Choriste du mois


Partagez | 
 

 08. [Schuester's] Afternoon Delight.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
08. [Schuester's] Afternoon Delight. Empty
MessageSujet: 08. [Schuester's] Afternoon Delight.   08. [Schuester's] Afternoon Delight. EmptyMer 24 Aoû - 4:57

Afternoon Delight
« My motto has always been when it’s right, it’s right, why wait until the middle of a cold dark night ? » Fredonnait Emma Pillsbury alors qu’elle s’agitait à travers la cuisine, esquissant quelques pas de danse à l’occasion. Les yeux pétillants, la jeune femme s’activait à la confection de son dessert préféré. Quelques morceaux d’ananas par-ci par-là, de la noix de coco pour relever un peu le goût, et même du marshmallow qui ajoutait tout son charme au dessert : voilà les ingrédients chefs de l’Afternoon Delight. Alors que, munie de son tablier vert pomme, elle s’activait à la préparation de son gâteau, la jeune femme ne pouvait s’empêcher de se remémorer la première fois où elle avait entendu cette chanson qui la poussa un peu plus tard à rechercher la recette de ce gâteau sur internet. Âgée de treize ans, ce fut au collège qu’elle entendit les premiers accords de cette chanson qui ne tarderait pas à devenir l’une de ses préférées. L’heure de la pause venait de sonner lorsque la radio de l’école se remit à jouer quelques titres. Assise sur un banc, un livre posé sur les genoux, Emma écoutait d’une oreille distraite les chansons qui passaient, bien plus intéressée par l’article d’un magasine qui comparait différentes marques de désinfectant. Et puis, au beau milieu d’un titre, le son se coupa brusquement et un grésillement résonna dans les couloirs du collège. Des éclats de rire se firent entendre en fond sonore, ce qui eut le don d’attirer la curiosité de la jeune fille. Lorsqu’elle leva les yeux vers l’une des enceintes disposées en hauteur, légèrement ennuyée par tout ce cirque qui l’empêchait de se concentrer, une nouvelle chanson commença. Afternoon Delight. Dès la première écoute, Emma apprécia le rythme de la chanson ainsi que ses paroles, si innocentes, qui tournaient autour d’un dessert particulier qu’il était coutume de manger l’après-midi, et plus particulièrement lors des feux d’artifice du 4 juillet. Une sorte de gâteau traditionnel, apparemment. En rentrant chez elle un peu plus tard, elle avait mémorisé toutes les paroles après une seule écoute, et se mit rapidement à la chantonner dans la maison. Et lorsque son père l’observa, avec de grands yeux ronds, elle se contenta de lui sourire en lui disant qu’elle avait entendu cette chanson à l’école et qu’elle avait hâte d’essayer de cuisiner ce dessert si particulier. Elle ne comprit jamais pourquoi les gens se mettaient souvent à la regarder d’un drôle d’air lorsqu’elle chantait cette chanson. Ni pourquoi, quelques années plus tard lorsqu’elle définit la chanson comme la sonnerie de son portable, les gens riaient ou l’observaient d’un air un peu trop épris quand le téléphone sonnait dans un lieu public.

« When it’s a little clearer in the light of day, and you know the night is always gonna be here anyway » Poursuivit la conseillère d’orientation, d’humeur joyeuse. Esquissant un nouveau sourire, elle se pencha sur le gâteau et ajouta quelques copeaux de chocolats au sommet de celui-ci. C’était sa petite touche personnelle. Satisfaite, la jeune femme recula de quelques pas et observa son dessert avec une fierté non dissimulée. Will l’avait invitée dans l’après-midi, et elle avait décidé de lui apporter sa petite contribution. Ravie à souhait, Emma rangea le reste de la cuisine correctement avant de partir se changer, troquant ses vêtements « ordinaires » contre une jupe rouge et une marinière à manches longues. Choisissant une broche en forme de papillon, la jeune femme l’accrocha soigneusement sur sa marinière puis jeta un coup d’œil au reflet que lui renvoyait son miroir. Elle replaça quelques mèches rousses correctement, puis tourna les talons et quitta la chambre. Après avoir enfilé son manteau, Emma récupéra le gâteau puis s’aventura dans les couloirs de son immeuble avant de retrouver l’air frais. « Thinking of you is working up my appetite, looking forward to a little afternoon delight ». S’installant derrière son volant, Emma s’immobilisa quelques minutes sur son siège, un sourire rêveur accroché aux lèvres.

Ces derniers temps, un rien la faisait rire ou sourire. Sans cesse d’une humeur particulièrement bonne, la conseillère d’orientation semblait avoir finalement retrouvé le bonheur. A McKinley, tout se passait bien : elle était satisfaite du travail qu’elle faisait, et bien que son bureau n’en finissait plus de recevoir des élèves de dernière année, paniquant à l’idée de ne pas recevoir leur diplôme, elle appréciait ces rendez-vous. Côté phobie, elle était parvenue à quelques résultats, ce qui la remettait petit à petit en confiance. Grâce à l’aide de Will et celle de Jessica, avec qui elle avait fini par reprendre rendez-vous afin de mettre toutes les chances de con côté et d’éradiquer définitivement sa phobie – ce qui était encore bien loin d’arriver – elle était parvenue à faire des progrès dont elle n’était pas peu fière et qui lui laissait apercevoir un peu d’espoir. Elle hésitait désormais à accepter les cachets que lui proposait Jessica. Selon elle, c’était ce qui lui permettrait vraiment de retrouver une certaine liberté et de ne plus être aussi obsédée par les germes qui pouvaient se trouver autour d’elle. Emma n’en avait pas encore parlé avec Will, honteuse à l’idée de se « droguer » pour guérir –un choix qu’elle avait d’ailleurs refusé de faire, plusieurs mois auparavant. Cependant, elle commençait sérieusement à y penser.

Enfin, sa vie amoureuse était certainement ce qui fonctionnait le mieux dans sa vie, à l’heure actuelle. Cela faisait désormais trois mois que Will et elle avaient renoué lors du bal de la Saint Valentin et elle n’en revenait toujours pas de la chance qu’elle avait de pouvoir partager une telle relation. Will était attentif et patient, et l’aidait énormément avec ses problèmes. Bien sûr, parfois ils n’étaient pas d’accord sur différents points, mais leurs disputes n’en étaient jamais vraiment. Emma avait désormais une confiance absolue en le professeur d’espagnol, et c’était certainement réciproque. La conseillère n’avait jamais connu une telle relation, et malgré la culpabilité qui l’avait rongée suite aux erreurs qu’elle avait faites avec Carl, elle ne regrettait plus rien.

Soupirant de contentement, la conseillère finit par quitter la place de parking et roula en direction de l’appartement de Will Schuester. Lorsqu’elle y parvint, une dizaine de minutes plus tard, ses lèvres dessinèrent un nouveau sourire quand elle attrapa son gâteau qu’elle couvait d’un regard fier. « Sky rockets in flight, afternoon delight » Fredonna-t-elle tout en hissant son sac sur son épaule alors qu’elle s’introduisait déjà dans l’immeuble de Will. Gravissant les marches des escaliers tout en balançant légèrement la tête au rythme du titre qu’elle chantait toujours tranquillement, la conseillère ne tarda pas à se retrouver sur le palier de l’appartement de son petit ami. Tenant d’une main son gâteau dont l’équilibre était plus que précaire, elle frappa doucement à la porte en attendant que Will ne vienne lui ouvrir. « Sky rockets in flight, afteernoon deliight ! » Répéta-t-elle joyeusement lorsque la porte s’ouvrit face à elle, laissant apparaitre quelques bouclettes et un regard vert clair. Le sourire d’Emma s’étira légèrement – si toutefois une telle chose était possible – et elle entra dans l’appartement. Jetant un coup d’œil au professeur d’espagnol, elle se hissa sur la pointe de ses pieds et pressa délicatement ses lèvres contre les siennes. Se détachant de son étreinte, elle finit par lui tendre son gâteau. « Je t’ai ramené un petit quelque chose, j’espère que tu as faim » S’exclama-t-elle avec enthousiasme, « C’est l’un de mes desserts préférés, ça s’appelle Afternoon Delight, je ne sais pas si tu connais ». La jeune femme avança dans le couloir et lorsqu’elle rejoignit le salon, déposa son manteau sur l’un des crochets du porte-manteau, puis déposa son sac sur la moquette. Se retournant, elle dévisagea quelques secondes Will, qui tenait son gâteau entre les mains, avant de se rapprocher de lui. « J’espère que tu n’as pas prévu de jeux cet après-midi, j’avais envie de passer un moment de détente, cette fois » Lui dit-elle, en faisant allusion aux petits jeux qu’ils faisaient parfois et qui étaient censés l’aider à gérer sa phobie mais étaient plutôt devenu une sorte de plaisanterie entre eux.

Gonna find my baby, gonna hold him tight, gonna grab some afternoon delight ♫
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
08. [Schuester's] Afternoon Delight. Empty
MessageSujet: Re: 08. [Schuester's] Afternoon Delight.   08. [Schuester's] Afternoon Delight. EmptyMer 24 Aoû - 15:56

❝ Afternoon delight ♫ ❞

Cela faisait trois mois. Trois mois que j'étais avec Emma, depuis ce fameux bal de la St Valentin qui nous avait réunis. Je soupirais doucement, un sourire accroché aux lèvres, mon regard divaguant sur les trois élèves assis dans ma classe. J'avais décidé de faire un cours de soutien ce matin et seulement trois s'étaient présentés. A vrai dire, même si un seul élève était venu, je serais resté au lycée pour l'aider. Certes, d'habitude je suis plus attentif que ça, pour le moment mon esprit divaguait entre Emma et l'après-midi que j'allais passer avec elle. Je l'avais invité à passer un moment dans mon appartement. Elle avait bien sûr accepter .. Bien sûr, tout n'allait pas parfaitement bien dans ma vie, ni dans notre couple d'ailleurs, quelques disputes éclatent de temps en temps, mais nous ne haussons pas assez le ton et elles ne durent pas assez longtemps pour qu'on les appelle ''disputes''. Je faisais de mon mieux pour aider ma petite-amie avec sa phobie de la saleté. J'espérais que ça l'aidait, que mon soutien lui permettait de s'améliorer sur ce point-là. En tout cas, je faisais tout ce que je pouvais pour l'aider comme beaucoup ont essayé de le faire avant moi. Puis la deuxième chorale était toujours présente ainsi que la concurrence avec celle des New Directions, puis la menace Sue Sylvester planait toujours au-dessus de notre tête. De plus, avec la fin d'année et les diplômes qui arrivent, le stress est à son comble pour les élèves. Et pour les quelques professeurs qui continuent de les épauler .. C'était comme si on repassait notre diplôme avec les élèves. Je souriais doucement en fixant un point invisible, au fond de la salle. « Monsieur Schuester ? » Je relevais brusquement la tête, la voix de l'élève me sortant de mes pensées. Il me posa une question que j'écoutais qu'à moitié et je lui répondis positivement ce qui sembla l'étonner, mais ne l'empêcha pas de retourner à sa place. Je secouais ma tête de gauche à droite, avant de jeter un coup d’œil furtif à la pendule. Le cours de soutien était à présent terminé. Les élèves passèrent tous devant moi, m'adressant un ''au revoir'' avant de quitter la salle. Je me levais, attrapais ma sacoche au passage et sortis à mon tour en fermant la porte derrière moi.

Je poussais la porte de mon appartement en jetant ma sacoche et ma veste plus loin. Emma ne devrait pas tarder à arriver, en déduis-je après avoir regarder l'heure qu'affichait ma montre. Je posais mes clés de voiture sur la table et mon regard glissa sur la panière à fruit posée sur la table du salon. Cette vue étira mes lèvres dans un léger sourire : cela me rappelait les nombreuses soirées que nous passions essayer de vaincre sa phobie avec des jeux tout droits sortis de mon imagination. Au départ, Emma avait été contre cette idée, ne pensant pas être à la hauteur, puis cela s'était avéré bénéfique pour notre couple. Une confiance plus forte s'était installée entre nous, puis cette histoire de jeux était même devenue une sorte de plaisanterie entre nous, à chaque fois que l'un allait à l'appartement de l'autre, et vice versa. Je détachais quelques boutons de mon veston et desserrai ma cravate pour me mettre à l'aise avant l'arrivée de la rouquine. Je me précipitais presque sur la poignée de la porte d'entrée lorsque j'entendis que quelqu'un frappait sur cette dernière. J'ouvris alors la porte et tombais nez à nez avec ma petite-amie. Mes yeux verts croisaient les siens si bruns s'accordant magnifiquement bien avec ses cheveux roux. « Hey ! » lâchais-je tout simplement en plongeant mon regard dans le sien. Je fermais les yeux en sentant ses lèvres se presser contre les miennes. Certes, ce geste était devenu automatique entre nous, mais la sensation qu'il procurait restait intacte. Je fronçais légèrement les sourcils avec un sourire en voyant Emma me tendre ce qui ressemblait à un gâteau. « Je t’ai ramené un petit quelque chose, j’espère que tu as faim » me déclara t-elle avec un large sourire sur le visage, avant de continuer. « C’est l’un de mes desserts préférés, ça s’appelle Afternoon Delight, je ne sais pas si tu connais » Mes sourcils se fronçaient encore un peu plus en entendant le nom du fameux gâteau qui étrangement me disait quelque chose. La rouquine me passa devant et s'engagea dans le couloir. Maintenant, il n'y avait plus aucune gêne, mon appartement était mon chez moi comme il était son chez elle. Je la rejoignais dans le salon, tenant le gâteau dans mes mains. Un nouveau sourire étirait mes lèvres lorsque je me souvenais ce que rappelait le nom du dessert de ma petite-amie. « Afternoon Delight ? Comme la chanson ? » Je marquais une pause en me souvenant des paroles, très explicites. « gonna find my baby, gonna hold her tight gonna grab some afternoon delight. » chantonnais-je avant de rire doucement alors qu'Emma se rapprochait lentement de moi. Cela me faisait chaud au cœur de la voir sourire de la sorte. « J’espère que tu n’as pas prévu de jeux cet après-midi, j’avais envie de passer un moment de détente, cette fois » Je riais doucement, cela paraissait étrange qu'elle parle de détente et de cette chanson nommée ''Afternoon Delight'' en deux minutes à peine. Je secouais la tête avant d'adresser un sourire à la rouquine et de lui répondre sur un ton amusé : « Ça me va très bien. De toute façon, je n'avais rien prévu. » Je partais chercher deux verres, un couteau pour couper le gâteau et quelques boissons, laissant le choix à ma petite-amie. « Tu vas bien sinon ? » Je déposais le tout sur la table avant de lui demander sans quitter les verres des yeux. « Tu préfères que l'on travaille sur ta chanson ? On pourrait facilement trouver une chorégraphie que les New Directions pourraient faire. » Je riais doucement, devant l'air interrogateur de ma petite-amie. Elle n'avait pas l'air de comprendre où je voulais en venir ce qui m'intriguait un peu. Puis je repensais à son gâteau, j'espérais qu'elle ne pense pas que les paroles de cette chanson concernait le dessert qu'elle m'avait apporté. Les paroles était assez explicites pour comprendre leur vrai sens. Je posais le gâteau sur la table et décalais une chaise pour Emma, puis pour moi. Je m'assis ne lâchant pas la rouquine du regard. Mes doigts tapotaient la table jouant le rythme de la fameuse chanson dont on avait parlé plus tôt, puis quelques paroles traversèrent mes lèvres. « sky rockets in flight. afternoon delight. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
08. [Schuester's] Afternoon Delight. Empty
MessageSujet: Re: 08. [Schuester's] Afternoon Delight.   08. [Schuester's] Afternoon Delight. EmptyVen 26 Aoû - 6:38

D’une humeur particulièrement joviale, la jeune femme ne parvenait à gommer le sourire dessiné sur ses lèvres. Ses grands yeux balayaient la pièce avec enthousiasme, non pas pour tenter de dénicher la moindre poussière sur les meubles, mais plutôt pour apprécier le confort que cette pièce lui apportait. Elle n’avait jamais été aussi à l’aise dans un appartement qui n’était pas le sien. En trois mois, la conseillère avait pris ses marques. Elle qui, les premières fois, ne pouvait s’empêcher de laisser son regard critique détailler la pièce, n’hésitant pas à froncer les sourcils lorsque quelque chose semblait dérangé, commençait à ne plus se soucier du désordre qui pouvait parfois exister dans cet appartement. Une chaise de travers ? Une cravate laissée à l’abandon sur l’accoudoir du fauteuil ? Bien sûr qu’elle le remarquait ! Cependant, elle n’essayait plus de corriger ces détails qui devenaient peu à peu superflus à ses yeux. Tant que tout était propre, c’était là le principal. Et lorsque l’envie lui prenait de sortir ses gants en latex et de faire de cette pièce le salon de la propreté et du rangement, elle mordait simplement sur sa lèvre inférieure, et jetait un coup d’œil à Will. Il était devenu tellement plus simple de détourner son attention de ce genre de choses. Elle savait que cela était dû à la présence de son petit ami, à l’aide qui lui apportait au quotidien. Car même si le professeur d’espagnol refusait catégoriquement de l’admettre, il y était pour beaucoup dans les progrès que faisaient Emma, jour après jour. Et même si celle-ci avait repris rendez-vous chez Jessica pour qu’elle lui apporte une aide supplémentaire, elle savait que c’était surtout l’aide de Will qui, au bout du compte, changeait la donne.

Soupirant de contentement, Emma s’approcha de nouveau de Will, le sourire toujours accroché aux lèvres. Ses grands yeux bruns scrutèrent les siens un instant, se perdant une seconde dans ces prunelles qui semblaient lui sourire, elles aussi. Les sourcils du professeur d’espagnol se froncèrent délicatement, ce qui eut le don de détourner de nouveau l’attention d’Emma. La mention du nom du gâteau sembla surprendre Will, toutefois il ne commenta pas tout de suite les dires de sa petites amie, se contentant de lui sourire. S’avançant vers elle, il finit par lui demander si le gâteau avait un rapport avec la chanson, qui portait le même nom. Emma acquiesça aussitôt d’un signe du menton, son sourire s’élargissant davantage encore. « Oui, exactement comme la chanson ! » S’exclama Emma lorsque Will se mit à chantonner les paroles. Elle n’en revenait pas que Will connaissait cette chanson, sa chanson. Bien sûr, elle était connue, mais quand bien même ! Peut-être que Will aussi la chantait, lorsqu’il était petit, en rêvant tout comme elle de ce fameux gâteau auquel était associé la chanson. La moue rêveuse, la conseillère se mit à imaginer un petit garçon aux boucles brunes lui tombant sur le front, un ukulélé dans les mains, en train de chanter les paroles de la chanson devant sa mère, la suppliant pour qu’elle lui donne un Afternoon Delight. Oui ! Will avait dû être ce genre de petit garçon, cela sonnait comme une évidence.

Emma secoua légèrement la tête, ses grands yeux bruns parcourant désormais le visage de son petit ami. Elle balança légèrement ses mains avant de joindre ses doigts derrière son dos d’un air enfantin. « Je ne savais pas que tu connaissais cette chanson, je suis surprise ! En fait, c’est l’une de mes préférées, je la trouve tellement… audacieuse ! » Ajouta Emma, tout en continuant de penser à ces desserts à la noix de coco, dont la seule mention lui ouvrait l’appétit. « Tu ne trouves pas ? », la conseillère sourit d’un air joyeux, avant de poser son regard quelques secondes sur le gâteau que Will portait toujours. Finalement, Emma avança de quelques pas afin de se rapprocher de Will tout en lui disant espérer qu’il n’avait pas prévu de jeux, cet après-midi-là. Le directeur des New Directions ne se fit pas prier et secoua aussitôt la tête, d’un air plus qu’enthousiaste. Oh, Emma n’était donc pas la seule à avoir hâte de se mettre à table ! Will lui répondit qu’il n’avait de toute façon rien prévu, ce qui tombait à pic. Il disparut quelques minutes dans la cuisine pendant lesquelles la conseillère remit correctement sa broche en place sur son cardigan, avant de passer une main délicate entre quelques mèches rousses. Toute cette situation rendait la jeune femme agitée, sans qu’elle ne sache si ce sentiment était simplement dû à son gâteau, ou à autre chose.

Ne cherchant pas à connaitre les raisons de sa bonne humeur soudaine, Emma se concentra plutôt sur le sourire de Will qui réapparut soudain, muni d’un couteau et de boissons. Il lui demanda si tout allait bien pour elle, ce à quoi elle répondit par son plus beau sourire. Passant derrière Will, elle passa une main légère sur le dos de ce dernier avant de se diriger vers une chaise disposée autour de la table. « Oui, tout va très bien pour moi, en particulier aujourd’hui. C’est peut-être cette chanson qui m’enthousiasme à ce point, je ne sais pas, je me sens tout simplement bien » Répondit-elle avec dynamisme. « J’espère que pour toi, ça va tout aussi bien ? » Demanda-t-elle, plus par politesse qu’autre chose ; si Will n’allait pas bien, elle serait au courant, après tout. Tout en positionnant correctement les verres sur la table, il lui demanda alors sur un ton amusé si elle préférait travailler sur la chorégraphie d’Afternoon Delight, au lieu de faire les jeux habituels. Les yeux de la conseillère s’éclairèrent aussitôt, séduite à l’idée que les New Directions dansent sur sa chanson. Elle les imaginait déjà, sur scène, dans de costumes bleus innocents, reprenant l’air qui était devenu son propre hymne, celui de son enfance.

Plissant distraitement les plis de sa jupe écarlate, la jeune femme s’assit sur la chaise que lui proposait Will. Elle leva son regard vers lui et sourit de nouveau. « Oh, j’adore ton idée ! » S’écria presque la jeune femme, « Avec une telle chanson, de nombreuses possibilités s’offrent à nous… en matière de chorégraphie ». Posant son coude sur la table, elle plaça son visage dans sa main tout en scrutant le regard de son petit ami d’un air songeur. Elle haussa alors les sourcils, le regard toujours planté dans celui de Will. « Hm, cela dit, ce n’est peut-être pas une chanson faite pour ces enfants » Finit par dire Emma, après mûre réflexion. C’était vrai, après tout : chanter une chanson qui parle de desserts, voilà qui n’intéresserait peut-être pas ces adolescents qui aimaient plutôt se déchainer sur des titres tels que « Push It » - dont la performance était à jamais gravée dans l’esprit de la conseillère. « Peut-être que nous pourrions la garder pour nous ? Comme un secret ? » Proposa Emma, dont la moue était si adorable qu’elle ne pourrait que difficilement amener son interlocuteur à lui refuser ce petit plaisir. Will chanta alors de nouveau quelques paroles, ce qui eut le don de ramener un énième sourire sur les lèvres de la conseillère. Jetant un coup d’œil au gâteau, Emma, qui ne se doutait pas que ses paroles pouvaient avoir un double sens pour son petit ami, prit une part fraichement découpée par ce dernier. Tous les sens en alerte devant ce gâteau si particulier à ses yeux, elle en coupa un morceau et ne put attendre Will pour le porter à ses lèvres et le manger. Laissant sa cuillère retomber délicatement dans son assiette, la jeune femme chercha le regard de Will. Après quelques secondes de silence, elle lui adressa un sourire et soupira de nouveau. « Thinkin’ of you is workin' up my appetite, lookin’ forward to a little afternoon delight » Chanta-t-elle doucement, puis se mit à rire légèrement. Qu’il était bon, parfois, de retrouver toute sa candeur et son innocence grâce à une simple chanson !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
08. [Schuester's] Afternoon Delight. Empty
MessageSujet: Re: 08. [Schuester's] Afternoon Delight.   08. [Schuester's] Afternoon Delight. EmptyJeu 1 Sep - 23:11

Il avait toujours été difficile pour Emma de s'adapter à un environnement complètement différent du sien, pourtant, depuis trois mois, elle avait réussit à se sentir dans mon appartement, comme chez elle. Cela me faisait chaud au cœur d'ailleurs de voir que cet endroit qui me servait de cocon, où je me réfugiais dès que j'en avais envie, l'était devenu également pour elle. Je savais mieux que quiconque que mon appartement n'était pas parfait, sans un grain de poussière sur un meuble par-ci ou encore une nappe bien repassée sur la table par-là, mais la rouquine semblait s'être adaptée mieux que ce que je ne le pensais, allait tout allait pour le mieux. Malgré ce fait, quand je savais qu'Emma allait passer, j'essayais de ranger un maximum mon appartement, car je savais que faire disparaître totalement sa phobie était loin d'être fait. Je faisais de mon mieux pour l'aider -ce qui fonctionnait, je l'espère-, et tout ceci était loin d'être simple. Pour elle comme pour moi. De son côté, elle devait faire d'énormes efforts pour vaincre ses plus grosses craintes, alors que moi, je devais tout faire pour ne pas me laisser amadouer par ses yeux bruns qui ont le don de me faire craquer. Ce qui n'était pas une tâche facile … Nombreuses sont les fois où j'ai envie de lui dire que finalement on arrête, que si elle n'en a pas envie, je ne l'y force pas, mais je résiste à cette tentation qui ne l'aidera en rien. Je me dois de rester impassible dans ces moments-là. J'avais la ferme intention d'aider ma petite-amie, coûte que coûte, même si pour cela je devais faire des sacrifices. Son bonheur passait avant le mien désormais. J'avais souvent été fautif dans notre relation auparavant, en l'aidant à vaincre sa phobie, je me rattrapais d'une certaine façon et cela me ''rassurait'', pourrions-nous dire. Je me sentais moins coupable vis-à-vis d'elle et de notre couple. Je voulais que ça marche cette fois, ne rien gâcher et tout faire pour que cela dure, car je ne pouvais le nier et personne ne pouvait me contredire : j'aimais Emma.

Emma se rapprochait à nouveau de moi, un sourire qu'elle ne semblait pas pouvoir enlever de son visage, toujours accroché à ses fines lèvres. Le fait qu'elle mentionne le nom du gâteau qu'elle avait apporté m'étonna, puis me rappela le titre d'une chanson que je connaissais bien. Je ne la connaissais pas bien parce que je l'écoutais en boucle en grand fan des paroles qui tournaient autour du sexe. Non, surtout pas. Je riais intérieurement à cette pensée. Non, plutôt parce qu'après une ou deux écoutes seulement, je connaissais les paroles sur le bout de mes doigts. « Oui, exactement comme la chanson ! » Je souriais doucement à ma petite-amie. Le fait qu'elle soit si enthousiaste au sujet de cette chanson m'intrigua tout de même. Emma était plutôt réservée sur le sujet qu'abordait la chanson, mais après tout pourquoi pas. « Je ne savais pas que tu connaissais cette chanson, je suis surprise ! En fait, c’est l’une de mes préférées, je la trouve tellement… audacieuse ! » Effectivement, elle était audacieuse, et ce n'est peu dire. Les mots sont parfois osés et parfaitement bien choisis pour faire un sous-entendus. J'ignorais d'ailleurs pourquoi ce gâteau portait le même nom que cette chansons au texte douteux. Je ne pus me questionner plus longtemps sur la question, qu'Emma reprenait la parole, sur un ton plus que jovial. « Tu ne trouves pas ? » Je toussotais, manquant d'avaler ma salive de travers. Si je trouvais la chanson en question audacieuse ? La question ne se posait même pas. Je riais ironiquement en regardant Emma pour voir si elle plaisantait. Voyant qu'elle était sérieusement, je m'empressais de répondre. « Oh si, très audacieuse .. » Je suivais Emma, d'un regard protecteur, s'avançait vers moi. Cette distance minime, voir inexistante entre nous, me faisait presque frissonner. Emma n'avait pas l'air d'avoir envie de ''jouer'' aux jeux que j'imaginais pour combattre sa phobie contre la saleté. Tant mieux, moi non plus, aujourd'hui, j'avais juste envie de passer un bon moment avec elle. Rien que nous deux. Je partis à la cuisine, chercher de quoi déguster ce gâteau qui avait l'air plus qu'appétissant et revenais auprès de ma belle au salon. Je la vis passer dans mon dos du coin de l’œil et un frisson parcourait mon échine lorsque je sentais une main délicate glisser sur mon dos. Cela me faisait toujours le même effet lorsque j'étais en contact avec la rouquine. Venant d'elle, ces gestes d'attention étaient rares et précieux à mes yeux. Pour elle, ces contacts n'étaient pas anodins, il représentaient énormément pour elle, c'était donc réciproque pour moi. Je m'asseyais, suivit d'Emma qui fit de même quelques secondes après. « Oui, tout va très bien pour moi, en particulier aujourd’hui. C’est peut-être cette chanson qui m’enthousiasme à ce point, je ne sais pas, je me sens tout simplement bien » Mes sourcils se fronçaient dans un geste d'incompréhension : où voulait-elle en venir en disant ça ? Y-avait-il un rapport avec les paroles de la fameuse chanson dont on parlé depuis son arrivée ? Je secouais ma tête, chassant ses pensées totalement délirantes qui remplissaient mon esprit perturbé, avant de m'accouder sur la table, fixant Emma d'un regard interrogateur sans vraiment le vouloir. « J’espère que pour toi, ça va tout aussi bien ? » Je hochai la tête en continuant de sourire, baissant mon regard sur mes mains enlacées sur la table. « Oui, tout va pour le mieux. Grâce à toi. » Depuis qu'Emma et moi nous étions retrouvés, tout dans ma vie avait retrouvé une certaine stabilité. Elle était également une solution a ma solitude, qui commençait à me peser depuis mon divorce avec Terri. Elle était la présence qu'il me fallait pour me sentir bien. Être aimé et aimer était une sensation qui m'avait énormément manqué, avec Emma j'avais renoué avec ce sentiment si agréable à vivre. J'avais dans l'idée de construire quelque chose avec elle, quelque chose de solide, et cette idée m'allait à ravir. Je me sentais enfin bien ..

C'est alors qu'en rigolant, je proposais à Emma de travailler sur une possible chorégraphie sur la fameuse chanson ''Afternoon Delight''. Je plaisantais évidemment, mais apparemment, Emma, elle, avait l'air sérieuse, voir enthousiaste. Mes sourcils se fronçaient ne sachant pas comment prendre la déclaration de ma petite-amie. « Oh, j’adore ton idée ! » J'en avais presque sursautais en l'entendant s'écrier de la sorte. Je rigolai doucement, pensant qu'Emma avait dit ça ironiquement, pour rire, mais je m'arrêtais rapidement, comprenant qu'elle était toujours aussi sérieuse. Je commençais sérieusement à me poser des question sur la manière dont Emma interprétait les paroles de la chanson en question. « Avec une telle chanson, de nombreuses possibilités s’offrent à nous… en matière de chorégraphie » Mes sourcils se levaient alors que mes lèvres s'étiraient en un sourire malicieux malgré moi. « C'est le cas de le dire .. » Je suivais du regard la rouquine qui s'accoudait à la table en me fixant avec ses yeux bruns que j'aime tant. Ma phrase recouvrait pas mal de sous-entendus, mais cela n'avait pas l'air de déranger Emma qui reprit de plus belle. « Hm, cela dit, ce n’est peut-être pas une chanson faite pour ces enfants » Je penchais ma tête sur le côté dans un geste rapide. Les paroles sont osées, mais pas autant qu'une certaine chanson nommée ''Push it'' déjà chantée par les New Directions. « Hum, sûrement oui. » Je posais mon regard sur un point invisible, prenant une cuillère pour commencer à manger mon gâteau. Je prenais une première bouchée du fameux gâteau, fermant les yeux en sentant le goût de coco éveillé mes papilles. « Peut-être que nous pourrions la garder pour nous ? Comme un secret ? » Je manquais de m'étouffer. Je toussais et tentais de reprendre de l'air. Elle voulait que l'on garde une chorégraphie pour nous qui porte sur le sexe ? Où est Emma Pillsbury et qui est cette femme ? Je reprenais peu à peu mon souffle, avec difficulté avant de réussir à articuler. « Désolé, j'ai du mal comprendre. Hm hm. Quel secret ? » lui demandais-je en me penchant légèrement vers elle, les sourcils légèrement froncés. Je l'entendais prononcer a nouveau des paroles de la chanson dont nous parlions, alors que je me reprenais. Peut-être qu'Emma cherchait à me faire comprendre quelque chose à travers ses sous-entendus. Je me penchais doucement, laissant quelques centimètres séparaient nos lèvres, et lui susurrais « Mais .. je ne suis pas contre ton idée de chorégraphie. » Je pouvais sentir son souffle sur mon visage, mon regard clair fixant ses lèvres ..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
08. [Schuester's] Afternoon Delight. Empty
MessageSujet: Re: 08. [Schuester's] Afternoon Delight.   08. [Schuester's] Afternoon Delight. EmptyVen 2 Sep - 18:51

Dans l’esprit sain et innocent d’Emma Pillsbury, les images douteuses et les sous-entendus équivoques n’étaient pas de mise. Sa naïveté était telle qu’elle lui attirait d’ailleurs souvent son lot de problèmes. En tant que conseillère d’orientation, mais surtout en tant que psychologue puisque c’était également un rôle qu’elle avait toujours eu à McKinley High, elle se devait parfois de répondre à des questions concernant la sexualité. Des questions qu’elle ne parvenait pas toujours à comprendre, d’ailleurs, surtout quand ses élèves utilisaient des illustrations ambigües. Ainsi, quand Finn était venu un jour lui demander s’il était normal que Popol fasse le malin lorsqu’il était en compagnie de charmantes jeunes filles, elle lui avait conseillé de le faire castrer ou de ne jamais le laisser sortir sans une laisse, pensant que Popol s’agissait d’un chien. Ou alors, lorsque Brittany lui avait demandé si un livre du kamasutra serait une bonne idée de cadeau pour l’anniversaire de Santana, elle lui avait répondu sur un ton enthousiaste que c’était même une excellente idée, et que cela lui permettrait de faire de nouvelles expériences - sauf que dans l’esprit d’Emma, le livre de kamasutra n’était rien d’autre qu’un recueil de recettes de cuisine indienne. Oui, au quotidien, il n’était pas rare que ce type de quiproquos survienne. Mais le plus difficile était certainement de répondre aux questions explicites. A défaut d’avoir une quelconque expérience en la matière, Emma avait puisé dans les livres pour pouvoir aider ses élèves sans que son ignorance ne soit un frein dans son métier. Elle avait pourtant beau mettre sous le nez de ses élèves ses chers dépliants lorsqu’elle n’avait pas de réponse correcte à fournir, elle savait que ce n’était pas suffisant, et que cela ne les aideraient pas autant que si elle pouvait avoir un véritable vécu sur lequel compter.

La sexualité avait toujours été le problème de la jeune femme. L’adolescence fut pour cette raison une période difficile de sa vie. A un âge où les discussions entre filles concernaient quasiment toujours la gente masculine, Emma s’était rapidement retrouvée en retrait. Elle, elle avait toujours regardé les garçons comme des bêtes curieuses, essayant de leur trouver une certaine logique sans toutefois y parvenir. Au fil du temps, elle avait compris qu’elle ne pourrait jamais leur accorder sa confiance, à cause de sa phobie. Selon toutes les filles de son âge, les garçons n’avaient qu’une chose en tête et quand, après des mois à se demander ce dont il pouvait s’agir, Emma obtint la réponse, elle réalisa avec horreur que jamais, non jamais elle ne pourrait avoir de relation stable avec un homme. Car soudain, l’image du prince charmant qu’elle s’était forgée grâce aux contes de fées se transforma en un monstre qui avait soif de sa vertu. Une véritable tragédie pour l’adolescente dont la phobie n’avait jamais été aussi forte qu’en cette période pénible. La simple idée de toucher quelqu’un d’autre semblait irréaliste, alors imaginez un peu, Emma Pillsbury batifolant avec un homme ? Ce n’était même pas concevable !

Et voilà qu’elle était face à l’homme qu’elle aimait. Will Schuester. Emma ramena son coude sur la table et posa son menton au creux de sa main, son regard se perdant dans celui de son petit ami. Les choses étaient si différentes avec lui, elle n’avait jamais connu cela auparavant. Sa relation avec Carl, qui avait duré pourtant si longtemps, n’avait pas eu la même saveur. Elle avait eu confiance en Carl, avait partagé de bons moments avec lui, mais elle s’était vite rendu compte qu’il ne parviendrait jamais à gommer l’image de Will dans son esprit. Et elle avait eu raison. En dépit de la culpabilité qu’elle avait ressentie lorsque le dentiste l’avait lui aussi compris, Emma n’avait plus le moindre regret désormais. Elle savait ce qu’elle voulait, et le moindre doute était chassé par l’image du professeur d’espagnol. Soupirant de plus belle, elle inclina légèrement le visage avant de se redresser sur sa chaise, toujours songeuse. Will esquissa un sourire curieux avant de répondre qu’il allait bien, grâce à elle. Cette simple phrase eut le don de rendre Emma plus rêveuse qu’elle ne l’était déjà, ce qui n’était pas peu dire. Elle acquiesça d’un coup de menton tout en dévisageant Will avec la même intensité. Elle était heureuse de voir que cette fois, leur relation fonctionnait à merveille. Malgré quelques accrochages de temps en temps qui n’avaient néanmoins rien d’alarmant, ils filaient tous deux le parfait amour, et il était difficile d’imaginer que cette complicité puisse un jour se fissurer.

L’enthousiasme d’Emma revint aussitôt à la charge lorsqu’elle se mit à aborder le sujet de sa chanson préférée, puis d’une possible chorégraphie qu’ils pourraient imaginer sur cet air emblématique. Will hocha la tête d’un air approbateur, tout en émettant un commentaire qu’Emma ne comprit pas réellement. Elle agita cependant la tête frénétiquement pour approuver les dires de Will, avant de poursuivre en disant que cette chanson n’était pas faite pour des enfants et qu’il serait préférable qu’ils la gardent pour eux. Comme un secret. Complètement séduite par l’idée, la conseillère dont la bonne humeur était contagieuse, jeta un coup d’œil à son gâteau avant de plonger sa cuillère dans sa propre part et de goûter son œuvre. Un sourire satisfait étira rapidement ses lèvres, et elle ne put s’empêcher de se remémorer les nombreuses fois où elle avait goûté cette merveille. Que ce soit en rentrant chez elle après une longue journée passée au lycée, ou plus tard en se consolant de ses malheurs du mieux qu’elle le pouvait, ce gâteau avait toujours été là pour elle. Alors, quand elle disait qu’elle souhaitait partager ce secret avec Will, cela n’avait rien d’ambigüe, bien que ses paroles puissent avoir un double sens et eurent en conséquence le don de surprendre son petit ami. Un sourire éclatant s’installa sur les lèvres de la conseillère alors qu’elle lui coula un nouveau regard, tout en prenant une nouvelle part de son gâteau. Will se mit alors à tousser violemment et la conseillère le dévisagea un moment, légèrement paniquée, avant qu’il ne reprenne finalement son souffle. Il lui demanda ce qu’elle entendait par secret, et la jeune femme plissa un instant les yeux. « Hm, et bien tu vois, un secret… » Répondit-elle, le regard vague, essayant de donner un sens à ses paroles. « Je veux dire, cette chanson pourrait être une sorte de secret entre nous, quelque chose qui nous appartiendrait, en quelques sortes ».

Esquissant un énième sourire, Emma arqua un sourcil. Le regard toujours posé sur Will, elle attrapa du bout des doigts son verre et, sans détourner son attention du professeur d’espagnol, but tranquillement une gorgée avant de reposer doucement le verre sur la table. Elle entrouvrit les lèvres, prête à ajouter un commentaire lorsqu’il se pencha vers elle et lui murmura qu’il n’était pas contre une chorégraphie. Sans qu’elle n’en comprenne la raison, les battements de son cœur s’accélérèrent aussitôt, son palpitant recommençant à faire le grand huit dans sa poitrine qui se soulevait au rythme de toutes ces agitations. Confuse par le regard que Will posait sur elle, Emma resta un moment figée alors que son propre visage n’était qu’à quelques millimètres du sien. La respiration affolée, elle dut attendre un moment avant d’être capable de réagir. Clignant des yeux, elle prit une grande inspiration avant de sourire à son tour. « Vraiment ? Ça me va, mais je n’ai jamais vraiment dansé auparavant, tu sais. C’est toi le maitre en la matière, alors il faudra m’apprendre ». Laissant tomber sa cuillère dans son assiette, la conseillère noua ses bras autour du cou du professeur d’espagnol. Levant les yeux vers ses doigts qui se mirent à jouer avec les bouclettes de son petit ami, Emma esquissa un nouveau sourire avant de planter de nouveau ses yeux dans ceux de Will. « Mais je serai une bonne élève, promis ».

Elle haussa les sourcils, et ses lèvres frôlèrent les siennes avant qu’elle ne dégage son visage du sien. Elle s’éclaircit la gorge alors que son cœur ne se calmait toujours pas. Ses bras retombèrent et sa main chercha aussitôt celle de Will, alors qu’elle se levait déjà de sa chaise. Oui, elle avait vraiment l’intention de danser, même si ses paroles suggéreraient certainement bien autre chose pour le professeur d’espagnol, bien qu’elle ne s’en rende même pas compte. Une fois de plus, Emma n’avait pas conscience de l’ambiguïté sous-jacente de ses propos. Attirant Will vers elle pour qu’il se lève à son tour, elle attendit qu’il soit debout face à elle pour de nouveau dérouler ses bras autour de sa nuque, comme si elle voulait danser un slow - ce qui n’était pas sans rappeler celui qu’ils avaient partagé, plusieurs mois auparavant, lors du bal de la Saint Valentin. Elle scruta le regard de Will d’un air inquisiteur, ses propres yeux semblant encore plus doux qu’à l’ordinaire. « Nous y sommes, je crois » Dit-elle, en faisant référence à leur danse. Elle se mit à esquisser quelques pas sur le côté, comme pour commencer à danser même si elle avait conscience d’avoir l’air ridicule, sans chanson en arrière-plan pour l’aiguiller. Heureusement, les paroles résonnaient dans sa tête. « Gonna find my baby, gonna hold tight, gonna grab some afternoon delight. My motto’s always been when it’s right it’s right why wait until the middle of a cold dark night ? … »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
08. [Schuester's] Afternoon Delight. Empty
MessageSujet: Re: 08. [Schuester's] Afternoon Delight.   08. [Schuester's] Afternoon Delight. EmptyDim 11 Sep - 20:05

La sexualité était un sujet courant pour les adolescents qui volait tous les jours dans les couloirs du lycée et Emma devait recevoir une petite dizaine d'élèves par semaine voulant se pencher sur le sujet avec la conseillère d'orientation. Sujet qu'elle-même n'a pas l'air de maîtriser ce qui se comprend .. Bien sûr, elle avait ses fameux prospectus, rangés très soigneusement dans son bureau, qui l'aidaient quand elle en avait besoin, mais en utilisant cette démarche, elle n'aidait pas entièrement les élèves, ce qui lui avait toujours posé des soucis. Il était déjà arrivé qu'elle vienne me voir pour me demander conseil, je comprenais très bien qu'elle s'en voulait de ne pas pleinement aidé les adolescents du lycée, qui se questionnent sur ce sujet si gênant. J'y étais plus ou moins, moi-même confronté tous les jours, entre tous les couples formés, les tromperies entre élèves et même par exemple la grossesse de Quinn l'année dernière. Ce n'était pas facile à gérer, loin de là, et cela devait être d'autant plus difficile pour Emma, qui n'avait jamais eu de relations sexuels. Guider les élèves qui passaient la porte de son bureau devait être une épreuve pour elle. Bien sûr, elle pouvait lire des tonnes de bouquines sur le sujet, faire des recherches, mais cela ne remplace en aucun cas l'expérience en elle-même, ou en tout cas, c'était ce que je pensais.

Je fixais Emma dans les yeux alors qu'elle s'accoudait à la table, me regardant également. Lorsqu'elle m'avait annoncé, lors d'un de nos premiers rendez-vous, qu'elle était encore vierge, j'avais étais déçu au départ, et très étonné, mais c'était tout d'abord la déception qui m'avait envahie. Puis, avec le temps et après mûres réflexions, j'avais compris le raisonnement d'Emma. A cause de sa phobie, tout contact avec une autre personne était un mauvais moment à passer ou à éviter. Je soupirais doucement, ce n'était vraiment pas simple … Cela m'importait peu ces derniers temps, j'étais juste bien avec elle, depuis le fameux bal de la St Valentin et le fait qu'Emma m'accorde une telle confiance me faisait chaud au cœur. Lorsque je lui dis que j'allais grâce à elle, grâce à sa présence de tous les jours, je la vis acquiescer d'un léger signe de tête. Tout allait bien entre nous, sauf bien quelques désaccords, mais ce n'était jamais rien de bien méchant et cela se terminait tout le temps par une réconciliation. Il y avait entre nous, une telle confiance, un telle complicité, qu'imaginait que notre relation ne puisse fonctionner était complètement idiot et faux. Du moins, je l'espérais ..

Mes sourcils se froncés pour ensuite se hausser, à chaque phrase prononcée par la rouquine qui semblaient plutôt douteuses de sens .. Venant d'elle, cela m'étonnait au plus haut point. Comprenait-elle le réel sens des paroles ? Voulait-elle me faire comprendre quelque chose à travers les paroles de la chanson qui semblait être une de ses préférées ? Elle prenait une cuillère de son gâteau -qui était délicieux- avant d'appuyer mes propos d'un hochement alors qu'elle ne semblait pas tout à fait comprendre mes dires. Elle arborait un immense sourire, ce qui me fit sourire également, plus nerveusement. Elle voulait partager ce secret ambiguë avec moi, ce qui ne me mettait pas mal à l'aise, mais qui laissait le doute planait dans mes pensées quant aux plans de la rouquine. Je manqua de m'étouffer, alors que je lui demandais ce qu'elle entendait par garder cela secret, juste entre nous. « Hm, et bien tu vois, un secret… » Je penchais la tête sur le côté, attendant qu'elle continue ses explications, mes pensées à ce sujet étant encore troubles. « Je veux dire, cette chanson pourrait être une sorte de secret entre nous, quelque chose qui nous appartiendrait, en quelques sortes » J'ouvrais la tête en la penchant légèrement en arrière, dans un geste de recul, comprenant où elle voulait à peu près en venir. Je déposais un léger baiser sur sa joue, avant de lui répondre sur une voix tout aussi légère. « Bonne idée. Ce sera notre secret, rien qu'à nous .. » Un nouveau sourire échangé, alors que je reprenais une nouvelle cuillère du fameux gâteau. Elle attrapait son verre d'eau et but une gorgée, alors que je me penchais vers elle, réduisant la distance entre nous. Le regard plein de malice, je lui dis dans un souffle que je n'étais pas contre une chorégraphie sur la chanson en question. Mon regard glissait sur ses traits fins, un sourire qui voulait en dire long accroché à mes lèvres. Je sentais sa respiration saccadée et accélérée sur mon visage, à seulement quelques millimètres du sien les yeux rivés sur ses fines lèvres. « Vraiment ? Ça me va, mais je n’ai jamais vraiment dansé auparavant, tu sais. C’est toi le maitre en la matière, alors il faudra m’apprendre » Est-ce qu'en disant ''danser'', elle pensait à la même chose que moi ? Mon sourire s'agrandit un peu plus, lorsque que la conseillère d'orientation passa ses bras autour de mon cou, son parfum enivrant parvenant jusqu'à moi. Je fermais les yeux les temps de quelques secondes, sentant les doigts de ma petite-amie jouaient avec mes cheveux, ce qui avait toujours un effet particulier sur moi. J'ouvrais les yeux, croisant son regard brun, elle me soufflait, ne lâchant plus mon regard vert. « Mais je serai une bonne élève, promis » Je souriais franchement, riais presque en entendant la remarque d'Emma, avant d'ajouter. « J'en suis certain. »

Je fermais les yeux en sentant les lèvres d'Emma frôler les miennes. Je gardais les yeux fermés et sentais les mains de ma petite-amie glisser le long de mes bras pour que finalement une de ses mains rejoigne la mienne. Elle se levait, et me poussait à faire de même, me forçant à ouvrir les yeux, je fronçais le sourcils doucement, ne comprenant pas ce qu'elle voulait faire sur le coup. Puis, je compris qu'elle voulait danser comme elle me l'avait dit quelques secondes plus tôt. Ses bras s'enroulèrent à nouveau autour de mon cou, alors que les miens entouraient ses hanches, nous rapprochant l'un de l'autre. « Nous y sommes, je crois » Je la fixais, ne disant rien à sa remarque. Elle fit quelques pas sur le côté, alors que je posais mon front contre le sien et fis glisser ma main dans la sienne. Je fis de même, et nous commencions une courte danse que je stoppa rapidement. Je laissais quelques secondes s'écouler, pendant lesquelles je fixais Emma avec un regard différent de celui auparavant. Elle l'avait dit, nous y étions. Ma main glissait sur sa joue, alors que je la suivais du regard, avant de m'approcher lentement et de déposer mes lèvres sur celles d'Emma, dans un geste décidé et passionné.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
08. [Schuester's] Afternoon Delight. Empty
MessageSujet: Re: 08. [Schuester's] Afternoon Delight.   08. [Schuester's] Afternoon Delight. EmptySam 17 Sep - 8:42

Le regard plongé dans celui de Will, Emma se sentait comme sur un petit nuage. C’était comme si tout ce qu’il pouvait se passer autour d’elle, en cet instant précis, n’avait plus la moindre importance. Le lycée, sa phobie, la sempiternelle obsession qui en découlait : tout cela semblait tellement lointain et insignifiant à présent. La jeune femme ne savait pas pourquoi, et à vrai dire, elle ne cherchait pas non plus à en connaitre les raisons, et pourtant tout était si différent. Elle avait l’impression de se retrouver dans une réalité alternative dans laquelle Afternoon Delight était un hymne national, et Will le prince charmant dont elle avait toujours rêvé lorsqu’elle était petite. Cela semblait si naïf, comme vision des choses, que l’on aurait presque pu l’attribuer à celle d’une jeune fille en fleur dont les papillons ne cessent de s’agiter au creux de son estomac. Mais après tout, n’était-elle pas dans une situation similaire ? N’était-ce pas la première fois de sa vie qu’elle tombait amoureuse, et ce bien qu’elle ait vingt-sept ans et qu’elle ait largement dépassé le stade de l’adolescence ? Bien sûr que si, et c’était peut-être la raison pour laquelle les choses semblaient si étranges, si nouvelles. Un sentiment qui l’envahissait depuis plusieurs mois déjà, mais qui ne la quittait que rarement. Elle avait pourtant toujours considéré l’amour comme un danger qu’il était inutile de prendre. Elle qui était si obsédée par les microbes que le seul fait de serrer la main d’une personne la faisait frissonner, elle qui était si paniquée lorsqu’elle devait répondre aux questions embarrassantes des élèves de McKinley, comment aurait-elle pu seulement imaginer qu’un jour, elle laisserait tomber sa phobie pendant un moment et se laisserait bercer par des sentiments aussi nouveaux qu’effrayants ? C’était impossible, et si on lui avait dit un jour qu’elle finirait par être en couple avec un homme comme Will, elle aurait sûrement esquissé un sourire doux mais dont le message était on ne peut plus clair. « Impossible », de nouveau. Inconcevable.

Emma soupira légèrement tandis que les paroles de sa chanson préférée résonnaient inlassablement dans son esprit. Cela la mettait de bonne humeur, comme toujours. Elle fredonna encore quelques paroles de la chanson du jour – ou de sa vie, au choix – avant d’esquisser de nouveaux pas sur le côté, entrainant Will dans ses mouvements. Après quelques secondes durant lesquelles elle s’était sentie particulièrement idiote, elle ne ressentait désormais plus la moindre gêne et au contraire, offrait son plus beau sourire au professeur d’espagnol alors que ses yeux bruns si ronds semblaient pétiller. Le silence tomba dans la pièce, seuls les pas du couple résonnant légèrement sur le parquet du salon. Le menton levé vers le visage de Will, Emma se rendit compte que si elle l’avait voulu, elle aurait pu facilement rompre ce silence. Des mots restaient coincés au creux de sa gorge, des mots qui semblaient aussi importants qu’inutiles, durant ces secondes magiques qu’elle passait avec Will. Importants parce qu’elle ne les avait jamais prononcés, et qu’elle voulait que Will les entende. Inutiles parce qu’au final, elle était certaine qu’il savait ce qu’elle ressentait pour lui maintenant, et que ce silence était si bon et réconfortant qu’elle ne pouvait se résoudre à le briser. Alors, elle se contenta de poursuivre ce qu’elle avait commencé : danser, dans les bras du professeur d’espagnol, et occulter tout le reste.

Will posa son front contre le sien et échappant à l’emprise de son regard protecteur, les yeux d’Emma se fermèrent, ses paupières retombant doucement. Ses bras s’accrochèrent avec plus d'insistance autour du cou de son petit ami, comme si elle avait peur qu’il puisse se détacher d’elle. La musique se poursuivait, ou tout du moins dans la tête d’Emma dont les lèvres s’étirèrent pour dessiner un sourire que rien ne semblait pouvoir effacer. Un sentiment de légèreté se répandit en elle, et si elle l’avait pu, elle aurait tout simplement souhaité rester des heures comme ça, dans les bras de Will. Celui-ci ne semblait pourtant pas du même avis et sans crier gare, s’arrêta soudainement, interrompant leur drôle de danse aiguillée par le silence qui planait dans la pièce. Alarmée, Emma ouvrit les yeux et retrouva aussitôt le regard clair de Will qui la dévisageait d’un air à la fois doux et déterminé. Les sourcils de la jeune femme se levèrent tandis que son regard inquisiteur balayait celui du professeur d’espagnol. Ce dernier posa sa main sur la joue de la conseillère en un geste si délicat qu’elle ne put s’empêcher de frémir. Alors que la course de son cœur s’était adoucie au cours des dernières secondes qui s’étaient écoulées, celui-ci se remit à battre avec violence dans sa poitrine. Les lèvres de Will se posèrent alors sur les siennes et la chaleur envahit instantanément Emma.

Il l’avait déjà embrassé de cette façon, une fois. Une seule fois. Plusieurs mois auparavant, alors qu’ils étaient tous deux dans ce même appartement. Il portait une chemise violette lui allant à ravir, et il lui avait offert ce sourire si adorable qu’elle n’avait pu s’empêcher de glousser. Il avait finalement planté ce regard résolu dans le sien, et l’avait embrassé avec une énergie qu’elle n’avait jamais connue. Et puis, il l’avait guidé vers le canapé, et les choses s’étaient précipitées tandis que les lèvres du professeur d’espagnol se faisaient plus insistantes contre les siennes. Emma avait pris peur, sentant qu’elle perdait le contrôle de la situation et qu’elle ne pouvait pas le laisser poursuivre de cette façon, parce que bien qu’elle soit naïve, elle savait où cela les mènerait. Or, elle n’y était pas prête, pas ce jour-là. Pas dans ces conditions ; pas dans la précipitation. Et parce que la peur n’était pas le seul sentiment qui l’avait envahi cette fois-là, un sentiment qu’elle n’avait jamais expérimenté, elle avait paniqué, et avait tout arrêté. Quitte à voir par la suite la déception se lire sur les traits de son petit ami. Une déception qui se vit renforcée lorsqu’elle lui avait appris la chose dont elle n’était pas fière et qui la rendait si confuse. Sa virginité.

Au moment où Will posa ses lèvres contre les siennes, Emma ressentit exactement la même chose que cette fameuse fois. Elle fronça les sourcils, se laissant emportée par la fougue contagieuse de Will tout en sentant que quelque chose clochait. Et puis, elle comprit. Les paroles qu’elle avait eues lui revinrent à l’esprit, et elle fit le lien entre les réponses ambigües de son petit ami et ce baiser si… différent. Son palpitant réagit en faisant un immense bond dans sa poitrine qu’elle accueillit, le souffle coupé par la révélation qu’elle venait de faire. Suivant son tout premier instinct, elle coupa court au baiser de Will et dégagea son visage du sien. Hors d’haleine, la jeune femme braqua son regard sur le sol, tentant de reprendre sa respiration alors que le rouge lui montait aux joues. Elle sentait le regard de Will posé sur elle, mais elle ne pouvait s’en empêcher : elle avait besoin de quelques secondes. Histoire de se remettre les idées en place, de savoir si elle était capable… capable de… Emma sursauta, et la panique la gagna un court instant, avant que son regard ne rejoigne celui de Will. Les sourcils froncés, elle chercha une réponse à ses questions dans les yeux de ce dernier. Ses lèvres s’entrouvrirent et elle resta une seconde bouche bée. « Hm, Will… » Commença-t-elle avant de s’arrêter brusquement. Plus confuse que jamais, elle serra la main du professeur d’espagnol si fort qu’elle dut se reprendre à temps avant de lui broyer les os. Elle secoua la tête tout en posant son regard sur les bouclettes de Will, avant de laisser ses yeux glisser sur le visage de ce dernier, jusqu’à ses lèvres. La réponse à ses questions s’imposa à elle de façon si brutale qu’elle en fut la première surprise. Elle posa sa main sur le torse de Will puis prit une grande inspiration, alors que sa seconde main était toujours réfugiée dans la sienne. Finalement, elle esquissa un sourire empreint de douceur bien que ses yeux exprimaient autant la peur que l’amour qu’elle portait au professeur d’espagnol. Et puis, les mots lui échappèrent. D’une voix presque inaudible, elle les prononça enfin, dans une déclaration qu’elle n’avait pas prévue. « Je t’aime, Will » Elle ferma aussitôt les yeux et, le cœur au bord de l’explosion, pressa ses lèvres contre les siennes, reprenant les choses là où elle les avait laissées. Lâchant du bout des doigts la main de Will, elle enroula une nouvelle fois ses bras autour de lui. Elle savait ce qu'il se passait, mais essayait de ne pas trop y penser. Qui vivra verra ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
08. [Schuester's] Afternoon Delight. Empty
MessageSujet: Re: 08. [Schuester's] Afternoon Delight.   08. [Schuester's] Afternoon Delight. EmptyDim 18 Sep - 18:22

J'avais pris les réponses de la rouquine comme des avances, comme des sous-entendus pour que je fasse le premier pas, mais maintenant que j'y repensais, ce serait très étonnant de la part de ma petite-amie. Elle ne pensait pas que les paroles de la chanson abordée le sujet de la sexualité, mais plutôt celui du fameux gâteau qu'elle m'avait emmené. Pour elle, ces paroles étaient tout ce qu'il y a de plus innocent, alors que c'était loin d'être le cas de mon point de vue et de celui de tous ceux qui comprenait le réel sens de la chanson au titre audacieux. Nous étions debout, l'un face à l'autre, comme quelques mois auparavant, lors de la soirée où Emma m'avait annoncé sa virginité. Nous avions dansé, comme nous le faisions à ce moment même, les scènes se ressemblaient étrangement. C'était comme si une seconde chance s'offrait à nous, comme si nous pouvions refaire la scène comme nous le souhaitions cette fois-ci. Il manquait la musique, mais celle d'Afternoon Delight résonnait dans ma tête comme si les musiciens étaient dans la même pièce que nous. J'enlaçais Emma, entourant ses hanches de mes bras, alors que ses mains se croisaient derrière ma nuque, frôlant de temps à autres mes cheveux alors que ma petite-amie esquissait quelques pas de danse sur le côté, ce qui m'arrachait un léger sourire. Je me sentais tout simplement bien à ce moment-là, juste avec Emma. Elle était devenue la personne en qui j'avais une confiance aveugle, que j'appelais dès que le besoin s'en faisait ressentir. Je soupirais doucement en laissant mon regard glisser sur les traits doux de son visage, qui avait l'air si paisible. Un silence loin d'être dérangeant tombait dans la pièce, aucun de nous deux n'osait reprendre la parole. Je la sentis hésiter pendant quelques secondes pendant lesquelles nos regards s'étaient accrochés pour ne plus se lâcher. Aucun mot ne semblait pouvoir -ou vouloir- traverser les fines lèvres de ma petite-amie. Puis dans un geste lent, que je voulais doux, je posais mon front contre celui d'Emma, la chaleur de ce dernier me fit frissonner, alors que je fermais les yeux comme pour profiter de chaque seconde qui s'écoulait de ce moment. Je sentais ses doigts serraient un peu plus ma chemise, avec plus d'insistance. Je la rapprochais un peu plus de moi, la distance entre nous devint presque nulle, alors que son parfum chatouillait mes narines. Ce parfum que j'aimais tant … Puis, je m'arrêtais sans crier garde, et fixais les yeux bruns d'Emma qui laissaient paraître de l'étonnement. Un sourire fit son apparition au coin de mes lèvres, alors que je faisais glisser ma main sur la joue de la rouquine dans un geste que je voulais délicat. Je repensais à cette soirée que l'on avait passé ensemble quelques mois auparavant, et déposais mes lèvres sur celles d'Emma avec la même fougue que lors de cette fameuse soirée. Une drôle de sensation m'envahit pour la seconde fois …

Nos lèvres restèrent scellées pendant plusieurs longues secondes, mais Emma coupa ce contact plaisant d'un bond. A ce moment, je m'en voulais, je n'aurais pas dû l'embrasser de cette façon, pas sans qu'elle me le dise clairement et sans ambiguïtés. Emma reprenait une respiration normale, fixant un point sur le sol, alors que mon regard valsait entre ses yeux et ma main toujours posée sur sa joue. Les minutes semblaient s'étirer pour devenir des heures insupportables. Je pensais avoir fait une lamentable erreur … Ses yeux bruns retrouvaient enfin mes yeux verts, ce qui me donnait une sensation quelque peu rassurante. Ses lèvres s'entrouvraient mais aucun mot ne sortit de suite. « Hm, Will… » Je sentais sa main serrait la mienne plus fort encore, d'une force telle que si elle avait continué, elle aurait pu me casser la main. « Emma, je .. » Je ne pus continuer, sentant la main d'Emma se poser sur mon torse. Je fermais les yeux le temps d'une seconde, prenant une forte inspiration. Ce contact me faisant frissonner une énième fois. Ma main posée sur sa joue, glissait et passait dans ses longs cheveux roux. « Je t’aime, Will » dit-elle d'une voix presque inaudible. Elle avait dit ces trois mots que j'avais prononcé l'autre soir a son égard. J'attendais cette réponse de sa part depuis tellement longtemps .. Je lui souriais bêtement, alors qu'elle ne perdait pas une seconde et refermait doucement ses yeux. Je fis de même en sentant ses lèvres se pressaient à nouveau contre les miennes. Ma main sur sa joue glissait lentement le long de son bras pour trouver son autre main. Puis tout comme la première soirée que nous avions passée ensemble, nous nous retrouvions sur le canapé, on ne pouvait entendre que nos respirations saccadées dans la pièce. Je déposais un léger baiser dans son cou et lui glissais à l'oreille, d'une voix aussi inaudible qu'elle quelques secondes auparavant. « Je t'aime aussi, Emma .. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
08. [Schuester's] Afternoon Delight. Empty
MessageSujet: Re: 08. [Schuester's] Afternoon Delight.   08. [Schuester's] Afternoon Delight. EmptyMar 20 Sep - 6:45

La première fois. Ces trois mots résonnaient inlassablement dans l’esprit d’Emma qui, pourtant, faisait tout pour chasser de son esprit cette expression qui la terrifiait tant. La première fois.

Ne disait-on pas qu’il devait y avoir une première fois à tout ? C’était en tout cas ce que l’on avait toujours répété à Emma. Craintive dès son plus jeune âge, il n’était pas rare de voir ses yeux s’écarquiller brutalement à la simple vue de son ombre. Et celle qui deviendrait ironiquement conseillère d’orientation avait en réalité toujours manqué de confiance en elle. Evoluant dans sa petite bulle saine, préservée par ses parents des craintes que peuvent inspirer le Monde extérieur, ce fut certainement la raison pour laquelle elle eut tant de difficultés à s’y habituer lorsqu’elle s’y retrouva enfin. Une première fois avait, aux yeux d’Emma, un aspect effrayant car cela signifiait forcément se retrouver en territoire inconnu. Les premiers pas ou les premières paroles d’un enfant semblent être les premières étapes les plus importantes d’une vie et pourtant, aux yeux du principal intéressé, elles paraissent souvent dérisoires puisqu’il est impossible de s’en souvenir. En revanche, lorsqu’il s’agit de se confronter à sa timidité en se liant d’amitié, par exemple, avec les premiers camarades de classe, les choses se compliquent considérablement ; car au plus les années passent, au plus les premières fois deviennent préoccupantes, voire effrayantes. Emma avait toujours eu la manie d’éviter avec grand soin le sujet de ces premières fois, et ce en dépit des études de psychologie qu’elle fit à l’université et qui la forcèrent à se retrouver face à ce problème. Au fil des années, cette notion avait pris de plus en plus d’importance pour elle, surtout lorsqu’il était question de la première fois avec un grand « P », celle qui l’obnubilait et l’angoissait tant à la fois. Elle conseillait pourtant quotidiennement des élèves sur des questions portant sur l’amour, et parfois - puisque force était d’admettre qu’il était l’un des thèmes les plus récurrents au lycée - le sexe. Malgré l’absence de vécu concernant ce dernier sujet, elle palliait à ce manque d’informations tout en essayant de dissimuler du mieux qu’elle le pouvait son embarras face à un sujet qui, dix ans après s’être retrouvée au cœur de l’adolescence, la préoccupait toujours autant. Ainsi, bien qu’Emma Pillsbury se batte toujours avec le grand V, le sexe faisait partie intégrante de son quotidien. Une contradiction qui n’était pas simple à gérer, en définitif.

La première fois. Emma fronça les sourcils et tenta de faire le vide dans son esprit. Se concentrant sur le baiser qu’elle échangeait avec Will, elle parvint au bout d’un moment à chasser partiellement la terreur qui, quelques secondes plus tôt, lui glaçaient encore les os et l’empêchaient de faire le moindre mouvement. Elle avait pourtant pris une initiative, et pas des moindres. Bien sûr, la peur était ancrée en elle : elle avait l’impression de se retrouver face à un trou béant et d’hésiter avant de sauter, tout en sachant que l’atterrissage ne serait pas aussi douloureux que prévu et qu’il ne représenterait, à première vue en tout cas, aucun danger potentiel. Elle resserra soudain son étreinte autour de Will, comme pour se prouver qu’elle pouvait mettre de côté ses TOC et craintes.

La jeune femme haussa les sourcils alors que ses doigts se mettaient de nouveau à jouer avec les bouclettes de son petit ami. Ce dernier fit glisser sa main le long de son bras et Emma fit un effort monumental pour ne pas interrompre de nouveau le baiser, à cause de cet étrange frisson qui parcourut aussitôt son échine. Les battements de son cœur s’envolèrent dans une course affolée, résonnant avec insistance dans tout son corps, lui martelant le crâne avec violence. Prenant la main de Will comme si sa vie en dépendait, Emma se laissa guider par le professeur d’espagnol vers le canapé et dès lors qu’elle se retrouva sur celui-ci, une étrange impression de déjà vu s’empara d’elle. Sa main libre se crispa sur le bord du canapé, alors que Will coupait court au baiser. La conseillère en profita pour reprendre sa respiration et tandis que les lèvres de son petit ami s’attardaient dans son cou, elle se surprit à fixer le plafond tout en se demandant si elle avait raison de se laisser emporter de la sorte. La question était toujours la même, après tout. Etait-elle prête ? La conseillère déglutit avec difficulté, et ce n’est que lorsque Will lui répondit dans un murmure qu’il l’aimait aussi, qu’elle comprit qu’elle ne commettait pas la moindre erreur. Elle n’aurait jamais imaginé qu’un jour elle puisse être sur le point de se défaire de sa virginité une bonne fois pour toutes. Pourtant, maintenant qu’elle était avec Will, cela semblait presque logique, dans la continuité des choses. Au fond d’elle, elle savait que s’il y avait bien une personne en qui elle pouvait avoir une confiance aveugle, c’était lui. Et elle avait décidé de le lui prouver, en faisant la chose qui au Monde, était de loin la plus effrayante à ses yeux.

Les grands yeux bruns d’Emma s’arrondirent légèrement lorsqu’ils accrochèrent le regard clair de Will. La poitrine se soulevant au rythme des émois de son palpitant qui n’avait jamais connu pareille agitation, elle essayait pourtant d’être le plus calme possible. Un sourire timide fit son apparition à la commissure de ses lèvres alors que sa main délaissa le bord du canapé pour venir se poser sur le bras de Will. Elle laissa ses doigts courir sur sa peau, son regard suivant attentivement son geste alors qu’elle s’étonnait de la facilité avec laquelle elle le touchait quand, toute sa vie durant, elle avait été pétrifiée à la seule idée d’effleurer la peau de quelqu’un à cause de sa phobie. Cette révélation la rassura et eut un effet apaisant sur son cœur qui se calma l’espace de quelques secondes. Finalement, elle posa ses doigts derrière la nuque de Will et plongea son regard brun dans le sien. De nouveau, les mots s’entrechoquèrent dans son esprit alors qu’ils restèrent coincés dans sa gorge. Elle avait tant de choses à dire, et pourtant elle ne voulait pas risquer de tout gâcher. Elle choisit donc le silence tout en pensant que c’était la meilleure alternative qui s’offrait à elle. Elle serra les doigts de Will dans la main qui était toujours enlacée à la sienne, et ce n’est que lorsqu’il se pencha vers elle et qu’elle retrouva la chaleur de ses lèvres que son cœur recommença ses pirouettes. Elle ne savait pas encore si Will avait compris que cette fois, elle ne l’arrêterait pas. Mais c’était sa décision et au cours des minutes qui suivirent, elle la respecta, se laissant entrainer sur ce même territoire inconnu qui l’avait rendait si anxieuse, si mal à l’aise, si effrayée pendant tellement d’années.

La chanson ne résonnait plus dans son esprit. Elle ne résonnait plus nulle part. Et pourtant, elle n’aurait jamais été aussi adaptée que dans ce contexte précis. Car il n’était plus question de gâteau, plus question d’innocence. Il était question de la première fois.



Elle se souvint de quelques soupirs, de quelques « je t’aime » glissés au creux de son oreille.
Elle se souvint avoir eu énormément peur, puis s’être sentie soulagée.
Elle se souvint que la lumière avait faibli graduellement dans la pièce.
Elle se souvint qu’il l’avait portée et qu’elle s’était retrouvée dans ce lit, à ses côtés, l’observant avec un sourire dessiné sur ses lèvres.

Elle ne se souvint pas du nombre d’heures qui s’écoulèrent avant que la nuit ne tombe véritablement. Mais elle se souvint quand même s’être sentie en sécurité alors qu’elle s’endormait, blottie dans ses bras.

Et puis, tout devint sombre alors qu’une nouvelle vie semblait se profiler à l’horizon.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
08. [Schuester's] Afternoon Delight. Empty
MessageSujet: Re: 08. [Schuester's] Afternoon Delight.   08. [Schuester's] Afternoon Delight. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

08. [Schuester's] Afternoon Delight.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Episode 8
-