Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. My life would suck without you (part II)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 06. My life would suck without you (part II)   Sam 14 Mai - 22:28

06. My life would suck without you

(part II)


Emma observa son reflet dans le miroir, sourcils haussés. La veille, à l’heure du déjeuner, Will Schuester lui avait proposé de venir au bal de la Saint Valentin avec lui. Une journée pour trouver une robe, ce n’était pas une chose aisée. C’était la raison pour laquelle, un peu plus tôt dans l’après-midi, elle avait demandé de l’aide à Désirée. Devant la garde robe d’Emma, la jolie blonde avait froncé les sourcils : entre ces cardigans aux couleurs vives et ces jupes bien trop longues à son goût, il n’y avait pas une seule robe qui convenait à ce type de soirée. Le professeur de littérature s’était donc absenté une demi-heure, et était revenue avec plusieurs robes venant de sa propre garde robe. La conseillère d’orientation avait à son tour froncé les sourcils devant les décolletés plongeants que lui proposait son amie. Désirée lui avait alors lancé un grand sourire, et lui avait montré une robe plus sobre que les autres. La jeune femme affirmait qu’elle devrait être à sa taille, puisqu’elle était justement trop petite pour elle – et oui, on ne pouvait pas vraiment dire que les deux jeunes femmes avaient la même poitrine. Deux heures plus tard, Emma se retrouvait donc devant son miroir, dans la robe que lui avait prêtée sa meilleure amie. Noire, elle descendait presque jusqu’aux genoux de la jeune femme et ne présentait aucun décolleté vertigineux. Une aubaine, pour elle.

Emma passa une main dans ses cheveux roux, haussant finalement les épaules. Elle se sentait coupable d’avoir attaché autant d’importance à une robe pour une soirée qui, de toute façon, n’avait rien de romantique. A priori. La jeune femme secoua la tête pour effacer cette pensée fugitive quand elle se souvint de Carl. Elle ne l’avait même pas prévenu, et elle se sentait fautive de le laisser dans l’ignorance comme ça. Poussant un nouveau soupir, elle se retourna vers son lit et récupéra le sac qu’elle avait rempli un peu plus tôt. Elle jeta ensuite un coup d’œil à sa montre et, constatant qu’il était l’heure de partir, elle quitta sa chambre. Will lui avait proposé de venir la chercher mais elle avait refusé, jugeant cette attention un peu trop solennelle et malheureusement peu appropriée – car oui, elle aurait adoré qu’il vienne la chercher en voiture malgré tout. Traversant le couloir dans ses escarpins sombres, Emma arriva enfin dans le salon. Un sourire se dessina sur ses lèvres quand elle remarqua la veste de Will, qu’elle avait disposée sur un cintre afin de ne pas l’abimer. Elle avait oublié de la lui rendre la veille, et comptait bien se rattraper en la lui apportant ce soir. Récupérant la veste, Emma prit les clés et ouvrit la porte d’entrée avant de pousser un petit cri de surprise. Oh surprise, qui se trouvait justement derrière cette porte ? Will Schuester ? Et non, c’était raté. Emma venait de tomber nez à nez avec Carl Howell, son petit ami. La jeune femme s’empressa de cacher le cintre derrière son dos, son cœur battant à tout rompre dans sa poitrine. Et zut !

« Wow ! » S’exclama Carl en détaillant sa tenue du regard. Emma se mordit la lèvre inférieure. Si seulement elle l’avait prévenu avant ! Se sentant rougir, la conseillère répondit sur un ton hésitant : « Salut Carl ! Je suis désolée, je ne savais pas que tu viendrais… Je dois aller au lycée, ce soir. » Le dentiste haussa un sourcil, l’air dubitatif : « Tu comptes aller au lycée dans cette tenue ? ». Il lui jeta un regard suspicieux et Emma, embarrassée, tenta de se rattraper du mieux qu’elle le pouvait : « Oui, tu sais… Il y a le bal de la Saint Valentin. Je suis censée surveiller les élèves. » Inutile de mentionner le fait que c’était Will Schuester qui l’y avait invitée, en vérité. Emma baissa son regard, honteuse, quand celui-ci se posa sur le bouquet de fleur que Carl tenait entre ses mains. Zut, zut, et triple zut ! La Saint Valentin, justement… « Oh, je vois. Je voulais te faire une surprise, mais c’est raté, visiblement ». Emma fronça les sourcils, l’air désolé. Elle ouvrit la bouche, prête à s’excuser quand Carl lui posa la question qu’il n’aurait jamais dû poser. « Qu'est-ce que tu caches, derrière ton dos ? ». Emma s’éclaircit la gorge, ses pommettes prenant une teinte encore plus rosée. Elle était prise au piège. Malgré elle, la conseillère ramena devant elle le cintre sur lequel la veste de Will était posée. « Ce n’est rien… Juste une veste que je dois rapporter au lycée. » Ce fut à ce moment précis qu’elle vit le regard de son petit ami s’assombrir. « La veste de Schuester, je me trompe ? » Demanda-t-il sur un ton amer, même si sa question ressemblait plus à une affirmation qu’à une interrogation. « Je suis désolée, je lui ai promis de… » Elle n’eut pas le temps de lui répondre, Carl lui coupant la parole : « Tu vas passer la soirée de la Saint Valentin avec lui ? ». Emma secoua la tête, paniquée : « Non, on va juste surveiller ensemble les élèves, rien de plus… ». Un rictus se dessina sur les lèvres du dentiste. Emma l’observa un moment, ne sachant plus quoi faire ou de quelle façon se rattraper. Les secondes semblaient s’étirer, tandis que Carl scrutait son regard d’un air sérieux. Et puis… « Emma… Si tu y vas, c’est terminé. ».

La phrase résonna dans l’esprit d’Emma qui l’observa sans comprendre. Terminé ? Il lui fallut quelques nouvelles secondes avant de comprendre le sens de sa phrase. La voix tremblante, elle essaya de se défendre mais sa voix manquait d’assurance. « Je suis désolée, Carl. Mais je me suis engagée maintenant, je dois y aller. Je n’ai pas le choix ». Secouant la tête en signe de dénégation, le dentiste ne semblait pas l’écouter. « Comme tu veux ». Emma le regarda droit dans les yeux, et comprit qu’il était on ne peut plus sérieux. Les larmes lui brûlaient les yeux, mais elle les retint. « Je suis désolée… » Répéta-t-elle après une nouvelle poignée de secondes. Les jambes engourdies, elle parvint toutefois à se retourner. Elle ferma l’appartement à clé, puis se pencha vers Carl pour l’embrasser sur la joue, un geste qui n’était pas anodin pour une mysophobe comme elle. Il écarta le visage et Emma se rendit à l’évidence : elle ne pouvait plus faire marche arrière. Une boule se forma au creux de sa gorge quand elle lui jeta un dernier regard. Elle quitta le couloir, et n’entendant aucun pas derrière elle, elle imagina que Carl était resté là où elle l’avait laissé. Une larme coula et dévala sa joue.

Quelques minutes plus tard, la jeune femme était dans sa voiture, assise derrière son volant. Elle patienta quelques secondes avant de mettre le moteur en marche. Son regard était posé sur la voiture de Carl qui était garée un peu plus loin. Soupirant une fois de plus, elle jeta un coup d’œil furtif à sa montre. Elle qui était toujours à l’avance était désormais en retard. Un dernier regard à la voiture de Carl, puis la jolie rousse quitta sa place de parking, s’aventurant sur les routes de Lima, en direction du lycée. Elle mit la radio afin de se divertir l’esprit, mais ses pensées revenaient sans cesse vers Carl. Elle ne savait pas si ce qu’il avait dit était définitif mais au vu du regard qu’il lui avait lancé, cela semblait clair. A plusieurs reprises, elle faillit faire demi-tour et se diriger vers l’appartement du dentiste afin de présenter ses excuses, mais elle savait qu’il était trop tard. Après tout, n’était-ce pas ce qu’elle avait voulu faire : rompre avec lui ? Emma secoua la tête d’un air triste. Si, elle s’était promis d’être honnête avec lui, mais elle ne l’avait pas fait, par manque de courage et à cause de la propre crise qu’elle traversait. La voiture finit par arriver sur le parking de McKinley High. Emma chercha une place vide et plusieurs minutes plus tard, elle s’était garée. Elle attendit quelques secondes afin de réunir tout son courage. Elle passa une main sur sa joue, et espéra qu’elle n’avait l'air trop pitoyable.

Se jurant d’aller voir le dentiste le lendemain afin d’être sincère avec lui – après tout, elle lui devait au moins ça – elle sortit finalement de la voiture, récupérant au passage la veste de Will qu’elle avait disposé à l’arrière. Ses escarpins claquèrent sur le bitume, et l’ombre d’un sourire se dessina sur les lèvres de la conseillère. La soirée avait plutôt mal commencé, mais elle espérait en son for intérieur que la présence de Will chasserait ses soucis. Entrant dans le lycée, Emma se dirigea vers la grande salle qui faisait office de salle des fêtes lors de ce genre d’événements. Son sourire peinait à s’éterniser sur ses lèvres, ses pensées étant occupées par la scène à laquelle elle avait assisté. Pourtant, lorsqu’elle plissa les paupières et reconnut la silhouette de Will, au loin, attendant près de la porte comme il en était convenu, son sourire reprit sa place sur ses lèvres tandis que son cœur tambourinait déjà contre sa poitrine. Parvenant à la hauteur du professeur d’espagnol, elle lui tapota sur l’épaule doucement, afin qu’il se retourne. Lorsqu’il tourna les talons, elle en oublia momentanément le nouveau lot de problèmes que lui avait apporté ce début de soirée. Elle jeta un coup d’œil rapide sur son costume avant de sourire de plus belle. « Salut Will ! J’espère que je ne t’ai pas trop fait attendre… Si c’est le cas, je m’en excuse ». Elle lui tendit sa veste, s’empressant de s’excuser de nouveau : « Et, je suis désolée d’avoir oublié de te rendre ta veste, aussi ». Elle patienta quelques secondes, espérant que son rythme cardiaque se calmerait. Haussant les sourcils, elle finit par ajouter : « Oh et, tu es très séduis… hm, tu es très bien comme ça ». Elle se mordit la lèvre inférieure, se maudissant de bégayer dès le début de la soirée. Elle passa une main sur sa joue, espérant que cela atténuerait les couleurs que celle-ci avait prises.

Décidément, cette soirée commençait sur les chapeaux de roues !


Dernière édition par Emma Pillsbury le Dim 15 Mai - 13:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. My life would suck without you (part II)   Dim 15 Mai - 13:05

    Je soufflais bruyamment assis dans ma chambre sur mon lit, recouvert de différents costumes, cravates ou encore nœuds papillon. Je me grattais l'arrière de la nuque avant de me laisser tomber sur mon matelas. Pourquoi choisir une simple cravate pour aller surveiller des élèves était une tâche si compliquée ce soir ? Peut-être parce que ce soir, celle qui m'accompagnait était Emma. Une idée traversa mon idée, je savais à qui je pouvais demander de l'aide. Je me relevais alors rapidement, prenant quelques cravates au passage et m'empressai de descendre au salon où j'enfilai plus que rapidement des chaussures. Mon rendez-vous avec Emma était fixé dans trois heures, je ne devais pas perdre de temps si je voulais être à l'heure.

    Je toquai à la porte de la maison, que je connaissais plus que bien. La porte s'ouvrit sur un visage qui m'était plus que familier : celui de Matthew, mon meilleur ami et collègue au lycée. « J'ai besoin de ton aide. Le bal est ce soir, j'accompagne Emma, mais j'ai un soucis. » dis-je en lui montrant les multiples cravates. Je le vis sourire et il me laissa entrer. Je posa alors toutes les cravates sur la table et après un moment à hésiter, il m'en montra une qui selon lui serait parfaite pour aller avec mon costume noir. Vous allez me dire que tout va avec le noir, mais le problème était de trouver ce qui irait le mieux à vrai dire. Je prenais alors la cravate dans mes mains, l'observant avec minutie, hésitant encore, jusqu'à ce que la femme de mon meilleur ami, celui que je considérais comme mon frère, fasse irruption dans la pièce. « Si il met cette cravate, je demande le divorce, Matthew ! » Je rigolais doucement en l'entendant dire ça, je ne pouvais pas en dire autant de Matthew qui selon sa femme avait de mauvais gouts en ce qui concernait les cravates. Bizarrement, après cette entrée fracassante, ce n'était pas que ma cravate qui changeait, mais mon costume entier. La femme de mon meilleur ami travaillant dans la mode, elle avait absolument souhaité m'aider à choisir. Après les avoir remercié tous les deux et avoir évité un divorce à Matthew, je quittais la maison, retournant à la mienne sachant à présent ce que j'allais mettre pour cette soirée qui s'annonçait banale, mais que je voulais tout de même marquée.

    Étrangement, cette soirée me paraissait importante. Pourtant ce n'était pas un rendez-vous galant ou encore un rencard, mais rien que de penser que j'allais passer la soirée en compagnie d'Emma me réchauffait le cœur. Je sortais de mon appartement dans mon costume beaucoup moins classique que ce que je le souhaitais au départ et me dirigeait vers ma voiture et montais au volant. Je me regardais dans le rétroviseur, un sourire aux lèvres me souvenant qu'il me manquait ma veste. Celle que j'avais posée sur les épaules d'Emma la veille à cause du froid et qu'elle avait oublié de me rendre. Je resserrais ma cravate et mon regard resta posé sur mon reflet dans le rétroviseur. Peut-être pouvais-je passer chercher la rouquine chez elle … C'était alors que j'attrapais mon portable, fourré au fond de ma poche, et composais le numéro -que je connaissais par cœur- de la conseillère d'orientation. C'était donc avec une voix douce que je proposais à Emma de l'accompagner jusqu'au bal de promo, mais à ma plus grande surprise, elle refusa. Je lui répondis que ce n'était pas grave et que donc on se voyait dans quelques instants au lycée. Je raccrochais doucement. A vrai dire, je m'y attendais un peu, son couple avec Carl ne marchait apparemment pas très bien ces derniers temps, si ce dernier me voyait débarquer en costume disant que je venais chercher sa petite-amie pour aller au bal de la Saint Valentin, ça n'arrangerait en rien les choses. Autant pour lui, que pour elle, que pour moi. Je démarrais donc et roulais en direction du lycée McKinley où je me garais avec facilité, étant l'un des premiers à arriver sur les lieux.

    Une fois descendu de ma voiture, j'entrais dans l'établissement où les organisateurs et quelques élèves se pressés pour terminer à tout préparer. Je me dirigeais alors vers la porte menant à la grande salle où aurait lieu la soirée de ce soir : tout était bien installé, certains élèves étaient encore en train de régler quelques petits détails concernant la musique, les tables étaient disposées et les élèves étaient tous sur leur trente-et-un. Je soufflais doucement en arrangeant mon nœud papillon. Je jetais un coup d'œil à ma montre et fronçais doucement les sourcils en voyant que la rouquine avait cinq petites minutes de retard. Venant d'elle cela m'étonnait, mais après tout, tout le monde a le droit d'arriver en retard, même si Emma, elle, était une personne extrêmement ponctuelle. Des élèves portant une table avec difficultés portaient une table à emmener dans la grande salle. Je décidais de leur donne un coup de main en attendant Emma. Après tout, même si elle arrivée et que je n'étais pas là, elle ne mettrait pas longtemps à me trouver.

    Je revenais en courant devant la porte de la grande salle, puisque cet endroit s'avérait être notre point de rendez-vous avec la conseillère d'orientation. J'entrouvris la porte en espérant voir Emma dans la grande salle parmi les élèves déjà arrivés, mais aucune chevelure rousse n'attira mon attention. Et si Carl l'avait empêcher de venir ? Si elle avait renoncé à venir pour la survie de son couple avec le dentiste ? Je sentis une légère pression sur mon épaule, pensant que des élèves voulaient que je me décale pour les laisser rentrer, mais c'était bien le regard brun d'Emma que je croisa, ce qui n'était pas pour me déplaire, bien au contraire. J'étais un peu rassuré de la voir là à vrai dire. « Salut Will ! J’espère que je ne t’ai pas trop fait attendre… Si c’est le cas, je m’en excuse » Mon attention resta sur sa robe : la première chose qui m'avait fait réagir. Je la regardais, ou plutôt la contemplais alors qu'elle semblait attendre une réponse. Je secoua la tête comme pour retrouver mes esprits et me souvenir de ce qu'elle venait de dire. « Hey .. » dis-je sur un ton léger et ailleurs. « Non, ne t'en fais pas, cela m'a permis d'aider les quelques élèves qui étaient déjà là. Puis, ça valait le coup d'attendre .. » terminais-je un sourire au coin des lèvres en faisant glisser, une fois de plus, mon regard sur sa robe noire. Je rigolais doucement en voyant la rouquine me tendre ma veste que j'attrapai dans un geste lent en souriant. « Et, je suis désolée d’avoir oublié de te rendre ta veste, aussi » Je lui soufflais un léger « merci » et passais ma veste sous mon bras. Je continuais de sourire bêtement en la fixant, comme pour mémoriser chaque traits de son visage à ce moment là, chaque plis de sa robe et chaque traits de maquillage. Je me sentais vraiment comme un adolescent … Emma me sortit de mes pensées en reprenant la parole. « Oh et, tu es très séduis… hm, tu es très bien comme ça » Mon sourire s'agrandissait un peu plus, alors je baissais le regard quelques secondes sur les chaussures noires. Mon regard se replongeait dans celui de mon ex-petite amie, un léger silence s'installa alors que je cherchais les mots pour exprimer ce que je ressentais à ce moment précis. « Merci, mais toi .. Tu.. enfin, tu es, vraiment ravissante, Emma. » soufflais-je sur un ton que je voulais doux. Je restais un moment à la regarder, silencieusement, avant que le mouvement autour de nous ne me rappelle que nous étions là pour surveiller les élèves pendant la soirée. Je poussais doucement la porte menant à la grande salle en accompagnant mon geste par un « Les dames d'abord » en parfait gentleman, même si le fait que ce soit Emma changeait certainement la donne vis à vis de mon comportement. Je jetais un coup d'œil aux multiples élèves présents dans la salle, j'en reconnus bien sûr quelques uns à qui j'adressais un signe de la tête amical. La salle avait été minutieusement décorée pour l'occasion et buffets entiers étaient présentés sur les longues tables entourant la salle. J'espérais sincèrement que cette soirée de bal de promotion se déroulerait sans problèmes et encore plus sans bagarres, car ce soir c'était bien un bal, mais les candidats se présentant pour le titre de Reine et Roi de promo étaient également là et cela pouvait très rapidement déclenché des crêpages de chignons.

    Je reposais mon regard clair sur Emma qui semblait légèrement ailleurs, comme tracassée par quelque chose. Mes sourcils se fronçaient doucement, me demandant bien ce qui se passait dans son esprit ou ce qu'il s'était passé pour quel soit comme ça. Il y avait bien sûr sa perte de mémoire et si cela était encore cela qui hantait son esprit, ma mission de lui changer les idées grâce à cette soirée commençait mal. « Ça va, Emma ? » demandais-je sur un ton plutôt inquiet, j'ajoutais en souriant doucement pour lui rendre le sourire à elle aussi. « J'espère que ce n'est pas mon nœud papillon qui te dérange. » Je rigolais, mais au fond, cela m'inquiétais vraiment. Peut-être trop justement ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. My life would suck without you (part II)   Dim 15 Mai - 20:30

Le souvenir de l’altercation qui avait eu lieu avec Carl flottait toujours dans l’esprit d’Emma, malgré le sourire ravageur que lui lançait Will et qui avait tendance à apaiser ses craintes. Accepter l’invitation de Will à cette soirée de la Saint Valentin n’avait pas été très malin : cela faisait des semaines que Carl lui reprochait de passer trop de temps en la compagnie du professeur d’espagnol, et elle venait de lui donner raison. La conseillère d’orientation n’était pas très fière d’elle. Non seulement elle n’avait pas tenu sa promesse qui était d’avoir une conversation sérieuse avec son dentiste, mais elle avait fait en sorte de le décevoir, de le blesser, ce qu’elle ne pouvait définitivement pas se pardonner. Désormais, elle n’avait plus que ses yeux pour pleurer, car Carl n’accepterait jamais ses excuses. Certes, elle savait que leur relation ne pouvait pas continuer ainsi, mais elle se devait tout de même d’avoir une discussion sérieuse avec lui, même si la perspective de celle-ci ne l’enchantait guère. Elle soupira et fuit le regard clair de Will l’espace de quelques instants afin de se remettre les idées en place. Elle fronça les sourcils, ses grands yeux bruns fixant ses escarpins d’un air absent. Malgré les péripéties de ce début de soirée, elle ne devait pas flancher devant Will : elle en avait déjà assez fait la veille lorsqu’elle s’était mise à sangloter face à lui, dans un élan de faiblesse. Toutefois, dissimuler sa tristesse à une personne qui, à l’image de Will, la connaissait si bien ne serait pas facile.

La voix du professeur d’espagnol rompit le fil des pensées d’Emma qui s’empressa de lever la tête, esquissant un sourire peu convaincant à l’adresse de son ex petit ami. Ce dernier lui dit que ça valait le coup de l’attendre, ce qui eut pour effet de faire rougir la conseillère d’orientation. Will et ses fossettes séduisantes : rien de tel pour vous en faire oublier vos petits – qui ne l’étaient pas tant – tracas. Emma acquiesça d’un signe de la tête, un sourire discret aux lèvres en guise de réponse. Will finit par reprendre la veste que lui tendait la jeune femme, tout en la complimentant sur sa tenue. Haussant les sourcils, et priant pour ne pas rougir davantage, la conseillère accueillit cette remarque d’un « merci » qu’elle prononça timidement. Will poussa la porte de la Grande Salle et lui proposa de passer la première tout en tenant la porte. La jolie rousse pencha doucement la tête sur le coté, avant d’entrer dans la salle. Elle écarquilla les yeux en voyant la décoration de la salle. Les élèves et autres employés de McKinley avaient fait un travail épatant. Ces lieux ne ressemblaient plus à ceux que la jeune femme connaissait pourtant par cœur. Elle avait l’impression de se retrouver plongée en plein cœur d’un conte de fée. Les adolescentes portaient de longues et jolies robes, tandis que les lycéens se trouvaient à leurs cotés, tout sourires.

Parmi tous ces jeunes, Emma ne se sentait pas vraiment à sa place. Evidemment, ce n’était pas comme si elle était arrivée dans un jogging Adidas à la Sue Sylvester, mais même dans la jolie robe que lui avait prêtée Désirée, elle avait l’impression d’être trop vieille, ou en décalé. De plus, si elle avait déjà assisté à ce genre d’événements pour lesquels elle avait été tenue de surveiller les élèves, elle n’avait jamais été accompagnée, et cela constituait une grande première pour elle. Lorsqu’elle était elle-même lycéenne, la rouquine n’avait jamais participé à ce genre d’événements. La raison principale était qu’elle n’était pas assez populaire pour se faire inviter par un garçon – et le seul qui avait osé l’inviter avait davantage l’air de Jacob Ben Israel que le quaterback vedette de l’équipe de football, si vous voyez ce que je veux dire. Elle n’avait donc jamais connu ces événements « de l’intérieur », et n’avait jamais été à la place de toutes ces adolescentes qui rayonnaient, au bras de leurs cavaliers. Pourtant, le manque de cavalier n’avait pas été la seule raison à son refus d’assister à ce genre de bal. Lorsqu’elle n’était encore qu’une adolescente, la phobie d’Emma était bien plus importante qu’elle ne l’était aujourd’hui, bien que ce ne soit pas peu dire. Cela était si handicapant qu’elle avait pris l’habitude d’éviter la foule ou le moindre contact avec les autres lycéens. Emma poussa un soupir à cette pensée. Ces bals avaient l’air intéressant, et elle regrettait amèrement de n’en avoir jamais fait partie.

La conseillère reporta son attention sur son propre « cavalier », ou tout du moins ce qui s’en rapprochait le plus. Ils se dirigeaient lentement vers le fond de la grande salle, et Emma aperçut le regard inquiet de Will lorsqu’il l’observait. Elle le gratifia d’un sourire, espérant qu’elle n’avait pas l’air trop ailleurs car la dernière chose qu’elle souhaitait, était gâcher la soirée de Will avec ses propres problèmes. Malheureusement pour elle, le professeur d’espagnol était observateur et s’aperçut que quelque chose clochait, puisqu’il lui demanda si ça allait d’un air inquiet. Et zut, pensa Emma. Will s’empressa toutefois d’ajouter qu’il espérait que ce n’était pas le nœud papillon qui la perturbait, ce à quoi Emma rit légèrement. Ils s’arrêtèrent non loin du buffet, et la jeune femme se tourna vers lui, le sourire accroché aux lèvres malgré l’image du Carl qui la hantait toujours. Elle avança sa main vers lui et pinça doucement le nœud papillon de Will de ses doigts : « Non, ton nœud papillon est superbe, ne t’en fais pas ». Au bout de quelques secondes, son sourire s’effaça pourtant lorsque ses pensées se redirigèrent vers le dentiste qu’elle avait laissé sur son propre palier, un peu plus tôt dans la soirée. Elle se mordit la lèvre inférieure, toujours aussi honteuse de ce qu’elle avait fait.

Son regard se posa de nouveau sur Will qui attendait toujours une réponse sérieuse de sa part. Emma hésita, n’ayant pas envie de commencer une discussion avec lui sur son couple avec le dentiste qui venait de voler en éclat. De plus, elle avait peur qu’il ne se sente lui-même coupable. Elle avait bien vu son regard la veille lorsqu’elle lui avait dit que Carl était jaloux de la relation qu’ils entretenaient. Le connaissant, elle était certaine qu’il se disait que tout ceci était de sa faute, alors qu’en réalité, il n’y était pour rien. Il n’y avait personne d’autre à blâmer à part elle, dans cette histoire. Sa relation avec Carl avait été, dès le début, basée sur le mensonge. Car lorsqu’il lui avait proposé de sortir avec elle, la première fois, elle ne l’avait pas seulement accepté par admiration pour son sourire époustouflant ou ses beaux yeux d’un bleu clair. Non, elle l’avait fait pour oublier Will Schuester, pour tourner la page et passer enfin à autre chose. Ce qui, vu la situation, avait lamentablement échoué. Reportant son attention sur le professeur d’espagnol, la jeune femme scruta son regard avec intérêt avant de le fuir quelques secondes plus tard.

« Oui, ça va. J’ai connu quelques petites complications avant de venir, c’est la raison pour laquelle je suis arrivée en retard » Dit-elle sur un ton qui se voulait vague afin de ne pas attirer l’attention de Will. Posant finalement son regard sur celui-ci et lui poursuivit : « Mais ne t’en fais pas, je vais parfaitement bien et je suis contente d’être là ce soir ». Éludant la question, elle n’avait pas été entièrement honnête vis-à-vis de Will en lui disant que tout allait bien, mais elle ne voulait pas qu’il s’inquiète de son état plus longtemps, et elle n’avait pas non plus envie de parler de Carl. Ses lèvres esquissèrent un nouveau sourire, puis son regard balaya la salle. Pour le moment, tout se déroulait sans encombre majeur : certains élèves commençaient à se diriger vers la piste de danse tandis que d’autres avaient jeté leur dévolu sur les toasts ou les boissons non alcoolisées que le buffet proposait. Emma eut un air amusé en reconnaissant un peu plus loin plusieurs visages familiers. Elle fit notamment un signe de la main à Lauren Mason, une adolescente avec laquelle elle s’entendait bien. Son regard finit par rejoindre celui de Will. Elle voulait à tout prix changer de sujet, et c’est la raison pour laquelle elle s’empressa de prendre la parole. « Pour le moment, je crains que nous n’ayons pas grand-chose à surveiller ». Un grand sourire aux lèvres, elle tachait d’oublier du mieux qu’elle le pouvait l’image de Carl qui ressurgissait ponctuellement dans son esprit. « Et toi, comment vas-tu ? C’est vrai, on a beaucoup parlé de moi ces derniers temps, mais pas suffisamment de toi à mon goût ».


Dernière édition par Emma Pillsbury le Dim 22 Mai - 18:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. My life would suck without you (part II)   Dim 15 Mai - 22:06


    Je me souvenais encore de la veille, lorsqu'Emma avait fondu en larmes dans mes bras à cause de sa fichue perte de mémoire qui venait dont ne sait où. J'étais d'ailleurs bien curieux de savoir qui avait pu jouer un tel tour à la rouquine, elle qui était si souriante et à l'écoute des autres. Une femme comme elle n'avait pas d'ennemis -ou alors très peu- et ne s'attirait jamais d'ennuis, mais que des sourires et des remerciements. C'était bien pour cela que j'avais du mal à envisager que quelqu'un lui ai voulu du mal. Mais malgré tout cela m'inquiétais, elle comptait énormément pour moi et ce fameux jour dont elle n'avait aucun souvenirs, il avait pu se passer tellement de choses, autant des choses biens que des choses horribles et c'était bien ça qui me perturbait le plus : qu'il ai pu arriver quelque chose d'impensable à Emma. Je lui avais dit que je ferais tout pour l'aider à trouver ce qui s'était passé et trouver la personne responsable de son manque énorme de souvenirs. Peut-être m'étais lancé dans une promesse que je ne pourrais pas tenir, mais lorsque cela concernait mon ex-petite amie, j'étais prêt à tout faire. Cela était d'ailleurs peut-être le fond du problème … Elle avait réussi à tourner la page avec Carl, de mon côté les choses s'étaient annoncées bien plus compliquées, n'arrivant pas à l'oublier malgré tous mes efforts. Donc forcément, lorsqu'elle m'avouait avoir des problèmes de couple avec son dentiste car il était jaloux du temps que l'on passait ensemble -et aussi sûrement de la proximité entre nous lors d'une fameuse soirée-, je me sentais coupable. Rien de plus normal, non ? J'étais la raison de cette jalousie. Je savais pourtant que je ne devais pas me rapprocher d'Emma car elle avait quelqu'un d'autre dans sa vie, mais apparemment les sentiments étaient plus forts car quoi que je fasse ou quoi que je dise, cela se rapportait à Emma. Je soupirais doucement, me rendant compte que mes sentiments pour la rouquine devenaient de plus en plus difficiles à gérer pour moi. Pourquoi cela n'était pas plus simple ? Certains diraient que si c'était le cas, ce serait trop simple et Dieu sait comme l'amour est compliqué, moi je dirais simplement que ce serait mieux. Beaucoup mieux …

    Comment ne pas complimenter la tenue d'Emma ? Lorsque je m'étais retourner après avoir sentis sa main tapotait mon épaule, on aurait pu me prendre pour un de ces adolescents qui voit sa cavalière dans sa robe de soirée pour la première fois et qui est plus que fier de pouvoir danser avec une femme pareille. Cela me rappelait l'époque où je sortais avec Terri, au lycée, et que nous allions au bal ensemble. Les choses ont bien changées depuis … Je souriais de plus belle en l'entendant me remercier timidement. Je lui avais tout simplement dit qu'elle était ravissante même si j'aurais pu continuer en utilisant toute une autre liste de mots, mais je me devais de garder une proximité. Pour Carl. Même si l'idée de ne pas charmer Emma à cause de la présence de Carl dans la vie de cette dernière en m'enchantait guère, je me devais de respectait le choix de la rouquine qui était de faire sa vie avec un autre que moi. J'avais déjà aperçus la salle en aidant les élèves à déplacer les tables et Emma sembla avoir la même réaction que moi face au travail effectué par les élèves qui s'était occupés de la décoration et de la préparation du bal de promotion. Tout était vraiment bien disposé, lumineux et les élèves dans leurs costumes et leurs robes aux multiples couleurs ne faisaient que magnifiquement bien compléter le tableau. Nous nous dirigions vers le fond de la salle, voulant passer inaperçus. Après tout cette soirée n'était pas la nôtre, même si je n'avais pas l'intention de rester fixe comme un vigile toute la nuit. Non, notre temps était passé, c'était maintenant le leur. Je retournerais bien à cette époque, le lycée, lorsqu'on y est on a envie de quitter cet endroit, mais lorsqu'on y est plus, l'envie d'y retourner en ai presque douloureuse. Surtout lorsque vous comptez les bougies sur votre gâteau d'anniversaire, qui vous rappellent que cette époque est bien loin maintenant …

    Je contemplais alors Emma, qui elle avait l'air intriguée, le regard vaguant sur les élèves qui commençaient à envahir la piste de danse. Je pouvais presque la voir comme ma cavalière, au moins pour ce soir. Cette idée m'arrachait un léger sourire : je ne demandais pas mieux. Pourtant, je la trouvais ailleurs, comme lorsque je la croisais dans les couloirs ces derniers temps ou à la cafétéria au déjeuner. Je ne pu donc m'empêcher de lui demander si ça allait, question qui avait l'air de ne pas lui plaire. Je m'empressai donc d'ajouter en riant doucement que j'espérais que ce n'était pas mon nœud papillon qui la dérangeait. « Non, ton nœud papillon est superbe, ne t’en fais pas ». Je retenais ma respiration alors que ses doigts pinçaient légèrement mon nœud papillon. Je ne saurais dire si elle le remettait correctement bien trop occupé à me perdre dans son regard. Cette légère distance entre nous ne me déplaisait, pas au contraire, elle s'avérait agréable. Ce geste de sa part me fit chaud au cœur et m'arracha un sourire sincère et satisfait. « Tu m'en vois soulagé alors .. » Je voyais par contre son sourire s'effaçait, ce qui m'arracha une légère et discrète grimace. Son état m'intriguait … J'attendais donc qu'elle me donne une explication à ce comportement. Je la sentis hésiter, pourtant je ne disais rien de plus attendant qu'elle se décide elle-même à me parler. Je la connaissais par cœur et je savais que là, maintenant, quelque chose n'allait pas. Elle dévia son regard du mien, ce qui eut pour effet de me faire froncer les sourcils d'incompréhension.
    « Oui, ça va. J’ai connu quelques petites complications avant de venir, c’est la raison pour laquelle je suis arrivée en retard » Nous nous déplacions vers le bar où quelques élèves étaient en train de se servir un verre de boissons non-alcoolisée ou encore en train de manger les petits plats, qui étaient disposés sur les longues table du buffet. J'allais lui demander d'être plus précise, mais son regard recroisait le mien et elle reprit avant que je n'ai le temps de réagir. « Mais ne t’en fais pas, je vais parfaitement bien et je suis contente d’être là ce soir » Même si sa réponse ne me convenait pas totalement, je décidais de ne pas poser de question de sorte à ce qu'elle soit plus précise. Si elle ne m'en parlait, c'est qu'elle ne voulait pas, je n'allais donc pas la forcer. Je ne voulais en rien gâcher notre soirée, alors je me contentais de lui adresser un sourire chaleureux. J'avais presque envie d'ajouter que j'étais là si elle en avait besoin, mais ça elle le savait. Mieux que quiconque. Je lui servais un verre, et faisais de même pour moi, alors que je la voyais du coin de l'œil, faire un signe de la main. « Je suis content d'être là ce soir aussi, je n'aurais certainement pas trouvé de meilleure cavalière pour ''chaperonner''. » lui déclarais-je en lui tendant un verre. Je lui lançais alors un sourire sincère, qui venait appuyer mes propos précédents.

    La soirée s'annonçait plutôt bien pour le moment et Emma semblait l'avoir, elle aussi remarqué. « Pour le moment, je crains que nous n’ayons pas grand-chose à surveiller » Je buvais une gorgée de mon verre avant de hocher la tête, étant d'accord avec les propos de mon ex-petite amie. Mon regard continuait de valser sur chaque élève présent dans la salle, cette dernière se remplissant plus que rapidement à mon goût. Il était désormais l'heure, la musique n'allait certainement pas tarder à arriver et les couples -ou pas- allaient commencer à se déhancher sur la piste. Que de bons souvenirs ces bals de promotion … « C'est tout aussi bien, je pense. » répondis-je, ne voulant pas être obligé de séparer certains et à en faire sortir d'autres. Je voulais que la soirée se déroule bien autant pour les élèves que pour nous. Car je comptais bien danser aussi, mais ça Emma le saurait bien assez tôt. J'en souriais d'ailleurs d'avance … Elle aussi affichait un sourire apparemment plus que satisfait. « Et toi, comment vas-tu ? C’est vrai, on a beaucoup parlé de moi ces derniers temps, mais pas suffisamment de toi à mon goût ». Je haussais les épaules, il n'y avait pas grand-chose à dire. Je n'avais pas perdu la mémoire et je n'avais pas non plus de problèmes de couple, pour cause de ne pas être en couple. En cette période de la Saint Valention, tout le monde veut être accompagné. Pour ma part, une seule personne m'aurait suffit et je l'avais. Certes, nous n'étions pas en couple, mais je passais tout de même une soirée à ses côtés. Pas des plus romantiques, je vous l'accorde, mais bon. Emma était là et cela me suffisait amplement. Je lui adressais un sourire et me décidais à répondre voyant son regard brun insister. « Je vais plutôt bien. A vrai dire ma chorale à remporté un titre et je passe ma soirée de la Saint Valentin en bonne compagnie. Alors que normalement, je devais la passer seul .. » Depuis mon divorce avec Terri, je vivais plutôt mal la solitude, mais il avait fallu s'y faire, n'ayant pas le choix. Donc en même temps que changer les idées d'Emma en l'invitant à m'accompagner à ce bal, je comblais un peu ce vide de compagnie en moi. Et pas avec n'importe qui … Non, avec quelqu'un pour qui j'éprouvais de réels sentiments. Je baissais la tête sur mon verre. Emma me manquait … J'aurais aimé le lui dire, mais quelque chose m'en empêchait. Je soupirais doucement avant de relever mon regard sur elle : un regard qui représentait beaucoup pour moi. « Par contre, peut-être que selon toi, nous sommes trop vieux pour ce genre de fête, mais moi, j'ai bien l'intention d'en profiter. » Je ne voulais pas m'étaler sur mon sujet, pas maintenant, pas avec elle et pas dans ces circonstances.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. My life would suck without you (part II)   Lun 16 Mai - 19:48

Emma observait Will d’un air intrigué, se demandant quelles pensées lui traversaient l’esprit. A de nombreuses reprises, elle avait cru voir son regard s’absenter, comme s’il était perdu dans ses pensées. Même si elle le connaissait bien, elle ne pouvait qu’émettre des suppositions à ce sujet tout en sondant son regard bleu clair. Parfois, elle se disait qu’elle aurait aimé être dotée de télépathie, cela l’aiderait autant dans le milieu professionnel, que pour ses affaires personnelles. Car si elle était douée pour donner des conseils, parfois il arrivait également qu’elle ait peur d’être à coté de la plaque, ce qui arrivait d’autant plus souvent lorsqu’elle ne connaissait pas assez les élèves qu’elle conseillait, par exemple. Sur un plan plus personnel, elle se disait également qu’elle aurait peut-être réussi à sauver son couple, en parvenant à déchiffrer les pensées de Carl. Cette pensée raviva la culpabilité qu’elle essayait de dissimuler et oublier, et elle se mordit la lèvre inférieure, un peu trop brutalement peut-être. Elle se concentra de nouveau sur Will, afin de taire la tristesse que cette pensée douloureuse réanimait. En observant Will ce soir-là, elle aurait aimé savoir ce qu’il pensait, lui aussi. Pourtant, si la question lui brûlait les lèvres, il était hors de question qu’elle la lui pose. Elle n’avait pas envie de paraitre trop curieuse, ni de l’agresser avec ses propres interrogations. Alors elle se contenta de l’observer silencieusement, son regard se posant sur ses grands yeux clairs, en essayant de deviner les préoccupations du professeur d’espagnol.

Lorsque Will se tourna vers elle, Emma comprit à son regard qu’il ne la croyait pas lorsqu’elle lui disait que tout allait parfaitement bien pour elle. Elle fronça les sourcils, espérant de tout cœur qu’il ferait en sorte de ne pas relancer la discussion sur Carl Howell et les problèmes de couple – qui n’en étaient plus vraiment puisque le dentiste avait dit que c’était « terminé ». En parler la veille avec Will avait été un soulagement, dans un sens. Pourtant, elle savait que cette fois-ci, si le sujet était remis sur le tapis, sa réaction ne serait pas la même. Pour le moment, elle réussissait à mettre ses problèmes de coté. Peut-être parce qu’elle ne réalisait pas encore, que pour elle la dispute qu’elle avait connu ressemblait à toutes celles qui lui avaient précédé. Elle jeta un coup d’œil à son sac à main, avec l’envie d’y récupérer son portable pour vérifier qu’elle n’avait pas reçu d’appel en absence, mais s’abstint de le faire. Elle devait à tout prix se concentrer sur cette soirée si elle ne voulait pas gâcher celle de Will. Elle adressa un sourire à ce dernier qui l’observait toujours. Visiblement, il n’était pas le seul à se perdre dans ses pensées.

Will finit par lui dire qu’il était heureux d’être là, tout en précisant qu’il n’aurait su trouver meilleure cavalière qu’elle pour chaperonner avec lui. Ce compliment toucha Emma qui rougit légèrement. A vrai dire, s’il y avait bien une personne avec qui elle avait eu envie de passer la soirée de la Saint Valentin, c’était bien lui. Et ce, même si cela avait été décisif pour son couple. Elle ne pouvait tout simplement pas s’en empêcher. Quand son regard croisait celui de Will, elle ressentait cette alchimie si unique ; un sentiment qu’elle n’avait su trouver nulle part ailleurs. Elle avait conscience qu’elle sacrifiait beaucoup de choses pour cette relation, mais un simple regard au professeur d’espagnol lui suffisait pour savoir qu’elle faisait le bon choix. Reprenant ses esprits, et écartant certaines pensées de son esprit embrumé, elle s’éclaircit la gorge, visiblement embarrassée par les propos de Will. « Merci… Je te retourne le compliment » Annonça-t-elle d’une voix peu assurée. Afin de se remettre les idées en place, elle fuit de nouveau le regard de Will après avoir accepté le verre qu’il lui avait servi puis tendu. Elle observa la foule qui affluait sur la piste de danse, intriguée. La musique était entrainante et les adolescents commençaient à se déhancher sur le rythme de la musique. Un peu plus loin, Emma reconnut certains membres du glee club de Will. Haussant les sourcils, la jeune femme les observa l’espace de quelques secondes, intéressée. Elle avait toujours eu beaucoup d’affection pour ces adolescents en particulier. Sans sa timidité excessive et la phobie qui la pourchassait, Emma aurait adoré en faire partie, dix ans plus tôt – surtout avec un professeur comme Will, évidemment.

Soupirant légèrement à cette pensée, elle baissa son regard vers le verre qu’elle avait accepté. Elle plissa les yeux d’un air suspicieux, vérifiant que celui-ci était d’une propreté irréprochable. Satisfaite, elle le porta à ses lèvres tout en posant ses yeux sur Will, dont le regard semblait rieur. Celui-ci répondait justement à la question de la conseillère : il lui dit qu’il allait bien puisque sa chorale avait remporté le titre et qu’il passait la soirée en bonne compagnie alors qu’il devrait être seul. Emma hocha la tête. Il était vrai que Will n’était sorti avec personne depuis qu’ils avaient rompus : ou tout du moins, à sa connaissance. Elle aurait voulu l’encourager dans ce sens, lui dire qu’il fallait qu’il essaye de tourner la page. La jeune femme ne voulait que son bonheur et après tout, peut-être qu’il ne le trouverait pas avec elle, même si de son coté elle ne s’imaginait avec personne d’autre que lui. A plusieurs reprises, elle avait fait des sous entendus à ce sujet, mais elle n’était pas certaine de l’avoir convaincu. Et désormais, elle n’avait plus envie de l’inciter à aller voir ailleurs, même si c’était certainement la pensée la plus égoïste qui soit. Malheureusement pour elle, elle était toujours amoureuse de lui, et elle se sentait coupable de le voir seul alors que c’était probablement de sa faute à elle.

Soupirant de plus belle, elle ne parvint pas à trouver les mots justes pour le réconforter. Elle but une nouvelle gorgée du cocktail non alcoolisé que Will lui avait servi, tout en scrutant son regard. Elle fut soulagée lorsqu’il reprit la parole, puisqu’elle-même ne savait trouver les mots qui auraient permis de relancer la conversation. Il lui annonça sur un ton enthousiaste qu’il comptait bien s’amuser même si elle pensait qu’ils étaient trop vieux pour ça, changeant de sujet. Emma sourit avant de rire légèrement devant ces paroles. Elle jeta un coup d’œil autour d’elle, et s’aperçut qu’à part Sue qui guettait un peu plus loin les élèves, ils étaient à peu près les seuls adultes réunis pour cette soirée. Il fallait dire que c’était un événement pour les adolescents, et non pour les adultes. Se retournant vers Will, elle lui adressa un sourire espiègle : « Tu veux en profiter ? Je me demande bien comment tu comptes t’y prendre ! Oh bien sûr, il y aura peut-être quelques élèves à séparer si les choses s’enveniment, mais je ne pense pas que ce soit vraiment amusant ».

Elle en profita pour vérifier que tout se passait toujours bien avant d’observer Will de nouveau. Dans son dos, le rythme de la chanson ralentit légèrement mais elle n’y prêta pas la moindre attention, trop occupée à dévisager son « cavalier » de la soirée. Sans s’en rendre compte, elle se rapprocha de lui, un sourire toujours accroché aux lèvres. « Enfin, tant que tu ne penses pas à monter sur la table en chantant la macarena tout en reproduisant la chorégraphie qui est de rigueur, ça me va » Poursuivit-elle en le taquinant. Elle vida finalement son verre, et fit un pas vers le buffet afin de prendre deux toasts. A son tour, elle en tendit un à Will, et garda l'autre dans sa main. D’humeur espiègle, elle ajouta : « Quoique, je suis sûre que même en faisant ça, les filles seraient toutes folles de toi… Ce qui serait assez désagréable pour moi, je n’ai pas envie qu’elles se jettent toutes sur mon cavalier ». Elle haussa les sourcils d’un air suggestif avant de porter son toast à ses lèvres, sans pour autant détacher son regard de Will.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. My life would suck without you (part II)   Lun 16 Mai - 22:10


    Tout le monde devrait tomber amoureux au moins une fois dans sa vie. C'était un sentiment si unique, si agréable et être aimé était surement la plus belle chose que l'on pouvait souhaiter. J'étais amoureux de Terri, rien qu'en la regardant tout me paraissait plus beau, mieux, les problèmes s'envolaient et plus rien ne réussissait à me faire douter. Cette étincelle dans son regard me faisait craquer, car ce n'était que dans son regard que je la voyais. Puis, tout s'était écroulé entre nous. Je pensais sincèrement finir ma vie avec elle, ma femme, de plus nous allions bientôt former une famille. Tout cela était fondé sur des mensonges … Je ressentis un pincement au cœur et sentis ma gorge se nouer à cette pensée. J'étais si heureux lorsqu'elle m'avait annoncé qu'un petit être allait faire son entrée dans notre vie, notre enfant. Je prenais une grande inspiration en secouant la tête comme pour chasser ces mauvais souvenirs. Après cela, je ne voyais plus Terri de la même façon. L'étincelle avait disparue. Apparemment pas pour elle, mais pour moi oui. A vrai dire, je ne voyais pas comment notre couple pouvait survivre après un tel mensonge. Je ne pouvais tout simplement pas lui pardonner, pas ça. Je ne voyais pas comment elle avait pu me mentir sur cette chose là. Avoir un enfant avec elle me tenait tellement à cœur … Et si son plan avait fonctionné ? J'aurais élevé l'enfant de Quinn et Puck, deux de mes élèves avec qui je m'entends plus que bien -les deux faisant partie du glee club- sans le savoir. A la place de Terri, je ne savais pas si j'aurais pu vivre avec ce mensonge sur la conscience, y étant confronté tous les jours. Peut-être que l'idée d'avoir un enfant, l'idée que mon couple puisse allait mieux grâce à ça m'avait aveuglé. Peut-être bien qu'au fond, je savais ce qui se passait, mais que je ne voulais tout simplement l'accepter, malgré les doutes. Je détournais le regard, fixant un point au loin, essayant d'oublier toutes ses pensées pour ne pas gâcher ma soirée. Puis, il y avait eu Emma. Celle qui avait pourtant toujours été là pour moi, qui me soutenait et qui apparemment m'aimait déjà depuis longtemps. Je ne l'avais même pas remarquer … Mon regard se posa sur elle, un sourire étira enfin à nouveau mes lèvres. Je ne voyais peut-être pas cette étincelle dans ses yeux, comme celle que je voyais dans ceux de Terri, mais rien que son regard suffisait à m'apaiser. Puis, lorsque nous nous regardions tout semblait différent, je gagnais en confiance et mes doutes s'effaçaient. Tout cela, grâce à elle et ses yeux à cette couleur unique, que je n'avais vu nul part auparavant. Je levais les yeux au ciel, un sourire en coin, apercevant quelques ballons accrochés qui seraient surement lâchés à la fin de la soirée pour tomber sur toutes les personnes présentes dans la salle. Une question vint s'ancrer dans mes pensées, ou plutôt un doute : si Terri ne m'avait pas menti, nous n'aurions pas divorcés et je n'aurais surement jamais reconnu avoir des sentiments pour la rouquine. Je secouais la tête une nouvelle fois. Ce qui était fait, était fait et si les choses s'étaient déroulées de cette manière, il devait y avoir une raison. Je n'ai pas mécontent de la tournure des évènements et de mes sentiments, car à présent je n'avais d'yeux que pour la conseillère d'orientation. En y pensant, cela faisait un moment déjà, bien avant mon divorce pour être franc …

    Bien sûr que je ne pouvais pas demander de meilleure cavalière, j'avais celle que je souhaitais. Même si nous n'étions là que pour vérifier que la soirée se déroule dans les règles. Mais tenir ce poste seul n'aurait pas été pareil -enfin, j'aurais pu passer la soirée avec Sue, mais cela aurait fini en bagarre entre nous, pas entre les élèves- avec Emma, cela était surement mieux. Bien mieux. « Merci… Je te retourne le compliment » Je lui rendais son sourire sincèrement. Cela me fit chaud au cœur qu'elle me réponde cela même si je ne devais pas être le meilleur cavalier que l'on puisse souhaiter. Certains élèves du glee club me firent un signe de la main, un peu plus loin au fond de la salle, je leur renvoyais leur geste accompagné d'un sourire amical. Ces gamins comptaient énormément pour moi. Grâce à eux la chorale était un succès, puis je revivais mon rêve d'adolescent. On se débrouillait vraiment bien en plus .. Chacun d'entre eux avait du talent et le glee club leur permettait de mieux l'exprimer. J'en étais fier. J'étais fier de ce que l'on avait réussi à construire et que même Sue ou encore mon rival, Bryan Ryan, n'arrivait pas à détruire. Nous étions bien trop soudés pour qu'ils y parviennent. Je devais avouer qu'Emma nous y avait aidé. Elle m'avait tout d'abord remplacé et avait accompagné les New Directions à leur compétition, puis elle m'avait donné de nombreux conseils qui s'étaient avérés judicieux et très utiles. Sans elle, les choses ne seraient pas ce qu'elles étaient aujourd'hui et je lui devais beaucoup pour son soutien. Maintenant lui demander conseil était presque devenue une -mauvaise ?- habitude. J'avais souvent besoin d'être conseillé, car très souvent, j'avais peur de prendre des choix tout seul, puis la voir me faisait tout aussi plaisir.

    Je buvais une gorgée après avoir répondu à Emma que les choses se passaient plutôt bien ces derniers temps et que donc, par conséquent, j'allais plutôt bien. Bien sûr, la solitude me faisait mal, mais je me devais de m'y faire. Je n'avais jamais vécu seul, ayant toujours été aux côtés de Terri depuis le lycée. Donc lorsque cette femme avait quitté ma vie, je m'étais senti un peu perdu et bien trop seul. Une sensation que je n'avais jamais éprouvé. Rentrer le soir et n'entendre aucun bruit ou encore se coucher sans avoir quelqu'un avec qui partager les draps car ce n'était pas tant l'absence de relation amoureuse qui me faisait souffrir mais juste la manque d'une présence avec moi, chaque jour. Peut-être essayais-je de combler ce vide avec la personne que je voudrais à mes côtés tout le temps, c'est à dire Emma, en essayant de passer du temps avec elle. C'était peut-être égoïste et idiot à vos yeux, mais pas aux miens. Je ne voulais surtout pas paraitre égoïste au point de dire que si Emma devait être heureuse, cela serait avec moi et personne d'autre. Non, surtout pas, car si je l'aimais vraiment -ce qui était le cas-, je ne devais souhaiter que son bonheur, même si c'était avec un autre homme que moi, comme Carl par exemple. Ce fameux dentiste … J'étais affreusement jaloux de lui au début, car il réussissait à faire ce que je n'avais pas essayé de faire avec Emma : l'aider avec sa phobie. La rouquine semblait aller mieux, une fois en couple avec lui, ses manies devenant rares et ses phobies n'étant presque plus présentes. C'était ce que j'aurais du faire dès le départ lors de notre relation, mais non. Mais selon les dires de la conseillère d'orientation, tout n'était plus rose depuis quelques temps. D'un côté, je me sentais heureux, même si cet adjectif ne correspondait pas réellement, non, je me sentais satisfait gardant à l'idée que je pouvais éventuellement retenter ma chance avec Emma si son couple battait de l'aile. D'un autre côté, je me sentais mal vis-à-vis d'elle, car peut-être qu'elle l'aimait réellement au fond et qu'à cause de moi, tout cela s'effondrait. Mais en fin de compte, j'étais amoureux d'elle, j'en étais sûr, et je ne savais pas trop comment réagir et prendre les multiples sous-entendus que la rouquine avaient laissé en suspens …

    Un léger silence s'installa après que j'eus, sans vraiment le souhaiter, parler de ma solitude. Elle semblait ne pas savoir quoi dire et j'étais bien trop perdu dans mes pensées pour ajouter quoi que ce soit, mais pour ne pas qu'Emma se sente gênée, je me décidais à reprendre la parole. Je lui disais sur un ton amusé que j'avais bien l'intention de profiter de cette soirée, même si l'on était -soit disant- trop vieux pour ce genre de fête. J'aperçus Sue un peu loin au fond de la salle, postée comme le serait un garde du corps, scrutant du regard tous les faits et gestes des élèves. Je tournais la tête vers ma cavalière lorsqu'elle afficha un léger sourire qui en disait déjà long. « Tu veux en profiter ? Je me demande bien comment tu comptes t’y prendre ! Oh bien sûr, il y aura peut-être quelques élèves à séparer si les choses s’enveniment, mais je ne pense pas que ce soit vraiment amusant » Je secouais la tête pour lui faire comprendre que j'étais d'accord avec elle. Je n'aimais pas à avoir à séparer les élèves lors de disputes, pourtant c'était souvent le rôle que j'endossais, contre mon gré. J'espérais de tout cœur que je n'ai pas à faire ça ce soir. Pas ce soir .. Je m'accrochais donc un sourire joueur sur le visage avant de répondre à Emma, regardant devant moi l'air de rien. « Comment je vais m'y prendre ? Si je te le dis, ce n'est plus drôle .. » Je gardais mon regard au loin, ne voulant pas que mon regard trahissent les plusieurs idées qui traversaient mon esprit à ce moment-là. Même si je savais qu'Emma ne pouvait pas lire dans mes pensées et que donc je n'avais en fait aucun doute à avoir.

    Je fronçais légèrement les sourcils, un sourire en coin, en entendant le rythme de la musique ralentir, mais je n'y fis pas plus attention que ça pour le moment. Je sentais le regard de mon ex-petite amie sur moi, alors qu'elle se rapprochait un peu plus de moi. Mon souffle doucement accéléré, je l'écoutais avec attention, scrutant ses yeux bruns avec tout autant d'attention. « Enfin, tant que tu ne penses pas à monter sur la table en chantant la macarena tout en reproduisant la chorégraphie qui est de rigueur, ça me va » Pourquoi n'y avais-je pas pensé avant ? Je rigolais doucement en regardant la rouquine chaleureusement. Je reprenais alors un regard et air sérieux, en me grattant doucement l'arrière de la nuque. « Dommage .. J'aime bien cette danse. Puis je suis sûr que tu m'aurais accompagné. » Je lui lançais un léger coup d'œil, juste pour voir sa réaction avant de rire doucement, à nouveau. Je m'imaginais la scène et c'était plutôt comique. Sauf si je buvais trop d'alcool ce soir -ce qui allait s'avérer être difficile étant donné qu'il n'y avait pas une goutte d'alcool dans cette salle-, il était hors de question que je danse la macarena sur la table, même si Emma le faisait avec moi. Que penseraient les élèves de moi par la suite ? Je fis comme Emma et vida mon verre d'une traite avant de le poser sur une des tables. La rouquine attrapait deux toast et m'en proposais un, je l'attrapais et lui souffler un « merci ». Je ne fis qu'une bouchée du toast, écoutant Emma me parler. « Quoique, je suis sûre que même en faisant ça, les filles seraient toutes folles de toi… Ce qui serait assez désagréable pour moi, je n’ai pas envie qu’elles se jettent toutes sur mon cavalier » Je soutenais son regard en avalant mon toast, un sourire étirant mes lèvres. Je n'avais pas besoin de réfléchir pendant des secondes, je savais déjà quoi lui dire, mais j'hésitais, ne voulant pas que cela passe comme une réflexion indiscrète de ma part. Après tout, c'était notre soirée et Carl n'en saurait certainement rien. Au diable les doutes .. « J'ai nullement envie qu'elles se jettent toutes sur moi, une seule seulement me suffit .. » Je n'ajoutais rien, laissant le doute planait. Je continuais de la fixer dans les yeux, le regard sérieux, ne laissant rien paraître que la rouquine pourrait interpréter d'une façon ou d'une autre. Je voulais couper le silence, mais je voulais aussi qu'Emma comprenne cette phrase. Qu'elle comprenne que je ne voulais, en réalité, qu'elle. La musique parvint à nouveau à mes oreilles et je souriais doucement à mon ex-petite amie avant de tendre ma main vers elle. « M'accorderiez-vous cette danse ? » Je lui laissais le temps de répondre, avant de finalement rapidement ajouter, un sourire joueur flottant sur les lèvres. « De toutes façons, je vous ferais danser avec votre accord ou non. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. My life would suck without you (part II)   Mar 17 Mai - 14:10

Peu à peu, Emma reprenait de l’assurance. Plus dynamique, plus souriante, la jeune femme observait Will, se perdant dans son regard. Elle ne pouvait le nier : c’était sa présence qui lui permettait d’oublier, au fil de la soirée, les problèmes qu’elle avait pu rencontrer auparavant. Malgré sa gorge qui se nouait à chaque fois que l’image de Carl reprenait place dans son esprit, ou la sensation de vide qu’elle ressentait en se souvenant de cette fameuse matinée où elle s’était retrouvée dans ses draps, avec un trou de mémoire recouvrant les vingt dernières heures ; malgré tout ça, la présence de Will avait un effet bénéfique sur elle. A chaque fois qu’elle croisait son regard rieur, ou voyait ses lèvres s’étirer en un sourire, elle se sentait mieux. C’était sûrement une sensation que l’on pouvait considérer comme stupide. Et pourtant… Pourtant, c’était plus fort qu’elle, et lorsque leurs regards se croisaient, elle savait qu’elle avait fait le bon choix en dépit des sacrifices qu’elle avait fait pour entretenir cette relation. Si seulement elle parvenait à mettre des mots sur ses sentiments et à les expliquer à son cavalier de la soirée, peut-être que tout serait plus simple. Malheureusement pour elle, elle se sentait comme toutes ces adolescentes qui n’osent pas faire le premier pas, qui observent le lycéen pour lequel elles ont le béguin sans savoir comment s’y prendre. Même si dans le cas de la conseillère d'orientation, c'était bien plus qu'un simple béguin. Emma avait vingt-neuf ans et de surcroît, conseillait chaque jour des élèves, les encourageant à prendre des initiatives et à ne pas avoir peur des choix qu’ils faisaient au quotidien. Et malgré tout, elle ne parvenait pas à se retourner ses propres conseils, observant Will la peau au ventre, terrifiée à l’idée de révéler la nature de ses sentiments, et de tout ce que ces derniers impliquaient. Terrifiée d’accorder sa confiance ; ou encore terrifiée d’essuyer un refus.

La conseillère soupira légèrement, avant d’éviter le regard de Will et d’écarter les pensées qui la narguaient par la même occasion. Son regard se posa sur les élèves qui dansaient, plissant les paupières afin de vérifier que tout se passait bien. Lors des derniers événements de ce genre, elle avait pu constater que malgré l’ambiance festive, les esprits des adolescents ne mettaient jamais longtemps à s’échauffer. Elle n’était bien entendu pas celle qui les séparait dans ce cas précis : elle n’était pas spécialement douée pour jouer des poings et paraitre assez convaincante pour mettre un terme à ce type de disputes. En règle générale, elle repérait les altercations et un autre qu’elle se chargeait de mettre les fauteurs de trouble dehors. Ce soir-là, tout semblait se passer pour le mieux, et Emma priait pour que cela continue ainsi et que cette soirée se déroule sans encombre. Un sourire satisfait dessiné sur les lèvres en voyant qu’il ne se passait rien de notable, elle se retourna vers Will et rencontra son regard. Il lui dit, non sans un sourire, qu’il était dommage qu’elle ne veuille pas qu’il danse la macarena sur une table puisqu’il aimait cette danse. Il ajouta qu’il était sûr qu’elle l’aurait accompagné. Emma secoua la tête tout en riant de plus belle. Non, elle ne s’imaginait pas vraiment chanter – et encore moins danser – la macarena devant tous ces élèves… Même si de toute évidence, elle ne l’aurait même pas fait en étant seule. « Hm, non je pense que j’aurais seulement suivi le spectacle avec attention » Annonça-t-elle joyeusement, tout en ponctuant sa phrase d’un nouveau sourire.

Tandis qu’ils vidaient leurs verres, Emma ne put s’empêcher d’examiner de nouveau les traits de Will. Un sourire avait repris place sur ses lèvres. Un peu plus tôt dans la soirée, quand il lui avait dit qu’il devrait être seul en ce soir de la Saint Valentin, elle lui avait pourtant découvert un regard triste, absent. Heureusement, il avait rapidement changé de sujet, tout comme elle l’avait fait avant lui pour éviter de parler de Carl. Emma se demandait quelles pensées avaient pu traverser l’esprit du professeur d’espagnol pour qu’il paraisse aussi abattu. Chassant ces nouvelles pensées, elle cligna des yeux, et avala un nouveau toast. Suite à sa réflexion sur les adolescentes qui se jetteraient sur le professeur d’espagnol s’il se mettait à danser la macarena, l’intéressé sourcilla tout en soutenant le regard de la jeune femme. Elle le sentit hésiter subrepticement avant de se lancer. Il luidit qu’il n’avait pas envie d’attirer l’attention des lycéennes puisqu’une seule personne lui suffisait. Emma plissa les paupières un instant puis, comprenant le sens de sa phrase, se sentit rougir. Elle se mordit la lèvre, ne sachant que répondre, son regard toujours ancré dans celui de Will. Elle fit un vague geste de la tête, gênée, tout en s’éclaircissant la gorge. Cette phrase la fit prendre conscience qu’elle n’était peut-être pas la seule à dissimuler ses sentiments. A cette nouvelle pensée, Emma sentit son cœur cogner contre sa poitrine. Et si ?

La jeune femme réfléchit à une façon subtile de changer de nouveau le sujet de conversation. Bien sûr, elle aurait pu répondre à cette phrase de façon positive mais elle était à la fois trop embarrassée et effrayée pour le faire. Voyant qu’elle ne répondait, Will lui tendit alors sa main tout en lui proposant de danser. Emma écarquilla les yeux, bouche bée. Danser ? Au milieu de tous ces adolescents ? Elle imaginait déjà Gossip Glee s’en donner à cœur joie, bien qu’elle ne se soit jamais réellement intéressée aux ragots et autres potins que l’on pouvait colporter à son sujet. Elle secoua la tête, posant son regard sur ses escarpins tout en se donnant l’air d’une adolescente qui n’ose pas danser avec son cavalier de peur que l’on se moque d’elle. Réunissant finalement son courage, elle jeta un coup d’œil en coin à Will. « Je… hm, vraiment je ne pense pas que, euh… » Elle se tut, ne voulant pas aggraver son cas avec tous ces balbutiements. Néanmoins, un sourire enjôleur aux lèvres, le professeur d’espagnol insista. Emma hésita et posa son regard sur Sue, installée au loin et glissant quelques mots à l’une de ses cheerios. La conseillère fronça les sourcils avant de reporter son attention sur son cavalier, qui était tout de même plus intéressant que le tyran qui servait de coach des cheerios.

Après quelques secondes d’hésitation, Emma finit par lever les yeux au ciel d’un air théâtral avant de sourire à Will. Oh allez, pourquoi refuser quand elle mourait d’envie d’accepter ? Elle attrapa la main que lui tendait son cavalier avant de répondre : « Puisque tu insistes… Mais promets-moi de ne pas me faire danser la macarena ! ». Elle l’observa d’un air taquin, bien qu’elle ne soit pas aussi à l’aise qu’elle ne le laissait paraître. Will l’entraina vers la piste de danse sur laquelle les adolescents s’enlaçaient déjà au rythme d’un slow. Le cœur d’Emma se remit à faire des pirouettes et autres acrobaties. Parmi tous ces élèves, elle ne se sentait pas à sa place, et c’est la raison pour laquelle elle tira adroitement Will un peu à l’écart de la foule, à un endroit où il y avait moins de Monde. Elle croisa le regard de quelques élèves qui observaient les mains enlacées des deux adultes d’un air inquisiteur, par-dessus l’épaule de leur cavalier. Finalement, Emma s’arrêta et étudia le regard de Will. Elle se rapprocha de lui, la respiration légèrement saccadée.

« Tu es conscient que nous faisons un peu tache au milieu de tous ces adolescents ? » Lui souffla-t-elle, les joues rougies mais le regard pétillant. Réunissant le peu de courage qu’il lui restait, et le cœur battant à tout rompre, elle posa délicatement ses bras sur les épaules de Will. Ce rapprochement, ainsi que la danse qui s’annonçait n’était pas sans lui rappeler celle qu’ils avaient partagée quelques mois plus tôt, dans l’appartement de Will lorsqu’ils étaient ensemble. Haussant les sourcils à cette pensée, elle ne tarda pas à l’écarter de son esprit, essayant d’avoir les idées claires. Elle croisa les doigts de ses deux mains derrière la nuque de Will tout en fuyant son regard. Elle n’osait plus regarder autour d’elle, de peur de sentir l’attention braquée sur elle. Elle se rassura en se disant que les lycéens devaient certainement avoir autre chose à faire que de l’observer dans les bras de leur professeur d’espagnol, même si cette pensée n’apaisait pas la course folle de son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. My life would suck without you (part II)   Mer 18 Mai - 16:10

    Depuis le début de la soirée, je pensais beaucoup à ce que représentait la solitude pour moi et à quel point la présence d'un être à mes côtés me manquait. Mais dès lors que je croisais son regard brun pétillant, tout cela ne me préoccupait plus. Aussi bien que je pourrais rester des heures à la regarder, sans rien, sans rien faire, juste la regarder. A chaque fois que nos regards se croisaient, je me sentais apaisé, comme si son esprit de conseil et de son don pour apaiser les gens passait également à travers son regard. Puis je me devais d'être sûr de moi, pour la rassurer ; sa perte de mémoire et ses problèmes de couple devait prendre une grande place dans son esprit déjà perturbé par la constante maitrise de sa phobie. Je soufflais doucement, essayant de chasser toutes ses pensées négatives de mon esprit. Mon regard clair cherchait celui de la rouquine, comme dans l'espoir qu'il puisse me rassurer. Je me demandais ce que je ferais si je n'avais plus Emma avec moi, tous les jours, dès que j'ai un problème ou encore dès que j'ai besoin de soutien. Rien que le fait d'y penser me fit une drôle de sensation : une sensation de vide. Avec le temps, elle avait prit une place très importante dans ma vie et maintenant je ne m'imaginais même pas une seule seconde sans elle. Sentant son regard courir sur mon visage, je tournais mon regard vers elle, un léger sourire au lèves, comme pour lui faire croire que j'allais bien, que rien ne me tracassait, alors que c'était tout le contraire. Je ne pourrais pas lui cacher mes sentiments plus longtemps, je ne pouvais tout simplement pas. Si cela ne tenait qu'à moi, je le lui crierais, mais désormais, il y avait Carl et c'était bien lui qui m'en empêcher. Je l'aimais, mais apparemment, elle en aimait un autre. Après tout, je me faisais peut-être des films, peut-être aimait-elle Carl en ayant réussi à m'oublier totalement. Elle avait peut-être décidée de m'accompagner, juste pour ne pas me laisser seul ? Cette question continuait de flotter dans mon esprit, et cela depuis quelques temps déjà. Un soupir réussi à traverser mes lèvres. Je ne savais pas quoi faire et je me sentais si faible face à cette situation.

    Le nom de danse « Macarena » me redonna le sourire le temps de quelques secondes. Puis je réussissais à finalement me concentrer entièrement sur ma cavalière, oubliant toutes ces choses qui perturbait mon esprit. Elle fuyait mon regard pour je ne sais quelle raison, ce qui me laissa la possibilité de l'observer, sans qu'elle s'en apercevoir. Peut-être le sentait-elle, mais elle n'en dit rien. Puis après ma remarque sur la danse en question, elle secoua la tête en rigolant. La voir rire me fit chaud au cœur. Je me disais que si elle arrivait à faire l'impasse sur tous ses problèmes pour cette soirée avec moi, je pouvais bien faire pareil pour ce peu de choses qui me dérange -pas que mes sentiments pour elle soit peu à mes yeux. « Hm, non je pense que j’aurais seulement suivi le spectacle avec attention » Je la regardais alors malicieusement, notant un certain sous-entendu derrière son ''avec attention''. Peut-être me faisais-je des idées après tout, ce ne serait pas la première fois. Je la regardais, ne sachant qu'ajouter à ce qui ressemblait à une déclaration à mes yeux. Je détournais le regard vers les élèves en train de danser, un sourire au coin des lèvres. Pourtant j'imaginais bien la scène, mais évidemment, nous n'allions pas le faire ou en tout cas je l'espérais. Les élèves ne viendraient plus en cours d'espagnol tellement je les aurais traumatisé ou alors cela leur plairait tellement qu'ils viendraient plus souvent et avec le sourire en plus de ça. Je secouais ma tête en souriant bêtement, m'étonnant moi-même à penser cela. J'en riais presque intérieurement tellement ces pensées me paraissaient justement impensables. Mon regard finit par se poser sur la coach des cheerlearders, Sue Sylvester ; elle par contre, je la voyais bien danser la macarena sur la table. Mon sourire s'agrandissait en imaginant cette dernière danser avec toute une foule d'élèves autour de la table en train de l'acclamer pour qu'elle recommence. Je n'allais peut-être pas reprendre de boisson ce soir, même si elles n'étaient pas alcoolisées, elle commençait à avoir un mauvais effet sur mes pensées.

    Cette fois-ci, j'avais dit que j'avais envie de dire à Emma. Ce que je voulais lui dire depuis longtemps, en laissant tout de même un sous-entendu ; elle était en couple. J'avais sentis que ma réponse l'avait étonné, mais elle ne fit aucune remarque la concernant. Je souriais doucement, l'air taquin, alors qu'elle rougissait de plus belle. Elle ne semblait pas vouloir ou avoir quelque chose à répondre, nos regards parlaient pour nous. Avait-elle compris le sens de ma phrase ? Car bien sûr la seule que je voulais ou qui attirait mon attention, c'était bien sûr elle, sa chevelure rousse et ses yeux bruns. Je la sentais gênée. J'aurais surement agis, dis quelque chose si je ne voulais pas que cette phrase la marque, qu'elle saisisse bien son sens, car il était peu probable que je lui dise à nouveau quelque chose de la sorte. Je n'en avais pas toujours le courage ... Un léger silence s’installa pendant lequel elle ne répondit rien. Peut-être se posait-elle les mêmes questions que moi. Peut-être cherchait-elle un moyen de me faire comprendre qu’il n’y aurait plus rien entre nous car maintenant elle avait Carl dans sa vie. Cette dernière pensée me fit l’effet d’une baffe ; si c’était le cas, je ne savais pas comment je réagirais. Peut-être que ne pas savoir était mieux en fin de compte, on souffrait aussi, mais pas de la même façon. En ce moment, je souffrais à cause du doute, si elle me répondait que contrairement à moi, à ses yeux notre relation n’était plus rien sauf amicale, la souffrance ne serait pas la même. Je l’imaginais bien pire ...

    Je tendis ma main vers elle, lui proposant de danser ayant entendu le rythme de la musique ralentir. Je voulais changer de sujet pour qu’elle n’ai pas à répondre quoi que ce soit, car je voyais bien que ce que je venais de lui avouer l’avait troublée. Ma proposition avait l’air de réellement l’étonner. Oui, je voulais danser avec elle, maintenant. Où était le problème, après tout ? Les rumeurs ? A vrai dire, je n’en avais rien à faire. Ces choses me passaient largement au-dessus de la tête, comme si j’avais le temps pour ça. Avec le glee club, je connaissais ça, les rumeurs et j’avais appris à faire l’impasse sur ces dernières. La plupart du temps fausses, elles vous font perdre votre temps et vous effraient. Emma baissa son regard, fuyant le mien. Je gardais tout de même ma main en sa direction, n’étant pas décidé à laisser la rouquine s’en sortir comme ça. Elle daigna enfin le répondre en levant son regard brun sur moi. « Je… hm, vraiment je ne pense pas que, euh… » Je la fixais avec un regard insistant, lui soufflant que de toute façon elle n’avait pas le choix : ce soir, elle danserait avec moi. Je lui adressais un sourire, comme pour la convaincre que cela ne lui coutait rien. Après plusieurs secondes d’hésitation, je sentis enfin la main de mon ex-petite amie se glisser dans la mienne alors qu’elle affichait à présent un sourire. « Puisque tu insistes… Mais promets-moi de ne pas me faire danser la macarena ! » J’affichais maintenant un sourire taquin et lui répondais « Je ne te promets rien .. » avant de m’empresser de rajouter, ne voulant pas qu’elle retourne en arrière et refuse de danser avec moi. « Non, je rigole, ne m’écoute pas. » Je toussotais doucement alors que j’entrainais ma cavalière vers la piste de danse où plusieurs adolescents étaient déjà enlacés suivant le rythme d’un slow. Emma me tira doucement à l’écart, dans un endroit où il y avait moins de monde, ce qui m’intrigua, mais je n’en dis rien. Je me tournais alors vers elle, lui lançant un regard que je voulais doux, alors qu’elle reprenait la parole, s’approchant un peu plus de moi. « Tu es conscient que nous faisons un peu tache au milieu de tous ces adolescents ? » Je grimaçais doucement en l’entendant dire ça, ne voyant pas en quoi pour elle, nous faisions tâche. Nous étions certes plus âgés, mais après tout, qui y faisait attention ? La plupart des élèves de mon glee club connaissaient l’état de notre relation et que tout le lycée soit au courant ne m’étonnerait pas. Pourtant, je n’en n’avais rien à faire. Je plongeais mon regard dans le sien, alors que ses mains se posaient doucement sur mes épaules. « Peut-être bien oui. Mais, pour tout te dire, je m’en fiche un peu … Après tout, nous ne faisons que danser. » Je haussais doucement les épaules en la regardant, ne sachant pas quoi ajouter pour me justifier. Un léger frisson me parcouru lorsque ses mains se croisèrent derrière ma nuque, entrant en contact avec ma peau au passage. Mes mains se posèrent sur ses hanches, comme un automatisme. La dernière fois que nous avions dansé, c’était lorsque nous étions en couple, dans mon appartement. Je sourirais doucement à ce souvenir. Mes sourcils se fronçaient doucement lorsque je sentis Emma hésitante, baissant le regard après avoir jeté plusieurs coup d’œil furtifs sur les lycéens qui dansaient autour de nous. Je relevais son menton avec mon index, l’obligeant à me regarder. « C’est leur avis à eux qui te dérange ? » lui soufflais-je, nos visages étant plus proches que jamais. Je la regardais avec un regard protecteur, après tout, les gens pouvaient dire tout ce qu’ils voulaient, à ce moment précis, avec elle, j’étais bien et rien ne pourrait changer ça. Je voyais bien qu’elle était mal à l’aise, qu’elle ne se sentait pas à sa place et je me sentais coupable vis-à-vis d’elle du coup. Je l’avais peut-être forcée en fin de compte … « Si tu veux, on peut laisser tomber le slow .. » Même si je n’en avais aucune envie. Je détournais le regard, fixant un point ailleurs, gardant à présent le silence, laissant le choix à Emma.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. My life would suck without you (part II)   Mer 18 Mai - 18:15

Après quelques secondes à peine, Emma commença à se calmer, tachant d’oublier du mieux qu’elle le pouvait la présence des lycéens autour d’elle. Le fait que Will et elle forment le seul couple adulte de la soirée la rendait anxieuse. Si elle n’avait jamais accordé la moindre importance aux ragots, elle faisait pourtant attention à l’image qu’elle renvoyait aux lycéens. Elle était leur conseillère d’orientation après tout, si elle voulait qu’ils la prennent au sérieux, il fallait qu’elle se comporte comme une adulte. Pourtant, elle n’avait su dire non à Will. Elle aurait aimé en être capable, mais lorsqu’elle avait croisé son regard suppliant, elle n’avait pu se résoudre à refuser, et lui avait tendu sa propre main. Désormais, elle ne pouvait plus faire marche arrière. Les mains nouées derrière la nuque de Will, elle se laissa guider par les pas de ce dernier. Elle n’avait jamais été une grande danseuse : après tout elle n’avait jamais réellement eu l’occasion de danser avec un partenaire à cause de sa phobie. Toutefois, suivre les pas de son cavalier n’avait rien d’exceptionnel. Emma soupira légèrement, fuyant toujours le regard du professeur d’espagnol. Elle mourrait d’envie de lui jeter un regard fugace afin de découvrir l’expression que revêtaient les traits de son visage, mais elle avait comme l’impression que les choses pourraient brusquement être bouleversées si leurs regards se croisaient.

Bercée par l’étreinte de Will, les pensées d’Emma s’envolèrent tranquillement dans son esprit. Elle se remémorait la fois où ils avaient dansé dans le salon de Will, de la même manière. Elle avait l’impression que c’était arrivé la veille tant le souvenir était précis : elle se souvenait de la chemise bleue foncée de Will, de la chanson sur laquelle ils avaient dansé, de la lumière tamisée de la pièce, du baiser qui avait sonné comme une promesse à la fin de la chanson. Elle pouvait encore sentir le souffle de Will chatouiller sa peau ; elle pouvait encore entendre la voix de Will lui expliquer que cette chanson était faite pour eux. Une chanson à propos d’un homme qui connaissait cette fille depuis longtemps mais pour laquelle il n’avait été qu’un ami. Et puis un jour, l’homme décide d’appeler cette fille pour lui dire qu’il en veut plus. Une situation qui pouvait caractériser la relation qu’ils partageaient. Emma poussa un léger soupir. Des « amis »… elle avait conscience que ce n’était pas de cette façon qu’elle voyait Will. Dans son esprit, cela avait toujours été bien plus qu’une simple amitié. Et ce, même lorsqu’il était encore marié à Terri et qu’ils formaient ensemble un couple heureux. Ou tout du moins, aux yeux d’Emma.

La voix de Will s’éleva et interrompit le fil des pensées de la jeune femme. Celle-ci n’osait toujours pas l’observer et l’écouta sans croiser son regard. Il lui dit qu’il se fichait de faire tache au milieu des adolescents. Perdue dans ses pensées, Emma avait oublié l’espace d’un instant la présence de ces derniers. Elle acquiesça doucement la tête, observant par-dessus l’épaule de Will les cavaliers enlacés sur la piste de danse. Elle finit par hausser les épaules, d’un air indifférent. Tant pis pour tous ces lycéens, dans les bras de Will elle se fichait désormais de ce qu’ils pouvaient penser. Bien entendu, elle se sentait toujours un peu vieille parmi cette foule de mineurs. Mais après tout comme l’avait dit Will : ils ne faisaient que danser. Et pourquoi les adultes censés surveiller ne pourraient-ils pas danser, eux aussi ? Tant que cela ne gênait personne ? Emma essayait de s’en persuader et finit par abandonner son malaise concernant les lycéens. Elle sentit le doigt de Will soulever son menton, et elle retint sa respiration lorsque son regard rencontra le sien. Leurs visages n’étaient séparés que par de malheureux centimètres, et Emma trouvait cette soudaine proximité très perturbante. Le rythme de son cœur s’emballa, tandis que ses grands yeux bruns s’ouvraient comme des soucoupes. Elle n’avait pas été aussi proche de lui depuis… hm, longtemps, visiblement. Elle déglutit difficilement, le regard planté dans celui de Will.

Il lui demanda si c’était l’avis des adolescents qui la dérangeait et Emma hésita, avant de secouer la tête. Elle sentit le souffle de Will sur sa peau, une sensation qui la fit frémir. Elle chercha ses mots, avant de prendre sa respiration et de répondre tout simplement : « Non ». Elle allait fuir de nouveau son regard lorsqu’il lui dit qu’ils pouvaient laisser tomber le slow si elle le voulait. Il détourna alors le regard et Emma fronça les sourcils. Non, elle n’en avait pas envie. Elle avait accepté et maintenant qu’elle était avec lui, elle se sentait parfaitement bien. Qu’importe les qu’en dira-t-on. Elle n’avait pas envie de briser un tel moment. D’autant plus que l’étreinte de Will chassait les mauvais souvenirs de ce début de soirée. Elle attendit donc que Will plonge son regard dans le sien pour répondre. « Non, je ne veux pas arrêter » Dit-elle sur un ton plus déterminé que prévu. Ses lèvres esquissèrent un sourire et ses yeux décrivirent le regard clair de Will. Elle sentit son visage s’approcher sensiblement du sien avant de se rendre compte du geste qu’elle faisait. Elle s’éclaircit légèrement la gorge avant d’écarter de nouveau son visage, tout en détournant son regard du professeur d’espagnol, le souffle coupé.

Les secondes s’écoulèrent et Emma gardait son regard assez loin de celui de Will pour ne pas être tentée de dire – ou de faire – des bêtises. Soupirant légèrement, elle posa son visage sur l’épaule de Will. Elle eut un nouveau sourire en sentant le parfum du professeur d’espagnol. Soudain, tout semblait plus facile. Ses pensées paraissaient apaisées, et l’image de Carl se faisait floue. Elle n’oubliait pas les soucis qui la préoccupaient mais elle avait décidé de les laisser de coté, pour un soir. Will avait réussi son pari : elle ne pensait plus à ses problèmes, cette soirée lui permettait de se changer les idées. Même le souvenir de cette matinée au cours de laquelle elle avait paniqué, ne se souvenant plus de rien, semblait désormais lointain. Se sentant légère comme une plume, libérée de ses tracas, Emma ne se concentrait plus que sur Will et la danse qu’ils partageaient. Elle ferma les yeux quelques secondes, savourant un instant qui semblait unique, avant d’ouvrir les paupières doucement. Il serait dommage qu’elle tombe endormie, bercée par cette danse et le parfum enivrant de son cavalier. Il avait raison : il n’y avait rien de pire que la solitude. Tant qu’elle l’avait lui, elle ne se sentait plus seule. Elle savait que quoiqu’il puisse arriver, elle pourrait compter sur lui pour lui remonter le moral, comme il le faisait précisément ce soir-là.

La chanson toucha à sa fin, bientôt suivie d’une autre. Emma haussa les sourcils, reconnaissant l’air de celle-ci. Sans détacher ses bras qui entouraient les épaules de Will, afin de lui faire comprendre qu’elle n’avait aucune envie de quitter cette piste, elle resserra au contraire son étreinte. La voix de Liam Gallagher s’éleva dans la salle, et Emma l’écouta avec un sourire aux lèvres : elle connaissait les paroles sur le bout des lèvres. Sans s’en rendre compte elle prit part à la chanson, en chantant doucement les paroles. « Today is gonna be the day that they’re gonna throw it back to you, by now you shoulda, somehow, realize what you gotta do, I don’t believe that anybody feels the way I do about you now ». Emma ne faisait pas attention aux paroles, se contentant de chanter doucement, le visage posé sur l’épaule de Will. « Back beat, the word is on the street that the fire in your heart is out, I’m sure you’ve heard it all before but you never really had a doubt. I don’t believe that anybody feels the way I do about you now ». Les secondes s’étirèrent, et la jeune femme continuait de chanter. Sa voix douce et aigue contrastait avec la voix plus grave du chanteur d’Oasis.

« And all the roads we have to walk are winding, and all the lights that lead us are blinding. There are many things that I would like to say to you but I don’t know how ». Emma fronça soudainement les paupières, ce dernier vers résonnant dans son esprit. Les paroles prenaient leur sens et elle se rendit compte que Will ne parlait plus, semblant l’écouter chanter. Elle se redressa légèrement, fuyant toujours le regard du professeur d’espagnol. « Because maybe you’re gonna be the one that saves me. And after all you’re my wonder… » Emma jeta un coup d’oeil à Will, ne pouvant s’en empêcher plus longtemps. «… wall ». Son regard se fit insistant, et sans le vouloir, elle se perdit dans les yeux de son cavalier. Son cœur se remit à tambouriner, et un frisson parcourut son échine. Si, depuis qu’elle était arrivée – ou même depuis des mois – elle tachait de dissimuler ses sentiments, elle avait la nette impression qu’elle venait de se trahir en fredonnant les paroles de cette chanson. Ses joues reprirent une teinte rosée tandis qu’elle cherchait les mots qui pourraient l’excuser. Le regard de Will la troublait, et elle ne parvint pas à retrouver ses esprits. Il lui fallut plusieurs secondes, durant lesquelles son regard était toujours ancré dans celui du professeur d’espagnol, avant qu’elle ne parvienne à balbutier quelques mots. « Je… Hm, désolée, j’aime beaucoup cette chanson et… » Elle s’éclaircit une fois de plus la gorge et secoua doucement la tête, ne parvenant pas à trouver les mots qui restaient coincés au creux de sa gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. My life would suck without you (part II)   Mer 18 Mai - 19:55

    Cet instant précis me rappelait tellement un de nos premiers rendez-vous amoureux de la période où nous étions ensemble. Nos corps enlacés, malgré sa phobie, une chanson que j’avais décrit comme étant la nôtre, sans oublier bien sûr, le baiser à la fin de cette dernière. Ce moment me paraissait si important à mes yeux. Cela avait été notre moment à nous, seulement nous deux. Et étrangement, notre légère proximité me rappelait cette soirée si belle à mes yeux. J’essayais de guider Emma qui semblait réussir à me suivre, même si un slow n’était pas difficile à danser, je devais me concentrer sur les pas et sur le regard pétillant de la jeune femme qu’était ma cavalière. Malgré tous mes efforts pour croiser son regard, la rouquine réussissait tout le temps à fuir le mien. Malgré cela, le fait qu’elle danse avec moi, une nouvelle fois, malgré sa phobie qui était plus tenace encore ces derniers temps, me faisait chaud au cœur. Je me sentais comme privilégié pour elle et c’était très important pour moi. Je ne savais pas si elle dansait avec Carl ou encore si elle lui tenait la main, mais je savais d’ors et déjà qu’elle ne faisait pas avec tout le monde, bien loin de là. Un léger sourire flottait sur mes lèvres, alors que nous continuions à danser, en nous rapprochant inconsciemment l’un de l’autre par la même occasion. Puisque je ne pouvais me perdre dans les yeux bruns de mon ex-petite amie, je fixais nos mains enlacées, comme pour ancrer cette image dans ma tête.

    Tout le monde savait que j’entretenais avec Emma, une relation plus qu’amicale. Enfin, tout le monde le pensait même avant que je ne m’en rende compte. Certaines remarques de quelques élèves laissaient sous-entendre que nous étions proches, malgré mon mariage. Mais à présent, j’en étais sûr, pour moi, nous n’étions pas de simples amis ou en tout cas plus. Comme le disait notre chanson d’ailleurs … Je la voyais jeter des coup d’œil par-dessus mon épaule pour observer les autres danseurs, largement plus jeunes que nous. Elle haussa les épaules indifféremment alors que ses mains se poser sur mes épaules. Je lui adressais un sourire réconfortant, comme pour lui dire qu’après tout nous n’en avions rien à faire de ce que pouvaient penser les élèves. Ce n’était pas parce que nous étions chaperons ce soir, chargés de surveiller la soirée, que nous ne pouvions pas danser nous aussi. Puis, quels élèves y feraient réellement attention ? Ils étaient bien trop occupés à s’embrasser ou à s’enlacer pour faire attention au seul couple d’adulte que nous formions sur la piste de danse. Sentant Emma encore hésitante, n’en pouvant plus qu’elle fuit mon regard comme elle le faisait, je soulevais son menton avec mon index, l’obligeant ainsi à me regarder dans les yeux. Son regard plongé dans le mien, ma respiration s’était soudainement ralentie lorsque je m’étais rendu compte de la proximité plus qu’infime entre nos visages. Nous n’avions pas été aussi proche depuis notre baiser échangé avant les vacances d’été, une éternité à mes yeux. Je déglutis doucement, gardant mon regard planté dans celui d’Emma, celui qui me faisait craquer et qui, à cet instant même, me faisait chavirer …

    Je la sentis hésiter, puis finalement elle hocha la tête pour me faire comprendre que l’avis des élèves ne la tracassait pas. Qu’est ce qui la dérangeait alors ? Nos souffles se rencontraient, alors qu’elle me soufflait un léger « Non » Son souffle à elle s’écrasait sur mon visage alors que le mien devait faire pareil sur le sien, qui affichait un air beaucoup plus décontracté qu’en début de soirée quoiqu’un peu déstabilisée. La distance entre nous devait être la cause de cette légère frayeur que je pouvais lire dans son regard. Elle devait également pouvoir se lire dans le mien .. Je ne dis rien, me contentant de la regarder, ayant complètement oublié que nous étions en train de danser au milieu d’élèves. Je lui proposais d’arrêter de danser, sentant que cela la dérangeait, de plus, elle allait à nouveau fuir mon regard. Je fis vaguer ce dernier sur les autres danseurs, sans vraiment leur porter grand intérêt, puis terminais par le reposer sur Emma, ne pouvant m’en empêcher. « Non, je ne veux pas arrêter » Son ton déterminé m’étonna un peu, mais sa réponse me convenait plus que ce que je l’aurais pensé. Le temps d’une seconde, nos visages se rapprochèrent dangereusement, mais Emma racla sa gorge, comme pour me faire réagir et recula son visage du mien. Elle détournai son regard alors que je me demandais ce qui ce serait passé si Emma n’avait pas eu ce geste de recul .. Je secouais doucement ma tête, voulant remettre de l’ordre dans mon esprit. Je resserrais un peu plus mon étreinte autour d’Emma, n’ajoutant rien, ne voulant pas briser ce silence si agréable ..

    Je sentis une pression sur mon épaule : je n’eus pas besoin de regarder pour comprendre que c’était le visage d’Emma qui se logeait dans le creux de mon cou. Son parfum enivrant s’échappait de sa chevelure rousse. Je fermais les yeux, me laissant bercer par la musique et par l’étreinte de la rouquine. Plus question pour moi d’à nouveau penser à la solitude, à ce moment précis, je ne me sentais plus seul et je comprenais que tant que j’aurais Emma dans ma vie, je ne serais jamais seul. Un sourire fit son apparition au coin de mes lèvres, alors que je rouvrais les yeux. Peut-être que ma mission de faire oublier tous ses soucis à Emma ne serait pas accomplie, mais elle avait réussi une mission pour moi : me faire oublier la solitude qui me tiraillait depuis longtemps déjà. Même si je savais que je pouvais toujours compter sur elle, que je pouvais toujours aller lui demander conseil dès que j’en avais besoin, mais à cet instant ce n’était pas pareil, c’était une sensation différente. Je me sentais presque aimé … Elle ne voulait pas quitter mes bras, donc je pouvais en déduire que je n’étais pas le seul à trouver cette proximité entre nous plaisante. La chanson se termina, j’allais desserrer mon étreinte autour d’Emma, mais elle gardait ses mains liées derrière ma nuque, les serrant même un peu plus, ce qui m’arracha un sourire satisfait. Je n’allais pas me plaindre … Je pensais qu’elle profiterait de la fin de la chanson pour s’enfuir, évitant le regard des autres danseurs de la piste. Sa réaction m’avait savoureusement étonné et j’avais donc à mon tour, réduit la distance entre nos deux corps. « Today is gonna be the day that they’re gonna throw it back to you, by now you shoulda, somehow, realize what you gotta do, I don’t believe that anybody feels the way I do about you now » Emma semblait connaitre les paroles de la chanson plus que bien. Je sentais son souffle s’écrasait dans mon cou alors qu’elle chuchotait les paroles à quelques centimètres de mon oreille. Je continuais de la guider, suivant le rythme plutôt lent de la chanson, laissant doucement tomber ma tête sur celle d’Emma. « Back beat, the word is on the street that the fire in your heart is out, I’m sure you’ve heard it all before but you never really had a doubt. I don’t believe that anybody feels the way I do about you now » Sa voix douce et aigue si unique me fera toujours craquer. Elle qui n’avait jamais pris de cours de chant, ou en tout cas à ma connaissance, chantait bien mieux que certains qui avait prit de multiples cours. Je trouvais le ton de sa voix unique, je n’avais jamais entendu de voix similaire. Sa voix avait du charme et c’était surement cela qui me faisait flancher. Je fronçais tout de même légèrement les sourcils, les paroles résonnant dans mon esprit. Pensait-elle ce qu’elle chantait ? Mon cœur loupa un battement et ma respiration se coupa le temps de quelques secondes. Je déglutis avec difficultés alors qu’Emma recommençait à chanter. « And all the roads we have to walk are winding, and all the lights that lead us are blinding. There are many things that I would like to say to you but I don’t know how » Mes sourcils se fronçaient encore un peu plus d’incompréhension. Je ne voulais plus prononcer un seul mot, l’écoutant avec attention. Je la sentis se redresser doucement, la chanson comblait le silence que j’avais décidé de laisser planer. « Because maybe you’re gonna be the one that saves me. And after all you’re my wonder… » Mon cœur se mit à battre plus fort, les paroles de la chanson prononcées par Emma résonnant dans mon esprit. Son regard croisa le mien, ma respiration s’accéléra. «… wall » Je me perdis dans le regard dans ma cavalière, plus rien autour ne bougeait, plus rien autour de nous n’avait d’importance à ce moment là. Avais-je bien compris le sens des paroles qui avaient traversées les lèvres de mon ex-petite amie ou alors donnais-je le sens que je souhaitais à ces fameuses paroles ? Je ne voulais rien dire, rien faire. Rien que ces paroles me donnaient envie de crier ma joie dans la salle, là maintenant, mais je m’en retins ayant une autre chose en tête. Mon regard avait l’air de la perturbée, mais elle réussit à glisser un en balbutiant « Je… Hm, désolée, j’aime beaucoup cette chanson et… » Je me rapprochais un peu plus d’elle, je pouvais à nouveau sentir son souffle coupé s’écraser sur mon visage. Alors que je voyais dans son regard que ce rapprochement l’inquiétait, inconsciemment un sourire apparut le temps de quelques secondes au coin de mes lèvres. Dans un moment de faiblesse de la part d’Emma, je posais mes lèvres sur les siennes, alors que la musique résonnait encore en fond de pièce. Je fermais les yeux, oubliant tout le reste pour ne plus me concentrer que sur les lèvres de la rouquine qui m’avaient tellement manquées. Nos lèvres se séparèrent au bout de quelques secondes. Je plongeais à nouveau mon regard dans celui de mon ex-petite amie, le souffle coupé. Peut-être venais-je de faire une erreur, peut-être allais-je le regretter, mais je l’avais tout de même fait. Je n’avais pas pensé aux conséquences, pensant juste à ce que je ressentais pour Emma et ce qu’elle ressentait peut-être encore pour moi, si les paroles qu’elle avait chanté dans le creux de mon cou, s’avéraient être vraies …

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. My life would suck without you (part II)   Jeu 19 Mai - 16:12

L’ambiance chargée d’électricité faisait frémir Emma, qui scrutait le regard de son cavalier avec une intensité non retenue. Elle n’aurait jamais imaginé que les choses puissent aller aussi vite. Jamais, en acceptant l’invitation de Will Schuester, elle n’avait pensé que cette relation prendrait un tournant décisif. Quelques heures auparavant, elle était encore en couple avec Carl Howell. La première vraie relation pour Emma Pillsbury, en dehors de la romance éphémère qu’elle avait partagée avec le professeur d’espagnol qui lui faisait face. Au fil des mois, elle avait appris à connaitre Carl, à éprouver des sentiments qui avaient toujours appartenus à Will. Elle avait cru que c’était le bon, celui qui serait là pour elle si elle en avait besoin, celui près duquel elle finirait peut-être ses jours. Peut-être même celui avec qui elle se marierait, celui qui lui ferait des enfants. Hélas, c’était avant de retrouver Will à la rentrée. Le doute s’était alors immiscé en elle : pourquoi ressentait-elle toujours des sentiments pour lui alors qu’elle se sentait bien auprès de son dentiste ? Les mois qui avaient succédés avaient été plus douloureux, les « et si ? » faisant leur apparition, les incertitudes reprenant le dessus. Emma avait eu beaucoup de mal à se décider.

D’un coté Carl Howell, la « sécurité » : elle partageait une certaine complicité avec lui, et se sentait bien à ses cotés, éprouvant même une certaine tendresse et affection à son égard. De l’autre coté, Will Schuester qui constituait une option dangereuse, mais qui était également celle vers laquelle son cœur penchait. Par le passé, Will s’était montré une seule et unique fois décevant, la fois où elle avait appris ses aventures avec Shelby et April Rhodes. Pourtant, c’était celui qu’elle avait toujours aimé, celui qu’elle avait toujours regardé avec de grands yeux emplis d’admiration. Les questions s’étaient accumulées, multipliées, jusqu’à cette soirée qu’elle avait passé en compagnie de Désirée, et qui lui avait fait comprendre que dans son esprit, le choix était déjà fait. La blonde pulpeuse lui avait demandé qui elle choisirait de Carl ou de Will, si elle devait n’en emmener qu’un seul sur une ile déserte. Bien sûr, la question n’aurait pas forcément dû être sérieuse. Mais Emma avait réfléchi et s’était rendu compte que Will était celui avec lequel elle aurait voulue se retrouver seule. Dès lors, les questions avaient disparus. Elle savait ce qu’elle devait faire : mettre un terme à cette relation avec Carl, afin d’être honnête. Trop peureuse, ou terrifiée à l’idée de prendre son courage à deux mains et d’avoir cette discussion avec lui, elle avait fait trainer les choses, et finalement c’était lui qui avait décidé que c’en était terminé. Quelques heures à peine avant cette fameuse danse.

Un soupir franchit les lèvres de la conseillère d’orientation, quand le regard que lui lança Will fut suffisant pour chasser ses doutes. La proximité qui s’était installée avec lui était troublante, et Emma sentait son cœur faire des bonds dans sa poitrine. Elle ne savait pas ce qui lui avait pris, de chanter les paroles de cette chanson. Lorsqu’elle y repensait, elle aurait pu écrire elle-même les vers de cette chanson tant ils résumaient la situation. C’était certainement la raison qui, inconsciemment, l’avait amenée à les murmurer, soufflant ces mots pleins de sous entendus, à l’homme qu’elle aimait, l’homme avec lequel elle dansait. Dans le regard de Will, elle vit de l’incompréhension, et cru apercevoir une certaine réjouissance. Ces secondes durant lesquelles leurs regards étaient plantés l’un dans l’autre, semblèrent être infinies. Emma en avait oublié jusqu’au bal de la Saint Valentin, l’ambiance festive, la chanson qui continuait d’être jouée en fond sonore. Elle avait oublié Sue, un peu plus loin, oublié les élèves qui tournoyaient sur la piste de danse, oublié Carl. Seul le regard de Will comptait, ce regard clair et pétillant, un regard qu’elle avait toujours aimé croiser, qui lui redonnait confiance en elle. En cet instant précis, pourtant, son regard était différent. Il brillait d’une lueur déterminée qu’Emma ne comprit pas tout de suite. Dans ses bras, elle se sentit presque vaciller.

Et puis, il approcha son visage du sien. Les yeux d’Emma s’écarquillèrent, son palpitant faisant de nouvelles acrobaties dans sa poitrine. Elle sentit l’étreinte de Will s’affirmer autour d’elle, sentit son doux parfum lui chatouiller les sens. Il s’approchait toujours, et les secondes semblèrent s’étirer, indéfiniment. Quand son visage ne fut plus qu’à quelques millimètres, le cœur d’Emma rata un battement. Une sensation de déjà vu l’envahit, et elle réalisa enfin ce qu’il se passait. Incapable d’esquisser le moindre geste, elle vit le sourire de Wil se dessiner aux coins de ses lèvres. Son propre sourire était figé. Les lèvres de Will atteignirent les siennes, et vinrent se presser contre celles-ci. Emma haussa les sourcils, troublée par ce contact. Elle ferma les yeux quelques secondes, par pur automatisme. Cela faisait longtemps que ce n’était plus arrivé, et pourtant elle avait l’impression que ce contact lui était toujours aussi familier. Elle en oublia la phobie qui la menaçait, sa peur des microbes qui la hantait. Sa mysophobie se retrouva en arrière plan pendant ces quelques secondes uniques. Soudain, elle n’avait plus peur ; soudain, elle n’avait plus envie de sortir ses flacons de nettoyants, ou ses lingettes. Cela n’avait presque plus d’importance à ses yeux.

Et puis Will interrompit le baiser, écartant son visage du sien tout en sondant son regard brun. Il semblait surpris, mais ce n’était rien comparé au propre étonnement que ressentait la jeune femme. De nouvelles secondes s’écoulèrent, au cours desquelles elle le dévisagea, sans comprendre. La chanson qu’elle avait chanté avait dû déclencher le baiser, Will avait dû y trouver un sous entendu suffisant pour se lancer. Et après tout, il n’avait pas tort. Lentement, un sourire vint étirer les lèvres de la jeune femme tandis qu’elle prenait conscience de ce qu’il venait de se passer, et de ce que cela impliquait, aussi. La respiration haletante, elle regardait Will d’un air entendu. Cette fois-ci Rachel Berry n’était pas là pour les interrompre, à l’image de cette fois où ils s’étaient embrassés dans le couloir, avant l’été. La chanson d’Oasis résonna dans l’esprit de la conseillère d’orientation : « ‘cause maybe you’re gonna be the one that saves me and after all, you’re my wonderwall ». Cette chanson était arrivée au bon moment. Emma haussa un sourcil et approcha de nouveau son visage de celui de Will. L’envie de l'embrasser une nouvelle fois ne manquait pas, mais elle s’abstint de le faire. Peut-être parce que cela était nouveau pour elle, qu’elle ne réalisait pas encore ce qu’il était en train de se passer.

Au lieu de rejoindre les lèvres du professeur d’espagnol pour la seconde fois de la soirée, la jeune femme finit par écarter son visage du sien, rompant également le regard qu’ils se lançaient depuis de multiples secondes. Elle appuya son menton sur l’épaule de Will, avant d’y poser son visage, exactement de la même façon qu’elle l’avait fait avant le baiser. Elle se rendit alors compte qu’il n’était pas au courant qu’entre Carl et elle, c’était désormais terminé. Elle fronça les sourcils, ses doigts s’agitant derrière la nuque de Will. Brisant le silence qui s’était installé entre eux, elle finit par prendre la parole, tandis qu’ils avaient repris la danse. « Hm… Avant de venir ici, j’ai vu Carl. C’est pour ça que je suis arrivée en retard. Pour faire simple, il… il a décidé que c’était terminé entre nous » La voix d’Emma était calme, contrairement à son cœur qui s’amusait à danser, cognant brutalement contre sa poitrine. Elle avait soufflé ces mots d’une voix basse, peut-être pour ne pas briser l’intimité du moment qu’ils avaient partagés. Elle se redressa et leva son menton vers Will. Elle s’éclaircit la gorge, et rencontra de nouveau le regard clair de son cavalier. « Et je, hm, je crois que c’est mieux comme ça » Conclut-elle. Elle aurait voulu ajouter ce qu’elle pensait réellement, mettre des mots sur ce qu’elle ressentait pour Will, mais c’était trop tôt pour faire cela. Elle était encore perdue, au fond, devant tous ces bouleversements qui étaient en train de s’opérer dans sa vie. Alors, au lieu de prononcer les mots effrayants, elle se contenta de détacher l’une de ses mains nouées derrière la nuque du professeur d’espagnol. Elle fit glisser son bras et quelques secondes plus tard, ses doigts se posaient sur la main de Will. Elle esquissa un nouveau sourire. A la fois terrifiée et heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. My life would suck without you (part II)   Ven 20 Mai - 16:50

    Si Emma était finalement tombée dans les bras de Carl, il devait y avoir une raison. Sinon pourquoi sortir avec le dentiste, sachant que j’éprouvais des sentiments à son égard. Peut-être qu’à ses yeux je n’étais pas à la hauteur, surement à cause de ces rumeurs qui disaient que j’avais couché avec April Rhodes et embrassé Shelby, la coach des Vocal Adrenalines et mère de Rachel, soit dit en passant. Pour ce qui était de la deuxième, elle était vrai, malheureusement. Mon divorce récent avec Terri m’avait bouleversé, puis j’étais sorti avec Emma et avait embrassé une autre. Je n’avais rien de percutant pour excuser mon geste, car rien ne pouvait le faire. Je l’avais trahie, blessée, offensée et surement humiliée, et je m’en voulais tellement. Emma l’avait appris par je ne sais quel moyen, ou par je ne sais quelle personne, et avait décidé que tout était terminé entre nous. Elle faisait des efforts par rapport à sa phobie et moi je la trompais stupidement avec la coach de la chorale adverse. Par contre, pour ce qui était de la supposée nuit passée avec April, c’était totalement faux. Nous avions juste dormi dans le même lit, rien ne c’était passé entre nous. Certes, lorsque nous étions au lycée, j’avais le béguin pour elle, c’était même plus que ça, je l’admirais. Mais maintenant, rien n’existait entre nous sauf une grande amitié. Je l’avais aidé à maintes reprises et elle m’en était reconnaissante. Je savais que si j’avais besoin d’aide, je pouvais l’appeler peu importe l’heure qu’il est ou la raison de mon appel. Je me demandais encore qui avait pu dire cela à Emma .. J’aurais pu accuser Sue, mais à ce que je sache, on ne vit pas dans le même immeuble et encore moins dans le même appartement. Je ne voyais donc vraiment pas comment elle aurait pu savoir qu’April avait dormi dans mon lit. Je ne le saurais peut-être jamais, mais cela m’importait peu aujourd’hui …

    D’un côté, je comprenais le choix de la rouquine. Ella avait surement choisi Carl à cause des ‘’aventures’’ que j’avais pu avoir. Dans mon esprit, tout était réglé : j’avais eu ma chance avec elle, mais l’avais laissé filer et c’était trop tard pour me racheter. Puis, il y avait eu ce fameux baiser échangé avant les vacances d’été. Je lui avais dit que je l’aimais, que je savais qu’elle m’aimait aussi et que Carl ou pas, cela ne changerait pas cette chose qui existait entre nous. J’avais enfin réussi à lui avouer tout ce que je ressentais pour elle ce jour-là, puis après ces deux mois de vacances nous nous étions retrouvés, comme si de rien n’était. Elle était encore avec Carl, malgré ce que je lui avais avoué deux mois plus tôt. Pourtant à mes yeux rien n’avait changé, elle était encore la conseillère d’orientation avec qui je bossais pour qui je craquais. Du coup, des questions étaient entrées en jeu : m’aimait-elle encore ? Peut-être que j’étais en réalité le seul à encore éprouver des sentiments, peut-être que Carl avait réussi à occuper cette place dans la vie de la rouquine, que je n’avais pas su garder. Je m’étais longuement questionné à ce propos, continuant à la voir tous les jours comme avant, même si rien n’était comme avant. Puis la difficulté de Terri pour accepter la fin de notre mariage n’avait en rien arrangé les choses. Ces derniers temps avaient en réalité étaient difficiles pour moi entre mes sentiments pour Emma qui était en couple, Bryan Ryan et sa chorale affrontant la mienne, Sue Sylvester toujours aussi impitoyable que d’habitude et donc Terri, plus déterminée que jamais à me récupérer. En vain pour cette dernière, car maintenant j’en étais sûr, cela ne pouvait pas marcher plus longtemps entre nous. J’aimais Emma et elle seule.

    Mais maintenant que j’avais entendu Emma chanter ces paroles, et pas n’importe lesquelles, mes questions et mes problèmes s’envolaient. Mon cœur avait loupé plusieurs battements pendant qu’elle chuchotait les fameuses paroles à mon oreille, son souffle chaud me chatouillant la nuque. A présent, nous nous fixions, sans un mot, l’un se perdant dans le regard de l’autre, comme j’aimais si souvent le faire. On entendait toujours la musique en fond, mais je m’en fichais. J’avais complètement oublié les élèves, le bal, la rivalité entre les deux chorales … Tout ça n’avait plus d’importance en ce moment précis. Je me concentrais juste sur les pas que je devais effectué pour qu’Emma puisse me suivre et son regard. Ses yeux bruns qui avaient le pouvoir, qu’eux seuls possédaient, de me calmer, de me rassurer. J’approchais alors doucement mon visage du sien, fermant les yeux. Je resserrais mon étreinte autour d’elle alors que nos lèvres se touchaient. Nous nous étions déjà embrassé, c’était du déjà vu, mais j’avais l’impression de l’avoir fait tellement de fois, que ce geste nous était resté familier alors que c’était loin d’être le cas. Pendant une seconde, la peur qu’elle se recule à cause de sa phobie m’avait envahit, mais rien ne se passa. Profitant de l’instant, j’en oubliais totalement la musique … Nos lèvres se séparèrent, je gardais les yeux fermés quelques secondes de plus, sentant encore les lèvres de la rouquine sur les miennes. J’ouvrais doucement les yeux, sondant le regard brun de mon ex-petite amie. J’avais peur, peur de sa réaction, peur de gâcher cette soirée en m’étant fait des films. Ces paroles décrivaient tellement notre situation que je les avais prises comme une sorte de déclaration, qui m’avait permis de me lancer, l’envie de l’embrasser me brûlant les lèvres depuis longtemps déjà … Elle ne prononça pas un moment, je fis de même, nous nous contentions de nous regarder. Je fronçais doucement les sourcils en voyant le visage d’Emma se rapprochait à nouveau du mien. Je préférais la laisser faire, ne m’attendant à rien en particulier, attendant juste un geste de sa part. Un sourire étira mes lèvres lorsqu’elle posa son menton sur mon épaule. Nous étions l’un contre l’autre, après s’être fixé pendant de longues secondes qui s’étaient écoulées trop rapidement à mon gout. Je logeais mon visage dans le creux de sa nuque, inspirant son parfum fruité que je connaissais bien. Je fermais les yeux alors que je sentais ses doigts enlacés derrière ma nuque s’agiter. Je recommençais à danser, Emma me suivant, alors qu’elle reprenait doucement la parole. « Hm… Avant de venir ici, j’ai vu Carl. C’est pour ça que je suis arrivée en retard. Pour faire simple, il… il a décidé que c’était terminé entre nous » Je fronçais les sourcils d’incompréhension en me redressant doucement faisant face à la rouquine. Comme si je voulais voir que ce qu’elle me racontait était vrai. Je me sentais mal, très mal. Je venais déjà d’embrasser Emma alors qu’elle était en couple, ou en tout cas c’était ce que je pensais, et maintenant j’apprenais qu’elle ne l’était en réalité pas. La bouche légèrement ouverte, cherchant des mots à prononcer pour Emma, je ne savais quoi dire. Les mots ne me venaient pas et je ne savais même pas si ils pourraient traverser mes lèvres. Je savais qu’elle s’était attachée au dentiste et que cette rupture avait du lui faire mal, cela me faisant mal donc, par conséquent. Son ton était calme, mais j’étais sûr que son ressenti était très différent. « Je suis désolé, Emma .. » soufflais-je tout simplement ne sachant quoi dire d’autre. Je déviais mon regard, ne voulant pas le plonger dans celui de la rouquine. Je la voyais du coin de l’œil lever son regard sur moi, je détournais alors la tête pour la regarder. J’avalais ma salive avec difficulté, alors qu’elle ajoutait. « Et je, hm, je crois que c’est mieux comme ça » J’étais plutôt étonné par ce qu’elle venait de dire. N’était-elle pas bien avec Carl ? Mais ce qui me dérangeait le plus, c’était que la cause de leur rupture devait surement porter mon nom. Je devais d’une façon ou d’une autre, être coupable dans l’histoire. Que ce soit a cause du baiser échangé avant les vacances d’été, que ce soit la soirée passée ensemble alors qu’elle était malade, ou encore à cause du baiser qu’on avait échangé quelques minutes auparavant et la danse que l’on partagé en cet instant même. Je n’avais pas su garder mes distances et donc la laisser vivre sa vie de couple comme il lui semblait juste de la vivre. Rien que pour cela je m’en voulais. Je ne pus m’empêcher de demander doucement. « Pourquoi ? » Je voulais savoir pourquoi cette rupture était nécessaire selon elle. Un espoir était toujours présent dans mon esprit … « Cela change quelque chose .. pour nous ? » Je baissais les yeux, honteux même de poser cette question, mais je voulais savoir, je devais savoir …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. My life would suck without you (part II)   Dim 22 Mai - 17:38

Le regard ancré dans celui du professeur d’espagnol, Emma Pillsbury se sentait à la fois faible, terrorisée et joyeuse. D’une part, elle avait enfin réussi à mettre quelques mots sur ses sentiments, grâce à la seule intermédiaire d’une chanson. Quelques paroles soufflées au creux de la nuque de Will, quelques mots qui étaient pourtant plus qu’appropriés dans cette situation. Sans Oasis, Emma n’aurait certainement pas pu dire de façon aussi claire ce qu’elle ressentait et pensait. D’autre part, , elle se sentait coupable d’être dans les bras de Will alors que quelques heures plus tôt, sa relation avec Carl s’était achevée sur une mauvaise note. La jalousie de Carl, mais surtout la relation que la conseillère entretenait avec son collègue, avait eu raison du couple. Emma se savait en grande partie responsable, elle ne pouvait pas blâmer le dentiste pour la simple et bonne raison que ses doutes étaient fondés. Oui, Emma tenait toujours à Will ; oui, elle l’aimait encore même si elle ne l’avait jamais dit à voix haute, de façon claire et précise. Cela avait longtemps été son petit secret. Plusieurs mois auparavant, avant même que le dentiste ne fasse irruption dans la vie de la jeune femme, elle l’avait aimé en secret. Ou tout du moins était-ce qu’elle pensait, puisque le regard qu’elle posait sur lui ne trompait personne. Même Sue, qui n’était pourtant pas du genre à s’intéresser à la situation sentimentale de ses collègues, avait très vite vu clair dans ce jeu. Un jeu qui avait recommencé quelques mois plus tard à peine. Emma avait alors rencontré son dentiste au sourire hypnotisant, était sortie avec lui. Elle avait scrupuleusement évité Will dans les couloirs du lycée, ne lui révélant pas immédiatement la nature de la relation qui la liait au dentiste. Jusqu’à ce qu’il ne vienne dans son bureau lui demander conseil par rapport aux Régionales. Elle avait lu de la déception dans son regard, hélas elle ne pouvait plus faire marche arrière. En ce temps-là, elle pensait avoir pris la bonne décision, en tournant la page sur son histoire avec son tout premier amour. Puis, il y avait eu le baiser au détour d’un couloir, après la fureur d’Emma contre Sue qui, selon elle, était à l’origine de la défaite des New Directions. Il y avait ce baiser, qui avait perturbé Emma tout l’été, mais qui avait également entrainé de nombreux doutes vis-à-vis de son couple.

Et désormais, elle se retrouvait de nouveau dans les bras de Will, après une rupture dont elle aurait dû être à l’origine si le courage ne lui avait pas fait défaut. En scrutant le regard clair de son ex petit ami, elle savait qu’elle avait fait le bon choix, et espérait simplement que ses sentiments soient toujours réciproques, en dépit de la tristesse qu’elle avait surprise dans son regard lorsqu’elle avait évoqué sa relation avec Carl. Puis, le baiser qu’il avait entrepris l’avait légèrement rassurée. Pourquoi aurait-il réagi de cette façon s’il ne tenait plus à elle ? Cette pensée eut pour effet d’accélérer la course de son cœur, et d’élargir le sourire qui s’était installé sur ses lèvres vermeilles. Ses joues s’étaient légèrement empourprées mais elle n’essayait plus de le dissimuler. Qu’importe, on pouvait toujours mettre ceci sur le compte de la chaleur de la pièce, envahie de dizaines de couples s’enlaçant au rythme du slow. En se souvenant de ces derniers, l’intéressée se mordit la lèvre inférieure, espérant que le baiser avait échappé à leur attention. Secouant délicatement la tête, elle se remit à étudier les traits du visage de Will afin d’écarter ces pensées vagabondes. Les doigts de sa main atteignirent la sienne. Ce nouveau contact apaisait Emma, et signifiait bien plus à ses yeux que l’on aurait pu l’imaginer. Guidée par sa mysophobie, il était en effet rarissime qu’elle se risque à ce type de geste. Pourtant, avec Will c’était différent. Comme si elle avait moins peur.

Les paroles d’Emma semblaient avoir eu leur petit effet sur Will. Ce dernier fronça les sourcils, ne s’y attendant peut-être pas – après tout, c’était assez soudain et cette révélation express de la part de la conseillère n’arrangeait rien. Les secondes s’échappèrent, secondes durant lesquelles il l’observa, avec sur ses traits un mélange de surprise et d’une autre émotion qu’Emma ne parvint pas à déchiffrer. Elle patienta, la gorge nouée. En voyant cette expression étrange se composer sur son visage, elle eut soudainement peur. Peur qu’il se sente coupable de l’avoir embrassée quelques secondes auparavant alors qu’elle venait de rompre avec son petit ami. Pourtant, si elle avait encore été avec lui, cela aurait été bien pire aux yeux d’Emma. Celle-ci le regarda un moment, jusqu’à ce qu’il ne prenne la parole, se disant désolé. La jeune femme haussa les sourcils, sentant que cette phrase avait peut-être un double sens. Elle hocha alors la tête, en signe de dénégation, et le regarda droit dans les yeux. « Ne le sois pas » Répondit-elle simplement avant d’incliner légèrement la tête. « A vrai dire, cela fait plusieurs jours que j’y pensais. Je n’étais pas entièrement honnête avec lui… Carl a simplement fait ce que moi, justement, je n’ai pas eu le cran de faire ». Sa voix se brisa légèrement et elle décida de ne pas entrer davantage dans les détails.

Elle le regarda longuement, tandis qu’il cherchait son regard de façon incertaine, après avoir brisé le contact l’espace de quelques secondes – interminables aux yeux de la conseillère d’orientation. En l’observant, Emma se rendit compte que s’il ne répondait pas de façon positive à ses attentes, elle aurait certainement plus de mal à s’en remettre qu’elle ne le pensait. Le premier amour est celui qui vous marque à vie, celui dont on a du mal à se détacher. Will Schuester était le premier amour d’Emma, et ce bien que cet amour soit intervenu tardivement dans la vie de la jeune femme. Et, elle avait eu beau essayer de tourner la page, tant qu’il était là : tant qu’elle travaillerait à ses cotés, elle ne parviendrait sûrement pas à le faire. Elle l’avait appris à ses dépends, et savait désormais qu’il s’agissait là de la triste réalité. C’était la raison pour laquelle elle avait déjà pensé à démissionner. Après sa rupture avec Ken Tanaka – une rupture qui, avec du recul, lui avait été bénéfique – elle avait remis sa démission à Figgins. Plus tard, elle l’avait avoué à Will : elle ne parvenait plus à voir Ken sans se sentir coupable de ce qu’elle lui avait fait ; et ne pouvait plus voir Will non plus, se sentant trop honteuse. Elle aimait son travail, se considérait chanceuse d’avoir su en trouver un qui lui plaise autant. Pourtant, travailler aux cotés de personnes lui rappelant au quotidien les erreurs qu’elle avait commises aurait été insupportable, invivable. Maintenant qu’elle y repensait elle s’estimait pourtant heureuse : elle n’avait pas quitté McKinley, finalement, suite à l’histoire qu’elle avait eue avec Will par la suite. Et heureusement qu’elle ne l’avait pas fait…

Les nouvelles paroles de Will la ramenèrent à la réalité. Il lui demanda pourquoi elle disait cela, et si cela changeait quelque chose pour eux d’une voix incertaine. La jeune femme écarquilla les yeux, sentant les battements de son cœur redoubler d’intensité suite à cette question. Si cela changeait quelque chose ? Emma se mordit la lèvre. Elle n’avait plus aucune échappatoire possible : la question de Will était directe, et elle devrait y répondre et se mettre à nu par la même occasion. Elle hésita plusieurs secondes : elle savait ce qu’elle voulait, mais ne savait pas comment le formuler. Et malgré l’espoir qu’elle lisait aisément dans le regard de Will, elle ne pouvait pas décider pour eux deux. Peut-être que lui ne voulait plus s’engager dans ce type de relation avec elle. Cependant, si elle ne répondait correctement à la question, elle ne le saurait jamais. Et cette perspective n’était pas une option. S’éclaircissant la gorge, elle baissa doucement le regard, se sentant intimidée par celui que lui lançait Will. « Parce que… parce que comme je te l’ai dit, je n’étais pas honnête avec lui. Au fond, il n’était pas la personne avec qui je voulais être, ce que j’ai eu du mal à admettre ». Cette phrase sonnait une déclaration, et c’était la raison qui incitait son cœur à battre aussi fort. Elle leva finalement son visage vers lui. Elle réunit son courage, et se lança, légèrement troublée par la dernière question de Will. « Si ça change quelque chose pour nous ? » Répéta-t-elle, comme si elle se posait la question à elle-même. « Je pense, je… J’espère » si tu en as envie ? Faillit-elle ajouter. Elle esquissa un sourire timide qu’elle adressa à son cavalier. Elle qui était d’ordinaire si à l’aise avec les mots, connaissait quelques difficultés à faire des phrases complètes. « Je ne sais pas si toi, tu… Enfin… ». Elle leva les yeux au ciel, agacée par son propre comportement, se maudissant d’être aussi peu douée pour exprimer ses idées. Rencontrant de nouveau le regard de Will elle conclut : « Oui, j’aimerais que cela change quelque chose entre nous ». Elle poussa un soupir de soulagement. Elle avait enfin réussi à faire une phrase correcte… un exploit !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. My life would suck without you (part II)   Lun 30 Mai - 21:21


    Lorsque l'on est petit, on nous apprend que un plus un est égal à deux. Mais en grandissant, on revoit la chose sous plusieurs angles différents de celui-ci et on comprend que ce que l'on nous disait était faux. On comprend que dans certains cas, mais surtout dans le cas le plus important, un plus un est égal à un. Je l'avais compris à présent, après avoir partagé ma vie avec plusieurs femmes déjà. J'avais eu mon premier coup de cœur au lycée, April Rhodes, une femme au charme fou et à la voix renversante, qui me faisait tourner la tête à l'époque, et aujourd'hui encore. Ce coup de cœur n'aura jamais abouti, n'étant pas un des garçon les plus populaires comme Bryan Ryan par exemple, la jeune femme blonde ne m'avait jamais vraiment remarqué. Si c'était le cas, elle m'avait vu comme le garçon du glee club qui a un peu de talent, mais pas assez de caractère pour être sur le devant de la scène. Puis il y avait eu Terri qui par la suite était devenue ma femme. En y repensant, cela me faisait une drôle de sensation … En allant au bal de promotion avec elle, en la demandant en mariage ou encore en l'entendant me dire que nous allions devenir parents, ce qui n'était que pur mensonge, je pensais terminer ma vie avec elle. Seulement, avec du recul et quelques réflexions sur notre couple, je m'étais rendu compte que notre couple n'était que mensonges, que finalement nous n'étions peut-être pas fait l'un pour l'autre. Alors que j'étais marié, Emma avait prit de son importance dans ma vie. Dès lors que j'avais un doute, besoin d'aide ou encore de réconfort, je me tournais automatiquement vers elle et ses conseils de psychologue avisés. Sue avait longtemps glissé de lourds sous-entendus dans certaines de nos conversations sur l'attirance qui pouvait exister entre la rouquine et moi. Je n'y avais jamais vraiment porté attention, niant toute relation au départ, mais changeant de sujet avec le temps, me rendant compte de l'alchimie qui existait bel et bien entre nous. Je m'étais énormément attaché à elle .. Même plus, j'avais appris à la connaître et à l'aimer. A ses justes valeurs, malgré sa phobie, malgré sa timidité et même malgré sa rousseur vous dirait-elle. Je souriais doucement à cette légère pensée. Avant, elle me ''courait'' après alors que j'étais marié à mon amour de lycée et à présent c'était moi qui la voulait alors qu'elle était en couple avec son dentiste, aux dents parfaitement blanches et alignées, qui devait en faire tomber plus d'une. Enfin, alors qu'elle était avec son dentiste selon les dires de la conseillère d'orientation. Je ne dirais pas que je m'en réjouis, mais une certaine rivalité existait entre Carl et moi. Nous étions amoureux de la même femme, sachant tous les deux qu'elle femme Emma était. Je ne su quoi dire en apprenant ça, me sentant gêné et coupable à la fois. Une sensation plus que désagréable .. Sa main prit la mienne, le contact de sa peau contre la mienne m'arracha un frisson le long du dos. Un léger sourire de satisfaction étirait mes lèvres. Ce geste représentait énormément pour elle, pour moi, mais surtout pour nous ...

    Je m'excusais, pas juste comme toutes les personnes le font lorsqu'un malheur vous arrive, mais parce que j'étais en quelques sortes -voir entièrement- responsable de cette rupture. Un mélange de gêne, d'humiliation et de regrets. Des regrets car j'avais peut-être détruit une relation qui rendait Emma heureuse et lorsque l'on aime quelqu'un, on ne souhaite que son bonheur avec ou sans nous. Je venais d'embrasser Emma, de plus … Je savais qu'elle était en couple avec le dentiste, mais je l'avais tout de même fait alors que je m'étais jurais de garder une certaine distance avec la rouquine tant qu'elle était en couple. Je n'arrivais même pas à tenir les promesses que je me faisais moi-même. Je baissais les yeux sur mes pieds, alors que je sentais le regard brun d'Emma courir sur les traits de mon visage. Sincèrement, j'étais désolé, car je m'en voulais, affreusement .. « Ne le sois pas » Je ne pouvais m'en empêcher .. Peut-être m'en voulais trop, mais j'étais tout de même responsable dans cette rupture. « A vrai dire, cela fait plusieurs jours que j’y pensais. Je n’étais pas entièrement honnête avec lui… Carl a simplement fait ce que moi, justement, je n’ai pas eu le cran de faire » Je fronçais doucement les sourcils : elle y pensait depuis quelques jours déjà ? La soirée que nous avions passé ensemble, l'un dans les bras de l'autre devant la télévision qui affichait un concert du groupe ''Coldplay'' avait-elle joué son rôle dans ce choix de la part d'Emma ? Je sentis Emma plus que touchée par ce qu'elle venait de dire, j'aurais bien aimé poser des questions, assouvir ma curiosité, mais je voyais que ce ne serait pas forcément la meilleure des solutions pour que cette soirée continue bien. Je me raclais la gorge, légèrement gêné par la situation. Elle m'avait regardé dans les yeux alors que je m'étais excusé, ce n'était rien, mais je l'avais noté. Pendant ces quelques secondes, je m'étais sentis moins seul, moins coupable ..

    Le moment que je redoutais tant était arrivé. Elle n'était plus avec Carl, la soirée d'il y a quelques jours, la discussion dans les gradins puis enfin ce bal, mais surtout ce baiser échangé. J'avais osé lui demander si cela changeait quelque chose pour nous. J'avais pu lire plus que de l'étonnement dans son regard pétillant. Je me devais de poser la question. J'avais imaginé la scène des centaines de fois dans ma tête, avec différents scénarios, mais maintenant, tout de suite, c'était réel. Les battements de mon cœur s'accélérait, bien trop à mon goût d'ailleurs. J'avais posé une question qui ne pouvait avoir que deux réponses possibles. Soit cela ne changeait rien pour nous, soit tout changeait pour nous, pour nos sentiments et notre relation. J'avais peur de sa réponse, mais je ne pouvais rester sans cette dernière, il fallait que je sache. Cela faisait trop longtemps que notre relation était dans l'ombre, que tout cela n'avait aucune réponse, ou en tout cas n'en n'avait plus, à mes yeux. Mes yeux la scrutaient alors que son regard fuyait le mien. « Parce que… parce que comme je te l’ai dit, je n’étais pas honnête avec lui. Au fond, il n’était pas la personne avec qui je voulais être, ce que j’ai eu du mal à admettre » Mon cœur loupa plusieurs battements, tellement que je crus ne plus le sentir battre au bout d'un moment. Je la regardais, attendant qu'elle prononce quelques mots de plus, ne sachant quoi penser des mots qu'elle venait de prononcer. Nos regards se croisèrent et s'encrèrent si bien que je pensais que jamais je ne le quitterais des yeux. Mon cœur reprit une course folle dans ma poitrine, même si le regard d'Emma avait réussi à un peu me calmer, comme lui seul savait si bien le faire. Je n'arrivais pas à trouver des mots à prononcer après cela, si bien que je gardais le silence, attendant que les lèvres d'Emma en reformule d'autres à ma place. « Si ça change quelque chose pour nous ? » Je ne la lâchais plus du regard, l'écoutant avec toute l'attention que je pouvais lui porter en oubliant même le bal de promotion et les élèves autour de nous. « Je pense, je… J’espère » Que voulait-elle dire par là ? Je ne voulais surtout pas me faire d'idées, que les paroles précédentes de la rouquine m'aient donné de faux espoirs. Je serrais un peu plus la main d'Emma dans la mienne, ne voulant en aucun cas couper ce contact qui s'était installé entre nous plus naturellement que ce que je l'aurais cru. « Je ne sais pas si toi, tu… Enfin… » Je rigolais nerveusement alors qu'elle levait les yeux au ciel, apparemment agacée. Peut-être, ou même sûrement, à cause de ses hésitations. « Si je .. ? » Elle prononça ces quelques mots en replongeant son regard dans le mien « Oui, j’aimerais que cela change quelque chose entre nous » Là, étrangement, j'eus comme l'impression que mon cœur s'arrêtait. Ma bouche s'entrouvrit légèrement, j'avais dans l'idée de répondre quelque chose n'importe quoi, mais au moins une suite de mots formant ce que l'on appelle une phrase. Je souriais nerveusement, ne lâchant pas le regard brun de la rouquine postée face à moi. J'en avais tout oublié autour de nous, mais la musique me permettait de rester ''présent''. Je ne savais que dire .. « Et bien, euhm .. Je-je .. » Je la sentis soupirer, j'aurais bien fait de même. Tout comme elle, je n'arrivais même pas à faire une phrase correcte. Je soufflais doucement avant de replonger mon regard dans celui d'Emma, en lui soufflant d'une voix basse, et douce à la fois. « Je .. » Un rire traversait, mes lèvres alors que je posais mon regard quelques secondes seulement sur mes chaussures, un sourire nerveux et amusé étirant mes lèvres. « Je suis vraiment obligé de répondre .. ? » Mon sourire s'agrandissait un peu plus, alors que je réduisais à nouveau la proximité qui existait entre nos visages. Je déposais un bref baiser sur les lèvres d'Emma, l'envie me brûlait les lèvres depuis le dernier que nous avions échangé un bref moment auparavant. Je plaçais une de ses mèches rousses derrière son oreille avant d'ajouter. « J'aimerais aussi .. » J'avais pensé que mon geste aurait suffit à répondre à la déclaration de la rouquine, mais j'avais décidé de mettre des mots sur ce que je pensais et voulais à ce moment-là. Je ne savais que dire, un nouveau rire légèrement nerveux passait mes lèvres, alors que je me perdait dans son regard .. Je ne savais que penser de ce qui se passait, mais cela se passait et c'était tout ce qui me suffisait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. My life would suck without you (part II)   Sam 4 Juin - 15:42

Emma Pillsbury n’avait jamais eu une journée de Saint Valentin aussi mouvementée que celle-ci ; aussi riche en coups de théâtre et en rebondissements. D’ordinaire, c’était une fête qu’elle oubliait presque au vu du peu de relations amoureuses qu’elle avait eu au cours de sa vie. Ainsi, le jour J, elle avait pris l’habitude de passer la soirée seule, en présence de ses chiffons réconfortants et de ses produits ménagers. C’était là une façon comme une autre d’oublier la solitude, ce qui était assez ironique puisque c’était justement sa mysophobie qui l’empêchait d’avoir ce genre de relations. Pourtant, ce quatorze février là ne pouvait être confondu avec tous ceux qu’elle avait vécus jusqu’à présent. La promesse d’une soirée en la compagnie de Will lui avait mis du baume au cœur, et avait dessiné un sourire unique sur ses lèvres. Et puis, il y avait eu la dispute avec Carl, suivie de la rupture. Si la soirée qui avait suivie n’avait pas été aussi merveilleuse, la conseillère aurait pu penser que cette fête sonnait comme une malédiction pour elle. Et pourtant, elle avait fini par retrouver Will. Lui et ses paroles apaisantes, ses mots emplis de tendresse, avaient su écarter le souvenir douloureux que constituait désormais l’image de Carl, abandonné sur le seuil de sa porte, le visage baissé. Emma savait qu’elle lui avait fait beaucoup de mal, et ne pourrait certainement jamais se le pardonner. Heureusement pour elle, sa culpabilité était désormais étouffée grâce aux mains de Will autour de sa taille, et le regard qu’il posait sur elle. Elle en oubliait ses problèmes, se sentait à l’aise, réfugiée dans les bras de l’homme qu’elle aimait.

« Si je ? » Lui demanda Will. Ce fut cette question qui accéléra la course folle du cœur de la jeune femme, celle qui faillit la faire reculer devant la révélation qui franchit pourtant ses lèvres quelques secondes plus tard, non sans un certain agacement. Tout en lui disant qu’elle aimerait que cela change quelque chose entre eux, elle vit les yeux de Will s’écarquiller, tandis que sa bouche s’entrouvrait. La jeune femme fronça les sourcils, ne sachant pas si cela constituait un bon présage ou au contraire, le rejet qu’elle avait mille fois imaginé, et mille fois craint. La musique les berçait toujours et les secondes qui s’étiraient inlassablement, rendirent Emma folle d’impatience. Elle plongea son regard dans celui de son cavalier, tentant de déchiffrer le bleu de ses yeux, comme si ces derniers n’étaient que le miroir de ses pensées et qu’elle parviendrait à sonder celle-ci. Et puis, il finit par ouvrir la bouche, murmurant quelques paroles désordonnées. La jolie rousse soupira légèrement, non de colère mais d’une impatience qui se faisait grandissante. Toutefois, l’hésitation dans les paroles de Will la rassura : au moins, elle n’était pas la seule à perdre son vocabulaire ce soir-là. Tandis que son regard inquiet scrutait toujours le sien, Will tenta une nouvelle fois de lui répondre, en vain. Un rire s’échappa aussitôt d’entre ses lèvres, un rire qui rendit Emma à la fois perplexe et amusée alors que le professeur d’espagnol fuit soudainement son regard avant de le retrouver, quelques secondes à peine plus tard.

Le cœur d’Emma ne tenait plus en place, et elle eut l’impression qu’il allait bondir en dehors de sa poitrine tant il était en alerte. La réponse de Will comptait énormément pour elle. Elle se sentait un peu stupide, ayant l’impression de se retrouver dans la peau d’une adolescente qui demande à un autre garçon s’il veut sortir avec elle. Elle était adulte, mais n’en était pourtant pas moins impressionnée dans ce genre de situation. Son histoire avec Will, son amour pour lui était si important qu’elle aurait toute la difficulté du Monde à se remettre d’un refus s’il venait à la rejeter. Emma fronça le nez tandis que le regard de Will se posait de nouveau sur elle. Elle vit son visage s’approcher du sien, et fut soudainement rassurée par le souvenir du baiser échangé quelques minutes auparavant, qui flottait toujours joyeusement dans son esprit. S’il avait fait ça cela devait sûrement signifier que… Will interrompit le fil de ses pensées, lui demandant s’il devait vraiment répondre à cette question. Surprise, Emma plissa les paupières avant d’esquisser un sourire, acquiesçant derechef d’un signe de la tête. Oui, il fallait vraiment qu’il y réponde ; elle devait absolument savoir. Elle avait eu le courage de lui avouer son désir d’avoir une relation amoureuse avec lui, ce n’était pas pour se retrouver avec la question fatidique : « et lui ? » dans la tête pour le reste de la soirée.

Will s’approcha de nouveau et la jeune femme sentit aussitôt son souffle lui brûler la peau. Il l’embrassa furtivement, et les yeux bruns d’Emma s’agrandirent, pleins d’un espoir qu’elle ne pouvait plus dissimuler. La main de son cavalier quitta sa taille pour s’avancer vers le visage d’Emma qui suivit ce geste du regard. Il écarta subrepticement l’une de ses mèches rousses, tout en lui lançant un regard qui révélait à lui seul les mots que le professeur d’espagnol s’apprêtait à prononcer. Il lui répondit qu’il aimerait également que cela change les choses entre eux, et le cœur d’Emma se mit à chavirer. Une avalanche soudaine de sentiments l’envahit, l’étourdissant légèrement. Lui aussi éprouvait toujours des sentiments pour elle… il ne l’avait pas oubliée… il voulait repartir à zéro avec elle… il voulait reconstruire quelque chose à ses cotés. Le sourire de la jeune femme reprit sa place sur ses lèvres en dépit de sa difficulté à réaliser ce qu’il venait réellement de se passer. Elle finit par hocher d’un signe de la tête, le visage radieux. « D’accord » Dit-elle d’une voix légère. Emportée par la joie et l’enivrement d’une soirée qui se révélait être pleine de surprise, elle approcha doucement son visage. Et pour la première fois depuis le début de la soirée, mais également depuis de très longs mois, ce fut à son tour de presser ses lèvres contre celles de celui qui avait soudainement pris encore plus d’importance à ses yeux. Sa respiration saccadée commençait déjà à se calmer et durant les quelques secondes qui suivirent, dans son esprit, il n’y eut plus de place pour Carl, sa phobie et ses craintes.

Le slow finit par s’achever, et Emma jeta un coup d’œil à Will avant de lui prendre la main, l’attirant de nouveau vers le bar et quittant la piste de danse par la même occasion. Lorsqu’ils s’arrêtèrent non loin du buffet, elle désigna d’un signe de la tête Sue Sylvester qui, au loin, les observait d’un air mauvais. Au moment où Will tourna la tête vers elle, le coach des Cheerios dévia son regard et observa d’un air innocent quelques élèves qui dansaient toujours. « Hm, je pense qu’elle ne l’aurait pas supporté si nous étions resté sur la piste à danser ensemble ». Elle jeta une œillade complice à Will, avant d’attraper soigneusement deux toasts entre ses doigts, dont un qu’elle proposa ensuite au professeur d’espagnol. Le reste de la soirée se déroula sans encombre majeure. Il y eut quelques dérapages entre des élèves mais Will y mit un terme avec une facilité déconcertante. Les minutes défilèrent, puis les heures, et Emma se sentait si bien qu’elle ne les vit pas passer. Et lorsque les élèves commencèrent à quitter la salle, elle s’étonna de voir l’heure avancée qui s’afficha sur sa montre. Après avoir aidé à ranger quelques tables, elle quitta la salle en laissant le soin aux personnes employées pour le nettoyage de la salle, de s’occuper du reste. Sur le parking, elle glissa discrètement sa main dans celle de Will avant de lui dire au revoir. Et quand elle rejoignit un peu plus tard les draps de son lit, elle eut beaucoup de difficultés à s’endormir. Bien loin de McKinley High, elle entendait pourtant toujours « Wonderwall » résonner, et ne put s’empêcher de fredonner l’air de la chanson avant de succomber à la tentation des bras de Morphée.



Cause we belong together now, yeah
Forever united here somehow yeah
You got a piece of me
And honestly,
My life would suck without you.


- RP terminé -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 06. My life would suck without you (part II)   

Revenir en haut Aller en bas
 

06. My life would suck without you (part II)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 6
-