Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lynn S. Sawyer
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
Age : vingt-quatre ans • née le vingt-et-un décembre.
Occupation : a travaillé pendant cinq ans au hummel's garage. vient de demander des congés d'un ans pour aller étudier à new york la littérature. elle vient juste de passer son 'bac' en candidat libre. a étudié deux ans à new york. vient de se faire transférer à l'université de lima pour terminer son cursus. littérature, option cinéma. elle a fait quelques stages dans un journal en tant que pigiste.
Humeur : motivée pour avancer et prendre un nouveau départ (encore). in the end everything will be okay; if it's not okay, it's not the end.
Statut : célibataire depuis peu.
Etoiles : 1070

Piece of Me
Chanson préférée du moment : astronaut • simple plan
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty
MessageSujet: 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !   06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! EmptyDim 8 Mai - 12:41

Lynn était assise sur le balcon et elle contemplait la vue que l'appartement des Robertson offrait. Il était situé en plein centre de Lima et assez haut dans les étages pour pouvoir avoir une vue globale sur la ville. Elle devait dire que la vue était magique, surtout aux aurores comme ce matin. Il était 6:30 AM ce dimanche là mais la brunette s'était réveillée et impossible de se rendormir. Ca lui arrivait très souvent ces petites crises d'insomnies. Il était devenu très rare au cours des trois dernières années que Lynn se lève après huit heures du matin, que l'on soit en semaine ou en week end. Alors ce qu'elle faisait généralement, comme elle n'avait pas le droit de sortir toute seule, elle prenait un livre ou bien elle allumait la télévision, et elle attendait que ses parents descendent pour le petit déjeuner. Mais aujourd'hui, elle n'avait pas ses parents pour lui interdire quoique ce soit. Elle était à près de milles kilomètres de ses parents, elle n'avait plus vraiment de comptes à leur rendre. Elle était libre. Cette notion de liberté était très nouvelle pour Lynn. Elle avait passé toute sa vie enfermée chez elle parce que ses parents avaient peur qu'il ne lui arrive quelque chose. Vous me direz qu'à New York c'est normal d'être un peu parano, mais trop était trop. Et Lynn l'avait compris qu'un peu tard, juste six mois auparavant. Un samedi matin, elle s'était levée et s'était dit qu'elle devait sortir de la maison. Elle n'avait pas laissé le choix à ses parents, elle leur avait demandé 10$ pour déjeuner et elle était sortie. Pour la première fois de sa vie, elle s'était sentie libre de faire ce qu'elle voulait. C'était grisant comme sentiment. Bon, après elle n'était pas totalement libre parce que dès qu'elle rentrait après 17h30, ils l'appelaient toutes les deux minutes en la harcelant pour qu'elle rentre. Ils voulaient aussi savoir où elle était et quand elle y était. Oui d'accord, cette notion de liberté est très limitée, mais c'était un grand pas vers un avenir meilleurs. Maintenant, aujourd'hui, sa liberté était totale et ca, elle ne l'avait jamais vécu. Elle était libre de chacun de ses mouvements. Personne ne lui demandait aucun compte. Et ça datait de la semaine dernière, où le mercredi, elle avait débarqué chez les Robertson avec son petit sac de voyage. Le transfert de Lynn avait été préparé depuis Noël où sa mère s'était mise en tête de l'éloigner du divorce. Ouais bah niveau éloignement, elle pouvait difficilement trouver plus loin. Si, la Californie peut être. Lynn n'aurait pas dit non à un petit séjour à San Francisco... M'enfin, ils ne connaissaient personne dans le coin là bas alors s'aurait été plus difficile. Bien évidemment, lorsqu'elle sortait, la miss laissait un petit mot sur le frigidaire, au cas ou l'on s'inquiète pour elle. Rah, les réflexes je vous jure. Mais bon, ça n'était pas Ecat' qui allait s'inquiéter pour elle, elle avait l'impression...

Au départ, Lynn n'était pas vraiment convaincue que son transfert était une bonne idée. Après tout, sa première rencontre avec sa nouvelle cousine ne s'était pas très bien passée. Ecaterina s'était contentée de lui adresser deux mots dans la soirée. Lynn, qui était de nature très sociale et enthousiaste, s'était retrouvée freinée dans son engouement de découvrir ses nouveaux cousins et s'il n'y avait pas eu Dorian, elle se serait tout d'abord ennuyée et ensuite, sentie mise à l'écart. Pourquoi la famille ne voudrait pas apprendre à se connaitre ? Mhmm. Elle en avait déduit que soit Ecaterina n'avait pas envie d'être en famille pour Noël, soit sa tête ne lui revenait pas. C'est pourquoi lorsque sa mère avait mentionné le fait qu'elle irait vivre avec eux, la miss avait fait une moue et était très hésitante. Pour tout vous dire, elle n'avait pas eu le choix. Sa mère lui avait déjà pris le billet d'avion lorsqu'elle lui en avait parlé et elle avait passé le reste du mois de Janvier à essayer de faire accepter à Lynn le fait que Ecaterina était ravie de l'accueillir et que l'impression qu'elle avait eu à Noël était infondé et que tout le monde pouvait être de mauvaise humeur un jour. Se disant qu'elle devait avoir raison, Lynn avait retrouvé sa motivation et elle était ravie de la nouvelle aventure qu'elle allait vivre. Ce ne fut que lorsqu'elle arriva sur le palier Robertson et que Ecaterina lui ouvrit la porte qu'elle comprit. Sa mère lui avait menti. Et pas qu'un peu. A voir le regard tueur d'Ecat', elle n'était pas contente de la voir là... Du tout ! Lynn ne sut pas vraiment comment réagir. La seule chose qui lui vint à l'esprit sur le moment fut de dire « Surprise ? ». D'accord, pas la meilleure introduction du monde, mais l'humour était la seule chose qu'elle savait bien faire dans ces cas là. Elle n'avait pas trop eu l'occasion de voir ses cousins ce jour là parce qu'elle était arrivée le matin et ils s'apprêtaient tous les deux à partir travailler. La miss eut tout le temps de découvrir l'appartement et Lima durant la journée. L'appartement n'était pas très grand comparé à celui qu'elle avait laissé dans le centre de Manhattan. Même très petit. En faire le tour ne prit pas beaucoup de temps. Lynn aimait bien l'appartement Robertson malgré la taille. Elle n'était pas du genre « princesse » en ce qui concernait ses habitudes de vie. Elle aurait très bien pu vivre à Brooklyn, dans un appartement de 15 mètres carrés cela ne l'aurait pas dérangée. C'était d'ailleurs le cas pour l'une de ses anciennes amies et elles étaient tout le temps là bas. Pour Lynn, il valait mieux avoir une petite maison mais une bonne atmosphère, qu'une grande maison et une ambiance glaciale. Lynn eut toute suite l'impression qu'elle allait se plaire ici. Bon, elle ne savait pas où elle allait dormir, mais même la baignoire lui conviendrait ( : P ). Ce qui faisait tout le charme de l'habitation selon elle, c'était le balcon. Wao. La vue était bluffante. C'était très différent de New York City. Aucun gratte-ciel en vue mais beaucoup de verdure. Et surtout.. C'était calme. On pouvait rester sur le balcon sans qu'il y ait toutes les deux minutes un klaxon de taxi ou tout simplement le bruit des voitures. C'était reposant.

Le seul problème dans ce tableau, c'était Ecaterina qui, même après les neuf jours qui s'étaient écoulés, ne semblait toujours pas apprécier la présence de Lynn. Pourtant elle avait essayé dur la miss. Elle ne laissait rien trainer, tout restait dans son sac de voyage. Lorsqu'elle allait dans la salle de bain, elle lavait après son passage. Elle participait aux tâches ménagères, bon elle n'était pas douée pour passer l'aspirateur mais elle essayait ! Si l'on avait pas remarqué son sac, on pourrait croire que rien n'avait changé ici. Lynn était de nature patiente, elle attendrait que Ecaterina l'accepte... Ou non remarque. Il était possible que sa cousine ne l'accepte jamais...

Assise au balcon ce matin là, elle contemplait le soleil se lever, un livre sur les genoux qu'elle lisait abstraitement. The Hunger Games, Volume 1. La miss pouvait se permettre de le lire abstraitement car elle le connaissait déjà par coeur. Depuis qu'elle l'avait découvert l'année passée, elle ne pouvait plus lâcher les trois volumes. Elle ne dirait pas qu'elle était d'accord sur tout le déroulement de l'histoire car elle en avait beaucoup voulu à l'auteur du choix de l'intrigue amoureuse. Pfff en plus tout le monde pensait que c'était le bon choix.. Tout le monde. Sauf Lynn ! Mais il ne fallait pas se lancer dans ce débat qui était infini. C'était comme de débattre sur le fait que J.K Rowling aurait du faire mourir Harry ou bien le laisser vivre. Inutile et désappointant (Ouh cette référence là elle date, jsais pas si tu vas reconnaitre ^^). Tout était calme dans l'appartement. Tout le monde dormait. Lynn n'avait pas vraiment su quoi faire lorsqu'elle s'était réveillée. Elle ne pouvait pas se permettre de faire la cuisine pour le petit déjeuner ou bien de mettre de la musique ou bien d'allumer une télévision. Elle était alors sortie pour acheter du pain et des croissants. Elle n'en avait pris que deux car elle n'en mangeait pas. Une autre conséquence du divorce de ses parents: un déséquilibre dans ses habitudes alimentaires. Elle ne mangeait plus beaucoup. La majorité des aliments ne lui disaient pas grand chose. Elle prétextait d'être végétarienne pour ne pas avoir à manger de la viande. En ce moment c'était ça surtout, la viande. Elle n'y arrivait plus. Bref. Lynn s'était donc posée sur le balcon en revenant, attendant que quelqu'un se lève. La fenetre du balcon était difficile à fermer de l'extérieur, si bien qu'il y avait tout de même un entre-baillement qui laissait passer la fraicheur de la matinée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty
MessageSujet: Re: 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !   06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! EmptyMar 10 Mai - 15:47

« J’imagine que tu as omis de m‘en parler plus tôt. » La voix rauque de la jeune fille résonna dans la cuisine, cassant ainsi ce silence pesant qui c‘était imposé après cette fracassante révélation. Les bras croisés, une expression dure s’affichant sur son visage si doux d’ordinaire, Ecaterina fixa Dorian sans ciller ; s’il y avait bien une chose que Cat détestait par-dessus tout, c’était qu’on lui impose des faits ou pire : une présence. La bouche en cœur, son frère avait été assez téméraire pour enfin lui avouer que, le lendemain matin, ils ne seraient plus deux à vivre dans ce petit appartement du centre ville mais, trois « Ce n’est pas comme si j’avais mon mot à dire, je suppose -je rêve. » ajouta-t-elle en émettant un rire nerveux. Cat s’avança vers le centre de la pièce, et retint sa respiration ; elle appuya ses paumes moites sur le rebord de l’évier, se posant un instant en réfléchissant à une vitesse fulgurante ; leur cousine aller débarquer… leur cousine- ce mot sonnait tellement faux dans l’esprit de la blondinette qu’elle ne put réprimer un autre rire qui se voulait plus narquois cette fois -en aucun cas elle ne faisait partie de sa famille- et secouant la tête par dépit, elle se retourna vers son frère, la mâchoire crispée « Il faut que tu apprennes à dire non, ça devient vraiment urgent ; on n’est pas l’armée du salut ici. » dit-elle d’une traite en remuant les bras dans tous les sens ; elle était en colère, vexée qui plus est que son aîné ne lui en ai pas parlé plus tôt -il ne fallait pas qu’il compte sur elle pour se montrer chaleureuse et accueillante. De plus, le courant n’était pas passé entre elles, durant les fêtes de fin d’années. Ferait-elle des efforts ? Que nenni, Cat en voulait tout autant à Lynn qu’à Dorian -en fait, à ce moment précis, elle en voulait à la terre entière ; la discussion était close. Cat se stoppa de ce fait, lançant un dernier regard assassin à son frère ; pouvait-il lire la déception dans son regard ? Sans aucun doute. Les questions se bousculaient dans sa tête et lui fit soudain perdre pied ; elle se redressa, et soupira bruyamment « On va devoir commencer à réfléchir à l’endroit où elle va dormir ; il est hors de question qu’on partage la même chambre, on ne se connaît même pas. »

Cela faisait neuf jours -neuf interminables et pénibles jours que la cousine en question était apparu dans la vie si paisible de la jeune fille et de son imbécile de frère. Foncièrement, Cat n’avait rien contre Lynn, et le peu de mots qu’elles avaient échangé durant cette semaine l’avait conforté dans l’idée que oui, elle devait être une adolescente charmante. Seulement, quelque chose chiffonnait la blondinette qui -dotée d’un caractère on ne peut plus compliqué, n’avait trouvé aucune autre façon de réagir, se cantonnant à faire comme si elle n’existait pas, s’enfermant dans sa chambre quand elle en avait l’occasion et l’ignorant avec habilité dans les couloirs du lycée ;

Cat ne la détestait pas, le problème était bien plus profond qu’une simple haine irrationnelle -cela aurait été tellement plus clair d’ailleurs, si elle s’était d’avance mise à la haïr de tout son être. Mais, pourquoi alors prenait-elle si mal cette arrivée ? Cat s’était plusieurs fois posée la question au cours de ces derniers jours -elle n’en savait strictement rien et allongée sur le dos, son oreiller délicatement posé sur son visage, elle se la posa pour la énième fois, persuadée que cette fois-ci, elle trouverait une réponse mais… forcée de constater que ce matin non plus, elle ne parviendrait pas à mettre le doigt sur ce mystère insoluble, elle balança son oreiller aux pieds de son lit avec force et décida de se lever d'un même mouvement ; il était temps d’affronter une nouvelle journée.

Quand elle vivait encore à Cincinnati, les dimanches matins étaient les moments préférés de Cat. Sa mère n’étant pas avec elle pour lui donner des ordres, et la forcer à honorer ses rituels stupides -tels que s’entraîner à poser devant un miroir ou s’exercer à pleurer sur commande- elle respirait, profitant de cette petite pause dans son emploi du temps chargé pour regarder des dessins animés et s’empiffrer de Cap’n Crunch sans craindre de se faire gronder.

Aujourd’hui, les choses n’étaient pas tellement différentes, sauf qu’elle pouvait se permettre de flâner bien plus longtemps qu’une simple matinée. C’est d’ailleurs dans cette optique que la blondinette quitta sa chambre, ayant pris soin d’enfiler un vieux sweatshirt rose qu’elle ne mettait quasiment que pour dormir ou se couvrir, quand il faisait un peu froid, comme ce matin. Il sentait son parfum auquel elle s'était habituée, avec le temps et qui, embaumait la totalité de ses vêtements ainsi que ses longs cheveux -il trahissait très souvent sa présence, elle devait absolument penser à le changer. Enfin, avançant d’un pas incertain vers la cuisine, Cat avait des envies de gaufres ; elle était persuadée que Dorian n’était pas encore debout et un rapide coup d’œil vers la sofa confirma ses pensées -il dormait profondément. Quant à Lynn et bien, s’il s’avérait qu’elle était déjà debout, elle improviserait. Passant la pièce au crible, l’adolescente remarqua un sachet de croissant posé sur la table. Soupirant légèrement, elle tourna la tête vers le balcon ;

Cat devait avouer que Lynn était d’une gentillesse incontestée. Si elle s’en voulait d’être aussi froide ? Très honnêtement, oui et n’osant pas toucher aux dites viennoiseries, elle se concentra sur la jeune fille, assise dehors, un livre sur les genoux. Sous le coup de l’impulsion, la blondinette s’avança et poussa la porte entrouverte ; elle ne dit rien sur le moment, examinant la couverture du livre qu’elle tenait entre les mains avec attention et sortit de l’appartement -il faisait vraiment froid mais c’était tant pis, elle ne pouvait plus faire marche arrière.

« The Hunger Games ? » lança-t-elle doucement, en refermant la porte fenêtre derrière elle. Cat s’avança un peu, croisant les bras sur sa poitrine -elle regrettait de ne pas avoir passé quelque chose de plus chaud. Souriant à la brunette, elle opina du chef « Je vois qu’on a les mêmes goûts en matière de livres, c’est plutôt une bonne chose… » Sa voix était encore ensommeillée, nettement plus grave qu’à l’accoutumée -et dieu qu'elle l'était déjà à la base. Cat s’avança encore un peu plus près de la balustrade puis, s’assit dessus, laissant ses petites jambes battre l’air ; elle tenta de lancer avec douceur « Merci... pour les croissants. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn S. Sawyer
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
Age : vingt-quatre ans • née le vingt-et-un décembre.
Occupation : a travaillé pendant cinq ans au hummel's garage. vient de demander des congés d'un ans pour aller étudier à new york la littérature. elle vient juste de passer son 'bac' en candidat libre. a étudié deux ans à new york. vient de se faire transférer à l'université de lima pour terminer son cursus. littérature, option cinéma. elle a fait quelques stages dans un journal en tant que pigiste.
Humeur : motivée pour avancer et prendre un nouveau départ (encore). in the end everything will be okay; if it's not okay, it's not the end.
Statut : célibataire depuis peu.
Etoiles : 1070

Piece of Me
Chanson préférée du moment : astronaut • simple plan
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty
MessageSujet: Re: 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !   06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! EmptyMar 10 Mai - 23:24

Lynn avait été plongée dans un univers littéraire depuis qu'elle était petite. Les contes de fées avec des princesses et des princes charmants avaient commencé par bercer son enfance accompagnés des mythes de la Grèce Antique. Thésée et le Minotaure, Orphée et Eurydice, ou encore les aventures d'Ulysse. La brunette aimait beaucoup les contes mythiques même si ça paraissait complètement absurde pour beaucoup qu'un animal tel un Minotaure ou le fait qu'un demi dieu existe. Elle trouvait justement que ce côté impossible était ce qu'il y avait d'intéressant. L'imagination n'avait plus de limite. Pourquoi se borner au possible? Si ça se trouvait, ça existait en plus. C'est comme lorsque Galilée a prétendu que la terre était ronde et que tout le monde lui avait rit au nez. Plus tard dans son enfance, elle commença à lire toutes sortes de romans fantastiques, les Harry Potter bien sur, des romans cultes comme To Kill a Mockingbird, mais aussi des pièces de théâtre comme Roméo et Juliette, Hamlet... Bref, la littérature la passionnait. Elle l'avait même sauvée lors des nombreuses disputes de ses parents. D'ailleurs Lynn s'était mise à écrire à cette époque aussi. Bien sur elle n'avait jamais rien montré à personne pour le moment. Elle gardait ses écrits précieusement.

Lynn se détacha des Hunger Games et du lever de soleil lorsqu'elle vit sa cousine apparaitre sur le balcon. Elle devait avouer qu'elle était un peu étonnée qu'Ecaterina soit venue sur le balcon alors qu'elle même y était. On ne pouvait pas dire qu'elle l'avait accueillit à bras ouverts. Remarque, ça pouvait se comprendre d'un côté parce que Lynn venait empiéter sur sa vie en quelques sortes. Ecat' n'avait rien demandé mais here she was. Lynn ne savait pas trop quoi penser de sa cousine. Elle ne la connaissait pas bien. Elle savait juste qu'elle n'aimait pas trop les "intrus". Mais était-ce pareil avec les gens qu'elle ne connaissait pas en cours par exemple ? Lynn se demanda si Ecat' était une bonne libraire. Oui c'était bien là qu'elle avait dit qu'elle allait travailler non ? Parce que si elle n'aimait pas trop les gens, elle n'était pas sure que ça colle très bien dans son travail. Mais peut être que ce n'était qu'elle qu'elle n'aimait pas. Lynn passa une main dans ses cheveux qui étaient coupés courts depuis pas si longtemps que ça d'ailleurs. Elle les avait coupé juste avant de partir. Quitte à changer de vie, autant changer de look. Et elle devait avouer qu'elle n'était pas déçue. Elle aimait beaucoup sa nouvelle coupe même si ses cheveux longs lui manquaient parfois pour faire des coiffures un peu plus sophistiquées. Là, ils étaient naturels mais ils étaient tout aussi beaux. Lynn esquissa un sourire quand Ecat' fit un commentaire sur les Hunger Games. Alors comme ça elle aussi aimait cette trilogie ? La brunette en déduisit que c'était une bonne chose que sa cousine ait engagé la conversation en leur trouvant un point commun. Elle essayait au moins et c'était tout ce qu'il fallait à Lynn. Elle lui répondit en se redressant sur la chaise qu'elle avait prise du salon pour mettre dehors.

« C'est très addictif n'est-ce pas ! Je crois que je n'avais pas lu une telle série depuis... eh bien depuis... les Twilight... » Lynn tourna rapidement la tête vers Ecat' pour rajouter d'un faux air menaçant. « Mais malheureusement je peux pas te laisser répéter ça... » Elle fit une moue en reprenant son sourire parce qu'elle pouvait pas rester sérieuse et menaçante plus d'une minute. Et puis elle s'en fichait un peu si Ecat' racontait ça à tout le monde. Elle assumait parfaitement sa passion pour la saga Twilight. New Moon était son préféré même si tout le monde crachait dessus. Pfff ils y comprenaient rien. Stéphanie Meyer avait parfaitement reproduit le vide que ressentait Bella dans ce tome. Et c'était ça qui était touchant. Lynn referma le livre en gardant une main en marque page. Ecat' venait de s'assoir, c'était l'occasion ou jamais de parler un peu. N'hésitant pas à continuer sur les HG car quand on la lançait, c'était finir, elle reprit avec enthousiasme, contente d'avoir quelqu'un avec qui partager sa passion ! « T'as vu qu'ils voulaient faire une adaptation en film ? Mais ils n'ont pas encore choisi le cast je crois. Enfin ils seraient en discutions... » (Si on est en février on sait pas encore que Hunter n'en sera pas : ( ). Lynn arrêta de parler se demandant si elle en avait trop dit ou non. Elle espérait que non en tout cas. Elle ne voudrait pas non plus que sa cousine en ait mare parce qu'elle parlait un peu trop.

Lynn contempla la couverture du livre qui était noire. C'était un livre en "paperback", vous savez les couvertures dure pas celles qui se cassent dès qu'on lit une page. Ces livres là étaient les préférés de la jeune adolescente. Elle trouvait que ça avait beaucoup plus de charme dans une bibliothèque qu'un livre de poche. Certes ça coutait un peu plus cher... Mais c'était plus fort qu'elle. Et puis il fallait dire que la trilogie des HG avait une couverture tellement spéciale ! Le premier volume était noir donc, le second rouge et le troisième bleu. Lynn releva la tête lorsqu'Ecat' la remercia pour les croissants. C'était bien la première fois qu'elle entendait sa cousine la remercier de quoi que ce soit depuis qu'elle était là. Elle fut un peu prise au dépourvu et ne sut pas trop quoi répondre. Elle ouvrit la bouche et la referma avant de hocher lentement la tête en guise de "Y a pas de quoi". Elle l'accompagna quand même d'un petit mot. « Pas de problèmes... ... Je ne savais pas trop si vous en mangiez mais... J'ai toujours eu envie d'aller chercher les croissants le matin. C'était l'occasion. » C'était vrai, elle n'avait jamais fait ça avant, elle n'en avait pas l'autorisation il fallait dire et ses parents n'avaient jamais le temps, pas même le dimanche, d'aller chercher les croissants. La boulangerie était trop loin selon eux... Mouais. C'est ça. Lynn ne fit aucun commentaire sur le remerciement d'Ecat'. Pas de quoi faire tout un plat. Après tout ça l'aurait surement braquée et Lynn n'était pas du genre à faire des remarques en pique juste pour rabaisser les gens. Elle laissait bien trop souvent filer la méchanceté. La miss regarda Catty qui était toujours assise sur le rebord du balcon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty
MessageSujet: Re: 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !   06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! EmptySam 14 Mai - 16:42

Bien que sa mère n’ait jamais accordé une importance primordiale à la culture de son unique fille, l’adolescente avait un père qui, dès sa plus tendre enfance lui avait inculqué pas mal de préceptes -l’amour des livres et de la littérature en faisaient largement partie. Lui-même écrivait des nouvelles d’épouvantes dans un magazine pour enfant depuis des années. Il était reconnu dans son métier et il adorait ça, s‘épanouissait dans sa discipline -il n‘en fallait pas plus à la jeune fille, son bonheur était la chose qui lui importait. Pourtant, Cat savait que son plus grand rêve était d’écrire un roman fantastique, elle l’encourageait à le faire, à chaque fois qu’ils se voyaient, débordant d’enthousiasme à l’évocation de son projet. Seulement, il semblait qu’il soit victime de ce qu’on appelle le syndrome de la page blanche -une injustice de plus et le fait qu‘il se décourage n‘arrangeait pas forcément les choses. Cat trouvait cela tellement dommage mais, elle ne pouvait pas l’aider… enfin, au moins elle pouvait le remercier d’avoir pris en main sa culture littéraire et elle se félicitait d’avoir hérité de son talent d’auteur ; si la lecture était l’un de ses passe-temps favoris, l’écriture était sans nul doute la chose qui la stimulait le plus ; elle se savait talentueuse, des gens le lui avait dit. Si elle avait de l’avenir dans cette discipline ? Ms Pillsbury -la conseillère d’orientation psychologue du lycée- pensait que oui. Toutefois Cat n’en était pas spécialement convaincue : aller à la fac et étudier les lettres, elle n’y songeait jamais, préférant occulter cette possibilité qui ferait pourtant la fierté des deux membres de sa famille qui comptait le plus pour elle ; cela lui paraissait tellement loin et inimaginable -mais, en même temps, que ferait-elle d’autre après le lycée ?

L’air frais du matin vint décoiffer la jeune fille qui, par réflexe repoussa une mèche de cheveux, frissonnant au coup de vent qui lui frôlait les joues ; assise sur le rebord du balcon, elle sourit légèrement à sa cousine. Des livres, Cat en avait lu des tas -des bons et des moins bons, cela dit celui que la brunette tenait entre les mains l’avait tellement marqué qu’elle en avait été obsédée pendant des semaines, le relisant à chaque fois qu’elle en avait l’occasion. A la librairie, il avait eu son petit succès et il fut un moment où la moitié du lycée était passé pour récupérer son exemplaire à la boutique, cela l’avait beaucoup amusé d’ailleurs. Il fut un temps, elle était même parvenue à le faire lire à son frère alors qu’il ne prenait jamais la peine de ne serait-ce que lire le journal. Il l’avait adoré criant sur tous les toits que Peeta Mellark était son frère jumeau et que si jamais une adaptation cinématographique voyait le jour, il se paierait le culot d’aller auditionner -tu parles d’une erreur monumentale. Cat pouvait sans honte dire que The Hunger Games était son livre préféré -et ce n’était pas son bouquin écorné qui prouverait le contraire.

Le fait que Lynn ait ce point commun avec elle attisa sa curiosité ; elles n’avaient pas un trop grand écart d’âge -quels autres points avaient t-elles en communs, au juste ? Continuant à battre des jambes, Cat étouffa -en même temps que sa curiosité- un bref rire et quand Lynn évoqua la saga des vampires, elle roula des yeux, lançant avec ironie :

« Oh non, ne me dis pas que toi aussi tu fais partie de ces adolescentes en fleur qui idolâtre ce Edm… Edmund ? Edward -bref, ce vampire végétarien insipide. » Twilight, c’était trop peu pour elle -certes, elle avouait avoir lu la saga mais… elle ne l’assumait pas pour des tas de raisons. Qui plus est, elle trouvait véritablement les deux héros trop mièvres et insipides -qui agissait comme eux, à leur âge ? C’était juste surfait et surréaliste. Toutefois, elle se garda bien de donner son avis cette fois-ci et préféra rire à la seconde remarque de la brunette « Je garderai ton petit secret, tu as ma parole. »

Dit-elle d’un ton solennel en tournant la tête, fixant d’un air distrait le Musée Allen qui leur faisait face. Cat n’était pas une jeune fille qui aimait le conflit avec les membres de son entourage -ou susceptible de faire partie des gens qu’elle ne fuyait pas comme la peste. En y réfléchissant davantage, elle était parvenu à la conclusion que Lynn était arrivée dans sa vie trop soudainement pour qu’elle puisse s’y faire ; est-ce qu’elle était prête à faire des efforts ? Quelques jours auparavant, l’idée même de lui parler n’était pas envisageable mais, elles vivraient ensemble pendant quelques temps, autant crever l’abcès et la faire se sentir comme chez elle ; prise d'un élan de courage, elle s'apprêtait enfin à faire son mea-culpa.

Pendant que Lynn s'adressait à elle, une vague de culpabilité s’empara de Cat et bien qu'elle tacha de le cacher, elle ne se sentit pas à l’aise sur le moment ; sautant du rebord, elle alla s’installer sur un transat un peu plus loin, écoutant d'une oreille distraite les paroles de sa cousine. Il faisait vraiment froid mais, Cat n’avait pas envie de rentrer ; il fallait qu’elle s’excuse. Bizarrement, sa bouche devint sèche et son cœur se mit à cogner trop fort dans sa poitrine ; elle occulta les paroles de Lynn à ses côtés, et prenant une légère inspiration, elle fronça les sourcils.

« Je m’y ferai, tu sais. » dit-elle doucement. Cat tourna la tête vers Lynn, la gratifiant d’un furtif et timide sourire « Ton arrivée ici -le fait que tu vives avec nous, je m’y ferai. » tenta-t-elle de la rassurer. Ses yeux scrutèrent un moment le visage de sa cousine mais, très vite elle les détourne ; elle savait que c’était un peu gonflé de lui faire ses excuses, après la façon dont elle avait réagit mais, que pouvait-elle faire d’autre ? Pinçant les lèvres avec force, elle se redressa sur son transat en repliant ses petites jambes frigorifiées, Cat reprit maladroitement « Je suis désolée de t’avoir mal accueilli. J’ai agis comme une ado capricieuse et détestable -je te promets que ça n'arrivera plus jamais, ce n'est pas vraiment mon genre, d'habitude. » avoua t-elle dans un sourire, les yeux habilement baissés. Elle releva pourtant la tête, jugeant cependant préférable de ne pas affronter le regard de la brunette « Je te demande d'accepter mes excuses. Je comprendrai si tu refuses, je ne sais pas si, à ta place, je prendrais la peine de le faire mais, sache que c'est sincère : je suis désolée. » Cat marqua une longue pause ; est-ce qu'elle devait continuer et en faire des tonnes pour que Lynn comprenne vraiment qu'elle regrettait ? La blondinette regarda devant elle, visiblement en pleine réflexion ; la bouche entrouverte, elle resta silencieuse encore un moment mais subitement, elle reprit ses esprits, secouant la tête de droite à gauche, elle obliqua et sourit une nouvelle fois, reprenant sur le ton de la conversation « Comment est-ce que ça se passe au lycée ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn S. Sawyer
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
Age : vingt-quatre ans • née le vingt-et-un décembre.
Occupation : a travaillé pendant cinq ans au hummel's garage. vient de demander des congés d'un ans pour aller étudier à new york la littérature. elle vient juste de passer son 'bac' en candidat libre. a étudié deux ans à new york. vient de se faire transférer à l'université de lima pour terminer son cursus. littérature, option cinéma. elle a fait quelques stages dans un journal en tant que pigiste.
Humeur : motivée pour avancer et prendre un nouveau départ (encore). in the end everything will be okay; if it's not okay, it's not the end.
Statut : célibataire depuis peu.
Etoiles : 1070

Piece of Me
Chanson préférée du moment : astronaut • simple plan
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty
MessageSujet: Re: 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !   06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! EmptyLun 16 Mai - 22:13

Lynn esquissa un sourire lorsque sa cousine évoqua Edward. Edward était le personnage préféré de Lynn. Elle trouvait qu'il était juste parfait. Il avait toutes les qualités dont on pouvait espérer qu'un homme aurait. Il était gentil, attentionné, un peu jaloux mais compréhensif aussi... Alors que Jacob était.. Mhmm il ne fallait pas non plus la lancer la dessus ! Si on parlait de Bella... Lynn allait un peu s'énerver. Elle trouvait que c'était le personnage de livre le plus antipathique de l'histoire des personnages inventés. Elle ne savait pas ce qu'elle voulait, disant "oh je t'aime Edward" et l'instant d'après "oh je t'aime Jacob". Ouais bah qu'elle ouvre les yeux tsss. Edward c'était le meilleur un point c'est tout ! Lynn fit un sourire plein de gratitude à Ecat'. Ouuf elle n'allait rien dire. « Oui Edward c'est ça... Mais il ne faut pas se fier aux films hein. Ca représente mal les personnages des livres... » Oui ok c'était une petite excuse. Mais bon voilà quoi ! Lynn regarda au dessus du balcon tandis que sa cousine changeait de place. Le lever du soleil était vraiment ce qu'il y avait de plus beau dans une journée (si on enlevait la nuit). Ca donnait un charme supplémentaire au paysage.

Lynn qui attendait une réponse de sa cousine sur les Hunger Games fut stupéfaite de la tournure que pris leur conversation d'un coup. Sa cousine avait pris un air grave et même si sa phrase ne sortait de nul part, même si ça n'avait aucun lien avec ce que Lynn attendait, Lynn comprit de quoi elle parlait. Elle n'avait pas besoin d'en dire plus pour qu'elle comprenne. La miss n'était pas très à l'aise dans les conversations comme ça, et à en juger par le silence qui avait précédé la phrase d'Ecat', sa cousine ne devait pas non plus être très à l'aise. La brunette baissa la tête en regardant son livre pour éviter de regarder Ecat. Elle l'écouta préciser qu'elle se ferait au fait qu'elle vive avec eux. Lynn parvint à lever son regard pour regarder sa cousine mais celle ci avait déjà détourné les yeux d'elle pour se concentrer ailleurs. Lynn hocha lentement la tête, ne sachant pas vraiment quoi dire. Elle n'eut pas à parler car sa cousine continua. Lorsqu'elle s'excusa de l'avoir mal accueillit, Lynn se senti gênée encore plus. Elle n'aimait pas qu'on se sente coupable pour lui avoir fait mal, que ce soit vrai ou non. Oui c'était très contradictoire et curieux comme comportement mais Lynn n'était pas toujours très logique dans ses pensées. Elle allait lui répondre lorsqu'elle se rendit compte que sa cousine n'avait pas finit. Elle lui demandait d'accepter ses excuses. Ouvrant la bouche et la refermant complètement stupéfaite, la jeune femme ne trouva pas les mots qu'elle cherchait. Un silence s'installa alors entres-elles. Les deux jeunes femmes se regardaient et Lynn tentait de retrouver ses esprits. Sa cousine s'excusait de son comportement alors qu'elle n'avait jamais rien demandé. Elle comprenait d'un certain côté que Ecat' ait réagit comme ça. Après tout comment aurait-elle réagit si sa cousine était venue habiter chez elle à New York? Mhmm elle l'aurait accueillit à bras ouvert... Mais bon, Lynn avait une mentalité qu'elle savait qui n'existait pas chez beaucoup de gens. Les gens étaient beaucoup plus fermés qu'elle. Lynn n'hésitait pas à parler avec de nouvelles personnes malgré sa grande timidité. A vrai dire sa timidité était surtout dans le fait d'aller vers les autres. Une fois qu'elle était introduite, c'était un peu plus facile. Lynn parvint à bafouiller quelque chose avec un sourire plus tendu que naturel. « Mhmm.. C'est.. C'est oublié. » Sa voix n'était pas très forte mais Ecat' devait l'avoir entendue.

Tapotant doucement le livre car elle ne savait pas quoi faire d'autre, elle regarda Cat' qui continua comme si de rien n'était. Comme si elle n'avait rien dit avant et elle lui demanda comment ça se passait au lycée. Comment ça se passait ? Mhmm. Et bien elle était nouvelle qui arrivait en milieu d'année. Ca n'était pas facile de s'intégrer mais elle essayait. Elle avait déjà rencontré une ou deux personnes qui étaient plutot gentilles. Du moins en apparences. Elle ne s'était pas faite arrosée de jus d'elle ne savait quoi encore donc elle pouvait se compter dans les chanceuses. D'ailleurs elle voulait bien savoir ce que c'était que cette manie d'asperger les gens dans les couloirs. Personne ne disait rien. Elle voulait bien croire qu'il y ait des terreurs dans les lycées mais là c'était un peu extrême. Lynn se redressa un peu sur sa chaise, croisant les bras comme si elle voulait se réchauffer. Il fallait dire que même si elle était couverte d'un sweet assez chaud et d'un bonnet, l'heure très matinale ne rajoutait pas de chaleur. La miss haussa lentement les épaules en regardant sa cousine pour lui répondre. « Mmm... Les gens ont l'air gentil... D'ailleurs je voulais te demander. Y a des.. Mhmm. Habitudes bizarres je trouve à McKinley. Pourquoi est-ce que les gens se jettent des smoothies à la tête ? » Lynn pencha la tête sur le côté. Smoothies était le mot le plus approprié qu'elle ait trouvé puisqu'elle ne savait pas exactement ce que c'était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty
MessageSujet: Re: 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !   06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! EmptyMer 18 Mai - 16:53

« Slushies. » corrigea-t-elle prestement quand la brunette lui posa la question fatidique « Glace pillée et sirop sucré. » Une rapide grimace se dessina sur son visage « Crois-en mon expérience : ce truc est un véritable cauchemar pour les cheveux longs. » Cat tira sur les manches de son sweat rose qu'elle maintenu fermement entre ses paumes, se remémorant avec effroi la sensation étrange qui l’avait envahi lorsqu'elle-même avait été prise pour cible, quelques jours à peine après la rentrée des classes. Frissonnant légèrement, la jeune fille continua, pourtant « Mais, le froid est excellent pour la peau, ça resserre les pores… » ajouta-t-elle d‘un ton sarcastique, frôlant avec théâtralité ses joues du bout des doigts.

Depuis septembre, la blondinette avait été à plusieurs reprises, la malheureuse spectatrice de ce rituel sadique. Pour certains, il ne s’agissait que d’un méfait ordinaire, s’apparentant à un bizutage sans grande importance. Seulement, cette blague qui paraissait tellement anodine était en réalité, vécu comme une véritable humiliation pour ceux qui en étaient victimes. Cat continuait de s’en offusquer. En revanche, ses camarades ne prenaient même plus la peine de condamner cet acte barbare : involontairement, ils se faisaient complices de cet opprobre. Pour la jeune fille, il était hors de question de faire partie de cette (large) majorité alors, à sa manière, Cat luttait ;

Finn Hudson lui avait très vite appris qu’au lycée, la popularité était la clef d’une scolarité paisible, et contrairement à sa cousine, Cat n’avait jamais eu le loisir de se demander pourquoi cette routine cruelle sévissait, dans les couloirs de McKinley High. Toutefois, Ecaterina ne comprenait pas, cette envie irrationnelle des autres à rechercher le popularité, la gloire… peut-être parce que, de son côté, elle faisait tout pour qu’on l’oublie et qu’on ne la remarque pas -s’ils savaient à quel point cela pouvait être difficile, ils regretteraient sûrement cette obsession pour la renommée ;

Ecaterina resta pensive un instant mais, réveillée par un coup de vent particulièrement froid, elle se ressaisit ; devait-elle à son tour mettre sa cousine au courant de la hiérarchie Made in McKinley High ? Réfléchissant furieusement, Cat fronça les sourcils. D’un côté, cela lui serait d’un grand secours : entrer dans un établissement de ce type en connaissant d’avance les règles pré-établies par une bande de décérébrés étaient, sans doute un avantage considérable. Mais, de l’autre, cela l’effrayait : et si Lynn prenait peur ?

Il y a encore quelques jours, voir Lynn repartir pour New-York aurait été son plus grand souhait. Mais, Cat parvenait à comprendre que ce changement brutal de vie ne devait pas être évident pour elle. De ce fait, repartir et changer à nouveau d’école, de maison et de tout ce qui c’en suit, ce n’était peut-être pas la meilleure des solutions, du point de vue de la jeune fille. Hésitante, Cat se dit que -peut-être, il était plus judicieux de la préserver pour le moment. Elle la mettrait au courant en temps voulu, rien ne servait de l'affoler. Ainsi, la blondinette feinta de ne pas savoir et se contenta de hausser les épaules, désolée de ne pas pouvoir l’éclairer sur ce rituel malsain. Toutefois, Cat buta subitement sur sa question et fronçant davantage les sourcils, son expression se fit plus sérieuse, plus perplexe :

« On t’as attaqué ? » demanda-t-elle, préoccupée « Lynn, il ne faut pas avoir peur de m’en parler, tu sais. » Sa voix douce et sucrée résonna sur le balcon, et tournant le visage vers Lynn, Cat s’assit sur le transat d’un même mouvement, souhaitant mieux distinguer le regard de sa cousine. Une pointe de colère monta progressivement en elle ; s’il s’avérait qu'elle avait déjà été prise à partie, les choses ne se passeraient pas comme ça. Personne n’avait le droit de s’en prendre à Lynn, c’était un droit qu’elle se réservait. Quand bien même elle userait de son caractère difficile, elle ne s’amuserait jamais à maltraiter la brunette -jamais « Je suis certaine que c’est encore un coup de ce débile profond de Karofksy. » lança-t-elle, la mâchoire crispée. Cat se leva d'un bond, croisant les bras sur sa poitrine. Ses jambes étaient frigorifiés -sortir sur le balcon en short et sweat n’était pas la meilleure décision qu’elle ait prise- mais, une vague de ressentiments fit bouillir son sang, et s’approchant d’un pas déterminé de la balustrade, l'adolescente pesta « Je peux te jurer qu’il va bientôt regretter d'être venu au monde. Je commence à en avoir assez qu’il s’attaque aux nouveaux sous le seul prétexte qu’ils sont » Cat marqua une pause furtive « … nouveaux. »

Passablement énervée, Cat posa les paumes sur le rebord du balcon, fixant avec concentration le musée face à elle ; si elle s’en voulait d’avoir été exécrable à l’arrivée de sa cousine, elle était bien décidée à rattraper son erreur. C’était un fait : Ecaterina était d’une nature plutôt complexe et Lynn s’en rendrait très vite compte. Seulement, elle n’était pas une mauvaise personne -gentille, douce, elle se sentait souvent concernée par les problèmes des autres. Lynn ne faisait peut-être pas véritablement partie de sa famille -sur ce point, la jeune fille n’était pas prête à changer d’avis mais, elle était sous la responsabilité de son frère et quelque part, sous sa propre responsabilité, alors autant en jouer. Karofsky -ou un autre- lui menait la vie dure -parfait ! Mais c'était mal la connaître que de penser qu'elle le laisserait s'en tirer aussi facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn S. Sawyer
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
Age : vingt-quatre ans • née le vingt-et-un décembre.
Occupation : a travaillé pendant cinq ans au hummel's garage. vient de demander des congés d'un ans pour aller étudier à new york la littérature. elle vient juste de passer son 'bac' en candidat libre. a étudié deux ans à new york. vient de se faire transférer à l'université de lima pour terminer son cursus. littérature, option cinéma. elle a fait quelques stages dans un journal en tant que pigiste.
Humeur : motivée pour avancer et prendre un nouveau départ (encore). in the end everything will be okay; if it's not okay, it's not the end.
Statut : célibataire depuis peu.
Etoiles : 1070

Piece of Me
Chanson préférée du moment : astronaut • simple plan
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty
MessageSujet: Re: 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !   06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! EmptyMer 18 Mai - 19:53

Mmm ! Miam. De la glace pilée et du sirop. Ca devait être super bon ! Surtout en été où les chaleurs étaient grandes, du moins à New York parce qu'elle ne connaissait pas encore Lima à cette saison, et que toute boisson fraiche était la bienvenue. D'ordinaire, Lynn allait au salad'bar du coin où ils faisaient des boissons fraiches (smoothies, milkshakes, granit ou autre) délicieuses et elle prenait toujours un milkshake à la vanille. Elle s'était toujours dit qu'il fallait qu'elle essaie autre chose mais elle aimait trop ça pour qu'une fois arrivée à la caisse, elle rechange d'avis pour prendre sa boisson habituelle. Elle avait peur d'être déçue. Cette année serait l'occasion de changer. Enfin, si y en avait en été. Bah quoi ! C'était quand même curieux que de telles boissons circulent encore à cette époque où la neige était à peine partie et où les pull over et boots de ski étaient encore sortis des placards. Si ça se trouvaient, ils vendaient du café en été … « Mmm. Ca doit pas être mauvais. Ils en vendent toute l'année ? »

Elle revint à la réalité lorsque Ecat' lui dit que c'était un cauchemar pour les cheveux longs. Lynn posa son regard sur la tête de sa cousine. En effet, elle avait les cheveux plutôt longs. Bonjour pour enlever le sucre qui devait avoir eu le temps de coller pendant la journée après. Imitant la moue de sa cousine, Lynn ajouta juste après elle une remarque pleine de second degré. « C'est une bonne chose que je me sois coupée les cheveux avant de venir alors! » Eh oui. C'était l'un des talents secret de Lynette : voir le futur ! Sisi, comme Phoebe dans Charmed même. Elle avait prédit qu'elle aurait besoin de se couper les cheveux pour éviter de trop lutter lorsqu'elle aurait du sirop sur la tête. Quoi ça n'existe pas les psycakes? Mmm Je n'en serait pas si sure à votre place. Elle émit un léger rire à la remarque de Catty. C'était aussi une autre manière de voir les choses. « Au moins ça fait des économies de produits de beauté. C'est fou ce qu'un masque peut être cher… Certes je n'en achète presque jamais parce que je ne suis pas convaincue de leur efficacité mais bon… ». Elle passa une main dans ses cheveux pour les remettre à nouveau en place. Toute cette histoire la tracassait. Elle trouvait ça tellement bizarre. Pourquoi dépenser.. 2$ si ça n'était qu'à but de les jeter à la tête des gens… Quel intérêt ? Lynn devait avouer qu'elle avait un peu de mal à comprendre. Ok ok 2$ n'étaient pas la fin du monde. Mais d'après ce qu'elle avait pu voir, c'était des traditions récurrentes donc au final 2+2+2… Ca faisait 6 ! (Oui Lynn brillait en maths). Lynn ne savait pas encore que la règle de la popularité était la plus forte à McKinley mais elle allait bientôt le savoir. Remarque à New York c'était un peu ça aussi. Mais la popularité ne se jouait pas de la même façon. Là bas tout était plus dans le style vestimentaire et les joutes verbales. Personne ne jetait des boissons à la tête des autres. Les boissons… On les buvait. Après à savoir lequel était le pire ?

Lynn fut complètement surprise par la réaction de sa cousine. Celle-ci lui demanda si elle s'était faite attaquée. Non, ce n'était pas encore le cas heureusement. Elle ne pensait pas avoir fait quoique ce soit de mal pour le moment alors peut être qu'elle en serait épargnée. Lynn se redressa encore sur la chaise, déposant son livre au sol à côté d'elle. Il ne fallait pas qu'Ecat pense ça. Elle allait lui répondre lorsque sa cousine lui dit qu'il ne fallait pas qu'elle ait peur de lui en parler. C'était vraiment curieux d'entendre ça de la bouche de la personne qui, encore dix minutes avant, voulait à peine lui adresser la parole. Maintenant elle lui disait qu'elle ne devait pas avoir peur de lui parler ? Lynn voulait bien être gentille mais là, elle était complètement perdue. Elle fronça légèrement les sourcils, bafouillant en essayant de répondre. « N… J… Euhm… ». Elle n'eut pas le temps d'en dire plus que Ecaterina continuait en partant dans une psychose de la personne qui avait pu potentiellement slusher Lynn. La miss se leva en même temps qu'Ecat un peu inquiète que sa cousine ne saute. « Non, non. » Elle balança sa tête de droite à gauche rapidement. « Karofqui ? Non, non ce n'est pas ça. Personne ne m'a rien fait. » Elle ne voulait pas qu'on accuse quelqu'un pour rien. Elle n'était pas du genre à raconter des bobards sur des gens. Elle n'aimait pas ceux qui faisaient ça, et ne voulait surtout pas faire partie de cette classe de la société écolière. Elle précisa la raison pour laquelle elle avait demandé pour éviter que Catty ne pense qu'elle avait peur de lui dire la vérité. « Je… Je voulais juste me renseigner. Enfin.. Il faut avouer que ce n'est pas courant de voir des gens faire ça dans des couloirs... »

Lynn posa ses mains sur la balustrade, regardant elle aussi la ville. Pour tout avouer, Lynn était encore plus surprise de la réaction d'Ecaterina parce qu'elle n'avait pas l'habitude que quelqu'un cherche à la protéger au lycée. Elle s'était toujours très bien débrouillée toute seule. Du moins c'est ce qu'elle pensait. Certes, en cours ça n'était pas le top, voir même pas le top du tout en ce moment mais elle pouvait s'en sortir. Elle allait essayer. Maintenant qu'elle n'avait plus des cris à la maison tous les jours. D'ailleurs, elle n'avait pas eut au téléphone aucun de ses parents depuis qu'elle était là. Elle allumait son téléphone tous les jours et pourtant, même si elle attendait un appel, personne ne l'appelait. A croire que ses parents l'avaient oublié. Elle était partie à Lima pour les éviter, mais savoir qu'ils ne pensaient même pas à elle, ça faisait un peu mal quand même. Peut être qu'ils étaient occupés, mais bon. Deux minutes pour savoir si elle était bien installée, ca n'était pas trop si ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty
MessageSujet: Re: 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !   06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! EmptyJeu 19 Mai - 16:58

« Tu en es certaine ? » questionna-t-elle quand sa cousine lui affirma que personne ne s’en était prit à elle et se tournant cette fois, dos au musée, elle opina du chef, l’air grave « Il ne faut pas se fier aux apparences, tu sais. Je suis peut-être petite mais, j’ai de la suite dans les idées. Si quelqu’un au lycée s’en prend à toi, j’en ferai mon affaire. » Opinant encore un instant, la jeune fille fronça les sourcils en même temps, imaginant furtivement Les Titans -l’équipe de football du lycée- lui courir après dans les couloirs de McKinley. Rêveuse, Cat ajouta dans un murmure satisfait, un sourire se dessinant progressivement sur son visage « Je cours plutôt vite. » Soudain, elle se ressaisit, reprenant une expression sérieuse en inspirant une grande bouffée d‘air frais.

Quelques instants plus tôt, Cat pensait que ne pas mettre Lynn au courant de tout ce cirque, c’était lui rendre un service. A présent, la jeune fille admettait volontiers qu’il s’agissait d’une grossière erreur : à quoi bon faire comme si le lycée était un endroit où il faisait bon vivre alors que c’était tout le contraire? - elle qui se vantait d’être honnête, c’était l’occasion rêvée d’en faire profiter la brunette et la mettre dans la confidence-. Il était pourtant évident que Lynn ne prendrait pas peur, elle avait déjà été à l’école avant, après tout et d’un côté, elle était sans doute plus à l’aise dans cet univers étrange que ne l’était la blondinette. De ce fait, Cat revint sur sa décision, et se tournant à nouveau côté rue, elle se lança alors :

« Il y a des gens à éviter à McKinley si tu veux être sûre de n’avoir aucun problème tout au long de l’année. » Cat prit une autre inspiration. Oui, tout ça la contrariait un chouïa mais, elle ne pouvait décemment rien y faire. Se baissant un peu, la jeune fille appuya ses avant-bras sur la balustrade, observa le soleil qui éclaira instantanément son iris d’un bleu très clair « Summer Davis, David Karofsky » énuméra-t-elle avant de s’arrêter puis de poursuivre derechef, dans un semi éclat de rire « ...la reine des abeilles et sa cour pour simplifier les choses. » Elle se voûta davantage, et joignit les mains devant elle, regardant en bas -chose qu’elle regretta, constatant à quel point l’endroit où elle était postée était très haut- Cat reprit « Ne copine pas avec eux. » dit-elle fermement « Je n’ai aucun conseil à te donner, c’est certain mais, ils sont tellement prévisibles et… » La blondinette marqua une pause, secouant la tête pour se remettre les idées en place « Je n’ai pas envie qu’ils se servent de toi. » La situation était un peu gênante. Cat prenait les choses peut-être ça trop à cœur mais, ce qu’elle disait était vrai -elle n’avait pas envie que la jeune fille souffre- et se redressant soudain, elle tourna la tête vers sa cousine « Je sais à quel point ça peut faire mal et je ne veux pas que tu connaisses ce sentiment. » Cat leva la tête, remarquant l’expression déroutée de la brunette et prenant le coche, elle ajouta « Ne cherche pas à me comprendre, Lynn. Je suis » Cat ferma un œil en se moquant de sa propre complexité -elle pencha la tête rapidement, cherchant le mot qui pourrait le mieux la définir et rit furtivement « …difficile à cerner. »

Lynn apprendrait à se faire au changement brutal de comportement de Cat lorsqu’elle était embarrassée, ou préoccupée. La jeune fille était consciente que son attitude pouvait être déroutante. Seulement, Cat n’avait jamais appris à agir autrement -elle se protégeait, faisait tout ce qui était en son pouvoir qu’on ne devine pas ce qu’elle pensait, ou ressentait réellement ; c’était son choix -mieux encore, c’était son droit.

Se redressant entièrement, la jeune fille tira une nouvelle fois sur ses manches qui lui réchauffaient les doigts puis, spontanément, posa sa main sur l’épaule de sa cousine -elle remarqua pour la première fois à quel point elle était grande, c’était assez humiliant, elle était tout de même sensée être la plus âgée- et d’une voix assurée, elle proposa « On rentre, maintenant ? » D’un signe de tête, Cat désigna la porte fenêtre, en frissonnant « J’ai un contrôle de biologie demain, ce n’est pas le moment de tomber malade -allez, viens. » Cat garda un moment sa main posée sur l’épaule de la jeune fille puis, décida enfin de prendre le chemin de l’appartement dans lequel elles pourraient se réchauffer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn S. Sawyer
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
Age : vingt-quatre ans • née le vingt-et-un décembre.
Occupation : a travaillé pendant cinq ans au hummel's garage. vient de demander des congés d'un ans pour aller étudier à new york la littérature. elle vient juste de passer son 'bac' en candidat libre. a étudié deux ans à new york. vient de se faire transférer à l'université de lima pour terminer son cursus. littérature, option cinéma. elle a fait quelques stages dans un journal en tant que pigiste.
Humeur : motivée pour avancer et prendre un nouveau départ (encore). in the end everything will be okay; if it's not okay, it's not the end.
Statut : célibataire depuis peu.
Etoiles : 1070

Piece of Me
Chanson préférée du moment : astronaut • simple plan
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty
MessageSujet: Re: 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !   06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! EmptyJeu 19 Mai - 23:49

« Mais oui. Je pense que si tu allais lui en toucher deux mots… C'est là où j'aurais des problèmes parce que je me ferais accusée de l'avoir accusé »… Lynn fit une pause en se rendant compte qu'elle venait de dire deux fois le même mot. N'en trouvant pas d'autre, elle secoua négativement la tête. C'était vrai après tout. Si il croyait qu'elle racontait des bobards comme quoi il l'avait mal traitée alors qu'il n'avait rien fait... « Bref. S'il te plait, crois moi. Il ne s'est vraiment rien passé. » Lynn esquissa un sourire en imaginant sa cousine face à des garçons deux fois plus hauts et larges qu'elle. Elle ne savait pas à quoi ressemblait ce fameux Karoftrucski mais elle voyait bien le stéréotype d'une brute de série télévisée. Alors ne cherchez pas pourquoi mais c'était comme ça. Elle avait une imagination très visuelle. Se faisant donc le tableau dans sa tête, elle vit la petite blonde face au grand brun (ou possible chauve). Mhmm malgré tout le respect qu'elle lui devait de l'héberger comme ça, elle doutait de la capacité d'Ecat à rivaliser avec eux d'un coup. Elle se mit à rire lorsqu'elle dit qu'elle courrait vite. Oui c'était sans doute la meilleure solution. Partir en courant ! Elle était très amusée par la soudaine impulsion semi protectrice de la blondinette. Ne voulant pas lui couper tout son enthousiasme, l'adolescente lui répondit simplement: « C'est gentil de vouloir m'aider. Ca me rassure beaucoup d'avoir une alliée là bas. ».

Sa cousine avait repris un air un peu plus grave. Se mettant dos au musée contrairement à ce que Cattounette venait de faire, elle l'écouta attentivement en la regardant. Elle allait enfin peut être comprendre un peu mieux le fonctionnement de son nouveau lycée. Il n'y avait rien de pire que de ne rien connaitre dans un nouvel environnement. On se sentait perdu et on ne pouvait rien faire parce que si l'on demandait à quelqu'un, on risquait de se faire jeter et on pouvait facilement se sentir outsider. Comme si le lycée entier n'était qu'une `private joke`avec uniquement les anciens dans la confidence. C'était l'une des plus grandes peurs de Lynn. Se retrouver sur le banc de touche et de ne pas s'intégrer. D'accord, elle ne cherchait pas la popularité. Elle n'aimait pas non plus être entourée d'une cours d'amis. Mais un ou deux seraient les bienvenues.

Summer Davis et David Karovski donc. Lynn n'avait vraiment pas la mémoire des prénoms ni des visages. Elle aurait très bien pu leur avoir parlé tout la journée qu'elle ne s'en souviendrait pas. Toujours le même problème qui revenait: être nouveau. Les gens connaissaient généralement ton nom mais toi tu ne connaissais personne. C'était plus facile de retenir un nom que trois cent non ?! Lynn hocha la tête en répétant après Cat'. « Ok. Davis. Comme Brooke. Ca devrait aller… Karovski comme… Well… Rien du tout, mais je devrais pouvoir retenir. Karovski. Swarovski ! Ok c'est noté. » Elle opina du chef, trop fière de ses aides mémoire. Ca marchait bien avec les mémo-techniques, bien qu'elle était persuadée qu'elle allait appeler le fameux David Swarovski au lieu de Karovski mais bon. Elle ne serait pas loin ! Et il devrait se sentir flatté d'être appelé comme l'un des plus grands bijoutiers ! Lynn adorait les bijoux Swarovski, même si elle n'en avait pas elle même. Ce qu'il arrivait à faire avec des diamants.. Ohlala. « La reine des abeilles… » Parlant plus pour elle même que pour Catty', elle suivit le rire de sa cousine en pensant à Mean Girls. Oui, la miss avait beaucoup de références télévisées et cinématographiques. Elle ne voulait pas être scénariste pour rien hein. Donc, c'était dans Mean Girls où Lynn s'était aperçue pour la première fois qu'une telle chose pouvait exister: une `reine des abeilles`. Ils l'appelaient comme ça dans le film et à chaque fois qu'elle entendait ce mot, ça popait dans sa tête.

Lynnette haussa un sourcil - non les deux en fait parce qu'elle ne savait pas en hausser un seul - lorsque Ecaterina lui ordonna (oui oui, elle avait perçu ça comme un ordre) de rester à l'écart de ces deux là. Non mais pour qui elle se prenait de lui interdire de voir des gens hein ? Ils ne lui avaient rien fait encore après tout, alors tant qu'elle ne connaissait pas les personnes un peu plus, elle ne jugerait pas. Avec tout le respect qu'elle devait à Cat encore une fois. « Ecoute. C'est très gentil de t'inquiéter pour moi… Vraiment… Mais je sais me défendre. Je ne suis pas aussi naïve que je peux le paraitre tu sais. » Lynn s'était un peu éloignée du balcon et elle était à présent adossée à la porte vitrée. Elle observait Ecat' en espérant que cette dernière ne se fache pas de ce qu'elle venait de dire. Lynn se sentait un peu comme un bébé pour le coup. Bébé qui ne savait pas faire attention à elle même et qui avait encore besoin qu'on veille sur elle. Cela faisait trois ans qu'elle se débrouillait toute seule… Faire un bon en arrière ne serait pas facile pour elle.

Oui, il était vrai que Lynnou ne doutait pas un instant qu'elle allait avoir du mal à comprendre Ecaterina si elle continuait à changer d'attitude en un claquement de doigts. Elle se contenta de hocher la tête sans un mot lorsqu'elle lui dit qu'elle était difficile à cerner. Au moins elle s'en rendait compte et le revendiquait. Mais Lynn n'abandonnait pas si facilement que ça. Elle était très intriguée par le comportement d'Ecat et elle comptait bien apprendre à l'anticiper ! Si elle devait un jour avoir des envies meurtrières, ca serait bien de pouvoir le prévoir.

Lynn souffla lorsque sa cousine proposa qu'elles rentrent. Oui elle n'avait pas tord, si elles restaient dehors encore longtemps, elles risquaient de prendre froid. « Oui il vaudrait mieux éviter ça. » Les yeux de la miss s'étaient posés sur la main de sa cousine qui était sur son épaule. Elle croyait bien que c'était la première fois qu'elle s'était autant approchée d'elle. Et pourtant Lynn avait pour habitude de faire des hugs à tout le monde, ne serait-ce que pour dire bonjour. Mais Cat' n'avait pas eu l'air de vouloir de hug, que ce soit à Noel, où depuis qu'elle était là. Elle ne dit rien l'espace de quelques secondes puis Lynn retourna près de la chaise où elle était assise un peu plus tôt, s'étant donc dégagée de la prise de la blondie. Elle récupéra son livre qu'elle serra contre elle en suivant les traces de sa couz' à l'intérieur. « Ouh. T'as raison il fait plus meilleuu..euuu...rtchoum » Lynn avait passé l'un de ses bras devant son nez en sentant l'éternuement arriver. Rah. Elle n'était jamais malade d'ordinaire. Il ne fallait pas que ça commence maintenant! A mi-voix, parce qu'elles étaient rentrées à l'intérieur et que Dorian semblait toujours dormir, elle ajouta. « Tu veux un chocolat chaud ? » Non, Lynn ne se sentait pas du tout chez elle ! Elle avait pris la liberté de faire quelques courses qu'elle trouvait manquantes. Dont du chocolat en poudre. Rien de tel qu'un chocolat chaud par un temps neigeux.. Avec des croissants bien entendu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty
MessageSujet: Re: 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !   06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! EmptyLun 23 Mai - 22:29

Si l’on prenait en compte ses antécédents, il aurait été plutôt facile de penser que la jeune fille n’avait pas un esprit de famille affirmé. Qu’elle n’était pas du genre à adorer toutes ces réunions rébarbatives qui souvent, mettaient mal à l’aise les adolescents de son âge, et pourtant, la vérité était tout autre. En réalité, elle n’avait jamais eu l’occasion d’exploiter tout cela, auparavant. Les fêtes, dans son enfance il n‘y en avait pas eu des tas. Qui plus est, il était vrai qu’elle n’avait pas une famille particulièrement étendue, celle-ci se résumant à quelques membres à droite ou à gauche ; son père, son frère en faisaient évidemment partie mais, pas seulement. Cat tenait beaucoup à sa grand-mère paternelle, qu’elle ne voyait quasiment jamais. La blondinette ne savait pas l’expliquer, elle la réconfortait -elle adorait sa façon de parler, son odeur et ses petits conseils à l’arrachée entre deux tasses de chocolat chaud. C’était elle qui lui avait offert ce pendentif qu’elle portait tout le temps autour du cou -il n’avait pourtant rien d’exceptionnel, aussi elle ne s’en séparait jamais. C’était elle également qui lui avait offert ce carnet dans lequel elle passait son temps à écrire. Lorsqu’elle le lui avait donné, Cat avait vu en son geste une façon détournée de l’encourager à mettre son talent à profit, elle était tellement douée pour les messages subliminaux de ce genre -Cat adorait sa grand-mère. L’adolescente regrettait tellement de ne pas la voir, et plusieurs fois, elle avait pensé lui rendre visite mais, le temps lui manquait. Cela dit, elle espérait pouvoir le faire avant la fin de l’année, cet été… peut-être. Lynn aussi, faisait légalement partie de sa famille toutefois, les choses étaient bien plus compliquées pour la blondinette et accepter cette intrusion d’une famille inconnue dans la sienne -si réduite, si minuscule- était un choc qu’elle avait encore du mal à digérer. Alors bien sûr, Cat avait l’esprit de famille mais, Lynn n’aurait sans doute jamais l’occasion de s’en rendre compte d’elle-même.

« Ça aussi, tu devras t’y faire. » rétorqua-t-elle, quand la jeune fille s’évertua à lui faire comprendre qu’elle pouvait se débrouiller toute seule, comme une grande -comme une grande peut-être mais, toute seule,… enfin. Cat avança de quelques pas encore puis, se retourna, soudainement. Considérant l’expression circonspecte de Lynn, elle sourit en coin, et affirma d’un ton peut-être un peu trop rude « On n’est peut-être pas une famille mais, on est une équipe. » Fronçant les sourcils, une expression décidée s’afficha sur son visage et elle reprit, sereinement « On t’attaques, nous ripostons. C’est comme ça que Dorian voit les choses et je suis plutôt de son avis -l’individualisme, ce n’est pas un bon précepte. » révéla-t-elle -elle eut un petit sourire, se redressant de toute sa petitesse. Cat constata de loin que faire le poids face à Lynn, serait un combat perdue d’avance tellement elle était grande, et élancée. Toutefois, elle continua, ne se laissant pas impressionner « Je sais que ça ne doit pas être facile pour toi de débarquer ici, dans une ville que tu ne connais pas, dans une maison qui n’est pas la tienne, occupée par des énergumènes dans notre genre, » Elle étouffa un rire puis, balança ses longs cheveux blonds en arrière « seulement, il faut s’entendre dès le début -je te l’accorde, je ne m’en étais pas aperçu à ton arrivée mais, si on veut que tout fonctionne entre nous, je pense qu’il faut faire équipe- et là, on rejoint la ligne de conduite de Dorian Le Conquérant : pas de secret entre nous. » Cat toisa Lynn un moment. Cela faisait sans doute beaucoup trop de chose à assimiler d’un seul coup mais, elle estimait devoir la mettre dans le bain dès le début -elle ne l’avait pas fait quand elle était arrivée, autant rattraper son erreur et rectifier le tir. La gratifiant alors d’un sourire sincère, elle opina du chef avec détermination et conclut avec enthousiasme « Bienvenue chez les Robertson. »

Se retournant, ses cheveux virevoltants d’un même chef, la jeune fille proposa à sa cousine de rentrer se réchauffer à l’intérieur. Particulièrement frileuse, Cat redoutait d’attraper un rhume et de devoir s’absenter du lycée. L’avantage d’avoir une cousine dans le même établissement qu’elle, c’était qu’elle pourrait maintenant lui apporter ses devoirs -mine de rien, c’était plutôt avantageux d’avoir des connaissances au lycée ! S’engouffrant à l’intérieur, la blondinette lança un regard furtif à son frère qui dormait à point fermé, elle frotta ses mains l'une contre l'autre, soufflant dessus pour accélérer un peu sa hausse de température. Lynn quant à elle, sauta sur l’occasion pour lui proposer un chocolat chaud. Cat remarqua alors qu’elle avait eu le temps de se familiariser avec l’appartement. La jeune fille n’avait même pas eu trouvé un moment pour lui demander ce qu’elle pensait de l’endroit, où elle aurait voulu dormir et toute ces choses qu’une bonne maîtresse de maison était sensée faire pour mettre à l’aise son hôte -diantre qu’elle était mauvaise dans cet exercice !

« S'il te plaît. » répondit-elle à sa cousine. Cat désigna le couloir de la main et chuchota exagérément « Apporte-les dans ma chambre. » Elle se pencha sur le comptoir du petit déjeuner et attrapa le sachet de croissants du bout des doigts « Je prends les croissants -attention au micro-onde, il est déréglé. Dorian l’a fait tomber en l’installant- à tout de suite. » Cat se redressa et se dirigea à petit pas de souris dans sa chambre. Sa réflexion sur le micro-onde était peut-être un peu stupide. Lynn vivait ici depuis quelques jours déjà, elle avait déjà dû s’en rendre compte -tant pis, elle ne pouvait pas retirer ses paroles et au fond, ce n’était pas si grave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn S. Sawyer
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
Age : vingt-quatre ans • née le vingt-et-un décembre.
Occupation : a travaillé pendant cinq ans au hummel's garage. vient de demander des congés d'un ans pour aller étudier à new york la littérature. elle vient juste de passer son 'bac' en candidat libre. a étudié deux ans à new york. vient de se faire transférer à l'université de lima pour terminer son cursus. littérature, option cinéma. elle a fait quelques stages dans un journal en tant que pigiste.
Humeur : motivée pour avancer et prendre un nouveau départ (encore). in the end everything will be okay; if it's not okay, it's not the end.
Statut : célibataire depuis peu.
Etoiles : 1070

Piece of Me
Chanson préférée du moment : astronaut • simple plan
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty
MessageSujet: Re: 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !   06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! EmptyVen 27 Mai - 1:30

La famille. Lynn était beaucoup plus famille avant que maintenant (même si elle l'était encore un peu): elle ne se voyait pas sans ses parents. Il fallait dire qu'elle était jeune encore à l'époque et qu'en tant que fille unique, et bien elle était un peu chouchoutée. Elle regrettait beaucoup de ne pas avoir de frère et soeur, Lynnette aurait adoré avoir quelqu'un avec qui jouer. Et comme elle ne connaissait pas vraiment ses cousins - si elle en avait -, eh bien, elle jouait toute seule avec ses peluches et poupées, comme elle n'avait pas le droit de ramener des amis à la maison. Ce ne fut que lorsque ses parents commencèrent à se déchirer qu'elle changea d'avis sur la famille. A présent elle se voyait très bien habiter sans eux. Aucun problème. Par contre, elle aurait quand même adoré avoir un frère ou une soeur qui puisse la supporter dans cette épreuve, histoire qu'elle ne soit pas seule. Malheureusement, ça ne s'était pas passé ainsi. En y réfléchissant d'ailleurs, Lynn était contente d'être seule au final si ça pouvait éviter qu'ils aient été deux à souffrir. Enfin, lorsqu'elle avait su qu'elle avait des cousins, Lynn s'était réjouit. Elle allait peut être avoir enfin un frère ou une soeur, ou même les deux! Les cousins c'était comme ça non ? En plus ils auraient le même âge... Mmm ok ou presque. Tout ça pour dire que Lynn n'était vraiment pas réticente pour faire entrer de nouveaux membres de sa famille dans sa vie. Surtout s'ils pouvaient la sortir de l'enfer de ses parents. C'est aussi en partie pourquoi elle avait été troublée de la réaction si peu chaleureuse d'Ecaterina. Pourquoi quelqu'un ne voudrait pas d'une personne de plus dans sa famille ? Mais elle s'était fait une petite raison : certaines personnes n'étaient pas comme elle et avaient besoin de temps. Très bien. Elle était prête à lui en donner du temps. Du moment que ça ne durait pas toute sa vie, parce que malgré tout, elles vivaient ensemble maintenant. La brunette écouta CatNancynette lui dire clairement qu'elles n'étaient pas une famille. Au moins la question était réglée. Pourtant, Lynn senti qu'elle était en bonne voix, au moins Cat' ne la rejetait pas à 100% et la considérait comme faisant partie de l'équipe. A little step for a man, a huge step for mankind. Oui voilà c'était un peu ça... A plus petite échelle ! Lynn haussa lentement les épaules. « Ok, je note aussi. Si on m'embête, j'appelle le renfort ! ».

Lynn piétinait un peu en écoutant Ecaterina lui sortir une longue tirade sur le fait qu'elle pensait qu'il était nécessaire qu'ils s'entendent tous s'ils voulaient que la colocation se passe bien, et que de par ce fait, il ne fallait pas qu'il y ait de secrets entre eux. La miss était bouche bée parce qu'elle parlait de pas de secrets entre eux mais elle ne la croyait pas alors qu'elle lui disait la stricte vérité. Lynn passa une main dans ses cheveux et répondit à Ecat' une fois qu'elle eu terminé et lui ait dit Bienvenue. Elle était un peu gênée de lui dire ça mais Ecat' avait été honnête avec elle alors elle le devait aussi. D'une voix très apeurée que sa cousine le prenne mal mais aussi très embêtée, elle prononca: « Mmm... Il faut aussi que tu aies confiance en moi tu sais. Je raconte pas n'importe quoi. Quand je dis qu'il ne s'est rien passé.. C'est qu'il ne s'est rien passé. » Elle n'aimait pas sentir que les gens n'avaient pas confiance en elle. Certes elle avait souvent menti sur ce genre de choses, mais elle voulait prendre un nouveau départ. Et puis si ça commençait comme ça leur relation avec Cat' .... Merci bien où ça allait aller. Elle se sentait un peu triste mais en même temps assez contente que sa demi cousine veuille la protéger. Très compliqué comme sentiments !

Lynn suivit sa cousine à l'intérieur, rentrant sa main libre dans sa poche de sweet. Elle referma la porte derrière elles, songeant que ça faisait du bien quand même d'être à l'intérieur. Elle ne s'était pas rendue compte qu'il faisait aussi froid que ça dehors. La miss suivit le regard de Cat' qui s'était posé sur Dorian qui dormait dans le canapé. Lynn n'avait pas rechigné lorsqu'on lui avait dit que le seul lit qui était disponible était la baignoire. Contrairement à ce que pouvait penser Cat', Lynn n'était pas si grande que ça et elle tenait allongée dans la baignoire sans problèmes. Ca n'était pas si inconfortable que ça non plus au final. Avec une bonne couette et un bon oreiller et c'était presque parfait. Lynn se dirigea vers la kitchenette tandis qu'Ecat' acceptait sa proposition de chocolat chaud. Elle sourit lorsque Cat' lui rappela que le micro ondes était déréglé. Oui, Dorian lui avait déjà expliqué. Mais elle ne dit rien parce que voilà quoi ! Cat' faisait des efforts et qu'elle n'était pas du genre à tout détruire comme ça. « D'accord à toute suite. » Lynn sorti deux tasses et y versa du lait. Tandis qu'elle préparait leur petit déjeuner, elle réfléchissait à la conversation qu'elle avait eu avec sa cousine juste avant. Elle n'aurait jamais pensé que cette dernière finisse par l'accepter comme ça. Enfin, l'accepter un peu. Et elle devait dire que ça lui faisait très plaisir. Elle sourit toute seule alors qu'elle sortait les tasses du micro ondes avant que ce dernier ne commence à BIIIIPER. Elle rajouta le chocolat, deux cuillères, puis pris la route de la chambre de Caterinette. Elle n'y était rentrée qu'une seule fois à vrai dire. C'était lorsqu'on lui avait fait le rapide tour du logement le premier jour où elle était arrivée. Depuis, à chaque fois qu'elle rentrait, la porte était fermée et elle ne voulait pas déranger Ecaterina. Cette fois ci, elle y était invitée !! Elle entra et ferma la porte du pied derrière elle, le plus doucement possible pour ne pas réveiller Dorian. « Et voilaa. Je ne savais pas si tu voulais que je rajoute du sucre dedans... » Elle lui tendit sa tasse dans un sourire puis resta debout, près de la porte, comme si elle n'osait pas bouger. Elle regarda son chocolat avant de relever les yeux vers la blondinette. « Je... Je voulais te remercier. Je sais que ça doit pas être facile pour toi.. Même vous deux.. D'avoir une personne de plus chez vous. Ca compte beaucoup pour moi que vous m'ayez fait un peu de place. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty
MessageSujet: Re: 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !   06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! EmptySam 28 Mai - 1:44

Il y a des moments futiles dont on se souvient. Sans trop avoir à y réfléchir. Sans trop savoir pourquoi. Juste parce qu’à un instant fugace, une mélodie qu‘on apprécie, une odeur singulière ou un simple sourire ravive nos souvenirs et permet d’organiser notre mémoire, comme un immense bureau qui a besoin d’être débarrassé avant la reprise imminente du travail. Pour Cat, le moment où Dorian lui avait annoncé qu’ils s’installeraient définitivement en ville -peu importe laquelle pourvu qu’elle ne soit pas en dehors de leur état d’origine-, était encore si limpide dans son esprit, que la blondinette parvenait même à se souvenir de l’endroit, de l’heure et même du dîner de ce soir-là. Comme si cette annonce officielle avait eu pour effet de soudainement tout faire basculer.

Un peu avant l’été, Dorian décida que le temps était venu pour lui d’avoir une discussion sérieuse avec sa jeune sœur. Cette dernière, affolée par la perspective de devoir aborder des sujets épineux -et fatalement, hyper gênants- avec celui-ci, s’était tout d’abord demandée avec une malice mal dosée, quelle anomalie physique son ostrogoth de frère avait bien put se trouver pour prendre ce ton si solennel pour lui parler. Toutefois, il ne mit pas longtemps avant de la rassurer puis de lui exposer son envie de se poser, se jetant sur cet imparable prétexte de vouloir faire de sa petite sœur, une adolescente lambda -tu parles d‘une excuse. Tranquillisée, Cat avait cependant passé un temps fou à peser le pour et le contre de ce départ précipité et enfin, avait appuyé le souhait de Dorian avec un enthousiasme probant : quelques jours à peine après en avoir longuement discutés, après avoir scrupuleusement analysés la situation, ils rassemblèrent leurs affaires et partirent pour Lima, Ohio.

Cat ne connaissait rien, de Lima. Petite, elle y été venu avec sa mère pour un concours de beauté. Seulement, elle avouait ne se souvenir de rien. Mise à part du parc municipale, dans lequel on l’avait obligé à poser par -5 degrés, maquillée à outrance dans une robe en tulle rose imposante -une véritable meringue ambulante-. Lima était une ville tranquille, paisible. Si Cat avait aussi vite acceptée l’idée de s‘y installer, c’était avant tout parce qu’elle savait que dans cet endroit, personne ne la reconnaîtrait, personne ne s’amuserait à lui citer avec un petit sourire moqueur (envieux ?) au coin des lèvres, les différents slogans publicitaires qui l’avait rendue plus ou moins célèbre dans le petit monde cruel du mannequinat. Certes, elle avait très vite déchantée en rentrant au lycée mais, cela n’empêchait pas qu’elle se sentait comme chez elle, à Lima et finalement, c’était ça le plus important.

Pour Dorian et Cat, Lima était un peu leur paradis sur Terre. On ne pouvait pas dire que leur vie avait été très glorieuse, jusqu’à présent. Cependant, dans cette ville, ils se sentaient bien. Ils ne leur avaient pas fallu longtemps pour trouver un appartement et même s’il n’était pas des plus luxueux, ils adoraient leur petit foyer. Cat, en particulier. C’était elle, qui avait prit l’initiative de le décorer à sa guise, d’en faire un endroit douillet et confortable -elle en était très fière, d’ailleurs. Composé d’une seule chambre, Cat avait émit le souhait de la laisser pour son aîné mais, celui-ci préféra la lui céder et au fil du temps, la jeune fille lui en était très reconnaissante.

Le chemin jusqu’à sa chambre ne fut pas très long, et ne se faisant pas prier pour y entrer, c’est avec un sourire aux lèvres que la blondinette s’y engouffra, les mains recouvertes par les manches de son sweat rose à capuche. Le jaune dominait la pièce. Un jaune topaze, très doux et reposant qu’elle avait elle-même choisi. La pièce était grande et lumineuse -assez grande pour accueillir un lit supplémentaire-. Cat n’était pas une jeune fille exigeante. Mise à part un bureau imposant et une commode surmontée d’un miroir -un comble, elle qui ne se regardait jamais dedans- qui l’était tout autant, les meubles n’encombraient pas la pièce : une véritable chambre de jeune fille, harmonieuse en couleur, plutôt bien rangée et enveloppée par son odeur sucrée. Il n’y avait pas de photos aux murs, pas de posters représentants de beaux blonds aux sourires ultra-bright. Juste, des murs jaunes et des étagères bombées de livres, bombées à craquer.

A l’arrivée de Lynn, Cat avait tout de suite rejeté l’idée logique que sa cousine puisse partager cet endroit -son endroit, sa pièce- avec elle. Toutefois, plus elle auscultait les moindres recoins de son antre, plus elle trouvait que ne pas le partager était d’un égoïsme écœurant : Lynn avait le droit de se sentir comme chez elle. Le fait que ses états d’âmes empêchent Ecaterina de considérer Lynn comme un membre de sa famille ne devait en aucun cas interférer dans le confort de cette dernière. C’était ridicule. Cat se sentait ridicule. Le coup de la baignoire ? C’était son idée. Oui, elle le regrettait. D’ailleurs, elle se sentit rougir à la minute même où l’image de la brunette contorsionnée dans la baignoire s’imposa à elle et frôlant sa joue de ses doigts glacés, elle secoua la tête avec dépit : Cat se décevait terriblement à cet instant précis.

La voix cassée de sa cousine la fit sursauter, et se retournant à temps pour récupérer la tasse remplie à ras bords de lait bouillant, Cat esquissa un sourire confus en guise de remerciement. Son attitude passée était exactement ce qu’elle reprochait aux filles de son lycée. Cat ne voulait pas devenir ce genre de fille -il était juste impensable qu’elle ne se laisse aussi facilement tenter par la méchanceté gratuite. Invitant Lynn à rentrer d’un signe de tête, la jeune fille alla s’asseoir sur son lit et garda une place pour son invitée -invitée qui reprit rapidement la parole, ce qui eu le don d’embarrasser davantage la jolie blondinette.

« Je n’y suis pour rien, tu sais. » dit-elle à mi-voix ne cherchant pas à cacher sa honte cette fois. Elle baissa pourtant la tête, trempant son petit doigt dans le liquide bouillant -elle le tourna un moment, puis le porta à ses lèvres soulageant la brûlure bénigne avec sa langue et leva les yeux, en même temps « Mais, j’ai une idée pour me faire pardonner de m‘être comportée comme la pire des garces pendant toute cette semaine.  » Cat ne mâchait pas ses mots. Oui, elle avait été une véritable garce, et encore c’était l’insulte la moins vulgaire qui lui avait frôlé l’esprit ! Elle était prête à s’affubler de tout les noms d’oiseaux possibles et imaginables pour prouver à sa cousine à quel point elle était désolée ! Toutefois, elle ne voulait pas être la responsable de la potentielle grossièreté de sa jeune et -visiblement- innocente cousine aussi, la jeune fille préféra s’abstenir. Enfin, elle se redressa, posant sa tasse entre ses genoux tièdes maintenant -elle haussa les épaules d‘un même chef, regardant l‘adolescente avec hésitation « Il y a de la place pour deux lits, dans cette chambre. » Cat esquissa un bref sourire timide, et baissa à nouveau la tête « En attendant de trouver mieux, on pourrait peut-être, j’sais pas -cohabiter ? » Ses yeux se perdirent dans les motifs fleuris de son oreiller au loin -celui qu’elle avait jeté sans ménagement au réveil- et après un instant de contemplation, releva les pupilles. Ecaterina scruta le visage de la brunette -sa réaction, plus précisément- quand soudain, elle éprouva le besoin d’ajouter « C’est comme tu veux, bien sûr. Je ne t’obliges à rien. Je suppose juste que la baignoire ne doit pas être confortable et puis, tu pourrais travailler ici -faire tes devoirs, profiter de mes bouquins ! Regarde, j’en ai des tas ! » Cat désigna de la main ses étagères pleines puis, reprit dans un murmure quasi inaudible « Je suis tellement désolée Lynn. Vraiment. » répéta-t-elle pour la énième fois de la matinée, appuyant son dernier mot d’un regard qui se voulait chaleureux. La jeune fille se hâta de détourner le regard, attrapant sa tasse aussi vite et buvant une longue et brûlante gorgée de son chocolat chaud ; il ne lui restait plus qu’à attendre la réponse de sa cousine et autant dire que cette interminable attente l’oppressait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn S. Sawyer
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
Age : vingt-quatre ans • née le vingt-et-un décembre.
Occupation : a travaillé pendant cinq ans au hummel's garage. vient de demander des congés d'un ans pour aller étudier à new york la littérature. elle vient juste de passer son 'bac' en candidat libre. a étudié deux ans à new york. vient de se faire transférer à l'université de lima pour terminer son cursus. littérature, option cinéma. elle a fait quelques stages dans un journal en tant que pigiste.
Humeur : motivée pour avancer et prendre un nouveau départ (encore). in the end everything will be okay; if it's not okay, it's not the end.
Statut : célibataire depuis peu.
Etoiles : 1070

Piece of Me
Chanson préférée du moment : astronaut • simple plan
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty
MessageSujet: Re: 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !   06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! EmptyJeu 2 Juin - 12:27

(Pardon c'est un peu court eeet nul ce post. Jme rattraperais!)

Lynn se mordit la lèvre alors qu'elle était restée debout près de la porte. Oh non mince. Elle avait l'impression qu'Ecaterina était embarrassée maintenant, et ce à cause d'elle. Elle aurait du se taire. Elle savait qu'elle parlait trop. Si seulement elle avait pu retenir ce qu'elle venait de dire. Elle ne pensait pas que sa cousine l'aurait pris de ce ton là. Lynn fit quelques pas vers Ecaterina avec sa main libre en avant comme pour la retenir physiquement de dire ce qu'elle venait de dire. Certes c'était une chose bien inutile mais psychologiquement, Lynnette parlait beaucoup avec les mains. Parfois ça lui avait porté défaveur, comme par exemple le jour où elle expliquait à une amie dans les couloirs que son père avait acheté un bateau et qu'elle avait commencé à le décrire avec de grands gestes sortis de nul part. Forcément, c'était à ce moment là qu'un jeune garçon à qui Lynn plaisait bien s'était approché d'elle pour lui parler et elle l'avait presque rendu aveugle !.. Lynn resta debout en regardant sa demi cousine par alliance. « Hey. Je ne t'en veux pas tu sais. ».

La brunette se mit alors à boire une gorgée du chocolat chaud. Mmm elle adorait quand il était encore à moitié brulant. Ca réchauffait tout d'un coup ! Le chocolat chaud était vraiment le petit déjeuner qu'elle préférait en hivers. Elle avait tenté de se mettre au café mais c'était bien trop amer pour sept heures du matin. Même avec six sucres. Oui oui elle avait essayé. Bon elle avait du avouer qu'au final il y avait plus de sucre que de café et ça lui avait fait mal aux dents pendant une semaine... Alors qu'elle buvait sa deuxième gorgée, elle entendit Cat' lui dire qu'elle voulait se faire pardonner d'avoir été une garce. Wow. Elle n'avait jamais dit ça. Et elle ne le dirait jamais même si elle le pensait un peu. En l'occurrence elle ne le pensait même pas alors pas question qu'Ecat le pense aussi. Elle regarda Cat' avec des yeux ronds en attendant la suite, buvant une deuxième gorgée... Qu'elle manqua de recracher aussi rapidement lorsqu'elle lui dit qu'elles pourraient peut être dormir toutes les deux dans la chambre. Elle était sérieuse là ? Lynn regarda le visage de Cat' pour essayer de trouver l'ombre d'une moquerie mais elle ne vit rien. Et le pire, c'est qu'elle ajouta autre chose avant que Lynn n'ait eu le temps de répliquer. La baignoire étonnement était plutôt confortable. Avec une ou deux couches de rembourrage, ça passait pour un matelas facilement, et puis au moins elle était sure de ne pas tomber du lit en faisant un cauchemar. Certes, il y avait un petit hic. Elle se souvenait d'une fois où elle avait faillit faire un arrêt cardiaque, ce devait être deux ou trois jours après être arrivée, lorsque Dorian avait allumé l'eau de la douche un matin... oubliant que Lynn était en dessous. Heureusement pour elle, Dorian allumait l'eau avant de se déshabiller. Lynnette s'était alors réveillée en criant, le coeur battant, complètement traumatisée de son réveil ! Depuis elle avait appris la leçon : elle verrouillait la porte le soir. Lynn était un peu claustrophobique alors le fait de fermer la porte et de se retrouver dans une pièce avec une micro fenêtre l'embêtait un peu mais elle survivrait.

Elle continuait de fixer sa cousine alors qu'elle déposa sa tasse de chocolat au sol. Elle regarda l'étagère pleine de livres qui était contre le mur. Ouah. C'était vrai qu'elle en avait un sacré paquet. Elle parcouru certains titres des yeux et en nota plusieurs qu'elle avait elle aussi lu. Ca leur faisait un sacré point en commun déjà toute cette littérature. Lynn lança un regard circulaire à la pièce. C'était vrai qu'il y avait largement la place pour deux ici mais elle se sentait extrêmement gênée que sa cousine se sente obligée de lui faire de la place. Déjà qu'elle bousculaient leurs habitudes... Il ne fallait pas trop en faire non plus. Mais elle lui en était extrêmement reconnaissante et elle lui fit savoir, la prenant soudainement dans ses bras sur le côté (oui elle était toujours assise à côté d'elle) pour lui faire un câlin. Geste très surprenant et qui ne tint pas compte de la tasse de chocolat qu'avait Ecaterina dans ses mains. « Merci. Mais je ne peux pas accepter. Ca me gênerai de bouleverser encore plus vos habitudes. Tu sais... La baignoire n'est pas si inconfortable que ça. ». Elle lacha Cat' et la regarda en souriant. Peut être qu'elle était devenue folle oui ! Qui refusait un lit pour une baignoire franchement ?

Lynn se leva et se remit face à Cat'. Elle n'en revenait pas de ce qu'il s'était passé ce matin. C'était assez étrange. Un peu comme dans les films. Tout finissait par s'arranger - ou presque. En un clignement de cil, peut être qu'Ecat' s'était tout simplement réveillée de bonne humeur ce matin remarque, sa cousine avait changé du tout au tout d'attitude. C'était vraiment curieux. Lynn n'avait pas l'habitude d'élaborer des théories fumeuses mais si ça avait été le cas, elle aurait trouvé ce changement d'attitude trèèèèès louche et aurait décrété que Cat' avait une idée derrière la tête. Elle placa ses deux mains (à elle) sur ses hanches (à elle) avant de rajouter. « Par contre pour les livres et les devoirs... Je ne dirais pas non. Si tu veux toujours bien sur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty
MessageSujet: Re: 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !   06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! EmptySam 4 Juin - 18:15

Installées sur le lit, se réchauffant petit à petit, les deux adolescentes ne pipèrent mots pendant un temps. Habituellement, le silence n’était pas quelque chose qui gênait Cat, bien au contraire. Un jour, son père lui avait longuement expliqué que les silences étaient bien plus significatifs que d’interminables tirades. Il s’agissait là de l’unique raison pour laquelle Cat tachait de ne jamais rester silencieuse trop longtemps, pour que quiconque ne mette jamais le doigt sur ses réels états d’âmes. C’était plutôt futé, et d’une certaine manière, elle s’en amusait beaucoup ; comme l’ensemble d’un orchestre invisible qu’elle menait d‘une main de maître, rien ne pouvait échapper à sa vigilance affûtée. Tout était toujours sous contrôle.

Pourtant ce matin, le lourd silence qu’avait instauré sa cousine suite à sa proposition spontanée, la jeune fille ne su ce qu’il signifiait, exactement. D’ordinaire si douée pour les interpréter cette fois, elle n‘y parvenait pas. Observant sa cousine discrètement, aucune expression, aucun signe ne trahissait ses pensées. Frustrée, Cat entrouvrit la bouche, prête à prêcher pour ne serait-ce qu’ajouter un détail qui ferait pencher la balance de son côté quand alors, elle se rétracta -non, il était inutile de lui forcer la main. Les jambes repliées, tenant étroitement sa tasse de chocolat entre ses doigts crispés, Ecaterina retint son souffle. Cette attente était une véritable torture mentale ! Plus les secondes passaient et plus l’adolescente sentait que sa tentative de se rattraper allait lamentablement échouer. Jetant un coup d’œil furtif à son radio-réveil posé sur sa table de chevet, elle roula des yeux courroucée : quand allait-elle se décider, enfin ?

Aussi spontanée et sincère qu’elle soit, cette proposition n’en était pas pour autant incongrue. Il y a quelques heures à peine, il été encore impossible pour elle d’accepter le fait qu’elle ait posé ses bagages ici, dans cet appartement. Certes, c’était un revirement de situation radical. Cat ne changeait jamais d’avis à la légère, seulement cette fois-ci, elle admettait avoir eu tort. Tout le monde fait des erreurs, non ? Elle n’était qu’une humaine, après tout et même si les jugements hâtifs n’étaient en aucun cas sa tasse de thé, elle l‘avouait : elle en avait usé à l’arrivée de Lynn -bon, ce n’était pas non plus le drame du siècle !

Le silence perdura encore un moment et lassée de devoir attendre la réponse de sa cousine, la blondinette lança un timide « Alors ? » et se raidit subitement quand celle-ci lui serra l’épaule, l’étreignant furtivement. Il ne fallait tout de même pas abuser. Tout ça était un peu trop rapide à son goût -et dieu sait que Cat pouvait se montrer tactile, pourtant- et se dégageant aussi lentement que possible du bras de la jeune fille (pour ne pas la froisser, cela va s’en dire) elle esquissa un sourire gêné tout en opinant du chef ; sa réponse n’était pas celle qu’elle attendait. Cat avait fait un effort considérable pour lui faire ses excuses et, Lynn refusait sa proposition. Cat ne faisait pas partie des personnes qui prenaient tout pour argent comptant, qui se vexaient pour des broutilles et qui boudaient des jours entiers parce que piqués dans leurs orgueils -non, elle était bien au dessus de tout ça. Toutefois quand les paroles de Lynn l’atteignirent, elle fut frappé par cette sensation étrange, ce malaise grandissant, ce petit pincement au cœur qui la fit se lever, sautant sur ses pieds en balançant sa longue chevelure partiellement décoiffée par dessus son épaule « D’accord. C’est ta décision, je comprends. » dit-elle en lui tournant le dos. Cat s’avança un peu puis, alla poser sa tasse de chocolat sur son bureau - elle ferma les yeux, un court instant. La jeune fille était vexée -blessée, peut-être plus. Mais, elle la comprenait vraiment. C’était sa faute, d’un certain côté. Tant pis. Pinçant les lèvres, la blondinette la gratifia d’un sourire forcé quand elle lui dit que cela dit, elle apprécierait de pouvoir se servir dans sa collection de livres. Soit. D’un signe de tête concis, Cat lui fit comprendre que cette proposition tenait toujours « Tu peux rester ici, si tu veux. Je vais t’emprunter ton lit, un moment. » l'informa t-elle. Nonchalamment, elle se dirigea vers son placard et y pénétra, sans se retourner -une fois à l’intérieur, elle reprit un peu plus fort « Je vais me préparer. Je dois passer à la librairie dans la matinée. » récita-t-elle d’un ton monocorde, choisissant des vêtements au hasard. Sa vexation ne désemplie pas, et se hâtant de sortir de son placard bien rangé, ses vêtements soigneusement pliés entre ses mains, Cat prit le chemin qui menait jusqu'à la porte de sa chambre -elle préférait ne pas regarder Lynn. Tentant avec une attitude maladroite de cacher sa rancune, Cat prit sur elle, toutefois et dans une grande inspiration se força à la regarder, au moins une dernière fois. Ses yeux scrutèrent le visage de la brunette un moment mais, assez vite Cat détourna la tête. Baissant les yeux progressivement, elle activa la poignée de la porte puis, clignant des yeux d'un même mouvement, quitta la chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn S. Sawyer
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
Age : vingt-quatre ans • née le vingt-et-un décembre.
Occupation : a travaillé pendant cinq ans au hummel's garage. vient de demander des congés d'un ans pour aller étudier à new york la littérature. elle vient juste de passer son 'bac' en candidat libre. a étudié deux ans à new york. vient de se faire transférer à l'université de lima pour terminer son cursus. littérature, option cinéma. elle a fait quelques stages dans un journal en tant que pigiste.
Humeur : motivée pour avancer et prendre un nouveau départ (encore). in the end everything will be okay; if it's not okay, it's not the end.
Statut : célibataire depuis peu.
Etoiles : 1070

Piece of Me
Chanson préférée du moment : astronaut • simple plan
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty
MessageSujet: Re: 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !   06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! EmptyDim 5 Juin - 22:01

(Désoléee j'ai pas réussi à écrire comme je voulais. Notre prochain sujet jme rattraperaiss !)

« D'accord. ». La brunette ne trouva rien d'autre à ajouter. Elle était soudainement très inconfortable, sentant une sorte de tension dans la pièce. Lynn ne pensait pas que sa cousine le prendrait mal. Néanmoins, lorsqu'elle vit Cat super mal à l'aise quand elle la pris dans ses bras puis quand elle se leva pour aller vers son placard, Lynn se mordit la lèvre inférieure. Visiblement, Ecaterina n'avait pas trop apprécié le fait que Lynn refuse. Elle ne devait pas comprendre ses motivations profondes, normal après tout elles n'étaient pas télépathes encore hein ! Ca se saurait sinon ! Pourtant elle lu avait quand même dit que ça la gênait et donc ce n'était pas parce qu'elle n'aimait pas Ecat' qu'elle refusait. M'enfin, elle avait du toucher la sensibilité de la miss en refusant une offre généreuse comme ça. Elle aurait peut être du tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de répondre. Ca lui aurait empêchée de détruire le semblant de relations cordiales qu'elles avaient réussit à instaurer entre elles. Restant muette parce qu'elle ne savait pas comment rattraper la situation, Lynn regarda Cat' sortir de la pièce en silence. C'était tout elle ça. Elle avait réussit à saper la motivation de Caterinette. Et surtout, elle espérait que Cat' ne lui en voudrait pas.

-- PLUS TARD DANS LA SOIREE.

Lynn entra dans la salle de bain pour se coucher. Elle souffla en entrant dans la pièce, fermant le verrou derrière elle. La conversation du matin même avec Ecaterina lui revint en tête. Elle se sentait un peu coupable d'avoir décliné l'invitation qui avait du quand même être une grande décision pour Cat. Partager sa chambre n'était pas une petite décision. Surtout que Cat' n'était pas une grande fan de Lynn jusque là. Peut être qu'elle aurait du accepter après tout ? Juste pour ne pas vexer la demoiselle ? Non, elle ne pouvait pas. Elle s'imposait déjà assez dans l'appartement pour accepter. Se glissant dans son pyjama avant de se mettre devant le miroir, elle secoua la tête pour chasser ces pensées. Demain ça irait mieux, elles auraient oublié ça. Elle se brossa les dents puis installa son lit dans la baignoire (oui ça avait été rangé quand même pour que tout le monde puisse prendre une douche !). Elle se glissa sous la couette et ferma les yeux. Alors qu'elle était sur le point de s'endormir, de l'eau commença à gouter du plafond et d'un tuyau qui était accroché au plafond. Très rapidement, l'eau goutta de plus en plus vite et bientôt, le boulon qui retenait les tuyaux sauta. Lynn qui était juste en dessous poussa un cri lorsqu'elle se retrouva complètement trempée. Décidément, il fallait que ça lui arrive. Se relevant en panique, elle sorti de la baignoire et repris son souffle en constatant les dégâts. Elle secoua ses mains pour essayer de faire partir l'eau mais c'était peine perdue sachant que l'eau continuait de fuir des tuyaux.

Lynn était trop scotchée par ce qu'il venait de se passer pour penser à réagir directement et appeler Cat et Dorian. Elle contemplait l'eau se répandre partout, détruisant son lit pour la nuit, si ce n'était pour plus longtemps. C'était à croire qu'Ecaterina, en l'invitant à partager sa chambre, avait jeté un mauvais sort sur la douche en voyant que Lynn avait refusé. Comme si elle avait tout fait pour que Lynn accepte sa proposition ! Genre Prue Halliwell qui s'énerve lorsque son patron et ex continuait de l'énerver. Mouais ça serait vraiment, vraiment bizarre quand même. Lynn ne voyait pas du tout Cat' comme ça. Certes, cette fuite était survenue à un moment curieux mais bon. Lynn secoua sa tête avant de sortir de la salle de bain dans un sale état.

Dorian ne semblait pas être là. Le canapé était vide. Elle se dirigea alors d'un pas tremblant - et trempé - vers la chambre d'Ecaterina. Elle avait un peu peur de la réaction de la blondinette. Après tout, il se pouvait qu'elle lui en veuille encore de la matinée et qu'elle se soit renfermée comme elle l'était pendant toute la semaine. Et si elle l'envoyait balader ? Mmm Non, elle ne pouvait pas quand même. Après tout, l'appartement était en danger ! S'il y avait des fuites d'eau... Elle frappa timidement à la porte et entra dans la chambre après avoir entendu un « Entrez ». Dégoulinante d'eau, Lynn se frotta les bras pour essayer de se réchauffer et déclara pour éviter de tout dramatiser toute suite : « Je crois que je vais accepter ton offre finalement... ».

... TO BE CONTINUED.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty
MessageSujet: Re: 06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !   06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE ! Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

06. [Robertson's] PEETA! No, Forget it ! It's GALE !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 6
-