Choriste du mois


Partagez | 
 

 08. Collateral Damage [PV Kahlan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 08. Collateral Damage [PV Kahlan]   Sam 20 Aoû - 5:59

La téléréalité fonctionnait bien et lui, il était merveilleusement célèbre. On aurait pu croire – à si méprendre même – que tout roulait sur des roulettes, mais il n’en était rien. En fait, on n’aurait pas pu être plus loin de la triste vérité : Josh Groban finirait aux oubliettes. Mélodramatique, direz-vous? Eh bien, non. Simple fait. Le chanteur avait besoin d’une nouvelle croquante et fraiche pour se garder dans le coup. Voir des jeunes boutonneux qui poussent la chansonnette à la télévision est peut-être captivant pour le public moyen américain, mais rien ne peut égaler une nouvelle choc qui fait le tour des tabloïdes. S’imaginant déjà cité dans les plus grands blogues et revues américains – et pourquoi pas même internationaux – il jubilait. Bavant presque, il arpentait les couloirs du lycée, les yeux dans le vide. L’esprit embrumé de fantasmes tous plus grotesques les uns que les autres, il ne voyait plus clair devant lui. La nouvelle avec un grand N aurait bien pu se donner à lui, sur un plateau d’argent, qu’il ne l’aurait pas vu. Il rêvait éveillé et faisait peine à voir. Sans pratique de chorale prévue à l’horaire et sans besoin naturel urgent à combler, non, même pas une envie de pisser mortelle ou bien un petit creux agressant, il ne servait à rien. Caméra sur les talons, il glissait et se laissait flotter près des casiers, errant comme un chien sans maître.

Il savait très bien ce qu’il voulait. Seulement, fallait-il le trouver. C’était bien là tout le drame. Une histoire, un évènement cocasse, un blooper, une exclusivité, n’importe quoi. Peu importait la forme, réellement. Tout ce qu’il souhaitait, c’était de pouvoir mousser les cotes d’écoute de la téléréalité et qui sait, sa propre popularité. Ce n’était pas une nécessité pour lui, étant déjà célèbre et adulé de tous, mais on ne crache pas sur une occasion de s’élever encore plus. Un drame, voilà ce qu’il voulait. La tristesse vend, c’est bien connu. Un enfant abandonné, un professeur en pleine crise de nerf face à une classe de jeunes délinquants sans avenir qui pourtant décident de créer un groupe de soutient – avec l’aide de leur conseillère d’orientation – pour une œuvre caritative qui tente de venir en aide aux jeunes de la rue, une entreprise qui vise à aider leur prochain parce qu’ils ne sont pas tellement perdus et sans destin, malgré ce qu’on pense ou bien une jeune fille enceinte qui, malgré un handicape physique la forçant à déambuler en chaise roulante, décide de reprendre ses études alors que ses parents l’ont mise dehors du nid familial, quelque chose de simple et facile à trouver, quoi! Il ne demandait pas la lune, seulement un sujet qui pourrait faire la une de la publicité de l’épisode de la soirée ou bien de demain.

Alors que tous les espoirs avaient été réduits à néant par de longues minutes d’errements dans les couloirs de l’école secondaire, il avait trouvé. Le visage illuminé par une joie sans nom, il débordait de bonheur. Prêt à exploser, il serrait les poings et avait fendu ses deux joues d’un sourire sans précédent. Comme un enfant trouve son chemin vers la source de sucre la plus près, le chanteur avait repéré sa source de popularité, le filon idéal, la plus près de lui. Non loin de lui se trouvait une jeune femme à la chevelure de feu qui chantait, se croyant sûrement seule au monde. Bien que cela puisse paraître anodin dans un lycée où il existe deux chorales, son uniforme de Cheerios laissait planer dans l’air une odeur amère de souffrance. Dans quelques instants ce serait la fin. Son secret ferait le tour de l’école, de la ville, du pays. Plus jamais anonyme, enfin, jusqu’au prochain scoop de l’heure. La rousse serait une étoile filante, gagnant ses quinze minutes de gloire sur les ondes de MTV, mais retombant dans l’oubli aussitôt sa traînée lumineuse éteinte.

« Tu devrais rester derrière, George. Mais garde ton objectif bien fixé sur nous, pigé? »

Josh chuchotait, voulant masquer sa présence à tout prix. La surprise serait sa seule arme utile face à une si bonne histoire. Le plus longtemps elle se croyait seule, plus il aurait droit à des images et un son saisissant. Des angles de vue à couper le souffle et de la musique triste à souhait, voilà ce qu’il offrirait à son cher public. Bien conscient des conflits qui animaient l’école, le chanteur avait trouvé de quoi attiser la flamme haineuse des élèves de McKinley et même de certains enseignants aux méthodes peu orthodoxes qui s’habillent en Adidas. Une Cheerios qui chantait ici, c’était une occasion qui ne se représenterait pas de si tôt. N’étant dans aucune chorale – de tels cheveux couleur tomate l’auraient marqué s’il l’avait vu dans une des deux chorales – elle deviendrait la proie de maintes et maintes humiliations, passant de l’insulte ordinaire au traitement facial à la slushie. Pourtant, tout cela lui était bien égal. La vie scolaire et sociale d’une adolescente était en jeu, mais il s’en foutait éperdument. Il ne la connaissait pas et elle n’avait pour lui qu’une très petite valeur. Rien en elle ne lui inspirait la sympathie des vils personnages, non, elle avait beau être une victime, il voulait la croquer tout rond comme le ferait le méchant loup. Audacieux, il se lança finalement à la rencontre de la pauvre jeune fille qui ne savait pas qu'elle déjà perdue dans un tourbillon médiatique infernal.

« Bonjour! Tu sais, tu chantes divinement bien. » Prenant une pause, il lui souriait gentiment, cachant habilement son jeu. D’un air faussement repentant, il lui adressa ses quelques mots : « Je… je suis désolé, je ne voulais pas t’interrompre. Vois-tu, je t’ai entendu dans le couloir et je n’ai pas pu m’empêcher de venir te parler. » La caméra cachée croquerait sur le vif l’interview de la petite cheerios et dévoilerait au monde entier sa vraie nature : une loser. Oui, elle chantait bien et aux yeux de Josh, elle méritait vraiment cet instant de gloire, mais, loin de la réalité, il ne comprenait pas que la vie de l’adolescente basculait déjà dans un gouffre sans fond. À Lima, elle serait humiliée et laissée pour compte. Déjà, il reprenait de plus belle, ne laissant aucune chance à la créature de s’enfuir loin de cet enfer. « Et cette cheerios a un nom, peut-être? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 08. Collateral Damage [PV Kahlan]   Mer 7 Sep - 21:37

Mon dos plaqué sur un casier, je scrutais les longs couloirs vides de McKinley. L'odeur de glace pillée, marquant encore le sol, me montait dans les narines et je sentais alors toute la méchanceté et la peur qui pouvait régner dans cet endroit. J'étais quasiment sûre et certaine d'être seule, simplement parce tout les élèves avaient déjà désertés l'endroit. Peut-être en restait-il ? En tout cas, je n'en voyais aucuns. J'avais une chanson en tête et bien sûr je me sentais obligée de chanter, tant cette chanson me procurait beaucoup d'émotions.

« I walked across an empty land
I knew the pathway like the back of my hand
I felt the earth beneath my feet
Sat by the river and it made me complete
»

Soudain, un petit bruit. Des petits craquements. Tournant la tête pour apercevoir ce qu'il se passait derrière moi, je ne voyais rien. Fronçant légèrement les sourcils, je me levais ne me sentant plus à l'aise ici. Traversant une nouvelle fois les couloirs sans l'énorme masse d'élèves, je trouvais un coin, qui me paraissait bien plus tranquille. Reposant alors mes fesses sur le carrelage froid du lycée, je me mordillais la lèvre. Le sol était plus que glacial et ayant une jupette un peu trop courte, impossible d'échapper à cet incroyable frisson qui vous parcourt tout le corps. Me sentant ainsi un peu plus en « sécurité » je pouvais donc reprendre ce que j'étais entrain de faire, à savoir chanter cette chanson qui trottait dans ma tête depuis un bout de temps maintenant.

« A simple thing where have you gone
I'm getting old and I need something to rely on
So tell me when you're gonna let me in
I'm getting tired and I need som...
»

« Bonjour! Tu sais, tu chantes divinement bien. »

Je fus surprise d'entendre quelqu'un me parler. A en écouter sa voix, c'était un garçon. Par pur réflexe je me retournais alors, frappant dans un endroit un peu trop sensible. J'avais eu au début peur que ce soit Danny mais je n'avais pas reconnu sa voix. C'est alors que je vis devant moi un homme, d'une trentaine d'années environs - enfin je pense -, plié en deux après avoir reçut mon coup de pied. Les yeux écarquillés et ma main devant ma bouche, je le regardais.

« Je suis... Désolée ! »

« Je… je suis désolé, je ne voulais pas t’interrompre. Vois-tu, je t’ai entendu dans le couloir et je n’ai pas pu m’empêcher de venir te parler. Et cette cheerios a un nom, peut-être? »

Avant de divulguer mon nom à la personne devant moi, il n'y avait rien de plus naturel que de vouloir savoir à qui on avait bien pu donner littéralement un coups dans les parties intimes. M'asseyant une nouvelle fois sur le carrelage, je passais une main dans mes cheveux, non attachés.

« Je pourrais peut-être savoir le nom de celui que je viens de frapper ? »


Revenir en haut Aller en bas
 

08. Collateral Damage [PV Kahlan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 8
-