Choriste du mois


Partagez | 
 

 00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down... Empty
MessageSujet: 00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down...   00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down... EmptyMar 25 Oct - 11:30

Leah était rentrée d’Europe depuis une semaine. Trois longs mois loin de Lima, loin de son pays, loin de ce qui avait fait d’elle une loque dépressive. Mais alors que faisait-elle encore là ? Elle n’avait pratiquement plus aucun contact amical dans cette ville qui regorgeait plutôt d’ennemis… Elle n’avait rien qui la retenait… Plus de famille, plus de maison… Elle logeait dans l’hôtel de Lima depuis son retour, ça lui avait fait bizarre de passer devant la maison de sa grand-mère sans s’y arrêter et d’y apercevoir des entrepreneurs en train de changer les fenêtres, de repeindre les volets et de réparer la toiture… Mais c’était la vie, une nouvelle vie qu’elle voulait se construire. Dès son arrivée, il y avait deux choses que Leah voulait faire. La première : concrétiser son projet professionnel qu’elle avait bien eu le temps de faire murir dans son esprit pendant son voyage. Elle avait déjà partiellement atteint cet objectif. Malgré le décalage horaire qui l’avait mise sur les rotules, elle avait passé sa semaine à parcourir les annonces immobilières, à visiter des bâtiments tous très différents et à réunir les papiers pour le dossier d’achat qu’elle devait monter. Et là, elle sortait à peine de l’agence immobilière. Dans son tailleur bleue, elle faisait l’effet d’une femme d’affaire malgré son jeune âge, elle était plutôt sereine. Elle avait enfin trouvé l’endroit parfait pour créer son entreprise et vivre de sa passion ! Elle venait de signer l’acte de vente ! Ca y était, elle était adulte, elle venait de se lancer sur une voie dangereuse mais excitante : elle allait créer un espace de studios photo à Lima.

Elle soupira longuement une fois sur le trottoir. Elle était plutôt satisfaite mais pourtant le large sourire qui devrait s’afficher sur son visage était bien pâle. Oui, car il y avait une deuxième chose qui avait habité son esprit pendant ces mois à l’étranger, un projet moins professionnel, beaucoup plus personnel. La vraie raison pour laquelle elle était revenue à Lima. Et maintenant qu’elle avait trouvé la perle rare pour créer son entreprise et qu’il fallait attendre la fin du préavis pour prendre possession des lieux, elle avait tout le temps de régler ce problème là. Et c’était effrayant… Elle savait qu’il était à Lima en plus, il avait eu un mois de congés et était rentré. Elle savait où il habitait avec son coloc, elle s’était renseignée discrètement. Elle marchait énergiquement et se rendit compte qu’elle n’allait pas vers son hotel… Mais plutôt justement vers chez Ryder… Maintenant ? Elle devait y aller maintenant ? Elle s’arrêta net sur le trottoir. Est-ce qu’elle allait en être capable ? Est-ce qu’elle supporterait de le revoir ? Est-ce qu’il accepterait ses excuses ? Est-ce qu’elle pourrait lui avouer à quel point elle l’aimait ? Elle avait imaginé ce moment tellement de fois, elle avait répété ce qu’elle lui dirait face à son miroir… Mais est-ce qu’elle aurait jamais la force d’aller le voir en face ? Ses mains tremblaient et elle se rendit compte que si elle n’y allait pas maintenant, elle n’y irait jamais…

Elle décida donc d’arrêter de réfléchir, elle était à moins de 500 mètres de chez eux, elle fonça sur les trottoirs. Manqua de se faire renverser par une voiture tellement elle était concentrée sur son objectif et que ses pensées étaient graves. Elle arriva devant l’immeuble avec le cœur serré. Elle ne connaissait pas le numéro sur lequel il fallait sonner, elle décida d’appuyer sur plusieurs sonnettes et la porte s’ouvrit dans un grésillement. Elle entra dans le hall, observa les boîtes aux lettres et en déduit l’étage où ils devaient habiter. Elle prit les escaliers, elle était tellement stressée qu’elle en oubliait presque de respirer. Elle arriva en haut, hors d’haleine et prit deux minutes pour reprendre son souffle dans la cage d’escalier. Puis elle prit le couloir, elle n’avait aucune idée de comment trouver la bonne porte mais très rapidement ce fut une évidence. Elle reconnut le paillasson devant la porte et eut envie de pleurer. Ce paillasson était autrefois dans la chambre de Ryder, sous sa fenêtre, il servait principalement à Leah qui adorait venir le voir en escaladant sa façade malgré sa maladresse légendaire. A force que Leah mette de la neige ou de la terre dans sa chambre, il avait investi dans ce paillasson. Le cœur serré, elle tenta de se ressaisir et se planta devant la porte.

Ne réfléchis pas, Leah ! Sinon tu vas partir en courant ! Allez frappe, n’hésite pas. Toc toc… Oh non, ça y était elle l’avait fait, elle n’avait plus aucun moyen de reculer. Paniquée, son cœur qui battait déjà à une vitesse affolante se mit à accélérer encore davantage. Peut-être n’était-il pas chez lui ! Peut-être qu’il était sorti ! Oui c’était fort probable le temps était agréable à l’extérieur, ça ne servait à rien d’attendre qu’il ouvre. Leah commença à rebrousser chemin, elle tourna le dos à la porte, fit deux pas et entendit le verrou tourner, la poignée grincer et le battant craquer alors qu’il s’écartait pour ouvrir un passage dans son dos. Elle resta figée pendant quelques secondes, incapable de bouger, manquant d’oxygène tant elle retenait sa respiration.

Le silence dans son dos était insoutenable, il devait l’avoir vue… Est-ce que c’était lui ou son coloc ? Elle fit soudain volte-face. Il était là, sur le seuil de la porte, tenant encore la poignée. Le cœur de Leah rata un battement, il était beau, il était tout ce dont elle avait besoin, il était l’homme de sa vie. Celui qu’elle avait rejeté avec méchanceté, qu’elle avait ignoré avec insouciance… Elle le savait maintenant, c’était la plus grosse erreur de sa vie. Elle déglutit difficilement en le regardant. Elle était légèrement recroquevillée sur elle-même, son tailleur et ses talons ne donnaient plus du tout l’impression d’une femme active et forte, elle avait l’air extrêmement vulnérable. Elle prit une profonde inspiration. Ils s’étaient croisés dans la rue pour la dernière fois il y avait plus d’un an, Leah avait fait semblant de ne pas le voir, il avait du faire de même. Leur amitié avait si mal fini. Leah avait dit des choses si horribles… Elle se décida à faire un pas vers lui, elle le fixa dans les yeux voyant à quel point il était perplexe. Elle espérait seulement que la colère et la rancœur ne viendraient pas s’ajouter à ces sentiments.

Elle ouvrit la bouche qu’elle avait aussi sèche que le désert du Sahara, elle devait dire quelque chose mais quoi ? Quels devaient être ses premiers mots pour celui qui avait été toujours là pour elle, pour le meilleur ami qu’elle ait jamais eu mais aussi la personne qu’elle avait le plus blessé au monde ? Elle se sentait mal, ses yeux devinrent humides en une fraction de seconde et elle finit par lâcher d’une voix tremblante et brisée :

    « Je… Je suis tellement désolée. Ryder, je m’en vou-voudrais ju-ju-jusqu’à la fin de mes j-j-j-ours… »


Puis c’en était trop, elle fondit en larmes, ses jambes décidèrent brusquement de prendre congé et elles ne parvinrent plus à la porter. Elle tomba à genou, sur le seuil de la porte, sur le paillasson qui représentait si bien la complicité qu’ils avaient auparavant. Ce paillasson qui, des années plus tôt, était prêt à l’accueillir à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, qu’elle ait prévenu ou pas… De violents sanglots secouaient Leah qui n’osait pas relever la tête pour regarder Ryder. Mais il devait voir à quel point elle s’en voulait. Même s’ils étaient très proches, il l’avait rarement vu pleurer, Leah ne montrait jamais ses sentiments de façon aussi évidente. Mais là, elle sentait qu’elle lui devait ça, elle lui devait de le regarder dans les yeux à travers ses larmes. Alors elle releva le menton et balança sa tête en arrière jusqu’à ce que leurs regards se croisent, il fallait qu’elle lui dise les choses, il ne devait rien comprendre. Elle s’efforça de parler clairement mais ne réussit qu’à bredouiller entre ses sanglots :

    « Tous les jours j’ai regretté de t’avoir fait du mal… Je voulais venir m’excuser mais… Je-je-je me disais que je ne méritais pas que-que tu me pardonnes… Mais Ryder, j’ai tellement besoin de toi. Je ne peux pas vivre sans toi. Tu-tu es m-m-mon ami, mon meilleur ami, le-le-le seul que j’ai vraiment eu… Est-ce que tu seras un jour capable de me pardonner ?... »

Revenir en haut Aller en bas
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down... Empty
MessageSujet: Re: 00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down...   00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down... EmptyLun 7 Nov - 0:24

Ryder était à Lima depuis près de trois semaines. Il ne lui restait qu’une petite semaine à son congé après quoi il retrouverait sa vie de tournée! Après plus d’un an à jouer dans toutes les salles du pays, la petite troupe s’était vue accorder une pause d’un mois, le temps de bien se reposer avant d’entreprendre le dernier droit de la tournée qui se terminerait à New York à la fin de l’été. Après cela, il n’avait aucune idée de ce qui l’attendait. Le bruit courait qu’une tournée internationale se préparait, mais rien n’avait été encore officialisé. Le guitariste espérait néanmoins pouvoir bénéficier d’un autre petit arrêt avant d’entreprendre un tel périple qui s’annonçait exigeant.

Il avait profité de cette pause pour retourner dans son petit patelin. La vie de tournée était plus que géniale et changer de ville comme on change de chemise était toute une expérience. Il adorait cela, mais ses proches lui manquaient beaucoup. En particulier Robbie, son meilleur ami et colocataire. Ryder trouvait difficile de ne pas pouvoir lui parler tous les jours. Ils s’échangeaient régulièrement des courriels, mais ce n’était la même chose qu’une bonne conversation de vive voix. Tous les deux avaient un horaire chargé, il était donc difficile de se téléphoner. Il y avait aussi Gale avec qui Ryd avait toujours de bonnes discussions et bien sûr Kurt avec qui il avait tissé un lien très fort au courant de l’automne 2012, alors qu’ils se connaissaient à peine au lycée. Kurt l’appelait ou le textait souvent, voir tous les jours et Ryd était heureux de savoir que son protégé prenait du mieux. Il avait hâte de le voir par lui-même et avoir une bonne conversation avec lui. Quoi qu’il en soit, sa petite ville natale lui manquait et il avait trouvé logique de retrouver les siens au lieu d’aller se dorer sur la plage comme l’avait choisi d’autres membres de la troupe.

Il ne regrettait pas son choix. S’il n’était pas revenu à Lima, il n’aurait pas revu celle qui avait fait battre son cœur lors de l’été après le lycée : Savannah Williams. Il avait passé un été tout simplement magique avec elle. Jamais il n’aurait cru qu’une fille comme elle allait s’intéressé à lui. Surtout, Ryder n’aurait pas pensé qu’une autre fille que Leah lui ferait autant d’effet. Leur relation était intense et tout fonctionnait à merveille, mais à la fin de l’été, le couple dû descendre de son nuage puisque la blonde devait quitter l’Ohio pour aller étudier en Californie. Ils avaient tenté d’entretenir une relation longue-distance, mais ils s’étaient vite aperçus que cela ne servait à rien et rapidement il n’eut plus de nouvelles de la jeune fille ou à peine. Mais voilà qu’à peine revenu à Lima, il l’a croisa par hasard dans la rue. D’abord surpris, puis heureux, il n’y avait plus aucuns doutes, c’était elle qu’il voulait. Il avait bien sûr fréquenté quelques filles et eu des aventures avec d’autres ces dernières années, mais jamais il n’avait oublié sa blondie extravertie. C’est en la revoyant ce jour-là, les cheveux au vent sous la lumière éclatante du printemps tel un ange qu’il s’en était rendu compte. Il l’avait invité à prendre un café. Ils avaient discuté comme s’ils ne s’étaient jamais perdus de vue. Ils avaient ensuite fait une petite promenade jusqu’à tôt le matin. Ils avaient dormi ensemble. Ils avaient passé la journée suivante ensemble. Tout semblait normal. Ryder avait toujours les petits papillons en lui en sa présence. Les bestioles étaient même encore plus nombreuses maintenant. C’était clair dans la tête du jeune homme, plus jamais il ne la quitterait. Il voulait vivre quelque chose de plus gros avec elle. Peu importe la distance qui pouvait les séparer. Savannah était faite pour lui. Le musicien avait fait part de ses émotions dans une belle et romantique déclaration d’amour à sa douce. À sa grande joie, la jeune fille ressentait la même chose et accepta de leur donner une deuxième chance. Depuis ce temps, Ryder flottait littéralement.

Cet avant-midi là, par contre, il avait la gueule de bois. Robbie et lui avaient bu quelques (beaucoup) de bières et avaient passé la nuit à jouer à la console, comme deux jeunes adolescents paumés. Soirée tout simplement parfaite. En fait, depuis son retour, les deux colocataires avaient rattrapé le temps perdu. Puisque Robbie était en plein spring break, il avait du temps libre et les deux amis en profitaient.

Ryder s’était donc réveillé avec un mal de crâne intense dû à l’alcool et le peu de sommeil. Incapable de se rendormir, il s’était levé et avait pris une bonne douche chaude. Il avait enfilé son bas de pyjama gris et avait préparé la machine à café. Il était entrain de se préparer une grosse tasse lorsqu’on toqua à deux reprises à sa porte. Le bruit le fit sursauter et il renversa de l’eau bouillante sur son bras. Il se retint de crier le mot en F et attrapa un chiffon qu’il passa à l’eau froide. Il mit la serviette sur son poignet et se dirigea vers la porte d’entrée, en accrochant au passage quelques bouteilles vides trainant sur le sol. Finalement, il ouvrit la porte d’un coup sec. Son interlocuteur ou plutôt son interlocutrice avait tourné le dos, probablement par manque de patience, mais il reconnaitrait ce dos n’importe ou et peu importe l’endroit. Il ouvrit grands les yeux de surprise en apercevant la crinière dorée de celle qui avait été sa meilleure amie au lycée. Celle qui avait aussi brisé son cœur. Leah se retourna finalement. Tenant toujours la poignée, Ryder la fixait sans savoir quoi dire, tellement il ne s’attendait pas à la voir ce matin-là à la porte de son appartement. Il en oublia même la douleur de brûlure à son poignet. Elle était toujours aussi belle et elle semblait en grande forme. Les deux anciens amis restèrent-là à se regarder sans qu’aucun n’ouvre la bouche pendant plusieurs secondes. En lui se mélangeaient confusion, surprise et perplexité, mais aussi beaucoup de joie et de soulagement. Elle ne l’avait pas oublié.

Leah brisa finalement le silence en s’excusant, la voix brisée, puis elle tomba à genoux devant lui sur le paillasson en sanglotant. Il avait grandit avec elle, mais jamais ou très rarement, il l’avait vu pleurer. Son amie avait toujours été forte et plein d’entrain. Son cœur se serra en la voyant dans cette posture. Il se débarrassa de la serviette qui servait de pseudo pansement à sa blessure et s’accroupie à la hauteur de la jeune fille. Il prit son menton entre ses doigt et l’a força à le regarder.

''Hé Princesse. Tu es pardonnée depuis longtemps.''

Il lui sourit de façon bienveillante pour lui démontrer qu’il ne lui en voulait pas. Cette dispute avait été terrible pour les deux amis et Ryder voulait simplement retrouvé sa meilleure amie et oublier le trou de 5 ans qui les avait séparé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down... Empty
MessageSujet: Re: 00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down...   00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down... EmptyMer 11 Jan - 17:21

Spoiler:
 

Effondrée, dévastée, coupable, vulnérable… Leah n’avait jamais ainsi craqué devant son ami… Elle n’avait d’ailleurs pour ainsi dire presque jamais craqué de la sorte devant quiconque. Et étrangement, elle qui répugnait tant à montrer ses faiblesses, se sentit profondément soulagée, rien qu’en exposant ainsi ses larmes et sa tristesse à Ryder. Il s’accroupit face à elle et attrapa son menton, ses yeux d’un bleu pur plongèrent dans les siens et il lui assura qu’elle était pardonnée depuis longtemps. Ce qu’elle ressentit à cet instant faillit la terrasser… Du bonheur, un soulagement écrasant, de l’amour et un désir violent. Son regard passa sur les lèvres de Ryder, si proches de lui. Elle eut une violente envie, presque impérieuse, de l’embrasser. Elle faillit se laisser aller mais elle sentit que ce n’était pas le moment d’être aussi directe. Elle l’avait éconduit pendant des années, elle lui avait brisé le cœur, elle n’avait pas le droit de venir cinq ans plus tard en larmes avec quelques excuses rapides pour chambouler tout cela.

Cependant, elle ne put pas se retenir de se jeter dans ses bras. Comme ils le faisaient avant, avec cet amour amical qui était un peu plus que cela pour Ryder. Etait-ce toujours le cas ? Et surtout Leah avait-elle le droit de profiter de ses sentiments si longtemps repoussés ? Elle ferma les yeux, inspira le parfum de son ami, tendit qu’elle avait enroulé ses bras autour de la taille du jeune homme. Ils étaient toujours sur le seuil de la porte, elle était toujours à genoux, il était toujours accroupi, quelque peu déséquilibré par l’étreinte inattendue de Leah. Elle se sentit tellement bien contre lui qu’elle aurait voulu que cet instant dure toujours. Elle était amoureuse de lui, c’était indéniable. Elle se maudissait de ne pas avoir été assez mûre à l’époque du lycée pour l’aimer comme il l’aimait. Elle l’avait tenu à distance, le cantonnant au rang de meilleur ami sans imaginer une seule seconde pouvoir vivre une histoire d’amour avec lui. D’ailleurs, l’amour, ça n’était pas vraiment son fort au lycée, elle était volage, elle ne voulait pas s’attacher. C’était certainement pour cela qu’elle avait éconduit Ryder, elle devait savoir au plus profond d’elle que si elle ne faisait qu’entrouvrir cette porte, elle tomberait immédiatement amoureuse et risquerait de souffrir…

S
ans qu’elle ne puisse les retenir des mots révélateurs franchirent ses lèvres : « Je t’aime. ». Elle se mordit la langue aussitôt et se détesta d’avoir lâché ces mots. Ils pouvaient paraître étranges dans cette situation, voir carrément suspects. Ou alors ils pourraient passer pour une simple déclaration d‘amitié amplifiée par ces retrouvailles intenses après 5 ans de séparation. Elle pria pour que Ryder ne les prenne pas mal, qu’il ne les identifie pas comme un aveu tardif qui aurait pu changer leurs vies s’il avait été fait des années plus tôt… Leah s’imagina dans le couloir du lycée, avec ses béquilles, fuyant la vente aux enchères en larmes. Elle vit Ryder courir derrière elle, s’excuser, se comporter comme le meilleur homme du monde. Et là, elle se demanda quelle aurait été sa vie si elle avait dit qu’elle l’aimait au lieu de parler de cette stupide aventure avec cette stupide rock star… En y réfléchissant bien, elle l’aimait déjà à l’époque et c’était probablement pour cela que le fait qu’il ait surenchérît l’avait mis dans une telle colère. Car son inconscient aurait voulu qu’elle se laisse aller avec lui qu’elle s’autorise à l’aimer…

Un sanglot la secoua. Elle avait fait tant de mauvais choix dans sa vie… Cette étreinte avait parue si courte mais cela faisait déjà quelques secondes qu’ils étaient dans une position précaire. Aussi, elle le lâcha, essuya ses yeux étalant malencontreusement le peu de maquillage qu’elle avait sur les yeux sans s’en rendre compte. Elle se releva lentement, de peur de sentir ses jambes la lâcher à nouveau. Elle se tint devant la porte, hésitante. Elle avait envie qu’il l’invite à rentrer, elle avait besoin qu’il le fasse. Se tenant à l’encadrement de la porte, elle désigna le paillasson et avec un sourire ternit par ses yeux rougis, évoqua leur passé :

    « Tu l’as gardé… Le paillasson… C’était un peu mon paillasson personnel, devant l’entrée VIP de ta chambre… »


Elle rit légèrement, espérant qu’un sentiment de gêne ne s’installerait pas entre eux. Puis, elle entra quand il l’invita à le faire. Elle le suivit au salon, elle s’installa sur le canapé du salon. Elle avait envie de se retrouver à nouveau dans ses bras, elle avait envie de passer sa main dans ses cheveux… Elle regardait avec une insistance qui pouvait le mettre mal à l’aise. Elle s’en rendit compte et se força à détourner le regard et se décida à lancer une conversation plus générale :

    « Alors, raconte-moi tout… Après tout ce temps, tu dois en avoir des choses à me raconter… J’ai vu que tu étais le musicien de Rachel ! Je t’ai même vu à la télé, c’est génial tu as déjà une belle carrière… Je t’avais dit que tu réussirais. »

Revenir en haut Aller en bas
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down... Empty
MessageSujet: Re: 00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down...   00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down... EmptyDim 15 Jan - 5:13

Quelle agréable sensation que de prendre à nouveau dans ses bras ce corps qu’il avait si souvent étreint par le passé. Que ce soit pour réconforter, féliciter ou simplement saluer, Ryder avait enlacé Leah à maintes reprises. Il connaissait les courbes de la jeune fille par cœur et heureusement rien n’avait changé chez elle. Leah avait toujours été splendide, même en larmes et dans une position précaire. Il avait accueillit avec grand plaisir la blonde dans ses bras. Un sourire s’était automatiquement affiché sur son visage tellement il était heureux de ravoir son amie avec lui. Il avait légèrement resserré son étreinte et fermé les yeux pour la sentir plus près de lui , comme il lui arrivait de le faire lorsqu’ils étaient ados et que le musicien était fou amoureux de sa meilleure amie. Cette fois-ci, par contre, c’était différent. Il ne prolongeait pas cette accolade parce qu’il avait des arrières pensées, mais parce qu’il avait 5 ans à rattraper. Il profitait de ce moment unique de retrouvailles. Bon sang qu’elle lui avait manqué! Ryder avait tout de même passé une grande partie de son enfance et de son adolescence avec elle. Il avait été habitué de la voir chaque semaine et de lui parler tous les jours. Puis, du jour au lendemain, ils avaient arrêté de se parler. Tout d’un coup, Ryder n’avait plus eu personne à qui se confier. Il y avait d’autres amis, mais aucun ne le connaissait aussi bien à l’époque et il ne s’était pas senti à l’aise de discuter de choses sérieuses avec eux. À l’exception de Dorian, son collègue de travail un peu plus âgé. Heureusement qu’il avait été là d’ailleurs. Peu importait désormais. Tout cela était de l’histoire ancienne. Tous les deux avaient vieillis et étaient passés à autre chose, du moins, de son côté à lui. L’important était que présentement Leah se trouvait dans ses bras et qu’elle faisait à nouveau partie de sa vie.

Les yeux bleus du jeune homme s’ouvrirent de surprise lorsque Leah prononça deux mots tous simples, mais qui étaient lourds de sens. Sur le moment, Ryd ne les interpréta aucunement comme un aveu tardif, mais comme une simple déclaration d’amitié à. "Je t’aime aussi, tu sais." Lui répondit-il sans réfléchir. D’un amour fraternel. Il croyait que cet amour amical se trouvait dans les deux sens. Il n’avait aucune idée que du côté de la blonde, il y avait plus que cela. Dans la tête du jeune adulte, Leah n’avait pas pu développer un autre type d’amour durant leur séparation. Ils ne s’étaient pas parlés depuis 5 ans, cet amour ne pouvait pas être autre chose que de la simple amitié. C’était logique. Il pensa donc que la photographe lui avait dit cela parce qu’il lui avait manqué pendant toutes ses années.

Après cette belle déclaration, les deux amis se relevèrent. Machinalement, le garçon essuya à l’aide du chiffon qui lui avait servit de bandage, le maquillage que la fille avait étalé en s’essuyant les yeux. C’était bizarre. Il était évident qu’il y avait un malaise entre les deux, mais en même temps, sécher les larmes de Leah avait été naturel. Ryd n’avait eu aucune hésitation à faire ce geste et il était certain que la jeune fille n’y verrait aucun inconvénient, comme si ce n’était pas 5 ans qui s’étaient écoulés, mais seulement quelques jours. Il sourit à nouveau lorsqu’elle mentionna le paillasson. En effet, Ryd s’était procuré ce tapis d’entrée pour que Leah puisse y mettre ses souliers et ses bottes lorsqu’elle passait par la fenêtre de sa chambre pour le rejoindre. Il en avait eu marre qu’elle mette toute sorte de cochonneries sur son plancher. "Quoi? Ah oui! Je ne pouvais pas vraiment m’en débarrasser." Parce que justement, c’était le paillasson de Leah. Le jeter avait été tout simplement impossible. À Chaque fois qu’il avait marché dessus, il avait eu une pensée pour elle. Jamais sa meilleure amie n’avait quitté sa tête, malgré leur dispute et la distance. Il garda son bras autour des épaules de la jeune fille pour la soutenir et l’invita à entrer. Ils avaient tellement de choses à se dire. Ryd avait hâte de savoir ou Leah en était. À la voir, elle semblait avoir bien réussie.

"Désolé pour le ménage et les bouteilles qui trainent…On s’est fait une soirée bière, Call of duty et vodka-redbull avec Robbie hier soir et on s’est couché tard…ou tôt." Il lui sourit timidement en se frottant les cheveux. Avoir su qu’elle viendrait ce matin-là, il aurait fait un peu de ménage afin que leurs retrouvailles soient plus belles ! Il repoussa à l’aide de son pied les bouteilles en vitre et les canettes de métal qui trainaient sur le sol pour faire un passage à son invité. "Je me faisais un café, t’en veux un? Ou plutôt un thé peut-être? T’aimes toujours ça, non? " Il se dirigea vers la cuisine, ouvrit une armoire, puis une autre et une autre. "Robbie doit en avoir quelque part…Ah! Voilà. "Il prit une nouvelle tasse qu’il déposa à côté de la sienne et versa de l’eau chaude dans les deux. Une fois les deux breuvages près, il les emporta au salon ou Leah avait pris place sur le canapé. "Tiens. Avec un demi-sucre comme tu l’aimes!" Il s’assit à son tour sur l’autre divan en face d’elle. Il prit une longue gorgée de café avant de lui répondre. "Booof! J’ai pas grand-chose à raconter. J’ai pas changé tu sais. Je suis allé à l’université, j’ai pas aimé. Ça été la fin de ma relation avec Richard et Carol" À présent, il désignait ses géniteurs par leurs prénoms. Il ne se sentait pas assez près d’eux pour les qualifier de parents. "Tu aurais du le voir le Richard. Je crois que tous les mots inimaginables pour désigner pathétique sont sortis." Il haussa les épaules. Il n’y avait aucune tristesse dans sa voix, mêmequ’en y repensant bien, cette scène avait été plutôt risible. "M’enfin, j’imagine que tu te doutais que ma relation avec eux n’allait pas être bien bonne encore aujourd’hui." En effet, la jeune fille avait souvent eu droit aux disputes, mais aussi aux lamentations de Ryder concernant ses parents. "Mais tu exagères avec la célébrité! Haha…je suis loin d’être célèbre! C’est Rachel la star! Mais j’adore ça. Je fais ce que j’aime et je suis payé pour ça. Sans parler des voyages, des fêtes, des nouvelles rencontres et tout ce que ça comporte…" C’était en gros ce qu’il était devenu. Bien sûr, il avait quelques petits détails qu’il omettait volontairement, surtout ce qui concernait Savannah. Il lui en parlerait plus tard. Il ne voulait pas avoir l’air de se vanter d’avoir une copine, alors que cela faisait à peine quelques minutes qu’ils discutaient. Il y avait des choses bien plus importantes à discuter avant. Ryder voulait lui aussi savoir ce qui s’était passé avec elle. Il savait qu’elle avait fait une grosse dépression et que sa grand-mère était décédée, sans plus. Avant tout, il souhaitait tout de même aborder un autre sujet. Il prit un air plus sérieux. "Écoute Leah…je voulais m’excuser. Je n’ai pas été à la hauteur. Je n’ai pas été digne d’un ami. D’un meilleur ami. Peut-être importe notre dispute et je ne veux pas revenir là-dessus, j’aurais dû être présent pour toi. Quel genre d’ami j’ai été de te laisser seule quand tu en avais le plus besoin? J’ai été lâche et orgueilleux et crois-moi, il n’y a pas une journée ou je ne m’en suis pas voulu. " Ryd prit une longue lape de café et une grande respiration. "J’aurais dû marcher sur mon orgueil et aller te voir. Pardonnes-moi." Le jeune homme s’était légèrement avancé vers la jeune fille et avait déposé sa main sur la sienne. D’un coup, un lourd poids avait disparu. Il sourit tendrement à son amie pour lui démontrer sa sincérité.


Dernière édition par Ryder Crawford le Lun 30 Jan - 16:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down... Empty
MessageSujet: Re: 00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down...   00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down... EmptyLun 16 Jan - 19:46

Quand Ryder avait répondu à sa déclaration par un « Je t’aime moi aussi », Leah avait cru qu’elle allait fondre. Il l’aimait encore ? Ou alors parlait-il seulement d’amitié ? Et avait-elle le droit de profiter de cet amour qui durait depuis si longtemps et qu’elle avait longtemps choisi d’ignorer ? Même si ces réflexions trottaient dans un coin de sa tête, c’était l’extase et le soulagement qui dominaient. Il l’aimait, il ne lui en voulait pas, il avait l’air sincèrement heureux qu’elle soit là. Un peu plus et elle se serait remise à pleurer, mais il ne fallait pas exagérer, elle s’était assez montrée vulnérable pour aujourd’hui. Puis, elle finirait par mettre Ryder mal à l’aise, il n’avait jamais eu à la voir dans cet état et n’était donc sûrement pas paré à l’endurer pendant longtemps. Elle lui sourit franchement quand il avoua n’avoir pas réussi à se débarrasser de son paillasson… Après tout ce temps, il avait l’air de ressentir les mêmes sentiments qu’auparavant. Leur complicité se réveillait peu à peu comme si elle s’était endormie pendant cinq ans et Leah en soupira d’aise en entrant dans l’appartement. Le bazar ambiant lui rappela la chambre de Ryder, c’est pourquoi elle répondit avec une bonne humeur réelle :

    « Ne t’excuse pas ! J’ai l’impression de me retrouver des années en arrière à entrer par effraction dans ta chambre bordélique… J’adore, ça me rappelle d’excellents souvenirs ! »


Ryder lui proposa un thé, il se souvenait qu’elle préférait cela plutôt que du café. Elle acquiesça avec un sourire légèrement niais. En fait Ryder était l’homme parfait, un meilleur ami et un homme attentionné à la fois. Comment n’avait-elle pas pu tomber amoureuse de lui au lycée ? Elle était vraiment aveugle à cette époque ! Comme depuis des mois, elle se fustigea mentalement en faisant ce constat. Il lui porta la tasse bien chaude avec la quantité exacte de sucre qu’elle prenait habituellement et répondit à ses questions. Il évoqua son rapide passage par l’université et l’incapacité de ses parents à supporter son abandon. Il n’y avait rien d’étonnant à la nouvelle, Leah aurait pu le prédire. Elle n’avait jamais eu de problèmes avec les parents de Ryder, elle entretenait des relations cordiales avec eux. Mais derrière leur dos Ryder se plaignait souvent d’eux auprès de Leah et elle les maudissait de ne pas être de meilleurs parents. Elle se souvenait qu’au début elle prenait mal les plaintes constantes de Ryder étant donné qu’elle avait perdu ses parents et aurait aimé être à la place de Ryder, même avec des parents insupportables. Mais elle avait vite compris qu’il n’y avait pas à faire de comparaison, et en bonne amie elle s’était mis à détester les parents de Ryder pour le soutenir.

Elle hochait la tête avec un sourire compatissant, les yeux grands ouverts et les oreilles l’affut pour ne rien manquer de ces retrouvailles. Elle voulait entendre chaque parole de Ryder et voir chacune de ses expressions sur son visage. Elle ne pensa même pas qu’elle pouvait gêner son ami en le fixant autant. Elle remarqua ses yeux qui pétillaient quand il parlait de son métier auprès de Rachel Berry. Il avait un train de vie de rock star en tournée : fêtes, voyages, musique et autres réjouissances. Leah était vraiment contente pour lui, et dire qu’il ne cessait de critiquer ses capacités de guitariste à l’époque ! Elle répondit :

    « Je suis contente pour Rachel, mais pour moi c’est toi la star ! Tu as vu le chemin que tu as parcouru ? Tout cela seulement grâce à ton talent ! Et dire que tu ne me croyais pas quand je te disais que tu étais un guitariste extraordinaire ! J’ai le nez pour ces choses-là ! »


Elle se toucha le nez du doigt comme pour illustrer ses paroles. Son sourire franc pâlît légèrement quand il commença à s’excuser de ne pas avoir été là pour elle. Elle enfouit son visage dans ses mains. Non, elle ne voulait pas qu’il s’en veuille alors que tout était de sa faute à elle ! Même s’il avait plus insisté, elle aurait été odieuse comme avec Oxanna et elle n’aurait fait qu’empirer leur relation. Il avait bien fait de la laisser dans son coin, elle avait eu besoin de ce mal-être pour renaître meilleure. Elle le laissa finir et se redressa pour le couver d’un regard tendre :

    « Ryder, je t’en supplie ne t’excuse pas. Tu me fais encore plus culpabiliser d’apprendre que tu te blâmes dans cette histoire ! Tu n’as ab-so-lu-ment rien à te reprocher ! Même si tu avais insisté pendant des mois, j’aurais été de plus en plus horrible avec toi. J’étais vraiment une mauvaise personne à l’époque, je m’en rends compte maintenant… »


Elle sirota son thé, comme pour se donner une contenance. Il était chaud mais pas assez pour la bruler, la bonne température. Elle avala une grande gorgée qui la réchauffa instantanément et elle continua :

    « J’ai changé, tu sais… J’ai eu énormément de temps pour réfléchir et analyser mon comportement… J’étais vraiment une épave au lycée, je n’avais aucun réel but si ce n’est de me faire aimer de tout le monde. Et à force de courir après la popularité, j’ai blessé les seules personnes qui tenaient vraiment à moi. Je n’étais pas digne de toi à l’époque… »


En prononçant ces mots, elle serra légèrement la main que Ryder avait posé sur la sienne. Elle voulait qu’il la pardonne, qu’il comprenne que si elle n’avait pas été digne de lui cinq ans plus tôt, maintenant elle pouvait lui donner tout l’amour du monde, le soutenir dans chacun de ses projets, le faire rire à chaque instant et le rendre heureux pour l’éternité. Ces pensées mielleuses devaient lui donner un regard empli de guimauve et de bisounours et Ryder se demanderaient sûrement ce que lui valait cet attention particulière. C’est alors qu’un liquide brulant se rependant sur sa jambe l’interrompit. L’instant magique qu’elle vivait à sentir la main de Ryder dans la sienne se termina brusquement. Absorbée par son meilleur ami, elle en avait oublié la tasse qu’elle tenait dans l’autre main et qui s’était dangereusement penchée pour se renverser à moitié sur son tailleur. Electrisée par la brulure légère, elle se leva, lâcha la main de Ryder, posa la tâche et décolla sa jupe imbibée de sa peau. Elle s’excusa :

    « Oh merde, excuse-moi Ryder ! Ton coloc va me tuer ! J’en ai mis sur le canapé ? »


Elle se retourna et inspecta le sofa qui semblait intact. Le dos courbé, tenant sa jupe en avant colle une princesse aurait soulevé légèrement sa robe pour monter des escaliers, elle avait l’air assez comique. Elle avait beau avoir hérité beaucoup d’argent, négocier des contrats avec plusieurs zéros et porter des tailleurs, elle était toujours cette inconditionnelle maladroite. Ryder se moquait gentiment d’elle au lycée en soulignant le fait qu’il semblait improbable qu’une danseuse avec autant de grâce sur scène pouvait se révéler un vrai clown quand il s’agissait d’évoluer dans la vie de tous les jours. Peut-être était-ce Ryder qui la rendait si distraite et qui la faisait faire de pareilles gaffes. Elle se mit à rire franchement et s’esclaffa :

    « Miss Boulette au rapport, j’espère que tu es à nouveau près à supporter mes gaffes à répétition ! »
Revenir en haut Aller en bas
Age : 27 ans
Occupation : Gérant du Gramophone Record, membre des AV et guitariste d'Against the odds
Humeur : Perdu
Statut : En pause avec Ruby
Etoiles : 2647

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Six Weeks - Of Monsters and men
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down... Empty
MessageSujet: Re: 00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down...   00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down... EmptyLun 20 Fév - 16:10

Comme chaque fois que Leah l’avait félicité pour son talent alors qu’ils étaient encore adolescents, Ryder rougit. Il n’aimait pas les compliments. Oui, il se débrouillait très bien, mais il y avait des guitaristes beaucoup plus talentueux que lui. Si Rachel Berry et lui n’avaient pas été au même lycée et venaient de la même ville qui sait s’il aurait décroché le poste? Il sourit tout de même. La jeune femme l’avait toujours encouragé et c’était une autre chose qui lui avait manqué. Le positivisme de son amie. "Merci." Répondit-il. Cela ne servait à rien de tenter de la convaincre qu’il n’était pas si extraordinaire que cela. Les idées de Leah sur le sujet étaient bien arrêtés, et ce depuis…toujours.

Ryder était soulagé. Tout était maintenant réglé. Cette terrible histoire était désormais derrière eux et ils pouvaient passer à autre chose. Après près de 5 ans, un poids immense venait de disparaitre. À présent, chaque fois qu’un truc allait lui rappeler sa meilleure amie, il allait pouvoir sourire et non se sentir coupable. Oh, il allait sans doute toujours se sentir fautif, même si Leah exigeait le contraire. Il y aurait toujours une petite partie de lui qui aurait aimé agir autrement. Il était préférable de ne plus y penser et de se concentrer sur le présent et sur l’évolution de leur relation.

Il pressa à son tour la main de la jeune fille alors qu’elle se confiait sur ses années de lycée pour lui démontrer son soutient. Il pouffa légèrement. Elle était beaucoup trop dure avec elle-même. Ce n’était pas si terrible de vouloir plaire à tout à tout le monde, de vouloir être populaire et de s’amuser un peu. C’était normal de vouloir ces choses à l’adolescence. De plus, il était tout de même tombé follement amoureux de cette Leah-là au lycée, elle n’avait donc pas été une si mauvaise personne. Il sursauta légèrement à sa dernière phrase. Digne de lui? Que voulait-elle dire par là? Que maintenant qu’elle avait changé, qu’elle pouvait recommencer à lui parler et c’était pour cette raison qu’elle se trouvait sur son canapé ce matin-là? Ou était-ce autre chose de plus…personnel? Non, ce ne pouvait pas être le cas. De toute façon, depuis quand devait-on être digne de lui? Il n’avait rien d’un saint. Il ne releva toutefois pas pour ne pas tout gâcher. Les deux complices se fixèrent sans dire quoi que ce soit. Il regarda ce visage qu’il avait si souvent scruté. Il le connaissait par cœur et il avait à peine changé. Il avait un peu vieilli, mais il était toujours aussi doux et beau. C’était bizarre. Avant lorsqu’il regardait Leah, des sentiments amoureux l’envahissait, mais pas cette fois. Il n’y avait rien. Seule la joie de retrouver son amie était présente. Machinalement, il avait levé le bras pour caresser la joue de la jeune fille, mais avant même que sa main n’atteigne son visage, Leah se leva brusquement, ses vêtements imbibés de thé. Ryder se leva à son tour et ne pu s’empêcher de pouffer de rire. C’était bien la jeune fille avec qui il avait passé une partie de son enfance et la totalité de son adolescence. Fière, forte, amusante, classe…mais tellement maladroite. Combien de fois avait-elle renversé ses verres sur le sol, le canapé, son lit et même sur lui? Il avait arrêté de compté à l’âge de 11 ans. "Elles m’avaient manqué en fait tes gaffes" Répondit-il en rigolant. Tout de sa personne lui avait manqué, en fait. "Attends, je vais chercher une serviette pour t’essuyer!" Il disparu quelques instants et revint avec une serviette de bain qu’il tendit à Miss Boulette. "Tiens. Tu ne t’es pas brulée au moins?" Il en doutait. Cela faisait tout de même un certain temps que l’eau avait été préparée.

"Pendant que j’y pense…" Le garçon disparu à nouveau dans sa chambre cette fois. Il revint quelques minutes plus tard, non sans avoir fait un certain bordel dans ses affaires. Il tendit un morceau de papier à Leah. "Je comptais te l’envoyer par la poste de façon anonyme, mais maintenant que tu es là…C’est l’autographe des membres du groupe Artic Monkeys…je sais que tu les aimes bien. " Il lui sourit. Ryd se demandait encore ce qui lui avait pris de demander leur autographe pour une amie à qui il ne parlait plus, mais il n’avait pu s’en empêcher. C’était un groupe que tous les deux aimaient beaucoup et ils avaient souvent voulu aller les voir en concert, mais ils n’avaient jamais pu pour de multiples raisons. Lorsque finalement Ryder avait pu aller les voir en spectacle, il avait logiquement pensé à son ancienne amie. "Ça a du bon d’être dans l’entourage d’une jeune vedette. On a des passes VIP! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down... Empty
MessageSujet: Re: 00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down...   00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

00. [Appart de Ryder & Robbie] I let you down...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 1
-