Choriste du mois

Partagez | 
 

 06. Talkin'about...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
06. Talkin'about...  Empty
MessageSujet: 06. Talkin'about...    06. Talkin'about...  EmptyMar 31 Mai - 15:30

EDENA & PATRICK



PATRICK « […] Et comme disais notre bon Molère : Qui se sent morveux se mouche. Si vous ne savez pas ce que ca veut dire, je vous convie à vous acheter un dictionnaire. Principalement à toi, Jimmy. Bien que je me sois beaucoup amusé à lire ton devoir… Traduction Google, n’est-ce pas ? Je sais… On vous dit que Google est votre ami, mais ne le prenez pas au pied de la lettre, il peut vous offrir un cadeau empoisonné. »

La sonnerie retentit alors dans la classe. Notre professeur de Français qui était assis sur le coin de son bureau, se releva dans un mouvement dynamique, tout en frappant dans ses mains. Avant que les élèves ne s’en aillent, il lança :

PATRICK « Vous me lirez le texte et vous me ferez un rapide résumé, et j’aimerai, je vous en supplie, que vous laissiez Monsieur Google où il est. Surtout toi Jimmy... » Finit-il en joignant les mains.

Il fit alors le tour de son bureau avec un pas sur le côté et commença à ranger ses affaires. Il vit alors Edena passer. Elle était arrivée en retard à son cours, mais Patrick n’en n’avait jamais tenu compte. Sachant ce qu’elle était enceinte et ce qu’elle avait pu vivre et ce qu’elle vivait actuellement. Il lança un rapide :

PATRICK « Edena, tu peux m’attendre ? J’aimerai te donner le poly du début du cours et t’expliquer un peu ce qu’on fait. »

Il finit de ranger ses affaires rapidement, avant d’attraper son sac en descendant de l’estrade. Il lança un large sourire amical à la jeune fille, avant de la rejoindre. Il y a quelque temps, Patrick lui avait proposé de lui donner des cours en quelques matières, afin qu’elle puisse rattraper son retard et ne pas être largué le jour où elle devait passer son diplôme. Edena est une jeune fille consciencieuse et surtout une battante qui mérite de réussir dans sa vie. Beaucoup de choses lui étaient arrivé sans prévenir, et Patrick était peut être à même de mieux comprendre la jeune fille que quiconque d’autre. Une vie qui aurait pu être parfaite, mais un monde qui s’effondre du jour au lendemain. Promesse d’étude, d’une famille unie… On ne sait pas ce que nous réserve la vie et des fois, elle se garde bien de nous savoir heureux ou non. C’est surement pour cela, que notre cher Patrick pouvait se montrer un peu trop « Je croque la vie à pleine dents ». Bien que c’est principalement une façade qu’il se donne… Car il lui arrivait d’avoir de gros moments de Blues qu’il ne montrait pas. Une inquiétude constante qui pouvait le conduire à une impasse… Il n’osait même pas montrer cette facette à Charlotte, sa fille, bien que celle-ci semblait être plus au courant qu’il ne puisse le penser.

PATRICK « On peut voir cela au Self, pour notre repas de midi si tu le souhaites. Sauf si tu as d'autres projets. Je ne reprends pas les cours avant 15h. »

Il invita la jeune fille à sortir de la classe, avant de faire de même et de fermer la porte derrière lui. Ils se fondirent alors dans la masse des élèves et des professeurs sortant des cours pour se rendre à leur pause déjeuné. Il s’installa avec elle dans la fille d’attente afin qu’ils puissent prendre plateaux, couverts et nourriture.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Talkin'about...  Empty
MessageSujet: Re: 06. Talkin'about...    06. Talkin'about...  EmptyJeu 2 Juin - 2:57

Peu dormi donnait envie de dormir. Voilà la grande conclusion logique que tirait Edena Penelope Miller de cette nuit. Pas de trucs non-catholique toute la nuit, pas de devoir. Elle avait réussi à avoir une de ses trop rares connexions avec son père et son frère qui était encore là-bas. Là-bas, c’était en Afghanistan. Là-bas c’était là où s’était dangereux et où l’on ne savait pas toujours si on verrait le lendemain. Ici, c’était là où l’on était conscient de la précarité de la situation de ceux qui sont là-bas. Ici, c’est l’endroit où l’on se sent en sécurité et si choyé d’avoir l’eau courante, l’électricité… Et voilà qu’elle se réveillait après une nuit qui ne lui avait semblé que trop courte. Trop courte dans son lit douillet où elle était loin du bruit des bombes, loin des annonces de raids meurtriers, loin de son père, loin d’un de ses frères et loin du souvenir de son copain qui était mort pour ce pays qu’il aimait. Et voilà qu’elle ouvrait les yeux encore pleine de sommeil avec l’impression que la vie était cruelle parce qu’il fallait qu’elle aille à l’école si elle voulait garantir un avenir à son enfant. Elle n’aurait voulu que dormir. Un tour sous la douche et l’eau chaude coula longuement sur son corps. Elle ne devait pas prendre d’eau chaude, pour ne pas avoir de vergeture? Au diable la précaution du médecin et le conseil de sa mère. Une fois n’était pas coutume. Elle avait faim et elle avait l’impression qu’elle n’arriverait jamais à marcher jusqu’en bas des escaliers… c’est ce qui a tendance à se produire quand on est enceinte et que l’on ne dort que trois heures parce qu’il y a cet appel de là-bas qui est important parce qu’il est essentiel que l’on colle cette photo de l’écho sur le moniteur avec une fierté monstre de future maman en puissance et que l’on affiche ce ventre rond devant… une caméra web qui en a… sérieusement? Rien à cirer. Mais le résultat de cette expérience était bien visible dans la course qu’effectuait pour une trop nombreuse fois Edena depuis que son copain était parti. Trop nombreuse depuis qu’il… non c’était encore trop douloureux. La jeune demoiselle enfila une tunique, étala une mince couche de fond de teint dans le mince espoir de ne pas avoir les cernes aussi profonde que le grand canyon sous les yeux et enfila une paire de jeans sombre en soupirant qu’il était définitivement mathématiquement impossible de cacher la rondeur de son ventre. Sac à dos sur l’épaule, un déjeuner préparer par sa mère – qui avait aussi assisté à la fameuse discussion de la veille, clef dans les mains, Edena s’élança à la vaine course contre la cloche scolaire. La cloche triompha! Vingt-trois minutes après que cette dernière ait sonné, Edena poussait la porte de la classe de français. La jeune demoiselle remercia le prof de ne rien mettre comme critique sur son retard. Le cours fila à une vitesse étonnante. Il ne redonna pas le papier que les étudiants avaient remis au cours précédent. Pour le plus grand dam de l’adolescente qui voulait vraiment savoir si sa moyenne s’était trouvée à se faire assassiné par ce dit travail. Elle entreprit de rassembler ses affaires lentement à la cloche. Elle détestait le surplus de personne qu’il y avait dans le corridor quand sonnait l’heure du midi.
« Edena, tu peux m’attendre ? J’aimerai te donner le poly du début du cours et t’expliquer un peu ce qu’on fait. On peut voir cela au Self, pour notre repas de midi si tu le souhaites. Sauf si tu as d'autres projets. Je ne reprends pas les cours avant 15h. »
« Je n’ai qu’un cours de chimie après à deux heures. Et c’est un laboratoire. On peut en effet voir cela au self parce que je meure de faim… »
Un sourire illumine doucement. Lentement, l’adolescente se remettait. Tout irait mieux quand son frère et son père serait de retour pour de bon. Pour la fin de cette grossesse. L’adolescente souriait déjà plus maintenant que le quatrième mois était entamé. Elle ne risquait plus de perdre le bébé en faisant une connerie. Il y avait un monde fou au self. Bien que ce n’était qu’une minorité qui y mangeait. L’adolescente appuya doucement une main sur son ventre en prenant un plateau. Le protéger du monde. Qu’il bouge. Elle en avait hâte. Pour ne plus se sentir que grosse. Pour se sentir pleine de vie. Elle ramassa les couverts. Voyant que la file avancait lentement à cause de la masse, elle sourit une autre fois au prof et dit.
« Je tiens à m’excuser toute fois de mon retard. Vous n’êtes pas obligé d’être aussi compréhensif. » [/b]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Talkin'about...  Empty
MessageSujet: Re: 06. Talkin'about...    06. Talkin'about...  EmptyJeu 2 Juin - 15:05

Patrick connaissait bien la famille Miller. Les ayant déjà côtoyés maintes fois à diverses occasions, Edena était la cadette de la famille et la seule fille de cette fratrie qui plus est. Un père souvent absent, une famille qui restait pourtant uni malgré plusieurs coups durs. Il ne pouvait laisser Edena seule à gérer sa grossesse. Surtout que Patrick savait qu’elle avait désiré cette enfant et qu’elle n’allait pas le laisser. Il pouvait comprendre cela. Rien n’est d’ailleurs plus beau d’apprendre la naissance d’un enfant quand le monde semble basculer autour de vous. Ce fut son cas quand sa mère mourut. Il s’était séparé de sa compagne mais Anne lui avait appris qu’elle était enceinte et quand elle lui demanda s’il était d’accord pour garder le bébé, il ne put que se réjouir de cette naissance malgré tout. D’ailleurs il ne le regretta pas. Papa poule, aimant, adorable avec sa gamine… Elle a été sa cure pour l’empêcher de sombrer en dépression. Son étincelle qui fait qu’au final, il se dit qu’il n’a pas eu une vie si minable que ca.

Ils arrivèrent au Self, et Patrick prit un plateau, laissant passer la jeune fille devant lui avant de faire glisser l’objet sur les barres métalliques devant le comptoir.

EDENA « Je tiens à m’excuser toute fois de mon retard. Vous n’êtes pas obligé d’être aussi compréhensif. »

Patrick eut un sourire à son égard. Il attrapa une assiette de maïs et carottes avant de dire à la jeune femme en vis-à-vis et discrètement :

PATRICK « Ne t’inquiètes pas Edena. Et arrêtes de t’excuser, tu sais ce que j’en pense ? Et puis, je sais ce que tu traverses et je ne vais pas te mettre en retenu, simplement parce que tu prends soin de toi et surtout de cette nouvelle vie qui coule en toi. Tu es bien plus mature que la majorité des élèves de ton âge, et je sais que tu mérites de réussir. »

La fille avança encore, il prit une tarte au pomme en guise de dessert et il attrapa le plat principal : Pâtes à la Carbonara. Il remercia la dame qui le servit avec un large sourire. Sans prévenir, il attrapa de chaque mains les deux plateaux pour éviter qu’Edena n’ait à le porter, avant de les poser sur une table près du mur. Il se glissa sur la banquette, tout en disant :

PATRICK « Et voilà ! Ne t’inquiète pas. Personne ne captera rien. Je suis le Maestro du Cliché Français. Porter un plateau qui semble lourd pour une jeune fille fait partie de la galanterie française. »

Tout en attrapant sa fourchette il ajouta:

PATRICK «Tu as l'air vraiment fatigué en ce moment, je me trompe ? Si je peux me permettre de te donner un conseil: Ne te fatigue pas trop. La santé avant tout. Et s'il le faut, je te ferai rattraper tes cours. Ne t'inquiètes pas, je sais que tu auras ton diplôme avec Brio. En tout cas, tu es une des seules à ne pas m'avoir fait une traduction Google du dernier devoir. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Talkin'about...  Empty
MessageSujet: Re: 06. Talkin'about...    06. Talkin'about...  EmptyJeu 2 Juin - 23:05

Avoir des nouvelles de son frère et de son père était parmi les choses les plus importantes qu’il y avait dans l’univers de la jeune Edena P. Miller. Elle avait perdu un être cher à la guerre. Un de trop. Un seul et un unique. Alors chacune des secondes qu’elle avait sur Internet était aussi précieuses que les secondes qu’elle avait partagées avec eux quand ils étaient ici. Mais il fallait avoir une personne dans l’armée pour comprendre pourquoi le stress que l’on vivait lors que l’on attendait des nouvelles. La jeune demoiselle ne pouvait s’empêcher d’y penser, d’y réfléchir en tout temps. Pendant que le prof parlait lors du cours, elle pensait à son frère, à son fiancé, à son père, à la guerre. Même pendant que la jeune demoiselle faisait la file avec le professeur, elle ne pouvait s’empêcher de réfléchir à ce que son copain lui avait dit sur la beauté de l’Afghanistan. La lenteur de la file l’énervait mais la rassurait. Elle aurait voulu que tout aille plus vite par moment. Non, c’était faux. Par moment, elle voulait simplement que le monde s’arrête de tourner.
« Ne t’inquiètes pas Edena. Et arrêtes de t’excuser, tu sais ce que j’en pense ? Et puis, je sais ce que tu traverses et je ne vais pas te mettre en retenu, simplement parce que tu prends soin de toi et surtout de cette nouvelle vie qui coule en toi. Tu es bien plus mature que la majorité des élèves de ton âge, et je sais que tu mérites de réussir.»
« Ce nouvelle vie mérite ce qu’il y a de mieux… C’est pour ça que je me force à venir en cours… même quand je me sens comme dormir toute la journée et ne rien faire d’autre. »
La jeune demoiselle sourit. La file avanca de manière à ce qu’Edena puisse avoir accès aux desserts. Ce que sa mère lui répétait sans cesse résonna dans sa tête. Mais si elle se mourait d’envie de prendre le gâteau au chocolat qui la regardait avec des grands yeux, il fallait qu’elle prenne un truc santé. C’est pour cette raison qu’elle prit la petite salade de fruit. Arrivé au repas principal, elle opta pour la salade césar au poulet qu’elle accompagna de la soupe entrée et d’un berlingot de lait. L’enseignant prit son plateau une fois qu’elle eut payé.
« Et voilà ! Ne t’inquiète pas. Personne ne captera rien. Je suis le Maestro du Cliché Français. Porter un plateau qui semble lourd pour une jeune fille fait partie de la galanterie française. »
« La plus grande partie du lycée sait déjà. Ce n’est pas un secret de polichinelle que je vais être maman. J’ai sauté les plombs au retour des classes et je l’ai crié à la tronche de quelqu’un. »
Elle sourit honnêtement devant la galanterie. Mais pour elle, c’était totalement inutile. Les murmures la touchaient. Un jour, elle avait été populaire. Mais elle avait fait un choix. Celui de se soucier d’une personne qui lui était cher plus que de se soucier des autres que de se préoccuper que ce que les personnes pensaient d’elle et de son enfant. Elle sortirait de Lima, même si elle avait un enfant à dix-neuf ans. Au diable ce que les autres en diront. Prenant sa cuillère, elle s’attaqua à la soupe.
« Tu as l'air vraiment fatigué en ce moment, je me trompe ? Si je peux me permettre de te donner un conseil: Ne te fatigue pas trop. La santé avant tout. Et s'il le faut, je te ferai rattraper tes cours. Ne t'inquiètes pas, je sais que tu auras ton diplôme avec Brio. En tout cas, tu es une des seules à ne pas m'avoir fait une traduction Google du dernier devoir. »
« Oui… J’ai dormi trois heures cette nuit parce que l’on a réussi à avoir une ligne avec Preston et papa. Mais je vais m’en remettre en allant me coucher en arrivant de l’école parce que je me sens claquée mais avoir encore rien fait dans ma journée. Merci pour le devoir, je m’inquiétais. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Talkin'about...  Empty
MessageSujet: Re: 06. Talkin'about...    06. Talkin'about...  EmptySam 4 Juin - 13:32

La jeune fille avait un courage remarquable et il ne pouvait qu’en être impressionné par cela. Malgré le fait qu’il arborait toujours un large sourire, Patrick était plutôt du genre à laisser les problèmes là où ils sont alors qu’ils finissent souvent par le détruire intérieurement. Comme un nid de mites saccageant petit à petit une garde-robe… Aussi bien fourni soit elle. Un jour, elles allaient s’attaquer à la surface du meuble et ce jour-là… Non, il ne préféra pas y penser. Il avait sa fille à gérer et il n’avait pas le temps à se poser des questions sur son bien être personnel. Quoi qu’il en soit, elle avait du cran et c’était surement pour cela qu’elle allait s’en sortir brillamment. Il eut un petit sourire à la fois amical et triste pour la future maman avant de lui répondre simplement et sincèrement :

PATRICK « Tu as beaucoup de courage de faire ce que tu fais. Si j’avais pu assurer à ton âge, je ne serai surement pas ici dans ce lycée mais peut être à être avocat ou peut-être même toubib. Quoi qu’au final, je ne me plains pas, j’aime beaucoup mon travail et disons que je sais mieux que quiconque, ce que c’est d’avoir cette petite étincelle qui va venir enfin illuminer ta vie. »

Il se tut, ne révélant rien de ce qu’il était vraiment et ce qu’il l’avait fait renoncer à la prestigieuse école d’Harvard. Il avait même réussit à obtenir une bourse d’étude assez conséquente pour y aller. Malheureusement le destin en avait décidé autrement et au final, il ne s’en ait plutôt bien sorti.

Elle lui avoua que la moitié du Lycée était au courant pour sa grossesse. Patrick ne suivait pas réellement les potins des adolescents, sauf, bien sûr, quand il croit entendre le nom de Charlotte Freeman dans un couloir. Bien que Patrick n’est pas du genre « prof injuste », il savait qu’il pouvait vite le devenir, s’il venait à savoir qu’une fausse rumeur courrait sur elle ou si elle venait à se faire brimer injustement. Il montrait difficilement les crocs, sauf quand il s’agissait de sa petite fille chérie.

PATRICK « Je ne savais pas. Tu sais les potins de couloirs ca me dépasse et j’ai passé l’âge. Bien que je pense que certaines demoiselles doivent s’en donner à cœur joie de parler de moi. »

Pour son âge, Patrick était un homme séduisant, il n’était pas rare de voir des adolescentes dont les hormones étaient en ébullition glousser à son passage, en le regardant passer. Ce qui était plutôt flatteur en soit. Patrick s’en fichait un peu mais certaines d’entre elle pouvaient en devenir un peu trop collantes…

Elle parla qu’elle était entrée en contact avec son père et Preston, c’est pour cela qu’elle n’avait pas beaucoup dormi. Il eut un léger sourire amical en l’écoutant alors qu’il commença à s’attaquer à l’entrée. Après avoir avalé sa première fourchette, il demanda :

PATRICK « J’espère qu’ils vont bien. Ils ne devraient plus tarder à rentrer de leur mission, non ? Si tu les recontactes bientôt, tu pourras leur passer un bonjour de ma part. N'hésites pas à aller dormir une heure à l’infirmerie si besoin est. Pour le rattrapage, je peux toujours venir t’en reparler à un autre moment. C’est pas un soucis. Tu viens me voir quand tu veux. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Talkin'about...  Empty
MessageSujet: Re: 06. Talkin'about...    06. Talkin'about...  EmptyMar 14 Juin - 5:20

Ce n’était pas une question de courage – Edena ne trouvait pas comment une grande partie des gens faisaient pour penser que ce n’était qu’une histoire de courage. Bien sûr, il y avait les regards et les questions auxquels il fallait nécessairement faire face parce que la future maman était jeune – très jeune… trop jeune aux yeux de certains. Mais dans les bons jours, ceux où elle agissait comme avant avec ses amis, comme s’il n’avait pas volé en éclat à l’autre bout du monde, Edena trouvait que ce qu’elle faisait n’était pas courageux. C’était romantique et tragique. Un mixte entre un film de fille par excellence et la réalité. Et oui, Edena croyait bien qu’avec le temps, elle trouverait le moyen de s’enticher pour quelqu’un d’autre. Elle aimerait et son enfant aurait un père.
« Tu as beaucoup de courage de faire ce que tu fais. Si j’avais pu assurer à ton âge, je ne serai surement pas ici dans ce lycée mais peut être à être avocat ou peut-être même toubib. Quoi qu’au final, je ne me plains pas, j’aime beaucoup mon travail et disons que je sais mieux que quiconque, ce que c’est d’avoir cette petite étincelle qui va venir enfin illuminer ta vie. »

« C’est ce que je veux faire chirurgienne ou pédiatre social. Et je vais y arriver. Je le sais. Et je trouve que vous êtes un excellent enseignant. Vous aimez votre matière et ça se voit pas comme certains profs qui peuvent parfois ne pas aimer certaine de leur matière. »
C’était un compliment sincère comme l’était la majorité des compliments de l’adolescente. Elle connaissait bien Patrick mais sans le connaître par cœur. Il était cet ami de la famille. Un genre de membre par adoption de la grande fratrie des Miller – grande pouvant d’appliquer par le fait que seul la branche généalogique directe sous laquelle évoluait Edena contenait près de onze membre lors des diners de Noël et ce en excluant la trainée d’oncles, de tantes, de cousins et de cousines qui s’y rajoutaient. Le tout montait à un effrayant 100 facilement puisque bon membre de la tribu avait des enfants. L’adolescente sourit à l’enseignant. Avait-elle l’air idiote de croire qu’avec un bébé elle pourrait quand même se rendre au bout de ses rêves? Elle y croyait encore et ses parents avaient promis d’être présents pour elle. Et la règle voulait que les Miller tiennent leur promesses.
« Je ne savais pas. Tu sais les potins de couloirs ça me dépasse et j’ai passé l’âge. Bien que je pense que certaines demoiselles doivent s’en donner à cœur joie de parler de moi. »

« Je les suivais du temps où j’étais dans les cheerios et vous étiez assez populaire. Mais ce potin là… enfin celui de ma grossesse traine aussi dans la salle des profs. C’est comme ça que je me suis rabibochée avec madame Lorentz»
Elle laissa sa soupe refroidir un peu, s’étant presque brulée la langue avec le liquide chaud et préféra s’attaquer à la salade. Les rumeurs, elle ne leur prêtait plus d’attention depuis un bout. Depuis que tout le monde savait et que les rumeurs blessantes circulaient à profusion dans le joyeux monde des rumeurs. Elle s’attaqua à découper le poulet dont elle trouvait toujours les morceaux anormalement gros pour peupler l’univers de la salade – tout comme les morceaux de laitues… mais bon, il fallait avouer qu’elle était plus capricieuse quand fatiguée.
« J’espère qu’ils vont bien. Ils ne devraient plus tarder à rentrer de leur mission, non ? Si tu les recontactes bientôt, tu pourras leur passer un bonjour de ma part. N'hésites pas à aller dormir une heure à l’infirmerie si besoin est. Pour le rattrapage, je peux toujours venir t’en reparler à un autre moment. C’est pas un souci. Tu viens me voir quand tu veux. »

« Ils reviennent le quinze mars. Je n’aurais pas besoin de dormir. Je vais y survivre et être fonctionnelle pour la journée. Et je peux passer à travers la révision aujourd’hui. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Talkin'about...  Empty
MessageSujet: Re: 06. Talkin'about...    06. Talkin'about...  EmptyVen 24 Juin - 16:07

EDENA « C’est ce que je veux faire chirurgienne ou pédiatre social. Et je vais y arriver. Je le sais. Et je trouve que vous êtes un excellent enseignant. Vous aimez votre matière et ça se voit pas comme certains profs qui peuvent parfois ne pas aimer certaine de leur matière. »

Patrick eut un petit sourire gêné. C’est bien rare que les élèves viennent à lui dire ca. Mais en fin de compte, c’est vrai… Il adorait son boulot. Peut être un peu de trop d’ailleurs. Il avait le tempérament pour d’ailleurs : Patience, intelligence, vif d’esprit… Il sait toujours faire face aux imprévus. Il voyait qu’Edena gardait toujours des projets pour l’avenir.

PATRICK « C’est gentil de me dire ca Edena. Et je sais que tu vas réussir. Tu as les capacités et surtout la motivation pour le faire. Laisses moi te renvoyer la même chose… car entre nous, tu es loin d’être comme la majorité de certains élèves ici. »

Il avait dit cela sincèrement. Elle avait acquis plus de maturité que la majorité des élèves ici et le fait d’attendre un enfant, changeait beaucoup le point de vu de la demoiselle. Adieu l’enfance, bonjour les embrouilles ! Patrick avait vécu un peu la même chose avec sa mère, il avait dû grandir prématurément et il n’était surtout pas préparer à faire ca. Peut-être une des raisons qui pousse Patrick a être si protecteur avec sa fille… Il veut qu’elle profite un maximum de sa jeunesse… Cette jeunesse qu’elle n’a jamais eue.

EDENA « Je les suivais du temps où j’étais dans les cheerios et vous étiez assez populaire. Mais ce potin là… enfin celui de ma grossesse traine aussi dans la salle des profs. C’est comme ça que je me suis rabibochée avec madame Lorentz. »

Patrick eut un petit rire. Oui, il savait bien qu’il était populaire parmi ses demoiselles. Bien qu’il faisait toujours en sorte de mettre fin aux potins. Il savait pertinemment que les filles qui buvaient ses paroles durant ses cours, ce n’était surement pas pour l’intérêt de ses propos. Quand l’une d’elle devenait trop collante, il faisait en sorte d’être le plus froid possible. Mais depuis que Charlotte était entrée au lycée, ces demoiselles s’affichaient beaucoup moins. En même temps, cela pouvait être normal… Bien qu’il savait que derrière Charlotte devait affronter les potins aussi de son côté. Il se demandait quelque fois si cela avait été une bonne idée de la faire venir à McKinley. Elle parla de Chris Lorentz. Cette femme qu’il aimait secrètement… et qui était enceinte. Cela ne l’étonnait pas qu’elle soit venue à la rencontre d’Edena pour la conseiller.

PATRICK « Ca ne m’étonne pas de Chris. Elle est vraiment remarquable. Et puis, elle saura surement très bien te conseiller. »

Il continua de manger son plat, tout en l’écoutant parler. Il avait posé des questions sur sa famille. Son père et Preston. Elle lui dit qu’ils rentraient vers le 15 Mars. Elle lui dit qu’il n’était pas nécessaire qu’elle dorme, qu’elle ferait bien la journée. Patrick répondit :

PATRICK « C’est une bonne nouvelle qu’ils rentrent si tôt. Mais si je veux te donner un conseil, fais quand même attention à toi. Tu devrai te reposer… Vraiment… Il faut que tu penses au bébé. D’accord ? Au pire, je t’aiderai pour rattraper tes devoirs et pour tes exams. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06. Talkin'about...  Empty
MessageSujet: Re: 06. Talkin'about...    06. Talkin'about...  EmptyLun 11 Juil - 21:25

C’était toujours très intéressant d’être face à quelqu’un qui aimait beaucoup son boulot. Edena savait très bien ce fait. Elle avait grandi dans un milieu où les gens adoraient leur travail. Sa mère lui avait toujours dit qu’elle ne savait pas ce qu’elle aurait fait si elle n’avait pas été infirmière. C’était son rêve depuis qu’elle n’avait que cinq ans. À 18 ans, elle s’était engagée dans l’armée pour apprendre sans avoir à trop payer. C’était ainsi qu’elle était devenue infirmière spécialisée en traumatologie.
« C’est gentil de me dire ca Edena. Et je sais que tu vas réussir. Tu as les capacités et surtout la motivation pour le faire. Laisses moi te renvoyer la même chose… car entre nous, tu es loin d’être comme la majorité de certains élèves ici. »

« C’était sincère, monsieur. Merci beaucoup de croire en moi. Mais par moment, je me démotive totalement. Je me trouve juste moche et déprimante. J’aurais parfois besoin des sourires d’Alex. Pour me sentir la force de venir en cours. Ca doit être ses maudites hormones qui sont vraiment bonne pour me faire sauter les nerfs»
Les hormones. C’était un seul terme qui voulait en dire beaucoup plus que ce qu’il ne voulait le dire. Elle avait d’horribles sautes d’humeur. Elle avait beau tenté de se contrôler et de se raisonner. Rien n’y faisait. Un oui, un non la faisait passer du rire aux larmes et des larmes au rire. Par moment, elle ne se reconnaissait plus parce qu’elle avait toujours eu ce tempérament calme et posé. Et voilà qu’elle ne pouvait plus se prédire et prétendre savoir comment elle allait agir face à n’importe quelle action ou n’importe quelle parole que les autres disaient. Les hormones étaient associées à une somme de choses positives et de choses négatives. Les sautes d’humeur étaient probablement l’une des choses les plus désagréables qui étaient associés à cette période de sa grossesse, en haut de la liste juste après les nausées des premiers mois de sa grossesse. Mais tous ses désavantages étaient effacés par une longue liste d’avantages qu’elle aimait assez pour en oublier au moins de manière temporaire. Edena était en amour avec cette courbe. Elle avait établi ses petits rituels de matinées et de couchers. Tous étaient importants pour elle. La crème de karité qu’elle mettait sur son ventre, les produits anti-vergetures, les cours de yoga du samedi matin, les exercices pour renforcer la ceinture pelvienne ce qui aiderait à soulager. Les routines contrôlaient son anxiété. La jeune future maman profitait de son ventre rond qu’elle appréciait très bien malgré les apparences. Par moment, quand elle sautait les plombs et qu’elle se trouvait horrible, elle se rassurait par cette rondeur qu’elle trouvait vivante.
« Ca ne m’étonne pas de Chris. Elle est vraiment remarquable. Et puis, elle saura surement très bien te conseiller. »

« J’avais monumentalement péter les plombs dans sa classe quand Alex et moi tentions de concevoir et qu’elle a abordé le côté sociologique des grossesses à l’adolescence. Elle m’a trouvé quand j’ai sauté les plombs et que j’ai dit… enfin, hurlé que j’étais enceinte. »
Un sourire timide éclaira le visage de la jeune femme qui mangeait doucement. Il était faux de dire qu’elle ne s’ennuyait pas de son frère et de son père. Était-ce la faute des hormones ? Mais le fait d’attendre des nouvelles étaient intenables. Elle était juste trop nerveuse.
« C’est une bonne nouvelle qu’ils rentrent si tôt. Mais si je veux te donner un conseil, fais quand même attention à toi. Tu devrais te reposer… Vraiment… Il faut que tu penses au bébé. D’accord ? Au pire, je t’aiderai pour rattraper tes devoirs et pour tes exams. »

« Ca va faire six mois qu’ils sont partis… ce n’est pas si court que ça ne le semble. Je vais essayer de faire davantage attention à mon bébé… J’ai commencé à faire la chambre, d’ailleurs pendant mes temps libres que je n’utilise pas pour étudier. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
06. Talkin'about...  Empty
MessageSujet: Re: 06. Talkin'about...    06. Talkin'about...  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

06. Talkin'about...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 6
-