Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. Forget to look to your left ? - PV Robbie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
06. Forget to look to your left ? - PV Robbie Empty
MessageSujet: 06. Forget to look to your left ? - PV Robbie   06. Forget to look to your left ? - PV Robbie EmptyMar 24 Mai - 12:43

06. Forget to look to your left ? - PV Robbie Student4

Quand vous êtes nouvelle dans un lycée, vous vous confrontez à deux types de personnes : les sympas, accueillantes et chaleureuses qui se pointent vers vous avec un large sourire en repérant l’étiquette ‘nouvelle’ sur votre front et qui vous proposent toutes sortes de bons plans : « Hey ! On cherche une nouvelle Cheerleader depuis qu’une des filles s’est cassé une jambe en voulant se suicider du haut de la pyramide ! » « Hey ! Tu veux que je te fasse une petite visite guidée du lycée ? » « Hey ! Dix dollars pour voir tes seins ! »… Ouais, non… peut-être pas cette dernière personne tout compte fait.

Et il y a les personnes moins cool comme certains professeurs qui, avec un sourire innocent digne du Dr Kelso dans Scrubs vous interpellent avant que vous sortiez de la salle de classe : « deux minutes, jeune demoiselle ». Enclenchez la musique de la chevauchée des Walkyries car la galère commence ici : « Il est impératif que vous rattrapiez votre retard ! Pour vous aider, voilà les premiers cours de l’année qui risquent de tomber à l’examen final ». Sans trop comprendre dans quelle galère elle avait mis un pied, Lily avait simplement tendu les bras avec un sourire enthousiaste face à professeur si prévenant. Et puis, elle avait alors senti une pile de pages considérables pesant 3 tonnes s’abattre sur ses petits bras. « Evidemment, ces cours ne serviraient à rien sans les exercices qui les mettent en pratique ». Nouvel arrivage de paperasse et rectification : 5 tonnes. Ce n’était qu’un début…

Ce fut finalement avec un monticule de feuilles lui arrivant jusqu’au nez qu’elle sortit de la salle de classe ; maudissant ce professeur de toute son âme. Redressant le dos pour voir au-delà de l’équivalent de la moitié de la forêt amazonienne abattue en feuilles qu’elle portait à bout de bras, sa vision du monde était assez difficile. En effet, rajoutez à cela qu’elle ne dépassait pas les un mètre soixante ; même avec les talons de 10 cm sur lesquels elle était perchée, elle restait l’une des filles les plus minuscules du bahut. Où qu’elle aille, elle avait l’impression d’être dans un monde de géants ! Sauf que, étant celle qui n’était pas dans la norme, elle était forcée d’admettre qu’il n’y avait pas 6,5 milliards de bêtes de cirque sur terre mais une personne, elle-même, étant un héritage de la race Hobbit, les pieds poilus en moins. Quoi que, aujourd’hui, avec ce dur labeur porté à bout de bras, elle se sentait davantage dans la peau d’un lutin du père noël à la recherche du pôle nord… le bonnet en moins.

Autant dire que son humeur n’était pas à son meilleur niveau lorsqu’elle tourna à l’angle d’un couloir en rasant les casiers, cela avait été un instinct de survie pour elle de raser les murs. Et finalement, sa sphère de sécurité éclata comme la plus fragile des bulles de savon lorsqu’un casier s’ouvrit soudainement et vint foutre en l’air tout ce qu’elle avait dans les bras. Pop ! Le choc avait été rude, violent, imprévisible… et elle recula de quelques pas, parvenant à garder l’équilibre de toute justesse du haut de ses échasses en se rattrapant in extremis à la longue natte d’une lycéenne qui avait poussé un long hurlement qui suffit à interrompre tout signe de vie dans le couloir tandis que tous les lycéens, petit à petit, tournaient leur visage vers le lieu du crime… lieu du crime au milieu duquel se trouvait une Lily prête à soudainement éclater en sanglots.

Le seul signe indiquant que le couloir n’avait pas été figé dans le temps par le biais d’une force surnaturelle était les milliers de feuille voletant autour de la petite brunette. Elle les suivait du regard, littéralement abasourdie et encore un peu sonnée par le choc. Et finalement, le casier du bourreau se referma, laissant apparaître un mec plutôt baraqué, blond qui ne devait réaliser qu’à cet instant les conséquences d’une malheureuse ouverture de casier. Certes, ce mec avait le gabarit pour envoyer à lui seul Lily dans la première benne à ordure qui se trouverait sur son passage ; pourtant, la seule chose que parvint à dire Lily fut, dans une explosion de rage entretenue par le sentiment de honte qu’elle ressentait à cet instant : « On t’a jamais appris à faire gaffe ? Hello, c’est une règle élémentaire de regarder autour de soi avant d’ouvrir son casier comme le pire des bourrins ! Génial ! ». Elle entreprit finalement de s’agenouiller au sol pour ramasser toutes les pages blanches qu’il faudrait évidemment remettre dans l’ordre dans un soupir de rage, et elle ne s’arrêta pas en si bon chemin : « C’est pas possible d’être aussi crétin ! Tu n’es rien d’autre que… qu’une face de méduse ! » … L’insulte avait jailli de ses lèvres tandis qu’elle avait à l’esprit le discours de Sue Sylvester prononcé la veille… mais il y avait comme une fausse note, et elle s’interrompit une seconde, le regard dans le vide et la tête légèrement penchée sur le côté tandis qu’elle creusait dans sa cervelle : « Hum… non. Face de homard ? Wahow… ça n’a aucun sens ! Face de poulpe ! ». Fière d’avoir retrouvé l’insulte, un sourire ne traversa son visage qu’un centième de seconde avant qu’elle ne renvoie des éclairs à celui qu’elle considérait comme son agresseur avec son regard : « Oui ! Voilà ce que t’es ! Espèce de stupide face de poulpe ! »


Dernière édition par Lily R. Cartwright le Jeu 30 Juin - 0:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Robbie Shane Morgan
Robbie Shane Morgan
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. Forget to look to your left ? - PV Robbie Empty
MessageSujet: Re: 06. Forget to look to your left ? - PV Robbie   06. Forget to look to your left ? - PV Robbie EmptyMar 24 Mai - 23:05

LILY&ROBBIE

Sortir de cours était la seule pensée qui obsédait Robbie depuis près de dix grandes minutes. Il était là, à dessiner sur sa feuille, ne prêtant pas la moindre attention au professeur de maths, qui était en train d’essayer d’enseigner à des adolescents comment dériver des fonctions polynômes. Oui pourquoi pas, mais où était l’intérêt ? Alors certes les symboles à utiliser était très intéressant à reproduire, mais alors franchement, s’il aurait été a un cours de Chinois, l’effet aurait surement été le même. La seule chose qui lui permettait de tenir encore le temps qu’il restait était de voir la trotteuse de l’horloge annoncer qu’une seconde, puis une autre, et encore une venaient de passer. Puis lâchant le trajet de l’aiguille, il commença, comme a son habitude, à dessiner des mots sur un coin de sa feuille. Si un jour il manquait de paroles pour une chanson, il n’aurait qu’à reprendre tout ses cours passionnant de maths pour avoir l’embarras du choix.

Et enfin, la sonnerie annonçant la fin du calvaire retentit. Pourtant plongé bien profondément dans ses pensées, le temps de remonter à la surface fut d’environ une nanoseconde. Il ne rangea pas ses affaires, sachant qu’il allait les sortir dans quelques minutes, pour les déposer dans son casier pour ne pas être encombré inutilement. Il sortit donc le premier de la salle, avec son sac sur une épaule et ses trois feuilles dans les bras. Il avança directement vers son casier sans regarder quelles personnes affublaient les couloirs. Son seul but était d’aller à son casier, et il comptait bien y arriver sans prendre plusieurs détours, et sans s’arrêter. Et puis il voulait arriver assez tôt à la cafétéria pour s’acheter quelque chose de mangeable. Premier arrivé, premier servi. Tête bêche il avançait. Puis quelqu’un cria son prénom dans le couloir. Les Robbie ne courant pas les rues, il savait que cet appel était pour lui. Il se retourna sans s’arrêter pour autant, faisant quelques pas en marche arrière pour voir qui était à l’origine de ce cri, et il vit Katia qui lui fit un geste de salut de loin. Ah Katia ! Il sourit bêtement une fois de plus, comme à chaque fois qu’il la voyait en fait, puis lui rendit son geste. Ils devaient encore peaufiner quelques détails pour le bal alors elle lui fit signe de l’appeler plus tard. Se sachant près de son but ultime, il hocha la tête, fit le code de son casier, l’ouvrit et… PAM !

Il posa rapidement les feuilles dans son casier avant de refermer la porte pour voir qui avait été frappé. Pas un moustique en tout cas, sinon le bruit aurait été bien moins fort. Il vit une petite Cheerios avec plein de feuille autour d’elle en train de virevolter. Une pompom girl, c’était bien sa veine. Et elle paraissait nerveuse en plus, commençant à l’accuser de ne pas avoir fait attention.
    Oh c’est bon, dit il à la fille. Vous aussi c’est bon, vous pouvez vous remettre à respirer, dit il a l’encontre de l’assemblé qui c’était formée autour d’eux. Puis il reporta son attention sur la fille. Dans un couloir plein de casiers, la moindres des choses est de s’attendre à ce que quelqu’un ouvre un casier, donc là t’es au moins autant en tord que moi.
Il s’agenouilla à ses cotés pour l’aider à rattraper toutes les feuille qui commençaient à servir de nouveau revêtement du sol. Puis continuant de pester contre Robbie, qui n’avait rien demandé à personne, elle poussa un long soupir. Surement venait-elle de voir qu’il faudrait classer toute les feuilles dans le bon ordre. Face de méduse ? Oui ça pouvait la calmer, elle pouvait l’accuser de face de méduse. Les gens autour d’eux commençaient à partir. Peut-être attendaient-ils une bagarre sanglante entre les deux jeunes gens ? Ouais mais Robbie n’était pas vraiment du genre bagarreur donc ils étaient mal tombés. Face de homard maintenant, mais sur celui-ci, Robbie eu un peu de mal à ne pas rire. Il essaya tout de même tant bien que mal sachant que se serait surement mal vu. Bon au final, ce serait une face de poulpe.
    C’est bon t’as fini avec toutes tes insultes là ? Bah excuse moi de t’avoir frappé, mais c’étais pas dans mes intentions. Je parlais avec quelqu’un et je t’ai pas vu.
Et puis, avant qu’elle ne s’agenouille, il avait pu voir sa taille, et franchement, même avec toute son attention sur son casier, il ne sait pas s’il l’aurait vu. Elle avait facilement une tête de moins que lui, mais la situation ne se prêtait pas vraiment aux plaisanteries de mauvais genre. Il remis en paquet les feuilles qu’il avait récoltées et les tendit à la Cheerios.
    Je t’ai pas fait trop trop mal au moins ? Je m’en voudrais vraiment sinon.
Et puis il savait qu’amocher une des filles de Sue était passible d’un an d’emprisonnement dans la pire prison du monde. Il s’en passerait bien volontiers.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Forget to look to your left ? - PV Robbie Empty
MessageSujet: Re: 06. Forget to look to your left ? - PV Robbie   06. Forget to look to your left ? - PV Robbie EmptyMer 25 Mai - 19:09

Agenouillée dans le couloir de McKinley, Lily ramassait donc ses feuilles à toute vitesse, se fichant bien de les malmener en les traînant sur un sol qui avait été décoré par des centaines de semelles sales. La seule chose qu’elle attendait était de sortir de cette situation embarrassante. Elle n’avait pas même engueulé Robbie parce qu’elle était en colère contre lui ; la mauvaise humeur combinée à l’effet de la pression sociale, vous connaissez ? Mais si, un petit effort ! C’est comme quand un « C*NNASSE ! » fort et puissant s’échappe de vos lèvres quand vous vous faites griller la priorité, rien d’autre. Et Lily était une vraie victime de ce syndrome, constamment, ce qui lui valait une réputation de fille au caractère bien trempé. Bon d’accord, une réputation de furie ! Quoi ? Vous voulez de l’honnêteté ? Bon, d’accord, une réputation de barjo ! Mais dans une certaine mesure seulement.

Toujours est-il que si le malheureux lycéen avait ouvert son manuel intitulé 'Guide d’une fille caractérielle, furieuse et barjo' à la page 63, chapitre 7 alinéa 2nd ; il se serait simplement contenté de l’aider à ramasser ses feuilles en silence. A la place de quoi, il préféra plaider le partage de torts. Le partage de torts ? Vraiment ? Ou plutôt « F*CKIN' VRAIMENT ???? » comme le signifiait si bien le haussement de sourcil de Lily qui le regardait, assez abasourdie et choquée pour s’interrompre une courte seconde dans le ramassage de ses feuilles. Moé, pourquoi pas ? Elle reprit son activité insupportable dont elle ne voyait pas la fin dans un long soupir, tandis que son interlocuteur s’agenouillait à ses côtés, enfin frappé par la brillante idée de lui apporter son soutien… Mais elle n’était pas encore calmée ; et les insultes n’avaient pas fini de fuser.

Et vraiment, de toute évidence, Robbie n’avait jamais fait l’achat du précieux guide puisque quand Lily pensa enfin marquer le point final à la dispute, il décida de s’expliquer certes calmement, tout de même mais … « Oui, à vrai dire, j’avais fini avant que tu décides de me relancer. Mais… » Aucune insulte ne s’échappa d’entre ses lèvres tandis qu’elle le regardait, et elle fut simplement forcée d’admettre, sur un ton qui était enfin descendu de quelques décibels : « Oui, j’ai fini ». L’orage était passé, et le calme retrouvé. Encore une fois, Lily n’insultait jamais pour le plaisir de la joute et comme chaque fois qu’elle se montrait violente ; elle se sentait purifiée le petit défoulement passé. Sérieusement, elle arborait un air détendu et aurait presque pu poursuivre sa route en faisant des pas de danse et en sifflotant un air sympa vers la bibliothèque pour étudier toute cette paperasse sous laquelle elle croulait… littéralement.

Mais elle n’en ferait rien. Lily était du genre à croire au destin, au karma, aux voyantes et de façon plus générale, à toute autre connerie destinée à attraper les pigeons. Et si le destin avait mis un obstacle entre elle et la bibliothèque, c’était de toute évidence que les révisions devraient attendre. Elle ajouta donc le tas de feuille que lui tendit le nouveau baptisé Stupide Face de Poulpe ; et se releva, les bras chargés tandis que dans le couloir, les élèves amassés avaient enfin repris leur conversation et leur chemin, puisque beaucoup s’étaient dirigés soit vers les salles de classe, soit vers la cafétéria jusqu’à ce que toute trace d’agitation finisse par disparaître : « Non, ça va t’inquiète pas, j’ai plutôt l’habitude. »

Elle ne jouait pas la martyr, loin de là, la phrase avait été prononcée en toute neutralité, sur le ton blasé de la jeune fille qui avait accepté cette condition de petite naine boule de flipper malgré elle. Et c’était bien le cas. Elle se déplaça simplement d’un pas vers le casier qui était juste à côté de celui du lycéen, ne pouvant s’empêcher d’avoir un sourire ironique en pensant que vraiment, elle avait presque failli atteindre son but sans un seul incident de parcours. Et elle composa rapidement la combinaison d’une main avant de, enfin, dans un réel soupir de soulagement, avoir le luxe de se débarrasser de son fardeau. De manière plus sympathique, elle ajouta finalement en lui lançant un léger sourire : « Méfie-toi, mon casier est juste à côté du tien… y’aura peut-être revanche, le… » C’était quoi déjà cette insulte ? « Hum… quelconque fruit de mer que tu puisses être ! » Elle ouvrit de grands yeux en secouant doucement la tête, première à être choquée de son humour à deux balles. Elle n’avait jamais été des plus à l’aise en compagnie de personnes inconnues et certains indices laissaient clairement paraître quand on la connaissait un peu qu’elle n’était pas la Cheerio confiante et à l’aise qu’elle tentait d’être. Elle rit doucement avant d’ajouter, en venant enfin au fait : « Tu t’appelles comment ? »
Revenir en haut Aller en bas
Robbie Shane Morgan
Robbie Shane Morgan
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. Forget to look to your left ? - PV Robbie Empty
MessageSujet: Re: 06. Forget to look to your left ? - PV Robbie   06. Forget to look to your left ? - PV Robbie EmptyDim 29 Mai - 16:34

LILY&ROBBIE

Toujours agenouillé parmi toutes ces feuilles, Robbie attendait patiemment que la jeune fille ait fini son introduction d’insultes. Ils allaient surement bientôt attaquer la première partie du développement. Lorsqu’il lui demanda si elle avait fini, elle lui dit que oui. Tant mieux à vrai dire. Les insultes il s’en moquait, il se moquait même de ce que les autres du couloir pouvaient bien dire à propos de lui se faisant incendier par une Cheerios d’un mètre 50 maximum. De son coté, il préférait de loin se faire insulter gentiment de face de poulpe plutôt que de se faire cogner pour quelque malheureuse feuilles. Puis alors qu’il lui tendait ses feuilles, elle sembla s’adoucir. On dit souvent « le calme avant la tempête », mais avec cette fille c’était surement « la tempête avant le calme ». Robbie ne comprenait pas les gens qui s’énervaient aussi vite, surtout face à des inconnus.

Quand on lui rentrait dedans dans la rue, il ne disait rien. Et puis à quoi ça servirait de s’énerver pour si peu ? Par contre il y avait des fois, où un événement l’avait déjà bien remonté, et que le moindre faux pas pouvait le mettre dans une colère noire. Et la, il ne fallait pas le faire chier. Il était même prêt à se battre avec quelqu’un qui faisait 3 fois son gabarit, et regretter après coup de s’être senti assez fort pour le frapper. Il parlait en connaissance de cause. Un jour, quelque chose l’avait contrarié au lycée, et en rentrant chez lui, un footballeur avait semblé de bonne humeur pour lui casser les pieds. Il l’avait donc bousculé dans les couloirs, pensant que Robbie se tairait comme d’habitude. Sauf qu’au contraire, Robbie se rebella à sa manière et essaya de pousser la masse de muscles qu’était le footballeur. Après s’être moqué de lui, le sportif lui avait mis un coup dans le nez, et était reparti presque aussi vite. Les gens dans la rue dévisageaient Robbie alors qu’il rentrait chez lui, avec sa main collé à son nez pour éviter le saignement.

Puis il revint à ses esprits et rejetant un regard vers la fille de Sue, il se dit qu’il n’avait rien à craindre avec elle. Cependant, il se souvint de sa blessure du nez, et se souvint particulièrement de la douleur qu’il avait ressentie. Il s’empressa donc de lui demander si elle n’avait pas trop mal, alors que les couloirs se vidaient. Elle le rassura en lui disant qu’elle avait l’habitude. Il lui sourit, étant lui-même un peu rassuré : au moins le coup avait fait plus de bruit que de mal. Il se releva en l’imitant avant de reprendre la parole.
    T’as l’habitude de te prendre des casiers dans la tête ? T’es bizarre toi, j’espère que c’est pas une habitude que t’as pris quand même.
Rien de méchant dans son ton, d’ailleurs, il ponctua sa phrase d’un petit rire. Il l’imaginait parfaitement attendre derrière les casiers jusqu'à ce qu’un nerveux ouvre le sien et provoque le choc. Et puis avec son gabarit, elle pouvait très bien passer inaperçue, surtout avec ses vêtements de Cheerios assortis à la couleur des casiers. Elle lui dit que son casier était juste à coté du sien et qu’un jour elle pourrait se venger. Bien, cette réflexion l’amusa. Il n’avait pas hâte mais tout de même, il l’aurait bien mérité. Il regarda la hauteur du casier duquel elle faisait le code, et mesura mentalement où il arriverait si elle arrivait à le frapper. Le ventre, au moins ca lui ferait moins mal.
    Euh face de poulpe je crois. Oui oui c’est ça, un poulpe. Franchement t’aurait pu trouver mieux, c’est tout flasque les poulpes. Et pour ton casier et ta revanche, après au moins on sera quitte, je pourrais pas t’en vouloir.
Il finit de faire ce qu’il avait a faire lui aussi dans son casier, et ce pourquoi il était venu par ici avant l’incident, alors qu’elle lui demandait son nom. S’il avait été parano, il aurait surement cru qu’elle voulait aller le dénoncer au proviseur, à un surveillant où a toute autre autorité de cet établissement. Mais à moins qu’elle cache vraiment bien son jeu, elle ne laissait rien transparaitre.
    Robbie Sh… il réfléchit un instant. Est-ce qu’elle avait vraiment besoin de savoir son nom entier, et qu’il décline sa date de naissance et tout le tralala ? Non. Je m’appelle Robbie. Pas génial comme nom, mais toujours mieux que face de poulpe d’après moi. Et toi, comment tu t’appelles ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Forget to look to your left ? - PV Robbie Empty
MessageSujet: Re: 06. Forget to look to your left ? - PV Robbie   06. Forget to look to your left ? - PV Robbie EmptyMar 31 Mai - 0:45

Lily aurait aimé être une fille parfaite, une de ces filles comme on en fait dans les comédies romantiques américaines ou dans la chick-lit. Vous savez ? La Serena Van Der Woodsen des nouvelles ‘Gossip Girl’ de Cecily Von Ziegesar ? Cheveux blonds lissés et jambes à la longueur interminable, le genre de fille qui n’a jamais de morceau de salade coincée entre les dents. Ou encore Jennifer Garner dans le film ‘Hanté par ses exs’, la jeune brunette au caractère doux et élégant en toutes circonstances chez qui le sol n’est jamais glissant et les vols planés publics sont une notion inconnue. Oh bien sûr ! Lily aurait pu se rassurer en se persuadant que ce genre de filles n’appartenait qu’à la fiction. Mais le fait était qu'il en existait ! Sur leur planète. Et dans ce lycée même, à McKinley. Oui, la jolie blonde américaine typique n’est pas un mythe, ni même la métisse canon à forte poitrine. Elle, elle était toute petite, des expressions canadiennes lui échappaient quand elle était sur les nerfs, et elle était maladroite avec ça. Alors disons que les coups perdus trouvaient souvent une parfaite cible chez elle. Elle sourit doucement quand elle le vit étonné face à cet aveu : « Non pas que ce soit volontaire, va pas me prendre pour une maso. Je sais pas, certains naissent en oubliant de regarder quand ils ouvrent leur casier ; et d’autres naissent en oubliant de regarder quand ils longent les casiers… »

Lily rit doucement en l’entendant critiquer son expression de ‘Face de poulpe’ empruntée au Coach Sylvester. Elle devait bien admettre que ce n’était pas ce qu’il y avait de plus insultant… quoi que ! Elle se souvenait encore d’un mec qui, au collège, tandis qu’elle était seule avec ses pensées en plein milieu d’une soirée était venue lui dire qu’elle avait le même regard qu’un poulpe échoué. Cette expression l’avait toujours marqué. D’ailleurs, elle eut un petit moment de silence, n’ayant en tête qu’une image : le fameux poulpe échoué qui dès qu’il intervenait, débranchait son cerveau une courte seconde. Elle secoua doucement la tête comme pour mieux chasser cette représentation mentale des plus perturbantes qui la hantait. Néanmoins, elle n’en perdit pas son répondant et elle le regarda avec un sourire en coin en entendant qu’il acceptait le châtiment du casier en retour : « Ah ouais ? Pressé d’endurer une revanche pour nettoyer ta conscience ? Et c’est qui le maso maintenant ? » Elle rit doucement, refermant finalement son casier en le faisant claquer. Elle ne cherchait pas à l’effrayer, elle avait toujours été un peu brusque naturellement. Mais globalement, même quand elle voulait être agressive, elle était aussi impressionnante qu’un chaton qui griffe. Tout de même, les propriétaires de chats en conviendront : ça peut picoter les blessures de ces bêtes-là !

Et malgré ce que Lily laissait entendre, elle n’avait pas réellement l’intention de faire endurer mille tourments à Robbie. Certes, elle avait un peu sur-réagi à l’altercation, c’était malheureusement dans son caractère. Mais elle n’était pas revancharde, pas pour si peu en tout cas. Et puis elle était loin d’être méchante dans l’âme. Son statut social de Cheerios pouvait laisser penser le contraire, d’ailleurs… peut-être avait-elle signé un peu trop tôt. Elle aimait beaucoup danser, elle voulait s’intégrer et être en haut de la chaîne sociale pour changer. Mais ici, ce n’était pas le Canada. Vous avez déjà vu Edgemont ? Oui ! Bien… vous saurez donc que côté ‘potins et coups bas’, Vancouver est assimilable au pays des Bisounours. Elle n’avait pas encore slusher sa première victime, et elle n’en était franchement pas pressée. Elle arrivait jusque-là à se soustraire à ce genre de pratiques rabaissantes. Et elle ne savait pas encore comment elle réagirait le jour où en plein milieu d’un couloir, elle serait prise dans un conflit avec un autre élève, granité à la main. Bien sûr, elle était arrivée ici en voulant changer, goûter à la popularité et être la fille désirée au moins une fois dans sa vie. Mais elle n’avait pas imaginé que ce serait le prix à payer. Et cette situation ne la rendait vraiment pas du tout à l’aise. Ainsi, Robbie ne devait pas s’attendre à être accueilli à McKinley avec une douche glacée dès le lendemain. « Moi c’est Lily. Et vu que ça te ferait trop plaisir que je satisfasse tes instincts masochistes, je te propose une autre offre pour que t’obtiennes mon pardon. J’ai cru comprendre que c’était une règle d’or pour une Cheerios de ne pas bouffer gras à la cafét’. Et ça fait juste une semaine que je fantasme sur un p*tain de… » Elle regarda furtivement autour d’elle et vit quelques personnes encore présentes. Alors elle calma son ton qui commençait à être quelques notes trop élevés pour ajouter plus bas : « … Big Mac ! Je suis nouvelle ici et je connais aucun coin sympa où manger sur le pouce » Elle l’attrapa par le col et tira dessus pour l’obliger à pencher son visage vers elle et enfonça son regard le plus flippant dans celui de Robbie pour ajouter : « S’il te plait Robbie Williams, maman a besoin d’un hot dog ! » Et elle le lâcha simplement dans un soupir, sans même réaliser ce que sa dernière phrase pouvait avoir de tendancieux. Elle se laissa finalement retomber mollement le dos contre le casier en fermant les yeux. Adieu image de poulpe échoué ! Bonjour image de saucisse grillée allégrement trempée dans du ketchup et coincée entre deux tranches de pains moelleux.
Revenir en haut Aller en bas
Robbie Shane Morgan
Robbie Shane Morgan
and always remember
how lucky you are to have yourself
Age : 26 ans
Occupation : Papa à plein temps, employé au Gramophone, bassiste d'Against The Odds, membre des Awesome Voices
Humeur : occupé
Statut : Célibataire
Etoiles : 1571

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Little Bit of Truth - YM@6
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. Forget to look to your left ? - PV Robbie Empty
MessageSujet: Re: 06. Forget to look to your left ? - PV Robbie   06. Forget to look to your left ? - PV Robbie EmptyMar 7 Juin - 21:00

LILY&ROBBIE

Proposer de se faire frapper en retour pour obtenir le pardon de la jeune Cheerios, pouvait en effet être vu comme un acte de masochisme. Mais cette idée n’avait pas du tout traversé l’esprit de Robbie, pas totalement pur pour autant. Il ne fallait surtout pas qu’il se défende trop vite des accusations de la jeune fille, afin de ne pas attirer de faux soupçon sur lui. Non vraiment, avoir mal n’était pas dans le top 3 de sa liste de préférence. D’ailleurs, ce n’était même pas classer, si tout fois, il tenait une telle liste. En même temps, il ne supportait pas d’avoir mal, ce n’était pas une chocotte pour autant, mais franchement s’il pouvait s’en passer, il ne refuserait pas. En fait, la seule fois où il avait supporté d’avoir mal sans pleurer comme une fillette était lorsqu’il s’était fait tatoué le bras droit et le pectoraux du même coté. Là il avait vraiment pris sur lui, mais comme il en avait toujours rêvé, il avait serré les dents, et le résultat était vraiment à la hauteur de ses attentes. Non vraiment, s’il pouvait vivre dans un pays rempli de barbe-à-papa, il ne dirait pas non. Mais bien sur, interdiction de le dire à qui que ce soit.
    Non mais, j’aime pas me faire mal non plus. Genre quand je vois un bleu sur une partie de mon corps, je vais pas m’amuser à appuyer dessus pour voir si ça fait mal.
Mais c’est vrai que s’il pouvait effacer cet épisode –je-frappe-une-Cheerios-avec-mon-casier- par un autre coup de casier, là il endurerait sans rien dire. Ce ne serait que la monnaie de sa pièce après tout. En entendant le bruit du claquement de son casier, il fut légèrement soulagé qu’elle ait refusée de lui rendre le coup. Elle semblait forte. Petit mais costaud comme on dit. Heureusement, elle n’avait pas l’air bien farouche, et semblait déjà calmée de ce petit contre temps.

C’était d’ailleurs un peu bizarre de voir une Cheerios ne pas monter sur ses grands chevaux à la moindre occasion. Elles se sentaient toutes si intouchables, que c’était limite si elles ne marchaient pas dans les couloirs au ralenti pour imposer leur présence plus longtemps. Robbie, pas très haut dans l’échelle sociale il devait bien se l’avouer, n’arrivait pas à comprendre ce genre de classement. Le Cheerios et les sportifs étaient incontestablement au somment, il n’y avait pas photos. Ensuite venaient les lycées « normaux », et pour finir, aussi talentueux soient ils, il y avait ceux qui avait fait le choix de chanter devant un public, et par conséquent, se recevoir des slushys par dizaine. Mais apparemment il y avait des exceptions partout. Sam par exemple n’était pas un paria (mais sa place dans l’équipe de sport y jouait surement beaucoup), et elle ne semblait pas hautaine comme ses autres copines.

Puis ce fut à son tour de se présenter. Elle plaisanta une nouvelle fois face a ses tendances erronées de masochisme en lui proposant un deal. A l’entente du marché qu’elle était en train d’expliquer, Robbie du vérifier qu’il n’avait pas rêvé et qu’elle portait bien un uniforme comme toutes les autres filles de Sue Sylvester. C’était vraiment trop bizarre qu’elle soit si… Normale. Il la regarda avec de grands yeux, avant qu’elle ne l’attrape par le col, ce qui le força à se baisser considérablement pour être à sa hauteur. C’est qu’elle ferait presque peur comme ça. Mais il avait l’habitude des gens constamment affamé, il savait comment les gérer.
    Tu sais que tes paroles ont un double sens super pervers ! J’espere que personne n’a entendu ce que tu viens de dire, parce que sinon, v’la l’image que tu donne des Cheerios.
Il se releva, faisant mine de remettre son col en place, puis réfléchissant à un endroit ou on pouvait manger de la viande grasse. Il trouva bien vite, mais voulu laisser la petite Lily patienter gentiment dans un silence presque insoutenable. Et pendant ce temps il pensa aux Cheerios justement. Combien de fois avait il voulu d’être amie avec l’une d’entre elle, pour remonter sa cote de popularité. Mais il avait toujours fait faux bond au dernier moment. Et si Lily était sa chance de redevenir un temps soit peu aimé des autres. Ou du moins, pas détesté, ce serait un bon début. Il la regarda avec un sourire victorieux sur le visage, voyant en même temps un plan digne de Machiavel se former devant lui.
    Okay, je te montrerais où aller, mais à une seule condition. Ca marche pour l’instant ?
Il s’arrêta de parler en attendant sa réponse, croisant mentalement les doigts pour qu’elle accepte. Apres quelques secondes, elle se résigna à hausser les épaules afin de donner son accord à Robbie. Il s’adossa donc à son casier, et repris la parole tout naturellement.
    Tu devras manger avec moi ce Big Mac, ou ce hot-dog, peu importe. Et ne pas aller te faire vomir après aussi. Juste pour… Etre sur que ça existe une Cheerios qui mange.
Il était sur que les filles du coach Sylvester se permettaient quelques écarts dans leurs régimes super protéinés comme une pizza de temps en temps, mais tyrannique comme le voulait sa réputation, il imaginait parfaitement la coach peser ses athlètes à chaque entrainement, et sanctionner le moindre kilos en trop d’une façon ou d’une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Forget to look to your left ? - PV Robbie Empty
MessageSujet: Re: 06. Forget to look to your left ? - PV Robbie   06. Forget to look to your left ? - PV Robbie EmptyVen 24 Juin - 16:16

A l'époque où elle vivait au Canada, Lily était la première à porter un oeil critique sur les Cheerios telles qu'aperçues dans les nombreuses séries et teenage films américains. Elle n'avait jamais compris ce culte porté à des anorexiques décérébrées qui agitaient des pompons. Wahow ! Tu connais ta droite ? Tu connais ta gauche ? Et tu sais bouger tes mains de manière synchronisée ? Youhou... quelle petite star. Elle avait même trouvé cette image toujours plutôt écœurante puisque elle-même suivait des cours de danse depuis l'âge de cinq ans et avait atteint un sacré niveau à l'adolescence. Pour autant, personne ne s'inclinait sur son passage dans les couloirs du lycée. Et n'avaient assisté à ses spectacles que ses deux meilleurs amis. Super comme vie sociale. Fallait bien le dire, elle avait toujours été plutôt amère et critique face à cette version adolescente de l'american dream.

Et pourtant, aujourd'hui, elle était en plein dedans. Elle était née en étant the girl next door, la Joey Potter de la série Dawson ; et aujourd'hui, elle était Cheerleader, enchaînait les petits amis et gagnait en popularité. Et fallait bien l'avouer, maintenant qu'elle était de l'autre côté de la barrière ; son avis commençait à changer. Être Cheerios, ce n'était pas facile ! Surtout pas au lycée McKinley où règne la tyrannique Sue Sylvester. Être au top n'était pas une chose innée ; il fallait le travailler – et travailler cela clairement au détriment du temps passé à étudier ! - et l'entretenir. Il fallait endurer de porter une mini jupe en polyester, et ceci même en plein hiver. Bon d'accord, sur ce point, le sang Canadien de Lily était d'une sacrée aide. Mais ce n'était pas tout, le choix d'une tenue de soirée – choix de base anodin – se transformait soudainement en roulette russe tant une faute de goût pouvait s'avérer impardonnable. Le choix du menu à la cantine ; la manière de manger une salade sans foutre de sauce partout. Et puis retirer la sauce, car jugée trop grasse. Se tenir droite. La démarche de mannequins. L'habileté. Ne jamais tomber et ne pas se prendre de casier en pleine poire... hum... merci Robbie ! Et des milliers d'autres choses. Être Cheerios ; c'était : manger Cheerios – soit ne pas manger – respirer Cheerios, penser Cheerios. Et c'était un métier fatiguant et à temps plein où la moindre petite erreur vous coûter cher. Et la pression par dessus-ça, c'était un vrai cercle vicieux. Bon sang, il y avait même certains moments où Lily pouvait craquer en oubliant que jauge de réputation et jauge de vie étaient deux choses bien distinctes. Avant, jamais elle n'aurait pu craquer pour une chute anodine dans un couloir ; aujourd'hui, elle avait eu le réflexe d'aboyer sur Robbie... la faim, l'énervement constant facilitant très bien ce genre de réaction. Et ce n'était là qu'un début. Deviendrait-elle un monstre ? Tandis que l'image de Summer Davis lui traversait l'esprit, des frissons d'horreur et de dégoût lui parcouraient l'échine.

Et comme Robbie venait de le lui rappeler, être Cheerios... c'était aussi contrôler chacun de ses mots. Quand il parla de « double sens super pervers », Lily fronça tout d'abord les sourcils et toute l'incompréhension du monde pouvait se lire dans son regard. Son esprit n'était pas du tout mal tourné ; bien au contraire. Elle multipliait les petits amis depuis son arrivée à McKinley et elle se traînait une réputation de nymphomane qu'elle était la première à entretenir... mais en réalité, elle était encore vierge. Et pas une vierge mature qui a plein de fantasmes fous et attend simplement le bon partenaire pour les exprimer ; non... Lily était plutôt le genre de vierge flippée dès qu'elle sentait une main trop baladeuse s'aventurer vers sa poitrine, le genre dégoûtée par les images vues en cours de sciences et qui n'a qu'une envie : foncer sous sa couette pour tenir dans ses bras son nounours favori et ressortir les petits poneys de son enfance en refusant catégoriquement de grandir.

Aussi, quand enfin l'image de la saucisse du hot dog lui revint à l'esprit et qu'elle l'assimila à un organe tout ce qu'il y avait de plus masculin, une petite ridule de dégoût se dessina sur son front et un simple son sortit de ses lèvres : « Oh »... presque silencieux, presque dans un souffle. Et puisque mademoiselle semblait toute décidée à avoir du temps de retard ce matin là, elle se rappela alors ce que Robbie avait ajouté : l'image des Cheerios. Et alors, ce fut un franc et pétri de culpabilité et de honte : « OH ! » et dans un réflexe incontrôlé, elle plaqua ses mains sur sa bouche, comme pour s'empêcher de parler à nouveau. Dans son apprentissage pour devenir Cheerios, le plus dur pour Lily était d'apprendre à réfléchir avant d'agir, et à tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de prendre publiquement la parole. Calmer sa spontanéité n'était pas simple du tout...

Aussi quand Robbie lui proposa un deal la seconde suivante ; elle prit sur elle pour s'accorder un petit instant de réflexion. Il lui offrait ce qu'elle désirait mais cela avait un prix ; et son mentor chez les Cheerios était Santana. Santana aurait-elle accepté une concession de la part d'un simple lycéen ? Non, sans doute lui aurait elle tourné le dos après une remarque acerbe. Après tout, les Cheerios faisaient la loi et n'avaient pas à faire de concessions. D'un autre côté, Lily était aussi affamée que curieuse. Et puis, entendre une condition ; ce n'était pas l'accepter. Alors, elle se contenta d'un simple haussement d'épaules en baissant les yeux au sol. Il ne fallait pas surtout qu'il croise son regard car elle le savait, il y aurait lu : « Dis moi tout ! Vite ! Manger ! Manger ! Manger ! » Bon sang... la difficulté d'être Cheerios, encore et toujours !

Et finalement, elle ne releva les yeux vers lui que lorsqu'il lui exposa sa condition ou plutôt … « Deux conditions... si j'accepte uniquement celle où je refuse d'enfoncer deux doigts dans ma gorge, ça marche ? » Elle sourit légèrement, pensant que cette condition serait tout ce qu'il y avait de plus facile à tenir. Lily avait toujours eu un gros appétit sans pour autant devoir porter une autre taille que du 34 ou du 36. Non pas qu'elle soit magicienne ; elle était simplement une pile électrique. Même quand elle ne passe pas ses après-midi aux cours de danse, elle est en perpétuel mouvement. Elle ne marche pas mais sautille, elle ne descend pas des tabourets mais en saute, elle ne ferme pas son casier mais le claque... C'était une vraie façon d'être. Et c'était bien une chose qu'elle ne comptait pas changer. Clairement, elle n'était pas la plus épaisse des Cheerios.

Concernant la condition de manger avec Robbie, elle n'avait pas été sérieuse. Elle était consciente que pour une Cheerios, traîner avec un simple lycéen dont elle ignorait la réputation – peut-être était-il membre d'une chorale ? Un paria ? - n'était pas ce qui se faisait de mieux. Mais elle savait aussi que, à part quelques Cheerios et footballeurs faisant exception ; chaque fois qu'elle mangeait à cette table tant convoitée ; elle avait l'irrépressible envie de prendre le contenu de son assiette, sauter par dessus la table et leur enfoncer cette bouffe écœurante au fond de la gorge jusqu'à ce qu'ils s'effondrent des suites d'un étouffement... Alors allez savoir, peut-être que échapper quelques fois par semaine à cette table, ça lui permettrait d'éviter un futur de meurtrière psychopathe. Elle ne connaissait pas Robbie ; mais elle l'aimait bien. Il était sympathique, il la faisait sourire et même rire. Et puis surtout, il paraissait tellement loin de tous ces soucis de réputation à tenir et étranger de l'art de la manipulation pour se faire bien voir. Hum ? Fatale erreur. Mais que voulez-vous, Lily Rose n'a pas encore appris à travailler sa naïveté. Et en toute simplicité et avec un grand sourire sincère et enthousiaste, elle avoua simplement : « Je serais ravie de manger avec toi »

- sujet terminé -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
06. Forget to look to your left ? - PV Robbie Empty
MessageSujet: Re: 06. Forget to look to your left ? - PV Robbie   06. Forget to look to your left ? - PV Robbie Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

06. Forget to look to your left ? - PV Robbie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 6
-