Choriste du mois


Partagez | 
 

 01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bryan Ryan
Bryan Ryan
Age : 34 ans
Occupation : Directeur des Awesome Voices
Humeur : Conquérante
Statut : Célibataire
Etoiles : 6185

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Cee Lo - Forget You
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) Empty
MessageSujet: 01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim)   01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) EmptyMar 24 Aoû - 19:05

La rentrée avait eu lieu il y a un peu plus de trois semaines et Bryan continuait à échafauder ses plans pour sa nouvelle chorale, les Awesome Voices. Bien que son projet n'avait pas encore sa forme finale, il pouvait compter sur suffisamment de choristes pour commencer à travailler, car du travail, ce n'était certainement pas ce qui allait manquer. En effet, avec une rude concurrence venue des New Directions, il n'y avait aucune seconde à perdre. Il n'ignorait pas le retard conséquent qu'il avait à rattraper, face à une chorale douée, et aux bases déjà bien solides, alors que lui avait encore tout à construire.

Aussi, c'est pour cette raison que les deux premières semaines, les Awesome Voices avaient été conviés aux répétitions dix heures par semaine au lieu des cinq habituelles. Mais force fut de constater que l'on ne peut pas créer de véritable alchimie, ni même d'esprit d'équipe en si peu de temps. Bryan comptait de fait davantage sur le talent de ses élèves que sur leurs affinités : il était conscient d'avoir regroupé de magnifiques voix qui sans doute pourraient porter haut les couleurs de la chorale. Parmi eux , il y avait Timothy Ainsworth.

Mais comme rien n'est simple, les plus talentueux sont toujours les plus caractériels. Il s'en était déjà rendu compte en observant les tourments au sein des New Directions, et ne fut donc pas étonné de ne pas avoir été épargné. Tim était ce que l'on pouvait appeler un rebelle. Désinvolte, insolent, semblant porter la culpabilité du monde sur le dos sans vraiment s'en soucier, il se différenciait des autres caïds dans la mesure où on pouvait cerner en lui une certaine douceur malgré tout. Il exprimait une violence calme plutôt qu'une rage tempétueuse et c'est ce que Bryan appréciait chez ce garçon.
En effet, ce sont toujours dans ces êtres là que se lit la profondeur : il était sûr que Tim avait des millions de choses à raconter et qu'en dépit de son jeune âge, son expérience de vie remplirait des pages. C'est dans le but d'exploiter ce talent brut(e) qu'il était deux fois plus exigeant avec lui qu'avec les autres élèves. Néanmoins le jeune homme ne semblait pas vraiment saisir le sens de cette entreprise...

- Bon sang Tim, fais un effort, les paroles ne sont pourtant pas compliquées à retenir!

Bryan faisait face à son élève dans la salle d'histoire que le proviseur avait accepté de lui prêter. Cette répétition n'était pas comme les autres puisqu'il s'agissait d'un cours particulier, en dehors des leçon de musique obligatoires.
Malheureusement, Timothy ne semblait pas ravi de passer une douzième heure depuis le début de la semaine avec son directeur de chorale et le montrait plutôt bien, que ce soit par ses mimiques d'agacement, ou carrément en feignant avoir oublié les paroles de la chanson qu'il répétait. Pourtant, Bryan avait choisi un morceau qui aurait du motiver son élève : "Gives you hell" des All American Rejects. Il savait bien que Tim ne le portait pas dans son coeur, et avait pensé que peut-être exprimer sa rancoeur en chanson aurait été une solution. Manifestement à tort...



Dernière édition par Bryan Ryan le Mar 14 Déc - 4:34, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Timothy Ainsworth
Timothy Ainsworth
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) Empty
MessageSujet: Re: 01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim)   01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) EmptyMer 25 Aoû - 14:46

I wake up every evening with a big smile on my face
And it never feels out of place.


Bien sûr que si ce sourire paraissait totalement innaproprié. Tout en prononçant ces phrases, Tim gardait ce sourire parfaitement superficiel et forcé qui lui n'avait pas du tout sa place ici. Mr Ryan l'avait remarqué de toute façon. A la seconde où il avait bien pu avoir la merveilleuse idée de rajouter des heures de répétition au jeune choriste, il en connaissait déjà l'issue.
Se grattant la tête, une grimace narquoise et insolente au coin du visage, Tim prétendait pour la nième fois oublier les paroles. C'était certainement une chose que Mr Ryan n'ignorait pas, mais il connaissait parfaitement les paroles de cette chanson. Pour lui c'était une manière de dire "tu vois pas que j'en suis capable mais ça m'embête royalement"... de façon la plus polie qui soit.


Quelques heures plus tôt - Cafétéria.

"Hé Tim tu sais que j'ai croisé Mr Ryan tout à l'heure et il m'a dit qu'il t'attendait dans la salle d'histoire après les cours." informa Ryan sans grande conviction. Il savait très bien que Timothy le prendrait mal. "On est tous passés par là fais pas genre ton vilain petit canard".
Sûrement avait-il raison. Ce n'était pas contre lui... pas entièrement. Mr Ryan donnait des cours particuliers à ceux qui avaient des lacunes, il ne fallait pas se leurrer. La question n'était pas de savoir pourquoi il le faisait travailler plus dur mais pourquoi il se donnait la peine d'user de son temps pour lui. Car oui, c'était du bénévolat. Certes c'était dans les deux sens, mais Mr Ryan n'avait en aucun cas l'obligation de lui donner des cours particuliers. Mais tout comme avec Kurt, jamais Tim ne ferait le premier pas pour avouer ses torts.
Coude sur la table, le menton posé sur son poing, le jeune homme laissa échapper son meilleur soupir. Au moins il aurait à supporter son beau père quelques heures de moins. Après réflexion, qu'est-ce qui était le pire ? Croiser son beau père et l'ignorer comme il le faisait si bien ou passer du temps à répéter avec Mr Ryan ? Forme de dilemme, mais au fond c'était bien une question réthorique...

A présent le voilà dans la salle d'histoire en compagnie du directeur de la chorale. Il fallait avouer que ça aurait pu être pire... il aurait pu lui donner une chanson bien plus démodée et difficile à chanter. Ce n'était donc pas un piège que lui tendait Mr Ryan mais bien une perche.


"Faudrait savoir ce que vous voulez Monsieur... soit nous sommes des robots et dans ce cas nous apprennons les paroles en 2 minutes, à défaut de chanter sans coeur. Soit nous sommes humains et dans ce cas nous chantons nos émotions APRES avoir eu le temps de mémoriser les paroles."

Le jeune homme n'avait cessé de fixer son professeur en lui avouant cette vérité. Il n'avait pas peur des conséquences de ses actes. Ce n'était que bien plus tard qu'il se rendait compte à quel point ses gestes et paroles étaient totalement impudents.
Le hic c'était qu'il connaissait les paroles. Il savait bien que la plupart du temps Mr Ryan avait raison. Il savait bien que très souvent il avait tort face à ses professeurs. Il savait également qu'il était bien trop fier pour l'avouer. A défaut d'avoir confiance en lui, il fallait bien qu'il fasse preuve d'un peu d'orgueil sinon il finirait bien vite 6 pieds sous terre.


"Et nous humains ne disposons pas de port USB pour stocker des fichiers dans notre mémoire en un temps limité." finit-il par dire en insistant sur le "nous" histoire de dire que la personne en face de lui ne faisait pas partie de cette catégorie.
Revenir en haut Aller en bas
Bryan Ryan
Bryan Ryan
Age : 34 ans
Occupation : Directeur des Awesome Voices
Humeur : Conquérante
Statut : Célibataire
Etoiles : 6185

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Cee Lo - Forget You
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) Empty
MessageSujet: Re: 01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim)   01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) EmptyMer 25 Aoû - 18:21

Cette chanson, Bryan la connaissait surtout pour l'avoir présentée à l'occasion de l'audition d'un rôle pour la comédie musicale "La famille Adams", deux ans auparavant. Il se souvint s'être si bien imprégné les paroles que la directrice de casting avait prit pour elle les délices verbaux du morceau, et n'avait en conséquence pas daigné prendre le temps d'énoncer le fameux "nous vous rappellerons" avant de lui confier que non, il ne serait pas le prochain Oncle Fester.
Lorsque l'on est chanteur, il est toujours important de prendre conscience de ce que l'on chante. C'est parfois difficile, mais quand on se surprend à répéter plus de cinq fois " hope my face gives you hell" en moins de deux minutes, la tâche devient de suite plus aisée. Elle l'est par ailleurs d'autant plus si l'on a en face de nous une personne qu'on ne porte pas dans son coeur, ce qui semblait être totalement le cas avec Timothy.
Malheureusement ce n'était pas un simple manque d'envie qu'on pouvait lire chez le jeune homme, juste un désir de faire chier le monde qui avait tendance à irriter Bryan au plus haut point. Il dut serrer les dents face à la provocation du jeune homme.

- Ecoute moi bien gamin, s'il y a bien une chose qui m'insupporte, ce sont les gens qui se foutent de ma gueule. D'une part , ça m'étonnerais que tu ne connaisses pas ce titre qui est passé à la radio pour plus d'heures que je ne t'ai vu depuis le début de l'année. Et d'autre part, je vous ai à tous distribué les paroles lors du dernier cours, il me semble que deux jours c'est largement suffisant pour apprendre vingt lignes, d'autant plus que si je ne m'abuse, je ne vous ai pas donné la plus difficile des chansons qui existe.

A quoi bon argumenter? Il aurait eu toutes les difficultés du monde à faire avouer à Timothy ses torts, les garçons comme lui étant beaucoup trop fiers pour se rabaisser à une telle chose.La seule carte que Bryan pouvait jouer contre le jeune adolescent, c'était son autorité. En effet, il savait combien sa figure pouvait en imposer : ce n'était pas du haut de son mètre 75 qu'il pouvait prétendre impressionner qui que ce soit, mais il dégageait une telle présence, une telle assurance que chaque mot qui sortait de sa bouche semblait avoir un sens réfléchi.
Plongeant ses yeux dans ceux de Tim d'un air réprobateur, il poursuivit:

- J'ai trop de fierté pour perdre mon temps à me battre avec toi. Tu sais lorsque tu es venu faire ton audition pour ma chorale, je me suis dit " lui je l'aime bien, lui il dégage quelque chose", je pensais qu'on pourrait faire quelque chose de bien ensemble. Et devine quoi?

Bryan marqua une pause comme pour attendre la réponse du jeune homme. Mais il ne laissa pas le temps à ce dernier d'ouvrir la bouche.

-Tu es en train de tout foutre en l'air. Complètement. Et ce qui va se passer c'est que je n'aurai aucun remords à te jeter de la chorale si tu persistes avec ce comportement désinvolte, mais surtout aucune difficulté à te trouver un remplaçant qui lui fera le boulot comme je le demande.

Bien sûr il n'en pensait pas à un mot. Tim avait quelque chose de spécial dans sa voix, et une histoire à raconter, ce qui n'était pas le cas de la majorité des adolescents de son âge. Seulement, cette histoire, cette souffrance, n'était pas exploitée correctement, et Bryan était prêt à tout pour en remédier, car il était persuadé que s'il y parvenait, le jeune homme pourrait se montrer incroyablement brillant.


Dernière édition par Bryan Ryan le Jeu 28 Oct - 15:27, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Timothy Ainsworth
Timothy Ainsworth
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) Empty
MessageSujet: Re: 01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim)   01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) EmptyMer 25 Aoû - 20:49

When you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell.
When you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell.

C'était vrai. Tim avait bien assez de haine en lui pour chanter cette chanson avec une telle véracité qu'elle ferait frémir les plus stoïques. Mr Ryan n'en faisait pas partie. Il n'avait pu s'empêcher de répliquer, il n'avait su contrôler la colère qui bouillait en lui. Il était tombé dans le piège.
Les adultes ne comprendraient donc jamais. A la provocation il ne fallait jamais répondre en haussant le ton, ça ne rendait le situation que bien plus intéressante et par dessus tout, c'était donner raison à l'insolent qui se dressait devant soit. C'était donner du mérite à son travail sans raffinerie, c'était accorder de l'importance à des mots qui n'en valaient pas la peine.
Si Tim aimait la provocation c'était justement parce que grâce à elle il se sentait vivant. Les Dieux de l'Olympe avaient besoin de l'amour de l'humanité pour gagner en puissance, lui il nécessitait l'attention. Et après coup, ce n'était pas particulièrement à Mr Ryan qu'il en voulait, c'était à toute autorité supérieure. Jamais il n'avait essayé d'aller plus loin car jamais ses professeurs ou autres "supérieurs" n'avaient essayé de comprendre le pourquoi du comment.

Et voilà que Mr Ryan tentait en vain de montrer qui commandait dans cette classe.
Timothy retint un rire s'empêcha d'esquisser ne serait-ce qu'un minuscule sourire. Ce serait bien trop négligé de sa part. Il avait dépassé ce stade. Il savait très bien comment réagir à une telle tentative d'autorité. Et bien que la stature de Mr Ryan n'était pas imposante, il fallait avouer qu'à cet instant précis, il faisait preuve d'un charisme remarquable. Cela ferait presque réfléchir la petite tête brulée de Tim.
Et moi donc.
Aurait-il répondu lorsque son interlocuteur lui avait avoué avoir trop de fierté pour perdre son temps à se battre avec lui. C'était pourtant bien ce qu'il faisait à l'heure actuelle. Mais ça, le jeune homme s'interdit de le dire.

La lueur de jouissance qui enflammait le regard de Timothy sembla se calmer soudainement. Ses yeux s'ouvrirent plus grand, et son oreille se faisait plus attentive. A vrai dire les mots "aucun remords à te jeter de la chorale" raisonnaient dans son esprit jusqu'à ce qu'il n'entende plus que ça. L'écho se faisait décrescendo, et finalement Tim rétorqua simplement.


"Peu importe". C'était ce qu'il répondait la plupart du temps. Cela avait le don d'attiser la colère de l'autre et d'apaiser son esprit. Mais au fond tout ceci importait. Et Mr Ryan avait raison. Si quelqu'un foutait tout en l'air, c'était bien lui. S'il avait rejoint la chorale c'était pour travailler et partager une passion, c'était pour avoir l'attention de sa mère et pour fermer la bouche de son beau père. Et au contraire il donnait raison à ce dernier en refusant toute autorité et en se faisant virer du club.

Le jeune anglais s'assit sur une table, les yeux dans le vide. Il avait envie de crier "rien à foutre" et de claquer la porte, mais ce serait très certainement sa dernière action en tant que membre des Awesome Voices.
La main dans les cheveux, il fixait le sol. Son regard se levait progressivement jusqu'à parvenir aux yeux du professeur. Il le regardait sans le regarder.


"C'est vrai que vous m'aimiez bien ?" demanda-t-il sans conviction. Selon lui si Mr Ryan avait dit ça c'était juste pour aiguiser sa culpabilité mais en aucun cas parce qu'il le pensait vraiment. "Je pensais aussi dégager quelque chose mais apparemment vous n'étiez pas du même avis. Toujours à me reprocher ci ou ça. J'ai tellement le droit aux reproches qu'ils finissent par m'agacer. Et si les profs se croient au dessus de nous pour nous traiter comme de la merde ils ont tort." avoua-t-il. Mais de toute façon comme l'avait si bien dit Mr Ryan, il n'aurait pas de mal à trouver quelqu'un d'aussi bien que lui avec lequel il n'aurait aucune mésentente.
Pensif et nerveux, il se mordit la lèvre inférieur. Il faisait souvent ça lorsqu'il était contrarié, le parfum de la colère se répandant autour de lui comme un animal libèrerait des phéromones. Ce qu'il n'avait pas compris c'est qu'il existait tellement de chansons qui exprimaient cette même colère. Lui il se contentait d'exprimer sa tristesse et sa mélancolie, parce que sa rage il la déchargeait sur les autres - notamment ses professeurs - mais il ferait bien de faire de même avec ce sentiment qui le rongeait bien plus souvent que n'importe quel autre.
Revenir en haut Aller en bas
Bryan Ryan
Bryan Ryan
Age : 34 ans
Occupation : Directeur des Awesome Voices
Humeur : Conquérante
Statut : Célibataire
Etoiles : 6185

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Cee Lo - Forget You
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) Empty
MessageSujet: Re: 01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim)   01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) EmptyJeu 26 Aoû - 14:22

La stratégie qu'employait Bryan n'était pas payante avec tous les jeunes rebelles. En temps normal, il se serait exposé à quelques problèmes, car provoquer un adolescent enragé, c'était mettre de l'huile sur le feu, peu importe la prestance et la confiance dont on pouvait jouir. Mais il faut dire que le professeur était bien trop sûr de lui pour fléchir , il n'avait pas le temps de s'adonner à de longues réflexions sur la psychologie des jeunes. Il était là pour chanter, et faire chanter des graines de talent. Pour le reste, ça ne faisait pas partie de son job.
A l'instant, il observait Timothy d'un air menaçant, prêt à mettre en application ses dires. Il y eut un petit moment de flottement durant lequel les deux hommes se regardèrent en silence. Le langage non verbal avait tout autant de puissance que les mots, plus encore pour les gens comme Bryan qui manipulaient avec excellence l'art de la mimique et la gestuelle.
L'adolescent sembla perdre la rage dans ses yeux à mesure que les secondes s'écoulèrent. C'était sans doute la peur de se faire éjecter de la chorale, qui d'un coup lui faisait voir la réalité dans sa vraie dimension.

"C'est vrai que vous m'aimiez bien?" Cette question, comme posée par un enfant en manque d'amour, trancha complètement avec l'insolence dont Timothy avait fait preuve juste auparavant. Bryan en était étonné, ne s'attendant pas à ce que ce dernier puisse révéler aussi facilement ce qui semblait être un besoin d'affection. Il était par ailleurs gêné, car non, il ne pouvait pas dire qu'il "l'aimait bien". Il ne le connaissait à peine, mais surtout, il avait appris avec le temps à se fermer aux émotions, mêmes les plus futiles. Il n'aimait personne. Il avait juste été impressionné par l'essence qui s'était dégagée de la voix du jeune homme. En d'autres termes, il aimait le chanteur, voilà tout.

-Oui je t'aimais bien, se contenta de dire Bryan d'un ton extrêmement neutre.

Les reproches que Timothy lui adressèrent par la suite le fit sourire. Résolument, il n'était pas fait pour travailler avec des jeunes; son caractère ne collait pas. A 17 ans, on est à fleur de peau. A 17 ans, on est disposé à tout prendre pour soi et à se dévaloriser.
Bryan se rapprocha de l'adolescent, assis sur une table, en prenant soin de ne pas le lâcher des yeux. Une fois qu'il fut suffisamment proche, il émit un fort soupir.

- Ce qu'il va falloir que tu apprennes petit, c'est que je ne vais pas changer pour toi. Oui je suis rude, oui je suis exigeant, non je ne suis jamais content. Mais crois-moi, je sais voir qui as du talent et qui n'en a pas. Pourquoi penses-tu que je t'ai demandé de venir aujourd'hui pour deux heures de cours supplémentaires?

Il marqua une pause, puis pointa Timothy du doigt.

- Je n'ai aucun scrupule à dire que je suis meilleur que toi. Et oui, cela me donne le droit de te traiter comme de la merde. Mais cela me donne également le droit de te faire travailler. Car si je te fais tant chier, c'est pour que dans quelques années ce soit à toi de venir me parler comme à une merde parce que j'aurais réussi à faire briller ce joyau que tu as en toi et dont tu ignores encore l'existence.

Bryan était conscient d'être violent avec son élève. Mais il n'était pas habitué à prendre des pincettes. Par ailleurs, c'est souvent en étant sincère que l'on parvient à débloquer les situations les plus compliquées. Aussi rude que pouvait être le discours du professeur, ce dernier venait malgré tout de s'ouvrir en acceptant de se confier.

- Maintenant dis moi ce qui ne va pas. D'où est-ce qu'elle vient cette rage que tu as en toi?


Dernière édition par Bryan Ryan le Jeu 28 Oct - 15:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Timothy Ainsworth
Timothy Ainsworth
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) Empty
MessageSujet: Re: 01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim)   01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) EmptyJeu 26 Aoû - 20:55

S'il ne connaissait pas Mr Ryan, Tim aurait juré un instant qu'il l'avait attendri. Lui, attendrir quelqu'un ? C'était presque un oxymore. C'était inimaginable, impossible, tout bonnement inconcevable. Peut-être qu'au fond il s'en fichait... peut-être pas.
La plupart des adolescents dans son genre prétendaient se foutre du monde entier et de ce qu'il avait à leur offrir, mais eux même savaient que c'était faux. Ils s'en persuadaient parce que justement personne n'avait rien à leur offrir, que ce soit de l'amour mais ne serait-ce qu'un peu d'attention. Alors on faisait semblant d'envoyer valser tout ce qui pouvait ressembler à de la compassion ou de la sympathie. Parce que ce sentiment, la pitié, c'était vraiment le plus hypocrite qui existait sur cette Terre.

Mais non Mr Ryan ne se laissa pas amadouer. Tim le remercierait presque. Nul besoin que cette conversation tourne au mielleux, ce serait vraiment sans intérêt. C'était comme avec cette conseillère d'orientation qui se prenait pour la psychologue qu'elle n'était pas. Tout le monde savait que c'était elle qui avait besoin de consulter, mais non elle donnait des conseils sans même savoir de quoi elle parlait. Pathétique. Mais malgré tout, Tim l'appréciait cette femme. Alors que lui s'adonnait à la méchanceté gratuite, elle préférait offrir une bonté sans prix. Et jamais elle ne l'avait jugé. Elle était patiente, douce et généreuse... l'opposé de Mr Ryan.
Après un malaise passagé, le professeur partit de nouveau dans sa démonstration éloquente du savoir. Il savait tout, il était le meilleur, et oui, il l'avait avoué il avait le droit de le traiter comme de la merde.
Tim leva un sourcil peiné mais surtout très accusateur. Bon la morale de l'histoire c'était qu'il avait du talent et que c'était pour son bien, mais il ne se contenterait pas de ça.


"J'crois pas." dit-il en fronçant les sourcils et en hochant la tête. "Mais bon j'ai compris. Vous êtes le prof : j'ai tort et vous avez raison." avoua-t-il. Il savait très bien que son interlocuteur ne croyait pas un traitre mot de ses aveux, mais il fit tout comme. Parce qu'après tout, la conversation tournerait bien vite au dialogue de sourd, et Tim savait bien que Mr Ryan n'avait ni la patience ni la subtilité d'Emma.
En réalité, s'il esquiva le conflit c'était parce que le directeur de la chorale sembla s'intéresser à lui. Au pourquoi. Ce fameux pourquoi que tous les professeurs se demandaient mais qu'aucun n'osait prononcer. C'était idiot de leur part parce que se serait montrer de l'intérêt pour autre chose que ses démonstrations de rébellion, et après de nombreux vents, ils auraient fini par avoir leur réponse. C'était ça leur problème, ils avaient beau répéter aux élèves d'être pérsévérents, ils ne l'étaient pas eux-mêmes. Encore une belle leçon de vie qu'il reviendrait à Tim de leur enseigner.

Sa rage ? Tim replaça une mèche de ses cheveux, leva les yeux au plafond, et accompagné d'un geste de la main affirma
"Vous n'en avez rien à foutre d'où elle vient. Vous voulez seulement l'exploiter pour gagner les sélections et prouver à Mr Schuester que vous êtes meilleur que lui. Dans un sens ça m'aiderait aussi." Pensif, toujours assis sur sa table, il balançait nerveusement ses pieds dans le vide. Un geste qui agaçait souvent ses professeurs et voisins de classe et donc qu'il adorait tout particulièrement accentuer aux fil des minutes. Il commençait doucement, puis accélérait, jusqu'à ce qu'on lui demande sans politesse d'arrêter. Alors il recommençait du début : doucement, puis de plus en plus fort. "J'crois bien qu'on est dans la même galère" avoua-t-il. "Vous voulez montrer à Mr Schuester que vous valez bien mieux que lui, et moi j'veux fermer sa gueule à mon pu... merveilleux beau père" se rattrapa-t-il en esquissant un sourire peu convaincant.

Si Mr Ryan croyait qu'il allait débaler sa vie du premier coup, il rêvait. Pour Ryan ça avait été facile, leur histoire se ressemblait. Taleen, elle avait aussi un beau père super chiant. Et Dakota, lui seul savait qu'elle avait usé de patience et de délicatesse pour lui arracher des aveux. Finalement ça lui avait fait du bien. Alors pourquoi pas avec Mr Ryan ? Il avait l'air cool après tout. Lui au moins ne mâchait pas ses mots et n'avait pas peur de le froisser.


"Ma vie c'est de la merde. C'est ça qui est rageant." finit-il par dire. C'était concis, vague, et clair à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
Bryan Ryan
Bryan Ryan
Age : 34 ans
Occupation : Directeur des Awesome Voices
Humeur : Conquérante
Statut : Célibataire
Etoiles : 6185

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Cee Lo - Forget You
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) Empty
MessageSujet: Re: 01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim)   01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) EmptyVen 27 Aoû - 17:47

Tim n'avait pas compris. Ce n'était pas une question de tort ou de raison, de professeur ou d'élève. C'était juste que Bryan ne se soumettait qu'à meilleur que lui, et que n'étant pas ignorant de son talent, il ne comptait que très peu de personnes remplissant cette condition. Bien sûr qu'il se sentait supérieur au jeune adolescent, bien sûr que s'ils participaient tous deux à une compétition de chant, il gagnerait. Il n'y avait pas vraiment là de prétention mal placée, juste une extrême lucidité qui certes,l'avait conduit à se forger une haute opinion de lui même, mais qui lui avait au moins évité de se dévaloriser sans cesse comme beaucoup le faisaient. Aussi, il considérait que tous les élèves des Awesome Voices avaient la chance de pouvoir recevoir des leçons de sa part, et qu'en vertu de ce statut de mentor, il se donnait le droit de leur adresser la parole sur le ton qu'il désirait. Il fallait cependant avouer que cette insolence teintée d'arrogance était aussi plus simplement due à son caractère de feu...

Bryan resta donc impassible face à la frustration de Timothy. Mais l'évocation de Will Schuester le bouscula et d'un froncement nerveux des sourcils, il montra que le jeune homme venait là de toucher un point sensible. Beaucoup de gens étaient au courant de la rivalité qu'il entretenait avec Will, la nouvelle ayant vite fait le tour du lycée, même auprès des élèves qui n'avaient rien avoir de près ou de loin avec le Glee Club.
Sournoisement, le jeune homme avait réussi à déplacer le problème d'un point à un autre.

- Non ce n'est pas vrai. Je n'en ai pas rien à foutre comme tu dis, ça m'intéresse. Car mon boulot à moi c'est de te faire exprimer ce que tu as là dedans, dit il en tapotant la poitrine de Tim. Alors oui, j'ai envie de savoir ce qui fait que ça ne va pas, parce que ça m'aiderait à exploiter ce quelque chose pour faire de toi un grand chanteur. Et comme tu dis, nous y serions tous les deux gagnants. Parce qu'en apprenant à apprivoiser tes émotions, d'une tu ne pourras que progresser, et de deux, tu ne pourras qu'aller mieux. Je ne suis pas un grand psychologue, mais j'ai suffisamment de bon sens pour savoir que c'est en partageant ses problèmes, et en travaillant sur eux qu'on réussit à guérir de ses blessures intérieures.

Le jeune professeur faisait attention à ne pas se montrer trop attentionné, quitte à paraître un peu froid. Il n'aimait pas consoler les gens et jouer au confident, mais en réalité, il aurait vraiment voulu savoir ce que Timothy avait vécu. Oui, c'était important ; pour la chorale certes, mais aussi parce que Bryan, comme n'importe quel homme ne pouvait rester indifférent face à la souffrance des autres.

- "Ma vie c'est de la merde". Mais comment peux-tu en être si sûr gamin? Tu n'en a même pas encore vécu le quart, elle est devant toi ta vie, tout est encore à construire. Tu as sans doutes toutes les raisons de penser que tu es malheureux à l'heure actuelle, mais sache que la roue finit toujours par tourner.

L'expression était tellement cliché, tirée des répertoires de phrases de consolation les plus plates et banales. Mais il s'avérait qu'elle était aussi la plupart du temps pleine de vérités, Bryan n'étant que trop bien placé pour le savoir. Il avait eu tous les outils en main pour réussir, et avait fini par échouer, sans aucune raison. Si la roue pouvait tourner dans un sens, elle pouvait vraisemblablement le faire dans l'autre également.
Gêné par cette discussion qui devenait manifestement trop intime, il s'éloigna de quelques pas puis trafiqua quelques secondes la chaîne stereo. Le morceau des All American Rejects reprit là où il avait été suspendu. Bryan saisit deux micros, puis se mit à chanter dans l'un d'eux.

♪ Now where's your picket fence love?
And where's that shiny car?
Did it ever get you far?
You never seemed so tense love
And never seen you fall so hard
Do you know where you are?

And truth be told I miss you
And truth be told I'm lying... ♫

- Maintenant, je veux que tu imagines que je sois ce putain de beau-père, et que tu me montres enfin de quoi tu es capable, dit-il en lançant le deuxième micro à Tim.
.


Dernière édition par Bryan Ryan le Mar 14 Déc - 4:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Timothy Ainsworth
Timothy Ainsworth
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) Empty
MessageSujet: Re: 01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim)   01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) EmptySam 28 Aoû - 15:57

William Schuester hein ? Tim l'avait remarqué, l'expression faciale de Mr Ryan avait subitement perdu de cette lueur d'arrogance qui le caractérisait si bien. Qui ne l'avait pas remarqué plutôt ? L'ambiance lourde et froide qui régnait à Mc Kinley émanait tout droit de ces deux là. Ce n'était même plus un combat qui opposait Mlle Sylvester et Mr Schuester, non, c'était simplement Mr Ryan vs Mr Schuester. Et les membres des Glee Clubs se le rendaient bien. Regards méprisants, jets de glace pilée... il arrivait même que les altercations deviennent physiques. Tim se souvient une fois avoir voulu se jeter sur un idiot de New Directions tant il l'avait mal regardé. Ce genre de regard qui veut tout dire et rien dire à la fois. Autant avouer que Timothy lui avait donné le sens qui l'arrangeait.
Ce n'était même plus une guerre de popularité sinon les Awesome Voices et les New Directions auraient fraternisé, c'était une affaire de chorale.

Le regard dans le vide, Tim n'en écoutait pas moins les explications de son professeur. Il n'était pas un grand psychologue, ça personne ne pourrait le contre dire, pas même le jeune homme désinvolte et cynique qui nageait toujours à contre courant. Il hocha seulement la tête en guise d'approbation, puis laissa de nouveau son regard divaguer. Non il n'en avait pas rien à faire de ce que lui racontait Mr Ryan, au contraire ce dernier pouvait se montrer plutôt cool et compréhensif quand il le voulait. Certes Tim ne lui ferait jamais la remarque, mais il admirait le fait qu'il ne se laisse pas marcher sur les pieds et qu'il ait une si haute estime de lui-même. Lorsque c'était les gosses de riche qui prenaient leur meilleur air hautain et se croyaient supérieurs, il ne le supportait pas, tout simplement parce que pour eux c'était l'argent qui faisait l'objet de leur prétention. Sans ça ils seraient encore bien plus bas que les membres des chorales dans l'échelle de popularité. Mais Mr Ryan, c'était de sa personne qu'il était fier, de son talent. Lorsqu'il y réfléchissait, Tim se disait qu'il était un bon exemple. Cela refoulait très certainement de nombreuses déceptions passées et de nombreux échecs. Il le savait mieux que quiconque, l'orgueil était le meilleur moyen de passer outre les critiques même si au final elles blessaient quand même.


"Alors dans ce cas je rectifie : ma vie actuelle c'est de la merde. Mais vous avez raison, je suis maître de mon destin." répondit-il avec entrain. Cette phrase il l'avait lue dans un poème. Invictus de William Ernest Henley. Malgré ce qu'il pouvait bien véhiculer de part son apparence et son attitude, Tim adorait la littérature. Sans aucun doute que ce poème était l'un de ses préférés.

In the fell clutch of circomstances
I have not winced nor cried aloud
Under the bludgeonings of chance
My head is bloody, but unbow'd.


Il était Invictus, invincible, et sûrement Mr Ryan avait raison, la roue tournerait un jour, tout comme elle l'avait déjà fait maintes et maintes fois.

Sans un mot, Mr Ryan se dirigea vers la stéréo et se mit à chanter. Tout bonnement imprévisible, Tim ne s'y attendait pas. Et c'était vrai qu'il était talentueux, il avait bien raison de traiter ses élèves comme il le faisait. En tout cas, Tim en aurait fait de même.
Alors qu'il lui lança le micro, le jeune homme se concentra. Il s'empara du micro et se leva sur la table.
C'était simple, Mr Ryan était son beau père. Il le voyait clairement. Il voyait le visage qu'il rêvait de démolir, et sa mère à côté, assise sur le canapé du salon. Son beau père était assis également, les bras entrelacés autour de la taille de sa mère d'une façon totalement impudente et déplacée dans la mesure où Timothy se trouvait en face d'eux. Lui, il était debout sur la table du salon. Une table basse en verre si brillant qu'il avait l'éclat du cristal. Il imaginait bien la tête de son beau père à cet instant. Consterné il se lèverait d'un bond pour chasser le jeune homme perché sur son bijou. Sa mère serait choquée également, et il se mettrait à chanter.


When you see my face hope it gives you hell, hope it gives you hell
When you walk my way hope it gives you hell, hope it gives you hell
If you find a man that's worth a damn and treats you well
Then he's a fool you're just as well hope it gives you hell. ♫


Ça collait tellement bien. Il avait seulement détourné les yeux vers sa mère pour prononcer les deux dernières phrases. C'était exactement ce qu'il ressentait.
Il s'arrêta là, et descendit de la table avec un rictus, Mr Ryan debout devant lui. Il se sentait à la fois soulagé et un peu débile.


"Comme ça ?" demanda-t-il sans assurance. Quoiqu'il en soit, il avait hâte de continuer, et ce sans s'arrêter. "Je voyais sa tête à cet abruti c'était jouissif. Il a du sentir ses oreilles siffler !"
Revenir en haut Aller en bas
Bryan Ryan
Bryan Ryan
Age : 34 ans
Occupation : Directeur des Awesome Voices
Humeur : Conquérante
Statut : Célibataire
Etoiles : 6185

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Cee Lo - Forget You
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) Empty
MessageSujet: Re: 01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim)   01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) EmptySam 28 Aoû - 19:55

Bryan aimait chanter, tout le monde le savait, et tout le monde savait également qu'il le faisait plutôt bien. Aussi, il ne perdait aucune occasion pour détendre ses cordes vocales, non pas pour s'afficher, mais plus pour prendre ce plaisir qu'il ne parvenait à capter qu'à travers la musique. C'est pourquoi, contrairement à Will Schuester, il n'était pas rare qu'il participe activement aux leçons des Awesome Voices. Il n'était pas uniquement le professeur qui donne des ordres sévères depuis son bureau, il était un membre à part entière. Cela pouvait paraître étonnant, dans la mesure où Bryan était plutôt du genre à créer une certaine distance avec les gens qu'il côtoyait, mais l'arrogance et la confiance qui se dégageaient naturellement de lui participaient déjà à placer cette barrière entre lui et les adolescents. Aussi, il ne voyait pas l'intérêt d'en rajouter encore une couche, alors qu'il avait l'occasion de prendre du plaisir, et d'en donner dans le même temps. Prendre part aux prestations de ses élèves, c'était pour lui une manière d'aider ces derniers à ce sentir plus à l'aise, tout en fédérant un esprit de groupe. En effet, le souci majeur qu'il rencontrait depuis des semaines était qu'il n'arrivait pas à créer une véritable atmosphère unificatrice au sein des Awesome Voices. C'était compréhensible, puisque tous ces jeunes ne se connaissaient pour la plupart pas avant, mais c'était aussi un problème urgent à régler, car la réussite d'un groupe passe essentiellement par la complicité qu'il peut exister entre ses membres.

Or, à cet instant, chanter avec Timothy lui avait permit de créer une sorte de lien que des heures de discussion ne seraient pas parvenues à créer. C'était stupide à dire, mais partager un même morceau pouvait rapprocher. Tandis que le jeune adolescent se lançait dans le refrain du morceau, Bryan lui sourit amicalement tout en hochant la tête pour marquer le rythme des basses.
Il ressentit soudain une sensation étrange, mêlée de fierté et d'admiration. Son élève chantait vraiment bien, et mieux, il dégageait quelque chose d'extrêmement fort sans en faire des tonnes avec sa voix. Pourquoi gâcher un tel don derrière des attitudes rebelles et je m'en foutistes? Il avait tant à offrir, tant à donner, et au lieu de cela, il foutait tout en l'air en refusant de s'ouvrir à un monde qu'il imaginait à tort, trop fermé.

Le professeur se souvint lorsque le jeune homme était venu passer son audition, trois semaines auparavant dans l'amphithéâtre. Il avait été subjugué par l'interprétation de ce dernier sur un titre du groupe Sum41, Pieces. Dès le premier couplet, il avait vu les plaies de l'adolescent s'ouvrir sur scène et écouté à travers les paroles le récit d'une vie compliquée. Dès le premier couplet, il savait qu'il le voulait dans sa chorale.

- Comme ça, se contenta t-il de répondre avec un mince sourire de satisfaction

La musique coupée, la salle retrouva son calme. Bryan saisit un carnet entreposé sur le bureau puis y griffonna quelques mots à l'abri des regards. Il sembla réfléchir un instant, contemplant le plafond d'un air pensif, puis rangea son stylo dans la poche de sa chemise avant de fouiller dans son sac, pour finalement en ressortir une feuille de papier. Sur celle-ci, semblait figurer les paroles d'une chanson. Le professeur tendit la feuille à son élève d'une main, récupérant son micro de l'autre.

- Un bon chanteur, c'est un celui qui sait interpréter ses titres à la lumière de sa propre histoire, ses propres souffrances. Mais un virtuose, c'est celui qui est capable de faire ressortir n'importe quelle émotion, peu importe son vécu. Je pense sincèrement que tu es capable de faire quelque chose de bien de cette chanson, tu as le talent nécessaire pour. Il te suffit simplement d'exploser toutes ces barrières autour de toi qui t'y empêchent.

Bryan laissa son élève découvrir le morceau qu'il allait devoir interpréter au prochain cours : Feeling good, d'Anthony Newley. Il ne doutait absolument pas des capacités de Timothy pour arriver à apporter son grain à cette chanson qui avait pourtant été reprise des milliers de fois.

- Pour après demain. Sans faute.



Dernière édition par Bryan Ryan le Jeu 28 Oct - 15:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Timothy Ainsworth
Timothy Ainsworth
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) Empty
MessageSujet: Re: 01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim)   01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) EmptyDim 29 Aoû - 17:52

Après sa prestation, Tim sentait sa respiration s'accélérer. Il n'avait fait qu'un refrain, ce n'était qu'un refrain parmi tant d'autres, mais il lui avait tout donné. Il savait à présent ce que cela pouvait bien être de donner le meilleur de soi. Et il fallait l'avouer, l'occasion était rare. C'était ce genre d'occasion qu'on pouvait bien fêter, comme si la pluie avait laissé place au soleil, laissant derrière elle seulement des éclats colorés.
Oui peut-être que c'était exagéré, mais il se sentait mieux. Sûrement rentrerait-il ce soir sans faire d'histoire, en décrochant un sourire vaniteux à son beau père sans que ce dernier n'en comprenne le sens. Il se souvenait maintenant pourquoi il aimait chanter. Pourquoi il avait commencé à chanter. Et pourquoi il continuerait à le faire malgré l'épée de damoclès qui le menaçait sans arrêt. S'il faisait ne serait-ce qu'un pas de travers, il n'aurait qu'à faire ses valises et s'installer dans un recoin sombre de la rue. Malgré tout, il était persuadé que sa mère ne mettrait jamais à exécution ses menaces. Elle s'en voulait déjà bien trop pour en plus lui infliger une peine supplémentaire. Mais ça, c'était un risque à ne pas courir. Elle avait tellement changé depuis leur emménagement à Lima qu'elle pouvait bien encore l'étonner davantage. Mais lorsqu'il chantait, il était loin de tout ça. Non en réalité il était en plein dedans, mais c'était sa façon d'exprimer des choses à la fois difficiles à partager et à garder pour soi.

Mr Ryan s'en doutait peut-être, mais il avait fissuré le mur derrière lequel Tim se cachait. Il n'avait plus qu'à en extraire les briques, une par une, car s'il était difficile à atteindre, ce mur facilitait la reconstruction. Il lui avait surtout donné envie de se battre pour hisser les Awesome Voices bien au dessus du Glee Club de Mr Schuester. Après tout ceux-ci avaient échoué l'an dernier, et ils échoueraient cette année.
Pour ça il aurait très bien pu en manipuler quelques uns. Après tout ils étaient bien plus hétérogènes que les Awesome Voices dans leur composition : des sportifs, des cheerios, des ratés... et ceux qui se prenaient déjà pour des stars. Franchement leur groupe ne tenait qu'à un fil. Il ne se doutait pas à quel point il avait tort. S'il y avait bien un groupe qui ne tenait qu'à un fil c'était le leur. Encore tout frais et fragile. Aucun atome crochu, c'était eux les plus influençables. De toute façon ce n'était pas son genre de manipuler les autres. S'il y avait bien un défaut dont il n'avait pas hérité c'était de la déloyauté de son père. Si celui-ci n'avait pas hésité à faire de sa vie un enfer, lui n'était pas assez égoïste pour pourrir celle des autres.

Le silence fut bref, et le professeur semblait assez content de la prestation de son élève. Certes il ne le montrait pas trop, mais il l'était sans doute. Il avait bien raison d'esquisser qu'un maigre sourire de satisfaction parce qu'au final Tim se reposerait très certainement sur ses lauriets. Il était plutôt du genre procrastinateur professionnel. La perle du fainéant. Mais ce rythme de vie lui convenait, il commençait à le maîtriser. Il remarquait d'ailleurs que son travail était pas trop mauvais une fois qu'il se trouvait au pied du mur. En tout cas l'intégralité de ses devoirs de littérature il les faisait la veille. C'était bien plus excitant.
Mais sûrement ce soir il s'assiérait à son bureau, et commencerait son exercice pour le Glee Club. Tout ceci serait éphémère, il finirait bien vite par revenir sur Terre. Du moins son beau père n'hésiterait pas à l'aider dans sa chute. "Qu'est-ce que tu fais ? T'es un bon à rien, tu finiras au trou comme ton père." Tout le monde serait d'accord pour dire que ce ne sont pas des paroles plaisantes qui aident à la satisfaction personnelle. Heureusement pour lui, il n'avait jamais daigné hausser trop le ton ou pire l'attaquer physiquement. Pour lui, ou pas...

Toujours euphorique, Tim s'empara de la feuille que lui tendait Mr Ryan. Feeling good d'Anthony Newley. Ses yeux s'illuminèrent immédiatement d'une lueur créative. Le titre faisait écho dans son esprit, il avait été repris de nombreuse fois et par un de ses groupes préférés notamment. Il n'aurait qu'à s'en inspirer et refaire quelques arrangements. Une chose était sûre il avait hâte de s'y mettre.
Il écoutait Mr Ryan avec attention. Peut-être n'était-il pas un virtuose, mais il se contenterait pour le moment d'être un bon chanteur. De toute façon il n'avait jamais été très avide de reconnaissance... si il l'avait été, et l'était toujours. Mais il se contentait de peu.

Un sourire en coin, il attrapa son sac qui trainait sur le sol, et leva de nouveau les yeux vers son professeur.


"Pour après demain." confirma-t-il. "Je pense que deux jours c'est suffisant pour apprendre 20 lignes." rétorqua-t-il amusé et sans aucun sarcasme.

Il tourna les talons et se dirigea vers la porte. Après quelque pas, il fit face une dernière fois au professeur.


"Merci Mr Ryan." dit-il avant de franchir le seuil pour de bon. Ce petit cours bénévole n'avait pas été si horrible après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) Empty
MessageSujet: Re: 01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim)   01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

01. When you see my face, hope it gives you hell, hope it gives you hell... (Tim)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 1
-