Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. A chaque repas son lot de rencontres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 06. A chaque repas son lot de rencontres.    Sam 11 Juin - 18:22

Gale Hemmens, les bras ballants et la tête penchée sur son épaule, fixait avec des yeux ronds le tableau vierge pendant que son professeur d’Histoire berçait du son de sa voix ses pauvres oreilles endolories. A l’accoutumée, le blondinet savait bien se tenir, et ce en toutes circonstances, mais force était d’admettre que le pouvoir soporifique de son enseignant était d’une intensité incommensurable. A sa décharge, la totalité des élèves avaient décroché, et la plupart s’échangeaient ouvertement des regards soit agacés par chaque nouveau détail de la Guerre de Sécession, soit amusés par les gouttes de sueur ruisselant sur le crâne dégarni du vieil homme. Gale, qui partageait pourtant cet état d’esprit, ne se résigna pas à suivre ses camarades à ce petit jeu et se contenta donc de poser son regard droit devant lui, faisant l’effort de noter quelques phrases toutes faites pour la forme. Avec un peu de chance, si tous les cours d’Histoire à venir présentaient le même intérêt, il pourrait combler ses pages vides moyennant ses manuels scolaires –ce qui, face au vieux pédagogue illuminé payé pour brasser de l’air, semblait être une bonne alternative.

Cela faisait seulement quelques jours que Gale était entré à McKinley et, depuis son arrivée, rien n’avait vraiment changé. Comme il s’y attendait, les sportifs régnaient en maîtres dans les couloirs du lycée pendant que les autres étudiants subissaient sans la moindre protestation des humiliations quotidiennes auxquelles le blondinet n’espérait jamais goûter. S’il s’en était sorti jusqu’ici, c’était sans nul doute grâce à sa vigilance à toute épreuve qui, à plusieurs reprises, lui avait permis d’éviter les rencontres avec les footballeurs au-delà d’un périmètre qui lui assurait –du moins pour l’instant- un minimum de sécurité. Malgré tout ce qu’il avait bien pu raconter à ses parents –qui s’étaient rapidement inquiétés en constatant que son premier jour s’était soldé par un vilain bleu sur le visage- il ne s’était pas fait d’amis. Ou plutôt, il n’était pas très sûr que les quelques personnes avec lesquelles il s’était entretenu puisse être considérées comme tel.

Il y avait tout d’abord Cat, la jeune blondinette qui avait croisé la route –littéralement- du jeune homme pour son premier jour. Mais la demoiselle, d’après ses dires, détestait McKinley dans son ensemble et Gale avait rapidement conclut que c’était pour ce motif qu’elle ne préférait nouer d’amitié avec personne. Et même s’il ne comptait pas laisser tomber ses velléités d’en apprendre davantage sur la mystérieuse blondinette frisée, il savait qu’une telle entreprise était presque vouée à l’échec. Il y avait aussi Ruby, la cheerleader qui s’était assise à sa table en cours de Mathématiques et qui s’était montrée curieusement polie avec lui. Mais, là encore, il savait les cheerios suffisamment sournoises pour imaginer un plan consistant à sympathiser avec lui pour mieux le manipuler –car, Gale en était persuadé, ces filles-là devaient être de mèche avec les footballeurs et leur livrer de potentielles nouvelles victimes. Pour la peine, il s’était donc montré plutôt distant, ce qui après coup n’était certainement pas la meilleure chose qu’il ait faite ; morigéner l’ennemi ne ferait indubitablement que lui apporter davantage de problèmes.

Noyé dans ses pensées, Gale manqua de sursauter lorsque la sonnette retentit, faisait taire le vrombissement des conversations dans la classe. Rejoignant hâtivement la sortie, le jeune homme s’empressa de regagner son casier duquel il extirpa son déjeuner du jour. Il avait rapidement compris que la mise en garde de Cat était justifiée ; la nourriture du lycée, en plus d’être visuellement repoussante, dégageait une odeur qui avait fortement encouragé le blondinet à jeûner pour son premier repas. Mais le garçon dépréciait déjà bien assez son lycée pour en tenir rigueur et il fallait reconnaître que sa mère avait volontiers accepté cette tâche quotidienne supplémentaire. Malheureusement, cela ne dispensait pas le jeune homme de devoir se rendre au self –qu’il considérait sans conteste comme l’endroit le plus périlleux de toute l’école. La seule chance de Gale résidait sur sa rapidité : s’il s’y rendait suffisamment vite, il n’aurait aucun problème à trouver de place, le cas contraire, il devrait partager sa place avec d’autres élèves –une option à éviter sous n’importe quel prétexte.

Sillonnant les couloirs à toutes jambes –tout en jetant régulièrement des regards pour s’assurer d’être en sécurité- le garçon fit son chemin jusqu’au Self qui, à son arrivée, ne comptait qu’une vingtaine d’occupants. Evitant la queue d’élèves suffisamment téméraires pour avaler le repas de jours, le blondinet traça sa route vers la gauche, où il avait aperçu une table libre, plutôt discrète de surcroît. Il ne se fit pas prier et s’écroula brutalement sur la chaise, déposant son repas en face de lui, soigneusement emballé dans une poche plastique. Depuis son siège, Gale pouvait observer d’un œil circonspect les nouveaux arrivants qui s’installaient à leur table, peuplant rapidement la totalité des places vacantes. Ici aussi, les règles étaient les mêmes ; les sportifs occupaient généralement le fond de la salle, côte à côte avec la troupe de cheerleaders, pendant que les autres lycéens devaient se partager le reste. Une organisation qui semblait convenir à tout le monde, Gale y compris.

Pourtant, malgré tout la discrétion dont il faisait preuve, la solitude du jeune homme fut de courte durée ; devant lui s’avançait un garçon qu’il n’avait pas vu arriver plus tôt mais qui semblait bel et bien se diriger vers lui. Gale lui lança un coup d’œil inquisiteur à mesure qu’il se rapprochait ; grand, visiblement sportif, le garçon ne portait pas la veste caractéristique des Titans. Nonobstant ce détail, le blondinet sentit une appréhension faire surface mais fit mine de rien et mordit une nouvelle fois dans son sandwich. Après une nouvelle bouchée, il leva juste assez les yeux pour constater que le mystérieux garçon se trouvait face à lui, un sourire aux lèvres.


Dernière édition par Gale Hemmens le Mer 5 Oct - 22:52, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 06. A chaque repas son lot de rencontres.    Jeu 16 Juin - 23:20

Plus que dix petites minutes à endurer le professeur d’économie qui parlait avec beaucoup trop d’entrain de l’inflation des produits. Du moins, c’était le cas il y avait une quarantaine de minutes. Peut-être avait-il changé de sujet depuis ce temps. Ryder n’écoutait pas vraiment en fait, alors que tous les autres étudiants, ou presque, barbouillaient frénétiquement leurs cahiers de notes en vu de l’examen qui était pour la semaine prochaine. Celui de Ryder était quasi intact. Seules quelques phrases avaient été écrites. Question de faire semblant que ce cours l’intéressait. Même si c’était très flagrant que le jeune homme n’écoutait pas, le professeur Daniels avait enfin compris que rien n’y ferait. Il avait beau l’envoyer en retenue pour retards ou devoirs non faits ou l’engueuler devant la classe, Ryder avait toujours la même réaction : un léger haussement d’épaules. De toute façon, il allait facilement passer cet examen et avoir largement au-dessus de la moyenne malgré le peu d’effort qu’il faisait. C’était cela qui rendait le professeur furieux mais ce dernier ne pouvait rien faire. Ryder était l’un de ses meilleurs étudiants, il ne pouvait pas le nier! La cloche sonna finalement la fin du cours et annonça la pause déjeuné. Au plus grand plaisir du ventre du musicien qui commençait à être mécontent. Son propriétaire s’était levé rapidement ce matin-là et n’avait rien mangé de toute la matinée. L’adolescent ramassa rapidement ses effets qu’il fourra sans ménagement dans son sac à dos. Il passa devant le bureau de Matthew et le salua d’un sourire franc. Il n’aimait peut-être pas le cours et le prof ne l’appréciait pas mais Ryd’ n’avait rien contre lui!

Il se dirigea vers son casier afin d’y prendre son délicieux repas préparé soigneusement par sa mère mais ce dernier ne se trouvait pas dans son casier. Ryder chercha sous le fouillis, sur les tablettes et dans son sac mais il du se rendre à l’évidence que dans sa hâte de quitter la maison familiale, il avait oublié le sac brun contenant son lunch. "Merde" Tout le monde savait que les repas de la cafétéria du lycée était infecte. Il n’avait pas le choix. Il fouilla dans ses poches dans lequel il trouva un billet de cinq dollars. Il tourna à l’envers son portefeuille pour y faire tomber la monnaie dans sa main. Seuls un pic à guitare, un vieux papier de chewing gum et quelques sous noirs tombèrent. Hum. Il fouilla ensuite au fond de son sac d’école. Quelques fois des pièces y tombaient. Il y trouva assez de monnaie pour faire près de deux dollars. Un vrai sac à surprise! Bref, sans doutes que sept dollars étaient suffisant pour un repas. Il fit la file, pas très longue, et prit l’assiette qu’on lui tendait. Du spaghetti sauce à la viande, ou plutôt une sauce à la viande aux spaghettis considérant le peu de pâte ensevelit sous une soupe rouge qui se trouvait dans son assiette. Il prit aussi un pain, un jus et un pudding au chocolat. Il paya et se dirigea dans la salle à manger à la recherche de Zack ou Robbie avec qui il mangeait ces derniers jours. Il ne vit pas leur visage et la salle commençait à se remplir de plus en plus, bientôt il n’y aurait plus de table de libre. Sans doute étaient-ils occupés ailleurs. Il passa devant celle où se trouvait Leah qu’il ignora. En d’autre temps, elle lui aurait fait de la place et ils auraient mangé en rigolant comme des fous, mais étant donné les circonstances…

Vers le fond de la salle, il aperçu une table avec un seul occupant. Il s’y dirigea immédiatement pour ne pas qu’un groupe s’y installe avant. Le garçon blond avait déjà entamé son repas. Ryder se posta devant lui en souriant. Ryd’ lui demanda s’il pouvait s’asseoir et d’un hochement de tête, le blond acquiesça. Le garçon brun le remercia et déposa son cabaret sur la table. Il prit sa fourchette et l’enfonça dans la mixture qui se voulait être comestible. Quelques nouilles s’étaient accrochées à l’ustensile. Ryder observa la nourriture avec dégoût et laissa le tout retomber dans l’assiette. C’était si liquide que quelques gouttes se retrouvèrent sur l’autre garçon.

"Ehh, désolé. C’est peut-être acide. Faudrait nettoyer. "

Ryder lui passa une serviette en papier pour qu’il puisse essuyer la sauce. Au même moment, un groupe de sportifs armé d’un gobelet de glace pilé passa près de la table. L’un deux, un grand blond avec les épaules plus larges que tout son corps, lui donna une tape sur l’épaule. "Hey Ryd! " Le jeune homme roula des yeux avant de saluer à son tour le footballeur. C’est ce qui était bien d’être le frère d’une ancienne vedette des Titans et future vedette de l’université du Michigan. Bien que vous détestiez le football, que vous n’étiez pas dans les beautiful people du lycée et que vous étiez un musicien, les slushies ne vous étaient jamais destiné et on vous laissait tranquille. Même qu’on vous saluait!

"Idiots " Ne pu-t-il s’empêcher de dire une fois le groupe éloigné. Il regarda le garçon devant lui et bien qu’il ne connaisse pas tous ceux qui fréquentaient McKinley, il les avait tous vus au moins une fois en les croisant dans les couloirs ou au self. Pas lui. Sans doute un nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. A chaque repas son lot de rencontres.    Lun 4 Juil - 16:08

Le bleu limpide des yeux de Gale se troubla. Le jeune garçon –le grand garçon, en fait- qui s’était posté face à lui venait de lui demander l’autorisation de s’asseoir. A sa table, avec lui, pour déjeuner. La première réaction naturelle du blondinet fut de dévisager son locuteur avec méfiance ; même si celui-ci ne portait pas l’uniforme des Titans, rien ne confortait Gale dans l’idée que cette demande pût être spontanée. Si ces brutes épaisses pensaient que ce genre de combine –maladroite et peu originale de surcroît- suffisait à duper le jeune Hemmens, c’était sous-estimer son esprit lucide. Et, à vrai dire, le jeune homme s’était longuement attardé à chercher quels stratagèmes les sportifs pouvaient élaborer pour se dénicher de nouvelles victimes ; à défaut d’amis, il avait dû rendre son temps libre utile. Or, à cet instant, son instinct lui criait au piège et tout un arsenal de ripostes possibles fusèrent dans son esprit bouillonnant. Tellement bouillonnant que Gale ne parvint pas à formuler la moindre syllabe. Non, c’est déjà pris, va chercher ailleurs, dégage. Tout ça n’était pourtant pas compliqué. Cependant, les réflexes du blondinet prirent l’avantage et sa tête se hocha, de son propre chef.

Gale sentit naître un malaise alors que le jeune homme, désormais assis à quelques centimètres en face de lui, déposait son plateau sur la table. En plus de son appréhension, il ne put s’empêcher de froncer les sourcils en sentant le relent qui émanait de l’assiette de son camarade. Profondément écœuré par la texture des aliments, il abaissa son regard vers son propre repas et s’efforça de continuer à manger, malgré la présence indésirable du jeune homme, vraisemblablement bien décidé à garder sa place. Un silence s’installa très rapidement entre les jeunes hommes et mit Gale en confiance ; l’air de rien, il avait regagné son masque impassible et son appétit n’avait pas souffert de la vision d’horreur provoquée par cette sauce rougeâtre. Un rouge qui représentait décidément tout ce qu’il devait redouter dans ce lycée ; les cheerios, les footballeurs, et maintenant la nourriture. Relevant furtivement son regard, Gale profita de l’attention que l’individu face à lui vouait à son assiette pour l’étudier discrètement. Il n’en conclut qu’une chose : ses traits fins et son aura chaleureuse n’enlevaient rien au fait que l’uniforme des Titans lui serait tout à fait seyant. A cette remarque, le visage du jeune homme s’assombrit et ses espoirs de faire connaissance parurent s’évaporer ; après tout, il ne restait peut-être vraiment plus aucune place, songea-t-il.

Une projection d’un liquide de nature incertaine tira le jeune Gale d’un demi-sommeil. Effaré par la vision de minuscules tâches écarlates réparties uniformément sur sa veste, le blondinet ne parvint qu’à grimacer en signe de dégoût. Plus préoccupé à éliminer le liquide qu’à en trouver la source, il entreprit d’attraper sa serviette mais fut coupé dans son élan par une voix grave. Relevant presque aussitôt le regard, il constata qu’il s’agissait de la voix de son camarade de table. Cette fois-ci pourtant, son regard désolé et étonnement sincère sembla happer Gale, beaucoup plus que la fourchette remplie de sauce qui pendait dans sa main et trahissait sa culpabilité. Puis, en à peine quelques mots, le garçon s’excusa et l’invita vivement à nettoyer les tâches au plus vite. Le blondinet se surprit à sourire et à acquiescer en guise de réponse, avant de se munir de sa serviette, préalablement imbibée d’eau. Malgré quelques efforts, le tissu semblait bel et bien tâché, et pour couronner le tout sa petite tentative de nettoyage à la main semblait avoir rependu la tâche au lieu de la faire disparaître. Il stoppa ses frottements fébriles sur le tissu puis, à court d’idée, se résigna à passer la journée avec son vêtement sale.

Gale ne savait pas ce qu’il devait répondre et se contenta donc de frotter ses cheveux et de plisser ses lèvres d’un air bougon. Une bien curieuse réaction lorsqu’on savait qu’il aurait pu saisir l’occasion pour réprimander sévèrement son camarade ; au contraire, sous son masque implacable, le blondinet se sentait infiniment contrit et se contenta de répondre « Ça ne fait rien ; je suis certain que ma mère se fera un plaisir de nettoyer tout ça » . Il savait que ce genre de propos ne lui offrirait aucune protection s’il s’avérait qu’il avait affaire à un Titan et que la meilleure solution restait toujours de battre en retraire, mais une nouvelle fois Gale ne se sentait plus maître de ses mots. Essayait-il de sympathiser, sous le coup de la gêne ou quelque chose dans le genre ? Ou cherchait-il à dédouaner son camarade de toute responsabilité, pour éviter une éventuelle récidive –volontaire, cette fois-ci. Le garçon n’y savait trop rien, et son incompréhension se traduisit par un bref sourire dirigé vers son interlocuteur, qui s’estompa lorsqu’un groupe d’élèves s’approcha.

Prostré sur son siège, Gale écarquilla les yeux à mesures que les épaisses silhouettes s’avançaient vers lui. Puis, lorsque les énergumènes furent suffisamment proches pour qu’il puisse confirmer ses doutes, un haut-le-cœur manqua de le plier en deux. Devant lui se dressait un groupe de footballeurs, en uniforme cette fois-ci, dont le faciès mesquin et la démarche sinueuse n’inspiraient que le dégoût. Une vive animosité happa Gale et lui ordonna de se lever d’un bon pour fuir. Ses sourcils, quant à eux, froncés presque au point de se rejoindre, témoignaient d’une exaspération extrême. Fixant ses assaillants ouvertement, comme il n’avait jamais encore osé le faire, le blondinet se crispa mais ne bougea pourtant pas d’un poil. Attentif aux moindres faits et gestes des sportifs, il ne fut pas surpris de constater qu’il n’était pas la cible de leur visite –inhabituelle dans ce coin ci de la cafeteria. C’était son mystérieux camarade de table que les grosses brutes venaient saluer, ce dernier affichant d’ailleurs une mine étrangement irritée. Après tout, même chez les Titans certains clans devaient finir par se former, pensa Gale. Mais, même si tel était le cas, cela n’expliquait pas pourquoi ce mystérieux individu, toujours assis tranquillement face à lui, ne portait pas sa fameuse veste qui lui accordait une immunité au sein du lycée. Ou encore, pourquoi il préférait manger dans cet endroit –avec lui, un vulgaire lycéen, comme seule compagnie- plutôt que s’empiffrer sauvagement avec son équipes aux endroits qui leur étaient réservés. Des questions qui rongeaient farouchement le jeune homme, mais auxquelles il n’apporterait certainement jamais de réponse.

Gale sentit son rythme cardiaque s’apaiser lorsqu’il vit le groupe s’effacer vers le fond de la salle, laissant derrière eux leur coéquipier, toujours à sa table. Ce dernier suscita d’ailleurs l’étonnement du blondinet lorsqu’il traita ouvertement ses camarades d’idiots, une bien étrange façon de désigner ceux avec qui il passait indubitablement le plus clair de son temps. Sans aucun doute souhaitait-il s’offrir un moment de répit, à l’écart de ces muscles sur pattes, ce qui semblait parfaitement naturel. Gale fut piqué d’une curiosité incommensurable en songeant à cet isolement, si inaccoutumé, qui n’avait pas l’air de poser de souci à ses coéquipiers. Alors, il profita de son euphorie passagère pour oser briser le silence mais, surtout, pour trouver réponses à ses questions. « Tu ne les aimes pas beaucoup, je me trompe ? » formula-t-il en soutenant d’un air compatissant le regard de son camarade. Puis, songeant que sa question pouvait avoir l’air déplacée, il tenta de se rattraper comme il put. Comme son camarade venait tout juste d’entamer son assiette peu appétissante –et qu’une partie venait d’atterrir sur sa veste- il ne réfléchit pas et tendit le second met –un succulent mélange de pâtes, poulet et curry- que sa mère avait confectionné vers son locuteur. « Tiens, sers toi –j’imagine que ton… truc ne doit pas avoir le goût à grand-chose et puis… ma mère a tendance à me faire deux fois trop à manger. Donc si ça te dit ! »


Dernière édition par Gale Hemmens le Mar 16 Aoû - 13:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 06. A chaque repas son lot de rencontres.    Mer 27 Juil - 10:31

Ryder était soulagé d’être tomber sur un nouveau qui ne se sentait pas obligé d’entamer la conversation pour combler le silence gênant. Quoi de plus emmerdant qu’une personne inconnue qui vous raconte les détails, souvent peu intéressants, de sa vie seulement parce qu’elle n’aime pas quand c’est silencieux. Ryder n’était déjà pas bavard à la base et maintenant qu’il savait qu’il n’avalerait rien avant le repas du soir, cela le mettait un peu en rogne et il n’avait pas vraiment envie de bavarder. Surtout que devant lui, le garçon blond était en train de déguster un repas qui semblait délicieux. Il était constitué de poulet et de pâtes et il était d’une jolie couleur jaune appétissante. Rien à voir avec la couleur orange fluo chimique de la sauce aux tomates de ses spaghettis. Sans s’en rendre compte, le brun se licha les babines comme s’il pouvait goûter l’assaisonnement et la texture du poulet. Dire qu’il aurait pu avoir un repas semblable s’il n’avait pas été aussi pressé ce matin-là. Il reporta son attention sur son plateau, cela ne servait à rien de se torturer les papilles gustatives. C’était quand même gênant de se retrouver directement assis en face de quelqu’un qu’on ne connaissait pas. On ne pouvait pas regarder devant nous parce que l’autre risquait lui aussi de nous fixer. Donc, il fallait regarder partout ailleurs, fixer un point quelque part dans la salle ou notre repas, mais Ryder préférait éviter cette option. Il regarda donc la salle. Son regard se porta sur Leah. Elle mangeait tranquillement avec des copines. Elle rigolait une fois de temps en temps. Son cœur se serra. Elle lui manquait terriblement. Il décida de porter son attention à un autre endroit. Son regard se posa vers l’extérieur. Il y avait un écureuil qui grimpait dans un arbre, mais du coin de l’œil, il sentait les yeux de son hôte de tablée sur lui. Le visage du blond était difficile à déchiffrer, mais il semblait y avoir une pointe de méfiance. Pourtant, s’il y avait un bon gars dans ce lycée, c’était bien Ryd’. Mais bon, le nouveau pouvait bien penser ce qu’il voulait. Ce la ne changerait rien à sa vie.

Lorsque la sauce aux tomates atterrit sur les vêtements du blond, Ryder cru que ce dernier allait lui sauter à la gorge vu la façon dont il l’avait fixé quelques instants auparavant. Au contraire, il se contenta de sourire et de hocher la tête en tentant de faire partir la tache rouge liquide. Le résulta ne fût pas fameux, il étendait la sauce plus qu’autre chose. Le brun fit une grimace et s’excusa à nouveau, sincèrement désolé. Il sourit à son tour. " Les mères sont les meilleures pour ce type de chose "

Il empoigna le petit pain qu’il déballa, l’inspecta pour être certain de ne pas y retrouver de petites tâches vertes-grises indésirables – cela ne l’aurait pas étonné-, il sépara le pain en deux, l’inspecta une nouvelle fois, le sentit et une fois assuré qu’il ne serait pas intoxiqué, il prit une bouchée dans l’une des deux part. Il y avait au moins cela de bon! Puis, la venue des footballers vint assombrir davantage son humeur. D’accord, il était le frère d’une de leur vedette, d’accord ils ne lui lançaient pas de slushy mais se sentaient-ils obligés de lui parler? Ne voyaient-ils pas que Ryder ne les portaient pas dans son cœur? Il semblait au jeune homme que cela pouvait se sentir à des kilomètres à la ronde. Mais bon, il était vrai qu’il s’agissait de sportifs. Ils ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez et le cul des Cheerios. La question du nouveau vint confirmer le fait que cela paraissait qu’il n’aimait pas les sportifs. Cela faisait à peine dix minutes que le blond était en sa compagnie et il avait immédiatement compris son amertume face aux Titans. " Pour eux, ça n’a pas l’air si évident, on dirait. "Il se tourna vers le groupe de sportifs qui venait tout juste d’asperger d’une glace pilée une petite brune des AV. Il leva les yeux au ciel. Que des idiots.

Bon, ce n’était pas tout mais son petit pain n’allait vraiment pas le rassasié. Il reporta son attention vers son plat, qu’il regarda avec dégoût. Il n’avait pas le choix s’il voulait tenir jusqu’au diner, il devait se résigné à manger le spaghetti radioactif. Peut-être qu’il deviendrait un X-men après avoir avalé cette mixture. Il plongea sa fourchette dans l’assiette et en retenant son souffle, il approcha l’ustensile à sa bouche, mais avant qu’il puisse goûter à son repas, son compagnon de table lui proposa son propre repas prétextant que sa mère en faisait toujours beaucoup trop. Ryder fronça légèrement les sourcils. Ce n’était pas tous les jours qu’un élève de McKinley faisait preuve de générosité. L’offre était plutôt alléchante, mais le jeune brun ne voulait pas privé le blondinet de son délicieux repas, mais le poulet avait l’air si succulent et l’autre garçon avait l’air sincère dans sa démarche. Au lieu de lui en vouloir pour son chandail, il lui offrait son met. "Ce serait idiot de refuser…merci!" Il repoussa son assiette chimique et piqua quelques pâtes et un morceau de poulet à l’aide de sa fourchette. Il mit le tout dans sa bouche et savoura. "Tu remercieras ta mère, c’est délicieux. "Il prit une seconde bouchée. "Pour mieux répondre à ta question de tantôt. Je ne comprends juste pas pourquoi on leur voue autant un culte aux footeux. " Il prit une autre bouchée de poulet. "Je veux dire, ils ne sauvent pas des vies…ils ne font qu’attraper un ballon et courir et ils se croient les rois du monde…mais bon. " Il haussa les épaules. C’était l’un des mystères de la vie au lycée. C’était ainsi depuis probablement toujours et ça ne changerait probablement jamais." Et encore désolé pour ton chandail. J’en ai un de rechange dans mon casier si tu veux. " Ryder s’empara du petit jus qu’il avait acheté. Après s’être assuré que la date d’expiration était bonne, il y planta une paille et bu une gorgée. "Au fait, moi c’est Ryder. Tu te plais ici?" D’accord, c’est lui qui était entrain de dire n’importe quoi pour combler le silence, mais le blond avait déjà brisé la glace. Aussi bien continuer!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. A chaque repas son lot de rencontres.    Sam 13 Aoû - 18:42

Si Gale sentait germer chez lui un léger espoir d’une amitié avec son camarade, il n’était pas dupe pour autant : il savait éperdument qu’un garçon comme Ryder –plutôt beau gosse et dans les bonnes grâces des footballeurs- devait certainement avoir tout un tas d’amis, de bien meilleurs compagnons que le vulgaire garçon fraichement débarqué qu’il était. Pourtant, nonobstant cette profonde résignation, quelque chose chez son camarade le poussait à sympathiser –sans pour autant lui ôter de la tête un semblant de jugeote qui lui murmurait de ne pas se faire de faux espoirs. A bien y réfléchir, le blondinet savait quelle était cette étrange motivation ; Ryder ressemblait traits pour traits au genre de garçon qu’il côtoyait quotidiennement dans son ancien lycée. Son franc-parler, son attitude de playboy et son look de surfeur californien avaient immédiatement tapé dans l’œil du jeune Hemmens, qui ne manqua pas de se sentir bête en réalisant cette admiration inaccoutumée. Le blondinet s’employa donc à camoufler cette gêne passagère pour se reconcentrer sur son repas ; s’il voulait avoir une chance de tisser le moindre lien avec son camarade, il avait tout intérêt à garçon tout ça pour lui. Faisant tournoyer un spaghetti entre les dents de sa fourchette, Gale sortit de ses pensées, happé par la voix de son camarade qui s’adressait à lui.

Celui-ci approuva la remarque du jeune homme concernant son mépris flagrant des footballeurs et parut même consterné qu’ils le saluent ouvertement. Le blondinet serra la mâchoire et braqua un regard noir vers les sportifs qui continuaient à défiler fièrement dans l’arrière-plan ; il comprenait profondément le désarroi de son interlocuteur, et tenait à le lui faire comprendre. « En même temps, tant que ça leur donne une autre occasion de frimer, je ne pense pas qu’il cherchent à savoir si tu les apprécies vraiment ou pas » fredonna-t-il, fixant son camarade d’un air contrit. Il passa sa main dans ses cheveux puis haussa les sourcils ; être bien vu des sportifs ne semblait pas être une bonne chose, n’y avait-il donc aucun échappatoire pour passer une scolarité tranquille au milieu de cette anarchie ? « Si tu veux, on peut organiser une mission pour leur faire passer le message. Hmmm, je ne sais pas… par exemple, on pourrait les insulter ouvertement, avec un peu de chance ils te ficheraient la paix » débita Gale d’un ton obstiné, avec une lueur d’espoir qui faisait briller ses pupilles bleutées. Il s’arrêta toutefois, reprenant conscience de la situation, et adopta un air beaucoup plus naturel « Bon, à la condition que tu sois prêt à courir plus vite que jamais ce jour-là et qu’on passe le reste de notre scolarité cachés dans je-ne-sais-quel endroit sordide de ce bahut. Une très mauvaise idée, en somme. » poursuivit-il, en ponctuant son dialogue d’une pointe d’humour. Pauvre garçon, il semblait bel et bien condamné à continuer ce petit jeu de salutations pour un long moment.

A défaut de l’aider sur ce plan-là, Gale fut de même à même de lui proposer son plat supplémentaire, qui comparé aux repas servi par le lycée, avait l’air tout à fait appétissant. Le blondinet ne se montrait que très rarement généreux avec les inconnus mais il ne pouvait décemment pas laisser son ami –pouvait-il l’appeler ainsi ?- avaler cette texture répugnante qui recouvrait sa veste par endroit. Fort heureusement, le garçon avait préalablement pris quelques précautions, notamment en choisissant de porter des vêtements ayant peu de valeur à ses yeux –après tout, rien ne lui assurait que la prochaine tournée de slushies ne lui était pas destinée. A cette idée, le jeune homme balaya presque aussitôt la pièce des yeux et, rassuré de n’apercevoir aucun énergumène malintentionné s’approcher dangereusement dans sa direction, se reconcentra sur son camarade. Celui-ci mangeait à grandes bouchées le met qui lui était tendu, faisant naître un sourire satisfait sur le visage de Gale. « Je le lui dirai, tu n’imagines même pas à quel point elle sera ravie. » répondit-il au compliment de Ryder pour la cuisine de sa mère. « Ca ne risque pas de me faciliter la tâche parce qu’elle va s’imaginer que je me suis fait de nouveaux amis… » poursuivit-il d’un air faussement embêté, arquant un sourcil par dépit –sa mère avait toujours tendance à voir les choses avec démesure. « … et elle risque de continuer à me préparer à manger pour trois ! » acheva-t-il, souriant chaleureusement en directement du garçon. Sous le coup de l’emportement, Gale avait l’impression de trop parler, il attendit donc que Ryder prenne ensuite la parole avant de continuer son discours.

« Je ne comprends pas trop non plus. C’est un sport difficile, il n’y a aucun doute mais… » commença Gale, frottant son menton du bout de ses doigts, l’air pensif « … je trouve qu’on leur accorde bien plus de crédit qu’ils ne méritent. Contrairement aux chorales qui m’ont l’air plutôt douées. Bref. Encore un mystère de McKinley, je commence à croire que cette école n’a rien à voir avec les autres. » expliqua-t-il avec le même sourire pendu aux lèvres. Sous cette mine amusée, Gale était content d’être prompt à discuter du sujet habituellement éludé, dans cet endroit de surcroit. Le vrombissement des conversations voisines couvrait leur propre échange et leur assurait, de ce fait, une protection considérable. Le jeune homme trouvait d’ailleurs cet exercice de méchancetés –de gentilles méchancetés, en fait- tout à fait plaisant, pourquoi donc ne devait-il pas en profiter ?

« Hmm, eh bien, si tu ne t’en sers pas, je suis d’accord pour te l’emprunter » répondit Gale après que Ryder lui propose son chandail. « J’ai eu vent de rumeurs concernant le bureau des objets trouvés, il paraît que ça grouille de vêtement Hannah Montana par là-bas. Je me faisais un plaisir d’aller m’en chercher un, mais puisque tu as l’air d’insister » formula-t-il, non sans une grande touche d’ironie. Il espérait que celle-ci mette son camarade davantage à l’aise –parce que l’idée d’un repas silencieux, désormais, lui paraissait insoutenable. En temps normal, ça n’était pas dans les mœurs du jeune homme d’accepter à tout vent qu’on lui prête quelque chose, mais il gardait en tête que la température à l’extérieur n’incitait franchement pas à se promener en tee-shirt. Sauf si Hannah Montana était son seul espoir, il préférait encore s’éviter un voyage chez le médecin pour une grippe. « Enchanté –moi, c’est Gale » dit-il à son camarade en pinçant légèrement ses lèvres. « Je ne dirais pas que je me plais mais… je m’adapte, disons. Les gens ne sont pas très accueillants, par ici. Et toi, tu as toujours été dans ce lycée ? » s’enquit-il avant de se rincer la bouche en vidant son verre d’eau. Il fallait dire que ça faisait un bon moment qu’il n’avait pas autant parlé.
Revenir en haut Aller en bas
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 06. A chaque repas son lot de rencontres.    Ven 19 Aoû - 8:20

Cela faisait du bien de parler à un garçon qui n’avait pas que le sport à la bouche et qui semblait aussi du même avis que lui concernant les sportifs. En fait, c’était bien de parler à un mec tout court. Ryder n’avait pas énormément de bons amis du côté masculin. Il n’y avait en fait que Robbie avec qui il partageait la même passion pour la musique et qu’il côtoyait régulièrement. Tous les autres étaient des connaissances qu’il n’allait probablement plus voir dès la fin du lycée, c’est-à-dire, environ quatre mois. C’est triste, mais c’était comme ça. Quoi qu’il en soit, il sentait qu’avec le blondinet, il y avait peut-être un truc à développer. Amicalement, s’entend. D’accord, Ryd n’avait échangé que quelques phrases, ou plutôt quelques mots, mais son hôte de tablée lui semblait fort sympathique et différent des autres garçons du lycée. Il semblait simple, un peu coincé- ce qui était normal-, généreux, sincère et intelligent. Puis bon, ça doit bien exister les coups de foudre amicaux, non?! Bref, sans trop bousculer la situation, le musicien se sentait très à l’aise et ne sentait aucun jugement de la part de son compagnon de cafétéria. Il pouvait ainsi se détente et apprendre à connaître le « nouveau ». Il apprécia sa super idée d’insulter les footeux pour ensuite aller se cacher à toute vitesse. " Bof, ça va. J’apprécie tout de même cette protection invisible de la part de mon frère qui était l’une des vedettes des Titans, il y a quelques années. Mais, je verrais plus un truc subtil. Comme un jus renversé accidentellement" Il fit des guillemets avec ses doigts" Sur l’un deux." Il sourit à son interlocuteur. Si un jour il devait faire une attaque contre un footballeur, il aurait au moins un complice.

Tout en continuant de déguster le délicieux repas du blond, Ryder écouta son avis sur les sportifs. Il acquiesça ses dires concernant la difficulté du sport. Il n’y avait aucun doute là-dessus. Pour avoir joué dans une équipe collégiale, Ryder savait que trop bien qu’il ne s’agissait pas d’un sport simple avec toutes les stratégies à apprendre, la mise en forme, la pression des coachs et des parents, les entraînements et les déplacements un peu partout dans l’état. Le brun n’avait jamais condamné le sport en tant que tel, mais plutôt ses joueurs. "Et voil…"Trop pressé de répondre, il avait parlé sans avoir terminé sa bouchée. Il mit sa main devant sa bouche et avala le morceau de poulet."] Exactement! Je n’ai jamais compris cette histoire. Ils croient que les chorales ne travaillent pas, peut-être? Pour avoir une amie…"Il se stoppa et instinctivement, il se retourna vers la table de Leah et son visage se referma, mais il revint rapidement vers le jeune garçon et il reprit :"Pour connaître quelques uns des choristes, je sais qu’ils travaillent très forts, malgré le milieu dans lequel ils doivent étudier. Il y a en qui ont des voix exceptionnelles, en particulier Rachel Berry. Une petite diva un peu fêlée, mais bon sang! La voix qu’elle a! Elle est difficile à manquer, tu devrais la croiser d’ici peu, si ce n’est pas déjà fait. Faudra que tu ailles à l’un de leur récital. Ça vaut la peine, crois-moi. Tu chantes toi?" Il s’essuya la bouche avec une serviette et s’empara de son jus qu’il termina. Ces petits jus étaient d’un format ridicule pour des adolescents en pleine croissance. Deux gorgées et c’était terminé. Rien pour étancher la soif.

Le musicien éclata de rire en imaginant le blondinet porté un chandail Hannah Montana rose avec des paillettes dorées. "Pourtant, je t’imagine bien avec un chandail d’Hannah! Le rose ferait ressortir tes yeux! Mais bon, ce serait ton suicide social! Mais si tu traînes avec moi, je pourrai sans doute t’avoir l’immunité contre les slushies tout en restant discret. Du moins, contre les footballeurs…les cheerios c’est autre chose."Il lui sourit. Aucun des footeux n’oseraient s’en prendre à l’un des amis du petit frère du grand Connor Crawford, si ce dernier leur demandait. Quant aux Cheerios, elles étaient menées par la Reine Summer Davis. Si elle ne t’avait pas dans son collimateur, dans le mauvais sens, tu étais sauf. Encore l’une des nombreuses règles du lycée de McKinley. Il faudrait tellement écrire un livre les contenants toutes tellement il y en avait. « Évitez les faux pas WMHS» Bref, passons. "Tinquiète, on ira à mon casier tantôt et je te le donnerai"

Son compagnon de table avait donc pour nom Gale. Ryder avait hoché la tête lorsqu’il s’était présenté." Ouais, j’imagine que ça doit être difficile de bien s’intégrer à un lycée d’une petite ville. Puisque la plupart, on va à la même école depuis la maternelle. Et ouais, je suis né à Lima et je vais probablement mourir ici. C’est assez dur d’en sortir. Mes grands-parents sont nés ici, mes parents aussi…Il y a peut-être juste mon frère qui va s’en sortir si sa carrière se porte bien, mais sinon…" Tout en parlant de sa famille, il avait agité sa fourchette comme pour accentué ses dires. Heureusement qu’il n’y avait rien. Gale aurait probablement encore été éclaboussé. "Tu viens d’où exactement? Et pourquoi diable être venu dans une ville aussi paumée que Lima?" Parce que oui bon, c’était une chose d’y être né, s’en était une autre de décider de venir s’y installé volontairement. D’accord, Lima était une jolie ville tranquille et sans histoire. Si on voulait la paix, c’était le lieu parfait. Mais elle était loin de tout et Ryder n’était même pas sûr qu’elle apparaisse sur une carte.


Dernière édition par Ryder Crawford le Mar 30 Aoû - 4:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. A chaque repas son lot de rencontres.    Ven 26 Aoû - 0:03

Gale se sentait nettement plus à l’aise depuis qu’il savait que Ryder était de son côté et prenait beaucoup de plaisir à discuter avec le jeune garçon. Il songea d’ailleurs que, malgré toute la haine qu’il éprouvait à l’égard les footballeurs, ils étaient les victimes idéales des vacheries que leur balançaient depuis déjà plusieurs minutes les deux adolescents –sans quoi leur discussion aurait certainement été moins désopilante. Et cet exercice, Gale était forcé de le reconnaître, lui plaisait beaucoup. Depuis qu’il était arrivé à McKinley, le blondinet passait le plus clair de son temps à faire profil bas et à tenir sagement sa langue, sous prétexte que son statut ne lui permettait pas d’en faire plus, et de déroger l’espace d’un repas à toute cette politique infernale qui ne cessait de le rabaisser, c’était tout simplement exaltant. Gale avait à plusieurs occasions remarqué à quel point les lycéens, même lorsqu’ils étaient seulement entre eux, ne s’essayaient pas à discuter de ce genre du sujet, comme si les mots footballeurs et cheerios étaient tabous, et ce genre d’accord tacite avait le don de l’exaspérer profondément. Dans son cas, il n’en démordait pas ; il était hors de question de garder pour lui ses opinions par crainte de prétendues représailles. Et puis si pour couronner le tout, Ryder bénéficiait d’une immunité, qu’est ce qui pouvait bien donc l’empêcher de continuer ?

Le garçon s’éclaircit la voix ; happé par la question de son camarade qui lui demandait s’il chantait, il fit mine de réfléchir pour chercher ses mots. « Sous la douche, ça m’arrive… » lui répondit-il, tout en accompagnant ses mots d’un sourire en coin, comme pour signifier que chanter n’était effectivement pas dans ses habitudes. Pourtant, Gale ne faisait là qu’éluder la question de Ryder. Né dans une famille de musiciens, il lui arrivait souvent de fredonner un air pour ensuite le chanter à pleine puissance, après s’être assuré que personne ne pouvait l’écouter. Il était toutefois profondément persuadé que sa voix sonnait faux et préférait donc éviter de se donner en spectacle pour se faire sauvagement humilier. S’il avait eu davantage de talent, songea-t-il, il se serait d’ailleurs certainement inscrit dans une des chorales de l’école dont les membres, malgré leur terrible réputation et leurs bizutages quotidiens, lui paraissaient tout à fait épanouis. Sur cette dernière pensée, le garçon secoua discrètement sa tête ; à quoi bon se torturer l’esprit puisque de toute manière, il n’était pas suffisamment doué ? Se ressaisissant, Gale lâcha ses couverts et s’essuya les mains avec application. « Mais je joue du piano et de la guitare, grâce à mes parents » précisa-t-il en refermant le couvercle du récipient désormais vide. « Et toi, tu es musicien ? » s’enquit-il, retrouvant un sourire complice après avoir siroté la dernière gorgée de son verre d’eau.

Son repas achevé, Gale fixa son plateau, stoïque. Pour une fois, la pause déjeuner était passée à vitesse folle et il regrettait presque déjà ce court moment de complicité qu’il venait de partager avec son camarade. Ce dernier le ranima en rebondissant sur ses derniers propos ; cette histoire de vêtements Hannah Montana avait vraisemblablement fait son effet. Une bonne chose pour Gale qui, ces derniers temps, peinait à faire rire les autres ou même à rire lui-même ; tout lui rappelait son départ et la blessure qui menaçait presque constamment de le faire souffrir était encore fraiche. L’humour, c’était la seule vraie chose qui le soulageait et Ryder avait l’air d’être un garçon tout à fait habilité à en user –mais Gale détestait plus que tout avouer ses faiblesses et n’insisterait pas si ses échanges avec le jeune garçon s’arrêtaient à ce repas. Plutôt que de se perdre à nouveau dans ses pensées, Gale rétorqua avec un sourire toujours complice, coulant un regard lumineux vers son nouvel ami : « Ne te moque pas, le rose était très tendance sur les garçons… à une époque » . Il ne put s’empêcher de s’imaginer portant la fameuse couleur et d’émettre un rictus qui traduisait le résultat grotesque. « Tu prends de gros risques en me prêtant ton sweat. Il suffit que tu te fasses slusher cet après-midi et… à toi le calvaire » ajouta-t-il en baissant légère sa tête et fixant toujours des yeux son camarade. Puis, avançant sur sa chaise, le blondinet brandit son bras devant lui et tapota, sans trop réfléchir, sur l’épaule de Ryder d’un geste amical. Conscient que ce contact pouvait paraître prématuré, il vint replacer sa main sous la table et acheva son discours : « Mais ne t’inquiète pas. Le rose te sera tout à fait seyant, j’en suis convaincu » .

Gale ne regrettait pas ce geste inhabituel, ou ce qu’il considérait plutôt comme une marque d’affection. Ryder était un garçon parfaitement sympathique qui inspirait beaucoup à la confiance. Ce genre de garçon qui, malgré son physique avantageux, n’hésitait pas à bavarder avec le premier inconnu croisé, sans se soucier de son physique ni même de la marque de ses vêtements. Un type cool, comme on les désignait communément. Et Gale estimait avoir une chance inouïe de l'avoir rencontré alors que le hasard avait plutôt tendance à lui réserver de mauvaises surprises ces dernières semaines. Une idée traversa soudainement l’esprit du jeune garçon qui, presque aussitôt, sortit de sa poche un morceau froissé de papier et un stylo que, par chance, il avait oublié de ranger un peu plus tôt. Il gribouilla quelque chose puis tendit le fameux papier, préalablement replié, vers son camarade. « Tiens, c’est mon numéro. Si un jour l’envie te prend de mettre notre fameux plan anti-Titan à exécution, tiens moi au courant. » expliqua-t-il avec son sourire pendu aux lèvres, serrant la mâchoire en regrettant presque de se montrer subitement si entreprenant. « Tu es la première personne à l’avoir dans toute cette ville, considère ça comme un privilège » lui glissa-t-il lorsque Ryder attrapa le papier pour le ranger dans sa poche. Gale disait vrai : personne ici n’avait eu son numéro –ou plus exactement, personne ne le lui avait demandé. Et malgré tout la méfiance donc il faisait habituellement preuve, il venait de l’offrir à un garçon qu’il connaissait depuis à peine quelques minutes ; Ryder pouvait définitivement s’estimer chanceux.

Curieusement, les questions de ce dernier ne génèrent pas le jeune Hemmens, certainement parce que le premier ne sembla éprouver aucune difficulté à lui avouer qu’il était né à Lima et pensait y rester pour longtemps. Il se surprit même à répondre avec aise, non sans se passer une main dans les cheveux –comme il en avait pris la fâcheuse habitude lorsqu’il s’agissait de parler de son passé. « Je suis originaire de Vernon, dans l’Indiana. Et… qu’est ce je viens faire à Lima ? Oh, je l’ignore moi-même. » lui dit-il en arquant un sourcil et perdant son sourire l’espace d’un instant. Son regard s’était quant à lui instinctivement réfugié vers la foule d’élèves qui commençaient à se précipiter vers la sortie après avoir, plus ou moins soigneusement, rangé leurs plateaux. « Paumée ou pas, c’est à Lima que mon père a réussi à trouver un nouveau poste. Je n’ai pas vraiment eu le choix » renchérit-il tout en recroisant le regard chaleureux de Ryder. « Qu’est ce qui te fait dire que tu ne bougeras jamais d’ici ? » Sous le coup de l’euphorie, Gale se savait curieux mais il n’estimait pas ses questions indécentes. Il voulait sincèrement apprendre à connaître Ryder et, hélas, il n’avait aucune autre alternative pour y parvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
MessageSujet: Re: 06. A chaque repas son lot de rencontres.    Jeu 1 Sep - 2:27

Le hasard faisait bien les choses. Quand on y pensait, s’il n’avait pas eu cette terrible dispute avec Leah, Ryder serait très probablement entrain de manger avec elle. Oh, il ne pensait pas que c’était une bonne chose de ne plus parler à sa meilleure amie, mais il était très heureux de sa nouvelle rencontre. Ce n’était pas la même chose de parler avec un garçon. On ne discutait pas des mêmes sujets et on ne se retenait pas pour rigoler et être un peu immature. Bien que Gale semblait un peu coincé et réservé, sauf ce qui concernait les sportifs. Il semblait même se faire un malin plaisir à parler dans leur dos dans leur territoire, ce qui faisait bien rire Ryder. Ce dernier n’avait pas souvent la chance de dire sa façon de penser à d’autres personnes puisque les footballeurs et leurs moutonnes de Cheerios étaient des intouchables. Si une personne entendait le moindre commentaire douteux sur l’un d’eux, il était possible que celle-ci aille le signaler à la personne concernée seulement pour se remonter et peut-être bénéficier d’une immunité temporaire. Heureusement que tous les occupants de leur table étaient pris dans leur conversation pour faire attention à eux.

"C’est vrai que les douches ont une super sono"Qui ne chantait pas sous la douche? Une petite cage restreinte et la voix ensevelie par le bruit de l’eau qui coule, l’endroit parfait pour se laisser aller et chanter à plein poumons. Les yeux du brun s’illuminèrent lorsque le blond l’informa être lui aussi un musicien. "Quoi? Génial! Je joue un peu de tout, mais principalement de la guitare!" Il était toujours heureux de rencontrer quelqu’un qui jouait lui aussi d’un instrument. Ryder adorait passer des heures à jouer avec des potes. Selon lui, il n’y avait pas meilleur moyen de se défouler et décrocher un peu. "Faudra se faire un petit jam un de ces quatre, enfin si ça te dit bien sûr!" Il lui sourit tout en grattant les derniers aliments restant dans le plat. Il trouva Gale très chanceux d’avoir des parents intéressés par la musique. La dynamique devait tellement être différente ainsi que les discussions plus intéressantes et un brin plus intellectuelles. Ce qu’il en avait marre de toujours parler des touchés et des points produits par tel joueur ou d’un jeu exceptionnel ou d’un échange ayant eu lieu dans la NFL. Il prit la dernière bouchée et referma le plastique qu’il tendit à son nouvel ami. "Merci encore. Je crois que tu m’as sauvé la vie. Qui sait ce que j’aurais pu attraper en mangeant ce truc radioactif?" Il pointa son assiette à peine entamée toujours dans son plateau. " Demain si tu veux, c’est moi qui t’offre le repas! En fait, plutôt ma mère!"Sinon le seul repas qu’aurait droit Gale serait un sandwich au beurre d’arachide. Rien à voir avec l’excellent repas que le blondinet lui avait offert.

Ryder était heureux de son coup. Bien qu’il était un peu moins mal à l’aise qu’au départ, Gale semblait toujours avoir une certaine retenue, mais grâce à Hannah Montana, il s’était détendu et avait même ajouté à la blague. "Mouais, mais c’est pas parce que c’était tendance, il y a des années que c’est nécessairement beau!" Lui répondit-il à son tour avec un sourire complice. Les deux adolescents semblaient avoir le même humour ironique. Ouais, une nouvelle amitié était entrain de naître sur cette table au fond de la cafétéria et le tout se concrétisa par le geste amical du blond. Ryder ne le prit pas mal du tout. Il fût surpris, bien sûr, mais il n’y voyait rien de mal et surtout il ne s’imagina rien d’ambigu. Cela confirmait seulement que tout comme lui, Gale appréciait sa compagnie."Hé! Je te l’ai dit. Intouchable!" Il s’était légèrement reculé et ouvert les bras fièrement pour démontrer que son corps ne recevrait pas de slushies aujourd’hui."Mais je te remercie, j’ai toujours voulu porter du rose!" Lui qui avait cru que ses déjeuners au self seraient mortellement long sans Leah, il s’était trompé à son plus grand bonheur. Il n’avait pas vu le temps passé et il n’avait pas pensé à elle. À part une fois…ou deux. Il espérait tout de même que cette nouvelle rencontre ne se résume pas seulement au self, mais qu’ils allaient se côtoyer à l’extérieur du lycée. Encore une fois, Gale le surprit en lui donnant son numéro de téléphone. Ryder prit le bout de papier et sortie son téléphone pour entrer immédiatement le numéro dans ses contacts. Organisé comme il était, il perdrait le papier en moins de deux minutes. "Merci! Je me sens très choyé. Je vais de ce pas le mettre sur e-bay!"Il fit mine de repousser sa chaise et se lever pour mettre ses paroles en exécution et éclata de rire. C’était cocasse que ce soit Gale qui prenne toutes ses démarches pour entreprendre une bonne amitié. C’était tout de même lui le nouveau réservé, mais le musicien appréciait beaucoup les gestes.

L’ironie et les blagues firent place à un sujet plus sérieux. Le passé de Gale et ce qui l’avait emmené à Lima. Il ne semblait pas très à l’aise d’en parler, mais répondit tout de même à ses questions. Ryd’ l’écouta sans émettre de commentaires. Même s’il y avait d’autres questions plus ou moins pertinentes à lui poser, il ne dit rien et quelque chose lui disait que les occasions seraient nombreuses pour apprendre à mieux le connaître et cela allait donner le temps à Gale d’être plus à l’aise en sa compagnie. "J’en sais rien. Rares sont les personnes qui sortent gagnantes d’une ville comme Lima et puis bon, autant l’avouer, je me vois mal habiter ailleurs. Toute ma famille est ici." Il ne s’entendait pas super bien avec cette dernière, mais Ryder avait toujours un minime espoir que les différends se règlent et ce n’est pas en allant ailleurs que tout s’arrangerait. De toute façon, il ne savait même pas ce qu’il ferait ailleurs. Bien sûr, son rêve ultime était de devenir guitariste d’un groupe rock super populaire et de partir en tournée partout dans le monde, d’avoir son bus de tournée et de ne jamais dormir au même endroit chaque jour. Comme les chances que cela arrive étaient sous le 1%, il s’était fait à l’idée de rester dans sa petite ville natale pour le reste de ses jours avec des petites virées ici et là pour voir des concerts.

L’heure du déjeuner était près de se terminer. Le jeune homme ramassa ses déchets et ceux de Gale et les déposa dans son cabaret, puis se leva. "Si t’as rien de prévu ce soir ou en fin de semaine, tu pourrais passer à la maison et on pourrait se faire un massacre de zombie à la 360!" À son tour d’être entreprenant. Il ne savait pas si Gale aimait les jeux vidéo, mais quel garçon normalement constitué n’aimait pas cela?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 06. A chaque repas son lot de rencontres.    Mer 5 Oct - 22:52

Gale était plutôt fier de lui. D’habitude, parler aisément avec des sombres inconnus n’était une mince affaire mais force était de constater qu’aujourd’hui, ses efforts avaient porté leurs fruits. Il paraissait évident que la chance y était pour quelque chose mais, même face à ce constat, le jeune homme se promit d’essayer dorénavant plus souvent de sympathiser avec les autres. Naturellement, pas avec n’importe qui : il exclut d’office toute perspective de se faire de nouveaux amis chez les cheerios ou les sportifs –sacrilège ! Mais il était plutôt ravi à l’idée de s’être trompé dans son jugement ; tous les élèves ne McKinley n’étaient pas des abrutis finis. Ryder n’était pas sans lui rappeler bon nombre de ses amis de l’Indiana et, même si les deux adolescents se connaissaient depuis tout juste quelques minutes, il sentait qu’il pouvait compter sur lui. Cerise sur le gâteau, ils semblaient avoir les mêmes goûts, un détail qui ravit encore davantage le jeune blondinet. Gale esquissa un sourire plus large lorsque son ami lui avoua être aussi un musicien : la perspective de jouer à ses côté était vraiment alléchante et il ne put décemment pas la décliner. « Ce sera avec plaisir. Mais je dois te prévenir que je suis encore un guitariste amateur, j’espère que je pourrai te suivre ! » expliqua-t-il en remuant le verre rempli d’eau dans sa main. Il était là très modeste mais préférait ne pas se vanter d’avoir un niveau exceptionnel : Ryder semblait être un bien meilleur guitariste que lui –ça se sentait, ce genre de chose.

Le jeune garçon ne regrettait pas d’avoir partagé son repas ; sa mère avait vu les choses en grand, comme toujours. Et il était persuadé que celle-ci serait ravie d’apprendre que ses petits plats avait conquis une nouvelle victime –même si ce qui lui plairait le plus, ce serait d’apprendre que la victime en question était un nouvel ami. De son côté, Ryder voulut lui rendre la pareille et lui proposa de se charger du repas suivant ; en garçon de bonne composition, Gale accepta cette offre d’un hochement de tête et d’un sourire amical. L’atmosphère déjà bien tranquille se détendit davantage lorsque les garçons s’inventèrent une fausse admiration pour les vêtements roses. Le blondinet songea à quel point ces derniers fous-rire pour des choses aussi insignifiantes dataient ; ça le conforta dans l’idée que Ryder et lui se ressemblaient beaucoup et qu'ils pourraient délirer ensemble aussi souvent qu'ils le pourraient. Il prit donc l’initiative de donner son numéro à l’adolescent qui, en retour, lui fit une petite farce à laquelle il ne crut pas une seule seconde. Mais le rire de son camarade était étrangement contagieux et, lorsque celui-ci éclata de rire après sa petite mise en scène, Gale ne put se retenir d’en faire autant. Heureusement, songea Gale, les deux jeunes hommes n’avaient aucun cours en commun. Il n’osait même pas imaginer les effets dévastateurs que pourrait avoir la présence de Ryder à ses côtés en classe.

Un doute s’insinua dans son esprit quant à cette supposition lorsqu’ils abordèrent un sujet plus sérieux. Lima ; même ici ce mot semblait tabou et Gale fut surprit de constater à quel point Ryder en parlait avec amertume. Le blondinet se mordit la lèvre inférieure, son camarade avait certainement raison : cette ville était définitivement un coin perdu dont il était difficile de s’échapper et, à moins que son père ne trouve un meilleur poste ailleurs, il semblait que lui aussi devrait y restait pour un bon moment. Dit de cette manière, Gale se sentait pris au piège, et regrettait un peu plus sa vie d’autrefois. Là-bas, tout était tellement plus naturel et plus facile –ici, les choses semblaient se passer sans qu’on ne puisse s’en mêler. Bien sûr, à côté de ça, de très bonnes choses lui étaient arrivées ici, et même s’il supportait encore très mal l’idée d’y rester quelques mois de plus, il sentait qu’il finirait par s’y faire. Après tout, Ryder y avait grandi et semblait parfaitement bien sur lui ; ça n’était peut-être pas si terrible que ça en avait l’air d’habiter ici. Préférant changer de sujet, Gale gratifia simplement son camarade d’un regard compatissant. L’heure du repas touchait de toute manière à sa fin et les élèves avaient déjà pour la plupart quitté le self pour envahir les couloirs du lycée.

Le garçon rassembla ses déchets ainsi que ceux de son camarade pour les jeter mais, avant qu’il ne puisse se lever, Ryder lui fit part de sa proposition. Intéressé et à la fois très flatté, il fit mine de réfléchir une demi-seconde à la question du grand garçon avant d’afficher un large sourire. « Eh bien, je n’ai rien de prévu pour ce soir, alors on n’a qu’à se donner rendez-vous » répondit-il alors qu’ils se levèrent à l’unisson pour quitter les lieux. Gale fut étonné de constater à quel point il avait l’air ridiculement petit, à côté de son camarade. Gale déposa les déchets dans la poubelle et rejoint Ryder pour s’avancer vers la sortie. « Je finis à 17h, aujourd’hui, alors disons... dans ces eaux-là dans le hall du lycée. J’imagine que quelqu’un d’aussi grand que toi, on ne peut pas le rater » dit-il avec un brin de taquinerie, tout en donnant un léger coup d’épaule à son ami. Ainsi, ils convinrent donc de se retrouver à la sortie des cours et Gale suivit avec beaucoup d’entrain son nouvel ami, impatient à l’idée de porter ce fameux chandail.

-Topic Terminé-
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 06. A chaque repas son lot de rencontres.    

Revenir en haut Aller en bas
 

06. A chaque repas son lot de rencontres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 6
-