Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. L'utopie du "pas d'élèves"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 06. L'utopie du "pas d'élèves"   Mer 20 Avr - 17:49

    Personne ne se serait jamais attendu à ce que Flow aille un jour au bar karaoké. normal, puisqu'il disait détester la musique... enfin, pas la musique, mais cette chose que les élèves osaient appeler de la musique et qui n'en était pas. Ca n'en avait même pas l'air. Ahah, quel jeu de mot... mais qu'importe. Il n'avait pas envie de faire des jeux de mots pour l'instant. Il prit une gorgée de café. Oui, dans le fond, peut-être n'était-il venu que pour la café. C'était une bonne raison de venir, non ? Le café était quand même bien meilleur ici que dans la salle des profs. Même les élèves le disaient. mais allez savoir comment les élèves connaissaient le goût du café de la salle des profs, puisque théoriquement ils n'en avaient jamais rpis, ils n'avaient pas le droit d'entrer. Ne serait-ce pas lui qui, par hasard, avait piqué la cafetière un jour pour les calmer, dans la bibliothèque ? Ah si, c'était le seul moyen qu'il avait trouver pour que ces cancres n'aillent pas répéter qu'il avait piquer la cafetière: leur en donner. Mais franchement, il n'était pas en tort. Pas lui, du moins: il était sûr d'avoir vu une cafetière cachée sous le bureau d'une salle de cours. Il aurait bien voulu, pour rire, demander qui était le gigolo qui l'avait mise ici. mais tout de suite, on lui demanderait pourquoi il se baladait dans les salles de cours au lieu d'être dans la bibliothèque. Dès qu'il y avait un problème qui touchait au café, de toute façon, on l'accusait. Pénible. Ce n'était quand même pas lui la source de tous les problèmes avec le café... si ? Ouais, d'accord, possible. Dans le fond, il en était convaincu depuis longtemps...

    Mais pourquoi penser au lycée ? Il était là dans le but d'oublier tout ce qui se passait dans sa vie en ce moment, et pester contre cette musique ignoble qui n'était même pas de la musique, et en plus il ne l'aimait pas cette musique, plutôt que de lire un livre intelligent dans sa chambre, parce qu'on lui avait dit il y a des années de cela que pour être jeune il fallait sortir au bar karaoké. Et ces gens qui se prenaient pour des stars devant... Il préférait y aller avec son amie qui chantait si faux, et dont le nom allait lui revenir sans doute un jour, parce qu'elle était drôle au moins. Comme certains élèves de ces maudits glees club - ridicule, comme si la joie était un club - qui croyaient déjà être riches et célèbres. Enfin, ils avaient le droit de rêver, aussi, s'ils voulaient. Il fallait juste qu'ils fassent attention à ne pas prendre leurs rêves pour la réalité. Comme son frère, là, qui n'avait jamais appris la guitare électrique et faisait semblant d'en jouer. Il aurait mieux fait de s'y mettre et réaliser son rêve. Flow sourit. Il était peut-être méchant, cruel et sanguinaire, il ne pouvait pas se plaindre de la vie qu'il avait eue. Mais il posa sa main sur son bras droit, où il y avait encore la marque de la prise de sang. Est-ce qu'il allait bientôt mourir ? Qu'importe. Il avait eu tout ce qu'il voulait avoir. Son seul regret serait de mourir sans avoir tout lu, sans doute. Alors qu'est-ce qu'il fichait ici, au bar karaoké, alors qu'il pouvait aller lire le plus possible pour regretter le moins possible ? On en fait des conneries, dans la vie...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. L'utopie du "pas d'élèves"   Mer 20 Avr - 18:28

Il y avait ce type. Blond aux yeux verts, plutôt pas mal, sympa qui aimait bien embêter son monde et qui semblait tout à fait tolérant et tout le bazar. Son nom ? Un truc du genre Raven Gloss. C’était un nom un peu spécial mais c’est peut-être pour ça qu’il plaisait tant. Mais ce n’était qu’un menteur qui ne faisait que faire semblant d’être l’ami de tout le monde alors qu’il ne supportait pas les gens.
Et puis il y avait cet autre type. Roux aux yeux noirs. Asiatique, qui ne parle qu’aux arbres ses amis. Son nom ? Night Euphrasia. Dans un sens, les deux hommes s’alliaient bien pour leur nom car le nom du jeune homme était lui aussi un peu spécial. Il était associal et avait énormément de mal à se faire des amis.
Ces deux types là, s’étaient rencontrés par hasard dans le parc alors que Night parlait encore aux arbres. Raven qui avait trouvé ça plutôt marrant lui avait parlé, mais tout ce qu’il faisait c’était se moquer de lui ouvertement tout en faisant semblant d’être son ami. Mais ça, Night le savait, et comme il n’en avait rien à faire qu’il faisait juste croire qu’il était intéressé par ce type, alors que pas du tout. En fait, chacun mentait à l’autre en affirmant « oui je t’aime bien » alors que pas du tout. Et ces deux enfants car par leur caractère s’en étaient, avaient décidé de se sortir un peu entre « potes ».

- Alors où veux-tu aller Raven ?

Night, lui, il voulait aller aux jardins biologiques, aller voir ses amis, leur raconter sa vie, leur parler sans s’arrêter, les aimer énormément sans s’arrêter. Mais il savait qu’il ne pouvait pas parce qu’aujourd’hui c’était à Raven de choisir. De toute façon il allait bientôt lui dire la vérité, il allait bientôt lui dire qu’il ne l’aimait pas. Il comptait même lui dire aujourd’hui. En attendant Raven restait un bananier. Night aimait bien les bananes, mais les bananiers étaient des usurpateurs qui se faisaient passer pour des citronniers. Donc il n’aimait pas les bananiers.

- Au bar karaoké, j’adore chanter.

Night n’aimait pas chanter. Et il aimait même moyennement la musique. Alors aller au bar karaoké…Ouais moyen… Mais il devait faire semblant encore et toujours alors il accepta, froidement certes mais. Night chantait faux, Night ne savait pas chanter et il savait que Raven était au courant. Peut-être était-ce un piège pour l’humilier ? Si c’était le cas, il aurait qu’à refuser de chanter et voilà. Ils arrivèrent au bar karaoké et Raven voulu chanter. S’il voulait, Night n’en avait rien à faire, il répondit qu’il pouvait commencer, qu’il chanterait plus tard, qu’il n’aimait pas trop ça et Raven l’approuva. L’asiatique alla donc s’asseoir plus loin, près d’un type qu’il avait déjà vu….Au lycée….Mais où ? Pourquoi ? quand ? Comment ? Il lui semblait que c’était le bibliothèque mais il n’en était pas sûr. Il avait oublié. Mais ce n’était pas bien grave vu qu’il se contenta de commander une simple boisson, de la limonade.

Ses citronniers lui manquait…Ses citronniers…Il voulait ses citronniers… Tant qu’il le prononça à voix haute :

- Je veux un citronnier.

Si l’autre l’entendait, qu’allait-il penser ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. L'utopie du "pas d'élèves"   Mer 20 Avr - 20:19

    Des nouveaux entrèrent. Flow jeta un oeil dans leur direction, et il lui sembla reconnaître des élèves du lycée. C'était probable, après tout, les élèves venaient souvent ici. Au lieu de réviser, bien sûr ! Mais est-ce qu'ils étaient conscients qu'ils avaient un examen à la fin de l'année, pour certains ? Apparemment, rien n'était moins sûr. Il avait même envie de croire que non. Pourtant, il était sûr qu'ils étaient humainement sympathiques, mais ce n'était pas la même chose de boire une bière avec eux et les conduire à la réussite. Alors que lui il se tuait à la tâche pour les aider ! Et que feraient-ils quand il ne serait plus là, hein ? Et lui, pourquoi pensait-il à de telles atrocités ? Bien sûr qu'il continuerait à être là. Longtemps... Très longtemps... il avait encore de longues années à vivre, de nombreux élèves à traumatiser. Sa vie était loin, très loin de s'arrêter là... Il ne pouvait pas partir maintenant ! Alors il allait se calmer, sortir de ce bar qui lui montait à la tête vite avant que des élèves le voient, et retourner travailler en oubliant cette maudite prise de sang. Ca ne voulait rien dire, en plus. On lui avait dit de se faire opérer. S'il pouvait encore se faire opérer, rien de grave, c'était certain. Cependant, son beau plan de partir en catimini n'allait pas réussir ce soir. Un élève, il le reconnut, vint s'asseoir juste à côté de lui, à la table voisine. Enfin, quand je dis qu'il le reconnut, il est clair que Flow n'avait pas la moindre idée de qui pouvait être cet élève, ni de son nom, ni de sa classe, ni s'il faisait partir de ces andouilles de glee club ou des sportifs à grosse tête... Il avait juste vaguement reconnu sa tête. Mais il ne se trompait pas: si Flow avait un sérieux problèmes avec les prénoms - enfin, il ne faisait pas d'effort non plus pour les retenir -, il avait au moins une bonne mémoire visuelle. Et à part les fayots qui venaient à la bibliothèque juste pour le voir ou l'embêter, personne ne s'étonnait ni ne se fâchait s'il avait oublié comment ils s'appelaient. Bref, passons. Le jeune homme à côté, quand le serveur vint, demanda un citronnier. Aussitôt, Flow éclata de rire, croyant à une blague.

    - Excellent, jeune homme, très bonne plaisanterie.

    Ceux qui le connaissaient sous l'étiquette du méchant bibliothécaire auraient fait des gros yeux à le voir rire ainsi. les autres, qui fumaient devant le lycée avec lui, étaient habitués, il savait être drôle quand l'envie l'en prenait.

    - Alors, vous êtes combien à venir vous éclater ici, plutôt que de réviser vos cours ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. L'utopie du "pas d'élèves"   Mer 20 Avr - 21:45

Lui, il allait l’avoir sa limonade. S’il a parlé de citronnier c’est parce que Night aimait ses arbres. C’est parce que Night n’avait que eux pour amis – non, je ne vous aie pas oubliés non plus les autres arbres fruitiers -. Parce que personne ne voulait être son ami. En même temps c’était comme une boucle infernale : L’asiatique devient ami avec les arbres, les gens le constatent et ne veulent pas devenir son ami alors l’asiatique n’a pas d’ami parce qu’il est ami avec les arbres etc… Ca en devient vite lassant mais on peut dire qu’il s’y est fait et qu’il n’en a rien à faire. Après tout, les adolescents d’aujourd’hui ont des passions si peu intéressantes. Et ils ne respectent même pas les arbres, ce qui est une honte. Donc Night voulait un citronnier plutôt que de trainer avec ce foutu Raven qui n’était qu’un usuparteur, un faux citronnier, un menteur et qui croyait en plus trop en lui-même. Quoique Night et Raven se ressemblaient en fait. Ils mentaient aux gens. Mais je n’irais pas plus loin dans la ressemblance sinon je risque de vexer l’asiatique.

Celui-ci d’ailleurs avait apparemment intéressé – ou pas – le type qui lui disait quelque chose. Cet inconnu familier annonça que c’était une très bonne plaisanterie et c’était mis à rire. En clair, il ne croyait pas aux mots de Night qui pourtant était tout à fait sérieux en le disant. Il voulait un citronnier, un vrai de vrai et le serrer bien fort dans ses bras. Lui raconter sa vie. Bref… Night se retourna, jetant un regard froid à l’autre qui pensait que l’asiatique déconnait alors que ce n’était pas le cas. Oui, il était outré. Qu’on prenne ça pour une blague, c’était être stupide, même en étant un adulte, et alors il qu’allait répliquer une remarque bien cinglante, l’inconnu continua d’ouvrir la bouche pour en sortir des mots encore plus stupides.

- Alors, vous êtes combien à venir vous éclater ici, plutôt que de réviser vos cours ?

Ce type était bel et bien une personne du lycée. Il n’y avait plus aucun doute là-dessus. Surement un prof. Night n’aimait pas les adultes. Night n’aimait pas les profs. Night n’aimait pas… En fait Night n’aimait rien à part les arbres fruitiers. Il était compliqué, asocial, embêtant… Et vraiment… Vraiment….Fou. Night regarda l’inconnu. Ses cours… Ses cours. Pourquoi devait-il réviser ses cours ? Ça ne lui servait à rien. Il ne révisait jamais sauf quand il n’avait rien d’autre à faire. Et puis, s’il fallait répondre à la question il répondrait qu’ils sont deux. Mais il n’aimait pas ce type en face de lui qui se moquait de lui et qui semblait stupide. Il ne l’aimait vraiment pas. Alors son ton fut des plus froids quand il répondit :

- Ce n’était pas une plaisanterie. Et on a pas besoin de réviser nos cours. De plus, si vous voulez embêtez quelqu’un d’autre adressez vous à lui.

Night pointa Raven du doigt, ce Raven qui voulait chanter, ce Raven qui chantait sûrement plus mieux que Night. Mais ce Night n’aimait pas ce Raven et donc, comme il n’aimait pas non plus le type en face de lui, autant mélanger les deux et se barrer.
Si seulement il avait eut son citronnier… Il aurait peut-être été de meilleure humeur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. L'utopie du "pas d'élèves"   Jeu 21 Avr - 10:45

    Au regard que lui jeta l'élève quand il se retourna, Flow se dit qu'il était tombé sur quelqu'un d'assez étrange. Même de carrément étrange. Et... en fait non. Tout le monde, ou presque, lui jetait des regards froids: il était le bibliothécaire, quand même, ce monstre que tout le monde détestait plus ou moins. Alors il était habitué à ce regard froid. Mais justement, pas celui-là, celui qui reprochait ce qu'il venait de dire, qui reprochait un rire qui n'avait pas lieu d'être. Un regard à donner des frissons... Mais pas à Flow, bien sûr, il n'eut aucun frisson, et voir cet élève s'énerver le fit sourire de plus belle, bien qu'il ait fini de rire. Il y avait quelque chose de curieux dans ce type assis à côté. Et le pauvre serveur était parti, sans doute n'ayant pas compris. Et il y avait de quoi ! Flow se demanda une fois de plus où il l'avait déjà vu, celui-là... Au lycée, oui, mais ensuite ? Il avait un vague souvenir de cet individu étrange individu toujours à l'écart des autres et qui parlait de citronnier. Ah oui ! Surtout, il avait entendu les élèves en parler. Beaucoup d'élèves, autant dans la bibliothèque que sur le parking. Les nombreuses séances où il les suppliait de parler gentiment de leur camarade... oh, cela n'arrivait jamais, mais rien de plus normal. Pareil, il récupérait les avis des élèves sur les différents professeurs, c'était bien drôle la plupart du temps. Et ensuite on l'accusait d'encourager les élèves à aller discuter avec lui sur le parking plutôt que de travailler, voire de les droguer à prêter des cigarettes, ou il ne savait quoi encore. On, c'était figgins, bien sûr, ses collègues n'y voyaient pas d'inconvénient. De toute façon, ses collègues étaient des gens fort sympathiques, même ceux qu'il taquinait. Il en fallait bien, sinon ils s'ennuieraient tous dans ce lycée ! Un peu comme les élèves qui croyaient même ne pas avoir besoin de faire leurs devoirs.

    - Ah bon, pas besoin ? Bien mon garçon, si vous venez jouer au casino avec une seule pièce, certes vous pouvez gagner, mais les chances sont moindre... Vous pouvez venir en cours avec une seule leçon apprise, et être interrogé dessus. Je vous le déconseille.

    Contrairement à lorsqu'il était sur son lieu de travail, il ne s'énervait pas. Il avait horreur de parler boulot, en plus, quand il était censé s'amuser. Le bar karaoké, jusqu'à nouvel ordre, n'était pas son lieu de travail et il n'était pas prêt de le devenir. Alors il allait vite passer là-dessus et écouter ce que l'autre garçon avait à lui dire. Embêter quelqu'un ? Mais ce n'était pas son intention. Voilà un élève qui ne le connaissait que sous le masque de bibliothécaire sanguinaire, tiens, pour croire qu'il n'avait que cela à faire dans sa vie: embêter les autres. Mais apparemment, le garçon était venu avec un camarade. Flow regarda dans la discrection qu'il indiquait. Oui, il y avait bien là-bas un autre élève du lycée. Dans tous les cas, quelqu'un qui avait envie de chanter, parce que même s'il n'était pas sûr de savoir qui on lui montrait précisément, mais tous sautaient comme des excités à l'idée qu'on allait leur passer le micro.

    - Hum... Ce n'est pas lui qui est venu s'asseoir à côté de moi. Dites-moi, vous êtes en quelle classe déjà ? Et... accessoirement, c'est quoi votre nom déjà ? J'aime bien qu'on me rappelle son prénom avant de parler, avec un peu de chance je pourrais m'en souvenir.


Dernière édition par Florent Gaté le Ven 22 Avr - 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. L'utopie du "pas d'élèves"   Ven 22 Avr - 14:01

Night n’en avait rien à faire de ce type, déjà, même si son visage lui disait vaguement quelque chose, il ne l’aimait pas, parce qu’il s’était moqué du fait qu’il voulait un citronnier, et en plus, il n’aimait pas ce qu’il disait donc bref, il y avait tout les éléments réunis pour qu’il ne le supporte pas. Mais au lieu de bouger et de changer de place, il resta, parce qu’il n’avait pas envie de changer, se serait s’avouer vaincu et on pouvait l’admettre : Night avait un grand égo et une bonne fierté. En clair, la chaise supporterait ses fesses un peu plus longtemps. Voilà que l’inconnu qu’il désigna officiellement comme professeur, se mis à comparer les cours au casino. Etrange. Night l’écouta à moitié, trop occupé à penser à son citronnier, et au fait qu’il n’aimait pas ce type là, bref il ronchonnait dans sa tête et puis voilà.

Il fit ensuite une remarque sur le fait que Night n’était pas très content d’avoir une telle personne à côté de lui, et lui demanda dans quelle classe il était et quel était son nom. Qu’est ce que ça lui faisait de savoir ça, et si Night n’avait pas envie de lui dire ? En plus généralement quand il énonçait son prénom ou même son nom de famille voire allez son nom complet, les gens se moquaient de lui. Faut dire que, Night c’est pas un nom très courant et Euphrasia c’est aberrant tellement c’est débile. Mais tout ça était de la faute des lubies de sa mère, et en un sens l’asiatique pouvait presque la remercier de ne pas avoir choisi Myriel ou même Lemon comme premier prénom.

Et puis pourquoi ce type voulait savoir son nom ? Ah oui, parce qu’il aimait bien qu’on lui rappelle son prénom et blablabla… Ouais ouais. Mais Night n’avait pas envie… Il aurait pu dire qu’il s’appelait Raven, après tout cet idiot allait juste chanter pendant leur escapade ici, mais il y avait des chances qu’il vienne le voir pour lui dire de chanter à son tour, et Night n’avait pas envie qu’ensuite ce type là, le prof ou quoique ce soit d’autre le traite de menteur. Ca deviendrait trop compliqué. Donc, dans un soupir qui en disait long sur l’ennui du pauvre adolescent il fini par répliquer :

- Night Euphrasia.

Il ne lui avait pas dit sa classe, parce que l’autre n’avait besoin que de son nom. Puis il regarda l’inconnu parce qu’il ne savait pas quel était son nom non plus, et lui demanda d’un ton sec – même si c’était un adulte - :

- Et…Votre nom à vous ?

Ça ne l’intéressait pas plus que ça, mais c’était pour lui renvoyer l’appareil. Il espérait que Raven ramène vite sa fraise, qu'il ait fini de chanter, qu'il puisse lui dire "allez chante Night" et que Night ne chante pas. En fait, il ne savait même pas pourquoi il restait. Peut-être que même s'il était froid et associal, il avait tout de même un peu de principe et qu'il ne s'en allait pas sans avoir dire au revoir... Après tout, même si sa mère était folle des Misérables, elle l'avait tout de même bien éduqué.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. L'utopie du "pas d'élèves"   Dim 24 Avr - 14:21

    Ce type était vraiment bizarre. Génial. Flow avait fini par presque détester sortir à cause des élèves qu'on pouvait y trouver. Sauf que généralement les élèves qui sortaient étaient quand même les plus sympathiques. Normal, puisque les désespérés du travail devaient travailler encore plus pour déprimer encore plus, etc. Donc ils ne sortaient pas. Et ils avaient une vie des plus triste. Quand il était jeune, Flow avait toujours fait des efforts, il avait toujours très bien travaillé pour les examens, même si à côté il s'était fait exclure deux fois. Mais aussi travailleur qu'il pouvait l'être, il n'imaginait même pas une vie sans sortir. Encore maintenant, quand il était quelque part et qu'il rencontrait des gens qu'il ne connaissait pas, il avait toujours peur de ce qu'il avait trouvé. Par exemple, à ceux qui lui demandaient ce qu'il faisait dans la vie, il pouvait répondre qu'il travaillait à la poste... ou qu'il était prof d'espagnol, comme cela on était sûr de le laisser tranquille, il n'avait rien à raconter. Parce que s'il commençait à dire qu'il était bibliothécaire, il y avait soit celui qui n'avait jamais aimer lire et qui allait lui raconter sa vie passionnante et bien plus intense sans les livres, soit celui qui adorait mais n'en avait pas fait son métier, tout en continuant à lire tout ce qui lui tombait sous la main... et alors il essaierait d'engager une conversation intelligente, alors qu'il était venu pour s'éclater, comme tout le monde, et qu'il n'avait pas envie d'entendre quoique ce soit de sérieux. Se retrouver devant le garçon qui était là avec lui ce soir, c'était passionnant. Il avait l'air de n'avoir envie de parler de rien. Mais pas non plus de vouloir chanter. En fait, est-ce que c'était vraiment intéressant ? Est-ce qu'il n'avait pas mieux à faire ce soir que de rester à côté de quelqu'un qui avait l'intention de rester immobile et muet sur sa chaise toute la soirée ? Oui, il y avait rentrer chez lui et plus vite que cela, pour faire quelque chose d'intelligent. S'il restait trop longtemps dans cette prison avec cette insupportable musique, il allait passer le reste de la nuit à ce demander à quoi il passait sa vie, alors qu'il avait les moyens de faire mieux. Et puis tout à coup, alors qu'il ne s'y attendait plus, Night - maintenant il savait son nom - soupira et lui répondit.

    - Ah, oui, Night... Bien sûr...

    Oui, Night, bien sûr. C'était sans doute le signe qu'il n'avait pas le moindre souvenir de cet élève. Flow eut un maigre instant de réflexion, mais il savait déjà que c'était inutile, quand il ne se souvenait pas de quelqu'un, cela ne lui revenait pas comme si de rien n'était. Et il le savait d'expérience ! Il était habitué.

    - Mais... vous ne venez pas souvent à la bibliothèque, n'est-ce pas ?

    Il n'eut pas besoin de réponse, il fut coupé par Night qui lui demandait son nom. Son nom à lui. Le sien. Oui, vraiment, quelqu'un lui demandait qui il était. Certes, cela n'avait rien d'exceptionnel, il ne s'était jamais vanté d'être celui qui attirait les regards ou quoique ce soit. Mais quand il s'agissait d'un élève, c'était quand même bizarre, parce qu'il lui suffisait de passer dans un couloir pour entendre que beaucoup de monde parlait de lui. Peu de temps auparavant, il avait dû s'énerver sur un élève qui l'avait insulté d'ailleurs. Pas en face, il l'avait juste entendu. Les pauvres qui étaient venus travaillés dans son territoire juste derrière avaient dû subir sa fureur. On allait penser qu'il était un monstre de cruauté bientôt, et il y avait sans doute du vrai là-dedans.

    - Je suis Monsieur Gaté, le bibliothécaire du lycée. Je pensais que vous m'aviez reconnu, c'est ce genre de réaction qu'ont les élèves quand ils me croisent: ils se taisent et font la tronche.

    Il sortit ses cigarettes et en alluma une. Dans le même temps, il prit peur. Est-ce qu'il devrait continuer ? Plusieurs fois déjà, il avait tenté de s'arrêter, sans succès. Et apparemment, la peur de son état actuel n'était pas encore assez forte pour l'empêcher de recommencer.

    - Au fait, vous ne m'avez pas vu, d'accord ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. L'utopie du "pas d'élèves"   Lun 25 Avr - 3:12

L’autre, dont on ne savait pas encore le nom demanda, ou plutôt voulu une affirmation. Non Night n’allait jamais à la bibliothèque, en fait à vrai dire, il y était allé juste pour chercher un bouquin, et un seul bouquin. Sur les misérables. Il avait entendu parler d’un livre américain qui analysait ce livre qu’il avait lu en ayant tous les commentaires de sa mère, et était venu le chercher, il ne l’avait d’ailleurs pas trouvé. C’était comme ça. Bon, Night avait du y aller d’autres fois, mais c’était la seule fois qui l’avait marqué. Et forcément, il n’avait fait attention à personne….Et surtout pas au bibliothécaire qu’il avait en face de lui – c’est ce que l’autre venait de dire -.
Gaté. Génial le nom, Night qui connaissait à peu près le français, savait ce que ça signifiait, et il se demanda le temps d’un instant, si le caractère de l’adulte avait un rapport avec son prénom. Apparemment les élèves ne l’aimaient pas trop vu comment il décrivait leur réaction quand ceux-ci le voyaient. L’amoureux des citronniers ne fit aucun commentaire et le laissa fumer sa cigarette. Il en avait rien à faire que l’autre fume à vrai dire. Qu’il meurs en silence et qu’il nous embête pas. Euh…

- Au fait, vous ne m'avez pas vu, d'accord ?

Pourquoi ? Ce fut la première question que Night se posa. Parce qu’il fumait ? Parce qu’il était dans un bar karaoké ? Pourquoi ? Et comme le jeune asiatique n’avait jamais eut la langue dans sa poche et qu’il ne l’aura jamais, il ne mit pas longtemps à poser cette question :

- Pourquoi ?

Et puis, est-ce qu’il pouvait faire confiance à quelqu’un comme le roux ? Oh non, sûrement pas. Loin de là. Enfin, il n’avait personne à le dire qu’il avait vu le bibliothécaire, la seule personne qui le saurait, n’en était même pas une, et ça serait très certainement un arbre et de surcroit un gentil citronnier qui n’a rien demandé à personne et qui se retrouve agglutiner par un Night. Mais de savoir qu’il avait vu un type pareil dans un bar karaoké, il ne voyait pas comment ça pouvait étrange. Peut-être parce que Monsieur Gaté devait être du genre à lire des bouquins tout le temps et à ne faire que ça, sans s’intéresser à la musique… Eventuellement, le câlineur d’arbres n’avait pas envie de se faire une réflexion là-dessus, mais au moins il devait avouer une chose : ça lui faisait penser à autre chose qu’à Raven qu’il ne supportait pas.

En fait, finalement, c’était bien qu’il soit dans un bar karaoké, parce que son « ami » ne l’embêtait pas avec sa vie inutile comme ça. Déjà qu’il était hypocrite et qu’il se moquait des autres dans leurs dos…Ah, d’ailleurs, Night se posa une question, est-ce que Raven connaissait le bibliothécaire ? Sûrement plus que l’asiatique qui n’y avait jamais fait attention au cours de sa vie. Raven aimait un tant soi peu plus les livres que le roux. Même s’il n’était pas non plus un rat de bibliothèque.

- Et, vous connaissez Raven Gloss ?

En fait, il voulait en savoir un peu plus sur Raven, juste par curiosité, et inversement, une fois qu’il retournerait avec le blond qui voulait chanter, il lui poserait des questions sur le dit Gaté. Juste parce que Night avait un très gros défaut, il voulait tout savoir. C’est assez étrange, quand on sait qu’il ne lit quasiment jamais alors que les livres amènent énormément d’informations.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. L'utopie du "pas d'élèves"   Mer 27 Avr - 16:59

    Spoiler:
     

    Flow pouvait fumer mais, à chaque inspiration, il se disait que c'était la dernière... pour le moment. et il continuait. C'était mal. Plus mal que d'être venu faire l'idiot au bar karaoké, là où il n'avait rien à faire, parce que ça n'allait pas le tuer de venir au bar karaoké. Fumer tue, en revanche. En France, c'était même écrit sur les paquets de clopes, au cas où on aurait oublié. Et il but son café, espérant que cela allait lui passer l'envie de garder ce poison en main. Bien, il allait arrêter... Bientôt... sûr... Il n'avait plus le choix maintenant. maintenant qu'il était malade, et que cette brusque maladie lui coupait sa liberté. Ouais, y'avait besoin de se contraindre tout seul pour être libre. Se contraindre à ne pas bouffer cette fumée par exemple. Mais ce n'était pas la première fois qu'il voulait s'arrêter de fumer, sauf qu'il avait quelques petits soucis à ce niveau-là. Des élèves lui avaient offert des gommes... un truc bizarre qui faisait il ne savait trop quel effet et qui était censé le calmé. mais il s'était retrouvé avec une tronche d'éléphant rouge et le médecin lui avait dit qu'il y était allergique. Génial, hein ? Mais ce n'était pas pour la cigarette qu'il voulait éviter d'être vu. Tout le monde savait qu'il fumait... sa compagne, peut-être, aurait aimé savoir qu'il évitait autant que possible, mais il ne lui avait pas encore annoncé de mauvaise nouvelle, sinon ce serait pire. Et ce serait même encore pire que tout s'il tardait à le faire, parce que les femmes avaient ce truc de tout prendre du mauvais côté. Il restait sa belle-fille, qui allait peut-être se rendre compte qu'au fond elle l'aimait bien, c'est dans ces cas-là qu'on se réveille. Et son beau-fils, alors lui, il aurait de la peine pour sa mère, peut-être, mais il se sentirait libre, enfin ! Et Flow ne pouvait pas lui en vouloir, il avait tort cette fois. Et il allait risquer sa vie à cause de ses conneries.

    - Pourquoi ? Night, mon garçon... vous êtes sûr que vous êtes au lycée ? Si quelqu'un sait que ça m'est arrivé de venir ici, je vais subir de la musique dans ma bibliothèque en moquerie et le bruit sera insupportable. Qui sait, peut-être même que les élèves de ces choses, les glees clubs, viendront aussi chanter dedans, sans que leur prof leur ait expliqué qu'il ne valait mieux pas m'embêter avec ça, et ensuite on n'a qu'à faire le bal et leur élection stupide dans les rayons, et ensuite... ensuite je ne sais pas, mais vous les jeunes vous avez toujours plein d'idées brillantes, je suis sûr que vous trouverez. Mais entendons-nous bien: je ne vous encourage absolument pas dans cette direction.

    Night n'avait pas l'air de l'écouter, plutôt dans son monde, pourtant ce devait être le cas puisqu'il réagissait tout à fait aux choses étranges que Florent pouvait lui dire. Mais pour changer de sujet comme de chemise, il était doué ! Il parlait alors d'un de ses camarade sans doute, à moins que ce ne soit un chanteur que Flow n'avait pas envie de connaître, bref un nom dont il n'avait pas vraiment entendu parler jusque là.

    - Hum... Non, c'est qui ?

    En fait, à bien y penser, si c'était un camarade de Night, aucun doute qu'il le connaissait ou l'avait déjà vu. Qui n'était jamais passé dans sa bibliothèque un jour ? Même ceux qui n'y venaient jamais y étaient forcément venus à un moment, serait-ce pour les portes ouvertes, parce qu'il parait qu'il fallait qu'il garde la bibliothèque dans ces occasions "pour montrer", ou pendant la visite de début d'année, quand les petits nouveaux étaient encore perdus dans les couloirs.


Dernière édition par Florent Gaté le Ven 29 Avr - 10:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. L'utopie du "pas d'élèves"   Ven 29 Avr - 1:06

[Pas grave, bientôt moi aussi ça sera la fin des vacances, donc je serais dans le même cas Very Happy Oh et vu que Raven est un PnJ je suppose que tu peux le jouer si besoin]

Night trouvait que ce type parlait beaucoup. A croire qu’il aimait bien raconter sa vie. Seulement, la vie de ce type ne l’intéressait pas plus que ça. Du coup, il ne l’écouta même pas, ou juste un peu, et c’est pour ça qu’ensuite il demanda pour Raven. Mais s’il avait bien entendu, l’autre pour résumé, n’aimait pas la musique. Ou tout du moins semblait le paraître. Enfin, il n’avait pas tout compris. Ce Monsieur Gaté semblait vouloir garder le calme à la bibliothèque – ce qui était tout à fait compréhensible – et paraissait paranoiaque au point de croire que si Night lâchait un seul mot sur la présence de l’adulte dans un bar karaoké, tout le monde irait mettre le bazar près des livres. Vraiment étrange ce type.

Et il ne connaissait pas Raven. Peut-être que celui-ci ne s’était pas fait assez remarquer, de toute manière, Night savait déjà que sous ses airs de gentil garçon, c’était un arracheur de dents tellement il mentait. D’ailleurs, celui-ci semblait s’approcher, est-ce qu’il avait fini par chanter comme il l’espérait, où venait-il juste embêter le pauvre asiatique qui voulait juste de la tranquilité ? En tout cas, le blond débarqua en plein milieu de la conversation, et contrairement à son « ami » reconnu immédiatement qui était en face de lui.

- Oh, bonjour monsieur le bibliothécaire !

Génial, voilà Raven connaissait le dit bibliothécaire, alors pendant qu’ils causent, l’asiatique allait s’en aller, doucement, comme ça personne ne le verra et ça sera tant mieux et il sera tranquille et voilà. Le blond souriait, mais aux yeux de Night, il sonnait si faux que ça lui donnait envie de lui dire de partir de sa vue.

- C’est surprenant de vous voir ici.

Alors comme ça c’était surprenant hein. Mais Night n’en avait rien à faire, en fait oui, la seule chose qu’il avait envie de faire là à l’instant, c’était d’avouer à Raven qu’il ne servait à rien, que limite le dit Monsieur Gaté était plus intelligent et moins comme un bananier que lui. Qu’il voulait parler à un arbre, là tout de suite maintenant, qu’il était vraiment en manque – c’était pire que de la drogue ou quoi ?! -. Mais il n’en fit rien, se taisant, ajoutant tout de même sur un ton sonnant aussi faux que les sourires de son « ami »

- Alors valeureux chevalier de la chanson, tu ne vas pas rejoindre ton doux micro ?
- Non, je l’ai quitté. Et puis c’est un plaisir de voir une connaissance du lycée en rencontrer une autre. Vous discutiez de quoi ?


Night n’aimait pas le ton de Raven. Il n’aimait pas Raven tout court en fait. Il plaignait le bibliothécaire, maintenant le calme de sa bibliothèque était foutue avec un type comme le blond aux yeux verts. Le roux ne répondit pas, laissant « Gaté » le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. L'utopie du "pas d'élèves"   Sam 30 Avr - 21:08

    Ce garçon était effroyablement distant. Flow n'allait pas lui parler plus longtemps puisqu'il n'avait pas l'air très intéressé par ce qu'il disait. Il y avait de ces caractères, parfois... étrange... Une fois par exemple, il n'avait pas compris pourquoi, alors qu'il travaillait tranquillement à la bibliothèque un élève était entré et avait posé une chaise dans la salle. Puis il était repartit en murmurant un étrange "merci" d'une voix d'outre tombe. Un garçon tout à fait normal, pourtant, à priori... on pouvait aller au cinéma avec sans trop de risque. Pourtant il réussissait à avoir un comportement fort étonnant. Oui, étrange... Et apparemment, c'était le seul mot qui lui venait quand il était face à Night. Rien de méchant, ce n'était pas ce qu'il fallait croire, juste une impression, un mot qui lui venait brusquement et il n'avait que cette idée en tête. C'était un phénomène très intéressant, tout de même, la conscience humaine, il devrait y réfléchir. D'ailleurs, la cigarette dans une main, le café dans l'autre, comme Night ne l'écoutait pas, il pouvait faire cette réflexion immédiatement. La conscience, la pensée et... un garçon qui arrivait tout à coup et le reconnaissait en un: "Oh, bonjour monsieur le bibliothécaire !" Flow le regarda. Il le connaissait celui-ci ? Hum... pas sûr. Ou si, peut-être. Aucune idée en fait, mais en tout cas il s'était fait reconnaître. Tout à coup, il reposa brutalement son café sur la table. Reconnu ? On l'avait reconnu ? Lui, reconnu ? Ici au bar karaoké ? Misère !... En tout cas, ses pensées affreuses et terrifiantes furent immédiatement confirmées par ce que dit le garçon juste ensuite: "C’est surprenant de vous voir ici."

    - Euh...


    Paniqué, il se leva. non, il ne pouvait pas laisser plus d'élèves le voir ici, c'était la honte, franchement la honte, ça suffisait maintenant ! L'année précédente, en fin d'année quand il était plus calme et les laissait s'amuser un peu, quelqu'un avait dû apprendre qu'il jouait de la guitare puisqu'on lui en avait mis une de force dans les mains pour qu'il joue quelque chose. Et il avait joué ! Mais il avait vite rendu la guitare à son propriétaire en lui criant d'arrêter de lui faire la honte. Il n'arrivait même plus à passer les notes, c'était ridicule. Pourtant quel succès ! Les élèves avaient eu l'air d'aimer, et ce n'était pas de la moquerie ! Mais bon, quel rapport entre jouer de la guitare et se faire surprendre dans un bar karaoké. Comment allait-il affirmer qu'il n'aimait pas leur musique, après ? Au moins Night avait l'air plus bavard avec son camarade qu'avec lui, il pourrait en profiter pour s'éclipser discrètement.

    - Mais de rien, de rien, je parlais de... que j'allais m'en aller de toute façon et que vous ne m'avez pas vu parce que je n'étais pas vraiment là. On se voit au lycée, n'est-ce pas ?

    Il termina d'une gorgée sa tasse de café et laissa le reste de sa cigarette dans le cendrier. Il allait vite en prendre une autre une fois dehors pour se calmer et... Mais pourquoi continuait-il ? Il n'avait pas le droit, c'était dangereux, il ne pouvait pas faire cela. Mais pourtant, il prit son paquet dans sa poche et en sortit une autre. Mais pourquoi...? Il allait s'arrêter, bientôt, c'était promis. dès que les problèmes seraient passer. Ca allait marcher, cette fois, il en était sûr.

    - Bon jeunes gens... je vous souhaite une bonne soirée ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. L'utopie du "pas d'élèves"   Dim 1 Mai - 2:37

[Okay ~]

Night savait que le bibliothécaire allait être dérangé par la présence de Raven. Il avait très bien compris que « Gaté » ne voulais pas que quelqu’un le voit ici, sinon il ne lui aurait pas demandé de faire comme s’il ne l’avait pas vu. Seulement Raven était une ordure, et malheureusement, les ordures avaient tendance à recycler les informations les plus amusantes et croustillantes. Contrairement au roux asiatique qui était tout de même plus sympa que ça. S’il parlait dans le dos c’était juste aux arbres et à personne d’autre. En fait, une personne comme Night c’était plutôt cool de l’avoir comme ami, mais il fallait déjà le comprendre, le supporter, et l’apprivoiser, et je peux vous prévenir que ce n’était réellement pas une chose facile. Enfin, si, parfois ça l’est, mais le plus souvent, la raison est stupide.

L’adulte s’était levé, plutôt brusquement, en même temps, normal pour lui. Night eut même un petit peu pitié de l’avoir laissé rencontrer Raven. Mais c’était trop tard, le mal était fait et on ne pouvait plus reculer. A la question qu’avait posé « l’ami » de l’asiatique, le membre du personnel répondit qu’ils ne parlaient de rien. Non bien sûr, ils ne parlaient de rien vu que Night n’était pas censé l’avoir vu donc la discussion à ce sujet ne devait pas avoir lieu, non ? Oui voilà c’était ça et on ne pouvait pas le nier. Bon bref, il abrégea, termina son café, et sembla s’en aller, finissant par souhaiter une bonne soirée.

- Merci, à vous aussi !

Le sourire de Raven sonne aussi faux que si Night annonçait qu’il voulait devenir bucheron. Mais bon, comme il semblait être bon acteur ça ne se ressentait pas. Le roux ne répondit rien, après tout, lui il en avait rien à faire de ce bibliothécaire louche qui semblait paranoiaque. Mais peut-être qu’éventuellement il irait plus souvent à la bibliothèque maintenant. Mais ça l’étonnerait beaucoup. Il n’y avait pas assez de livres sur les arbres à son goût.

- Bon, tu veux venir chanter ?
- Non. Pas avec toi en tout cas.
- Hein ? Night qu’est ce que tu veux dire…
- Bonne soirée à toi aussi.


Peut-être que l’asiatique en avait juste marre de ce jeu d’acteur trop stupide et qu'il avait été un peu trop direct. En tout cas, il s’en alla quelques temps après le départ du bibliothécaire, laissant Raven tout seul, au bar karaoké. Et puis pourquoi Night avait-il accepté de l’accompagner franchement ? Il ne savait même pas chanter !
Sur ce, l'homme qui aimait les citronniers, s'en alla rejoindre ses très chers êtres aimés.

[Finiii ~]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 06. L'utopie du "pas d'élèves"   

Revenir en haut Aller en bas
 

06. L'utopie du "pas d'élèves"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 6
-