Choriste du mois


Partagez | 
 

 06.The disease of love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
06.The disease of love Empty
MessageSujet: 06.The disease of love   06.The disease of love EmptyMar 17 Mai - 21:08

06.The disease of love Harry-Potter-gifs-harry-james-potter-9651085-350-149

    THE DISEASE OF LOVE | - Feat Riley Stevens

    « He looked at me and I was getting under his gaze giant. We were two giants that dominate the world. The universe was too small for us. We were doing a world map that we walked into winners arrogant, fearless, jumping from one cave to another treasure. Never tired, never bored, never stuffy. Unaware of the danger. Invincible. Registered in eternity. »



    Ce matin-là, quand la jeune femme se leva, elle n’eut pu s’empêcher de vouloir rester au lit éternellement, pour une fois elle n’avait pas envie de se lever, surtout quand elle pensa à la journée qui l’attendait. C’est donc –limite- à contrecœur que Lauren se leva pour aller prendre son petit déjeuner. Ses parents étaient déjà levés, ce qui ne l’étonna point du tout. En entrant dans la cuisine, elle leur adressa un petit bonjour et commença à préparer son petit déjeuner. Un petit déjeuner riche en vitamines, enfin tout ce qu’il fallait pour être en forme toute la journée, et l’adolescente en avait bien besoin. Après avoir fini son petit-déjeuner, elle alla se préparer pour aller au lycée. Vue qu’elle avait entraînement de cheerios dans la matinée, elle décida de mettre directement sa tenue de cheerios avec un petit gilet rouge. Ainsi que des baskets (quoi de plus normal en même temps). Et voilà elle était enfin prête, au bout de quelques minutes. En effet, elle n’avait pas mis beaucoup de temps pour ces cheveux, qu’elle avait tout naturellement laissés détachés, avec très peu de maquillage. Mais, au moment de partir, elle se souvient alors que dehors il faisait froid, et que des averses de neige pouvait tomber à tout moment, elle hésita à se changer. Ce n’est pas qu’elle était frileuse, mais, elle n’avait pas non plus d’être malade. Après avoir réfléchit à cela, elle se dit qu’elle allait rester comme ça, mais elle mit quand même sa veste chaud sur elle, car, l’air dehors était vraiment frais. Elle dit au revoir à ses parents, qui partirent au même moment au travail, son père lui proposa alors de l’emmener en voiture, ce dont elle accepta. Au moins comme ça, elle n’allait pas devoir subir le froid glacial qui régnait dans l’atmosphère. Au bout de quelques minutes, de trajet en voiture, l’adolescente arriva enfin devant le lycée McKinley. Elle descendit de la voiture pour aller rejoindre quelques amis, qu’elle avait aperçue devant le lycée. Mais, elle ne s’attarda pas trop avec eux, car elle commençait à avoir froid dehors.

    Puis, la sonnerie retentit, signalant le début d’une longue journée chargée pour la rouquine. Elle avait beau s’être habituée à ce rythme réfrénant, quelques fois elle n’en pouvait plus. Plus tard, dans la matinée, elle avait entraînement des cheersleaders, un sport qu’elle appréciait vraiment beaucoup –après le glee-club-. Elle qui avait fait de la gymnastique étant petite, cela lui convenait vraiment bien de faire ce genre de sport. En plus de cela, grâce à ça, elle avait quand même un peu la chance de compter parmi les gens les plus populaires du lycée ; même, si elle trouve cela u peu ridicule cette sorte de classement et que cela ne l’empêcherait guère de recevoir des slushies au visage quelquefois dans les couloirs –à son plus grand malheur, d’ailleurs-. Et même si l’année avait commencé depuis au moins cinq mois et bien la jeune femme n’arrivait pas trop à se faire à cette idée qu’on la prenne toujours pour une fille trop intelligente trop cheerios. Pour le moment, elle, se dirigea vers le gymnase pour aller à son entraînement. Heureusement, l’entraînement avait lieu dans le gymnase et la coach Sylvester semblait de bonne humeur. Au bout d’une heure, elle alla prendre sa douche changea de vêtement, (le froid l’ayant découragée à reporter toute la journée sa tenue de cheerios), elle prit donc un jean et un petit pull léger qu’elle avait pris le soin d’emporter dans son sac de cours. Quand elle sortit, c’était l’heure d’aller manger. Mais même si cela peut paraître –un peu- incroyable, Lauren n’avait pas faim, elle s’était certes dépenser à l’entraînement, elle n’avait pas vraiment faim pour le moment. De plus, il fallait qu’elle apprenne quelques notes de piano pour son glee-club. Laissant alors ses amis se diriger vers le self, elle se dirigea elle vers l’allée-gauche de McKinley où se trouvait la salle de musique des Awesome Voices. Quand elle rentra dans la salle, elle remarqua qu’il y avait personne, peut-être étaient-ils partis manger se dit-elle alors. Quoique cela ne la dérangea pas, car comme ça, elle pouvait jouer du piano sans entendre aucun bruit de fond ou une autre personne chanter ou encore jouer d’un autre instrument. Elle posa son sac près du piano et commença à chercher dedans, sa feuille de partitions qu’elle avait un peu écrite la dernière fois qu’elle était venue. La trouvant enfin, elle se posa sur la chaise et ouvrit le haut du piano pour faire face aux touches. La rouquine ne faisait pas beaucoup de piano, en fait elle ne faisait pas d’instruments, car elle n’avait jamais étudié le solfège et elle trouvait que cela ne lui servirait à rien dans les études qu’elle envisage de faire. Mais, là elle avait envie de faire du piano, en plus elle en avait la possibilité donc elle n’allait pas se priver. Regardant chaque note de la partition, elle laissa guider ses doigts sur les touches noirs et blanches du piano. Quelques notes retentissement, laissa peu à peu place à une belle mélodie qui s’éleva dans la salle de musique. Lauren se laissa alors peu à peu envahir par la mélodie et commença à chanter quelques paroles de musique, profitant du fait qu’il n’y avait personne.


    « Look into my eyes - you will see.
    What you mean to me
    Search your heart - search your soul
    And when you find me there you'll search no more. »



Dernière édition par Lauren Mason le Mer 18 Mai - 19:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06.The disease of love Empty
MessageSujet: Re: 06.The disease of love   06.The disease of love EmptyMer 18 Mai - 17:18

"Why should I wake up in the morning-it be just another wasted day
Why should I wake up in the morning-don't do nothing right anyway"


C'était l'heure, celle de se lever. Le son des Suicidal Tendencies le rappelait bien à Riley. Il ne fallait plus qu'à espérer que ce jour ne serait pas, comme le disait les paroles, un autre jour gâché. Riley arrêta son portable - qui faisait office de réveil - et se leva. Il vit son casque encore sur son lit, la musique qui tournait encore. Trébuchant à moitié sur une pile de linge sale, il s'enfila le pantalon de la veille et descendit prendre son petit-déjeuner dans la cuisine. Comme presque tout les matins, il y avait un post-it avec la même écriture que d'habitude, sur le plan de travail, qui disait :

" Ton père dort encore, ne met pas la musique trop fort en te préparant, ça va le réveiller.
Ton bol est dans le micro-ondes et tes tartines dans le frigo. Bonne journée, bisous ! "


Et oui, comme son père rentrait tard, il était normal qu'il commence le travail tard aussi. Il se prépara son déjeuner, enfin.. Le prit, puisque sa mère l'avait préparé pour lui. Comme d'habitude. Surprotégé à un point que sa mère ne voulait pas qu'il soit en retard en préparant son petit déjeuner, ou en avance en ne le prenant pas. Et encore, cela ne faisait que quelques mois qu'elle avait arrêté de le réveiller en partant, c'est à dire, deux heures avant le début des cours..
En montant, il croisa son père, ronchon, qui venait de se réveiller. Il lui dit bonjour et lui demanda, en espérant très fort que non, si c'était son réveil qui l'avait réveillé. Ouf, ce n'était pas ça. Chouette, Riley pourra mettre la musique à fond, au diable les voisins !

Alors que Pantera résonnait dans sa chambre, une musique agressive qui le réveillerait assurément, Riley s'habilla, avec ses meilleurs habits, aujourd'hui ne sera pas une perte de temps, il se le promit. Il ne savait pas en quoi, et il sera sûrement déçu, mais sans ces petits objectifs qu'il se donnait chaque jour, la vie serait vraiment ennuyante. Il repensa alors à la veille, où il s'était promis de ne pas revenir à la maison avec une mauvaise note.. C'était raté cette fois ! Donc, autant partir sur une défaite pour faire d'aujourd'hui une victoire ! Il prépara son sac et se rendit en cours, tout sourire. Enfin, il ne s'était pas habillé très chaudement et avait un peu froid. Il espéra tout de suite que le défi du lendemain ne serait pas de n'éternuer aucune fois dans la journée !

Arrivé au lycée, il se rua vers l'entrée car, après tout ce chemin, il commençait vraiment à avoir froid. Saluant juste ses amis d'un signe de la main, avant d'entrer, il reçut un coup de chaud provenant de l'intérieur, qu'il était bon d'être arrivé. A peine rentré, la sonnerie retentit, commençant alors cette longue journée. Il passa les deux premières heures à écouter le cours, et même participer, chose qu'il n'avait pas vraiment fait depuis le début de l'année, et, la troisième heure, profita de ne pas avoir cours pour aller manger à la cafétéria car son estomac avait gargouillé la demie heure précédente. Le jeune homme n'aimait pas avoir faim dès 11h mais il rattrapait cela en savourant les trois cookies et le café du matin, qui, le rassasiaient à juste titre. Il passa le reste de l'heure à lire un livre enfin l'autobiographie de Gene Simmons, l'un des membres fondateurs de KISS, ce qui le faisait rêver de cette ambiance Rock qu'il y avait, à l'époque des débuts du groupe. C'était aussi bien de se dire, que cet homme n'était qu'un enfant en Israël et qu'il était maintenant une légende. Un jour, il en fera partie. La dernière heure de la matinée fut par contre beaucoup plus longue et ennuyante, un cours qui ne le donnait pas envie de participer, et encore moins d'écouter. Il la passa alors à dessiner et dessiner encore, que ça soit des formes psychédéliques ou des coeurs, tout ces sentiments passaient dans ce petit carnet de dessin.. Et sur ses feuilles de cours. Arriva midi, enfin, l'annonce d'un peu de temps libre avec tout le monde. Manger et rigoler.. Enfin, petit problème, ce "goûter" de 11h l'avait plus que rassasié, ça l'avait calé. Il n'avait donc plus faim et ne s'embêta pas d'aller avec les autres, si c'était pour les regarder manger. De toutes façons, il comptera sur son heure de vide de 16h pour prendre le relais. Maintenant que tout ses amis étaient en train de manger, il fallait trouver un moyen de s'occuper, finalement, on dirait que son défi de la matinée n'allait pas se réaliser.

S'occuper ? Quelle meilleure idée pour faire ça que d'aller chanter ? Depuis qu'il était tout petit, et encore plus depuis qu'il avait rejoint les Awesome Voices, chanter faisait passer le temps plus vite que n'importe quoi, parce qu'il se lâchait, se révélait. Alors qu'il arrivait près de la porte, il entendit du bruit venant de la salle, et des notes au piano, il passa la tête pour voir qui c'était, et vit Lauren, de dos, en train de jouer quelques notes au piano, une partition à la main. Il s'approcha discrètement d'elle, et l'entendit chanter.



« Look into my eyes - you will see.
What you mean to me
Search your heart - search your soul
And when you find me there you'll search no more. »


Lorsqu'il entendit le son de sa voix, il avait l'impression que c'était la première fois. Cette voix, cette émotion, tout ça le chamboulait et il savait que les sentiments qu'il avait n'étaient pas sans raisons. Il se posta à côté d'elle, regarda la partition, retint au moins le deuxième couplet, et chanta avec elle, mêlant la voix de Lauren à la sienne.

Don't tell me it's not worth tryin' for
You can't tell me it's not worth dyin' for
You know it's true
Everything I Do...


Se mettant en face d'elle, la regardant droit dans les yeux, plein d'amour pour elle, plein d'émotions. Chantant avec tout son coeur. Souriant.

I Do It For You

Interrompant la chanson, il se prit une chaise pour s'asseoir à côté d'elle.

" Salut, j'espère ne pas t'avoir dérangé.. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06.The disease of love Empty
MessageSujet: Re: 06.The disease of love   06.The disease of love EmptyVen 20 Mai - 19:15


« L'amour m'intéresse plus que la musique.
Ce n'est pas assez dire: en un mot, tout le reste n'est que feuille morte. »
Louis Aragon


    Une chanson. Une musique. Cela permet de rapprocher des gens bien plus qu’on ne le pense. La chanson que chantais Lauren était une nouvelle chanson qu’elle n’avait jamais vraiment chantée, en fait elle l’avait déjà fredonnée mais c’est tout. Là, c’était diffèrent, elle la chantait vraiment avec le piano qui accompagnait cela. D’ailleurs au piano, elle se débrouillait assez bien, en effet elle maitrisait les notes à merveilles qu’elle s’épatait elle-même (c’est peu dire !). C’est donc presque instinctivement qu’elle chanta la chanson, au fil du temps elle maitrisait bien le premier couplet, ce qui faisait qu’elle ne regardait presque pas la partition où les paroles étaient inscrites. Elle maîtrisait donc bien la chanson à son plus grand étonnement. Mais, bon pour une fois il faut avouer qu’elle avait eu du temps pour apprendre cette chanson. Certes, cela n’été pas obligé d’apprendre cette chanson, mais, la jeune femme aimait bien apprendre des chansons, surtout des chansons de ce genre. Cela pouvait être banale pour certaines personnes, enfin ça pouvait être des chansons ridicules mais elle, elle aimait bien ; avec son caractère de romantique. Enfin bref, c’était donc cette chanson qu’elle chantait, et qu’elle appréciait vraiment chanter. C’était un peu comme-ci elle s’évadait de tout ce qui pesait, toutes ces accumulations de travail. Elle était donc tellement perdue dans les paroles de cette chanson, -qu’elle adorait énormément et sera prête à la chanter tout le temps si elle pouvait- qu’elle n’entendit pas la personne qui arriva dans la salle. Elle entendue juste quelques pas mais rien de plus. Elle se disait à ce moment que c’était sûrement juste une personne passagère qui allait passer son chemin et la laisserait jouer du piano tranquille –vue que c’est ce qu’elle voulait-. Mais, bon apparemment c’était décidé autrement car la personne qui était elle aussi dans la salle de musique. Elle ne se retourna pas tout de suite, elle ne voulait pas savoir qui c’était pour le moment, elle était beaucoup trop concentrée sur sa partition de notes pour cela. Mais quand elle entendit cette personne chantée, elle ne put s’empêcher de ressentir un léger frisson la parcourir. La voix était tout proche d’elle, la personne se trouvait juste à ses côtés. Elle avait beau avoir déjà entendue le son de sa voix, c’était comme-ci elle le réécoutait une nouvelle fois.

    «Don't tell me it's not worth tryin' for
    You can't tell me it's not worth dyin' for
    You know it's true
    Everything I Do...»


    En plus de cela il connaissait les paroles, mais que pouvait-elle rêver de mieux ? Elle tourna la tête et se retrouva devant lui. Ses yeux plongeant dans ses yeux. Malgré elle, son cœur ne put s’empêcher de tambouriner contre sa poitrine et elle ne peut s’empêcher de lui rendre son sourire. Les sentiments que Lauren éprouvaient envers Riley étaient vraiment sincères et ça elle le savait, il n’y avait qu’à voir son visage quand elle le regardait à l’instant même. Le jeune homme termina la chanson par une dernière parole qui semblait être prononcée avec tendresse. La rouquine qui avait continué de jouer du piano, même si le fait de se retrouver à ses côtés l’avait un peu –disons- chamboulée, elle avait continué de jouer notes par notes. Quand il interrompra la chanson, elle arrêta de jouer du piano. Puis, elle vit qu’il prit une chaise pour s’assoir juste à côté d’elle.

    « Salut, j'espère ne pas t'avoir dérangé.. »


    C’était évident, qu’il ne l’avait pas dérangé. Mais dans le fond cela n’étonna pas la jeune femme qui se disait que c’était bien dans le genre du jeune homme de s’excuser comme il le faisait, cela la touchait –un peu-.

    « Oh non t’inquiètes tu ne m’as pas dérangé, je révisais juste une banale chanson, ce n’est pas très important. »


    Une petite lueur d’euphorie brillait en elle. Elle était si contente de le voir, d’être dans la même pièce que lui, de pouvoir lui parler rien que eux deux. Elle n’aurait jamais pensé rêver mieux.

    « Toi aussi tu es venue chanter au lieu de manger ? »


    C’était sorti tout naturellement. En effet, la jeune femme voulait éviter ce genre de silence qui peut parfois donner un silence assez gêné. En fait, elle était comme une petite fille qui était avec la personne aimée, oui voilà c’était exactement ça !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06.The disease of love Empty
MessageSujet: Re: 06.The disease of love   06.The disease of love EmptyDim 22 Mai - 13:52

Son coeur bâtait comme il ne l'avait jamais fait auparavant. Rien que de la voir, son coeur bâtait, mais être avec elle et chanter avec elle, c'était plus que n'importe quoi au monde. Et quand elle lui rendit son sourire, c'était.. Wow. Elle s'arrêta de jouer du piano dès que Riley commença à parler. Elle ouvrit la bouche pour répondre à ce qu'avait dit le jeune homme, et de sa voix, qui fit battre encore plus le coeur de Riley, répondit :

« Oh non t’inquiètes tu ne m’as pas dérangé, je révisais juste une banale chanson, ce n’est pas très important. »


Une banale chanson ? Ce n'est pas très important ? Ah, si elle savait qu'aux yeux de Riley, tout ce qu'elle faisait n'était pas banal, et encore moins peu important. Il prit la partition de la chanson dans sa main, chanta quelques paroles :

Look into your heart - you will find
There's nothin' there to hide
Take me as I am - take my life
I would give it all - I would sacrifice


En chantant, il l'avait regardé de haut en bas, puis était resté sur ses yeux, magnifiques, d'un bleu intense et teinté légèrement d'argent. Après avoir fini la dernière phrase, il reposa la partition, son coeur sortant presque de sa poitrine par ses battements, un peu stressé par ce qu'il allait dire.

" Cette chanson n'est pas banale.. "

Puis, à voix basse, osant le dire mais ne voulant être entendre que le moins possible..

" .. Encore moins chantée par toi .. "

Il regarda le piano, puis Lauren, et la partition. Puis, comme pour se détendre de ce qu'il avait osé dire, une petite partie de ses sentiments pour elle. Une infime, ce qu'il ressentait pour elle était beaucoup, beaucoup plus fort que ça. Il voulait tant lui dire, tout lui avouer, mais il ne savait pas si elle le considérait seulement comme un ami, un grand ami avec qui elle aurait des liens très fort ou s'il y avait plus. Et ça le tourmentait. Mais rien que d'être avec elle, il se sentait bien, seulement bien. Très bien. Énormément bien même. Après un léger moment de réflexion, perdu dans ses pensées, il leva la tête vers elle et osa la regarder après ce qu'il avait dit. Bref, juste pour se détendre de ça, il commença à pianoter les notes du passage qu'il venait de chanter, il les enchaîna facilement, comme s'il avait fait ça depuis toujours. En fait, il n'avait qu'une petite période où il avait commencé à jouer du piano, mais il savait au moins lire les partitions et jouer les notes. Comme il avait déjà entendu la chanson, il réussit à rejouer comme dans ses souvenirs.

« Toi aussi tu es venu chanter au lieu de manger ? »

Elle avait dit ça soudainement, c'était bien, elle avait éviter aux deux un silence gênant. Et c'était tant mieux, Riley n'aurait pas su quoi dire après, surtout après ce qu'il avait dit.

" Et bien, j'avais pas faim, et chanter était la meilleure chose à faire. Et, si j'avais su que t'y serais, je serais peut être venu plus tôt.. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06.The disease of love Empty
MessageSujet: Re: 06.The disease of love   06.The disease of love EmptyDim 22 Mai - 16:04

    Etre à ses côtés, rien que lui et elle. C’était comme dans un rêve sauf que là, il n’y avait vraiment qu’eux et il était bien réel. Elle aurait pu su le prouver en se pinçant ou en faisant une autre chose de ce genre, mais, elle ne le fit pas, pour la simple et bonne raison qu’elle savait très bien que c’était la réalité et que ce prouvait le contraire était purement stupide. Et elle était bien décidée, à ne pas laisser ce moment lui échapper. Certes, elle ne s’était pas attendue à ce qu’il arrive, surtout lui le jeune homme qui faisait battre son cœur, mais alors peut-être que le destin avait décidé qu’il été temps qu’elle lui avoue les sentiments qu’elle ressentait à son égard. Ce n’est pas très commun –souvent- qu’on peut apercevoir quelqu’un vous dire tout ce qu’il ressentait pour la personne aimée. Sauf que là Lauren se disait qu’il fallait qu’elle lui avoue, quoique en lui disant soit elle pouvait avoir la surprise de ce prendre une sorte de râteau ou alors qu’il approuve (enfin quelque chose comme ça). Mais bon, qui ne tente rien n’a rien, comme dirait une personne célébré. (Dont le nom m’est inconnu) Et justement, c’était aujourd’hui –ou jamais- qu’il fallait qu’elle lui avoue, qu’elle lui dise. Une autre raison était en cause, c’était que le bal du lycée de McKinley arrivait bientôt, et en tant que cheerios (et un peu pour elle-même aussi) elle voulait y aller, et accompagnée si possible. Quoi de plus ennuyant d’aller à une fête que d’y aller seule ? Même si elle pouvait y aller avec sa meilleure amie, elle savait que celle-ci aurait trouvée quelqu’un et elle ne voulait donc pas être la seule à venir sans personne pour l’accompagner. Tout naturellement, quand elle pensait à ce bal, elle pensait à Riley, car c’était tout normal qu’elle pensait à lui, mais, ses pensées disparaissaient assez vite étant donnés qu’elle se doutait bien du fait qu’il n’était guère au courant des sentiments qu’elle pouvait éprouver à son égard.
    La jeune femme vit le jeune homme prendre la partition dans ses mains, elle se demanda alors ce qu’il allait faire avec. Chanter tout naturellement, même si il faut avouer elle n’avait pas pensé qu’il allait chanter comme ça. Quand elle entendit sa voix qui résonna tout en chantant les paroles de la chanson, son cœur tambourinait toujours aussi fort dans sa poitrine. Comment une personne peut vous faire autant d’effet ? C’est bien la question que pas mal de gens se posent sûrement. Quand il chanta, elle croisa ses yeux, ils restèrent quelques secondes le temps de la chanson, les yeux dans les yeux. Elle ne chercha même pas à détourner les yeux, c’était comme-ci elle se perdait dans ses yeux. Puis, elle vit qu’il posa la partition et s’apprêtait à dire quelque chose.


    Riley – « Cette chanson n'est pas banale… »
    A voix basse : « … Encore moins chantée par toi…»


    A cet instant, la rouquine était sûre que ses joues commençaient à rougir un peu. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il lui avoue cela comme ça. Elle avait pensé que c’était plutôt elle qui aurait dût faire le premier pas, mais quand elle entendit cela, ses doutes retombèrent pour laisser place à un petit espoir. Elle avait baissé les yeux, comme gênée par ce qu’il venait de lui dire. Puis elle sentit les yeux de Riley se posaient sur elle. Elle ne releva pas la tête immédiatement. Elle aussi à ce moment-là, elle aurait bien voulue lui avouer tout, absolument tous les sentiments qu’elle éprouvait pour lui, depuis le début où elle l’avait vue, depuis le jour où elle avait posé ses yeux sur lui. Mais, elle ne s’en sentit pas le courage, non pas maintenant c’était trop tôt.

    « … C’est si gentil que je ne trouve même pas les mots… »


    Une réponse un peu stupide, certes, mais, la jeune femme ne savait pas quoi dire d’autre, elle redoutait un peu le fait de lui avouer ce qu’elle ressentait pour lui. A vrai dire elle n’était pas sûre à cent pour cent s’il ressentait les mêmes sentiments à son égard, et préférait attendre un peu et peut-être lui dire après.

    « Eh bien, j'avais pas faim, et chanter était la meilleure chose à faire. Et, si j'avais su que t'y serais, je serais peut être venu plus tôt... »


    Elle se doutait assez, du fait qu’il n’avait pas faim. Et elle était bien contente que lui non plus n’ai pas faim, car comme-cela elle se trouvait avec lui. Elle lui adressa un petit sourire en le regardant. Quand elle entendit la suite de sa phrase, elle ne put s’empêcher de baisser un peu les yeux, mais les releva pour le regarder encore dans les yeux. Puis, elle regarda les touches du piano, avant de dire :

    « J’ai de la chance alors, que tu es décidé de venir ici au lieu d’aller manger. Tu sais, il n’y a pas très longtemps que je suis là… en tout je suis vraiment contente de me trouver ici avec toi… »


    Première révélation ? Peut-être que oui, peut-être que non.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06.The disease of love Empty
MessageSujet: Re: 06.The disease of love   06.The disease of love EmptyDim 22 Mai - 17:36

Après la phrase de Riley, celui-ci vit les joues de Lauren rougir légèrement, et cela lui rappela que son coeur ne voulait pas arrêter de le tambouriner. De savoir que ce qu'il lui avait dit l'avait touchée comme ça était si satisfaisant et le rendait plus confiant. En effet, si en disant quelque chose comme ça, elle pouvait rougir, peut être que s'il exposait un peu plus ses sentiments, il se rendrait compte que ceux de Lauren sont réciproques.. Ou pas. Mais c'était à tenter. Elle avait baissé les yeux, et, ses joues légèrement rosées avec sa couleur rousse lui donnait un air tellement mignon. S'il avait été plus confiant et.. dragueur, il aurait fait tant de choses. Mais, il n'était pas comme ça et savait que les choses seraient plus lentes, mais s'il y a une récompense à la fin, celle-ci sera accompagnée d'un bonheur extrême.

« … C’est si gentil que je ne trouve même pas les mots… »

Répondit-elle d'une voix fine et hésitante. C'était la goutte d'eau. De l'avoir fait rougir avec ces mots rendaient déjà Riley confiant, mais de savoir que ça lui avait enlevé les mots de la bouche était encore mieux ! Il se sentait presque près à lui avouer ses sentiments, à lui dire que depuis qu'il l'avait rencontré, non, depuis qu'il l'avait vu, elle était devenue tout pour lui. C'était à elle qu'il pensait lorsqu'il se réveillait le matin, à elle lorsqu'il se couchait le soir. Qu'elle était présente autant dans son coeur, dans ses pensées et dans ses rêves. Qu'il aimerait lui prendre la main et marcher avec elle dans le lycée, et n'importe où d'ailleurs. Qu'il n'arrêtait pas de penser à l'effet que ça lui ferait que leurs lèvres se rencontrent. Ce serait d'ailleurs son premier baiser. Et oui, avec la surprotection de ses parents, Riley n'avait pas trouvé l'occasion de connaître assez une fille au point de sortir avec elle. Cela ne l'avait pas empêché d'aimer, ça, il en avait aimé plusieurs des filles, mais jamais ça n'avait été aussi fort qu'avec Lauren, aussi, intense. Jamais une fille l'avait obsédé à ce point. Jamais il n'avait connu ce qu'était le vrai amour. Ni le bonheur, chose qu'il connaîtrait certainement s'il sortait avec elle... Si jamais c'était possible, bien sûr. Il avait beau être confiant par la réaction de Lauren, il restait encore une once de doute, chose qui ne partira surement pas avant longtemps, jusqu'à ce qu'il soit sûr de la nature de ses sentiments à elle. Mais, si il s'avérait que les sentiments qu'il avait pour Lauren étaient réciproques, il fallait que Riley soit le premier à se lancer. Lui montrer qu'il pouvait être un copain confiant et courageux, qui n'hésiterait jamais rien pour elle, que ce soit pour lui dire " Je t'aime ", pour la défendre contre n'importe qui - du petit lycéen jaloux à la grosse brute de footballeur - et ce, n'importe où, n'importe quand. Il fallait qu'il lui montre en se lançant qu'il serait prêt à tout pour elle, à la rejoindre à 3h du matin parce qu'il lui manquerait, d'être là après n'importe quelle mauvaise nouvelle, aussi dure soit-elle. Et, après tout, il valait peut être mieux avoir, si c'est le cas, un non tout de suite qu'après des mois à se faire des films..
Il vit le regard de Lauren descendre jusqu'au piano, il ne savait pas ce qu'elle regardait, et n'y pensera plus après les quelques mots qui sortirent de sa bouche :


« J’ai de la chance alors, que tu aies décidé de venir ici au lieu d’aller manger. Tu sais, il n’y a pas très longtemps que je suis là… en tout cas je suis vraiment contente de me trouver ici avec toi… »

Les derniers mots furent... Wow. C'était limite une déclaration, et Riley ne savait pas comment y répondre. Fallait-il être direct et lui énoncer ses sentiments ou au contraire rester lent ? Il fallait prendre une décision, et il n'avait pas le temps d'y réfléchir !

" J'ai de la chance aussi que tu soies venues chanter, la présence de n'importe qui d'autre aurait été moins bien.. Et je suis plus qu'heureux de me retrouver ici avec toi.. Tu sais, je.. Et bien.. Je voudrais que ce moment dure éternellement. Chanter avec toi, être avec toi.. ça.. ça me rend heureux. "

Après ça, il faudrait une demande, ils étaient encore trop jeunes pour le mariage, mais,quelque chose revint dans la tête de Riley.. Le bal ! C'était le moment rêvé de lui demander d'aller au bal avec lui.. Mais il fallait attendre sa réaction, une réponse mauvaise après ça serait moins dure qu'une réponse négative pour aller à un bal...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
06.The disease of love Empty
MessageSujet: Re: 06.The disease of love   06.The disease of love Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

06.The disease of love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 6
-