Choriste du mois


Partagez | 
 

 05. A book club ? Yes sir !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 05. A book club ? Yes sir !   Ven 1 Avr - 9:38


A book club ? yes sir !
Désirée - Lilla - Robbie - Domino - Christabella

Lorsque le dernier élève franchit la porte de la salle de Désirée, cette dernière la referma d'un geste brusque avant de venir s'asseoir à même son bureau, regardant ses élèves de dernière année. Pour eux, c'était le dernier cours de la journée, et d'ordinaire, ils étaient excités au possible, Désirée se chargeant de passer dans les rangs pour avoir une discussion un minium ordonnée ou bien pour prendre les téléphones portables de certains. La dernière heure de cours était et avait toujours été la plus éprouvante pour elle … Cependant, la plupart des adolescents s'étaient tus face à l'air impassible de leur professeur. Aujourd'hui, Désirée n'avait vraiment pas envie de sourire, mais alors pas du tout. Elle avait parfaitement consciente que tous les regards étaient rivés sur elle et, même si d'ordinaire la blonde adorait cela, aujourd'hui elle n'avait pas du tout l'intention de se balader dans la salle avec ses talons aiguilles. Déjà, parce qu'elle avait une paire toute neuve, superbe soit dit en passant qui ne méritait pas que … Désirée était légèrement en train de s'égarer (non mais sérieusement, ses chaussures étaient magnifiques !) et elle releva la tête, reportant son attention sur ses élèves.

"J'ai corrigé vos dissertations ce week end. Et au passage, j'apprécie toujours les restes de pizza sur les copies, merci. Trèves de plaisanterie …" Ceci étant dit, Désirée croisa les bras sur sa poitrine et reprit. "Est-ce que vous trouvez que je suis une prof exigeante ? Non. Je ne pense pas. Alors je sais pertinemment que Guerre et Paix n'est pas un roman adapté à vos jeunes esprits, je ne dirai même pas cerveau parce que pour certains je me suis vraiment posée la question, mais quand même ! Je vous demandais juste de lire le premier et le dernier chapitre et de vous imaginez ce qui s'était passé entre les deux. Même de l'imagination vous n'en avez pas .. Enfin … Il y a toujours deux ou trois qui relève le niveau mais ça ne suffit pas." Ce devait bien être la première fois qu'elle tenait un discours pareil à ses élèves, en règle générale, elle était ce genre de professeur qui les encourageait toujours et leur laissait un minimum de liberté. Non franchement, Désirée Cravy était une prof "cool". Et non, elle n'était pas du tout en train de se jeter des fleurs, elle le savait, tout comme elle savait que le ciel était bleu (bon pas vraiment aujourd'hui) et que l'herbe était verte.

Et pourtant, on était fin janvier, ses élèves de terminales allaient devoir sérieusement commencer à réfléchir à leur futur, et remplir des dossiers pour de grandes universités. Certains y arriveraient et d'autres pas et Désirée ne pouvait s'empêcher de penser que la plupart n'avaient strictement rien retenu de son cours. Alors si les gentils sourires ne passaient plus … Il était temps de passer un cran légèrement au dessus. "Vous devez sortir d'ici en étant capable de vous exprimer correctement et en ayant un minimum d'esprit critique !" Sinon quel était l'intérêt d'enchaîner analyse sur analyse, livres sur livres, si c'était juste pour qu'ils retiennent en quelle année avait été publié Germinal ou de connaître des éléments de la biographie d'Emily Brontë, hein ? Désirée le savait déjà tout ça …"Alors vous ne me laissez pas le choix. On va devoir étudier le livre le plus long, le plus barbant et le déprimant de la littérature française." Désirée finit par se lever et sortit un épais ouvrage de son sac. Honnêtement, c'était méchant. Très méchant. Personne ne méritait de devoir lire CE bouquin. Et avec tout le respect qu'elle devait à l'auteur, c'est-à-dire pas beaucoup lorsque l'on y pensait, c'était bien le seul ouvrage qui avait réussi à l'endormir et ce du début à la fin. "Mes chers élèves j'espère que vous êtes prêt pour le Rouge et le Noir de Stendhal." L'heure allait être longue … Et ce, pour tout le monde.

Et la blonde finit par se rasseoir lorsque la cloche retentit enfin … Stendhal, espèce de génie machiavélique. Zut, en plus, elle avait oublié de dire à ses élèves une information d'une importance capitale. "Vous vous êtes inscrit à mon … non ! okay ! partez ! partez !" finit par dire Désirée en se rendant compte que la salle était déjà vide. "Ils ne savent vraiment pas ce qu'ils loupent ! " Non ils ne savaient vraiment pas … Mais là encore, est-ce que d'autres élèves s'étaient inscrits ? Désirée avait laissé la liste sur le panneau d'affichage et n'y était pas retournée depuis, ne voulant pas du tout passer pour une psychopathe, pas plus qu'elle ne l'était déjà en fait. Ou alors quelqu'un avait enlevé sa liste ? Quelqu'un comme Sue ou James qui trouvait que sa matière était complètement futile … Mais non, Désirée s'imaginait encore le pire, la guerre était finie avec James, et s'il n'avait pas encore compris le message, il se prendrait son talon dans les … Bref, pas de quoi s'inquiéter, se dit-il en sortant les livres qu'elle avait pris pour l'occasion de son sac. Elle poussa quelques chaises et quelques tables, histoire d'avoir un espace de discussion plus pratique et … Attendre. C'était tout ce qu'elle devait faire.
Malheureusement, la patience était une vertu que Désirée n'avait pas encore acquise …


Dernière édition par Désirée Cravy le Dim 8 Mai - 13:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Sam 2 Avr - 20:03

Tic, tac, tic, tac. Avez vous déjà eu l'impression qu'en une seconde il s'écoulait bien plus d'une seconde ? Et même bien plus d'une minute ? Que vous voyez ce que je veux dire, ou non, c'était exactement l'impression qu'avait Lilla. Elle était actuellement en cours de maths -le dernier de la journée- et fixait d'une façon tellement intense sa montre, que ses yeux lui brûlait. Comme si elle espérait faire avançait les aiguilles plus vite. Elle était assise sur le bord de sa chaise (elle était à peine assise, en réalité), prête à sortir d'un bond dès que la sonnerie retentirait. C'est-à-dire dans un peu moins de deux minutes. C'était un véritable supplice, Lilla n'en pouvait plus. Pourtant, elle aimait bien les maths, d'habitude. Mais bon, c'était d'habitude. Car aujourd'hui, c'était une torture pour la jeune fille. Et ce pour trois raisons.

Tout d'abord, aujourd'hui, la géométrie était au programme. Or, autant Lilla aimait bien résoudre des équations (c'était presque un jeu, pour elle), autant elle aimait beaucoup moins plancher des heures sur une forme géométrique asymétrique et de travers, tout ça pour prouver que (AB)//(DF). Non mais franchement !
En plus, Lilla venait tout juste de commencer un nouveau livre : Les Misérables. C'était un merveilleux roman, d'un auteur français, Victor Hugo. Elle venait tout juste de le commencer (ce matin, pour être exacte), mais en était déjà au au premier tiers. Et elle avait tellement envie de connaître la suite ! De connaître le sort de Fantine, de Cosette et de Jean-Valjean ! Elle aurait mille fois préféré être installée dans un fauteuil confortable, à se délecter de mots, plutôt que de rester ici à attendre que les minutes passent ...
Enfin, et c'était la principale raison de son impatience, Lilla avait terriblement hâte d'aller à la première réunion de son club de lecture ! Elle s'était inscrite dès que son professeur de littérature lui en avait parlé, avec un enthousiasme débordant. C'est vrai, quoi, comment pouvait-elle louper une chance de rencontrer d'autres personnes passionnées de lecture ? Elle allait enfin pouvoir passer des heures entières à parler de livres, à en découvrir de nouveaux et à en faire découvrir aux autres ! C'était pour Lilla le rêve absolu.

Dring ! Enfin, la sonnerie ! Lilla se leva d'un bond, et sortie la première de la salle de cours. C'était bien la première fois que cela lui arrivait ... d'ailleurs, son professeur de mathématiques remarqua apparemment ce changement soudain d'attitude, puisqu'il la regarda s'en aller à grands pas, les yeux ronds. Ignorant son regard éberlué, Lilla continua son chemin, jusqu'à la salle ou devait se tenir la réunion. Elle se demandait bien qui il y aurait d'autres, à part elle. Elle avait vraiment hâte de le savoir. Elle s'arrêta devant la porte, et souffla un instant. Elle se demanda un instant si elle serait la première, et se dit finalement que le meilleur moyen de le savoir, ce serait quand même d'entrer. Alors elle respira un grand coup, et appuya sur la poignée ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Sam 2 Avr - 22:02

Manage me, I'm a mess
Turn a page, I'm a book half unread
DESIREE, LILLA, ROBBIE, DOMINO & ECATERINA
A chaque fin de cours d’histoire, Robbie voyait son diplôme de fin d’année s’éloigner encore un peu plus. A chaque fois, il se demandait comment il allait réussir à valider cette matière ? Même avec la meilleure volonté du monde, il n’y comprenait rien. Il y avait bien trop de dates, trop de faits, trop de relations complexes entre les pays etc. Fixant la trotteuse de l’horloge, il attendit les 10 dernières secondes avant d’être libre. Car oui, le cours d’histoire était digne de la pire pénitence possible. Il lâcha un long soupir en même temps que la sonnerie et se leva d’un bond. Cette pénible journée était enfin finie. Il n’avait plus qu’une envie, retourné chez lui, s’allongé et attendre que Télémaque rentre pour qu’ils puissent se raconter leur journée. Il fit un détour vers son casier pour y récupérer quelques affaires, et se dirigea vers la porte de sortie.

Il n’était plus qu’à quelques mètres de la liberté. Il dut passer devant le panneau d’affichage, ou par habitude il jeta un léger coup d’œil avant de voir la feuille. Il l’avait complètement oubliée ! Il y avait inscrit son nom dans l’optique d’assister à ce club de lecture. Mais là il n’avait qu’une chose en tête et ce n’était pas du tout d’aller parler d’un quelconque bouquin, avec des lycéens qu’il ne connaissait pas, à la lecture des noms. De toute façon, comme ce n’était pas un cours obligatoire, il n’y aurait surement pas d’appel fait, et on ne pourrait pas lui reprocher son absence. Au pire, il sortirait la fameuse excuse du problème familial.

Oui c’était décidé, il n’irait pas. Il poussa la grosse porte et descendit les marches. Au fur et à mesure qu’il avançait, il cherchait des excuses pour se donner bonne conscience, mais hélas ça ne fonctionnait pas vraiment. Et puis la littérature ce n’était pas si mal. Surtout qu’il aimait lire les livres qu’on lui donnait. Pour lui la lecture était quelque chose de très important. Introverti par nature, il se complaisait de n’avoir qu’un livre pour compagnon. Bizarre hein ? Et il décida donc de faire demi-tour. Et en y réfléchissant vraiment bien, ce club de lecture pourrait lui permettre de s’améliorer en Littérature, même s’il était déjà plutôt bon, et par la suite, pourrait lui permettre de compenser sa note d’histoire au diplôme par exemple. Il pressa un peu le pas, pour ne pas arrivé au club.

Autre chose qui pesait dans la balance du coté « pour », c’était madame Cravy qui s’occuperait de cette réunion entre lecteurs assidus. C’était une parfaite aubaine : après sa discussion a cœur presque ouvert avec monsieur Kinney, maintenant il avait la possibilité de rencontrer madame Cravy dans un autre contexte que celui des cours. Certes, les cupcakes ne seraient pas la pour désinhiber les interdits mais pour Robbie ce n’était pas vraiment un obstacle. Il suffirait de remplacer madame Cravy par un personnage de livre, pareil pour monsieur Kinney et Robbie demandant l’avis professionnel de son professeur, en saurait davantage. C’était un plan quelque peu tordus, mais qui pouvait parfaitement tenir la route.

Il poussa de nouveau la porte du lycée, et avança en direction de la salle attribuée à cet événement. Il poussa la porte, décidément il prenait la voix parfaite pour devenir portier, et vit la salle… presque vide. Il n’y avait que la prof de littérature et une autre lycéenne qu’il ne connaissait pas. La salle avait été réaménagée de manière à avoir une ambiance moins scolaire. Il prit une chaise, et la posa aux cotés de la lycéenne qui était déjà là. N’étant pas du genre bavard avec les gens qu’il ne connaissait pas, il s’assit en silence, s’excusant tout de même auprès du professeur pour son léger retard. Il espérait que les autres seraient plus à l’aise avec leur verve, et qu’il n’y aurait pas de présentations bizarres dignes des alcooliques anonymes comme : Bonjour je m’appelle Robbie et que les autres répondraient en cœur, Bonjour Robbie. Euh d'ailleurs, ils étaient où les autres?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Mer 6 Avr - 0:57

Soudain les lumières avaient éclairé le terrain de sport avec une puissance inhabituelle. Le ballon en main, elle courait à en perdre haleine, ayant cette désagréable impression d'être coincée dans un mauvais épisode de Olive et Tom, dans lequel le terrain faisaient deux kilomètres. Les cris de la foule s'étaient tût, tous retenaient leur souffle comme si le simple fait de respirer aurait pu la faire échouer lamentablement. Un simple coup d'oeil au chronomètre lui confirma qu'elle avait raison de s'inquiéter. Les secondes s'égrainaient, implacables, tandis que l'adolescente considérait la distance qui lui restait à parcourir. Si elle manquait cette occasion, il n'y en aurait aucune autre pour faire ses preuves. Elle serait remerciée et jetée hors de l'équipe. Beiste l'avait sélectionnée envers et contre tous mais si l'alchimie ne prenait pas, elle ne pourrait forcer personne à jouer en sa compagnie. Domino serra les dents et avala les derniers 10 yards qui la séparait de la ligne d'en-but, un grimace conquérante déformant ses traits.
Une dernier effort et...
«... C'est ainsi que Benjamin Franklin effectua son dernier...»
« ...TOUCHDOOOOWN !»
Le poing levé, un sourire colgate max-white illuminant son visage, elle arborait l'air bienheureux et les stigmates sur la joue de celle qui avait passé toute l'heure de cours à pioncer comme une marmotte. Et ce n'est pas un sourire profondément embarrassé qui lui avait succédé mais cette mine assurée qu'on ne connaissait que trop bien.
« Ben quoi ? Benjamin Franklin n'a pas inventé le Football américain ? J'aurais juré l'avoir lu sur Wikipédia !» fit l'adolescente en haussant les épaules comme s'il s'agissait d'une évidence.
« Une chose est sûre, en l'occurrence, vous n'avez pas inventé l'eau chaude mademoiselle Colombine.»
Sans réponse particulière à offrir à cette attaque verbale, Domino leva simplement les yeux vers la pendule.
« La semaine prochaine, je vous apprendrez comment Youri Gargarine a découvert les bas de contentions et les chaussettes auto-chauffantes sur la face russe de la lune ! Vodka ! »

Quittant la salle sans vraiment se poser de questions existentielles superflues telles que "Vais-je me faire punir pour insolence ? Est-ce que le prof court plus vite que moi si je pique un sprint ? Et si je le poussais dans les escaliers ? Quand est-ce qu'on mange..." Hum, bref. Dans ce genre là... Chuck consulta sa montre avant de se diriger vers le Club de "Lecture". Oui, parce que bon, un club pour parler bouquins, ça n'existait pas. Comme les clubs de Thé, de chiffons, de couture et autres hérésies de la bonne ménagère en devenir. C'était une légende urbaine directement héritée du Cercle des Poètes Disparus... Forcément.
Alors lorsque les yeux verts de l'adolescente s'étaient posé sur cette liste agrafée au panneau d'affichage, son sang n'avait fait qu'un tour et un seul mot s'était imposé à elle. Fight Club.
Et tout les noms à la suite étaient des pseudonymes. Ca coulait de source. Personne ne s'appelait Stringfellow en vrai. Enfin, d'un autre côté, personne n'était censé pouvoir s'appeler Domino Colombine. Trop débile. Tout ceci avait finalement amené la brunette à ajouter son propre prénom à la liste et à aller à la rencontre de ce mystérieux "Club".

Le lieu l'avait légèrement surprise, pour ne pas dire totalement désarçonnée. En salle de classe ? Vraiment ? Elle aurait pensé à une cave, un grenier, quelque chose de glauque... Il n'y avait pas que ça qu'elle aurait dû repérer. Le nom de Cravy peut-être... Mais Chuck n'avait probablement même pas lu les explications du parchemin, se contentant de noter avec fébrilité les coordonnées dans un coin de son test de math, sans prêter attention au reste.
La main posée sur la poignée, elle avait déjà fait un pas dans la salle, dévisageant ses deux occupants et manqua de s'étrangler.
« BOOOoon... »
Domino observa la petite brune déjà assise et le Ken ultra-bright à ses côtés. Si c'était ça le casting de Fight Club, ils allaient avoir du mal à remplir les salles. Mais admettons.

Inutile de dire que si Chuck se voilait encore la face, c'est tout simplement parce que la littérature n'avait jamais été son fort. Alors peut-être qu'en croyant jusqu'au bout à l'histoire du Fight Club, elle pourrait s'éclipser discrètement. Car oui, les seuls livres que l'adolescente avait côtoyé de plus ou moins près avaient été les manuels d'installation pour ses appareils de musculation, l'arrière du DVD de Rocky Balboa et la biographie de John Cena. Lire ne la rebutait pas pour autant mais... Comment dire... Rien que l'idée de poser ses fesses dans un fauteuil pour feuilleter Amour, Gloire, Beauté, Guerre et Paix (Ouais, peu importe) lui donnait cette désagréable impression de vieillir avant l'heure.

Chuck posa donc ses fesses sur l'extrême bord de sa chaise, prête à bondir dès que le mot "Livre" ou synonyme serait prononcé. Fuyooons !


Dernière édition par Domino C. Colombine le Lun 11 Avr - 17:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Jeu 7 Avr - 16:15

« Samedi 24 mars 1984. Lycée Shermer. Shermer, Illinois. Monsieur Vernon, nous acceptons d’avoir à sacrifier tout un samedi en retenue puisque vous pensez que nous avons fait quelque chose de mal - c’est vrai, c’était mal. Mais, nous trouvons absurde le sujet de dissertation que vous nous avez donné : « Qui pensez-vous être ? » Qu’est-ce que ça peut vous faire ? Vous nous voyez comme vous voulez bien nous voir parce que c’est plus simple et parce que ça vous arrange. Vous nous définissez comme : Un surdoué, un athlète, une détraquée, une fille à papa et un délinquant. Vrai ou faux ?

Et c’est ainsi que chacun de nous voyez les quatre autres, ce matin encore à cette heure. L’intox avait marché à fond.
 »

The Breakfast Club. Dans l‘esprit de la jeune fille, le dialogue d’introduction de ce film mythique résonnait en écho assourdissant - c’était stupide mais, incontrôlé. Il avait toujours été son film préféré. Les épaules droites, fixant le tableau blanc devant elle, elle écouta d’une oreille distraite les recommandations de son professeur d’espagnol. Honnêtement, elle n’était pas spécialement excitée à l’idée de faire partie d’un club de lecture. Ecaterina s’était inscrite sous l’impulsion de Ms Cravy. Son affection pour elle avait remporté le combat contre toutes ses petites réticences et finalement, elle avait trouvé l’idée attrayante : partager avec les autres… cela devait être fun. Du moins, sur le papier l’idée avait du potentielle - reste à savoir qui participerait à cette satanée assemblée.

Plusieurs fois dans la semaine, Ecaterina était discrètement passée vérifier les noms inscrits sur la liste fièrement accrochée sur le panneau d’affichage, près de la classe de Ms Cravy. Pendant un long moment, son patronyme imprononçable avait été le seul à apporter un peu de superbe à cette feuille tristounette. Oui, elle avait peut-être effectuée une danse de la victoire mentale et poussée un gros soupir de soulagement en pensant au fait que, à peine créée ce club allait être dissout. C’était mesquin. Mais, cela témoignait de son faux enthousiasme pour le projet. Peut-être qu’elle aurait dû laisser tomber, après tout. Seulement, forcée de constater qu’au fil du temps, les lignes régulières c’étaient noircies, elle avait abandonné l’idée de faire faux bond à sa professeur. Diantres. Elle croyait en elle, Ms Cravy. C’était flatteur, cela dit. Mais, cela la forçait à prendre des gants avec elle. Ecaterina ne voulait pas la décevoir. L’adolescente savait que sa prise de bec avec la conseillère d’orientation du lycée lui avait été rapporté - cela l’avait déçu et même si la blondinette invoquait sans cesse le fait que cela lui était complètement égal et bien…ce n’était pas réellement le cas.

La littérature était sa passion. Enfant, on lui avait apprit à aimer les bons livres. Son père était écrivain. Il se plaisait à démontrer toute sa fantaisie dans des nouvelles d’épouvantes publiées dans des magazines pour enfants. Pas de la grande littérature, certes. Mais, il lui avait toujours apprit à faire exploser sa créativité. Jamais elle n’avait eu le loisir de le faire. Si ce n’est dans les cours de Ms Cravy. Voilà pourquoi elle s’était autant attachée à ce cours. Clignant des yeux quand la fin de la classe sonna, Ecaterina sortie de sa torpeur. Était-elle prête à affronter cette épreuve ? Évidemment, ce n’était qu’un club de lecture et même si le fait d’adresser la parole à de parfaits inconnus la rebutait, il fallait bien qu’elle s’y rende - se défiler de la sorte, trop peu pour elle.

Bientôt, elle sortie de la classe. La cohue générale lui avait encore valut de se prendre un coup d’épaule violent de la part d’un membre du football club. Ce qui l’énerva mais, ne la détourna pas pour autant de son chemin. Du haut de sa petite taille, elle distingua au loin une élève qui entra dans la salle qu’elle convoitait. Fronçant les sourcils, elle fut soudain intriguée. D’ailleurs, une pointe de curiosité la força à accélérer le pas. Le clic-clac réguliers de ses ballerines sur le sol était à peine perceptible, les rugissements bestiaux des footballeurs convoitant le postérieur d’une cheerleader masquaient la douce mélodie de ses petits pas de souris. Aussi, cela n’avait pas d’importance et revenant sur sa décision d’aller déposer ses affaires dans son casier avant de se rendre à la première session du club, elle se dirigea d’un pas décidé vers la salle.

Bizarrement, toute cette réticence à vouloir s’y rendre, c’était estompée - versatile, pas vraiment… mais, elle se souvenait de la fin de son film préféré, cela la forçait à accorder un petit peu plus d’importance à cette réunion de passionnés. Quand elle contourna un groupe d’élève qui s’était arrêté en chemin, Ecaterina sentie son cœur faire un bond dans sa poitrine. Toutefois, elle n’hésita plus et tout en carrant les épaules, elle entra dans la salle.

« Bonj… bonjour. » lança-t-elle plus par habitude qu‘autre chose. Son regard s’arrêta instantanément sur sa professeur, assise sur le bureau. Ecaterina la gratifia d’un sourire timide puis, enfin se tourna vers les élèves déjà installés ; elle ne connaissait personne. Ou du moins - elle plissa les yeux. Ses pupilles bleues claires scrutèrent la silhouette de Lilla Ferguson mais, elle ne dit rien et se contenta d’esquisser un autre sourire, tournant son visage vers les deux autres assit près d’elle. Tachant de ne pas faire durer l’attente trop longtemps, elle fit glisser la hanse de son sac sur son épaule et alla s’asseoir à la gauche de l’autre jeune fille : est-ce que quelqu’un d’autre allait arriver ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Ven 8 Avr - 23:12

Et si personne ne venait ? Se demandait la blonde, les yeux rivés sur ses ongles. Et si personne ne venait … Possibilité qu'elle n'avait pas vraiment envisagé se disant qu'elle était totalement irrésistible et que quelques élèves tomberaient bien dans le panneau en se disant que cela ne pouvait pas être un "club de lecture". Plus sérieusement, non franchement, plus sérieusement, Désirée voulait que ses élèves soient un minimum motivés, sinon aucun intérêt de faire une discussion ouverte. Non, sinon, elle aurait collé les élèves les plus faibles de sa classe et leur aurait ressorti des sujets de dissertations qui ne servaient strictement à rien à part embêter les élèves. (Si, si, ce genre de sujet existait, il suffisait de savoir utiliser Google, voilà tout !) Et la professeur qu'elle était ne voyait absolument aucun intérêt à coller ses élèves : c'était une perte de temps pour tout le monde, les adolescents en ressortaient plus frustrés que jamais et elle … Elle avait une tout de même une vie après les cours. Bon okay, pas une vie passionnante, en même temps difficile à faire à loosers town … euh pardon Lima, mais tout de même … Corriger des copies et préparer des cours ou faire des heures supplémentaires n'était pas du tout excitant. Par contre elle connaissait des choses bien plus stimulantes, la première s'appelait Ashto… wow stop. Désirée secoua la tête et se força à se lever, non, non, c'était mal de penser à ce genre de choses dans sa salle de classe. Dans un lieu de savoir, oui, c'était mal. Mais en même temps, ce n'était pas une nonne donc … Non. C'était m-a-l.

Fort heureusement pour Désirée, la porte de la salle s'ouvrit enfin. AMEN ! se dit la blonde. Et, dans son esprit, elle se figurait que la porte s'ouvrait dans un roulement de tambour assourdissant et que le premier élève apparaissait dans un halo de lumière doré … Désirée ne put s'empêcher de légèrement rire face à propre bêtise, (plus de film après 3 heures du matin pour elle), et s'arrêta aussitôt en voyant une de ses élèves, Lilla pénétrer dans la salle. La blonde la salua, ne s'étonnant pas vraiment de la voir ici, Lilla faisait partie de ses élèves studieux et c'était donc un vrai plaisir de l'avoir ici. La porte s'ouvrit une nouvelle fois (Amen, se dit Désirée, il y a peut être un Dieu sur Terre), pour laisser place un jeune homme cette fois-ci. Sa tête lui disait vaguement quelque chose … Mais elle n'arrivait pas à le replacer. Bon tant pis, elle finirait bien par savoir son prénom. Et quelques minutes plus tard, chose plus qu'inespérée, c'était quatre élèves qui étaient assis en face d'elle. Donc résumons : Lilla, le seule garçon de la pièce, une autre brune qui avait l'air de se demander où est-ce qu'elle était tombé (essaye donc de partir ma chérie, tu es dans ma salle de classe maintenant …) et Ecaterina, une autre de ses élèves. Et il régnait dans la salle un silence pensant, aussi bien que lorsque Désirée finit par aller s'asseoir près d'eux et que ses talons claquèrent sur le sol, elle se serait presque cru en plein film d'horreur, comme si toutes les lumières de la salle allait toute s'éteindre d'un coup et qu'ensuite … Elle fit taire son imagination et posa ses fesses sur la chaises. (Non vraiment, plus de film après 3 heures …)

"Bonsoir à tous … Bon eh bien … On est suffisamment nombreux pour commencer … Je ne pense pas que quelqu'un d'autre va arriver, mais déjà je ne me retrouve pas toute seule … C'est déjà ça." Oui, désormais tout était possible, enfin si elle arrêtait de se parler toute seule et qu'elle leur parlait un peu. Mais, c'était Désirée qui aurait dû être la plus terrifiée, des adolescents silencieux … étrange comme concept, non ? Et en même temps, ils ne se connaissait absolument pas, donc … difficile que quelqu'un commence la conversation. Okay … Il fallait donc que quelqu'un détende l'atmosphère. Désirée pouvait le faire … Oui, c'était dans ses cordes. "Qu'est-ce que je peux vous dire … Laissez tomber les Miss Cravy pour ce soir, okay ? Appelez moi juste Désirée ça sera déjà beaucoup mieux." Parce que Miss Cravy, c'était sa mère numéro 2, se retint-elle d'ajouter. Auquel cas elle aurait dû expliquer qu'elle avait deux mères, chose qui n'était vraiment pas conventionnelle. Et c'était légèrement dépasser la limite de la relation élève-professeur. Légèrement … "Je connais déjà certains d'entre vous et d'autres pas … Alors je propose qu'on se présente tous. Commencez par votre prénom, votre livre préféré et pourquoi vous êtes là …"

Club de lecture ou groupe de soutient pour des patients atteints de maladie psychiatrique ? Désirée était en train d'employer la même méthode et ils allaient très certainement la regarder avec des yeux ronds et se demander dans quel genre de club ils étaient tombés. Mais Désirée n'avait pas de meilleure idée pour rompre la glace. Bon elle pouvait toujours enlever son soutien gorge sans retirer son haut, sauf que là, la glace serait un peu trop brisée donc … non. Idée suivante s'il vous plaît. "Je vais commencer histoire de briser la glace et que vous vous rendiez compte que je suis une personne tout ce qu'il y a de plus normale. Donc comme vous le savez déjà, je m'appelle Désirée, et mon livre préféré est Alice aux Pays des Merveilles parce qu'on m'a toujours dit que j'étais une Alice, analogie plus qu'intéressante soit dit en passant, et ça n'a rien à voir avec la couleur des cheveux. Et si je suis là, c'est parce que je me demande sérieusement si les élèves de ce lycée savent encore ce qu'est un livre … Et je crois que c'est tout." Wow. Elle avait réussi à se résumer en quelques phrases, cela voulait devoir dire quelque chose sur elle, non ? Non ? Peut importe, il n'y avait pas d'expert en psychologie dans la salle (pourquoi Emma n'était pas là !) alors … "A qui le tour ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Sam 9 Avr - 12:51

Lilla était arrivée la première au club de lecture. Elle avait d'abord salué Mlle Cravy, puis s'était installée sur une chaise. Et elle avait attendu, en silence, obsvervant les trois autres élèves qui, tour à tour, étaient eux aussi entrés dans la salle de classe. Il y avait d'abord eu un garçon qu'elle n'avait jamais vu avant. Elle lui avait fait un petit sourire, essayant d'avoir l'air ouverte et sympa, mais elle était tellement crispée qu'il avait du croire qu'elle lui tirait la langue ... Ensuite, une grande brune, légèrement surexcitée, était arrivée. Elle s'appelait Domino, et Lilla l'avait déjà entendue crier dans les couloirs, ou éclater de rire à la bibliothèque (non mais quelle idée !). Enfin, à la bibliothèque, façon de parler, pour tout dire, Domino était au rayon BD à ce moment là, alors forcément, Lilla ne voyait pas trop ce qu'elle faisait ici aujourd'hui ... Pour terminer, c'était quelqu'un que Lilla connaissait (enfin, connaitre, connaitre, c'est encore à voir) qui était entrée : Ecaterina, sa collègue de la bibliothèque. Là encore, la jeune fille avait tenté de faire un sourire chaleureux, mais elle avait seulement réussi à faire une grimace digne d'un clown professionnel. L'acceuil n'était décidément pas son fort ...

Un silence assez pesant régnait dans la pièce. La professeur de littérature semblait plongée dans ses pensées, et regardait de temps en temps d'un air satisfait les 4 élèves. Elle finit tout de même par prendre la parole, et leur souhaita la bienvenue. Elle sembla même les remercier de ne pas l'avoir laissée seule à son propre club de lecture, ce que Lilla trouva plutôt étrange, car elle ne voyait pas pourquoi Mlle Cravy -ah non, Désirée, elle devait l'appeler comme ça pendant le club, elle allait avoir du mal à s'y faire- avait aussi peu confiance en son projet ! Enfin, peu importe, Désirée (oui ! Elle y était arrivée !) venait de se présenter, et elle attendait maintenant que quelqu'un le fasse à son tour. Lilla regarda les autres élèves, mais personne n'avait l'air décidé à se lancer. Domino paraissait surtout intéressée par la porte, à dire vrai. Bon, tant pis, il fallait bien qu'une personne commence. Aussi, étonnée par sa propre audace, Lilla fit quelque chose qu'elle avait peu l'habitude de faire. Elle parla d'elle, à haute voix, et devant beaucoup (4 !) d'autres personnes.

"Je ... Hum ... Bonjour. Je m'appelle Lilla, Lilla Ferguson. Alors, j'aime beaucoup de livres, mais je crois bien que mon préféré est Orgeuil et Préjugés. Je l'ai lu un nombre incalculable de fois, à un tel point que je le connait presque par coeur. Vous devez vous demandez pourquoi ..." A ces mots, elle regarda ces camarades, et se dit que non, ils ne se demandaient surement pas pourquoi. En fait, ils ne semblaient tout simplement pas s'intéresser à ce qu'elle disait ... mais elle continua quand même sur sa lancée. "Pour tout vous dire, j'adore l'héroïne de ce livre, Elisabeth, que je trouve très drole, très attachante. Et puis, j'aimerais parfois ... bon, souvent, être à sa place." Cette fois-ci, le visage de Lilla prit une magnifique couleur rouge pivoine, qui fit encore plus ressortir ses taches de rousseur. Surmontant sa gêne, elle finit de se présenter : "Enfin, si je suis là, c'est pour pouvoir parler comme ça des livres que j'aime, et pouvoir en découvrir d'autres quand vous parlerez de ceux que vous aimez ... Voilà".

Elle se tue enfin. Ouf ! C'était terminé ! C'était surement l'épreuve la plus compliquée de toute sa vie ... ou presque. Ah ! Si seulement les autres pouvaient arrêter de la regarder ! Allez, quoi ! Que quelqu'un d'autre se lance, juste pour que les regards ne soient plus dirigés vers elle ... des yeux toujours fixés sur sa nuque -elle le sentait-, Lilla, elle, fixa de façon intense ses ongles, ou du moins ce qui en restait, désespérée de ne plus rien avoir à ronger dans ce moment d'immense embarras. Pitié ! Qu'ils se dépêchent !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Sam 9 Avr - 18:50

Manage me, I'm a mess
Turn a page, I'm a book half unread
DESIREE, LILLA, ROBBIE, DOMINO & ECATERINA
Il entra dans la salle, et la lycéennes déjà présente lui esquissa un sourire. Enfin ça y ressemblait plus ou moins. Robbie lui répondit par un petit hochement de la tête en sa direction pour lui montrer qu’il ne l’ignorait pas, puis les derniers élèves arrivèrent et à chaque fois que la porte s’ouvrait il était un peu plus rassuré. Plus il y aurait de monde, moins la prof passerait de temps à lui demander son avis sur tel ou tel sujet. Oui ils étaient là pour parler, mais parler à des inconnus ce n’était pas vraiment la chose la plus facile pour lui. Deux élèves plus tard, et Madame Cravy décida de commencer la réunion des lecteurs anonymes. Quoiqu’apparemment, anonymes, ils n’allaient pas le resté longtemps. Bon il aurait le temps de réfléchir à ce qu’il dirait pour se présenter plus tard. Pour l’instant, une seule chose occupait son esprit : où étaient les autres garçons ? Était-il le seul survivant d’une guerre lycéen/livre que tous les mâles de cet établissement auraient perdu ? Super, lui qui comptait pouvoir se reposer sur les autres pour animer la conversation, il y aurait surement un moment où il faudrait un avis masculin sur un sujet précis. Mais pourquoi, oui pourquoi, avait il mit son nom sur cette feuille. Pourquoi à la lecture des noms, il n’avait pas vu que tous les participants étaient en fait des participantes ? Il les dévisagea toutes les unes après les autres, et à première vue, il n’en connaissait aucune. Ce serait un bon moyen de faire connaissance. Et puis, elles le verraient comme quelqu’un d’instruit qui n’a pas peur des mots, ou des livres sans image et avec plus d’une quinzaine de pages. Bon, d’accord, il n’y avait manifestement pas que des mauvais cotés à être ici. De toute façon, vu le regard que le professeur avait eu en regardant la brune qui s’était assise à coté de lui, il n’y avait aucun échappatoire. Ils étaient là, jusqu'à la fin de la séance d’aujourd’hui. Puis madame Cravy leur demanda de se présenter chacun leur tour, elle comme tout bon enseignant, elle montra le chemin. Désirée ? Robbie ignorait ce détail, mais en cherchant au plus profond de son esprit, il remarqua que ce mot voulait dire quelque chose en français. Oui mais quoi…

Puis ce fut le tour des élèves de parler d’eux. Super, il n’avait pas du tout envie d’y passer, et en plus, ne savait pas du tout quoi dire. La fille qui était là avant lui, Lilla apparemment, se jeta à l’eau. Bon elle n’était pas très à l’aise avec tout ces yeux posés sur elle, et pour ça, Robbie ne pouvait pas vraiment la blâmer, et donc compatissant, il détourna le regard tout en écoutant la fin de sa présentation. Puis lorsqu’elle évoqua son livre préféré, Orgueil et Préjugés, l’attention de Robbie se reposa sur elle. Il adorait ce livre, mais ne le dirait pas, car ce n’était pas vraiment le genre de livre plein de testostérone. Il réfléchi à celui qu’il pourrait donc citer, alors que sa voisine continuait son discours et que les autres paires d’yeux étaient toujours posée sur elle. Puis silence. C’était au tour de Robbie, car autant suivre l’ordre d’arrivée pour répondre à cet interrogatoire indirect. Il n’était pas très à l’aise avec la prise de parole en public, mais lorsqu’il était amené à parler devant du monde, il se levait toujours. Pour lui c’était plus respectueux envers ceux qui l’écouteraient. Il essaya de se souvenir tout ce que Désirée et Lilla avaient dit, pour en faire de même.
    Bon bah à mon tour. Je m’appelle Robbie et je n’ai pas de livre préféré, ce qui m’amène à la raison de ma présence ici. N’étant pas très à l’aise avec le contact humain, je préfère de loin lire un livre et n’embêter personne. Je n’aime pas trop tout ce qui est fantaisie par contre. Et l’épaisseur d’un livre ne m’a jamais rebuté.
Il resta debout encore un petit moment, pour voir si rien d’important ne lui revenait à l’esprit, et voyant que ce n’était pas le cas, et que les regards posés sur lui commençaient à peser lourd, il se rassit. Bon à cause de ce qu’il venait de dire, il allait surement passé pour une espèce de psycho sans amis, qui passe son temps entre le lycée et son lit avec un bon livre. Mais quiconque le connaissait un peu savait qu’il était loin d’être comme ça. Logiquement, maintenant ce serait au tour de la brune qui n’attendait qu’une chose : la fin de cette séance. Elle semblait un peu perdue, comme si en fait elle cherchait un autre cours, et qu’elle s’était trompé de salle et ne voulait pas perturber le professeur en quittant la salle maintenant. Quel drôle de spécimen. Il avait hâte d’entendre sa présentation. Comme celles des autres d’ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Lun 11 Avr - 17:18

Tandis que la dernière participante avait fait son entrée, une certaine fille qui bossait à la bibliothèque... Peu importe puisqu'elle avait l'intention de sa barrer en courant avant que quiconque n'ai pu repérer son visage (*Rire maléfique*)
Domino avait préféré regarder ailleurs, trouvant un soudain intérêt au vent sifflant dans les branches, là, dehors. Même le bout de ses pieds avait gagné en sympathie à ses yeux, ce qui constituait plus ou moins un exploit du genre. Et Miss Cravy, au grand désarroi de l'adolescente s'était alors lancée dans son monologue de présentation. "Appelez moi Désirée" avait-elle dit, avec cette fierté étrange au fond des yeux. Chuck hocha pourtant la tête avec déférence. La francophone en elle tilta légèrement. Désirée, non mais ses parents avaient dus être sacrément atteints le jour où ils avaient pris la décision de l'inscrire à l'état civil. Elle leva les yeux vers le plafond, se disant que peut-être, si elle avait des enfants (Ce qui ne risquait certainement pas d'arriver dans les 10 années à venir), elle les appellerait certainement "Convoité", "Sportif" et "Aspiration", histoire de perpétuer cette tradition de donner le nom le plus absurde qui soit à sa progéniture.
    désirer, verbe transitif
    Sens 1 Souhaiter, avoir envie de.
Néanmoins, cette définition française du verbe avait quelque chose de vrai. Là, de suite, Domino désirait bel et bien partir en courant.

« Je vais commencer histoire de briser la glace et que vous vous rendiez compte que je suis une personne tout ce qu'il y a de plus normale.!» avait alors enchaîné la professeur de littérature, sans lui laisser le temps de souffler, passant outre les yeux de lémuriens ahuris que posaient sur elle les jeunes adhérents du club. Pour cet acte de bravoure, considérant surtout qu'elle aurait difficilement plus descendre plus bas sans trouver du pétrole, Miss Cravy ne put que remonter dans l'estime de l'adolescente. Pourtant, Domino n'avait rien contre la jeune blonde, qu'elle trouvait par ailleurs plutôt sympathique et relativement cool, mais elle n'avait rien pour non plus, scolairement parlant.
Puis, franchement, affirmer être quelqu'un de tout à fait normal et commencer par vous dire qu'elle était une Alice par analogie, ça frisait l'exploit. Outre le fait que Domino ne connaisse de l'analogique que les joysticks de sa manette de Playstation, elle avait au moins conscience d'une chose: Alice aux Pays des merveilles était, déjà, tout sauf merveilleux et par ailleurs le dessin animé le plus connoté qu'elle ait jamais pu voir. Une chenille opiomane et un chat qui sourit, si ça vous donnait pas des cauchemars à vous...

« A qui le tour ? » avait demandé Miss Cravy après avoir conclu dans l'indifférence de Domino.
La phrase avait flotté un instant dans la salle, sans que personne n'ose se lancer. La concernant, Chuck avait des raisons toutes personnelles pour refuser de répondre à la question "Dis moi ce que tu lis et je te dirais qui tu es". Petit Un: Elle ne lisait pour ainsi dire jamais. Cela voulait-il pour autant dire qu'elle n'était personne ? Petit deux: Elle s'en fichait un peu de toute façon. Et petit trois: C'était pas elle qui était arrivée en premier (Ze raison ultra-valable) et pour toute autre raison, se reporter au petit deux.
Enfin. C'est donc pour cela que Domino écoutait d'une oreille distraite la timide Lilla Ferguson leur parler de son livre préféré, gnagnagna etc... tandis que de son côté, profitant de la diversion offerte par ses camarades, pendus aux lèvres de la brunette, elle essayait de reculer sa chaise vers la sortie, un pas après l'autre.
Dans son périple digne d'un jeu vidéo, Chuck capta le titre "Orgueil et préjugés" qu'elle nota dans un coin de sa tête, histoire de le ressortir un de ces jours pour avoir l'air intéressée en cours de littérature. Patiemment, elle attendit que Ken/Robbie (Seul représentant mâle de la race de "lecteurs bizarres pas tranquilles dans leurs têtes) reprenne le flambeau et continua à se décaler vers la porte.
Elle n'était plus qu'à quelques pas, pouvant déjà effleurer la poignée du bout des doigts que...
«... Et l’épaisseur d’un livre ne m’a jamais rebuté. »
Silence.
La moitié du corps déjà tendue vers la sortie libératrice, le pied sur la chaise, l'autre accroché à un pied de son bureau, Domino eut un instant d'hésitation. Elle ne put que maudire le sexe opposé d'être si peu bavard, si peu expansif et ne se priva pas pour foudroyer le malheureux Robbie d'un regard vert chargé de reproches.
« Hum. Spasme musculaire. » fit-elle en guise d'excuses, accompagnant le tout d'un haussement d'épaules désinvolte. Chuck se laissa finalement retomber et se rapprocha, à contrecœur, de la table ronde des lecteurs pas tranquilles. « Je m'appelle Domino Colombine, le nom le plus débile de la planète et j'aime pas lire. » Ouais, c'était bien ça comme intro \o/ « Je développe ? Bon, quand je dis que j'aime pas lire c'est pas complètement vrai. »
La jeune femme balaya les forces en présence du regard. Indubitablement, elle était en infériorité numérique. Donc inutile de se répandre en explications trop longues, ils ne comprendraient pas.
« D'abord, je trouve que les livres sont une atteinte à la biodiversité. On tue des arbres sans se soucier de qui lira ou non un bouquin de 500 pages. On parle beaucoup d'arrêter les emballages etc... Mais qui parle d'arrêter d'éditer des livres pourris ? Bref. On s'en fiche, ça fait du combustible pour la cheminée. »

Tandis qu'elle déblatérait avec insistance sur les méfaits indirects de la lecture du l'environnement, Domino plongeait à corps perdu dans sa mémoire chaotique, à la recherche du dernier livre de plus de 50 pages sans illustrations qu'elle avait pu lire. Oui-Oui à la plage ? Non. Tintin au Tibet ? Non plus (Même si les aventure du reporter belge et du Capitaine Haddock l'alcoolique avait toujours eu un certain pouvoir hilarant chez elle).
« Mais de toute façon on est pas là pour causer écologie, sinon j'en serais déjà venue à la question du nucléaire. Mon livre préféré, c'est Harry Potter à l'école des Sorciers. »
Ben quoi ? Qui a dit qu'il fallait toujours aimer la grande littérature pour prendre plaisir à lire ?


Dernière édition par Domino C. Colombine le Jeu 21 Avr - 18:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Dim 17 Avr - 13:51

On a beau faire en sorte de ne jamais, jamais arriver en retard, en ayant toujours un œil sur sa montre, il arrive bien un jour où malheureusement on n'est plus aussi efficace. Christabella faisait de son mieux pour ne jamais faire patienter les gens avec qui elle avait rendez-vous, car elle-même trouvait cela particulièrement désagréable, et pourtant elle n'était pas du genre à s'agacer facilement. Mais elle estimait qu'il s'agissait là de respect. Aussi brillait-elle par sa ponctualité, quoi qu'il arrive.
Sauf aujourd'hui. Pourtant, rien n'était sensé venir la retarder. Elle n'avait pas cours en dernière heure, et elle s'était donc tout naturellement réfugiée à la bibliothèque pour faire ses devoirs, avant de se rendre au club de lecture qui faisait ses débuts. Pourtant, Christabella était plus une scientifique qu'une littéraire, elle se prédestinait d'ailleurs à faire des études en math ou en physique, une fois à l'université. Non pas qu'elle n'aimait pas lire, mais ce n'était pas ce qu'elle préférait. La littérature ne lui posait, en soi, aucun problème, mais cette année, elle travaillait dure afin d'obtenir une bourse d'études. Comme elle voulait intégrer une bonne université, il lui fallait une bonne bourse, pour obtenir une bonne bourse, il lui fallait d'excellentes notes. En temps normal, elle avait des notes satisfaisantes, mais ce n'était pas suffisant, justement. Et en littérature, autant être honnête, elle avait la moyenne, ni plus, ni moins. Cette année, elle avait donc pris des cours de soutien auprès de Mr Kingston, afin d'augmenter ses résultats. Et lorsqu'elle avait entendue parler d'un club de lecture, tenu par Miss Cravy, elle s'était dit que cela lui permettrait de mieux appréhender cette matière.
En ce qui concernait Miss Cravy.. elle n'avait jamais eu affaire à elle. Mais il y avait des rumeurs qui couraient à son sujet, disant qu'elle était.. différente des autres profs de McKinley. Différente en quoi? Christabella ne savait pas, mais désireuse d'avoir un bon dossier, et intriguée, elle s'était portée volontaire.

Seulement voilà, alors qu'elle aurait déjà du se trouver à la première séance du club de lecture, Christabella était encore dans les couloirs de McKinley. Alors qu'elle rangeait ses affaires pour quitter la bibliothèque, quelques minutes avant l'heure prévue, sa meilleure amie Cassandra avait fait irruption, après avoir vu l'équipe de volley féminine dont Christabella faisait partie, et en voyant leur short ultra court, elle était venue s'assurer que son amie ne portait pas le même genre de tenue. Bien sûr, ce n'était pas le cas, mais Christabella avait passé un long moment à tenter de la convaincre, et lorsqu'elle avait enfin pu se libérer des griffes de Cassandra, elle était déjà en retard de dix minutes. Stressée, elle avait traversé le lycée dans un sens pour atteindre son casier et y déposer ses affaires, puis elle l'avait retraversé dans l'autre, et enfin, elle avait pu pousser la porte.

Un petit groupe de lycéens se trouvait déjà là, tous assis face à une femme blonde, elle-même assise sur son bureau. Tous les regards se tournèrent vers elle alors que Christabella se figeait, une main sur la poignée. Elle se sentit rougir, mais ne bougea pas. Elle ne connaissait les élèves que de vue, pour avoir peut-être quelques cours avec eux, et son stress augmenta un peu. Consciente que toute l'attention était tournée vers elle, elle eut un faible sourire, et se tourna vers Miss Cravy.

" Veuillez me pardonner Miss, je suis en retard. " s'excusa-t-elle poliment. " Cela ne se reproduira plus. " ajouta-t-elle en fermant la porte derrière elle.

Sa main se referma convulsivement sur la bretelle de son sac à dos, et elle hésita une fraction de seconde, ne sachant où s'asseoir. Certainement pas près du garçon, bien qu'il ait l'air gentil. Elle dévisagea chaque élèves présents, et choisit de s'installer près d'une petite brune aux grands yeux bleus et à l'air sage. Lilla, si sa mémoire était bonne. Rejetant ses propres cheveux bruns en arrière, elle traversa la salle et se laissa tomber sur une chaise. Croisant les chevilles, elle tira nerveusement sur les manches de son pull d'un blanc immaculé, et se mordit la lèvre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Mer 20 Avr - 21:02

En donnant la parole aux étudiants, Désirée avait vraiment l'impression de se trouver sur un plateau d'une émission de télévision qui passait entre onze heures et midi, le genre d'émission que seuls les gens au chômage pouvait regarder. Et si cela avait été le cas, la blonde avait de la chance car ses cheveux avaient bien voulu l'écouter aujourd'hui et en plus, elle avait de nouvelles paires de chaussures. Mais elle s'égarait encore là, et elle ne pouvait qu'espérer, croiser les doigts même pour que quelqu'un prenne la parole. Lilla se lança la première, ayant l'air plus qu'intimidé. Elle était décidément trop mignonne, et dire que Désirée pensait qu'Emma avait le monopole en la matière, la conseillère d'orientation commençait à avoir de la concurrence. Puis ce fut autour du garçon de prendre la parole, ah Robbie ! Désirée savait bien qu'elle connaissait son prénom, il était juste rangé dans un coin de sa tête avec tout un tas de bêtises qui n'avaient absolument rien à faire là. Passons, pas de sa faute si elle était incapable d'avoir un esprit organisé, déjà que son propre bureau ne l'était pas alors … Domino, joli prénom se dit Désirée, Domino qui tenait un discours très… What ? N'importe qui qui commençait un discours par "j'aime pas lire" se prenait immédiatement un regard noir de la part de Désirée, avec si possible une remarque désobligeante et un discours poignant qui faisait l'apologie de la lecture. Cependant, la brune se rattrapa à temps … Tant mieux pour elle, pour Domino, pas pour Désirée évidemment. Vu que techniquement, les cours étaient terminés, elle n'était plus leur professeur et n'était donc, de ce fait, pas du tout responsable de ses actions. Wow … Une excuse en béton, Désirée la rangea avec tout le reste du bazar qui faisait rage là haut, sous ses cheveux.

Et Désirée s'apprêtait à s'asseoir, bah quoi, même les animateurs télé ne restent pas tout le temps debout lorsque la porte s'ouvrit. YES ! Un élève de plus. La professeur de littérature la reconnut immédiatement, elle s'appelait Christabella et si Désirée avait retenu son prénom c'était parce que l'adolescente était une amie proche de Cassandra Hamilton. Cassandra Hamilton qui selon Désirée, accordait bien trop d'importance à certaines interprétations d'un certain livre et qui avait juste besoin d'une grande claque dans la figure et d'un petit ami. Voir même une petite amie. Mais passons, ce n'était que des adolescentes et Désirée se gardait bien de toutes remarques et ce, même si Cassandra ne manquait pas de la regarder de travers quand elle venait enseigner dans une tenue qui était jugée "inappropriée". (Sérieusement, le seigneur, bouda ou Chuck Norris ne lui avait PAS donné des jambes pareilles pour qu'elle les cache en portant des pantalons tous les jours.) "Oh pas de soucis … Christabella c'est ça ? Tu n'as qu'à t'asseoir où il y a de la place, nous venons juste de commencer alors … Vas y installe toi."

Et tandis que l'adolescente s'asseyait, Désirée en fit de même avant de reprendre la parole, s'adressant à chacun d'entre eux. Elle se tourna d'abord vers Lilla, une légère moue sur les lèvres."Ne me tue pas si je te dis que je n'aime pas beaucoup le style de Jane Austen … Dans ce genre de registre je préfère nettement Emily Brontë. Je pense que les Hauts du Hurlevent te plairait comme livre." Chacun ses goûts, elles espérait vraiment que Lilla ne lui en tienne pas rigueur. Et Robbie qui n'avait pas de livre préféré, compréhensible, en plus il y en avait tellement à lire …"Pas grave si tu n'as pas de livre préféré, cela ne t'empêche pas de lire, je suppose ! Les gens me regardent toujours comme une folle quand je leur dis que j'ai lu Guerre et Paix sept fois, le livre fait peut être plus de 2000 pages, mais ça ne m'empêche pas de le lire et de le relire." Oui, sept fois, c'était ce qu'il avait fallut pour que Désirée tombe littéralement amoureuse de ce livre. Comme quoi … La relecture était toujours nécessaire. La blonde se tourna vers Domino avec un sourire commercial sur les lèvres, prête à se v…. à vendre sa matière et la lecture coûte que coûte. "Tu n'aime pas lire ou bien … c'est l'analyse des mots en elle-même qui te rebute ? Si tu aimes Harry Potter c'est que tu dois avoir une sacré dose d'imagination et je comprends que ma matière peut sembler un peu … rébarbative parfois, mais j'essaye de rendre ça le plus … fun possible, je suppose ?"

Désirée savait très bien ce que c'était d'avoir dix sept ans et de devoir s'asseoir et subir les discours d'un professeur, elle le savait. Mais son cours n'était pas si terrible que ça … Si ? Plus de débat interne ma vieille, se dit-elle, faisons tout pour remettre la schizophrénie à plus tard. Beaucoup plus tard. "Lire c'est juste … Très important. Et je ne dis pas cela en tant que professeur, mais bien en tant que passionnée de lecture. Ça peut vous sembler comme un geste des plus anodins mais il y a tellement de gens qui n'en sont pas capables et je pense vraiment que sans lecture il n'y a pas de vraie réflexion personnelle possible. Et puis pour moi, la lecture va aussi avec l'écriture … Est-ce que vous écrivez ? " Un journal ? Des mots chiffonnés pendant les cours ? Des chansons ? Désirée était plus que curieuse et elle voulait savoir si elle était le seul écrivain en herbe de la salle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Ven 22 Avr - 17:18

Enfin ! Cela avait semblé long, très long, mais quelqu'un d'autre avait pris la parole et les autres avaient enfin cessés de la regarder. C'était le seul garçon, Robbie, qui s'était à son tour présenté. Il disait n'avoir aucun livre préféré, ce que Lilla pouvait comprendre. En effet, même si elle avait un livre préféré, elle admettait qu'il était bien difficile de les "classer", tant il y en avait des excellents. Puis Robbie s'était tu, et Domino avait consenti à prendre sa place. Elle avait avoué -crié !- qu'elle n'aimait as lire. Et ça, par contre, Lilla ne le comprenez pas, mais alors pas du tout. Lire, c'était si beau ! Si émouvant ! Si drôle parfois ! Et puis, qu'est-ce qu'elle faisait ici alors ? Elle voulait parler d'Harry Potter ? Comprenez bien, Lilla n'avait rien contre les Harry Potter, au contraire, elle les a apprécier et lu plusieurs fois chacun ... mais de là à en faire son livre préféré ...

Interrompant les réprimandes mentales de Lilla, une jeune fille entra dans la pièce, s'excusant de son retour. Elle avait l'air gentille, et s'assit près de Lilla. Mademoiselle Cravy, pris ensuite la parole, et répondit à chacun. Elle avoua à Lilla préférer Emily Brontë, avis que l'adolescente ne partageait pas, mais bon, elle acceptait que l'on ait pas ses goûts littéraires (quand ils restés acceptables). C'est pourquoi elle répondit à sa professeur : "Ne vous inquiétez pas, je comprends votre avis. Toutefois, ce n'est pas tant le style de Jane qui me plait dans le livre, mais les personnages ... enfin, bien sur, je n'essaye pas du vous faire changer d'avis, hein ..." A ces mots, elle rougit, un peu honteuse de s'opposer ainsi à un professeur ... Puis, surmontant sa gêne, elle s'adressa à Domino : "As-tu lu tous les Harry Potter ? Sinon, je les ai tous chez moi, alors je pourrais te prêter la suite ..." Enfin, elle fit un petit sourire à Robbie, souhaita la bienvenue à Christabella (c'est bien comme ça que mademoiselle Cravy l'avait appelée ?), et se replongea dans la contemplation des ses pieds.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Sam 23 Avr - 23:46

Manage me, I'm a mess
Turn a page, I'm a book half unread
DESIREE, LILLA, ROBBIE, DOMINO & CHRISTABELLA
Si elle avait été une mutante d’une espèce très développée, et que Domino avait eu des lasers à la place des yeux, une chose aurait été sur : Robbie serait mort sur place. D’un autre coté, ce n’était pas de sa faute s’il n’avait rien à dire. Il n’allait tout de même pas lister tous les livres qu’il avait lu, juste pour permettre à la brune d’esquiver le club de lecture. Ce n’était pas obligatoire, c’était son choix d’être venue. D’ailleurs, alors qu’elle retournait à sa place, elle avoua ne pas aimer lire. Le visage de Robbie affichait désormais deux gros yeux écarquillés. Que faisait-elle donc là ? Elle avait surement du se tromper de salle, il ne voyait pas d’autres solutions envisageables. Ce n’était pas tant le fait de ne pas aimer lire qui le choquait, mais plutôt le fait de l’annoncer effrontément devant une prof de littérature qui avait pris de son temps pour parler de livres avec des élèves dont elle n’avait surement rien à faire. En plus elle prêchait les défauts des livres sur l’environnement. Oui, on était bien partie avec elle. Puis elle fini par dévoiler son livre préféré. Et alors qu’elle finissait tout juste sa phrase, une nouvelle personne entra dans la salle.
C’était une fille brune de taille moyenne. Encore une. Son visage lui rappela quelqu’un mais il fut impossible de mettre un nom sur celui-ci. Et lui qui croyait arriver en retard, il avait encore des cours à prendre auprès de cette fille, un peu étrange à première vue. Elle avait lancé un regard en biais à Robbie avant de prendre la direction opposé. Il essaya de se sentir discrètement les aisselles pour ne pas éveiller les soupçons et se rendit compte qu’il sentait encore le déodorant, donc ce n’était pas l’odeur qui l’avait rebuté. Puis Désirée lui répondit suite à son excuse. Christabella. Encore un nom étrange, mais souvent associé à celui de Cassandra. Hamilton. Oui, voila pourquoi son visage lui rappelait quelqu’un. C’était le bras droit de la vierge Marie du lycée ! Et fatalement, tout devint plus clair. Elle ne pouvait décemment pas s’assoir à coté de lui, il aurait pu la corrompre, après tout ! Il eu un petit sourire, un peu machiavélique, alors qu’il s’adressait à elle.
    Et toi ? C’est quoi ton livre préféré ? La Bible ?
Ce n’était pas fameux comme réplique mais bon, autant commencer en douceur, ça pourrait rendre le club un peu plus amusant. Puis Désirée se mit à commenter chaque réponse. Par ordre de réponse, et c’est donc juste après Lilla que son tour arriva. Elle lui dit que ne pas avoir de livre préféré n’était pas vraiment un handicap, et que ça ne l’avait surement pas empêché d’en lire d’autre. Elle lui avoua avoir lu Guerre et Paix près de sept fois. Il avait beau aimé lire, il ne perdrait pas de temps à lire six fois un livre, puis ce lancer dans une septième lecture uniquement pour voir si cette fois était la bonne.
    C’est vrai qu’un livre passionnant peut se lire une multitude de fois, et a chaque lecture, on a l’impression de découvrir des détails qu’on n’avait pas vus avant. Mais quand même, chapeau bas pour Guerre et Paix, je ne l’ai jamais lu, mais vous savez, l’histoire et moi…
Il ne savait même pas si le livre parlait d’histoire. Rien qu’au titre, il imaginait le pavé redressant toutes les guerres depuis la nuit des temps. Le genre de livre bien assommant. Et puis si ça ne parlait pas de ça, tant pis. Elle enchaina en disant que la littérature était importante. Et la Robbie ne put qu’approuver. Il ne le montra pas, pour ne pas passer pour le fayot de la prof, mais il n’en pensait pas moins. Lire permettait de faire de vraies phrases construites, d’apprendre plus de vocabulaire, de savoir faire des phrases complexes etc. Elle demanda si certains de ses élèves écrivaient. Il lança un regard circulaire dans la salle, tout en cherchant ce que signifiait écrire pour elle. Est-ce que ses élèves se prenaient pour Molière en herbe, des Ronsard ? Puis au lieu de se tourmenter l’esprit il se contenta de prendre la parole.
    Je sais pas à quoi vous vous attendez en demandant si on écrit, mais moi ma spécialité, ce sont les chansons.
Les journaux intimes n’avaient jamais été sont genre de passe temps. Mais attraper une guitare, un papier et un stylo, ça lui plaisait bien plus. Surtout quand il retrouvait des notes et quelques mots griffonnés sur des papiers improbables comme sur des serviettes de table, des mouchoirs, …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Jeu 5 Mai - 3:59

Elle s'en fichait, elle, du Book Club. Mais visiblement, elle était bien la seule. La porte s'était ouverte après son fabuleux, émouvant et éloquent réquisitoire contre la litt... Oui enfin bref. Le simple aveu de ne pas aimer la lecture lui avait valu ce regard assassin de la part de Miss Cravy. Au nom de la liberté d'expression, Domino s'était insurgée intérieurement, sans vraiment se préoccuper du club qu'elle fréquentait actuellement. Avouer qu'on détestait la littérature dans un Book club revenait à dire qu'on préférait jouer au football dans une équipe de rugby et cela marchait avec n'importe quoi d'autre.
Quoi qu'il en soit, c'était avec une lueur d'espoir au fond du regard que Chuck s'était tournée vers la porte ouverte, dévisageant l'adolescente qui s'était figée, la main sur la poignée, avec une certaine insistance. Peut-être qu'elle venait la chercher... Peut-être que Beiste la demandait... Seigneur, Bouddha ou qui que vous soyez... Faites qu'elle annonce son... son retard.
Evidemment. Elle aurait dû s'en douter, connaissant la jeune fille de vue, elle n'était certainement pas du genre à causer sport de combat et paris sportifs... Personne ne la cherchait et voilà qu'une nouvelle membre venait gonfler les rangs des têtes d'ampoules. Regard revolver à nouveau. Bang Bang, you're dead.
Tandis que ladite Christabella au prénom tout aussi absurde que le sien posait son délicat postérieur, Domino avait recommencé à divaguer ailleurs jusqu'à ce que la seule voix masculine de la salle atteigne ses oreilles.
« Et toi ? C’est quoi ton livre préféré ? La Bible ? » Fit l'adolescent avec un demi-sourire moqueur, la devançant presque si elle avait su que La Bible était une lecture possible hors de l'Eglise.
Les yeux écarquillés, Domino fixa un instant Robbie, retenant avec peine un vieux fou rire d'otarie entre ses mains serrées sans pouvoir s'empêcher de pouffer d'un air débile. Voilà qui remontait le jeune homme dans son estime.

Ignorant superbement les regards interloqués qui se posaient toujours sur elle depuis qu'elle avait parlé d'Harry Potter, Chuck laissa son regard vagabonder sur les bureaux vides, quelques termes littéraires atteignant vaguement son cerveau. Guerre et Paix... Orgueil et préjugés... Emily Brontë... Brontë ? Heu. Mot compte triple ! Kamoulox !
Non, Chuck n'y connaissait rien en lecture, c'était un fait avéré que l'on pouvait aisément vérifier dans cette situation. Pas faute d'avoir essayé cependant. Mais il fallait bien croire que rester assise dans un coin n'était pas fait pour elle; l'adolescente mettait cela sur le dos de son enfance de globe-trotteuse et personne n'avait jamais eut dans l'idée de la contredire ou d'y ajouter ses parents un peu fêlés sur les bords.
Après le combo littéraire effectué par l'alliance Miss Cravy/Lilla/Robbie, Domino eut l'indicible audace de penser qu'on l'aurait oubliée ou que personne ne voudrait lui parler et elle s'était déjà préparée psychologiquement à mener une vie de paria littéraire mais une voix timide s'adressa finalement à elle.
« As-tu lu tous les Harry Potter ? Sinon, je les ai tous chez moi, alors je pourrais te prêter la suite... » Lui demanda Lilla. Chuck cilla brièvement.
Certes, elle aimait Harry Potter à l'Ecole des Sorciers. Cela ne voulait pas dire qu'elle lirait tout les Harry Potter. A vrai dire, elle avait cessé de les lire dès que les films avaient commencé à sortir, se contentant des résumés des bouquins. L'acteur principal était tellement hooooot... Bref. Mais inutile de s'enfoncer plus que cela, autant jouer le jeu.
« Heu. Ouais, j'veux bien. J'ai pas lu la suite quand j'ai vu que ça dépassait mon quota de pages pour l'année. » Répondit-elle sobrement en haussant les épaules comme une adolescente de base.
« Tu n'aime pas lire ou bien … c'est l'analyse des mots en elle-même qui te rebute ? Si tu aimes Harry Potter c'est que tu dois avoir une sacré dose d'imagination et je comprends que ma matière peut sembler un peu … rébarbative parfois, mais j'essaye de rendre ça le plus … fun possible, je suppose ? » avait enchaîné Miss Cravy après avoir engagé le même débat littéraire avec Robbie.
Chuck hocha simplement la tête.
« Je déteste pas votre matière vous savez ? C'est juste que... c'est pas mon truc. » Avoua l'adolescente en toute sobriété.
Imagination. C'était le mot, oui. Et sacré dose, voilà de quoi la quantifier.
Le sourire mutin étirant les lèvres de Domino s'effaça légèrement lorsque son professeur fit l'apologie de la littérature. Sans lecture, pas de réflexion personnelle. Certaines personnes en étaient incapables. Et... ELLE en était incapable. Puis pour elle, littérature et écriture étaient bien loin d'aller de pair. Cela faisait un bout de temps qu'elle avait dissocié les deux. Mais en rajouter une couche aurait été mal vu... Après que Robbie ait annoncé que sa spécialité se trouvait dans les chansons (Chuck se demanda si elle ne voudrait pas en entendre une, un des ces jours. Histoire de.), Domino enchaîna en soupirant.
« Heu. Moi j'écris. Heu... Un journal et des compte rendus aussi. Mais jsuis pas certaine que ça compte. » Embarrassée probablement pour la deuxième fois de sa vie, Domino baissa son regard sur ses mains posées sur le bureau. Le journal en question était intime. Et... Un peu obligatoire et public dans un certain sens puisque son psy fourrait toujours son nez dedans. Mais passons.
Domino avait toujours imaginé des tas d'aventures, fantasmé sur des centaines d'univers chimériques sans avoir lu des centaines de livres. Elle jamais éprouvé la nécessité de lire pour nourrir son imagination sans borne. Peut-être qu'elle avait tort de se désintéresser du reste tant qu'elle n'en éprouvait pas le besoin vital.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Jeu 12 Mai - 21:53

Sagement assise au milieu des autres élèves, Christabella avait gratifié Mss Cravy d'un demi sourire pour la remercier de sa clémence -certains professeurs n'aimaient pas du tout le retard, ce qu'elle comprenait, elle-même appréciant peu cela. Puis elle avait fait de son mieux pour se mêler à la conversation qui avait déjà débuté, afin de vite s'y intégrer. Emily Brontë? Pas de problèmes. Christabella n'avait lu que Les Hauts de Hurlevent, mais elle savait que la grande majorité des élèves du lycée n'étaient pas adeptes de la littérature, et peu d'entre eux avait du ouvrir l'œuvre majeure de la soeur Brontë. En revanche, elle ne connaissait Jane Austen que de nom, et elle nota mentalement d'emprunter Orgueil et Préjugés à la bibliothèque dès que possible. Mais elle savait déjà qu'elle éviterait soigneusement Guerre et Paix. La littérature russe, elle avait déjà donné avec Nabokov, et son roman Lolita l'avait fait rougir jusqu'à la racine des cheveux. Elle l'avait lu d'un bout à l'autre, et depuis, le conservait soigneusement rangé avec les autres ouvrages que ses parents lui interdiraient formellement, s'ils avaient connaissance du contenu outrageux des romans. Mais le style lui avait plu, et elle l'avait conservé. Lorsqu'Harry Potter fut abordé, Christabella eut un léger sourire. Elle avait littéralement dévorée les sept romans, qu'elle avait beaucoup aimé, bien que n'étant pas forcément adeptes des romans plein de magie. Elle l'avait ensuite prêté à sa plus jeune soeur, qui en était devenue accro, avant que son père ne le lui interdise, arguant que la magie était l'oeuvre de Satan et qu'une bonne catholique ne pouvait espérée entrer au Paradis en se farcissant la tête de récits de ce genre. Déçue, Christabella conservait néanmoins un excellent souvenir des romans de J.K. Rowling, et elle était déjà certaine qu'ils feraient partis de sa bibliothèque lorsqu'elle quitterait le domaine familiale et aurait sa chambre à l'université.

Elle en était là de ses pensées quand le seul garçon présent finit par se pencher vers elle, alors que le silence venait s'installer dans le groupe. Peu habituée à parler avec des garçons, à part Ezrael qui était son meilleur ami, la jeune fille haussa légèrement les sourcils en le voyant s'approcher d'elle, un sourire aux lèvres. Ce n'est pas seulement parce qu'elle n'avait pas envie de leur parler, qu'elle n'avait pas de contacts avec les garçons, c'était aussi parce que les adolescents de McKinley préférait se moquer d'elle, de ses croyances et de ses voeux de chasteté. Rien qui pouvait la pousser à engager la conversation avec eux, en somme. Par conséquent, c'est avec un soupçon de méfiance qu'elle se figea. Et alors, il lui sortit une pauvre blague qu'il devait sûrement préparer depuis son arrivée, depuis qu'il l'avait reconnue. La méfiance se transforma en pitié, et elle lui fit grâce d'un regard navré pour lui. Elle ne répondit rien, en revanche, parce que ce n'était pas du tout son genre. Et puis, ce n'est pas comme si c'était la première fois qu'on la gratifiait d'une réflexion de ce genre. Combien de fois lui avait-on sorti ce genre de blague sur la religion, elle ne le comptait même plus. Secouant doucement la tête à l'encontre du garçon, pour lui faire comprendre à quel point elle le trouvait désespérant, elle se détourna ensuite.

Le sujet de l'écriture fut abordée, mais là, Christabella ne pouvait trop participer, car elle n'écrivait pas, mais le jeune homme aux blagues pas drôles écrivait des chansons, ce qu'elle reconnut comme étant un don plutôt appréciable. Certes, il s'était moqué d'elle, mais Christabella pardonnait vite, elle avait été éduquée comme ça, aussi elle avait déjà oubliée, et c'est sincèrement qu'elle loua le garçon, parce que s'il écrivait vraiment des chansons, c'était un talent certain. Une des jeunes filles précisa quand à elle qu'elle écrivait un journal, et Christabella songea vaguement qu'écrire un journal pouvait être risqué. N'importe qui pouvait tomber dessus, à n'importe quelle moment, et dévoiler ainsi au grand jour des secrets très intimes. Elle n'osait imaginer ce qu'elle devrait affronter si elle écrivait elle aussi un journal, et qu'après y avoir consigné ses plus personnelles pensées, ses parents venaient à tomber dessus. Car parmi ses pensées privées, il y avait surtout Ezrael et ce qu'il lui faisait ressentir. Si cela venait à se savoir, que cela soit par ses parents ou pas les autres élèves de McKinley.. dans le premier cas, elle pouvait dire adieu au lycée public, et elle retournerait dans une école privée catholique réservée aux filles. Dans le second cas, elle subirait l'humiliation ultime de voir ses pensées étalées aux yeux de tous. Non, décidément, écrire un journal intime n'était pas très judicieux.

Subitement, elle eut envie d'éclaircir un point qui lui posait problème, depuis qu'elle s'était souvenue d'Harry Potter qui lui était désormais interdit.

" Miss Cravy, si vous me permettez, j'ai une question. Dans l'Ecclésiaste, il est écrit : "À faire beaucoup de livres il n’y a pas de fin, et se consacrer beaucoup à eux est une fatigue pour la chair. " Cela sous-entend qu'il faut être sélectif, dans nos choix de lecture. Mes parents me proscrivent certaines oeuvres. Seulement, j'ignore si cela est juste, ou non. Qu'en pensez-vous? La lecture peut-elle être une vraie source d'inspiration pour le péché? Je pense notamment à Lolita... " ajouta-t-elle, les joues un peu rouges. " Est-ce mal de lire ce genre de choses? "

Gênée d'aborder un tel sujet devant un groupe, elle se dit qu'il n'y avait qu'ici qu'elle pourrait poser ce genre de questions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Dim 29 Mai - 13:52

"Je déteste pas votre matière vous savez ? C'est juste que... c'est pas mon truc."Domino venait de rassurer Désirée … Bon, elle avait encore quelques heures pour la faire changer d'avis, parce s'il y avait bien quelque chose que la blonde aimait faire par dessus tout, c'était changer l'opinion des gens à propos de sa matière et de la littérature en général. Ce n'était pas barbant et ennuyeux comme la plupart des adolescents le pensaient. Et si elle avait lu Guerre et Paix sept fois, c'était tout simplement à cause de cette "rumeur" qui disait qu'on ne pouvait apprécier le livre de Tolstoï qu'après la septième lecture. Chose qui s'était révélée être tout à fait vraie pour Désirée et maintenant, le dit livre trônait sur sa table de chevet. Cependant, ils n'étaient pas tous obligés d'avaler des pavés de deux milles pages et quelques pour pouvoir être en mesure d'apprécier un bon roman. Bien au contraire, Désirée voulait le faire comprendre que la littérature était à portée de tous, même l'écriture d'ailleurs. Pas besoin de savoir manier parfaitement l'anglais pour mettre des mots sur ce que l'on ressentait ou même pour inventer des personnages. Désirée était très bien placée pour le savoir, elle écrivait depuis très longtemps et, pour être beaucoup plus précise, elle avait commencé lorsqu'elle avait leur âge en fait. Donc oui, la professeur de littérature était curieuse et voulait savoir s'il y avait des talents cachés parmi les élèves présents dans la pièce. Robbie et Domino prirent la parole et le sourire de Désirée s'agrandit.

"Absolument tout compte dans ce domaine … Les chansons, un journal ! Absolument tout … Il suffit juste de s'exercer pour pouvoir améliorer et développer son propre style. Et surtout écrivez quand vous avez de l'inspiration, ne la laisser pas filer … Même si c'est pendant les cours … Si c'est pendant le mien, je comprendrais parfaitement." ajouta Désirée dans un rire. Elle était bien trop souvent victime de panne d'inspiration et ne souhaitait ce genre de chose à personne … C'était vraiment la pire des choses qui puise arriver à un écrivain. Ça et aussi ce qu'elle appelait le "syndrome de la page blanche." L'inspiration était là mais pourtant les mots ne voulaient pas venir et on se retrouvait complètement bloqué devant une page blanche. Désirée grimaça rien que d'y penser, elle n'était pas un écrivain reconnue, pas connue du tout même, et pourtant, ce genre de chose lui arrivait un peu trop fréquemment. La professeur de littérature fut cependant tirée de ses pensées par la question de Christabella. Bonne question ! eut tout simplement envie de répondre Désirée. Excellente question même, et la brune semblait aborder un sujet plutôt gênant pour elle… Il était vrai que Lolita n'était pas du tout le genre de livres que l'on aurait dû retrouver dans la bibliothèque d'une fille comme Christabella mais bon … Cette dernière avait déjà dû enfreindre un milliers de règles bibliques en venant ici alors …

Alors Désirée pensait qu'elle méritait une réponse. Même si la blonde s'aventurait sur une pente des plus glissantes sur ce coup-là. Désirée n'avait absolument pas prévu de débattre de théologie ou même encore d'aborder le sujet du sexe avec ses élèves … Elle voulait un groupe de lecture sérieux donc elle allait devoir très bien choisir ses mots. "Déjà, je ne pense pas que cela soit mal de lire quoi que ce soit … Pour moi toute bonne lecture est bonne à prendre … Enfin je veux dire … Tes parents suivent bien à la lettre ce qui est écrit dans un certain livre alors … Je crois qu'il faut accepter le fait que d'autres personnes préfèrent se tourner vers un autre type de roman … Et ce, même si le sujet est un peu … comment dire, sensible. Et de là à dire que la lecture est une source de péché … Je pense que c'est un peu exagéré ! Après tout, aucun de vous n'est parti commettre un meurtre après avoir lu un Stephen King donc … " Donc Désirée s'en était plutôt bien sortie pour répondre à la question de Christabella, sans pour autant paraître gênée (non, elle ne l'était pas du tout d'ailleurs) et elle finit par ajouter. "Lisez ce qu'il vous plaît … et ce peut importe les conséquences. Que ce soit un roman à l'eau de rose ou autre." Son regard se tourna vers Christabella. "Du moment que vous aimez ce que vous lisez … C'est le plus important."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Sam 4 Juin - 17:06

"Et toi ? C’est quoi ton livre préféré ? La Bible ?" Non mais sérieusement, c´était quoi cette blague ? Il avait pas trouvé un peu plus ... élaboré ? Ca devait être, genre, une blague digne de primaire ! Lilla trouvait ça complètement gratuit. La pauvre Christabella ne méritait pas ça. Elle venait juste d´arriver dans le "club", c´était assez dur pour elle de devoir arriver en retard. Même si elle ne le montrait pas, elle devait tellement déçue ! Enfin ... c´est ce qu´aurait ressenti Lilla si jamais elle avait été accueillie comme ça. C´est d´ailleurs pour cette raison qu´elle prit la défense de sa nouvelle camarade.

"Je sais que tu as dit ça pour plaisanter, le coup de la Bible ... bien que, en passant, j´ai vu plus drôle et plus ... euh ... réfléchi, mais bon ... Bref, je voulais dire que bien que se soit une "blague", la Bible pourrait très bien être le livre préféré de quelqu´un. Je veux dire par là que ce n´est pas un ramassis d´ordres bizarres et de sermons répétitifs et ennuyants. Au contraire, c´est un ensemble d´histoires, et chaque histoire t´enseigne quelque chose. C´est assez amusant d´essayer de trouver ce qu´on a gardé de ces histoires à notre époque, dans notre culture et notre langage. Mais bon, j´ai pris sa défense, mais la Bible ne m´a pas trop plue. Le style n´est pas intéressant, à mon goût ... et puis, je ne suis pas d´accord avec tout ce qui y est dit, alors ..."

Évidemment, elle aurait aimé dire ça avec un poil plus d´assurance, c´est à dire en regardant Robbie dans les yeux, et sans trembler de la tête aux pieds, mais bon, ça valait le coup. Lilla espérait qu´il avait compris le message ... sans pour autant être vexé, car il avait l´air gentil ... et il écrivait des chansons, il ne pouvait donc pas être entièrement mauvais. Elle essaya donc se rattraper un peu, et de remonter dans son estime, ce qui, elle en était sur, ne devait pas être compliqué, puisqu´elle s´y trouvait surement plus bas que terre ...

"Tu ... euh ... tu écris quoi dans tes chansons ? Et tu procèdes comment ? Je veux dire, tu as d´abord un rythme dans la tête ou ... en fait, j´en ai absolument aucune idée ..."


Puis, histoire de s´empêcher de réfléchir, et ainsi de penser à ce que Robbie et les autres pouvaient bien penser d´elle maintenant, elle promit à Domino qu´elle lui amènerait le tome 2 d´Harry Potter dès demain, et répondu à la question de Christabella, qu´elle trouvait ... et bien, pour elle, la question ne se posait même pas ...

"Sinon, Christabella, mon avis rejoint celui de Mademoiselle Cravy ... euh ... Désirée ... je veux dire, la lecture, c´est magnifique, alors il ne faut pas se priver pour ... pourquoi en fait ? Je veux dire, et c´est peut-être un peu contradictoire, mais ce ne sont "que" des livres, pas un pistolet sur la tempe qui t´oblige à faire quoique ce soit. A part à réfléchir, mais je ne pense pas que cela soit interdit par ta religion, non ? Et si c´est le cas, je trouve cela dommage, car réfléchir aurait surement permis à beaucoup de personnes de ne pas commettre un "pécher". Oui ... bref ... je m´éloigne un peu du sujet là, et en plus, c´est un peu confus ... non ?"

Mon Dieu (quoique non ... ce n´était peut-être pas la bonne expression à employer là ...)! Comme cela lui arrivait un peu trop ces derniers temps, notamment aujourd´hui à cette réunion, elle s´était vraiment trop emportée. Toutefois, même si elle le regrettait, car c´était énormément de stress, ça, c´est sur, en même temps, ça lui faisait aussi du bien de dire ce qu´elle pensait, pour une fois ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Dim 5 Juin - 0:27

Manage me, I'm a mess
Turn a page, I'm a book half unread
DESIREE, LILLA, ROBBIE, DOMINO & CHRISTABELLA
Le but de sa plaisanterie, n’avait pas été de divertir les foules, mais plutôt de se moquer de la tendance trop chaste de Christabella. Les réactions avaient été divergentes. Domino s’en était amusé, alors que Lilla semblait très offusqué. Son visage laissait parfaitement transparaitre ce qu’elle pensait à propos de ce genre de réflexion. Mais c’était loin de choquer Robbie, la brunette avait l’air de quelqu’un qui ne se prend pas la tête avec des choses aussi futiles qu’une fausse attaque personnelles, alors que la deuxième semblait monter sur ses grands chevaux a la moindre occasion. Qu’elle fasse attention : Robbie n’était pas du genre à s’énerver à la moindre contradiction, mais tout le monde n’était pas comme lui. A l’entente des accusations de Lilla, il n’eut pas vraiment envie de répondre, puis ne voulait pas la laisser croire que son argumentation l’avait laissé sans voix. Faisant mine de s’éclaircir la voix, il lui répondit donc de plus belle.
    Déjà, jusqu’à preuve du contraire, je parlais à Christabella, donc je ne vois pas ce que ton avis viens faire la, mais bon, passons. On a cas dire que c’était une ouverture a un quelconque débat, et donc pour parer chaque argument, il faut un contre-argument.
Il s’arrêta un instant. Devait-il dire tout comme il le pensait, quitte à ce que ce soit un peu cru, ou devait-il édulcoré ses paroles ? Lilla semblait un peu fragile, alors il opta pou la deuxième option, ne voulant pas la blesser, ou la faire partir en pleurant du club, à cause d’une parole blessante. Il se tourna donc vers elle, afin que cette fois, elle comprenne que les paroles lui étaient destinées, et que donc, elle serait invité à y répondre si l’envie lui disait de faire tant.
    Pour moi, c’est un ramassis de d’ordres bizarres, et de sermons répétitifs figure-toi. Y a eu une époque où je croyais a chaque mot écris dans ce livre sacré, et maintenant, je peux plus en entendre un seul. Je suis d’accord, chaque histoire nous apprend des choses, mais certaines personnes ne comprennent pas comme les autres, et s’approprient l’histoire à leur manière, ne voulant pas entendre la moindre interprétation différant de la leur.
Il s’arrêta une nouvelle fois, mais là, ce n’était pas pour savoir s’il devait paraitre gentil ou agressif. Cette fois, il essayait de reprendre son calme. Il n’aimait pas perdre son calme devant autant de monde, et surtout lorsqu’il y avait un professeur dans l’assemblé. Oui mais rien que de parler de ça, sans entré dans les détails les plus sordides, lui rappelait l’ultimatum que lui avait posé sa mère, bien trop croyante à son gout, et faisant partie des personnes bornée qui ne comprenne qu’une seule interprétation à chaque sermon. Depuis ce jour et a cause de cet ultimatum lourd en conséquences, il détestait tout ce qui se rapprochait de près où de loin à sa mère.

Puis il se stoppa dans ses pensés. Combien de personnes l’avaient jugé depuis son retour à Lima ? Lui collant n’importe qu’elle étiquette, sur la cause de son départ, et aussi de son retour. Il avait été plus que blessé de voir un tel comportement de gens qu’il avait l’habitude de qualifier d’amis. Il ne voulait pas mettre qui que ce soit, dans une telle situation, alors même si tout cela n’était partie que d’une malheureuse blague, il se retourna désormais vers la dernière arrivée.
    Je suis désolé, je n’aurai pas du rire sur ce en quoi tu crois.
Puis changeant de sujet et ce n’était pas plus mal, Lilla lui demanda comment il opérait pour écrire des chansons. Cela lui fit très plaisir de voir que ça intéressait quelqu’un. Déjà Désirée avait trouvé que c’était pas mal d’écrire des chansons, et lui avait presque donné la permissions d’écrire pendant son cours, qu’elle n’y verrait pas d’inconvénients. Ca changeait de cet infâme remplaçant qui avait déchiré une de ses partitions en pleine classe, alors qu’il était en train de peaufiner les derniers détails avec sa voisine. Il se remis en position initiale, afin que son discours soit destiné a tout le monde, ou du moins, à ceux qui s’y intéressaient, répondant ainsi à la question de Lilla.
    En fait ça dépend. Parfois en cours j’entends des expressions, des phrases que mes profs disent et qui, mises bout à bout, donner quelque chose de cohérent. Et de la j’essaye de caser des notre et une mélodie dessus. Mais c’est super dur dans ce sens. Les autres fois, je le fais «à l’envers » : j’écris d’abord la mélodie et je place des mots dessus. Je préfère ce système, ça va bien plus vite. Et puis trouver un mot au milieu d’une phrase est bien plus facile que trouver une note, qui doit s’harmoniser avec ses voisines.
Ce cours était vraiment bien loin des idées dont s’en était faites Robbie. Ici, tout le monde pouvait parler et réagir aux autres personnes, en respectant tout de même une certaines diplomatie, mais c’était vraiment bon enfant. Vraiment, plus le temps passait et moins il regrettait d’avoir inscrit son nom sur cette feuille abandonner sur le tableau d’affichage. Ce fut au tour de Christa de poser une question, à laquelle le professeur, et Lilla avait répondu. Comme pour suivre l’ordre des choses, il se permit de prendre la parole afin d’exprimer son avis sur la question.
    Si je peux donner mon avis, alors le voila. Je pense que le fait que tes parents t’interdisent certaines lectures est un peu égoïste de leur part. On prône partout les bienfaits de la lecture, le fait que ça apporte du vocabulaire, une bonne syntaxe de phrase et tout ce genre de choses, et ils se permettent en quelque sortes, en t’interdisant certain livre, de t’interdirent d’apprendre certaines chose lié à la littérature. Je ne critique pas tes parents, ne prend pas ce que je dis de la mauvaise façon, mais je pense que malgré tout, tu devrais… Non pas aller à l’encontre de ce qu’ils te disent, mais, je sais pas... Leur cacher la vérité.
C’était surement un péché en soi, mais les intentions de Robbie étaient vraiment bonnes, et sans mauvaises pensées. Elle n’était pas obligé de dire à ses parents qu’elle lisait un tel livre. La bibliothèque du lycée, ou même de la ville si ce n’était pas assez suffisant, débordait d’ouvrage en tout genre. Ce n’était pas difficile de se procurer une copie du fameux livre Lolita et de le lire en douce. Au moins, elle gagnerait en liberté de pensée, et pourrait se faire sa propre idée sur le fait que oui, ou non ce livre est une œuvre qui « fatigue la chair ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Sam 25 Juin - 0:06

Parce qu'elle était énormément curieuse, et qu'elle désirait s'ouvrir au monde, l'appréhender autrement que comme ses parents le lui avaient enseignées. Ils lui avaient appris que les hommes et les femmes devaient rester purs jusqu'à l'union avec une personne de sexe opposé -l'homosexualité étant, selon eux, une aberration de la nature ne pouvant être guérie ou punie, mais devant être vivement interdite. Ils lui avaient répétés, encore et encore, que son esprit, son corps et son âme devaient rester vierges de tout ce qui pouvait l'empêcher d'accéder au Paradis, et cela incluait vraiment beaucoup de choses. Déjà, elle n'avait pas le droit de regarder la télévision, et elle n'avait pas accès à Internet. Ce n'est qu'après une longue bataille qu'elle avait eu une petite télévision dans sa chambre, et elle avait économisé pendant de longs mois pour se payer un lecteur DVD. Depuis, elle dévorait films sur films, mais... en cachette de sa famille. Ses parents la surveillaient très étroitement, et lui avaient longuement expliqués que les livres qui étaient disponibles dans toutes les librairies étaient, en grande majorité, porteurs de messages hérétiques et honteux, et elle l'avait longtemps cru. Heureusement, elle avait fini par se demander si... c'était vrai. Petit à petit, elle avait élargi son horizon littéraire, et bien qu'étant plus une scientifique qu'une amoureuse des lettres, elle aimait lire. Mais elle se demandait quand même si tout était bon à lire, et elle était bien contente de pouvoir demander à Miss Cravy ce qu'elle en pensait. Elle avait cité Lolita parce que c'était, selon elle, l'exemple le plus criant de ce qui pouvait être considéré comme choquant. Après tout, il s'agissait d'une relation entre un adulte et une jeune adolescente! Christabella ne l'avait pas lu... enfin, pas entièrement.

Miss Cravy prit le temps de répondre, choisissant soigneusement ses mots, et Christabella attendit patiemment. La professeur lui expliqua son point de vue, arguant que chacun avait le droit de choisir ses lectures, et que ce n'était pas en lisant un simple roman que cela influencerait notre vie à jamais. Elle cita Stephen King, que Christabella ne connaissait pas, et elle prit le temps de noter ce nom sur un coin d'une feuille, notant intérieurement d'aller se renseigner sur cet auteur et sur ses oeuvres, se demandant de quel style il pouvait s'agir.
Miss Cravy aimait ce qu'elle enseignait, cela sautait aux yeux. Elle aimait les livres et ne les considérait pas du tout comme une source de pêché, ni même comme une source d'inspiration. De toute évidence, tout ceux qui avaient lu Lolita n'avaient pas décidés d'entretenir des relations avec des mineur(e)s. Christabella hochait la tête sans mot dire, en se mordillant la lèvre. Ses parents avaient peut-être tort, peut-être pas, mais elle était assez grande, de toutes façons, pour juger de ce qui était digne d'être lu. Mais elle devait être consciente qu'une fois devant les portes du Paradis, ce qu'elle avait fait dans sa vie pouvait peser dans la balance. Elle fronça les sourcils. Ce genre d'interrogations et d'introspections devraient attendre qu'elle soit seule, et elle reporta son attention sur les personnes présentes.

" Merci. " dit-elle à Miss Cravy, et elle la gratifia d'un hochement de tête reconnaissant.

Alors qu'elle pensait que la conversation allait se poursuivre, Lilla revint sur la blague que Robbie lui avait faite, et Christabella se sentit gênée. Elle était mal à l'aise qu'on s'attarde sur la taquinerie de Robbie, et ne voulait pas que le garçon ait des ennuis. Elle avait l'habitude qu'on se moque d'elle à cause de ses croyances religieuses, et elle n'y prenait pas garde. Elle avait même tendance à pardonner à ceux qui étaient méchants avec elle, estimant qu'ils étaient plus à plaindre qu'à détester. Elle se mordit à nouveau la lèvre, mais de nervosité, et baissa la tête, avant de la relever.

" Tu as lu la Bible? " s'exclama-t-elle en regardant Lilla, à la fois positivement surprise et désireuse qu'on ne s'attarde pas sur la plaisanterie de Robbie. " C'est rare. " ajouta-t-elle en hochant la tête avec un soupçon d'admiration dans la voix, et quand le jeune homme se pencha vers elle pour lui présenter ses excuses, elle lui offrit sans hésiter un sourire. " Ce n'est rien, ne t'en fais pas. " lui assura-t-elle avec sincérité. " Tu ne pensais pas à mal. " Et voilà, une fois de plus, elle pardonnait, et tendait même l'autre joue pour se faire gifler une seconde fois! Mais Christabella ne pouvait en vouloir à qui que ce soit, et Robbie n'avait pas l'air d'être un mauvais garçon, après tout. Il était juste un peu taquin, et ce n'était pas si grave. " En fait, mes parents sont un peu... traditionalistes, et parfois j'ai l'impression qu'ils regrettent l'époque où la religion était plus présente dans la vie des gens. De nos jours, tout cela peut paraître désuet, voir moyenâgeux, et j'en suis consciente. C'est pour cela que... j'ai apporté mon exemplaire de Lolita. " bredouilla-t-elle en rougissant, tirant un livre de poche de son sac, révélant une couverture ancienne -sûrement une vieille édition, trouvée dans une librairie de quartiers, et elle le rempocha vite fait. " C'est pour cela que je pose la question. Est-ce une bonne chose, de restreindre ainsi les lectures des gens? J'ai moi aussi lu la Bible, et si je devais suivre chacun de ses préceptes à la règle, je me verrais contrainte de faire des choses qui vont à l'encontre de ce que Dieu nous inculque dans cette même Bible. " s'amusa-t-elle en fronçant le nez. " Je voulais juste avoir un autre avis que le mien. " Et, satisfaite, elle esquissa un sourire, comme si son problème avait été réglé.

Elle changea subitement de sujet et reporta son attention vers Robbie.

" Tu devrais t'inscrire dans un des Glee Clubs. " lui fit-elle remarquer, songeant à Ezrael.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   Sam 16 Juil - 14:14

Manage me, I'm a mess
Turn a page, I'm a book half unread
DESIREE, LILLA, ROBBIE, DOMINO & CHRISTABELLA
En fin de compte, ce club avait vraiment été bénéfique. Il avait rencontré des gens autant passionnés par la littérature que lui, et surtout, ils avaient abordés un éventail de thèmes, tous ensemble. Il avait réussi à s’ouvrir à des inconnus bien que ce soit loin d’être dans sa nature. Justement le fait de n’être qu’avec des gens qu’il ne connaissait pas, avait été un avantage. Il n’avait pas besoin de se justifier, personne ici ne le connaissait « d’avant ». Pour lui, c’était un pas vers une l’image qu’il voulait donner de lui. Bien sur, il avait fait quelque faux pas, comme la blague envers Christabella qui, après coup, était vraiment déplacé. Lui qui ne supportait pas qu’on le juge sur les bruits de couloirs, était tombé dans ce jeu. Elle avait fait le choix d’être croyante, et il s’en était servi presque contre elle. Le pire c’est que son but était vraiment à des années lumière de ça. Christabella avait été très noble de ne pas lui en tenir rigueur, contrairement à d’autres personnes présentes.

Il avait pris la peine de s’excuser envers elle, et il alla même jusqu'à lui donner son point de vue quant à la question qu’elle avait posée au professeur. Ayant eu une mère très croyante, voire même un peu trop, il savait ce que c’était de vivre selon les convictions d’un autre. Lui avait réussi à prendre son envol, mais le moins qu’il puisse dire c’est que la tache avait été rude. Ce qui l’avait poussé était d’avoir eu la chance de gouter au « monde extérieur » lorsque sa mère l’avait chassé de chez lui. En Californie, sans personne sur son dos, il avait vraiment eu la possibilité de s’ouvrir aux autres sans penser à se que sa mère en penserait. Intérieurement il souhaita bonne chance à la fille qui était assise à l’opposé de lui.

Il rit lorsqu’elle évoqua la possibilité pour lui de rejoindre un Glee club. Il était le premier à se moquer d’eux, et même s’il touchait à la musique ce n’était vraiment pas dans ses plans. Il ne voyait pas ça comme une libération, bien au contraire. Pour lui, la musique était un moyen de s’échapper, et suivre les directives de quelqu’un et n’avoir que peu de liberté n’était plus pour lui. Il avait vécu bien trop longtemps derrière les de sa mère, et avait décidé de ne plus toucher à ce mode de vie. Il expliqua tout ceci à Christabella, mais fut interrompu par la sonnerie qui annonçait la fin de se cours. Après s’être levé et avoir fait craquer toute sa colonne vertébrale, il se dépêcha de ranger ses affaires et se dirigea tout aussi vite vers la porte de sortie. En remontant le couloir vers la sortie, il passa devant le panneau d’administration et vit la feuille où il avait apposé son nom il y a quelque jours. C’était définitif, il le guetterait ce panneau, et il serait surement le premier inscrit sur la prochaine liste, si toute fois un club de ce genre revoyait le jour.
[Sujet terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 05. A book club ? Yes sir !   

Revenir en haut Aller en bas
 

05. A book club ? Yes sir !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 5
-