Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. One hand in my pocket

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dylan Brentwood
ADMIN ; when things don't go right, go left.
Age : Twenty yo
Occupation : Etudiante (freshman) - Tient un blog
Humeur : Bonne
Statut : Le célibat... what else ?
Etoiles : 5730

Piece of Me
Chanson préférée du moment : talk talk - it's my life
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
ADMIN ; when things don't go right, go left.
06. One hand in my pocket Empty
MessageSujet: 06. One hand in my pocket   06. One hand in my pocket EmptyJeu 5 Mai - 23:49

Faire des achats au centre commercial un samedi matin, c’était comme effectuer le parcours du combattant. Pour commencer, il fallait jouer des coudes pour trouver une place de stationnement. Quinn Fabray avait du faire trois fois le tour du parking avant de pouvoir garer son imposant 4x4, non sans se disputer copieusement avec un autre automobiliste qui avait la ferme intention de lui piquer sa place. Chose faite, elle tenta de se frayer un chemin parmi la foule compacte de clients, et atteignit péniblement le hall d’entrée.
Le stress de la jeune fille était à son paroxysme : elle n’avait rien à se mettre pour le bal du lycée, qui se tiendrait le soir même. Si Quinn était prise au dépourvu c’était parce qu’elle avait longtemps cru qu’elle n’y assisterait pas. Sa rupture avec Noah Puckerman l’avait privée de cavalier. Quelques garçons s’étaient bien proposés de l’accompagner, mais la Cheerio avait poliment décliné toutes les invitations, sauf une : celle de Sam Evans, qu’elle avait acceptée au dernier moment. Elle s’était rapprochée de ce dernier et désormais, tous deux formaient un couple.

Quinn arpentait les allées du centre Belle Fontaine sans grande conviction, en jetant de part et d’autre de rapides coups d’œil aux vitrines. Elle ignorait tout des goûts de son cavalier. Devait-elle choisir une robe glamour avec une longue traîne, ou en revêtir une plus sexy, qui dévoilerait ses jambes fuselées ? Quel était la couleur préférée de Sam et comment comptait-il s’habiller ? Ils devaient porter des vêtements harmonieux et assortis s’ils espéraient avoir une chance de décrocher le précieux titre de Roi et de Reine du lycée.
La jeune fille s’arrêta devant une boutique, et appuya son front contre la vitrine, mais sans porter la moindre attention aux articles qu’elle abritait. Quinn était complètement bouleversée ; elle venait de réaliser qu’elle aurait su répondre à toutes ces questions si elle avait du se rendre au bal en compagnie de Noah. Mais qu’elle était incapable de le faire lorsqu’il s’agissait de son nouveau petit ami.

Elle ressentit comme un pincement au coeur. Même si elle avait du mal à l’admettre, Puck lui manquait terriblement. Elle avait attendu le bal de la Saint Valentin avec impatience, durant de longues semaines, en se voyant déjà recevoir au bras du garçon qu’elle aimait la couronne tant convoitée. Mais c’était avant de le surprendre dans le lit de Summer Davis. En plus de briser son cœur, Noah avait brisé le rêve de toute une vie. En effet, depuis son plus jeune âge, Quinn avait été conditionnée pour suivre les traces de sa mère et de sa sœur aînée, élues Reine de leur promotion. Mais à quelques heures de l’échéance la Cheerio n’avait toujours pas trouvé sa robe – alors que la plupart de ses concurrentes avaient fait tailler la leur sur mesure – et pire encore, elle n’avait aucune idée pour y remédier.

Elle regrettait amèrement de ne pas avoir demandé à Oxanna de l’accompagner à cette séance shopping de dernière minute. Sa meilleure amie, elle en était certaine, lui aurait été d’une aide précieuse. Mais Quinn n’avait pas voulu la déranger, car elle se doutait bien que cette dernière devait s’occuper de sa propre préparation pour le bal. L’adolescente releva la tête et se trouva nez à nez avec la gérante de la boutique qui, à en juger par le regard noir qu’elle lui lançait, semblait mécontente de voir des clientes coller littéralement leur visage contre la vitrine. Quinn maugréa quelques mots peu amènes, que la commerçante ne pouvait entendre à travers la vitre, à moins de savoir lire sur les lèvres, avant de reculer et de percuter quelque chose de plein fouet.
Lorsqu’elle se retourna, elle réalisa qu'elle n’était pas rentrée dans quelque chose, mais plutôt dans quelqu’un.

« Je suis désolée. Je ne t’ai pas vue » s’amenda-t-elle auprès de la jeune fille blonde qu’elle venait de heurter et qu'elle ne reconnaissait pas encore. « Est-ce que ça va ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. One hand in my pocket Empty
MessageSujet: Re: 06. One hand in my pocket   06. One hand in my pocket EmptyVen 6 Mai - 18:52

Pourquoi, les professeurs donnaient-ils autant de devoirs à leurs élèves, pour le weekend ? Installée dans sa chambre, Cat releva brusquement les yeux, réfléchissant succinctement à la question ;

La veille après dîner, elle avait promis à son frère aîné de terminer tous les devoirs qu'il lui restait à faire, le lendemain. Autant dire qu'encore une fois, elle avait manqué une bonne occasion de se taire. Aussi, en constatant le nombre des travaux qu‘elle devait absolument terminer, elle se maudit. Enfin, toujours est-il qu'aujourd'hui, Cat se devait d'honorer cette promesse bancale. Soit, être une jeune fille à la vie sociale aussi calme -une jolie façon de dire quasi-inexistante- avait ses avantages mais, à cette heure de la journée, elle se mit à le regretter : repoussant une mèche de cheveux qui lui barrait le front, la blondinette souffla, dépitée.

Les mathématiques n'avaient jamais été son fort. Tous ces chiffres et ces signes, elle n'y voyait pas de réels intérêts -si ce n'est celui d'embrouiller les moins doués en la matière. Étendue sur son lit, un crayon à papier entre les dents, Cat plissa les yeux et se releva en ronchonnant : il lui fallait une pause. Après tout, elle l'avait bien méritée. S'asseyant sur son lit en vrac, la jeune fille contempla ses livres grands ouverts et les quelques copies noircies par son écriture soignée ; elle était venue à bout de son devoir d'histoire rapidement -la révolution américaine, un jeu d'enfant- puis avait pondue une nouvelle originale pour le cours de littérature. Officiellement, elle abandonnait la lutte : les maths pouvaient attendre.

Ecaterina décida de se lever, passant lentement une main sur son visage fatigué. La jeune fille croisa son reflet dans le miroir de sa coiffeuse bien rangée, comme à son habitude, elle ne s'attarda pas, s'avançant vers la porte close de sa chambre ; il ne lui restait plus qu'à convaincre son frère de la laisser s'aérer un peu l'esprit. Dorian n'avait rien d'un tortionnaire. Toutefois, concernant les études, il se montrait particulièrement sévère. En fait, Cat le soupçonnait de recevoir des ordres du grand chef -leur père et au fond, cela lui faisait plaisir qu'il s'intéresse autant à son avenir. Quand elle quitta sa chambre, Cat passa en revue les pièces alentour avant de se rendre compte que son frère n’était plus là.

Sautant sur l’occasion pour sortir de l’appartement sans se faire assaillir de questions, la blondinette pris tout de même l’initiative de lui laisser un mot, qu’elle déposa en évidence sur le comptoir du petit déjeuner. Dorian lui faisait confiance, une confiance presque aveugle, elle le savait et c’était réciproque. D'ailleurs, elle était certaine que c’était avant tout grâce à cela qu’ils s’entendaient aussi bien. Descendant les marches de l’escalier avec élégance, Cat lança des petits coups d'œils autour d’elle, par simple habitude puis sortie de l’immeuble, sans s’attarder.

Lima était une petite ville mais, elle n‘était pas pour autant endormie. Ici, il y avait des tas d’activités. Cat n’en profitait jamais cela dit, parce qu’elle allait au lycée et qu’elle travaillait, entre autre. Pourtant, il y avait un endroit qu’elle aimait et qu’elle fréquentait régulièrement : le centre commercial. Proche de l‘immeuble où elle vivait, la blondinette décida de s’y rendre, histoire de. Retenant son sac par la hanse accrochée sur son épaule, elle releva un petit coin de son écharpe, craignant le froid et marcha d’un pas concis et régulier : dans quelques minutes à peine, elle y serait.

Comme chaque weekend, l’endroit était bondé et la perspective de se retrouver au milieu d’une foule de monde failli faire rebrousser chemin à la jeune fille -elle et ses névroses, toute une histoire- mais, finalement, Cat ne s’arrêta pas et avança penaude sur le parking du centre ; les voitures foisonnaient, les automobilistes s’insultaient et manquant de peu de se faire envoler par un caddy particulièrement rempli, l’adolescente accéléra le pas, s’engouffrant dans l’antre de la consommation -qu’allait t-elle y faire, au juste ? Cat n’en avait aucune idée, se détendre et penser à autre chose qu’à ses devoirs, cela semblait être un bon programme. Avec un peu de chance, il y aurait peu de monde chez le glacier et elle pourrait paresser en se gavant de glace au trois chocolats. Seulement, on était samedi et avant même de savoir si oui ou non, elle pourrait vraiment s’adonner à son passe-temps favori, elle raya son principal projet de sa courte liste, et avança.

Comme elle s’y attendait, à l’intérieur c’était la cacophonie : entre ces adolescentes surexcitées qui se montraient leurs derniers achats et les mères de familles qui hurlaient après leurs enfants désobéissants, elle ne savait plus où donner de la tête. Comme à son habitude, elle préféra ignorer tout cela, avançant lentement dans l’allée, se fondant avec discrétion dans cette masse informe et bruyante. Maintenant ses longs cheveux avec l’une de ses mains, elle observa ; de part et d’autre, des boutiques s’étalaient et jugeant son idée stupide -c’est vrai, qui pouvait vraiment aspirer venir se détendre dans un endroit pareil, elle roula des yeux en tournant la tête, agacée.

Son regard s’arrêta alors sur la vitrine d’une boutique un peu spéciale : celle des robes de bal et de soirées, le seul de la ville d’après les complaintes de toutes les filles, au lycée. Si elle comptait aller au bal de la St-Valentin organisé à McKinley ? L’idée ne lui avait même pas frôlé l’esprit, à vrai dire et souriant légèrement à cette pensée, elle se tourna en entier vers la fameuse boutique ; les robes présentées étaient plutôt jolies, un peu bas de gamme à première d’œil mais, cela lui était égal après tout : elle n’en aurait pas l’utilité, elle. Souhaitant tout de même y jeter un coup d’œil par curiosité, elle fit un pas… et n’eut pas le temps d’en faire un autre qu’elle se fit violemment bousculer.

« Pardon, désolée. » murmura-t-elle, lâchant sa longue mèche de cheveux qu’elle tenait toujours entre ses doigts. Cat releva le menton, et esquissa un bref sourire « Ça va, rien de cassé. » affirma-t-elle en procédant à une rapide vérification ; cela faisait deux fois en à peine quelques jours qu’elle se faisait bousculer de la sorte et touchant machinalement le bleu qu’elle avait encore au front, suite à son premier accident, elle remonta son sac qui avait quitté son épaule sous l’impact, levant la tête. Cat connaissait cette jeune fille, sûrement l’avait-elle déjà vu au lycée, elle semblait être du même âge mais, non -elle fronça les sourcils, la pointant brièvement du doigt « J’ai l’impression de te connaître, » Elle marqua une pause, pinça les lèvres du même chef alors que ses yeux scrutèrent avec concentration le visage de la blonde en face d‘elle. Soudain, elle se souvint « Tu es Quinn -Quinn Fabray. »

Son sourire s’élargit ; en réalité, Cat ne connaissait pas Quinn. Elle avait entendue parler d‘elle, bien sûr -tout le monde parlait de Quinn Fabray. Toutefois, dans son cas, c’était Noah Puckerman qui lui avait fait un pamphlet émouvant sur les sentiments qu’il éprouvait pour elle. Bizarrement, même si l’adolescente ne la connaissait que de nom, elle se sentait proche d’elle à cause des révélations de son petit ami à son égard. Évidemment, ce n’était pas le cas, elles n’étaient pas proches, loin de là. C’était un peu stupide de penser de la sorte seulement, ce n’était pas comme si elle y accordait une quelconque importance. De ce fait, la regardant encore un instant, elle jugea bon de l’informer sur sa propre identité :

« Ecateri -Cat. » dit-elle simplement, se reprenant à temps ; personne ne l’appelait par son prénom en entier mise à part feu sa mère. Debout face à sa camarade, Cat ne savait pas exactement ce qu’elle était censée faire et s’apprêtant à tourner les talons pour partir, elle la gratifia d’un dernier sourire : Ecaterina n’était pas le genre de personne qu’elle devait côtoyer alors, autant lui faciliter la tache et partir avant qu’elle n’ait le temps de l’envoyer sur les roses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan Brentwood
ADMIN ; when things don't go right, go left.
Age : Twenty yo
Occupation : Etudiante (freshman) - Tient un blog
Humeur : Bonne
Statut : Le célibat... what else ?
Etoiles : 5730

Piece of Me
Chanson préférée du moment : talk talk - it's my life
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
ADMIN ; when things don't go right, go left.
06. One hand in my pocket Empty
MessageSujet: Re: 06. One hand in my pocket   06. One hand in my pocket EmptyMer 18 Mai - 19:20

Quinn Fabray ne se serait jamais excusée si elle avait percuté quelqu’un quelques mois auparavant. Elle se serait contentée de rejeter la faute qui l’incombait sur son interlocutrice, avant de lui lancer un regard noir et de tourner les talons. Mais les bousculades, et les dizaines de coups de coudes dans le ventre endurés pendant sa grossesse l’avaient changée. Elle se souvenait encore parfaitement de ce jour où une jeune fille de son âge lui était rentrée dedans avec son caddie, à la caisse du supermarché. Quinn - alors enceinte jusqu’aux yeux - avait laissé s’échapper un petit gémissement de douleur, sous le regard impassible et dédaigneux de l’autre adolescente. Aucune excuse, aucune compassion, rien. Elle n’avait reçu que du mépris. Un profond mépris qui resterait gravé dans sa mémoire.

Face à sa maladresse, Quinn ne savait plus où se mettre, tant elle se sentait gauche et embarrassée. Elle fut rassérénée, en entendant la personne qu’elle avait percuté lui affirmer qu’elle allait bien, et qu’elle n’avait rien de cassé. Elle la vit réajuster son sac, qui avait glissé de son épaule au moment de l’impact, puis attarda son regard sur les longs cheveux blonds de son interlocutrice. Quinn ne distinguait toujours pas son visage, mais elle était certaine que la jeune fille devait être d’une grande beauté. Car à en juger par celle de sa chevelure, elle devait indubitablement prendre grand soin d’elle et de son apparence.
Cette dernière finit par relever la tête, et intima à Quinn qu’elle avait l’impression de la connaître. La Cheerio l’observait, avec perplexité ; effectivement, ce visage ne lui était pas inconnu, mais elle était incapable de se rappeler de l’identité de la blonde, ni même de l’endroit où elles auraient pu se rencontrer. Elle fut d’autant plus intriguée lorsque celle-ci prononça son nom et son prénom, avec un large sourire.

Qui était cette personne, et comment connaissait-elle son nom ? Quinn ne se rappelait pas l’avoir déjà croisée à McKinley. En réalité, depuis qu’elle avait perdu un peu de sa popularité, elle évitait de trop traîner dans les couloirs du lycée, par crainte des slushages intempestifs. Elle ne fréquentait plus que ses camarades du glee club, ou les rares amies qu’elle avait gardé au sein des Cheerios. De toute évidence, cette jeune fille ne chantait pas chez les New Directions – ni dans la chorale de Monsieur Ryan, d’ailleurs – et elle ne faisait pas non plus partie de l’équipe de Sue Sylvester.

Son interlocutrice semblait réaliser le flou dans lequel elle avait venait de plonger la blonde, aussi elle consentit à décliner sa propre identité. Ecateri… Cat ?
Non, définitivement, Quinn n’avait jamais connu de filles se prénommant ainsi. Et pourtant, elle était persuadée de la connaître de quelque part. Ce fut en observant plus attentivement ce joli visage que des souvenirs remontèrent à la surface. Cat était un mannequin pour lequel Finn avait eu le béguin quelques années plus tôt. Elle était l’égérie d’une lotion contre l’acné. Quinn avait découvert la fascination que cette blonde avait exercée sur son ancien petit ami durant son séjour chez les Hudson, après voir été mise à la porte par son père.
Elle rangeait les vêtements propres et repassés de Finn dans sa commode, quand elle était tombée sur plusieurs clichés de Cat, dissimulés dans le tiroir à chaussettes du footballeur. Elle avait été frappée par la ressemblance qu’il existait entre elles, si bien qu’elle s’était empressée de demander des comptes à son ex petit ami. Ce dernier lui avait avoué, non sans rougir jusqu’à la racine de ses cheveux, qu’elle avait représenté son idéal féminin toute une partie de son adolescence.

Quinn savait qui elle était mais ce qu’elle ignorait, c’était comment Cat connaissait son nom. Elles ne s’étaient jamais vues, elles n’avaient jamais eu le moindre contact. « Je crois savoir qui tu es, moi aussi » lui avoua-t-elle finalement avant que la jeune fille ne tourne les talons. « Tu as été mannequin dans ta jeunesse, n’est ce pas ? » Elle lui adressa un sourire embarrassé. « En revanche, je n’ai pas l’impression de t’avoir déjà croisée quelque part. Alors je me demandais pourquoi tu me connaissais, et où tu avais appris mon nom. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. One hand in my pocket Empty
MessageSujet: Re: 06. One hand in my pocket   06. One hand in my pocket EmptyMer 18 Mai - 23:49

Bien décidée à partir, Cat fit un premier pas. Seulement, quand la voix de Quinn s’éleva soudain derrière elle, brusquement, elle s’arrêta. Au milieu de cette allée bordée de boutiques en tout genre et de stands ambulants, la jeune fille sentait que son cœur menaçait d’exploser, tellement le rythme de ses pulsations s’activa à l’instant même où son interlocutrice avait prononcé le mot tabou. Debout, les bras ballants, Cat ne su quoi faire sur le moment, et sa gorge devint si douloureuse qu’elle ne parvint à émettre aucun son, aucune parole ; si elle se mettait à pleurer, si elle craquait maintenant, l’adolescente savait qu’elle n’avait plus de chance de s’en sortir : la carapace qu’elle avait mis autant de temps et d’énergie à forger se briserait en mille morceaux, sous les yeux de sa camarade de lycée et ce n’était pas ce qu’elle voulait ; jamais elle ne s’en remettrait.

Cette situation précise, la jeune fille y avait songé à de maintes reprises, retournant tout les cas de figure dans son esprit, envisageant tout les scénarios possibles et imaginables. Les personnes qui étaient au courant de son passé de mannequin ne se comptaient que sur les doigts d’une seule main et il avait toujours été très clair pour elle que, jamais plus elle n’en parlerait, qu’elle en ferait son secret, son propre fardeau. Oui, Cat n’assumait pas cet aspect de sa vie parce qu’elle ne l’avait pas choisi, que l’on lui avait imposé. Faire des photos, tourner des publicités stupides et faire des concours de beauté, cela avait été son quotidien durant des années alors était-ce réellement nécessaire d’enfoncer le couteau dans la plaie ?

En plus d’en avoir honte, il s’agissait pour l’adolescente des moments les plus difficiles, les plus douloureux de toute sa jeune vie. Toute cette période la renvoyait aux choses qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de vivre, et donc à toutes celles qu’elle ne pourrait jamais rattraper. Voilà pourquoi, elle préférait ne pas y penser et mieux, ne pas en parler. Il était évident que Quinn -comme les autres- avait dû avoir une enfance heureuse, normale presque idyllique. Cat voyait peut-être les choses avec un peu trop de dramaturgie mais, cela n’avait jamais été le cas pour elle, elle s’en était aperçue très tôt -trop tôt : c’était ce qui lui faisait le plus mal.

Les autres pouvaient penser ce qu’ils voulaient. Que tout cela n’était pas si grave. Qu’elle en faisait sans doute un peu trop et que son ingratitude était obscène. Qu’elle aurait dû ressentir un peu plus de reconnaissance envers celle qui l’avait jeté sur le devant de la scène -peut-être, effectivement. Toutefois, tout ces gens, toutes ces personnes tellement certaines d‘avoir la science infuse n’avaient en réalité aucune idée des répercussions que toute ces années avaient eu sur la jeune fille -non, aucune idée.

Encaissant mal la réflexion de Quinn, Cat resta un long moment de marbre, les yeux fermés ; des regards se posèrent sur elle et ne supportant pas cet afflux soudain d’attention, elle décida de faire face à la situation ; prenant une légère inspiration, elle se redressa lentement et tenta de garder cette même expression enjouée qu’elle avait eut un peu plus tôt, en se présentant à la jeune blonde. Aussi, son entreprise échoua : Cat semblait égarée, désemparée et évitant avec habilité le regard de son interlocutrice, elle lança de sa voix éraillée :

« C’est Finn qui te l’a dit ? » La jeune fille lança un regard furtif sur le côté pour vérifier que personne ne pouvait les entendre et releva la tête un instant puis, referma aussitôt les yeux, les lèvres tremblantes « Ne le dis à personne, s’il te plaît. » Cat marqua une pause, respirant par le nez, elle ouvrit les yeux d’un même chef « Je sais que tu n’as aucune raison de me rendre ce service mais, » Son regard humide se planta instantanément dans celui de la jolie blonde. D’ailleurs, elle se rendit trop tard que son ton était trop implorant mais, ne pouvant faire marche arrière, elle conclut promptement « s‘il te plaît, Quinn. » Cat laissa son regard planté dans celui de Quinn pendant un court moment et sursautant quand un enfant passa près d’elles en hurlant, elle profita de cette occasion pour détourner le regard.

Au lycée, on disait de Quinn Fabray qu’elle avait, à une époque eut l’étoffe d’une reine de promo. Cat ne la connaissait pas vraiment, et n’étant pas du genre à se faire une opinion hâtive des gens sans les connaître, ne s’était jamais attardée sur le cas de la jeune fille. Des rumeurs circulaient sur son compte -elle aurait été infidèle et aurait même donné naissance à un enfant. Cat n’écoutait pas les ragots et s’il se trouvait que ces rumeurs étaient justes, cela ne la regardait absolument pas. Si Quinn faisait partie de ce genre de personne qui, populaire à souhait profitait des faiblesses des autres pour les enfoncer, la vie de Cat deviendrait bientôt un enfer mais, quelque chose lui disait que les choses n’étaient pas aussi facile que ça.

Tentant tant bien que mal de reprendre une contenance, la blondinette tourna la tête vers la boutique devant laquelle elles étaient arrêtés. Un sourire nerveux se dessina sur son visage empreint d’une tristesse flagrante, alors qu’elle remontait avec rudesse son sac sur son épaule. Cat eut alors la bonne idée de faire dériver le sujet « Tu es venu choisir ta robe pour le bal ? » dit-elle dans un autre sourire aussi crispé que le précédent, les yeux bordés de larmes. Quinn la prit de cours et lui posa une question en même temps. Haussant les sourcils, Cat pencha la tête -cela lui paraissait pourtant tellement évident « Noah. » répondit-elle avec douceur en opinant du chef « Il m’a beaucoup parlé de toi. » Cat la désigna de la main, après avoir replacé correctement ses cheveux -elle sentait sa gorge se desserrer lentement mais, la soif la menaçait ; elle continua toutefois « En bien, évidemment. Noah ne dit que du bien de toi. C’est » Ecaterina se redressa légèrement en penchant davantage la tête sur le côté, ponctuant avec tendresse «… touchant. »


Dernière édition par Ecaterina S. Robertson le Mer 1 Juin - 14:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan Brentwood
ADMIN ; when things don't go right, go left.
Age : Twenty yo
Occupation : Etudiante (freshman) - Tient un blog
Humeur : Bonne
Statut : Le célibat... what else ?
Etoiles : 5730

Piece of Me
Chanson préférée du moment : talk talk - it's my life
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
ADMIN ; when things don't go right, go left.
06. One hand in my pocket Empty
MessageSujet: Re: 06. One hand in my pocket   06. One hand in my pocket EmptyMar 31 Mai - 23:57

Après avoir demandé à Ecaterina si elle avait été mannequin dans sa jeunesse, cette dernière s’était littéralement décomposée sous les yeux médusés de Quinn. La Cheerio s’interrogeait, sur ce qui avait pu causer un tel revirement de situation. De prime abord, celle qu’elle avait percuté devant le magasin de robes de soirée, semblait déborder d’assurance. Mais une seule question - d’une banalité notoire - était parvenue à la déstabiliser ; pour Quinn, les raisons d’un tel chamboulement étaient incompréhensibles. De nombreuses filles auraient tué père et mère pour avoir une chance de monter sur des podiums, de devenir l’égérie d’une grande marque et de faire la une des magazines. Ecaterina avait connu tout ça. Toute une collection de photos, cachée dans le tiroir à chaussettes de Finn, pouvait en témoigner. Seulement, la jeune fille ne semblait pas à l’aise avec ce passé, comme si son évocation faisait ressurgir en elle de vieux démons.

L’ancienne mannequin semblait au bord des larmes, et cela ne manquait pas d’attirer l’attention des badauds. De son côté, la Cheerio ne savait plus où se mettre… Le malaise de son interlocutrice était contagieux, si bien qu’elle sentit sa gorge se serrer. Elle se serait bien excusée, mais aucun mot ne parvenait à franchir la barrière de ses lèvres. Elle aurait aimé prendre congés, mais son corps refusait de bouger. Quinn était complètement secouée par la réaction de la personne qui lui faisait face ; parce qu’elle ne la comprenait pas, ou au contraire, parce qu’elle ne la comprenait que trop bien. Tout comme Cat, elle avait souffert dans le passé. Pour d’autres raisons certes, mais elle se mettait exactement dans le même état quand quelqu’un la contraignait à ressasser ses souvenirs douloureux.

Quinn fut soulagée, lorsque Cat brisa finalement ce silence, devenu trop pesant. Au prix de coûteux efforts, elle parvint à articuler quelques mots, et lui demanda si Finn était à l’origine de tout ça. La Cheerio, qui ignorait pour le moment qu’Ecaterina étudiait dans le même lycée qu’elle, l’observa avec perplexité. Comment connaissait-elle Finn, alors que ce dernier avait juré ne jamais l’avoir rencontrée ? Comment savait-elle qu’ils avaient eu une liaison, tous les deux ? Autant de questions qui se bousculaient dans la petite tête de la blonde qui, d’une voix très lointaine, entendait Cat l’implorer de n’en parler à personne. « Je… ne savais pas que tu connaissais Finn personnellement. Il a omis de me faire part de ce détail » dit-elle finalement, avant de sursauter à son tour, quand un enfant passa à proximité d’elles en hurlant. « Je ne comprends pas vraiment où tu veux en venir quand tu me demandes de ne pas en parler autour de moi mais, de toute façon, je n’ai aucune raison de te nuire. »

Quinn baissa les yeux, et son regard se perdit dans le vide. Encore sous le choc de cette rencontre inopinée, elle en avait oublié la raison pour laquelle elle s’était aventurée dans les allées du centre commercial, en ce samedi d’affluence. Cat la rappela à son bon souvenir, en parlant du bal de promo, de robe. Le bal ! Tout s’expliquait. L’ancienne mannequin devait sûrement étudier à McKinley. Même si la Cheerio n’avait pas le souvenir de l’avoir déjà croisée dans les couloirs du lycée. « C’est pour ça que je suis venue à la base, mais je crois que je m’y suis prise trop tard. » En prononçant ces mots, la vision de Noah dans le lit de Summer Davis s’imposa à elle, et elle sentit son cœur se briser dans sa poitrine. Elle du lutter contre un afflux de larmes, qui menaçait de déferler le long de ses joues. Malheureusement pour Quinn, Cat remua le couteau dans la plaie, sans forcément le vouloir, en prononçant le prénom de son ancien petit ami. Elle disait qu’il était celui qui lui avait parlé de la Cheerio, et qu’il ne parlait d’elle qu’en bien. Elle ajouta sur un ton enjoué, qu’elle trouvait ça… touchant.

Noah était le père du bébé de Quinn. Il était celui qu’elle avait aimé, et que, quelque part, elle aimait toujours. Il était aussi celui qui avait brisé son cœur en mille morceaux, en laissant éclater son infidélité, au visage de celle qu’il qualifiait comme la femme de sa vie. Leur relation s’était terminée récemment, et maintenant, Quinn essayait de tourner la page. Mais, sa souffrance était encore trop intense pour que l’évocation de son passé avec Noah ne la laisse de marbre. Sentant des larmes perler au coin de ses yeux , elle tourna la tête en direction de la vitrine des robes de soirée, tournant ainsi outrageusement le dos à son interlocutrice. Ecaterina était sûrement une très bonne amie de Puck, et Quinn n’avait aucune envie d’être surprise dans un tel état de faiblesse. Elle ne voulait pas qu’il sache qu’elle souffrait encore à cause de lui. « Tu vas au bal de ce soir, toi aussi ? » s’enquit-elle, sur un ton faussement calme et un peu trop prompt, trahissant son besoin de détourner le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. One hand in my pocket Empty
MessageSujet: Re: 06. One hand in my pocket   06. One hand in my pocket EmptyVen 3 Juin - 16:11

Ecaterina avait été mannequin dans sa jeunesse. Formulée à voix haute, cela paraissait tellement désuet que la jeune fille s’en voulu immédiatement de réagir d’une façon aussi dramatique. Bien qu’elle tachait d‘en faire abstraction, Cat savait qu’au fond, cette réaction était disproportionnée. Néanmoins, il s’agissait d’un automatisme ; elle se protégeait pour ne pas à avoir à répondre aux questions, elle estimait en avoir le droit, et c’était très bien comme ça. Depuis toujours, Ecaterina fonctionnait ainsi. Seulement depuis quelques mois, elle prenait beaucoup trop sur elle. Certaines fois, son corps reprenait le contrôle, sans qu’elle ne puisse objecter. Au milieu de cette allée bruyante, l’apparition soudaine de signes avant coureurs se mirent à la trahir, alors : ces larmes qui bordaient ses magnifiques yeux bleus, ces balbutiements ridicules et ce cœur qui battait trop fort -tellement que cela en devenait douloureux.

Cet état second prenait le dessus sur sa raison d’ordinaire si farouche. En fin de compte, elle n’y pouvait pas grand-chose. Cat n’était pas du genre à montrer ses émotions -et ses sentiments, encore moins- aisément. Cependant, la question de Quinn résonnait encore dans son esprit. Si bien que même sa vaine tentative de sourire ne l’empêcha pas de se sentir basculer dans une détresse telle que la seule chose qui s‘imposa à elle sur le moment, ce fut de s’enfuir -comme toujours. Étonnement, elle n’en fit rien et baissa brièvement la tête pour reprendre ses esprits.

Ce passé la faisait souffrir. Rapidement, Quinn lui avoua ne pas comprendre sa requête. Naturellement qu’elle ne la comprenait pas, et il ne fallait pas non plus que la cheerio compte sur elle pour la lui expliquer : il s’agissait de son secret, un secret précieux qu’elle protégeait dans le seul but d’occulter son mal-être. Sans doutes n’était-ce pas judicieux. Mais, jamais personne ne lui avait expliquer que parler pouvait être plus bénéfique que se terrer dans un mutisme qu’elle savait pourtant risible. Que devait-elle faire, maintenant ? Cat se sentait tellement cruche que même si Quinn insistait un tant soit peu pour la forcer à se confier, elle savait que ses nefs ne tiendraient pas longtemps et qu’elle s’effondrerait -à défaut d’user de sa répartie cinglante, comme à l’accoutumée : Cat était piégée.

Autour d’elle, les badauds reprirent leurs petites habitudes. Ne se souciant plus de ces deux adolescentes arrêtées en plein milieu de cette allée surpeuplée. Cat était tellement sonnée que quand Quinn lui parla de Finn, elle ne réagit même pas. Se contentant de la fixer avec une expression qu’elle savait déconfite. Cat aimait beaucoup Finn. Les choses avaient été compliquées entre eux, au départ : le jeune homme avait eu la brillante idée de l’accoster en lui récitant le slogan d’une marque pour laquelle elle avait tourné plusieurs publicités. Cat l’avait détesté, un temps puis, tout été rentré dans l’ordre après moult questions auxquelles la jeune fille avait finalement trouvé réponses. Maintenant, ils étaient amis. Une amitié réconfortante. Pas exceptionnelle, cela dit mais, Cat était certaine de pouvoir compter sur lui. Sa petite amie -Rachel Berry- pensait qu’elle en pinçait pour le quarterback. Que nenni, elle l’appréciait voilà tout. Toutefois, pour lui prouver sa bonne foi, Cat avait jugé bon de s’éloigner de lui. C'était un peu extrême d’en arriver à un tel point -grotesque, précisément- mais, au final les choses étaient rentrées dans l’ordre, et c’était mieux ainsi. Ils se voyaient de temps en temps pour discuter de sujets que l’adolescent ne pouvait pas aborder avec sa petite amie -les jeux vidéos n’étaient pas vraiment son fort, d’après les complaintes perpétuelles de Frankenteen.

Cat savait que Quinn et Finn avait vécue une histoire. Des rumeurs circulaient à McKinley High et Cat n’avait jamais eu le courage de demander à Finn, si tout ces ragots écœurants étaient fondés ou non. Premièrement, parce que ce n’était pas ses affaires et deuxièmement, parce qu’elle s’en fichait un peu, au fond. Après tout, on a tous un passé, elle était elle-même bien placée pour le savoir alors, elle ne leur en tiendrait pas rigueur, c’était absurde. Enfin, elle savait toutefois qu’ils avaient été amoureux -très amoureux. Rachel lui avait fait comprendre qu’elle craignait que Finn succombe à ses faveurs parce qu’elle ressemblait trop à son ex-petite amie. Du coin de l’œil, la blondinette remarqua qu’en effet, elle n’avait pas tort : Quinn lui ressemblait.

Sa démarche habile pour détourner la conversation fonctionna à merveille, et même si elle ressentait que sa soudaine tristesse était contagieuse, la blondinette s’évertua à vouloir faire comme si tout allait pour le mieux. Quinn était venue pour sa robe de bal. Le bal de la St-Valentin. Ils en faisaient toute une histoire au lycée, c’était tellement surfait ! Cat n’avait pas de cavalier -quand bien même elle en aurait eut un-, elle n’irait donc pas au bal. La jeune fille ne s’imaginait pas se pavaner en robe de soirée. Chose pour laquelle elle était pourtant très douée. Prenant le coche, elle avança d’un pas vers la devanture de la boutique.

« Il doit bien y avoir encore quelques robes décentes. » lança-t-elle en souriant quand la cheerio lui dit qu’elle s’y était peut-être prise trop tard -elle s‘avança davantage « Je peux t’y accompagner, si tu veux. J’allais y entrer, de toute façon. » Cat ravala si vite ses larmes que cela en était surprenant puis, tournant petit à petit la tête vers la cheerleader, elle constata qu’à la seconde même au elle avait prononcé le prénom de son petit ami, celle-ci lui avait tourné le dos sans gênes. La blondinette n’était peut-être pas une experte en la matière mais, ce revirement de situation la déstabilisa à nouveau et se sentant comme obligée de faire un geste, elle pivota sur ses pieds, s’avançant vers Quinn « Quelque chose ne va pas, Quinn ? » Aussitôt, sa locutrice changea de sujet à son tour et récupérant la main qu’elle lui avait maladroitement posée sur l’épaule, Cat baissa furtivement les yeux dans un sourire timide, remontant son sac sur son épaule bien couverte. Si elle allait au bal ? Cela sonnait comme une farce. D’ailleurs, elle étouffa un léger rire « Non, je ne vais pas au bal de ce soir. » dit-elle, se mordillant la lèvre inférieure -elle releva les yeux, ajoutant sur le ton de la plaisanterie « J’ai été tenté d’y aller pour constater l’effet que le punch aurait sur Jacob mais, je me suis résignée. » Elle lança un regard sur le côté, arquant subtilement un sourcil « Ces grands évènements ne sont pas fait pour les filles dans mon genre. » Bien que le contraire aurait été légitime, il n’y avait aucune amertume dans le ton de la jeune fille. Cat était assez lucide pour savoir que ce qu’elle disait était totalement vrai : les filles aussi discrètes qu’elles, aussi insignifiantes n’avaient absolument rien à faire au bal et même si elle s’y été rendue avec le cavalier le plus charmant de cette ville, elle n’y aurait pas eu sa place -c’était ainsi. Souriant une nouvelle fois, elle passa la main sur son front appuyant par inadvertance sur son bleu -encore douloureux- qui l'ornait depuis quelques jours.

En observant Quinn, Cat ne put se dépêtrer de cette impression fulgurante qu’elle n’allait pas aussi bien qu’elle le prétendait. Soucieuse, l'adolescente espérait que l’état dans lequel elle s’était mise plus tôt n’y était pour rien ; les larmes qu’elle cru apercevoir dans ses yeux émeraudes n’étaient pas celles d’une jeune fille compatissante : il se tramait quelque chose de plus grave, de plus douloureux pour elle. Cat parvenait presque à le sentir et submergée par cette vague d’émotion, elle détourna brièvement la tête. Toutefois, ne souhaitant pas la mettre mal à l’aise en lui posant des questions, Ecaterina désigna soudain l’entrée de la boutique du menton, et lui demanda d’une voix douce, sereine : « Alors, on va la choisir cette robe de bal ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
06. One hand in my pocket Empty
MessageSujet: Re: 06. One hand in my pocket   06. One hand in my pocket Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

06. One hand in my pocket

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 6
-