Choriste du mois


Partagez | 
 

 01. If we were in a horror movie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
01. If we were in a horror movie. Empty
MessageSujet: 01. If we were in a horror movie.   01. If we were in a horror movie. EmptyMar 25 Oct - 17:49

La brume avait enveloppé une partie de la ville en cette matinée tranquille, donnant à l’atmosphère un aspect inquiétant. Le mois de septembre venait à peine de débuter que déjà Ecaterina avait l’impression d’avoir un pied bien ancré en automne –automne qui ne tarderait pas à pointer le bout de son vilain nez. Non pas que cela la dérangeait, elle aimait cette saison. Cependant, elle qui espérait profiter encore un peu du beau temps, force était de constater qu’elle devrait se contenter des rares éclaircies et des températures frileuses à partir de maintenant.

Son retour à Lima avait été plutôt réussi. Les gens semblaient heureux de la revoir après toutes ces années. Rien n’avait changé en ville, la couleur du ciel était semblable, les rues étaient les mêmes. C’est vrai, ses camarades de classe avaient évolué mais au fond, ils n’étaient pas tellement différents de ce qu‘elle avait connu d‘eux autrefois. Lors du mariage de Sam et Quinn, elle en avait croisé quelques-uns. Durant la cérémonie, on l’avait regardée, jaugée de bas en haut et elle qui avait déjà la sensation de ne pas être à sa place s'était aperçue que son sentiment d’embarras n’avait cessé de s’accroître au cours de la soirée. Pourtant, la jeune femme avait courageusement pris sur elle en souriant beaucoup trop, sans pour autant être totalement convaincue que cela était sincère ; Ecaterina se sentait coupable, stupide encore et au final, revenir dans cette ville n’était peut-être pas une bonne idée.

Malheureusement, elle ne pouvait plus faire marche-arrière. Emma Pillsbury l’avait convaincue de rester pour de bon, et après des heures à peser le pour et le contre et à faire une rétrospective de ces cinq dernières années passées à se morfondre sur son triste sort, elles en étaient venues à une conclusion : tous les gens qu’elle aimait se trouvaient dans cette ville. Alors, pourquoi repartir pour Cincinnati, reprendre le cours de sa vie et s’obstiner à faire semblant pour risquer de s’enfoncer de nouveau dans la mélancolie ?

Les yeux rivés sur l’imposante enseigne, la jeune femme plissa doucement les yeux, soudainement anxieuse. Dans les films d’horreur, la petite blonde en détresse qui se retrouvait nez-à-nez avec l’enseigne d’un garage d’une petite ville au ciel chargé de brume, était souvent la première à y passer. Se redressant pour se donner une contenance, elle plissa davantage les yeux en se mordant brièvement la lèvre inférieure. Non, non elle était persuadée de ne pas se faire poursuivre par un psychopathe avide de chair fraîche. Après tout, les habitants de Lima étaient parfaitement équilibrés. L’écho d’un klaxon résonnant au loin la fit violemment sursauter et dans la foulée, avancer de quelques pas rapides ; il lui fallait au moins cela pour lui donner un peu de courage.

La première personne qu’elle avait mise au courant de son retour officiel à Lima était Dorian, son frère qui s’était empressé de lui proposer de revenir vivre avec lui –ce qu’elle avait poliment refusé. Aujourd’hui, elle avait décidé de mettre sa cousine, Lynn au parfum. Ecaterina avait assumé son retour, elle ne s’était pas cachée en attendant patiemment la date fatidique du mariage de ses amis pour faire son entrée. Dès son arrivée, elle n’avait même pas pris le temps de déposer ses valises à l’hôtel, et avait filé retrouver son frère, puis sa cousine. Cette dernière ne l’avait pas très bien accueilli. Soit Cat ne lui en voulait absolument pas. Elle le méritait, et s’était préparée à recevoir un tas de reproches de la part des gens qu’elle avait abandonné –c‘était normal. Elle ne cherchait pas à se dédouaner et en était parfaitement consciente : elle avait fait la pire erreur de toute sa vie en quittant cette ville. Si son quotidien était de supporter tout ces regrets et bien, elle était prête. De toute manière, cela faisait déjà cinq ans qu’elle vivait de cette façon alors une ou deux années de plus, ce n’était pas la mer à boire.

Jamais elle ne s’était imaginée retrouver Lynn dans ce genre d’endroit. Bien sûr, elle ne se permettrait jamais de la juger parce qu’elle savait que les choses n’avaient pas été faciles pour elle. Dorian lui en avait beaucoup parlé. D’ailleurs, c’est lui qui lui avait glissé discrètement qu’elle travaillait au Garage Hummel. Après des semaines d’hésitations, Ecaterina prenait enfin son courage à deux mains : une discussion digne de ce nom s’imposait. Oui, elles s’étaient vues ici où là en évitant toujours de se retrouver toutes les deux seules dans la même pièce. Elles n’avaient donc pas parlé –jamais, depuis son retour.

Ecaterina tenait à la voir maintenant, mais elle comprenait aussi que de son côté, Lynn refuse de lui parler. S’avançant encore un peu, Cat passa la tête par l’entrebâillement de la porte de l’atelier ; elle avait la nette impression qu’il n’y avait personne, ce qui renforça son angoisse.

« Il y a quelqu’un ? » marmotta-t-elle assez fort pour se faire entendre : personne ne répondit. Tatillonne, Cat lança un regard circulaire dans l’atelier et s’engagea dans l'allée « Hey… ho ? »

Il devait bien y avoir quelqu’un dans ce garage. Autrement, il ne serait pas ouvert, se dit-elle. La mine contrite, Cat joignit ses mains et s’avança près du comptoir sur lequel elle se pencha furtivement pour vérifier si personne ne se cachait derrière, mais rien. Appuyant ses paumes sur la matière dure du comptoir, la jeune femme tapota des doigts dessus alors que son regard s’arrêta sur un bloc-note à côté de la caisse enregistreuse. Ecaterina vrilla légèrement le visage, un peu déçue puis résignée, empoigna un stylo avant de faire glisser le bloc de papier jusqu’à elle. Tant pis, elle lui laisserait un petit mot.


Dernière édition par Ecaterina S. Robertson le Ven 11 Nov - 13:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn S. Sawyer
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
Age : vingt-quatre ans • née le vingt-et-un décembre.
Occupation : a travaillé pendant cinq ans au hummel's garage. vient de demander des congés d'un ans pour aller étudier à new york la littérature. elle vient juste de passer son 'bac' en candidat libre. a étudié deux ans à new york. vient de se faire transférer à l'université de lima pour terminer son cursus. littérature, option cinéma. elle a fait quelques stages dans un journal en tant que pigiste.
Humeur : motivée pour avancer et prendre un nouveau départ (encore). in the end everything will be okay; if it's not okay, it's not the end.
Statut : célibataire depuis peu.
Etoiles : 1070

Piece of Me
Chanson préférée du moment : astronaut • simple plan
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
01. If we were in a horror movie. Empty
MessageSujet: Re: 01. If we were in a horror movie.   01. If we were in a horror movie. EmptyMer 26 Oct - 5:29

L'été avait pris fin trop rapidement niveau météorologique au gout de Lynn. Les beaux jours semblaient bien lointains maintenant quand on voyait ce ciel gris qui persistait depuis le matin. Etrangement, le temps dehors influencait souvent sur les émotions des gens, du moins, sur ceux de Lynn. Un soleil avec un grand ciel bleu donnait souvent de l'énergie alors qu'un temps gris et maussade était messager d'une petite dépression. La brunette avait vu un reportage récemment sur ce sujet d'ailleurs. Ils disaient que cet effet avait été détecté notamment dans les pays Nordiques où le soleil était moins présent en hivers. D'après ce que la miss avait compris de l'émission, l'état de dépression pouvait être vaincu grâce à la vitamine D que distribuait à profusion le soleil. C'était donc pourquoi quand les temps gris étaient trop présents, les gens avaient tendance à se sentir en petite forme. Lynn se sentait déjà pas très bien ces derniers jours alors si en plus on lui rajoutait un sale temps, ça n'allait pas s'arranger rapidement.

Pour être tout à fait honnête sur son état d'esprit, Lynn devait avouer que ça avait beaucoup à faire avec le retour de sa cousine par alliance en ville plutôt qu'à cause du temps. Lynn avait été assez perturbée lorsque celle ci avait décidé de tout abandonner suite à une dispute avec son frère. Elle n'avait pris en compte les sentiments de personne et avait tout laissé derrière elle. La jeune brune n'avait pas compris son comportement qui lui avait énormément rappelé celui de son père lorsqu'il avait claqué la porte et les avait abandonnées sa mère et elle. C'était sans doute pour ça qu'elle en avait autant voulu à Ecaterina d'être partie. Lynn pensait avoir réussi à trouver une petite place au sein du foyer que formaient Dorian et Cat', et pourtant... Si elle avait compté un petit peu, Ecat aurait hésité à partir non ? Non, en fait non. Lynn savait que Gale comptait énormément pour Cat, et il n'avait pas non plus fait la différence. Durant les premières semaines, il avait été dur pour la jeune ado de ne pas croire que Cat reviendrait. Elle avait eu du mal à se défaire de cette idée, mais maintenant, quatre ans plus tard, elle avait presque oublié. Elle avait réussi à se faire à l'idée qu'elle ne devait plus se « reposer » sur personne. Elle s'était faite avoir en pensant qu'elle pouvait compter sur Ecat, du moins elle l'avait ressenti comme ça.

Lorsqu'elle avait revu Ecaterina en chair et en os, elle avait été pétrifiée sur place. Elle pensait au début que c'était une illusion mais vu la tête de cette dernière lorsque leurs regards s'étaient croisés, il n'y avait aucun doute, c'était bien elle. Ici. A Lima. Le sentiment qui avait alors envahit la jeune femme avait été le même que celui qui l'avait traversée après le départ de la blondinette: la colère. Mais après tout, si ça se trouvait elle n'était là que pour un évènement dans une librairie et qu'elle allait repartir juste après. Mais Lynn n'avait pas voulu le découvrir. Elle n'avait pas vraiment parlé à Cat lors des quelques fois où elles s'étaient vues. Elle s'était contentée de l'éviter et d'éluder les questions ou conversations avec sa cousine. Elle lui en voulait. Oh oui. Surtout pour avoir fait souffrir Dorian et Gale comme ça. Ce n'était pas Cat qui les avait vu « breakdown » soudainement. Elle n'avait pas vraiment vu ce qu'elle avait fait. A voir les gens qui étaient autour de sa cousine maintenant, ils avaient tous l'air enthousiastes à l'idée de la revoir en ville. Comme si elle pouvait être pardonnée d'un claquement de doigts pour son « abandon »; un peu comme si elle « avait du partir » pour accomplir ce qu'elle devait accomplir - d'ailleurs Lynn ne savait pas trop ce que c'était - et que personne n'avait le droit de se mettre en travers de ça. Cette attitude rappelait beaucoup à Lynn le comportement de Serena Van Der Woodsen dans Gossip Girl. La fille a qui tout sourit et à qui on pardonne tout. Certes, Lynn ne savait pas vraiment si Cat avait réussi ou pas, mais bon, l'idée était la même. Mais Lynn était là le jour du départ. Elle savait que son départ n'avait rien à voir avec les convictions de Cat' qu'elle ne pouvait pas succeed ici, à Lima. Et il lui faudrait bien plus qu'un sourire pour que les deux filles soient « ok ».

La pause café avait sonné au garage Hummel. Lynn travaillait là depuis maintenant presque trois ans. Si un jour on lui avait dit qu'elle ferait de la mécanique, elle aurait bien rigolé. La seule chose qu'elle connaissait des voitures, c'était la couleur et la forme. Mais lorsqu'elle avait choisi d'abandonner les cours, il se trouva que son job étudiant fut supprimé et de par ce fait, elle dû trouver un autre travail. Ce ne fut pas une partie de plaisir. N'ayant pas son diplôme et n'ayant pas dix huit ans encore, la plupart des jobs lui étaient refusés. Ce ne fut que grâce à Finn Hudson qu'elle parvint à obtenir un job au garage. Elle ne pouvait pas faire la difficile alors elle accepta. Elle lutta longtemps pour apprendre tout ce qu'elle devait apprendre. Elle emprunta de nombreux livres à la bibliothèque sur le sujet pour montrer sa bonne foi. Visiblement, cela marcha puisqu'elle y travaille encore. Elle n'était pas très fière de son job et préférait éviter d'en parler. C'est pourquoi elle ne l'avait même pas dit à son cousin lorsqu'ils s'étaient revus.

Assis autour de la machine à café à l'intérieur du garage, ils étaient en plein débat sur les sorties cinéma de la semaine lorsqu'une voix de femme se fit entendre à l'accueil. Lynn ne la reconnu pas, la voix étant trop faible d'où elle était. Ayant terminée sa tasse, elle se proposa pour aller accueillir la cliente, du moins ce qu'elle pensait être une cliente. « J'y vais, j'ai terminé ! ».

Lynn se leva et se rendit dans l'autre pièce, bien plus large que la salle de repos. Elle remit une bretelle de sa salopette avant de lever les yeux dans un sourire discret - celui avec lequel elle est censée accueillir - mais celui ci se figea rapidement en voyant qui était la jeune femme en face d'elle. Ecaterina. Déglutissant de surprise, Lynn passa derrière le comptoir en remettant une mèche de cheveux derrière son oreille. Elle évita le regard de Cat lorsqu'elle lui demanda « Qu'est-ce que tu fais là ? ».

La brunette sentait que ses joues étaient un peu rouges de honte de s'être fait surprendre comme ça mais elle se rattrapa bien vite et se repris en levant ses yeux vers Cat. Comment avait-elle su qu'elle travaillait là ? Est-ce que c'était du hasard ou non ? Essayant de trouver une réponse en regardant Cat, elle détourna encore les yeux avant de s'essuyer la joue où elle sentait que de la suie trainait. Elle devait avoir un look complètement décalée comparée à sa cousine qui était très propre sur elle concernant sa tenue vestimentaire. Lynn n'allait pas se justifier, mais ses vêtements de boulot... Jamais elle ne les mettait en dehors de ses heures de travail. Faisant semblant de ranger derrière le comptoir, elle attendit la réponse d'Ecat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
01. If we were in a horror movie. Empty
MessageSujet: Re: 01. If we were in a horror movie.   01. If we were in a horror movie. EmptyMer 26 Oct - 14:19

Ecaterina dégagea son visage de quelques longues mèches de cheveux, posant graduellement la mine du stylo sur le papier ; elle ne savait même pas quoi écrire, elle butait tellement sur les mots ces derniers temps que c’en était ridicule. N’était-elle pas censée être douée pour ça ? Pour exprimer ses sentiments à travers de longues phrases pompeuses et de formulations poétiques ? Elle l’avait été pendant de nombreuses années, tout lui venait plus ou moins facilement ; il ne lui fallait que croiser le regard de quelqu’un, sentir une odeur particulière ou être submerger par un sentiment pour qu’elle se mette à écrire des pages et des pages entières qui, mises bout à bout, étaient plutôt agréable à lire. Mais aujourd’hui, ce n’était plus le cas. Elle était incapable d’écrire même un petit mot sur un post-it. En plus d’être désespéré, Ecaterina trouvait franchement que son cas était d’un pathétique affligeant.

Tapotant la mine sur le papier, elle laissa des petits points irréguliers se former sur le blanc immaculé de la feuille. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien lui dire ? Ce n’était pas si compliqué que ça, bon sang, et roulant des yeux face à sa propre gaucherie, elle glissa rageusement une mèche de cheveux derrière son oreille et se pencha davantage pour trouver son appui, et enfin commencer à écrire ; c’est à ce moment précis qu’une voix féminine se fit entendre. Ecaterina tourna subitement la tête ; le ton glacial qu’avait emprunté sa cousine la doucha, mais elle ébaucha tout de même un sourire à son intention. Lynn avait toujours été jolie, mais elle était forcée d’admettre qu’elle ne s’était pas enlaidie avec le temps.

Se redressant peu à peu, la jeune femme glissa une nouvelle fois une mèche de cheveux derrière son oreille ; Lynn évitait son regard, elle l’avait remarqué tout simplement parce qu’elle était une experte en la matière et que toutes les pirouettes qu’elle avait utilisé au cours de sa vie –éluder les questions, enchaîner les informations, refuser d’affronter le regard des autres, elle les connaissait par cœur. N’empêche que Lynn pouvait compter sur elle pour faire comme si elle ne remarquait rien ; elle savait à quel point cela était gênant quand quelqu’un mettait le doigt sur ce genre de détails. Redressée face au comptoir, Ecaterina estompa en pinçant les lèvres le baume qu’elle portait sur la bouche. Il faisait déjà froid dehors, mais la tension palpable entre elle lui donna quelques frissons supplémentaires. Pourtant, elle ne se départie pas de sa sérénité, et lança un regard en biais à sa cousine, esquissant un demi sourire quant à sa question.

« Je –hum, on m’a dit que tu travaillais ici. » répondit-elle en la suivant des yeux. Lynn portait bien la salopette, mais elle jugea qu’il n’était pas nécessaire de le lui faire remarquer, et resserra nerveusement l’étreinte de ses doigts sur le stylo qu’elle tenait toujours « J’ai pensé qu’on pourrait peut-être discuter, on n’en a pas vraiment eu l’occasion au cours de ces deux mois. »

Si Lynn tentait de cacher son embarras, c’était raté. Presque avidement, la jeune femme suivait ses mouvements qui transpiraient la nervosité. Ecaterina la comprenait, vraiment. Dorian lui avait dit qu’en réalité, Lynn ne l’avait pas mis au courant qu’elle travaillait au garage. Perspicace, la blondinette s’était doutée que si elle ne l’avait pas fait, c’est parce qu’elle avait peut-être peur de le décevoir ; elles étaient pareilles. Ecaterina n’avait pas non plus une vie glorieuse ; elle s’apprêtait à abandonner ses études, le domaine dans lequel elle pensait pouvoir avoir sa chance ne lui plaisait plus autant qu’avant, et son inspiration avait filée. C’était sans compter tout ces petits jobs minables qu’elle avait dû faire au cours de toutes ces années –et ce contrat avec cette boutique de lingerie, c’était l’une des plus grosses hontes de sa vie. Si Lynn savait, elle ne serait pas autant embarrassée en sa présence. Ecaterina ne se permettrait jamais de la juger, ce n’était pas son rôle, elle n’en avait pas le droit puis, elle était bien placée pour savoir que la vie n’était pas un long fleuve tranquille.

Posant le stylo à côté du bloc, la jeune étudiante obliqua le visage pour lancer une œillade à l’atelier ; elle était venue dans ce garage plusieurs fois, quand elle était adolescente. L’ancien propriétaire était le beau-père de l’un de ses amis, Finn Hudson. Elle avait appris de la bouche de Quinn que Burt Hummel était mort, cela l’avait beaucoup chagriné, c’était quelqu’un qu’elle appréciait. Ses pupilles claires s’arrêtèrent sur une voiture décarcassée, alors que le silence s’installa peu à peu entre les deux jeunes femmes. Ecaterina ne voulait pas que la tension ne grandisse davantage aussi, elle détourna la tête et se concentra de nouveau sur Lynn.

« Tu sais, j’ai décidé de rester… » dit-elle doucement. Elle essaya de faire passer la nouvelle avec un petit sourire, mais sa phrase lui paraissait si désuète qu’une vague de chaleur impromptue fit s’empourprer ses joues. D’ailleurs, elle baissa la tête avant d'ajouter avec précaution « Je voulais juste que tu le sache, alors… voilà. »

Ses mains retrouvèrent le comptoir pour un temps, mais elle ne releva pas la tête pour autant. Oui, Ecaterina était gênée. Elle ne voulait pas que les gens lui pardonnent d’être partie si vite, de n’avoir même pas pris la peine de leur dire au revoir, c’était bien trop leur demander. A leur place, elle n’aurait pas bien réagi, non plus. C’était ça, le plus incroyable : elle ne comprenait pas les gens qui partaient de cette façon, mais il ne lui avait fallu que quelques secondes pour préparer ses affaires et s’enfuir. Elle n’était pas courageuse, elle ne l’avait jamais été et ne le sera sans doute jamais. Il fallait qu’elle vive avec, qu’elle assume cette grosse part de lâcheté dont elle avait fait preuve ; cette visite était apparemment l'occasion rêver pour commencer.

« C'était peut-être pas une bonne idée. » décréta-t-elle en constatant que sa cousine ne relevait pas. Ecaterina cilla un instant, furetant fébrilement le comptoir du regard, elle ajouta –avec douceur, cependant « Je vais te laisser, tu dois avoir beaucoup de travail. » et se retourna avec une certaine hésitation pour quitter le garage. Résolution numéro un : ne plus jamais débarquer à l'improviste.


Dernière édition par Ecaterina S. Robertson le Ven 4 Nov - 18:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn S. Sawyer
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
Age : vingt-quatre ans • née le vingt-et-un décembre.
Occupation : a travaillé pendant cinq ans au hummel's garage. vient de demander des congés d'un ans pour aller étudier à new york la littérature. elle vient juste de passer son 'bac' en candidat libre. a étudié deux ans à new york. vient de se faire transférer à l'université de lima pour terminer son cursus. littérature, option cinéma. elle a fait quelques stages dans un journal en tant que pigiste.
Humeur : motivée pour avancer et prendre un nouveau départ (encore). in the end everything will be okay; if it's not okay, it's not the end.
Statut : célibataire depuis peu.
Etoiles : 1070

Piece of Me
Chanson préférée du moment : astronaut • simple plan
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
01. If we were in a horror movie. Empty
MessageSujet: Re: 01. If we were in a horror movie.   01. If we were in a horror movie. EmptySam 29 Oct - 4:48

Lynn savait que Ecaterina était une experte quand il s'agissait d'éluder les questions ou d'avoir un comportement fuyant. En un an, elle avait eu le temps de cerner plutôt bien sa cousine par alliance malgré ce qu'elle pouvait penser. Lynn n'était pas complètement stupide et ce genre de comportement, elle aussi le remarquait souvent car c'était son domaine également. C'est pourquoi aussi elle ne posait jamais de questions gênantes ou déplacées la plus part du temps. Cette fois ci cependant, Ecat sembla aller droit au but en prenant son courage à deux mains.

La jeune femme leva ses yeux en arrêtant de faire ce qu'elle prétendait faire. « On m'a dit que tu travaillais ici. ». La première pensée de Lynn fut de se demander « Qui ça 'on' ? » mais aussitôt qu'elle eut pensé ça, elle se dit que c'était une question stupide. Cat' avait sans aucun doute parlé à avec Gale qui était ami avec Finn, enfin, si ça se trouvait Cat avait parlé avec Finn aussi - Lynnette n'avait jamais vraiment bien compris ce qu'il se passait entre Finn et sa cousine par alliance mais bon - et comme Finn était à l'origine du job de la brunette, l'un ou l'autre lui avaient surement dit. Il n'était pas passé par l'esprit de Lynnette que s'eut pu être Dorian le « cafteur » vu qu'elle ne lui avait jamais mentionné et elle ne pensait pas qu'il soit au courant. Prise sur le fait, la jeune femme se sentait complètement coincée mais elle ne voulait pas perdre la face devant Ecat. Pas question.

Lorsqu'elle lui dit qu'elles devraient parler, Lynn baissa lentement la tête en jouant avec ses bretelles de salopette. Elle devait avouer qu'elle aimait bien les salopettes depuis quelques temps. Quand elle était jeune, elle avait toujours rêvé d'en avoir une mais elle n'avait jamais trouvé le temps ou l'occasion d'en acheter une. A vrai dire, elle n'avait pas d'argent de poche alors ça réduisait beaucoup ses possibilités d'achats. Et lorsqu'elle faisait les courses avec sa mère, cette dernière refusait de lui acheter ça. Laissant glisser ses doigts le long du tissu, elle ne su pas quoi répondre à Cat. Il fallait savoir une chose à propos de Lynn. La brune avait toujours été très bavarde aux premiers abords avec les inconnus. Elle pouvait raconter un peu tout et n'importe quoi, et bien souvent, ça faisait rire les gens. Elle faisait partie de ce groupe de personnes sur qui vous pouvez compter pour vous remonter le moral car elle ne voyait que le côté positif des choses. Néanmoins, depuis un certain temps, la jeune femme avait perdu cette vitalité qui la faisait aller vers les gens qu'elle ne connaissait pas et pétiller à son habitude. Le fait que sa semi-cousine se soit autant éloignée d'elle n'aidait pas son cas non plus. Lynn avait beaucoup de mal à oublier ses déceptions. Peu importait qu'elle le montre ou non, Lynn gardait cette méfiance envers les gens une fois sa confiance trahie. D'ailleurs elle ne le montrait jamais mais si on prêtait attention à au ton de sa voix, on pouvait facilement le deviner. Ce qu'il y avait à faire dans ce cas là ? Refaire ses preuves en quelques sortes et surtout, être très patient.

Regardant Cat en face maintenant, Lynn ne savait toujours pas quoi dire. A vrai dire, elle ne pensait pas avoir quelque chose à dire. Elle n'aimait pas exprimer ses sentiments en personne. Par écrit, tout était plus simple pour elle. Elle se cachait derrière les lettres imprimées sur le papier. Il était beaucoup plus facile de réfléchir avant d'écrire ses sentiments que de les exprimer en « live » sans avoir le temps de les mettre en ordre. C'est pourquoi à sa déclaration, Lynn se contenta d'attraper une pile de formulaires et factures qui trainait sur le bureau et elle commença à soulever les feuilles, faussement intéressée par ses gestes. Ca lui avait juste permis de détourner son attention de la petite blonde devant elle et de réfléchir à quoi dire. Mais les mots ne vinrent pas et un silence s'installa. Mais avant qu'il ne tarde trop, Cat reprit la parole.

Cachant sa stupéfaction de la déclaration d'intention de rester de la miss, Lynn aggrapha deux feuilles qui n'avaient absolument pas à l'être mais c'était plus simple ainsi. Elle dégluti silencieusement, cherchant toujours ses mots. Quoi de pire pour quelqu'un qui prétendait écrire que de perdre son matériel de travail ? Lynn ne se considérait pas du tout comme écrivaine, loin de là. Elle n'avait à son actif que quelques épisodes de son script de série dramatique-comique. Et puis écrire des scripts n'était pas pareil que d'écrire un roman. Ce n'était pas comme Ecaterina. Elle voulait être écrivaine non ? Si ses souvenirs étaient bons. Mais peut être qu'elle avait changé et ne voulait plus faire pareil depuis cinq ans.

Cinq ans. Cinq ans sans un mot et il semblerait qu'Ecaterina soit venue ici pour que Lynn oublie ce qu'elle avait fait. Techniquement, ce n'était pas non plus un crime d'être partie comme ça; mais Lynn ne pouvait s'empêcher de lui en vouloir. N'ayant pas vraiment envie d'argumenter et de déclancher des discutions animées sur son lieu de travail, la brune posa ses feuilles agraphées et en pris deux autres avant de répondre. « C'est gentil de m'avoir prévenue. ». Certes la phrase pouvait sembler un peu glaciale mais le ton de Lynn était plutôt hésitant et tremblant. Il lui semblait qu'Ecat la prévenait souvent de ce qu'elle allait faire. Comme la fois où elle lui avait dit qu'elle partait. Well... Elle ne lui avait pas techniquement dit. Mais elles s'étaient dit au revoir. Est-ce que Cat pensait qu'en lui disant qu'elle restait tout irait bien ? Est-ce que Dorian était au courant ?

Le temps qu'elle réfléchisse encore et Cat avait déjà tourné les talons en lui disant qu'elle devait être débordée. C'est alors qu'un autre employé arriva, il avait probablement observé la scène depuis un moment parce qu'il déclara d'une voix forte « C'est bon Lynn, on a fini la journée. Tu peux y aller. ». « Mais j'ai... ». Son collègue lui fit un signe de tête en direction de Cat. Lynn lui répondit avec des gros yeux d'un air pas convaincue mais devant l'air déterminé de son ami, elle capitula en soupirant discrètement. Faisant le tour du comptoir, elle se rapprocha rapidement de Cat avant que celle ci ne soit totalement sortie du garage. « Ecaterina, attends ». Lynn la rattrapa et s'arrêta à son niveau. « Ce n'est pas à moi que tu devrais dire ça ». Lynn pensait à Dorian bien sur mais aussi à Gale. Elle ne savait pas si Cat leur avait déjà parlé mais c'était la seule phrase qu'elle avait trouvé pour engager ne serait-ce qu'un début de conversation. Il lui avait fallu un grand effort pour faire un pas vers Cat. Certes, elle en avait fait un vers elle avant... Alors peut être que c'était à son tour. Même si elle ne la pardonnerait pas comme ça. Et puis c'était vrai qu'elle avait des choses à dire à sa cousine. Mais elle ne voulait pas vraiment le faire parce qu'elle n'aimait pas reprocher aux gens des choses. Alors elle ne le ferait que si elle y était forcée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
01. If we were in a horror movie. Empty
MessageSujet: Re: 01. If we were in a horror movie.   01. If we were in a horror movie. EmptySam 29 Oct - 16:59

Emma Pillsbury n’était pas conseillère d’orientation psychologue pour rien. Elle avait mis tout en œuvre pour faire flancher Ecaterina et lui faire accepter le fait que revenir à Lima serait la meilleure des choses à faire pour elle et son avenir. Elle lui avait fait savoir que si elle comptait réellement arrêter ses études pendant un temps, elle l’accueillerait à bras ouverts dans son association pour qu’elle puisse avoir au moins quelque chose à quoi se raccrocher, une occupation qui lui permettrait de combler ses journées, c’était toujours mieux que de ruminer et retourner dans tous les sens les décisions qu’elle avait pris au cours de ces dernières années. Bizarrement, le choix avait été plutôt facile à faire parce qu’elle avait déjà envisagé cette solution auparavant –plusieurs fois en réalité ; revenir dans cette ville, s’inscrire dans la fac voisine et reprendre le cours de son existence, avancer comme tous les autres. Seth avait appuyé cette solution parce que, disait-il, il ne pourrait pas envisager sa nouvelle vie en la sachant aussi loin –il avait le chic pour dramatiser les choses, Cincinnati n’était qu’à deux heures à peine de Lima.

Ecaterina ne voulait pas faire table rase du passé, elle savait que c’était impossible, car elle avait fait trop de mal autour d’elle, et que la culpabilité qu’elle éprouvait chaque jours étaient bien trop forte pour qu’elle puisse faire comme si elle n’existait pas. Toutefois, elle était prête à assumer ses actes, à parler aux personnes qu’elle avait fait souffrir. Rien ne serait facile, Cat allait sans doute beaucoup pleurer au cours de ces prochaines semaines, se répéter inlassablement sans pour autant les supplier de la pardonner et cette impression d’avoir gâché sa vie reprendrait le dessus –tant pis, il fallait qu’elle le fasse.

Lynn lui en voulait, Ecaterina le comprenait. Elle avait cru bon la prévenir de son retour pour que les choses soient moins douloureuses à affronter : si elles se croisaient dans la rue la semaine prochaine alors qu’elle était censée être repartie pour Cincinnati, comment les choses se dérouleraient ? Ecaterina était peut-être lâche, mais elle était honnête ; le mensonge ne faisait pas partie de la liste de ses nombreux défauts. Alors oui, Lynn pouvait trouver son initiative particulièrement gonflée, elle en avait totalement le droit, mais au moins la jeune femme avait tenté une approche ;

Elle ne forcerait personne à lui parler. Ecaterina avait assimilé le fait que ses anciennes connaissances puissent la détester. Certes, c’était une chose à laquelle elle s’était très bien préparée, mais s’imaginer être la cible du ressentiment des autres était une chose, affronter cette vague de déception qui déboulait à mesure qu’elle revoyait certains de ses anciens amis en était une autre ; oui, c’était dur.

En s’avançant dans l’allée du garage pour reprendre son chemin, Ecaterina entendit le collègue de Lynn lui dire qu’elle avait terminé sa journée. Un petit sourire se dessina au coin de ses lèvres, mais elle ne s’arrêta pas pour autant. Le ton qu’avait utilisé sa cousine était sans équivoque, et Cat s’était jurée de ne pas jouer les martyrs ; jamais elle ne prétendrait être une victime, jamais elle n’utiliserait son passé pour expliquer sa décision. Pourtant, cela aurait été beaucoup plus aisée pour elle, car en expliquant aux autres ce qu’elle avait vécu peut-être qu’ils comprendraient qu’elle ait eu ce besoin presque vitale de s’isoler du reste du monde. En attendant, personne ne pouvait la comprendre, et bien qu’elle tachait d’y réfléchir avec la plus grande des dextérités, il était particulièrement compliqué pour elle de mettre des mots sur son acte non-prémédité.

La voix de Lynn résonna dans son dos –c’était inespéré, et Ecaterina se stoppa nette. Sans aucune hésitation cette fois, elle se retourna ; la jeune femme regarda sa cousine un instant et la gratifia d’un petit sourire qui malgré ses efforts pour paraître naturel, laissait entrevoir toute cette tristesse qu’elle avait ressenti pendant toutes ces années –tristesse qui s’accrut quand la brunette face à elle lui asséna une espèce de coup de grâce.

« Dorian est déjà au courant. » dit-elle doucement. Sa voix habituellement rauque était un peu plus veloutée, plus posée et cillant un moment, elle fronça les sourcils ; elle savait où est-ce que Lynn voulait en venir, cela l’angoissa. Cependant, Ecaterina se redressa légèrement puis tendit ses mains devant elle avec sérénité « Et… Gale ne l’est pas, mais ce… je ne sais pas comment je dois m’y prendre. Je ne pense pas qu'il veuille me voir, ni même me parler de toute façon, et je le comprend. » avoua-t-elle avec sincérité avant de baisser les yeux puis de les fermer une seconde.

Furetant le sol du regard, la jeune femme tritura le bracelet de la montre qu’elle portait au poignet droit –une habitude qu’elle avait gardé de son adolescence, ce qui trahissait qu’elle se sentait coupable et particulièrement mal à l’aise. Le bruit de la remorque plus loin la fit sursauter, et reprendre ses esprits par la même occasion. Obligée de relever la tête, elle arrêta ses pupilles claires dans les yeux presque noirs de sa cousine :

« Je suis contente de te voir. » marmotta-t-elle timidement. C’était une première : Ecaterina Sara Robertson ne savait pas quoi dire.


Dernière édition par Ecaterina S. Robertson le Ven 4 Nov - 18:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn S. Sawyer
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
Age : vingt-quatre ans • née le vingt-et-un décembre.
Occupation : a travaillé pendant cinq ans au hummel's garage. vient de demander des congés d'un ans pour aller étudier à new york la littérature. elle vient juste de passer son 'bac' en candidat libre. a étudié deux ans à new york. vient de se faire transférer à l'université de lima pour terminer son cursus. littérature, option cinéma. elle a fait quelques stages dans un journal en tant que pigiste.
Humeur : motivée pour avancer et prendre un nouveau départ (encore). in the end everything will be okay; if it's not okay, it's not the end.
Statut : célibataire depuis peu.
Etoiles : 1070

Piece of Me
Chanson préférée du moment : astronaut • simple plan
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
01. If we were in a horror movie. Empty
MessageSujet: Re: 01. If we were in a horror movie.   01. If we were in a horror movie. EmptyMer 2 Nov - 17:33

(Désoléee c'est pas terrible, je voulais faire mieux. Je ferais mieux next time)

Lynn trouvait qu'Ecaterina avait fait preuve de courage d'une certaine manière de venir lui parler ici, au garage. Depuis qu'elle était revenue en ville, les deux filles s'étaient à peine échangée quelques mots et regards. Lynn faisait son possible pour ne pas croiser le chemin de sa cousine par alliance, prenant bien souvent des routes compliquées pour pas grand chose. La brunette ne se cherchait pas d'excuses pour sa lâcheté devant la blonde, mais elle ne s'était pas attendue à la revoir maintenant ici. Il y avait maintenant près de trois ans qu'elle avait abandonné l'idée d'avoir de ses nouvelles. Au début, elle avait tenté de la trouver, se disant qu'elle devait être partie à Cincinatti, mais elle n'avait pas pu s'y rendre par manque de moyens et plus le temps passait, plus il était clair qu'Ecaterina, où qu'elle soit, ne voulait plus lui parler.

Le concept le plus dur pour Lynn fut de comprendre pourquoi elle faisait ce silence interminable alors que dans l'histoire, la jeune new yorkaise n'y était pour rien. Après tout, Ecaterina lui avait même dit au revoir et c'était dire... Car elle était la seule. Donc oui, Lynn considérait que faire un pas pour briser la glace était une preuve de courage et même si elle lui en voulait, Lynn aurait bien aimé avoir quelques réponses. Mais elle n'était pas de ce genre là, ou plus de ce genre là du moins: ceux qui posent des questions ou provoquent les gens pour avoir des réponses. Elle ne le faisait pas parce que cela impliquait de laisser voir ce qu'elle ressentait et Lynn détestait plus que tout au monde exposer ses sentiments. Alors au lieu de poser des questions sur pourquoi et comment, Lynn s'était contentée d'une déclaration simple et centrée sur les autres. Oui, Lynn pensait que l'intérêt des autres étaient plus important que son propre problème, donc le fait que Cat ait fait du mal à Dorian et Gale était plus important que le fait qu'elle lui en ai fait à elle aussi.

Le sourire d'Ecaterina sonnait faux et la miss se dit qu'elle pensait avoir signé un acte de trève mais il ne fallait pas qu'elle se trompe; Lynn ne souriait pas. Pour quelqu'un qui ne l'avait pas vue depuis cinq ans, cette personne pouvait à juste titre ne pas reconnaitre L. Saywer. Son comportement avait totalement changé. De nature très souriante et optimiste, elle était passée à très pressimiste et très fermée aux gens qu'elle ne connaissait pas ou qui avaient abusé de sa confiance. Elle était naïve... Maintenant elle se méfiait de tout et tout le monde. Dans ce sourire toute fois, Lynn nota une once de tristesse qu'elle ne fit pas remarquer et garda pour elle.

Elle remit une de ses mèches derrière son oreille tandis qu'Ecaterina lui annonçait que Dorian était déjà au courant. Dorian savait donc. Et il ne lui avait rien dit. A vrai dire, ils ne s'étaient pas encore vus cette semaine, c'était peut être à cause de ça. Mais il aurait pu l'appeler ! Enfin... Certes, c'était à Ecaterina de lui annoncer donc elle n'avait rien à lui reprocher. Lorsqu'elle parla de Gale, Lynn se passa la main dans les cheveux. Lynn et Gale s'étaient rapprochés après le départ d'Ecaterina et parfois il leur arrivait d'évoquer Cat, du moins au début, mais plus le temps passait et moins ils en parlaient. Lynn voyait bien qu'il essayait de tourner la page mais sans grand succès. « Je ne sais pas ce qu'il pensera.. Mais... Je pense que tu lui dois une explication plus que tu n'en dois une à moi. ». Lynn releva ses yeux sombres vers Ecaterina. Elle était tellement persuadée d'avoir raison.

Mal à l'aise par la dernière déclaration d'Ecaterina, Lynn détourna le regard et se mit à avancer pour qu'elles évitent de rester devant le garage. Elle n'était pas sure de vouloir que Kurt, Finn ou Damon entendent sa conversation avec Cat. Non pas qu'elle voulait leur cacher - toute façon l'un d'eux ayant vu Cat, ce n'était pas un secret et puis Lynn avait l'intention d'en parler à Finn - mais elle serait encore moins à l'aise si quelqu'un l'écoutait. Lynn se mit sur le trottoir et longea le mur extérieur du garage pour prendre la direction du centre ville. Elle ne savait pas quoi répondre à Cat. Est-ce qu'elle était contente de la revoir ? Peut être un peu. Mais même si c'était le cas, elle ne saurait pas quoi lui dire ni comment redevenir ne serait-ce amie avec elle. Il était dur de regagner la confiance de Lynn une fois jettée par la fenêtre. Alors au lieu de répondre, elle fit ce qu'elle faisait de mieux encore une fois. Elle s'intéressa à Cat pour éviter de parler d'elle même. « C'était comment... Wherever you were? Cincinatti j'imagine. ». On aurait pu croire que Lynn s'intéressait vraiment à la réponse - et même si ça l'intéressait un peu quand même et qu'elle allait garder l'information - c'était plus une diversion qu'autre chose.

Elle essayait de prendre un air détaché mais c'était assez difficle. De plus, Lynn non plus ne voyait pas vraiment quoi dire à Ecaterina. Qu'avait-elle espéré en venant la voir ? Pourquoi était-elle venue ? Attendait-elle que ce soit Lynn qui fasse la conversation ou voulait-elle que la brune lui crie dessus en exprimant ce qu'elle ressentait ? Parce que si c'était ça, elle faisait fausse route.

Lynnette frissonna sous son tee-shirt et croisa les bras pour tenter de se réchauffer. Elle en avait oublié son sweat dans la pièce commune en partant. Qu'elle idée avait-elle eu de suivre Cat hein ? Sa mauvaise fois ne cessait de lui faire croire qu'elle ne voulait pas de nouvelles de Cat et qu'elle devait être méchant avec elle pour lui faire comprendre ce qu'elle avait fait en partant, mais la vérité était tout autre. Lynn n'était pas profondément méchante et n'arrivait pas à faire de mal à une mouche même si celle ci lui en faisait baver tous les jours. La vie n'était pas facile à comprendre, du moins pour ce qui était des relations entre les gens. Même les psy ne savaient pas tout c'était certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecaterina S. Robertson
nothing but sunshine and rainbows
Age : 26 ans
Occupation : Bibliothécaire à l'OSU-Lima, auteure publiée, membre des Awesome Voices
Humeur : Changeante
Statut : Célibataire, "collabore" avec Tate Bartowski
Etoiles : 11641

Piece of Me
Chanson préférée du moment : ADELE – Rolling In the Deep
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
01. If we were in a horror movie. Empty
MessageSujet: Re: 01. If we were in a horror movie.   01. If we were in a horror movie. EmptyMer 2 Nov - 22:54

Si Ecaterina n’avait pris de nouvelles de personnes au cours de ces cinq années, ce n’était pas parce qu’elle n’en avait pas eu envie. Combien de fois avait-elle appelé Gale sans oser laisser un message sur son répondeur ? Elle ne comptait plus tellement c’était arrivé souvent au cours de sa première année en Californie. Ecaterina savait que toute cette histoire pouvait paraître abstraite aux yeux des autres, mais se couper du monde l’avait aidé à pardonner à son frère aîné. Ses anciens amis ne la connaissaient pas très bien en réalité, elle était une fille secrète et ils ignoraient l’histoire de la fratrie Robertson. Ce qu’ils avaient vécu pendant toutes ces années n’avait pas été une partie de plaisir, personne ne pouvait l’assimiler à moins d’avoir vécu exactement la même chose. La façon dont la jeune femme avait pris la révélation de Dorian pouvait paraître démesurée, elle n’en disconvenait pas. Seulement, ce n’était pas vraiment le cas : elle avait souffert étant enfant, elle n’était encore qu’une gamine à l’époque du lycée, elle avait cru faire la meilleure chose pour se préserver, pour ne pas sombrer dans quelque chose de si douloureux qu’elle avait été certaine qu’elle ne s’en remettrait jamais, ce qui l’avait persuadée de partir pour de bon. Ecaterina avait été utilisé à des fins purement intéressées par des tas de gens, on l’avait abandonnée à trois reprises puis, un jour elle s’était mise à penser qu’elle pourrait enfin vivre une vie tranquille, comme tous le monde… en une soirée, tout s’était écroulé.

Qu’est-ce que l’on attendait d’elle au juste ? Qu’elle accepte la situation avec le sourire ? Qu’elle avale la pilule sans se rebeller ? Ecaterina avait pensé rester à un moment donné –du moins, revenir la semaine suivant son départ pour ainsi faire comme si tout cela n’était pas important. Continuer à aller au lycée, à voir Gale et laisser ses cicatrices se refermer toutes seules aurait pu être une bonne solution à son problème, mais… que serait-elle devenue ? Elle en aurait encore voulu aujourd’hui à Dorian, si fort qu’elle refuserait même de le voir et les sentiments qu’elle éprouvait pour Gale auraient été chassé par la rancœur d’avoir été trahi par son frère aîné. Ils ne seraient sans doute même plus ensemble ou peut-être que rien n’aurait fonctionné entre eux malgré l’évidence. Son choix de partir était peut-être stupide, elle avait fait souffrir des gens et elle le regrettait amèrement, c’était une certitude. Néanmoins, si Ecaterina était restée ici, elle aurait sans doute fait davantage souffrir son entourage et cette perspective imaginaire la réconfortait tristement.

Elle n’avait pas envie de parler de Gale avec Lynn parce qu’il s’agissait là du sujet le plus délicat à aborder. Seth en avait été témoin ; il était difficile pour elle de rentrer dans le vif du sujet sans qu’elle ne se mette à pleurer. Ecaterina savait qu’elle lui devait des explications et au final, elle estimait que c’était ça sa plus grosse erreur : partir n’avait pas été difficile, c’était l’idée même de ne plus le revoir qui l’avait contrainte à se refermer davantage sur elle-même. Oui, elle aurait dû lui dire au revoir, mais de toute façon, il était trop tard pour revenir en arrière et le mal était fait ; cela ne l’empêchait pourtant pas de ruminer sur ce fait et d’y penser sans arrêt.

« Je sais. » répondit-elle suite à la phrase de sa cousine. Ecaterina releva la tête et inspira une grande bouffée d’air ; elle laissa son regard vadrouiller sur sa gauche et esquissa un sourire machinal en fourrant les mains dans les poches de sa veste.

Ecaterina ne s’attarderait pas dans cette direction. Lynn avait le droit de lui en vouloir, de la détester même si cela lui chantait, mais le fait est que cet aspect de l’histoire ne la regardait qu’elle et le jeune homme. Crispant les doigts à l’intérieur de ses poches, Cat concentra de nouveau son regard vers la brunette qui s’avançait vers l’extérieur. Ecaterina la suivit avec incertitude. Avant, elle était très douée pour cerner les gens dès la première rencontre, pour savoir comment ils réagiraient si elle leur tendait une perche ou une autre, mais dorénavant, elle n’était plus aussi talentueuse dans cette discipline. C’était devenu un challenge de connaître les réelles intentions des gens à son égard, alors comme à son habitude, elle se méfiait. Sur ce point là, elle n’avait pas beaucoup changé, d’ailleurs. A cet instant, Cat ne savait pas ce que Lynn pensait d’elle, elle était simplement persuadée qu’elle éprouvait une certaine colère envers elle –ce qui se confirma quand la jeune femme lui demanda comment c’était à Cincinnati.

La question de Lynn doucha Ecaterina qui s’arrêta en pleine marche, fronçant les sourcils. Est-ce qu’elle était en train d’insinuer qu’elle avait pris des vacances après son départ ? Que sa décision avait été facile à assumer ? La façon dont elle lui posa la question avec cette feinte désinvolture fit monter en elle comme un sentiment impromptu de colère. Lynn connaissait l’histoire, elle savait pourquoi elle était partie, elle avait assisté à la dispute et au fond d’elle-même, elle avait dû s’apercevoir dès les premiers éclats de voix que cette discussion animée n’avait pas d’autre issue que le départ de l’un d’entre eux. Les lèvres pincées, Ecaterina refoula les larmes qui bordaient ses yeux ; elle s’était jurée de ne pas pleurer, mais force était de constater qu’encore une fois, sa faiblesse était bien plus forte que sa raison.

« Tu as le droit de me haïr. » dit-elle calmement, la voix encore plus éraillée qu’à l’accoutumé. Ecaterina secoua lentement la tête, puis regarda en l’air sortant d’un même chef les mains de ses poches « J’ai fait une erreur, je la regrette… je suis venue ici pour te mettre au courant de mon retour en ville, pas pour implorer ton pardon. Même si, je t’avoue que je suis tentée de le faire… » Sa voix se brisa à mi-chemin, et elle déglutit rapidement pour se donner une contenance ; elle leva les mains devant et reprit plus nerveuse cette fois « Mais à quoi ça servirait ? » Elle laissa échapper un petit rire, et se résigna ; Lynn n’avait pas envie de lui parler, elle avait décidé qu’elle ne forcerait personne à lui adresser la parole alors, elle devait partir « J’étais sincère quand je t’ai dit que j’étais heureuse de te voir. Maintenant, je ne peux pas t’obliger à ressentir la même chose de ton côté. »

Avec douceur, Ecaterina termina sa phrase. Les yeux brillants, elle gratifia sa cousine d’un petit hochement de tête aimable. A l’extérieur, il faisait froid et la petite brise qui lui soufflait dans les yeux fit tomber une larme sur sa joue qu’elle balaya aussi vite d’un revers de main pour sauver les apparences. La blondinette lança un dernier regard d’excuse en sa direction puis reprit son chemin. Au moins, les choses étaient claires, n’était-ce pas la raison première de sa venue au garage ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn S. Sawyer
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
Age : vingt-quatre ans • née le vingt-et-un décembre.
Occupation : a travaillé pendant cinq ans au hummel's garage. vient de demander des congés d'un ans pour aller étudier à new york la littérature. elle vient juste de passer son 'bac' en candidat libre. a étudié deux ans à new york. vient de se faire transférer à l'université de lima pour terminer son cursus. littérature, option cinéma. elle a fait quelques stages dans un journal en tant que pigiste.
Humeur : motivée pour avancer et prendre un nouveau départ (encore). in the end everything will be okay; if it's not okay, it's not the end.
Statut : célibataire depuis peu.
Etoiles : 1070

Piece of Me
Chanson préférée du moment : astronaut • simple plan
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
01. If we were in a horror movie. Empty
MessageSujet: Re: 01. If we were in a horror movie.   01. If we were in a horror movie. EmptyVen 11 Nov - 6:45

Lynn s'arrêta lentement alors que Cat semblait ne pas avoir apprécié sa question sur Cincinatti. Peut être que le ton qu'elle avait employé n'était pas celui qu'elle voulait. Elle avait peut être un peu trop projeté sa rancoeur dans sa voix et visiblement, ça n'avait pas échappé à Ecaterina. Lynn se mordit la lèvre avant de se retourner pour regarder sa cousine par alliance. Elle ne la haïssait pas vraiment et elle ne voulait pas qu'elle croit ça mais elle n'avait pu empêcher son ton un peu méchant. Elle se détestait pour ça. Lynn détestait quand elle agissait comme ça de manière incontrolable et contre ses valeurs. Elle s'était promis de ne pas se laisser toucher émotionnellement à nouveau mais le retour de Cat avait un peu brisé son objectif. Elle n'arrivait plus à faire semblant, parce que oui, si Lynn laissait voir qu'une annulation de rendez-vous ou un retard ne la touchait pas, ce n'était pas la réalité. Ca l'affectait mais elle faisait comme si de rien n'était. Elle avait réussi à prendre ce ton dégagé et tout le monde marchait. Mais cette fois ci, ça n'avait pas marché. Elle avait perdu le contrôle et elle se mordait les doigts de l'avoir fait.

Elle laissa Cat' terminer sa tirade sans dire un mot et en regardant ailleurs, évitant toujours son regard. Tandis qu'Ecaterina avouait avoir envie de se faire pardonner, Lynnette se dit qu'elle n'avait pas à se faire pardonner. Elle avait fait un choix et c'était aux autres de l'accepter. On ne pouvait pas controler ce que les autres faisaient et parfois ça ne nous plaisait pas et il fallait l'accepter même si c'était dur. Lynn secoua la tête pour chasser cette idée de sa tête. Elle la savait vraie et savait qu'elle n'avait pas le droit d'en vouloir à Cat malgré ce qu'elle venait de lui dire. Ce n'était pas comme si Ecaterina lui devait quelque chose. Elles ne se connaissaient même pas deux ans avant qu'elle parte et elles n'avaient aucun lien sanguin comme elle lui avait bien fait comprendre au début. Elles n'étaient que cousines par alliance. Elle pouvait comprendre si Cat ne la considérait pas comme membre à part entière de la famille, elle avait finit par l'accepter. C'était juste que... Lynn avait tellement cru que les choses s'étaient améliorées et qu'elle avait réussi à trouver sa place parmis les Robertson qu'elle était redescendue bien vite de son escabot.

Raah. La jeune brune se détestait pour penser ainsi. Elle se détestait pour agir ainsi. Pourquoi était-ce si dur pour elle de reprendre un faux sourire et faire croire que tout allait bien pour tenter de rendre les choses ok? Quand on faisait semblant, au bout d'un certain temps on finissait par y croire n'est-ce pas? Et Lynn aurait bien aimé dire à Cat que tout allait bien et qu'elle ne lui en voulait plus. Elle aurait voulu discuter avec Ecat et que cette dernière lui raconte comment avait été la vie pour elle pendant ces cinq années. Oui oui, Lynn malgré tout aimait bien sa cousine et s'inquiétait pour elle. Il lui était impossible de tirer un trait définitif sur les gens. Même si elle était fachée contre eux, il y avait toujours un truc en elle qui voulait savoir ce qu'ils devenaient et qui voulait s'assurer qu'ils allaient bien. Lynn releva les yeux vers la blonde qui se tenait en face d'elle en ouvrant légèrement la bouche comme si elle avait répondre. Seulement, les mots restèrent coincés dans sa gorge.

Lynn aurait voulu dire quelque chose, n'importe quoi. Elle aurait voulu ne serait-ce que dire « Ecaterina » ou « Wait », mais rien ne sorti de la bouche ouverte de la jeune brune. C'était étonnant pour quelqu'un qui aimait écrire des scènes dramatiques dans des épisodes qui ne seront probablement jamais produits de ne pas savoir quoi dire. A croire que les deux écrivaines avaient quelques soucis avec la parole aujourd'hui - bien que Cat se soit rattrapé sur la fin. Lynn avait souvent imaginé ce que pourraient être ses retrouvailles avec Ecaterina et étonnemment, à chaque fois dans ses rêves, elle était beaucoup plus locace que cette après midi. A croire que tout ce qu'elle avait à dire avait disparu aussi rapidement que les rêves s'oublient. Lynn resta plantée au milieu de la rue à regarder Ecaterina s'en aller sans savoir quoi faire ou dire pour la retenir. Elle n'avait jamais été très brave et avait toujours évité les conflits au mieux parce qu'elle n'aimait pas s'énerver. A vrai dire, lorsqu'elle s'énervait, elle n'arrivait plus à réfléchir et argumenter - ce qui la rendait ridicule dans de grands débats important. En général elle en perdait la bataille car elle ne pouvait pas se justifier et défendre son point de vue. Elle, ce qu'elle savait faire, était de tourner la situation à la dérision mais cela ne marchait pas à chaque fois lors de disputes. Comme celle ci, même si ce n'était pas vraiment une dispute mais plus une mise au point si on pouvait dire. Mais le moment n'était pas à la rigolade et Lynn n'avait pas le coeur à ça non plus. Le ventre serré et sentant la nausée monter, la brunette regarda Ecaterina tourner au coin de la rue sans se retourner. Se sentant plus que mal, elle leva ses yeux embués au ciel - un peu comme une prière - en faisant demi tour. Elle avait été monstrueusement ridicule et s'en voulait déjà. Elle avait fait pleurer sa cousine et ce n'était pas du tout son intention. Elle qui pensait que parler en face à face arrangerait les choses... Ca n'avait fait que les empirer.


END OF THE TOPIC •• TO BE CONTINUED.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
01. If we were in a horror movie. Empty
MessageSujet: Re: 01. If we were in a horror movie.   01. If we were in a horror movie. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

01. If we were in a horror movie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 1
-