il faisait partie de l'équipe, à Bryan Ryan pour ne pas chanter devant tout le monde mais surtout, qu'il avait voulu accomplir le rêve de quelqu'un d'autre, un ami à lui, et qu'il ne se sentait pas encore assez courageux. A ses yeux, il l'était, courageux, et fort aussi, mais peut-être qu'il l'avait mal cerné finalement ? Quoiqu'il puisse en être, il n'avait pas l'intention de laisser son ami dans un état pareil.

Le blond avait toujours été quelqu'un d'empathique et ce depuis son plus jeune âge. Lorsque son entourage n'allait pas bien, cela influait automatiquement sur lui et il ne se sentait mieux que lorsque les personnes mal se sentaient mieux elles aussi.

Il laissa un petit soupir s'échapper alors que Morgan relevait finalement la tête. Il était triste lui aussi, se sentant complètement inutile alors que le rôle d'un ami était de remonter le moral, seulement il n'avait pas le mode d'emploi alors il allait le faire à sa façon. Sam attrapa le paquet de mouchoirs qu'il avait dans sa poche avant de le lui tendre et de poser une main sur son épaule.

« Tu n'as pas besoin d'avoir une carapace quand tu es avec moi tu sais » lui dit-il doucement. « Tu supportes mes plaintes, je sais pas comment tu fais d'ailleurs, mais tu sais que tu peux me parler, je te trahirais jamais, et je te jugerais pas non plus » ajouta-t-il. « Les amis sont là pour le meilleur comme pour le pire ». Il exerça une petite pression sur son épaule, comme pour joindre ses gestes à la parole. Il espérait vraiment que Morgan lui faisait confiance et qu'il allait se confier, même si ça n'était pas quelque chose de facile et pour cause, Sam ne montrait jamais vraiment ce qu'il ressentait, sauf lorsque son visage le trahissait évidemment. Et tant que Morgan ne lui racontait pas ce qu'il se passait, le blond ne serait pas rassuré.


Dernière édition par Sam Evans le Mar 26 Juil - 11:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. All of what I feel I could show   Mer 11 Mai - 12:42

Ses yeux le piquaient, son cœur le brimait, las de tout mouvement, de toute respiration, il cessa de se mouvoir pour devenir une statue. Figé dans le temps, dans la peur, Morgan errait entre deux mondes. Celui de la dure réalité et celui où tout était possible, sans conséquence. L'écart entre ces univers était grand et empêchait l'adolescent de vivre sa vie. Nerveusement, son index droit bougea, cassant l'immobilité sordide dans laquelle s'était enfermé Moore. Alors ses yeux se portèrent sur Sam. Son ami. Sa béquille quand il avait du mal à marcher. Son pansement quand il avait mal. Bref, il était là. Allan aussi était là mais plus physiquement. En pensée malheureusement. En souvenirs immortels, transcendants les projets d'avenir, retenant l'attention, voilant la réalité. De temps à autre, Morgan faisait des rechutes. Et il allait s'asseoir sur la tombe de son ami pour lui jouer de la musique, chanter lui. Espérant que sa voix réchauffe son âme, console son cœur et le rende paisible. Si bien qu'une fois, le gardien du cimetière avait trouvé le jeune garçon endormi contre la pierre en marbre. La page n'était pas tournée pour Morgan, il ne voulait pas la tourner. Aller de l'avant sonnait pour lui comme oublier Allan. Fuir son ami, le laisser dans l'oubli éternel, comme si sa courte présence sur Terre n'avait eu aucun écho sur les Hommes.

Frissonnant de tout son corps, Moore ouvrit la bouche mais aucun son ne sorti de là. L'épreuve était trop dure, comme elle l'avait été avec Quinn et avec Aaron. Oser parler de son traumatisme… Se mettre à nu, remettre sa vie, ses sentiments à un être était redouté par Morgan. Une larme naquit du coin de son œil pour finir par se suicider après avoir dévalé sa joue. Il se mordit alors la lèvre inférieure, meurtri en son sein et retenta de parler à nouveau.

"I… Il y a une chose que tu ignores sur moi."

Son regard plongé dans celui de Sam, noyé dans sa tristesse et perdu dans ses émotions, Morgan déglutit pour se laisser encore du temps. Il appréhendait de devoir prononcer les quelques mots qui pourraient faire comprendre à son ami la raison de sa peine.

"J'… J'ai per… du mon frère l'été dernier…"

A l'annonce du mot frère, deux larmes jaillirent en chœur de sa voix. Même si Allan n'était pas un Moore, il était son frère de cœur. Et pour Morgan le cœur comptait plus que le sang. Finalement, il avait réussi à arracher à son âme ses mots si durs à admettre. Et à présent, il ressentait un vide en lui. Pas de la peine mais comme un poids en moins. Le fait de mettre en mot ses affectes était le début de la guérison. Et Morgan avait besoin de soigner sa blessure. Respirant plus normalement, il poursuivit ses explications :

"C'était mon modèle, plein de vie, tourné vers l'avenir. Je vis chaque jour comme si tout ceci n'était qu'irréalité. Qu'il vit encore, qu'il pourra encore m'aider, me protéger, me pousser à grandir. Je conserve en moi tout de lui, je me refuse de vivre encore un jour sans penser à lui… Je ne peux pas l'oublier… je ne dois pas… sinon je serai seul…"

On y était, la plus grande peur de Morgan, être seul. Perdu, délaissé des gens. N'être qu'un ami de passage, un bon copain mais sans plus, un petit-ami largué à la première dispute, un fils renié à cause de ses goûts… Morgan vivait sa vie sans être lui, maquillé en footballer musclé. Mais nombre de nuits il finissait par pleurer de ne pas pouvoir être celui qu'il avait envie d'être par peur de voir les autres lui tourner le dos. La perte d'Allan lui avait montré oh combien être seul était horrible, perturbant et héroïque à supporter. Il n'avait pas les épaules à affronter le monde seul. Cette solitude qu'il fuyait, il y était pourtant en plein dedans. Sans le vouloir, il avait fermé les portes de son cœur à de nombreuses personnes par peur de souffrir, d'avouer qui il est ou d'aimer.

Les yeux bordés de rivières limpides et brillantes sur fond de nuit naissante, le garçon fixa alors vers le bas pour voir sans voir les athlètes courir encore. Sous le choc de ses propres émotions, tout semblait en lui bouger sans qu'il en est le contrôle. Tremblant à nouveau dans sa respiration, il pivota sa tête vers Sam, sans attendre une réaction de sa part, il croisa ses bras, refusant tous mouchoirs. Pleurer lui faisait du bien, un soulagement intense qu'il s'interdisait par tant de fois, là enfin il pouvait déverser tout ce qu'il voulait sans avoir peur d'être jugé. Sam était quelqu'un de bien, il le savait peut être pas assez mais il en était persuadé…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. All of what I feel I could show   Ven 13 Mai - 15:50


Ne rien pouvoir faire, ne rien pouvoir dire, se sentir impuissant, Sam détestait cette sensation et pourtant il était en plein dedans. Cela lui faisait vraiment mal de voir son ami dans cet état et ne demandait qu'une chose, pouvoir l'aider à apaiser cette douleur ou cette colère qui l'envahissait. Toute son attention était portée sur Morgan qui semblait vouloir parler mais qui se rétracta pour quelques secondes, avant de reprendre. Il lui avouait qu'il y avait quelque chose qu'il ignorait sur lui, ce qui le fit froncer les sourcils. C'était normal non ? Ils ne se connaissaient pas depuis des années et il y avait un tas de choses que Morgan ne savait pas sur le blond, ils ne pouvaient pas déballer toute leur vie comme ça, d'un seul coup, à quelqu'un, c'était normal, mais s'il ignorait quelque chose qui le mettait dans cet état alors, c'est que cela devait être plutôt grave...

Il ne lâcha pas le regard de son ami, même si le voir triste comme ça le tuait intérieurement il fallait qu'il soit là pour lui, comme il le lui avait dit. Les secondes défilaient à la vitesse de minutes lorsque finalement, il parla et ses mots firent l'effet d'une bombe. Morgan avait perdu un frère ? il comprenait maintenant dans l'état qu'il était, il n'avait jamais vécu la perte d'un être cher pour le moment et s'était toujours demandé comment il réagirait sans jamais trouver de réponses puisqu'on ne pouvait jamais se préparer à une telle chose finalement. Il frotta doucement l'épaule de Morgan puisque sa main à lui n'avait pas bougé de sa place et le laissa continuer, ne se sentant pas de le couper car il savait qu'il était en train de vivre un moment dur.

Sam baissa les yeux. Ce que Morgan disait était vraiment, vraiment triste, et il se sentait vraiment mal de ne jamais avoir remarqué que quelque chose en lui était éteint, mais il fallait avouer que le brun n'avait jamais rien laissé transparaître seulement maintenant, il comprenait pourquoi il ne semblait pas heureux lorsqu'il accomplissait quelque chose, ou lorsqu'il faisait tout pour justement, faire quelque chose de bien.

« Tu as peut-être cette impression mais, tu ne seras jamais seul tu sais ? Il y a un tas de personnes qui t'aiment et même si tu te sens coupable d'être là, dis-toi que lui, ne doit pas être très très content de te voir te retenir de vivre ta vie et ne pas vouloir être heureux... » lui dit-il simplement. Son ami venait de se renfermer sur lui-même, bras croisés tout contre lui, Sam le fixa avant d'ajouter « S'il s'était passé l'inverse, est-ce que ça t'aurait fait plaisir de le voir être triste et ne pas profiter des choses qui lui serait offertes ? Je ne te juge pas non, je ne pourrais jamais comprendre la peine que tu éprouves, mais je te dis simplement ce que je pense... ».

Sam savait qu'il n'était personne pour donner des conseils, ils étaient amis simplement, et Morgan allait peut-être trouver que ce qu'il lui disait était déplacé et il allait peut-être se braquer encore plus, mais le blond ne voulait pas lui mentir en lui donnant un discours qui reflétait l'inverse de ce qu'il pensait.


Dernière édition par Sam Evans le Mar 26 Juil - 11:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. All of what I feel I could show   Sam 14 Mai - 10:50

Le silence survenu après les mots de Morgan fut brisé par Sam qui parla à son tour. La nouvelle l'avait touché, il n'y avait aucun doute, car de sa main il caressait l'épaule de Moore. Réel signe d'amitié et de compassion, il tenta de remonter le moral à l'adolescent. Tâche difficile s'il en est car Morgan n'arrivait pas à dépasser son deuil. Les premiers mots du footballer amenèrent Morgan à penser toujours la même chose. Mais dans ses grandes réflexions, il savait que les gens avaient du mal à consoler ce qu'il ne pouvait comprendre pour ne pas l'avoir vécu. Dans cette optique Aaron avait été un ami assez particulier, lui aussi avait perdu un être cher. Mais il ne pouvait en vouloir à Sam d'essayer de l'aider. Cela confirma qu'il s'agissait d'un ami, un vrai. Puis Evans vint à parler d'échange avec l'au-delà. Allan veillant sur lui n'était pas heureux de le savoir triste… Cette philosophie à la con, eut vite raison d'énerver le garçon qui se leva d'un bon.

"J't'arrête de suite! Y a rien après la mort!"

Il fit quelques pas sur le côté pour s'éloigner du blond, laissant sa guitare sur le banc. Il cessa d'avancer lorsqu'il fut au bout de l'allée, près des escaliers. Les mots de Sam ricochaient dans sa tête. Pour la première fois de sa vie, il venait à réfléchir si c'était lui qui était mort ce jour là, où en serait Allan? Qu'aurait-il pensé si sa mort avait gâché celle de son frère de cœur? Stoïque dans le froid, seules les vagues de buée sortant de sa bouche montraient qu'il était en vie. Un instant il se projeta dans le film de sa vie et échangea juste les rôles.

~ Le téléphone sonna de bonne heure et Renée décrocha. Figée, elle tendit à Allan le combiné. Le garçon tomba le sourire très tôt, des sueurs froides sur tout le corps. Il lâcha ce qu'il avait dans les mains et courut jusqu'à la maison de son ami. Brad partit à sa poursuite pendant que Renée effondrée avait sa main collée à sa bouche. La température basse du matin ne l'empêcha pas de poursuivre son chemin de croix au pas de course. Repoussant les limites de son corps pour arriver plus vite, il perdait par centaine des larmes de chacun de ses yeux. Devant la maison Moore blanche et verte, il accéléra comme jamais. Chaque pas pour lui était un pas de moins à faire vers Morgan, il se refusait encore à croire ce qu'il avait entendu, que ce n'était pas le bon prénom… Il entra sans frapper, à bout de souffle et affecté humainement. Alors le visage brimé de James se posa sur lui. La présence d'un médecin confirma à Allan la nouvelle qu'il venait d'apprendre. Il hurla si fort que son père, Brad entendit son fils alors qu'il était à quelques pas de la maison. Son corps semblait sans vie aussi, cloué au sol incapable de bouger… tout ceci n'était qu'irréalité. Mais quand Brad vint à côté de lui et posa son bras sur son épaule, Allan se jeta sur le corps drapé de blanc recouvrant Morgan. Hurlant à pleins poumons, il fut évacué par Simon qui le serra intensément contre lui. Se laissant tomber, une fois l'étreinte relâchée sur la terrasse il vomit à en perdre la tête. Comme si tout son corps rejetait ce qu'il venait de voir.
Son meilleur ami était mort et sa mère partit, elle aussi, emporté par le chagrin de voir son amour perdu à jamais. Allan comprit que la vie n'était pas rose continuellement. Il se rendit compte qu'elle n'avait pas de prix, que chaque être humain était précieux et qu'il fallait prendre soin des autres. A la rentrée 2010, il quitta le lycée pour s'engager dans une organisation humanitaire et partit quelques semaines après en Afrique. Là bas il pouvait combler le vide de son existence en sacrifiant sa vie pour les autres. En mémoire de Morgan parti pour toujours, il n'aurait de cesse que d'avancer pour ne pas gâcher deux vies… ~

Un battement de paupière ramena l'adolescent dans sa réalité. Toujours immobile, ce qu'il venait d'imaginer le troubla fortement. Allan continuait à aller de l'avant et ce malgré la perte de Morgan. Cette vision n'était pas une altération de l'amour qu'éprouvait Morgan pour son meilleur ami. Il ne pouvait concevoir autrement la réaction de son frère. La perte de sa mère était aussi une évidence pour lui. Car à chaque blessure de son fils, Gladys saignait en son fort intérieur. Ce qu'il venait de visualiser pour la première fois le marqua profondément. Il était à côté de la plaque totalement. Non seulement la vie d'Allan s'en était allée à jamais et en plus il faisait de même avec la sienne. Accablé et déçu de lui-même, il poussa un cri de rage envers lui et s'effondra sur le bois du gradin. Courbé dans le froid, brisé en son sein et perdu dans son esprit, Moore ne savait plus… Les dents serrées et crispées, il fermait les paupières pour ne plus à voir sa vie…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. All of what I feel I could show   Sam 21 Mai - 13:57


Le jeune homme s'était risqué à donner quelques conseils enfin du moins, quelques recommandations et encore, on ne pouvait même pas appeler cela comme ça et c'était très risqué, Morgan pouvait le prendre bien comme mal.

« J’t’arrête tout de suite ! Y’a rien après la mort ! »

Sam fit un bond en voyant Morgan se lever d’un coup et dire ça sur un ton qu’il ne lui connaissait pas. A vouloir trop bien faire, le blond avait tout simplement réussi à énerver son ami, et c’était bien la dernière chose qu’il voulait faire. C’était ça, le quotidien de Sam Evans, mettre les pieds dans le plat, se retrouver dans des situations plus cocasses les unes que les autres, et tenter tant bien que mal de s’en dépatouiller. Avec le temps, il aurait dû s’y faire et trouver des stratagèmes pour s’en sortir mais cette fois était encore la preuve qu’il n’y arrivait toujours pas. Il ne pouvait pas comprendre ce que vivait son ami, même s’il le voulait le plus possible, s’il n’avait pas vécu quelque chose de tel, il ne pouvait pas se mettre à sa place. Il le savait et avait pourtant tenté de placer quelques mots qu’il pensait être rassurants et qui au contraire, avait eu l’air d’avoir l’effet inverse.

Morgan s’était éloigné de lui, laissant sa guitare à côté du jeune homme qui ne savait quoi faire, il avait peur de dire encore une bêtise et de s’enfoncer ou de mettre le brun en colère. Le blond baissa la tête, trouvant un intérêt soudain à ses baskets qui étaient dans un état lamentable, sa mère allait sûrement le réprimander encore une fois lorsqu’il rentrerait en lui ordonnant de les laisser dehors pour évacuer l’odeur avant de les récupérer pour les mettre à laver. Sa mère et la propreté, c’était vraiment toute une histoire enfin, il y avait pire dans la vie et il n’avait pas vraiment à se plaindre.

Ce fut Morgan qui le sortit de ses pensées puisque Sam sursauta en entendant un grand boum et son ami hurler. Il se leva précipitamment pour le rejoindre et lui demander si tout allait bien. En l’occurrence non ça n’allait pas, mais il parlait bien évidemment de l’aspect physique de la chose. Il s’approcha de lui et s’agenouilla à ses côtés, posant sa main sur son épaule. Les mots ne lui venaient pas non, et de toute manière ils auraient été de trop maintenant, alors il serait juste présent pour son ami lorsqu’il aurait besoin de lui et ça, Morgan le savait désormais.

Puis il le prit dans ses bras et le serra contre lui, ça lui importait peu que quelqu’un vienne sur le terrain ou passe pas loin et les voient comme ça puisque pour lui c’était tout naturel, réconforter un ami n’avait rien de particulier et puis tant pis si des rumeurs allaient être lancées pour le coup il ne voulait même pas y penser. Le moral de son ami était la seule chose qui comptait.

C'est quelques minutes plus tard qu'il fut contraint de lâcher son ami qui semblait calmé maintenant puisqu'il ne sanglotait plus, la sonnerie venait de résonner dans les vestiaires, signe qu'il était l'heure et lui avait un cours de mathématiques qu'il ne pouvait pas manquer. Il était pas mal en retard par rapport aux autres dans cette matière à cause de sa dyslexie qui lui faisait du tort, et avait promit à son professeur de faire des efforts afin de se mettre à niveau.

« Il faut que j'y aille sinon je vais me faire tuer mais tu m'envoies un message si ça va pas ou tu m'appelles ce soir » lança-t-il à son ami en prenant ses affaires. « De toute manière tu m'auras sur le dos d'une manière ou d'une autre j'te laisserais pas tomber » ajouta-t-il en lui faisant un signe de la main avant de dévaler les marches des gradins à grande vitesse puisqu'il était déjà en retard.

C'est le coeur un peu lourd et surtout plein de culpabilité qu'il se rendit à son cours de maths et même avec la meilleure des volontés il eut beaucoup de mal à se concentrer. Son meilleur ami s'était confié à lui d'une manière incroyable et il allait tout faire pour le soutenir et être le meilleur des amis possible.


Topic terminé

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 05. All of what I feel I could show   

Revenir en haut Aller en bas
 

05. All of what I feel I could show

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 5
-