Choriste du mois


Partagez | 
 

 01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami] Empty
MessageSujet: 01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami]   01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami] EmptyDim 30 Oct - 22:13

    En cet après-midi, il faisait à peu près beau, bien que les nuages cachaient de temps à autres le soleil. L'air était frais par conséquent Alec avait enfilé l'un de ses grands manteaux noir qui lui arrivait aux genoux. Il se dirigea vers la porte d'entrée, prit ses clefs de voiture ainsi qu'une paire de lunettes de soleil à la monture blanche. Il sortit de chez lui et se dirigea vers sa voiture. Une fois à bord il mit l'un de ses CDs favoris dans l'auto-radio. Il recula de l'allée pour se retrouver sur la route. Tout le long du chemin qui menait à son studio, le jeune homme entonna fièrement ses tubes préférés en prenant son volant pour une batterie au moment des feux rouges et des stops. Les gens le regardaient bizarrement par leur fenêtre, mais lui ça l'amusait. Si il le pouvait, il leur tirerait la langue, mais c'était quelque peu puéril, alors il se contentait de les regarder en arborant un large sourire. C'était un grand gamin, malgré la réussite, le fait d'avoir travaillé avec de grandes stars de la musique, il n'avait jamais prit la grosse tête et il était toujours resté fidèle à lui même. Après tout il n'était pas une star, juste celui qui travaille avec celles-ci. Tout ce qui l'importait c'était de travailler dans la musique, voilà pourquoi il avait créé ce qu'on appelait le « Alec's Studio ». Là il pouvait aider sans contre-partie, sans strass ni paillette, des gens qui voulaient juste faire de la musique, des groupes ou des chanteurs qui voulaient percer, mais qui n'en avaient pas les moyens. Il en avait lui, l'argent il n'en manquer pas, ou du moins plus. Il en avait même de trop pour lui tout seul, donc aider tout ces gens gratuitement le rendait bien plus heureux que le nombres de zéros sur son compte bancaire.

    Il finit par arriver devant le bâtiment qui abritait son studio. Il se gara devant celui-ci puis descendit de son 4X4. Il sortit les clefs afin d'en ouvrir la porte, mais celles-ci glissèrent entre ses doigts et tombèrent dans une flaque d'eau. Il soupira, mais la situation eut le don de le faire sourire, ça n'arrivait qu'à lui ce genre de chose. Il se baissa pour les ramasser, puis les secoua pour faire tomber l'eau et la boue qui était dessus. Malgré cette tentative, il se mouilla quand même les doigts lorsqu'il voulu ouvrir la porte. Après ces péripéties il réussi tout de même à entrer dans la salle. Le studio n'était en fait qu'une seule et unique grande salle coupée en deux par un mur avec une une grande vitre permettant de voir les artistes enregistrer. Aujourd'hui, il n'avait rien de prévu, et normalement personne ne devait venir, il allait donc être tranquille pour travailler sur l'une des maquettes enregistrer la veille. Un petit groupe composé essentiellement de garçon, très gentils, lui avait demandé quelques semaines plutôt si il était possible que l'ingénieur les aident. Comme d'habitude il avait accepté, et ils avaient ainsi enregistrer toute la semaine et avaient terminé la veille, dans l'après-midi.

    Il enleva son manteau qu'il déposa sur le dossier de son siège, posa ses lunettes sur l'une des tables avant de s'asseoir dans le fauteuil à roulettes. Il s'y affala puis décida de se mettre au boulot. Tout ces boutons qui pour des tas de gens ne représentaient rien, étaient pour lui maintenant familiers. Il pianotait sur chacun d'entre eux, lançait puis arrêtait la musique, rajoutait les voix, quelques effets si c'était nécessaire. Lorsque les jeunes étaient avec lui pour la mise en forme, ils l'appelaient souvent le magicien. Il prenait cela comme un compliment, même si il ne comprenait pas toujours la raison de ce surnom. Avec le temps, toutes ces manipulations étaient devenues des automatismes et tout lui semblait parfaitement normal. Au bout d'une heure de travail, il regarda sa montre qui affichait dix heures tapantes et décida de se faire un café. Heureusement que cette petite cafetière était là ! Elle se trouvait à l'opposé de la table de mixage, de l'autre côté de la porte qui menait à l'intérieur même du studio d'enregistrement, afin d'éviter tout dérapage. Il lança la maquette afin de pouvoir écouter ce qu'il venait de mettre en forme le temps qu'il allait chercher ce qui lui servait de drogue dans ces moments-là. Il s'adossa au mur en attendant que la cafetière eut fini, et il écoutait la musique en tapotant du pied. Après quelques minutes, il revint s'asseoir dans son siège bu une gorgé de café, puis monta un peu le son. Ils trouvaient ces jeunes très doués, et la maquette était presque terminé. Il posa l'arrière de sa tête contre le dossier, ferma les yeux et garda sa tasse chaude au creux de ses mains. A cet instant-là, comme à chaque fois, il se coupait du reste du monde. C'était juste lui et la musique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami] Empty
MessageSujet: Re: 01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami]   01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami] EmptyMer 2 Nov - 21:19

This waking nightmare lingers
Un mois et une semaine après sa greffe, Sakura respirait lentement en ouvrant les yeux. Il y avait sept jours qu’elle était sortie de l’hôpital. Elle avait passé près de deux longues semaines aux soins intensifs avec la peur d’une infection. C’était une grande opération que la greffe pulmonaire. La jeune demoiselle avait ensuite passé deux autres semaines dans l’aile respiratoire sous autre supervision attentive de plusieurs infirmières pour qu’il n’y ait que moins de peur de rejet. Sakura avait été toutefois très heureuse de voir son pneumologue dans sa chambre un vendredi matin. Elle s’était installée en indien dans le milieu de son lit et avait fixé son regard dans celui de son médecin qui lui avait tendu la main. La jeune femme l’avait serré doucement avec un magnifique sourire.
Pneumologue - Il a vraiment été un plaisir de faire ta rencontre Sakura… Il sera encore plus agréable de ne plus avoir à te suivre aussi régulièrement.
Sakura Kami - Merci beaucoup monsieur. Je suis très heureuse que vous me laissiez ma seconde chance dans la vie et vous allez me manquer.
La jeune demoiselle lui serrait la main. Elle était venue aux États-Unis pour cette raison. Pour qu’elle puisse se rendre à cette greffe pulmonaire qu’elle avait attendu depuis qu’elle avait eu vingt ans. Depuis qu’elle avait vu sa santé se détériorer de plus en plus rapidement. Elle était heureuse de le voir aujourd’hui pour la première fois. Elle respirait lentement en sentant son souffle descendre dans ses poumons. Elle était capable d’expirer lentement dans sa tête elle pouvait compter : « 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8… », avant elle ne pouvait pas le faire, avant elle avait de la misère à le faire jusqu’à trois. Ses yeux brillaient quand elle fit un câlin à son pneumologue avec sa valise dans les mains.

Et voilà qu’un mois plus tard, Sakura se réveillait dans son lit. L’ensemble de l’équipement médical qui avait graduellement envahis sa chambre dans les années qui avaient suivi son lycée avait commencé à disparaitre au compte-goutte. Il n’y avait plus les bombonnes d’oxygène, plus le fauteuil roulant, plus de filtreurs additionnels, plus de respirateurs… La jeune adulte serrait encore contre elle une peluche. La dernière qu’elle avait eu après son opération. La dernière qu’elle aurait pour un long moment. La jeune demoiselle sentait son souffle entrer et sortir de ses lèvres. Elle était euphorique. Chaque fois qu’elle était capable de respirer lentement, la petite nippone était simplement étonnée d’être capable de le faire. Elle se sentait euphorique. Elle aurait voulu courir partout, sauter. Elle se leva doucement de son lit et respira en s’assoyant. Un sourire illuminait son visage. Vivante. Voilà ce qu’elle était. La petite japonaise fila sous la douche et contempla la longue cicatrice. C’était la seule preuve de sa maladie… Elle ne toussait plus. Il n’y avait pas grand-chose qui lui restait. Il lui restait son diabète et ses enzymes qu’elle devait prendre. Mais ce n’était pas comme les pompes.

Qu’allait-elle faire de cette journée? Il n’y avait pas de réadaptation qui l’attendait aujourd’hui. Il fallait attendre trente-sept jours après la greffe pour la commencer à domicile. Cela voulait dire réhabituer son corps à toutes les activités que les gens de son âge faisaient si facilement. L’air était encore filtrer dans sa maison. Elle venait de commencer à enlever le masque qu’elle avait porté pendant le mois passé. Elle ne savait pas encore ce qu’elle allait faire. Probablement vagabonder simplement dans les rues de Lima. Elle ne savait pas. Il y avait les petits endroits qu’elle fréquentait avant qu’elle ne soit greffée : le disquaire, la librairie, le musée. Il y avait aussi ces autres endroits. Ces endroits qu’elle aimait et qu’elle n’avait pas vu depuis longtemps. Ces coins de Lima qu’elle n’avait jamais vraiment pu voir. L’écurie. Il lui faudrait attendre. Elle n’était pas encore assez forte pour s’aventurer dans un endroit aussi dangereux que l’écurie.

Sac à dos sur l’épaule – contenant certaines de ses identifications et ces médicaments anti-rejet qu’il fallait qu’elle prenne à heure fixe, Sakura se décida à se rendre dans le petit disquaire du centre-ville, un endroit où elle avait rencontré certaines des personnes qui l’avaient initié à la musique. En chemin, elle s’arrêterait pour se prendre un truc à manger. Mais en près de trois mois sans mettre les pieds dans ce quartier, Sakura avait oublié la manière exacte dont il était formé. Fallait-il tourné à gauche ou à droite après la caserne de pompiers? Elle doutait. Elle prit à gauche, avanca et croyant reconnaître l’endroit pénétra dans un petit studio. À peine avait-elle poser les pieds à l’intérieur qu’elle comprit. Non, ce n’était pas la bonne place. Il faisait chaud et un peu de musique jouait. La jeune adulte regarda autour d’elle et murmura pour elle-même, sans remarquer l’homme présent dans la pièce.
Sakura Kami - Bravo championne… tu t’es perdudue…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami] Empty
MessageSujet: Re: 01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami]   01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami] EmptyDim 6 Nov - 15:12

    Cette sensation, sentir la tasse chaude entre ses mains qui le réchauffait ainsi. Il ne faisait pas spécialement froid, loin de là, mais il aimait cette sensation. Ça lui rappelait lorsqu'il était petit, juste après la mort de son père, quand ça mère n'avait pas encore rencontré ses futurs amours : la vodka et le rhum. Lorsque le jeune garçon faisait des cauchemars, sa mère lui apportait une tasse de lait chaud, et ils s'asseyaient tout deux à la table de la cuisine. Il serrait cette tasse si chaude, et si réconfortante à ses yeux. Ses toutes petites mains restaient collées sur la tasse jusqu'au moment où sa mère le convainquait de retourner dans son lit. Elle le raccompagnait par la main, le bordait et lui embrassait le front. Les mois, les années passèrent et ce rituel disparaissait. Lorsqu'il pleurait dans son lit à cause d'affreux cauchemars sur la façons dont pouvait être mort son père, personne ne venait le réconforter. Sa mère était bien trop ivre pour ça, et à part elle, il était seul. Mais finalement, il se levait et se préparait tant bien que mal son lait chaud, toujours dans cette même tasse, toujours à la même table, mais personne n'était assis en face de lui pour le rassurer.

    Il chassa tout ces souvenirs pour reconcentrer son attention sur la musique qui jouait en fond. Celle-ci était rythmée, agréable à l'écoute. Ce n'était pas l'une de ces chansons où les chanteurs crient plus qu'il ne chante, ce n'était pas du métal, mais un doux rock mélodieux. Toujours la tête adossée sur le dossier de son fauteuil, il tapotait du pied en rythme et fredonnait les paroles, qui à force lui étaient restées en tête. Quelque chose sonnait faux pour lui, alors il se redressa, et remit le passage qui l'intriguait. Au bout de quelques instants à peine, il trouva se qui le dérangeait, une voix des chœurs était bien trop en avant. Il détacha l'une de ses mains de son café, pour pianoter sur la table de mixage afin d'arranger ce petit désagrément. Une fois fait, il remit la chanson du début pour la réécouter. Il se leva de nouveau, reprit du café tout chaud, puis retourna s'asseoir. Il regarda sa montre qui indiquait quinze heures trente. Il bût une gorgé de son café, puis regardait l'intérieur de sa tasse le regard vide, sans savoir exactement ce qu'il cherchait à trouver.

    Soudain, la porte d'entrée s'ouvrit brusquement. Alec pivota sur sa chaise de façon à se retrouver face à celle-ci. Dans l'encadrement de la porte se trouvait une jeune femme avec un petit sac à dos sur l'épaule. Il ne l'avait jamais vue auparavant, et se demandait bien pourquoi elle se trouvait ici. Peut-être avait-elle entendu parler du projet et quelqu'un l'avait renseigné sur l'endroit où le trouver. Le regard de la demoiselle inspecta les lieux, tandis que lui cherchait à comprendre cette irruption dans le studio. Au vue de son expression, il se douta que ce n'était pas volontairement qu'elle était entrée, elle semblait même plutôt perdu. Elle murmura quelque chose d'inaudible pour Alec, car la musique avait couvert ses mots. Il posa sa tasse sur une table voisine et coupa la musique. Il se leva et alla en direction de la jeune femme. « Bonjours, je peux vous aidez ?» demanda t-il d'un ton doux et rassurant, car celle-ci semblait s'en vouloir plus qu'autre chose. Elle n'avait rien fait de mal, il avait juste été surpris de voir quelqu'un venir aujourd'hui. Il s'approcha un peu plus, de façon à arriver face à elle. Il posa sa main sur la porte afin de l'ouvrir en plus grand. Il tendit la main vers la jeune demoiselle « Moi c'est Alec. Et vous ? ». Ses lèvres s'étirèrent en un large sourire. C'était une petite asiatique d'après lui. Elle avait de grand yeux bruns en amandes le regardant de temps à autres. Il appuya sa tête sur le bord de la porte et jeta un coup d'œil à l'extérieur. Le soleil s'était imposé depuis qu'il était dans le studio et le plupart des nuages avait disparus. Il ne faisait pas très froid, heureusement, c'était un beau mois de septembre à vrai dire. Plus beau qu'à New York car il faisait plutôt gris là-bas à cette époque de l'année. Il ne regrettait pas son déménagement, et ne le regretterait sûrement jamais. Il y retournait de temps en temps, pour son travail, ou bien pour revoir des amis. Mais sa vie était désormais ici, à Lima, et il n'y renoncerait pour rien au monde, du moins pas pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami] Empty
MessageSujet: Re: 01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami]   01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami] EmptyMer 9 Nov - 22:55

When will the mirror stop telling lies
Il lui avait pris un temps fou pour réaliser que sa santé déclinait de nouveau. Sérieusement, après avoir été malade comme elle l’avait été, Sakura avait toujours cru qu’elle verrait la chute venir. Pendant près de trois ans, sa santé s’était améliorée. Assez pour qu’à ses dix-neuf ans, elle puisse penser s’inscrire à l’université de Colombus pour entrer en éducation. Pendant près de trois ans, elle n’avait presque jamais été hospitalisée. Elle avait pu prétendre que sa vie était normale. Prétendre qu’elle allait bien et qu’elle n’était pas si malade qu’elle ne l’était réellement. Elle avait revu son pays pendant cette courte période de temps. Elle avait fait de longues marches sur le bord des sources chaudes naturelles de Beppu. Elle s’était prélassée de longues heures dans l’eau tièdes des sources. Elle avait rigolé en lançant de l’eau au visage de certains de ses amis qu’elle n’avait pas vu depuis près de trois ans. Elle s’était faite massée dans l’auberge que ces parents avaient vendue en quittant le Japon pour les États-Unis et qui avait été rachetée depuis. Elle avait profondément aimé revoir son ex et certains de ces contacts du milieu hospitalier. Elle avait aussi malheureusement assisté à l’enterrement de certains de ces amis. Et tout cela avait été de bons souvenirs ironiquement. Parce qu’elle était vivante malgré tout et que personne ne lui faisait remarquer qu’elle était malade à chaque fois.

Puis, lentement, l’état de santé avait recommencé à empirer. Sakura avait recommencé à voir des infections revenir à répétitions. Bien trop vite, elle avait vu les rendez-vous chez le docteur se rapprocher les uns des autres. Des rencontres aux deux mois étaient passés lentement mais surement à des rencontres mensuelles puis des rencontres hebdomadaires. La jeune demoiselle avait eu l’impression de voir soudainement clair de plus en plus rapidement. Elle avait lentement vu son rythme de vie devenir de plus en plus difficile à suivre. Peut-être était-ce parce qu’elle avait maintenant de la difficulté à respirer? Peut-être était-ce parce qu’elle avait de la misère à marcher? Peut-être était-ce parce qu’elle avait de la misère à suivre les devoirs? Elle en était train de réaliser qu’elle allait devoir quitter l’école. C’était une option qu’elle savait qui allait la rattraper un jour. Mais lentement, elle avait descendu. Elle était passé à 50% de capacité pulmonaire puis les chiffres avaient continué de descendre encore et encore et elle avait assisté impuissante à la chute de sa santé. Et elle s’était regardée dans le miroir pour voir et elle avait vu qu’elle avait l’air malade.

Sakura était devenue de plus en plus optimiste malgré tout. Elle s’était dit qu’il fallait absolument qu’elle croit que des poumons arriveraient pour elle. Elle avait fini par avoir raison. Après deux ans d’attente. Après avoir vu sa capacité pulmonaire passé sous les vingt pourcent. Elle n’avait plus qu’à espérer maintenant qu’elle reçoive des bonnes nouvelles. Qu’elle ne rejette jamais ces magnifiques poumons de seconde main. Malgré tout, elle hésitait encore à bouger. Elle hésitait encore à avancer et à s’aventurer dans des endroits qu’elle avait oubliés. Sa maladie lui avait volé des choses importantes pour elle. Elle lui avait volé sa liberté pendant les longs mois d’attente. La jeune demoiselle soupira fixant le local. Et maintenant voilà qu’elle était dans un local inconnu et qu’elle sentait une petite inquiétude l’envahir.
Inconnu - Bonjour, je peux vous aider?
Sakura Kami - Non… euh… je me suis perdue… mais, je vais retrouver mon chemin… ça fait juste longtemps que je ne suis pas venue dans cette section de la ville à pied.
Sakura passa doucement une main dans ses grands cheveux noirs en souriant. La jeune demoiselle sourit pendant un bref instant. Près de deux ans. Il y avait beaucoup de choses qui faisait près de deux ans dans sa vie. Deux ans à s’endormir à chaque soir avec un masque à oxygène sur le visage en souhaitant, en priant pour se faire réveiller par le cellulaire de l’hôpital avec la fameuse phrase : Nous avons des organes pour vous mademoiselle Kami. Deux longues années d’attente. Sakura secoua doucement la tête revenant au temps présent.
Alec Jayson - Moi c'est Alec. Et vous ?
Sakura Kami - Sakura… Sakura Kami! Enchanté.
Sakura tendit doucement sa main, un peu nerveuse. La jeune demoiselle avait toujours été sociale. Mais au cours des deux dernières années, le seul genre de situation où elle avait rencontré de nouvelles personnes, c’était dans le cadre de son bénévolat. Ce n’était pas la même chose de laisser les autres venir vers nous ou d’aller vers les autres. Ce qu’elle venait de faire, c’était d’aller vers quelqu’un en quelque sorte. Ce ne fut qu’à ce moment précis que la jeune adulte jeta un coup d’œil circulaire à l’intérieur de la pièce. C’était définitivement un studio de musique. D’énormes plaquettes de mixages, des hauts parleurs, des micros, des instruments. Et voilà que la petite nippone sentit une angoisse l’envahir. Sakura avait envie de s’enfuir en courant et son regard devait laisser apparaitre cette appréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami] Empty
MessageSujet: Re: 01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami]   01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami] EmptyDim 13 Nov - 15:45

    Qu'est-ce que ça coûte un sourire ? Rien, absolument rien. On étire les deux commissures de nos lèvres, pour laisser entre-paraître une rangée de dents blanches – à peu près du moins. Ça, Alec l'avait compris depuis son plus jeune âge. C'est pour cette raison qu'il arborait quasiment tout le temps un sourire. Pour remonter le moral des autres, pour montrer sa joie de vivre, ou pour rassurer les autres sur son état. Même quand sa vie était au plus bas, il souriait. Il tentait tant bien que mal de réconforter sa mère, même quand celle-ci était ivre morte et qu'elle le voyait à peine. Il s'agenouillait à ses côtés, et posait sa tête sur ses mains, puis la regardait avec ses grands yeux bleus. Il ne savait pas quoi faire à l'époque, en y repensant, il regrettait de ne pas avoir pu agir dès le début. Depuis son arrivée à Lima, il pensait souvent à l'appeler, mais il ne l'avait jamais fait. Qu'allait-il trouver à l'autre bout du fil ? Une femme dont le nombre de verres ne peut même pas se compter sur ses dix doigts ? La voix d'un répondeur qui lui dirait que ce numéro n'est plus attribué ? Un nombre fou de scénarios lui venaient en tête à chaque fois qu'il y pensait. Il ne lui avait pas parlé depuis fort longtemps. La dernière fois qu'il l'avait fait, c'était également la dernière fois qu'il l'avait vu. Il était revenu de New York, cinq ans auparavant, car il voulait la revoir et passer un de temps avec celle-ci. Il était donc allait à Levittown, pour retourner dans la maison de son enfance. Malheureusement, il avait retrouvé sa mère étendu sur le sol, inconsciente. Il avait passé le week-end à l'hôpital à son chevet, puis l'avait laissé entre les mains des médecins. De ce jour, il ne l'avait pas revu. Non pas qu'il ne voulait pas, mais il ne voulait pas la retrouver ainsi.

    Il avait écrit de nombreuses chansons sur sa vie, ses mésaventures, et les vies qu'il avait imaginé si son père n'était pas mort. Des vies idyllique, dont tout le monde rêve, celles où il n'aurait pas été dans le monde de la musique, mais il aurait été chirurgien, avocat, maire. Mais quand il y pensait, il n'en voulait pas de ces vies, il était bien dans celle-ci, à faire ce qu'il adorait par-dessus tout : La musique. Sa mère pouvait être alcoolique, son père mort, la vie était ainsi faite, et si tout ça n'avait pas eut lieu, il n'en serait pas là. Tout ces épreuves l'avait rendu plus fort. C'était ce que tout le monde devait tiré des embûches de la vie.

    Il regardait cette jeune fille qui avait fait intrusion dans son studio. Elle avait ses cheveux bruns qui lui tombait de part et d'autre de son visage si fin. Ses yeux bruns étaient, quant à eux, perdu il ne savait où dans le local. Après s'être levé de son fauteuil pour se retrouver face à la demoiselle, Alec lui proposa son aide, après l'avoir poliment salué. Elle était perdu, il en était certain, son expression la trahissait. Sa bouche s'entrouvrit légèrement, laissant une petite voix s'en échapper « Non… euh… je me suis perdue… mais, je vais retrouver mon chemin… ça fait juste longtemps que je ne suis pas venue dans cette section de la ville à pied. ». Tandis qu'elle passait une main dans ses cheveux, le jeune homme se rapprocha et posa une main sur la porte ouverte, de façon ouvrir celle-ci un peu plus, et à s'appuyer légèrement. Un léger sourire apparût sur les lèvres de la jeune fille, dont il ignorait encore le nom, sourire qu'il lui rendit bien évidemment. Elle secoua la tête comme pour chasser quelques pensées lorsque celui-ci se présenta tout en lui tendant sa main libre. « Sakura… Sakura Kami ! Enchanté. » dit-elle tout en lui serrant la main. Celle-ci tremblait et semblait vraiment nerveuse, pourquoi ? Il l'ignorait. « De même ! Sakura.. c'est joli comme prénom... ». Son regard se perdit dans le vide, puis il laissa de nouveau entre-paraître ses dents parfaitement blanches, dans un large sourire. Il appuya sa tête contre le bord de la porte, et jeta un coup d'œil dehors, là où il faisait beau et les oiseaux chantaient. Lorsque son regard se reposa sur la jeune Sakura, il vit qu'elle observait attentivement l'intérieur du studio. Il l'observa quelques instants, puis tourna légèrement la tête vers l'intérieur lui aussi. Après tout elle était peut-être intéressait finalement ? Peut-être chantait-elle ? Il reposa sa tête sur la porte avant de passer un main dans nuque. Il passa sa langue sur sa lèvre inférieur avant de reprendre la parole « Tu chantes ? Enfin je veux dire, tu aimes la musique ? ». Sa question était idiote, certes, mais il voulait savoir. Il se redressa, laissant enfin la porte tranquille. Il la regarda de nouveau, elle qui fuyait toujours son regard. « Tu veux entrer ? Ou bien que je t'aide à retrouver ton chemin peut-être ? ». Il n'allait pas la laisser ainsi, alors qu'elle semblait perdu, et que peut-être elle avait un talent qu'elle aurait voulu lui faire partager. Au fond, tout le monde à un talent, caché ou non, tout le monde en a un. Il suffit juste d'avoir l'occasion de le montrer, et de savoir le trouver. Peut-être que pour cette Sakura, cette occasion, c'était celle-ci, et c'était à lui de découvrir qu'est-ce qui se cachait derrière cette jeune fille timide.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami] Empty
MessageSujet: Re: 01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami]   01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

01. Haven't met you yet [ft Sakura Kami]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 1
-