Choriste du mois


Partagez | 
 

 01. Don't stop me now !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 01. Don't stop me now !   Lun 31 Oct - 14:33

Jesse haussa un sourcil dubitatif face à son ordinateur portable posé sur le plan de travail de sa cuisine. Risotto aux brocolis et aux noix de cajou ? Vraiment ? Il inspecta la composition très sceptique avant de sortir les ustensiles nécessaires à la réalisation de l'impensable. Cuisiner ce n'était vraiment pas son truc mais cuisiner végétarien c'était du jamais vu pour Jesse St. James. Sachant que maîtriser l'omelette ne lui serait d'aucune sinistre utilité, il retroussa ses manches et plissa les yeux pour lire attentivement les étapes de la recette. Jusque là tout semblait possible, dans la mesure du réalisable. La situation pouvait paraître affreusement comique lorsqu'on se laissait aller à songer au grand Jesse St. James de Vocal Adrenaline. enchaînant des pas de danse extrêmement physiques tout en accomplissant une performance de chant absolument parfaite sur Bohemian Rhapsody et presque incapable de faire bouillir des brocolis sans se brûler. « Putain! » s'exclama t-il surpris par la douleur provoquée par la collision du métal chaud de la casserole contre sa peau. Il jeta un regard noir à l'ustensile de cuisine, avant de passer sa main sous l'eau, comme si l'instrument avait été à blâmer plutôt que son talent culinaire. On ne pouvait pas briller dans tous les domaines, la cuisine, c'était définitivement pas son truc, et il espérait que la chose serait mangeable et compensée par son sens artistique en ce qui concernait la façon de dresser le plat.

Tout naturellement ce n'était pas en envoyant quelques piques sur facebook entre temps que la cuisson suivrait parfaitement son cours et Jesse fut un peu pris de cours par les brocolis bouillis qui était prêts avant son riz. Les sentiments qu'il éprouvait pour la chanteuse le poussaient décidément à de drôles de choses. En voyant le résultat de son plat, il se demanda même si commander une pizza végétarienne n'était pas une meilleure idée que ce foutu dîner expérimental. Il dressa tout de même le plat, se disant qu'il userait probablement du micro-onde en douce pour pallier à son mauvais timing. Lorsqu'elle sonna à sa porte il fut presque surpris, ces dernier temps et il ne voulait citer personne, les gens avaient tendance à s'abstraire de cette politesse fondamentale en pénétrant chez lui sans vraiment lui demander son autorisation. Pris par le temps il en oublia même d'enlever le magnifique tablier de sa grand mère qui le rendait par ailleurs absolument ridicule. Sous l'immonde vêtement se trouvait pourtant une chemise bleue tout à fait habillée, encore une fois, mauvais timing. Il ouvrit la porte et s'accouda contre le mur en souriant. « Bienvenue, après x-factor, vous allez assister en direct au tournage d'une toute aussi célèbre émission... » Il rit un peu jaune et tenta de se détendre avant de faire cesser le suspens. « Cauchemar en cuisine. » Il se poussa un peu pour la laisser entrer et ferma la porte après avoir déposé un baiser sur sa joue.

Revoir Rachel aussi souvent, était une bonne et une mauvaise chose. Bien entendu, elle lui avait beaucoup manqué cette dernière année, et ce en particulier après l'agression qu'il avait subi, mais stupidement ça n'avait jamais été la source de son plus grand problème. Il ne savait pas combien de temps elle comptait rester ici, ni même si lui même ne finirait pas par quitter la ville, mais il ne pouvait constater qu'avec cynisme qu'il n'avait jamais vraiment été capable de tourner la page et qu'à côté de ça, il n'avait jamais vraiment tenté quoi que ce soit pour changer les choses entre eux non plus. Lui qui s'était longtemps targué d'être prêt à se battre pour elle, acceptait la simple amitié assez tristement. Lorsqu'ils chantaient, Jesse ne pouvait cependant pas ignorer que leur lien était toujours véritablement intense. Si son manque de courage, et sa peur de rejet annihilait sa capacité d'initiative, c'était toujours avec beaucoup de sincérité, qu'il interprétait les chansons engorgées de messages personnels qu'il aurait voulu pouvoir aussi aisément transcrire. L'époque lycée était révolue et même si Jesse ne pouvait s'empêcher de songer à la vie qu'ils avaient eu par passé, il avait désormais conscience qu'il fallait parfois agir en adulte et assumer les choix sciemment réalisés. Ils avaient tous deux l'avenir brillant dont ils avaient toujours rêvés, étaient restés très proches, peut être qu'il était temps de se contenter de tout ça. C'était ce qu'il s'était dit, opposant à ca sa fervente jalousie et la peur logique que celle qu'il laissait par altruisme se tourne vers celui-ci qui se contenterait d'elle par égoïsme. Rachel, Finn & lui étaient de nouveau dans la même ville et les choses promettaient d'être éprouvantes. Il la dirigea vers le salon avec un sourire. « Mais avant que tu goûtes au désastre, je peux te proposer un apéritif. J'ai de tout, sauf de la vodka, Santana est venue terminer la bouteille quand tu es partie la dernière fois. » Il se crispa un peu puis termina par désigner le piano dans le coin de la salle. « Ou alors, on peut faire ce qu'on fait de mieux. » Il ne parlait bien entendu pas de la cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 01. Don't stop me now !   Mar 1 Nov - 19:48

Rachel était consciente que son régime alimentaire pouvait en déstabiliser certains. Lorsqu’elle avait engagé son agent, et qu’elle lui avait bien spécifié qu’elle ne mangeait absolument pas de viande, ni même rien qui ne provienne d’un animal, il était resté très professionnel, probablement habitué aux fantaisies des stars et ne la prenant pas vraiment au sérieux. Mais lorsqu’on lui avait attribué une loge lors des représentations de Spring Awakening et qu’on lui avait servi une barquette toute prête de spaghettis à la sauce bolognaise, elle s’était insurgée à la vue des boulettes de viande, et avait fait son premier caprice de star. Depuis ce jour, son agent avait bien compris : pas de produits d’origine animale. Rachel ne pouvait supporter l’idée de manger quoi que ce soit qui provienne d’un pauvre animal qu’on avait tué, mais elle comprenait que ceux qui l’entourent ne soit pas capable de suivre le même régime qu’elle. Son agent lui avait pourtant dit que de nombreuses jeunes filles avaient cessés de manger de la viande, et cela avait fait plaisir à Rachel, mais elle avait quand même pris l’habitude d’être la seule à commander le menu végétarien au restaurant. Du coup, quand Jesse s’était une première fois essayé à la cuisine sans viande, Rachel avait été très touchée de cette gentille attention. Jesse n’était pourtant pas un grand cuisinier, mais qu’il prenne la peine de lui faire un plat qu’elle mangerait prouvait bien à quel point il se souciait d’elle, et elle avait aussitôt accepté son invitation lorsqu’il lui avait proposé de retenter l’expérience. Néanmoins, elle savait que les nombreuses attentions de Jesse n’étaient pas sans arrière-pensées, et quand elle pensait au jeune homme, elle n’était pas certaine de savoir où elle en était. Lorsqu’ils étaient partis à New-York afin d’intégrer la Tish School of Arts, ils s’étaient remis en couple, et les choses s’étaient formidablement bien déroulées. Jesse avait tout fait pour se faire pardonner son comportement au lycée, et Rachel devait bien l’avouer, elle s’entendait terriblement bien avec lui. Ils étaient restés ensemble près de un an et demi, avant qu’elle ne quitte l’école, durant leur deuxième année, pour sa carrière, et durant cette période ils s’étaient considérablement rapprochés. Jesse était devenu un véritable gentleman, au point que Rachel était maintenant certaine que la conduite qu’il avait eu, en rompant avec elle et en l’humiliant des années plus tôt, n’était pas l’œuvre du vrai Jesse St James. Pendant cette période elle avait ressenti à nouveau les sentiments qui l’avaient fait tomber dans les bras de Jesse à l’époque du lycée, et même maintenant, alors qu’ils s’étaient séparés pour que Rachel se consacre à sa carrière, cela aurait été mentir que de dire qu’elle ne le voyait que comme un ami. Il était un peu plus. Quoi exactement ? Difficile à dire, mais elle aimait passer du temps avec lui, et pour l’heure, c’était suffisant.

C’est en consultant son téléphone après une après-midi passé à la bibliothèque, à consulter des partitions, qu’elle avait vu l’invitation de Jesse à diner sur Facebook. Elle avait aussitôt répondu positivement, ravie de passer la soirée avec le jeune homme, et n’avait fait qu’un court passage chez elle pour se changer. C’est donc vêtu d’une jupe droite et d’un top d’un blanc cassé à manches qu’elle s’était présenté devant l’entrée de chez Jesse. Terminé, les vêtements bariolés, les jupes enfantines et les robes de grand-mère, le blanc allait bien à Rachel, et elle faisait plus femme dans la tenue qu’elle avait choisie pour ce soir. Elle remit une mèche de ses cheveux en arrière, passa les doigts dans sa frange et eut un immense sourire lorsque Jesse lui ouvrit, avec son tablier, lui précisant qu’elle allait assister à une émission culinaire bien connue.

« Je doute que cela soit aussi terrible que les chanteurs auxquels nous avons eu droit à X-Factor. J’en ai encore les oreilles qui saignent, par moments. » plaisanta-t-elle en riant, et elle entra dans la maison dès que Jesse s’effaça pour la laisser passer.

Les joues légèrement roses après le baiser de Jesse, et le suivit lorsqu’il se dirigea vers le salon. La mention de prénom Santana la fit légèrement tiquer, mais elle retint la phrase qui menaçait de franchir ses lèvres. Evidemment, Santana vivait la maison d’à côté, Jesse et elle étaient donc amenés à se voir très souvent, et elle savait qu’ils avaient passés la fin de soirée ensemble, la dernière fois que Rachel était venue. Reconnaissant le sentiment de jalousie qui naissait en elle, elle fit mine de rien et prit le temps de la réflexion. Elle n’y pouvait rien, savoir que Santana tournait autour de Jesse la mettait hors d’elle. Pourtant, elle n’avait aucun droit avec Jesse, du moins plus depuis qu’ils avaient rompus deux ans auparavant. Mais pourtant, Rachel n’avait pas oublié cette tension qui avait vu le jour, lorsqu’ils avaient fait leur début pour Spring Awakening, et ils étaient alors séparés. A présent, elle avait toujours cette drôle de sensation qui naissait au creux de son ventre, quand elle se trouvait avec Jesse, et elle n’avait pas envie de le voir avec une autre. Elle n’avait rien contre Santana, mais peu lui importait de quelle fille il s’agissait… elle ne voulait pas que Jesse soit avec une autre. Frustrée par sa jalousie et son incapacité à savoir ce qu’elle voulait, elle tourna vers le jeune homme un sourire éblouissant.

« Un apéritif ? Quelle bonne idée ! Un bon verre de vin me ferait patienter jusqu’au diner. » lança-t-elle d’un ton guilleret, en s’asseyant.

Jesse allait certainement voir qu’il se passait quelque chose, Rachel n’étant une adepte des boissons alcoolisées, mais l’image de Jesse et Santana en train de s’amuser ensemble, une bouteille à la main, l’agaçait profondément. Elle croisa les jambes et soupira.

« Alors, que me prépares-tu ? En tout cas ça sent bon. » le complimenta-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 01. Don't stop me now !   Mer 2 Nov - 7:15

Sa blague sur les candidats d'X-FACTOR, aurait du le faire rire, mais Jesse se figea une minute, sa bouche se tordant quelque peu. Du sang il y en avait eu. Il se remémorait avec exactitude celui qui avait coulé de sa chair lorsque la candidate déchue l'avait poignardé ce soir là. Elle avait hurlé, hurlé énormément, tout comme la plupart des passants qui avaient assisté à la scène. Il s'était effondré sur le sol, avec l'intime conviction qu'il ne se relèverait pas cette fois-ci. Le vague de souvenirs douloureux s'intensifiait et il peina à se remettre du choc qu'avait pu lui provoquer la phrase de Rachel. Il devait se remettre, ne rien laisser paraître. Toute cette histoire avait été enterrée bien avant qu'il ait pu lui même l'analyser complètement, pour le mieux sans doute. Il avait d'ailleurs très vite enchaîné suite à cette phrase, proposant de l'alcool à une fille qui avait pris la sage habitude de ne pas en abuser. La soirée avec Santana lui revint en tête, et la honte le submergea rapidement. Comment avait-il pu se laisser aller à ce point avec cette fille qui de toute évidence s'était bien délectée du spectacle. De ce qu'il se souvenait de la soirée en question, il avait fait comme la plupart des soirs ou il abusait d'un alcool, le bilan de sa vie, pour terminer sur une interprétation poignante et théâtrale d'un grand classique, pour ensuite ne plus savoir s'arrêter et tous les revisiter, réaliser que sa vie n'est pas complète sans elle, et qu'il l'a passablement foutu en l'air en l'ayant réussie. Sa prétention s'était endormie avec sa conscience sur l'asphalte, et il n'en restait d'un masque à peine crédible. Il se retira dans la cuisine et sortit une bouteille de vin assez soigneusement. Il profita de cette interlude pour se remettre des émotions qui faisaient déjà barrage. Il ne devait pas céder à tout ça, cette époque était révolue et ne devait pas entacher ce qu'il avait construit jusque là. Il n'était pas faible et par dessus tout, il s'était battu pour obtenir ce qu'il avait. La musique le faisait exister au delà de tout. Jesse St. James s'était désintéressé de beaucoup de choses, de sa famille, des autres et même de lui même par allégeance, il ne devait pas abandonner. Il soupira et versa soigneusement un peu de vin dans un verre à pied. Il jeta un coup d’œil à son riz et l’éteignit avant d'apporter son verre à la chanteuse, un sourire collé aux lèvres à nouveau.

Il déposa son verre devant elle, et se servit lui même quelque chose de plus fort, il dévisagea Rachel en souriant et en secouant la tête amusé. « D'ordinaire tu refuses toujours l’apéritif, ne prends qu'un verre de vin à table, je suis en train de passablement te dévergonder. » Il ajouta un rire à sa phrase avant d'apporter le liquide ambré jusqu'à ses lèvres pour en avaler une gorgée conséquente. La phrase en elle même pouvait paraître affreusement tendancieuse. Il jeta un coup d’œil à son verre qu'il se sonna de vider un peu plus doucement malgré l'angoisse générée par la présence de cette fille pour qui il avait des sentiments. En tout état de cause, il devait se tenir, il ne savait que trop bien ce qui arrivait quant on mélangeait sentiments et alcool, sa désinhibition passagère pouvant nettement l'emporter sur son inefficacité sentimentale et son incapacité notable à exprimer correctement ses sentiments. Si une telle chose devait se produire, son côté esthète aspirerait sans doute à ce que ce soit fait consciemment. Lorsqu'elle lui demanda ce qu'il lui avait préparé, il fronça les sourcils et fit mine de réfléchir.

« Un risotto aux brocolis et noix de cajou si je ne m'abuse. Pour ce qui est des plats plus élaborés tu vas malheureusement devoir attendre que j’apprenne à me servir de mon four correctement.» Il esquissa un sourire en coin avant d'apporter une nouvelle fois son verre jusqu'à ses lèvres. « J'ai appris que Finn avait décidé de monter une chorale avec les anciens des New Direction. » Il ne put retenir un rire mauvais à cette idée. Le cynisme de la chose avait voulu qu'il ait cette idée idiote, alors que Jesse coachait sa chorale d'origine. Si la paranoïa avait été un de ses traits dominants, il se serait très certainement demandé si Finn ne le faisait pas tout simplement exprès, pour une nouvelle fois lui voler ce à quoi il tenait le plus. Bien entendu, Jesse ne doutait pas une seule seconde que Vocal Adrenaline puisse décimer en règle cette nouvelle chorale, leur victoire aux nationales de l'année précédente ayant prouvé qu'il gérait la machine avec un certain talent, et leurs méthodes de travail l'ayant d'ailleurs toujours emporté sur celle d'autres chorales qui consistaient à croire qu'on pouvait gagner une compétition élitiste en considérant la chose comme un simple divertissement à ajouter à un emploi du temps chargé. Rachel mieux que quiconque savait que c'était la chose avec laquelle il ne plaisantait jamais. Sa carrière mise entre parenthèse et sa rupture avec Rachel ne sachant occuper son temps, il ne lui restait bien que cette chorale, et une nouvelle fois il donnerait le maximum quitte à ce que son sang soit uniquement constitué de caféine et à ce qu'il passe ses nuits à travailler pour elle. Il planta son regard dans celui de Rachel, sa réaction à l'évocation de Finn, lui donnerait sans doute la réponse à une interrogation qui se voulait persistante. Le cœur du chanteur se mit à cogner frénétiquement conte sa poitrine, mais il ne montra rien de son anxiété se contentant d'afficher une mine de parfaite neutralité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 01. Don't stop me now !   Jeu 3 Nov - 0:07

Trop à ses propres sentiments, Rachel n’avait pas remarqué le trouble chez Jesse, alors que celui-ci tentait une petite pointe d’humour et qu’elle répliquait sur le même ton. Ce n’était pas de l’égoïsme, bien que ce trait de caractère ait été, et soit encore, très marqué chez la jeune femme. On le lui avait assez répété, et elle l’avait bien compris à force, elle faisait partie de ces gens qui mettent leurs besoins et leurs rêves avant ceux des autres, au risque de devoir marcher sur ceux-ci afin d’atteindre le but qu’ils s’étaient fixés. Ce n’était pas forcément un défaut, car cela lui avait permis d’aller très loin et de réaliser son rêve, mais cela lui avait également battit une très vilaine réputation, à l’époque du lycée. Aujourd’hui, elle était toujours prête à faire passer sa propre réussite avant les autres, mais il y avait eu un petit changement, car elle aimait faire don d’un peu de sa célébrité aux autres. Elle n’avait pas hésité à tirer Ryder de son anonymat en faisant de lui l’un de ses musiciens, elle avait fait monter Allyson sur scène et si Mr Shuester le lui demandait, elle était prête à aider sa chorale. Maintenant qu’elle était une star, et même si elle était toujours prête à tout pour parvenir à ses fins, elle était également désireuse de faire profiter de sa chance aux autres. Selfish, oui mais pas uniquement. Et ce soir, ce n’était pas par égocentrisme que le trouble de Jesse lui avait échappé, mais parce qu’elle était trop occupée à être heureuse, perplexe et frustrée. Heureuse, parce qu’elle adorait passer du temps avec Jesse, et chanter avec lui par la même occasion. Perplexe, parce qu’elle ne parvenait pas à se décider, ne sachant trop si elle voulait qu’elle et Jesse restent bons amis, ou si elle voulait davantage, et n’étant pas certaine que de revoir Finn lors de la réunion des anciens élèves n’allait pas réveiller de vieux sentiments. Et frustrée à cause de tout cela, sans oublier la pointe de jalousie que la mention de Santana avait fait naitre dans sa poitrine.
Elle prit le verre de vin avec un remerciement et un sourire, et but une gorgée. L’alcool lui piqua la langue et lui réchauffa la langue. Jesse avait raison, elle buvait très peu, voir pas du tout. Elle n’était pas très adepte des boissons alcoolisées, préférant les bonnes vieilles infusions pour préserver sa voix. Il lui était déjà arrivé de boire, bien sûr, un verre de champagne par-ci par-là, lorsque l’occasion se présentait, mais elle restait raisonnable et ce en toute circonstance. En cela, elle n’avait pas du tout changé de l’époque du lycée, et le fait qu’elle accepte ce verre ce soir était, d’une certaine façon, un acte de provocation visant à faire oublier cette diablesse de Santana. Elle voulait juste montrer à Jesse qu’elle aussi, elle savait s’amuser, et qu’elle n’était pas juste bonne à pousser la chansonnette lorsqu’ils se voyaient. Elle ne cessait de repenser à ce jour où Finn, des années plus tôt, lui avait avoué avoir couché avec Santana, et lorsqu’elle s’était remise de cette douloureuse séparation, elle avait réfléchi et en était venue à la conclusion que Finn s’était tourné vers Santana parce que celle dernière savait comment s’amuser, et comment amuser les hommes. Evidemment, entre Rachel la prude et Santana la libérée, quel homme saint d’esprit hésiterait ? Un homme avec de vrais sentiments, certes, mais Finn ne lui avait-il pas dit qu’il l’aimait ? Et n’avait-il pas pourtant couché avec Santana ? De fait, il était presque logique de penser que Jesse, célibataire et ayant une vie sexuelle, ne trouve aucune raison à résister à la latino. Rachel savait qu’elle ne pouvait empêcher que cela arrive, mais elle n’y pouvait rien, elle ne voulait pas que cela se produise. Jamais. Elle avait ce sentiment, au fond d’elle, qui lui criait que Jesse ne devait être avec personne, point barre. Elle ne savait pas pourquoi, ou plutôt, elle ne comprenait pas encore pourquoi, mais pour l’heure, elle voulait juste que Jesse ne soit avec personne. L’éventualité de voir Jesse et Santana ensemble venait de pousser Rachel à accepter de boire un verre, et elle était même prête à en boire plusieurs, juste pour que Jesse, le temps de cette soirée, oublie sa sublime voisine.

« Ce ne serait peut-être pas si mal que je me dévergonde, en effet. » murmura-t-elle, les lèvres à quelques centimètres de son verre de vin, et elle en but une nouvelle gorgée.

Le menu que lui annonça Jesse lui permit de penser à autre chose, et elle ne put que remarquer l’effort de Jesse de ne pas cuisiner quoi que ce soit d’animal.

« Hé mais, c’est déjà pas si mal. Et puis le brocoli, c’est très bon pour la santé. » affirma-t-elle, comme si elle essayait de convaincre un groupe de gamins rebutés devant une assiette de brocolis. « C’est plein de minéraux en plus. » ajouta-t-elle, puis elle prit conscience de ce qu’elle racontait et fronça les sourcils, se traitant d’imbécile. Ce n’est que quelques secondes plus tard qu’elle comprit que Finn venait de débarquer dans la conversation, et elle leva les yeux vers Jesse, à qui avait échappé un rire méchant. Elle savait que Jesse ne portait pas Finn dans son cœur, et ce depuis des années. Les deux garçons avaient été rivaux, et lorsque Rachel avait eu le cœur brisé à cause de Finn, cela n’avait pas vraiment poussé Jesse à faire un effort pour l’apprécier, bien au contraire. Ils ne parlaient pas beaucoup de lui, à dire vrai, mais elle n’avait jamais caché à Jesse à quel point elle avait aimé Finn, même lorsqu’ils s’étaient mis ensembles. Il était important qu’il sache que Finn avait fait partie de la vie de Rachel, qu’il y avait tenu une place très importante et qu’il avait été son premier véritable amour. Mais elle était quand même consciente que Jesse avait eu, et avait probablement encore, des sentiments à son égard, et si elle ne parvenait pas à oublier Finn, cela risquait de gâcher l’amitié qu’elle et Jesse avaient l’un pour l’autre. Elle baissa rapidement les yeux, puis les releva.

« Quand on était au lycée, Finn a eu beaucoup de mal à se tenir à la chorale. Il faisait passer sa stupide quête de la popularité, et sa relation avec Quinn, avant tout le reste. » expliqua-t-elle posément. « Mais au bout d’un moment, être un New Direction lui a fait comprendre que ça le rendait spécial, autant que de courir sur un terrain avec un bout de cuir entre les mains. Je crois que cela lui a beaucoup apporté, même s’il ne s’en est jamais rendu compte. Je trouve ça bien, qu’il chante encore. Mais s’il pense avoir la moindre chance, avec toutes ces chorales, je pense qu’il se trompe. Finn est un bon chanteur, je ne le nie pas, et à l’époque du lycée il était le leader vocal masculin, bien qu’il n’ait jamais été capable de se rendre compte de ce que cela impliquait. Seulement, même avec d’excellents choristes dans sa chorale, il n’a pas d’expérience. Pas d’expérience en chant, aucune pratique de la scène, aucun sens de la mise en scène, et dans mon souvenir il était nul en danse. Très franchement, je doute qu’il parvienne à quoi que ce soit de vraiment concluant. » estima-t-elle en haussant les épaules. « Je ne veux pas être méchante, mais il y a quand même 4 chorales à Lima, sans compter que la tienne fera également partie des participants. Concernant les Awesome Voices de Bryan Ryan, je le connais suffisamment lui pour savoir comment cela va se terminer : dans les larmes pour les choristes, et je les plains. Les Urbans Hymns de Finn, bien que composés de membres tels que Brittany ou Quinn, n’ont, à mon avis, que peu de chance de gagner les Nationals. Se hisser jusqu’à la finale ? Oui. Les remporter ? J’en doute. Il y a cette chorale, Second Chance, mais je n’ai pas encore eu le temps de m’y interesser. De toutes façons, il parait que c’est Cassandra Hamilton qui les dirige, et j’étais au lycée avec elle. Elle avait repris le club de chasteté après la chute de Quinn, et nous le savons toi et moi, les chants religieux, ça ne plait pas à tout le monde. Quand à Mr Shuester, il s’en sortait honorablement à l’époque du lycée, alors je ne m’inquiète pas pour lui, mais s’il doit affronter les Vocals Adrenalines, je sais déjà qui gagnera. » conclut-t-elle.

Ce n’était en aucune façon de la flatterie, juste un simple constat, après avoir pris le temps de la réflexion, et surtout après avoir assisté à quelques répétitions des Vocals Adrenalines, qui sous la houlette de Jesse, étaient absolument fabuleux. Après une nouvelle gorgée de vin, Rachel soupira légèrement.

« Par moments, faire partie d’une chorale me manque un peu. » reconnut-elle. « Quand on est une star, on n’a plus personne contre qui se battre pour obtenir les solos. » plaisanta-t-elle, mi-figue mi-raison. « La compétition me manque. » souffla-t-elle avec nostalgie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 01. Don't stop me now !   Ven 4 Nov - 23:53

Jesse haussa un sourcil lorsqu'elle avoua vouloir jouer les dévergondées. Pas que l'idée soit foncièrement inintéressante, mais elle eut le mérite de le surprendre un peu, venant de la chanteuse qui mangeait végétarien et qui prônait dès lors les vertus des minéraux qu'on pouvait trouver dans les brocolis. Le débat sur la viande, ne serait bien entendu pas pour ce soir, c'était d'ailleurs un coté de Rachel qui l'avait attendri en fin de compte, jusqu'à ce qu'il ne soit invité par ses camarades à lui écraser un œuf sur la tête, bien entendu. Lorsque son numéro s'était affiché sur son téléphone le lendemain de l'incident, il avait sincèrement pensé à se confondre en excuses, lui demander de le rencontrer sérieusement cette fois-ci pour pouvoir en discuter, mais la voix de Mr Schuester au bout du fil, avait coupé court à la démarche amorcée, pour lui demander de se rendre à l’auditorium et de subir une remise en place en règle par les New Directions et son ex petite amie. Rayonnante, son enthousiasme n'avait pas même été atteint par le malheureux accident. En revanche, il la vit baisser les yeux à l'évocation de Finn, et il tenta de repousser le découragement qui s'abattait de nouveau sur ses épaules, évidemment, elle ne l'avait pas oublié, et il aurait été stupide de croire qu'il ait pu en être autrement.

Ne rien afficher, simplement écouter, comme toujours. Elle finirait par réaliser, c'est ce que se répétait Jesse sans cesse. Elle l'oublierait, Finn ne valait pas qu'elle s'attarde plus longtemps sur lui, ou alors devrait il songer à se résigner lui aussi ? Abandonner n'était pas quelque chose qu'il avait tellement pratiqué jusque là, il ne savait même pas si il aurait la force de renoncer définitivement en sachant Finn près d'elle. Il se servit un nouveau verre alors qu'à sa grande surprise Rachel fit preuve d'une étonnante lucidité. Et alors qu'il s'attendait à ce qu'elle prenne la défense de son compagnon de l'époque, elle n'en fit rien, notant que son manque d’expérience ne lui permettrait sans doute pas de s'offrir les nationals. Le compliment déguisé qu'elle offrit à Jesse, lui arracha un sourire, bien que la contrariété se soit taillée une place de choix sur ses traits jusque là. « Tu sais je travaille énormément. » Il marqua une pause et prit une inspiration. « Si j'ai choisis Vocal Adrenaline, à l'époque, tout comme aujourd'hui, c'est bien parce que je suis incapable de considérer cette compétition comme un jeu. Finn se fiche éperdument des enjeux de ce championnat, tout comme il se fiche probablement d'avoir brisé le cœur de la fille que j'aime et de l'empêcher de tourner la page également. J'éprouve ce besoin maladif de gagner, l'idée qu'on puisse m'enlever ça m'est insupportable, je peux tout perdre, même mon intégrité, mais pas ça. » Il fronça les sourcils, conscient d'en dire trop. Les sentiments se mélangeaient et Jesse n'était plus capable de discerner sa jalousie du mépris qu'il éprouvait pour son concurrent. « Vocal Adrenaline remportera les nationals cette année. Je saurais faire ce qu'il faut pour que ça arrive. » Il savait qu'à défaut de pouvoir faire disparaître les sentiments de Rachel, éliminer les Urbans Hymns ne tenait qu'à quelque heures de travail supplémentaires par jour. Remporter de justesse ne l’intéressait pas le moins du monde, ce que Jesse recherchait avant tout, c'était une victoire parfaite, indiscutable, un numéro époustouflant qui à l'image des années précédentes ne ferait qu'appuyer la réputation et le prestige de la chorale dont il avait été le soliste. « J'ai pensé à The Show must go on, c'est une chanson qui représente tellement Vocal Adrenaline. » affirma t-il toujours à cran.

Rachel avoua avec une certaine nostalgie que faire partie d'une chorale lui manquait. Jesse devait reconnaître que malgré la gestion très prenante de Vocal Adrenaline, c'était une chose qui lui manquait à lui aussi et à laquelle il pensait très souvent. Il vivait ses années de gloire à travers ses élèves. Il était ce maître intouchable qu'ils enviaient, eux ne pouvaient imaginer qu'il puisse rêver leur place actuelle. La compétition avait toujours stimulé Jesse et c'était sans doute ce qui l'avait mené à vouloir reprendre les reines de cette machine de guerre qu'était Vocal Adrenaline. « Je comprends ce que tu veux dire. Lorsque je les regarde, je m'imagine à leur place. L'idée d'être celui qui doit les mener à la victoire, me plaît, parce que c'est le seul moyen de ressentir ce que je ressentais quand j'étais au centre avec eux ne serait-ce qu'un peu. » Il laissa un sourire triste se dessiner au coin de ses lèvres avant d'afficher une mine beaucoup plus sérieuse. Il savait parfaitement ce qu'elle ressentait, et il détenait la clé d'un bonheur qui pourrait leur être mutuellement profitable. Si il la rendait heureuse, peut être songerait-elle à l'aimer suffisamment pour tenter de l'intégrer à sa vie malgré leurs carrières respectives, il l’espérait. « On devrait faire ça ensemble, toi et moi. Gagner les nationals. » Il planta son regard dans le sien, il était tout à fait sérieux. Avoir Rachel avec lui serait non seulement une source d'inspiration notable, mais également une façon de continuer tous deux à faire ce qu'ils aimaient le plus, ensemble cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 01. Don't stop me now !   Mar 8 Nov - 22:26

Totalement inconsciente du drame intérieur qui se jouait chez Jesse, Rachel s’était lancée dans un long monologue dont elle avait le secret, partageant son avis sur l’actuelle compétition entre les chorales qui avait lieu à Lima. Elle n’avait pas forcément envie de trop s’en occuper, mais elle ne pouvait s’empêcher d’avoir un avis bien arrêté sur la question. Elle ne voulait en aucune façon complimenter Jesse, et ne prendrait parti pour aucune chorales, mais si elle prenait le temps d’y réfléchir posément, ce qu’elle venait de dire était la conclusion la plus logique à toute cette bataille entre choristes. Jesse était celui qui avait le plus d’expérience de la scène. Il avait mené les Vocals Adrenalines à la victoire plusieurs années de suite, et après cela, avait partagé la scène de Broadway avec Rachel, tous deux faisant un véritable tabac avec Spring Awakening. Il était fait de la même trempe que Rachel, et il était évident qu’il ferait gagner sa chorale à la fin de l’année. Lorsqu’elle s’était retrouvée face à lui, à l’époque du lycée, Rachel n’avait pas exactement saisi ce qui avait fait gagner les Vocals Adrenalines. Certes, Jesse était un chanteur outrageusement doué, et doté d’un charme certain qui devait jouer en sa faveur, mais elle-même était toute aussi talentueuse. Mais lorsqu’ils s’étaient retrouvés ensemble, à la Tish School of Arts de New-York, et qu’ils avaient suivis les mêmes cours, elle avait pu voir à l’œuvre le jeune homme. Il se donnait à fond, ne lésinait sur aucun sacrifice physique. Il pouvait s’entrainer pendant des heures et des heures, et seule Rachel parvenait à suivre le rythme effréné qu’il s’infligeait. Même si sa performance était excellente, il répétait encore et encore, et n’admettait aucune erreur. C’est ce qui avait fait de lui un adversaire aussi redoutable, et Rachel était bien placée pour savoir que chez les New Direction, par exemple, ils ne suivaient absolument pas la même conduite. Le plaisir passait avant tout le reste, et d’une certaine façon, ce n’était pas forcément une mauvaise chose. Mais cela empêchait d’accéder à la victoire, qui était pour des personnes comme Jesse et Rachel, un élément primordial, qui prenait le pas sur tout le reste. De fait, elle doutait sérieusement que les chorales qui avaient vu le jour cette année soient du même acabit que les Vocals Adrenalines –même si, pour en avoir été victime, elle savait que Bryan Ryan pouvait se montrer très dur et pousser ses choristes au maximum de leur capacités. Oui, il y avait de fortes chances pour que Jesse connaisse à nouveau la victoire.
Jesse en vint à lui confirmer l’opinion qu’elle avait le concernant, arguant que la compétition primait sur tout le reste, et Rachel ne put qu’opiner, abondant dans le sens du jeune homme et approuvant ses paroles. Elle resta cependant pantoise lorsqu’il glissa subrepticement, et de manière volontaire ou non, qu’il l’aimait. Non pas qu’il l’avait aimé, mais qu’il l’aimait. Le ressentiment qu’il éprouvait à l’encontre de Finn était exacerbé par le fait qu’effectivement, Rachel n’était pas certaine d’en avoir terminé avec le jeune homme. Elle ne savait pas trop où elle en était. Elle avait profité de sa douleur pour se concentrer exclusivement sur son avenir, à l’époque de lycée, et son départ avait été un véritable soulagement car voir Finn tous les jours ne lui avait pas vraiment permis de tourner la page. Pendant les quatre années qui avaient suivies, elle avait été centrée sur les cours et sur Jesse, et cela lui avait fait un bien fou. La Rachel aveuglée par l’amour avait laissé la place à la Rachel d’antan, animée par le désir de vaincre et illuminée par les lumières de la scène. Ce n’est qu’à son retour à Lima, et à l’idée de revoir Finn, qu’elle s’était posé des questions. Et de toute évidence, Jesse se posait les mêmes : aimait-elle toujours Finn ? Pour l’heure, il leur était difficile à tous les deux de le savoir avec certitude. Sentant son cœur s’accélérer face à la « déclaration » de Jesse, Rachel s’efforça de n’en rien montrer. Ils ne pouvaient pas aborder le sujet. Pas maintenant. Pas pour le moment. Elle prit une profonde inspiration et eut un sourire, jusqu’à ce que Jesse fasse une suggestion qui la laissa sans voix. Elle le regarda, comme pour s’assurer qu’il ne plaisantait pas, mais il était tout à fait sérieux.

« Tu… tu es en train de me proposer de coacher les Vocals Adrenalines avec toi ? » demanda-t-elle avec un soupçon d’incrédulité dans la voix, et elle posa son verre de vin sur la table basse. « Sérieusement ? Jesse, c’est.. ce serait vraiment génial. » Elle cligna des yeux sous la surprise et poursuivit : « Tu sais à quel point j’adore diriger les autres, ce qui à l’époque où je faisais partie des New Direction, m’a causé pas mal de problèmes, parce que personne n’aimait mes idées ni ce que je proposais, pourtant j’estimais, et c’est toujours le cas, que travailler tous les jours pendant au moins deux heures est un minimum pour réussir. Travailler avec toi serait vraiment… parfait, tant nous sommes sur la même longueur d’ondes en permanence. Seulement… je ne peux pas. Ma maison de disque a l’exclusivité sur moi, et je me suis engagé à ne pas travailler avec qui que ce soit d’autres. Si tu décidais d’ouvrir un stand de hot dog, je pourrais sans problème te rejoindre, mais à partir du moment où cela concerne la musique et la chanson, je suis tenue par contrat. » expliqua-t-elle rapidement. Pour faire passer le message avec un peu plus de douceur, elle tendit le bras et attrapa la main de Jesse pour la serrer. « Cela aurait un réel plaisir de travailler à tes cotés. Et tu sais que je viendrais assister à toutes les répétitions, tous les jours, si tu veux bien de moi. Et j’accepte avec grand plaisir de jouer la carte de la star peu impressionnée, comme à l’époque de X-Factor. » plaisanta-t-elle avec humour. Elle voulut retirer sa main, mais n’en eut soudainement plus envie, le contact de la peau de Jesse contre la sienne lui rappelant de doux souvenir de l’époque où ils sortaient ensemble. Il n’y avait jamais rien eu de sexuel entre eux, même si cela avait été quelque peu tendu à l’époque de Spring Awakening, les deux chanteurs devant très souvent mimer des scènes d’amour physique. Mais malgré cela, elle avait toujours aimé le contact avec lui et elle ne retira sa main qu’à contrecœur, laissant glisser ses doigts tout doucement avant de les récupérer. Avec un rire forcé, elle reprit son verre, plus pour s’occuper les mains qu’autre chose, mais ne put ajouter quoi que ce soit, alors elle termina son vin cul sec et se mordilla la lèvre, confuse et cherchant comment relancer la conversation.

« The Show must go on, hein ? Excellent choix. » lança-t-elle finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 01. Don't stop me now !   Jeu 10 Nov - 22:25

Sa première réaction, fut une étrange surprise accompagnée d’un regard un interrogateur et de la question associée. Ce n’était pas quelque chose à laquelle Jesse avait réfléchi longuement pourtant, il y avait songé de temps à autre. Bien évidemment, il leur avait été donné de faire pas mal de choses ensemble, ils avaient foulé les allées de la même école de musique, pour finir tous les deux sous les projecteurs de Broadway, mais jamais il ne leur avait été donné de jumeler leur esprit de compétition exacerbé dans un but commun. Aujourd’hui, alors que les choses pouvaient être clairement différentes, il s’accrochait à cette idée avec un certain entrain. L’expression affichée par Rachel commença par le rassurer. Tout comme lui, elle devait très certainement saisir tout ce que cette collaboration et envisageable victoire, pourrait leur apporter, pourtant la suite de ses propos mettait clairement en évidence un défaut du plan. Jesse ne se serait jamais permis d’émettre un avis sur les contrats qu’elle avait signé jusque là, mais il regrettait que ce soit ce qui les empêche de faire ce qu’ils aimaient vraiment tous les deux. Il baissa la tête, la laissant continuer à parler esquissant même un sourire à sa remarque sur les hot dog malgré la déception, en tentant d’imaginer une végétarienne convaincue emballer des saucisses dans du pain et de la sauce ketchup.

Sa main se saisit de la sienne et Jesse releva les yeux vers elle, laissant un léger frisson parcourir sa chair. Des contacts il y en avaient eu des tonnes, certains avaient d’ailleurs usé de bien moins de pudeur à l’époque lorsqu’il avait fallu simuler l’acte sexuel pour Spring Awakening, pourtant celui-ci, lui semblait anormalement étrange, réel. Etait-ce une forme de torture évoluée, une façon déguisée de le garder près d’elle ? Il resterait sans doute, l’espoir était quelque chose qui revenait toujours, difficile à dissoudre, une pulsion de vie en quelque sorte. Jesse resta silencieux une minute fixant leurs mains liées. L’ambiguïté de leur relation atteignait là de très hauts degrés sans pour autant sombrer d’un côté ou de l’autre. La retenue était le maître de mot de tout ce qui se passait ici. Jesse jeta un coup d’œil à son verre à moitié vide, tout ça n’était lié qu’à son manque de courage. Il était effrayé, effrayé comme la fois ou il avait préféré renoncer à elle plutôt que de se mesurer à Finn, et aujourd’hui, il refaisait la même erreur, il le sentait. La main de Rachel quitta la sienne et il posa la sienne à plat sur la table étouffant un soupir qui aurait pu laisser filtrer trop facilement ses sentiments. Mauvais timing encore. Jesse devait se reprendre, ne pas se laisser ronger par tout ça, prendre une vraie décision, en fonction de celle de Rachel. Agir, ou la laisser partir, les choses ne pourraient pas continuer ainsi. Il vida son verre pour en finir.

« Je ne dirais rien à ton producteur je peux être un garçon très secret tu me connais. » Il laissa un sourire se former au coin de ses lèvres, au lycée alors qu’ils sortaient tous les deux ensemble, ils avaient pris l’habitude de se voir en douce à Carmel et lorsqu’on y songeait, la situation ne leur changerait pas tant. « C’est beaucoup moins grave qu’à l’époque si tu espionnes les répétitions, je t’en voudrais pas non plus si tu participes. » Un rire s’échappa de la gorge du chanteur finissant sur un sourire franc. Il posa son regard dans le sien et ajouta beaucoup plus sérieux. « On peut vraiment faire ça ensemble Rachel. » Il marqua une pause avant de reprendre sur le ton de l’humour, relevant un détail de son précédent monologue qui avait eu le don de le faire rire assez sincèrement.

« Et puis honnêtement, bien que je ne doute pas de mes aptitudes en matière de vente qui doivent être elles aussi excellentes, ouvrir un stand de hot dog avec une végétarienne c’est s’assurer la faillite avant les premiers bénéfices. » Jesse se leva assez brusquement et fit le tour de la table déposant un baiser furtif dans ses cheveux avant de se diriger vers la cuisine, pour dresser comme il le pourrait son sinistre plat. Après quelques minutes de réflexion intense et de gestes paramétrés il parvint à un résultat qui puisse satisfaire son sens artistique et gagna la salle ou il avait laissé Rachel d’un pas assuré. Il déposa les deux assiettes l’un en face de l’autre et se laissa tomber sur sa chaise. A peine avaient ils entamé leur premier coup de fourchette que le courant se coupa dans toute la villa. « Eh merde. » Jesse se leva de nouveau mais fut vite interrompu par un bruit provenant de la pièce voisine., suivi par un violent éclat de verre brisé, quelqu’un venait de lancer une pierre contre la fenêtre du salon. Le sang du chanteur se glaça, mais il tenta de garder son calme. Il s’approcha de sa fenêtre et distingua une silhouette sombre près des buissons. « Une mauvaise blague j’imagine. » Jesse se saisit de son briquet et alluma une bougie qui trônait déjà au milieu de la table pour éclairer un peu la pièce. « Les gens ne m’aiment pas beaucoup ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 01. Don't stop me now !   Dim 13 Nov - 20:13

C’est avec un immense sourire à la fois gêné et amusé que Rachel se remémora l’époque où, effectivement, elle espionnait les Vocal Adrenalines. Elle entrait en cachette dans leur auditorium, et assistait aux répétitions. C’est comme cela qu’elle avait découvert qu’ils mettaient au point un numéro sur Lady Gaga. C’est d’ailleurs comme cela qu’elle avait découvert que Shelby Corcoran, alors coach des Vocal Adrenalines, était également sa mère, lorsque celle-ci s’était mise à chanter Funny Girl et que Rachel avait reconnu la voix enregistrée sur la cassette que Jesse prétendait avoir trouvé dans ses affaires de bébé. Rachel s’en souvenait bien, puisque cela avait nécessité l’intervention de son thérapeute. Néanmoins le souvenir de ces moments la faisait rire, à présent. L’époque où elle se cachait pour voir en direct les performances de leurs rivaux, arguant que non, ce n’était pas interdit, et que c’était encore moins de la triche. Lorsque Shelby l’avait découvert, elle avait bien entendue été sommée d’arrêter, mais cela prouvait bien à quel point Rachel s’était investie dans la compétition, à quel point elle était prête à tout, et même si cela n’avait pas empêché les Vocal Adrenalines de gagner les Nationals, à l’époque, cela restait un souvenir drôle.

« Tu n’aurais qu’à vendre des hot dog végétariens. Le tofu tu sais, c’est très bon quand on sait le cuisiner. » lança-t-elle alors que Jesse passait près d’elle, déposant un baiser sur ses cheveux, et Rachel sentit son sourire se figer. Elle profita d’être à nouveau seule pour retrouver une contenance. Ce geste, qui pouvait sembler anodin, ne l’était pas tant que ça. C’était une preuve de la tendresse que Jesse éprouvait pour Rachel. Lorsqu’ils étaient sortis ensemble –la seconde fois- il avait toujours eu ces petites attentions, ces petits gestes affectueux et plein d’amour. A l’époque, Rachel adorait cela. Elle aimait quand il lui tenait la main, tout simplement, mais également quand il lui caressait la joue, quand il l’embrassait sur le front ou sur les cheveux, comme maintenant. Cela aurait pu n’avoir aucun sens caché autre que celui de l’amitié, mais Rachel n’était pas stupide, et elle avait bien conscience des sentiments que Jesse nourrissait toujours à son égard. S’il l’embrassait sur le front, c’était à la fois parce qu’il tenait à elle, mais également parce qu’il l’aimait, et que c’était une habitude qu’il avait pris à l’époque où ils formaient un couple, et qu’il avait gardé depuis, même après leur rupture. Elle-même n’avait pas forcément pu se défaire de certains gestes affectueux envers le jeune homme. C’est souvent par réflexe qu’elle lui attrapait la main, lorsqu’ils se promenaient ensemble, et pour les soirées films qu’ils se faisaient régulièrement il lui arrivait de se blottir contre lui. Elle le faisait parfois sans réfléchir, juste parce qu’elle l’avait fait pendant deux ans, et qu’elle y avait été fortement habituée.
En revanche, elle ne se souvenait pas qu’entre Finn et elle, il y ait eu la même tendresse, et la même proximité physique. Finn l’avait embrassé, l’avait prise dans ses bras, lui avait tenu la main. Il lui avait même touché les seins, Rachel s’en souvenait bien parce qu’elle le lui avait permis et qu’elle savait qu’il en avait très envie. Et pourtant, ce n’était pas comparable. Peut-être parce que Finn et elle n’étaient pas restés ensemble très longtemps. Les deux années où elle était sortie avec Jesse, et puis leurs retrouvailles sur la scène de Broadway… elle s’était énormément rapprochée de Jesse, pendant ces cinq dernières années, et désormais l’amitié et les sentiments amoureux se mêlaient de façon complexe.

Elle en était là de ses réflexions lorsque Jesse revint et déposa devant elle une assiette bien garnie. L’effort de présentation était visible, aussi s’abstint-elle de tout commentaire sur l’absence d’harmonie entre les aliments. En revanche, l’odeur était très appétissante et lui mit l’eau à la bouche. Elle inspira à fond et laissa échapper un « hmm » de régal, avant d’attraper sa fourchette. Après avoir souhaité un bon appétit à Jesse, elle s’apprêtait à prendre sa première bouchée lorsque la lumière s’éteignit brusquement, et elle eut un léger sursaut, avant de laisser échapper un petit rire amusé. Pas de chance ! Persuadée qu’il ne s’agissait que d’une simple coupure de courant, elle se rendit compte de son erreur lorsqu’un violent fracas de verre retentit, et cette fois elle sursauta pour de bon. Cramponnée à sa fourchette comme si sa vie en dépendait, elle se tendit, jetant des coups d’œil nerveux partout dans la pièce plongée dans l’obscurité. Lui assurant que ce n’était rien, Jesse alluma une bougie, et la faible lueur qui illumina le centre de la table fit taire l’angoisse qui lui vrillait les entrailles. Elle adressa un sourire crispé à Jesse.

« On se croirait revenu au temps du lycée. » marmonna-t-elle en se forçant à lâcher sa fourchette, et elle fronça les sourcils. « Tu as des problèmes avec tes voisins ? Je l’ignorais. Mais pourquoi ? » Elle se leva et s’approcha de la fenêtre. La lumière de la bougie n’était pas suffisante pour éclairer toute la pièce, mais à l’extérieur la lune était pleine et diffusait une douce lumière blanche. Une fois habituée au noir, Rachel put jeter un coup d’œil dehors. La rue était calme, certaines des maisons voisines étaient éclairées, et le jardin entourant la villa de Jesse semblait vide, mais avec le peu de lumière, il était difficile d’en avoir la certitude. Les bras croisés contre sa poitrine, elle guetta un mouvement, mais ne vit rien. « Tu devrais peut-être installer un système de sécurité. Ou adopter un chien de garde. Si tu veux, j’en parlerais à mon garde du corps, je sais qu’il a deux chiens, il pourra peut-être t’en laisser un le temps que tu en es un à toi. » proposa-t-elle sans se retourner.

A trop regarder dehors, sur le qui-vive, elle finit par se persuader qu’il y avait bien quelqu’un dans le jardin, et elle recula de quelques pas.

« Je n’aime pas trop être dans le noir. » avoua-t-elle dans un souffle, et elle se rapprocha de Jesse, cherchant sa main, et finit par se blottir contre lui, serrant son bras. « Si tu as d’autres bougies, je suis preneuse. Ou même un spot de scène.. » ajouta-t-elle dans une vaine tentative d’humour.

Elle leva alors les yeux vers Jesse, et se rendit compte qu’elle était très près de lui. Vraiment très proche, à tel point qu’elle pouvait sentir son souffle contre sa joue.

« Alors… tu as d’autres bougies ? » demanda-t-elle faiblement, se forçant à détourner ses yeux de la bouche de Jesse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 01. Don't stop me now !   Mar 13 Déc - 17:43

Jesse ricana nerveusement. Si il avait des problèmes avec ses voisins ? Évidemment, dès tas même. Lima était peut être calme, et il ne risquait sans doute pas de se faire tirer dessus à la moindre occasion par une érotomane en phase terminale, mais les gens ne restaient pas moins affreusement limités. Toute sa vie Jesse avait couru après la reconnaissance, donnant énormément de son temps pour toujours viser l’excellence qu’il s’imposait lui même, maintenant qu’il avait réussi, mené une vie faite de sacrifices pour une carrière qu’il savait à son image, il devait en prime subir les jalousies et les médisances des voisins. Ainsi, dès qu’il avait emménagé en ville, ses anciens camarades sans se soucier de quoi que ce soit d’autre que de leur soif de vengeance et de haine, s’étaient mis à laisser des commentaires sur son profil totalement hors de propos. Il se souvenait même qu’un certain Glenn McAllistair avait expressément critiqué sa coupe de cheveux, en arborant lui même un look des plus discutables. « Le fait que nous ayons réussi, et les moyens de nous payer un voyage de dernière minute au îles Fidji, fait de nous des cibles parfaites. Et il y a a présent un impact dans ma baie vitrée. » Le chanteur haussa les épaules en soupirant, il allait devoir s’occuper de ça dès le lendemain matin.

Rachel enchaîna cependant, partant dans un développement de la situation qui eut le mérite de faire rire Jesse. Le chanteur se voyait effectivement mal emprunter un chien au garde du corps de Rachel, même si l’idée d’avoir une bestiole pour apporter le journal et déchiqueter ses fils de micro pouvait lui paraître séduisante. Il se laissa aller à un rire alors qu’elle inspectait la fenêtre derrière les rideaux. Sa remarque sur le noir, l’obligea cependant à rire plus franchement, il avait pris l’habitude que cette fille ne craigne pas grand chose, si ce n’est rater une prestation lors d’un concours de chant. « Moi qui croyait que Rachel Berry n’avait peur de rien. » La brune s’approcha cependant, instaurant un contact qu’ils n’avaient plus eu depuis des lustres. Jesse se figea ne sachant trop comment se comporter alors qu’elle pressait son bras. Les deux se rapprochaient anormalement, et on ne pouvait pas blâmer seulement l’absence de lumière. Le verre de Jesse était vide, et il était désormais face à un problème plus épineux qu’un ampli mal réglé ou l’incompétence d’une choriste. Sa tête effectua un mouvement plus ou moins inconscient vers celui de Rachel et il se retrouvèrent un peu plus près encore qu’il ne l’avaient été jusque là. Alors que son cœur effectuait quelques accélérations notables dans sa poitrine, la chanteuse profita de sa déconnexion du monde réel, pour lui poser une question qui s’avéra lui demander bien plus de neurones dans le cas présent, qu’il n'en avait à disposition. « Des bougies ? » Le genre de bâtons en cire qu’on allumait et qui dans certain cas pouvaient substituer à la lumière et dégager un parfum. Il la fixa une seconde avant de plonger ses lèvres sur les siennes. Il n’aurait su dire combien de temps, il mit a stopper le geste stupide qu’il avait entamé. Secouant la tête, il se détacha d’elle. « Je vais chercher, des bougies. » Il ne prit pas la peine de s’excuser, ne voyant pas vraiment comment justifier ça si ce n’était par la vérité. Ses lèvres semblaient le brûler alors qu’il marchait à pas rapides en direction d’un meuble ou il avait l’habitude de ranger ce genre d’objet.

La colère se mit à gronder en lui, alors qu’il réalisait qu’il ne tournerait jamais la page. Était-ce vraiment ce qu’elle voulait qu’il fasse ? Alors qu’il la regardait assise près de la table, il ne s’empêchait de songer à ce que pourrait être sa vie si il ne s’était pas stupidement enfermé dans une relation sans avenir. Il venait de céder, encore, foutre en l’air des années de résignation par pur égoïsme. La laisser partir, c’était bien entendu ce qu’il devait faire, à condition qu’elle lui offre la même chance. Il soupira, il ressentait quelque chose de terriblement intense en sa présence, quelque chose que la bonne volonté dont il avait fait preuve jusque là ne suffisait pas à calmer. L’irritation atteignait là son paroxysme, mais rien ne transparaissait d’autre sur ces traits, la nuit sachant dissimuler toute la frustration qu’il pouvait éprouver à cet instant. Il ne lui dirait rien, ignorerait ce feu persistant qui semblait dévorer son cœur, jusqu’à ce qu’elle parte, ou qu’il cède, comme il venait de le faire.

Il alluma une première bougie qu’il posa au centre de la table. « There’s a fire starting in my heart. » Jesse commença, sachant pertinemment que la chanson choisie retranscrivait parfaitement ce qu’il ressentait à cet instant même. Chacune des paroles semblait coller à leur histoire et il savait que Rachel ne résisterait pas à l’appel de la chanson qu’il venait de débuter. « Reaching a fever pitch and it’s bringing me out the dark. » Il alluma la seconde, il valait sans doute mieux une déclaration voilée qu’un silence total, et des actes dénués de sens. Il s’avança vers elle, prenant sa main dans la sienne. « Finaly I can see your crystal clear... » Le chanteur la fixait sans ciller, la musique était décidément, le seul langage qui lui permettait de s’exprimer avec autant de clarté. « Go ahead and sell me out, and I’ll lay you ship bare. » Il prit une inspiration.

[un peu cliché sur le choix de la chanson, mais je pouvais pas résister les paroles allaient vraiment avec le truc, et j'aimais l'idée qu'il allume les bougies avec "there's a fire starting in my heart"]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 01. Don't stop me now !   Mer 14 Déc - 22:40

Jesse venait de soulever un point intéressant, en expliquant que leur statut de célébrité faisait d’eux des proies faciles. Elle médita un instant ces paroles. Quand sa carrière avait commencé à décoller, on lui avait attribué tout un tas de garde du corps, afin de prévenir toute sorte de désagrément. Elle n’en avait supporté aucun, jusqu’à ce qu’on lui assigne Dominic, dont elle appréciait l’efficacité et le silence. Certes, il avait un gros défaut, à savoir une tendance furieuse à agir sans se poser de questions, quitte à plaquer au mur un pauvre passant venu demander l’heure à Rachel. Mais la chanteuse l’aimait bien, elle s’était habituée à lui et se sentait en totale et parfaite sécurité en sa présence. De fait, elle n’avait jamais eu à subir quoi que ce soit du genre de ce qui venait de se passer ce soir. Bien sûr, elle était consciente que dans la pile de lettres de fan qu’elle recevait, il devait bien y en avoir provenant de malades, qui l’insultaient copieusement, mais c’était le travail de son agent que de s’assurer que cela n’arrive pas jusqu’à elle. Et même s’il y avait des gens qui ne l’aimaient pas, et qui avaient envie de l’agresser, verbalement ou physiquement, c’était le travail de Dominic de s’assurer qu’elle n’en soit pas victime. En somme, elle était tranquille. En ce moment, elle cherchait un appartement, mais son agent et son garde du corps lui avaient vivement enjoint à ne se concentrer que sur des résidences parfaitement sécurisées, et Dominic devrait s’installer à côté de chez elle, idéalement dans le même immeuble, au pire dans la même rue, pour être rapidement sur place en cas de problème. Ceci serait complété par un système de sécurité à la pointe de la modernité, afin que la sécurité de Rachel ne soit jamais mise en danger. Mais Jesse, lui, vivait seul, dans un quartier normalement calme mais qui depuis son emménagement ne semblait plus vraiment l’être. Il n’avait pas de garde du corps pour s’assurer que personne ne venait rôder autour de sa maison ni attenter à sa sécurité.
Elle aurait voulu pouvoir le conseiller, lui dire que dès le lendemain, ils iraient tous les deux acheter des caméras, ou une alarme, ou un chien de garde, peu importe, du moment qu’il était en sécurité. Elle aurait voulu lui dire que non, Rachel Berry n’avait pas peur de grand-chose, si ce n’est du noir, et… et de le savoir en danger. Elle aurait voulu lui dire quelque chose de drôle, pour détendre l’atmosphère, ou bien elle aurait voulu lui dire qu’elle s’inquiétait pour lui, maintenant qu’elle était au courant de cette histoire de voisinage agressif. Mais voilà, à quelques centimètres d’elle, elle pouvait sentir le corps de Jesse, et c’était comme de revenir en arrière, lorsqu’ils étaient sortis ensemble à New York et que tout s’était si formidablement passé. Elle voyait ses lèvres dans la pénombre, et en l’espace de quelques secondes, elle eut envie : de se reculer, de s’enfuir, de l’embrasser, de se blottir contre lui, de passer ses bras autour de son cou afin de sentir sa chaleur, et en parlant de chaleur, elle se sentait vraiment bizarre, son ventre se tordait, se nouait.. et elle avait chaud.
Jesse finit par se tourner vers elle et là, elle vit une de ses envies se réaliser lorsqu’il se pencha vers elle pour poser ses lèvres sur les siennes. Et ce fut comme une vague qui enfla en elle. Elle n’eut même pas le temps de fermer les yeux, que c’était déjà fini, et elle se surprit à accompagner le mouvement de Jesse qui se reculer, afin de prolonger ce baiser trop court, bien trop court à son gout. Mais il était déjà loin, et Rachel se sentit… frustrée.
Profitant du fait qu’elle se retrouvait seule dans le noir pendant quelques minutes, elle se passa la main dans les cheveux, inspira à fond et nota qu’elle tremblait, mais pas de froid ou de peur. Son cœur battait tellement fort qu’elle n’aurait pas été étonnée qu’il jaillisse hors de sa poitrine pour bondir dans la pièce. Son ventre se nouait et en baissant le bras, elle toucha ses lèvres du bout de ses doigts. Ce baiser lui avait semblé totalement naturel, comme s’ils n’avaient jamais rompus. Et elle mourrait d’envie d’embrasser Jesse à son tour. Le pouvait-elle ? Elle ne savait pas, ne savait plus rien. Pour se donner contenance, elle posa les fesses sur le dossier du canapé, mais elle était loin d’éprouver le calme qu’elle affichait. Heureusement, l’obscurité dissimulait ses joues écarlates, et son cœur, bien qu’il soit très bruyant, elle devait être la seule à l’entendre. Jesse était troublé, c’était évident. Il ne devait pas se douter qu’elle l’était autant, si ce n’est plus.

Lorsque les premières paroles se firent entendre, au moment où la première bougie éclairait le centre de la table, Rachel comprit que Jesse essayait de lui faire passer un message. Elle ne put retenir le sourire qui fleurit sur ses lèvres. La musique, la chanson. C’était le meilleur moyen qu’ils avaient eu pour communiquer. Leur connaissance musicale était si vaste que parfois, au lieu d’utiliser de simples mots, ils chantaient. Cette fois, le message était clair : Jesse avait encore de l’amour à son égard. Elle le savait, il le lui confirmait une nouvelle fois. Et elle, l’aimait-elle ? Voulait-elle de lui ? La meilleure façon de lui répondre, était encore de le faire en chantant :

« See how I leave with every piece of you
Don’t underestimate the things that I will do.
»

Elle serra sa main dans la sienne, son regard plongé dans celui de Jesse, avec toujours cette envie de l’embrasser, et cette chaleur au creux des reins.

« The scars of your love remind me of us
They keep me thinking that we almost had it all
The scars of your love they leave me breathless
I can’t help feeling…
»
Et à son tour, elle posa ses lèvres sur celle de Jesse, et refusant de rester raisonnable, elle passa ses bras derrière son cou pour approfondir ce baiser et l’empêcher de partir. Ce baiser, elle en avait eu envie depuis le début, maintenant qu’elle l’embrassait, elle ne voulait pas que cela s’arrête. Pourtant, il le fallait, et lorsqu’elle s’écarta, de quelques centimètres à peine, elle garda les yeux fermés, savourant cette douceur, cette chaleur… cet amour.

« Je suis désolée, je n’ai pas pu résister. » souffla-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 01. Don't stop me now !   Ven 27 Jan - 3:54

Elle se mit à chanter et la chanson prit tout son sens lorsqu’elle s’empara de sa main. Le chanteur pouvait ressentir toute l’énergie des mots qu’ils disséminaient dans la pièce. Mélange d’espoir déchu et de révolte profonde, c’était ce qui l’inspirait dans cette chanson. Il n’y avait pourtant pas vraiment d’issue. Ils avaient essayé, profité du temps passé ensemble, fait des projets pour leur carrières, les changer pour l’un ou l’autre serait en quelque sorte renier une part de ce qu’ils aimaient l’un chez l’autre, une part d’eux même. Et bien que Jesse était presque certain que Rachel l’aurait fait pour Finn, il voulait lui offrir quelque chose de différent, le choix de pouvoir continuer à être elle-même. Sacrifice masochiste et sûrement profondément stupide, puisqu’il ne servait que partiellement leur intérêts. Il se répétait tout ça sans cesse, et indéfiniment, puisqu’il s’agissait de la clé du problème. Son espoir se déplaçait vers l’avenir, et le peu de perspectives qu’il offrait. Cependant, si Jay Z et Beyoncé s’en sortaient à coup de vidéoconférences on skype et que Celine Dion parvenait à gérer une carrière mondiale, en menant de front une vie de mère et d’épouse, il supposait peut être à tort que sortir avec Rachel relevait du possible. Tout cela était décidément d’un ridicule pathétique. Oublier cette histoire, voir même l’idée d’aimer cette fille, était la chose à faire, dans tous les sens du terme, et c’était sans doute le message caché derrière les sentiments évidents qu’il éprouvait pour elle. Lui devait abandonner la partie, elle le laisser partir si elle n’avait rien à lui offrir. Le prix du succès ne devrait pas sous-entendre une vie faite de solitude, et pourtant tout ça y ressemblait franchement.

Son regard heurta celui de Rachel, qui stoppa soudainement son couplet pour venir délibérément poser ses lèvres sur les siennes. Ses mains encerclèrent ensuite ses joues, et le baiser gagna une intensité interdite, déraisonnable. Imposer une limite, maintenant, ou tout perdre. Un dîner, juste un dîner, il s’agissait du deal. Le chanteur était paralysé, ses membres semblaient obéir à des lois physiques qu’il n’était plus en mesure de maîtriser. Le feu se propagea au delà des paroles, imposant à son corps un désir injuste et corrosif. Seule la voix de Rachel perça cependant le silence qui régnait à présent dans la place.

Jesse tenta d’analyser les mots qui sortaient à présent de sa bouche. Une erreur, une de plus à leur actif. Il pris une inspiration et recula de quelques pas, pour instaurer comme une distance de sécurité, avant que les dérives ne surviennent. La retenue il l’avait appris auprès d’elle, assez pour savoir qu’ils s’engageaient sur un terrain miné, qu’il y aurait forcément des conséquences. Il lui fit dos et se mit à faire les cents pas, tentant de rassembler et éclaircir ses idées, du mieux qu’il le pouvait, avant de finalement perdre patience. Qu’était-elle concrètement en train de faire depuis le début de la soirée ? Jouer les gigolos du dimanche soir, ne l’intéresserait pas. Comme toujours lorsque rien n’expliquait vraiment sa faiblesse et son incompréhension, le chanteur sentait bouillonner la rage dans ses veines. L’incapacité, l’indicible, qu’était-il pour elle ? « Tu devrais partir. » Il soupira et se tourna de nouveau vers elle, à peine éclairée par les bougies allumées. Il secoua cette fois la tête comme s’il réalisait simplement l’irréalisme de la situation. « Qu’est ce que tu veux Rachel ? Qu’est ce que tu cherches ? Tu veux une belle carrière, une belle maison, un chien, et un mec pour te suivre autour du monde ? Finn Hudson est mieux placé que moi pour faire ça, si c’est ce que tu veux. » Il marqua une pause et reprit la parole, avant qu’elle ne se mette à débiter à toute vitesse comme le ferait une Rachel Berry qui se respecte. « Je ne vais pas jouer ce rôle là pour toi, comme tu ne le joueras pas pour moi. Sois réaliste aucun de nous deux n’est prêt à se sacrifier. On ne va pas faire semblant, jouer au couple en contrat à durée déterminée, ni même se complaire dans l’idée qu’on abandonnerait même son amour propre par amour, on sait toi et moi que c’est faux. J’irais même plus loin. Cette fille là, ce n’est pas celle que j’aime. » Il s’approcha et se posta face à elle soutenant le contact visuel avec un plus de dureté. Il fallait qu’elle comprenne, qu’elle réalise, tout ça devenait bien trop difficile à gérer. « Et je pense que tu l’aimes toi aussi suffisamment pour ne pas l’engager dans quelque chose qui ne lui ressemble pas, donc ne joue pas avec moi Rachel, et ne te fais pas d’illusions non plus, tu n’es pas prête, tu n’as même pas mis au clair tes sentiments pour Finn. » Il grimaça, presque inconsciemment à l’évocation de son rival. Jesse avait beau aimer Rachel, il ne supporterais jamais de jouer les accompagnateurs, ou même de subir son succès en mettant sa propre carrière entre parenthèse. Il avait du talent, beaucoup de talent, et il ne voudrait pour rien au moindre le gâcher pour un caprice. « De tout manière, je compte retourner à New York l’année prochaine, rester à Lima n’est pas le but ultime de ma vie. Restons amis. » Sa dernière affirmation lui coûta énormément, et il fut presque sûr de sentir sa gorge rétrécir considérablement. Nouvelle inspiration pour combler le manque éminent d’air. « Tu devrais t’en aller. Je compte composer, et ta présence risque de me distraire. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 01. Don't stop me now !   Ven 27 Jan - 22:29

Sa relation avec Jesse l’avait habituée à la proximité, et même s’ils n’étaient plus ensembles depuis longtemps, elle avait gardé ce réflexe, cette envie de se sentir proche de lui. Il lui suffisait d’une chanson pour se sentir troublée encore davantage. La musique avait toujours constitué un lien très fort entre Jesse et elle. C’était ce qui les avait rapproché au début, et même alors qu’ils étaient séparés depuis deux ans déjà, la musique continuait à les ramener l’un vers l’autre. Peut-être que c’était la voix de Jesse qui avait fait tombé Rachel amoureuse de lui, lors de leur première rencontre. Rachel s’en souvenait parfaitement. Leur duo avait fait bondir son cœur dans sa poitrine. Et si au départ, ce ne devait être qu’un diner parmi tant d’autres, tout semblait s’être ligué pour les pousser à nouveau dans les bras l’un de l’autre. La coupure de courant les avait plongés dans une semi-obscurité qui rendait l’atmosphère plus intime et presque sensuelle, une ambiance renforcée par la lueur des bougies. Et la voix de Jesse avait, une fois de plus, littéralement transportée Rachel, qui avait joint sa voix à la sienne, renonçant à rester neutre comme elle se l’était promis. Elle savait, au fond d’elle-même, que c’était une très mauvaise idée de retomber là-dedans. En temps normal, elle parvenait très bien à se maîtriser. Mais ce soir, le fait de se retrouver seule avec un garçon qu’elle avait aimé –qu’elle aimait encore ?- lui faisait perdre toute notion de ce qui était raisonnable. Elle avait fait taire la petite voix au fond de sa tête qui lui disait qu’elle ne pouvait pas faire ça, qu’elle n’avait pas encore clarifié les choses avec Finn, ni même avec Jesse, et que ce n’était pas correct envers lui, pour pouvoir se jeter à son cou. Ses lèvres contre les siennes, elle pouvait savourer quelque chose qui lui avait tant manqué, que cela l’étourdit presque, jusqu’à ce qu’elle reprenne pied dans la réalité, et réalise ce qu’elle était en train de faire : quelque chose de mal. Une foule de pensées l’assaillit alors qu’elle se détachait de Jesse. Elle savait qu’avant de faire quoi que ce soit, elle devait revoir Finn, pour savoir enfin si, après toutes ces années, elle avait vraiment tourné la page. Elle devait avoir la certitude, et non pas une vague impression, qu’elle ne ressentait plus rien pour Finn, et qu’il n’était plus pour elle que le souvenir d’un premier amour. Une fois que ce serait fait, elle pourrait enfin essayer de trouver une solution concernant ses sentiments pour Jesse. Parce que malheureusement, s’ils avaient rompus une première fois –enfin, si on ne tenait pas compte de leur simulacre de relation datant du lycée, bien sûr- c’est parce qu’ils voulaient tous les deux faire carrière, et ne pouvaient concilier l’amour et la chanson. Rachel parcourait le pays, ne s’arrêtant que brièvement dans les villes qu’elle visitait, et elle ne pouvait, ne voulait pas, demander à Jesse de bêtement la suivre, comme s’il n’était qu’un faire-valoir, un objet qu’elle afficherait à son bras lors de ses apparitions publiques. Il avait un don, lui aussi. Une grande destinée l’attendait, et elle ne pourrait s’accomplir que s’il partait de son côté.
La vie semblait vouloir les faire souffrir, car même si elle parvenait à comprendre ce qui la liait encore à Finn, elle ne pourrait jamais connaitre de fin heureuse, pas avec Jesse en tout cas. Et Jesse semblait penser la même chose.

Un sentiment d’incompréhension traversa Rachel, qui crut un instant avoir mal entendue. Jesse venait-il vraiment de lui demander de partir ? Il semblait… contrarié. Aussi perdu qu’elle. La situation semblait le laisser perplexe et surtout, l’agacer au plus haut point. Lui qui avait l’habitude, comme Rachel, de contrôler sa vie et de tout faire pour atteindre les buts qu’ils se fixaient, ne semblait pas supporter l’idée de ne pas pouvoir faire ce qu’il voulait. Rachel le fixa, le cœur battant.

« Ce que… je veux… ? » bredouilla-t-elle à mi-voix.

Mais Jesse avait raison, bien entendu. Rachel et lui étaient semblables sur de nombreux points, notamment sur leur passion dévorante pour la musique, et leur amour de la scène –et d’eux-mêmes. Rachel n’était pas prête à renoncer à sa carrière pour Jesse, c’est vrai. Elle ne pouvait imaginer renoncer à son rêve, même par amour. Et Jesse était pareil. Pourtant, devaient-ils dire adieu à ce qui pourrait être une belle histoire, juste parce qu’ils voulaient tous les deux se consacrer à leurs rêves ? Celui de Rachel avait toujours été d’être une star, et elle y était parvenue. Mais ne pouvait-elle vraiment pas inclure Jesse dans son rêve ? Non, bien sûr que non, à moins qu’il ne renonce à ses propres rêves, ce qu’elle ne lui demanderait jamais de faire, et ce qu’il n’accepterait jamais de faire, de toutes façons.
La dureté de Jesse surprit Rachel, peu habituée à ce qu’il se comporte de la sorte avec elle. Son regard parcourait son visage, en détaillant chaque parcelle, cherchant un signe que tout ceci allait s’arranger. Mais Jesse pensait ce qu’il disait. Sentant ses yeux la picoter, Rachel battit des paupières frénétiquement, tentant d’ignorer la boule qui entravait sa gorge et semblait vouloir l’empêcher de parler, de respirer. Elle sentait qu’elle allait pleurer. Cela toucherait-il Jesse ? Ou au contraire, l’accuserait-il de trop agir en drama queen ? Y’avait-il, oui ou non, une issue positive pour eux ?

Le silence s’installa, et Rachel ne voulait pas le briser. Quoi qu’elle dise, rien n’arrangerait la situation. Elle fouilla dans son esprit, cherchant quoi faire, quoi dire. Mais elle était suffisamment intelligente pour percevoir la vérité des paroles de Jesse, et elle sut qu’il n’y avait rien d’autre à faire, si ce n’est tourner les talons. Son esprit se mit à vagabonder, remontant à l’époque où ils étaient sortis ensembles, deux années durant. A ce moment, tout semblait si simple. Ils avaient intégrés une prestigieuse école, et ils faisaient tous les deux ce qu’ils aimaient. Ils passaient toutes leurs journées ensembles, ne se quittant presque jamais, et c’était si parfait. Pourquoi est-ce que tout s’était à ce point compliqué ? Parce qu’elle avait voulu devenir une star ? Et si elle s’était contentée de vouloir devenir architecte, ou avocate ? Est-ce qu’ils auraient pu rester ensembles ? Des questions qui n’auraient jamais de réponses, voilà tout.

« Hm, oui. Je… je vais partir. » finit-elle par admettre en baissant les yeux.

Sans plus attendre, elle récupéra son sac à main, qu’elle agrippa nerveusement, et se dirigea rapidement vers la porte d’entrée. Mais une fois arrivée, elle fit une pause, hésitante. Lorsqu’elle se retourna, ce fut pour lancer à Jesse un regard flamboyant d’assurance.

« Mais je reviendrais Jesse. Je vais mettre de l’ordre dans ma vie, dans mes sentiments, pour savoir ceux qui doivent en faire partis. Et quand ce sera fait, je reviendrais te voir. Ce n’est pas terminé entre nous, Jesse. »

Non, ce ne serait jamais terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 01. Don't stop me now !   Sam 25 Fév - 0:44

Elle ne s’autorisa pas tout de suite à réagir, laissant progressivement des larmes perler au coin de ses yeux. Jesse ne voulut pas y prêter attention, principalement parce qu’il ne supportait pas de la voir pleurer. C‘était arrivé quelques fois, et il avait du comme aujourd’hui ne pas montrer à quel point elle savait l’atteindre. Elle avait besoin d’y penser, et Jesse préférait être dur plutôt que de la laisser croire à quelque chose d’irréaliste et de stupide. Elle était Rachel Berry, pas le genre de fille qu’il voulait voir renoncer à ses rêves pour un homme. Il s’y tiendrait, même si l’entreprise serait sans doute l’une des plus difficiles de sa vie. Ils devaient penser à une éventuelle solution avant de s’engager sur ce terrain car quoi qu’il arrive, la moindre dérive serait un engagement, de son côté du moins. Leader Vocal Adrenaline n’était pas de tout repos et il avait de toute façon besoin de pouvoir voir clair, sans se laisser distraire. La concurrence était rude et les journées épuisantes, assez pour que Rachel n’en vienne pas à le torturer. Revenir, reprendre ses droits sur son cœur puis partir ensuite, il en était hors de question. Jesse la fixa sans ciller avant qu’elle ne consente à partir. Elle balbutia une phrase et il décroisa les bras, il ne devait pas céder maintenant.
Elle se saisit de ses affaires et se dirigea vers la porte d’entrée. Jesse quant à lui la suivit des yeux avant qu’elle ne s’arrête, se tournant vers lui, une étrange expression animant à présent ses traits. Jesse haussa un sourcil, le peu d’éclairage lui permettait tout de même de pouvoir détailler son visage. Sa phrase le percuta alors de plein fouet. Mettre au clair ses sentiments ? Jesse ne put réellement s’empêcher de trouver la situation désespérante et humiliante. Après toutes ces années, elle se posait toujours la question de savoir si ce crétin d’Hudson faisait encore partie de sa vie, des années qu’elle avait rappelons le passée avec lui à la Tish School of arts, des années ou il l’avait soutenue et encouragée à devenir celle qu’elle avait toujours rêvé d’être, en faisant présentement tout le contraire de ce que cet imbécile heureux avait toujours fait ? La colère teintée de jalousie et de frustration, on en revenait toujours à la même chose. La situation devait changer.

« Très bien, fais donc, tu as tout ton temps devant toi, je ne repars à New York que dans un an. » Jesse était agacé bien entendu, et particulièrement parce qu’il ne voulait pas s’autoriser trop d’espoir à ce sujet. Il voulait être clair, il ne resterait pas ici, il avait juste besoin de temps, régler son problème familial, s’accommoder de sa situation, gagner une compétition. Rachel le fixait toujours, tellement sûre d’elle, croyait elle vraiment tout savoir sur tout ? Jesse la dévisagea à son tour, reprenant sur un ton beaucoup plus sceptique. « Si je suis ici c’est uniquement parce que je me suis fait poignarder l’année dernière. » La phrase sortit, abrupte, Jesse n’analysa pas lui même pourquoi il s’était senti obligé de lui balancer la vérité aussi crûment, mais la sensation ressentie fut plus intense qu’il n’aurait pensé. Ne voulant pas la retenir davantage cependant il ajouta sur la défensive. « J’ai besoin de mettre de l’ordre dans ma vie moi aussi. » William Schuester était en réalité son frère, ça aussi il n’avait pas vraiment eu le temps de le digérer, et même si les manières de sa femme Emma étaient charmantes, personne ne s’était vraiment soucié de savoir comment il prendrait le fait de découvrir que son père n’était pas son père et qu’il devrait porter un nom allemand ignoble, si les choses s’étaient passées correctement. Jesse soupira, il en avait sans doute trop dit, et le départ de Rachel semblait être la meilleure chose qui puisse lui arriver tout de suite. Composer, il allait composer, c’était de loin ce qu’il savait faire de mieux, en dehors de gagner.

« Bonne nuit Rachel. » Finit il par dire avant qu’elle ne s’éclipse. Les choses avaient été dites, il fallait dès à présent agir en conséquences. Jesse se laissa tomber sur le siège du piano en soupirant après avoir jeté un bref coup d’oeil aux plats à peine commencés. La femme de ménage s’en chargerait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 01. Don't stop me now !   

Revenir en haut Aller en bas
 

01. Don't stop me now !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 1
-