Choriste du mois


Partagez | 
 

 07. It's only for you, girls

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
07. It's only for you, girls  Empty
MessageSujet: 07. It's only for you, girls    07. It's only for you, girls  EmptyDim 3 Juil - 22:06

La bibliothèque, tout le monde à McKinley avait au moins entendu de cet endroit par le biais des professeurs de littérature. Mais la plupart des personnes en ayant entendu parlé n'y étaient jamais, au grand jamais, allé. C'était en général les footballers, ceux que l'on qualifiait de moins intelligents mais pas pour le moins moches, qui étaient la figure parfaite pour illustrer ce cas de situation. Même pour un lieu de rendez-vous personne ne choisissait cet endroit, il puait le vieux et il était par-dessus tout un endroit où tout les abrutis du bahut se rassemblaient. Et Dieu sait qu'ils étaient nombreux, ces abrutis. Mais il y en avait tout de même quelques-uns ayant une once de conscience pour savoir que cet endroit n'était pas vivable. Le fait même d'être entouré d'une tonne de savoir était énormément déstabilisant. Même aller faire un tour dans une pompe funèbre était moins impressionnant. Et toutes ces grandes étagères qui vous masquent la vue, cet endroit était le lieu le plus étouffant après les cabines de toilettes et la benne a ordure. Mais tout est bon pour regagner l'élue de son cœur, même aller s'enfermer dans cette pièce avec une dizaine de psychopathe qui vienne là pour observer la page corps humain dans les dictionnaires. Porter poussa la porte de la bibliothèque en respirant un coup, prenant sur lui-même pour ne pas déguerpir et aller piquer un sprint sur le terrain de football pour se rincer de cette horrible vision. Bon Dieu mais pourquoi avait-il accepter de venir ici pour attendre Puckerman? Et dire qu'il allait devoir attendre pendant plusieurs minutes assis seul à une table, il pouvait encore aller prendre un dictionnaire pour se fondre dans la masse. Encore fallait-il qu'il les trouvent, mais tout le monde savait qui il était et sa veste aux couleurs des titans n'allait pas l'aider à paraître transparent. Il était partagé entre l'envie de changer le lieu de leur rendez-vous à Puck où d'aller se cacher derrière l'une de ses immenses étagères remplies de livres.

Il n'en fit rien et resta fiché sur sa chaise à ne rien faire d'autre. Lui qui croyait que cet endroit pouvait être un temps soit peu distrayant, il se trompait totalement. Il n'osait même pas bouger de peur de réveiller la documentaliste qui dormait à moitié, Porter eut d'ailleurs une petite pensée pour celle-ci qui avait raté sa vie, contrainte de surveiller des abrutis finis dans cet pièce oppressante pendant plusieurs heures d'affilées. Quoique cet endroit était un endroit assez idéal pour une petite sieste improvisée. Il était persuadé qu'avec ce silence omniprésent, tout le monde pouvait trouver le moyen de dormir. Sauf que Porter redoutait légèrement l'impact qu'aurait cet sieste dans sa popularité. Il serait bien parti à l'exploration de ces fascinantes étagères mais l'envie ne le prenait pas, elle si il se confiait à ses sentiments, elle ne viendrait pas tout de suite, peut-être jamais d'ailleurs. Il en serrait tout de même un peu obligé lorsque Noah serait-là, mais il lui valait bien un petit service après tout, entres amis. Ce que Porter ne comprenait pas, c'était le fait que Puck soit obligé de venir chercher dans des livres des phrases accrochantes pour regagner le cœur de Quinn. Il avait toujours été capable de se débrouiller lui-même dans le domaine de la séduction. Mais à ce qu'avait compris Porter, il voulait approfondir le domaine du romantique.

Pourquoi avait-il accepté? Parce qu'il voyait là une opportunité parfaite d'approfondir lui-même ses connaissances en romantisme. Lui aussi voulait conquérir le cœur d'une fille, et il savait que la séduction ne marcherait pas avec elle, ce qui le désolait totalement. Il aurait besoin de se mettre à l'épreuve, et il était surpris que Puck et lui se retrouvent dans la même situation. C'était souvent ça avec lui, Puck et Porter avaient tellement de points communs, c'était très surprenant. Et très pratique aussi, se sentir épaulé faisait toujours du bien à Porter, il se sentait plus courageux d'affronter les épreuves avec Noah. Porter se releva alors, sachant qu'il passait pour un idiot à rester ainsi assis à ne rien faire. Il entreprit donc de s'engager dans la bibliothèque et d'explorer prudemment ses entrailles. Il s'était engagé dans le rayon dit "Littérature" en espérant trouver des livres adéquats pour commencer la recherche. Il ne fallait pas qu'ils choisissent des livres trop connus comme "Roméo et Juliette" histoire que les filles ne reconnaissent pas certaines répliques des livres. Ce qui rendrait Porter très, très mal à l'aise. Plus qu'il ne l'était déjà à chaque fois qu'il discutait avec Lucy.

Il espérait que personne ne le surprenne à fureter du côté des romans à l'eau de rose, quoiqu'il pourrait chercher une excuse stupide comme le fameux devoir de français. Mais il n'était pas sûr qu'elle marche et s'il paraissait déstabilisé, l'autre comprendrait tout de suite qu'il s'agissait de baratin. Il soupira alors en passant le doigt sur la reliure de l'un des livres, il fut d'ailleurs assez surpris lorsque son doigt fut recouvert d'une couche de poussière. Preuve concrète que personne ne venait là pour les livres de ce genre. Le footballer sortit alors du rayon d'un air dégouté en observant la poussière sur son doigt, poussière qu'il fit partir en se frottant les mains. Il observa alors les lieux avant de s'attarder sur le rayon des encyclopédies, certain d'y trouver quelque chose pouvant l'aider dans sa recherche de livres. Il y avait d'ailleurs plus de monde, ce qui conforta un peu plus Porter. Il commença alors sa recherche et trouva rapidement un livre "L'encyclopédie des livres", un titre un peu stupide mais il avait le mérite d'être clair. Porter la sortit donc de l'étagère et l'emmena avec lui vers la table où il était assis et commença à le feuilleter, tournant les pages en lâchant à chaque fois un soupir excédé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
07. It's only for you, girls  Empty
MessageSujet: Re: 07. It's only for you, girls    07. It's only for you, girls  EmptyLun 4 Juil - 13:22

Puck déambulait de sa démarche chaloupée dans le couloir de McKinley. Il avançait presque en slow-motion au milieu d'élèves qui jetaient des regards émerveillés sur lui -enfin, ça, c'était dans sa tête, mais bon-. Il en était persuadé, maintenant, il était revenu au top. Top des badass. Depuis que Quinn l'avait quitté, Noah s'était attaché à faire renaître son ancienne réputation de gros dur qu'il avait connue toute sa vie. Parce que depuis qu'il était sorti avec elle, certains footballeurs se demandaient s'il lui restait des couilles... Mais là, en passant devant un Jacob effrayé rasant les murs, Puck pouvait les sentir. Puckasaurus's back, guys ! Cependant, sa démarche pleine d'assurance prit plus ou moins fin à mesure qu'il approchait de la bibliothèque. Et si on le surprenait à pénétrer dans un lieu réservé aux intellos coincés ? Ce serait le coup de grâce de sa réputation, et il n'aurait plus qu'à changer de lycée pour maintenant un semblant d'amour-propre... Il s'adossa donc nonchalamment au mur, à trois mètres environ de la porte de la biblio et observa les élèves dans le couloir. On devait être à l'approche d'un cours, car la majorité des élèves quittèrent le corridor. Trois... petits... mètres... Le plus discrètement possible, Puckerman glissait son dos contre le mur pour se rapprocher de la porte. Merde, on le regardait ! Il s'arrêta soudain, adressa un vague signe de la main accompagné d'un sourire fané à l'intention de la jolie cheerio qui le fixait, et attendit qu'elle se barre. Personne à droite. Personne à gauche. Aussi rapidement que James Bond l'aurait fait, Puck se rua à l'intérieur de la bibliothèque. Ouf ! Mission n°1 accomplie.

Maintenant, il lui restait à retrouver Porter, à qui il avait donné rendez-vous ici. Étrange, comme lieu de rendez-vous, n'est-ce pas ? Surtout quand on connaît le caractère des deux footballeurs... Mais Puck avait eu une idée de génie -sûrement la première de sa vie ! En espérant que ce ne soit pas une fausse bonne idée, comme lorsqu'il dit « Trust me. » à Quinn avant de la mettre en cloque...-. Maintenant qu'il voulait mettre le plus de distance entre Quinn et lui, bien qu'il en soit toujours fou amoureux, il s'était fixé l'objectif de revenir à son ancienne vie. Les histoires sans lendemain. Elle le détesterait sans doute pour cela, et elle pourrait tourner la page et avoir la vie parfaite dont elle avait toujours rêvé sans que Puck ne puisse la freiner et être source de désillusion...
Anyway. Puck se débrouillait toujours à merveille pour attirer les jolies filles dans son lit. Mais il s'était aperçu que c'était toujours le même genre de filles qui y séjournait. Les filles faciles, comme Santana, Brittany ou Summer, et les désespérées, comme Quinn ou Rachel. Cette fois, il voulait séduire des filles qui avaient de l'estime pour elles-mêmes, c'était une sorte de défi que s'était lancé Puckerman. Cependant, pour séduire ces filles-là, il fallait être fin, rusé. Et il espérait que des citations pathologico-romantiques trouvées dans des livres niais pourraient l'aider dans sa quête.

Il arpenta donc les rayonnages, à la recherche de Porter. Il n'osait pas crier son nom, de peur qu'on le remarque dans cet endroit sordide, et se contentait donc de faire appel à sa vue. Merde ! D'un bond, il s'accroupit derrière une rangée de livres. Il resta là un moment, immobile et le cœur battant, puis se risqua à jeter un coup d’œil par-dessus un rayon de bouquins de chimie. C'était Dave Karovski qui venait de faire son entrée. Et s'il le voyait, Puck était fichu. Il se ferait traiter de fag tout au long de sa misérable vie. Mais qu'est-ce qu'il pouvait bien fabriquer ici, lui aussi ? Puck doutait sincèrement qu'il sache lire... A moitié caché par l'étagère, il suivait les gestes de Karovski qui s'avérait être venu pour pouvoir gribouiller tranquillement les photos du Glee club. Il ne tarda pas à s'en aller, et Puck put reprendre sa progression parmi les rayonnages, le cœur un peu plus léger. Et il aperçut enfin Porter, assis à une table en train de feuilleter un bouquin. A le voir comme cela, on avait une drôle d'impression. C'était comme si on regardait un poisson respirer frénétiquement sur la berge. Porter n'était pas dans son élément ici, dans la bibliothèque, et cela était flagrant. Comme quoi c'est pas parce qu'on feuillette un bouquin assidûment qu'on a l'air intelligent. Puck soupira ; c'était à son tour de se montrer ridicule. Il aurait bien laissé Porter chercher tout seul, mais c'était son pote et ils partageaient tout. Leur amitié ne remontait pas à si longtemps, en réalité. Depuis l'engueulade de Finn et Puck et depuis l'entrée de celui-ci dans les New Directions, en fait. C'était Porter qui avait hérité de sa place de leader badass. Et pour éviter de se prendre des slushies en pleine tronche, Puck s'était rapproché de Porter, jusqu'à ce que celui-ci devienne un véritable ami à ses yeux. Le meilleur, en ces temps troublés.

Il s'approcha dans son dos, posa une main sur le bord de la table et regarda par-dessus son épaule. Que des mots, que des lettres, à faire mal aux yeux. Puck soupira, presque découragé par sa propre idée, puis lança, sur le ton de la boutade : « T'as l'air d'un singe devant un bilboquet, vieux. Gratte-toi la tête et l'illusion sera parfaite. » Puck s'empara d'une chaise, la plaça à la gauche de son ami, et s'affala dessus. D'une main distraite, il releva la couverture du livre pour savoir ce qu'était en train de parcourir Porter : « L'encyclopédie des livres. » Tout un programme ! Il reposa la couverture sur la table, et s'enquit auprès de son ami : « T'as trouvé un truc utile ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
07. It's only for you, girls  Empty
MessageSujet: Re: 07. It's only for you, girls    07. It's only for you, girls  EmptyMer 6 Juil - 17:39

Porter n'était plus si sûr que cet endroit soit le plus approprié pour ce genre de recherches. En général ce qui marchait le mieux, c'était la pratique. Et puis, ce n'était plus l'idée du siècle non plus, à présent. Le sportif se sentait tellement oppressé dans cette salle qu'il songeait à déguerpir tout de suite, sans attendre que Puckerman arrive enfin. Et puis surtout, Porter ne saurait pas trop comment se défendre si jamais il était surpris ici par des autres Titans. Ce serait la dégringolade de l'échelle sociale, mais dans cette affaire c'était Puckerman qui prenait le plus de risques. Après tout, c'était-ce pas lui qui avait chuté considérablement il y a peu de temps? Et sa réputation bien que remise en place était légèrement bancale et il devait faire très attention, mais évidemment Porter l'épaulait dans cette affaire et il l'aidait. Même rester simplement à ses côtés aidait Puck, c'était indéniable. Mais apparemment, Noah voulait tout de suite passer à la vitesse supérieure et il voulait recommencer à draguer, sauf que cette fois il lui avait dit qu'il s'attaquait à plus dur que les filles faciles. Mais Porter restait sceptique, il pouvait presque avoir toutes les filles qu'il voulait dans sa poche. Alors pourquoi tant douter de lui, enfin il prenait des précautions. Mais Porter ne savait pas s'il était question de popularité, puisque les filles "faciles" étaient en général les plus populaires. Les sportif était pratiquement sûr que Noah n'avait pas totalement tourné la page "Quinn et Beth" et il soupçonnait Puck de vouloir encore essayer de reconquérir la blonde. Mais il n'en avait aucunes certitudes, et Puck le lui aurait dit. Ils se disaient toujours tout, alors pourquoi faudrait-t-il qu'il se mette à lui cacher. Quoique Porter n'était pas sûr de lui avoir dit à propos de Lucy.

Puck l'avait peut-être découvert en dehors de Porter et s'était vexé. Il avait peut-être été contrarié de ne pas avoir été mis au courant par Porter lui-même. Mais il ne semblait pas vexé, pas le moins du monde. Mais Porter était légèrement gêné, c'était peut-être pour cela qu'il n'était pas là. Peut-être que c'était pour cela qu'il ne viendrait pas le voir et le laisserait comme un imbécile dans la bibliothèque. Porter continua alors de consulter le livre en lâchant de temps en temps un petit soupir d'ennui, cela devait faire seulement cinq bonnes minutes qu'il était ici et il s'ennuyait déjà à mourir. Il espérait que Puck se dépêche et abandonne sa démarche supra lente et le rejoigne rapidement. Le sportif ne l'attendrait pas éternellement ainsi et il savait très bien qu'il ne paraissait pas du tout dans son élément. Pas comme un poisson dans l'eau. Il n'y avait même pas une fille potable ici, que des boutonneuses et encore, s'il n'y avait que cela.

Soudain, un bruit se fit entendre dans son dos et Porter se retourna, observant la porte qui s'ouvrait lentement. Il ne vit d'ailleurs personne puis il aperçut Puck qui se faufilait discrètement à l'intérieur. Au moins, Porter ne semblait pas être le seul à ne pas se sentir en sécurité ici. Le sportif sourit alors que Puck commençait à pénétrer dans la bibliothèque et partait certainement à sa recherche. Sauf qu'il se trompait d'endroit, Porter hésita mais il n'alla pas le chercher, le laissant le trouver. Chacun son petit moment de stress. Et là, il n'avait aucune envie de se lever et de partir comme un abruti à la recherche de son ami. Surtout qu'ils risqueraient de se manquer et Porter n'oserait pas l'interpeler. Quoique tous deux, ils seraient plus en sécurité, plus naturels certainement. De toutes façons, Porter ne pourrait pas paraître plus gêné que maintenant. Porter attendit alors un peu plus tranquillement que Puck le trouve, ce qui ne tarda pas vu qu'il avait fait exprès de s'asseoir dans un endroit bien distinguable.
    « T'as l'air d'un singe devant un bilboquet, vieux. Gratte-toi la tête et l'illusion sera parfaite. »Porter lâcha un soupir, l'humour délicat de Puckerman. « T'as trouvé un truc utile ? » « Non, que dalle. A part le fait que je savais pas qu'il existait autant de bouquins. »

Porter referma le livre brusquement, s'attirant un regard meurtrier de la vieille dame affalée sur son bureau. D'ailleurs, le sportif était persuadé qu'elle n'avait pas bougé depuis la dernière fois qu'il l'avait « accidentellement » réveillée. Enfin, elle n'avait certainement rien de mieux à faire que de dormir et de hurler sur toutes les personnes osant faire un bruit. Porter se releva de sa chaise et soupira légèrement en observant toutes les étagères de la bibliothèque. Son regard s'attarda sur Puck.

    « Bon, t'as une idée de l'endroit ou on devrait commencer à chercher? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
07. It's only for you, girls  Empty
MessageSujet: Re: 07. It's only for you, girls    07. It's only for you, girls  EmptyMar 12 Juil - 10:45

Puck jetait des regards inquiets autour de lui. Allait-on le surprendre ici ? Pourrait-il soudoyer ou effrayer le témoin en question ? A mesure qu’il se posait ces questions, il s’éveillait d’un long rêve et retomba brutalement sur terre : ce n’était pas l’ombre de l’idée du siècle. C’était une idée risquée, farfelue, tirée par les cheveux, irresponsable, complètement stupide, mais Puck aimant braver les interdits, il trouva cette idée bien à son goût. Il jeta un œil à la bibliothécaire revêche –cette espèce de vieille peau qui avait hérité toutes ses rides d’avoir été amère et acariâtre tout au long de sa misérable et longue vie- qui le regardait d’un air intrigué et sévère. Il se prit à parier que cette vieille bique ne s’était jamais attendue à voir Noah Puckerman débarquer dans sa bibliothèque. Et il savait qu’elle ne se ferait pas prier pour l’en renvoyer, à grands coups d’éclat. Puck voulait éviter cela à tout prix, sinon tout McKinley saurait qu’il avait été à la bibliothèque et BAM ! Réputation fichue en l’air. Il ferait donc attention à tous ses faits et gestes. Il adressa un sourire rassurant –et ô combien forcé- à la vieille bibliothécaire, avant de reporter ses yeux sur Porter. Il savait qu’il lui faisait encourir des risques, à lui aussi, étant donné qu’il avait pris sa place de gros dur au sein du lycée. Un faux pas, et d’autres s’empresseraient de lui voler son trône –non, je n’exagère pas du tout- comme des vautours affamés. Sauf qu’il ferait quand même partie de la bande, car sa situation était tout de même moins précaire que celle de Puck. Après tout, ce n’était pas Porter qui s’était engagé dans les New Directions et qui avait voulu jouer au papa aimant avec sa fille ?

« Non, que dalle. A part le fait que je savais pas qu'il existait autant de bouquins. » Tu m’étonnes… Rien que l’épaisseur de l’encyclopédie était dissuasive. Arriveraient-ils à trouver quelque chose sans passer quatre heures dans cette pièce cauchemardesque ? Ne feraient-ils pas mieux de demander de l’aide à quelqu’un ? Oui, mais à qui ? En qui avait-il assez confiance pour dévoiler son plan sans risquer les moqueries et autres ? Rachel ? Non, elle le crierait sur tous les toits, cette fille. Bien qu’incroyablement intelligente, elle avait le don de rendre touts ses gestes et paroles théâtraux. Et ce dont il avait le moins envie dans cette position, c’était du théâtral… Il convint donc qu’il leur faudrait se débrouiller tout seuls.

« Bon, t'as une idée de l'endroit ou on devrait commencer à chercher? » Puck regarda son ami d’un air incrédule un moment, puis répondit sur le ton de l’ironie : « C’est vrai, j’avais oublié que la littérature, c’était mon domaine de spécialité… Bouffon, va ! » Il donna un coup de poing amical dans l’épaule de son meilleur ami, puis se releva. Il contempla les pancartes en haut des rayonnages, puis se dit que ce qu’ils cherchaient ne se trouverait sûrement pas dans les rayonnages « politique » ni « histoire ». Puck repéra le rayon « romans » et l’indiqua du doigt à Porter. Il poussa un soupir de résignation, puis murmura, fataliste : « Quand il le faut, il le faut… » Puck ne devait pas savoir que cette citation était tirée de Mary Poppins que sa sœur visionnait tout le temps, sinon il se serait bien gardé de la prononcer… la triple honte ! Il s’engagea dans l’allée puis laissa son doigt parcourir les reliures des différents livres avant de le retirer, dégoûté, tout couvert de poussière.

« Cherche un titre qui a l’air bien mièvre, je suis certain qu’il nous proposera des trucs à nous mettre sous la dent. » Les voyages de Gulliver, Le Tour du monde en quatre-vingt jours … Non, ça n’avait pas l’air d’être des trucs à l’eau de rose. Il continua d’arpenter les étagères, la tête penchée de côté comme un trisomique pour pouvoir lire les titres sur la tranche des livres. « Tu m’dis, si tu trouves un truc, hein ? » cria-t-il à l’intention de Porter qui devait sûrement se trouver à quelques pieds de là, remplissant la même mission que lui. Orgueil et Préjugés ! Ça, c’était un titre qui en jetait plein la vue par sa niaiserie. Fébrile, Puck s’empara du livre qui avait été vraisemblablement ouvert maintes fois –par des jeunes filles désespérées et en mal d’affection, je suppose- et s’arrêta à une page au hasard. Des mots, toujours des mots. Pfff ! Puck se concentra pour repérer une phrase « intéressante » dans ce dédale d’aventures sans intérêt. « Vous êtes trop généreuse pour vous jouer de moi ; si vos sentiments sont encore ce qu’ils étaient au mois d’avril dernier, dites-le-moi franchement ; mes désirs, mes affections n’ont point changé, mais un mot de vous les forcera pour jamais au silence. » Puck, sourcils froncés, tentait de démêler le sens de cette phrase obscure. En gros, ça voulait dire : Si tu me kiffes pas, dis-le moi franchement, et je me barrerai… Perplexe, Puck s’adressa à Porter derrière une rangée de livres : « Ça peut le faire, tu crois ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
07. It's only for you, girls  Empty
MessageSujet: Re: 07. It's only for you, girls    07. It's only for you, girls  EmptyDim 7 Aoû - 15:08

Porter se racla légèrement la gorge, essayant de nouer le noeud qui s'y était logé. Il n'avait aucune idée de ce qui l'attendait s'il était surpris ici par des personnes... indésirables, mais il savait que son assise au sein du lycée serait beaucoup plus branlante et il savait que bon nombres de footeux n'attendaient que ça pour lui dérober sa place. Mais bon dieu, pourquoi avait-il accepté d'aider Puck, au nom de l'amitié certainement. Mais Noah savait-il à quel point il se mettait lui même en danger, sa réputation en prendrait à coup sûr un coup fatal, et il ne serait plus LE Puck d'antan. Et Porter savait pertinemment ce que cela voulait dire, il ne devrait plus traîner avec lui. A vrai dire, il ne savait même plus avec qui traîner. A ses yeux, ils étaient tous des losers, mais aux yeux du leader du front anti losers, devait-il rester seul pour se préserver des lois de l'échelle sociale. Certainement, ce devait être la position la plus sûre possible mais pas la plus plaisante à ses propres yeux. Pour être exact, il avait plutôt hâte de finir sa scolarité et de ne plus avoir ces problèmes. Le plus dur dans toute cette histoire, c'est qu'il devait des excuses à plusieurs personnes mais qui incluraient le secret qu'il gardaient. Lily la première, après le sale coup qu'il lui avait fait.

D'ailleurs, Puck la connaissait plutôt bien. Il devait certainement être au courant pour ce que lui avait fait Porter. Au fond de lui, Porter n'avait pas très envie de lui présenter ses excuses. Pourquoi? C'était très simple, premièrement parce que Porter n'était pas sûr qu'elle l'excuse aussi facilement sans qu'il lui donne une raison qui excuserai ses actes, et deuxièmement parce qu'il avait remarqué que Lily était très souvent avec des amies à elle, notamment Santana et il n'avait aucune envie de se mettre dans une telle position de faiblesse devant elle. Effectivement, il mourrait aussi d'envie de lui dire à elle aussi pourquoi il avait si mal agit pour une poignée d'argent. Sauf que cet argent, c'était la pailler qu'il avait eut du mal à avoir et qui était censée payer toute sa nourriture et celle de sa mère.

Au fond, oui, ce devait bien être un abruti. Puisqu'il n'avait pas seulement tenté de la traîner dans la boue -ce qu'il avait plutôt bien réussit, en passant- mais il était aussi allé voir ailleurs pendant qu'il était entres autres avec Lily. Le pire, c'est qu'il ne savait pas vraiment à cette époque que Santana était la meilleure amie de Lily, ce coup n'avait pas été fin. Et au lieu de seulement se mettre Lily à dos, il avait aussi énervé Santana. Encore un faux pas qui lui avait fait l'effet d'une bonne baffe dans la gueule. Il avait perdu trois choses dans cette affaire, son fric, une potentielle petite amie qu'il appréciait -bien qu'il préférerait se tuer plutôt que de lui avouer-, et une amie qu'il appréciait aussi mais apparemment, ce n'était plus du tout réciproque.

Alors oui, il gagnerait beaucoup plus à tout leur avouer à toutes les deux, mais il avait peur de leurs réactions. Il savait qu'à la place de Lily, il n'aurait pas simplement acquiescé bêtement sans demander son reste. Il avait agit comme un abruti de première et il se souciait encore de sa foutue réputation. Au début, il était persuadé qu'elle était la meilleure manière de ne pas avoir d'ennuis. Mais il s'était totalement trompé, quoiqu'elle lui avait au moins permis de pouvoir fréquenter des personnes qu'il appréciait vraiment, mais évidemment, il les avaient certainement définitivement perdues à cause de sa peur d'être rabaissé et de perdre son trône. Il fallait absolument qu'il en parle à Puck, mais il n'était pas sûr que l'endroit soit bien adéquat, il prendrait ce risque plus tard, une prise de risque à la fois, il n'était pas sûr que son coeur tienne le coup deux fois d'affilée.

Perplexe, il reposa les yeux sur l'énorme bouquin qui se tenait sur la table. Percutant la dure vérité de face, il fallait encore qu'il trouve deux trois livres à l'eau de rose. Et il se voyait mal, très mal, aller quémander ce genre de livres à la bibliothécaire. Ni à personne, en fait. Il lâcha alors un soupir excédé en passant la main sur le livre, récupérant en passant un peu de poussière. Evidemment, personne de censé n'aurait jeté un oeil sur ce vieux bouquin aussi inintéressant qu'inutile. Il soupira légèrement puis abandonna, rejetant son attention sur Puck.
    « C’est vrai, j’avais oublié que la littérature, c’était mon domaine de spécialité… Bouffon, va ! » Porter lâcha un petit ricanement. «Ah, excuse moi de t'avoir surestimé dude. Je pensai que t'avait peut-être autre chose la dedans.» Dis-il en lui tapotant le crâne, ignorant la petite tape que lui avait faite Puckerman.


Il se leva alors pour lui emboîter le pas, tentant de garder une certaine proximité avec lui pour que tout le monde soit sûr que Porter , n'était pas seul, ou l'inverse puisque Puck était sûr d'être plus protégé avec Porter. Porter soupira légèrement, il savait depuis le début qu'il fallait venir dans le rayon roman, mais disons qu'il avait préféré repousser l'échéance au plus tard possible. Il laissa Puck examiner les livres, se passant de détails en l'observant pencher la tête sur le côté. Position délicate pour une mission délicate. Porter observa Puck sortir un livre et le feuilleter.

    « "Vous êtes trop généreuse pour vous jouer de moi ; si vos sentiments sont encore ce qu’ils étaient au mois d’avril dernier, dites-le-moi franchement ; mes désirs, mes affections n’ont point changé, mais un mot de vous les forcera pour jamais au silence." Ça peut le faire, tu crois ? »« J'te signale qu'on est là pour chercher des phrases pour ressortir après naturellement. J'imagine même pas la tête qu'aurait la fille si tu lui sort ça, réfléchis deux secondes vieux.


Porter se rejeta à la recherche de livre, et il tomba tout de suite sur le livre du siècle, bien qu'il n'en vaille pas le coup : Twilight. C'était bien un truc d'amour cette connerie, non? Il le délogea alors de sa place et observa la quatrième de couverture, espérant trouver une phrase ici sans avoir à ouvrir ce livre et à feuilleter ses pages bêtement.

    « Tu ne me reverras plus. Je ne reviendrai pas. Poursuis ta vie, je ne m'en mêlerai plus. Ce sera comme si je n'avais jamais existé... » Porter resta un instant à observer le livre, sourcil arqué. « C'est pas mal ça, pour plaquer quelqu'un je veux dire. Non? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
07. It's only for you, girls  Empty
MessageSujet: Re: 07. It's only for you, girls    07. It's only for you, girls  EmptyDim 25 Sep - 22:59

« Ah, excuse-moi de t'avoir surestimé, dude. Je pensais que t'avais peut-être autre chose là-dedans. » « Humpf. » lâcha Puck, faussement vexé. A quoi bon avoir une tête bien faite quand on a un corps de rêve ? C'est vrai ; est-ce que Lara Croft élabore une super tactique pour déstabiliser ses adversaires ? Non, elle mise sur ses formes et fonce dans le tas. Tout aussi efficace. Oui, voilà, Puck était la Lara Croft au masculin. Et un sourire débile étira ses lèvres alors qu'il pensait à la plantureuse jeune femme qu'il pouvait commander à sa guise... à l'aide d'une manette. Le comble du fantasme pour un macho comme notre ami Puckerman.
Anyway, là n'était pas la question, et Puck secoua la tête pour se débarrasser des nuages qui flottaient dans sa tête. Il était là pour une mission. Ses traits redevinrent graves alors qu'il se faufilait entre les rayons de romans. Il n'avait pas le droit à l'erreur, alors il prenait cette mission très au sérieux. Il se surprit à penser que s'il avançait en slow motion sur la musique de James Bond, ça serait pire que classe. Mais là encore, il s'égarait...

Ayant déniché un titre de livre qui lui disait vaguement quelque chose, il entreprit de choisir un passage au hasard. Apparemment, ça plaisait pas trop à Porter : « J'te signale qu'on est là pour chercher des phrases pour ressortir après naturellement. J'imagine même pas la tête qu'aurait la fille si tu lui sort ça, réfléchis deux secondes, vieux. » Encore dans son trip de spectaculaire et de théâtralité, Puck s'enflamma : « Mais justement, dude ! » Il garda la page avant de refermer le livre et de s'approcher de Porter pour chuchoter rapidement -il voyait la vieille mégère se tordre le cou pour les apercevoir et il n'avait pas envie de créer d'esclandre- : « Imagine le topo : un parc. Une auréole de lumière. Et là, en plein milieu, une fontaine. » Le jeune footballer accompagna ses paroles de grands gestes inutiles, simplement parce qu'il avait l'impression que ça lui donnait un air d'artiste... ou pas. Il posa une main sur son épaule. « Il y a... cette fille. » Puck ne se sentait pas encore prêt à avouer, même à son meilleur ami, qu'il désirait ressortir avec Quinn. Si ça se savait, ça marquerait sûrement la véritable fin de sa réputation à McKinley ; ça ferait les gros titres de Gossip Glee : Il semblerait que Puck ou la badassitude se soit transformée en Puck ou la bad reputation. De plus, il n'osait même pas se l'avouer à lui-même, car il pensait que Quinn était sa faiblesse. Une faiblesse qu'il ne comprenait pas. Il avait cru pouvoir tourner la page et s'adonner à des histoires sans lendemain, mais il s'accrochait à l'espoir vain de reconquérir Quinn. Pitié, que quelqu'un m'explique. « Et j'aimerais lui montrer qu'il existe peut-être des facettes de moi qu'elle ne connaît pas. Lui donner envie de me découvrir. Me redécouvrir. » Un gros plan sur son visage, une petite musique dégoulinante, et ça aurait été parfait. Enfin, s'il ne s'était pas mis à rire ensuite, abasourdi par ses propres mots. « Oh my god ! That's the stupidest thing I've ever said ! » dit-il entre deux accès de fou-rire. Seule la quinte de toux simulée de la bibliothécaire parvint à le calmer. Puck se racla la gorge, puis fit un signe à son ami comme quoi il reprenait ses recherches. Il se mordait la lèvre inférieure pour empêcher son rire de se frayer un chemin jusqu'à ses lèvres mais, alors qu'il passait un doigt sur les tranches des livres, il rangea ce qu'il venait de dire dans un coin de son cerveau. Qui sait, ça pourrait peut-être lui servir ?

« Tu ne me reverras plus. Je ne reviendrai pas. Poursuis ta vie, je ne m'en mêlerai plus. Ce sera comme si je n'avais jamais existé... C'est pas mal ça, pour plaquer quelqu'un je veux dire. Non ? » Puck s'était retourné pour écouter la découverte de son ami et fit une grimace de dégoût à la vue de la couverture du livre que tenait Porter entre ses mains. Twilight, il était allé voir ce film avec une de ses exs. Il avait espéré que s'il faisait l'effort d'aller voir cette ignominie avec elle, il serait récompensé -si vous voyez ce que je veux dire. Il avait eu faux sur toute la ligne, notre pauvre Puck. Worst memory ever. De la sueur froide perlait sur sa peau et il eut un frisson à la simple évocation de cet événement. « Mouais. Sauf que moi je cherche quelque chose pour que j'ouvre la porte de ma chambre à une fille, pas à lui claquer la porte d'entrée au nez. Si tu vois ce que je veux dire... » Noah prit néanmoins le livre des mains de Porter -en ayant tiré sur ses manches de sorte qu'il ne touche pas la couverture du livre- et tourna quelques pages : « Il a dit que tu étais jolie, c'est presque insultant tu es beaucoup plus que ça. » Puck releva les yeux du livre et haussa un sourcil interrogateur à l'intention de Porter, attendant le verdict.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
07. It's only for you, girls  Empty
MessageSujet: Re: 07. It's only for you, girls    07. It's only for you, girls  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

07. It's only for you, girls

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 7
-