Choriste du mois


Partagez | 
 

 01. Songs bring back memories

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
01. Songs bring back memories Empty
MessageSujet: 01. Songs bring back memories   01. Songs bring back memories EmptyMer 26 Oct - 20:34

C’était un jeudi soir comme les autres, Ashandra était confortablement installée dans le fond du canapé, plongée dans la lecture du deuxième tome des Hunger Games, recroquevillée sous une couverture légère. La maison était vide. Sa mère n’était toujours pas rentrée de la répétition de la chorale gospel de l’église de Lafayette qu’elle fréquentait toujours. Quant à son frère, Dieu seul savait où il était. Probablement chez un ami ou une vague connaissance en train de se soûler comme il semblait en avoir l’habitude. Le souci qu’elle se faisait pour lui n’avait d’égal que l’indifférence qu’elle était venue à éprouver pour sa mère qui ne manquait pas une occasion de lui jeter à la figure toute la culpabilité qui était la sienne dans la chute de Damon le fils prodigue. Chassant ces idées noires de son esprit la jeune femme fronça les sourcils pour se concentrer à nouveau sur le paragraphe qu’elle lisait, mais elle n’eut pas le temps de l’achever que le téléphone sonna, brisant le silence tranquille qui régnait partout. Le bruit strident de la sonnerie lui glaça l’échine. Elle n’avait pas besoin de décrocher pour savoir de quoi il s’agissait. C’était probablement Miss Applebee, la secrétaire du commissariat, avec qui elle chantait à la chorale, et elle lui annoncerait probablement que Damon était déjà ivre sur la voie publique… Fermant les yeux presque exaspérée, Ashandra referma le livre qu’elle déposa soigneusement sur la table du salon à côté du téléphone dont elle se saisit fermement. Ses doigts se crispèrent autour du combiné en entendant une voix masculine au bout du fil. Contrairement à ses attentes c’était le propriétaire du Piano-Bar, à qui elle avait récemment laissé le numéro de téléphone de sa maison après avoir été chercher Damon une enième fois, effondré sur son comptoir. Elle qui d’ordinaire n’aimait pas être au centre de l’attention en dehors de la chorale, elle avait appris à vivre en essuyant les regards de pitié de ceux qui la croisaient alors qu’elle soutenait son frère titubant ou bien lorsqu’elle tâchait de lui faire entendre raison avant qu’il ne soit trop tard. « Miss Moon, j’suis désolé de vous déranger, mais y a vot’ frère qui commence à boire là, il est pas tard et j’ai une jeune fille qui vient chanter ce soir j’voudrais pas que sa performance soit gâchée vous voyez… »

Ravalant toute sa honte en portant délicatement sa main à sa bouche Ashandra soupira discrètement avant de répondre « Bien sûr… je comprends, bien sûr, je suis désolée, je vais venir. » Ne perdant plus un instant, la jolie afro-américaine abandonna ses chaussons confortables contre la première paire de chaussure qui lui tomba sous la main, enfilant son manteau pour se protéger contre la fraîcheur du soir, elle se glissa dans la voiture qu’elle avait ramenée de Des Moines, un vieux clou qui roulait en partie grâce à la volonté de Dieu. Jetant un coup d’œil au rétroviseur intérieur auquel pendait une petite croix en argent très discrète que lui avait offerte Arturo au moment de son départ, Ashandra sentit peser sur elle tout le poids de la vie que lui imposait sa famille et qui lui donnait l’impression de sans cesse être retenue et arrêtée dans ses projets. Quelques minutes plus tard elle était stationnée à deux pas du Vieux Centre, et poussait la porte du bar, jetant une œillade rapide en direction du comptoir, partagée entre la politesse d’un salut et la honte de croiser le regard du propriétaire. La représentation avait commencé mais elle n’y prêta tout d’abord pas attention, se dirigeant directement vers la petite stalle où elle avait aperçu son frère, accompagné de quelques uns de ses « amis ». Ils avaient échangé quelques mots, brusques d’un côté, timides mais fermes de l’autre, et Damon avait repoussé son verre, renversant le contenu sur la table et il était parti ailleurs en intimant l’ordre à sa grande sœur de ne pas le suivre et de ne pas ajouter un mot. Se laissant tomber sur la banquette où il était assis quelques instants auparavant, épuisée par ces quelques minutes de négociation, Ashandra s’empara du petit cube de serviettes en papier dont elle tira quelques feuilles pour éponger la bière qui se répandait sur la table. C’est alors qu’enfin la voix profonde au micro finit par percer la bulle de soucis dans laquelle elle s’enfermerait si souvent. Étrangement, celle-ci ne lui était pas complètement étrangère, pourtant elle ne connaissait personne ou presque à Lima et personne qui lui ait avoué chanter au Piano Bar le soir. Détournant le regard de la table en bois, la surprise fut de taille lorsqu’elle reconnut Ruby Caldwell sur la scène. N’en croyant pas ses yeux Shandy restait là, bouche bée, incapable de bouger. Elle qui pensait avoir réussi à surmonter une bonne partie de sa réserve naturelle jamais elle n’aurait osé prendre la parole en public comme venait de le faire son ancienne amie Cheerio pour remercier l’auditoire. Le spectacle n’était pas fini et elle aurait aimé rester plus longtemps pour aller la voir et lui parler, mais dans la poche de son manteau son téléphone portable se mit à vibrer. « Maison ». Sa mère avait dû finir par rentrer et s’inquiéter de l’absence de ses deux enfants. Ne prenant pas la peine de répondre, la jeune femme fit un crochet par le bar pour s’assurer qu’elle ne devait rien pour les consommations avant de disparaître à nouveau dans la nuit automnale, résignée.

***

Après avoir revu Ruby de manière si inopinée Ashandra s’était mise à réfléchir à un moyen de la retrouver. Peut-être devrait-elle retourner au bar et demander à Mr Reynolds ses coordonnées. Si elle avait chanté là-bas une fois peut-être le referait-elle, peut-être qu’il pourrait l’appeler à ce moment-là… Déambulant dans les rayons de la bibliothèque de l’université les bras déjà chargés de livres, l’étudiante était perdue dans ses pensées et ne parvenait même plus à ce souvenir de ce qu’elle cherchait véritablement. La vaste salle de lecture était presque vide à l’exception de quelques rares têtes, deux ou trois au maximum, qui comme elle étaient déjà revenues à la bibliothèque de l’université quelques jours seulement après la rentrée. Le silence de la salle n’était troublé que par le bruit des pages qui se tournaient à une cadence régulière et les pas d’Ashandra qui portait de petites chaussures à talons. S’efforçant de marcher sur la pointe des pieds pour en étouffer le bruit, la jeune fille finit par élire domicile à l’une des tables jouxtant les grandes fenêtres qui laissaient pénétrer une lumière blanche presque aveuglante, dans les rayons d’un soleil qui léchait suavement la peau de son visage. Flânant quelques secondes supplémentaires le nez au vent avant de se plonger dans ses lectures pour préparer son tout premier cours en tant qu’assistante au lycée, elle repensait aux bons moments qu’elle avait passés avec Ruby, les moins bons aussi qui a posteriori n’avaient été que des malentendus. Elle qui manquait cruellement d’amis, elle aurait aimé pouvoir renouer contact avec la jolie brunette maintenant qu’elle était persuadée qu’elle ne quitterait plus Lima avant que sa mission soit remplie.

Sa place, bien qu’isolée, donnait sur l’allée centrale où passaient la plupart des étudiants qui venaient chercher des livres à emprunter. Elle aimait cet endroit pour sa discrétion et le point de vue qu’il offrait sur les autres, voir sans être vue c’était là tout ce qu’il lui fallait. La porte d’entrée grinça, la tirant de son déchiffrement de la préface plus ardue que prévue d’Alice au pays des merveilles, et comme si Dieu avait entendu ses prières, Ruby entra dans la salle de lecture. Bien évidemment cette dernière ne la vit pas, mais cette fois-ci Ashandra n’était attendue nulle part et son travail pouvait attendre. Posant son stylo elle se lança immédiatement à la poursuite de l’ancienne Cheerio. Se penchant au détour d’une allée de livres pour vérifier qu’il s’agissait bien d’elle et non pas d’une illusion ou d’un sosie qu’elle se serait inventé, le cœur de l’étudiante s’emballa devant l’inéluctable constat : elle avait réussi à retrouver son amie du lycée. Sans attendre une seconde de plus elle parcouru les quelques enjambées qui la séparaient de la danseuse. « Ruby ! » Elle avait parlé un peu trop fort et dans le calme de la bibliothèque sa voix n’en avait résonné qu’avec plus d’intensité, mais elle était trop heureuse pour s’en soucier un instant. Offrant un large sourire à son interlocutrice elle ajouta : « Je… C’est moi ! Ashandra, Ashandra Moon… je ne sais pas si tu te souviens, nous étions au lycée ensemble ! »
Revenir en haut Aller en bas
Ruby Caldwell
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
01. Songs bring back memories Empty
MessageSujet: Re: 01. Songs bring back memories   01. Songs bring back memories EmptyVen 28 Oct - 23:26

Peinant à décrocher un nouveau cintre de l'intérieur du placard, Ruby y arracha directement la tenue d'un geste brusque, qu'elle jeta finalement comme les nombreuses autres derrière elle sur le lit. L'excitation et l'angoisse qui la submergeaient empêchaient la réalisation correcte de chacun de ses mouvements, l'obligeant à prendre une pause après chaque action pour respirer un grand coup. Il lui semblait avoir perdu toute notion du temps, pensant qu'il ne lui restait que quelques minutes alors qu'elle disposait encore d'une bonne heure. Cette soirée, elle l'avait appréhendée une semaine durant, depuis son appel au gérant du Piano-Bar du vieux quartier. Jamais ce sentiment anxieux ne s'était emparé d'elle à un tel degré d'intensité, même lors de ses galas de danse lorsqu'elle pratiquait encore ce sport. Cette fois-ci, personne ne serait là pour l'accompagner sur scène. Inconsciemment, les membres de la jeune femme tremblaient. Elle jeta un coup d’œil au réveil sur la table de nuit près du lit. Les chiffres lumineux bleus affichaient 19:30. D'un pas pressé, elle se dirigea vers la porte et emprunta le couloir menant à la salle de bain, armée de sa plus belle robe - une noire lui arrivant sous les genoux et dont les paillettes formait des motifs diverses. La chaleur et l'humidité ne s'étaient toujours pas dissipées depuis le bain qu'avait pris Ruby un peu plus tôt, si bien qu'elle laissa la porte grande ouverte afin de ramener un peu d'air. Elle commença à passer ses mains sous l'eau froide, puis à les poser sur son visage pour se rafraîchir. Elle enfila ensuite sa tenue avant d'ouvrir le tiroir contenant sa palette de maquillage et celle de sa colocataire situées sous le lavabo. Pinceau en main, elle décida de rester la plus sobre possible et n'opta que pour un dégradé léger gris taupe et blanc sur les paupières, et du "bois de rose" sur les lèvres. Ses cheveux mal peignés furent domptés en un clin d’œil grâce à quelques coups de brosses et une maîtrise acquise avec l'âge. Lâches et naturellement ondulés, elle fixa le tout avec sa bombe coiffante. Ne lui restait plus qu'à ajouter quelques accessoires et à se trouver une belle paire de chaussures. La chanteuse courut vers sa chambre, ouvrit son coffret à bijoux, s'empara de ses anneaux argentées et tout en les fixant à ses oreilles tenta d'évaluer prestement le temps qu'il lui restait. À en croire l'heure, il devait encore lui rester trente minutes. Elle se détendit alors un peu. Le trajet entre l'appartement et le vieux quartier de Lima était court, d'autant plus qu'elle comptait se rendre au bar en voiture. Frileuse, elle se couvrit d'un gilet et alla rejoindre le salon où Savannah se trouvait, emmitouflée dans un plaid devant la télévision. Un sourire de sa part suffit à l'apaiser - rassurée ainsi à propos de son choix vestimentaire -, et elle s'installa confortablement à ses côtés en attendant l'heure de son départ.

« 20 dollars? C'est vraiment tout ce que vous proposez? » La nouvelle venait seulement de tomber. Accoudée au bar face au gérant, le corps de Ruby se raidit aux paroles de ce dernier, visiblement satisfait de son offre. « Plus boissons à volonté toute la soirée, j'trouve ça plutôt sympa moi. » « Je n'aime pas vraiment l'alcool... » « Ça peut s'arranger, on a d'la limonade! ». Exaspérée, la jeune femme accepta un verre sans rechigner, découragée à l'idée d'essayer d'affronter ce pauvre homme simple d'esprit. Un bref coup d’œil dans l'assemblée fut suffisant pour se faire une idée des personnes fréquentant ce genre d'endroit. À droite, autour d'une table ronde, de vieux ivrognes jouaient aux cartes en se servant des capsules colorées de leurs bouteilles de bière comme monnaie. Derrière, un homme habillé d'un costard gris pianotait sur son ordinateur portable à une vitesse remarquable, réajustant régulièrement ses fines lunettes noires sur son nez et posant en même temps ses prunelles sur son téléphone portable, attendant probablement un appel qui n'arriverait jamais. À gauche dans une petite salle, un groupe d'étudiants visiblement turbulents trinquaient leur énième verre de whisky. Une ambiance typique qui n'impressionnait guère la jeune artiste; personne ne semblait prédisposé à l'écouter chanter et bien que cela la frustra, elle n'aurait pas à se soucier de l'image qu'elle allait renvoyer. Elle détourna la tête, redirigeant son regard vers les joueurs de carte. En face d'eux se trouvait la scène où trônait l'instrument symbolique du lieu. « Psst ma belle, c'est à toi, donne tout c'que t'as! Tu risques pas de les laisser indifférents. ». La jeune femme se figea. Il lui sembla revenir cinq ans plus tôt, petite cheerleader qu'elle était, et d'avoir reçu une nouvelle fois parmi les rares autres une douche de glace pilée en plein visage. Le souffle court, elle vacilla lentement vers sa place, se fondant dans la masse et passant pour une nouvelle alcoolique. L'obscurité de la pièce laissa le temps à Ruby de s'installer sans attirer l'attention, elle et sa démarche maladroite. Désormais assise, le petit banc rapproché du piano, elle tapota doucement le micro fixé devant son visage et un bruit sourd résonna dans toute la pièce. C'est alors que l'unique projecteur s'alluma et l'entoura dans un cercle blanc. Elle se racla la gorge et agrippa d'une poigne ferme l'outil dans lequel elle s'apprêtait à parler. « Hey, je... hum je m'appelle Ruby Caldwell, j'ai 23 ans et je vais vous interpréter Take Me Or Leave Me, de la comédie musicale Rent. ». Les premières notes de la chanson balaya les rires gras provenant de l'auditoire.
« Every single day, I walk down the street
I hear people say, "Baby's so sweet"
Ever since puberty, everybody stares at me
Boys – girls, I can't can't help it baby
So be kind, don't lose your mind
Just remember that I'm your baby »
Contrairement à ce qu'avait pu supposer Ruby, les personnes présentes étaient plus nombreuses à écouter qu'à se divertir. Les barbus devant elle battaient du pied, le jeune homme au costard avait levé les yeux de son ordinateur. Seuls les étudiants paraissaient occupés à autre chose et une jeune femme – une serveuse avait d'abord pensé Ruby – épongeait avec des serviettes la table où se trouvait leur petit groupe. Tout en frappant le clavier blanc et en chantant sur l'air rythmé de la musique, un sourire se dessinait sur son visage.
« Take me for what I am
Who I was meant to be
And if you give a damn
Take me baby or leave me
Take me baby
Or leave me
Guess I'm leavin'
I'm gone! »
Quatre derniers accords, et ce fut terminé. Des applaudissements s'élevèrent et regardant une dernière fois l'assemblée, le visage illuminé, Ruby salua. Son regard se porta alors sur la silhouette de la serveuse, qui lui parut soudain familière. Cette dernière s'enfuit rapidement par la porte du bar et laissa derrière elle la sensation d'un courant d'air frais.

- - - - - -

Plus qu'une simple recherche et son devoir serait terminé. Fière de son travail rapidement accompli, Ruby s'accorda le temps d'une pause pour décompresser et se vider la tête avant de reprendre la rédaction de sa copie là où elle s'était arrêtée. Elle dirigea le pointeur de la souris sur la petite disquette bleue et enregistra le tout sur sa clé USB, puis éteignit l'ordinateur de la salle informatique de l'université. L'étudiant qui se trouvait à ses côtés la fixa avec un air envieux avant de se replonger dans ses notes, sérieux et appliqué. Le mal de crâne que provoquaient les ondes diverses qui flottaient dans l'air finit par disparaître au fur et à mesure qu'elle quittait la pièce et bientôt son esprit recommença à fonctionner correctement. Les images de la soirée de la veille s'entremêlaient toujours dans la tête de la jeune femme qui n'arrivait pas à se rendre compte du courage dont elle avait fait preuve. La demoiselle peureuse et peu téméraire qu'elle était jadis semblait se perdre dans un passé lointain et une vie faite de nouvelles perspectives s'ouvrait désormais à elle. Ses choix l'avaient dorénavant conduite vers les objectifs qu'elle s'était fixés depuis des années. Les réussites se succédaient, la confiance la gagnait, ses rêves se réalisaient. Bien qu'elle refusait d'admettre que Thomas était le seul acteur de son triomphe, l'étudiante en communication ne manquait pas de remercier intérieurement ce jeune homme pour tout les moyens qu'il avait mis en œuvre afin de l'aider dans sa quête d'identité. Il avait toujours été la source de sa motivation, même lorsqu'il n'était pas présent. Ses pas l'emmenèrent jusqu'à la bibliothèque, l'idée de se détendre un livre en main n'étant pas pour lui déplaire.

L'endroit était l'un des plus fréquentés par les élèves de l'Ohio State University. Le large choix d'ouvrages que l'on y proposait y était pour quelque chose. On pouvait en trouver des milliers pour chaque spécialité, tous étant organisés à la perfection. Un coin était aménagé pour la détente et les romans s'entassaient dans les rayonnages, classés par genre et auteurs. C'est dans cet espace que se dirigea Ruby, qui fut d'ailleurs surprise par le peu de tête qui peuplait la salle. La rentrée n'attirait apparemment pas encore grand monde. Son regard fut happé par la section Fantastique, genre qu'elle n'avait pas eu l'occasion de redécouvrir depuis un certain temps. Fouillant dans l'étalage à la recherche d'un titre accrocheur, elle ne prêta d'abord pas attention aux bruits de pas qui se faisaient de plus en plus proches. Ce n'est que lorsqu'elle entendit son nom que, surprise, elle fit volte-face. Sa première réaction fut de plisser légèrement les paupières en avançant la tête. Ses yeux ne lui jouaient-ils pas des tours? La personne se trouvant face à elle ne lui était pas inconnue, elle ne pouvait pas se tromper. Elle baissa et releva ses yeux bruns pour analyser la silhouette. Ashandra, c'était bien Ashandra Moon, ancienne camarade et amie du lycée, qui se tenait là debout dans la même école. Elle se souvint alors. La serveuse du bar n'en était pas vraiment une. Il lui avait bien semblé qu'elle la connaissait. « Mon Dieu Ashandra! C'est incroyable... wah! ». Il lui sembla redevenir une adolescente de 17 ans. Ne contrôlant pas son euphorie, elle prit l'afro-américaine dans ses bras et l'enlaça de toutes ses forces. Ahurie et béate, ses paupières s'ouvrirent en grand et entraînèrent un haussement se sourcil. « Pourquoi est-ce qu'on ne s'était pas croisées avant? Suis-je bête on est bien cinquante-mille dans l'établissement. ». Elle desserra son étreinte pour mieux la contempler. « Qu'est-ce que tu es jolie, tu as à peine changé! ». Des questions lui brûlaient les lèvres, tellement qu'elle ne savait pas par laquelle commencer. Elle opta pour la plus simple. « Ça fait combien de temps que tu étudies ici? »


Dernière édition par Ruby Caldwell le Mer 2 Nov - 21:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
01. Songs bring back memories Empty
MessageSujet: Re: 01. Songs bring back memories   01. Songs bring back memories EmptyMar 1 Nov - 16:35

Après avoir laissé son frère lui filer entre les doigts, incapable de l’arrêter, Ashandra était rentrée chez elle en roulant doucement dans les rues de Lima, tâchant de se calmer en prenant de profondes inspiration et fredonnant la mélodie de la chanson qu'avait interprétée Ruby quelques instants auparavant. Ils n’habitaient pas très loin du centre ville et elle ne prenait que très rarement sa voiture pour se rendre dans le centre. Mais ce soir encore il avait fallu parer au plus pressé et les soirées passées à chercher Damon n’étaient pas les meilleurs moments pour se promener dans la ville et profiter des derniers instants de l’été qui parfois radoucissaient l’air frais. Elle s’était garée dans l’allée, avait coupé le contact puis s’était appuyée quelques instants contre le volant de la vieille voiture. Le front collé au cuir froid elle essayait de rassembler ses esprits en repensant à la rencontre manquée qu’elle venait de faire. Ruby Caldwell… Combien de temps s’était écoulé sans qu’elle entende parler de son amie de lycée ? Combien de temps sans qu’elle ne la voie ? Elle était revenue à Lima depuis plus d'un an et pourtant elle n’avait jamais croisé son chemin. La jeune femme fut tirée de ses pensées en entendant le bruit de la porte d’entrée signalant que sa mère avait repéré le ronronnement de son moteur lorsqu’elle était rentrée. Se redressant rapidement pour remettre ses cheveux en ordre derrière ses oreilles, elle fit un petit signe de main à sa mère qui ne lui offrit qu’un regard furieux en retour. Soupirant plus profondément Ashandra se saisit de son sac qui restait au sol à côté d’elle et sortit enfin du véhicule. « Pourquoi est-ce que tu es toute seule ? Où est ton frère ? ». Sa mère lui parlait presque toujours sur ce même ton sec qu’elle ne voulait pas écouter. Elle ne lui demandait pas comment s’était passée sa journée, ni ce qu’elle avait fait ou vu, comment elle allait, toutes ces questions ne l’intéressaient plus. Elle ne voulait savoir qu’une seule chose : son fils allait-il mieux ? « Il est en ville, je viens de le voir avec des amis. » Ashandra gardait toujours un calme olympien et ne répondait jamais mal à sa mère. Elle l’aimait plus que tout et souffrait au moins autant qu’elle de cette situation insoluble, mais elle faisait de son mieux pour sauver les apparences et faire comme si tout allait bien. « D’ailleurs j’étais au Piano Bar et tu ne devineras jamais qui j’ai vu ! Ruby ! Tu te souviens d’elle ? Je t’en avais parlé elle était… » Mais Dracy avait déjà tourné les talons en laissant derrière elle un vague grognement d’assentiment qui ne feignait même pas l’intérêt. Coupée au milieu de sa phrase par le départ précipité de son interlocutrice, Ashandra alla s’installer dans la petite balancelle sous le porche pour repenser à cette soirée.

Dès qu’elle avait reconnu la silhouette de Ruby au loin dans les allées de la bibliothèque l’étudiante s’était immédiatement ruée sur elle, sans même réfléchir à ce qu’elle pourrait lui dire. Toutes ses réflexions de la veille ne l’avaient pas menée bien loin. Elles avaient passé de nombreuses années éloignées l’une de l’autre, sans se donner de nouvelles. Elles avaient dû grandir et mûrir, chacune de son côté, et à présent elles étaient plus adultes, ou tout moins c’est ce qu’espérait Ashandra. Cette dernière avait cru faire des progrès gigantesques pour vaincre sa timidité. Elle parvenait à parler sans hésiter, à soutenir parfois le regard des gens, elle n’avait plus aussi honte de son corps qu’elle parvenait à mettre en valeur malgré le sentiment d’inconfort que provoquait les regards indésirables. Elle n’avait plus peur de tous les membres du sexe opposé non plus. Mais en voyant Ruby sur la petite scène du Piano Bar, assise devant son instrument, chantant sa chanson fièrement devant tous ces inconnus, l’afro-américaine avait pris conscience qu’un monde les séparait toujours et que l’ancienne Cheerio était encore loin devant elle. Déjà à l’époque du lycée, elle avait eu le courage de déambuler dans les couloirs dans son uniforme rouge et blanc, avec ses petites baskets et sa haute queue de cheval tirée à quatre épingles. Cette tenue savamment travaillée par Sue Sylvester restait symbole d’une forme de popularité ou tout du moins de l’aspiration à être populaire et à s’intégrer dans McKinley. Elle l’avait beaucoup admirée parce qu’elle avait réussi à dépasser sa timidité pour s’exposer aux yeux de tous dans un uniforme aussi court pour danser en public. Se mettre au centre de l’attention alors que sa confiance en soi était proche de zéro voilà qui avait de quoi forcer le respect d’Ashandra pour qui prendre la parole dans un groupe était déjà une forme de miracle. Mais elle était aussi perplexe quant à son choix de faire partie des Cheerios. Jamais elle n’avait osé lui demander pourquoi elle avait choisi de rejoindre les pompom girls plutôt qu’une chorale, trop inquiète des conséquences qu’aurait la réponse sur leur amitié. Que ferait-elle si elle lui répondait qu’elle aspirait à être populaire ? Que ce qui l’intéressait en réalité, outre le fait de vaincre ses propres peurs, c’était de faire partie du haut de l’échelle sociale ? La jeune fille avait tourné cette question dans sa tête un nombre incalculable de fois et n’avait jamais réussi à se fixer sur une réponse. Ruby était gentille. Elle l’avait une fois soupçonnée d’avoir participé à une séance d’humiliation en public en renversant un gobelet de granité sur un autre élève de McKinley et s’était même brouillée avec elle pour cela, mais elle s’était laissée convaincre que la jolie brune n’avait rien eut à faire là-dedans. Elle n’avait jamais osé lui proposer ouvertement de rejoindre le club de chasteté de peur d’essuyer un refus mais elle avait toujours secrètement espéré que la jeune fille le fasse, en vain. La personnalité de son amie n’avait jamais été simple à cerner et elle ne savait jamais sur quel pied danser. Elle l’appréciait énormément, et elle l’admirait toujours autant, a fortiori maintenant qu’elle avait vu et entendu de quoi elle était capable. Mais cette représentation sur laquelle elle était tombée par hasard n’avait fait que réveiller les vieux débats intérieurs de la jeune femme.

En un instant elle s’était retrouvée serrée dans les bras de son amie qui de toute évidence semblait heureuse de la revoir. Soulagée de voir qu’elle la reconnaissait Ashandra lui rendit hésitante d’abord son étreinte mais une fois qu’elle eut placé ses mains contre les épaules de son ami un profond sentiment de bien-être l’envahit. Elle était si heureuse de retrouver une amie et de voir que ce sentiment de joie était réciproque. Elle la serra à son tour en prenant une profonde inspiration. Elle avait presque envie de se pincer pour vérifier qu'il ne s'agissait pas d'un rêve. Parmi toutes les personnes qu’elle avait rencontrées à McKinley Ruby était certainement celle qu’elle regrettait le plus. Fermant les yeux une seconde avant de relâcher son étreinte, son visage était illuminé par un sourire qui ne pouvait être troublé. Rougissant au compliment de sa camarade elle ne put s’empêcher de remarquer qu’elle aussi avait considérablement embelli. Elle avait toujours été très jolie mais ses longs cheveux bruns relâchés sur ses épaules et cet air sûre d’elle lui donnaient un charme encore plus grand. « Je… Merci ! Tu es si jolie ! Je t’ai reconnue tout de suite, mais les cheveux détachés te vont beaucoup mieux, ça te change des queues de cheval de Sue Sylvester ». Passant une main hésitante sur une mèche brune Ashandra se ravisa et vint attraper sa main droite posée sur son ventre. Elle était si touchée de l’empressement de la jeune fille qu’elle ne savait plus quoi dire, submergée par l’émotion. « Je suis ici depuis… c’est la deuxième année en fait. Je suis revenue à Lima il y a plus d'un an déjà. Et toi ? Je sais que l’université est grande mais je n’arrive pas à croire que je ne t’ai encore jamais croisée ici ! Où est-ce que tu vis ? » Laissant un moment de silence à fixer le sol, l’afro-américaine ne savait pas comment lui dire qu’elle l’avait vue la veille mais qu’elle n’était pas restée la saluer. Elle penserait sûrement que ça avait été grossier de sa part, peut-être qu’elle se vexerait… Hésitant encore elle décida de repousser encore un peu l’échéance. « Qu’est-ce que tu fais ici… Je veux dire, qu’est-ce que tu as fait depuis le lycée ? Je suis si contente de te revoir je ne pensais pas avoir une telle chance ! »
Revenir en haut Aller en bas
Ruby Caldwell
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
01. Songs bring back memories Empty
MessageSujet: Re: 01. Songs bring back memories   01. Songs bring back memories EmptyMer 2 Nov - 20:56

Les émotions de la veille n'avaient toujours pas disparues et les images de sa soirée revenaient à son esprit même lorsqu'elle tentait de les chasser. Des étoiles pleins les yeux, Ruby pouvait plus facilement s'imaginer sur scène. Certes elle n'avait chanté pour un public important, mais elle avait à nouveau franchi un pas vers la victoire. Sa timidité maladive ne devenait progressivement qu'un lointain souvenir qu'elle espérait pouvoir enterrer à jamais. Bien consciente que ce ne serait pas facile, peut-être même impossible, elle tentait de contenir l'immense fierté que sa prestation lui avait procuré. Dans un autre contexte, la brunette l'aurait également assimilée à un entraînement pour le futur, car en tant que nouveau membre des Awesome Voices, elle devrait affronter les épreuves des Communales et autres concours si sa chorale parvenait à franchir la première étape des sélections. La compétition était en effet plus rude que jamais; Si, lorsqu'elle était encore lycéenne, McKinley ne comportait que deux groupes de chanteurs, la ville de Lima en comptait aujourd'hui quatre, ce qui signifiait deux fois plus de défis et de hargne pour vaincre et atteindre l'objectif tant espéré: remporter les Nationales. Tout cela étant sans doute suivi de près par la mairesse qui n'était autre que Sue Sylvester, l'ancienne coach des pom-poms girls du lycée et par conséquent celle de Ruby. Même si cette dernière ne s'était jamais vraiment fait remarquer par l'entraîneuse tyrannique, la crainte qu'elle éprouvait d'être reconnue n'en était pas moins présente. Le traitement infligé aux choristes risquait d'être le même encore cinq ans plus tard, sa campagne étant tout naturellement fondée sur la suppression des activité artistiques. Se rappelant alors le châtiment qui était réservé aux Cheerios trahissant le groupe, Ruby ôta de ses pensées le visage tant redouté.

La source de ses réminiscences se trouvait devant elle. Ashandra, l'adorable lycéenne qu'elle avait alors connue, se trouvait dans la même pièce après cinq ans à s'être perdues de vue. Quelle aurait été la réaction de la jeune femme si elle avait compris à qui appartenait la silhouette s'échappant du bar? L'incertitude la gagnait. Les changements qu'elle avait opéré sur sa personne auraient très bien pu repousser la belle afro-américaine et la décevoir. L'écart entre la confiance qu'elle avait en elle à ses 17 ans et celle dont elle disposait aujourd'hui était assez conséquent sans pour autant qu'elle se sente différente de sa vieille amie. En la revoyant, elle crut qu'aucun effort n'avait été réalisé pendant les longues années passées à se guérir. Elle était redevenue la jeune cheerleader apeurée par le regard des autres, percevant l'air qui s'infiltrait en toute facilité sous sa jupe, toujours agrippée par deux poignes bien fermes de crainte de la laisser s'envoler, cette même jeune fille qui pourtant acceptait son sort sans broncher en pensant que cela valait mieux que de subir les mêmes interminables moqueries d'autrefois. Malgré la toute confiance qu'elle accordait à cette époque à Ashandra, Ruby ne lui avait jamais parlé des raisons de son changement d'établissement en détail. À personne d'autre d'ailleurs. Les horreurs qu'elle avait subis avant d'arriver à McKinley restaient encrées en elle et la plaie n'avait toujours pas cicatrisée, et bien qu'elle songea maintes fois de se confier à quelqu'un, l'idée d'être jugée de quelconque façon la stoppait nette. L'histoire du slushy que Shandra avait soupçonné d'être jeté par la brunette était un autre argument, et elle avait lors de cette incompréhension des deux parts épuisée toute sa persuasion, réduisant malgré leur réconciliation les chances de se confier. Les jugements arbitraires, les réflexions sur son comportement, tout refit alors surface. La jeune étudiante regarda alors tout autour d'elle si personne ne l'observait d'un regard mauvais, et même si son ancienne camarade ne faisait pas de même. Heureusement, elle paraissait ravie de la revoir, faisant abstraction à la transformation de la choriste, et un nouvel espoir déclencha un sourire faisant oublier tous les mauvais moments de sa scolarité.

Ruby se reprit et afficha à nouveau son air décontracté et confiant qu'elle avait perdu pendant quelques secondes. Le visage radieux d'Ashandra rassura la jeune femme sur l'impression que pouvait lui donner son nouveau style. Un sentiment réconfortant s'empara d'elle, plus à l'aise qu'elle n'aurait imaginé l'être face à de telles retrouvailles. Il était presque impensable qu'elles se rencontrent à nouveau, elles qui s'étaient séparées sans même avoir eu le temps d'assez se connaître et qui n'avaient apparemment pas pris la même voie dans leurs études. L'Ohio State University était la plus fréquentée de toute la région et l'une des plus grandes des États-Unis, une vaste école où les coïncidences comme celle-ci n'arrivaient pas tous les jours. Les paroles de son amie lui réchauffèrent le cœur. « Merci, ça me fait plaisir. C'est sûr que tu ne m'as pas souvent vue coiffée comme ça! ». Les yeux brillants, Ruby imita son interlocutrice en replaçant une mèche de ses cheveux derrière son oreille avant de porter une main à sa taille, ayant totalement laissé tomber l'objectif premier pour lequel elle était entrée à la bibliothèque. Les quelques rayons de soleil traversant les grandes vitres de la salle accentuaient l'ambiance chaleureuse dans laquelle elles étaient plongées. Les réponses apportées aux questions posées précédemment ravivaient la curiosité de l'ex cheerleader. « C'est vrai, ça me sidère qu'on ne se voit que maintenant! Moi je n'ai jamais quitté Lima, donc si je calcule bien je débute ma quatrième année ici. Et depuis que mes parents sont partis, je vis avec Savannah Williams dans un appartement du centre ville, je ne sais pas si tu la connaissais à l'époque, elle était aussi à McKinley et c'est maintenant la styliste de la boutique de vêtements de Lima. ». Ne voulant pas l'ennuyer avec des détails inutiles, elle s'arrêta et observa Ashandra qui n'attendit pas longtemps avant de briser le silence. Chaque mot qu'elle prononçait renforçait la joie qu'elle éprouvait de la voir à nouveau. Elle avait toujours été très attachée à l'afro-américaine, et ce dès qu'elle lui adressa la parole pour la première fois. Les nombreux points communs qu'elles partageaient, dont leur timidité, avaient instaurés chez Ruby une envie indestructible de protéger son amie afin qu'elles surmontent ensemble les épreuves parfois difficiles que causaient leur défaut. « Depuis le temps... j'ai tout d'abord réduit en pièces mon uniforme de pom-pom girl! Radical mais nécessaire je pense. Mais tu voulais peut-être parler de la filière que j'avais prise ? Je suis étudiante en communication visuelle. Toi tu as toujours aimé lire, je te vois bien dans une filière littéraire, je me trompe ? ». Une question vint soudain lui brûler les lèvres, n'ayant aucun rapport avec ce qui avait été dit précédemment, mais qu'il lui fallait poser pour ôter toutes ses incertitudes. Elle fixa alors le sol. « Dis-moi, je me suis peut-être trompée mais... tu n'étais pas au Piano Bar, hier soir? Parce qu'en fait je m'y trouvais et j'ai vu une silhouette qui m'a tout de suite fait penser à toi... ce serait plutôt amusant, on dit qu'après avoir remarqué une personne on la voit partout, ça se confirmerait! ». N'osant pas en rajouter à propos de ce qu'elle y avait fait, elle attendit en espérant ne pas l'avoir confondue avec quelqu'un d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
01. Songs bring back memories Empty
MessageSujet: Re: 01. Songs bring back memories   01. Songs bring back memories EmptyDim 6 Nov - 16:09

Ruby avait l’air si détendue. Elle respirait la joie de vivre et ses épaules relâchées n’était qu’un des nombreux signes de son calme. Elle dégageait de la confiance en elle à tel point que ça en était presque troublant pour Ashandra de retrouver son amie comme cela. Bien sûr elle se réjouissait pour elle, la chanteuse avait enfin réussi à dépasser enfin sa timidité maladive et elle allait de l’avant sans s’inquiéter du regard des autres. Néanmoins, aussi heureuse de la revoir fût-elle, Shandy n’arrivait pas à se départir de toutes les questions qui se mêlaient dans son esprit. Elle n’avait jamais vraiment su ce qui avait provoqué le repli de la lycéenne sur elle-même. Ashandra aussi avait toujours été très réservée, mais ce n’était qu’après ses déboires à Des Moines qu’elle avait franchi les limites d’une timidité naturelle, se retranchant derrière la peur. Qu’est-ce qui avait provoqué cela chez Ruby ? Et comment s’en était-elle sortie ? Cassandra avait énormément aidé la choriste en l’écoutant, en l’aidant à prendre la parole en public et en la soutenant dans ses choix. Elle était la seule personne qu’elle avait prévenue avant de partir en laissant tout le reste derrière elle. À Des Moines elle avait appris pour la première fois ce que c’était de vivre une vie d’adulte, une vie rien qu’à soi. Elle n’avait plus eu à se soucier de ce que pensait sa mère ou bien des sacrifices qu’elle devrait faire pour que son frère puisse bénéficier du meilleur. Son aîné l’avait accueillie à bras ouverts et elle n’avait pas eu de mal à retrouver ses marques dans sa ville natale. Contrairement à ce qu’elle avait longtemps redouté et qui l’avait fait hésiter si longtemps à reprendre contact, il ne lui en voulait pas le moins du monde d’avoir suivi sa mère. Elle n’était encore qu’une enfant à l’époque, trop faible pour assumer un choix comme le sien. Et puis finalement les rumeurs s’étaient tassées après leur départ et tout le monde avait oublié qu’il y avait un jour eu une famille Moon dans le comté de Warren. Même le scandale causé par son père s’était dissipé en quelques mois après qu’il n’y eut plus personne pour alimenter les rumeurs. Son frère avait déménagé dans le centre-ville et pour la première fois elle avait apprécié les joies de l’anonymat complet. Lima n’était pas une si petite ville mais il était difficile de ne pas croiser de lycéens qu’elle connaisse en ville, et elle se méfiait comme de la peste des cheerleaders même hors des murs du lycée. À Des Moines elle avait pu déambuler dans les rues sans avoir à penser à quoi que ce fût. Elle prenait toujours garde à ne pas croiser un homme de trop près, et son style vestimentaire laissait toujours grandement à désirer dans les premiers temps, mais elle avait été libre. Libre de toute contrainte, de toute crainte, de toute pression. Elle se souvenait encore avec un léger pincement au cœur de cette période bénie : ses premiers jours à l’université, l’excitation des premiers cours, ses premières amies, ses premières sorties. Grâce à Melissa, la femme de son frère, elle avait appris à se maquiller et avait cédé à la tentation de porter des bijoux. La jeune femme avait même réussi à lui faire mettre autre chose que ses vêtements informes en lui montrant que ce corps qu’elle haïssait tant était en réalité une bénédiction, un don de Dieu dont elle devait prendre soin.

Elle posa à nouveau son regard sur Ruby pour détailler son allure. Elle n’avait plus son éternelle jupe à lanières qui ne laissait plus guère de place à l’imagination mais ses vêtements la mettaient en valeur. Souriante, avenante, confiante. Les yeux d’Ashandra brillaient d’envie en regardant l’étudiante qui n’avait pas eu besoin de fuir à des centaines de kilomètres pour se débarrasser de ses peurs. Comment avait-elle fait ? Elle semblait mener une vie si parfaite... Lui rendant son sourire avec autant de gentillesse et d’enthousiasme elle vérifia par dessus son épaule que les quelques autres personnes présentes ne les écoutaient pas. Sa voix naturellement basse et presque inaudible n’était pas du genre à déranger les autres, même dans le silence de la bibliothèque, mais il n’en demeurait pas moins qu’elle ne voulait pas que ses retrouvailles soient gâchées par un étudiant mal embouché qui viendrait se plaindre. Mais elle ne perçut aucun mouvement alentour et après un instant d’hésitation elle finit par reprendre la parole sur le même ton enthousiaste. « Oui depuis le lycée on dirait que pas mal de choses ont changé... » Baissant les yeux vers ses petites chaussures noires à talons, cadeau de son frère aîné pour son anniversaire l’année passée, elle repensait encore aux efforts qu’elle avait dû faire pour oser se regarder en sous-vêtements dans un miroir et à toutes les réticences qu’elle avait eu à enfiler une robe qui mette en valeur ses courbes. Mais maintenant elle arrivait de temps à autre à porter de jolis vêtements et à être plus féminine et plus assumée. Elle n’avait plus peur des remarques des autres sur son passage. Sans pour autant être suffisamment détachée pour les ignorer, elle avait appris à rendre un sourire gentil ou à ne pas prendre la mouche en entendant une remarque qui ne soit pas vulgaire ou dégradante. « En tout cas je suis tellement jalouse ! Tu as l’air si... épanouie. Je me demande quel est ton secret. » La remarque s’était voulu banale, mais la question posée était on ne peut plus sérieuse. Peut-être que si elle suivait l’exemple de Ruby elle parviendrait à s’améliorer sans avoir besoin de quitter Lima...

Ashandra ne put retenir un petit rire en imaginant Ruby détruire son uniforme avec rage et passion. Sans doute avait-elle eu raison. Peut-être qu’il fallait expier son passé avec violence, le déchirer et le jeter pour faire de la place aux événements à venir. Peut-être que des années auparavant elle aurait dû se débarrasser de toutes les choses qu’elle avait ramenées de Des Moines en emménageant pour la première fois à Lima, et peut-être qu’en apprenant la nouvelle du mariage d’Arturo au Mexique elle aurait dû jeter tout ce qui pouvait le rappeler à sa mémoire. Mais voilà, elle, elle n’en avait pas la force. Elle gardait précieusement tous ses souvenirs dans des petites boîtes, soigneusement rangées dans sa chambre. Et elle se replongeait parfois dedans, pour le plaisir de se remémorer les bons moments, sans penser qu’elle souffrirait ensuite de ces morceaux de passé qui ne reviendraient pas. Portant sa main à son poignet elle enroula son doigt autour du petit bracelet de fils tressés que sa filleule mexicaine lui avait envoyé dans son dernier paquet. Elle aussi aurait aimé faire de la communication, elle rêvait de devenir publiciste et de faire des grandes affiches de publicité pour qu’elles soient visibles sur les autoroutes et les grands carrefours de México. Peut-être que si elle l’avait tout de suite aimée c’était parce qu’elle lui rappelait un peu Ruby. Elles avaient les mêmes yeux, et le même courage face à tout ce qui pouvait arriver. « Je connais quelqu’un qui aurait aimé faire ça aussi, tu sais ce que tu veux faire plus tard ? » Elle avait eu envie de dire “quand tu seras grande” mais elle était déjà grande... Les années avaient passées et elles étaient adultes. L’adolescence ne pouvait pas durer éternellement, et étrangement Ashandra regrettait un peu cette période de sa vie qu’elle avait eu l’impression de manquer en entendant tous les autres étudiants en parler avec nostalgie. Mais au fond rien n’avait vraiment changé pour elle, elle prenait soin de sa mère et de son petit frère, elle allait en cours, elle travaillait. En entendant Ruby elle se surprenait à être un peu envieuse de cette vie dont elle rêvait, sans famille pour la retenir, vivant avec une amie, essayant d’être comme les autres. Se maudissant intérieurement pour avoir de telles pensées elle élargit un peu son sourire en se redressant. « Woah... Ça doit vraiment être bien... Mais non je ne connais pas de Savannah, j’espère que vous vous entendez bien, ça doit être amusant de vivre entre filles. » Son ton se voulait encourageant mais elle avait peur de trahir l’amertume qu’elle ressentait devant la comparaison entre leurs vies. « Haha je vois que tu me connais toujours aussi bien ! Oui en fait je fais de l’anglais, je voudrais devenir professeur de littérature... Et tu ne devineras jamais où je fais mon stage pratique cette année. » Jamais elle n’aurait cru revenir à McKinley de son plein gré et pourtant, elle allait bientôt remettre les pieds dans les couloirs qui lui avaient causé tant de soucis cinq ans auparavant.

Ses joues s’empourprèrent à la dernière question de Ruby. Elle ne comprenait pas pourquoi elle avait l’air embarrassée, mais Ashandra redouta immédiatement la déception face à son attitude. Elle aurait dû rester quelques minutes de plus pour l’écouter chanter et la saluer. Si elles ne s’étaient pas croisées pas hasard comment auraient-elles pu se retrouver ? Remerciant intérieurement Dieu qui l’avait aidée à la revoir, elle s’en voulait atrocement d’avoir cédé à l’appel de sa mère qui ne lui avait valu qu’un petit coup de froid attrapé à passer trop de temps assise dehors sur la balancelle à ressasser de vieux souvenirs. Elle avait même ressorti les quelques photos qui dataient du lycée où elles étaient ensemble, souriantes. Qui avait bien pu prendre cette photo... Elle ne s’en souvenait plus, mais ce qui restait toujours aussi vif dans son esprit c’était la complicité qui s’était établie entre les deux lycéennes. À présent qu’elles étaient de nouveau réunies elle n’allait pas laisser passer sa chance de la retrouver pour de bon. « Je... euh... oui, j’y étais... Et je t’ai même vue chanter ! J’aurais tellement voulu rester, il faut me croire, mais je devais... ma mère... je ne pouvais pas rester et je n’ai pas vu toute ta prestation mais c’était si beau ! Je ne savais pas que tu pouvais chanter comme ça ! Tu aurais dû rejoindre un Glee club au lycée tu aurais sûrement eu beaucoup de succès ! » Alors qu’elle parlait, se laissant entraîner par l’enthousiasme et essayant de dissimuler son embarras de la veille, l’idée qu’elle devait tout faire pour renouer son amitié avec la jeune femme s’affirmait dans son esprit. « Oh mais... tu sais que je chante aussi ! Je veux dire... plus seulement à l’office ! J’ai rejoint la chorale de Cassandra ! Je n’ai pas ton talent mais... ce serait tellement bien si tu venais chanter avec nous ! Tu sais on s’amuse beaucoup et tout le monde a le droit à sa chance. » Les yeux luisants d’espoir elle fixait Ruby, enchantée, elle sautillait presque sur place d’excitation à l’idée qu’elles puissent partager un club cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby Caldwell
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
01. Songs bring back memories Empty
MessageSujet: Re: 01. Songs bring back memories   01. Songs bring back memories EmptyDim 13 Nov - 16:35

L'engouement des deux anciennes lycéennes commençait à se faire ressentir aux alentours. Un jeune homme, qui était auparavant plongé dans la lecture d'une œuvre de Shakespeare, avait relevé les yeux discrètement par dessus l'ouvrage lors de l'évocation du lycée McKinley et plutôt que de réclamer le silence, il tendit l'oreille pour en savoir d'avantage sur l'objet de la conversation. Bien que Ruby l'eut remarqué, elle ne parvenait réellement qu'à se concentrer sur les expressions et réactions d'Ashandra par rapport aux propos qu'elle lui tenait. Sa vieille amie paraissait quelques fois surprise, ce qui inquiéta d'abord la brunette. Tellement de choses avaient changées en cinq ans sans qu'il n'y ait pourtant eu des événements marquants au cours de sa vie. À vrai dire, seuls deux facteurs l'avaient engagé à transformer sa timidité en rage de vaincre, une arrivée et un départ: celle de Thomas, celui de ses parents. Peu avait importé à ce moment là les conséquences qu'aurait la décision qu'elle s'était apprêtée à prendre, que ce soit sur les relations qu'elle entretenait avec son père et sa mère ou sur le ressenti des autres. Son désir de liberté avait pris le dessus. Le rôle qu'avait joué son ami de vacances, rencontré en été 2008 et miraculeusement atterri dans la même université, était d'une grande importance, et il dut mettre à l'épreuve Ruby un grand nombre de fois avant que ses conseils ne puissent être exécutés à la perfection, la mettant quelques fois lui-même dans des situations embarrassantes. Elle, habituée à baisser les yeux face à une remarque désobligeante, appris à soutenir le regard de l'"ennemi", à ignorer la douleur persistante que pouvait provoquer les mots, à garder la tête haute en toute circonstance et maintenant à se sentir bien au dessus de tout cela. Alors que la jeune femme avait essayé pendant des années à forger sa personnalité, ce n'était qu'à sa troisième année à l'Ohio State University qu'elle réussit pour de bon. Malheureusement, il était difficile de percevoir un quelconque changement si l'on jugeait de par les apparences, et l'opinion que l'on se faisait de Ruby était toujours déplorable. C'est ainsi qu'elle se hasarda outre sa retenue, laissant une nouvelle fois ses rêves l'emporter. Souvent on lui avait offert des vêtements assez près du corps, des hauts décolletés, autant de choses qu'elle n'avait jamais osé porter. Elle avait alors ressorti toutes ces affaires enfouies au fond de son placard, les avait essayées une par une, avait trié celles qu'elle jugeait passables et celles qui retourneraient directement à leur emplacement habituel. Avant de retourner à l'université, elle fit un petit détour par le coiffeur, éclaircit sa couleur de cheveux – chose à laquelle elle songeait depuis un bon moment – et c'est dans un nouveau style moins prude qu'elle se dirigeait désormais vers l'amphithéâtre. Les personnes la connaissant avait eu beau écarquiller les yeux en la voyant arriver, les compliments avaient fusé de toute part. Les regards que l'on portait sur elle ne la dérangèrent que peu de temps, les ayant déjà croisés lorsqu'elle portait son uniforme de cheerleader. Étrangement, Ruby ne percevait ni jugement, ni déception dans celui d'Ashandra, juste l'enthousiasme et la joie de revoir son amie perdue de vue depuis trop longtemps.

La brunette fut étonnée de voir à quel point la jeune afro-américaine s'était aussi transformée. Même si son caractère ne semblait pas vraiment avoir différé, son look était sans aucun doute bien loin de ressembler à celui qu'elle arborait au lycée. Plus féminine que jamais, Ashandra était tellement rayonnante que Ruby ne pu s'empêcher de ressentir de la jalousie, commençant à fantasmer sur son ensemble et sur les formes de son amie magnifiquement proportionnelles qu'elle avait rarement eut l'occasion de remarquer. Il est vrai que les deux jeunes femmes partageaient de nombreux points communs cinq ans plus tôt, et la brunette était persuadée que cela n'avait pas tellement évolué. Certes, Ruby mettait à l'époque bien plus en valeur ses courbes que son amie, étant obligée de porter l'uniforme des Cheerios qui lui arrivait mi-cuisses, mais elle n'en étant pas moins pudique que la lycéenne. Elles étaient timides, réservées et craignaient les réflexions à leur sujet. Ce qui était remarquable, c'est que chacune pouvait soutenir l'autre grâce à cette compréhension mutuelle. La choriste dut se retenir de la reprendre dans ses bras, ayant peur d'être trop démonstrative après tant d'années sans se voir. « Tu m'as tellement manquée. » dit-elle simplement avec une sincérité lisible sur ses traits et affichant une petite moue nostalgique. La remarque suivante étonna grandement l'étudiante en communication. Personne avant elle n'avait montré d'une manière ou d'une autre rien qu'un peu de convoitise dans ce que Ruby était devenue. Après tout, le fond de sa personnalité n'avait guère changé, seule sa confiance avait pu se développer et lui permettait de réduire sa timidité pour qu'elle n'apparaisse plus dans son allure et son attitude. Elle n'avait pas complètement disparu pour autant. « Tu trouves? Il n'y a pas vraiment de quoi, sincèrement, je n'ai pas de mérite. On m'a beaucoup aidée à vrai dire, et s'il n'y avait pas eu cette succession d'événements qui m'a permise de... de me lâcher un peu je pense que j'aurais encore la tête baissée en marchant dans les couloirs. J'ai retrouvé un vieil ami un peu de la même façon que je te retrouve toi aujourd'hui, et il m'a fait travailler mon tempérament à deux-cents pour cent! Il... a toujours aimé me booster sans que je ne lui demande. Maintenant je suis obligée de trouver un moyen pour le remercier, il avait dû tout calculer depuis le début. » plaisanta-t-elle. Étrangement, parler à Ashandra de Thomas la dérangeait. Comme si elle craignait qu'elle ne se fasse des idées. La première fois que le jeune homme avait abordé la brunette, son charme ne l'avait pas laissée indifférente et il était rare qu'elle évoque cet épisode de sa vie une fois qu'ils s'étaient quittés, après l'été de leur rencontre, de peur de se remémorer des images qu'elle ne retrouverait plus jamais. Mais maintenant que ses sentiments avaient évolués, il lui était moins difficile de mentionner son nom. Pourtant, la réaction qu'elle avait devant la jeune chrétienne était la même que celle qu'elle aurait eu au lycée. Comme si elle avait remonté le temps.

La question de l'orientation était un sujet auquel Ruby n'aimait pas trop s'attarder. Même si elle y avait réfléchi de nombreuses fois, Il était toujours difficile pour elle de donner une réponse claire à propos du métier qu'elle souhaitait exercer à l'avenir. Ses choix variaient au fil de ses humeurs, ainsi lorsqu'elle se sentait sûre d'elle et qualifiée son vœu était d'être à la tête de grands projets. « Aujourd'hui je pense vouloir être directrice artistique, même si pour ça il faut une bonne culture générale en matière image et de cinéma, je bosse pas mal cette partie. ». Son père n'avait pas particulièrement approuvé son choix de se diriger vers la communication. Le scénario qu'il avait fait de la vie de sa fille avant qu'elle n'entre dans cette filière était complet et sans encombre: elle serait sortie du lycée en obtenant son diplôme brillamment, à quelques points à peine de décrocher la plus haute mention – d'après lui, il ne pouvait en être qu'ainsi – puis elle aurait utilisé sa bourse de cheerleader dans le but de payer ses études dans la plus grande école de médecine de l'Ohio. Arrivée à sa dixième année d'étude, elle aurait rencontré un chirurgien renommé remportant le simple salaire de six mille dollars par mois et aurait avec lui deux jumeaux, un garçon et une fille, respectivement appelés Saphir et Émeraude à l'image du prénom que sa femme et lui avaient donnés à leur progéniture. Bien évidemment elle ne devait pas quitter la ville de son enfance afin de permettre aux futurs grands-parents de voir leurs petits enfants régulièrement. Quelle avait été sa déception lorsqu'il apprit qu'il devait réécrire le destin de Ruby à partir de son entrée dans la plus grande université de la région. La danseuse respira un bon coup l'air de la bibliothèque, ravie de sa situation actuelle. Elle hocha la tête lorsque Ashandra parla de la colocation. « Oui c'est agréable, on a la chance de bien s'entendre. Sans elle je serais à la porte aujourd'hui. Mais j'ai souvent du mal à payer les fins de mois, c'est pour ça que je vais quelques fois chanter au Piano-Bar pour rapporter un peu d'argent... ». Cette information ne servait qu'à introduire le fait qu'elle se demandait si c'était bien la jolie afro-américaine qu'elle avait entrevue la veille au dit lieu. Avant qu'elle ne puisse s'interroger d'avantage, elle tenta de répondre à la devinette qui venait de lui être posée, motivée par la bonne réponse qu'elle avait apportée en découvrant le domaine dans lequel travaillait son amie. « Ne me dis pas que c'est à McKinley, ce serait juste... waw. Si c'est le cas, je suis sûre que tu vas très bien t'en sortir! ». Consciente de l'"affection" qu'Ashandra portait à leur ancien établissement, elle afficha un petit sourire compatissant.

La réponse tant attendue arriva. Ruby ne s'était pas trompée, la silhouette qui s'était enfuie dans la nuit de la veille appartenait bien à la personne qu'elle pensait. La jeune femme rougit aux compliments qui lui étaient destinés. Elle avait toujours souhaité rapporter à Shandy sa passion pour le chant, son désire de rejoindre un Glee Club, mais jamais elle n'en avait été capable. Elle savait pourtant que sa complice allait souvent chanter lors de messes, ayant déjà assisté à l'une d'elle malgré son statut de non croyante, juste pour la regarder dans son élément, la voir sourire tout en chantant. Craignant que son amie pense qu'elle lui en voulait de ne pas être restée l'écouter, elle s'empressa de prendre la parole. L'envie de sautiller dans toute la pièce la pris soudain. « Non non ne t'excuse pas! Je comprends tout à fait, j'aurais fais la même chose à ta place c'est normal. Tu sais, je ne t'en ai jamais vraiment parlé, mais j'aurais tellement aimé rejoindre l'une des chorales au lycée! Si tu savais la peine que j'ai eu quand mon père a refusé, il avait bien trop peur que sa fille se fasse à nouveau harceler par une bande de gros dur. Et j'avais tellement envie de rejoindre un club que j'ai choisi les Cheerios, puisque je faisais de la danse à l'époque c'était plus simple. Et tu sais pourtant à quel point je détestais déambuler dans les couloirs avec ma jupette à volants. ». Brusquement, tout l'enthousiasme de Ruby retomba. Est-ce qu'elle avait bien entendu? « Attends... quoi? ». Sa bonne humeur retomba, son visage se décomposa, sa voix commença à s'éteindre. « Oh non c'est pas vrai. ». La dernière chose que la brunette aurait voulu en retrouvant une camarade perdue de vue depuis cinq ans, c'était bien d'apprendre qu'elles seraient rivales. Rivales. Ce mot résonnait dans sa tête comme une cacophonie dont on veut libérer son esprit. Ces deux jeunes femmes qui auraient pu enfin reprendre leur amitié à partir de là où elle s'était arrêtée. « Ashandra... ». Enfin, tout en peinant à ravaler son chagrin, elle osa prononcer la phrase qui dans d'autres circonstances lui aurait apporté une immense fierté. « Je fais partie des Awesome Voices. ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
01. Songs bring back memories Empty
MessageSujet: Re: 01. Songs bring back memories   01. Songs bring back memories EmptySam 19 Nov - 10:58

Si la jeune fille ne l’avait pas serrée si fort dans ses bras un instant auparavant, l’étouffant presque de toute cette affection débordante et de cette joie sincère, Ashandra aurait pu croire qu’il s’agissait d’un songe. Quelles étaient les chances pour qu’elle se retrouve à nouveau en face de son amie du lycée alors qu’elle n’avait pas pris la peine de lui dire au revoir avant le départ qu’elle pensait définitif pour Des Moines ? Malgré ses notes relativement mauvaises en mathématiques, il ne fallait pas être un génie arithmétique pour savoir qu’elles étaient maigres. Et pourtant, Dieu avait guidé ses pas jusqu’à elle. Et c’était un flot incontrôlable d’épisodes passés qui l’assaillait à présent, comme des flash qui se succédaient et s’entremêlaient sans ordre dans son esprit, la plongeant dans une confusion passagère. Elle aurait aimé ne se souvenir que des quelques bons moments passés à McKinley et faire abstraction du reste, mais elle en était incapable malgré tous les efforts qu’elle avait fourni pour laisser ses plaies cicatriser. En revenant à Lima elle avait croisé de vieilles connaissances dans les rues, pas forcément parmi les meilleures, et bien qu’elle les ait ignorées superbement pour se protéger du fantôme de la lycéenne terrorisée qui menaçait de reprendre le dessus, ils étaient partout pour lui rappeler qu’elle avait été cette fille incapable de lever les yeux du sol, faible, victime silencieuse de ces idiots. Elle n’avait jamais cédé à la tentation de rentrer dans le moule pour ne plus avoir à essuyer la vindicte des Cheerios et pas un instant elle ne l’avait regretté. Sa foi inébranlable l’avait aidée à tenir le coup quelles que soient les circonstances. La seule chose à laquelle elle était sûre de pouvoir se raccrocher dans les temps durs. Lorsqu’elle en parlait parfois avec Cassandra, la blonde la rassurait sans cesse en lui assurant que les épreuves que Dieu leur envoyait n’étaient que de mauvaises passades sur le chemin qui les menaient vers de plus grands accomplissements, une vie meilleure.

Malgré les années, elle admirait toujours autant la fille du pasteur en qui elle avait une confiance aveugle. Elle était la seule à tout savoir ou presque de Shandy, de son passé, de ses années passées loin de Lima... Mais en revoyant sa Ruby, la jeune femme souriait d’un air rêveur en se souvenant qu’elle avait aussi été un modèle de confiance et de dépassement de soi lorsqu’elles étaient au lycée. Ses mots la touchaient profondément et ses yeux brillaient presque de larmes d’émotions tant elle était submergée par le hasard de cette nouvelle rencontre, mais elle refusait de céder au mélodramatique et gardait tant bien que mal sa contenance. Elle n’avait pas eu le temps de se préparer, elle ne savait pas encore quoi lui dire, son esprit était resté fixé sur la méthode à employer pour la retrouver et maintenant qu’elle se tenait en face d’elle, tout était plus vrai, plus intense. Même la lumière du soleil avait l’air plus vive à ses yeux lorsqu’elle écoutait Ruby jouer les filles modestes. L’étudiante pourrait bien nier toute responsabilité dans ce changement si flagrant, Ashandra n’en croirait pas un mot. Elle avait toujours su qu’au fond d’elle-même Ruby était une fille forte qui méritait d’occuper le devant de la scène, une élue de Dieu qui refusait de se l’avouer. Sa place dans les rangs des cheerleaders, bien qu’elle ait pu parfois porter à controverse, n’était pas un hasard, et elle était loin d’être invisible lors des performances mise en scène par Sue Sylvester, même pour les autres lycéens qui, contrairement à Ashandra, ne se concentraient pas uniquement sur la petite brune. Son ton était léger, elle était détendu et assumait pleinement les changements par lesquels elle était passée. Cet ami qu’elle évoquait semblait avoir tellement de valeur à ses yeux que l’afro-américaine en était presque jalouse. Elle aurait aimé rencontrer la personne qui avait réussi à faire sortir son amie de lycée de sa coquille, et paradoxalement elle préférait rester dans l’ignorance pour ne pas avoir à affronter celui qui l’avait probablement remplacée et dépassée auprès de Ruby.

Inconsciemment son esprit dériva vers le Mexique pendant un bref instant, et c’était avec un pincement au cœur que l’image d’Arturo revenait à son esprit. Elle n’avait pas le droit de penser à lui, plus maintenant qu’il était sur le point de se marier... Peut-être que si elle avait réussi à assumer plus tôt ses sentiments, et qu’elle n’avait pas été prisonnière de la peur et de la honte, peut-être que si elle avait fait les efforts dont elle n’était pas capable à l’époque... Avec tout ça, peut-être que les choses auraient été différentes. Ashandra s’interdisait les regrets et se réprimandait presque violemment toute seule lorsqu’elle broyait du noir à cause du passé. Elle avait fait la promesse à son frère de ne pas se laisser abattre par les remords une fois de plus. Tout ceci elle l’avait fait elle-même, elle avait choisi de se taire puis elle avait choisi de reprendre de ses nouvelles. Il fallait bien admettre qu’elle n’y connaissait rien à l’amour, et cet ami si proche d’elle dont parlait Ruby aurait très bien pu être bien plus qu’un simple ami. Cependant l’afro-américaine était trop piquée de jalousie et d’envie devant la constatation qu’une partie du passé de la jeune femme lui échappait et qu’elle avait tant de choses à rattraper, elle ne posa donc pas de question à son sujet, repoussant à plus tard ce sujet qui pourtant l’intéressait au plus haut point comme tout ce qu’elle ignorait encore de la vie de Ruby. Elle n’avait pas envie de dévoiler ce vilain trait de caractère qui la poussait à vouloir monopoliser ses amies et entrer dans leur vie pour tenter de s’y ancrer. Trop peu nombreuses, elle les soignait presque avec outrance les personnes en qui elle avait pleine confiance. Elle était prévenante, à l’affût de leur moindre besoin, prête à se plier en quatre pour les rendre heureuses. Maintenant qu’elle avait retrouvée l’ancienne pompom girl elle voudrait passer le plus de temps possible avec elle. Elle se voyait déjà dans la salle de répétition des Second Chances, toutes les deux montées sur la petite estrade, chacune d’un côté du piano, chantant de tout leur cœur un duo préparé pour le plaisir. Elles iraient acheter de nouveaux vêtements ensemble, des vêtements qu’elle choisirait à la mode, pour mettre en valeur ses formes. Elle se payerait aussi le luxe de prendre un grand chocolat chaud assises sur un banc de la place Bellefontaine, ou bien même de jouer au bowling ! Ashandra n’avait jamais touché une boule de bowling de toute sa vie mais elle avait envie de tout faire, de tout essayer, rien que pour le plaisir de passe du temps en compagnie d’une amie proche. Le passé était noyé de projets pour un avenir radieux dans lequel elle pourrait rattraper tout ce temps perdu.

Ses rêves de devenir professeur semblaient bien maigres comparés aux ambitions de l’étudiante en communication. Sans vraiment savoir en quoi consistait le métier de directrice artistique, elle sentait que ce devait être quelque chose d’important. Après tout il y avait le mot de «directeur» ! Peut-être qu’on la verrait dans les génériques des films ! Ou alors elle serait une sorte d’agent pour les célébrités qu’on voit à la télévision. En tous les cas cette carrière semblait pleine de paillettes et de gloire, et la jeune femme s’était déjà transportée à des milliers de kilomètres de Lima où ce genre de filière n’était pas monnaie courante. Ruby finirait sûrement par quitter Lima pour trouver du travail, mais elle chassa immédiatement cette pensée de son esprit pour ne se concentrer sur rien d’autre que su ce que lui disait son amie d’un air passionné. La relation d’Ashandra aux études était assez chaotique, et elle était toujours fascinée par ceux qui réussissaient sans encombre. Elle avait dû se battre pour aller à l’université, mais elle avait commencé par abandonner le combat avant même d’avoir entamé le premier round en proposant à sa mère, sans qu’elle ne le lui demande, de travailler dans la même entreprise qu’elle pour permettre à son frère de bénéficier d’une bourse l’année suivante. Mais elle n’avait pas tenu. Elle n’avait rien d’une sainte, bien trop égoïste pour cela. Elle avait été jusqu’à fuir Lima pour tenter sa chance dans l’enseignement supérieur, reprendre de vrais cours de littérature, plus construits que ceux que proposait sa paroisse en cours du soir. Son frère avait choisi de miser sur elle et il avait accepté de faire les sacrifices que leur mère n’avait pas faits pour lui offrir une part de son rêve. Maintenant qu’elle était revenue à Lima, que les choses avec Damon avaient changées, qu’elle n’était plus exactement la même, elle avait trouvé le courage de négocier son retour autour de la poursuite de ses études. Elle n’arrêterait qu’une fois son diplôme accroché sur le mur de sa chambre et sa robe de cérémonie pendue à un cintre dans le placard à souvenirs. Et elle avait même réussi à ne pas paniquer à l’idée de faire son stage à McKinley. Elle espérait que cette épreuve lui servirait de rupture définitive avec la lycéenne du passé. Elle n’aurait plus à craindre les élèves, elle serait au-dessus d’eux cette fois-ci et ils la respecteraient... ou bien elle n’aurait tout simplement plus à craindre les attaques de slushy et les remarques déplacées... Elle ne s’attardait jamais trop sur ces détails pour ne pas sombrer dans le pessimisme avant d’y avoir mis les pieds. « Oh je comprends, je vis encore chez ma mère mais je travaille aussi à l’occasion pour... eh bien pour aider à boucler le mois tu vois. C’était plus simple au lycée quand on n’avait pas à penser à tout ça, mais je ne regrette pas vraiment cette époque... Et pourtant oui... Je suis prise comme assistante à McKinley. » Un sourire gêné étirait ses lèvres alors qu’elle pensait à toutes les choses qui allaient changer quand elle devrait y retourner. Elle avait soigneusement évité la réunion des anciens élèves du début d’année, bien trop angoissée à l’idée de recroiser Santana Lopez ou encore les sportifs de ses années de lycée. Quand elle y retournerait ce ne serait pas pour y retrouver de vieilles connaissances, c’était une certitude. « C’est tellement dommage que tu n’aies pas pu le faire au lycée... j’aurais vraiment adoré te voir, plus que dans les représentations de Cheerios même ! Mais il faut que tu rejoignes la chorale ! Oh oui vraiment ce serait parfait ! »

Entendre Ruby parler du passé avec autant de détachement et de facilité ne faisait que nourrir son envie d’aller de l’avant. De continuer à avancer sans plus se retourner et de construire sa vie d’adulte comme les autres. Elle avait cessé de croire aussi fort en son statut d’élue et l’importance qu’elle accordait à être au premier rang avait considérablement diminué, à l’exception de la chorale dans laquelle elle mettait tout son cœur. Son cœur s’emballait déjà à la perspective de pouvoir partager tout cela avec Ruby, mais en un battement de cil son excitation retomba. Ashandra se figea. « Quoi ? » Si la voix de Ruby dissimulait mal un certain embarras, celle de l’afro-américaine gardait encore les traces de son engouement. Peut-être qu’elle avait mal entendu, peut-être qu’elle s’était trompée. « Tu veux dire que tu as envie de rejoindre la chorale de monsieur Ryan ? Tu vas tenter les auditions ? Mais... non ! Enfin, tu es sûre que tu... euh... » Le visage de Ruby se décomposait devant elle et dans sa poitrine son cœur se serrait violemment. Comment pouvait-on passer d’une joie aussi intense à une si grande déception ? Quel droit avait-elle de lui en vouloir pour ça... Elle n’avait pas donné de nouvelles, elle ne savait pas qu’elle avait rejoint une chorale, et beaucoup de gens se trompaient sur le compte des Second Chances. Mais... Bryan Ryan ? « Ruby je... » Cherchant les mots justes, elle détourna le regard dans le vide. Elle ne voulait pas avoir l’air trop déçue ou même blessée mais Ashandra avait du mal à encaisser cette nouvelle si brutale et ne savait plus quoi dire après ce violent coup de frein dans leurs retrouvailles jusqu’alors amicales. Si elle faisait partie des Awesome Voices alors elle participait à cette compétition idiote qui avait amené Bryan Ryan à se déguiser en prêtre pour pénétrer dans leur salle de répétition, et elle ne pourrait plus lui parler aussi librement. Le malaise grandissait en elle alors qu'elle sentait ses fantaisies s'évanouir. « Il n’y a rien que je puisse dire qui te fasse... changer d’avis ? »
Revenir en haut Aller en bas
Ruby Caldwell
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
01. Songs bring back memories Empty
MessageSujet: Re: 01. Songs bring back memories   01. Songs bring back memories EmptyLun 2 Jan - 21:12

Entraînés par la conversation des deux femmes, le reste des étudiants se trouvant dans la bibliothèque s'agitait sous le regard perçant de la documentaliste qui attendait le bon moment pour intervenir, ses yeux levés par dessus les lunettes rondes posées sur le bout de son nez. La sagesse des deux amies ne suffisait cependant pas pour qu'elles se résolvent baisser le ton, bien trop heureuses pour interrompre ces retrouvailles fortuites. Le temps qui s'était écoulé semblait être une éternité pour Ruby. Ashandra avait tellement changé en cinq ans, elle se remémorait deux adolescentes au visage encore enfantin qui leur apportait pourtant à l'époque la sensation d'avoir mûri. Les miracles se succédaient, comme si le destin les avait conduit à se connaître et à s'apprécier, et à cet instant précis, peut-être sous l'influence de son amie présente, elle aurait accepté de croire en Dieu. Leur rencontre à McKinley avait été exceptionnelle. Une cheerleader et une lycéenne craintives. Jamais Ruby ne pourra ôter de sa mémoire le sentiment qu'elle éprouva lorsque la jolie afro-américaine vint lui adresser la parole pour la première fois; un mélange de stupeur et de joie. Quel courage, avait pensé la brunette à la mini-jupe, et quelle chance qu'elle soit tombée sur la bonne pom-pom girl. Pour la danseuse qui redoutait déjà ses camarades de l'équipe, Ashandra était complètement inconsciente d'oser s'approcher de l'une d'elles. Les questions avaient commencé à fuser dans son esprit. Était-ce aussi évident que la nouvelle Cheerio ne ressemblait à aucune autre? Jeune et naïve comme elle était, la réponse avait tardé à venir. Désormais, se rendre compte qu'elle n'avait simplement pas voulu la chercher était finalement une bonne chose. Elles s'étaient par la suite entendues, se méfiant à peine lorsqu'elles traversaient les couloirs, souhaitant simplement vivre leur amitié comme l'aurait fait n'importe qui et s'entraidant dans les moments difficiles. Tout cela n'était évidemment pas sans conséquences pour Ruby qui avait appris à gérer et ignorer les remarques des autres filles du groupe, ainsi qu'à supporter quelques rares slushies qui s'échappaient de leurs mains vengeresses. C'était pour elle une épreuve que tous les lycéens de McKinley devaient connaître un jour ou l'autre. Elle n'avait jamais osé révéler à Shandy les fois où elle avait pris sa défense, ne voulant pas passer pour une héroïne alors qu'elle n'avait pas eu besoin d'y revenir souvent. À vrai dire, elle avait bien senti la jalousie que ressentaient certaines des chearleader qui, pour conserver leur réputation, avaient caché l'empathie qu'elles éprouvaient pour des lycéens banaux que la dur loi du lycée leur interdisait d'approcher. Seuls les élèves de Sue pouvaient s'en apercevoir entre elles et toucher du doigt le peu de bonté dont elles disposaient.

Le dernier miracle venait de s'accomplir. Elles avaient toutes deux l'air de vouloir recommencer, de couper les cinq ans qui les avait séparées et de recoller les parties entre elles pour effacer toute trace du temps qui s'était écoulé, s'imaginer qu'il n'y avait eu aucune rupture. En y réfléchissant bien, Ashandra était sans aucun doute la personne à laquelle elle avait le plus tenu lors de sa scolarité à McKinley. Elle avait été la sœur qu'elle n'avait jamais eu. Ruby respira lentement, il ne fallait pas laisser les émotions la submerger. La voir s'émerveiller devant la prise de confiance de la choriste des Awesome Voices donnait à la brunette envie d'extérioriser tout le mal qu'elle avait enduré les années où elle avait travaillé pour obtenir ce résultat, ce que Thomas lui avait fait subir malgré ses bonnes intentions, les situations dans lesquelles elle avait dû se mettre et se tirer. Elle voulait que son amie l'aide à combler la blessure qui tardait à cicatriser, mais qui heureusement restait au second plan par rapport au reste. Il ne manquait pour elle plus que ces retrouvailles pour que tout aille pour le mieux, qu'elle réanime cette amitié qui n'attendait que cet instant. Bien évidemment, elle se doutait qu'elle ne comptait pas autant pour l'afro-américaine, et elle n'était pas sans savoir que Cassandra Hamilton, ancienne présidente du club de chasteté et actuelle directrice des Second Chances, avait toujours obtenu la première place. Même si la jalousie était un autre de ses défauts, Ruby n'en avait jamais vraiment usé à ces fins. Mais aujourd'hui, elle se demandait si les deux meilleures amies avaient gardé contact depuis le lycée contrairement à l'ancienne chearleader qui se sentait terriblement ingrate. Qu'est-ce qu'Ashandra devait penser d'elle? Qu'elle avait fait semblant pendant tout ce temps? La choriste s'en voulait, il lui fallait corriger ses erreurs. Le plus tôt possible elles s'organiseraient des sorties, iraient faire les magasins, quitteraient pour un week-end Lima afin de visiter des lieux qu'elles ne connaissaient pas encore, se parleraient de leurs angoisses, de leurs espoirs, de leurs passions. Si elle avait un fiancé, Shandy le lui présenterait, et plus tard la jeune étudiante en communication aurait aidé à organiser et assisterait son mariage. Tout prenait alors une ampleur considérable dans son esprit et elle n'attendait qu'à voir un jour ses vœux se réaliser. C'était le début d'un nouveau départ.

Ruby écarquilla les yeux quand elle eut la confirmation qu'Ashandra retournerait dans leur ancien établissement pour son stage. Un mélange de pitié et de soulagement s'empara d'elle. Ce ne serait probablement pas facile étant donné les évènements qu'elle avait dû vivre là-bas. Elle en avait été témoin, tout n'avait pas toujours été très rose à McKinley pour la lycéenne. Elle se rappelait des horribles agressions au slushy qu'elle avait connu, quand on n'ose plus bouger ni ouvrir les yeux parce qu'on ne veut pas que cette substance froide et granuleuse atteigne les pupilles et également car, les paupières closes, on retient mieux ses larmes. Elle avait elle aussi rencontré ce genre de situation. Marcher dans les mêmes couloirs avec ce genre de souvenirs demandait un courage que Ruby n'aurait sûrement pas trouvé, tout comme rencontrer des élèves aussi odieux que ceux qui avaient torturé leur adolescence. Autant d'audace que la brunette aurait aimé trouver en elle-même plus tôt. Cette fois-ci, Shandy pourrait passer près des casiers sans danger. Dorénavant, ce serait elle qui serait respectée, et rien que de l'imaginer faire régner la loi dans l'école suffisait à agrandir le sourire de sa vieille amie. « Profite de ta situation dans ce cas, tu pourras recadrer les voyous! Tu me diras comment les mentalités ont évoluées depuis le temps. Je me demande si le directeur est toujours Figgins... ». Malgré ces questions, Ruby n'était pas certaine de vouloir en connaître les réponses. Elle pensait avoir tiré un trait sur le passé, mais depuis quelques minutes les souvenirs se succédaient et revenaient à elle comme si elle n'avait jamais voulu les enterrer. La jeune fille en rouge et blanc avait pourtant disparu de ses préoccupations, les entraînements réguliers coachés par Sue Sylvester n'étaient devenus que de simples cours de gymnastiques comme les autres, tout ce qui avait fait de sa jeunesse une vie différente de celle dont elle avait si longtemps rêvé avait été ôté de sa mémoire comme des sujets douloureux dont il fallait à tout prix éviter de parler. Tout ce dont elle souhaitait se rappeler étaient les bons moments passé entre amies à la cafétéria, l'obtention de son diplôme, l'aide que Thomas lui avait apporté pour que son existence ne sois remplie que de bonheur et de nouvelles expériences, la perspective d'un avenir sûr et sans encombre. Soit peu de choses se rapportant à son statut de Cheerio.

Ruby eut un pincement au cœur. Ashandra était tellement enthousiaste qu'elle ne comprit pas de suite ce que son amie venait de lui avouer. C'était peut-être inconscient, mais sa réaction montrait qu'elle ne voulait pas entendre la vérité. Tout venait de s'écrouler en quelques secondes. C'était évident, pourquoi n'y avait-elle pas songé avant? L'afro-américaine était croyante, grande amie de Cassandra Hamilton, et passionnée de chant. S'en aurait presque était inquiétant qu'elle ne fasse pas partie de sa chorale. Elle n'arrivait plus à parler, écoutant le discours de son amie, le visage pâle. La brunette n'était pas particulièrement d'accord avec toutes les actions de Bryan Ryan, elle le trouvait d'ailleurs quelques fois excessif et arrogant. Mais elle admirait son attachement à son groupe de chanteur, révélant ainsi qu'il disposait d'une âme. Il avait également une excellente culture musicale et son expérience dans le monde de la chanson faisait de lui un très bon professeur. « Ce... ce n'est pas vraiment le problème. ». Les deux chorales étaient sans doute les plus opposées de par la personnalité des deux coachs et des membres qui les composent. Il est vrai que si elle avait été au courant que Shandy avait rejoint les Second Chances, le choix de la brunette aurait sûrement été différent. Elle n'avait pas réfléchi. Et elle ne voulait pas faire machine arrière, s'étant trop attachée à son groupe malgré les tempéraments parfois contraires au siens. Sa place était parmi les Awesome Voices, et ce n'était pas un hasard si elle avait décidé de les rejoindre, sans les critères pouvant influer sur sa décision. C'était justement pour se retrouver en terre inconnue, partager la même salle que celle d'un bourreau et analyser la réaction qu'elle aurait face à tant de différences entre elle et son directeur. Une autre partie de sa transformation, un défi qu'elle s'était lancé sans l'aide de Thomas. « Ashandra, je fais déjà partie des Awesome Voices. Depuis un moi environ. Je sais que c'est plutôt récent, mais je ne peux pas abandonner le groupe... ce serait une sorte de trahison. Je m'y suis attachée. ». Elle n'osait plus la regarder, de peur de ne lire que de la déception sur son visage. Gênée et ne sachant comment réagir, elle se mit à agripper le collier offert par son ami d'enfance pour son anniversaire si fort qu'elle manqua de le casser. C'était trop dur, ça ne pouvait pas finir comme ça. Après tout, ce n'était pas parce qu'elles étaient désormais rivales qu'elles ne pouvaient pas se fréquenter. Elle s'imagina aux Sectionals, chantant tout en sachant que l'une des deux perdrait et que dans tous les cas elle éprouverait une tristesse incontrôlable. « Ne pense pas que je n'ai pas rejoint les Second Chances à cause des préjugés qui courent à leur... à votre sujet, ni que je souhaite rester à cause de Bryan Ryan, c'est un prétentieux qui ne cherche qu'à faire parler de lui. C'est plus compliqué que ça... . Si seulement j'avais su plus tôt que tu faisais partie de la chorale de Cassandra... ». Plus elle parlait et plus elle avait l'impression de s'enliser dans des arguments non recevables. Elle avait beau chercher, elle ne trouvait aucune raison qui l'empêchait de changer de clan. Et pourtant, elle ne pouvait pas, elle ne voulait pas, c'était hors de ses moyens. Les remords commencèrent à la ronger. « Dis moi que ça ne change rien et que tout pourra quand même redevenir comme avant. Je t'en supplie. ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
01. Songs bring back memories Empty
MessageSujet: Re: 01. Songs bring back memories   01. Songs bring back memories EmptyLun 9 Jan - 15:30

En réalité Ashandra appréhendait un peu la rentrée. Elle avait déjà fait quelques périodes de stage dans un autre lycée de la ville. La distance entre Columbus et Lima était assez handicapante pour les longues heures de trajet qu’elle devait faire tous les jours, se levant plus tôt que les autres, se couchant toujours la dernière pour être sûre que tout soit en ordre dans la maison, rester aux aguets du moindre coup de téléphone de la part du commissariat, elle était épuisée. Mais elle prenait religieusement ses vitamines et dormait toujours un peu plus longtemps le dimanche, se levant au dernier moment pour se rendre à l’office. Le principal avantage que présenterait ce stage à McKinley était donc un avantage matériel, elle n’aurait plus à faire les trajets tous les jours pour aller en cours puis à la chorale et pourrait donc travailler tranquillement à la bibliothèque ou chez elle sans avoir à surveiller l’heure. Mais à côté de cela, elle était assez angoissée à l’idée de devoir arpenter à nouveau ces couloirs maudits où l’odeur du granité flottait dans l’air en permanence. Certes, cette fois-ci tout serait différent. Elle ne serait plus une élève, elle ne serait plus à leur merci... Enfin, elle ne serait plus leur égale tout du moins. Et la jeune femme était bien décidée à ne pas se laisser faire. Malgré son caractère très doux, il lui était déjà arrivé de hausser la voix en cours pour avoir un peu d’attention plutôt que de se refermer comme une huître et d’attendre que la tempête ne passe. Le jour où elle avait reçu la lettre de l’attribution de poste, elle avait failli tomber de sa chaise. Persuadée qu’une fois les stages commencés dans un établissement les professeurs en herbe avaient le droit à un suivi personnalisé avec un seul et même titulaire, elle était toute prête à repartir dans le petit lycée de Wapakoneta pour entendre parler pendant des heures le vieux professeur Riley. Pourtant la lettre mentionnait bien le nom de son ancien lycée, et pire, de son ancienne professeur d’anglais. Elle avait eu tellement de peine à avouer à son professeur préféré qu’elle n’allait pas continuer ses études. Le professeur Mauprey était une femme d’environ cinquante ans, de petites lunettes sur le bout du nez pour lutter contre une presbytie foudroyante, toujours un peu trop maquillée. Pendant les années qu’elle avait passées à McKinley, Ashandra avait toujours cherché conseil auprès d’elle, que ce soit pour de la lecture ou pour ses projets d’avenir. Que peut faire une jeune lycéenne enfermée dans le cycle infernal des bizutages à longueur d’année si ce n’est rêver à l’avenir ? Elle avait bien sûr été rendre une ou deux visites à Ms Pillsbury, notamment après l’incident entre Santana Lopez et elle après les cours, mais elle avait toujours préféré se confier à quelqu’un de plus neutre concernant ses aspirations. Or sa professeur était sans doute la mieux qualifier pour cela. Elle avait toujours une attitude je m’en foutiste à l’égard de ses élèves, manifestant rarement de l’intérêt pour ce qu’ils avaient à dire, mais une fois accommodée de cette manie de jouer les reines de glace, Ashandra avait découvert quelqu’un qui avait un trop grand cœur pour s’attacher aux élèves avant de les laisser repartir. Elle avait toujours admiré cela chez cette femme, et elle aurait voulu lui ressembler, garder secrètement en mémoire le nom de tous ses élèves, leurs notes, leurs faiblesses, sans qu’ils ne sachent que quelque part quelqu’un les surveillait. Elle rit sincèrement de la remarque de Ruby, mettant immédiatement sa main devant sa bouche après un regard noir lancé du fin fond de la pièce par la bibliothécaire qui poussait un charriot pour ranger les ouvrages consultés. «Oh oui ! Ils vont trembler devant moi !» Faisant mine de gonfler les bras en riant tout bas, elle était inondée d’un sentiment de joie pure. Elle n’aurait jamais cru pouvoir retrouver son amie de lycée de manière si impromptue et le naturel de leurs retrouvailles lui mettait vraiment du baume au cœur, éloignant d’elle tous ses soucis. «En tout cas j’ai déjà eu un entretien avec le principal Figgins pour mon emploi du temps et mon contrat... Il n’a pas changé après toutes ses années, je me demande même si... tu sais...» Plaquant les mains de chaque côté de son visage elle tira ses traits au maximum pour mimer un lifting des plus radicaux. «Je n’ai pas vraiment voulu m’attarder dans les couloirs pour le moment mais l’odeur de granité est toujours aussi forte...» Baissant les yeux un instant elle savait que Ruby comprendrait sans aucun problème ce qu’elle voulait dire par là.

Mais alors qu’elle était au comble de la satisfaction, le sourire de la jolie brune s’estompa avant de disparaître tout à fait lorsqu’elle prononça le nom maudit des Awesome Voices. La choriste avait déjà entendu toutes les rumeurs possibles sur le retour de leur directeur à Lima et ses activités pivées. Certains parlaient de détournement de mineurs, d’autres de détournement de fonds. Il était vrai que quand on passait devant le quartier général de la chorale il y avait de quoi être impressionné. Les grandes baies vitrées étaient trop hautes pour dévoiler quoi que ce soit du contenu de la salle, mais il fallait avouer que comparé à la pourtant vaste annexe de l’église, une impression de grandeur et de distinction s’en dégageait. Sans avoir jamais discuté directement de Bryan Ryan avec Cassandra, elle savait qu’elle n’éprouvait aucune sympathie pour ce personnage. Joanna avait quant à elle un langage assez fleuri à son sujet que l’afro-américaine n’aurait jamais osé répété, mais quand il s’agissait de remotiver les troupes pour la compétition à venir, il n’était en général pas épargné. Ashandra n’avait aucun souvenir de l’avoir croisé au lycée. Elle aurait su le reconnaître, probablement, à partir des descriptions qu’on lui en avait faites, mais elle avait déjà de lourds préjugés à son sujet qu’il aurait sans doute été difficile de déloger de son esprit borné. Elle avait du mal à croire qu’une fille aussi gentille et altruiste que Ruby ait décidé de rejoindre cette chorale précisément. Pourquoi pas les Urban Hymns ? Certes... elle aurait été dans une chorale adverse et la peine aurait été la même, mais les Awesome Voices entre tous... L’étudiante sentait une colère inexplicable monter en elle. Ce n’était pas après Ruby qu’elle en avait... Un instant plus tôt elle la serrait dans ses bras et lui racontait les détails de sa vie... Et pourtant, son regard se durcit de plus en plus. Elle fronçait les sourcils, affichant une mine déconfite et troublée. La jeune femme ne savait plus quoi penser de cette situation absurde. Ce devait être une blague. Un mois qu’elle faisait partie de la chorale adverse... Un mois... Et rien ne pouvait la faire changer d’avis. Relevant les yeux d’un air de défi, elle planta son regard dans celui de Ruby pour se confronter à ce que la brunette pouvait ressentir. Est-ce qu’elle avait honte de son choix ? Est-ce qu’elle regrettait son choix ? Pas le moins du monde, au contraire elle continuait à se justifier en appuyant sur toutes les raisons qui avait fait qu’elle avait préféré écarter la possibilité de rentrer dans les Second Chances. Plus elle parlait de ce ton désolé plus Shandy se sentait blessée et irritée. Ce n’était pas la peine de lui rappeler que Bryan Ryan n’était pas le seul à bénéficier d’un certain nombre de rumeurs peu avantageuses. Le regard des gens sur la chorale de son cœur était insupportable pour Ashandra qui aurait aimé leur crier qu’ils se trompaient, qu’ils les sous-estimaient et qu’ils s’en mordraient les doigts le jour où ils prendraient le temps de les écouter. Et elle osait lui parler de trahison ? «Je ne comprends pas Ruby... Je ne comprends ce que tu dis... Pourquoi ? Je veux dire... pourquoi eux ?»

Sa réaction était idiote. Son amie ne pouvait pas savoir qu’elle avait rejoint une chorale. Elles n’avaient jamais mentionné le chant en présence l’une de l’autre. Elle voyait bien sur le visage de Ruby qu’elle était peinée de la mettre dans des états pareils, mais elle ne trouvait pas le cœur de lui pardonner. Pas encore. Elle était trop sous le choc de cette nouvelle qui venait ruiner leurs retrouvailles parfaites. Se mordant l’intérieur de la joue en rompant à nouveau le contact avec Ruby elle serra un peu plus ses livres contre elle, se repliant doucement à l’intérieur de sa forteresse. Elle aurait vraiment voulu lui dire que rien n’avait changé et qu’elle saurait lui pardonner, parce qu’après tout ce n’était pas de sa faute. Ce n’était de la faute de personne. Elle avait tout à fait le droit de faire ce qu’elle voulait de son temps libre. Mais voilà... Cette activité là tombait particulièrement mal. Reculant d’un pas pour prendre une profonde inspiration et essayer de calmer la rancœur qui lui brûlait la gorge et bloquait les mots qu’elle voulait prononcer, elle buta contre l’étagère qui était plus près qu’elle ne l’avait escompté, faisant tomber quelques libres un peu trop près du bord. Profitant de cette occasion pour faire volte-face et les ramasser, elle s’accroupit pour les réunir et reprendre ses esprits. Une seule chose était certaine : elle était incapable de réagir en adulte à cet instant précis. Elle se détestait d’être si égoïste et de gâcher sa rencontre avec Ruby mais elle ne pouvait tout simplement pas oublier ce détail de sa vie. Amère, elle finit par se relever et poser les livres sur la petite étagère, les poussant le plus loin possible avant de se retourner à nouveau vers son amie qui la regardait avec des yeux suppliants et anxieux. Incapable de soutenir son regard elle détourna le sien avant de lâcher d’une voix presque inaudible «Je ne sais pas Ruby... Ça va changer tellement de choses... je sais que c’est stupide mais j’aurais aimé qu’on puisse répéter ensemble, qu’on partage quelque chose de plus fort qu’avant, mais là...» Sa voix se perdit dans un souffle, ses mains tremblaient légèrement alors que ses doigts se crispèrent sur la couverture du petit cahier qu’elle avait dans les bras. Elle était si troublée. Elle aurait voulu qu’on vienne la chercher tout de suite, que la bibliothécaire vienne les mettre à la porte furieuse, qu’on les sépare de force pour ne pas avoir à lui dire au revoir sur cette note si triste pour elle. «Je suis désolée...»
Revenir en haut Aller en bas
Ruby Caldwell
« You just see the surface »
Age : 25 ans
Occupation : Jeune entrepreneur , Membre des Awesome Voices
Humeur : Vivante
Statut : En couple avec Ryder Crawford
Etoiles : 3260

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Try - P!nk
Glee club favori : Awesome Voices
Vos relations:
« You just see the surface »
01. Songs bring back memories Empty
MessageSujet: Re: 01. Songs bring back memories   01. Songs bring back memories EmptyLun 30 Jan - 21:18

Ses rêves venaient de s'évaporer, ainsi que le petit nuage sur lequel elle s'était si confortablement installée depuis son entrée dans la bibliothèque. Elle divaguait désormais vers des sentiments beaucoup moins agréables que ceux ressentis quelques minutes à peine auparavant. La chance de retrouver son amie venait de lui échapper alors qu'une si belle occasion s'était présentée. Abasourdie, Elle sentait que son cœur la pinçait comme pour lui rappeler qu'elle était bien éveillée. Et pourtant, elle aurait préféré se rendre compte que ça ne s'était pas réellement passé. Sa respiration était lente, et ses yeux auparavant si lumineux reflétaient une gêne non dissimulable, si bien que la seule solution trouvée fut d'abaisser le regard vers le sol, marque d'une faiblesse renaissante. Ayant l'impression d'être retombée en pleine adolescence, Ruby se crispa en attendant que s'abatte sur elle un jet de glace pilée. Si elle osait relever la tête, elle s'imaginerait sans doute dans les couloirs de McKinley, mais cette fois se retrouvant à la place des choristes qui subissaient ce genre d’humiliation quotidiennement. Il était vrai qu'elle était désormais l'un d'eux, dans une version plus mûre, mais moins préparée aux représailles. Cependant, la personne qui lui faisait face appartenait également à ce milieu et avait été son amie, ce qui renforçait ce sentiment étrange lié à leur situation actuelle. Les mains dans ses poches et les épaules à peine relevées, la brunette laissa resurgir les émotions qu'elle était parvenue à mettre de côté pendant cinq ans. Personne avant ce jour n'avait pu ébranler cette confiance qu'elle s'était construite, pas même ses parents, pas même les étudiants dérangés qui lui avaient bien souvent causé du tort. Pas même Thomas qui l'avait à de maintes reprises poussée à bout. Il n'avait suffit que d'une proposition venant d'une vielle connaissance, qui se voulait à l'origine enthousiaste, pour faire tomber l'armure qu'elle s'était forgée. Elle n'avait pas ressenti ce genre de peine depuis si longtemps. Mais elle comprenait parfaitement la réaction d'Ashandra face à cette révélation. Les Awesome Voices était LA chorale dont il ne fallait pas faire partie pour pouvoir s'entendre avec les Second Chances. La personnalité extravagante de Bryan Ryan tranchait beaucoup trop avec celle de Cassandra Hamilton, et ses mauvaises plaisanteries répétitives mettaient souvent ses concurrents à bout de nerfs. Rien que d'y penser, Ruby s'étonnait de son choix et les raisons pour laquelle elle avait décidé de rejoindre cette chorale étaient devenues floues. Ses souvenirs ne lui permettaient plus de se remémorer sa stratégie, et encore moins les avantages que cela pouvait lui procurer. Pourquoi ne pas avoir intégré les Urban Hymns? Elle n'avait pas plus connu Finn Hudson que son actuel coach vocal, mais elle savait, sans parvenir à s'en rappeler sur le coup, que quelque chose l'en avait empêché. Et cette même chose la retenait dans son groupe et s'était transformée en un lien qui s'était tissé et qui se renforçait à chaque répétition.

Un long et pesant moment de silence attisa la curiosité des étudiants se trouvant dans la bibliothèque, qui paraissaient aussi gênés que les deux jeunes femmes. Les regards posés sur elles étaient de plus en plus furtifs, jonglant rapidement entre le contenu des ouvrages qu'ils tenaient entre leurs mains et les silhouettes féminines qui s'étaient figées. Ruby repoussa une mèche de cheveux derrière son oreille, fatiguée de ressembler à une statue. Que pouvait-elle répondre à Ashandra? Après avoir réfléchi pendant de longues secondes, elle se rappela de son premier jour à McKinley. En route vers le bureau de Sue Sylvester, des sons mélodieux avaient attiré son attention. C'était donc machinalement qu'elle s'était dirigé vers leur source, captée par la musique s'échappant de la porte de ce qui semblait être une salle de classe. La petite fenêtre qui donnait sur l'intérieur ne laissa plus l'ombre d'un doute à la jeune fille: c'était l'endroit où répétait l'un des Glee Club du lycée, qui n'était autre que les Awesome Voices. Le sentiment qu'elle éprouva à cet instant était indéfinissable, partagé entre la mélancolie, la joie et l'envie. C'est cette chorale que la brunette avait entendu en premier, c'était elle qu'elle avait souhaité intégrer malgré son entrée chez les Cheerios. Même si Bryan Ryan était un tyran. Même si elle s'était douté qu'elle ne résisterait pas contre les New Direction installés depuis plus longtemps dans l'établissement. Ce groupe était pour elle un véritable coup de cœur. « J'avoue, j'ai plutôt du mal à me justifier. En fait, c'est peut-être simplement parce qu'il n'y a aucune justification à apporter. Pas la peine que je trouve une excuse du genre ''cette chorale va m'aider à repousser mes limites''. Si j'ai décidé de faire partie des Awesome Voices, c'est parce que c'est cette chorale que je souhaitait intégrer, et pas une autre. ». Ruby fixait désormais sa rivale dans les yeux. Aucune menace ne s'échappait de son regard, elle était tout à fait calme en prononçant ces mots qui sonnaient comme une évidence impossible à nier. Bien évidemment, si les deux vielles amies avaient pu partager des répétitions ensemble, s'organiser des duos parce que c'était là la logique de leur appartenance commune à un groupe de chant, sans doutes cela aurait été plus agréable. Cependant, il était hors de question que Ruby culpabilise à l'idée de retourner parmi ses camarades des Awesome Voices plutôt que chez les Second Chances. « Je suis désolée. Au lycée, je mourais d'envie de chanter dans un Glee Club et je n'ai jamais pu, j'avais trop peur de la réaction de mon père. J'ai toujours soutenu ma chorale, surtout pour son répertoire musical. Mais les membres ne sont pas forcément à l'image de leur coach. J'ai changé, certes, mais pas sur tous les points. Je suis toujours la fille qui est aux petits soins pour ses amis, qui jalouse dès qu'elle les voit rire de bon cœur avec une autre personne, qui est tellement naïve qu'on pourrait lui faire croire que le Vietnam était une colonie Allemande. ». Elle émit un petit rire et abaissa la tête pour cacher son embarras. « Tu me connais toujours telle que j'étais avant. Ce n'est pas une chorale qui pourra changer cela. ». Ruby ne pouvait pas l'entendre affirmer le contraire, elle ne le supporterait pas. Malgré leur appartenance à des clans rivaux, elle ne pouvait abandonner son désir de retrouver son amie et elle s'y accrocherait jusqu'à ce qu'elle y parvienne. Qu'importe ce qu'Ashandra pensait de son affectation, leur relation ne s'arrêterait pas à une rencontre entre des rangées de livres. Entre les rencontres et compétitions qui risquaient de se présenter bien assez tôt, la brunette savait déjà qu'elle saisirait ces opportunités pour récupérer cette amitié laissée à l'abandon.

La réaction qu'espérait Ruby de la part de belle afro-américaine se faisait attendre. L'heure tournait alors que de plus en plus d'étudiants pénétraient dans la grande salle éclairée par les timides rayons de soleil qui traversaient les baies vitrées. Les interventions de la bibliothécaire se faisaient rares depuis que s'étaient éteints les éclats de rire et l'enthousiasme qui les accompagnaient. L'atmosphère joviale qui régnait quelques minutes auparavant dans la pièce s'était largement estompée et rien ne pouvait désormais distraire les élèves studieux de leur occupation première, si ce n'étaient les bruits de pas qui indiquaient qu'une personne allait chercher ou ranger un livre. La tension se faisait ressentir entre les deux choristes, qui n'osaient cette fois-ci plus prononcer aucun mot, craignant un geste ou un rictus informant que tout était vain. Chacune ne désirait pas en savoir d'avantage, prises d'une gêne commune et difficile à gérer. Peut-être que ce qu'avait dit Ashandra était vrai, peut-être que ça changera un nombre de choses. Mais aucune ne voulait réellement se l'admettre. L'expérience de la jeune femme pouvait en témoigner: rien n'est impossible. Une amitié pouvait donc toujours être envisageable, malgré leur rivalité imposée par leur groupe différent et par la concurrence qu'entretenait soigneusement la mairesse de Lima. Ruby ne pouvait cependant pas partir comme ça. Pas sur un au revoir si douloureux. Remarquant les mains tremblantes de Shandy, la brunette se mordit la lèvre en fronçant les sourcils, ne sachant quelle option prendre: s'enfuir ou rester à tenter de la convaincre tout en se doutant que ça ne changerait rien, pas pour le moment. Ses pommettes et ses yeux se mirent à rougir. Les souvenirs revenaient à elle comme trop éloignés, avec le sentiment que le temps avait emporté avec lui toute capacité de revivre ce genre d'instant. Elle souhaitait plus que tout garder à l'esprit que tout n'était pas perdu et que rien n'empêcherait les deux jeunes femmes d'aller chanter ensemble et d'ainsi raviver leur mémoire pour se rendre compte qu'elles auraient besoin de l'une et l'autre pour se construire un avenir sans regrets. Trop émotive devant une telle situation, la jeune femme recula d'un pas, la tête baissée et un poing fermé contre ses lèvres. Avec un regard désolé, elle observa une nouvelle fois celle qu'elle considérerait toujours comme une amie. « Il... il faut que j'y aille, je vais prendre du retard sur mes recherches... ». Elle tourna les talons, fit quelques pas puis, consciente de sa lâcheté, fit volte-face. Elle se concentra pour parvenir à articuler. « Ça ne va pas s'arrêter là, on se reverra très rapidement, j'en suis certaine. Finalement, on devrait se dire que ça nous fait un nouveau point commun. ». Ruby hésita à l'enlacer avant de se rétracter de peur d'une mauvaise réaction. Elle en aurait pourtant eu besoin, pour réconforter à la fois Ashandra et elle-même. Elle se contenta alors de lui décocher un sourire en coin rassurant. Se dirigeant cette fois vers la sortie, elle s'accrocha alors à la seule chose qu'il pouvait lui rester après ces retrouvailles. L'espoir.


Terminé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
01. Songs bring back memories Empty
MessageSujet: Re: 01. Songs bring back memories   01. Songs bring back memories Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

01. Songs bring back memories

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 1
-