Choriste du mois

Partagez | 
 

 07. Loser like me, really?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
07. Loser like me, really? Empty
MessageSujet: 07. Loser like me, really?   07. Loser like me, really? EmptyDim 3 Juil - 17:56

07. Loser like me, really? Hollowart_bb067 && 07. Loser like me, really? Karen_gillan_033
(c) Hollow Art


Histoire des Etats-Unis, vraiment, passer ses A-levels dans de telles conditions désespéraient la jeune Preston. Non pas qu'elle se soucie particulièrement de son avenir, mais il était passablement agacer d'obtenir d'excellentes notes par le biais de cours et d'examen au rabais. Comment diable les américains pouvaient-ils avoir quelques-unes des meilleures universités du monde tout en possédant l'un des pire système d'éducation publique et un niveau de connaissances aussi bas dans les lycées... C'était à ne plus rien y comprendre, mais bon, la petite rousse s'était choisie des cours hétéroclites et différents de ce qu'elle pouvait faire auparavant. Tout n'était pas si mauvais... Enfin si, mais au moins, cela ne lui demandait pas trop d'efforts.

En soupirant, Lexie regarda la photographie de Londres collée dans la porte de son casier, avant de la claquer avec une certaine virulence. L'idée de savoir ses amis en train de planifier leur week-end à venir, leurs vacances la rendait folle. Une de ses camarades lui avait envoyé un sms comme quoi la petite bande avait l'intention d'aller au festival de Glastonburry. Si jamais elle manquait ça... La jeune fille n'osait même pas y penser tant cela lui donnait envie de foutre des baffes à ces imbéciles éduqués à grands coup de Disney Chanel et de MTV. Triste, triste bilan de l'Amérique.

Il n'y avait qu'à voir cette espèce d'armoire à classe en train de chercher des noises à une pauvre gamine de première année. Il s'en prenait à elle à cause de sa chevelure de feu apparemment, ce que Lexie Preston, fière représentante d'une longue lignée de femmes rousses, ne pouvait laisser passer sous aucun prétexte. Fourrant son livre dans son sac, elle s'avança d'un pas rapide et un air agacé sur le visage. « T'as franchement rien de mieux à faire? Abruti, va donc apprendre quelque chose, ça te fera pas de mal. » Il allait l'énerver, l'anglaise le sentait bien. « Haha, vous formez un club de looseuses rouquines? » Lexie haussa un sourcil, légèrement interloquée. Vraiment? C'était là le summum de sa répartie? Magnifique... « Non en fait, on monte carrément une confrérie et tu sais pas ce que tu rates mon bonhomme. On t'a jamais dit que les rousses étaient les meilleures au lit? » Un sourire en coin, un clin d'oeil coquin pour le malotru, une tape aimable sur l'épaule de la gamine et Lexie J. passa son chemin à vive allure.

Encore un peu à crans de ce comportement plus que stupide et du manque de vivacité d'esprit qui régnait dans le coin, la jeune fille ne fit pas vraiment attention et tamponna violemment un garçon qui passait en sens inverse. Le carambolage à grande vitesse et la maladresse naturelle de la rouquine fit qu'elle se retrouva littéralement propulsée sur son noble séant. Un peu sonnée, elle prit donc conscience qu'elle était assise par terre, en plein milieu du couloir, juste à la sortie des classes. Un mec brun, plutôt pas mal et dont la tête lui disait trèèès vaguement quelque chose se tenait devant elle, visiblement, il avait été l'autre victime de cet accident de couloir. Imaginant que la scène devait être fort cocasse vue d'un point de vue extérieur, Lexie éclata d'un rire sonore et franc. Elle leva alors les yeux vers son vis-à-vis et lui tendit la main, avec un sourire « Aurais-tu l'obligeance de m'aider à me relever? »


Dernière édition par Lexie A. Preston le Sam 9 Juil - 18:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
07. Loser like me, really? Empty
MessageSujet: Re: 07. Loser like me, really?   07. Loser like me, really? EmptyMer 6 Juil - 18:24

Quelle sale journée, franchement. Il n’en n’était même pas encore au deuxième cours de l’après midi que déjà Thomas en avait plus qu’assez. Ca avait commencé tôt dans la journée ; cinq heures du matin pour être précis. Un sale chat avait décidé de chanter une sérénade juste en dessous de sa fenêtre ; réveillé en plein sommeil réparateur, l’acrobate était allé faire taire l’animal maudit d’une pantoufle habilement envoyée sur sa cible. Oui, c’était cruel envers le pauvre chat et la SPA en aurait été horrifiée, d’autant plus que d’ordinaire les chats étaient des animaux qu’il appréciait, mais là ça dépassait les bornes. Tentant de se rendormir après cet incident, il ne dormit au final que peu, son réveil sonnant à 7h pétante. Autant dire que Thomas naviguait en mode radar, tel un zombie, à travers sa routine matinale qui consistait en une douche, un habillage rapide et d’un bon petit déjeuner. Simple routine qui fut terminée en une heure trente. Sa malchance aurait pu s’arrêter là ; mais non ! Aujourd’hui, la chose qui se pensait supérieure aux humains et qui jouait les planificateurs de leur vie jour après jour (appelez ça comme vous voulez ; Dieu, le destin ou un retour de Karma) avait décidé de lui pourrir la vie, vu que ça lui a fait rater son bus. Lui qui d’habitude devait attendre cinq minutes avant de voir le bus arriver, là le dit bus était arrivé en avance. Il fut obligé de demander à sa mère de le conduire en urgence au lycée, afin de ne pas arriver en retard en cours. Ca, au moins, était un objectif atteint. C’était plaisant.

Ce qui le fut beaucoup moins ? L’interrogation surprise de mathématique à laquelle il eut droit lors de son premier cours de la journée. Le sujet était la trigonométrie. LE chapitre qu’il n’arrivait pas ne serait-ce que commencer à comprendre. D’autant plus qu’il avait toujours eu du mal à comprendre des choses dont il ne comprenait pas l’utilité concrète dans la vie courante ; or la trigonométrie était l’exemple même de ce genre de chapitre inutile à la vie quotidienne. Inutile de préciser qu’il l’avait lamentablement raté. En bref, c’était une sale journée ; un Epic Fail comme dirait son geek de cousin. Son humeur était dans le rouge et quiconque venait le titiller un peu trop se prenait une réplique cinglante et méchante accompagnée d’un regard noir. Il avait soigneusement évité la salle de répétition des New Directions ; risquer de croiser Puckerman dans les couloirs était suffisamment énervant comme ça pour qu’en plus il n’aille se faire du mal à le voir minauder et chanter des duos avec Santana. Il n’était pas encore devenu masochiste. Arrivé à son casier, il en sortit son livre d’histoire et y plaça son livre de math (comme s’il mettait une créature hideuse, dangereuse et dégoutante en cage) tout en écoutant ce qui se passait dans le couloir autour de lui. Un peu plus loin dans le couloir, une jeune femme à la chevelure de feu venait en aide à une autre rousse, sa réplique à l’autre idiot fit apparaître un léger sourire amusé. Elle avait du caractère et de la répartie ; deux choses qu’il appréciait chez une femme.

Ayant terminé à son casier et ayant deux heures de libres devant lui, Thomas prit le chemin de la bibliothèque ; aller essayer de réviser un peu son histoire n’était pas une mauvaise idée, des fois que les professeurs se soient donnés le mot pour faire des interros surprises. Sa route fut coupée par une collision imprévue avec un autre corps en mouvement. Si lui était resté sur ses pieds, bien que titubant sur deux pas, l’autre personne se retrouva au sol. Le temps qu’il reconnaisse la personne comme étant la jeune rousse à la répartie intelligente et rapide (vous vous souvenez, celle avec la réplique qui tue ?), cette dernière était partie dans un fou rire face à la situation. Il ne savait pas trop comment réagir à cela, alors il resta planté là jusqu’à ce qu’elle lui tende la main. Il la prit et l’aida à se relever avant de lâcher, d’un ton un peu sec.

"Fais attention où tu vas la prochaine fois."

Il se rendit instantanément compte du ton employé et ferma les yeux deux secondes en prenant une grande respiration pour se calmer, les rouvrant par la suite un poil plus calme.

"Désolé, je n’avais pas l’intention de te parler comme ça. J’ai juste eu une sale journée. Pas de bobo ?"

Thomas savait que ce n’était pas une excuse et sa vague tentative de sembler concerné sonnait faux, même lui le sentait. Mais sa journée avait dévoré le peu de patience qu’il avait en lui, alors forcément, au bout d’un moment ça sort…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
07. Loser like me, really? Empty
MessageSujet: Re: 07. Loser like me, really?   07. Loser like me, really? EmptyJeu 7 Juil - 14:36

« Fais attention où tu vas la prochaine fois. » Lexie haussa un sourcil à la fois surpris et quelque peu indigné. Vraiment, l'amabilité se perd dans les profondeurs de la campagne conservatrice des Etats-Unis d'Amérique. Alors que la jeune fille allait user de sa répartie cinglante pour faire remarquer à ce gringalet qu'il est mal venu de parler de la sorte aux rouquines sur les nerfs. Enfin surtout à une Lexie Preston partie dans sa lancée. Mais, visiblement, la jeune anglaise n'est pas la seule à ne pas avoir passé la meilleure des journées et son interlocuteur s'excuse bien vite. Le sourire renait sur les lèvres de la Cheerio, qui apprécie que le jeune homme prenne la peine de s'excuser et ne soit pas tout simplement mal élevé.

Après tout, les choses auraient pu être bien pire, elle aurait pu se prendre un slushy en pleine face par exemple. « Pas de bobo? » lui demande-t-il alors. Et concerné avec ça, c’est adorable. « Aucun soucis, on a connu pire ! » répondit-elle en riant doucement. Il faut dire que la cadette des Preston était une habituée de la gamelle en tout genre, tête en l’air comme elle l’était. Et puis surtout, la rouquine était une cheerleader dans l’équipe de Sue Sylvester et elle avait avant cela pratiqué les arts du cirque, autant dire qu’elle avait l’habitude de la gamelle douloureuse.

La londonienne regarda alors le visage du jeune homme qui lui faisait face, persuadée de l’avoir déjà vu quelque part. Créature solaire et sociable, Lexie se retrouvait souvent à bavarder avec celui-ci ou celui-là, si bien qu’elle en venait parfois -souvent même- à oublier qui elle connaissait ou pas. Mais ce visage lui était familier, c’était certain. Apercevant alors le bouquin qui dépassait du sac de son vis-à-vis, l’illumination s’opéra dans son esprit éparpillé.

« Oooh, mais t’es en cours d’Histoire avec moi non? Je suis certaine de t’avoir déjà vu quelque part en tout cas ! Ah et au fait, moi c’est Lexie, Lexie Preston pour être exacte. Et tu es? » Le flot de paroles de la Cheerio était débité à vive allure, avec un accent londonien un peu bourgeois assez prononcé. C’était là sa marque de fabrique, parler beaucoup, très vite et en profiter pour ne pas perdre le phrasé si typique de sa ville et de son quartier d’origine. Pour rien au monde elle n’aurait adopté l’accent de l’Ohio. Il y avait des choses qu’elle se refusait à donner à Lima, tant elle craignait de perdre son identité dans ce coin bouseux.

« Tu as du temps devant toi? » enchaina-t-elle après avoir mis un nom sur ce joli visage. « Non parce que j’ai du temps à tuer, alors j’me dis que je pourrais te payer un café, après tout c’est aussi ma faute si on s’est rentrés dedans ! » Oui, il arrivait que miss Preston reconnaisse ses torts. Ce n’était pas si courant et il fallait qu’elle trouve de bonnes raisons. Cette fois-ci, c’était parce que le pauvre Thomas avait passé une sale journée, qu’elle avait failli ne pas le reconnaitre et qu’il était assez mignon. La notion de ce qu’est une bonne raison pour Lexie Preston est un tout autre débat.

Elle servit donc un sourire pétillant à son interlocuteur et le prit par le bras, l’entrainant à sa suite avant même qu'il n'ai eu le temps de lui répondre. Mais la petite anglaise était du genre entreprenante et elle estimait que le jeune homme n’avait certainement rien de mieux à faire. Le jugement était un peu partial, mais il ne fallait pas demander à la demoiselle de prendre le temps, c’était tout simplement contraire à sa façon de faire. Voyant que le brun trainait un peu, probablement étonné des directives de la londonienne elle se tourna vers lui, tout sourire et dit « A moins que tu ne veuilles pas venir. » Mais, assurée, elle en doutait fort.


Dernière édition par Lexie A. Preston le Sam 9 Juil - 18:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
07. Loser like me, really? Empty
MessageSujet: Re: 07. Loser like me, really?   07. Loser like me, really? EmptyVen 8 Juil - 22:19

Apparemment Thomas était tombé sur une joviale optimiste. Tant mieux, s’il pouvait éviter de se prendre la tête avec une fille mal lunée, ça l’arrangeait. L’acrobate n’était pas en état de tenir tête à une furie à cet instant précis, loin de là. Alors tomber sur une fille aussi souriante et rayonnante que celle-ci était…Rafraichissant, vraiment. Ca le changeait des visages désespérés des professeurs, désespéré de leur faire apprendre quoi que ce soit ; des visages mornes ou ornés de rictus moqueurs de beaucoup trop d’élèves qu’il croisait ; des visages terrifiés des pauvres jeunes qui n’entraient dans aucune des catégories dites "cool". Là, c’était un visage qu’il n’avait pas l’habitude de voir qui lui changeait un peu ; déjà une rousse, ce n’est pas banal par ici il faut bien l’avouer. De plus, elle avait un sourire communicatif ; la preuve : on pouvait voir un léger sourire se peindre aux coins des lèvres du jeune homme. Il n’avait pas le sourire timide, loin delà, mais avec une journée pareille, on n’a pas forcément envie de sourire, trouver quelqu’un qui vous redonne le sourire sans vraiment s’y essayer tenait du miracle.

"Tant mieux alors, ça serait dommage que tu te sois fait mal."

C’est qu’il en deviendrait presque flirteur le Thomas. Hey, elle n’est pas désagréable à regarder, elle a un très beau sourire, de très jolis yeux et une frimousse toute mignonne. Il pouvait bien se le permettre, un flirt n’engageait à rien après tout, seules les actions par la suite pouvaient. Et encore…La reprise de parole de la jeune femme fut rapide et presque inattendue, voire carrément inattendue ; surtout pour s’entendre dire qu’ils avaient histoire ensemble. Il tenait compte de ses camarades de classes, mais il n’avait jamais vraiment fait attention aux visages précis. Pourtant il lui semblait bien se souvenir d’une chevelure bien rousse changeant de place dans la classe à chaque cours. Il y en avait toujours qui avait la bougeotte. Lui se tenait à conserver la place au quatrième rang juste sous la fenêtre. De cette façon il pouvait regarder à l’extérieur tout en n’étant ni trop loin ni trop près du professeur. Voilà, simple non ?

L’accent de Lexie, car c’est ainsi qu’elle se nommait, le marqua ; il n’était pas du coin, ça c’était sûr. Il faudrait qu’il lui demande d’où elle venait s’il parvenait à placer plus que trois mots à la suite entre deux tirades longues mais très vivantes (ce qu’il préférait aux réponses courtes et mornes), pour le moment il casa son nom avant qu’elle ne lui propose un café. Bah, oui il avait deux heures à tuer et l’idée d’un café avec cette véritable bouffée d’air frais était plus qu’alléchante. Il n’eut cependant pas le temps de formuler une réponse que son bras se retrouva emprisonné par celui de la jeune femme et il se fit trainer vers la sortie. Instinct, réflexe ou autres, toujours est-il que le corps de Thomas faisait un rejet face à ce geste qui tentait de lui imposer un chemin et une cadence. Il n’aimait pas que l’on lui impose des choses aussi minimes soient-elles. Alors il fut soulagé lorsqu’elle s’arrêta, lui posant une ultime question avant de lui laisser, enfin, la parole. Un sourire amusé aux lèvres, il retira son bras de son emprise et dit, lui tendant son coude tel le gentleman qu’il était ;

"Tout pour échapper à la Guerre Froide ma chère…" puis, une fois qu’ils reprirent leur marche et Thomas largement plus à l’aise, il se pencha et lui murmura à l’oreille "Et rater une occasion de discuter avec une des représentantes de la confrérie des rouquines qui sont les meilleures au lit ? Jamais, ce serait un blasphème !"

Il lui lança ensuite un clin d’œil, lui indiquant clairement qu’il avait été témoin de la scène entre elle et le lourdeau de service.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
07. Loser like me, really? Empty
MessageSujet: Re: 07. Loser like me, really?   07. Loser like me, really? EmptyLun 11 Juil - 1:56

Lexie regarda son vis-à-vis avec un sourire taquin, l'air à la fois un peu étonnée et assez amusée. Non pas qu'elle n'ai pas l'occasion de se faire draguer -attendez, vous l'avez vu quand même?- mais disons qu'à Lima elle n'était pas forcément le genre de filles qui plaisaient. Elle n'avait pas franchement l'impression d'être le profil type de la belle-fille idéale pour la ménagère de moins de 50 ans dans l'Ohio. Et puis, pour beaucoup, elle demeurait la fille bizarre qui a des ongles bariolés et parle trop vite et qui a une sœur bizarre. Sa présence parmi les Cheerio et la mini jupe de son uniforme ont certes joué un peu en sa faveur, mais la rouquine a toutefois eu plus de facilités à se faire des amiEs. Peut-être qu'elles estiment que Lexie Preston n'est pas une concurrence véritable... La jeune londonienne s'en moquait un peu, mais les petites attentions comme celles de ce charmant petit brun étaient plaisantes.

La rousse longiligne fut donc ravie qu'il ne décline pas sa proposition, un peu entreprenante peut-être. Et visiblement, Thomas avait eu l'occasion de tester la répartie à chaud de la jeune fille. Visiblement, il n'avait pas été choqué de l'angle d'attaque, aussi Lexie décida de ne pas jouer les bégueules. Pas comme si c'était dans ses habitudes de toute manière. « Oh un connaisseur de la question? » demanda-t-elle avec un fin sourire. Et bien quoi, il n'y avait pas que monsieur qui s'amusait à flirter au détour d'un couloir. En plus, Lexie faisait ça de façon plus directe et avec plus de style. Après tout, elle invitait pour un café, c'était sacrément plus radical. Non pas que son intention première ai été la séduction, Lexie partait rarement avec une idée aussi précise en tête. Son pauvre petit cerveau avait bien plutôt tendance à s'éparpiller aux quatre vents et à réfléchir à vingt cinq choses à la fois.

La cheerleader repris donc la marche vers la cafétéria, d'un pas assez vif et Thomas suivant à la même allure. Le garçon ne semblait visiblement pas gêné par son dynamisme et sa démarche rapide. Elle entreprit donc de faire la conversation, tout sourire « Dis donc, j'aurais juré t'avoir vu ailleurs que dans la salle d'histoire, bien que les cours soient suffisamment incomplets pour me laisser le temps de fixer le moindre visage dans cette classe... Tu fais du foot? Ou t'as auditionné pour les Cheerios? Je jurerai t'avoir vu vers le terrain... » Lexie devenait-elle folle? Ou son sens de l'observation l'avait-il trompé? Cela paraissait peu probable, elle était quasiment certaine de ce qu'elle avançait.

La discussion se poursuivit et les deux lycéens arrivèrent finalement à la cafét ou la rouquine prit un cappuccino et alla s'assoir à une petite table, face à Thomas. Elle lança un regard clair et sans pitié à un imbécile qui passait par là et semblait enclin à leur chercher des noises. Lexie estimait avoir assez donné pour aujourd'hui et fort heureusement, le potentiel enquiquineur passa son chemin, distrait par une blonde avec de faux seins qui vint lui parler. Levant les yeux au ciel, la londonienne entama sa boisson, puis regarda son interlocuteur, un sourire léger et avenant aux lèvres. « Alors comme ça on abandonne la Guerre Froide pour bavasser avec une inconnue... C'est l'histoire en général qui te répugne à ce point ou bien tu ne supporte vraiment pas Khrouchtchev ? » La plaisanterie était intello au possible, en particulier dans les environs et Lexie se disait qu'elle passait décidément beaucoup trop de temps avec son ainée... Mais bon, il n'avait pas l'air complètement idiot, il saisirait surement. Du moins l'espérait-elle, ne se sentant pas de faire un cours d'histoire pour les nuls alors qu'elle avait précisément du temps libre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
07. Loser like me, really? Empty
MessageSujet: Re: 07. Loser like me, really?   07. Loser like me, really? EmptyVen 12 Aoû - 12:02

Thomas laissa échapper un petit rire. Décidemment, il avait bien fait de ne pas rester dans la lignée de sa mauvaise humeur du jour ; Lexie n’était pas de ces filles superficielles (peut-être un peu, mais ce n’était pas flagrant) qu’il croisait toute la journée. Elle était honnête, franche, jovial…Un vrai bol d’air ; et son accent qui n’était pas d’ici, plus riche et qui sonnait bien plus cultivé que le fort accent américain qui avalait parfois la moitié des mots le dépaysait. Dans le bon sens du terme. Haussant les épaules, il lui répondit qu’il était simplement ouvert aux découvertes en tout genres. C’est peut-être d’ailleurs sa curiosité et son esprit ouvert qui lui permettrait de sortir d’ici et de se faire une place quelque part. Ils voulaient tous quitter Lima. Tous les natifs. Pourtant, au fond de lui, Thomas savait qu’il ne pourrait pas partir comme ça. Il était natif d’ici, avait vécu toute sa vie jusqu’à maintenant dans cette ville…Sa mère avait rencontrée récemment un homme et il devait rester pour faire attention qu’il ne soit pas juste un mufle qui cherchait juste une aventure. D’accord, il n’avait pas vraiment à se mêler de la vie sentimentale de sa mère, surtout qu’il allait bientôt partir pour l’Université, mais il ne pouvait s’en empêcher ; c’était sa mère…

Le jeune homme tourna la tête pour lancer un regard impressionné à Lexie. Habituellement on ne se souvenait pas vraiment de lui, il était plutôt banal comme gars : brun, yeux marrons, pas spécialement musclé ou maigre, juste…Le type moyen. Alors qu’en plus elle se souvienne l’avoir vu sur le terrain de sport, où il ne mettait presque jamais les pieds en dehors des cours de sports obligatoires. Lui décochant un sourire appréciatif, Thomas poussa un petit soupir amusé avant de lui répondre.

"Quel sens de l’observation Miss Preston." Il s’amusait un poil, on n’allait pas l’en blâmer "Je viens rarement sur le terrain de sport, mais des fois ça m’arrive ; pour m’entrainer à la gymnastique acrobatique, par moi-même. Jamais je ne rejoindrais les Cheerios" il secoua la tête pour appuyer ses dires "Avoir Sylvester sur mon dos toute la journée ? Non merci…Surtout que je risquerais de lui cracher ses quatre vérités à la figure un de ces quatre matins à cette vieille morue. Autant m’abstenir"

Bon, là il n’avait pas vraiment surveillé son langage ; d’autant plus qu’il ne savait pas l’affinité qu’entretenait Lexie envers son coach. Si ça se trouvait, elle l’adorait et ne supporterait pas qu’un type qui ne la connaissait presque pas ait de telles paroles envers Sylvester. Il espérait sincèrement que ce n’était pas le cas. Sinon Thomas était mal barré. Vraiment.

Mais bon, ça ne les empêcha pas de continuer à discuter le long du chemin jusqu’à la cafétéria. Quelques paires d’yeux se tournèrent vers eux et l’acrobate pouvait déjà entendre les rumeurs qui allaient circuler dans tout le lycée après ça. Il commanda un café noir, avec deux sucres, et alla s’installer avec Lexie. Le sourire de la jeune femme était communicatif. Il devait l’être, pour que Thomas ait un sourire aussi large pendant aussi longtemps tout en étant au lycée.

"La Guerre Froide en général. Et je ne supporte pas Khrouchtchev. Mais majoritairement la Guerre Froide. J’ai l’impression d’assister à une de ses disputes d’enfants où chacun dit ‘non c’est pas moi c’est l’autre’ tout en lui faisant des croche-pieds sans avoir l’air d’y toucher. Ce me donnerais presque honte d’être américain. Enfin bref. On va pas parler de la guerre froide, n’est-ce pas ?" il lui offrit des yeux de petits chiot cherchant à éviter le bain, avant de lui demander, honnêtement "Tu sais, ton accent me dit que tu n’es pas d’ici. Il est trop raffiné pour venir d’un pareil trou paumé. Alors, Miss, d’où êtes-vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
07. Loser like me, really? Empty
MessageSujet: Re: 07. Loser like me, really?   07. Loser like me, really? EmptyJeu 25 Aoû - 19:05

« Quel sens de l’observation Miss Preston. » se moqua-t-il. Lexie se retint de lui tirer la langue avec superbe, jugeant sagement qu'ils ne se connaissaient pas encore assez pour qu'elle démontre toute la puérilité dont elle était capable. Alors, elle se contenta d'un léger hochement de tête et d'un sourire assuré, l'air de dire qu'effectivement elle voyait tout. « Je viens rarement sur le terrain de sport, mais des fois ça m’arrive ; pour m’entrainer à la gymnastique acrobatique, par moi-même. Jamais je ne rejoindrais les Cheerios. Avoir Sylvester sur mon dos toute la journée ? Non merci…Surtout que je risquerais de lui cracher ses quatre vérités à la figure un de ces quatre matins à cette vieille morue. Autant m’abstenir » Lexie éclata encore une fois de ce rire sonore et enthousiaste qui la caractérisait. On ne pouvait nier la véracité des propos du jeune homme. Sylvester était effectivement un fléau, un tyran, une des plaies d'Egypte. Enfin disons que c'était une façon de voir les choses. Mais la jeune Preston avait une vision de l'existence en général et de sa coach en particulier très personnelle. « Haha tu sais, on peut apprendre à voir un certain degré d'humour chez le coach Sylvester. Je veux dire, elle est très drôle en vérité, il suffit de prendre les choses au second degré. Franchement, elle a des répliques magistrales. »

Si la rouquine n'avait pas encore été cataloguée « timbrée » c'était certainement chose faite. Mais Lexie était franche et oui, elle trouvait Sue Sylvester drôle et même si les entraînements étaient harassants, qu'elle était implacable et qu'elle n'approuvait pas franchement ses méthodes très guerrières, la petite anglaise ne se voyait pas quitter l'équipe de cheerleaders. Que voulez-vous, elle avait peut-être de légers penchants masochistes ou bien son humour complètement tordu lui permettait de survivre les épreuves plus aisément. Enfin, pour l'heure, sa bonne humeur n'était pas incongrue et même plutôt bienvenue. Une fois attablée face à Thomas, elle se sentit assez à l'aise en sa compagnie. Il était assez élégant et il lui prouva ensuite qu'il avait plus de culture et de jugeotte que la plupart des pecnots locaux. « La Guerre Froide en général. Et je ne supporte pas Khrouchtchev. Mais majoritairement la Guerre Froide. J’ai l’impression d’assister à une de ses disputes d’enfants où chacun dit ‘non c’est pas moi c’est l’autre’ tout en lui faisant des croche-pieds sans avoir l’air d’y toucher. Ce me donnerais presque honte d’être américain. Enfin bref. On va pas parler de la guerre froide, n’est-ce pas ? »

Lexie eu un léger rire, trouvant cette analyse de la Guerre Froide simpliste mais au final pas si éloigné de la vérité. Deux grands pays avec beaucoup trop de pouvoir et d'ambition. Toutefois contrairement à Thomas, la rouquine trouvait ces jeux de pouvoir et ses tensions absolument passionnantes. Elle n'était peut-être pas curieuse, mais cela ne l'empêchait pas d'être intéressée par une pléiade de choses différentes. Mais comme le soulignait le garçon, il n'était pas là pour parler Histoire. « Oh non, non, je suis sûre qu'on peut trouver meilleur sujet de conversation » Un sourire taquin glissa sur les lèvres de la jeune fille, tandis que son vis-à-vis la questionnait sur ses origines. Lexie était ravie que pour une fois, l'on s'intéresse à la provenance de son phrasé particulier plutôt que de lui dire dans un américain grossier et marmonné qu'on ne comprenait pas ce qu'elle disait. « Je suis originaire de Londres, j'ai emménagé ici il y a quelques mois, pour qu'on s'occupe de ma grand-mère. Je t'avouerai que je déteste cordialement Lima, mais bon on s'habitue à tout hein ! Mais assez parler de moi très cher, tu fais de la gymnastique acrobatique tu disais? C'est trooop cool, comment ça se fait? Enfin j'veux dire, ça doit pas être le sport le plus prisé chez les jeunes américains, comment t'es tombé là dedans? »

Avec son absence de tact naturel, Lexie ne s'imaginait pas une seconde avoir possiblement offensé Thomas. Elle pensait sincèrement que ce choix de sport était original et intéressant, mais il ne lui venait pas franchement à l'esprit que le jeune homme ai pu être le sujet de moqueries et de remarques de la part de ses camarades par le passé. Non, Lexie Preston s'enthousiasmait avec bonne humeur à propos de tout et n'importe quoi. Restait à savoir si Thomas saurait voir la sincérité de la demoiselle, qui après tout s'était montré légère, joyeuse, dynamique et ouverte d'esprit. On ne pouvait pas mettre en doute un si joli sourire, si?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
07. Loser like me, really? Empty
MessageSujet: Re: 07. Loser like me, really?   07. Loser like me, really? EmptySam 10 Sep - 18:11

Seulement au second degré ? Elle était optimiste dites-moi. En tout cas, si elle arrivait à supporter Sylvester, tant mieux ; c’était elle qui était Cheerio, pas lui. Chacun à sa place et les poules seront mieux gardées. D’autant plus qu’il n’avait aucune envie de faire partie de cette équipe. Réputation, filles, regards étranges malgré tout…Voilà ce que cela risquait de lui apporter. Thomas préférait amplement en rester à ce qu’il faisait déjà, de la gym pour le plaisir, aller en cours et tenter de ne pas finir dernier de la classe en biologie. Ca lui convenait parfaitement. En même temps, Lexie ne tentait pas de le convertir, elle donnait juste son point de vue. Logique, logique.

"Ca pour les répliques magistrales je veux bien te croire ; j’en ai moi-même entendues quelques unes croustillantes."

Il fit une grimace. Les « répliques magistrales » en question, il les trouvait dégradantes, humiliantes même pour certaines. Il n’imaginait même pas les névroses auxquelles les psys succomberaient s’ils devaient psychanalyser l’entraineur des Cheerio de McKinley…Enfin bref. La voir rire de son commentaire sur la guerre froide lui fit se demander s’il avait dit une bêtise. Mais le visage de la jeune femme sembla tout à fait honnête, sincère. Pour une fois. Pas qu’elle soit menteuse ou quoi, il ne la connaissait pas, il ne pouvait pas juger, mais beaucoup se moquait de leur congénères sans réelles raisons. Alors voir un rire sincère sur le visage de quelqu’un, une Cheerio qui plus est, fit plaisir à voir.

La façon dont le visage de Lexie s’illuminait quand il lui posa la question sur ses origines peignit un sourire sur le visage de Thomas. Il avait toujours été du genre curieux ; dès qu’il y avait quelque chose qui attirait son attention, il fallait qu’il en sache plus. C’était chronique. Alors quand il a entendu cet accent si différent du sien ou de ceux qu’il entend tous les jours autour de lui, ce fut comme une nouvelle cloche à son carillon. Un véritable ovni qu’il se devait d’identifier. Ses yeux s’illuminèrent à la mention de la ville. Londres. Il avait toujours voulu aller voir à quoi ça ressemblait. Pas Londres seulement ; l’Europe, en général. Ce petit continent si différent du sien. Oui, il aurait bien aimé, mais les moyens financiers n’étaient pas avec lui, alors ça serait pour plus tard, quand il aurait de quoi économiser pour un jour, peut-être se payer un petit séjour là-bas.

"Wow, ca fait loin quand même. Pas trop dépaysée ici ?" Quant à Lima en elle-même…Il devait bien avouer qu’il ne pouvait pas juger, il était natif de Lima et avait, en fait, assez peu voyagé. Il ne pouvait pas dire si c’était vraiment aussi ennuyeux que certains le prétendaient. Peut-être parce qu’il avait des petits plaisirs simples…Enfin bref, on venait de lui poser une question là. Thomas reposa sa tasse de café d’où il venait de prendre une gorgée et répondit à Lexie "Un peu par hasard à vrai dire. Quand j’étais petit, ma mère m’a emmené voir un spectacle de cirque. J’ai été comme…Hypnotisé par le numéro des acrobates et quelques mois plus tard, j’ai commencé. Ma mère croyait que c’était juste une passade d’ado, alors elle a accepté. Au final j’en fais toujours. Simple, non ?"

Il ne s’était même pas posé la question de savoir si elle était sincère ou non. Au pire il passerait pour un idiot, ça ne serait pas la première fois et certainement pas la dernière…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
07. Loser like me, really? Empty
MessageSujet: Re: 07. Loser like me, really?   07. Loser like me, really? EmptySam 17 Sep - 14:02

A la mention de Londres, Lexie préféra parler avec son sourire ultra bright de pub Colgate et de se montrer nostalgique mais enjouée. Pas question d'avouer devant un quasi inconnu à quel point sa ville, sa maison et son pays lui manquaient. Elle avait la pêche et comptait bien la garder le plus longtemps possible. Hors de question de baisser sa garde ou de se défaire de ses mimiques joyeuses. La vie ici lui déplaisait et l'idée que toute sa bande était ensemble alors qu'elle était exilée ici lui hérissait constament le poil, mais elle faisait du mieux qu'elle pouvait avec ce qu'elle avait, se forçant à apprécier le changement et la diversité. Qui manquait justement cruellement par ici à son sens... Mais alors qu'elle s'évertuait à ne pas laisser ses pensées dériver sur ce sujet, Thomas enfonça malgré lui le couteau dans la plaie en répliquant « Wow, ca fait loin quand même. Pas trop dépaysée ici ? » Elle continua à sourire, ne voulant pas perdre la face mais répondu sur un ton plus neutre et avec un débit moins rapide « Un peu si, mais c'est sympa aussi, la nouveauté, c'est toujours bien ! » Elle pensait cette dernière phrase, mais quand elle s'était imaginée découvrir de nouveaux horizons, elle avait songé à un tour d'Amérique Latine avec un sac à dos et son meilleur ami, ou bien partir à la découverte de l'Asie et pourquoi pas s'offrir un séjour à Dubaï pour contempler la folie des grandeurs du genre humain. Lima, Ohio, n'avait jamais été dans ses plans, à part pour éventuellement rendre visite à sa grand-mère. Elle aurait même pu trouver l'endroit charmant si elle s'était contenté de le visiter. Mais vivre ici était proche de l'enfer pour quelque comme Lexie Antonia Jane Preston, qui n'adorait rien tant que les musées, les spectacles et les cinémas d'art et essai. Raté. Pourquoi sa famille paternelle n'avait-elle pas eu la bonne idée d'être orginaire de New-York ou San Francisco hein?

Elle secoua rapidement la tête, chassant ses pensées les moins belles et se concentrant sur son interlocuteur. Ce garçon avait l'air gentil, intelligent et intéressant, exactement ce dont la londonienne avait besoin pour se convaincre que tout ici n'était pas absolument nul. Elle posa donc son menton au creux de sa main et écouta Thomas lui racontant sa découverte de la gymnastique « Un peu par hasard à vrai dire. Quand j’étais petit, ma mère m’a emmené voir un spectacle de cirque. J’ai été comme… Hypnotisé par le numéro des acrobates et quelques mois plus tard, j’ai commencé. Ma mère croyait que c’était juste une passade d’ado, alors elle a accepté. Au final j’en fais toujours. Simple, non ? » La rouquine hocha la tête avec un mince sourire, ravie de voir que quelqu'un ici partageait son intérêt pour les arts... acrobatiques disons. « Je comprends tout à fait ! J'ai fait une scène à mes parents quand j'étais plus jeune pour qu'ils m'inscrivent à des cours d'arts du cirque et ma mère était persuadée que ça me passerait quand je n'arriverai à jongler ou que je tomberai de la corde raide, mais au final j'en ai fait jusqu'à mon déménagement ! » Lexie s'était encore une fois aventurer à déblatérer des pans de sa vie auprès de quelqu'un qui s'en moquait sûrement, mais c'était dans sa nature. Et cela n'avait pas l'air de déranger Thomas plus que ça. Elle avala quelques gorgées de son cappuccino puis coula un regard vers Thomas avant d'ajouter « Tu voudrais faire carrière là dedans ou c'est juste pour le fun? » Lexie aurait elle-même était incapable d'énoncer le moindre plan pour l'avenir. En vérité sa notion du futur s'arrêtait généralement aux prochaines vacances et elle avait tendance à faire les choses sur le moment, suivant son instinct. Ce n'était pas forcément viable à long terme, mais ça mettait du piment dans sa vie. Mais elle s'intéressait aux autres et avait envie de continuer à bavarder et à rire avec Thomas, qui lui paraissait être un ami en devenir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
07. Loser like me, really? Empty
MessageSujet: Re: 07. Loser like me, really?   07. Loser like me, really? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

07. Loser like me, really?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 7
-