Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. "Well I'm a lot like you" PV Bethany J. Konstantinov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
06. "Well I'm a lot like you" PV Bethany J. Konstantinov Empty
MessageSujet: 06. "Well I'm a lot like you" PV Bethany J. Konstantinov   06. "Well I'm a lot like you" PV Bethany J. Konstantinov EmptyDim 15 Mai - 18:17

Le bilan est plutôt positif, Alex, je t’assure. Le seul problème que tu as rencontré, ma fille, c’est se prendre la tête pour trouver une tenue qui ne te dérange pas trop, mais qui ne flash pas non plus dans tout l’établissement, et savoir quelle posture tu devais adopter. Rien de bien méchant. Sérieusement, tu t’en sors bien.

La jeune française se rassurait ainsi, en parlant à son bon génie, comme Catulle le faisait lorsqu’il écrivait ses épigrammes élégiaques. En gros, elle monologuait intérieurement en essayant de donner à sa deuxième voix un ton catégorique et convaincant. Ce qui n’était peut-être pas rassurant… Enfin qu’importe. Pour l’instant ça allait, les groupes qu’elle avait été relativement agréables et attentifs. Elle n’avait pas encore eu de problème – ce qui aurait été difficile à gérer, puisqu’elle ne savait pas trop comment gérer les colles jusqu’ici, et qu’elle aimait bien être du côté « good teacher » quand on jouait au good/bad teacher. A moins que ce soit good cop et bad cop… Mais bon, cela revenait au même. Pour l’instant, la politique mise en place par la jeune femme marchait : elle leur racontait des histoires. L’histoire merveilleuse de la grammaire française, de la syntaxe, de la narratologie… Enfin, merveilleuse était un euphémisme : la jeune femme comprenait bien qu’avec les exceptions, les règles complexes, la langue française soit l’une des plus difficiles à apprendre, notamment pour des anglo-saxons. Alors elle avait prévu de faire son cours en deux parties : l’une consacrée à la grammaire pure, et l’autre à l’histoire littéraire.

Elle avait l’impression d’être prise dans un marathon. Il lui fallait aborder tout un tas de sujets, comme le cycle Arthurien, la préciosité, le théâtre, la poésie, et l’histoire du roman, tout en restant intéressante et savoir s’adapter à tous les niveaux. Pour l’instant, elle avait eu cours avec les premières qui suivaient l’option et le tronc commun, ce qui faisait déjà deux niveaux à traiter. Et elle attendait les secondes et les terminales. Elle avait réussi à les captiver. C’était déjà un grand succès pour la jeune prof.

- Vous pouvez ranger vos affaires. Je vous remercie de votre attention.

La sonnerie n’avait pas encore retentit, mais le cours de grammaire avait été suffisamment rapide pour que la jeune femme leur fasse grâce des dernières minutes. Les étudiants se précipitèrent dehors : après tout, c’était l’heure de la pause, ils n’allaient pas manquer ça en restant dans une salle avec cette prof phénomène de foire qui était si étrange. En fait, c’était à dessein que la jeune française avait décidé de laisser sortir ses élèves : elle avait envie de parler à quelqu’un.

Jusqu’ici, aucun de ses élèves ne lui avait vraiment tapé dans l’œil, pour ainsi dire. Il y avait bien cette jeune Allyson, qui avait des questions vraiment très intéressantes, mais elle avait été frappée d’emblée par un regard, au moment même où elle avait mis le pied dans la salle. Un regard bleu profond, qui avait quelque chose de mystérieux, comme un appel qui résonne au milieu de la nuit, un seul cri à quoi personne ne répond, et qui meurt dans les strates assombrie de l’éther étoilé. Qui était cette jeune femme ? Bethany J. Konstantinov. Alexiane avait eu l’occasion de parcourir le lycée de long en large, pendant ses errances. Elle n’avait jamais vu percer le groupe pourtant normalement plutôt prisé des gothiques dans les couloirs. Il lui semblait que la jeune femme était l’une des seules représentantes de cette communauté, voire la seule. Elle avait envie de lui parler. Pourquoi, elle ne savait pas vraiment. Peut-être parce que ce serait l’occasion d’établir son premier lien. Mais sa timidité la rongeait encore.

Elle glissa un de ses dossiers dans sa serviette de cuir et se dirigea vers la porte, pour y mettre sa clé. Alors qu’elle posait sa main sur la clenche, elle entendit une remarque désagréable sur les gothiques, méprisant, jeté comme un trait, avec à peine un regard vers l’intérieur de la classe d’Alexiane. Des cheerios, évidemment. Elle allait les héler, quand elle comprit pourquoi elle avait envie de parler à la jeune femme. Elle venait de se retrouver, des années plus tôt, dans son lycée. A essuyer elle aussi des quolibets, des insultes et du mépris. Alors qu’elle était jeune et qu’elle se cherchait, elle aurait aimé qu’une figure autoritaire et bienveillante se penche vers elle et tente de l’aider, de l’écouter. Sauf qu’il n’y avait personne. Et là, elle avait maintenant le pouvoir d’apporter son aide à la jeune femme. Il fallait juste que cette foutue timidité s’arrête. Elle s’éclaircit discrètement la gorge et rentra à nouveau dans la pièce.

- Mademoiselle Konstantinov ? Je voudrais… Je voudrais vous parler, une minute.

Et voilà. Avec ces simples mots, elle s’était engagée à lui faire la conversation. Intérieurement, elle s’en voulut. C’était un acte beaucoup trop téméraire pour elle. Elle allait s’en mordre les doigts. Pour l’instant, elle essayait tant bien que mal de soutenir son regard et de ne pas s’emmêler dans ses mots.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. "Well I'm a lot like you" PV Bethany J. Konstantinov Empty
MessageSujet: Re: 06. "Well I'm a lot like you" PV Bethany J. Konstantinov   06. "Well I'm a lot like you" PV Bethany J. Konstantinov EmptySam 21 Mai - 20:17


Bethany Joy
& Alexiane

So... What do you want from me ?
...


06. "Well I'm a lot like you" PV Bethany J. Konstantinov Daniela_sea_001 06. "Well I'm a lot like you" PV Bethany J. Konstantinov 015

« … 2 moutons… 3 moutons… 4… »

Il n’en fallut pas plus pour plonger la jeune fille dans le plus profond des sommeils. On dit que les matheux ont une tendance à mieux s’y connaître en musique, et inversement, que les musicaux ont une tendance à bien comprendre les maths. Beth était la preuve que cela était terriblement faux ! En effet, il ne fallait pas plus d’un décompte de quatre moutons pour qu’elle s’endorme : la tête enfouie dans les bras enveloppés de résille noire qui tenaient son écharpe en guise d’oreiller. Heureusement que la professeur avait abandonné le sombre sujet du fond de sa classe et qu’elle avait laissé loin derrière elle – environ au niveau du premier chapitre, second paragraphe du cours – l’idée d’encore une seule fois interroger cette élève compliquée. Comme la plupart des professeurs, elle croyait en effet que Mlle Konstantinov (nom si souvent écorché lors des appels de présence) était une élève profondément instable que la plus petite contrariété pouvait mener à une automutilation des plus terribles qui aurait sans doute pour résultat final un suicide avant la fin de la durée de son passage au lycée que le professeur cause de cette contrariété aurait sur la conscience.

En ouvrant les yeux, Bethany fut étonnée de ne pas voir des élèves plus ou moins attentifs écoutant une femme rechignée et faisant son boulot à contre cœur (those who can’t, teach) mais une classe totalement vide. Était elle donc tellement invisible que même la professeur l’avait oubliée là ? Un petit serrement de cœur mais tant pis… Elle se leva et se dirigea lentement vers la porte. Elle l'ouvrit et se rendit compte que les couloirs aussi étaient vide… Pourquoi faisait-il noir ? Il faisait nuit ! On l’avait carrément oubliée dans le bâtiment ! Elle regarda son portable : pas d’appels. Ses parents n’avaient même pas remarqué qu’elle n’était pas rentrée ! Elle serra le poing sur l’appareil téléphonique avant de le ranger. Fermant les yeux, elle sentit les larmes brûlantes rouler sur ses joues. Elle se mordit la lèvre. Et puis zut ! Elle était seule ! Elle éclata en sanglots… Elle était seule, totalement seule au monde ! Ou peut être pas tant que ça… Un bruit de pas rapide se rapprochait avec la même rapidité. Qui pouvait bien se promener dans un lycée vide en pleine nuit ? L’angoisse monta en elle et, essuyant vite fait ses larmes, elle marcha vers la porte. Elle voulait rentrer chez elle. Mais bientôt, ce ne furent plus un seul bruit de pas mais également un chuchotement… Un chuchotement, deux,… de plus en plus. Le nombre de chuchotements accroissait avec celui de pas. Terrifiée, Beth courut de toutes ses forces vers la sortie de ce lycée hanté. Lorsqu’elle fut à la porte, l’instant où elle toucha la barre pour ouvrir la porte, un bruit strident retentit, lui arrachant un cri.

« Drrrrrrring ! »

Avec un sursaut, elle se redressa et regarda autour d’elle. Ses mains étaient serrées sur l’écharpe et elle regarda les élèves – lâchés comme des fauves au son de la sonnerie – courir hors du local alors qu’elle essayait vaguement de se remettre de ce terrible cauchemar. Elle se leva doucement, les genoux un peu flageolants. Elle sortit de la classe puis passa par le bureau des surveillants. Aucun prof absent. Ô joie... Avec toujours ces images d'horreur en tête, elle se dirigea vers son prochain cours en traînant les pieds. Elle y entra. Une nouvelle tiens !

Elle croisa le regard de la professeur en entrant puis se dirigea tranquillement vers sa place habituelle qui se trouvait au fond du local. La crainte de se rendormir planait comme une épée de Damoclès au dessus de sa tête et elle fit donc un effort pour être particulièrement attentive. L'heure passa d'ailleurs plus vite ainsi ! Surtout que Mlle D'Anceny semblait avoir décidé de terminer l'heure plus tôt ! Tous les élèves sortirent en courant. De vrais animaux, se dit elle. Elle passa une main dans ses cheveux et rangea lentement ses affaires dans son sac noir. Repensant et remastiquant ce terrible rêve, elle eut léger sursauta lorsqu'on toussota. Il y avait encore quelqu'un ? La prof ? Alors qu'elle se dirigeait vers la porte, elle fut arrêtée par la prof qui voulait visiblement lui parler. Elle soupira par réflexe sans savoir ce qu'on lui voulait.

" Oui ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. "Well I'm a lot like you" PV Bethany J. Konstantinov Empty
MessageSujet: Re: 06. "Well I'm a lot like you" PV Bethany J. Konstantinov   06. "Well I'm a lot like you" PV Bethany J. Konstantinov EmptyDim 29 Mai - 14:43

    Le soupir la mit légèrement mal à l'aise. Elle se reprit bien vite : c'est un réflexe bien normal chez un étudiant que l'on vient à interrompre. Qu'elle se souvienne : après tout, lorsqu'elle-même était à leur place, elle ne se privait pas tellement pour soupirer, notamment quand Catulle et sa poésie insupportable restaient obstinément hermétique à ses tentatives de traduction. Ou encore de bailler, quand la salle était chaude et qu'elle en était à la phase de digestion de son repas. Toujours est-il qu'elle se rassura là-dessus.

    Elle imaginait évidemment que la jeune femme avait plus l'habitude à l'agression verbale qu'à l'entretien cordial, d'autant plus venant d'un professeur. Elle s'éclaircit légèrement la gorge, et referma la porte.

    - Je ne vais pas vous retenir longtemps, c'est assez informel, je ne veux pas vous déranger non plus.

    Elle parlait un anglais impeccable, avec même l'accent américain en prime, comme si elle était en fait native du pays. Des années d'entraînement intensif, à grands renforts de films, couronnaient ce succès. Et il valait mieux, stratégiquement, jouer sur le terrain de l'étudiante : elle ne voulait surtout pas prendre le risque de ne pas se faire comprendre ou, dans le pire des cas, de mal se faire comprendre. De nouveau, elle n'était pas là pour se confronter à la jeune femme.

    Elle restait là, immobile, sa grande taille semblant prendre l'espace de la classe. Puis, elle tourna son regard clair vers Bethany. Elle l'avait vue, entrer en classe, elle avait senti cette fatigue, cette lassitude. Il ne fallait pas croire que le prof est seulement l'adulte rabat-joie qui distribue les colles et se fiche comme d'une guigne de l'état d'esprit de ses élèves, ou encore ne les remarque pas. Ce n'était en tout cas pas l'idée que se faisait Alexiane de son sacerdoce.

    Elle s'assit sur le rebord du bureau. En brisant les codes, elle espérait instaurer une relation de confiance minimale entre les deux femmes, autrement dit, elle essayait de tout faire pour que Bethany ne se replie pas farouchement en se sentant agressée.

    - Comment vous sentez-vous? Je ne veux pas que vous ayez l'impression que je m'immisce dans votre vie privée, mais j'ai cru comprendre que vous étiez un petit peu fatiguée. Ce qui est normal, j'ai connu ça, les passages à vide.

    Elle lui adressa un sourire qu'elle voulait le plus amical possible.

    - C'est aussi mon rôle de me rendre compte de certaines choses. Et ne vous inquiétez pas : ce qui est dans cette salle restera entre ces quatre murs et moi. Et croyez-moi que si je peux vous aider, je le ferais.

    Elle-même avait vécu ce genre de passage à vide. Au lycée, dans la prépa, à Normale Sup... Principalement parce qu'elle avait énormément de travail, mais aussi parce qu'au lycée, bien peu de gens la considéraient, préférant s'éloigner de cette adolescente grande bringue au physique androgyne, cette espèce d'inconnue qui ne se laissait pas si facilement se faire accrocher des étiquettes... Elle en avait souffert. Mais la pire des souffrances est celle qui nous abandonne à soi, sans possibilité d'écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
06. "Well I'm a lot like you" PV Bethany J. Konstantinov Empty
MessageSujet: Re: 06. "Well I'm a lot like you" PV Bethany J. Konstantinov   06. "Well I'm a lot like you" PV Bethany J. Konstantinov Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

06. "Well I'm a lot like you" PV Bethany J. Konstantinov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 6
-