Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. You may be bad but this time you'll be good at it

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
06. You may be bad but this time you'll be good at it Empty
MessageSujet: 06. You may be bad but this time you'll be good at it   06. You may be bad but this time you'll be good at it EmptyDim 29 Mai - 9:33

Le temps passait, la pluie effaçait les soucis, la vie continuait mais voilà, chamboulant l'ordre établit un jeune garçon n'agissait plus comme à son habitude. Il fallait dire qu'après une nuit séquestré dans une salle du lycée à cogiter, on n'était plus le même. Le jeune Moore arpentait les couloirs du lycée avec sérénité mais aussi une grande anxiété. Il savait ce que cette journée lui réservait. Il l'avait tellement vécu dans son imaginaire fécond, que ça aurait pu être qu'une banalité de formalité mais le problème était autre. Dans quelques heures à présent, il allait pour tout jamais changer sa vie et le regard des autres sur lui. Pleinement conscient de son acte et de l'impacte irrémédiable que cela allait avoir sur son existence proche et future, il n'avait bizarrement plus peur. Un peu de stress mais plus cette angoisse qui le paralysait. Il semblait acteur de ses choix et cela lui faisait du bien. Il savait qu'il avait ça pour lui mais il préférait se dire que c'était pour Allan qu'il agissait ainsi. Lorsqu'il fut enfermé par Mister R dans la salle de répétition plus de huit heures, il était passé par diverses étapes. Choqué par l'acte de celui qui devait le guider, il resta figé sans bouger sur la scène tapissée de noir. Entouré de menottes et d'un fouet, Morgan errait cérébralement sans être mentalement présent. Lorsqu'il reprit les commandes de son corps, il refusa de croire ce que Mister R allait lui faire. Enfermé ici à répéter pour faire un show devant tout le lycée. Il répétait tel un aliéné enfermé dans une geôle humide que ce n'était pas possible… Craquant finalement au bout de cinq heures, il lança une chaise sur la fenêtre mais cela ne fit rien à part un grand bruit. Acceptant petit à petit l'état de fait, Morgan dut se résilier à son sort à l'accepter. Pour l'aider, Allan était là, enfin d'après le garçon. Ce fut dans les deux dernières heures, il prit confiance et se mit au travail. Il n'allait pas simplement interpréter la chanson proposée, il allait la faire sienne. Œuvrant à modifier les paroles et à la mise en scène, il réfléchit, fit des croquis et s'exerça sans relâcha jusqu'à sa libération. Alors il présenta son projet et ce dernier fut accepté.

A présent le voilà, derrière le grand rideau. A ses côté deux Awesome Voices féminines finissant d'enfiler leur costume. Morgan pouvait entendre les jeunes entrer et prendre place. Au lieu d'être accablé, il était délivré de tout le poids de ses mensonges, tromperies et malices. Enfin il allait pouvoir être lui, vivre sans vie, emmerder le monde comme il le souhaite : être Morgan Moore. Fini l'ersatz de footballeur ou de gleek. Il allait pouvoir chanter le cœur léger même si son corps était tout entier recouvert de glace pilé. Il n'avait eu de cesse de peser le pour et le contre et il était arrivé à la conclusion qu'il fallait être celui que l'on voulait être. Son meilleur ami était mort sans pouvoir vivre la vie qu'il aurait voulu. Morgan savait ô combien l'existence n'était qu'éphémère. Il ne devait plus en rester aux apparences et faire selon les conventions sociales du monde dans lequel il gravitait.

Un rappel en coulisse du temps restant ramena le futur chanteur à sa réalité. Souhaitant à ses amies bonne chance, il poussa une longue expiration comme pour changer tout l'air qu'il avait en lui et refaire le plein d'un air nouveau. Fin prêt à être Morgan, tel qu'il rêvait de l'être depuis la rentrée, il fit signe que le show pouvait commencer.



Un spot éclaira alors dans des tons chauds la chanteuse costumée en cheerio au moment même où la musique commença. Sur le côté gauche de la scène, celle-ci ondulait lascivement jouant la badgirl au paroxysme du montrable devant les yeux de McKinley High et son staff.
You like it, like it,
You like it, like it,
You like it, like it,
You You like it,
You like it, like it,
You like it, like it,
You like it, like it,

Une seconde lumière vint illuminer soudain la partie droite de la scène. Appuyée sur son bureau se trouvait une autre choriste vêtue comme Miss Pillburry tenant un fascicule intitulé : "Être soit" rendit la réplique à sa partenaire.
Na na na
Come on

Alternativement, les deux filles donnèrent de la voix interprétant toujours le rôle qui leur était dévolu. L'une était la corruptrice, la vilaine fille qui poussait Morgan à vivre selon ses désirs. L'autre guidait son élève en parfaite femme d'intérieur des années cinquante à s'accepter.
You like it, like it,
Na na na
Come on

You You like it, like it,
Na na na na na
Come on

You like it, like it,

A l'unisson, elles tendirent le bras vers le milieu de la scène pour guider le regard des spectateurs.
Na na na
Come on
Come on
Come on
Na na na na

Suite à l'appel de ses partenaires, Morgan entra avec l'attirail du footballeur sur lui. Avec le masque on ne pouvait pas le reconnaître, cela l'aidait à se sentir à l'aise en ses débuts sur le podium. Les filles vinrent à sa rencontre sur le devant de la scène et ensemble ils exécutèrent quelques pas d'une chorégraphie simple mais efficace.
Feels so good being glad
There’s no way I’m turning back
Now the song is my pleasure
Cause nothing could measure
Sing is great; Dance is fun
Out the tub, out of line
The vibration of the feeling
Leaves me wanting more

Soudainement immobile, le garçon se laissa toucher par la cheerio sous le regard conspiré de la conseillère. Ôtant soigneusement les éléments de son uniforme de footeux, Morgan se retrouva vite avec seulement son casque, son maillot portant le chiffre 2 et le pantalon de l'équipe du lycée. Le reste des affaires en plastique gisaient loin derrière lui.
Cause I may be bad
But I’m perfectly good at it
Slush in the air
I don’t care
I will forget of it
Scorned by all
May break my soul
But dance and sing
Excite me

De retour à leur place initiale, les demoiselles répondirent à Morgan qui tournait le dos au public, regardait à successivement celle qui chantait.
Cause you may be bad
But you're perfectly good at it

La cheerio agita un gobelet d'un air mesquin.
Slush in the air

A son tour, affichant un grand sourire, Miss Pillburry tendit au lycéen une lingette pour se nettoyer suite aux éventuels jets de glace pilée.
You don’t care
You will forget of it

Elles avancèrent vers Morgan qui n'avait pas bougé. La badgirl lui lança des paillettes, contenues dans le gobelet en pleine face.
Scorned by all
May break your soul

L'autre chanteuse mima un nettoyage à la lingette du visage du garçon.
But dance and sing
Excite you

La "gentille" choriste, prit le bras du garçon et le leva en l'air pour lui donner un air victorieux. Tandis que sa collègue semblait rire de lui tout en tortillant son corps parfait de cheerio en chaleur.
Na na na na
Come on
Come on
Come on

You like it
Like it

Come on
Come on
Come on

You like it
Like it

Come on
Come on
Come on

You like it
Like it

Come on
Come on
Come on

Faisant volte-face, le garçon retira son casque et le jeta à son tour, dévoilant son visage réjouit d'être enfin sur scène.
I like it
Like it

Il saisit la cheerios dans ses bras pour faire quelques pas d'une dance torride corps contre corps. Sous les yeux intrigués de l'interprète de la conseillère d'orientation.
Just one dance full of sin
Feel the waves on your skin
Tough, I don't scream mercy
It's your time to hear me
Yeah

Il lâcha la fille à la mini jupe pour se tourner vers celle à la jupe longue et au chemisier serré.
If I'm sad tie me down
Shut me up, gag and bound me
Cos the song is my pleasure
Nothing comes better
Yeah


Avec des yeux pétillants, la pompon girl retourna se blottir auprès de Morgan. En réponse à ces gesticulations sensuelles, l'autre choriste avait une main sur la bouche et une mimique faciale typique du "Oh My God". Le garçon perdit son pantalon de foot descendu non sans un air coquin par la débridée. A présent en jean mais toujours avec son maillot, il poussa celle qui le collait comme pour lui laisser le temps de la réflexion.
Cause I may be bad
But I’m perfectly good at it
Slush in the air
I don’t care
I will forget of it
Scorned by all
May break my soul
But dance and sing
Excite me

A leur place d'origine, les filles reprirent leurs revendications concernant le garçon qui une fois encore était dos au public.
Na na na na
Come on
Come on
Come on

You like it
Like it

Come on
Come on
Come on

You like it
Like it

Come on
Come on
Come on

You like it
Like it

Come on
Come on
Come on

Comme précédemment, il se retourna et craqua son maillot favori pour apparaître torse nu. Taggué sur sa peau : "I am what I am" pouvait être lu par toutes les personnes présentes dans la salle. La badgirl attirée par les muscles du garçon s'approcha de lui pour finir par danser autour de lui comme elle aurait pu le faire avec une barre de strip-tease. Faisant semblant d'être heurtée, celle qui interprétée la conseillère bougeait qu'en même les bras d'une manière très Pillburryesque.
I like it
Like it

M…M…M
And

M…M…M
M…M…M
And

M…M…M

La cheerio s'éloigna pour laisser Morgan seul dans un halo de lumière, le reste de l scène fut plongé dans le noir le plus total. Sans geste bateau banal, il paraissait simple et sincère en chantant les paroles.
Oh
I love the feeling
that bring to me
Oh, it turn me on
It's exactly what
I've been yearning for
Put the stronger sound
And let me in my boudoir
With my stage suit on, on, on
I like it
Like it

Quand il eut fini l'aura de lumière autour de lui s'évanouit pour éclairer toute la scène, faisant réapparaître ses deux partenaires. Au sol se trouvait un objet que saisit Morgan pour clamer la suite de la chanson. Il s'agissait d'un mégaphone, débranché bien sûr mais la symbolique avait, comme pour tout le reste de cette interprétation, toute son importance.
Cause I may be bad
But I’m perfectly good at it
Slush in the air
I don’t care
I will forget of it
Scorned by all
May break my soul
But dance and sing
Excite me

Cause I may be bad
But I’m perfectly good at it
Slush in the air
I don’t care
I will forget of it
Scorned by all
May break my soul
But dance and sing
Excite me

Pointant du doigt Morgan, les filles chantaient à l'unisson pendant qu'il effectuait seul des pas d'une danse sensuelle assez proche du hip hop malgré tout.
Na na na na
Come on
Come on
Come on

I like it
Like it

Come on
Come on
Come on

I like it
Like it

Come on
Come on
Come on

I like it
Like it

Come on
Come on
Come on

I like it
Like it
Chacune des filles prit un petit panneau sur lequel était inscrit : "M&M" qu'elles usaient en total accord avec leur rôle. La cheerio l'effleura, le lécha lentement alors que son acolyte le nettoya à la lingette en l'agitant par petits sursauts.
M…M…M
And

M…M…M
M…M…M
And

M…M…M
M…M…M
And

M…M…M
M…M…M
And

M…M…M

A la fin Morgan leva les deux bras marquant d'un V victorieux son premier passage sur scène et tout le bien qui en ressortait. Fier de lui, il fit un salto en arrière pour évacuer l'énergie qui pulsait en son sein et fila en coulisse. Là-bas, il poussa un cri de joie étant encore sous l'effet des hormones qu'il avait sécrété sur scène. Il embrassa sur la joue ses partenaires, les remerciant mille fois d'avoir participé à son grand saut. Fier de lui comme jamais, il n'y croyait pas. Il aurait même eu envie d'y retourner de suite. Il se moquait complètement de savoir si les spectateurs avaient aimé ou non. Il n'entendait rien du tout tellement son cerveau fumait de paillettes et de musique. La chanson résonnait encore dans sa tête tandis qu'il salua les filles qui partirent se changer. Seul devant son miroir, il ne bougea pas. Profitant pleinement des bienfaits de sa transformation. Il savait que ce plaisir ne serait que de courte durée, après il devrait affronter les autres. Cette pièce était son dernier rempart à présent. Plus de mensonge ou autre, juste quelques murs. Il songea l'instant d'une minute à s'emmurer ici, après l'expérience avec Mister R, il angoisserait moins à vivre séquestré que d'affronter les élèves du lycée. Il laissa courir le temps le plus longtemps qu'il le put jusqu'à ce que derrière lui un bruit se fit entendre.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. You may be bad but this time you'll be good at it Empty
MessageSujet: Re: 06. You may be bad but this time you'll be good at it   06. You may be bad but this time you'll be good at it EmptyMer 1 Juin - 21:55

Encore un jour ou un des Glee Club faisaient parler de lui. Déjà qu'au départ, il fallait supporter un club de loosers prêts à s'abaisser au seuil pauvre de l'humiliation pour pouvoir se sentir exister, et voici qu'un deuxième avait fait son apparition à McKinley. Les footballeurs se moquaient, pour la plupart de ces clubs de chorales, qui, selon David, contenaient les déchets scolaires de la société du lycée. Oui ça n'était pas toujours très claire, mais cela faisait déjà pas mal de vocabulaire employé pour un garçon comme David Karofski, qui, en somme, n'était pas réellement idiot, mais avait malgré tout des capacités limités. Il ne se donnait pas vraiment la peine d'augmenter ces dernières, ce qui faisait de lui le garçon peu intelligent et très brutal du lycée. Cela lui valait quelques moqueries,mais il demeurait principalement le bourreau plutôt que le persécuté, et il ferait toujours tout en sorte que cet ordre établi ne change pas.

Les footballeurs demeuraient les principaux tortionnaires des choristes qui, malgré l'image néfaste que cela donnait d'eux, poursuivaient leur ambition, complètement inutile selon Dave, de chanter et se produire devant les autres. Le lycée fourmillait de personnes qui se moquaient complètement de la voix spectaculaires ou des productions que l'on pouvait leur présenter. Ses personnes là, dont David faisait partie, savaient pertinemment que pousser la chansonnette au lycée ne les ferait pas devenir des célébrités, bien au contraire. Tout au mieux,ils deviendraient choristes dans un groupe de gospel à l'église, ou animatrices de soirées en tout genre. Rien de très glorifiant... Dave n'était pas un érudit, mais avait tout de même conscience de son statut social, et n'espérait rien de plus que ce que la vie lui proposerait. Même si les footballeurs faisaient partis de ceux qui torturaient le plus les chorales, il n'en demeurait pas moins qu'il s'agissait également de ceux là même qui convoitait secrètement le plus d'en faire partie...

Ca n'était pas du tout le cas du jeune Karofsky. Sa seule ambition actuelle, était de s'évertuer à cacher son angoisse, sa panique, et surtout, son abominable attirance qui le répugnait des autres, et des autres, mais également de sa propre personne. Le lycéen ne s'appréciait plus, mais n'était pas du genre à montrer son mal-être par des signaux d'alarme évident, comme la mode le préconisait : la scarification, la boulimie, tout ça, ça n'était pas pour lui. Renfermé comme une huître, David avait des pensées peu plaisantes au sujet de sa personne. Pis encore, il ne pouvait en parler à personne, et ce mal le détruisait à petit feu.

Ce jour là, qui était une journée plus froide que les autres en ce mois de février, l'équipe pédagogique avait réunie les lycéens dans l’amphithéâtre du lycée. Encore une démonstration pathétique et une perte de temps, qui privait David de quelques précieuses minutes sur le terrain de football, mais soit.

Le jeune homme déambulait, un peu comme un robot, dans la foule qui s'installait dans les gradins. En son for intérieur, le lycéen, qui ruminait des idées sombres sur son secret, songea qu'en fait, il n'était qu'un étudiant banal, qui ne se démarquait pas des autres, et que, les gens comme Kurt Hummel ou ceux qui faisaient partis des chorales ressortaient du lot dans lequel le système les avait plongé malgré eux. Pourquoi à chacune de ses pensées, il fallait qu'il y en ait une qui dévie sur Kurt ? Sans doute, qu'inconsciemment, David redoutait que la révélation qu'il avait faite malgré lui au chanteur ne soit divulguée, chose qui le pétrifiait d'avance.

Oui, en apparence, David Karofsky était quelqu'un de bien malgré sa brutalité habituelle, mais peu de personnes savaient qui il était réellement, et surtout que cette violence cachait quelque chose de bien plus profond et noir que ce qu'il voulait bien prétendre...

Le jeune homme, la mine renfrogné, les sourcils froncés, n'était toujours pas dans ses bonnes grâces ces temps ci, et il ne valait mieux pas venir le chatouiller de trop près. Se moquant du numéro qui commençait, le footballeur posa son coude sur l'appuie main, poussant violemment le bras de la personne qui y s'était accoudée, puis posa sa tête sur sa main, observant la scène avec ennuis.

Il fut cependant un peu plus intéressé lorsqu'il réalisa que les Awesome Voices étaient délibérément en train de se moquer des footballeurs. Le rouge lui monta aux joues, ça n'était vraiment pas le moment pour un club de chant de railler les joueurs de football. Le jeune homme tourna la tête, les traits du visage passablement énervés et profondément dégoûté, à la recherche des réactions des footballeurs. Beaucoup restaient bouche bée, certains avaient l'air agacé par cette mise en scène. Pour David, c'était un affront, et celui qui osait porter ce costume le regretterait amèrement.

Il observa alors un peu plus le show, écoutant les paroles reprises d'une chanson de Rihanna, "encore un peu de soupe populaire servie au menue", aurait dit Azimio. Il était très explicite que celui qui fredonnait les paroles au centre de la scène était un garçon, qui était attiré par la sagesse ou la tentation incarné par deux chanteuses. Plus les minutes s'écoulaient, plus le chanteur se faisait retirer des pièces de son équipement, mais il gardait soigneusement son casque. Malin... Dave était même persuadé que jamais personne ne saurait qui avait chanté, pour pouvoir garder l'anonymat, et ainsi échapper à toutes représailles. Même les paroles de la chanson avaient été modifié, précisant qu'il se moquait que le slushie soit dans les airs puisqu'il faisait ce qu'il aimait.

*Pas pour longtemps*
songea David.

Lorsqu'enfin le casque fut retiré, le jeune homme eut du mal à croire ce qu'il était en train de voir. Il faillit demander à sa voisine de le pincer, mais revint à lui, et plus furieux que jamais, se leva d'un bon, et sortit de l’amphithéâtre. Il fulminait de colère, ne comprenant pas pourquoi un autre joueur de football c'était laissé tenté par la chorale. C'était la folie Finn Hudson?! Pourtant ça lui avait bien desservi... Cependant, ça n'avait pas été un assez bon exemple pour Morgan Moore.

S'il y avait une chose que David détestait par dessus tout, c'était la trahison, quelle qu'elle soit, il ne pouvait la tolérer. Il fit alors le tour,s'autorisant un petit détour près d'un certain distributeur puis poussa la porte qui menait aux coulisses de l'amphithéâtre ainsi que sur la scène. Il pouvait entendre des applaudissements et des cris. Comment pouvaient-ils encourager ainsi un tel acte de fourberie?!

Les yeux exorbités, les lèvres pincées et les joues rouges, David n'eut pas longtemps à chercher la pièce ou s'était caché Morgan. Ce dernier était assis face à son miroir, comme les bonnes femmes, ce qui excita un peu plus David dans sa haine. Ne se préoccupant pas des présences des autres personnes qui arrivaient sans doute pour féliciter ce félon, David déboula dans la loge,

"Alors, t'es fier de toi?! Tu trahis l'équipe de foot comme ça, et tu croyais que t'allais t'en tirer aussi facilement?!"


Il mima, raillant la prestation de son coéquipier,

"Slush in the air , i don't care?!!"


Il esquissa un sourire, puis lui présenta le gobelet rempli de slushie rouge, et le lui balança de toute ses force, comme s'il lui vomissait à la figure toutes les insanités qu'il pensait de lui,

"Bah régale toi, puisque tu t'en fous, tu vas avoir droit à ta dose quotidienne de glace, pas de soucis mec!"

Il le regarda, des revolvers dans le regard,

"C'est pour cette équipe de tarlouze que t'es parti??!!! L'autre équipe de foot s'était du bidon en fait??, On avait déjà assez de ces fiottes d'Hudson et d'Evans que tu t'y mets aussi... Tu cherches quoi, à te ridiculiser par tous les moyens?!!!

Plus David s'emportait, plus son ton allait crescendo, et son indignation était telle que sa fureur et sa rancoeur se lisait sur lui comme dans un livre ouvert.



Revenir en haut Aller en bas
Bryan Ryan
Bryan Ryan
Age : 34 ans
Occupation : Directeur des Awesome Voices
Humeur : Conquérante
Statut : Célibataire
Etoiles : 6185

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Cee Lo - Forget You
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. You may be bad but this time you'll be good at it Empty
MessageSujet: Re: 06. You may be bad but this time you'll be good at it   06. You may be bad but this time you'll be good at it EmptyVen 3 Juin - 20:07

Depuis que Bryan avait enfermé Morgan dans la salle de répétition des Awesome Voices, il n'avait plus vraiment eu de nouvelle. Depuis deux semaines, tout en sachant que son élève allait être l'artiste principal d'un court show de promotion à McKinley, il faisait tout son possible pour éviter d'aborder le sujet. Dès le lendemain de l'incident, lors du cours habituel de la chorale, ils avaient fait comme si rien ne s'était passé, jouant, comme si toute cette histoire devait rester privée.
Au fond, Bryan s'inquiétait un peu, car même si la petite démonstration à laquelle il avait eu le droit l'avait convaincu et annonçait les choses sous de bons auspices, il doutait que son élève aille jusqu'au bout de l'entreprise, au regard notamment des complexes qu'il avait vis à vis de son appartenance aux Awesome Voices.

Le jour J, le jeune professeur s'était montré stressé toute la journée. Non pas seulement qu'il avait peur d'un fiasco, mais aussi parce qu'il avait peur de l'image dont pâtirait sa chorale si jamais ledit fiasco avait eu lieu. Il était resté au lycée toute la journée, bouquinant un roman peu passionnant histoire de faire avancer les aiguilles de l'horloge plus vite, mais sans jamais se défaire de la tête, l'image de l’humiliation qu'il subirait si son protégé échouait. Will Schuester et ses New Directions seraient par ailleurs certainement là, et ils seraient aussi les premiers à rire.
A 19heures, il se rendit à l'amphithéâtre où devait avoir lieu le mini spectacle et se plaça au deuxième rang, de telle manière à ce qu'il soit sûr d'être vu par tous ceux qui fouleraient la scène. Très vite, les lieux s'étaient remplis, et au final, certaines personnes avaient même du rester debout en raison du monde : il fallait avouer que McKinley jouait sa réputation ce soir, puisque le but du show était de faire la promotion du lycée. Figgins serait surpris de voir ce que lui avait été cocoté pour la soirée...

La lumière s’éteignit soudain. Sur scène, la musique se mit en route, et Morgan apparut.
Bryan laissa exprimer son soulagement en poussant un soupir qui en disait long : son élève ne lui avait pas fait faux bond, et mieux encore, il avait réussi à convaincre deux autres choristes de l'accompagner.
Agréablement surpris, Bryan apprécié la performance à sa juste valeur, saluant par des rires sincèrement exprimés les changements opérés sur les paroles.
Et lorsque le morceau prit fin, il fut le premier à se lever et chaudement applaudir. Il était heureux et fier.
Dans l'assemblée, les réactions semblaient plutôt mitigées même si dans l'ensemble, les parents et les élèves semblaient avoir apprécié, l'amour du sexe violent ayant été transformé en l'amour de la chanson avait sans doute aidé les plus âgés à ne pas s'offusquer.

Bryan quitta alors rapidement les tribunes, et passa par la scène pour aller rejoindre Morgan dans les coulisses afin de le féliciter. Mais lorsqu'il arriva sur place, il découvrit David Karosfki, qui lui n'était pas venu pour les mêmes raisons. Un gobelet de slushy à la main, il déversa sans haine tout le contenu de glace pilée en plein sur le visage du jeune choriste.
Bien que le professeur avait l'habitude d'assister à ce genre de scène, celle-ci eut le don de le mettre particulièrement en rogne. Il s'avança le pas déterminé, puis sans réfléchir, donna une énorme gifle au footballer comme un père furieux contre son enfant et comme si finalement, cet énième jet de slushy avait été celui de trop.

"Tu te prends pour qui sale morveux? Est-ce que tu pourrais avoir au moins un peu de respect pour ce jeune homme qui a eu le courage de dévoiler aux yeux de tous ce qu'il aime réellement, ce qu'il est réellement? Faire ce que Morgan a fait, je suis persuadé que tu ne pourrais jamais le réaliser ; c'est un peu comme se mettre à nu, faire son coming out! Tu peux vraiment pas comprendre hein, avec ton QI de moule c'est déjà suffisamment difficile de se concentrer pour marcher droit. Mais je te préviens, ne t'avise plus jamais de le slushier, et d'ailleurs, ne t'avise plus jamais de toucher à un seul de mes élèves!"

Déverser son venin lui avait automatiquement fait du bien. De fait, aussi rapidement qu'était venue la colère, elle se dissipa lorsque Bryan termina de cracher ses menaces. Il n'avait jamais apprécié ce gros lard de Karovski et n'hésiterait certainement pas à aller plus loin dans les représailles, si ce dernier tentait à nouveau de manifester sa bêtise. Se tournant vers Morgan, son visage se décrispa pour laisser découvrir un sourire bienveillant.

"Félicitations à toi, j'ai vraiment savouré le spectacle de a à z. Je ne regrette absolument pas une seconde de t'avoir dans ma chorale!"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. You may be bad but this time you'll be good at it Empty
MessageSujet: Re: 06. You may be bad but this time you'll be good at it   06. You may be bad but this time you'll be good at it EmptyDim 5 Juin - 22:56

Assise dans les rangs de l'amphithéâtre du lycée, et en première ligne s'il vous plaît, Joyce s'ennuyait. Royalement. Elle ne comprenait pas ce qui se passait aujourd'hui, ni pourquoi est-ce que le coach avait arrêté l'entraînement plus tôt que d'habitude, ni même pourquoi est-ce qu'elle avait exigé que certaines d'entres elles refassent leur queue de cheval ou encore lissent les pans de leur jupes. Oui, Sue Sylvester était une maniaque lorsqu'il s'agissait de son armée personnelle. Et oui elle les voyait définitivement comme des soldats à ses ordres qui devaient gagner son respect à la sueur de leur front … Mais Joyce n'avait absolument rien à se reprocher, elle avait compris depuis longtemps comment fonctionnait le monde rouge et blanc du coach et de quelle manière passer inaperçue ou marquer des bons points. Et c'était précisément ce que la jeune fille désirait faire : marquer des bon points. Les jambes croisées, son slushy à la main, elle attendait qu'il se passe quelque chose … N'importe quoi pourvu qu'elle ne soit pas obligée de subir une seconde de plus les conversations des cheerios à sa droite, ou comment faire en sorte de faire paraître vos seins beaucoup plus gros. Et ce, même par dessus l'uniforme. Quelle bande d'idiotes d'écervelées … Elles n'étaient pas toutes comme cela, fort heureusement, de temps en temps il y avait des exceptions, et puis il y avait Joyce.

Joyce qui aurait bien voulu qu'un choriste passe devant elle, histoire qu'elle lui balance son slushy à la figure. Il lui restait tout de même la liste de la cheerio modèle à terminer, et ce n'était très certainement pas en restant assise que les choses allaient se faire d'elles-mêmes. Heureusement, comme si quelqu'un avait entendu ses prières, de l'agitation se fit ressentir et, sous le regard plus qu'interrogateur de la jeune fille, les rideaux de la scène furent tirés. Et … Joyce ferma les yeux et jura entre ses dents. Non mais sérieusement … C'était pour une stupide représentation d'un looser que leur entraînement avait été interrompu ? C'était à cause d'une telle bêtise que la jeune fille n'avait pas pu rentrer chez elle plus tôt ? Bon, okay, Joyce devait l'admettre : la chanson lui plaisait beaucoup et la prestation était plutôt … Non, se dit la jeune fille, pas de pitié pour ses loosers, juste des slushys et des regards dédaigneux. Parce que c'était tout ce qu'ils méritaient, parce que c'était les règles. Et surtout, parce qu'on venait de lui fournir une excellente raison d'utiliser son slushy. Comme quoi la glace pilée pouvait se révéler plus qu'utile parfois. Joyce se cala bien au fond de son siège, un sourire mauvais sur les lèvres, admirant la performance des choristes dont elle ne connaissait pas le nom. Ou elle l'avait oublié. Tout ce qui comptait dans le fond, c'était la mine déconfite de ses idiots lorsqu'ils étaient recouverts de glace pilée, c'était tout.

Un murmure se faisait ressentir parmi les rangs des cheerios et des footballeurs, apparemment, il y avait quelque chose qui échappait à Joyce. Elle poussa un autre soupir, beaucoup trop fatiguée pour demander des informations. Un slushy était un slushy et peut importe le nom de la victime, du moment que quelqu'un se sentait d'humeur un peu trop joyeuse pour jouer la chansonnette, il fallait frapper le plus rapidement possible. La brune regarda les autres cheerios applaudirent, ces dernières s'arrêtèrent une fois le regard noir du coach sur elle. Cette dernière ordonna rapidement à son escouade de reprendre le chemin du gymnase, l'entraînement n'était pas terminé mais la récréation si. Joyce attendit que toutes les cheerios soient sorties de l'amphithéâtre avant de se diriger vers les coulisses de la scène, son slushy en main. Histoire de féliciter le courageux jeune homme pour sa brillante performance. Qu'elle avait plus qu'appréciée en admirant ses ongles … Mais ça ce n'était qu'un détail. Et le sourire que Joyce avait sur les lèvres ne put que s'agrandir, lorsqu'elle se rendit compte qu'elle arrivait au beau milieu d'une conversation. Et quelle conversation …

Le choriste était déjà recouvert de glace pilée et ce, grâce à David. Cela n'étonna pas Joyce qu'ils aient eu la même idée, ils étaient d'ailleurs amis à cause de cela. Ce qui surprit la jeune fille en revanche fut la réaction du professeur qui se trouvait là, qui ne se gêna pas pour gifler David. Ouch … ça devenait juste trop beau pour que Joyce se retienne une seconde de plus."Désolée d'interrompre cette charmante petite réunion, mais j'aimerais éclaircir un point. Si on ne doit plus s'en prendre à vos élèves … Alors on doit s'en prendre directement à vous ?" La jeune fille parlait tout en s'avançant vers les trois hommes, son gobelet dans une main et un sourire des plus innocents sur le visage. Et, Joyce se trouvait au côté de David lorsqu'elle posa sa dernière question. Sans attendre une quelconque réponse du professeur, qu'elle reconnaissait à présent car Sue avait prit pour habitude de jouer aux fléchettes avec son portait, la jeune fille lui lança son slushy à la figure. "Oups … Le verre m'a échappé des mains. Désolée …" Joyce laissa retomber le gobelet en plastique par terre, se mordant la lèvre inférieure. Elle regretterait son geste plus tard. Beaucoup plus tard car maintenant, elle s'amusait trop. "Mais en même temps … J'aurais juré vous avoir vu frapper David. Il n'y a pas un paragraphe dans le règlement du lycée à propos des profs qui ne doivent pas lever la main sur leur élèves ou un truc du genre ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. You may be bad but this time you'll be good at it Empty
MessageSujet: Re: 06. You may be bad but this time you'll be good at it   06. You may be bad but this time you'll be good at it EmptyMer 8 Juin - 9:29

La vie pouvait jouer des tours mais quand c'était à ce point prévisible, ça en devenait presque risible. Entendant un bruit derrière lui, Morgan compris que son ultime rempart avait été violé et qu'à présent il n'était qu'un otage à la solde de son bourreau. Quand ses yeux se posèrent sur David, il fit une mine de stupeur. Le Titan en personne était face à lui et il n'avait pas l'air satisfait. Le discours de ce dernier confirma ce que son visage affichait. Quand il reprit quelques mots du refrain, Morgan ne comprenait plus mais il finit malgré tout par être arrosé. La sensation de froid le figea sur place avec une expression faciale explicite. Peu surpris par l'acte en lui-même mais plus par le contact avec le liquide visqueux, il secoua ses mains et sa tête pour dégager le maximum de glace. Tandis que Karovski rajoutait de l'huile sur son feu d'amertume envers Morgan, ce dernier attendit que le Colosse ait fini.
Son naturel doux et gentil laissa place à une personne froide voir sèche qui derrière son armure revendiquait sa nouvelle vie. S'il n'y avait pas eu le footeux, Morgan se serait mis à pleurer mais là d'autant plus il se le refuserait. Sa colère fut donc évacuée par des propos dits sans demi-mesure ou retenue.

"Merci D! Maintenant je suis d'autant plus fier d'avoir franchi le pas. J'ai pas besoin de toi ou des autres pour me dire qui je suis. Je sais avec qui je couche donc tes insultes homophobes me passent au dessus de la tête. Par contre pense à varier les parfums de slushy parce que sinon à un moment ça va devenir relou."

D'un geste de la main il balaya une partie de la glace pilées qui coulaient sur son torse nu, tendu à cause de la fraîcheur en contact avec la peau.

"J'me doutais bien que tu comprendrais rien. Vivre sa vie, celle que l'on veut et pas celle que les autres veulent pour toi. Tu ne peux même pas imaginer le bonheur que je ressens à présent et même après ton geste humiliant. Mais…"

Il fut coupé par Mister R qui tel un chevalier sauvant sa princesse vint lyncher en place publique le lycéen lanceur de glace pilée. Les propos martelants de l'enseignant faisaient plaisir à Morgan alors qu'au naturel il aurait pris la défense de son ami. Car David était l'ami de Morgan, peut l'un des rares que Karovski avait en ces lieux voir sur Terre. Mais à cet instant, plus question d'amitié… Mister R allait tellement loin qu'il parlait de coming out, ce à quoi Moore fit les gros yeux. A croire que chanter devant un public faisait de vous un gay s'assumant. Tout en laissant poursuivre l'adulte énervé, le gleek secouait frénétiquement la tête de gauche à droite en guise de : "Non je ne suis pas gay". Puis le blond se tourna vers lui pour faire des compliments à son choriste. Chose que Morgan n'avait jamais entendu en cinq mois de pratique vocale avec son professeur.

"Euh…Merci…"

Il ne savait pas quoi dire d'autre. En général, ils s'envoyaient des piques mutuellement mais là il était coupé dans les plus profonds sous-bassements de son éloquence. Alors qu'il s'apprêtait à se tourner vers David pour éclaircir la situation, une invitée crut bon de pointer à son tour le bout de son nez. Il s'agissait de Joyce, la bitch du campus. Merde pensa Moore qui devrait affronter à son tour une cheerio inflammable. Mais à sa plus grande stupeur, ce fut Mister R qui écuma des affres de la peste. Partagé entre fou rire et consternation, Morgan resta quelques secondes à regarder la situation. Il n'arrivait pas à croire ce qu'il se passait. Est-ce qu'à présent une autre personne allait rentrer pour défendre les arroser et qu'une cinquième viendrait l'asperger? Une seconde il pensa à l'arrivée de la Sylvester et préféra largement rester à quatre que faire entrer Satan dans cette salle.

Alors que sur son torse "I AM WHAT I AM" était toujours écrit en noir sous une couche translucide de slushy Morgan Moore péta un boulon. Comme si une veine dans son cerveau avait lâchée et qu'il était en mode Berserk. Voir son mentor réduit à l'humiliation et accusé de maltraitance alors qu'il défendait son poulain en était trop pour lui. Fixant Joyce, il embraya :

"Hey Faty! Arrête de dire des conneries et va boire tes sachets pour perdre la graisse que t'as dans les yeux parce que moi j'ai rien vu!"

Violent certes mais toujours dans l'optique de la libération personnelle qu'il s'était programmée. Son mensonge était conscient et assumé, il en avait dit tellement qu'un de plus ne serait pas un crime. Surtout que pour une fois ses mensonges protégeaient les intérêts d'un autre que lui. Tournant sa tête vers David, il poursuivit :

"J'pensais qu'au fond t'étais moins con D et que tu pourrais comprendre ce que vivre sa vie voulait dire. J'me suis trompé sur toi. Finalement t'es comme tout le monde te définit. Un Néandertalien croisé avec un veau qui croit régner sur le lycée. Mais tu te trompes D, personne ne te respecte, on te craint tous. Mais ça ne durera pas éternellement et tu vas te retrouver seul. Et tous ceux que tu auras martyrisés auront réussi leur vie. Tu ne pourras jamais ressentir les bienfaits de cette libération."

Prenant une profonde respiration pour lancer son discours prochain, il avait besoin d'un élan avant de dire les mots qu'il allait prononcer.

"Je te pensais mon ami mais au final je me rends compte que je n'ai jamais été moi quand tu étais là. Donc oublie tout ce que l'on a vécu parce que rester avec des gens creux qui n'ont pas les couilles de s'affirmer ne m'intéresse plus. Si un jour t'as le courage de te libérer et d'arrêter de jouer au gros connard, tu pourras venir me voir."

Basculant vers Joyce, il enchaîna :

"Et toi t'as aucune face. Avec tout ce que tu as du vivre, agir ainsi… Mais sérieux arrête de maigrir du cerveau…"

Sa hargne ne lui permettait pas de se rendre compte de ce qu'il disait réellement et surtout à qui. Sans doute qu'avec une dose d'adrénaline en moins, il l'aurait fermé. Mais là c'était plus fort. Comme s'il criait au monde entier sa joie d'être lui. Comme s'il voulait qu'Allan du haut de son Paradis l'entende être heureux d'être lui. Ce faisant, il pencha la tête vers Mister R.

"Vous avez prévenu non? Tout ce qui m'arriverait à partir d'aujourd'hui vous arriverez."

Une touche d'humour qui fit retomber la pression du garçon. Il commençait à vraiment trouver en Mister R une personne de confiance qui voulait depuis le début aider Morgan. Ce qu'aurait du faire un père en guidant son fils dans sa voie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. You may be bad but this time you'll be good at it Empty
MessageSujet: Re: 06. You may be bad but this time you'll be good at it   06. You may be bad but this time you'll be good at it EmptyJeu 16 Juin - 17:33

David pouvait sentir que son propre sang était devenu bouillant, aussi chaud que de la lave en fusion. En tout cas... c'était l'impression qu'il avait. Ses nerfs étaient tous tendus, et il ne cessait de se dire que finalement, la fatigue avait eu raison de lui, et que ce à quoi il avait assisté dans l'amphithéâtre n'était, en fait, qu'un pur produit de son imagination limitée. Pire encore que le fait de voir Morgan dans une production ridicule, mettant en scène un équipement de footballeur, pire que de constater qu'il avait vraiment pris conscience de ce qu'il avait fait en enlevant au fur et à mesure son costume de footballeur pour se relever en tant que chanteur, la trahison toute simple de son ami était insupportable.

Le jeune homme pouvait compter ceux qu'il affectionnait et qui l'appréciaient sur les doigts de la main. Rares étaient ceux qui pouvaient voir la vraie valeur de David Karofsky, celle que lui même ignorait d'ailleurs, son estime de soi étant, contrairement à l'idée que le lycée se faisait, au plus bas qui pouvait exister.
Morgan Moore faisait partit de ceux avec qui Dave pouvait se sentir bien, libéré, sans réellement de contraintes, si ce n'est cacher sa vraie nature. Face à lui, ça n'était d'ailleurs, pas toujours évident, mais, étrangement, ça ne le dérangeait pas. Karofsky avait toujours particulièrement affectionné Morgan, plus encore qu'il ne voulait l'avouer. Effectivement, le coeur du footballeur avait toujours battu horriblement plus fort lorsqu'il croisait le regard de son "ami" qui entrait sur le terrain ou dans les couloirs. La trahison n'en était que plus difficile à accepter et repoussante au yeux du lycéen.

Après avoir hurlé le fond de ses pensées à son ancien partenaire, ainsi qu'envoyer, avec toute la haine dont il était pourvu, la boisson sur son visage, Dave sentit comme une étrange sensation glisser hors de lui, comme un liquide glacial, qui en vous quittant vous cause bien plus de tort qu'en s'installant. Un de ces sentiments qui vous fait vous sentir plus mal encore que lorsque vous n'aviez encore pas ouvert la bouche.

Il regardait Morgan avec une sorte de colère rejointe désormais par la tristesse. Il ne s'attendait cependant pas à ce qui allait suivre. Bryan Ryan, le coach des Awesome Voices entra à son tour dans la loge de l'artiste, et, d'un pas déterminé, les yeux presque exorbités, il gifla le footballeur, qui écarquilla les yeux, ne réalisant pas immédiatement ce qui se produisait. Pour lui, analyser les évènements, réfléchir avant d'agir ou de parler, tout ça ne lui correspondait pas, cependant, il savait parfaitement que le geste que venait d'avoir le professeur envers lui était prohibé au sein d'une enceinte scolaire.

Le professeur lui déblatéra des leçons de moral dont Dave ne fit pas de cas, il ne quittait plus des yeux le professeur, le tuant du regard, tremblant de toute part. Son corps devint plus fébrile encore lorsque Monsieur Ryan fit allusion au fait de faire son coming out. Ce fut la les seuls mots qui atteignirent le jeune homme, le reste n'ayant que trop peu d'importance. Les menaces encore moins, étant donné qu'il en distribuait tout au long de ses journées aux autres. Se retenant pour ne pas sauter à la gorge du professeur présomptueux, David sentit tout d'un coup que les évènements n'allaient plus être maîtrisables, tout simplement car lui même était dans une fureur telle qu'il n'arrivait plus à réfléchir.

La froideur et le silence qu'il renvoyait aux autres ne définissait pas ce qui se produisait actuellement dans la tête et le corps du jeune homme, qui avait rougi d'une façon remarquable. David était perdu, mais d'une manière extrèmement dangereuse pour lui ainsi que pour les autres, car, n'ayant jamais été dans un tel état de nerfs, il ne se contrôlait plus. Plus de pensées, plus de honte vis à vis de lui. Seulement une haine indéfinissable envers le professeur qui l'avait diminué face à celui pour qui il en pinçait, et une fureur incroyable envers celui en qui il avait une telle confiance. Le mélange allait très certainement être explosif.

Il ne prêta pas vraiment attention à l'entrée fracassante de Joyce, pompom Girls sarcastique et ironique que David affectionnait et avec qui il rigolait bien de temps à autres. Il tourna les yeux vers la jeune femme pour s'assurer que le slushie que venait de recevoir Mr Ryan venait bien de sa main. Il voulut lui faire passer sa reconnaissance, mais la colère était trop vive, et il ne pouvait se contrôler. Il était d'ailleurs étrange, ou plutôt inquiétant, qu'il n'ait pas encore eut de réactions. Il entendit d'une oreille distraite, comme un écho, une voix lointaine en somme, faire remarquer au professeur que frapper les élèves étaient un geste inconsidéré et totalement interdit. David se moquait lui même des règles établies, et ce professeur allait vite comprendre qu'il venait de perturber au plus haut point le jeune homme.

Après tout, David était déjà en perdition depuis quelques temps... Il n'en faut pas plus à certains pour devenir des assassins et tuer tout un lycée. Ce genre de comportements est mauvais et malsain, mais, plus encore pour David, qui, refermé comme une huître, gardait tout pour lui. La claque mais plus encore, Le terme employé avait eu un effet foudroyant sur David qui, le lendemain matin, ne se rappellerait plus de rien tant son cerveau était déconnecté.

Les mots de Morgan vinrent alors percuter de plein fouet David, qui, immobile, n'avait pas bougé d'un pouce, et avait simplement tourné sa tête vers son interlocuteur. Ses paroles lui firent tant de mal, le meurtrirent tant et si bien, que, sans pouvoir se maitriser, ses yeux s'embuèrent, et il pris alors conscience de son état. Il ne comptait, en revanche pas en rester là, devant celui qui l'avait ridiculisé par le geste, et l'autre par les mots, l'autre qui lui brisait un peu plus son coeur.

Il ne pouvait rien dire, rien ajouter, mais ses yeux injectés de sang tant la haine était profonde réfléchissait bien son état d'esprit. Son corps se remit à trembler, plus encore, et, le visage pincé, refermé et colérique, il retourna brusquement la tête vers Mr Ryan. Il ne prit pas la peine de réfléchir, à un moment donné, ça ne servait plus à rien. L'un après l'autre, ils allaient regretté de l'avoir jugé sans chercher à comprendre le pourquoi du comment, de l'avoir catalogué sans capter les signaux d'alarme, bien maladroits qu'il voulait faire passer au reste du monde, sans ne rien avoir à avouer.

Les mots de Morgan, eux, il les avait entendu. les phrases l'avaient percuté de pleins fouet, et résonnaient, en boucle, dans sa tête. Les insultes, le dégout, et la violence dont Morgan avait fait preuve avait plus que jamais blessé David dans son amour propre, et l'avait descendu un peu plus bas encore, si tant est que cela était possible.

Sans annoncer quoique ce soit, David envoya de toute ses forces, son poing au visage du professeur qui l'avait giflé. Une fois cet acte commis, son corps trembla encore plus, et tel qu'il était, il ne reconnaissait plus personne. Comme un fou, Il se jeta sur le professeur, hurlant,

"QUEL COMING-OUT???!!!!!!!!!!!!"

Il se releva rapidement, et se tourna, tel un fou incontrôlable vers Morgan, une larme perlant au bord des yeux sans qu'il ne puisse la retenir.

Il fit un pas vers lui, prêt à lui arracher les yeux pour le mal que Morgan Moore venait de lui faire. C'était un mal atroce, qui le transperçait de part en part, et dont il ignorait l'étendue sur lui.

HJ désolé du retard :s
Revenir en haut Aller en bas
Bryan Ryan
Bryan Ryan
Age : 34 ans
Occupation : Directeur des Awesome Voices
Humeur : Conquérante
Statut : Célibataire
Etoiles : 6185

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Cee Lo - Forget You
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. You may be bad but this time you'll be good at it Empty
MessageSujet: Re: 06. You may be bad but this time you'll be good at it   06. You may be bad but this time you'll be good at it EmptyMar 21 Juin - 1:13

Peu à peu, le brouhaha de la foule venue apprécier le spectacle se dissipa, ramenant le silence dans l'amphithéâtre ainsi que ses coulisses. Les trois individus étaient désormais seuls, et même si Bryan tournait ostensiblement le dos à David afin de lui signifier toute l'importance qu'il lui accordait, il ne l'oubliait pas, et se préparait intérieurement à des représailles.
Quoi qu'il en soit, la fierté qu'il éprouvait à l'encontre de Morgan dépassait à cet instant tout sentiment de colère en lui : avoir vu son élève se dépasser sur scène était une récompense qui ne pouvait lui faire plus plaisir, et qui à ses yeux, constituait une victoire aussi éclatante que celle remportée aux Sectionnals.
Il se fendit d'un sourire quasi paternel, ne s’apercevant même pas que son interlocuteur n'avait pas l'air si réceptif aux compliments qui lui étaient adressés, certainement pas habitué à ce que d'ordinaire, on lui délivre de telles attentions.

Avant même que Bryan ne puisse ajouter quoi que ce soit, ni même se retourner, une voix féminine se fit entendre. il tourna furtivement la tête afin de découvrir Joyce Allen, un des petits soldats de Sue Sylvester qui, après avoir fondu au soleil s'était mis dans la tête qu'il était désormais son tour de jouer aux bourreaux avec la plupart des élèves du lycée.
Il laissa alors échapper un soupir, car une chose était sûre : cette nouvelle arrivée, aussi surprenante et agaçante qu'elle pouvait l'être, ne présageait rien de bon.
Et malheureusement, son instinct ne lui faisait pas souvent défaut. Tandis qu'il comprenait à peine où voulait en venir la cheerleader, le jeune professeur sentit un jet de glace percuter son visage. Bouche bée, le trait figé, il demeura immobile un instant, cherchant à comprendre ce qui était en train de lui arriver pendant qu'un jus aux couleurs rosées et au parfum écoeurant de la fraise coulait le long de ses joues, terminant sa course aux creux de son cou.

D'un mot, il jura, tout en en portant ses mains à ses yeux afin de libérer ses derniers de la souillure qui l'empêchait de voir. Une fois les yeux ouverts, il pouvait aisément voir la mine à la fois satisfaite et insupportablement sournoise de Joyce.
A ce moment, tout s'accéléra dans sa tête : tout d'abord, il devait absolument trouver une manière de réagir dignement à cette humiliation. C'était bien la première fois qu'il se faisait slushier, et jamais il ne pensait qu'un jour cela arriverait, au vu de la crainte qu'il avait toujours inspirée auprès des élèves. Mais surtout, il devait trouver un moyen de se venger dans l'immédiat. En effet, tous ceux qui en avaient subi les conséquences le savaient désormais : on ne s'attaque pas à Bryan Ryan sans en payer le prix.

Aussi en regardant autour de lui, il aperçut posée sur la table à maquillage, une petite assiette dans laquelle étaient disposés des cupcakes accompagnés d'un petit mot signé par Lucy Jenkins : "bon courage Morgan, et n'oublie pas que tu ne pourras les manger que si tu réussis ton pari".
Sans attendre, le directeur des Awesome Voices saisit un des gâteaux d'une main, attrappant la cheerleader par le cou de l'autre main. Et avec la violence d'un homme contrarié, il éclata le cupcake sur la bouche restée fermée de sa "victime", comme pour lui faire manger de force. Le regard presque malsain, il accompagna le geste de paroles inaudibles, qu'on pouvait néanmoins facilement caractériser d'insultes.

" Je veux bien boire, mais seulement si tu manges. Prends ça en souvenir du bon vieux temps, espèce de grosse vache!"

Tout le monde le savait à McKinley High, que Joyce Allen fut autrefois obèse. Après tout, cela ne faisait pas si longtemps qu'elle était connue comme étant "la grosse", et quelques mois de cure n'avaient en rien changé la perception de Bryan à l'égard de la demoiselle qu'il avait encore du mal à percevoir comme une jolie pompom sportive et saine. Il savait en outre très bien que cette histoire particulière cachait très probablement des douleurs psychologiques, et il était là bien décidé à jouer dessus. On dit bien qu'il faut appuyer où ça fait mal.

Obnubilé par le sluhy qu'il venait de se recevoir en pleine face, et trop occupé à essayer de s'essuyer et se venger, il en avait oublié David Karofsky et n'avait pas vu que pendant tout ce temps, ce dernier bouillonnait de rage. Lorsqu'il s'en rendit compte, ce fut en quelque sorte trop tard.
Comme si aujourd'hui le ciel ne voulait pas le laisser respirer , l'adolescent lui sauta au cou, et sous son poids, les deux hommes tombèrent à terre. En un instant, Bryan s'était retrouvé au sol, un footballer de plus de cent kilos prêt à le frapper au dessus de lui.
D'abord confus, il chercha ensuite aussitôt à comprendre d'où pouvait venir cette réaction si violente : si elle avait un quelconque lien avec le cupcake et Joyce, autant dire qu'elle c'était plutôt démesuré.

Mais les paroles de Karofsky l'avaient trahi. Evoquer un "coming out" qui n'avait fait office que de détail dans l'échange permettait à n'importe quel imbécile de tout comprendre à la situation. Malgré tout, le jeune professeur mit un peu de temps à tout saisir, car tout s'embrouillait dans sa tête : son esprit était encore resté sur l'affaire du slushy; par ailleurs il avait du mal à croire qu'un colosse aussi rustre et sauvage que David Kaorsfky puisse être homosexuel, mais surtout, ainsi placé dans une domination de faiblesse , il avait peur. Bryan Ryan avait peur.
Dans cette situation où il était à la merci de son agresseur beaucoup plus fort que lui physiquement, il craignait avant d'être frappé, et à la lumière de cette haine démesurée dont faisait preuve le footballer, pouvait-on réellement faire preuve d'optimisme?

Dans ces conditions, il lui était difficile de penser. A nouveau, il se devait de trouver la meilleure manière de réagir. Cependant, comme tétanisé par l'effroi, il ne trouva pas, restant figé et essayant tant bien que mal de masquer sa crainte. Pour s'aider, il ferma les yeux quelques secondes, échappant un instant à la vue du visage hideux, voire même monstrueux de l'individu qu'il avait en face de lui.
C'était bien la première fois qu'il se trouvait dans un tel pétrin : humilié, souillé, menacé, c'était trop d'offenses en même temps à gérer, et son cerveau ne parvenait pas à faire le tri pour trouver la solution la plus efficace. Finalement, au bout de quelques longues secondes de silence, Bryan daigna ouvrir la bouche, crachant du bout des lèvres des murmures témoignant à la fois de son dégoût et de sa haine.

" Alors comme ça on est homosexuel hein. Dis moi ce que ça fait de se sentir différent des autres. Tu as honte? Tout comme Morgan avait honte d'assumer sa passion pour le chant? Tout comme Joyce avait honte de son corps? Eh bien j'ai une mauvaise nouvelle pour toi mon gars : contrairement à eux deux, toi, tu es condamné à vivre avec et rien ne pourra y changer. Tu veux me frapper? Vas-y, frappe moi si tu es un homme, frappe moi, petite tapette!"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. You may be bad but this time you'll be good at it Empty
MessageSujet: Re: 06. You may be bad but this time you'll be good at it   06. You may be bad but this time you'll be good at it EmptyDim 26 Juin - 12:51

Pourquoi est-ce que Joyce se retrouvait toujours dans des situations farfelues où elle risquait de se mettre à dos pas mal de monde ? C'était une question très intéressante que la brune avait arrêté de se poser il y a bien longtemps. Peut être que dans le fond, elle savait très bien que malgré tous les efforts qu'elle ferait, on ne la verrait jamais comme une fille normale. Et peut être même que revenir à Lima était une mauvaise idée, la jeune fille aurait sûrement dû recommencer sa vie ailleurs, tout reprendre à zéro et quitter le lycée sans rancoeur. Mais ce n'était pas le cas … Et de la rancoeur, Joyce en avait beaucoup. C'était d'ailleurs ça qui l'aidait à se lever le matin, ça et la sensation très agréable de passer l'uniforme rouge et blanc du lycée. Et c'était avec ce même sentiment de supériorité, qu'elle s'était sentie obligée d'intervenir dans la conversation des trois hommes à savoir Dave, Morgan et Bryan Ryan. Et elle s'en était prise directement à ce dernier, sans vraiment penser aux conséquences. Sauf que lorsque l'on s'appelait Joyce et qu'on avait pas lancé du slushy depuis environ une semaine, on ne pensait pas vraiment aux conséquences. Une belle erreur de la part de la jeune fille car Bryan ne semblait pas aussi permissif que ses élèves. Pas du tout même … A sa plus grande surprise, car elle s'attendait vraiment à ce qu'il ne fasse rien, un Bryan plus qu'énervé lui asséna à la figure un … Un cupcake vraiment ? Joyce aurait dû être vexée et vouloir s'en prendre physiquement à lui en retour mais le professeur l'avait tellement prise de court qu'elle en rigola, ignorant au passage les remarques plus que désobligeantes de Morgan.

Mais le rire de Joyce passa bien inaperçu, surtout que David ne savait pas aussi bien se maitriser. Joyce arrêta de rire quand il se jeta sur Bryan … Elle se mordit la lèvre inférieure, regrettant de ne pas avoir son téléphone portable avec elle … D'un autre côté, c'était tout de même mieux que rien ne sorte d'ici. Surtout pas avec les déclarations de Dave et ce que venait de dire Bryan. David Karovski gay ? Pour le coup, la brune ne l'avait pas vu venir celle là. Cependant, il ne fallait pas que la situation dégénère, surtout pas sinon le footballeur risquait gros. Très gros même. La jeune fille jura intérieurement, se disant qu'il fallait qu'elle ait une conversation avec le footballeur, avant de prendre la parole. "C'est tout ce que vous pouvez faire vraiment ? Ça manque cruellement d'imagination … Mais en même temps on ne peut pas trop vous en demander n'est-ce pas ?" Ceci étant dit, Joyce essuya les restes du cupcake de son visage, osant même y goûter."Hmmm … Pas si mauvais que ça." Voilà, maintenant elle était un peu plus présentable. Et puis c'était toujours mieux que Bryan, se dit-elle avec un léger sourire aux lèvres. Bon un seul problème à la fois, elle fit un pas vers Karovski et posa une main sur son épaule. La jeune fille avait envie de lui lancer quelque chose du style : "Wow … ça devient juste trop beau pour être vrai … Tu es vraiment gay ?" Mais elle allait satisfaire sa curiosité plus tard. "Du calme Dave, il n'en vaut pas la même. Ni lui, ni même son élève. Cela ne servirait à rien de les frapper maintenant, ce genre d'individus méritent tout de même une belle humiliation publique. Quoi que … La performance de notre cher choriste relevait déjà de l'humiliation alors … Ça va vraiment être difficile de faire pire."

Elle jeta un regard méprisant à Morgan avant de reporter son attention sur le footballeur. Pas étonnant qu'elle n'ait pas remarqué ce genre de chose en fait … Joyce n'était pas du genre à se soucier vraiment des autres et Dave dans le fond, elle l'avait toujours trouvé marrant, surtout lorsqu'ils étaient en train de terroriser les secondes ou les membres de chorales. Quand elle lui demandait si ça allait, c'était juste une question polie, pas une vraie interrogation sur sa vie. Et en même temps … Qui connaissait vraiment David Karovski ? Ils avaient en fait beaucoup plus de points communs qu'elle ne le pensait, ils faisaient tous les deux semblants parce qu'ils en voulaient à la terre entière. Pas de doute, Joyce allait le traîner à l'abris des regards pour discuter. Mais Morgan et Bryan était encore présents … Elle relâcha Dave, pas certaine qu'il est senti sa maigre poigne, et s'éloigna un peu, allant s'asseoir sur une chaise disponible à l'écart. "Non … La seule chose importante dans cette histoire c'est que quand on sortira d'ici, vous et tous les autres bouffons qui poussent la chansonnette continueront de vous faire lyncher et Dave et moi … On continuera de mener la belle vie." Elle souriait à présent dans une expression qui se voulait angélique mais ils savaient tous que ses intentions étaient bien loin de l'être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. You may be bad but this time you'll be good at it Empty
MessageSujet: Re: 06. You may be bad but this time you'll be good at it   06. You may be bad but this time you'll be good at it EmptyLun 11 Juil - 14:21

Le post –show tournait à la mayonnaise. Les visiteurs étant venus pour "féliciter" l'exploit vocal du garçon ne s'y prenaient pas de la manière possible. Injures, bousculades et à présent révélations. Devant tant de rebondissements, Morgan restait coi incapable de bouger. David qui se jetait sur Mister R en hurlant, Joyce qui après avoir jetait son venin fit demi tour et son professeur de chant qui insultait son ami… Un instant Moore crut qu'il hallucinait. Après s'être pincé le bras, histoire de vérifier, il réagit. Il le devait, sinon la situation entre les deux sauvages allait tourner à la Guerre du Feu.

D'un geste vif, il saisit les épaules de David pour l'écarter de l'enseignant.

"Putain D! Qu'est-ce que tu fous!!!"

Il préféra ne pas relever la possible raison de cet emportement par respect pour son "ancien" ami. Malgré toute la rancœur qu'il avait envers celui qui venait de l'arroser de slushy, Morgan ne pouvait s'empêcher de protéger ceux qu'il appréciait.

D'un coup d'œil, il regarda Mister r qui après s'être pris un coup avait été assailli par le colosse. Il semblait blanc, pâle bref dans une position nouvelle aux yeux de Morgan. Soudain il lui parut plus humain et moins tyrannique. Dans un élan de sympathie pour son mentor de confiance en soi, il lui tendit la main le visage serein.

"Vous arrivez à vous relever?"

Tournant sa tête vers David sans méchanceté aucune, il lui dit :

"Vas chercher de la glace, il va avoir un beau cocard."

Balancé entre les deux personnalités qu'il avait fasse à lui, il ne savait pas trop comment réagir. Porter assistance au blessé tout en maudissant l'agresseur? Être compatissant envers celui qui peine à avouer qui il est et corrigeant l'opportun qui cherche à le heurter. Dans ce genre de situation, quand son cerveau ne savait que faire, il agissait en bon soldat formaté. Après plus d'une dizaine d'année passée dans le milieu sportif, il avait vu de nombreuses interventions médicales urgentes réglées avec sang-froid et bienséance. Aujourd'hui, c'était à son tour d'agir. Hors de question que les deux barbares s'amochent encore. Et pour clarifier les choses, il émit sèchement :

"J'vous préviens, le prochain qui bronche c'est moi qui le rétame!"

Il avait été clair mais une fois sa phrase dite, il retrouva son naturel doux et souriant et continua à parler.

"D'abord on soigne les blessés après on discute comme des gens civilisés et non comme des gorilles!"

Il en avait oublié toute sa haine contre Karovski. Ce n'était pas un nerveux ou un rancunier. Surtout qu'il venait de comprendre à mi-mot que son ami gardait en lui un secret maintes fois plus lourd à porter qu'était le sien. Il se rendait compte à chaque seconde qui passait qu'il allait devoir aider son ami malgré lui…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. You may be bad but this time you'll be good at it Empty
MessageSujet: Re: 06. You may be bad but this time you'll be good at it   06. You may be bad but this time you'll be good at it EmptyJeu 18 Aoû - 15:26


Karofsky, étalé sur Bryan Ryan, avait saisit à quel point il se sentait soulagé et un peu moins blessé, à chaque fois qu'il assénait le professeur d'un nouveau coup. Il sentit son visage humide, et finalement, au bout de quelques minutes, réalisa que c'était dû aux larmes de douleurs, de peine et de peur, tous ces sentiments l'ayant envahi en un quart de seconde. L'étudiant, en grande faute, mais s'en fichant éperdument à cet instant précis, ne réalisant pas la portée de ses actes, s'assagit un peu, apercevant le teint blafard du professeur. Dave était en force, et ils le savaient tous les deux : face à la fureur du footballeur, ainsi qu'à son état moral qui le persécutait depuis plusieurs mois, il était capable de tout, même de le tuer. Un éclair de lucidité, plus fort que les autres, le fit s'arrêter.

La respiration haletante, David, étendu, et comme vidé de ses forces, passa son bras sur son visage, afin d'essuyer les dernières larmes qui avaient coulé sans qu'il n'ait pu les retenir... Les yeux plongés dans ceux terrorisés de Mr Ryan, il comprit que ce dernier parvenait à réfléchir à toute allure, surtout quand ce dernier lui murmura les paroles qui firent l'effet d'un venin injecté directement dans le coeur. Ce dernier se remit à battre à toute allure, et la main de Dave s'abattit sur le cou du professeur, prêt à lui faire payer ses mots. Il murmura, à la manière d'un fou obsédé par une chose , faire du mal à celui qui l'avait percé à jour,

"Je suis pas une tapette, j'en serais jamais une, et si tu répète ça, je te tue. Vraiment. Je te tue."

Peu importe le statut de la personne à qui il s'adressait. Peu importe qui pouvait les apercevoir, ou punir fortement le jeune homme. Il s'en moquait, car, ce qui lui ruinait sa vie depuis son entrée au lycée, ce qu'il avait secrètement gardé enfoui au plus profond de lui même ressortait, sans qu'il ne puisse plus rien contrôlé. Le pire, c'est que l'aveu était venu de lui même...Et il se le reprochait doublement.

Fort heureusement pour le directeur des Awesome Voices, Morgan se secoua et réagit. A l'appel de son surnom, régulièrement distribué par Morgan, qui avait pour habitude de surnommer les autres avec les initiales de leur prénoms, le jeune homme relâcha sa prise. Il ôta sa main de la jugulaire du professeur, laissant une marque rouge, prouvant la force avec laquelle il avait serré ce cou qu'il aurait voulu casser.

Brusquement, Dave sentit une force le ramener vers l'arrière et l'écarter de l'homme qu'il haissait plus que tout. Respirant fort et rapidement, David se releva, s'éloigna du professeur, puis appuya ses mains contre la coiffeuse, devant laquelle était installé Moore avant qu'il ne soit dérangé par son ancien partenaire de jeu. Les bras tremblants, la lèvre tressaillante, les genoux comme du coton, l'étudiant sentait de nouveau son corps, et, quelques épisodes un peu oublié, il comprit qu'il avait été trop loin. Autant dans ses paroles, que dans ses gestes d'ailleurs.

Morgan exigea de lui qu'il aille chercher de la glace, mais le jeune homme était tétanisé sur place, comme paralysé. Il revenait à lui, et regardait, d'un oeil hagard, son ancien ami, puis celui qu'il était censé aidé. Un air naïf sur le visage, rendu tout rouge de par sa colère, David vascilla un peu, puis fit quelques pas sur le côté, titubant un peu, comme sonné par un énorme cou au visage.

Le chanteur affirma à l'impérative que plus personne ne devait bouger, appuyé à l'aide de menaces. D'ordinaire, Dave aurait ajouté une moquerie à ces mots, mais il ne put rien répondre, si ce n'est un petit

"Pfff..."

Se radoucissant un peu, Morgan répéta qu'il fallait soigner les blessés, à la manière d'un champ de bataille. Dave comprit qu'il lui demandait d'aller chercher de la glace. Au bout d'un moment, comme un robot, David répondit,

"Y a rien à dire. J'vais chercher de la glace, et je me casse."

Il tourna les talons, et revint quelques minutes plus tard, un gobelet de slush dans les mains. Il n'avait pas réfléchi à ou il pourrait trouver la précieuse glace, et n'insista pas plus que ça pour se creuser le cerveau. Il le tendit à Morgan,

"Y avait que ça."

MIlles excuses pour ce retard de fou...
Revenir en haut Aller en bas
Bryan Ryan
Bryan Ryan
Age : 34 ans
Occupation : Directeur des Awesome Voices
Humeur : Conquérante
Statut : Célibataire
Etoiles : 6185

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Cee Lo - Forget You
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
06. You may be bad but this time you'll be good at it Empty
MessageSujet: Re: 06. You may be bad but this time you'll be good at it   06. You may be bad but this time you'll be good at it EmptyDim 28 Aoû - 21:30

La situation dégénérait. Après tout il fallait s'attendre à ce que les choses explosent entre d'un côté un chanteur mal averti associé à son mentor connu pour avoir le sang chaud, et de l'autre un colosse homophobe et une ancienne obèse frustrée.
Bryan était toujours en mauvaise posture : empoigné par l'énorme main de Dave Karovski, collé contre le mur, il lui était tout bonnement impossible de bouger. Les muscles contractés, les jambes lourdes et scotchés au sol, il était à cet instant à la merci de son bourreau, et cela le rendait intérieurement fou. Il se maudissait de s'être embourbé dans un conflit qui avait pris des proportions dangereuses, mais surtout, il enrageait d'avoir fini humilié de cette manière. Bousculé, slushié, puis finalement sur le point d'être tabassé.

Dans une situation aussi si critique, il lui était bien difficile de conserver le peu de dignité qui pouvait lui rester.
Mais malgré tout, Bryan ne montrait rien de sa panique. Le visage presque inexpressif, il se laissait faire un peu comme si tout cela lui était bien égal, et il s'efforçait surtout de ne pas penser au fait que s'il se prenait un autre poing dans la figure, il terminerait très certainement à l'hôpital.

C'était cette obligation de garder la face qui le poussait à ne pas essayer de s'enfuir, de montrer quelque signe d'effroi, ou pire, d'éclater en larme. C'était aussi elle qui l'avait encouragé à balancer ces paroles haineuses au risque d'empirer la situation. Car aussi physiquement tourmenté qu'il pouvait être à cet instant, Bryan avait un élément qui penchait favorablement de son côté : la tourmente psychologique de Karovski.
En effet, en ayant maladroitement fait sous-entendre qu'il était homosexuel, ce dernier venait de se mettre en grand danger, lui qui n'était connu à McKinley que pour être une sale brute homophobe. Et sachant que seul Morgan, Joyce et lui-même étaient au courant de cette grande nouvelle, le jeune professeur savait qu'il avait désormais dans les mains, de bien précieuses cartes à jouer contre l'autre brute.
D'ailleurs, il réalisa à un joli coup de poker, en mettant l'adolescent face à ses réalités pour lui faire peur.

Aussi, il retrouva vite la liberté, et aussitôt après avoir passé sa main sur ses vêtements un peu froissés, il se frotta l'oeil qui avait pris un coup. Morgan avait raison, demain il aurait un bel oeil au beurre noir.

"Le con...", pesta t-il dans un murmure.

A côté, Joyce se faisait silencieuse, spectatrice attentive d'un show délirant qui devait bien l'amuser. de toute façon, Bryan ne lui prêtait plus attention, son esprit était happé par la situation présente qui tendait l'atmosphère.
A l'entente des menaces de Karovski, il laissa échapper un long soupir d'agacement. Même s'il craignait de reprendre un nouveau poing, il n'avait au fond pas peur de cet imbécile notoire et gay refoulé. A dire vrai, il ne le prenait même pas au sérieux.

" Tu seras mort bien avant moi mon pauvre. Les PDs refoulés comme toi, c'est la corde autour du cou qu'il terminent à force d'essayer de se cacher. Penses-y."

Il n'avait désormais plus rien à faire ici, mise à part s'il voulait que la situation ne dégénère à nouveau. Tournant les talons, il s'apprêta à quitter les loges de l’amphithéâtre, avant de finalement pivoter la tête en direction de Morgan.

"Je suis navré que les choses se soient passées de cette manière, mais au moins j'espère que tu as vu que j'étais prêt à vivre le même enfer que toi. Ne baisse pas les bras Morgan, et bas-toi pour ta passion!"

Et avant de définitivement partir, Bryan déporta son regard sur David. Un regard particulièrement malsain.

"Quant à toi gros tas de merde, ne t'avise plus de me toucher. J'ai bien plus que des gros bras pour me défendre, désormais." , lâcha t-il alors qu'un sourire se dessinait presque sur le coin des lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
06. You may be bad but this time you'll be good at it Empty
MessageSujet: Re: 06. You may be bad but this time you'll be good at it   06. You may be bad but this time you'll be good at it Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

06. You may be bad but this time you'll be good at it

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 6
-