Choriste du mois


Partagez | 
 

 06. Who Run the World ? [girls]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eanwen
PNJ ; Je mords seulement les moches et les boulets :D
Age : twenty eight
Occupation : Lire, écrire, gérer un forum, râler...
Humeur : Bonne
Etoiles : 627

Piece of Me
Chanson préférée du moment : man in the mirror ; MJ
Glee club favori : Je me fiche totalement des chorales
Vos relations:
06. Who Run the World ? [girls] Empty
MessageSujet: 06. Who Run the World ? [girls]   06. Who Run the World ? [girls] EmptyMer 29 Juin - 10:48

L’un de mes passe-temps favoris était de bichonner ma collection de trophées. J’étais toujours à l’affût du moindre grain de poussière qui pourrait entraver leur beauté. Je passais des heures à les admirer, les caresser et les nettoyer, et j’avais même poussé le vice jusqu’à leur donner des petits noms. J’étais comme une mère pour eux ; pour les protéger, je n’hésiterais pas à tuer. J’étais aussi très fertile. Tous les ans, un nouveau bébé venait agrandir la famille sylvesterienne. J’étais devenue une véritable légende, et je n’étais pas peu fière du chemin parcouru. Qui aurait-pu prédire que la fille d’un sac à vin et d’une soubrette deviendrait une référence en matière de cheerleading ? Personne ! Par moments, même moi j’avais du mal à y croire ! Mais quand je m’asseyais derrière mon bureau, et que je contemplais mes trophées rutilants avec fierté, la vérité s’imposait alors à moi. J’étais une serial winneuse, ma réussite sautait aux yeux !

Pourtant depuis quelques semaines, un parfum d’échec planait au dessus de ma tête. Les pintades écervelées que j’entraînais étaient plus préoccupées par leur popularité que par la compétition. Pour remporter la couronne, certaines se livraient même une bataille sanglante, digne des bacs à sable. J’étais lassée d’autant de puérilité ! Si elles tenaient vraiment à leur réputation, gagner les Nationals devait être leur principal soucis ! Une défaite serait synonyme de dégringolade de l’échelle sociale pour elles, comme pour moi. Mais ces pétasses de bas étage, dont le QI avoisinait celui des huîtres, ne semblaient pas en avoir conscience.

Il fallait que je trouve une solution pour rectifier le tir ! Je déplorais le fait que les châtiments corporels soient prohibés par la Constitution ! Une petite séance de torture et hop ! j’étais certaine que ces mongolitas réétudieraient l’ordre de leur priorités. Malheureusement, je ne pouvais pas dégainer mon arme secrète ; le mollusque Schuesterien verrait là une trop belle occasion pour me faire dégager du lycée, la queue entre les jambes. Je devais la jouer fine. Puiser dans mon puissant intellect pour résoudre ce problème, et désigner une coupable. Beverly Paxton ! Cet immonde tas de graisse, qui siégeait en haut de la pyramide, n’était pas fichu d’assurer la cohésion du groupe. Elle n’avait pas l’étoffe d’une capitaine, elle n’avait pas l’étoffe d’une Sue Sylvester ! Certes, elle savait danser… mais, elle était totalement dépourvue de charisme. La regarder dandiner son cul éléphantesque était devenu un supplice pour mes yeux. A chaque fois que je la croisais dans les couloirs, cette grognasse me provoquait des crises de nausées carabinées.

L’évincer s’imposa bien vite comme LE remède miracle, pour préserver ma santé mentale. Mais dézinguer la Paxton ne faisait pas tout, je devais aussi lui trouver une remplaçante. Après une petite hésitation, mon choix se porta finalement sur Quinn Fabray. J’admirais cette gamine depuis toujours. En fait, elle me rappelait la jeune Sue Sylvester, l’ossature et la beauté en moins. Je n’avais pas été tendre avec elle mais, ma cruauté n’avait eut d’égal que ma déception ! Oui, en se faisant engrosser Q. m’avait déçue, terriblement déçue ! Pourtant, je savais qu’elle était la seule à réellement pouvoir redresser la barre. Si on faisait abstraction de ses vergetures, Quinn avait toutes les qualités requises pour devenir head-cheerleader. En plus d’avoir déjà fait ses preuves, elle était beaucoup plus mature que ses consœurs. Elle se désintéressait aux gamineries et rivalités qui secouaient l’équipe dernièrement, alors que Summer Davis en était à l’origine. Je devais avouer que nommer cette dernière m’avait traversé l’esprit. Mais bien vite, j’avais réalisé que faire de Davis la nouvelle capitaine allait exacerber les tensions.

Face à mes trophées, un plumeau swiffer à la main, j’attendais que l’heureuse élue sorte des cours et vienne se présenter dans mon bureau. « Ne t’inquiètes pas Georges, maman va te donner un petit frère dans quelques mois. » finis-je par dire, en dépoussiérant la magnifique coupe que j’avais remporté l’année dernière, à la sueur de mon front. L’important, c’est de participer… c’est ce que ce disent les losers de l’acabit de Ryan et de Schuester pour mieux encaisser la défaite. Pour Sue Sylvester, l’important c’était de gagner ! La victoire, c’était toute ma vie ; me priver de se petit plaisir, c’était comme m’enfoncer un poignard dans le cœur, et réveiller la bête qui sommeillait en moi. Quinn Fabray n’avait pas intérêt à me décevoir encore une fois, si elle n’avait pas envie de mourir jeune, dissoute dans un bain acide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan Brentwood
ADMIN ; when things don't go right, go left.
Age : Twenty yo
Occupation : Etudiante (freshman) - Tient un blog
Humeur : Bonne
Statut : Le célibat... what else ?
Etoiles : 5730

Piece of Me
Chanson préférée du moment : talk talk - it's my life
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
ADMIN ; when things don't go right, go left.
06. Who Run the World ? [girls] Empty
MessageSujet: Re: 06. Who Run the World ? [girls]   06. Who Run the World ? [girls] EmptyMer 29 Juin - 14:59

    « Dans un triangle rectangle, le carré de la longueur de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des longueurs des côtés de l’angle droit. »


Depuis le dernier rang et d’un air absent, j’assistais au cours de Monsieur Sheffield. Mon professeur s’échinait pour captiver notre attention, avec ce théorème de Pythagore qui n’avait absolument rien de passionnant. Encore dix-sept minutes à attendre, et la sonnerie marquant la fin de la journée retentirait dans les couloirs. Si les autres étaient impatients de pouvoir enfin quitter le lycée, moi j’observais la pendule avec appréhension. Sue Sylvester m’avait convoquée dans son bureau, et je ne savais pas si j’allais en ressortir vivante. Avec elle, il fallait s’attendre à tout - surtout au pire - j’étais bien placée pour le savoir. En tant qu’ancienne head-cheerleader, je savais ce dont elle était capable pour parvenir à ses fins. La vieille harpie m’en avait fait baver l’année dernière. Elle avait ruiné ma réputation, et fait de moi une paria à McKinley.

Revêtir mon uniforme de Cheerio en septembre n’avait pas vraiment changé les choses. J’étais toujours une cible de choix pour les lanceurs de slushy, une source de railleries et de quolibets. En outre, Santana et sa clique ne rataient jamais une occasion pour me mener la vie dure. Si j’encaissais toutes ces humiliations sans broncher, c’était parce que j’avais compris depuis longtemps qu’il était inutile de rentrer dans ce jeu. A une certaine époque, je n’étais pas bien différente de mes bourreaux ; je passais mon temps à rabaisser les autres, comme si je ressentais le besoin de leur prouver ma supériorité. Et qu’est-ce que cela m’avait apporté au final ? Rien, absolument rien ! Faire un enfer de la vie de Rachel n’avait pas embelli la mienne ! Que Santana me traite d’idiote, pour avoir cru à la fidélité de Puckerman, ne la rendait pas plus intelligente. Mais ça, elle était encore trop puérile pour le comprendre. Tant pis pour elle !

« Quinn, est ce que ça va ? » s’enquit Cat Robertson en posant une main sur mon épaule, ce qui me provoqua un sursaut.
Mon regard croisa celui de ma nouvelle amie, puis fit le tour de la salle de mathématiques, complètement vidée de ses occupants. Je ne m’étais pas rendue compte que le cours était déjà terminé… et que, par conséquent j’étais en retard pour mon rendez-vous avec la coach. « Et merde ! » m’écriais-je, en jetant un œil paniqué sur ma montre. « Je suis attendue dans le bureau de Sylvester, et je suis à la bourre ! » Je me redressais et rassemblais mes affaires, dans la hâte. « Si je survis à l’entretien, je t’appelle ce soir pour tout te raconter » lançais-je à Cat, avant de quitter la pièce en courant.

Trois minutes plus tard, j’étais devant la porte des Enfers, à bout de souffle. Je déployais de nombreux efforts pour essayer de dissimuler mon angoisse mais, c’était sans compter sur mes jambes flageolantes qui trahissaient mes émotions. Sur le battant en métal, était gravé le nom de « Sue Sylvester », autrement dit, l’identité du Diable en personne. A vrai dire, je ne savais pas de quoi Mamie Nova voulait me parler, mais notre rendez-vous n’inaugurait rien de bon… J’attendais ma sentence, en échangeant quelques messages avec Morgan sur Twitter. Puis, la porte finit par s’ouvrir, et le visage de la coach apparut, dans l’entrebâillement. « Dépêches toi de ramener tes fesses de mongola, on va pas y passer la soirée ! »
Je pris une profonde inspiration avant de pénétrer sur le territoire de l’ennemi. Cette dernière me fusilla du regard, avant de claquer la porte derrière moi. Plus aucun doute ne subsistait : j'allais me faire casser la boîte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

06. Who Run the World ? [girls]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 6
-