Choriste du mois


Partagez | 
 

 Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty
MessageSujet: Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !   Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! EmptySam 4 Sep - 16:39

ECATERINA « CAT » SARA & ROBERTSON

I ♦ IDENTITY CARD


Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Ter_0011
© sophie.

    • DATE & LIEU DE NAISSANCE : Le 12 décembre 1993 à Cincinnati, Ohio.
    • ÂGE : 17 ans.
    • GROUPE : Lycéens .
    • OCCUPATION : Étudiante à McKinley High School, chanteuse occasionnelle et employée à mi-temps à la librairie du centre ville.


II ♦ THE STORY OF MY LIFE



» BIOGRAPHIE :


♣ chapter one; it‘s a family affair.
« you can't cry 'cause you'll look broke down but you're cryin' anyway 'cause you're all broke down ! »

« Tiens toi tranquille Ecaterina. Non, ne pleure pas, ça ne sert à rien ! Ça ne passera pas plus vite si tu gigotes. Bon sang, qu’aie-je fait pour mériter ça, dites moi ? Tu auras ton biberon quand tu souriras au monsieur là-bas : dis ouistiti. »
S’il l’on devait décerner le prix de la meilleure enfance à quelqu’un, ce ne serait sûrement pas à moi. Aux yeux de quelques individus, mon enfance est idyllique. Je crois même que des centaines de gamines rêveraient ne serait-ce que de toucher du bout de leurs petits doigts boudinés ce que j’ai vécue - la faute à cette stupide sacralisation de la célébrité, tiens ! Les studios photos, le maquillage à outrance et la volonté d’une mère de vouloir revivre sa gloire passée de vedette d’un soap-opéra local à travers sa propre petite fille. J’ai commencé les publicités à dix-huit mois. Je ne me souviens plus de cette période et il ne me reste rien de tout ça, juste quelques vidéos sur Youtube ou dans les bêtisiers de fins d’années. D’ailleurs, tu parles d’un cadeau. La honte de ma vie que de me revoir en train de sourire bêtement à une actrice ayant le charisme d’une huître et de m‘émerveiller devant un bol de céréales débordant d‘une substance non identifiée : merci Banana Nut Crunch. Malheureusement, ma mère était une femme dérangée. Mon père un homme trop gentil, manquant cruellement de confiance en lui. C’est certain, on ne choisit pas sa famille mais je ne suis pas à plaindre, mon frère à plus souffert que moi. Contrairement à lui, j’ai reçu toute l’attention et l’amour de ma mère qui passait son temps à m’interdire d’aller jouer au square pour ne pas abîmer son gagne-pain, c’est-à-dire mon si joli visage. Dorian, n’a eu que sa volonté farouche de se défaire de cet environnement malsain, je l’enviais beaucoup à une époque. Aussi, le début de mon existence ne s’est résumé qu’à sourire à des gens sans cesse et à faire ce que l’on me disait sans rechigner. Peut-être aurais-je du me rebeller ? Ce n’était pas dans mon caractère à l’époque et je préférais exécuter les ordres de mon manager de mère plutôt que de discuter. Aujourd’hui, je le regrette.


♣ chapter two; we're gonna wish upon a star.
« everybody wants an answer - everybody needs a friend. we all need a shinin' star on which we can depend. »

« C’est pour Burger King, ma chérie. Allez, dis ton texte. »
« Je ne veux pas dire mon texte et puis j’suis jamais allée chez Burger King, tu dis que c’est plein de mauvaises graisses. »
« Oui mais là, il y a 5000$ à la clef et des opportunités pour ta carrière, mon chaton ! »
« Tu parles, t’avais dis pareil pour McDonalds et j‘ai été coupée au montage. »
« Ecaterina, dis ton texte et on en parle plus. Croque dans le burger… et souris, surtout ! »
« Et si j‘ai pas envie de sourire ? »
« Have it your way ! » C’était le slogan de Burger King et je crois qu’il n’a toujours pas changé, aujourd’hui. Enfin, trêve de bavardages. Je me souviens que ma mère ne me remerciait que par des pichenettes qu’elle disait affectueuses sur le nez comme on donne un su-sucre à son chien-chien pour le féliciter d‘avoir réussi à rattraper la ba-balle. Le fait que je ne me souvienne plus de mes débuts ne me dérange absolument pas. En fait, j’aurais voulu faire une croix définitive sur ces travaux forcés. Ma mère ne m’a pas poussée sur le devant de la scène juste le temps de mon enfance, il y a eu l’adolescence et ce fut le moment le plus difficile pour moi. Je grandissais et me rendais compte de la manière dont me percevait ma mère. Il lui arrivait souvent de nous comparer. Seulement, je n‘étais jamais aussi meilleure qu‘elle - moins jolie, disait-elle. Je m‘en fichais d‘être jolie et je ne souhaitais qu‘une chose : avoir des amis, aller au lycée et me réveiller le matin en ne sachant pas ce qu‘il pourrait m‘arriver. Au lieu de ça, tout se répétait sans cesse et mes heures passées à répéter inlassablement le texte stupide pour vendre les bienfaits d‘une crème contre l‘acné (« the hormones kick in, I don't wanna stop that ») devenait mon lot quotidien, un véritable fardeau. Mon lot de consolation ? Je me suis toujours sentie un peu plus mûre que les autres, je crois que c‘est-ce qui m‘a fait tenir toutes ces années. Enfin, je n’ai jamais vraiment côtoyée les autres. Je ne suis jamais allée dans une véritable école, c’était ma mère qui me faisait les cours quand elle avait le temps, entre eux prises. Je n’étais pas vraiment studieuse mais je me savais intelligente, cela m’a aidé. Ma mère disait que j’étais un peu trop renfermée et timide et elle tenta de me faire sortir de ma coquille. Ce qu’elle n’avait pas comprit c’est que son ego m’étouffait tellement que je ne parvenais pas à me faire une place, que ses remarques incessantes sur ma taille et mon corps qui commençait à changer me blessait bien plus que tout ce qu‘elle ne m‘avait jamais dit auparavant. Je m'y suis fait parce que j‘y étais obligée mais, n‘en sortie sûrement pas indemne et je ne fus pas la seule : tout le monde craignait Annabelle. Manager à plein temps, on ne s’adressait souvent qu’à elle et l’on m’ignorait au passage. Je n’étais qu’un bon matériel pour faire un bon boulot. Sois belle et tais-toi, c’est comme ça qu’on dit, je crois ?


♣ chapter three; i want to break free.
« i want to break free from your lies, you're so self satisfied i don't need you. i've got to break free. »

« J’imagine que de là-haut, ta mère doit être fière de toi ? Regardes ce que tu es devenue. Je ne me souvenais plus que tu étais aussi jolie. »
« Ce n’était pas ma mère, c’était mon manager. »
« Ah oui et pourquoi tu pleures alors ? »
« Je te signale que c‘était la tienne aussi ! Alors, la ferme et conduis ! »
Ma mère est morte subitement. Les médecins dirent qu’il s’agissait d’un accident vasculaire cérébrale. Je n’ai jamais su ce que cela voulait réellement signifier. Je sais que ce ne sont pas des choses à dire mais je me suis sentie tellement libérée à sa mort que j’en ai pleuré, peu importe les causes, je savais qu‘elle ne pourrait plus jamais me forcer à faire des choses dont je n‘avais pas envie. Les autres pensaient que c’était le chagrin qui m’envahissait, s’ils avaient su, les pauvres. Ils se mirent pourtant à s’inquiéter de mon sort et je décrétais que je voulais vivre avec mon frère parti de la maison à dix-neuf ans alors que moi je n’en avais que huit. Je ne choisis pas mon père - Gabreel - pour ma garde définitive. Pauvre homme, lui qui à l’aube de mes cinq ans quand, submergé par ses années à être témoin de l’acharnement de ma mère à vouloir faire de moi une étoile, il claqua la porte. Je crois que se fut la première fois où il osa lui tenir tête. Je me souviens bien de lui mais ne souhaiterais pas le voir tous les jours, supporter toutes ses questions. Pas pour de mauvaises raisons. Je crains juste qu’il retrouve en moi l’image de ma mère même si, de part mes souvenirs, il me semble que j’ai hérité d‘un bon nombre de ses atouts physiques malgré ce qu‘aurait pu dire Annabelle. Les funérailles passées, je redoutais les retrouvailles avec Dorian et pris conscience une fois les convenances exécutées en bonne et due forme, qu’il n’était pas parti à cause de moi et qu’il avait des passions, des envies. Que la vision de ma mère le révulsait tellement qu‘il avait préféré mettre les voiles - ce n‘était sûrement pas moi qui le blâmerait. J’étais fière de lui. Nous partîmes le jour d’après et nous nous retrouvâmes à sillonner les routes. Je décidais alors que c’était le bon moment pour faire une croix définitive sur le mannequinat et me forçait à tout oublier : ma mère, mon ancienne vie.


♣ chapter three; live together.
« we've got to see each other for whatever we are. we've got to solve the problem together. »

« Regarde ce que j’ai trouvé. »
« C’est à moi, t’as pas le droit… t’as pas le droit de fouiller dans mes affaires ! »
« Tu vis sous mon toit. Tout ce qui s’y trouve m’appartiens, sache-le. »
« C’est injuste ! Tu profites de ton statut d’adulte pour me pourrir l’existence… t’es qu’un tyran. »
« Mais la vie est injuste en général, Cat. Rentres-toi ça dans le crâne une bonne fois pour toute et t‘auras tout compris à la vie. Maintenant va finir tes devoirs, on mange Thaï ce soir. »
« Rends-moi mon carnet tout de suite et je préparais des pâtes, comme tu aimes ! »
Mon frère était un abominable tuteur. En réalité, je ne lui en voulue pas vraiment d’avoir osé fouiller dans mes affaires, j’avais seulement hérité de son sale caractère. Ce qu’il trouva n’était juste qu’un carnet tellement remplie que son épaisseur avait été multiplié par trois, au moins. Ma grand-mère paternelle me l’avait offert à mes dix ans. Il n’avait rien de particulier mais c’était le mien. La preuve que quelqu’un d’autre que Dorian et Papa avait un beau jour ressentie autre chose que de l’intérêt vil pour moi. On appelle ça de l’affection, voir de l’amour. J’aimais beaucoup ma grand-mère et j’ai tenté de garder ce carnet en bon état. A l’ouverture, une écriture aux lettres rondes et soignées ornait les pages que j’avais dû rajouter au fil des années. Mon poignet frôlant le papier quand j’écrivais avait laissé un parfum qui m’était propre et quelques taches d’encres involontaires - l’inconvénient d’être gauchère. Sur certaines pages trônaient quelques gribouillis, des dessins grotesques que j’avais tenté de reproduire pour me convaincre que j’étais peut-être douée pour autre chose que de sourire à tout bout de champs. En somme, rien de vraiment passionnant pour le commun des mortels mais pour moi, cet objet était vraiment important. Je n’ai jamais été bonne pour les études mais j’aimais écrire. Je ne saurais expliquer pourquoi parce que ma petite expérience de la vie ne me permettait pas d’écrire sur mon propre vécue alors, j’inventais des choses. Je crois que j’aime écrire des textes mélancoliques, sur les amours platoniques et complexes. Un comble moi qui n’ait jamais connu ne serait-ce qu’un garçon dans ma vie. Bien sûr, mon frère ne me rendit pas mon carnet, il le garda longtemps - un peu trop à mon goût et je finis par terminer mes devoirs, refusant de lui préparer les pâtes que je lui avais promis. Cela lui apprendra.


♣ chapter four; i dont know what to do.
« every time i see your eyes, i want to walk with you in moonlight and i know you're not intending to go on just pretending but i think it's for the best. »

« I don't want you coming here, no way, no way. I can't have you staying here, no way, no way. Every time I ever wanted, all the good things that we use to know and I know you're not expecting to go on second guessing but I think it's for the best. »
« C’est ridicule. »
« C’est toi qui es ridicule, c’est bon ! C’est fluide, je peux déjà percevoir la musique… je veux ce texte. »
« Oh non, tu ne l’auras pas. »
« Je suis ton frère. Je devrais même pas à avoir à te le demander ! »
« Et alors ? Violer mon intimité ne t’a pas suffit ? C’est personnel, ce sont des choses que je n’ai pas envie que les autres entendent. Ça serait comme lire mon journal intime devant des types complètement bourrés. J‘imagine la scène et de toutes façons, qu’est-ce que ça peut te faire d’écrire de jolies choses ? La moitié de l'assistance ne se souviendra même pas de toi le lendemain ! »
« J’occulte ta méchanceté et te réponds que tu n’as même pas vécue un quart de ce que tu écris dans tes textes. Et prends ça, à ce jeu je suis plus fort que toi alors ne joue pas avec moi, Cat. »
« Sympa de me rappeler que je ne suis qu‘une vieille fille. Laisse tomber. »
Le tact au masculin. D’aussi loin que je puisse me souvenir, Dorian a toujours adoré la musique. C‘est en partie à lui que je dois ma culture musicale assez éclectique. Il est de ceux qui aiment les choses nostalgiques, un peu farfelues et pas ordinaires. Lui, il est un garçon appart et il le sait bien, estimant que c‘est tout ce qui fait son charme. Des clous ! Depuis son départ de la maison, il s’est mit à vadrouiller aux quatre coins du pays pour proposer sa musique à des personnes en mal de nouveautés. Ce type est le plus intelligent que je connaisse mais souhaite se faire tout seul, comme un grand au lieu d‘aller taper aux portes des grandes maisons de disques et de tenter sa chance, comme des milliers de gens avant lui : il n’a besoin de personne et avant mon arrivée, personne n’avait besoin de lui. M’avoir sous sa responsabilité l’a fait grandir alors qu’il s’entêtait à vouloir vivre toute sa vie comme un ado attardé. On apprend à se connaître et à s’apprivoiser et je dois dire que c’est plus facile que ce que je croyais. Dorian m’a raconté son histoire, me passant les détails sordides de sa vie de marginal et il m’a souvent dit qu’il peinait à écrire et du coup en trouvant mon carnet, il s’était surprit en pensant récupérer mes textes pour en faire des chansons. Une sorte d’issue à l‘impasse qu‘il avait prit depuis quelques mois. Je ne m’étais pas rendu compte à quel points mes écrits pouvait être bons. Je ne l’avouerais jamais mais venant de lui cela m’a beaucoup touchée. Beaucoup plus que si c’était quelqu’un d’autre qui m’avait fait ce compliment. Son enthousiasme me toucha beaucoup et bien que je mis du temps avant de me décider à lui céder mes textes, je ne pouvais que me rendre à l’évidence en l’entendant fredonner cet air qui me trottinait systématiquement dans la tête : tout collait. Sa musique et mes textes, sa voix sur le fil. Une chose manquait seulement et je compris rapidement : il fallait une voix féminine pour compléter le tout… et dépassant les espérances de Dorian, je me proposais. C’était le début de quelque chose de nouveau.


♣ chapter five; the show must go on.
« inside my heart is breaking. my make-up may be flaking but my smile still stays on. »

« Il y a du monde. La salle peut contenir autant de monde ? J’ai besoin de prendre l’air. On a le temps de prendre l’air, hein ? »
« C’est le 4 juillet, Cat. Les gens sortent pour fêter ça. Respire par le nez, expire par la bouche. »
« Je sais qu’on est le 4 juillet. J’ai juste fait une constatation, je t’ai pas demandé de me montrer que tu savais lire le calendrier. »
« On t’a déjà dit que tu avais des tendances passive agressive ? »
« Ferme-la, Dorian. »
« T’as peur ? Ça me fait marrer ! Tu t’es trémoussée des années devant des types qui faisaient semblant d’être gays et maintenant, tu flippes pour deux/ trois notes ? Je comprendrais jamais votre logique à vous les nanas. »
« Arrête de te marrer, tu vas te prendre mon poing dans la figure et compte pas sur moi pour te payer les opérations nécessaires. De toutes façons, ça pourra pas être pire que de supporter ton faciès d‘attardé mental à longueur de journée ! Arrête de bavasser, c‘est l‘heure. »
Notre première représentation aux alentours de Lima fut pour moi la pire des expériences. J’ai une peur bleue de la foule et des gens, en règle générale. Je ne supporte pas qu’on me fixe, qu’on s’intéresse un tantinet à moi et ce soir-là, des centaines d’yeux étaient fixés sur nous. J’eus l’impression de suffoquer. Ce n’était pas tellement que je n’avais pas confiance en ma voix - je faisais ça pour rendre service à mon frère et l’aider à récolter le maximum d’argent pour payer nos factures alors devenir la nouvelle star de la chanson, non merci. Les autres sont un mystère pour moi et je pense être un mystère pour les autres et tant mieux, dans un sens. J’estime avoir un caractère plutôt facile avec les personnes de mon entourage (qui se résume à la seule présence de mon frangin, cela me suffit) mais avec les autres… je ne sais jamais comment agir. J’ai été le centre d’attention d’une seule et unique personne durant toute mon enfance. Des personnes se sont occupées de moi et m’ont pouponnée jusqu’à ce que j’étouffe alors que je n’en avais pas envie alors maintenant tout ce que je veux c’est qu’on me laisse tranquille et me faire la plus discrète possible. Toutefois, ce moment fut incroyable et nous reçûmes un bon accueil. Ma peur ne s’était pas vraiment dissipée et je pris conscience à quel point je devais paraître coincée sur cette minuscule scène. Tant pis, mon frère était le plus heureux des hommes et touchait du doigt son rêve le plus cher, c’était ce qui m’importait le plus. Je décidais donc d’accompagner Dorian à chacune de ses représentations. On me complimenta sur ma voix qu’un bon nombre de personnes trouvaient particulière, cela m’émue. Je parvins à exiger de Dorian qu’on ne se produisent pas dans la ville où se trouvait mon nouveau lycée. Les chances que quelqu’ un reconnaisse ma frimousse de part mon palmarès de publicités était infime alors je sautais sur l’occasion pour garder une certaine distance et ne pas tout gâcher. La discrétion avait toujours été mon fort.


♣ chapter six; the start of something new.
« living in my own world, didn't understand that anything can happen when you take a chance. »

« Je crois vraiment que tu devrais t’inscrire au lycée pour ton avant dernière année. Je voudrais que tu connaisses cet environnement, Cat, je m’inquiète pour toi. »
« Et pourquoi tu choisis ce moment pour me faire part de tes inquiétudes ? Tu sais, je vais bien mais d’accord. Je m’inscrirais si ça peut te rassurer - je meurs de faim ! »
« Qui êtes-vous et qu’avez-vous fait de ma sœur ? Mademoiselle ne se fait pas prier comme à son habitude ! Je peux presque entendre les cloches sonner ! Tiens, pour la peine, c’est toi qui récupéra la totalité des pourboires de ce soir. Allez petit sœur, on va becqueter. »
Nous étions installés à Lima depuis le début des vacances d’été. C’était une ville qui me plaisait, globalement. Je retrouvais mes racines bien que la ville soit totalement différente de Cincinnati. Au moins, elles étaient dans le même État. J’avais enfin réussi à raturer tout ce qui me ramenait à mon ancienne vie. Bien que la peur de me retrouver confrontée à des gens de mon âge me tétanisais, je préférais rassurer Dorian et aller dans son sens. Après tout, il avait fait tellement de choses pour moi que je me sentais obligé d’au moins lui donner raison. J’étais maintenant sûre de ce que je voulais faire dans la vie : écrire. Encore, toujours. Le chant n’était pas ma vocation, c’était une intime conviction et mon attitude face au public était peut-être le signe qui m’indiquait que j’étais bien mieux dans l’ombre de quelqu‘un plus à l‘aise, plus doué que moi. C‘est ça, je suis une fille de l’ombre. La rentrée approchait à grands pas et malgré les recommandations de mon frère sur le comment se déroule les choses, j’avais trouvé judicieux de visionner quelques films et autres séries clichées sur le sujet - il n’y avait bien que des gens de chez nous pour rendre le lycée aussi attrayant. D’après ce que j’avais retenue, tout était une question de réputation. Je n’avais pas besoin de m’en faire une, personne ne me remarquerait. Je serais la nouvelle sans intérêts. Parfois, je me mettais à douter sur ma sociabilité et je mis un point d’honneur à faire comme si je ne l’étais pas - sociable - alors que je savais qu’au fond, j’étais quelqu’un de relativement abordable qui avait juste quelques soucis avec sa propre image. Je commençais à craindre le jour où je franchirais officiellement les portes de McKinley High School mais m’entêtait à vouloir faire plaisir à Dorian. J'avais peur, tout simplement. Toutefois, je me pensais prête à vivre enfin une vie ordinaire.



III ♦ I AM WHAT I AM



» PERSONNALITÉ :
Ecaterina est une jeune fille à deux facettes, toutes les deux bien distinctes et complètement à l’opposées l‘une de l‘autre. Que se soit un désir de sa part ou une façon malhabile de se protéger, elle s’est forgée une carapace depuis plusieurs année. Entre les autres et son entourage, elle n’est jamais vraiment la même et c’est souvent un casse-tête d’en donner en véritable aperçu.

Aux yeux de son entourage, Cat est douce. Elle ne parvient pas longtemps à faire sa mauvaise tête et passe souvent outres les sales coups qu’on peut lui faire. Elle prend tout avec philosophie et ne se prend pas la tête à résoudre des problèmes qu’elle sait impossible à régler. C’est une jeune fille drôle aussi et qui est d’une sociabilité à rude épreuve à qui la conversation ne fait pas forcément peur - sans qu’elle ne se dévoile vraiment, elle reste tout de même assez réservée. Bien entendue, il lui arrive de se rebeller et de désobéir à certaines règles mais il ne lui faut pas longtemps pour aller s’excuser. En revanche, elle n’accepte pas la méchanceté et prend souvent très mal les reproches qu’on peut lui faire. Elle est rancunière et ce qui n’arrange pas les choses, très têtue.

Vis-à-vis des autres, tout change et Cat se réfugie dans une bulle, sa bulle, son monde. De part son passé, elle a gardé quelques automatismes de défense qui sont le cynisme et la timidité. Elle se sent si mal en la présence de gens qu’elle ne connaît pas que son attitude change du tout au tout et pourrait passer aux yeux de ceux qui l’entourent pour de l’arrogance. Son air de jeune fille complètement blasée lui a très souvent joué des tours mais cette façade cache en réalité une peur maladive des autres dont elle n’arrive pas - ou ne veut pas, se défaire. Aussi, il lui arrivé de noter quelques tendances paranoïaques. Elle ne supporte pas qu’on la fixe ou qu’on s’intéresse un tantinet à elle par simple peur que cet intérêt soudain ne soit qu’une tentative vaine pour l’approcher ou se payer sa tête à cause des publicités qu’elle a fait dans le passé. Elle a bien conscience que bien des personnes ont dû voir sa petite bouille à la télévision ou dans les magazines et souhaite plus que tout qu’on évite de l’accoster pour lui réciter une des répliques débiles qu’elle a pu scander à l’époque. Jusqu’à présent, ça ne lui est jamais arrivé et c’est bien ça le problème : elle ne saurait pas comment réagir.

En bref, Ecaterina est une personne assez difficile à cerner. Ses moments de passivité et de relâchement peuvent très rapidement se transformer en de véritables tempêtes d’agressivité sans qu’elle ne le veuille vraiment. Face aux conflits, elle reste calme et ne s’énerve pas. Très souvent, elle ne prend pas la peine de répondre et laisse couler parce que ce ne sont que des gens qu’elle ne connaît pas et ne voit pas l’intérêt de se mettre en colère pour ces personnes. Elle reste donc impassible. Toutefois, si le cœur lui en dit elle peut facilement venir en aide à quelqu’un dans une situation délicate mais très souvent ses habitudes reprennent le dessus et elle ne s’attarde pas. Mystérieuse à souhait, elle-même estime ne pas être quelqu'un de très sociable même si, au fond, elle souhaiterait l’être un peu plus et vivre des choses comme les autres, sans avoir à se soucier de tout, tout le temps. Parfois, elle parvient à être naturelle et à sourire sans trop se forcer mais, elle doit avouer qu’avec les autres ça ne lui est pas arrivé depuis bien longtemps. Quand elle se produit sur scène, elle qui ne se sent pas à l’aise face au monde extérieur, ne bouge pas et se contente de débiter ses paroles (avec rythme et talent, tout de même… elle aime le travail bien fait) mais ne lui demandez surtout pas de faire un petit discours ou encore d’exécuter quelques pas de danse, elle est la plupart du temps tétanisée.

En revanche, tout ses petits défauts dont elle n’arrive pas à se détacher ne peuvent en aucun cas lui enlever certaines de ses qualités. La gentillesse en est la principale et même si elle a du mal à s’extérioriser, elle n’a aucune peine à faire preuve d’un peu de compassion. On peut également lui faire confiance. C’est une tombe, ayant les épaules assez larges pour endosser les responsabilités lourdes que sont de garder des secrets. Autant de contradictions dans une aussi petite personne ne devrait pas être permit, n’empêche que tout ses petits travers font d’elle une personne attachante et malgré tout, intéressante.

» PASSIONS & GOÛTS :
La principale passion de Cat est l’écriture. Bien qu’elle ne soit jamais allée dans une véritable école, elle a très tôt apprit à apprécier la littérature et les bons livres. C’est une véritable encyclopédie sur le sujet et elle avoue sans rougir qu’elle s’inspire de ce qu’elle lit, sans pour autant en copier les idées. C’est elle-même un puits d’imagination. Elle se souvient très bien de la première fois où elle a couché ses idées farfelues sur le papier. Au fil du temps, tout c’est structuré et ses écrits sont devenus un peu plus adultes, trop peut-être. Enfin, toujours est-il qu’elle ne pourrait pas faire ne serait-ce que de penser à abandonner l’écriture : cela l’achèverait.

En règle générale, Ecaterina à des goûts plutôt simples, assez terre à terre. Elle aime manger et pas forcément de la très bonne nourriture. Sa mère l’ayant interdit de consommer des sucreries et autres fast-foods étant petite, elle s’est rattrapée avec le temps. Le fromage en tube, les snacks et choses bien grasses, Cat voudrait manger un peu mieux. Cependant et même si elle est plutôt douée pour la cuisine, elle ne parvient jamais à être assez raisonnable pour se modérer et éviter de succomber à la tentation enfin, elle estime que ce n’est pas un drame (son métabolisme lui permet d'engloutir des tonnes de glace en une journée sans prendre un gramme, il n'y a pas de justice). Autrement, elle aime beaucoup s’occuper des tâches ménagères, elle qui a été si couvée qu’elle ne savait pas faire une lessive. C’est souvent elle qui s’occupe de l’état de propreté de l’appartement alors que son frère préfère récupérer sa nuit, cela lui donne un sentiment de satisfaction de voir la cuisine ou le salon bien rangé.

En dehors de ça, Cat n’a pas vraiment les mêmes préoccupations que les jeunes filles de son âge : la mode, le make-up, les chaussures… elle a tellement baigné dans ce milieu étant petite qu’il lui arrive souvent de rechigner à ne serait-ce que franchir le seuil d’une boutique. Enfin, au fond c’est une véritable fille et elle aime porter de jolis vêtements mais le shopping, trop peu pour elle. Aussi, elle admet sans honte aimer feuilleter les magazines de mode mais, elle passe outres les photos trop retouchées et autres revues des tendances de l’année pour directement lire les textes des auteurs choisit pour paraître dans le coin des artistes.

Plus généralement, Cat aime beaucoup le sport sans pour autant en pratiquer (elle n‘est pas très douée, parait-il). C’est une grande fanatique de football et de basket-ball et elle adore les grands évènements sportifs, comme les Jeux Olympiques ou autre. Les spectacles et concerts, elle a apprit à les apprécier sur le tard et grâce à Dorian, elle qui n’avait jamais mit les pieds dans un auditorium ou une salle de concert. En revanche, elle n’aime pas et ne regarde que très rarement la télévision (autrement que pour regarder un match ou une retransmission) et n’a pas une culture très développé à ce niveau, disons qu’elle se rattrape sur les choses nettement plus importantes.

» APPARENCE PHYSIQUE :
C’est un fait, Ecaterina est une jolie jeune fille. Ce n’est pas vraiment quelque chose à ceux à quoi elle accorde de l’importance à dire vrai mais enfin, elle ne peut pas nier être au moins mignonne. Blonde de nature, elle a déjà tentée de se teindre les cheveux en brun pour échapper à son image qui la révulsait à un moment mais maintenant, elle se cantonne à sa couleur naturelle et c’est tant mieux. Ses longs cheveux encadrent un visage assez rond et de magnifiques yeux bleus brillants. Son teint parfait parsemés de quelques grains de beauté bien placés est clair comme celui d’une jolie poupée de porcelaine, ne l’a jamais dérangée (elle préfère cent fois être ridiculement blanche de peau plutôt que d’être diagnostiquée avec un mélanome à trente-cinq ans). Ses pommettes saillantes ne jure pas avec le reste de son visage et dessine de jolies croissants lorsqu’elle sourit. En revanche ses lèvres : son atout principale. Pulpeuses et bien pleines, il est difficile de ne pas les remarquer tellement c’est un plaisir de voir Cat prononcer certains mots, un véritable moment de sensualité, dissimulant ainsi des dents blanches bien alignées. Elles lui donne ainsi un air boudeur même quand elle de bonne humeur. Aussi jolie maquillée que non, Cat à un visage qu’on n’oublie pas facilement et peu banale, les origines danoises de son père lui ont ainsi permis de faire profiter les autres d’un patrimoine génétique plus que convenable.

Ridiculement petite, Cat ne mesure qu’1m55 ce qui l’aide aisément à passer inaperçu et ne l’a jamais complexée plus que ça. Aussi, proportionnée par rapport à sa petite taille, il fût un moment où elle se cherchait niveau poids mais, aujourd’hui, elle est pulpeuse est bien faite avec des formes là où il faut. Ses épaules toujours maintenues droites (la faute à des années de cours de maintiens dispensés par sa propre mère) met en avant une poitrine plutôt généreuse qui l’a beaucoup embarrassée au début de son adolescence.

Côté vestimentaire, la jeune fille a un style bien à elle et pourtant assez classique : pratique, casual mais avec des vêtements à la coupe étudiée, qui tombent toujours bien et juste. Elle aime être à l’aise dans ce qu’elle porte et cela passe par des tas de combinaisons : du jean au short en passant par le petite robe, elle a la chance de pouvoir tout porter sans paraître ridicule ou décalée. Elle ne quitte jamais un pendentif que sa grand mère paternelle lui a offert en même temps que le carnet dans lequel elle écrit : il représente simplement la première lettre de son prénom, c'est de l'or blanc et elle l'aime beaucoup. Il lui arrive de ne pas le porter au cou et de le replier pour en faire un bracelet, elle y tient vraiment.

» SON TIMBRE DE VOIX :
Agréable à écouter lorsqu’elle parle, dotée d’une diction parfaite et d’un accent de Cincinnati légèrement perceptible, Ecaterina a un timbre de voix très grave pas du tout comme la plupart des jeunes filles de son âge, au contraire et cela fait son originalité. Rauque et cassée, elle est plutôt surprenante en plus d'être séduisante. Chanteuse douée, il lui est assez facile d’enchaîner les notes sans grandes difficultés (manquant peut-être un peu de justesse, elle n‘a jamais prit de cours de chant après tout). En revanche, la particularité de sa voix enivrante, c’est ce côté légèrement éraillée sur les notes les plus basses. Jazzy, ce je-ne-sais quoi de tellement joli et mélodieux est un petit bonbon sucré que nombre de clients des bars de la région se sont laissés à déguster, sans modération.



IV ♦ MORE & MORE


    En quelles circonstances poussez-vous la chansonnette ? Avant tout dans les scènes ouvertes des bars du fin fond de l'Ohio mais j'admets qu'il m'arrive de chantonner par simple habitude quand j'étudie ou je m'ennuie.
    De quels instruments avez-vous joué ou jouez-vous encore ? J'ai apprivoisé les grelots et le tambourin depuis mes débuts sur scènes mais je ne considère pas ça vraiment comme des instruments à part entière donc je ne joue de rien. Je n'ai jamais eu le temps de vraiment m'atteler à l'apprentissage du solfège ou autre. Toutefois, j'aurais beaucoup aimé savoir jouer du piano. Au lieu de ça, mon frère m'a fait profiter de son savoir faire en matière de guitare et il m'a appris quelques accords mais, j'avoue ne pas être très douée.
    Avec quelles célébrités pensez-vous avoir le plus de points communs ? Je ne sais pas, peut-être Marylin Monroe. Nous avons quelques points en communs : une mère dérangée, une ressemblance physique (enfin, je reste perplexe sur ce point). Je pense que l'intelligence de Marylin était sous-estimée. Sous ses airs de blonde pimbêche se cachait un véritable génie. Je n'ai pas la prétention de m'autoproclamer grande penseuse mais je pense avoir des choses à prouver. Elle n'en a jamais vraiment eu le courage et je ne crois pas être assez téméraire pour faire mieux qu'elle. En tout cas, j'ai de la compassion pour cette femme.
    Quel(le)s sont vos chanteurs/chanteuses préférés ? Joss Stone, Jeff Bucley, Kate Nash, Norah Jones, Madonna, Cindy Lauper, Pearl & The Puppets, Natalie Umbruglia, Natasha Bedingfield, James Morrison, Vanessa Paradis, The Beatles. J'ai des goûts assez éclectiques. Je me souviens avoir très longtemps adoré Stacie Orrico puis soulignée l'audace et la fraîcheur dont faisait preuve Britney Spears à une certaine époque puis, il y a eu les vieux tubes américains et étrangers. J'ai découvert Françoise Hardy. En fait, je n'arrive pas à me décider à aimer un certain genre ou une certaine catégorie de chanteurs, temps qu'ils me font rêver, moi ça me suffit et tant pis si c'est has-been. S'il me vient l'envie d'écouter un peu d'Elvis Prestley je le ferait sans me préoccuper des autres. J'aime les bandes originales de films, également et les standards de Broadway que j'écoute en douce pour ne pas m'attirer les moqueries de mon imbécile de frère.
    Quel est votre groupe favori ? Queen, sans aucune hésitation. Je ne saurais pas expliquer pourquoi. Freddy Mercury m'a toujours beaucoup impressionné et j'ai découvert leurs albums il y a très peu de temps. Ce n'est pas forcément ceux à quoi j'aurais accrochée en temps ordinaire mais j'avoue que leurs titres sont souvent bien placés dans mes playlists.
    Avec qui aimeriez-vous collaborer et pour faire quoi ? Je crois que mon frère reste la seule personne avec qui j'aime et j'aimerais toujours travailler. Tout ces artistes sont bien trop prestigieux pour que j'espère un jour leur proposer mes textes quand bien même ils feraient de bonnes chansons (ils n'ont absolument pas besoin des minauderies d'une adolescentes de dix-sept ans). Et puis, Dorian est un jeune talent en qui je crois beaucoup alors cela m'intéresse davantage d'apporter ne serait-ce qu'un cailloux à son édifice.
    Votre type de musique préféré ? Je n'en ai pas, j'aime beaucoup de choses. En revanche, je me sens à l'aise avec le jazz et la country sans que ce ne soit vraiment ce que j'aime le plus écouter. Tout change asses vite, je suis une jeune fille assez versatile.
    Quel est votre rêve le plus cher ? Il ne me concerne pas. J'aimerais juste que mon frère puisse vivre assez correctement de sa musique pour se poser et ne plus à avoir à se contenter des pourboires médiocres des samedis soirs et de son job dans la vieille boutique de disques du centre-ville. Aussi, en y réfléchissant bien, je voudrais voir un jour l'un de mes textes publiés mais mes désirs passent après tout le reste, ce n'est pas réellement urgent et je peux attendre.



V ♦ MY RELATIONSHIPS


    ♣ finn hudson; the guy who remembers.
    « think of the mail… think of the mail… THINK OF THE MAIL !. »
    Finn connaît beaucoup plus Cat que Cat ne le connaît. Ayant été son premier béguin d’adolescent, elle était « la fille de la pub » celle qui le rendit tout chose pendant des années et pour qui il aurait remué ciel et terre quitte à passer pour un piètre abruti aux yeux de celle qu‘il considérait comme son idéal féminin. Il s’était toujours dit qu’elle n’existait pas dans la réalité, qu’elle était juste un agréable songe et se laissait aller à des divagations de jeune pubère, avant qu’il ne commence à sortir avec des filles et qu’il vive sa vie, pour de vrai. Jusqu’à cette rentrée à McKinley High School. Quel choc se fut pour lui de voir qu’ils partageraient le cours de biologie durant toute l’année scolaire ! Cat de son côté prit très mal la chose quand, en pleine interrogation orale le jeune homme récita avec maladresse devant toute la classe hilare, l’accroche publicitaire pour la lotion contre l’acné qui l’avait rendue célèbre, autrefois. Après cet évènement, l’adolescente fit tout ce qui était en son pouvoir pour ne pas le recroiser et rasa les murs… jusqu’à ce qu’ils se retrouvent en classe de biologie - malédiction qui serait la leur durant toute l‘année scolaire.



VI ♦ BEHIND THE SCREEN


    » Personnalité sur l'avatar : Teresa Palmer.
    » Prénom ou pseudo : Sophie.
    » Age & sexe : 20 ans, féminin.
    » Connaissance sur la série "Glee" : J’en avais entendu parler dans une émission de Canal+ au début de l’année 2009 et je m’étais promis d’y jeter un coup d’œil quand ça serait diffusé parce que je connaissais Matthew Morrison et Lea Michele de par leurs projets respectifs à Broadway donc j’étais curieuse de les voir dans une série. Quelques mois plus tard vers avril/mai ou même juin le pilot a été diffusé et le lendemain j’ai tout fait pour me procurer l’épisode. J’ai tout de suite accrochée (ce qui n’était franchement pas difficile, je suis une grande fan de comédies musicales). Bref. Le reste de la saison ne m’a pas déçu et m’a conforté dans l’idée que je m’étais faite; Glee est une série novatrice, la première dans le genre et vraiment réussie. Donc voilà. J’ai vu plusieurs fois les épisodes, je connais quelques répliques par cœur et j’écoute sans arrêts leurs covers, je suis une gleeks pure et dure.
    » Comment avez-vous connu le forum ? Grâce à Finn (et sa force de conviction qui agit trop bien sur moi, je devrais m’en méfier d’ailleurs, tss).

    » Code : Ok - Oxanna
    » Taux de présence : 5/7jours.
    » Votre impression sur le forum : J‘aime beaucoup ! Tout est vraiment bien organisé et clair, le contexte est génial et certaines idées me plaisent vraiment beaucoup (comme le système des points, je trouve ça trop bien trouvé) et l’ambiance à l’air d’être sympa. Par contre, je n‘aime pas trop le design mais ça c‘est juste une affaire de goût.


Dernière édition par Ecaterina S. Robertson le Dim 10 Avr - 0:25, édité 26 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timothy Ainsworth
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty
MessageSujet: Re: Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !   Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! EmptySam 4 Sep - 17:49

Excellente histoire !

Bienvenue à toi, il nous faudra absolument un lien Brille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty
MessageSujet: Re: Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !   Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! EmptySam 4 Sep - 22:09

    Merci Very Happy
    Bien sûr avec plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty
MessageSujet: Re: Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !   Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! EmptyDim 5 Sep - 0:22

Bienvenue parmi nous, Ecaterina, Cat, Teri, Eca, Rina, Trina, Catri...^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty
MessageSujet: Re: Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !   Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! EmptyDim 5 Sep - 0:24

Welcome Here
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty
MessageSujet: Re: Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !   Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! EmptyDim 5 Sep - 0:28

Bienvenue ma tite So'! Content de te voir ici et merci d'avoir accepté!
Bon okay, tu n'avais pas le choix et j'ai franchement pas eut à insister beaucoup, mais ça fait toujours plaisir de te savoir ici ^^
Comme tu sais j'ai adoré ton histoire eet pouiis notre lien qui promet ;D
Bon courage pour l'avatar!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty
MessageSujet: Re: Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !   Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! EmptyDim 5 Sep - 9:19

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Oxanna Prescott
OXY ∞ Home sweet home.
Age : 24 ans
Occupation : Détective à la Police de Lima
Humeur : Enfin heureuse
Statut : En couple avec Keegan
Etoiles : 2957

Piece of Me
Chanson préférée du moment : death cab for cutie ; transatlanticism
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
OXY ∞ Home sweet home.
Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty
MessageSujet: Re: Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !   Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! EmptyDim 5 Sep - 13:10

Bienvenue Cat' Very Happy
Magnifique fiche, rien à redire ! J'ai franchement adoré ton histoire, et tu écris tellement bien que ça coule tout seul à la lecture. Je pourrai donc te valider dès que tu auras rajouté une icone dans ta présa, et ton avatar dans ton profil ; préviens-moi quand ce sera bon pour que je puisse te rajouter dans ton groupe Tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty
MessageSujet: Re: Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !   Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! EmptyDim 5 Sep - 14:31

    Merci beaucoup tout le monde ! (Oh, Finn, tu sais bien que je ne peux rien te refuser... ouch, paroles que je vais encore regretter ^^)
    C'est fait Oxanna, merci pour l'accueil et les compliments hug
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oxanna Prescott
OXY ∞ Home sweet home.
Age : 24 ans
Occupation : Détective à la Police de Lima
Humeur : Enfin heureuse
Statut : En couple avec Keegan
Etoiles : 2957

Piece of Me
Chanson préférée du moment : death cab for cutie ; transatlanticism
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
OXY ∞ Home sweet home.
Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty
MessageSujet: Re: Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !   Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! EmptyDim 5 Sep - 14:42

Je te valide donc Very Happy Et je t'en prie pour les compliments, c'est mérité !
Au passage, ce serait pas la fille de l'Apprenti-Sorcier, ton avatar ? Je l'adore <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brittany S. Pierce
MODO ; Don't worry, be happy !
Age : 26 ans
Occupation : Gérante et professeur de Duo Dance
Humeur : Excitée
Statut : Célibataire
Etoiles : 7835

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Happy - Pharrell Williams
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty
MessageSujet: Re: Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !   Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! EmptyDim 5 Sep - 14:47

Soit la bienvenue parmi nous. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan Brentwood
ADMIN ; when things don't go right, go left.
Age : Twenty yo
Occupation : Etudiante (freshman) - Tient un blog
Humeur : Bonne
Statut : Le célibat... what else ?
Etoiles : 5730

Piece of Me
Chanson préférée du moment : talk talk - it's my life
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
ADMIN ; when things don't go right, go left.
Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty
MessageSujet: Re: Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !   Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! EmptyDim 5 Sep - 14:49

Bienvenue Mamzelle ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty
MessageSujet: Re: Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !   Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! EmptyDim 5 Sep - 15:09

    Oxanna; Encore merci. Oui-oui, c'est bien elle <3
    Britt' & Quinn; Merci ! lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty
MessageSujet: Re: Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !   Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! EmptyDim 5 Sep - 17:27

*Regarde le nouveau gif de sa chérie... rêveur*

Hum, pardon !
Bienvenue ! rockstar
Revenir en haut Aller en bas
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty
MessageSujet: Re: Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !   Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! EmptyDim 5 Sep - 20:03

    *Tss, vraiment tous les mêmes*
    Mercii Puck ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty
MessageSujet: Re: Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !   Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that ! Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Cat __ The hormones kick in, I don't wanna stop that !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 1 :: Fiches & Wikiglee
-