Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. Never play your V card !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Age : 26 ans
Occupation : Co-directrice de la LPA et coach des Second Chances
Humeur : Déterminée
Statut : Célibataire
Etoiles : 1304

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Brave - Sara Bareilles
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
06. Never play your V card !  Empty
MessageSujet: 06. Never play your V card !    06. Never play your V card !  EmptyDim 24 Avr - 14:25

Lima en décembre, Lima en février, quelle était la différence ? Aucune. Le temps était toujours aussi capricieux, et les gleeks auraient beau trouver une cure miraculeuse contre le cancer qu'ils continueraient à être la cible préférée des plus populaires. Secrètement, Cassandra s'en réjouissait. Au moins, ils venaient beaucoup moins s'en prendre à elle et à ses acolytes depuis que les choristes s'étaient multipliés. Même si abolir la hiérarchie sociale du lycée McKinley appartenait à sa liste des choses à faire durant l'année, elle devait avouer qu'elle avait d'autres chats à fouetter avant d'y parvenir, si tant est qu'elle y parviendrait.
Ah si, la différence entre décembre et février ? Le taux d'hormones qu'on pouvait détecter dans l'air. Cassandra l'avait remarqué, plus les années passaient, et plus le parallèle entre McKinley et la savane du Kenya tendait à se confondre. C'en était affligeant. Si jamais des touristes étaient amenés à demander le zoo de Lima, nul besoin de leur rire au nez, il était ici, une véritable réserve naturelle.

Tous les matins, sur le panneau d'affichage, Cassandra guettait les petites annonces grâce auxquelles se vendaient les désespérés du lycée. Il fallait vraiment avoir peu d'amour propre pour se réduire à une liste de qualités sur un morceau de papier, c'était digne d'une publicité pour du produit vaisselle ou des tampons extra absorbants. Mais Cassie ne regardait pas ces annonces avec envie ni même mépris, c'était simplement pour être sûre qu'elle n'y croiserait jamais le nom de sa sœur. Christabella, elle n'en doutait plus, finirait par aller au bal avec Ezrael, malgré les nombreuses mises en garde qu'elle avait bien pu lui faire, et elle, comme toujours, se retrouverait seule. Elle n'était pas mélancolique, absolument pas, en réalité, elle remerciait Dieu de ne pas lui avoir donné la peine de devoir refuser une invitation. Les garçons savaient déjà à quoi s'en tenir avec elle, et nul n'était censé ignorer que leur égo était tellement important qu'ils ne se risqueraient jamais à le mettre en danger.

La tête haute, d'une démarche élégante emplie d'une assurance trompeuse, Cassandra se dirigeait vers la salle que se réservait le Club de chasteté. Imaginez sa surprise lorsque, malgré 5 minutes de retard, elle ne pouvait apercevoir que 2 misérables membres, qui, apparemment, débattaient sur la légitimité de leur présence ici. "Hum, hum." fit Cassandra en feignant se racler la gorge, ce qui, en réalité, n'était pas qu'une simple ruse pour attirer leur attention : sa gorge était véritablement sèche. "Tout le monde est malade Cassandra, ils nous ont chargé de te prévenir." se risqua la première fille. Cassie avait-elle l'air si despotique ? Parce que le léger tremblement dans la voix de la jeune fille trahissait une certaine crainte, ce qui eut le don de l'irriter encore plus qu'elle ne l'était face à cette fâcheuse nouvelle. "Bien entendu." répondit-elle en replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille. Avec nonchalance, elle se dirigea vers une des tables, sans même porter la moindre attention aux deux portes parole. "C'est vrai que j'ai entendu dire qu'il y a une grave épidémie de mononucléose en ce moment. C'est bien ça qu'ils ont tous ? La mononucléose." renchérit-elle en déposant ses affaires. "Peu importe, la séance est suspendue pour aujourd'hui. Vous êtes libres. Profitez-en pour batifoler comme des petits papillons en quête de nectar." dit-elle avec un sourire tout à fait hypocrite sur les lèvres. Au fond, elle était atrocement déçue. Tout ce temps passé à prêcher les avantages de l'abstinence, et il ne fallut qu'une semaine à tout le monde pour tout oublier. Dévastée, elle s'assit, emprise à une terrible remise en question. Certes les anciennes méthodes des Cheerios n'avaient jamais porté leurs fruits dans ce Club, mais au moins il n'avait jamais eu à souffrir de ce problème en leur temps. Désormais ils étaient 7 tout au plus à venir ici chaque jour de cours, par contrainte plus que par choix. Cassandra avait besoin d'aide. Mais jamais elle ne ramperait vers les Cheerios pour leur supplier de redorer le blason du Club de chasteté. Foncièrement, elles ne l'avaient jamais fait. Elles n'avaient que souillé son image pour le rendre davantage attractif.

Lui vint alors la meilleure idée de tous les temps ! Miss Pillsbury. Rien qu'entendre ce nom résonner dans son esprit illuminait gracieusement son visage. Miss Pillsbury était la seule apte à reprendre le contrôle de ce Club. D'ailleurs, Cassandra exploitait parfois son nom pour illustrer ses exemples. Cette femme était un parfait modèle de réussite : saine de corps et d'esprit, respectée par les élèves et les professeurs, elle avait une carrière honorable... oui, Cassandra était quelque peu aveuglée par son admiration. Emma Pillsbury avait certaines problèmes, elle n'était pas vraiment respectée de tous, et elle était conseillère d'orientation à McKinley, Lima, forcée de guider des élèves qui finiraient quoi qu'il arrive droit dans un mur.

Cassandra s'empara de ses livres qu'elle tenait fermement sur sa poitrine, et s'aventura dans le couloir, direction l'administration. A travers le mur vitré du bureau de la conseillère, on pouvait discerner son goût prononcé pour le rangement. Un peu abusif certes, mais Cassie se disait que c'était extrêmement mignon. Le problème, c'était qu'il n'y avait aucune Miss Pillsbury en vue. La pauvre, c'était pas étonnant, elle devait rester dans cet aquarium toute la journée, forcée de résoudre des problèmes plus incongrus les uns que les autres.
"Excusez-moi, savez-vous où se trouve Miss Pillsbury ?" demanda-t-elle à un professeur qui s'aventurait justement par là. "Je serais toi j'essaierais l'amphithéâtre."
Après avoir murmuré un merci, la jeune fille entreprit de rejoindre l'amphithéâtre. Elle ne savait pas exactement quel rapport il pouvait y avoir entre cet endroit et la conseillère d'orientation, mais peu lui importait, du moment qu'elle la trouverait là.

Discrètement, Cassie poussa la porte de l'auditorium. Avec du recul, elle aurait aussi bien pu entrer dans un fracas pas possible que ce serait passé tout aussi inaperçu. Elle la voyait, sa petite tête rousse qui dépassait des sièges, un peu plus bas. Mais elle s'immobilisa un instant, profitant du spectacle de la répétition qui se déroulait devant ses yeux. Il fallait l'avouer, ils étaient doués dans ce qu'ils faisaient. Mais cela ne rendait pas plus légitime la propagande malsaine qui prévalait dans leurs paroles. Cassandra se souviendrait toute sa vie de cette chorégraphie suggestive qui invitait tous les élèves à se ruer sur la scène pour réaliser des fantasmes pas si refoulés que ça. Depuis, elle détestait les chorales, peu importe les prix qu'ils pouvaient bien gagner pour leurs horreurs. Comme les tueurs en série, certains étaient très bons, et pourtant cela ne changeait rien à l'atrocité de leurs actes.
Après un court instant d'égarement, Cassandra entreprit de descendre les marches de l'amphithéâtre pour rejoindre Miss Pillsbury. Elle n'avait pas oublié la raison de sa venue ici. Au contraire, elle était plus déterminée que jamais. "Ils sont talentueux." dit-elle tandis qu'elle arrivait enfin à son niveau. Avec retenue, elle s'installa quelques sièges plus loin, deux ou trois, histoire de ne pas trop envahir son intimité. "C'est dommage de s'en servir pour faire l'apologie du libertinage. Heureusement qu'il y a des gens comme vous qui savent prendre du recul." dit-elle loin de se douter qu'au fond, Emma rêvait de choses qu'elle n'oserait jamais imaginer. "J'ai besoin de votre aide, Miss Pillsbury." dit-elle enfin avec une telle détresse dans la voix, que même le pire des méchants ne pourrait y être insensible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
06. Never play your V card !  Empty
MessageSujet: Re: 06. Never play your V card !    06. Never play your V card !  EmptyDim 1 Mai - 22:35

« Oh, j’allais oublier » Ajouta Désirée, un grand sourire étirant ses lèvres vermeille. Elle se pencha vers la conseillère d’orientation, et lui murmura : « J’ai entendu dire que Will Schuester faisait répéter les New Directions dans l’amphithéâtre aujourd’hui. Je suis sûre que ça te changerait les idées… si tu vois ce que je veux dire ». Passant ses doigts entre ses longues mèches dorées, la jeune femme lui adressa un clin d’œil lourd de sous-entendus avant de tourner les talons et de quitter la salle des professeurs d’un pas léger. Emma secoua la tête, reportant son attention sur les raisins se trouvant dans le Tupperware qu’elle avait ramené. Elle en prit un entre ses doigts et commença à le nettoyer frénétiquement avec un mouchoir tout en essayant de détourner son attention des questions qui la narguaient depuis quelques jours. Sa phobie était devenue une échappatoire qui l’aidait à s’occuper l’esprit. Malheureusement, c’en était devenu malsain. Alors qu’elle devrait tout faire pour s’en débarrasser, elle se complaisait dans son univers de maniaque de l’ordre et du contrôle. C’était toutefois plus fort qu’elle, elle ne parvenait pas à rassembler le semblant de courage qu’il lui restait. Soudainement, elle avait baissé les bras, s’enfonçant dans un cercle vicieux. Après des mois à combattre sa « maladie », elle avait abandonné. Trop vite, peut-être. Emma poussa un soupir, portant le raisin à ses lèvres. Désirée étant désormais repartie, son regard était redevenu vide, son visage dénué de la moindre expression. Elle avait passé l’heure du déjeuner aux cotés de sa meilleure amie qui lui avait occupé l’esprit, la faisant même sourire, ce qui relevait clairement de l’exploit. Elle n’avait pas eu besoin de parler, Désirée s’en occupant. Avec elle, il suffisait d’acquiescer d’un signe vague de la tête, car la plupart du temps elle partait dans des délires. C’était ce qu’Emma appréciait tant chez elle, le fait qu’elle soit si différente. Elle était certainement le meilleur remède contre la déprime. L’ombre d’un sourire revint dessiner les lèvres de la conseillère à cette pensée avant de s'effacer aussi rapidement qu'il n'était apparu.

Depuis quelques temps, elle n’était plus la même. Tout le Monde pensait que c’était dû à son couple avec le dentiste, mais c’était en réalité bien plus profond que ça. Certes, les disputes avec Carl n’arrangeaient rien. Dès qu’ils se voyaient, elle lisait la déception sur ses traits et il ne se passait jamais une heure sans qu’il ne mentionne le nom de « Will Schuester », lui lançant régulièrement des piques à ce sujet. Emma n’essayait même plus de démentir, c’était inutile. D’une part, parce qu’elle s’était rendue compte que cela ne servait à rien puisqu'il continuait de toutes façons. D’autre part, parce qu’elle n’aimait pas mentir et avait récemment compris que nier aimer Will était en réalité un mensonge. Son couple battait de l’aile, et elle ne savait pas – ne savait plus – comment arranger les choses. Elle tenait beaucoup à Carl, et elle se disait souvent qu’elle devrait mettre un terme définitif à leur relation pour arrêter de le faire souffrir comme elle le faisait. Mais c’était au-dessus de ses forces, et elle avait peur d’agir. Hélas, Carl n’était pas le seul problème. Car du jour au lendemain, l’attitude d’Emma avait changé. Du personnage charismatique et dynamique qu’elle avait toujours été, elle était désormais comparable à un fantôme : donnant des conseils sans grande conviction, n’offrant plus le moindre sourire. Et tout ça à cause de ce fameux matin où elle s’était réveillée sans le moindre souvenir des vingt dernières heures qu’elle avait passées.

Fronçant les sourcils, Emma chassa ces pensées de son esprit en se levant d’un bond. Elle réunit en vitesse raisins, Tupperware et tout ce qu’il trainait sur la table, et les rangea dans son sac. Elle fronça le nez en voyant un professeur assis à la table voisine, dégustant des fruits qu’il fourrait dans sa bouche sans prendre la peine de les nettoyer avant. Se dirigeant vers la sortie, elle traversa les couloirs au hasard. Son regard parcourut ceux des élèves, tentant encore une fois d'oublier ses problèmes en attirant son attention sur une chose en particulier. Elle secoua la tête en voyant un couple s’embrasser à pleine bouche devant les casiers, et fit une moue désapprobatrice quand son regard se posa sur un lycéen mimant des gestes obscènes à une adolescente. Le printemps était presque arrivé, et les hormones des élèves commençaient déjà à agir. Emma le savait mieux que quiconque, car les questions concernant la sexualité se faisaient de plus en plus nombreuses ces temps-ci, et ses stocks de dépliants sur le sujet commençaient sérieusement à se vider. Parfois, Emma était embarrassée devant les questions qu’on lui posait. Il y avait les questions comme celles de Brittany, qui lui demandait si les graines que plantaient les hommes chez les femmes pouvaient aussi faire pousser des plantes en elles. Des questions comme celles de Puckerman, qui concernait plutôt les positions du Kamasutra, et qui étaient certainement les plus gênantes. Ou encore celles de Rachel, qui lui posait des questions plus philosophiques, lui demandant par exemple si le fait de se donner à un homme pouvait être mal vu, la jeune fille faisant toujours aussi attention à sa réputation. Une fois, la jeune femme lui avait même demandé si l’acte était douloureux… Comment diable Emma pouvait-elle le savoir ?

Perdue dans les pensées qui se heurtaient dans son esprit confus, la conseillère d’orientation n’avait pas fait attention au chemin qu’elle avait emprunté, et se retrouva au fond d’un couloir. Levant un sourcil interrogateur, elle se retourna et comprit qu’elle était complètement à l’opposé du couloir dans lequel se trouvait son bureau. Elle avança de quelques pas, s’apprêtant à repartir lorsqu’une musique se fit entendre. S’arrêtant au beau milieu de l’allée, elle tendit l’oreille et se retourna, constatant qu’elle se trouvait juste à coté de l’amphithéâtre. Elle se souvint alors des paroles de Désirée, concernant les répétitions des New Directions. Intéressée, elle finit par ouvrir la porte et vit les élèves, sur scène, en train de répéter. Emma hésita quelques secondes avant d’entrer. Après tout, il s’agissait là de la meilleure distraction qui puisse être pour elle, qui voulait à tout prix oublier ses craintes du moment. Elle avança dans l’allée avant de choisir un rang au hasard et de s’asseoir dans un siège un peu plus loin. Son regard se posa aussitôt sur la silhouette de Will, qui était dos à elle, observant la scène tout en donnant des instructions à ses élèves. Le cœur d’Emma s’emballa l’espace de quelques secondes : elle n’avait pas oublié la soirée qu’ils avaient passée ensemble. Une soirée qui avait mis fin aux doutes de la conseillère, même s’il lui était toujours difficile de l’admettre.

Elle suivit la répétition avec attention, souriant lorsque Rachel fit plusieurs suggestions à Will, ou quand Finn s’agita dans tous les sens, esquissant des gestes maladroits qui rendirent sa danse hilarante aux yeux de la rouquine. Quand Kurt commença à chanter, elle eut quelques frissons. Elle sursauta également lorsque Will se retourna, jetant un coup d’œil par-dessus son épaule. Elle s’était alors tassée dans son siège, espérant qu’il ne l’ait pas vu, même si le sourire qui avait étiré ses lèvres par la suite ne pouvait tromper personne. Emportée par l’enthousiasme contagieux des adolescents, elle en oublia ses propres soucis. Ce ne fut qu’en voyant Cassandra s’asseoir près d’elle qu’elle se reconnecta à la réalité. Emma jeta un coup d’œil furtif à l’adolescente qui s’était installée à quelques sièges d’elle et l’observait d’un air curieux. La jeune fille finit par poser son regard sur la scène, sur laquelle les New Directions essayaient une nouvelle chorégraphie, légèrement plus osée qui n’était pas sans rappeler celle de la première représentation du glee club au début de l’année précédente, sur le titre accrocheur « Push It ». Emma observa la scène d’un air perplexe. Cela la ramena inévitablement à ses petits problèmes concernant ses connaissances en la matière, pensées qui s’envolèrent lorsque Cassandra commenta la scène, sa voix douce rompant le silence qui s’était installé entre elles depuis qu’elle était arrivée. Emma observa la jeune fille dans un mélange d’admiration et d’amusement. Il fallait dire que Cassandra n’était pas tout à fait une adolescente comme les autres…

La jeune fille ajouta qu’elle était soulagée de voir qu’il y avait des gens comme elle pour savoir prendre du recul sur ce genre de choses. Emma se retint de sourire face à cette réflexion. Hélas, elle n’avait pas vraiment choisi de le prendre, ce recul. C’était plutôt dû à ses problèmes liées à sa phobie qui l’en empêchait. Toutefois, elle aimait que l’on pense à elle comme un modèle, et ne dit rien, se contentant d’observer la jeune fille. Elle était surprise de la voir s’adresser à elle d’une façon aussi naturelle. Finalement, l’élève lui demanda de l’aide et Emma se sentit intriguée. « Ehm, de l’aide ? » Demanda-t-elle, sourcils haussés. « Bien sûr, si je peux t’aider, j’en serais ravie, Cassandra » Ajouta-t-elle, de sa voix fluette et délicate. Emma passa une main sur sa jupe qu’elle plissa rapidement, avant de reporter son attention sur l’adolescente. « De quoi s’agit-il ? »


Dernière édition par Emma Pillsbury le Mer 8 Juin - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Age : 26 ans
Occupation : Co-directrice de la LPA et coach des Second Chances
Humeur : Déterminée
Statut : Célibataire
Etoiles : 1304

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Brave - Sara Bareilles
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
06. Never play your V card !  Empty
MessageSujet: Re: 06. Never play your V card !    06. Never play your V card !  EmptyMar 10 Mai - 13:45

Détachant son regard de la conseillère d'orientation, Cassandra contemplait, sceptique, le spectacle qu'offraient les choristes . Avait-elle mal entendu ou venaient-ils vraiment de dire "sex in the air I don't care I love the smell of it" ? Ses yeux ronds, écarquillés de stupeur, suivaient la scène, intrigués de voir s'il était possible de faire encore plus dans la provocation. C'était complètement indigne d'un professeur de laisser ses élèves mimer une scène de bondage comme si c'était une pratique tout à fait habituelle, comme se brosser les dents ou faire la cuisine. Cassandra était totalement consternée, mais apparemment leur coach n'était pas non plus très emballé par la chorégraphie un peu trop osée de ses chanteurs. Il avait déjà frôlé la suppression du Glee Club pour "mise en scène abusive", sûrement était-il assez mâture pour ne pas faire les mêmes erreurs deux fois. Quoiqu'il en soit, la musique s'arrêta brusquement, laissant les choristes perplexes, comme lorsque l'on retire sa sucette à un bébé sans qu'il n'en comprenne foncièrement la raison. Cassie, elle, esquissait un sourire satisfait. Justice avait été faite. C'était un signe de la part de Dieu, un signe de condamnation de toute cette violence et de ce pseudo érotisme que l'on voyait à la télévision. A ce stade, ce n'était même plus de l'érotisme tant c'était peu suggéré. Pensive, Cassandra réfléchissait à un moyen de prôner les bien faits de la véritable musique, pas celle que l'on entendait partout dans les couloirs du lycée, grésillant depuis les écouteurs ou autres casques que possédaient les élèves, celle qui rabâchait toujours les mêmes choses : amour, sexe, baby, faisant des deux premiers termes de parfaits synonymes aux yeux des adolescents. Ils ne pouvaient pas avoir plus tort.

Loin du fourmillement qui se produisait sur scène, Cassandra et Emma paraissaient coupées du monde. D'un monde où elles n'étaient même pas certaines d'appartenir. Du moins c'était ce qu'en déduisait Cassandra lorsqu'elle voyait le visage de l'adulte. Elle semblait surprise par la détresse de Cassandra, intriguée, ou peut-être était-ce par la spontanéité dont elle faisait preuve ? La voix criarde de Rachel résonnait dans tout l'amphithéâtre, comme si c'était normal, tandis qu'elle semblait déblatérer un flot improbable d'idées que personne n'écoutait. Cassandra poussa un léger soupir avant de reporter son attention sur Miss Pillsbury. Elle comprenait tellement Rachel. Elle aussi croyait n'avoir que des idées fabuleuses mais que personne n'approuvait, parce qu'ils ne comprenaient pas !
"C'est bientôt le bal de la St Valentin comme vous le savez sûrement, et cette année plus que les autres les élèves du Club de chasteté sont complètement incontrôlables. Pourquoi ne comprennent-ils pas que tout ceci est futile ? Je me disais que, comme vous êtes conseillère d'orientation, vous pourriez m'aider à les... réorienter vers le chemin de Dieu. Et puis j'ai cru entendre dire que vous faisiez vœu de chasteté jusqu'au mariage vous aussi. C'est honorable. En tout cas, moi, je suis votre exemple. Même si j'espère être mariée à votre âge, quand même. Je crois." dit-elle en déposant un doigt sur ses lèvres. Cassandra avait le don de dire des choses blessantes sans le faire exprès. Elle ne venait même pas de se rendre compte à quel point sa remarque était déplacée. Mais, comme lui avait dit Katia, elle finirait vieille fille, et c'était la pire de ses craintes. Miss Pillsbury étaient pleine de valeurs et de bonnes intentions, et elle avait des magnifiques cheveux roux, alors pourquoi n'était-elle pas mariée ? Cassie n'avait jamais pensé à ça. Marcher tellement sur les traces d'Emma qu'elle finirait comme elle !

Si Cassandra prônait l'abstinence, ce n'était pas seulement pour des raisons religieuses et de principes moraux et spirituels, c'était bien plus profond que ça. Elle n'en était pas certaine, mais quelque chose lui disait qu'elle avait peur d'aimer quelqu'un. Peur d'aimer quelqu'un plus que Dieu. Serait-ce un péché ? Il faudrait qu'elle demande à son père, en toute innocence. Se donner à quelqu'un, corps et âme, c'était se rendre tellement vulnérable que la chute n'en était que plus brutale. Et puis il y avait les remords, le regret, quelques uns des pires fléaux de l'Homme. Parfois Cassandra se disait qu'aller à Our Lady Of The Elms High School, Akron, n'était pas une si mauvaise alternative, même si elle détestait à quel point les nonnes qui leur faisaient cours étaient étriquées.
"C'est à cause de ça." dit-elle en montrant la scène de l'auditorium d'un signe de tête. "Ou de la popularité abusive des Cheerios, ou de l'opportunité que peut offrir la couronne de Roi et Reine du bal. C'est mal, les membres du Club croient qu'ils ont besoin de ce morceau de plastique pour se sentir importants, et pire, qu'ils ont une chance de le gagner ! C'est improbable, comme le charcutage électoral au Royaume-Uni qui fait que ce sont toujours les deux mêmes partis qui sont le plus représentés. Il faut que je puisse prouver à ce lycée que faire partie du Club d'abstinence, c'est déjà une fierté en soi. Et c'est pour cela que j'ai besoin de votre aide." annonça-t-elle dans une posture parfaite et une sincérité déconcertante.

Après réflexion, Cassandra se devait, en priorité, d'abolir la hiérarchie du lycée ! Car tout en découlait. A commencer par l'échec flagrant qui détruisait tout ce qu'elle entreprenait. "Vous avez fait partie du Club de chasteté ?" demanda-t-elle, soudainement intriguée. "Je crois que la Principale Adjointe oui, et elle a clairement plus de charisme que le Principal Figgins, alors tout est possible." dit-elle pour se rassurer. Comment savait-elle tout ça ? Elle était curieuse. Pas de ce genre de commère qui dit tout et n'importe quoi sur les autres, comme lui avait montré Samuel sur Internet, mais seulement une curieuse maladive. Et après tout, pour remporter cette bataille, se construire une petite armée n'était pas à négliger, surtout si certains soldats rayonnaient d'influence à McKinley !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
06. Never play your V card !  Empty
MessageSujet: Re: 06. Never play your V card !    06. Never play your V card !  EmptyMar 10 Mai - 21:40

La Saint Valentin. Emma pencha légèrement la tête à la mention de cet événement, et plus particulièrement en se remémorant la présence du bal organisé par McKinley High en cet honneur. Elle fronça les sourcils. Elle n’avait jamais beaucoup aimé la Saint Valentin. Les commerçants se faisaient un plaisir d’afficher des cœurs rouges sur les vitrines de leurs magasins, les boulangeries vous proposaient des boites de chocolat « à offrir à l’élu de votre cœur ». Quant aux élèves du lycée, ils étaient nombreux à venir lui demander des conseils sur l’amour… ou le sexe. C’était donc ça, tous ces couples qui s’embrassaient à pleine bouche dans les couloirs, toutes ces questions étranges que les élèves lui posaient. Elle avait mis ça sur le compte de l’arrivée du printemps mais de toute évidence, elle avait fait fausse route. Elle soupira doucement, secouant délicatement la tête. L’an dernier à cette période de l’année, elle venait de rompre avec Will Schuester. Et cette année ? Elle ne savait même pas si elle serait encore avec Carl d’ici là, son couple traversant une période de crise qui semblait se prolonger et dont elle ne voyait plus la fin. Visiblement, cette année-là serait tout aussi morose que la précédente. Oh, Saint Valentin. Comme si Emma avait besoin d’un événement de plus pour lui rappeler ses erreurs. Son regard se posa instantanément sur la silhouette de Will Schuester, qui était désormais debout et écoutait les déblatérations de Rachel Berry, les bras croisés et l’air las. Si seulement les choses s’étaient passées autrement, peut-être que… Emma haussa les épaules non sans un énième soupir avant de porter son attention sur Cassandra afin d’oublier cette pensée qui venait de lui traverser l’esprit.

La jeune lycéenne lui expliquait qu’elle ne parvenait plus à contrôler le Club d’abstinence qu’elle dirigeait et lui demandait de l’aide. Emma acquiesça d’un signe de la tête avant d’hausser les sourcils quand Cassandra mentionna le vœu de chasteté qu’elle avait fait, selon les rumeurs. A vrai dire, ce n’était pas vraiment un vœu, mais plutôt un principe derrière lequel elle se cachait pour dissimuler la terreur que lui inspirait le sexe – parce que vous pensez vraiment qu’elle aurait sauté le pas avec Ken Tanaka si elle l’avait épousé ? – Sa phobie avait toujours été un frein à ses relations intimes, et pour cause : dès que sa peau frôlait celle d’un homme, elle imaginait tous les microbes qu’elle pourrait attraper… et ce, même quand l’homme en question avait une hygiène de vie irréprochable. C’était la raison pour laquelle elle avait commencé à essayer de faire un travail sur sa phobie : pour la libérer de ses craintes. A l’époque, elle avait pensé que grâce à ces thérapies et au spécialiste qu’elle avait vu, elle aurait surmonté ses frayeurs au moment où Will et elle se remettraient ensemble. Grossière erreur. D’une part, sa phobie était toujours aussi omniprésente et le simple fait d’envisager une partie de jambes en l’air était toujours aussi terrifiante à ses yeux. D’autre part, elle n’avait jamais retenté sa chance avec le professeur d’espagnol, malgré ce baiser qui avait sonné comme une promesse avant les vacances d’été.

Les dernières phrases que prononça Cassandra interpellèrent la conseillère d’orientation. Cette dernière se tourna vers l’adolescente qui venait de lui avouer qu’elle suivait son exemple… mais qu’elle espérait quand même être mariée à son âge. Cette réflexion ne blessa pas Emma qui plissa pourtant les paupières, surprise. Oh, elle avait bien failli se marier, justement : avant de se faire larguer devant l’autel… ou presque. Ce qui n’était pas plus mal, finalement. La jeune femme s’éclaircit la gorge, prête à répondre à ce petit bout de femme, assise à ses cotés. « Je ne sais pas qui t’a parlé de ce vœu de chasteté, mais… soit » Expliqua Emma, mal à l’aise. Ses doigts se mirent à jouer les uns avec les autres, une manie qui apparaissait à chaque fois qu’elle abordait un sujet sensible. Elle avait beau apprécier Cassandra et être impressionnée par ses principes honorables, elle n’était pas prête à parler de sa propre sexualité devant une jeune fille de dix-huit ans. « En tout cas, je suis disposée à t’aider s’il le faut, avec le Club d’abstinence. Les valeurs que tu prônes sont tout à fait respectables et je pense que bon nombre d’élèves devraient prendre exemple sur toi. »

Elle lança un sourire timide à l’attention de la jeune fille qu’elle détailla rapidement. Ses longs cheveux blonds et sa peau diaphane lui donnaient des airs angéliques. Quant à ses grands yeux bruns, ils exprimaient une curiosité innocente qui avait plu à Emma lorsqu’elle l’avait vue pour la première fois. Si Cassandra n’avait pas été amenée à se vouer à la religion, elle aurait certainement eu beaucoup de succès au lycée. Emma eut un vague sourire à cette pensée, imaginant la jeune fille à la tête des cheerios, ce qui était assez amusant. Celle-ci continuait pourtant à parler, lui expliquant que c’était la popularité qui menait les autres à ignorer le club d’abstinence, et qu’elle devait prouver que son club pouvait aussi être considérée comme une fierté. Emma se contenta d’acquiescer de nouveau, d’un hochement de la tête. Elle avait plus ou moins le même état d’esprit que la lycéenne, mais savait également que révolutionner le lycée, ou sa hiérarchie, était quasiment impossible. Ne serait-ce que le fait d’essayer de réunir deux chorales rivales était difficile – Emma le savait mieux que quiconque – alors amener des adolescents guidés par leurs hormones à rejoindre un club d’abstinence : voilà qui ne serait pas une chose aisée. La conseillère haussa un sourcil interrogateur. Après tout, si elle n’essayait pas… Son regard s’éclaira alors. Elle se devait d’aider Cassandra dans sa démarche. Non seulement cela allait dans le sens des conseils qu’elle donnait aux lycéens, mais cela serait également un bon moyen de s’occuper l’esprit et d’oublier ses problèmes.

Avant que la jeune femme n’ait le temps de lui répondre, Cassandra prit la parole, lui demandant si elle avait fait partie d’un Club de chasteté quand elle était plus jeune. Étonnée par la question, la conseillère d’orientation ouvrit de grands yeux ronds. Non, elle n’en avait jamais fait partie pour la simple et bonne raison qu’Emma n’avait rejoint aucun club lors de ses années lycée. Comme toutes les autres filles, elle s’était contentée de regarder les Cheerios avec envie, sans jamais s’inscrire sur les listes en début d’année à cause de sa phobie – difficile d’être Cheerios quand le simple fait de toucher une personne vous effraie. Mais si elle n’avait jamais été tentée de rejoindre le Club d’abstinence qui existait à McKinley lorsqu’elle y étudiait en tant que lycéenne, c’était également parce que contrairement à Cassandra, elle n’était pas si portée sur la religion que ça. Bien sûr, elle avait fait du catéchisme en étant enfant, et avait des connaissances sur le sujet. Mais elle n’était pas pratiquante et n’allait pour ainsi dire que rarement à l’église. L’abstinence chez elle était un concept à part, qu’elle associait plus à la phobie dont elle souffrait, qu’à la religion. Elle scruta le regard de Cassandra avant de répondre : « Non, je n’en faisais pas partie au lycée. Mais cela ne veut pas dire que je ne m’intéresse pas à ces principes que tu juges primordiaux. » Elle esquissa cette fois-ci un véritable sourire, un sourire qui s’était fait rare ces derniers temps. « En revanche, je peux toujours me rattraper en te donnant un coup de main avec ton club. Je serais enchantée de pouvoir mettre la main à la pâte en t’aidant dans ce projet qui te tient à cœur. A ce propos, tu sais déjà comment t’y prendre ? »


Dernière édition par Emma Pillsbury le Mer 8 Juin - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Age : 26 ans
Occupation : Co-directrice de la LPA et coach des Second Chances
Humeur : Déterminée
Statut : Célibataire
Etoiles : 1304

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Brave - Sara Bareilles
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
06. Never play your V card !  Empty
MessageSujet: Re: 06. Never play your V card !    06. Never play your V card !  EmptyVen 13 Mai - 15:45

Cassandra ne détestait pas totalement la Saint Valentin. Non, en réalité, elle appréciait même presque cette fête aux intentions honnêtes, bien que la dimension commerciale l'emportait sur l'aspect culturel. D'ailleurs, qui savait l'origine de la Saint Valentin ? Tout le monde s'en fichait, comme tous ces adolescents qui manifestaient parfois dans les rues sans savoir pourquoi, simplement parce que c'était un moyen de s'exposer et de s'intégrer. Lorsque Jacob, ce parasite ambulant, l'avait chassée dans les couloirs pour lui demander ce qu'elle pensait de cette fête, elle lui avait seulement répondu qu'elle l'apprécierait, un jour, quand elle serait mariée et non proie, comme toutes les groupies du lycée, à des pulsions volages et puériles. C'était même elle, cette année, qui avait organisé la vente de roses que l'on offrait anonymement à son béguin secret. Elle était bien évidemment au dessus de ça, et elle était même certaine que sa sœur avait envoyé une de ses amies pour lui en acheter une, mais le fait était que l'argent était reversé à une association de lutte pour la protection des plantes herbacées, notamment la Polygale incarnat - idée du fleuriste de Lima, en partenariat avec l'Église. Elle ne savait pas vraiment à quoi ressemblait cette fleur, mais préserver l'œuvre de Dieu était un motif suffisant pour s'engager. Au final, la vente fut une réussite, pour une fois, si bien qu'elle avait décidé, l'année prochaine, de préparer une vente de Corsages confectionnés, justement, par le fleuriste local.
Mais, à moins d'être fleuriste ou hypocrite, la Saint Valentin était un jour comme les autres. Cassie soupira à cette pensée. Oui, elle était heureuse de n'avoir eu aucun prétendant à rembarrer avec toute la gentillesse du monde, mais, rien que pour savoir quel effet cela produisait, elle aurait aimé expérimenter. C'était ça, l'inconvénient principal d'être la Présidente du Club de chasteté, en plus d'être traitée de sainte vierge et de coincée.

Faisant la moue, Cassandra paraissait songeuse. Elle blâmait sans cesse les autres, mais peut-être était-ce sa faute si les choses allaient si mal. Elle était peut-être trop exigeante. Oui, c'était une certitude. Elle esquissait un rictus, les mains plaquées sur ses genoux. Si elle se la jouait psychologue avec elle-même, elle aurait sans doute analysé cette posture comme un manque d'ouverture aux autres, une introversion certaine, et une pudeur amèrement prononcée. Et, à la réflexion, c'était presque ça.

La gêne apparente d'Emma rendait Cassandra davantage confiante. Un instant, elle eut l'impression d'être la conseillère et, étrangement, elle aimait bien ça. Elle aurait bien dit à Miss Pillsbury qu'avoir honte de ses propres convictions était regrettable, mais elle n'était plus vraiment certaine que toute cette histoire de chasteté qui suivait la joli rousse était entièrement consentie. C'était comme quelque chose qui la traquait malgré elle, comme l'impopularité des Gleeks. De plus, la voir acquiescer à chacun de ses propos, et l'encourager dans sa conduite, lui donnait un sentiment de fierté que l'on pouvait facilement discerner à travers ce sourire qui grandissait sur ses lèvres.

Assurément, Cassandra était douée d'une éloquence assez développée pour qu'elle puisse s'acheter n'importe qui. Elle n'avait pas encore essayé avec les Cheerios, et sûrement n'essayerait-elle jamais - c'était contre ses principes - mais elle était certaine qu'avec des arguments solidement construits, elle pouvait les rallier à sa cause. Le hic était qu'elle devrait mentir, comploter, manipuler, tout ce qui faisait que les filles vêtues de rouge incarnaient le Mal. Mais Cassandra était maligne. Dès qu'un nouveau ou une nouvelle se pointait, elle s'empressait d'établir le contact, tant que leur esprit était encore immaculé de toute cette folie qui régnait à McKinley, même si, souvent, cela ne fonctionnait que de façon éphémère. L'abstinence, les principes moraux, la spiritualité, que de mots étrangers aux adolescents d'aujourd'hui. Cassandra roula des yeux machinalement. Parfois, elle se surprenait presque à être misanthrope. Enfin, pas de tous les Hommes à proprement parler, seulement des adolescents. Elle ne savait pas vraiment si un mot existait pour qualifier une personne qui détestait les adolescents, mais si c'était le cas, ça la caractérisait assez bien.

"Vous voulez dire que certaines personnes au lycée partagent ces mêmes valeurs sans forcément l'afficher en s'inscrivant dans un Club ?" demanda-t-elle lorsqu'Emma avoua ne pas avoir fait partie du Club de chasteté mais qu'elle en avait malgré tout les principes. C'était légitime, qui voudrait se faire humilier constamment ? Mitch Hewelt en était l'exemple parfait. Le Footballeur typique qui se cachait derrière un mensonge. Il était pourtant bien content de se confier à Cassandra entre deux passes. Ou même tous ces élèves qui chantaient dans leur salle de bain sans même penser une seule seconde à s'engager dans un Glee Club. S'il y avait bien une raison pour laquelle Cassie respectait les choristes, c'était pour leur cran. Pour l'honneur, elle repasserait plus tard.

"Excellent !" dit-elle avec un enthousiasme peu dissimulé. "A vrai dire je n'y ai pas encore réfléchi." avoua-t-elle. Au fond, elle avait vraiment envie de rendre le Club de chasteté terriblement attractif, presque ludique, mais de là à savoir comment, c'était une autre histoire. Elle leva les yeux, pensive, oubliant totalement que quelques mètres plus bas il y avait des dizaines d'autres personnes. "Pourquoi ne pourrait-on pas faire notre propre promotion nous aussi ? Le Club de journalisme a le journal du lycée, le Club de théâtre a la représentation de fin d'année, les Cheerios et les Choristes ont leurs concours, les Sportifs ont leurs matchs. Et nous, hormis notre foi, nous n'avons rien."
C'était bien vrai ça ! Mais comment faire, c'était la véritable question. Cassandra se voyait mal faire une démonstration de chant, de danse, ou se frotter à des bulldozers dans un sport dont elle n'avait jamais compris les règles. Le journal "La voix de Dieu" était à proscrire également. Que restait-il ? Rien. De l'espoir. Et encore.
Les yeux brillants, elle espérait tellement que Miss Pillsbury eût une idée à cet instant, un éclair de génie, divin. Cassandra aurait bien aimé pouvoir immiscer son Club un peu partout, ou plutôt ses principes à elle : obliger les Sportifs et les Cheerios à prier avant un match ou un concours, les Gleeks à chanter tout le répertoire de Hillsong, les journalistes en herbe à leur céder une page ou deux à la rédaction d'un article, ou encore les membres du Club de théâtre à mettre en scène la naissance de Jésus, mais quelque chose lui disait que c'était trop.
Cassandra soupira une dernière fois, prête à abandonner, c'était peine perdue. "C'est impossible..." dit-elle finalement, dévastée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
06. Never play your V card !  Empty
MessageSujet: Re: 06. Never play your V card !    06. Never play your V card !  EmptyLun 16 Mai - 17:30

Emma reporta son attention sur les choristes qu’elle était venue voir, dans le but de se changer les idées. Will avait, semblait-il, donné de nouvelles instructions aux New Directions qui reprenaient leur place sur scène. Les doigts de Kristopher, le pianiste des chorales de McKinley High, se remirent à pianoter sur les touches de son instrument. L’air n’avait rien à voir avec celui auquel il succédait : il était plus doux, plus calme et bien moins aguicheur. Emma haussa un sourcil en voyant Rachel se tourner vers Finn, entonnant les premières paroles de la chanson qui était familière à la conseillère d’orientation. La jeune femme observa le couple sur scène avec admiration : l’alchimie entre les voix des adolescents était parfaite. Emma avait toujours été enthousiaste devant le talent de ces élèves, et se souvint avec précision de la première fois où elle avait ressenti cette vague d’admiration : lors des Sectionals de l’année précédente, lorsqu’elle les avait accompagnés à leur première grande compétition. Malgré les péripéties auxquelles elle avait assisté, ce souvenir restait l’un des meilleurs selon elle. C’était la raison pour laquelle elle avait renouvelé l’expérience quelques jours plus tôt en se rendant aux Sectionals. L’union entre New Directions et Awesome Voices – donnant lieu à un nouveau groupe : les Awesome Directions – avait été parfaite selon elle, et leur thème dédié à Michael Jackson avait quant à lui été éblouissant. Cette cohésion entre le groupe avait été rassurante aux yeux d’Emma qui, depuis le début de l’année, s’acharnait à estomper la haine que se vouaient les deux glee club. Elle laissa échapper un soupir : la flashmob qu’elle avait programmé avait pris du retard, et elle était impatiente de voir ce que cela donnerait.

La voix de Cassandra s’éleva alors doucement à ses cotés, et Emma posa son regard sur celle-ci. L’adolescente lui demanda s’il était possible que certaines personnes partagent les mêmes valeurs qu’elle sans toutefois l’afficher en allant aux réunions du club d’abstinence. La conseillère d’orientation hésita un moment. Dans son propre cas, malgré l’intérêt et l’admiration qu’elle portait à cette idée d’abstinence jusqu’au mariage, elle avait eu d’autres raisons de ne pas sauter le pas avec Carl – ou Will, un peu plus tôt. Elle était effrayée de se livrer à un homme, une terreur qui résultait de la phobie dont elle souffrait depuis des années. Toutefois, elle avait conscience que son cas était à part, et il était peu probable que certains lycéens partagent la même phobie qu’elle. Elle pinça les lèvres, réfléchissant davantage à la question de Cassandra. Le club d’abstinence n’était pas forcément une chose populaire au lycée, malgré les Cheerios qui se prêtaient volontiers au jeu afin de rassurer leurs parents. Ainsi, il était plausible que quelques lycéens, timides ou ne désirant tout simplement pas révéler leur virginité ni les convictions qui les poussaient à la conserver, s’en cachaient. Fronçant les sourcils, Emma prit finalement la parole. « Oui, je pense que certaines personnes peuvent partager tes convictions sans pour autant les afficher en s’inscrivant au club. C’est la raison pour laquelle je pense qu’en rendant ce club plus populaire, quelques lycéens le rejoindront ». Elle marqua une pause, acquiesçant d’un signe de la tête à ses propres propos.

« Tu sais, je pense aussi qu’il est possible que le club d’abstinence ait une mauvaise image. Tout le Monde sait que tu es sérieuse à ce sujet, et que tu ne prends pas à la légère les valeurs que tu prônes. Mais il ne faut pas oublier qu’avant toi, c’était Quinn Fabray qui en était la présidente. Et avec sa grossesse, je pense que bon nombre d’élèves se sont dit que ce club n’était qu’une blague puisque de toute évidence, même la présidente ne respectait pas ses engagements ». Emma termina sa tirade en gratifiant Cassandra d’un nouveau sourire furtif. Elle n’avait bien évidemment rien contre Quinn Fabray, après tout l’année précédente n’avait été en aucun cas une partie de plaisir pour elle : la perte de notoriété qu’elle avait subi lorsque Sue Sylvester l’avait virée des Cheerios, le gain de poids et son ventre s’arrondissant au fil des mois, ou encore le rejet de ses parents au vu de sa situation. En tant que conseillère, Emma savait toutes ces choses et ne blâmait donc pas l’adolescente. En revanche, elle était certaine que le peu d’intérêt accordé au club d’abstinence n’avait fait que se renforcer avec cette histoire. Et Cassandra, la nouvelle présidente, en faisait désormais les frais.

La jeune fille à ses cotés sembla enthousiaste à l’idée qu’Emma lui donne un coup de main. Elle ajouta qu’elle n’avait pas encore réfléchi à la façon dont elle s’y prendrait pour revaloriser l’image du club. Emma acquiesça de nouveau, réfléchissant aux moyens qu’elles pourraient mettre en place dans ce but-là. Ce projet l’intéressait énormément : d’une part parce qu’elle pensait que le club d’abstinence était un club qui méritait que l’on s’y intéresse, et d’autre part parce que c’était un nouveau moyen de s’occuper l’esprit, sur un plan plus personnel. Elle allait y mettre toute son énergie. Levant son regard vers la silhouette de Will Schuester, ses pensées s’égarèrent un instant, se remémorant les paroles de Désirée avant de quitter la salle des professeurs : la présence du professeur d’espagnol lui changerait les idées. Certes, elle avait pu constater que passer du temps en sa compagnie était bénéfique pour son humeur, mais elle savait également que ça l’était beaucoup moins pour son propre couple. Et ce, même si elle ne pouvait de toute façon s’en empêcher. En revanche, aider Cassandra n’aurait aucune incidence sur ses relations personnelles, et serait quand même excellent pour son moral. Une aubaine, donc, que la jeune fille ait osé venir lui parler de ses problèmes avec le club.

Au moment où Emma jetait un nouveau regard à Cassandra, celle-ci baissa les bras en lui disant que c’était impossible. La conseillère secoua la tête : elle n’allait pas la laisser se décourager de la sorte. Certes, elle n’allait pas sortir les pompoms des Cheerios et faire une petite danse en criant son prénom pour l’encourager, mais elle avait d’autres cordes à son arc : un mélange de conseils et d’imagination. « Bien sûr que si : c’est possible. Il ne faut surtout pas que tu te mettes à douter de ton projet maintenant. Il faut y croire » Lança Emma afin de la rassurer. Elle réfléchit de nouveau à la façon dont il faudrait s’y prendre, avant d’avoir une nouvelle idée. Elle désigna Will d’un signe de la tête : « Tu sais, l’an dernier quand Wi… Hm, Mr Schuester m’a demandé comment il pourrait attirer les lycéens à rejoindre sa chorale, je lui ai dit qu’il fallait qu’il parvienne à trouver une personne populaire, car dès lors qu’un leader s’engage dans une action, d’autres ne tardent pas à le rejoindre. Pour le club d’abstinence, je pense que cela fonctionne à peu près de la même façon. Attention, je ne dis pas qu’il faut demander aux Cheerios de rejoindre le club : l’an dernier certaines d’entres elle en faisait partie alors qu’on sait toutes les deux qu’elles n’étaient pas toutes des enfants de cœur ».

Emma esquissa un sourire, tout en posant son regard sur Santana Lopez, qui dansait derrière Finn et Rachel. Elle n’avait pas pour habitude de « balancer » le nom de certains élèves pour appuyer ses propos, mais cela ne l’empêchait pas d’y penser très fortement. S’éclaircissant la gorge, elle se retourna vers Cassandra. « Ce que je veux dire, c’est que si tu connaissais une personne digne de confiance, un minimum populaire et qui saurait motiver les troupes, ce serait déjà un grand atout ». Elle se doutait que son plan n’était pas infaillible : elle-même n’était pas certaine qu’il existe dans ce lycée une personne réunissant toutes ces qualités. Après de nouvelles secondes de réflexion, elle finit par ajouter : « Sinon, je pense qu’on pourrait également faire la promotion du club, comme tu l’as dit tout à l’heure. Tu sais, je reçois de nombreux élèves dans mon bureau chaque jour, et je pourrais par exemple leur en toucher un mot à la fin de nos entretiens. De plus, on pourrait créer des dépliants à ce sujet, que je distribuerais lors de ces entretiens, justement ». Emma ne put s’empêcher d’avoir un sourire à cette idée : s’il y avait bien une chose qu’elle adorait, c’était ces petits dépliants présents dans son bureau !


Dernière édition par Emma Pillsbury le Mer 8 Juin - 16:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Age : 26 ans
Occupation : Co-directrice de la LPA et coach des Second Chances
Humeur : Déterminée
Statut : Célibataire
Etoiles : 1304

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Brave - Sara Bareilles
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
06. Never play your V card !  Empty
MessageSujet: Re: 06. Never play your V card !    06. Never play your V card !  EmptySam 21 Mai - 16:06

Parfois Cassandra se blâmait presque d'avoir des convictions aussi honorables que celles que pouvait bien lui dicter Dieu, de manière plus ou moins directe. Le poids du monde, sur ses épaules frêles, était difficile à porter. Elle se sentait compressée, spectatrice d'un désastre qu'elle ne pourrait censément jamais empêcher de se produire. C'était tellement difficile, de marcher chaque jour avec un fardeau si grand qu'elle portait cependant avec hargne et détermination, car elle avait le choix. Tout le monde avait toujours le choix. Mais beaucoup, selon elle, avait besoin d'être guidés dans les leurs. Il n'y avait cependant pas plus honorable courage que celui de vanter ses propres aspirations, et en ça, Cassandra éprouvait une étrange fascination pour les mouvements de dictature qui avaient bien pu souffler sur de nombreux pays. Cette haine portée avec tant de charisme, c'était, de façon déroutante certes, particulièrement fascinateur. Néanmoins, selon Cassandra, personne n'égalait Mère Teresa. Elle était une telle source d'inspiration. Rien que d'y penser, des étoiles brillaient dans les yeux de la jeune fille qui contemplait le vide avec un intérêt profond. Non, ce n'était pas un crime d'être guidé et fidèle à ses aspirations, et Cassandra ne s'en excuserait jamais, devant personne. Elle chassa ces idées saugrenues de son esprit, implorant intérieurement le pardon de Dieu, ne serait-ce que pour les avoir pensées.

Au fond, Cassandra savait que les valeurs pouvaient être partagées par tous, peu importe la classe sociale, la religion, l'orientation sexuelle. La question était de savoir pourquoi ici, à McKinley, toute chose avait une étiquette immuable, pour la plupart. Quoique ces temps-ci, la donne avait changé. Les chorales avaient pu s'unifier, des Cheerios et des Sportifs appartenaient à l'une d'elles, mais le Club de chasteté demeurait un tabou évident. Et pourtant, à une certaine période, être pur de coprs et d'esprit était tellement à la mode. C'était justement ça le problème : la mode se démodait, et Cassie entendait bien rendre au vintage une allure classe et élitiste. C'était presque cruel, mais les élèves de McKinley aimaient la sélection. Foncièrement, Cassandra n'entendait pas rejeter qui que ce soit, mais faire croire qu'appartenir au Club était un privilège ne le rendrait que plus attrayant aux yeux des élèves.

Cassandra opinait inlassablement du chef à mesure qu'Emma s'exprimait. C'était incroyable, à quel point elles étaient sur la même longueur d'onde. Oui, Quinn Fabray et sa clique avaient souillé l'image du Club, faisant de lui qu'une simple mascarade vis-à-vis des parents. Rien que d'y penser, Cassie bouillait de colère, mais son visage restait totalement impassible. C'était d'ailleurs la raison principale pour laquelle Cassandra ne portait pas les Cheerios dans son cœur. Elle savait que le pardon était une puissance incroyable de guérison, mais elle ne parvenait pas à s'y résoudre, pas tant que tout ne serait pas réparé. Une chance que Miss Pillsubry veuille bien l'aider dans sa tâche. Surtout qu'en plus d'être une source extraordinaire de motivation, un temple de sagesse, elle était également ingénieusement inspirée. Cassandra ne savait pas trop si elle devait sourire ou être songeuse, si bien qu'un rictus se dessinait sur ses lèvres encore pures. C'était vrai, le troupeau avait besoin d'un berger, mais le plus difficile était sans aucun doute de s'entendre dire qu'elle n'en avait pas elle-même l'étoffe. Au fond elle n'en doutait pas, elle se savait très persuasive, mais sa réputation de sainte lui portait préjudice. Miss Pillsbury avait raison, elle avait besoin de sang neuf, mais un sang encore blanc, pas ce sang qui coulait dans les veines de la corruption. Cassie esquissa un sourire étrangement satisfait. Elle savait ce dont elle avait besoin : une fille belle, innocente, nouvelle, qui se forgerait à partir du Club d'abstinence une popularité transcendante.

"Je crois que c'est une merveilleuse idée." dit-elle sur un ton tout à fait calme, beaucoup moins enthousiaste en apparence, mais tellement convaincu. "Les Cheerios sont à proscrire. Je sais que certaines d'entre elles sont tout à fait vertueuses et dignes de confiance, mais elles sont victimes de leur propre statut. Ce qu'il faudrait c'est ériger une entité. Qui ne serait pas le produit de mensonges mais d'une simple bonne intention." Inspirée, Cassandra ne se rendait pas compte à quel point ses propos relevaient de l'énigme pour une âme étrangère. Elle fixait un point qu'elle-même ne pourrait nommer, sincèrement, comme proie à une magie extérieure. "Ce que je veux dire, c'est que les élèves de McKinley sont fascinés par les nouveaux arrivants. Les nouveaux sont des proies faciles, ils ne sont pas encore victimes de la hiérarchie. Si l'un d'eux arrive à se hisser parmi l'élite tout en respectant les valeurs du Club, ce serait une occasion parfaite de redorer notre blason."
Plus Cassie s'exprimait et moins la conviction déteignait dans sa voix. Tout ceci relevait tellement du complot qu'elle ne pouvait s'y abaisser sans se sentir terriblement mal à l'intérieur. Et surtout, elle aurait aimé plus que tout être cette entité, cette étoile si étincelante d'inspiration pour les autres. Mais elle ne pouvait pas, car sa réputation était déjà construite et imprégnée dans les esprits.

"Cette idée me parait plus saine." dit-elle enfin lorsqu'Emma avoua pouvoir faire la promotion du Club elle-même. La tête baissée, elle fixait ses genoux, balançant nerveusement la jambe qu'elle avait croisée par dessus l'autre. Cela ne lui ressemblait pas. Peut-être qu'après tout le Club devrait rester impopulaire. Je n'ai pas envie d'assumer le rôle de Dieu en créant un mythe, ce serait profondément irrespectueux et indigne. Le problème est que je doute même de la motivation des membres actuels. Les voir si épanouis à la veille du Bal est une terrible source de remise en question. Sûrement est-ce moi le problème."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
06. Never play your V card !  Empty
MessageSujet: Re: 06. Never play your V card !    06. Never play your V card !  EmptyMar 31 Mai - 11:56

Aussi étrange que cela puisse paraitre, l’hésitation et le soudain découragement de Cassandra avait redonné un regain de motivation à Emma. Cassandra avait toujours été d’un enthousiasme débordant lorsqu’elle parlait de son club d’abstinence et la conseillère d’orientation savait à quel point elle ne plaisantait pas avec la foi religieuse et ses valeurs. La voir s’assombrir soudainement, suite à ses doutes concernant le club, avait donné davantage envie à Emma de l’aider. La jeune femme n’était pas du genre à laisser tomber : il n’y avait qu’à voir toute la détermination qu’elle mettait dans son travail. Nombreux étaient les élèves qui refusaient de se livrer à elle, au premier abord. Elle ne pouvait les blâmer : se confier à une parfaite inconnue sur de petits problèmes personnels n’était en aucun cas chose aisée. Toutefois, il était rare que la conseillère d’orientation baisse les bras. Au contraire, voir tous ces élèves en difficulté lui tourner le dos, lui donnait encore plus envie de les aider. Les dossiers des élèves qui faisaient déborder ses tiroirs l’aidaient beaucoup dans sa démarche : grâce à ces derniers, elle pouvait plus ou moins cerner la personnalité des élèves tout en ayant quelques bribes de leurs histoires retranscris sur ces pages blanches, avant même de les avoir rencontrés. Et même si son travail lui donnait parfois du fil à retordre, en raison de cette période difficile que traversaenit tous les lycéens – l’adolescence – elle redoublait toujours d’ingéniosité afin de parvenir à ses fins et donc aider ceux qui avaient besoin d’elle.

Ce jour-là, c’était Cassandra qui était venue la voir pour lui demander de l’aide et Emma ne comptait pas la décevoir. Haussant un sourcil alors que son regard croisait celui de la jeune fille, elle espérait que ses mots réussiraient à la convaincre qu’il ne fallait pas perdre espoir, et surtout qu’il ne fallait en aucun cas abandonner ses projets. La conseillère d’orientation était prête à tout pour rendre au club d’abstinence son éclat d’autrefois. Choisir la voie de Dieu n’était peut-être pas donné à tout le Monde et elle doutait que du jour au lendemain, certains lycéens décident de devenir de parfaits pratiquants, et ce même si la religion avait une place importante aux Etats-Unis. Pourtant, l’abstinence, bien qu’étroitement liée aux valeurs que prônent l’Eglise, pouvait se révéler être une option enviable pour certains lycéens, selon le point de vue de la conseillère d’orientation. Oh, bien entendu elle n’était pas innocente au point de croire que tous les lycéens que comptait McKinley High étaient encore vierges ; les seuls clins d’œil aguicheurs que lui envoyait régulièrement Noah Puckerman aux détours des couloirs suffisaient à le comprendre. Seulement, elle restait persuadée que ce club pouvait retrouver un certain intérêt aux yeux des adolescents, si les choses étaient bien faites.

La voix claire de Cassandra se fit entendre et Emma plissa les paupières tout en l’écoutant avec attention. La jeune fille semblait d’accord avec elle et son idée de trouver un « leader » qui permettrait de rendre le club attirant aux yeux des lycéens. Un sourire se dessina sur les lèvres d’Emma, pensant de nouveau aux paroles qu’elle avait adressées à Will Schuester, plusieurs mois auparavant. Son regard se posa inévitablement sur le profil de ce dernier. A l’époque, il n’avait eu que cinq élèves intéressés par son projet de Glee Club, alors qu’il en fallait douze au minimum pour pouvoir se présenter aux compétitions. Emma lui avait dit exactement la même chose qu’à Cassandra il y avait à peine quelques secondes. Will avait alors trouvé Finn Hudson et avait ainsi attiré trois autres footballers avant que les cheerios ne s’en mêlent à leur tour. Aujourd’hui, le Glee Club faisait la fierté de Will, et malgré le peu de popularité accordé à son groupe d’élèves, ils avaient su faire leurs preuves. La conseillère espérait qu’il se passerait exactement la même chose pour Cassandra, même si les deux clubs étaient diamétralement opposés. Elle hocha vaguement d’un signe de la tête, acquiesçant aux paroles de la jeune fille qui ne semblait pas porter les cheerleaders dans son cœur et espérait plutôt trouver son bonheur parmi les petits nouveaux qui, comme elle l’avait souligné à juste titre : représentaient des proies faciles puisqu’ils n’étaient pas encore soumis à la hiérarchie de McKinley.

« Exposer le club d’abstinence aux nouveaux est en effet une excellente idée. Libre à eux de choisir de s’y joindre ou non mais cela ne nous coûte rien d’essayer » Emma adressa un nouveau sourire à l’adolescente tandis qu’elle se demandait quel nouvel élève susceptible de devenir populaire, pourrait être intéressé par un tel club. Il devait certainement y en avoir parmi eux, Emma en était certaine. Et puis, ils avaient de la chance puisque ces derniers temps, le lycée avait accueilli de nombreux nouveaux élèves : elle le savait mieux que quiconque puisque c’était elle qui réceptionnait leurs dossiers. Reportant son attention sur Cassandra, elle se promit de faire quelques recherches plus tard en retrouvant le confort de son bureau. Cette initiative l’enthousiasmait : cela lui occuperait l’esprit suffisamment longtemps pour chasser les incertitudes et craintes qui la narguaient depuis quelques jours. Fronçant les sourcils à cette idée, elle se mordit la lèvre, chassant les pensées sombres qui troublaient de nouveau son esprit. Soupirant légèrement, elle se concentra sur les nouvelles paroles de Cassandra. Cette dernière semblait douter une fois encore de sa capacité à rendre le club attrayant aux yeux des autres, tout en paraissant d’accord avec la dernière idée qu’avait eue Emma, à savoir faire de la publicité pour son club.

La conseillère secoua la tête en signe de dénégation, la dernière chose qu’elle souhaitait était que l’adolescente se replonge dans ses doutes. « Hm, je pense que l’excitation qu’il y autour du bal de la St Valentin est légitime, et un peu de romantisme ne peut faire de mal, tant que cela n’entrave pas aux valeurs du club ». Le regard de la conseillère d’orientation s’attarda involontairement sur la silhouette de Will Schuester. La gorge nouée, elle repensa à cette conversation qu’elle devrait bientôt avoir avec Carl. Visiblement, ce n’était pas cette année-là qu’elle passerait cette fameuse fête de la St Valentin en bonne compagnie. Elle cligna des yeux, s’éclaircit la gorge et éloigna ses pensées du professeur d’espagnol, ou de son dentiste. « Je ne pense pas que rendre le club d’abstinence populaire doive nécessairement te donner le rôle de Dieu, Cassandra. Tu es une… messagère, plutôt ». Un sourire étira les lèvres de la jeune femme à cette idée, puis elle poursuivit : « Rendre une certaine popularité à ton club donnera justement de la motivation à tes membres. Il est difficile de se joindre à une petite communauté comme celle-ci tout en sachant que cela n’est pas forcément bien perçu. En revanche, si les autres lycéens passaient plus de temps à s’y intéresser au lieu de le dénigrer, je suis persuadée que tes membres gagneront en enthousiasme et que tu trouverais également de nouvelles personnes intéressées par le club ».

Emma fit une pause, tout en prenant le temps de réfléchir un peu plus à la façon dont elle pourrait s’y prendre. Son regard se dirigea vers la chorale installée sur scène, qui entonnait l’air d’un nouveau titre célèbre. Un sourire illumina alors son visage : bien sûr, cela semblait évident ! Elle inclina légèrement le visage avant de tourner la tête en direction de Cassandra. « En plus des dépliants que l’on créerait pour le club, on pourrait également demander de l’aide aux New Directions. Ils pourraient reprendre une chanson qui prônerait les valeurs du club. Si ça t’intéresse, je peux en parler à Wi… Mr Schuester. Cela pourrait être une bonne idée. L’an dernier, trois nouveaux membres ont rejoint les New Directions suite à leur représentation en début d’année ». Emma faillit éclater de rire en se remémorant la petite performance du club, l’année précédente sur la chanson « Push it ». Bien entendu, ils devraient trouver une chanson bien moins provocante et en accord avec l’ambiance du club d’abstinence. La conseillère d’orientation se souvint de la chanson qu’elle chantait lorsqu’elle était petite, une chanson tout à fait innocente qui faisait sourire sa grand-mère lorsqu’elle la lui chantait. Skyrockets in flight, afternoon delight ♫. Souriant de plus belle, elle secoua doucement la tête. « Qu’en penses-tu ? »


Dernière édition par Emma Pillsbury le Mer 8 Juin - 16:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Age : 26 ans
Occupation : Co-directrice de la LPA et coach des Second Chances
Humeur : Déterminée
Statut : Célibataire
Etoiles : 1304

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Brave - Sara Bareilles
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
06. Never play your V card !  Empty
MessageSujet: Re: 06. Never play your V card !    06. Never play your V card !  EmptyJeu 2 Juin - 17:21

A cet instant, perdue entre ce sentiment vague de désarroi et cette envie irrépressible de se faire entendre, entre ce goût amer de défaite et ce regard incertain qu'elle jetait à son collant, Cassandra était tiraillée. Elle comprenait Quinn désormais. Se laisser aller, envoyer valser ses idéaux, s'abandonner à l'opinion générale, c'était tellement plus simple que de s'accrocher à une dignité que l'on essayait tant bien que mal de garder, une dignité amochée par les insultes et le mépris, mais pourtant toujours intacte. Non, Cassandra n'avait pas envie d'être l'ombre de Quinn, elle avait longtemps et durement lutté pour arriver à cette place de Présidente du Club qu'elle avait tant convoitée durant tout ce temps, impuissante face à sa lente décadence. Cette fois, elle avait le pouvoir de tout arranger, le devenir du Club était entre ses mains. Si un jour elle se surprenait à baisser les bras, ce serait son propre reflet qu'elle regarderait avec dégoût et dédain, si tant elle parvenait à affronter la vue de cet être qu'elle s'était toujours jurée de ne jamais devenir.
Cassandra fit la moue. Ses yeux brillaient, d'un éclat audacieux et triste à la fois. D'un geste timide elle prétexta avoir une poussière dans l'œil, bien qu'elle savait que Miss Pillsbury n'était pas dupe, contrairement au reste du monde qui l'entourait. C'était aussi ça qu'elle admirait chez elle, ce don qu'elle avait de voir au delà des apparences. Mais Cassie ne pleurait pas malgré tout, et elle espérait bien qu'Emma ne verrait pas en elle la fille faible et peu sûre d'elle qu'elle avait l'habitude d'être. La Cassandra qui marchait la tête haute dans les couloirs, qui revendiquait son opinion sans arrêt, qui méprisait les choix des autres simplement parce que ce n'était pas les siens, c'était celle qu'elle s'efforçait d'être pour ne plus se faire marcher sur les pieds comme c'était le cas quelques années plus tôt. Elle esquissa un sourire sincère, encouragée par le dextérité et le professionnalisme de la rousse. Si Cassandra ne vénérait pas déjà quelqu'un, ce serait sans doute à Emma Pillsbury qu'elle adresserait ses prières.

La jeune fille acquiesça. Emma avait raison, l'engouement pour ce bal de la Saint Valentin était légitime et n'était en aucun cas un obstacle aux valeurs qu'elle prônait. Si seulement les membres du Club n'avait pas tous prétexté être malades pour pouvoir se consacrer aux préparatifs elle aurait pu y croire, mais elle ne pouvait s'y résoudre. Non, c'était clair, tout le monde préférait le bal que son misérable Club, parce que c'était excitant, dans le bon sens du terme, et dénotait une certaine fraicheur qu'elle ne savait leur apporter. C'était ça, l'inconvénient d'être de la vieille école. Cassandra se divertissait d'un rien, mais elle ne pouvait pas en dire autant des autres qui ne pouvaient se complaire dans la banalité d'un écran d'ordinateur ou dans le pseudo réalisme de la révolution 3D. Cette innocence qu'ils avaient tous, perdu, aussi regrettable était-ce à admettre, elle ne pouvait leur rendre.
Lorgnant la scène avec un certains scepticisme, elle écoutait attentivement les conseils et autres encouragements que lui apportait Emma. "Certes tout ceci ne va pas à l'encontre des valeurs du Club, mais ça entrave son fonctionnement. Vous savez, à cette heure-ci je suis censée présider notre réunion quotidienne, mais personne n'a daigné se montrer. Dans un sens, cela me permet d'avoir cette discussion avec vous. Peut-être était-ce le destin ?" dit-elle avec un sourire qui aurait sans doute été hypocrite de la part de quelqu'un d'autre, mais qui ne pouvait être plus spontané de la part de Cassandra. "Oui, une messagère." renchérit-elle. "J'aime bien ce point de vue."

Elle qui se prenait parfois pour une réincarnation de Mère Teresa ne pouvait pas être plus flattée, même si l'hésitation d'Emma pour trouver un qualifiant digne de ce nom trahissait sa véritable pensée.
Lorsqu'Emma proposa l'aide de la chorale de M. Schuester, Cassandra fronça durement les sourcils. Dans son esprit, 'New Directions', et par extension 'chorale' signifiait incitation à la dépravation, à la luxure, et à tout ce qui était mal. Lorsqu'elle voyait un Gleek dans les couloirs, elle ne pouvait s'empêcher de penser à cette prestation outrageuse qu'ils avaient faite l'an passé, et à toute ces poses suggestives qu'ils avait prises. Et, dans un sens, c'était pour cette raison que Cassandra doutait fortement des chances qu'avait le Club de chasteté de devenir populaire, parce que pour devenir populaire, il fallait plaire à tous, et pour plaire à tous, il fallait se dénigrer soi-même. Songeuse, elle réfléchissait à une réponse convenable à donner à Miss Pillsbury. Après tout, si c'était elle qui choisissait la chanson et supervisait les répétitions, il n'y avait aucun risque de débordement.

"C'est une bonne idée." dit-elle finalement. "J'ai déjà une idée de chanson... White Houses de Vanessa Carlton. J'aime beaucoup cette artiste, elle n'est pas de celles qui font de leur carrière un strip poker permanent. Cette chanson parle du dépassement de soi, et de la capacité à rebondir sur de nombreuses opportunités. A cause d'une blessure Vanessa a du abandonner sa carrière de danseuse, mais cela lui a ouvert une nouvelle porte dans le monde de la musique. J'aime à penser que le Club de chasteté peut être un foyer où l'on se sentirait chez soi."
Oui, enfin, si Cassandra n'était pas si pieuse elle aurait également remarqué que cette chanson parlait de l'expérience douloureuse de perdre sa virginité. Encore fallait-il être assez lucide pour le comprendre. Dans un sens, peu importe l'interprétation que les gens feraient de cette chanson, elle était parfaite pour symboliser le Club. C'était évident que pas mal de filles se retrouveraient dans ces paroles : la pression extérieure, le besoin insatiable de ressembler aux autres, et l'éternel regret d'avoir écouté son corps plutôt que son cœur. Et si Cassandra devait la chanter elle-même, elle le ferait, avec sa sœur au piano, et une danseuse pour les accompagner, comme dans le clip, se disait-elle. "A moins que vous ayez des recommandations ?" demanda-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
06. Never play your V card !  Empty
MessageSujet: Re: 06. Never play your V card !    06. Never play your V card !  EmptyJeu 9 Juin - 16:39

L’idée de chanter en compagnie de Cassandra au milieu des New Directions, était une chose qui plaisait beaucoup à la conseillère d’orientation. Certes, elle n’avait pas pour habitude de pousser la chansonnette en public, profitant plutôt du calme de son appartement pour s’adonner à cette petite activité. Cependant, elle pourrait faire un effort, puisque ce serait pour la bonne cause. Fronçant les sourcils, la jeune femme posa son regard sur Finn Hudson, qui chantait au milieu du groupe. Elle n’était pas certaine d’être à la hauteur, à coté de ces jeunes pleins de talents. Après tout, elle n’avait jamais pris de cours de chant de sa vie et n’avait pas une voix aussi puissante que celle de Mercedes Jones. Elle avait pourtant tant de fois observé ce groupe d’élèves chanter sur scène, qu’à la perspective de se trouver au milieu d’eux avec Cassandra, un sourire étira instantanément ses lèvres. Elle imaginait déjà les costumes. De longues robes pour les filles dans des tons pales, comme le blanc ou le bleu clair, tandis que les garçons pourraient porter une simple chemise blanche et un pantalon cintré. Ce serait intéressant pour elle de confectionner ces costumes, si jamais Cassandra puis Will acceptaient sa proposition. Ses grands yeux bruns étudièrent alors la silhouette de ce dernier, tandis qu’un nouveau soupir franchissait ses lèvres.

Perdue dans ses pensées, Emma entendit à peine les paroles que prononça Cassandra, avant de se reconnecter à la réalité, non sans un petit soubresaut. Se retournant vers l’adolescente, celle-ci lui dit que le destin l’avait peut-être menée à avoir cette discussion avec elle, avant de lui avouer qu’elle aimait bien se considérer comme une messagère. Emma acquiesça d’un vague signe de la tête. Oui, c’était un terme qui convenait parfaitement à la lycéenne. Après tout, elle était l’adolescente la plus innocente et vouée à la religion, qui soit à McKinley High. Son titre de présidence du club d’abstinence, elle ne l’avait pas volé, bien au contraire. Cassandra Hamilton à la tête de ce club, était la meilleure chose qui aurait pu arriver. Emma savait que la lycéenne était dotée d’une grande volonté, et qu’elle remuerait ciel et terre pour hisser son club à un rang plus prestigieux que celui qu’il avait eu jusqu’à présent. Malgré sa propre détermination à aider les élèves de ce lycée, la conseillère d’orientation savait que ce qui la motivait le plus dans ce projet, était la confiance qu’elle avait en Cassandra. Elle savait que les choses se dérouleraient sans encombre. A deux, l’espoir était permis : elles finiraient sûrement par y arriver, ou tout du moins était-ce ce que pensait Emma qui avait toujours eu tendance à voir le verre à moitié plein.

Cassandra sembla hésiter devant sa proposition et la conseillère patienta tranquillement, tout en replaçant une mèche rebelle derrière son oreille. L’adolescente finit par avouer que c’était une bonne idée, et lui proposa immédiatement un titre qu’Emma ne connaissait pas : « White houses » de Vanessa Carlton et qui, selon elle, était une chanson qui parlait du dépassement de soi et « de la capacité à rebondir sur de nombreuses opportunités ». Emma l’écouta avec attention, se sentant excitée par cette nouvelle perspective qui lui permettrait d’oublier ses propres problèmes et de se plonger au cœur d’un projet qui l’enthousiasmait déjà beaucoup. Un large sourire éclairant toujours son visage, la conseillère prit la parole, sa voix douce ayant bien du mal à se faire entendre avec la musique qui battait son plein dans l’amphithéâtre. « Je ne connais pas cette chanson mais ça m’a l’air d’être un choix intéressant. Je te fais entièrement confiance, de toute façon, et si tu me dis que cette chanson est complètement appropriée à la situation, je veux bien te croire ». Emma nota dans le coin de sa tête le nom de la chanson, se promettant de l’écouter quand elle rentrerait chez elle, afin de s’en inspirer pour les costumes qu’elle imaginait déjà.

Cassandra lui demanda alors si elle avait d’autres recommandations, et Emma fronça les sourcils avant de secouer délicatement la tête. Il y avait bien cette chanson qu’elle chantait lorsqu’elle était petite, à sa grand-mère, mais elle ne voulait pas imposer quoi que ce soit à l’adolescente qui était à ses cotés. Elle pourrait se contenter de chanter Afternoon Delight sous la douche, comme elle le faisait tous les jours – et au vu du nombre important de douches qu’elle prenait, inutile de vous dire qu’elle la chantait souvent. Amusée par cette idée, la jeune femme eut soudainement un creux à l’estomac, cette chanson lui donnant faim. Avec un soupir, elle dut se rendre à l’évidence : elle devrait attendre de rentrer chez elle pour préparer le dessert à base de noix de coco, d’ananas et de marshmallow. Le simple fait d’y penser, et son ventre criait déjà famine.

La jeune femme se concentra de nouveau sur les paroles de la lycéenne tout en essayant d’oublier l’Afternoon Delight qu’elle concocterait en rentrant chez elle. Elle posa son regard brun sur Cassandra, avant de répondre : « Non, je ne pense pas avoir de recommandations à faire. Comme je te l’ai dit, je te fais confiance. Et puis, il s’agit de ton club d’abstinence, je pense qu’il est logique que tu choisisses la chanson. Moi je ne suis là que pour t’aider à mettre ton projet à exécution ». Esquissant un nouveau sourire pour appuyer ses propos, la jeune femme plissa légèrement les yeux, essayant de trouver de nouvelles idées quant à cette représentation qu’elle mettrait donc en place avec Cassandra et les New Directions, si Will lui donnait son accord – ce qui ne devrait pas être trop difficile si elle faisait le nécessaire pour paraitre convaincante. « Bon, dans ce cas nous sommes d’accord » Lança-t-elle à Cassandra. « Je pense que ce serait une excellente façon de promouvoir le club d’abstinence, avec l’aide des New Directions. Avant de penser à l’organisation de cette représentation, il faudrait que je demande à Mr Schuester s’il est d’accord pour nous aider. Si la réponse est positive, je te tiens au courant et nous pourrons donc organiser cela. En tout cas, sache que je suis très enthousiaste, et j’ai hâte de commencer ! ».
Revenir en haut Aller en bas
Age : 26 ans
Occupation : Co-directrice de la LPA et coach des Second Chances
Humeur : Déterminée
Statut : Célibataire
Etoiles : 1304

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Brave - Sara Bareilles
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
06. Never play your V card !  Empty
MessageSujet: Re: 06. Never play your V card !    06. Never play your V card !  EmptySam 11 Juin - 16:07

Cassandra se voyait au centre de la scène, au centre de l'attention. Elle n'avait jamais chanté autre part qu'à l'église, presque dissimulée derrière les deux lignes de choristes qui se dressaient toujours devant elle. Rien qu'à cette pensée elle sentait les battements de son cœur s'accélérer et ses mains, plaquées sur ses genoux, devenir moites. Un bref coup d'œil vers la scène, et elle commençait à douter de sa capacité. Elle n'était pas prête. Finn, Rachel, et tous les autres membres de la chorale étaient d'excellents chanteurs et, bien que réticente au début, elle se sentait presque honorée qu'ils puissent être la voix de son Club, la voix de ses idéaux, sa voix. Mais encore une fois, elle se blâmait de ne pas être capable de tout faire. Elle aurait aimé avoir ce don de transmettre plus qu'un message dans une chanson, mais aussi des émotions. Au fond, elle ne doutait pas que les New Directions arriveraient sans mal à le faire à sa place, mais c'en était presque regrettable. Elle voulait être son propre porte-parole, en toute circonstance...
Le regard plongé sur la scène de l'auditorium, Cassandra était songeuse, comme souvent. Elle s'imaginait seule devant son piano - bien qu'elle ne savait pas en jouer - captivant l'attention d'un public muet face à la gravité de son art. Et elle se surprenait à rêver d'être applaudie et suivie par de fidèles admirateurs. Si un jour elle voulait rejoindre la troupe de Hillsong, elle devrait apprendre à être une artiste. Mais au fond, elle n'était pas bien certaine de vouloir jouer les missionnaires durant toute sa vie. Ce qu'elle voulait par dessus tout, c'était aider les autres.

Le pessimisme n'était pas vraiment le sentiment qui qualifiait le mieux la jeune fille. A cet instant, elle était simplement bouleversée par l'hécatombe que venait de connaître son Club, et ce de façon éphémère. La Saint Valentin était un fléau, son fléau. Parfois, elle considérait même l'amour comme étant une maladie contre laquelle elle était immunisée. Les jeunes de son âge ne se rendaient pas compte à quel point l'amour était un frein à la réussite, un voile épais qui les éloignait de la réalité, celle qui finirait par les rattraper tôt ou tard. C'était aussi pour ça qu'elle s'interdisait de telles futilités, pas tant qu'elle n'aurait pas remporté une première victoire sur sa vie.

L'attention de Cassandra se porta de nouveau sur la conseillère. Elle qui était un parfait exemple de réussite ne semblait pas s'encombrer de petites distractions comme l'amour. Du moins, elle ne le croyait pas. Ce regard évasif qu'elle avait, cette innocence dans ses gestes et dans sa façon de paraître, étaient des signes qui ne trompaient pas. Elle finit par approuver le choix de Cassandra, lui avouant même qu'elle lui accordait une confiance presque totale. Et même si Cassie aurait du se sentir flattée, elle ne ressentait pas cet aveu comme une faveur. Pour elle, c'était naturel, les adultes lui faisaient confiance, parce qu'elle méritait cette confiance. Au fond, c'était presque vaniteux de sa part, mais elle ne faisait pas exprès de vouloir croire que tout était acquis.
Elle se contenta de la gratifier d'un sourire, tout de même contente d'être quelqu'un sur qui on n'émet pas de doutes. Elle ne pouvait pas en dire autant des élèves de la chorale. Croisant les doigts, elle espérait sérieusement qu'ils se montreraient coopératifs et sérieux par rapport à sa démarche, parce que c'était une chose qu'elle prenait vraiment à cœur. En quelque sorte, c'était une seconde chance qu'elle leur offrait, une chance de lui montrer qu'ils étaient dignes de son respect.

"Merci beaucoup Miss Pillsbury. Grâce à vous je suis certaine que le Club de chasteté a encore de nombreux jours de gloire devant lui." avoua-t-elle sur un ton tout à fait doux et sincère. Pendant un instant, Cassandra avait perdu la foi, et Emma la lui avait rendue. A cette pensée elle esquissa un rictus. Que penserait son père s'il savait qu'elle avait compté davantage sur sa conseillère d'orientation plutôt que sur Dieu ? Après tout, ce qu'il ne savait pas ne pouvait pas lui faire de mal. "J'ai hâte de commencer aussi, et je suis certaine que M. Shuester répondra positivement à votre requête. Après tout, vous savez très bien persuader les gens."
Gracieusement, Cassie s'extirpa de son siège et de la rangée pour rejoindre les escaliers. Après avoir jeté un dernier coup d'œil à la répétition, elle gratifia la conseillère d'orientation d'un signe de tête reconnaissant. "A bientôt Mademoiselle."

Et avec élégance, elle se dirigea vers la sortie, des projets plein la tête, avec cette irrésistible envie de donner le meilleur de soi, en toute circonstance. Parce qu'après tout, c'était ce pourquoi elle était unique.

[Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
06. Never play your V card !  Empty
MessageSujet: Re: 06. Never play your V card !    06. Never play your V card !  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

06. Never play your V card !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 6
-