Choriste du mois


Partagez | 
 

 00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) Empty
MessageSujet: 00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016)   00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) EmptyLun 31 Oct - 22:20

Un mouvement de cheveux d’un blond magnifique. Le bruit de chaussures à talons sur le ciment dur et frais. Savannah scrutait chaque mouvement, chaque objet, de ses petits yeux marron. Lima n’avait pas changé, toujours pareil, toujours les mêmes personnes que l’on pouvait croiser à chaque coin de rue. En quatre ans, tout semblait pareil qu’avant. Etais-ce la réalité ? N’était-elle pas en train de rêver ? Oui en fait ça devait être ça. Blondie devait être tranquillement en train de dormir dans son bon vieux lit moelleux à Los Angeles, et rêvait qu’elle était revenue à Lima ! Un pincement au bras la fit soudainement oublier ses idées sordides, et comprendre que non, c’était bel et bien réel. Savannah Williams avait bel et bien pris l’avion, pour revenir quelques jours dans cette ancienne ville durant son spring break. Elle pouvait le nier autant qu’elle voulait, mais au fond cette ville comptait pour elle. Sinon pourquoi aurait-elle pris le temps de venir ici ? Pourquoi se serait-elle forcée à faire ressurgir d’anciens souvenirs ? Certains souvenirs dont elle se serait bien passée de se rappeler …

Savannah s’assit sur le rebord de la fontaine. Elle plongea sa main dans l’eau froide et glacée avant de la ressortir aussitôt. Mauvaise idée … ce système n’avait pas l’air marché. D’habitude pour éviter de penser à certaines choses auquel elle n’avait pas forcément envie de penser, elle faisait des actes idiots. Du moins des actes qui l’empêchaient de réfléchir sur le moment. Mais elle savait très bien, que tôt ou tard elle devait bien faire face à la réalité, du moins durant les jours où elle séjournerait à Lima. Qu’elle devrait avoir une conversation face à face avec Ryder, qu’elle allait devoir mettre les choses au clairs avec Tim … c’est seules préoccupations n’étaient que ces deux personnes. Après tout c’était pour les voir si elle avait fait ce voyage et qu’elle avait sacrifié ses fameuses soirées prévues durant son spring break.
Un soufflement inaudible se fit entendre. La jeune fille ferma les yeux pour chasser le temps qui devenait de plus en plus lent à son goût. Quand est-ce qu’il arrivait ? Ils n’avaient pas prévu une heure précise déjà, si ? Ou ça devait être qui avançait. Pourtant ça n’était pas son genre d’être impatiente … mais là ce n’était pas n’importe quel moment. Elle avait tellement de choses à lui dire ! Parler à une personne face-à-face ce n’est pas comme au téléphone. Au téléphone, la distance est présente alors que face-à-face … tu peux savoir réellement ce que la personne pense de tes propos, les prunelles trahissent toujours la personne dans n’importe quelle situation ! Blondie passa sa main dans ses cheveux. Qu’est-ce que ses cheveux longs pouvaient lui manquer quelquefois … Mais c’était une nouvelle vie, un nouveau chemin qui s’était tracé quand elle avait décidé d’aller chez le coiffeur. Bien sûr, cette décision n’avait pas été prise sur un coup de tête bien entendu, c’était à Los Angeles qu’elle avait eu une sorte de révélation en repensant à son père subitement partit sans rien dire à personne, ses études qu’elle avait réussi brillamment. En quelque sorte c’était une sorte de cadeau de noël qu’elle s’était offert elle-même pour se féliciter. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres rosées avant de s’éclipser quelques secondes plus tard. Ses yeux se rouvrirent et le sourire ravageur réapparut quand elle vit la silhouette de Tim arriver. Même si elle était maintenant âgée de 22 ans, elle n’avait pas changé. Vingt-trois ans … parfois elle ne se rendait même pas compte de l’âge qu’elle avait, pas mal de personnes lui disaient qu’elle ne les faisait même pas, ce qui était plutôt flatteur à vrai dire. « Toujours le même … je suis déçue, moi qui croyait quand cinq ans tu aurais pris quelques kilos. Là sur le coup je suis vraiment déçue à un point si tu savais, cher demi-frère ! » Petit ironie. Pour elle, ça voulait dire bonjour et elle savait très bien que Tim avait l’habitude de ses petites blagues. Elle le pria de s’asseoir en faisant un signe de main et continua dans sa lancée de lui faire la conversation. « Tu dois en avoir des choses à me dire … enfin à m’expliquer plutôt. Petite amie ? Enfant ? Mariage ? Divorce ? » Comme pour accentuer ses propos, elle fit une petite moue interrogative et songeuse. Après tout s’ils avaient décidé d’un accord commun de se donner rendez-vous c’était bien pour avoir une conversation sérieuse ? Et pour en connaître un peu plus sur l’autre en cinq ans, au lieu de se parler sans arrêt au téléphone non ? Une nouvelle fois, elle balança sa crinière blonde en arrière et passa la main dans ses cheveux. Chose qu’elle faisait quand elle n’était pas suffisamment à son aise. Mais après tout ce n’était pas comme si elle ne connaissait pas Timothy, comme si elle ne l’avait jamais vu soûl, complètement hilare lorsqu’il dansait sur la piste de danse d’un air endiablé en soirée, ou comme si elle ne s’était jamais moqué de lui affectivement. Leur relation ne pouvait se traduire que par l’expression « chat et chien » après tout.

Sans s’en rendre compte, geste qu’on faisait sans y penser vraiment, la jeune femme remit sa robe de couleur panthère rose et noir, un habit qui venait de sa création, un habit qu’elle abordait fièrement sans se vanter, du moins quelquefois. Savannah se racla la gorge dans un bruit parfaitement audible, surtout pour la personne à côté d’elle alias Timothy Ainsworth. « Hum … dis-moi tu n’aurais pas des nouvelles de Monsieur … Will… » Elle ne prit même pas la peine de finir sa phrase. Au fond, elle n’avait pas vraiment envie d’avoir cette conversation. Cela allait faire ressortir les vieilles blessures, et ça elle ne voulait pas. Non aujourd’hui ce n’était pas le moment, ça n’était jamais le moment car elle ne voulait pas et c’était nettement mieux comme ça pour tout le monde après tout. « En fait non rien oublie, j’ai rien dit. » Elle esquissa un demi-sourire, toujours de nature joviale puis fit comme si de rien n’était.


Dernière édition par Savannah Williams le Dim 26 Fév - 18:29, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Timothy Ainsworth
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) Empty
MessageSujet: Re: 00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016)   00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) EmptySam 5 Nov - 14:36

"Si je suis libre aujourd'hui ? Bien-sûr que je suis libre aujourd'hui." Tim n'avait pas besoin de regarder Samuel pour savoir que ce dernier lui lançait un regard noir qu'il accompagnait sans doute de gestes d'une extrême grandiloquence en signe de désaccord. Mais Timothy n'en avait que faire, il lui ordonnait simplement de se calmer d'un mouvement particulièrement nonchalant de la main, comme si de toute manière le résultat serait toujours le même. Sam ne tarda pas à pester contre lui lorsqu'il coupa enfin la conversation téléphonique, profondément agacé. "Bordel, tu te fous de ma gueule Tim ?" vociféra-t-il en bondissant de sa chaise. "C'est bon, tu me dois bien ça." répondit Tim avec une douceur qui ne lui ressemblait absolument pas, sans pour autant oser défier le regard de son interlocuteur. "Je te dois rien du tout, c'est toi qui m'en dois une bonne dizaine !" Tim se contenta d'un sourire à la fois amical et insolent. La partie était gagnée d'avance. "C'est encore ta blonde là ?" demanda Samuel avec impertinence. "Une autre blonde... On s'en fout de ça. Tu sais ce que tu dois dire à Figgins si jamais il me cherche." répondit-il alors qu'il entreprit de quitter la salle des professeurs, en prenant soin de déposer son gobelet dans la poubelle. "Ouais, ton histoire bidon de chasse aux vampires. Casse-toi maintenant avant que je change d'avis." Tim le gratifia d'un signe de la main avant de disparaitre dans les couloirs inanimés.

Peu de choses avaient changé entre l'époque où Tim foulait le sol de WMHS en tant que lycéen et maintenant. En fait, c'en était même étrangement déconcertant. Du temps où il prétendait que le corps enseignant ne fichait rien, il ne croyait pas si bien dire. A vrai dire, entre le point de vue des jeunes et celui des adultes, il n'y avait pas tant de différences que ça, sauf que ces derniers en étaient parfaitement conscients, tandis que les élèves pouvaient encore leur accorder le bénéfice du doute. A présent qu'il avait côtoyé l'envers du décor, Timothy pouvait affirmer avec conviction que les accusations qu'il portait à l'époque à l'égard des surveillants étaient vraies : tous des paumés aigris et (presque) sans avenir. L'espoir était encore permis, du moins tant que patrouiller dans les couloirs du lycée n'était qu'une activité parmi tant d'autres. C'était comme si depuis qu'il occupait ce poste, Tim avait perdu tout sens des responsabilités. Ce dernier, bien entendu, n'avait jamais été très aiguisé, mais il lui semblait que son expérience en Angleterre avait été vaine. A Londres il ne pouvait compter que sur lui tandis qu'ici il avait tendance à se reposer sur les autres. Le pire, c'était qu'il recommençait à sécher les cours alors qu'il n'étudiait même plus à McKinley. Ce n'était pas la première fois qu'il abandonnait Samuel à son sort pour pouvoir rencontrer de vieilles connaissances. C'était plus fort que lui, il n'en était pas encore au stade où le travail devait être une priorité absolue. Il prétextait alors partir à la chasse aux vampires. Autant dire que depuis qu'il avait sorti cette excuse à Figgins, il s'était étrangement mis ce dernier dans la poche. Certes 5 années s'étaient écoulées, mais Tim était encore plein de ressources quant à trouver des excuses aussi ridicules et invraisemblables les unes que les autres. Mais la chasse au vampire, ça fonctionnait à tous les coups !

Au volant de sa voiture Tim ne pouvait se départir d'un sourire presque niais. Cela faisait tellement longtemps qu'il n'avait pas vu Savannah qu'il se surprenait à être impatient. La musique qui faisait vibrer chaque recoin du véhicule ne parvenait même pas à le perturber tant son esprit était occupé à imaginer des tas de scénarios, comme toujours. Curieusement, même si la distance s'était interposée dans leur relation, on pouvait dire que le lien qui les unissait n'avait pas changé. Durant tout ce temps ils n'avaient jamais rompu le contact et au final, qu'ils vivaient sous le même toit ou à des milliers de kilomètres l'un de l'autre, cela ne faisait aucune différence, parce que même à l'époque du lycée ils étaient proches et pourtant si distants. Encore aujourd'hui ils ne se disaient les choses qu'à moitié, plus par habitude que par pudeur ou peur de froisser l'autre. C'était simplement devenu une règle tacite entre eux : ne dire que ce que l'autre voulait entendre. Et encore certains sujets étaient habilement évités, même lorsque l'un voulait tirer les vers du nez de l'autre - chose que faisait très souvent Savannah -.

Timothy entreprit de se garer non loin de la place Bellefontaine, là où était prévu leur petit rendez-vous. Il coupa le moteur et inspira profondément avant d'ouvrir la portière. Il sortit enfin de la voiture et referma cette dernière avec négligence, bien trop occupé à chercher la tête blonde de son ex demi-sœur parmi la foule. Lorsqu'il l'aperçut enfin il se dirigea vers elle avec assurance, les mains soigneusement rangées dans ses poches - à cause du froid mais aussi parce qu'il était certain qu'elle lui ferait une remarque sur ses nouveaux tatouages -. Comme il s'y attendait, Savannah lui fit une remarque - qui aurait pu paraître désobligeante mais qu'il savait affectueuse - en guise de salutations. "Faut bien qu'un de nous deux garde la ligne." répondit-il en simulant une pose de mannequin, du moins ce qui s'y apparentait selon lui. Il s'assit à ses côtés, sans détacher son regard de Savannah. "Je crois que tu sais déjà tout sur ma vie, non ? Ce qui est susceptible de t'intéresser du moins. Tu sais quoi on va jouer à un jeu. Je te dis un truc que tu ignores puis c'est ton tour..." Tim fit une moue songeuse, ce genre d'expression qu'il avait lorsqu'il faisait semblant de réfléchir. "Alors... oui j'ai une petite amie. A toi !"

Savannah ne tarda pas à aborder le sujet qui fâche. Tim, avec son sens aguerri pour éluder les questions contrariantes, n'eut pas trop de mal à détourner la conversation. "Will Schuester ? Pas vraiment." dit-il avec un sérieux si prononcé qu'il était difficile de ne pas y croire. "Le prends pas mal mais... pourquoi est-ce que tu es revenue à Lima ?" Question bien complexe à laquelle personne ne pouvait véritablement répondre. Tim s'était posé la même à son propos. Au départ c'était pour trouver une inspiration qui ne lui semblait que partielle mais finalement peut-être était-ce dû à la nostalgie. Quoiqu'il en soit, c'était curieux, de se dire que la période passée dans cette ville avait été à la fois la meilleure et le pire de sa courte vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) Empty
MessageSujet: Re: 00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016)   00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) EmptyDim 13 Nov - 18:38

Savannah connaissait très bien son demi-frère. Elle savait qu’il était content de la voir, eh oui ses yeux le trahissaient sans même qu’il s’en rende compte. Le sourire joliment dessiné n’avait toujours pas disparu même quand elle se sentit vexée quand il lui dit avec ironie que l’un deux devait garder la ligne. C’était juste pour rigoler après tout, du moins il avait intérêt … Elle fit une moue interrogative, la même que précédemment quand il lui parla d’un jeu. Un jeu ? Il était sérieux ? Curieuse manière pour que l’autre sache ce qu’il ignorait … mais elle ne rechigna pas et se contenta d’approuver de la tête comme faisait les blonde à la télé qui ne savaient pas quoi dire. Elle suivait chaque geste qu’il faisait, guettait chaque détail et se rendit vite compte qu’il venait de faire une moue songeuse. Elle haussa les sourcils quand il se décida enfin à commencer le soi-disant le jeu. Une petite amie … encore ? « Une petite amie ? Une rousse ? Une brune ? Une blonde ? Une grosse ? Une mince ? » Elle s’esclaffa et fit un immense sourire en essayant de rester sérieuse.« J’essaye de m’imaginer qui ça peut être bien tu vois, car la dernière que tu as eu … hum. » Elle inspira pour éviter de prononcer son prénom. Anna Preston. Au lycéen elle ne l’avait jamais apprécié et encore moins maintenant. Alors quand elle avait su qu’ils avaient rompu il n’y a guère longtemps elle était aux anges. Elle ne se serait pas gênée pour danser la macarena quand Tim lui a dit sauf qu’elle n’était pas dans le lieu approprié pour ce genre de chose. Avant de s’y prêter à son tour au jeu, elle avait déjà abordé le sujet qui faisait tant souffrir. Mais le jeune homme finit par l’éviter avec de l’humour. Savannah fit comme si de rien n’était pensant finalement que c’était une mauvaise idée de parler de lui. Elle aurait bien aimé continuer dans la bonne humeur et la rigolade mais son demi-frère en décida autrement. Le sourire disparut du visage de la jeune femme qui ne sut quoi dire durant quelques minutes. « Je pensais qu’en revenant ici … je comprendrais certaines choses … » Elle ne se donna même pas la peine de chercher à finir sa phrase, ça n’avait pas vraiment d’importance tout compte fait. « Mais je ne suis pas venue pour te parler de mes raisons ou plutôt des personnes qui m’ont poussé à venir faire mon spring break ici non ? » Elle fit un geste de la main pour chasser la mèche qui l’empêchait de voir correctement son camarade. Il n’avait pas changé depuis … la dernière fois qu’ils s’étaient vus. Ca remontait à pas mal de temps et pourtant c’était comme si ils ne s’étaient jamais quittés. Son regard, sa bouche, ses cheveux, rien n’avait changé mise à part un petit détail. Blondie ne put s’empêcher de remarquer qu’il gardait ses mains précieusement dans ses poches. Si elle ne le connaissait pas autant elle se serait dit que ce n’était rien, peut-être qu’il avait froid au mains, mais non. Il tentait de dissimuler quelque chose à sa demi-sœur. D’un geste doux, elle enleva sa main droite de sa poche et fut surprise de voir ce qu’il avait. « Toi je vais finir par t’appeler Mister Tatoos si ça continue. » Puis elle reposa sa main comme si de rien n’était.

Même en ayant passé du temps à Los Angeles, en essayant tant bien que mal de se créer de nouveaux souvenirs tous les plus beaux que les précédents, Blondie n’avait jamais oublié Lima. Elle n’avait jamais oublié chaque recoin de la ville, le magasin où elle avait bossé, les bars qu’elles écumaient pendant ses soirées avec Hallie non elle n’avait jamais oublié. Et puis des personnes telles que Ryder … elle ne l’avait jamais oublié. Même si leur relation avait été courte, des souvenirs avaient été créés, des sentiments s’étaient développés et ça elle ne l’avait jamais oublié. Tiens d’ailleurs en parlant de lui, Tim avait dit qu’ils diraient chacun leur tour un truc que l’autre ignorait. Et bien il ne le savait pas ça après tout ? Qu’elle était, au plus profond d’elle-même, revenu pour revoir et se donner une seconde chance avec Ryder ? Même si elle n’avait aucune envie de lui parler de ses raisons qui l’avait poussé à revenir, elle ne put s’empêcher de lui dire … « Si je suis revenue, c’est en partie la faute à Ryder. » Voilà c’était dit, et elle ne pouvait revenir en arrière. Au moins elle avait la franchise de dire tout ce qu’elle pensait. Savannah n’est pas le genre de fille introvertie qui cache ses sentiments oh non. Quand elle appréciait une personne elle ne se gênait pas pour lui faire comprendre par de multiples moyens, et quand elle détestait une personne là cette fille était bonne pour passer les pires heures qu’elle n’aurait même pas imaginé en voyant pour la première fois la jeune Williams. Et oui ami de Savannah ou ennemi tout le monde en prenait pour son grade en fait.

La jeune femme croisa ses jambes et scrutait toujours de ses petits yeux marron son demi-frère. Peut-être que ça allait l’énerver qu’elle ne détache point son regard de lui mais elle s’en moquait. C’était bizarre qu’il ait pris autant la conversation qui fâchait si bien. Qu’il avait eu avec autant de facilité à détourner la conversation. Même dans ses yeux, aucuns signes n’étaient présents pour lire dans ses pensées. Soit il s’en moquait bel et bien de son beau-père soit il jouait très bien la comédie. Blondie décida de ne pas se prendre la tête avec ça, elle ne voulait pas que son moral se brise subitement juste car elle a eu le malheur de mentionner le nom d’une personne qui ne s’intéressait guère à elle.
Katherine Pancol a dit : « Il faut toujours poser ses problèmes loin, loin parce qu’on les regarde différemment. On voit ce qu’il y a derrière. Quand on les a sous le nez, on ne voit plus rien. On ne voit plus la beauté, le bonheur qui demeure malgré tout, tout autour. »


Dernière édition par Savannah Williams le Ven 30 Déc - 16:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Timothy Ainsworth
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) Empty
MessageSujet: Re: 00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016)   00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) EmptyDim 20 Nov - 16:18

Timothy aurait bien aimé croire que Savannah était revenue à Lima pour lui mais il se résigna bien vite à garder cette pensée égoïste en tête. Il avait beau tordre la chose dans tous les sens, se torturer l'esprit comme jamais il ne l’avait fait, il n'arrivait pas à comprendre la raison pour laquelle Savannah aurait bien envie de renouer avec cette ville perdue d'Ohio qu'elle avait longtemps méprisée. Il se rappelait avec une exactitude certaine les propos qu'elle avait eu l'habitude de radoter, encore et encore, sans jamais s'en lasser, à savoir "ce n'est que temporaire". Au fond, même si Tim n'avait aucun lien de parenté direct avec Savannah, il devait avouer se retrouver parfois en elle. L'un comme l'autre devait être profondément masochiste pour s'infliger la peine de renouer avec un passé qu'ils avaient eu tellement de mal à oublier. A vrai dire, ils n'y étaient jamais parvenus. Savannah n'avait plus jamais entendu parler de son père du jour au lendemain, et même si Tim s'en réjouissait, il savait qu'elle en souffrait, malgré ce sourire apparent qu'elle aimait afficher.

Le garçon esquissa un rictus lorsqu'elle lui exigea certains détails. Pendant un instant il s'était autorisé à croire qu'elle passerait outre sa révélation et qu'elle continuerait à lui poser d'autres questions aussi personnelles les unes que les autres. Quel naïf faisait-il ; sa demi-sœur - comme il aimait toujours l'appeler, malgré le lien rompu entre leurs deux familles - n'avait pas changé. Encore au lycée elle aimait le bombarder d'interrogations en tout genre dans l'espoir de pouvoir le cerner, un jour. Il n'était pas certain de pouvoir affirmer qu'elle y était parvenue, mais toujours était-il qu'elle avait définitivement réussi à franchir une des nombreuses barrières protectrices qu'il avait lui-même érigé. Il eut un léger pincement au cœur au moment où elle évoqua, implicitement, le nom d'Anna. Tim avait toujours su qu'elle ne l'appréciait pas particulièrement, pour une raison qu'il ignorait, et la réciproque était cruellement existante. Lui, il était tiraillé entre les deux partis, forcé de jouer avec l'un le rôle de frère particulier et avec l'autre celui de petit copain peu conventionnel. Mais au fond, les histoires de filles ça ne l'intéressait pas le moins du monde et si ça n'en tenait qu'à lui il leur proposerait de régler leurs différends à l'ancienne... c'est-à-dire au moyen d'un combat de catch dans la boue. Cette pensée, aussi futile fut-elle, lui arracha un sourire presque indécent. Il tâcha enfin de se concentrer à nouveau sur Savannah, qui devait probablement mourir d'envie de savoir ce qu'il en était. "Blonde." mentit-il en opinant maladroitement du chef. Enfin il ne mentait pas tout à fait, à une époque Anna avait véritablement été blonde. "Et plutôt canon. Un peu comme tes amies de Los Angeles." ajouta-t-il avec un sérieux déconcertant. Il n’était plus certain de vouloir jouer à ce petit jeu, à savoir se dire des vérités que vraisemblablement l’autre n’avait pas envie d’entendre. Ce n’était un secret pour personne que Savannah préférerait en effet le voir au bras d’une bimbo de L.A plutôt qu’avec une rousse britannique qui se donnait malgré elle des airs supérieurs. L’expression qu’il affichait devint plus grave, comme lorsqu’il réfléchissait véritablement. "Tu avais quoi contre l'ancienne d'abord ? C'est encore à cause de cette histoire au lycée ?"

La suite s'enchaina un peu de façon mélodramatique, si bien que Tim plissa les yeux, comme s'il cherchait à repérer quelque chose dans le lointain alors qu'en réalité il tentait tout simplement de déchiffrer le message crypté de Savannah. Comprendre des choses ? Il haussa les épaules. Si elle le disait après tout. Puis dans élan de curiosité soudain elle sortit sa main de sa poche, sans même qu'il ne puisse réagir. Il se contenta de la gratifier d'un sourire un peu exagéré avant de la remettre à sa place. La perspicacité de Savannah l'étonnerait toujours, malgré ces airs extravagants qu'elle aimait se donner. C'était peut-être sa façon à elle d'éloigner les gens, comme lui le faisait en prétendant être froid et distant.

Apparemment la quête de réponses n'était pas la principale raison du retour de Savannah. Cette dernière évoqua le nom de Ryder de manière presque expéditive, comme si de toute façon elle se devait de le dire. Timothy nota seulement l'amertume dans sa voix et la distance qu'elle prenait. Il savait bien qu'elle avait vécu une histoire avec le musicien mais ce n’était que le temps, selon ce qu'elle lui avait rapporté, de quelques mois seulement. Si Ryder lui avait fait du mal il n'hésiterait pas à sonner chez lui pour mieux pouvoir le cogner. "De quoi Ryder ? Qu'est-ce qu'il a fait ?" demanda-t-il sèchement. "Tu veux que je lui règle son compte ?" Simple formalité d'usage, qu'elle lui donne sa permission ou non, il s'en donnerait à cœur joie.
Il soutint alors son regard, à l'affut du moindre signe qui trahirait ses émotions. D'accord il n'était pas très bon dans ce domaine, mais depuis qu'il occupait le poste de surveillant à McKinley, il avait appris à écouter les autres, même si parfois leurs propos rentraient par une oreille et ressortaient immédiatement par l'autre. C'était l'intention qui comptait après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) Empty
MessageSujet: Re: 00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016)   00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) EmptyMer 7 Déc - 18:23

Lorsque Mr. William avait quitté le domicile familial, Savannah s’était mise à penser que tous les hommes étaient pareils. Qu’importe leur âge, leur taille, leurs défauts, leurs qualités, leur statut matrimonial, à ses yeux ils étaient tous les mêmes. Quand elle connut son premier ‘’flirt’’ ou plus précisément son premier love, elle se rendit compte que dans ce monde qui semblait si funeste, si déprimant, qu’il y avait parfois des exceptions, qui réussissait à vous faire sentir exceptionnel un peu plus chaque jour. Mais malheureusement ceci ne fut qu’un vaste sentiment d’impression. Car son cœur finit par se briser une nouvelle fois, pour ne laisser qu’un trou béant qui ne pourrait apparemment jamais se cicatriser. Et pourtant, elle n’avait rien demandé à la vie. Elle n’avait pas prié pour que son père parte et qu’il fasse comme-ci de rien n’était en l’appelant une fois par mois quand elle daignait bien décrocher, elle n’avait pas demandé à cette imbécile dont elle était tombée amoureuse de se laisser draguer par sa pire ennemie de l’époque. Non elle n’avait rien demandé de tout ça. Mais au fils des années, elle a mûri, elle a grandi et a arrêté de rejeter la faute sur les autres, du moins pour certaines choses.

Blondie ne quittait toujours pas des yeux son demi-frère. Ses lèvres, ses cheveux, ses yeux, ses pommettes, tout était parfait chez lui. Elle aimait bien regarder droit dans les yeux les personnes qu’elle appréciait beaucoup, car pour elle c’était une façon de leur dire « Pour toi je serais toujours là ». Et son sourire, son joli sourire, son petit sourire limite indécent, c’était presque contagieux quand on le fixait trop. Soudainement, la jeune femme se demandait pourquoi il souriait joyeusement. Etais-ce sa compagnie qui le rendait si heureux ? Ou étais-ce ses pensées ? Non, ce serait naïf de croire qu’il souriait juste pour elle, oui bien trop naïf et égoïste. Après tout il a bien le droit d’avoir la tête ailleurs pendant qu’elle lui parlait, du moment qu’il ne lui faisait pas part de ses pensées … Savannah se tapa la paume contre le front, il fallait qu’elle arrêtait avec ses délires. Boire de la vodka à minuit en faisant des mélanges douteux ne la réussissait pas vraiment apparemment. Ahalàlà, quelle belle vie, que celle de la jeunesse. Elle soupira, signe qu’elle se trouvait stupide. Chose qui lui arrivait fréquemment ces temps-ci.
Quand Tim lui annonça que c’était une blonde sa soi-disant petite amie, puis se mettant à la comparer à ses amies de Los Angeles, la jeune femme se mit à suffoquer. Pendant un instant elle crut qu’il délirait. Et elle ne réussit à arrêter de s’étouffer avec sa propre salive que quelques minutes plus tard. Là encore, quand Savannah réagissait de cette manière c’était parce qu’elle n’arrivait pas à ‘’digérer ‘’ ce qui venait d’être dit. Un sourire amusé légèrement dessiné sur les lèvres, elle tenta de déstabiliser son demi-frère pour en savoir plus. « Je suis sûre que tu mens … ça existe pas des filles à Lima comme mes amies à Los Angeles. » Savannah aimait bien tenter de chercher ce que lui cachait son demi-frère, et ça depuis la première fois qu’elle l’avait rencontré. Elle avait ressenti ce lien qui les unissait, ce fil qui semblait si incassable et qui pourtant paraissait si fragile à vue d’œil. Pourtant au fond, ça lui faisait mal quand elle se rendait compte qu’il préférait lui cacher des choses au lieu de lui dire, car elle préférait entendre la dure, stricte et douloureuse vérité plutôt que de le voir ne rien dire, en se trouvant inutile à ses côtés … La voix grave du jeune l’a fit sortir de ses profondes pensées. « Quoi l’ancienne … ? » Savannah buta sur le mot qui suivit … il lui parlait bien de son ex petite amie, celle dont elle ne pouvait pas voir en peinture, en noir et blanc ni même en couleur ? Ô joie de reparler d’elle, encore une fois et de se rappeler les engueulades qui s’étaient passés au lycée. Un sourire très hypocrite s’étira sur ses lèvres. « D’abord je ne vois, mais alors pas du tout, de quelle histoire tu parles. C’est simple quand on me cherche on me trouve. » Après tout, c’était bien vrai, elle n’avait rien fait de mal, mise à part voir d’un mauvais œil son rapprochement avec son demi-frère, critiquer son physique ainsi que son style vestimentaire et éprouver un sentiment de colère intense au poing d’en vouloir venir aux mains. Oui, elle n’avait rien de fait mal, tout le monde faisait ça après tout.

A cette simple pensée, ce fut comme si le monde avait arrêté de tourner. Oui à ce point-là. Elle revoyait le visage d’Anna, son petit sourire malicieux qui en disait long sur ce qu’elle pensait et n’osait pas dire à la blonde, les propos qu’elle lui avait tenus, les mensonges … La jeune femme sentit son poing se raidir et le cacha derrière son dos, pour éviter que sa possessivité ne soit vue. Elle inspira puis expira, tentant de rester zen, d’essayer de ne pas penser de vilaines choses sur cette personne. Du coin de l’œil, elle vit le mouvement d’épaule de Tim qui ne sut répondre à sa dernière question. Certes elle n’avait pas été très compréhensible mais elle n’avait pas envie de jouer la demoiselle des films mélodramatiques. Soudainement, au moment même où elle allait reparler du jeune homme, Ryder, la principale raison qui l’avait poussé à revenir ici, un ton sèche la fit hausser les sourcils. Régler son compte … c’était quoi le problème ? Savannah ne comprit pas tout de suite la réaction de son demi-frère et mit quelques minutes à comprendre l’amertume qui avait été présent dans sa voix. Elle ne put s’empêcher de froncer les sourcils, et de répondre d’un ton irrité. La simple idée qu’il lui faisait quelque chose, qu’il se permettait de lui briser son cœur, n’était même pas envisageable et cela réussissait la mettait hors d’elle. « Ryder n’a rien fait qui mérite que tu lui mettes une droite ! Alors s’il te plait garde tes airs de petit frère protecteur pour une autre fois. » En quelques minutes, Savannah passait pour une folle qui était prête à sortir les griffes s’il le fallait. Se rendant compte du ton qu’elle avait pris elle se racla la gorge et baissa la tête. « Désolé, je … c’est pas à toi que je dois m’en prendre. »


Dernière édition par Savannah Williams le Lun 13 Fév - 18:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Timothy Ainsworth
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) Empty
MessageSujet: Re: 00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016)   00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) EmptyLun 19 Déc - 15:28

S'asseoir près de Savannah, partager quelques confidences, un passé même, jamais Timothy n'aurait imaginé ça possible. Elle était tout ce qu'il détestait - ce qui n'était pas très difficile, après tout. Elle était le jour et il était la nuit. Mais il devait bien concéder que certaines choses devaient se produire d'une certaine façon. Croire au destin c'était ridicule, mais comment pouvait-on faire autrement ? Force était de constater que depuis le premier jour où il avait découvert son existence longtemps dissimulée, les évènements s'étaient enchainés dans un ordre et une logique contre lesquels il était impuissant. Et dans un sens il remerciait ce destin de lui avoir apporté une sœur qu'il n'aurait pu avoir autrement, aussi différente était-elle de lui. C'était après tout ce qui faisait la singularité de leur relation, cette complicité surprenante à laquelle eux-mêmes avaient du mal à croire. Encore maintenant Tim se demandait si tout ceci était possible, même s'il était désormais tout à fait conscient que rien au cours de sa vie ne se déroulait comme prévu. Savannah n'était qu'un exemple parmi tant d'autres.

Paradoxalement, il admirait chez elle sa spontanéité autant qu'il la détestait. Parfois il aurait apprécié la voir réfléchir plutôt que débiter des inepties aussi grosses que ses cheveux étaient blonds. Le pire, c'était de constater à quel point elle était sérieuse et qu'elle ne se doutait pas un instant de ses torts. Il ne pouvait pas lui en vouloir après tout, lui non plus ne s'en rendait pas forcément compte lorsqu'il agissait mal. C'était encore un point qu’ils avaient tous les deux en commun. Et la liste était loin d'être exhaustive, si bien que Tim se demandait parfois s'il avait fait les bons choix dans le passé. N'aurait-il pas mieux fait de trainer avec des gens qui lui ressemblaient un peu plus mentalement que physiquement ? Il fronça imperceptiblement les sourcils, proie à ses propres doutes. De toute façon juger sur autre chose que les apparences ça n'avait jamais été son truc. Peut-être avait-il tort, mais il se complaisait dans son ignorance et son opiniâtreté. Apparemment Savannah pensait exactement de la même façon puisqu'elle lui confia douter de l'existence de filles typiques de L.A à Lima. Tim roula machinalement des yeux, même s'il était on ne peut plus d'accord. Les Cheerios de McKinley avaient beau agir comme tel, elles se feraient sans doute manger dans la cité des anges. Il se contenta alors d'un hochement d'épaule qui voulait à la fois tout et ne rien dire. "C'est problématique dans ce cas, parce que je t'avoue que moi non plus je ne vois pas de quelle histoire je parle." dit-il en la soutenant du regard. C'était vrai, il était au courant que la rancune de sa demi-sœur prenait sa source directement à l'époque du lycée, mais jamais il n'avait vraiment compris l'origine de cette inimitié qu'il ne parvenait plus à supporter. "Quand tu seras disposée à m'expliquer, tu me feras signe." ironisa-t-il avec une pointe d'affliction à peine marquée.

Savannah sembla se brusquer soudainement, comme si Timothy avait touché un point sensible. Était-ce parce qu'il avait mentionné implicitement le nom d'Anna ou parce qu'il avait réagi de façon un peu trop impulsive à l'évocation de celui de Ryder ? Décidément les deux jeunes adultes n'étaient présentement pas sur la même longueur d'onde. C'était même tout l'inverse. Ils se braquaient lorsqu'il fallait compatir ou encore blaguaient lorsqu'il fallait être sérieux. Au final la conversation n'avançait tout bonnement pas.
Tim ne répondit pas immédiatement à la remarque acerbe de sa demi-sœur qui ne tarda pas à s'excuser de s'en être pris à lui de la sorte. Il laissa planer un certain doute, le visage totalement impassible. "Je n'ai jamais spécifié vouloir lui mettre une droite, mais apparemment c'est ce que veut ton subconscient." confia-t-il avec un sérieux particulièrement inopportun. "Tu dois bien admettre que ta réaction démontre un certain malaise." ajouta-t-il en opinant du chef. Seigneur Dieu voilà qu'il se mettait à parler comme sa psy... "C'est le moment où je dois t'écouter c'est ça ? Alors vas-y, tu peux me parler. Mais tu sais bien que je n'ai jamais aimé Ryder, tout comme tu n'as jamais aimé Anna. Faut faire avec." avoua-t-il avec une certaine mélancolie. Parfois il aimerait pouvoir passer outre ces sentiments de haine qu'il éprouvait à l'égard de certaines personnes mais il ne pouvait y parvenir. La psychologue qu'il avait suivi pendant une année lui avait pourtant répété qu'il devait extérioriser ses sentiments d'une manière ou d'une autre, et pour lui il avait toujours été limpide que la musique exerçait ce rôle libérateur, cependant il n'avait plus gratté des cordes depuis plusieurs mois. Et dans un sens ce n'était pas de la haine qu'il éprouvait à l'égard de Ryder, simplement du mépris mêlé à une constante suspicion. Foncièrement, Timothy ne savait que trop ce que pouvait ressentir Savannah lorsque le sujet aussi tabou qu'inévitable d'Anna était mis sur le tapis. C'était bien ironique d'entendre la blonde lui reprocher de jouer les petits frères protecteurs alors qu'elle faisait exactement la même chose de son côté. Si seulement ces deux là parvenaient à l'admettre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) Empty
MessageSujet: Re: 00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016)   00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) EmptyVen 23 Déc - 15:48

Fuis moi je te suis, suis moi je te fuis. S’il fallait décrire la nature de leur relation, c’est ainsi que Savannah la décrirait. Elle détestait cette façon qu’avait Tim de la comprendre alors qu’elle faisait tout pour qu’il soit perdu, cette façon qu’il avait de la faire rire alors que la situation n’était pas drôle. Elle le détestait autant qu’elle adorait. Etrange n’est-ce pas ? Comment elle, la jeune fille blonde qui rendait jalouse la moitié des filles, semblait ne pas avoir la capacité émotionnelle d’une petite cuillère ? Question qui restait sans réponse malheureusement.

Blondie avait relevé la tête pour soutenir le regard de son frère qui affichait toujours ce visage d’ange comme si de rien n’était. Au fond, elle se demandait si un lien de famille ne les avait pas unit à l’époque s’ils se seraient rencontrés, et seraient devenus amis … Sûrement pas, chacun jugeant trop pour les apparences. Elle était sûre déjà que la première fois que le jeune homme l’avait vu, le premier mot qui était sorti de sa bouche s’était « Barbie » ou encore « Bimbo », ce n’était pas la première fois qu’on lui faisait cette remarque. De son côté quand elle avait rencontré Tim, elle avait osé les sourcils, pensant que c’était une plaisanterie et avait pensé tout bas « C’est quoi ce rebelle-là ? », car physiquement il n’en avait pas l’air, à Los Angeles les seuls rebelles qu’elle connaissait c’était ceux qui l’abordait dans la rue avec leur moto flambante neuve, le bandana dans les cheveux, les lunettes noires et la clope dans la bouche. Oui, le parfait type que l’on se faisait du véritable rockeur en gros. Mais elle avait découvert que son demi-frère en était un, juste qu’un jour, à un moment de sa vie, Dieu avait eu pitié pour lui sans doute et a effacé la moitié de ses péchés pour en faire une personne gentille. La jeune fille esquissa un demi-sourire à la simple idée d’imaginer ça. En fait imaginer Tim comme une personne hyper gentille en mode bisounours c’était comme l’imaginer elle en … en paysanne du coin tiens ! Oui c’était tout bonnement inimaginable. La voix grave de son camarade la fit brusquement sourire, mais elle ne répondit pas à son ironie. Du moins durant quelques minutes car elle ne pouvait s’empêcher de lui renvoyer la balle comme au tennis. « Tu sais je crois que tu as des problèmes psychologiques petit frère, tu parles d’une histoire mais tu ne sais pas laquelle … c’est l’Alzheimer qui te guette. » Elle faisait tout pour l’embêter, que ce soit ironique ou non, elle savait très bien que ça allait marcher et cela la faisait rire.
Elle ne le quittait pas des yeux, remarquant bien qu’il faisait tout pour rester impassible à chacune de ses paroles. Lorsqu’il commença à faire son psy, elle se demandait à quoi il jouait ? Avant de sourire encore une fois, ce sourire qui voulait dire que oui à ce moment-là il venait bien de la faire rire. Sa réaction démontrait un certain malaise … Non mais qu’est qu’il ne fallait pas entendre, elle avait envie de lui dire que ça c’était juste dans ses rêves mais elle ne lui dit pas, car il avait bel et bien raison. Quand il avait commencé à lui parler de Ryder, tout de suite pleins de souvenirs lui étaient revenus en mémoire mais aussi le manque qu’elle avait ressenti toute seule à Los Angeles, se disant qu’elle avait fait une bien belle et grosse erreur. Et même si elle faisait tout pour le cacher apparemment elle était une mauvaise comédienne. Tim lui dit qu’il détestait Ryder tout comme elle détestait Anna, chose qu’elle ne savait pas. Elle aurait pu très bien faire la fille choquée du genre qui ne savait pas mais elle le savait et s’en fichait. On ne choisit pas qui notre cœur, notre âme, notre subconscient choisit d’aimer après tout sinon la vie serait un long fleuve tranquille … et bien trop ennuyeux à notre goût. « Joue pas les psys, je n’ai pas fait tout ce trajet de Los Angeles, pour t’entendre parler comme un … un … un psy ! » Certes elle aurait pu lui parler étant donné qu’il avait l’air d’être parfaitement attentif aujourd’hui sauf qu’elle n’en avait pas envie. Elle ne voulait pas gâcher ce moment avec des sornettes à savoir le pourquoi du comment il détestait le jeune homme, pourquoi elle, elle détestait autant la rousse. Même si il fallait qu’elle se rendre à l’évidence qu’elle tentait de protéger son petit-frère alors qu’il n’en avait nullement besoin. Autant facile à faire surtout qu’elle ne le faisait pas exprès, elle aurait bien voulu que son grand frère Chris fasse la même chose mais il ne l’a jamais compris. Du moins … il n’a jamais cherché à comprendre le comportement capricieux sa petite sœur.

Savannah avait une manie, une affreuse manie. Du moins si on pouvait employer ce mot là pour qualifier la chose. En fait elle ne pouvait s’empêcher de chercher à comprendre, à capter son demi-frère, et ça depuis qu’elle l’avait rencontré. Parfois son changement d’attitude suffisait à lui donner mal à la tête, il semblait cacher des choses, comme tout le monde. Mais elle s’était rendu compte qu’elle agissait pareil avec lui sans s’en rendre compte. Chien et chat, souris et chat, elle pouvait dire toute sortes de noms d’animal pour définir son amitié avec lui mais aucun n’existait pour dire qu’il se ressemblait, ne faisait qu’un. Peut-être que ça devait être dans les gênes de son père un truc dans ce genre comme on entend à la télé, elle n’en savait rien. Elle savait juste en ce moment que s’ils réagissaient pareils lorsqu’un lancer un sujet tabou sur le tapis, la conversation n’allait jamais changer, ce qui semblait un véritable problème.
Passant la main dans ses cheveux, la jeune fille prit une voix faussement aiguë moqueuse. « Je n’aime pas les gens qui mentent tu vois du genre, oui mademoiselle Williams j’ai bien embrassé votre chère demi-frère, je sais c’est mal ! » puis elle reprit sa voix normale « Et puis toi déjà je ne vois pas comment tu as fait pour sortir avec elle. Okay je sais tu as des goûts bizarre en matière de fille car oui Joyce ou Jesse ou jesaispasquoi enfin mon ex de chez ex meilleure amie cheerio tu es allé avec elle au bal du lycée. Je ne sais pas si tu le fais exprès ou non mais à chaque fois mais tes ex sont toujours des personnes que je ne supporte pas. » Dans le genre franc, direct, il n’y avait pas mieux. « Enfin bon tu n’y peux rien, ça doit être la testostérone ! » Puis elle lui tapa gentiment dans le dos. Elle savait qu’il allait répliquer quelque chose, qu’il pensait qu’il n’y avait pas que ses cheveux qui étaient blonds, mais elle s’en moquait.
Revenir en haut Aller en bas
Timothy Ainsworth
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) Empty
MessageSujet: Re: 00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016)   00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) EmptyDim 8 Jan - 17:24

En son for intérieur Tim espérait bien que Savannah éluderait le sujet, comme elle le faisait toujours. Il n'était pas certain de vouloir l'entendre dire que Ryder valait bien mieux qu'Anna, et dans un sens il savait bien qu'elle garderait cette pensée en tête sans jamais la lui annoncer clairement. Il était même persuadé qu'elle s'arrangerait pour tourner la situation à son avantage; il aurait fait la même chose à sa place. Paradoxalement une partie de lui voulait qu'elle se confie tandis qu'une autre était parfaitement consciente que c'était une peine perdue. Il n'avait pas envie de paraître égoïste, mais en prétendant être une oreille attentive il gardait bien à l'esprit que jamais Savannah n'avait eu besoin de vider son sac en sa présence. Elle était bien trop fière et subtile pour ça. A la place elle aimait lui faire comprendre que les choix qu'il faisait ne lui plaisaient pas. Curieusement il faisait la même chose. Et lui comme Savannah savaient très bien que l'avis de l'autre valait autant que l'estime qu'ils avaient eue à l'égard de M. Williams. Ils le savaient, mais n'en tenaient jamais compte.

Ce sarcasme dont elle faisait preuve, il avait l'impression de se prendre un boomerang en pleine figure. Et même si cela pourrait paraître grandement masochiste, il appréciait. S'il y avait bien une chose pour laquelle il serait éternellement reconnaissant envers M. Williams, c'était d'avoir eu une fille qui ne se laissait pas faire. Autrement leur relation aurait été tellement plate et sans intérêt. Tim détestait ce genre de personne qui encaissait les coups sans répliquer, parfaitement stoïques en toutes circonstances, comme pour prouver à leurs bourreaux que la bave du crapaud n'atteignait jamais la blanche colombe. C'était des conneries, personne n'était intouchable, pas même les Cheerios ou les Footballeurs à l'époque de McKinley. Avec Savannah cependant, Tim avait presque l'impression de l'être. Elle avait beau l'insulter subtilement de tous les noms il n'arrivait pas - ou du moins plus - à le prendre mal. "Ouais c'est ça, ça doit être contagieux alors." dit-il en feignant l'indifférence. "Rappelle-moi de ne pas compter sur toi si jamais j'oublie des choses, hein."
Si seulement Anna était plus coopérative. En vérité lorsqu'il lui demandait à elle d'où venait cette inimitié elle le renvoyait avec tout le naturel du monde vers Savannah. Avec le temps Tim avait fini par se dire que la raison de leur mésentente devait vraiment être débile pour qu'elles s'acharnent tant que ça à la garder pour elles. Tant pis, elles auraient fait de merveilleuses amies... ou pas.

Savannah ne s'en rendait peut-être pas compte, mais ce sourire qu'elle esquissait lorsque Tim touchait un point sensible était particulièrement évocateur. Elle aurait beau jouer les réfractaires avec lui qu'elle ne parviendrait pas à lui faire croire que tout allait bien dans sa tête. Il était pareil, et on n’apprenait certainement pas au singe à faire la grimace, elle devait le savoir depuis le temps. Alors quand elle jouait les amusés, les détachés, les imperturbables, Tim voyait qu'elle souffrait en silence. Combien de fois avait-il échappé un rire jaune dans le bureau de la psychologue ? Un rire qui ne valait rien mais qui en disait pourtant beaucoup. Savannah ne tarda d'ailleurs pas à lui faire remarquer qu'il prenait ce ton condescendant qui caractérisait particulièrement les psychologues. Elle ne lui avait certes pas dit de cette manière, mais il l'avait lui-même ressenti. Voilà pourquoi il était un si piètre confident. "Ouais, désolé." se contenta-t-il de répondre en détournant les yeux. C'était étrange mais à cet instant il ne se sentait plus capable d'affronter le regard de Savannah. Peut-être parce qu'il avait peur d'y voir le reflet du sien ? Heureusement pour lui Savannah n'avait pas dit son dernier mot. Machinalement il se tourna à nouveau vers elle lorsqu'elle imita une voix qu'elle pensait être celle d'Anna... du moins c'était ce qu'il croyait. Il fronça les sourcils, comme il le faisait souvent pour afficher son mépris sans avoir besoin d'ouvrir la bouche, un sourire en coin. Elle reprit alors de plus belle en lui suggérant une liste de ses potentielles erreurs. A vrai dire c'était elle qui avait tort, mais Tim se contenta d'afficher un air amusé, bien que profondément irrité. "Tu me fais rire Savannah, tu parles sans savoir." accorda-t-il en hochant inlassablement la tête. "Avec Joyce c'était simplement pour ruiner le bal, mais ça s'est arrêté là. Par contre toi tu étais son amie, alors il faudrait revoir ton jugement... Je vais pas systématiquement te demander si tu t'entends bien avec untel ou untel pour pouvoir envisager une relation, si ?" demanda-t-il par pure rhétorique. "Puis pour te dire la vérité, je suis de nouveau avec Anna." Voilà, il l'avait dit. Il cacha un instant sa tête dans ses mains puis leva les yeux au ciel. Apparemment il n'allait pas tarder à pleuvoir des reproches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) Empty
MessageSujet: Re: 00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016)   00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) EmptyVen 13 Jan - 19:19

Savannah se doutait qu’avec Tim ce n’était pas efficace de jouer la carte du je vais bien ne t’en fais pas. Tout simplement car il avait appris à la connaître, il la connaissait, elle et toutes ces techniques de déviations … à la longue c’était tellement évident que cela devenait même flagrant. Elle n’aimait pas s’énerver du moins en quelque sorte. Qui aimait s’énerver après tout ? Mise à part les folles furieuse incarcérées dans le lieu approprié. Mais elle n’était pas être trop sentimentale non plus. Elle n’aimait pas qu’on la voit douce, fragile, innocente telle une poupée de porcelaine. Tout simplement car cela pouvait donner de multiples opportunités à ses ennemis, à ceux qui souhaitent à tout prix la faire souffrir. Et ça ce n’était même pas envisageable.

L’indifférence que semblait lui montrer parfois Tim, la faisait rire. Certaines personnes se seraient blessés suite à un comportement semblable, mais non, elle ça la faisait rire. Ils avaient leurs codes à tous les deux, comme de véritables frères et sœurs. L’ironie dont ils faisaient preuve, les pics lancés en plein visage, tout ceci étaient ironiques et tous les deux le savaient très bien. De toute manière jamais aucun n’essayerait d’aller plus loin, cela serait se risquer à franchir une limite bien trop dangereuse aux yeux de l’autre. « C’est avec plaisir que je te ferais rappeler une chose pareille, t’inquiète. » Elle aimait bien apercevoir son petit sourire en coin, c’était toujours agréable de voir une personne que l’on appréciait rire à ses sarcasmes au lieu de se refermer sur lui-même. Mais elle ne se rendait pas compte qu’en fait elle affichait sans le vouloir toutes ces pensées. Ses yeux, ses lèvres, son visage la trahissait même si elle s’en doutait un tout petit peu. Elle savait que son demi-frère la connaissait suffisamment pour savoir quel était le bouton sur lequel il était appuyé et où était marqué « Attention point sensible ! ». Peut-être qu’en fait s’ils n’avaient pas été liés par un père minable, du moins un père c’était assez grand comme mot, ils auraient pu devenirs amis, de véritables amis comme on voyait dans les films. Peut-être qu’à deux ils auraient pu cacher un corps ensemble dans la forêt et surmonter ce secret ensemble, même en préférant tout perdre que de dénoncer son ami, comme les héroïnes de Desperate Housewives. Et peut-être que la fameuse citation, proverbes « Les opposés s’attirent. » leur correspondait mieux que « Qui se ressemble, s’assemble. »

Savannah croisa le regard de Tim avant de s’apercevoir qu’il détourna rapidement le regard. Elle ne se demanda pas pourquoi, n’y attachant pas vraiment d’importance. Ses yeux se posèrent sur un bébé et sa mère. Un magnifique duo très touchant qui lui était donné en spectacle. Durant quelques minutes, elle ne dit rien, trop occupée à regarder cette mère et son fils qui dégageaient une complicité flagrante. Elle ne retourna à son camarade qu’après s’être posé quelques questions. Toujours les mêmes qui tournaient en boucle. Elle le laissa parler sans l’interrompre mais ne pouvant s’empêcher de se mordre la lèvre inférieure, signe qui voulait tout dire. Il lui parla de Joyce, lui expliqua certaines choses … du moins c’est ce qu’elle crut comprendre car à vrai dire elle ne s’était jamais vraiment intéressé à l’histoire qu’ils avaient pu avoir entre eux. A ses yeux Joyce avait été un de ses amis d’erreur, une erreur qu’elle avait croisé dans sa vie et maintenant elle s’en mordait les doigts d’avoir perdu autant de temps avec une personne aussi détestable. « Il faudrait que je te fasse une liste un jour. Une liste de toutes les filles que je déteste. Comme ça tu pourras te réjouir que je ne fasse plus aucunes critiques sur tes conquêtes féminines. » Pour faire mine d’être sérieuse, elle dévia le regard sur le côté comme si elle réfléchissait subitement. Puis un sourire en coin apparu sur son visage d’une beauté flagrante. « Non je rigole. » Elle aurait même été capable de rigoler à sa propre blague. Elle aimait bien jouer avec lui, ce petit jeu taquin la faisait sourire. Qui aime bien châtie bien après tout. Quand elle vit ses lèvres bouger, elle crut qu’il allait répondre une fois de plus à l’aide de sarcasmes comme à son habitude, mais ce ne fut pas le cas. Son sentiment face à les paroles qu’elle venait d’entendre fut assez bizarre. Tout d’abord elle crut à une mauvaise plaisanterie, mais vit qu’il était sérieux rien qu’à sa façon de lever les yeux au ciel en regrettant de l’avoir dit. Puis un sentiment de choc la traversa, puis l’incompréhension pour se finir en haine. A aucun moment elle ne ressentit un sentiment de compassion, non même pas durant une minuscule petite seconde. Ses lèvres formèrent un ‘’o’’ avec une grande difficulté à décrocher un sourire. « Attends … tu déconnes là ? » Ça c’était ce qu’elle appelait la phase douceur. Le moment où elle se rendait compte que son pire cauchemar n’était pas véritablement en train de se réaliser. Ensuite elle allait enchaîner sur la phase … qui était moins douce que l’autre. « Tu es de nouveau avec … avec la rousse ?! » Elle inspira calmement, tentant de prendre un ton non agressif mais en vain. « Mais c’est n’importe quoi ! On ne ressort pas avec une personne sous prétexte que … que on réalise qu’en fait on est amoureux d’elle ! Soit on rompt soit on reste avec ! » Durant les minutes qui défilèrent elle ne put se résoudra à voir la vérité en face. Elle pensait que Tim la faisait tourner en rond, qu’il prenait un malin plaisir à l’irriter. Ce qui marcha car le simple fait de qualifier Anna par « la rousse » lui avait rappelé son visage dans sa tête comme une sorte de flash, chose qu’elle aurait bien aimé ne pas avoir eu. Elle expira, puis inspira, à plusieurs reprises dans un rythme effréné. Il fallait qu’elle se contrôle. C’était stupide après tout de se mettre dans des états pareils pour ça … mais il y avait de quoi c’était bien vrai. Même si sa récente phrase n’avait aucun sens … elle l’avait juste dis pour irriter à son tour son demi-frère. Sans doute la plaisir elle avait dit ça sous le coup de la surprise, de la haine. Hypothèse qui semblait vrai.
Blondie claqua violemment le talon de sa chaussure de marque sur le bitume. Non ce n’était juste pas possible. « Quand t’a décidé de me faire mourir d’une crise cardiaque en te remettant avec ta … avec ton … ton amie … elle t’a refilé son humour de clown malade ou quoi ? » Elle faisait un effort, voir même un immense effort pour tenter de paraître la plus agréable possible. Mais ceci ne marchait pas. Elle n’avait pas réussi à reprendre calmement le contrôle de son esprit pour tourner sept fois sa langue dans sa bouche et pour éviter de critiquer ouvertement la jeune fille devant Tim. Non elle n’avait pas réussi comme c’était très malheureux d’ailleurs. Parce qu’il venait de franchir la limite vu comme étant dangereuse aux yeux de la jeune styliste.
Revenir en haut Aller en bas
Timothy Ainsworth
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) Empty
MessageSujet: Re: 00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016)   00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) EmptyVen 27 Jan - 16:09

Savannah était-elle prévisible ou la connaissait-il assez bien pour pouvoir prédire ses moindres réactions ? Timothy hésitait, même si foncièrement il était conscient que sans les heures passées à ses côtés il n'aurait pu anticiper ses actes et ses paroles. C'était même bien plus compliqué que ça. En vérité Savannah était aussi imprévisible qu'il ne l'était. L'ironie était qu'avec le temps, ils avaient fini par comprendre le mécanisme de cette impulsivité dont ils faisaient preuve quelque fois. Au final, l'inconstance était devenue constance et ils en maniaient les ficelles avec une négligence certaine. Pouvait-on vraiment, une fois dans sa vie, assurer avec certitude que tel propos provoquerait telle réaction ? Sans s'en rendre compte Tim jouait avec le feu. Il croyait connaître Savannah tellement par cœur que cela lui octroyait un passe droit pour tout et n'importe quoi. Il savait qu'elle allait mal prendre sa révélation. Il savait qu'elle dresserait un portrait peu élogieux d'Anna pour lui prouver à quel point il valait bien mieux. Mais il savait également que la crise serait passagère et que ce n'était qu'une étape qu'il se devait de franchir tôt ou tard.

Plus tôt que tard, apparemment. Les mots lui avaient échappé mais pour une fois dans sa vie il n'avait pas envie de les ravaler. Il en subirait les conséquences, mais ce n'était pas quelque chose qu'il regretterait une fois le verdict tombé. L'avis de Savannah lui importait paradoxalement beaucoup et tellement peu. Beaucoup parce que d'une façon ou d'une autre il était proche d'elle, et que le mépris qu'elle éprouvait pour Anna - un mépris partagé - l'atteignait malgré tout, et peu parce que, fidèle à lui-même, il se fichait bien de ce que pouvaient penser les autres de ses choix.

La voix de Savannah, teintée d'un paternalisme qu'il aurait apprécié qu'elle dissimule davantage, lui fit machinalement redescendre les yeux. Il défia alors son regard, tout en réalisant l'attitude choquée qu'elle prenait. Peut-être n'était-il pas si prévisible pour elle après tout. Sa relation avec Anna n'avait cessé de faire les montagnes russes, il était presque évident qu'un jour ils finiraient par revenir ensemble. C'était du moins ce qu'il en pensait. Il laissa s'échapper un rire jaune lorsque Savannah lui fit un sermon en carton. Le pire, c'était qu'elle était on ne peut plus sérieuse. "Et ça sort d'où ça ? demanda-t-il en levant un sourcil interrogateur. "Vous les filles et vos codes sacrés. Règle n°1 ne pas sortir avec l'ex de sa meilleure amie. J'en ai rien à faire de vos règles moi, je fais ce que je veux. Et c'est pas si simple figure-toi."
C'était très loin d'être simple. Savannah croyait-elle vraiment qu'en amour il n'y avait pas de retour possible en arrière ? Tim fronça les sourcils, songeur. Certes, c'était une fille et elle était plus au courant que lui de ces choses là, mais quelque chose lui disait que c'était davantage son animosité envers Anna qui parlait que sa conscience sentimentale. Quelle mauvaise foi. Lui énoncer des principes tout à fait improvisés dans le seul but de le faire culpabiliser. Elle le connaissait assez pour savoir qu'il se jouait bien des règles. Comment pouvait-elle affirmer de tels propos alors que son malaise évident lorsqu’elle parlait de Ryder démontrait l’inverse ? En réalité elle était sans doute lâche alors que Tim avait l’audace de se battre pour ce qui lui tenait le plus à cœur… Du moins en ce qui concernait ses sentiments. D’accord c’était Anna qui était revenue et qui avait fait le premier pas mais il se persuadait qu’il aurait fait la même chose, tôt ou tard. D’accord il l’avait repoussée, mais c’était simplement parce qu’elle ne l’avait pas préparé à ce retour inopiné. Finalement, il avait cédé. Peut-être que Savannah luttait contre les mauvais sentiments. Elle essayait vainement d’éteindre une flammèche alors que sa peur décimait derrière elle une forêt entière. Non, définitivement elle n’avait aucune leçon à lui donner.

Pourtant, Savannah n’en avait sans doute pas terminé avec sa mauvaise foi. Elle accompagnait ses paroles de gestes qui se voulaient menaçants mais que Timothy trouvait plutôt amusant. C'était la première fois qu'il voyait Savannah aussi remontée. Il espérait en tout cas avoir l'air plus convaincant qu'elle lorsqu'il s'énervait. "Et elle s'appelle Anna. Tu ferais bien de graver ce nom dans ta mémoire parce qu'il ne risque pas de s'en aller de si tôt. An-na." dit-il en découpant les syllabes plus pour se moquer que dans un élan de considération soudain. "D'aileurs c'est pas de l'humour de clown malade, c'est de l'humour anglais. Tu ferais mieux de faire semblant de le comprendre sinon tu lui tendrais la perche pour qu'elle te méprise." Et Dieu sait qu'elle n'en a pas besoin, pensait-il. Il soupira et hocha inlassablement la tête. "Tu t'en remettras Savannah. Je ne te demande même pas d'approuver quoique ce soit. Juste de respecter." avoua-t-il avec une certaine mélancolie. Au fond il n'était pas parfaitement honnête. L'approbation de sa demi-sœur lui importait autant que ce soi-disant respect. Et il s'assurerait personnellement que les choses s'arrangent, elle n'en dispenserait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) Empty
MessageSujet: Re: 00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016)   00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) EmptyLun 13 Fév - 20:50

Savannah ne se rendait pas compte que les passants l’observaient. A vrai dire elle s’en fichait. La seule chose qui la préoccupait en ce moment même c’était la révélation que venait de lui faire son demi-frère. Du moins révélation était un bien grand mot … même confession ne suffisait pas pour décrire ce qui venait de lui dire.
La jeune fille se mordillait la lèvre, elle n’avait pas envie de critiquer Anna ouvertement devant Tim, elle n’avait pas envie de passer pour une garce sans cœur … Mais après tout ce n’était pas de cette façon dont elle était perçue par les autres ? Même quand elle ne disait rien mise à part rigoler et sourire d’un air innocent ? A croire qu’une étiquette était collée sur son front et que seule elle-même ne la voyait pas … A part ses vrais amis qui se comptait sur les doigts d’une seule main et encore, personne ne voyait au-delà des apparences avec elle. Certes elle ne les jugeait pas pour ça vu qu’elle aussi être un être humain, une jeune femme qui ne voyait pas au-delà de la première impression, elle se contentait juste de faire comme si cela ne l’atteignait pas sauf qu’en fait derrière toute cette mauvaise foi se cachait un cœur qui tentait de battre comme si de rien n’était, comme si de rien n’était malgré toute ces épreuves.

« Règle n°1 : Ne jamais passer le petit ami avant ses amies. Revois tes classiques mon vieux.» Son ton était las, monotone, elle ne se rendait même pas compte qu’elle avait dit ça comme si c’était évident dans un murmure à peine audible. Chaque mot qui sortait de la bouche de son demi-frère était comme un électrochoc. En fait elle se sentait blessée, blesser dans son orgueil. C’était stupide à dire pas vrai ? Etre blesser dans sa fierté ahah. Elle avait toujours eu une mauvaise image d’Anna, elle s’était dit qu’elle avait raison, que cette fille n’était pas faite pour celui qu’elle qualifiait comme étant son petit frère, qu’un jour elle allait le faire souffrir et que ce jour c’était elle qui allait devoir réparer les pots cassés. Sa nature possessive prenait le dessus sur elle-même … ce défaut commençait à l’anéantir petit à petit … c’était connu, chaque personne qu’on prenait le risque d’aimer était une personne qu’on prenait le risque de perdre. C’était de l’amitié oui purement de l’amitié qu’elle ressentait envers Tim. Car elle n’osait voir la vérité en face, enlever ce fichu brouillard qui lui cachait la vue. Ce n’était pas de l’amitié qu’elle ressentait envers Tim mais bien de l’amour fraternel. Nier … rigoler … c’était tout ce qu’elle savait faire. Voir la vérité en face … non elle n’avait jamais appris ça. Ryder lui avait déjà fait remarquer d’ailleurs. La première fois qu’il s’était rencontré puis à partir de là quand ils s’étaient vus un nombre incalculable de fois, elle avait fait mine de ne pas ressentir les petits battements irréguliers de son cœur à chaque fois qu’il lui frôlait la main soi-disant pour faire exprès, à chaque fois qu’elle baissait les yeux dès qu’il se mettait à la fixer en souriant. Oui, Savannah était une pure comédienne quand il fallait s’avouer quelque chose à soi-même. « C’est bon j’ai compris ! Elle s’appelle Anna ! Pas besoin de chercher à me crever les tympans en répétant ce prénom ! » Son moment de réflexion avait fait place à son humeur quotidienne. A l’humeur qui l’avait soudainement envahit quelques minutes. C’était un mélange d’incompréhension voir même de douleur.
Sa tête pivota du côté de Tim. Il savait qu’il n’aurait jamais dut lui dire mais au fond cela avait été la meilleure chose à faire. C’était vrai après tout. La pire des vérités à entendre c’était celle que l’on n’avait jamais osé dire alors que l’on avait l’occasion. Autant souffrir maintenant que des décennies plus tard pour des paroles jamais prononcées. Elle s’en remettrait … peut-être un jour, peut-être dans dix ans voir même peut-être demain. Elle n’en savait rien. Une question tournait en boucle dans sa tête, elle ne comprenait pas pourquoi il lui disait ça. Elle le connaissait assez, avait appris à voir la vérité dans ses yeux, pour savoir qu’il fessait mine qu’il se fichait de son opinion. Sinon à quoi bon cela servait de lui dire qu’il ressortait avec la toute première rousse qu’il avait rencontré dans sa vie pas encore terminé ? « Je sais que tu aimerais que je fasse comme si de rien n’était mais … j’y arriverais pas. Pas sur ça tu vois. » Elle passa la main dans ses cheveux s’arrêtant dans ses paroles, avant de se rendre que son geste était sombrement inutile. « C’est ta vie, je le respecte. Ne dis pas que tu n’attendais pas de moi que j’approuve car je sais que tu mens. Je te connais Tim, je sais que tu ne cherches pas juste à m’agacer en répétant ce nom dans ma mémoire, juste pour le plaisir … » Savannah fit mine d’inspirer puis d’expirer comme si elle venait de déclarer un grand monologue sans prendre le temps de prendre un peu d’air. En vérité elle se sentait mal à l’aise. Elle n’aimait pas avoir ce genre de conversation avec Tim, elle préférait débiter tous un tas de bêtises, rigoler jusqu’aux en avoir mal aux abdos plutôt d’avoir une conversation hyper sérieuse, une conversation d’adultes voir mêmes de sexagénaires.
Elle prit une mèche de ses cheveux blonds dans sa main, une mèche courte … ah quelle belle époque quand elle les avait longs même si elle ne regrettait pas de les avoir coupé. « Ça te ferais quoi si je me coupais de grosses touffes de cheveux ? Tu vois juste ‘’pour voir ce que ça fait’’ ». A première vue ce soudain changement de conversation n’avait aucun rapport avec le précédent sauf que c’était bel et bien le cas. Il fallait juste s’imaginer ça dans un autre contexte. Anna qui rentrait dans la vie de Timothy et l’affichait fièrement devant Savannah sans se rendre compte des répercussions qu’elle créait. Oui exactement comme une coupe de cheveux … un coupe c’était un choix personnel, on se moquait bel et bien de l’avis des autres même de ses parents et encore plus de ce que cela peut engendrer … Et la jeune femme savait qu’à un moment donné elle n’allait plus pouvoir vivre ça dont le fait de demander ce que cela ferait si elle se coupais les cheveux encore une fois pour effacer ses erreurs trop répétitives et trop nombreuses à son goût.
Revenir en haut Aller en bas
Timothy Ainsworth
I don't give a damn 'bout my bad reputation
Age : 25 ans
Occupation : Prof de guitare à domicile, travaille dans un foyer de groupe, chanteur du groupe Against The Odds
Humeur : Sérieuse
Statut : Autre moitié fiancée d'Ainston
Etoiles : 4932

Piece of Me
Chanson préférée du moment : This is gospel - Panic! At The Disco
Glee club favori : Ne se prononce pas
Vos relations:
I don't give a damn 'bout my bad reputation ♪
00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) Empty
MessageSujet: Re: 00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016)   00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) EmptySam 25 Fév - 17:10

Assis sur le rebord de la fontaine, c'était comme si Tim et Savannah étaient au cœur d'une scène indépendante dont ils étaient les acteurs principaux. Autour d'eux, l'animation ne s'était pas évanouie, mais elle s'apparentait davantage à un décor presque superflu auquel personne ne prêtait attention. Au fond, c'était comme s'ils étaient seuls, comme si tout le reste ne comptait plus et que seuls leurs paroles et leurs gestes avaient un véritable impact sur le bon déroulement des choses. Les cris des enfants ne parvenaient aux oreilles de Tim plus que comme un vague brouhaha, un orchestre lointain qu'on pouvait entendre partout, si on y prêtait vraiment attention. Il avait fini par s'habituer au bruit continu de l'eau qui lui éclaboussait sans doute le dos, sans jamais se lasser de ce cycle infernal duquel elle était prisonnière. Pourquoi Savannah avait-elle choisi la place Bellefontaine pour leurs retrouvailles si peu fortuites ? Ce carrefour de Lima semblait être l'attraction principale de la ville, le genre de lieu où mènent tous les chemins, un choix plutôt avisé pour une rencontre arrangée avec un inconnu rencontré sur le net, mais assez déroutant dans ce cas. Et c'était peut-être pour cette raison que Tim avait décidé d'aborder des sujets qu'ils avaient l'habitude de taire. Savannah avait en quelque sorte bouleversé la monotonie de leur routine, peut-être pour lui signaler justement que leurs habitudes et autres règles tacites commençaient à lui peser. Mais à en juger par son air décontenancé, soit elle avait mal calculé son coup soit elle ne s'attendait pas à un changement si brusque. Elle avait ouvert une brèche et Tim s'était précipité dedans, secouant sans doute les parois fragiles de leur relation. C'était un mal pour un bien après tout, parce que malgré l'évidente désapprobation de Savannah, Tim se sentait presque soulagé. Il avait presque redouté cet instant, alors que jamais de sa vie il n'avait angoissé à l'idée d'annoncer une mauvaise nouvelle à sa mère, peut-être parce qu'à l'époque il jugeait qu'elle n'avait pas son mot à dire. Savannah non plus n'avait pas son mot à dire, en vérité, mais malgré tout son avis lui importait.

Avec un sérieux presque mécanique elle articula la véritable "règle n°1" si bien que Tim ne se gêna pas pour la toiser sans retenue. De toute évidence elle ne blaguait pas, ce qui rendait la chose à la fois plus pathétique et plus préoccupante. Les amies avant le petit-ami, cela ressemblait vaguement à une pâle imitation du "bros before hoes" qu'il mettait ironiquement un point d'honneur à respecter. Peut-être que les filles et les garçons se ressemblaient après tout, à leur façon. Mentalement Tim nota de ne jamais reprocher à Anna de passer du temps avec ses amies plutôt qu'avec lui, c'était un foyer à disputes dont ils n'avaient jamais profité, et Dieu savait comme ils étaient forts pour trouver un prétexte pour casser la vaisselle de la Pension.
L'air évasif, Tim avait à peine remarqué à quel point Savannah semblait irritée. Même s'il aurait préféré que la mention du nom d'Anna n'éveille pas en elle des pulsions meurtrières, il la comprenait malgré tout. L'impulsivité il connaissait. Il connaissait également cette manie d'être lunatique, de passer du rire au blocage total de ses expressions, comme si un mot seul suffisait, tel une formule magique, à crisper son visage. Mais il était trop tard. Trop tard pour revenir en arrière et faire comme si de rien n'était. Trop tard pour faire semblant de sourire alors que trop de choses demeuraient non dites. Il ne ravalerait pas ses mots sous peine que cela perturberait le confort dans lequel Savannah aimait vivre, à l'abri des problèmes.

Elle l'avait pourtant fait. Savannah avait éludé le sujet avec une maladresse qui n'avait plus le don d'attendrir Tim. "Ça me ferait rien Savannah, c'est ta vie je le respecte." dit-il en reprenant exprès ses propres mots. Sans grande surprise le malaise s'était installé. C'était dans ce genre de situations qu'un des deux, en brave défenseur de leur bien-être, jugeait bon de s'éclipser avant que les choses ne s'aggravent. Demain sans doute auraient-ils oublié cette conversation et se remémoreraient-ils avec une nostalgie certaine leurs prouesses d'adolescent. Pour l'heure il valait mieux couper court à cette oppression fraternelle à laquelle ils étaient rarement habitués. "Je devrais y aller, j'ai des choses à régler..." annonça-t-il en jetant un coup d'œil à sa montre. "Je suis content que tu sois de retour Savannah." dit-il finalement après s'être levé. Ses jambes engourdies ne tardèrent pas à répondre de lui, alors qu'il se dirigeait vers sa voiture, non sans se retourner une dernière fois pour gratifier sa demi-sœur d'un geste de la main. Ce n'était même pas un au revoir. Ils finiraient par se retrouver très bientôt, il n'en doutait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) Empty
MessageSujet: Re: 00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016)   00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

00. I have good news for you or bad news ... (16/03/2016)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 1
-