Choriste du mois

Partagez | 
 

 01. Faut pas pousser mémé dans les orties !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
01. Faut pas pousser mémé dans les orties ! Empty
MessageSujet: 01. Faut pas pousser mémé dans les orties !   01. Faut pas pousser mémé dans les orties ! EmptyDim 30 Oct - 0:12

Lynn S. Saywer, Finn Hudson & Damon Moon
Faut pas pousser mémé dans les orties !


Assis sur le siège d’une auto, recouvert d’un plastique afin d’éviter de le salir, Finn déverrouilla le capot et sortit pour terminer de l’ouvrir. Il posa un regard sur son amie et l’informa tout en observant le moteur, qui semblait dater de vingt ans : « C’est bizarre, tu vois, je pensais que ça m’aurait fait quelque chose. Je ne sais pas si j’aurai sauté de joie ou aurait pesté pendant une heure, mais là, ca ne me fait rien. » Dit-il d’un air concentré. Il toucha une partie du moteur et tenta de la secouer pour vérifier qu’elle était bien fixée. Il tenta de bouger autre chose, mais tout tenait très bien. La panne ne venait pas de là. Il jeta un coup d’œil à sa monte. La matinée était déjà bien entamée. Les bruits mécaniques dans la pièce prouvaient une certaine activité dans le garage, mais il manquait une personne. C’était trop souvent le cas. Cependant, il était en pleine discussion avec Lynn et il ne pouvait dire que ça ne lui plaisait pas de pouvoir converser avec elle. Il s’était rencontré des années plus tôt. Un abandon en commun leur avait permis de faire connaissance. Sentant de désarroi de la jeune femme, il lui avait proposé de travailler au garage des Hummel. Ces derniers avaient accueilli Lynn sans difficulté. Depuis, ils s’étaient liés amicalement et Finn avait longtemps compté sur elle pour ne pas se sentir abandonné.

Il attrapa un torchon, s’essuya les mains avec et reprit : « Je ne sais même pas ce que serait ma réaction si je me retrouvais en face d’elle. » Il eut un rire nerveux : « C’est bizarre parce que ce n’est pas comme si il ne s’était rien passé entre elle et moi. Mais je ne sais pas… Elle va bien au moins ? » Demanda-t-il dans son plus grand sérieux. Ecaterina avait fui Lima il y a quelques années de cela. Par ce geste, elle avait sonné certain de ses amis qui n’avait pas réellement comprit. Finn avait un spécimen chez lui en cet instant précis. Replongeant rapidement la tête dans le moteur, il eut comme une illumination. Vérifiant ses pensées, il annonça pensif : « Le radiateur est bien percé. Il va falloir commander des pièces. » Il observa Lynn de toute son attention, essayant toujours ses mains de son torchon aux taches brunes.

Cela faisait un peu plus de quatre ans qu’il travaillait ici et il avait beaucoup appris. En moins de quelques mois, son beau-père avait affirmé qu’il était fait pour cela. Malheureusement, parfois nous étions faits pour des choses qui ne nous convenaient pas. Finn Hudson n’avait pas envie de garder cet emploi. Son vœu le plus cher était de le quitter pour un métier plus valorisant, d’après lui. Petit, il aimait les voitures, mais il s’imaginait plus les dessiner, les concevoir, plutôt que de les réparer simplement. C’était un boulot difficile et même intéressant, mais il ne servait qu’à payer son loyer et le faire vivre. Lynn en savait quelque chose. Il devinait qu’elle désirait la même chose que lui. Non pas de dessiner des véhicules, mais plutôt de faire le métier qu’elle désirait faire depuis son plus jeune âge. Ils n’en avaient jamais parlé réellement, mais il imaginait. Qui voudrait travailler ici pendant toute sa vie ? Mise à part les passionnés de mécanique, bien entendu.

Forte heureusement, le garage était un lieu assez convivial. C’était presque une famille. Chacun se serrait les coudes. Chacun était prêt à changer ses heures. Chacun était prêt à excuser des retards…jusqu’à un certain stade. Et par là, Finn pensait à un certain Damon qui prenait fortement ses aises. Kurt ne disait rien…ou plutôt ne donnait pas assez de sa voix pour lui faire comprendre que son comportement était inacceptable. Mais à force de trop en profiter, l’ancien quarterback voyait rouge. En cette matinée de septembre, son sang commençait à bouillir. Il regarda de nouveau sa montre et son regard se fit plus noir : « Il commence sérieusement à me les chauffer avec ses retards celui là. Il est passé dix heures trente, il a une demi-heure de retard. Il va m’entendre. » Finn jeta violemment le bout de tissu sur l’étagère mobiles, chercha Kurt par son regard et lui montra sa montre en tapotant dessus, pour lui faire comprendre de l’abus. Son jeune frère lui répondit par un air impuissant. Le jeune brun se tourna vers Lynn et fit une petite grimace amicale avant de lancer avec taquinerie : « Je croyais que c’était les filles qui passaient des heures dans la salle de bain, moi. » lui sourit-il, fripant son nez avec espièglerie. Elle était loin cette époque où il se sentait trop mal pour esquisser le moindre sourire. Aujourd’hui, la roue tournée. Et même s’il avait reprit un contact violent avec son passé en créant sa chorale, il se sentait plutôt bien.
Revenir en haut Aller en bas
Lynn S. Sawyer
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
Age : vingt-quatre ans • née le vingt-et-un décembre.
Occupation : a travaillé pendant cinq ans au hummel's garage. vient de demander des congés d'un ans pour aller étudier à new york la littérature. elle vient juste de passer son 'bac' en candidat libre. a étudié deux ans à new york. vient de se faire transférer à l'université de lima pour terminer son cursus. littérature, option cinéma. elle a fait quelques stages dans un journal en tant que pigiste.
Humeur : motivée pour avancer et prendre un nouveau départ (encore). in the end everything will be okay; if it's not okay, it's not the end.
Statut : célibataire depuis peu.
Etoiles : 1070

Piece of Me
Chanson préférée du moment : astronaut • simple plan
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
01. Faut pas pousser mémé dans les orties ! Empty
MessageSujet: Re: 01. Faut pas pousser mémé dans les orties !   01. Faut pas pousser mémé dans les orties ! EmptyLun 31 Oct - 6:30

Lynn pschitta le pare-brise intérieur de la voiture avec le lave glace avant de coller un torchon dessus et de commencer à essuyer activement la vitre. Elle avait raconté à Finn l'aventure qui lui était arrivé la veille au moment où Ecaterina avait débarqué au garage pour la voir. Kurt était la seule autre personne à avoir vu Cat ce jour là car il avait dit à Lynn qu'elle pouvait partir. De ce fait, elle n'avait pas pu parler à Finn après car elle était rentrée directement chez elle avec ce sentiment d'étrange mal-être.

Rien n'aurait pu laisser supposer que Lynn et Finn puissent un jour devenir amis. Ils n'avaient pas grand chose en commun d'apparences à commencer par leur âge. Finn avait deux ans de plus que Lynn et ils n'avaient pas non plus les mêmes amis. Finn faisait parti du Glee club à l'époque, et même peut être de l'équipe de foot (Lynn ne comprenait plus grand chose, elle pensait que les élèves n'étaient autorisés qu'à un club mais elle avait cru comprendre avec Sam que non finalement). Et puis surtout, il avait eu une accroche avec Ecaterina alors Lynn n'aurait pas été censée s'entendre bien avec lui. Pourtant, alors que Cat n'était plus là et que la brunette cherchait désespérément un job, Finn lui était venu en aide. Depuis, les deux étaient devenus amis.

La new yorkaise laissa tomber son torchon de surprise. Venait-elle d'entendre ce qu'elle croyait avoir entendu ? Le retour d'Ecaterina ne faisait rien du tout à Finn ? Lui qui avait été aussi malheureux qu'elle pendant même plus longtemps qu'elle et maintenant, il semblait prendre la nouvelle de son retour à la légère, comme s'il n'avait jamais été amoureux de la blondinette. Oui, même s'il ne l'avait jamais clairement avoué à Lynn, celle ci était persuadée que Finn avait été amoureux de Cat. D'ailleurs, elle trouvait que ça avait sans doute été difficile pour Finn de voir que Cat ne l'aimait pas comme lui l'aimait. Lynn savait que Cat, eh bien, elle aimait Gale. Rohlàlà c'était compliqué cette histoire, vraiment. Lynn ne voulait pas trop y mettre les pieds d'ailleurs parce qu'elle aimait beaucoup Gale aussi. Enfin breef. Elle se leva lentement en sortant de la voiture pour pouvoir regarder Finn histoire de savoir s'il plaisantait ou non et vu comment il lui demanda de ses nouvelles d'un ton léger, elle comprit qu'il ne plaisantait pas. Lynn ouvrit la bouche et écarta ses mains d'un air interloquée, ayant perdu la parole. Elle était persuadée que Finn serait l'un des premiers à trouver ça scandaleux. Bon peut être pas scandaleux, peut être qu'il aurait été content... Mais voilà. Elle s'attendait à tout sauf... Sauf à ça en fait. « Euh... Oui.. Commandons des pièces. ». Lynn fronça les sourcils avec un semi-sourire troublé d'incompréhension en regardant Finn.

Attrapant le formulaire de commande de composants et le stylo, Lynn se rapprocha de Finn. Elle nota le numéro de la plaque d'imatriculation avant de se retourner et de regarder Finn d'un air clairement choquée. « Je.. Je… Attends... WHAT? Tu viens bien de me dire que tu t'en fichais si Ecaterina revenait en ville c'est bien ça ? ». Elle le fixa en attendant sa réponse. Et puis non, elle ne pu s'empêcher d'ajouter: « Toi, celui qui en voulait au monde quand elle est partie ? Oui oui, ne dis pas le contraire ! » Quoi ? Lynn avait des tendences marseillaises parfois quand elle le voulait. Et puis là elle voulait faire avouer à Finn que son comportement était vraiment -VRAIMENT - très curieux.

Evidemment que le job au garage n'était pas ce que Lynn recherchait comme job à long terme. Elle ne s'était jamais imaginée travailler ici aussi longtemps, et pourtant... C'était le seul job qu'elle pouvait se permettre avec son CV qui ne comportait aucun diplome et aucun score de SAT. Elle aurait bien aimé se lancer dans sa carrière du monde de la télévision et des séries télévisées mais à croire qu'il fallait un diplôme pour savoir écrire... En attendant, elle n'avait pas fait la difficile pour payer ses factures. Au début, elle pensait qu'elle aurait beaucoup de mal à s'adapter à ce monde qui était un peu - il fallait avouer - masculin mais au bout d'un certain temps elle avait commencé à s'y faire et à devenir meilleure. Elle tentait de son mieux de ne pas faire d'erreur, et son dévouement se voyait. Et puis, elle n'était pas si mal lottie après tout. Elle s'entendait bien avec tout le monde ici. Certes c'était souvent un peu plus difficile avec Damon - un nouveau venu - qui s'amusait beaucoup de lui faire comprendre que la place d'une fille n'était pas dans un garage, mais sinon tout allait bien. Lynn savait que Damon énervait beaucoup Finn à arriver toujours en retard et souvent pas très net, mais Lynn avait décidé de ne pas prendre partie dans ce combat et de défendre les deux côtés. Il fallait bien que quelqu'un tempère cette testostérone tss.

Lynn nota le numéro de la plaque de la voiture sur le formulaire tandis que son accolyte s'énervait encore sur le retard de Damon. « Heey ! Pas tant de violence !.. Il a peut être eu un accident sur la route... Ou alors il nous amène le café ? ». Lynn fit une grimace en rigolant alors que Finn se moquait des filles. Tsss ces garçons n'allaient jamais la laisser tranquille ! Elle comprenait mieux pourquoi il n'y avait pas beaucoup de filles dans les garages ! « Ahah ! Je suis prête à parier que tu passes plus de temps à mettre ton gel le matin que moi à prendre ma douche. » Elle hocha la tête convaincue de ce qu'elle disait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
01. Faut pas pousser mémé dans les orties ! Empty
MessageSujet: Re: 01. Faut pas pousser mémé dans les orties !   01. Faut pas pousser mémé dans les orties ! EmptyMar 1 Nov - 20:12

Lynn S. Saywer, Finn Hudson & Damon Moon
Faut pas pousser mémé dans les orties !


La veille, les deux mécaniciens – qui étaient présentement en pleine conversation – n’avaient pu se dire au revoir. Alors que le jeune homme dû aller faire une course pour le compte du garage, Lynn avait été invité à quitter plus tôt avec la venue d’une revenante. C’était ce qu’elle était entrain de lui expliquer pendant qu’elle nettoyait l’une des voitures pour un client important. La révélation de ce retour tout à fait imprévisible n’avait pas arrêté le jeune brun dans la recherche du dysfonctionnement de l’automobile dont il s’occupait. Peut-être avait-il figé son geste une fraction de seconde, mais rien qui ne marquait une quelconque émotion comparable à de la colère, de la jouissance ou autres mots dont il ne connaissait pas la définition. Non, Finn n’éprouva pas grand-chose à cette grande nouvelle. Sa seule pensée revenait à Gale Hemmens, son colocataire, qui avait bien plus souffert du départ d’Ecaterina que lui. Finn Hudson avait été affecté par la multitude d’abandon. Celui de la jeune blonde n’était donc qu’une partie de la raison de son désarroi pendant x années. Mais les choses s’arrangeaient pour lui et si cette dernière annonçait, peut-être, une tempête près à se lever dans son appartement prochainement, lui n’en avait que faire. Alors il lui avait répondu tout naturellement qu’il ne ressentait rien sur ce retour.

Cherchant à trouver la panne, il avait évolué du volant au capot du véhicule. Annonçant qu’il fallait changer une pièce, la jolie brune, après un air dépité par son absence de réaction, saisit un formulaire de commande et commença à noter pendant que le brun s’essuyait les mains sans grand résultat. S’essuyer sur ce torchon était comme prendre un bain de boue pour se laver. Mais le temps que ca lui viennent au cerveau, il avait le temps de l’user bien plus qu’il ne l’était déjà. Bien heureusement, il ne s’agissait que d’un simple torchon en coton. La proposition de Kurt à les remplacer par des torchons en soie, bien plus soyeux et agréable à la peau avait été rejetée, par la même personne, lorsque Finn lui avait annoncé la réelle fonction de ces bout de tissus, à savoir, les souiller de graisses et autres substances mécaniques. La tête inclinait, il observait ce que notait la jeune femme avant de voir le crayon se couper dans son élan. Alors elle lui lâcha son ressentit et lui rappela l’état dans lequel il fut lorsque la jeune femme avait quitté Lima. Un air un peu surpris sur le visage, face aux paroles de Lynn, il la fixa, tentant de la décrypter, puis lui répondit : « Il s’est écoulé cinq ans depuis son départ. Je suis passé à autre chose, il faut croire. » Il s’avança vers l’étagère et y déposa le torchon. Il se retourna pour ajouter : « Et puis Ecaterina n’était pas la seule raison de mon état de déprime. Tu le sais ! » Il lui avait osé lui parler de Quinn ou encore de Rachel durant ces années à bosser ensemble. Il aurait pu s'abstenir, mais ne consultant pas de psy, il avait eu parfois envie de se confier, souvent.

Cinq années s’étaient écoulées et seule quatre secondes avaient suffit pour que Finn sorte de son état de déprime, qu’il avait pourtant appris à dissimuler. Mais aujourd’hui, dans ses propos, cette rencontre n’avait jamais été autant abordé dans un sujet alors qu’il ne le souhaitait pas réellement, du moins ce n’était pas son attention. Les seules personnes à connaitre l’existence de cette femme étaient Gale, puisqu’il avait témoin de la maladresse de Finn lorsqu’il avait fui face au bonjour de la demoiselle, et Oxanna Prescott, qui avait enquêté pour lui afin qu’il soit rassuré sur cette agréable nouvelle arrivantes. Lynn ne connaissait pas encore le fin mot de l’histoire, mais s’il continuait à agir ainsi, elle ne tarderait pas à comprendre que quelque chose se cachait sous cette indifférence face aux évènements qui auraient pu être décrit comme catastrophique pour le jeune brun, à un moment précis.

Mais de tout façon, Finn n’avait jamais aimé Ecaterina comme il avait pu aimer Quinn Fabray, ou pire encore Rachel Berry. Parmi ces trois femmes, seule cette dernière avait encore une place dans son cœur assez grande pour prétendre à revenir dans ses bras. L’inconnue n’était encore qu’une inconnue. Rachel avait été son véritable amour, et il ne savait pas s’il pourrait un jour l’oublier complètement. Il ne savait même pas s’il pourrait vivre totalement heureux sans elle. Et ce, même s’il se retrouvait avec cette jolie Lucile qui lui semblait si charmante. La chanteuse brune restait ce qu’il avait pensé être sa moitié à l’époque. Qu’importe le temps qui s’écoule et les vies qui se forment, on ne pouvait changer cela. Il retint un soupire à ces pensées, ne voulait pas contredire ses mots par des songes qui n’avaient pas tant de rapport que cela avec la jolie blonde. Alors que la jeune femme reprenait son écriture, il pesta contre le retard de Damon, un des employés pas très respectueux envers les règles de travail, et si seulement il n’y avait que cela. Il avait démontré son mécontentement à Kurt par des gestes, puis reprit son attention sur la jeune femme qui tenta de le tempérer. Mais il n’écoutait qu’à moitié. Cependant : « Nous apporter le café ? On peut toujours rêver. Et puis je ne crois pas que ca soit son genre de boisson si tu vois ce que je veux dire. » Après un cours silence, il ajouta une remarque légèrement misogyne dont il ne pensait pas un traitre mot. Lynn lui rétorqua, sans condition, sur son temps à mettre du gel. Finn ferma le capot de la voiture, tout en lui répondant par un petit rire. Il n’y croyait pas vraiment, mais cela eu le don de l’amuser. S’asseyant sur le capot avec délicatesse, il croisa les bras, sourire chaleureux aux lèvres et lui demanda : « Et toi ? Tu le prends comment son retour ? » L’air de compassion qu’il abordait n’était là que pour la rassurer dans ses confidences. Finn savait être un bon ami. Ce n’était pas de la curiosité, mais simplement l’envie de l’aider à se soulager d’un poids selon les émotions qui la secouait ou non. Après tout, Lynn et Ecaterina étaient de très bonnes amies et le départ de la blonde n’avait pas été mal vécu que par Gale ou lui-même.

gif : 07-07gifs
Revenir en haut Aller en bas
Lynn S. Sawyer
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
Age : vingt-quatre ans • née le vingt-et-un décembre.
Occupation : a travaillé pendant cinq ans au hummel's garage. vient de demander des congés d'un ans pour aller étudier à new york la littérature. elle vient juste de passer son 'bac' en candidat libre. a étudié deux ans à new york. vient de se faire transférer à l'université de lima pour terminer son cursus. littérature, option cinéma. elle a fait quelques stages dans un journal en tant que pigiste.
Humeur : motivée pour avancer et prendre un nouveau départ (encore). in the end everything will be okay; if it's not okay, it's not the end.
Statut : célibataire depuis peu.
Etoiles : 1070

Piece of Me
Chanson préférée du moment : astronaut • simple plan
Glee club favori : New Directions
Vos relations:
Staring at the bottom of your glass hoping one day you'll make a dream last
01. Faut pas pousser mémé dans les orties ! Empty
MessageSujet: Re: 01. Faut pas pousser mémé dans les orties !   01. Faut pas pousser mémé dans les orties ! EmptyJeu 17 Nov - 19:35

« Je pensais juste que... Well... ». Lynn haussa lentement les épaules en cherchant ses mots. Elle savait bien que Finn n'avait pas eu de problèmes sentimentaux uniquement liés à Cat mais elle en avait fait partie. Elle aurait pensé que ça l'aurait quand même intrigué ou affecté un petit peu que son ex crush ou elle ne savait pas comment définir ça soit de retour. Elle ne pensait pas que Finn aurait pu réagir aussi indifférament à cette annonce. « Je sais pas. Je pensais que ça t'aurais quand même affecté un peu. Ce n'est pas que tu avais l'air triste pendant un looong moment mais... ». Lynn scruta le visage de Finn pour chercher quelque chose qui aurait pu trahir ses pensées mais elle n'y vit rien. Visiblement, il pensait ce qu'il venait de dire. La brunette trouvait ça quand même très bizarre. Très très bizarre. Elle se pinça les lèvres en fronçant les sourcils. Il y avait quelque chose de louche là dessous. En quatre ans, elle avait eu le temps d'apprendre à connaitre un peu son collègue et ami et elle savait qu'il cachait un truc. Ce n'était vraiment pas normal cette histoire. « Et puis en général quand on est blessé et qu'on revoit la personne qui est responsable de cette blessure.. En général on est quand même un peu affecté... ». Elle parlait d'expérience cette fois. Finn savait que le départ d'Ecaterina avait touché Lynn puisqu'il avait été là pour l'aider. Il pouvait donc se douter que son retour avait fait bizarre à la jeune femme même si elle lui avait annoncé la nouvelle d'une voix qui se voulait des plus normales mais en étant en même temps subtile parce qu'elle avait peur de la réaction de Finn. C'est alors qu'elle se rendit compte qu'elle avait sans doute loupé un morceau de l'histoire. Finn ne pouvait pas être sincère en agissant indifférament à moins que... A moins que... « Tu es sur que tout va bien ? Tu cacherais pas quelque chose par hasard ? ». Elle le regarda avec un petit sourire inquisiteur. Maintenant qu'elle s'attardait plus sur sa réaction, elle nota que dans la réponse de Finn il y avait un « je suis passé à autre chose », et ça, c'était plus que louche.

La newyorkaise regarda à nouveau Finn avant de lui demander le modèle de la pièce dont ils avaient besoin. Elle leva les yeux au ciel lorsque ce dernier fit une reflexion sur le café qu'aurait pu apporter Damon. C'était vrai que Damon donnait l'impression de boire plus souvent de l'alcool qu'autre chose, mais Lynn ne laissait jamais tomber les âmes « en perdition ». A vrai dire, elle était persuadée que tout le monde pouvait s'en sortir. Well... Tout le monde sauf elle. Son meilleur ami pouvait en témoigner d'ailleurs. Lynn avait rencontré Jensen Callahan alors qu'ils étaient des enfants à New York. Ils s'étaient perdus de vue lorsque celui ci avait déménagé et retrouvés quand Lynn était arrivée sur Lima. Le jeune homme avait eu de nombreux problèmes avec la drogue et Lynn avait réussi - du moins elle l'espérait - à l'en sortir. C'est pourquoi le comportement de Damon - même si souvent insuportable il fallait l'avouer - ne la désespérait pas autant que Finn ou Kurt. Après tout, s'il travaillait avec eux c'était pour qu'il puisse s'en sortir non ? Oui, Lynn avait tendance à donner beaucoup de chances aux gens. Mais attention, ce n'était pas pour ça qu'elle n'était pas méfiante. Elle n'attendait rien de Damon car elle savait qu'il était toujours en retard et que bien souvent ils (Finn, Kurt et elle même) devaient finir son boulot. Mais elle continuait de penser qu'il pouvait s'en sortir. Lynn esquissa un petit sourire. « C'était mesquin ! Remarque il pourrait partager ça au moins... ». Lynn paraissait très sérieuse en disant ça. Et même si elle savait que Finn le prendrait à la rigolade, Lynn ne serait pas contre un verre avec cette histoire qui lui revenait en plein dessus. Elle pensait à Cat biensur. Non mais et puis quoi encore. Lynn secoua la tête. Hors de question qu'elle se mette à boire pour oublier même si ça la démangeait. Ca serait contre tous ses principes. Boire pour s'amuser ok. Boire pour oublier pas ok du tout.

La petite brune termina de noter le modèle de la pièce tandis que du bruit de fit entendre. « Quand on parle du loup. Tu vois, il n'a pas TANT de retard que ça... ! » C'était ironique bien sur. Lynn tourna la tête pour regarder dans l'entrée l'origine du bruit mais c'est alors que Finn lui demanda ce qu'elle pensait de la situation. Son coeur se pinça alors et elle se tourna lentement vers son ami en remontant ses épaules. Elle n'était plus douée pour exprimer ses sentiments. Et elle ne savait pas si elle en était capable. La conversation très brève qu'elle avait eu avec son co-locataire Shane Gordon la veille au soir pouvait en témoigner. « Je... ». Lynn fit une pause pour peser ses mots. « Je ne sais pas trop. ». Elle fit une autre pause en détournant son regard. « J'ai l'impression... Que j'ai pas le droit de lui en vouloir. ». C'était vraiment l'impression de la miss. Elle en voulait à Cat bien sur parce qu'elle s'était classée dans le camps de ceux qui l'avaient abandonnée - et il y en avait au moins trois: son père, son meilleur ami dont elle était amoureuse au lycée et Cat -. Pourtant, elle savait qu'elle n'avait aucun droit sur le comportement des gens et c'était ça le plus terrible. Elle n'aurait eu aucun droit de retenir Cat, il fallait qu'elle vive sa vie non ? Avec ce que Finn venait de lui dire, Lynn se demandait si le jeune homme pensait comme elle. Même surement puisqu'il s'en fichait maintenant.


(Ouh 15 jours pour répondre… Ca ne m'était pas arrivée depuis longtemps. Désoléeeeee. Promis ça ne se reproduira plus)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
01. Faut pas pousser mémé dans les orties ! Empty
MessageSujet: Re: 01. Faut pas pousser mémé dans les orties !   01. Faut pas pousser mémé dans les orties ! EmptyLun 5 Déc - 14:39

Lorsque son réveil avait sonné, Damon avait immédiatement refermé les yeux. La sonnerie stridente avait fini par s'arrêter, laissant derrière elle un jeune homme exténué à la gueule de bois prononcée. Damon avait fait la fête jusqu'à pas d'heure dans un coin reculé de la ville, chez l'un de ses nombreux amis de soirée. Accompagné par Candice, il avait descendu des bouteilles à une vitesse qui l'étonnait lui-même, ajoutant quelques cigarettes et un ou deux comprimés d’ectasie, un joyeux mélange qui lui avait parmi de passer une soirée bien loin de ses soucis quotidiens. Il s'était couché sous les coups de cinq heure, plus que passablement éméché et l'esprit encore perdu au milieu de la drogue qu'il avait ingéré. Du coup, l'idée même d'aller travailler au garage quelques heures plus tard lui avait presque paru comme une bonne idée. Mais à présent, tandis que l'absence d'alcool dans son estomac et les quelques restes de substances hallucinogènes dans son organisme se faisaient ressentir, Damon n'arrivait pas à se décider à se lever. Tout ce qu'il souhaitait, c'était de se rendormir jusqu'à la fin de journée, prendre une bonne rasade de whisky et partir oublier ses problèmes loin de la maison familiale. Mais il ne pouvait pas. Damon savait que s'il ne se présentait pas au garage, Ashandra l'enverrait directement à la case psychiatre, ou même pire dans l'un de ces centres où l'on vous apprenait à vivre sans alcool et sans substances illicites. Et Damon préférait se tirer une balle dans le crâne après s'être tranché les veines plutôt que de subir une cure de désintoxication.

Laissant échapper son mécontentement sous la forme d'un grognement désespéré, Damon s'extirpa de son lit avec difficulté. Sans prendre le temps de vérifier l'heure qu'il était, il se traîna tant bien que mal vers la salle de bain, gardant les paupières fermées du mieux qu'il le pouvait. La douleur lancinante lui donnait l'impression que sa tête allait exploser, et il savait que s'il ne buvait pas un peu d'alcool d'ici peu, ses jambes ne le supporterait plus et il se retrouverait vite dans l'incapacité physique de se déplacer. Le jet brûlant de la douche le fit se sentir un peu mieux, légèrement plus humain et en vie. L'espace d'un instant, il eut presque le courage de se rendre à son travail sobre et en état de fonctionner sans whisky. Sa bonne volonté s'effondra lorsqu'il mit un pied en dehors de la douche et de sa chaleur protectrice. Le monde sembla de nouveau retomber sur ses épaules, tandis que le sol paraissait s'ouvrir sous ses jambes tremblantes, le laissant un instant pantelant et immobile, ses mains agrippant avec force la porcelaine du lavabo tandis qu'il serrait les dents à s'en faire mal. Saisissant le peu de forces qu'il lui restait, Damon retourna dans sa chambre, chancelant malgré lui durant le court trajet, avant de se saisir d'une bouteille d'alcool et d'en boire la moitié. Poussant un soupir de satisfaction, Damon posa la bouteille en équilibre précaire sur son lit défait et se dirigea vers son armoire. Il attrapa le premier t-shirt venu, se saisit d'un sous vêtement propre et de son jean de la veille et enfila le tout prestement, l’œil rivé sur la bouteille coincée entre son oreiller et sa couette. Une fois décemment vêtu, il attrapa la source de son attention et avala le reste de l'alcool. Une fois rassasié, il se saisit de son téléphone portable qu'il glissa dans sa poche, attrapa ses clefs et enfila ses chaussures à la hâte. Ce ne fut qu'une fois sans la voiture qu'il se rendit compte qu'il était déjà dix heure trente passé, et qu'il serait donc en retard, pour ne pas changer des autres jours.

Damon mit contact et se dirigea vers le centre ville. Il prit tout son temps pour se rendre au travail, l'envie de se retrouver au milieu des cons qui lui servaient de collègues et qui ne se gêneraient pas pour le juger lui donnait presque envie de faire demi tour. Rien que d'imaginer la tête d'Hudson lorsqu'il allait débarquer dans le garage, en retard, créait en lui un sentiment de violence. Lynn essayerait probablement d'arrondir les angles, comme à son habitude, mais Damon savait parfaitement ce qu'elle pensait de lui, ses yeux la trahissant à chaque fois qu'elle prenait plus ou moins sa défense. Pour eux, il n'était que ce garçon insuffisant et en permanence défoncé, un jeune homme stupide et ridicule qui leur gâchait un temps précieux. Il n'en attendait pas moins d'eux, en réalité. Si sa sœur ne voyait pas au delà de l'alcool et du reste, il n'espérait pas que des inconnus le fassent. Une fois garé sur le parking réservé au personnel, Damon resta immobile, le regard fixé sur un point imaginaire tandis qu'il tentait de trouver le courage de se rendre à l'intérieur. L'alcool commençait à faire un peu effet, mais il savait que ce ne serait pas suffisant pour affronter les regards et la journée de travail. Se glissant difficilement entre les deux sièges avant, le jeune homme attrapa une petite flasque contenant de la vodka qui se trouvait sur la plage arrière. Il vida son contenu d'un seul coup, laissant la sensation de brûlure l'envahir. D'ici quelques minutes, il se sentirait capable de supporter la colère de Finn et les coups d’œil réprobateurs de Lynn. Prenant son courage à deux mains, il sortit de sa voiture et ne prit même pas la peine de la verrouiller avant de se diriger vers l'entrée du garage. Les bruits habituels couvraient presque les voix de Finn et Lynn, visiblement en pleine conversation, et Damon espéra un instant que cela lui permettrait d'arriver presque incognito. Tentant de faire le moins de bruit possible, il se dirigea vers les vestiaires, priant pour ne pas se faire remarquer. C'était sans compter sur sa malchance habituelle, puisqu'il tituba un peu trop, frôlant une caisse à outils qui tomba sur le sol dans un bruit sourd.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
01. Faut pas pousser mémé dans les orties ! Empty
MessageSujet: Re: 01. Faut pas pousser mémé dans les orties !   01. Faut pas pousser mémé dans les orties ! Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

01. Faut pas pousser mémé dans les orties !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 1
-