Choriste du mois


Partagez | 
 

 08. Nothing really matters to me [Pv Josh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
08. Nothing really matters to me [Pv Josh] Empty
MessageSujet: 08. Nothing really matters to me [Pv Josh]   08. Nothing really matters to me [Pv Josh] EmptyLun 22 Aoû - 14:28

Nina s'était levé en sursaut ce matin là, elle ne savait pas pourquoi. Elle avait sûrement fait un cauchemar, mais elle ne s'en souvenait pas en détaille. Ce qui eut le mérite de la mettre hors d'elle, cette journée commençait bien dit donc. La jeune femme prit son petit déjeuner seule, comme à son habitude. Elle s'était habituée à vivre dans la solitude et ça n'était pas plus mal, maintenant elle se sentait libre et indépendante. Adulte en somme. Pourtant sa vie lui paraissait étrangement monotone malgré ses sautes d'humeur incessantes. Elle ne prit pas de temps pour choisir ses habits et attrapa un tee shirt et une jupe un peu au hasard. Il était rare qu'elle change ses habitude jean-tee-shirt. Elle enfila des bottes haute et sortit de chez elle en prenant soin de fermer la porte derrière elle. Nina vérifiait toujours si elle n'avait rien oublié, étant donner que c'était sa particularité première. Une vraie tête en l'air. Ce n'est pas un défaut a avoir pour une bibliothécaire. Encore a moitié endormie, elle prit son vélo et se mis en route. En général les prof arrivaient au lycée en voiture, mais comme Nina n'avait pas vraiment eu l'occasion d'en acheter une, elle venait à vélo. Surtout qu'elle n'aimait pas vraiment marcher et puis son salaire de bibliothécaire ne lui permettait pas d'acheter une moto. Une fois arriver, elle prit soin de l'accrocher à côté du parkings. Des élèves lui riaient au nez et comme aucun de ses supérieurs n'étaient dans les parages elle se permit de leur faire un doigt d'honneur. Ça n'était pas vraiment polie ou même gentil de sa part, mais elle était de mauvaise humeur et elle détestait qu'on se moque d'elle. La jeune femme leur lança un regard noir et s'en alla dans la bibliothèque. Son assistant n'était pas là aujourd'hui, pour une raison qu'elle ignorait. Il était peut être malade qui sait. En tout cas elle fut soulagé, elle n'avait aucune envie de s'embrouiller avec qui que ce soit, surtout qu'elle l'appréciait. La brune s'installa devant son pc et commença a travailler. Ces derniers temps, la panique régnait dans le lycée. Eh oui, les examens approchaient il était temps de se bouger le popotin, au boulot. Certains voulaient absolument avoir leur bac et ils étaient repérable. Sans cesse fourrer ici, plonger dans des bouquins de maths ou d'histoire, prenant a peine le temps de manger, ils passaient tout leur temps libre dans cet endroit rempli de bouquin poussiéreux ou déchirer. Nina regrettait amèrement que le principale ne leur donne pas plus de moyens pour acheter des livres où des partitions. Quelques élèves, apparemment des pompom girls, entrèrent. Elles voulaient emprunter des livres de science. La brune alla leur chercher et ne prit que quelque secondes pour les trouver. Il faut dire que la bibliothèque n'était pas aussi grande qu'elle n'y paraissait, et elle la connaissait par coeur. Elle avait d'ailleurs lu au moins la moitié des ouvrages présent ici, surtout de la littérature classique. Après tout elle n'allait pas lire des manuels scolaires. Nina les tendit aux deux élèves et elles cherchèrent des yeux une place où s'installer. Les élèves pullulaient. Et il faut dire qu'ils étaient nombreux, il n'y avait plus une seule table ou même une seule chaise de libre. Elle haussa les épaules comme pour leurs dirent ; tant pis pour vous, fallait arriver avant. Et les deux jeunes filles s'en allèrent non sans avoir donner un coup de pied dans une chaise, totalement dégoutée. Certains étaient même assis par terre et ils venaient sans cesse lui demander des bouquins. Ils ne pouvaient donc pas les trouver eux mêmes ? On ne leur avaient pas appris comment en 6ième ? Leur passage étaient tellement fréquent que Nina n'avait plus une seconde pour flâner, et puis les gamins chahuteurs étaient les plus case-pieds. La jeune femme devait se lever toutes les deux minutes pour en virer un ou deux. Mais à cette heure avancé de la journée, l'agitation se faisait rare. Les élèves avaient tous de quoi travailler et ils étaient tous installer à lire. Enfin Nina pouvait souffler. Ce travaille n'était finalement pas aussi simple qu'il n'y paraît. Elle prit une feuille et un papier, et se mit à écrire le nom des élèves présent dans la salle de 16h à 17h. Lorsqu'elle sentit l'agitation reprendre les élèves. Bon sang, ils ne pouvaient pas rester tranquille quelque instants ? Cette fois, à bout, Nina était prête à donner des heures de colles. En tant que bibliothécaire, elle y avait aussi le droit, et c'était quelque chose d'extrêmement gratifiant. Mais la jeune femme décida tout simplement de les ignorer, elle épuisé et n'avait nullement l'envie de se prendre la tête. Mais elle n'aurait jamais imaginer que c'était la présence d'une star qui avait à ce point animer la bibliothèque. En effet, le carnage avait commencer dès que la porte avait été pousser. Quelques fille parlait forts ce qui s'entendait très clairement. Dans une bibliothèque, le silence règne. Nina leur lança un "chut" exaspérer sans même avoir écouter ce qu'elles avaient dit. Elle n'avait même pas lever la tête pour voir qui était entrer. Sans doute un quelque conque sportif lycéen et boutonneux. La brune continua d'écrire, complètement absorbée par son travail.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
08. Nothing really matters to me [Pv Josh] Empty
MessageSujet: Re: 08. Nothing really matters to me [Pv Josh]   08. Nothing really matters to me [Pv Josh] EmptyDim 4 Sep - 2:22

Casseroles et chaudrons, en passant par étranglements de chats de gouttières, les voix des choristes, que l’on nommait à tord les Awesome Voices, n’avaient rien d’impressionnant. Non, rien de merveilleux, de touchant ou bien d’attachant ne ressortait de ses multiples pratiques infernales avec le groupe d’amateurs dénués de talent. Josh Groban devait faire face à la musique – une musique qui lui râpait les oreilles à chaque fois qu’elle était jouée par ces morveux de gleeks – il était perdu. Malgré toute la visibilité que sa téléréalité diffusée sur les ondes de MTV lui procurait, il souffrait. Dans son fort intérieur, la médiocrité le bouffait tout rond. Malade devant tel abominable spectacle, il retenait parfois sa nausée pour ne pas vomir sur Brian Ryan. Comment pouvait-on survivre à telle humiliation et ce, quotidiennement? Sans réponse, le chanteur vedette restait stoïque devant le miroir des toilettes, comme en attente d’une quelconque révélation du Tout Puissant Dieu de la Musique. Implorant l’aide du divin, il retenait, tout comme sa nausée, ses pieds qui eux voulaient quitter l’enceinte du lycée pour ne jamais y revenir. Encore combien d’heures insupportables et de jours interminables avant la fin de ce contrat venu tout droit de l’enfer? Nul ne le savait. Comprenons-nous bien, Josh avait bel et bien choisi ce contrat et était déterminé à aider cette chorale qui fonçait directement, mais pourquoi exactement? Par charité chrétienne? Quelle blague! Par solidarité artistique? Et puis quoi encore? Tout cela, tout ce qu’il faisait, c’était toujours pour une seule et unique chose : lui-même. Tout ça, c’était du vent. Une tornade médiatique dans laquelle il gagnait en popularité et en apparitions télévisuelles. Il carburait aux flashes des appareils-photo et se nourrissait de ragots à son sujet. Il voulait toujours être au centre de l’attention et ne délaisserait cette place pour rien au monde. Ni rien ni personne ne pouvait lui retirer cela, c’était trop vital.

C’est alors que l’idée avec un grand I avait trouvé son chemin jusqu’au cerveau de la vedette. Tout à coup, une tristesse, de la pitié même, s’empara de son corps tout entier et le guida vers la réponse à tous ces maux. La musique avait toujours réussi à lui donner le sourire dans sa vie. Moments noirs et petites déprimes n’avaient jamais su venir à bout de sa passion pour les notes et les mélodies. C’était d’ailleurs ce qui l’avait motivé à sortir des toilettes et engager sa remonter des couloirs vers la bibliothèque. La musique comme moyen de communication, voilà un bon titre de thèse ou bien de conférence. Il en ferait peut-être son autobiographie, qui sait? Ces jeunes, ils n’avaient pas besoin de Brian mollasson-sans-talent-ni-avenir Ryan. Non, ils avaient besoin d’un exemple, un modèle de réussite, un vrai chanteur. Ils avaient besoin de Josh Groban. Ni d’une, ni de deux, il se trouvait déjà devant les portes de la bibliothèque. Déterminé à trouver LA pièce qui inspirerait les jeunes gleeks de Ryan, il courrait dans la bibliothèque comme un fou. Il avait décidé de se produire devant la chorale, question de leur montrer de quel bois se chauffe une vraie star, pas un pseudo coach bizarroïde misérable comme le leur. Il leur apporterait une bonne dose d’inspiration, de la motivation en intraveineuse. Une belle grosse seringue remplie d’espoir et de rêves. Josh Groban, pilule de bonheur éternel. Plus qu’un simple joli minois et une voix angélique, il se devait de mettre le doigt sur l’ultime création musicale qui pourrait transcender les rangs sociaux épars de la vedette et des mômes chanteurs amateurs pour communiquer avec eux.

Bonjour Mademoiselle! J’ai besoin de votre aide, maintenant. Cessez vos fonctions anodines qui vous occupent et regardez-moi dans les yeux. Que lisez-vous? LA TERREUR. LA PEUR. Oui, je suis en crise. Vous seule pouvez me sauver. Le ferez-vous?

Ses yeux n’avaient rien d’effrayés. Plein d’assurance, ils jouaient la comédie. Savait-il seulement sa place dans la vie, dans cette école. Même en plein drame, il attirait l’attention sur sa personne égocentrique. Sans aucun sens des réalités, il se foutait éperdument de ces pauvres jeunes exploités par le chanteur, il ne pensait qu’à la caméra qui, encore une fois, l’avait perdu de vue. Heureux de ne pas être observé en telle situation, il en profitait pour faire du gringe à la bibliothécaire. Énervé, sa tactique ne fonctionnait que très mal. Pauvre vedette avec la tête qui allait exploser. Toutes ses idées de grandeur se retrouveraient sur le sol, piétinées par des citoyens moyens. Malgré sa petite course et ses hurlements insensés, il n’avait pas perdu la tête. Toujours conscient de son but, mais déconcentré par le minois de la demoiselle derrière le comptoir, il titubait mentalement. Chorale, séduction, emmerde, plaisir. Tout cela le rendait confus. Pourtant, la partition de musique grimpait dans sa liste de priorités. Elle serait toujours là demain, la demoiselle. Il viendrait la voir, demain.

Bon, focus. J’ai besoin d’une partition, tout de suite. Je ne sais pas quoi, qui et je ne vous direz pas pourquoi. On n’a pas le temps pour les questions. La main dans les airs, il s’agitait comme un oiseau en cage. Murmurant ses prochains mots, il semblait fou. Acceptez-vous cette mission? Le sourire aux lèvres, il riait. Conscient de sa propre folie, il ne savait pourtant pas ce qui lui arrivait. Sa popularité semblait être siphonnée par ce lycée de perdants. Il perdait la tête à force de ne pas voir les projecteurs réconfortants de ses nombreuses tournées internationales. Il était perdu dans son trou qu’était la ville de Lima.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
08. Nothing really matters to me [Pv Josh] Empty
MessageSujet: Re: 08. Nothing really matters to me [Pv Josh]   08. Nothing really matters to me [Pv Josh] EmptySam 10 Sep - 20:39

Nina continuait d'écrire les noms et lorsque la voix s'adressa à elle, elle leva les yeux très doucement, en ne cessant même pas d'écrire. C'était une voix d'homme et certainement pas un jeune de seize ans. Mais qui que ça puisse être, cette arrogance ne lui plaisait guère. Non... Pas de l'arrogance... Quelque chose d'autre. Aucune idée de ce que ça a pu être en tout cas c'était assez agaçant. Peut être cet excentricité ? Elle décida de donner priorité à ses notes et aux ordres de Figgins. Le boulot avant tout était un peu sa devise. Quand elle eut inscrit le dernier nom, elle posa enfin le stylo. Il fallait faire les choses dans l'ordre des priorités. La personne qui se tenait devant elle n'avait rien d'un élève... C'était un homme, très mignon d'ailleurs, aux cheveux bruns et assez prétentieux aux premiers abords. En fait elle n'avait rien compris à ce qu'il lui avait dit, elle l'écoutait à peine. Ce n'était pas qu'elle ne l'écoutait pas... Ce qu'il disait n'avait aucun sens et elle le prit donc pour un fou. D'abord il ne prends même pas la peine de se présenter, qui est d'après elle une règle de politesse essentielle étant donner qu'il n'est pas un élève, et puis il parlait pour ne rien dire ce qui était vraiment fatiguant. Il s'agitait et riait aux éclats et alors qu'il faisait le fou des élèves venaient vers lui des papier à la main avec un air de chien battu, suppliant des autographes. C'était vraiment n'importe quoi et ça ne plaisait pas à Nina ! Avant même qu'il ne réagisse elle se leva et leur confisqua leurs papiers et les envoya à leur place. C'était bizarre comme réaction... Demander un autographe à un inconnu. En réfléchissant bien ça pouvait très bien être une star quelqu'onque, un chanteur ou un acteur. Mais c'était ridicule. Une personne célèbre, à Lima ? Impossible. Ou du moins pas sans qu'elle le sache, étant donner qu'elle lit la presse tous les jours. Voyant que la bibliothèque s'agitait que cela devenait vraiment n'importe quoi, elle attrapa l'homme par le bras comme elle l'aurait fait avec un gamin de trois ans et l'emmena dans la réserve à côté. Son assistant n'aura qu'à se débrouiller pour remettre de l'ordre. Non sans avoir repousser au passage des élèves qui le suivaient comme des toutous elle ouvrit la porte et lui fit signe d'entrer. Elle soupira doucement. Ils étaient un peu à l'étroit mais au moins il étaient au calme. La jeune femme repoussa une toile d'araignée qui lui tombait dans les cheveux d'un air rageur et reprit d'un air très sérieux :

-Je ne sais pas où est ce que l'on vous a éduqué mais la règle de politesse numéro un c'est "Bonjour". Numéro deux c'est "je m'appelle." Numéro trois c'est "S'il vous plait".

Elle les énumérait comme si elle avait appris la leçon par coeur, ce qui avait été le cas. Sa mère ne lui tolérait aucun écart de ce genre et Nina n'était pas du tout le genre de fille à se faire remarquer. Ce qui ne semblait pas être le cas de l'homme qui lui faisait face. Gênée par la sécheresse dans le ton de sa voix elle baissa les yeux non sans rougir. C'était idiot de sa part... Donner des leçons à un homme peut être plus âgé qu'elle. Mais... étrangement son visage lui était familier. Elle était toute poussiéreuse avec d'horrible araignée dans les cheveux. Il fallait vraiment qu'elle penses à faire nettoyer l'endroit ! C'était d'un sale ! Et puis elle ressentit d'étrange picotement au niveau du cou. Une araignée s'était glissé dans son tee shirt ! Complètement paniquée elle sautillait partout en essayant de s'en débarrasser. Décidemment cette histoire tournait au ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
08. Nothing really matters to me [Pv Josh] Empty
MessageSujet: Re: 08. Nothing really matters to me [Pv Josh]   08. Nothing really matters to me [Pv Josh] EmptyLun 12 Sep - 4:35

Malgré tous ses problèmes qui lui tombaient dessus sans crier gare : Bryan Ryan, MTV, Bryan Ryan, les chorales, Bryan Ryan, Sue Sylvester. Il n’avait pas la tête à se faire prendre de haut comme ça! En plus, la jeune femme n’était pas extrêmement belle. Il n’y avait pas là de quoi se vanter quand même! À se prendre pour une autre comme ça, il était clair qu’elle serait déçue de la vie. Aucun homme ne pourrait la désirer. Qui désirerait la mégère quand il peut avoir la prostituée pour cent dollars de l’heure au coin de la rue voisine? Aucun humain saint d’esprit. Tout cela n’avait aucun sens, non pas le moindre. Lui, la pauvre petite vedette contre qui le monde entier se liguait réquisitionnait innocemment l’aide de la bibliothécaire et voilà comment on le recevait? Une leçon de politesse, et puis quoi encore? Elle n’avait pas le sens de la réalité, voilà tout. L’urgence, le vrai manque de temps, elle ne les ressentait donc pas? Plutôt que de lui venir en aide, elle restait là, à faire des sermons comme mamie vieille-folle-dingue-sans-dentier. Heureusement que cette triste école possédait une ressource bien plus important et abondante que les célibataires frustrées s’appelant elles-mêmes des bibliothécaires : des jeunes esprits malléables et avides de célébrité. Ô, comme il était agréable de gratter les feuilles tremblantes des gosses timides qui, dans un seul acte de bravoure sans précédent, décident de venir aborder le populaire et fabuleux Josh Groban lui-même. Braves bêtes, ils comprenaient leur place dans la société, eux. Pas comme une certaine bibliothécaire. C’était alors que, sans crier gare, l’agresseur prit son bras et le traina de force jusque dans son repère de meurtrière en série. Sa force était surprenante, surtout compte tenu de la grosseur de ses bras. Elle avait de l’expérience en viol de célébrités fabuleuses, ça crevait les yeux.

Au secours, on agresse Josh Groban! À l’aide!

Il hurlait dans la bibliothèque alors qu’on lui retirait sa liberté qui lui était si chère. Dire que tout cela avait commencé par une simple recherche de pièce musicale potentiellement magnifique qui aurait pu le faire briller de mille feux devant la chorale de Ryan. Qu’elle mauvaise journée! Il y a de ces matins où on ne devrait pas s’habiller et manger un muffin tout en regardant la télévision. C’était une de ces journées. Ah, désolé, maman, je ne t’avais pas reconnu derrière cette tonne de mots vides de sens qui forment ton sermon inutile! Je ne savais pas que j’avais atterrie à l’école des bonnes manières pour jeunes filles de la hautes société de Madame Betty Bootie! Il en avait marre que tout le monde tente de lui apprendre quelque chose. Il n’était pas au lycée en tant qu’étudiant, mais bien en éducateur spécialisé. Un expert dans son domaine! La célébrité et, accessoirement, la musique. Cette école ne valait pas tout ce travail, ce stresse et ce rythme de vie éprouvant. Soyons réalistes, Josh s’était réveillé avec un bouton sur son front le matin même! Si ce n’est pas un signe de stresse, ça! Il faut aussi mentionner le peut d’étoile que recevrait la cafétéria de McKinley si celle-ci était évaluée. Pouvait-on réellement croire qu’il voudrait rester? Mauvais service, sécurité défaillante et nourriture infecte. Un Best Western aurait fait l’affaire, même s’il avait été rempli de personnes âgées édentées. Comme si ce n’était pas assez, il devait en plus participer à ces stupides répétitions musicales et vivre l’enfer quotidien de l’échec cuisant de ces jeunes dénués de talent. C’était mauvais pour son image de soi. Il se sentait déjà moins fringuant, moins amoureux de la vie. Même la vidéo parodiant Rebecca Black ne le faisait plus rire. Il était un homme brisé.

Tout à coup, mademoiselle se battait contre une toile d’araignée. Ha ha, c’était bien joué, mamie! Voilà ce qu’est le Karma. Tout revient dans la face des chieurs. Elle semblait agacée par toute cette poussière, elle qui avait sûrement l’habitude de la décrépitude, avec ses manies de mémé vieillissante! En tant que rat de bibliothèque, elle devait vivre dans cet environnement tout le temps, non? De toute façon, elle n’avait qu’à retirer de son joli derrière rebondi le balai qui la coinçait et se dépoussiérer si cela la gênait tant que ça. Puis, la propriétaire frustrée de la toile était venue attaquer la violente demoiselle au balai dans le c*l. Josh n’en pouvait plus, il allait exploser s’il ne laissait pas s’échapper sa bouffée de rire. Il s’époumonait tellement il rigolait. Le chanteur ne pensait même pas à s’enfuir alors qu’on le retenait contre son gré dans un placard à livres poussiéreux sale et abandonné où on pourrait aisément le violer sans être vu. Ce lycée malfamé ne possédait certainement pas de système de sécurité incluant des caméras! Il était foutu, mais comme il riait! Il rirait jusqu’à ce que mort s’en suive, à moins que la bibliothécaire bondissante ne s’en occupe avant. Avec cette morsure, elle acquerrait peut-être quelque sombre pouvoir et pourrait le tuer encore plus facilement. Super Mamie devenait dangereuse à vue d’œil. Tout ce qu’il avait à faire, c’était partir. Cette vision était trop drôle, il devait rester. Super Mémé contre araignée folle : qui l’emportera? Une chose était sûre, le chanteur, s’adonnant pleinement à un rire contagieux, ne serait d’aucune aide. Elle était seule contre la bête. Elle aurait dû accepter tout bonnement la mission originelle de Josh et chercher une pièce musicale. Elle ne se serait jamais retrouvée là, à se battre à main nue contre la bestiole venimeuse. Comme exprimé plus tôt, voilà ce que c’est, le Karma. C’est une sale chose qui vous revient en pleine poire quand on s’y attend le moins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
08. Nothing really matters to me [Pv Josh] Empty
MessageSujet: Re: 08. Nothing really matters to me [Pv Josh]   08. Nothing really matters to me [Pv Josh] EmptyLun 12 Sep - 18:26

Sincèrement, Nina ne s'était jamais retrouvée dans une situation aussi embarrassante. Surtout qu'elle avait une sorte d'abruti devant lui qui la prenait pour sa mère ! Elle était rouge de honte et un peu de colère aussi... Bah oui ! On ne se moquait pas d'elle pour s'en sortir aussi facilement... Enfin en l'occurrence elle avait plutôt besoin d'aide. Mais en face c'était plutôt l'éclate il faut le dire. Et que je me marre...et que je rigole ! Pourquoi... Baah... Elle avait une araignée dans le tee-shirt. Il faut dire que si elle avait été à sa place elle aurait autant rit mais elle aurait essayer d'être discrète au moins. En plus il avait crier comme un imbécile en plein milieu de la bibliothèque, comme quoi on l'agressait. Josh Groban. Comme ce nom lui était familier lui aussi ! Mais qui était-il au juste ? En fait, pas vraiment le temps de réfléchir, l'araignée répugnante aimait bien se balader. Mais il riait. Et le rire c'est contagieux, donc elle fini par l'attraper par une patte, tout en se retenant de pouffer à son tour. Elle déposa délicatement la pauvre bête qui se débattait, sur les cheveux de "Josh Groban". Il ressemblait à un adolescent, même pas capable de se défendre contre une femme qui faisait 10 centimètres de moins et presque la moitié de son poids. Enfin ! "Se défendre" ! Il avait plutôt appeler au secours devant des élèves tout en faisant son intéressant. C'était juste un gamin immature. Et Nina s'était sentie blessée par sa phrase pleine de sarcasme. Sa mère avait toujours voulue que Nina devienne une bonne personne, polie et discrète, donc elle n'avait pas pu s'empêcher d'être gênée par l'apparition de cet homme totalement extraverti. C'était son contraire. Celui qui lui montrait tout ce qui n'allait pas chez elle ou plutôt, tout ce qu'elle aimerait être. En moins con et puéril par contre ! Eh bien voyons comment lui allait se débrouiller avec l'araignée. Et l'endroit en était remplie donc elle en prit pleins, des petites, et les lâcha toujours sur les cheveux, et d'autres dans le tee-shirt. Et elle l'imita rire.

"-Si vous voulez des partitions je vais vous les montrer. "Josh Groban". Mais essayez de vous débrouiller avec ces petites créatures, dit-elle peinant a retrouver son souffle, tant elle avait rit.

On appelle ça un retournement de situation. Ou plutôt un "qui rira bien rira le dernier". Si il avait du appeler de l'aide pour ne pas entrer dans la réserve, il allait devoir en appeler au moins trois fois plus pour se débarrasser de toute les bestioles tant elles étaient nombreuses. Nina entendait par contre très clairement des élèves dans la bibliothèque se poser des questions. Genre "qu'est ce qu'ils font là dedans, pourquoi ya des rires". Hé bien c'est juste Nina qui est en train de s'amuser avec les araignée. Applaudissements !
[désolé un peu court ><]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
08. Nothing really matters to me [Pv Josh] Empty
MessageSujet: Re: 08. Nothing really matters to me [Pv Josh]   08. Nothing really matters to me [Pv Josh] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

08. Nothing really matters to me [Pv Josh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 8
-