Choriste du mois


Partagez | 
 

 o6. « La vie n'est rien.. quand elle est tiède! »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
o6. « La vie n'est rien.. quand elle est tiède! »  Empty
MessageSujet: o6. « La vie n'est rien.. quand elle est tiède! »    o6. « La vie n'est rien.. quand elle est tiède! »  EmptyMar 3 Mai - 21:47

    ANNABEL
    ASHLEY

o6. « La vie n'est rien.. quand elle est tiède! »  101019031228269581o6. « La vie n'est rien.. quand elle est tiède! »  M1




Parfois. La vie était pleine de surprise. De bonnes. De mauvaises. Et ce jeu fonctionnait à la chance. D'une part, il y avait celui qui la possédait. Puis de l'autre, celui qui attendait enfin son tour. Mais comment savoir où nous-mêmes nous étions? Du bon côté de la ligne? Ou au contraire, du mauvais? Annabel se le demandait souvent. Quelle critère il y avait-il pour s'affirmer chanceux? Malchanceux? Cela dit, elle n'avait pas encore trouvé de réponses à ses interrogations. Où se considérait-elle? C'était... là tout le noeud de la question. Lorsqu'elle observait ces regards. Tout ces visages suspendus plus ou moins à sa bouche. A ses mots. Elle ne pouvait se résoudre à se penser attendant encore son tour. Pourtant. Quand elle revenait en arrière. Bien en arrière. Là... où tout n'avait désormais plus grand sens selon elle. L'amertume dégageait toujours cette douloureuse émotion. Alors... cette image de balancement s'imposait. Comme une évidence. « Oui ». « Non ». Sans ne trouver un quelconque juste milieu. Sans trouver... une fin heureuse?...

Ce matin là, la jeune enseignante ne voulut se résigner à quitter la chaleur de son lit. N'ayant nul autre choix, ce fut accompagnée d'une grimace amère, qu'elle délaissa finalement la sûreté de ses murs. Pour ceux du lycée McKinley. Qui, pour une fois, lui semblèrent bien hostile...

Ce ne fut qu'une suite perpétuelle d'événements identiques. Mouvements mécaniques. Rictus robotique à la secrétaire. Puis, café digne d'un jus de chaussettes en salle des professeurs, afin de se réveiller davantage. Blabla ennuyeux auprès des collègues. Sans oublier le récit de leur pathétique et minable existence. Comme à son habitude, Annabel écouta d'une oreille distraite les dire d'un de ses camarade de travail. Non pas qu'elle se fichait de ce qu'il lui contait... Quoi que. Si. Elle n'avait aucun intérêt pour ce qu'il lui déblatérait depuis quelques minutes déjà. Mais qu'importe. Le film continua sans s'interrompre une seule fois. Cela dit, la jeune femme ne chercha à modifier cette vie si... répétitive?... Un énième coup d'oeil à sa montre. D'une moue faussement navrée, elle laissa le professeur de mathématiques en plan. Les cours allaient débuter. Une petite pique bien cinglante à la jeune conseillère. Sans même y donner du coeur. Seulement... par instinct? Et là voilà qui accéléra le pas parmi la cohue. Déstabilisée subitement à la vision de tout ces visages, elle se statufia au milieu du corridor. Que faisait-elle ici? Quelques fois. La question lui traversait l'esprit effectivement. Mais que faisait-elle ici?... Comment pouvait-elle enseigner quoi que se soit à ces jeunes. Alors qu'elle-même ignorait encore tellement de choses... Tandis qu'elle sentit une vague de doutes l'assaillirent, Annabel serra les dents. Non. Elle se devait d'être opérationnelle. Pour ses élèves du moins. Pour eux... A cette pensée, elle inspira avec plus de conviction. Et reprit son chemin. La tête haute. Bien que, la crainte encore présente...

Finalement. Se prenant au jeu de son propre cours, la jeune enseignante oublia bien vite son angoisse matinale. La preuve. Midi pointait le bout de son nez et elle ne perçut pas le temps filer. Presque enthousiaste, elle échangeait pour la fin de l'heure sur la dernière oeuvre étudiée. A son plus grand étonnement, la classe semblait très réceptive sur le sujet. Cela était toujours... motivant? de constater que son programme plaisait aux élèves. Ainsi, comme un poisson dans l'eau, Annabel se hâtait de répondre aux interrogations, aux interventions de ses interlocuteurs. Seulement, elle devait se l'avouer. Son intention n'était pas totalement portée sur toutes ces paires d'yeux qui lui faisait face. A vrai dire, elle était surtout tournée vers UNE. paire d'yeux. Ashley Sainclair. Jolie blondinette. Aux fossettes et au sourire ravageur. Depuis le début de l'année, elle l'avait remarqué. Certes, son physique en était la cause. Mais pas principalement. Ce qui avait en premier lieu attisé son amusement, était la manière avec laquelle la demoiselle s'investissait en cours. La manière avec laquelle elle l'observait également. A chaque regard de cette dernière, Annabel ne pouvait s'empêcher d'y répondre. Voir... d'en rajouter quelques peu?... Et. De fil en aiguille. Cela en était devenu un jeu. Enfin, pour elle. Après. Qui pouvait savoir de quelle façon le vivait la jeune lycéenne?...

« Bien. Je vais être gentille. Je ne vous donne rien pour demain. Profitez en pour vous avancer sur la dissertation de vendredi. » Au même moment, la sonnerie indiquant la fin de l'heure retentit. Annabel balaya de ses grandes prunelles bleues l'assemblée, avant de conclure: « Aller. Bon appétit, les jeunes. » Le coeur bien plus léger qu'en début de matinée, elle prit son temps pour rassembler ses biens. A vrai dire, elle attendait avec impatience que toute cette chaire à canon ne quitte la classe, afin de pouvoir la verrouiller. Une envie irrépressible de nicotine la démangeait. Cependant. Une chevelure blonde, dans le fond de la salle, l'arrêta dans son fantasme. « A... Ashley?... » Hésitante en premier temps, elle reprit avec plus de puissance: « Ashley. Pourrais-tu attendre. J'aimerais... te parler. » Elle n'aurait su dire ce qui l'avait poussé à interpeller la jeune femme. Son côté... un tantinet séducteur et joueur, peut être?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
o6. « La vie n'est rien.. quand elle est tiède! »  Empty
MessageSujet: Re: o6. « La vie n'est rien.. quand elle est tiède! »    o6. « La vie n'est rien.. quand elle est tiède! »  EmptyDim 8 Mai - 22:56

o6. « La vie n'est rien.. quand elle est tiède! »  110508105349796480 o6. « La vie n'est rien.. quand elle est tiède! »  11050810553455608
Keep catchin' my eyes





-Dis Ash’ tu m’aimes bien hein ? Demanda d’un coup Jefferson qui venait d’aborder la blonde. Pitié qu’il lui parle pas à nouveau du bal. Ash eut un moment d’inquiétude. Plus le bal approchait, plus il devenait difficile d’éviter le sujet.

-Biensure, horrible mensonge de plus qui traversa ses lèvres. Pourquoi ?

-Cool, tu peux me rendre service s’teuplait ?

-Euh, ça dépend. Est-ce que je dois t’aider à cacher le corps d’une prostitué, que t’as malencontreusement tué hier soir ?

- Ah, ah très drôle… ce n’était pas une prostituée d’abord. J’plaisante. Non, non rien d’illégal à proprement parlé. Est-ce que je peux juste jeter un coup d’œil à ton devoir de math ? Si j’ai encore une note pourrie mes parents vont me bannir en Sibérie.

-Couvre toi bien, il fait froid là-bas.

-S’il te plaaaiiiiiiit.

-Bon, ok
, céda la blonde dans un demi sourire.

Ash ouvrit son sac et en sorti son papier qu’elle lui tendit tout en continuant de marcher dans les couloirs de McKinley. C’était ça son problème de façon générale. Même quand elle voulait dire non, Ashley avait du mal à sortir de son carcan de politesse en cherchant souvent à toujours plaire à tout le monde. Elle avait découvert que la vie était bien souvent plus simple si on se conformait à certaines attentes des individus l’entourant. Elle était barbie sunshine, la fille que tout le monde aime bien et qui sourit à tout va. Celle qui rend souvent service. Une comédie sociale dans laquelle elle était prise bien malgré elle souvent.

Elle maudissait déjà Jefferson pour en profité, et elle-même pour fermer une fois de plus sa grande gueule. Une grande gueule sous muselière qui finissait souvent par se relâcher sur un malheureux comme Sevan Carter. Difficile de se contrôler tout le temps, parfois ce qu’elle pensait vraiment s’échapper de ses lèvres dans un murmure.

Elle avait beau vouloir faire les je m’en foutiste avec toujours l’humeur au beau fixe, et ce même quand ce n’était pas du tout le cas, Ash se soucier de ce qu’on pouvait bien penser ou dire à son sujet. L’une de ses obsessions étaient bien celle concernant son orientation sexuelle. Un dossier sensible qu’elle cachait précieusement…

A peine avait-elle mis le pied dans la salle de cours d’histoire, que l’ennuie la saisie déjà. Elle prit place, en se concentrant pour ne pas déjà regarder l’horloge. Tous les jours c’était la même routine. Mais aujourd’hui il y avait un cours dans la mâtiné qu’elle attendait particulièrement…

La délivrance résonna enfin à travers tout le lycée. Ash fut parmi les premiers à sortir de classe pour rejoindre la suivante. Pourtant une fois en vue de la porte, elle ralentit et attendit d’être rejointe par d’autres élèves, avant de rentrer naturellement dans la classe. Sa propre précipitions l’effrayait quelque peu. Il ne fallait pas qu’elle donne de mauvaises idées. Et surtout qu’elle se donne de mauvaises idées.

La lycéenne s’installa vers les tables du milieu et sorti de quoi prendre des notes. Relevant son regard le plus tardivement possible. Ses yeux bleus rencontrèrent immédiatement ceux de Melle Van Den Berghe. Ash détourna le regard. Elle se faisait des films. Elle avait cette idée folle que sa prof de littérature la trouvait à son goût.

Mais tout était dans sa tête. Sa prof ne la regardait pas plus que les autres élèves, et ne passait pas sans cesse prêt d’elle, au point de la frôler parfois. Non c’était simplement ses hormones d’ado qui jouaient avec elle. Elle fantasmait tout simplement sur sa prof, qu’elle trouvait « intéressante », au point de rapidement faire des efforts particuliers dans cette matière parvenant vite à être dans le peloton de tête de la classe.

Pourtant les films qu’elle se faisait continuèrent encore aujourd’hui jusqu’à ce que la sonnerie signale un peu trop tôt la fin du cours selon Ash. Au moins pas de devoir pour demain. Elle commença à ranger ses affaires. Une fois finit, elle entendit la voix de Melle Van den Berghe lui demandait de rester. Son cœur rata un battement. Est-ce qu’elle avait remarqué l’intérêt que Ash pouvait bien avoir pour elle ?! Non, non, non, non, nooooon. Ashley inspira une bouffé d’air afin de se calmer, puis releva la tête en passant une main dans sa longue chevelure blonde. D’un pas aussi assuré qu’elle le pouvait, elle rejoignit sa prof à son bureau.

-Oui, Melle Van Den Berghe, demanda la lycéenne, une fois que la porte se ferma au 3 quart derrière le dernier élève sortit.

Ashley passa de nouveau nerveusement une main dans sa longue chevelure d’or. C’était la première fois que Melle Van den Berghe lui demandait de rester. Sa curiosité commençait à se manifester, alors que son imagination tentait d’y répondre par différents scénarios. Du plus plausible au plus fou…
Revenir en haut Aller en bas
 

o6. « La vie n'est rien.. quand elle est tiède! »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 6
-