Choriste du mois


Partagez | 
 

 08. Here's what I'll do I'll play loose.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
08. Here's what I'll do I'll play loose. Empty
MessageSujet: 08. Here's what I'll do I'll play loose.   08. Here's what I'll do I'll play loose. EmptySam 27 Aoû - 16:50

08. Here's what I'll do I'll play loose. Tumblr5308. Here's what I'll do I'll play loose. Miley-10
musicmp3.ru
Crush (Glee Cast Version) by Glee Cast

« Vanilla skies White picket fences in your eyes A vision of you and me »

Savannah fit une mine renfrogné en guise de réponse à son paternel. Non mais sérieusement qu’est-ce qu’elle fichait là ? Qu’est-ce qui lui avait pris d’accepter de se balader avec lui ? Elle devait sûrement avoir été sous l’effet sous l’effet de l’alcool … oui voilà, il avait dû mettre un peu de rhum dans son café ce matin quand elle avait eu le dos tourné. Ça ne serait guère étonnant … il avait eu un mauvais goût ce café en y en repensant. « Stop Savannah Williams ! Stop arrête avec tes délires à la noix. » La jeune fille ferma les yeux et secoua la tête à droite et à gauche comme si cette technique allait pouvoir enlever toutes ces bêtises de sa tête.
Quand elle rouvrit les yeux elle vit son père qui la regardait bizarrement sans pour autant enlever ce petit sourire niais de ses lèvres. « Hum … alors ? Tu n’as rien à raconter à ton cher père ? » Un silence total se fit. La lycéenne regarda le monsieur qui se disait très clairement être « son cher père » comme si il venait de lui dire une immense bêtise. Elle venait de rêver ou il croyait bel et bien qu’il croyait encore depuis son arrivée à Lima, depuis qu’elle était revenue par obligation dans sa vie, qu’elle lui avait pardonnée ? Qu’elle lui avait pardonné son acte abominable et lâche, c’est-à-dire celui d’abandonner sa famille ? C’était beau de rêver après tout. Oui, elle l’avoue très clairement, la blondinette était rancunière. Très rancunière quand il s’agissait de sa famille à qui elle tenait énormément. Et plus quand il s’agissait d’un geste qu’elle qualifiait comme abandon. Elle s’en rappellerait durant toute son existence ça c’était sûre et certain ! Mais elle ne préférait pas y penser. Cela avait tendance à rouvrir ses vieilles blessures de guerre et à la plonger dans un total moment de déprime. Il valait mieux qu’elle se concentre sur le présent et non sur le passé. Sans pour autant cacher son amertume face aux souvenirs qui avaient refait surface subitement, elle s’assit sur le banc du parc en face d’elle. « Sincèrement ? Non. Non je n’ai rien qui puisse t’intéresser. Ne me dis pas que tu t’intéresses à ma vie subitement. Je ne te croirais pas. » Du tac au tac. D’un ton franc. Blondie ne mâchait pas ses mots surtout pas avec son père. Elle ne put s’empêcher de ressentir de la satisfaction quand elle l’entendit soupirer, bouché bée de sa réponse. Adolescente de sexe féminin de nature capricieuse, égocentrique, franche, loufoque et qui apparemment se montrait assez méchante parfois. Elle le savait. Elle se doutait ce que les gens pensaient d’elle, ce que ces jeunes filles jalouses chuchotaient quand elle passait à côté d’elles, mais elle s’en moquait. Leur accorder son attention et de l’importance était leur montrer qu’elle s’intéressait à toutes ces idiotes. Donc elle préférait les ignorer plutôt que de se rabattre à leurs niveaux. Mais en fait, c’était exactement ce qu’elle faisait avec son père ! Elle n’avait aucune envie de jouer la carte de la sympathie avec lui, préférant ainsi pouvant apercevoir jusqu’au où il pouvait aller. Elle lui disait, matin et nuit, haut et fort, ce qu’elle pensait de sa nouvelle famille, qu’elle attendait avec impatience le jour où enfin elle rentrerait à Los Angeles pour ne plus rester dans cette ville minable. Sauf que tout ça n’étaient que pures mensonges. Oui, des mensonges dignes de Savannah Williams. Car au fond elle pensait le contraire. Elle ne lui disait pas qu’au fil des mois, des jours, des heures, des minutes, des secondes, qu’elle s’était attachée à cette petite ville qu’elle ne trouvait pas si minable finalement. Qu’elle s’était rapprochée de Tim et avait fini par tellement l’apprécier qu’elle faisait sa curieuse quand elle le voyait trop traîner avec certaines filles. Du moins quand il traînait avec certaines filles en particulier plutôt. Comme cette fameuse Anna Preston … Mais ceci n’étaient pas le sujet principal de ses pensées !

Ses yeux se reposèrent sur le visage de son père qui commença doucement à entrouvrir la bouche pour dire quelque chose. Ni une ni deux, la jeune fille lui coupa la parole. « Tu n’es pas obligé de répondre. Je n’attends guère de réponse. En fait … oui en fait là je suis en train de me demander pourquoi je suis avec toi en ce moment même dans ce parc. Peut-être qu’en fait tu as du te tromper d’endroit. Car je vois mais alors aucun, à part si je suis myope, centre-commercial ni de magasins dans les parages ! » Comme pour accentuer sa dernière phrase, Blondie fit une tête affolée digne des plus grands acteurs comique du cinéma américain. Elle aimait jouer les mélodrames avec lui, avec son père, c’était tellement amusant de le voir chercher ses mots, bouche-bée devant ses réactions. Au moment même où elle allait lui lancer une nouvelle fois une pique, lui faire comprendre qu’en fait, il ne la connaissait pas du tout sa fille comme il tentait de se persuader depuis très longtemps, ses yeux croisèrent celui d’une autre personne. Pendant un instant elle ne vit que des yeux magnifiques de couleur marron et elle faillit se noyer dans ce regard si le cri d’un enfant ne l’aurait pas ramené à la réalité. Savannah sortit de ses rêveries passagères et jeta un coup d’œil à son père qui était encore apparemment tout choqué ou tout jenesaisquoi, avant de remarquer la personne. Son visage lui semblait familier ou alors son imagination lui jouait des tours ce qui ne serait guère étonnant. Voyant cette personne comme un magnifique cadeau du ciel qui allait lui servir de diversion pour échapper aux questions et à la compagnie de son paternel, la jeune fille se leva rapidement du banc. « Oh ! » Oui oh. Elle était très inventive quand il s’agissait de faire réagir son père qui sans plus attendre regarda à droite et à gauche puis la dévisagea comme si elle venait de dire que les martiens venaient d’apparaître. Sans même lui accorder un quiconque regard, Blondie partit vers la direction du jeune homme aux yeux magnifiques couleur marron et le serra dans ses bras, un sourire affiché sur ses lèvres. « Oh mon dieu ! Mais ça faisait tellement ! Comment vas-tu ? » Comédie. Oui parfaitement comédie pur et simple. Elle ne savait même pas comment il s’appelait, même si son visage lui disait bel et bien quelque chose, mais elle venait de l’aborder comme si c’était un ami de longue date. Tout ça pourquoi ? Tout simplement pour faire disparaître son père qui commençait sérieusement à lui taper sur le système. Discrètement, la lycéenne se mit à chuchoter à l’oreille du jeune homme. « S’il te plaît, joue aussi la comédie pour qu’il tombe dans le panneau. » Elle ne dit pas plus de précisions, sachant pertinemment qu’elle aurait le temps après de lui expliquer. Du moins elle espérait pour que ça marche.


Dernière édition par Savannah Williams le Lun 2 Jan - 15:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
08. Here's what I'll do I'll play loose. Empty
MessageSujet: Re: 08. Here's what I'll do I'll play loose.   08. Here's what I'll do I'll play loose. EmptyLun 5 Sep - 7:01

Ryder tendit le sac à sa cliente accompagné d’un sourire et d’un merci. Il jeta un coup d’œil à sa montre et sourit de satisfaction en s’apercevant qu’il ne lui restait que dix minutes à son quart de travail. Il nargua son collègue Dorian dont il restait encore deux heures, alors que les deux hommes étaient entrés à la même heure ce matin-là. Les joies d’être au lycée et d’avoir comme excuse les examens et l’étude de fin d’année, le patron vous donnait des horaires raisonnables sans heures interminables, même si les heures sauvées allaient servir à tout sauf à la préparation des examens. Surtout qu’aujourd’hui, il y avait des aubaines partout dans le magasin. Le prix de la plupart des instruments de musique étaient baissés de plusieurs centaines de dollars et un vaste choix de CD était en spécial de deux pour le prix d’un. Il y avait donc plus de clients qu’à l’habitude. Le musicien était heureux d’enfin se débarrasser de cette foule.Il paya le set de corde et un album qu’il s’était mis de côté et donna une petite tape amicale sur l’épaule de Dorian pour le saluer avant de disparaître dans l’arrière-boutique pour aller y chercher son sac à dos et son manteau. Il dit aurevoir à son patron et quitta finalement le Gramophone pour se rendre chez lui.

Comme chaque fois qu’il faisait le chemin du retour entre son lieu de travail et sa maison, Ryder passa par le parc Lincoln, ses écouteurs sur les oreilles. Il appréciait ce petit moment de détente que lui procurait cette marche. Entre les clients mécontents de ne pas trouver ce qu’ils cherchent, les yeux du patron qui vous mettent la pression, la mauvaise musique qui fait saigner les oreilles et le père déçu ou la famille qui ne parle que de sport, cette promenade était plus que la bienvenue. Il s’agissait d’un moment calme entre deux tempêtes ou il n’y avait que lui, son Ipod et le grand air. C’est pour cela qu’il préférait faire le chemin à pied au lieu de prendre l’autobus, même si la route était relativement longue. Cela paraissait qu’on était le début du printemps. Il faisait très beau, quoiqu’encore un peu frais, cette journée-là. Plusieurs couples avaient décidé de se promener main dans la main, les joggeurs avaient abandonnés leurs tapis roulants intérieurs pour courir à l’extérieur, quelques familles jouaient ici. Le beau temps arrivait, fini la neige et le froid! Tout le monde semblait heureux. Enfin, presque tous.

À quelques pas de lui, il y avait une jeune fille qui semblait énervée contre un homme. Ryder ne pouvait entendre ce qu’ils se disaient à cause de sa musique, mais de toute façon ce n’était pas vraiment de ses affaires. En s’approchant, il reconnue la blonde. Il s’agissait de Savannah qui allait à son lycée. Il avait quelques cours en commun avec elle, mais il ne lui avait jamais adressé la parole, sauf lors d’une fête foireuse justement à ce même parc en janvier. Il lui avait alors dit Bonjour et veux-tu un peu de Jack Daniels ? , mais sans plus. Oh, il la trouvait très jolie avec ses longs cheveux blonds, mais elle lui avait toujours semblée un peu superficielle qui ne se laissait pas marcher sur les pieds et habituellement, il fuyait ce type de caractère. Au moins, elle ne faisait pas partie des Cheerios. Quoi qu’il en soit, elle avait l’air particulièrement en colère contre le monsieur â ses côtés, que Ryder supposait être son père. En passant devant le duo père/fille, il sourit, en pinçant les lèvres, à la jeune fille. Parce que bon, il trouvait un peu impoli de passer devant quelqu’un qu’il connaissait et avec qui il avait une certaine histoire de fête ratée en commun sans faire le moindre geste de salut.

Alors qu’il ne s’attendait rien en retour de la part de la blondinette, celle-ci se leva d’un bond de son banc et se dirigea droit sur lui. Ryder regarda derrière lui pour vérifier si elle n’allait pas vers quelqu’un derrière lui, mais non personne ne se trouvait dans son dos. Il tira sur le fil de ses écouteurs qui s’enlevèrent d’un coup sec de ses oreilles avant d’être frappée par la tempête Savannah. Elle le serra fort dans ses bras. Les yeux du garçon s’ouvrirent grand de surprise. Comment une fille si menue pouvait serrer aussi fort. Il resta figé sur place, ne comprenant pas trop ce qui se passait. Bien que très beau, le sourire de la fille était trop large et loin d’être réel. Longtemps? Il fronça les sourcils. Comment ça longtemps? Ils se croisaient chaque jour en cours et elle ne lui avait jamais adressé la parole ou même un regard!"Euhh ?"Fût tout ce qu’il répondit. Elle devait se tromper avec un autre garçon. C’était la seule explication possible. Mais non. À son oreille, elle lui chuchota de jouer le jeu pour qu’il tombe dans le panneau. Ryd leva alors la tête vers l’homme qui les regarda avec un air tout aussi surpris que lui. Ses yeux se reposèrent à nouveau dans ceux de Savannah qui le serrait toujours et retournèrent vers le père avant de revenir vers la fille. Elle devait vraiment être en colère ou dans le pétrin pour demander son aide. Parce qu’il était un bon gars et qu’il était hypnotisé par ses jolis yeux marrons, il accepta d’un signe discret de la tête. "Hééé! Wow ça fait un moment! Qu’est-ce que tu fais ici?"Dit-il avec un enthousiasme beaucoup trop soudain. Il la serra fort à son tour, la levant même du sol. Il savait qu'elle ne venait pas de Lima, de quel endroit exactement? Il en avait aucune idée, mais cela sous entendait qu'ils se connaissaient d'ailleurs. Un improvisateur né! Après l’avoir déposée, il se pencha vers elle pour l’embrasser sur les joues et à son tour dans l’oreille, il lui chuchota :" Ryder" . Si elle voulait que son mensonge soit crédible aux yeux de l’homme, elle devait au moins savoir son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
08. Here's what I'll do I'll play loose. Empty
MessageSujet: Re: 08. Here's what I'll do I'll play loose.   08. Here's what I'll do I'll play loose. EmptyDim 11 Sep - 21:29

]Savannah guettait la réaction de son père avec une pointe de malice dissimulé sur son sourire joyeux. Elle voulait qu’il s’en aille. Qu’il quitte ce parc pour la laisser tranquille et qu’il arrête de faire son « cher papa » qui s’inquiète de « sa tendre et magnifique fille chérie ». Non l’hypocrisie elle en avait assez avec lui. Combien de fois dans la journée devait-elle supporter ses sourires faux et ses regards inquiets ? Combien de fois ? Et bien pour elle c’était un nombre incalculable car tout était faux. Même sa façon douce de lui parler était fausse. Elle le savait et lui faisait très clairement comprendre. A être aussi si dure d’elle, à chaque fois qu’elle disait quelque chose, certains pensaient qu’elle était têtu mais en quelque sorte ce n’était pas le cas. Pour la simple et bonne raison qu’elle avait déjà entendu ses nombreux coups de gueules à propos de Tim. A propos de celui qui était son demi-frère. Et nombre de fois il lui avait dit que c’était affectif … à croire qu’il la prenait vraiment pour une adolescente blonde idiote de dix-huit ans. Bref ceci n’était point encore une fois, le principal cadet de ses soucis. Plus les minutes, secondes défilaient et plus le visage de son père l’exaspérait. Oui certes il ne lui avait rien fait mais rien que son visage suffisait pour qu’elle ressente du mépris pour lui.
Quand le principal intéressé, du moins en quelque sorte l’autre personne, c’est-à-dire le jeune homme qu’elle avait abordé pour esquiver les conversations ennuyantes avec son père, la souleva presque du sol pour la serrer dans ses bras, un immense sourire se dessina sur ses lèvres. Quel immense plaisir qu’apparemment il était de son côté, et avait parfaitement compris l’ampleur de la situation pour ainsi jouer le jeu avec perfection ! Elle détacha son étreinte et au même moment où elle s’apprêtait à lui répondre, il lui chuchota son prénom. Ryder … ce nom lui disait quelque chose. Son visage, son sourire, ses yeux, son prénom, rien ne lui était inconnu. Peut-être était-il une de ces personnes à qui elle décrochait parfois un petit sourire dans les couloirs juste car elle appréciait son physique ? Ce serait quand même étonnant … d’habitude elle ne retenait jamais autant les visages. Elle qui avait une mémoire auditive et non visuelle. Ce ne fut que quand pour la deuxième fois il se mit à lui parler, qu’elle se rappela enfin d’où elle le connaissait. Une fête ratée, le parc Lincoln, en pleine nuit, Tim, des cheerios, une bouteille de Jacks Daniels … mais oui c’était bel et bien à cette fichu fête ratée qu’elle l’avait croisée, du moins vaguement parlé car la soirée n’avait pas été aussi festive qu’elle aurait dû être. Ses yeux croisèrent celui de Ryder avant de se détourner vers son père pour revenir sur le lycéen. « Ce que je fais ici ? Et bien … je me pose la même question tu vois ! Heureusement que tu es là Ryder car je commençais à m’ennuyer … Je suppose que tu en as des choses à me dire depuis tout ce temps non ? » [i]Blondie avait rapidement enchaîne sur les dernières parole, tout ça pour ne pas que son père comprenne ce qu’elle disait, qu’il s’embrouille et qu’il comprenne qu’elle préférait largement passé du temps avec une personne qu’elle disait très clairement son vieil ami qu’avec lui. Ses longs cheveux blonds firent un mouvement circulaire, faisant ainsi tourner ses hanches aux passages, pour revenir ensuite délicatement se reposer sur ses épaules. Le visage tourné vers son père, la lycéenne le fixait du regard. Elle guettait le moindre mouvement de ses prunelles, le moindre mouvement de ses lèvres, le moindre haussement de ses sourcils. C’était comme si elle se trouvait en ce moment même à l’époque western, elle était avec son pistolet à la ceinture et attendait le bon moment pour pouvoir tirer. C’était peut-être nul mais c’était exactement le sentiment qu’elle avait. Un sentiment inexplicable, elle voulait lui dire très clairement qu’il n’avait qu’à repartir à la maison, car elle en avait marre de lui. Il ne pouvait effacer le passé, effacer tout ce qui c’était produit. Un jour, une personne marchant devant elle dans les couloirs de McKinley s’est retournée et lui as dit [i]« Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais. » C’est en rouvrant les yeux ce jour-là qu’elle se rendit compte que ce n’était qu’un rêve. Mais c’est aussi ce jour-là qu’elle se rendit compte qu’elle aura beau faire tous les efforts du monde pour séparer sa chère mère de son boyfriend, qu’elle pouvait haïr autant son père ainsi que sa belle-mère autant qu’elle le pouvait, cela n’allait rien changer. Et ce jour-là, Savannah Williams n’avait alors que seize ans. Deux ans plus tard, elle n’avait pas changé, ce rêve la hantait quasiment toutes les nuits et faisait augmenter le mépris contre son père qui essayait tant bien que mal de passer pour un père aimant, protecteur et digne de confiance.

Toujours en train de fixer de ses iris son père, Savannah n’avait pas oublié Ryder. Elle avait commencé à s’en servir comme moyen de diversion et elle comptait bien envoyer balader franchement et clairement son paternel. D’un ton qui ne montrait mais alors vraiment point du tout, aucune sympathie particulière elle prit le bras du jeune homme et détacha son regard. « Je suis désolé ‘’Papa’’ mais comme tu vois je dois te laisser. J’espère que cela ne te dérange pas ? Apparemment non. Donc on se voit à la maison. Ne t’inquiète pas je réussirais à trouver un moyen de transport avant les quatre heures du matin ! » Une pointe d’ironie, une pointe d’humour, une pointe de mépris, une pointe d’exaspération, tout se mélangeait dans ses récentes phrases. Certes elle jouait sur les mots pour le faire sortir de ces gonds, mais elle venait aussi de lui faire comprendre qu’elle n’avait aucune envie de passer encore une minute de plus en sa compagnie. Et ce ne fut sans attendre la moindre réaction de sa part, que Blondie emmena Ryder le plus loin possible de la vue de son très cher et tendre paternel. Remarquant qu’il avait clairement comprit et qu’il se décidait enfin à quitter le parc pour rejoindre sa voiture, elle se dirigea le plus vite possible derrière un buisson pour ne pas qu’il aperçoive son petit stratagème. La jeune fille lâcha enfin le bras du jeune homme, s’assit en tailleur sur l’herbe et laissa éclater sa joie au grand jour. « Enfin ! Enfin il est parti ! Pfiou, je commençais sérieusement en avoir marre de lui … » Un immense sourire approuvait ses paroles puis pour la cinquième fois (au moins) de la journée, ses yeux se perdirent dans ceux du jeune homme. Avant de revenir à la réalité, quelques minutes plus tard. « Hum. Je suis Savannah Williams au fait. L’homme tout-à-l’ heure c’était mon père. Et comme tu as pu le voir, je ne suis pas vraiment en mode bisounours avec lui … Désolé de t’avoir entraîné là-dedans. » Elle fit une petite moue désolé qui fut vite remplacé par de l’humour. « Dis-moi tu n’aurais pas par hasard une bouteille de Jacks Daniels sur toi ? » Toujours commencer par de l’humour, c’était toujours la meilleure chose pour s’attirer de la sympathique plutôt que le sérieux.


Dernière édition par Savannah Williams le Ven 30 Déc - 21:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
08. Here's what I'll do I'll play loose. Empty
MessageSujet: Re: 08. Here's what I'll do I'll play loose.   08. Here's what I'll do I'll play loose. EmptyDim 30 Oct - 23:04

Ryder tenait toujours Savannah dans ses bras, tentant de dissimuler son malaise du mieux qu’il pouvait. Il voulait bien jouer à son petit jeu, mais le fait de tenir une jolie fille qu’il connaissait à peine et faire semblant d’être heureux de la voir, le déstabilisait beaucoup. Ce n’était quand même pas tous les jours qu’une jolie blonde se jetait dans vos bras en vous implorant de la sauver des griffes d’un monsieur en smoking. À bien y penser, c’était digne de l’un de ces films pour jeunes filles en manque de romantisme. Quoi qu’il en soit, ce n’était pas commun de se faire aborder ainsi et le musicien tentait de rendre service à Savannah du mieux qu’il pouvait. En espérant que l’homme dont elle souhaitait se débarrasser tombe dans le panneau. Lorsqu’il lui chuchota son nom à l’oreille, son interlocutrice paru quelque peu déconcertée. Elle semblait réfléchir. Elle se rappelait. Elle savait qui il était. Après tout, le prénom Ryder n’était pas très courant, surtout pas à Lima. La blonde devait se souvenir de cette fête ratée. Pour une fille comme elle, cette soirée avait sans doute été une perte de temps. Malgré tout l’alcool qu’ils avaient eu en leur possession cette nuit-là, la fête n’avait jamais décollé. Leur groupe trop disparate y avait été sans doute pour quelque chose. Le garçon s’y était tout de même amuse. Cela l’avait sorti de son petit train quotidien et lui avait permis de faire autre chose que de jouer sur sa console. La jeune fille sortie finalement de ses pensées et reprit son rôle de l’amie éloignée comme si de rien était.

Décidément, cette fille était tout sauf ordinaire. Ryder avait déjà vu un aperçu au lycée, mais en vrai c’était assez déroutant. Savannah avait une de ces facilités avec la comédie! Un peu plus et lui-même penserait qu’ils se connaissaient tous les deux depuis longtemps et d’un autre endroit. Alors que le garçon était aussi crédible qu’un clown voulant devenir prêtre, la fille était très à l’aise dans son mensonge. On aurait dit qu’elle avait pratiqué cette scène à plusieurs reprises. Ryder continuait de lui sourire bêtement, tout en guettant l’homme derrière eux qui les observait, surpris. "Je…Je viens tout juste d’arriver ici. Mon père s’est trouvé un travail en ville! Et là, je reviens tout juste du magasin de musique." Il leva la main qui retenait son sac à l’effigie du Gram’s pour ponctuer son récit. Pendant qu’il répondait, il jetait des regards vers l’homme en habit qui ne lâchait pas le couple « d’amis » de ses yeux sévères. Une idée folle passa dans la tête de l’adolescent. Peut-être que cette personne n’était pas son père, mais bien son proxénète! Non, c’était ridicule…Ou bien son vieux mari riche? D’accord, il devait vraiment rentrer se reposer au plus vite. "Tu parles que j’en ai des choses à te raconter depuis le temps! Ahhh bon sang que c’est bon de te revoir Sav!" Il l’a serra à nouveau dans ses bras, prenant de plus en plus d’aise dans sa comédie. Il commençait même à en prendre goût. En espérant que sa partenaire ne trouve pas qu’il en mettait trop. Il relâcha tranquillement son emprise pour la regarder à nouveau. "T’es occupée là? "Un autre regard vers le papa-mari-pimp qui commençait à s’impatienter les bras croisés."Tu veux aller prendre un café pour qu’on se conte nos vies en détail depuis ton départ?" Le brun sourit à la blonde. Il était quasi sûr que le type en noir croyait à leur pseudo amitié lointaine. Ryder était assez fier de lui. Il avait sauvé une princesse des griffes d’un malfaiteur.

Malfaiteur qui se trouvait être véritablement le père de Savannah. Ouais, c’était la plus plausible de ses théories. Ryd en était presque déçu. Il ne pu réprimer un sourire lorsque la fille répondit sèchement et avec mépris à son père. Cela lui rappelait sa relation avec son propre père. Au moins, il n’était pas le seul à avoir des problèmes avec son paternel. "Ne vous inquiétez pas monsieur…Je vous rapporte votre fille le plus tôt possible…et en un seul morceau. On a plein de chose à se dire. "Il espérait que son hésitation n’ait pas trop paru. Il ne connaissait même pas le nom de famille de Savannah. Il tenait cette dernière par l’épaule désormais. Sans attendre plus de réaction de la part de son géniteur, la jolie blonde empoigna la main de Ryder pour l’emmener plus loin. Le garçon tourna sur lui-même surpris. Il envoya tout de même la main à l’adulte avec un air faussement désolé, puis il suivit la fille. Il regarda rapidement derrière lui. L’homme était retourné à sa voiture. Ils avaient réussi!

Savannah le mena un peu plus loin dans le parc, plus précisément, derrière un buisson (louche!) éloigné de la rue, puis elle s’assit sur l’herbe en éclatant de joie. Ryder l’observa en silence, les mains dans les poches de son manteau. Après l’excitation du jeu et de l’adrénaline de l’improvisation, son malaise avait refait surface. Le vrai Ryder était de retour. Au moins, elle était contente. Il ne l’avait jamais regardé aussi longtemps. Il ne savait pas pourquoi, mais elle l’intimidait. Probablement par son excentricité et son sens de la répartie. Elle dégageait une forte confiance en elle. Il fût légèrement déçu lorsqu’elle se présenta. Elle ne l’avait donc pas reconnu? Il pouvait la pardonner pour la soirée, mais ils étaient tout de même tous les deux à McKinley et avaient certains cours ensemble. Mais bon, pourquoi lui en vouloir? Ryder se faisait un point d’honneur à rester discret. Mais il connaissait son nom de famille à présent. "Enchanté. Je comprends pour ton père…ce n’est pas la joie avec le mien non plus. " Il tenait pas à en discuter, pour le moment du moins. Il repoussa de la main les excuses de la jeune fille en lui souriant timidement. "T’en fais pas. C’était…amusant. " Et c’était vrai. Il avait beaucoup aimé ce petit jeu. "Si tu as encore besoin de moi pour te débarrasser de…peu importe. Fais-moi signe ou pour boire un peu de Jack." Il éclata de rire. Elle n’avait oublié la bouteille de whisky qu’il avait apporté à la fête foireuse. Il faut dire qu’il avait été pas mal agaçant en la proposant à tout le monde.

"Bon, ravi d’avoir pu t’être utile. Bonne journée" Il lui adressa un dernier sourire avec un hochement de tête en guise de salut. Il se doutait bien qu’elle avait autre chose à faire que de trainer avec un mec qu’elle connaissait à peine. Elle devait sûrement aller se préparer pour une fête quelconque et il ne voulait pas avoir l’air du type qui la colle sous prétexte qu’ils venaient tout juste de partager un moment cocasse. Il voulait donc lui éviter la tâche humiliante de se débarrasser de lui. Il tourna donc les talons et se dirigea vers la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
08. Here's what I'll do I'll play loose. Empty
MessageSujet: Re: 08. Here's what I'll do I'll play loose.   08. Here's what I'll do I'll play loose. EmptyDim 6 Nov - 18:59

Savannah rigolait toujours. Sa nature joviale faisait subitement surface, effaçant peu à peu sa mauvaise humeur qui avait pris le dessus récemment. Son fameux sourire ravageur n’avait toujours pas disparu, non il restait là figé sur ses lèvres, et elle pouvait faire tout ce qui était en son pouvoir pour l’effacer il resterait toujours le même. Contrairement aux autres, quand elle souriait durant dix bonnes minutes, cela ne lui donnait pas un air niais, non elle, ça lui donnait un petit côté … romantique, sexy. Enfin ce sont ses amis qui lui ont dit cela après il fallait déceler le vrai du faux bien entendu.

La jeune fille jeta un regard à Ryder. Son rire se mélangea au sien quand il fit sa blague puis une nouvelle fois le malaise s’installa entre les deux personnes. Derrière cet aspect extravagant, souriant et confiant, en réalité elle n’arrivait pas s’empêcher d’afficher un petit sourire quand elle plongeait son regard dans le sien. Il avait un si beau visage et un regard si envoûtant, hypnotisant ... Elle commença à ouvrir la bouche pour engager la conversation, en prenant le taureau par les cornes mais elle se rendit qu’apparemment il avait décidé de s’en aller. Durant quelques minutes, elle resta assise dans l’herbe, ne savait quoi comprendre, se demandant bien ce qu’elle avait pu faire pour qu’il prenne autant la fuite. Okay elle savait que son physique n’était pas apprécié par tout le monde mais là à partir aussi vite. Elle avait senti aussi la gêne du jeune homme quand elle l’avait serré dans ses bras, mais ce n’était pas vraiment une excuse. Il y avait aussi le fait qu’ils ne se connaissaient pas tellement, sauf que ce n’était mais alors pas du tout une excuse valable aux yeux de Blondie. Ni une ni deux, elle se leva, risquant même de trébucher dans la précipitation, et attrapa le bras de Ryder. « Hé ! » C’est tout ce qu’elle réussit à dire avant de se prendre les pieds dans un caillou qui traînant dans le coin. En cet instant-même, durant les quelques secondes où elle tenta tant bien que mal de ne pas essayer de se ratatiner par terre, elle se sentit très idiote. Jamais elle n’avait été aussi maladroite, enfin si, mais la plupart du temps ça ne finissait pas comme ça et surtout ce n’était pas quand elle tentait de cacher qu’elle était visiblement très gênée. Dans sa chute, Savannah n’avait pas lâché le bras du jeune homme, l’entraînant alors avec elle. Il ne fallait pas lui demander pourquoi elle avait eu le terrible réflexe que tout le monde avait c’est-à-dire celui de ne pas lâcher la personne que l’on avait avec nous lors de la chute, car elle n’aurait rien dis en guise de réponse, suffisamment embarrassé comme ça. Elle se trouvait maintenant sur le ventre d’un Ryder mal-à-l’aise. Elle aurait pu rapidement se lever certes mais non, une nouvelle fois elle eut le malheur de regarder ses iris et de s’y perdre. Pourquoi lui et pourquoi pas un autre après tout ? Pourquoi c’était sur lui qu’elle s’était presque jetée pour échapper à son père ? Pour la simple et bonne raison qu’elle avait l’impression qu’il y avait quelque chose entre eux. Une sorte de connexion chimique et magnétique comme on voyait dans les films fantastiques. Oui sauf que ce n’était pas un film mais bel et bien la réalité. Revenant soudainement à ce qui venait de se dérouler, la jeune fille se leva tant bien que mal en faisant une petite moue triste en voyant l’état de ses chaussures après le léger accident puis aida Ryder à se lever. « Je … je suis désolée. D’habitude je ne suis pas aussi maladroite. » Un petit sourire pour tenter de cacher sa gêne qui commençait à se remarquer vu la couleur que prenait ses joues puis elle passa la main dans ses cheveux. Il n’y avait qu’à elle que ça arrivait des histoires pareilles. Ce qui était bien vrai vu qu’elle était quasiment certaine que ça n’était jamais arrivé à Tim son demi-frère et même pas à sa mère ! Oui, Savannah Williams avait un don pour se mettre dans des histoires uniques et qui entrainait souvent des personnes qui ne s’en doutaient mais alors pas du tout.« Je tentais juste de te rattraper en fait ... Hum. » Blondie se racla la gorge, se sentant visiblement inutile à tenter d’expliquer son comportement. A tout moment elle pouvait bel et bien sortir une blague pour détendre l’atmosphère sauf que là il n’y avait rien qui lui venait à l’esprit. Elle sentait le regard du beau brun passer sur elle, ce qui la déstabilisait un peu vu qu’elle n’avait pas l’habitude d’être ainsi coupé de la parole subitement. Ce n’était visiblement pas son genre, sauf qu’apparemment les règles du jeu avait changé, c’était dorénavant à son tour de se retrouver muette. D’un geste complètement innocent, la jeune fille se mordilla la lèvre et passa sa langue sur ses lèvres. Sa bouche était devenue subitement sèche. Étrange non ? Ce n’était pas lors des examens qu’elle était censée ressentir ça ? Alors pourquoi avait-elle ce sentiment en ce moment-même ? Ce sentiment d’incompréhension, de honte et de vouloir à tout prix retourné dans le passé la hantait sans qu’elle n’ait rien demandé.

C’est dingue comment une expression, un sentiment, peut changer en même pas l’espace d’une minute. Comment un visage peut tout chambouler alors que pourtant vous ne connaissiez même pas ce visage la veille. Comment tant de mots peuvent être perçus différemment selon la personne, comment des mots peuvent prendre tellement d’importances dans la tête, dans le cœur, qu’il en serait même inconcevable d’imaginer d’essayer d’effacer tout ça. Comment on peut se sentir avoir l’âme du parfait zéro puis soudainement l’âme du parfait héros. Oui, la vie est faite ainsi. De haut, de bas, de surprises et même si la Terre vient un jour à changer, la vie restera la même. Et même les scientifiques avec toutes leurs expériences à la noix, les Présidents avec leurs réformes nombreuses, les Philosophes avec leurs citations à couper le souffle, ne pourront y changer quelque chose.


Dernière édition par Savannah Williams le Ven 30 Déc - 21:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
08. Here's what I'll do I'll play loose. Empty
MessageSujet: Re: 08. Here's what I'll do I'll play loose.   08. Here's what I'll do I'll play loose. EmptyMar 22 Nov - 19:53

Ryder s’était retourné sans attendre la réaction de celle qu’il venait tout juste de sauver des griffes de son père. Pour une obscure raison, il avait très envie de tourner la tête et de voir son beau visage doux une dernière fois avant de rentrer chez lui. Le jeune garçon se retint toutefois, de peur de passer pour un désespéré. De toute façon, la blonde était sans doute déjà repartie de son côté. Ryder haussa les épaules pour lui-même et remis ses écouteurs sur ses oreilles et mis son Ipod en marche. Un petit sourire s’afficha sur son visage lorsqu’il repensa à ce qui venait de se passer. Il avait du mal à croire qu’il avait pu aussi bien jouer la comédie avec une quasi-inconnue. Une belle quasi-inconnue qui plus est! Il avait hâte de raconter son aventure à Robbie et Gale. Ils allaient tellement se moquer de lui.

Le volume de son MP3 étant à un certain volume, Ryder n’attendit pas qu’on s’approchait rapidement de lui, encore moins qu’on l’apostrophait. Lorsqu’on lui prit le bras, il se retourna vivement dans un sursaut. Il n’eut pas le temps de voir de qui il s’agissait, qu’il était entraîné vers le sol. Il tomba lourdement sur le dos et se cogna légèrement la tête lors de l’impact. En ouvrant les yeux, il y avait un ange sur son ventre. Des étoiles tournoyaient autour de la tête à la crinière blonde auréolée par le soleil. Savannah le fixait de son regard intense. Il fit pareil. Sa tête lui faisait affreusement mal, mais il serait rester allongé et aurait regardé ce regard marron encore très longtemps. Aucun des deux ne dit quoi que ce soit pendant de longues secondes. C’était peut-être dû au choc, mais le jeune garçon ne ressentait aucun malaise à ce qu’une belle fille se retrouve, comme ça par hasard, sur lui et qu’ils se fixaient sans gênes. Alors que quelques instants auparavant, juste le fait qu’elle le prenne dans ses bras, l’avait gêné.

Le charme se rompit lorsque Savannah se leva doucement, ce qui arracha une petite grimace de la part de Ryder. La blonde lui tendit la main pour l’aider à se relever, ce qu’il accepta."Oh t’en fais pas, ce n’est rien" Lui répondit-il tout simplement en frottant son cou. C’est lui qui avait absorbé le plus gros du choc. Le brun ne releva pas la deuxième partie de l’explication de Blondie. Il se contenta de sourire. Une question se posa tout de même en lui. Pourquoi avait-elle tenté de le rattraper? Mais le plus curieux c’est que c’était elle qui semblait la plus mal à l’aise des deux. L’excentrique et sans gêne Savannah Williams était inconfortable et déstabilisée en sa présence à lui, le presque invisible Ryder Crawford! C’était spécial comme situation et inhabituel. Le musicien se demandait aussi surtout pourquoi elle lui adressait la parole maintenant. Pourquoi voulait-elle être en sa compagnie à ce moment même, alors qu’ils fréquentaient le même lycée et les mêmes cours depuis un certain temps déjà. Pourquoi il semblait lui faire de l’effet à présent, alors qu’ils s’étaient croisés à maintes reprises et avaient même été à une même fête foireuse? Ce n’était sûrement pas parce qu’il était venu à son secours et qu’elle voulait le remercier, d’une certaine façon. N’importe quel garçon normalement constitué aurait fait la même chose. Ryd ne se rappelait pas d’avoir déjà aperçue Savannah silencieuse. Elle lui avait toujours semblée incapable de se taire et c’est ce qui avait toujours fait son charme, selon lui. Son excentricité et sa manière de ne pas s’en faire avec les autres. Les gens ne l’aimaient pas? Tant pis! Elle aussi et elle continuait son chemin sans faire d’histoires. Oh, il était loin de la connaitre par cœur et peut-être même qu’il se trompait parfaitement sur son compte, mais en bon observateur c’est ce qu’il voyait d’elle.

Puisque la blonde semblait anormalement incapable de parler, c’était à lui de couper le silence. Il ne savait pas trop quoi dire, mais avant que la situation ne devienne trop pesante, il devait prendre les devant. Il avait aperçu un petit stand à café mobile à l’entrée du parc, alors il se lança : "Ehm, est-ce que je peux t’offrir un café ou quelque chose?" Aussitôt, il regretta ses paroles. Qu’est-ce qu’il lui avait pris?! Une fille comme elle ne se contentait pas d’un petit café goûtant le goudron pris sur le bord de la route. C’était certain qu’il allait se prendre un vent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
08. Here's what I'll do I'll play loose. Empty
MessageSujet: Re: 08. Here's what I'll do I'll play loose.   08. Here's what I'll do I'll play loose. EmptyDim 11 Déc - 16:16

Ca ne servait à rien de faire la jeune fille qui était soudainement intimidée par un jeune homme très beau, musclée et qui en faisait rêver plus d’une, rien qu’avec le son de sa voix. Non cela ne servait à rien car ce n’était pas son genre mais alors pas du tout. Savannah était plus le genre de fille à foncer dans le tas, dès que quelque chose lui plaisait il fallait qu’elle le fasse comprendre, qu’elle le clame haut et fort sur tous les tous. Sauf que là et bien elle pouvait faire tout ce qu’elle voulait, c’était comme si elle avait perdu la raison, comme si elle s’était noyé dans le regard de Ryder. Aucuns mots ne semblaient pouvoir sortir de sa bouche, aucuns de ses membres ne semblaient pouvoir bouger même pas un petit orteil … Lorsqu’elle était tombée, elle avait ressenti quelque chose de bizarre au fond d’elle. Ses yeux avaient regardé ses lèvres, ses magnifiques lèvres, qu’inconsciemment sans même s’en rendre compte elle n’aurait pas dites non juste pour poser les siennes dessus seulement une petite seconde. Elle ne savait pas ce qui lui prenait en ce moment-même car ce n’était mais alors pas du tout son genre. Elle sentait le regard du jeune homme se poser sur elle, sans même lever la tête, elle savait qu’il tentait de savoir, de chercher au plus profond de sa tête, pourquoi elle ne disait rien, pourquoi soudainement elle semblait muette, coupée de ses cordes vocales. Une voix grave et angélique lui fit l’effet d’un électrochoc. Venait-il réellement de l’inviter à prendre un café ? Un demi-sourire se dessina au coin de sa bouche. Okay, elle avait l’habitude des garçons qui l’invitaient à boire quelque chose en leur compagnie, mais là c’était plus l’état de la situation qui lui donnait envie de sourire aux anges et d’éclater de rire. Mais ce n’est pas ce qu’elle fit, elle se contenta de le fixer de ses prunelles marrons. Franchement, il fallait qu’elle arrête de rêver. C’était sa faute à lui aussi ! Pourquoi il l’avait secouru ? Pourquoi il était partie précipitamment tout-à-l’ heure et Diable avait-elle voulu le rattraper ? Pourquoi est-ce qu’elle adorait regarder son visage qu’elle trouvait tant magnifique ? Pourquoi et Pourquoi ? Tant de questions qu’elle se posait sans cesse, son esprit n’était jamais tranquille, il fallait toujours qu’elle se demandait pourquoi cela arrivait maintenant et pas quand elle en avait vraiment besoin, quand elle était en proie à de terribles doutes …

« Cela serait avec plaisir, va pour le café ! » Blondie avait remarqué la sorte d’inquiétude qui était présente dans son regard, apparemment il croyait qu’elle n’était pas le genre de fille à prendre un café comme ça au bord de la route, sauf que ça c’était ce qu’elle semblait être … elle était très différente mais pas tellement des autres filles tout compte fait. Avant même qu’il ouvre la bouge, qu’il fasse le moindre petit geste, la jeune fille prit son bras et l’emmena le petit stand à café mobile où elle commanda deux cappuccinos. Tout le monde aime les cappuccinos non ? Une fois les boissons servit qu’elle tendit à son camarade, elle tenta de reprendre ses esprits comme si de rien n’était. Il fallait qu’elle arrête de l’observer comme ça, il allait la prendre pour une folle sinon. « C’est bizarre, je te connais à peine et pourtant … les quelques minutes qu’on vient de passer ensemble et bien j’ai bien aimé … » La jeune fille tourna la tête, se remémorant ses dernières paroles. Okay, elle racontait n’importe quoi, du charabia là même ! En plus ce n’était même pas ce qu’elle avait voulu dire, non mais franchement … elle mit sa main devant ses yeux comme pour se cacher la véritable vérité où elle devait faire face avant de se mordre la lèvre. « Euh … non c’est pas ce que je voulais dire. Hum je … enfin bref en gros je te trouve sympa et j’aimerais bien te connaître un peu plus. » Elle guettait sa réaction. Elle avait parlé rapidement, espérant qu’il n’allait rien comprendre et que ça passerait ni vu ni connu. Car là en mode « fille qui se plante » il n’y avait pas mieux. Mon dieu quand Hallie allait savoir ça … elle allait bien se moquer d’elle, c’était sûr et certain. Il fallait juste espérer que cela n’arriverait pas aux oreilles de Tim, car elle serait bonne pour subir un tas de moqueries amicales en bon moqueur qu’il était avec sa chère demi-sœur. Elle avait gardé la tête tourné, ainsi que la main devant ses yeux, comme ça elle n’allait pas voir son petit sourire qui allait l’empêcher de sourire et lui dire « Tu es bien drôle comme fille » ou encore un truc de ce genre, juste pour lui dire « Oui sauf que toi tu me plais pas tu vois ». Bah oui après tout la vie n’était pas aussi rose qu’on le pensait, il fallait arrêter de vivre dans le monde de Barbie en restant tout le temps optimiste, c’était comme ça qu’on perdait l’envie de rêver après, en étant déçu. Donc Savannah s’imaginait déjà la pire, comme ça elle ferait la fille qui s’y attendait, pas la niaise qui y croyait dur comme fer. Si jamais elle devenait un jour comme ça, elle avait ordonné à sa meilleure amie de la trucider sur place en lui enfonçant un pieu dans le cœur. Oui bon … il fallait aussi savoir que quand elle avait dit ça, l’alcool s’était un peu (voir même beaucoup) mélangé à son sang par mégarde …
Commençant à voir des trucs bizarres de couleur orange à force de garder la main sur ses yeux ouverts, Savannah l’enleva pour regarder en face Ryder. Apparemment il ne disait rien ou alors c’était qu’elle était sourde, il se contentait juste de la regarder. Faisant signe d’avoir rien dit, la jeune fille dit d’un ton calme. « Si tu ne dis rien dans les quelques minutes qui vont suivre, je vais commencer à crois m’inquiéter en pensant que je viens de passer pour une imbécile. »


Dernière édition par Savannah Williams le Ven 30 Déc - 21:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
08. Here's what I'll do I'll play loose. Empty
MessageSujet: Re: 08. Here's what I'll do I'll play loose.   08. Here's what I'll do I'll play loose. EmptyMer 21 Déc - 16:44

Il n’y avait plus aucun doute dans l’esprit de Ryder, Savannah était surprenante. Il n’y avait tout simplement pas d’autres qualificatifs pour décrire la jeune fille. Elle faisait ou disait tout le contraire de ce qu’il s’imaginait. Lorsqu’il s’était retourné pour rentrer chez lui, le garçon avait cru que la blonde serait partie en courant, heureuse de s’être débarrassée de lui et voilà qu’elle le rattrapait quelques secondes plus tard en le faisant trébucher. Ensuite, alors qu’il s’attendait à prendre un vent monumental à son invitation pour un café, elle avait accepté tout bonnement. Ryder n’avait pas ressenti d’hésitation ou même de dégoût dans la voix de la jeune fille. Elle avait tout simplement dit oui et elle avait semblé sincère.

Il y avait finalement un autre adjectif pour décrire Savannah : Entreprenante. Alors que c’était lui qui l’avait invité, c’est elle qui avait pris les devants en lui prenant le bras et en l’entrainant vers le petit stand à café. Elle prit même l’initiative de commander deux capuccinos, Ryder aurait préféré un café, mais il ne se plaignit pas. Les capuccinos ce n’était pas mauvais. Le musicien insista tout de même auprès de la fashionista pour payer les breuvages. Il avait quand même été bien élevé! Il tendit donc un billet au vendeur et il prit ensuite la boisson chaude que lui tendait Blondie. Encore une fois, Ryder fût surpris par les paroles de la blonde. Une bonne surprise, car il ressentait la même chose. Le malaise qu’il avait éprouvé quelques minutes auparavant, s’était dissipé. Il se sentait bien et cette fille l’intriguait au plus haut point. Elle était tellement différente de ce qu’elle laissait paraître au lycée. C’est à ce moment-là qu’il se rendit compte qu’il l’avait finalement beaucoup observé, sans doutes l’avait-elle toujours intéressé sans qu’il ne s’en rende compte et aussi parce qu’il y avait toujours eu Leah dans les parages. Il lui sourit tout en la contemplant. On aurait dit qu’elle était encore plus jolie lorsqu’on discutait avec elle. Elle semblait sereine et dépourvue de toute la superficialité qui la caractérisait à l’école. Elle dégageait tout de même beaucoup de fierté. Si Ryd devait continuer à la côtoyer, il savait qu’elle ne se laisserait pas marcher sur les pieds et qu’elle ne se gênerait pas l’envoyer balader. Mais, elle avait aussi l’air d’un ange et cette image resterait sans aucun doute dans la tête du jeune homme pour toujours. Il adorait son sourire malin et doux à la fois.

Il sursauta légèrement lorsqu’elle s’adressa à lui."Tu n’es pas imbécile. Je te trouve sympa aussi. " C’est tout ce qui sortit de sa bouche. Aussitôt, il se trouva idiot. C’était vraiment la pire phrase qu’il aurait pu répondre. "Je veux dire…si tu ne fais rien ce soir…" Dans sa tête, il se traitait de tous les noms. Il n’allait quand même pas l’inviter à diner ce soir. C’était certain qu’il allait se prendre un vent ou pire, une gifle! "On pourrait aller…diner…si tu veux…pour discuter" Il le regrettait, mais il n’avait pas pu arrêter sa phrase. Mais qu’est-ce qui lui avait pris bon sang! Elle allait le prendre pour un fou. C’était bien lui ça, de pousser sa chance jusqu’au bout. Quel crétin! Il prit une gorgée de sa boisson en continuant de la regarder par-dessus son verre pour guetter une quelconque réaction, car malgré tout, une minuscule part de lui sentait qu’elle allait dire oui.


Dernière édition par Ryder Crawford le Sam 31 Déc - 2:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
08. Here's what I'll do I'll play loose. Empty
MessageSujet: Re: 08. Here's what I'll do I'll play loose.   08. Here's what I'll do I'll play loose. EmptyVen 30 Déc - 21:16

Savannah ne pouvait s’empêcher d’afficher le sourire béat sur ses lèvres qui n’avait apparemment guère envie de s’en aller depuis deux bonnes minutes. Elle ne savait pas pourquoi mais se retrouver à côté de ce jeune homme, à côté de Ryder la rendait heureuse. Peut-être qu’il dégageait une sorte d’aura, une sorte de bien être qui faisait que toutes les personnes autour de lui se trouvait soudainement de bonne humeur … ou alors … c’était qu’elle était pour de bonne humeur car elle venait de passer une bonne après-midi. D’habitude elle aurait rejeté les personnes comme lui dès qu’elle avait plus besoin comme ses Barbie qu’elle avait pris un malin plaisir à mettre à la poubelle dès qu’elle trouva ça trop has-been mais là c’était différent … elle le trouvait sympathique … même un peu trop sympathique. Elle se doutait qu’il devait la trouver un peu étrange, elle-même n’arrivait pas à se comprendre des fois. Mais c’était lui qui la rendait comme ça … du moins elle avait cette impression. C’est vrai, si elle était tombée sur un idiot lorsqu’elle avait eu besoin de l’aide pour la sauver de son père, elle n’aurait pas passé le reste de sa journée en compagnie non. La relation qui commençait à s’unir entre eux était différente des autres qu’elle avait pu nouer avec ses amis, différente de tout ce qu’elle avait vécus.

Savannah rigole d’un petit rire discret lorsque Ryder lui dit le contraire de ce qu’elle venait de lui dire. Et le reste qui suivit n’arrangea pas les choses. En effet le manque d’assurance, du moins si on pouvait appeler ça comme ça, la faisait bien rire … non elle ne se moquait pas de lui, au contraire ! Au contraire, elle trouvait ça mignon. A vrai dire, même s’il fallait la torturer pour qu’elle le reconnaisse, elle trouvait que les garçons qui venaient la draguer que ce soit au lycée ou en pleins dans le magasin où elle travaillait, commençaient à devenirs pesants. En effet, voir des personnes qui étaient complètement sûres qu’elle allait dire oui à toutes leurs propositions, cela ne la faisait même plus rire à la longue. La jeune fille se mordilla la lèvre inférieure à cette simple pensée. Elle se moquait bien de la réputation qu’elle pouvait avoir au lycée mais des fois elle aurait bien aimée être une élève invisible …
Elle but une gorgée de sa boisson, manquant de se brûler le palais au passage. « Ca serais avec plaisir. » Elle esquissa un demi-sourire pour affirmer ce qu’elle disait mais n’osait affronter son regard. D’habitude c’était elle qui s’amusait à regarder droit dans les yeux son camarade pour le déstabiliser ou encore pour voir la sincérité de leurs paroles mais là … là elle ne pouvait pas, elle se sentait tellement petite à ses côtés et elle savait que ce n’était pas simplement à cause de son magnifique sourire qu’elle se sentait si mal à l’aise. « Je pense que je devrais y aller ! Enfin … on se rejoint au restaurant ou tu me viens me chercher, c’est comme tu le souhaites … » Blondie se trouvait tellement stupide. En ce moment-même elle était prête à prier Dieu ou même Bouddha pour ne pas que ses récents mots soient perceptibles à l’oreille humaine. Buvant d’un trait le reste de sa boisson chaude, la jeune fille eut un frisson à la simple idée du comportement qu’elle venait d’avoir. Ca ne lui ressemblait pas, d’habitude elle n’avait pas ressenti ce genre de sentiments ou plutôt ce genre d’attraction qui fait qu’elle ne pouvait pas ignorer le jeune homme car c’était tout bonnement impossible. Inutile de penser que c’était de l’amour, elle avait passé l’âge de penser à des sottises aussi grossières.

Le regard baissé malgré les quelques coups d’œil discrets qu’elle jetait à Ryder, Blondie ne savait toujours pas quoi dire. Enfin plutôt, elle ne savait pas quoi dire pour rendre l’atmosphère moins lourde. Quand elle posait une question c’était une attente interminable pour la réponse, plus les secondes se succédaient, plus son cœur se serrait, ce qui avait le don de la laisser sans armes. Pour une fois que c’était elle qui était prise au piège et non les autres. Les rôles finissaient par s’inverser. Savannah passa la main dans ses cheveux avant repousser quelques mèches en arrière. « On … reste en contact ? Enfin je veux dire … si tu m’invites à dîner forcément il faut que l’on se tienne au courant. » Elle se mordilla une nouvelle fois la lèvre inférieure et tant pis si cela faisait mal. Elle pouvait mordre sa joue intérieure mais ça aurait été carrément stupide, enfin comme se mordre la lèvre après tout. La situation dans laquelle elle se trouvait était juste sombrement ironique pour elle. « Oui je crois que je devrais y aller c’est la meilleure chose à faire. » Elle inspira, s’efforçant à se persuader elle-même de ce qu’elle venait de dire. Non mais quelle idiote ! Elle qui pensait savoir si prendre avec l’espèce masculine et bien elle s’était lourdement trompée, dans le genre blonde elle gagnait haut la main … Elle jeta sa boisson qu’elle tenait toujours à la main et qui subissait les effets de ses mains crispés avant de se retourner une nouvelle fois vers Ryder. Elle prit un crayon dans son sac, son petit sac qu’elle trimballait partout avec elle puis écrivit une suite de numéro sur la main de son nouvel ami sans lui demander son avis. « Voici mon numéro. » Puis elle fit un petit sourire au coin des lèvres sur son visage soudainement gênée avant de se retourner pour partir. « On se voit plus tard alors ? » Elle ne prit même pas le temps d’apercevoir une dernière fois son visage, il ne fallait pas qu’elle succombe à la tentation. Prenant son portable elle sourit en regardant son fond d’écran s’afficher puis elle le garda à la main durant tout le trajet. Elle savait que ce n’était que le début d’une histoire, une histoire riche en rebondissement, avec pleins de surprises, une histoire qui lui faisait afficher ce petit sourire synonyme de bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
08. Here's what I'll do I'll play loose. Empty
MessageSujet: Re: 08. Here's what I'll do I'll play loose.   08. Here's what I'll do I'll play loose. EmptySam 31 Déc - 2:46

La petite, la minime, l’infime partie de lui qui avait cru à une réponse affirmative de la part de la jeune fille, avait finalement eu raison. La belle avait accepté son invitation, malgré sa maladresse et sa non popularité. Elle lui avait dit oui et cela ne semblait pas par charité ou parce qu’elle le prenait en pitié, non, elle était sincère. De toute façon, il se doutait bien que Savannah faisait très rarement de la charité, mais encore là, il pouvait être bien surpris. Ne venait-elle pas de le surprendre au moins cinq fois en quelques minutes à peine? Et elle ne pouvait pas être que mauvaise, puisque le musicien était littéralement sous le charme de la blonde.

La réponse positive de Blondie l’avait tout de même surpris. C’était l’une des premières fois qu’il invitait une fille à diner et selon lui, il avait été tout simplement misérable. Il en aurait pas voulu à Savannah si elle l’avait rejeté. Avoir été elle, c’est ce qu’il aurait fait. Il aurait même ajouté un petit rire mesquin et peut-être traité d’idiot au passage. Peu importait. Elle avait dit oui et c’était tout ce qui comptait. Peu importe comment elle avait perçu son invitation. Cela ne servait à rien de continuer à s’enfoncer mentalement. Si la blonde avait accepté, c’est parce qu’elle le voulait bien. Personne n’était entrain de l’obliger à accepter avec un flingue sur le bord de la tempe. Elle avait dit oui de son plein gré.

Elle était trop mignonne avec ce petit sourire timide. Ryder ne pouvait s’empêcher de sourire lui aussi. Il ne savait pas depuis combien de temps ses lèvres étaient étirées, mais il commençait légèrement à avoir mal aux joues, mais il continuait de sourire. Même s’il avait l’air d’un idiot. "Je peux venir te chercher…Il faut bien faire cela dans les bonnes règles!"Première partie de la phrase, okay. Cela faisait très gentleman. Deuxième partie, il aurait pu s’abstenir, même si elle détendait un peu l’atmosphère. Atmosphère qui était plutôt lourde. Non pas parce que c’était ennuyeux ou parce que les deux lycéens ne s’aimaient pas, c’était même le contraire. Ils semblaient bien s’apprécier. D’un côté comme de l’autre et c’était là le problème. Quand on se sentait bien avec une personne, on osait rien dire qui puisse nous rendre ridicule, même si souvent ce qui sortait de notre bouche était idiot. On faisait tellement d’effort pour bien paraître que l’atmosphère pouvait parfois être pesante. Une légère peur envahit soudaidement le garçon. Et si cette même ambiance les suivait jusqu’au restaurant? Ils allaient trouver la soirée longue et la jeune fille ne voudrait sans doute pas retenter l’expérience une nouvelle fois. Ryder n’avait pas envie de tout échouer. Il avait l’impression qu’avec elle, c’était plus qu’une amitié qui se tramait au loin. Certes, il était tôt, même beaucoup trop tôt pour affirmer une telle chose, mais on pouvait bien espérer, non? Quoi qu’il en soit, une chose était sûr, Ryd’ avait très envie de la connaître d’avantage. C’était même la première fois, depuis Leah, qu’il souhaitait en savoir plus sur une fille. Il se devait donc de reprendre ses esprits et d’être décontracté. Il regarda sa montre. Bon, il avait environ deux heures pour se calmer et démontrer à son invitée le vrai lui. Il pouffa à la remarque de Blondie. Pas par méchanceté, mais par l’évidence de la chose. Ils n’avaient pas vraiment le choix de rester en contact, s’ils voulaient aller diner. Trop belle elle était. "Oui, bien sûr. On a pas vraiment le choix, hen? " Comment passer de lycéen à collégien en trois secondes? En disant une telle phrase. Vraiment, il avait du boulot à faire ce soir devant son miroir, s’il voulait être à l’aise. Ce n’était pas gagné! "Je vais passer te prendre vers 19h" Pour toute réponse, la jeune fille aux longs cheveux blonds empoigna la main du jeune homme et écrivit son numéro de téléphone. Lorsqu’elle eu fini, Ryder leva sa main pour regarder le numéro. Savannah lui dit alors qu’elle devait y aller et qu’ils sev verraient plus tard. Ryder acquiesça de la tête sans quitter les chiffres dans sa paume des yeux. Il voulait se rappeller de ce numéro par cœur. Maintenant avec les cellulaires, rarement on apprenait un numéro. Ce ne serait pas le cas avec celui-ci.

Lorsqu’il baissa la main, la belle avait déjà disparu. Quelle magnifique rencontre. Si inhabituelle. Le musicien s’empressa de prendre son téléphone pour le rentrer dans son répertoire, même s’il le connaissait déjà. Salut c’est Ryder. Je voulais seulement que tu aies mon numéro. À ce soir! 19h! =) Et il appuya sur « Envoyer », tout sourire. Les deux adolescents ne le savaient pas, mais c’était le début d’une belle histoire.

SUJET CLOS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
08. Here's what I'll do I'll play loose. Empty
MessageSujet: Re: 08. Here's what I'll do I'll play loose.   08. Here's what I'll do I'll play loose. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

08. Here's what I'll do I'll play loose.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 1
-