Choriste du mois


Partagez | 
 

 05. What the hell are you waiting for.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 05. What the hell are you waiting for.   Sam 2 Avr - 8:03

La matinée était passée à une vitesse folle. Le Breadsticks s’était rempli rapidement après son ouverture, et il ne s’était pas désempli de la matinée. Les employés qui étaient debout depuis quatre heures du matin, avaient vu leur journée débutait à une vitesse folle. Mais cela ne les dérangea pas, puisqu’ils avaient l’habitude du rythme soutenu que devait tenir le restaurant chaque jour. Et le mieux, c’est que les employés avaient l’air de prendre du plaisir à ce débarquement important de clients. Andrew, malgré le fait qu’il n’avait pas arrêté de courir depuis l’heure d’ouverture, ne pouvait s’empêcher de laisser planer sur son visage un grand sourire heureux et naïf. Ce n’était pas parce que le chiffre d’affaire avait augmenté dans la journée qu’il était aussi souriant. Loin de là même, puisque certains jours il était même obligé d’éconduire les clients tellement le Breadsticks était rempli. Il était ainsi, parce que ce jour là était un jour spécial. Il avait réussi à obtenir d’Allyson un repas en tête à tête, ce qui avait le don de l’égailler au plus haut point. Andrew accorda même cinq minutes de pause supplémentaires à ses employés - alors que les commandes arrivaient à foison -, et fit même la corvée de plonge lui-même. Tout ça, avec un grand sourire aux lèvres que ses employés ne lui connaissaient pas. Ils étaient encore tout étourdis de voir leur patron souriant quand ils rentrèrent dans la salle de pause. En temps normal, Andrew n’était de bonne humeur qu’en fin de journée, lorsqu’il était sûr que tous ses clients avaient été satisfaits par le repas qui leur avait été servi. Mais ce jour là, il s’était même autorisé à chantonner en préparant les divers plats qui lui avaient été commandés et les seules pauses qu’il s’était autorisé à prendre étaient lorsqu’il allait servir leurs repas aux clients, échangeant parfois quelques mots avec eux. Alors que tous ses employés le regardaient s’affairer autour des divers plans de travail depuis leur salle de pause, Andrew se mit à pousser la chansonnette et se transforma en mini-Beatles le temps de quelques minutes lorsqu’il chantonna « Hey Jude ». Il se mit même à se dandiner tout en continuant à couper des oignons, ce qui fit bien rire les quelques employés qui continuaient de le regarder. Andrew devinait les quelques regards fixaient sur lui aux légers picotements - comme ci on lui enfoncer plusieurs fois des aiguilles - qu’il ressentait dans sa nuque. Mais pour une fois, il se surprit à se dire qu’il se contre fichait complètement que l’on se moque de lui ou pas. Il n’avait jamais été aussi heureux !
En attendant de laisser reposer la pâte de son dessert, il alla dresser une table dans une salle habituellement réservée aux clients de marque. Il installa une nappe d’un bleu-vert élégant, sur laquelle il superposa des rubans de soie d’un beau vert foncé. Il installa ensuite les couverts pour deux personnes, veillant à les mettre bien en face les uns des autres. Andrew partit régler l’éclairage sur une lumière d’ambiance bleu marine, et lorsqu’elle lui plut enfin, il se recula un peu pour regarder son travail achever. Il était content de ce qu’il avait fait, même si ce n’était pas une table des plus exceptionnelles. Lorsqu’il sortit de la pièce, il avait la joie du travail accompli peint sur ses traits, et son visage était - par conséquent - plus rayonnant qu’auparavant. « Voilà qui sera parfait pour elle », se dit-il tandis qu’il regagnait les cuisines d’une démarche conquérante. Lorsqu’il reprit sa place devant les fourneaux, tous ses employés étaient revenus de leur pause et travaillaient activement sur les différents plats. Sans paraître prêter attention à eux, Andrew se remit à chantonner et à siffler tout en cuisinant. Après quelques regards interloqués que ses employés échangèrent, ils s’habituèrent vite à la voix grave de leur patron et certains lui prêtèrent même la réplique, en essayant de se caller sur sa voix trop grave.
Lorsqu’il eut fini de préparer le repas pour sa fille et lui, Andrew sortit de la cuisine pour aller se diriger vers son bureau où il se changea rapidement pour enfiler des habits se prêtant mieux à la situation qu’un vieux tablier tout tâché. Lorsqu’il fut enfin près, il alla se poster dans la salle pour attendre sa fille. Le cœur d’Andrew battait la chamade lorsque la porte s’entrouvrit et qu’un pied apparut par l’ouverture.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. What the hell are you waiting for.   Mer 6 Avr - 2:12

Intimidée. C'était l'adjectif qui convenait le mieux en cet instant pour définir l'état d'esprit dans lequel se trouvait Allyson. Postée devant son miroir, cela faisait des heures qu'elle essayait les tenues que son amie avait bien voulu lui prêter pour la soirée qui aurait lieu au Breadsticks avec son père. Cet inconnu qu'elle avait vu pour la toute première fois durant la soirée de Noël en famille. Ayant appris la vérité au sujet de sa conception et ce qui s'était ensuivi, elle avait réalisé qu'il n'était pas responsable de l'abandon dont elle s'était cru victime au cours de sa vie lorsqu'elle pensait à lui et était même prête à lui laisser une seconde chance.

Elle avait donc accepté ce repas au restaurant dont il était le propriétaire mais pour cela, il lui faudrait se vêtir spécialement pour cette occasion. C'était donc pour cela qu'elle s'était rendue chez son amie afin qu'elle l'aide à choisir une tenue adéquate pour ce rendez vous. Et la voici donc quelques heures plus tard, après avoir essayé une multitude tenues différentes à s'observer dans le miroir. Il lui fallait reconnaître que cette robe ne lui allait pas si mal. Bien sûr, d'ordinaire, ce n'était pas du tout son style mais elle était prête à faire de nombreux efforts pour que ce moment de retrouvailles se déroule à la perfection, sans la moindre anicroche. Elle subit ensuite le maquillage et la coiffure et eut même droit d'emprunter des bijoux qu'elle rendrait bien évidemment le lendemain.

C'était déjà l'heure de partir. Le temps avait filé à une vitesse folle, sans qu'elle ne s'en rende compte. La gorge nouée, étrangement sèche, elle but une grande gorgée d'eau et souffla un bon coup avant de quitter le domicile de son amie pour prendre sa voiture et se rendre au Breadsticks. Le temps était doux pour la fin du mois de mars en dehors d'un vent encore froid, reste de l'hiver qui venait à peine de se terminer. Cela la fit se hâter à entrer dans son véhicule. Pensive, elle resta quelques instants à se demander comment cela allait se dérouler mais finit par reprendre contact avec la réalité et mit le contact. Durant le trajet, la musique de son auto-radio était présente, la jeune femme chantant dessus, comme pour se donner le courage qui lui manquait en cet instant.

Un quart d'heure fut nécessaire pour arriver sur place et trouver une place de parking car le restaurant, réputé dans la ville et les alentours était toujours plein, d'après les rumeurs qu'elle entendait dessus. Il lui fallut encore cinq bonnes minutes pour oser sortir de sa voiture et faire les quelques pas qui la séparaient de l'entrée du restaurant. Ce fut là qu'elle le vit, dans son costume trois pièces, en train de l'attendre. Il avait l'air aussi stressé qu'elle visiblement. Se forçant à sourire, elle s'avança vers son père et lui fit la bise, le serrant quelques instants contre elle.

Bonjour, papa. , murmura t'elle, prononçant ses mots, lui sembla t'il, pour la première fois de sa vie. Cela était véritablement étrange mais pas désagréable pour ainsi dire. Ne sachant que dire de plus, elle attendit qu'il prenne la parole ou qu'il la conduise à la table où ils seraient mieux pour discuter plutôt que de rester là. Observant quelques instants les clients présents, elle remarqua que la salle était pleine à craquer, ce qui ne la surprit pas le moins du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. What the hell are you waiting for.   Sam 30 Avr - 17:57

Après le pied apparue la jambe, puis la cuisse. Ce fut ensuite le tour du buste et enfin, une boucle aux reflets roux apparue par la porte entrebâillée du restaurant. Allyson était là, resplendissante. Elle avançait à pas lents et mesurés vers Andrew qui l’attendait, un sourire jusqu’aux oreilles étendu sur son visage. Quand elle fut enfin arrivée à sa hauteur, elle prononça ces mots à voix basse : « Bonjour, papa. » Puis, elle sera un peu son père contre elle. Doucement, chaleureusement. Comme encore personne ne l’avait fait avec Andrew. Comme une fille qui aimait son père. Il sourit un peu bêtement, heureux comme il ne l’avait jamais été. Le chef cuisinier la sera lui aussi contre lui. Et sa tête collée contre la sienne, il lui dit : « Bonjour, ma fille. » L’emploi du terme ‘ma fille’ était plus pour qu’il essaye de se rendre compte lui-même qu’il était enfin père. Qu’il devait assumer pleinement son rôle cette fois ci, et qu’il n’était plus question de reculer. Il contint difficilement quelques larmes de joie, et ce, seulement en fermant les yeux. Le jour dont il avait rêvé lui tendait enfin les bras, et il se promit qu’il saurait prendre cette chance comme un cadeau. Et qu’il ferait en sorte que sa fille se sente aussi bien que lui. Que son amour paternel lui arrive comme il le fallait. Ils défirent leur étreinte et se reculèrent un peu l’un de l’autre, prenant soudainement un air gêné. Andrew contempla longuement sa fille qui regardait la salle bondée. Il la laissa contempler les décorations quelques secondes avant de la prendre par le poignet et de lui montrer une porte dans un coin de la salle. Là, il lui lâcha le bras, et la laissa continuer tranquillement à marcher derrière lui. Une fois devant la porte, le chef cuisinier ouvrit la porte et fit signe à sa fille d’entrer. Un employé avait pris soin de rallumer les lumières en les voyants arrivés, et Andrew se promit de lui accorder une prime s’il était en mesure de retrouver qui il était. Intérieurement, le chef cuisinier se maudissait. Quel con il avait été d’éteindre les lumières ! Et si son employé ne les avait pas rallumé, Andrew se serait maudit jusqu’à la fin de ses jours si rien qu’une seule chose ne clocher pour ces retrouvailles.
Arrivés à la table. Andrew se saisit du dossier d’une des chaises, et la recula un peu. Regardant sa fille, il lui fit signe d’avancer. « Vas-y, assieds toi et mets toi à l’aise. » Il lui désigna le fauteuil qu’il avait reculé de façon à ce qu’elle puisse s’asseoir. Un grand sourire toujours étalé sur son visage. Il aimait vraiment cette nouvelle vie.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 05. What the hell are you waiting for.   Jeu 12 Mai - 2:25

Peu habituée aux preuves d'affection jusqu'à présent, surtout envers les adultes qu'elle côtoyait, Allyson avait fait un gros effort sur elle même afin de ne pas décevoir ni peiner son père alors qu'ils venaient à peine de se retrouver. Ayant oublié qu'elle avait entre temps teint ses cheveux en roux, idée d'Ely, sa meilleure amie, pour le bal qui approchait à grands pas, et pour lequel elle n'avait pas de cavalier, la jeune Texane sourit à son père lorsqu'elle l'entendit l'appeler sa fille. Cela semblait si naturel que personne n'aurait pu penser qu'ils venaient à peine de se retrouver après tant d'années passées sans qu'ils ne se connaissent.

Ne sachant que dire de plus, gênée face au silence qui s'installait déjà, Allyson suivit Andrew dans le restaurant, ne s'attendant pas à ce qu'il l'emmène dans une salle à part pour se retrouver rien que tous les deux. Et pas n'importe quelle salle. Celle ci semblait décorée pour les personnes d'importance ou en tout cas qui avait les moyens de louer cette salle. Étant le patron du Breadsticks, il était logique que son père puisse en disposer comme bon lui semblait.

Merci beaucoup. lui répondit elle, lui adressant un sourire radieux en prenant place sur le siège qu'il venait de reculer pour qu'elle puisse s'y asseoir. Regardant encore autour d'elle, la jeune femme avait encore du mal à réaliser qu'elle se trouvait dans un tel endroit mais c'était bel et bien le cas. Lorsque son père vient prendre place en face d'elle, elle saisit son sac et en sortit divers albums photos qu'elle lui tendit.

J'ai retrouvé ça dans mes affaires. Ce sont des photos de moi à tout âge jusqu'à aujourd'hui. Maman me les a laissés avant de retourner au Texas et je voulais que tu puisses les voir et si tu le souhaites, les garder. Me voir à toutes les périodes de ma vie où tu n'as pu être présent. Si tu veux, je pourrais te dire à quel moment certains ont été prises également. lui expliqua t'elle. Le laissant feuilleter les albums, un sourire naissant sur son visage selon les photos qu'il pouvait voir apparemment, elle saisit la carte des menus afin d'observer les plats que son père et les autres employés pouvaient bien proposer.

Une fois qu'il eut apparemment terminé de regarder les albums photos, Allyson lui annonça ce qui s'était passé dans sa vie depuis Noël.

Je suis retournée chez Rachel. Elle est venue me voir chez Eleanor et m'a demandé de revenir. Ca m'a fait bizarre car elle avait les larmes aux yeux, comme si elle tenait à moi. J'ai pas vraiment l'habitude, tu sais. Et puis, je suis à nouveau chez les Awesome Voices. Je suis super contente, si tu savais. lui annonça t'elle, un nouveau sourire installé sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 05. What the hell are you waiting for.   

Revenir en haut Aller en bas
 

05. What the hell are you waiting for.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 5
-