Choriste du mois

Partagez | 
 

 01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] Empty
MessageSujet: 01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert]   01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] EmptySam 12 Nov - 23:13

01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] 111118074818988815
RAISE YOUR GLASS


Les tables étaient dressées, les chandeliers apportaient à la pièce une ambiance chaleureuse, le pianiste s'installait à son poste tandis que les micros étaient désormais prêts à être utilisés. Alors qu'un serveur patientait à l'entrée des lieux, on avait dressé une petite table sur laquelle l'on trouvait des coupes de champagne qui n'attendaient qu'à être dégustées. Le propriétaire du Piano-bar inspectait les lieux, passant un doigt délicat sur chaque table et chaque couvert afin de parer à tout éventuel grain de poussière. Vêtu d'un costard soigneusement repassé, Edward était parfait, comme toujours, et aucun épis disgracieux ne dépassait de ses cheveux coiffés. Cette soirée était primordiale, elle devait redorer le blason pour un lieu autrefois tenu par un alcoolique devant qui il avait du lutter pour prétendre pouvoir s'approprier les lieux. Finalement, il est fou de voir à quel point l'argent peut faire changer d'avis les plus indécis. Bref, il était donc parvenu à devenir propriétaire du bar et les travaux avaient été entamés rapidement, Edward recevant l'aide de quelques bonnes âmes, Holly par exemple, qui répondrait sûrement présente en cette soirée importante. Désormais, le bar avait un visage bien plus chic. Rideaux en velours, fauteuils confortables, lustres, miroirs, piano à queue noir rénové, scène neuve au parquet ciré... Une bonne façon d'attirer une nouvelle clientèle. Une petite piste de danse avait été installée, éclairée par le sol dans des teintes variantes. Un coin bibliothèque avait également été aménagé à l'écart de la salle principale, présentant quelques étagères et une petite dizaine de fauteuils en cuir qui permettraient d'accueillir les participants aux rencontres littéraires que le patron comptait organiser.

" Je veux que vous soyez exemplaires. Je ne veux pas voir une seule coupe vide, pas une seule mine insatisfaite et surtout, surtout, pas une seule miette par terre. "

Autoritaire, Edward n'en était pas moins maniaque et lui qui refusait toute forme d'échec se devait d'inculquer ce genre de valeurs à ses employés. Trois serveurs supplémentaires avaient été embauchés spécialement pour la soirée afin de donner un aspect plus encadré à ce cadre et afin de combler les plus exigeants. Le buffet était prêt, exceptionnellement il avait été dressé car ce serait l'une des rares fois où le bar proposerait un vrai repas.

Le pianiste commença à jouer avant même que l'on n'ouvre les portes, optant pour un musique d'ambiance entraînante quoique sobre. Tout était prêt. Les visiteurs n'auraient qu'à se servir au buffet, s'installer, et profiter de la nouveauté. Bien sûr, certains croiraient que le bar était désormais un lieu réservé aux classes les plus aisées, mais il n'en était rien. Edward avait voulu mettre un point d'honneur sur le lancement de jeunes talents qui voudraient profiter d'un piano-bar afin de se faire entendre face à un petit public. Les prix étaient loin d'être trop élevés. C'était bien ce qui avait étonné les journalistes qui avaient fait de la réouverture du bar un article en pleine page. Les bruits courent vite et alors qu'Edward avait tâché de taire ses projets, les rumeurs s'étaient diffusées à une vitesse folle. À vrai dire, c'était un évènement : la célébrité new-yorkaise ouvrait son propre piano-bar dans la ville de Lima. Pourquoi l'Ohio ? Pourquoi ne pas viser plus haut, se demandait-on. L'écrivain avait ses raisons, désireux de couper avec la pression que la métropole lui avait infligé, désireux de se consacrer à ses livres (une table avait d'ailleurs été spécialement aménagée pour recevoir quelques-uns de ses ouvrages pour les intéressés) et de s'adonner à ses heures perdues au chant, à la musique, et au lancement des graines de star.

Les portes s'ouvrirent et les quelques visiteurs venus en avance entraient et, étonnés, découvraient un lieu qu'ils avaient connu, mais qu'ils contemplaient comme s'il s'agissait d'un endroit tout à fait nouveau. Derrière le bar, un serveur préparait les premiers cocktails tandis que les autres invitaient déjà les invités à se servir en champagne, offrant en passant quelques toasts de bienvenue. Et que fait un propriétaire soucieux de son image dans ce genre d'occasion ? Il se mêle au peuple, un grand sourire aux lèvres même s'il n'en a que faire, et donne de lui-même la meilleure impression possible. Bientôt, il ferait son discours et laisserait place à la chanson pour les plus courageux.


Dernière édition par Edward W. Windel le Ven 18 Nov - 19:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] Empty
MessageSujet: Re: 01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert]   01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] EmptyMer 16 Nov - 15:38

01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] Tumblr_luioirMA661r4s5e3o1_500
Monsieur Win....... del*

Cela faisait maintenant presque trois mois que Khloé résidait à Lima. La ville en elle-même ne lui déplaisait pas plus que ça, cependant le manque de magasins haute-couture se faisait ressentir. Heureusement que grâce à son travail, elle se faisait offrir de nombreux habits pour les soirées, les fêtes et les galas, sinon elle y irait en jogging, avec le nombre de magasin de sport qu’il y a dans Lima…

Elle se leva vers dix heures du matin, jour de repos ? Du tout, elle travaillait, mais seulement ce soir. Elle ne savait d’ailleurs pas vraiment ce qu’elle devait faire. Apparemment, une star, un écrivain, ou je ne sais quel autre métier concernant les livres, faisait une soirée de réouverture d’un piano bar, en tant que propriétaire. La chaîne de télévision E ! entertainment voulait absolument couvrir cette soirée, droit qu’elle obtenue, cependant les caméras étaient refusées. Khloé devait donc s’y rendre en tant qu’invité, prendre des notes et sûrement interviewer …. Cet homme, l’écrivain en question quoi, dont elle ne se souvenait plus le nom.

Notre jeune brune se leva dans la délicatesse, pour prendre sa douche et s’habiller rapidement. Elle devait passer au bureau pour prendre son ordinateur portable, et aller choisir sa tenue de soirée qu’elle devait prendre chez la styliste. Tous les habits étaient offerts, par de grandes marques, dans le but que se faire promouvoir par les journalistes qui les portent durant qu’ils sont filmés à la télé. Même si ce soir, c’était sans caméra, il y aurait sûrement des photos, donc autant être belle. Khloé enfila un jean slim, des Louboutins beiges laquées, une tunique beige et une veste en jean. Elle prit son sac Louis Vuitton, qui n’était pas très voyant, car Khloé avait du style, elle n’avait pas besoin de montrer sa classe sociale ou quoique ce soit en achetant des marques voyantes, elle n’était pas une « beauf » comme elle dirait. Elle prit ses clés, et se dirigea vers sa voiture.

Une demi-heure plus tard, Khloé se retrouva dans les salles d’essayage de E !. La styliste Christina avait opté pour trois modèles, trois belles robes très chics, mais assez courte, arrivant à mi cuisse. Le choix était difficile, mais elle opta pour la robe de chez Escada, qu’elle trouvait à la fois chic mais jeune. Elle ne voulait pas s’envelopper dans des draps pour ressembler à une mamie de 50 balais.

Le choix fait, elle regarda sa montre et il était temps de rentrer, prendre une douche une nouvelle fois, télécharger des documents sur son blackberry et, qui sait, peut être prendre quelques notes et apprendre le nom sur la personne qu’elle devait interroger ce soir, et qui était propriétaire du piano-bar.

Quelques dizaines de minutes plus tard, le plus dur était fait. Propre, cheveux mouillées, elle avait déjà téléchargé les applications sur son blackberry et regardé ses mails. Ce personnage s’appelait donc Edward William Windel. C’était un ancien journaliste célèbre, et un écrivain de renom. Dommage que le dernier livre que Khloé avait lu était… lors de ses années lycée. Elle fouilla un peu, et découvrit qu’il venait de Boston, mais avait habité à New-York pendant plusieurs années. Bingo, voilà comment lancer un sujet de conversation sans paraître trop impolie, car notre jeune protagoniste venait elle aussi de la grande pomme. Le temps pressa, la soirée allait bientôt débuter, et pour pouvoir l’accoster, sans caméra, il ne fallait pas être trop en retard… Oh mais quel chiant, pourquoi les caméras le gênaient ? C’est tellement plus simple, je viens, je pose les questions, je pose les questions, et je repars.

Khloé enfila alors sa robe. Elle était blanche, avec un diamant sur l’épaule droite, qui lui arrivait à peu près mi cuisse. Avec ceci, elle mit ses propres chaussures, car celles fourni par l’équipe de E ne lui convenait pas. C’était des Alexander McQueen, grises, couleur « côte de maille », une sorte de gris, suivi d’un sac, de la même marque, et de la même couleur. Ses cheveux étaient secs, et avaient ondulés. Khloé passa une barrette, avec un cristal Swarovsky au passage, en laissant deux mèches dépassées, une du côté droit, l’autre du côté gauche.

Pour se rendre à la fête qui était à quelques minutes de chez elle, notre brunette avait la limousine de E ! à sa disposition. Comme quoi, quand ils veulent couvrir un événement, ils s’en donnent les moyens. A peine fut elle arrivée, qu’elle vit la masse de monde entrer dans le lieu. Elle était pourtant en retard de seulement deux minutes, mais à croire que le propriétaire, avait ouvert pile à l’heure dîtes. Khloé sorti de la limousine, marcha jusqu’à l’entrée.

L’endroit était magique. Il paraissait ancien, tout en étant neuf. On sentait tout de suite un côté chaleureux, propice à la conversation. Une musique de fond se faisait entendre, et en voyant le piano, Khloé comprit que c’était lui qui faisait cette musique magnifique, enfin ce n’est pas un piano bar pour rien. La jeune journaliste se dirigea vers le bar ou elle se vit servir un cocktail. A peine put telle prendre une gorgée, qu’elle crut voir Edward passer. Elle prit son téléphone pour regarder la photo de lui qu’elle avait enregistré et compara les deux individus ; oui c’était bien lui. Elle se dirigea et s’arrêta vers lui tout en le regardant ; « C’est une bien belle soirée que vous avez là monsieur Win……del. »

L’hésitation sur son nom de famille s’était fait sentir, mais elle espérait qu’il ne se serait rendu compte de rien. Cet homme l’impressionnait, il était grand et beau ; a tel point en oublia de se présenter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] Empty
MessageSujet: Re: 01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert]   01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] EmptyVen 18 Nov - 17:42


01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] Tumblr_li28sw10e51qi33sjo1_500

Eliott avait trouvé son premier travail à Lima grâce à al reprise en main du piano/bar. Il avait vu sur une annonce le projet de rénovation de l'endroit et avait été épaté par les changements que le nouveau propriétaire voulait faire. Ce qui l'étonna le plus fut le fait qu'il s'agissait d'un de ses écrivains préférés du moment. En effet, le jeune homme n'en avait pas cru ses yeux lorsqu'il avait vu le nom sur l'annonce. L'ancien journaliste Windel, soit Edward Windel venait d'acheter un piano/bar...à LIMA ??!! Il avait donc sauté sur l'occasion. Quelques jours auparavant, il avait donc obtenu un rendez vous, après avoir envoyé son CV et sa lettre de motivation. Le propriétaire l'avait impressionné bien entendu, mais Eliott avait fait preuve de tact et d'intelligence ce qui lui permis de faire partie de l'équipe.

Le fameux jour de l'ouverture arriva. Eliott avait décidé de ne pas décevoir Monsieur Windel et avait donc prévu plusieurs jours à l'avance l'emploi du temps de cette journée folle qui risquait de lui être fatale. Il fallait qu'il soit parfait. Non pas vraiment pour les clients, mais pour l'ancien journaliste. Deux heures avant de partir pour installer la salle, il s'était donc rasé de près et avait repassé pour la énième fois son costume. Il partit une demi heure avant l'horaire convenu, prit sa voiture et arriva devant le piano/bar avant que le reste des employés ne soit arrivé. Son costume à la main, il sortit confiant mais la peur au ventre. Ce soir était LA réouverture de l'endroit et il se devait de ne faire aucune faute. Bien que la soirée soit assez tard, en fin d'après midi, tous avaient du se réunir tôt pour que le piano-bar reprenne vie. Bien sur, il avait changé. Le piano n'était plus ce vieux déchet qui trainait au milieu de la salle et le bar était à présent propre. Cependant, la présence des employés était indispensable pour que le bar puisse accueillir la populace de Lima qui risquait de se presser à l'ouverture pour voir les changements faits. Couverts, coupes, champagnes et nappes avaient été dressé, en attendant les invités.

Quelques minutes avant l'ouverture de l'endroit, Windel réunit ses employés au garde à vous pour leur donner quelques consignes. Eliott se croyait à l'armée mais ne s'attarda pas sur cette pensée qui aurait pu le faire rire. Il se concentra sur les quelques mots que prononça le propriétaire et acquiesça une fois qu'il eu fini. Il se dirigea vers la cuisine pour donner quelques ordres comme la préparation des petits fours ou des coupes de champagne et retourna dans la grande salle. Vêtu de son costume de serveur, noeud papillon et ensemble noir, il était enfin classe. Il avait cependant du retirer ses chaussettes blanches qui avaient eu le malheur d'être aperçu par Windel. Heureusement pour lui, un de ses collègues en avait prévu une paire de rechange. Il se sentait donc mieux, bien qu'il venait de perdre un point dans le coeur de l'ancien journaliste. Ils étaient tous réunis, à l'heure de l'ouverture, devant les portes de l'endroit et lorsque l'horloge sonna, les portes s'ouvrirent et laissèrent passer les quelques premiers arrivants. Un plateau à la main, Eliott tandis les coupes à un groupe de petites vieilles et leur souria. Il fallait être charmant, mais pas trop, pour qu'elles reviennent mais pas par intérêt. En servant les clients, le jeune homme gardait un oeil du l'écrivain, qui regardait d'un oeil neutre le déroulement de la soirée. Il ne semblait pas être homme à montrer ses sentiments ce qui faisait toute sa grandeur.

Il en était à donner les petits fours lorsqu'une jeune femme, brune, de 25 ans à peu près, suivit le patron du piano/bar l'ai intéressé. Il s'agissait surement d'une journaliste un peu trop curieuse. Cela se voyait dans sa démarche. Il regarda se dérouler l'action même s'il prévoyait déjà la réponse du propriétaire. La brunette semblait plus être une journaliste de mode que du New York Times. Elle ne connaissait donc surement pas l'être à qui elle était sur le point de parler. Eliott s'approcha un petit peu des deux personnes, pour donner quelques amuses-bouches aux autres clients et entendit le "Win...del". Il eut mal pour la petite brunette. Elle allait mourir trois fois, lentement, glacée par le regard de tueur de Windel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] Empty
MessageSujet: Re: 01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert]   01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] EmptyDim 20 Nov - 12:19



Le piano-bar.
Un piano en forme de bar ou un bar en forme de piano ?




La veille, Ryan avait échangé quelques texto avec son meilleur ami, Eliott, grâce auxquels il avait appris que celui-ci allait travailler le lendemain (donc le jour-même) pour la réouverture du fameux piano-bar. Ah bon ? Il existait un tel endroit à Lima ? Après quelques reproches du genre « Non mais tu lis jamais les journaux ! » « Informes-toi un peu Ryan ! » Celui-ci appris que ce fameux bar existait depuis bien longtemps et qu’il s’y était déjà rendu dans le cadre de son ancienne chorale à McKinley. « Ah oui ! » s’était-il exclamé lorsqu’il s’en était souvenu. Mais il n’y était jamais revenu car c’était un endroit laid, sans classe, crade et franchement désastreux, il l’avait rayé de sa liste des endroits à fréquenter, il ne s’en souvenait donc plus, ou avait fait exprès de ne plus s’en souvenir. Après quelques rafraîchissements de mémoire, Ryan promit à son ami de venir à sa fameuse réouverture, et de plus, il avait fait l’effort d’acheter le journal et de voir par ses propres yeux de quoi il s’agissait. Autant savoir où il mettait les pieds tout de même. Windel … C’était qui ce mec ? Ben voilà ! Il faisait l’effort d’acheter le journal, de le lire, mais il ne comprenait rien ! Quelle utilité exactement ? Aucune d’après Ryan. Ce qu’il ne faut pas faire tout de même pour son meilleur ami. Alala.

Arrivée au dit endroit.
C’est ça le « piano-bar » ?


Ayant pris soin de fermer son cabinet de tatouage à partir de midi et de décaler tous ses rendez-vous durant des journées ultérieures, Ryan tourna ses clefs dans la porte d’entrée de son petit cabinet pour le fermer. Telle une scène dramatique, il se détourna et se mit au volant de son automobile, petite voiture discrète de préférence, et démarra le moteur dans un léger vrombissement. Habillé d’un pantalon strass noir assorti à une paire de chaussures bien cirées et d’une chemise blanche entre-ouverte, il avait laissé la cravate et le nœud papillon au fin fond de son tiroir, même si Eliott avait bien précisé qu’il fallait être chic, il ne voulait pas non plus ressembler à un pingouin parmi tant d’autres. Il était tatoueur, pas mannequin de bal (non ne cherchez pas, ce métier n’existe pas). Il était donc pour lui absolument hors de question de se vêtir d’un quelconque costard, non de non ! Il avait refusait catégoriquement. Pour lui, il était déjà bien assez vêtu. C’était simple, chic, sans être trop non plus dans le vulgaire tout de même. Alors, il était tip top. Et que ça aille ou pas, il entrerait dans ce fameux bar, il ne choisissait pas leurs clients par les amis, si ? Ce serait étrange.

Arrivant devant l’endroit indiqué par son ami, Ryan coupa le moteur et regarda sa montre, seulement deux minutes de retard, pas plus ! Un jour il sera à l’heure. L’aspect extérieur avait été presque été laissé comme il était, l’enseigne avait bien évidemment était changé pour que toutes les lettres puissent fonctionnées, mais peu de choses avaient été modifiées lorsqu’on jetait un simple coup d’œil. Sortant de sa voiture, il n’était pas là pour observer la façade extérieure, non, il était là pour la réouverture ! Et ouais ! Pourvu qu’il puisse s’amuser un peu en même temps, peut-être bien qu’il pourrait boire un minimum en espérant que ce ne soit pas trop cher aussi. Il n’avait strictement aucune idée des prix de cet endroit, mais il comptait sur sa chance et avait prié que les boissons et la nourriture soit gratuite pour cet événement. Il serait comblé si c’était le cas. Pénétrant dans la grande salle, un simple « Ouah ! » illustra ses sentiments, tout avait changé ! C’était beau ! Classe ! Et ça donnait envie de rester ici le plus longtemps possible. Voyant que tout le monde se servait à boire et à manger, Ryan fit de même avec un grand sourire aux lèvres, cette réouverture débutait plutôt bien. Puis, la coupe de champagne dans la main et un mini-four dans l’autre, il chercha du regard son ami qu’il trouva non loin de lui. Se glissant habilement jusqu’à lui après quelques slaloms par-ci et par-là, il lui adressa un clin d’œil. « Alors beau gosse, ça bosse ? » Oui, il se foutait de lui ! C’était quoi ces fringues, sérieux ?




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] Empty
MessageSujet: Re: 01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert]   01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] EmptyDim 20 Nov - 14:33

    Holly était de très bonne humeur en cette belle journée. Elle avait passé la matinée en compagnie de sa nièce à faire des tas de choses de filles. Il y avait un petit moment qu'elle n'en avait pas eut l'occasion car Hayley était souvent avec des amis. Manucure, pédicure, masque de beauté, la totale en clair. Après avoir déjeuné, elle avait regardé un peu la télé, puis corrigé une pile de copie qui lui restait depuis quelques jours. Elle s'était installée à son bureau et avait passé près de deux heures à corriger toutes ces feuilles pleines d'erreurs en tout genre, plus énormes les unes que les autres. Puis elle regarda son agenda qui lui rappela que c'était le jour de la réouverture du Piano-Bar de Lima. Elle avait participé à la rénovation de se bâtiment. Un jour qu'elle était passée devant, elle avait remarqué qu'il était fermé et avait rencontré le nouveau propriétaire. Celui-ci avait été d'abord froid, mais elle avait apprit à mieux le connaître et au final monsieur Edward Windel avait bon fond. Elle avait d'ailleurs lu l'un de ses bouquins, qu'elle avait beaucoup aimé. La jeune femme avait par la suite proposé son aide pour la rénovation. C'était donc l'une des raisons pour laquelle, elle allait à cette soirée. Et puis, elle l'aidait également en tant que guide touristique si l'on pouvait l'appelait comme ça. Elle avait passé beaucoup de temps au Piano-Bar avant qu'il fût racheté, elle l'avait découvert lors d'une soirée où elle ne savait pas quoi faire. Là-bas, elle avait rencontré Shannon Beiste et elles avait passé une très bonne soirée country. Elle avait donc participé activement aux travaux pour le dit Windel.

    Elle alla dans la salle de bain. Elle rassembla ses longs et lisses cheveux blond, en une haute queue de cheval. Elle se maquilla légèrement, de façon à ce que ça reste naturel. Elle alla rapidement dans sa chambre à la recherche d'une robe pour la soirée. Quelque chose de simple, mais classe. Elle avait pas mal de robe, mais elle avait du mal à choisir. D'habitude pour ce genre de dilemme, elle demandait son avis à Jessica, mais ce jour-là elle avait plusieurs consultation, donc elle devait se débrouiller seule. Après quelques minutes, elle se décida sur une petite robe droite, bustier, noire. Elle l'enfila rapidement, et se débattit un peu avec la fermeture qui faisait des siennes. Elle enfila de hauts escarpins noirs, et attrapa une veste, elle aussi noire. La jeune femme redescendit au rez-de-chaussé, et attrapa ses clefs sur le bar et sortit de la maison pour retrouver sa voiture.

    Une fois qu'elle fût garée, elle coupa le contact et sortit de la voiture. Elle réajusta sa robe et voyant qu'il ne faisait pas si froid, elle laissa sa veste dans la voiture de peur qu'elle ne l'encombre. Elle se dirigea vers l'endroit qui était déjà ouvert. Elle n'était pas très en retard, juste de quelques minutes. Elle arriva sur le pas de la porte, et vit tout le monde qui se trouvait à l'intérieur de la salle. C'était magnifique, Edward avait vraiment très bien travaillé. De jolies nappes habillées les tables de part et d'autres de la salle. Des chandeliers donnaient à cet endroit un air chic. C'était loin de l'ancien bar qui était pas très propre, il fallait le dire, mais qui avait tout de même son charme au goût de la remplaçante. Elle s'avança dans la salle et se fondit dans la masse. Il y avait beaucoup de monde, mais elle tenta tant bien que mal de se frayer un chemin jusqu'au bar où elle s'assit. Là, un des barman lui servit un délicieux cocktail. Elle se retourna face à la grande salle, et se laissa bercer par la douce musique du piano. Elle jeta un coup d'œil à l'ensemble des gens qui se trouvaient ici. Tout les âges étaient représentés, des plus aux moins jeunes. Elle aperçut plusieurs serveurs qui tendrait des petits amuses-bouches et des coupes aux invités. Elle balaya l'assemblée du regard à la recherche du propriétaire. Elle finit par le trouver, accosté par une jeune femme brune et bien habillée. Sûrement une journaliste ou quelque chose du genre. Elle ne s'attarda pas sur son cas et continua de déguster son cocktail dans ce belle endroit tout neuf.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] Empty
MessageSujet: Re: 01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert]   01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] EmptyDim 27 Nov - 11:39

01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] 111127114639250134
" WIN... DEL "


Les coupes trinquaient les unes contre les autres tandis que le pianiste refusait de faire taire ses mélodies. Pour l'instant, tout allait bien, aucun incident majeur à déclarer. Edward affichait son éternel sourire, sincère pour autrui, hypocrite dans son propre esprit. Il se devait néanmoins de faire bonne figure car il s'agissait de lancer son bar et non pas de passer pour un patron antipathique. Des journalistes semblaient s'être invités à la fête et pour la première fois, le propriétaire s'en réjouissait, car ils sauraient faire parler de ce nouveau lieu. Qu'ils en profitent, car il était bien rare qu'Edward accepte de se faire pourchasser par eux. Il avait tout de même interdit aux caméras de télévision de venir, afin de ne pas donner un côté trop showbiz et trop centré sur sa personne. Il s'agissait d'une soirée de réouverture, pas d'une interview en public ! L'une des journalistes vint vers lui, ne prenant même pas la peine de se présenter. Et là, c'est le drame. C'était la première fois dans toute son existence que l'on hésitait sur son nom, aussi simple soit-il. Généralement, on savait à qui on avait affaire et surtout ce que cela impliquerait de faire comme si on ne le savait pas. À New York, on reconnaissait Edward constamment, et cette demoiselle semblait ne jamais l'avoir vu, ne serait-ce qu'en couverture d'un magasine. Choc pour l'ancien journaliste : l'endroit un peu reculé qu'il avait choisi était bel et bien reculé, justement. C'était ce qu'il avait recherché mais se retrouver face à la réalité n'était pas chose facile. L'une de ses connaissances new-yorkaises lui avait d'ailleurs dit qu'il allait dans l'Ohio, donc "chez les retardés". Apparemment, elle n'avait pas tord. Oubliant son indignation quant au fait que la journaliste ne s'était même pas présentée, il parvint à esquisser un sourire, le plus sincère possible, bien que ce soit là une tâche ardue.

" Je vous remercie, j'ai voulu donner un visage neuf à ce lieu qui, je l'espère, saura être bénéfique à toutes les personnes en quête de reconnaissance. "

C'était là un flot de paroles bien préparé et prêt à être ressorti, mais qu'importe. L'heure était au discours, alors Edward donna congé à la jeune femme avant de rejoindre la scène et son micro, suivi des yeux par les visiteurs. Ajustant le micro, demandant l'attention de son auditoire, Edward prenait là toute la posture que lui imposait son nouveau rang : le chef.

" Mesdames et messieurs, bonsoir, et bienvenu dans ce lieu laissé trop longtemps dans l'oubli. C'est non sans plaisir que j'annonce officiellement sa réouverture. Un vent neuf soufflera désormais sur le Piano-bar, mêlant calme, confort, sans oublier naturellement la présence non négligeable de l'art que vous chérissez tous. Avant de laisser le micro au premier courageux venu, je tiens à faire taire les rumeurs concernant ma venue dans l'Ohio. Non, il ne s'agit nullement d'une crise de la quarantaine ou d'une autre stupidité dans ce genre, sachez seulement que je suis très heureux de me trouver, ce soir, parmi vous. Maintenant, comme le veut désormais le nouveau principe du Piano-bar, un jeune talent peut, si l'envie lui vient, venir me remplacer sur cette scène. Le micro est libre et le sera continuellement à partir de ce soir ! "

Des applaudissements, des sourires, les gens semblaient ravis, et alors qu'Edward quittait la scène, le pianiste commençait à jouer New York, New York de Sinatra, en hommage à la ville que venait de quitter le propriétaire des lieux. Faisant un signe de tête à Eliott pour lui assurer qu'il se débrouillait bien, Edward retourna se mêler dans la foule.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] Empty
MessageSujet: Re: 01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert]   01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] EmptyVen 2 Déc - 20:53

01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] Tumblr_lss5z8p0aV1qbbne5o1_500
Du champagne, TOUT DE SUITE.

L’école n’avait jamais été son fort, cependant elle arrivait quand même à ce souvenir, dans la plupart des cas, du nom des gens. Ok, c’est vrai que sur ce coup, on pourrait en douter. Khloé fit un sourire, forcé, car elle ne voulait pas que sa faute soit perceptible depuis un avion. Enfin quoi, on avait tous le droit à un petit trou de mémoire, ce n’était pas non plus la fin du monde. Khloé posa alors son regard sur ce fameux monsieur Windel. Il était beau, grand, c’était un homme plein de charme. On reconnaissait là tout de suite l’homme d’affaire, ou plutôt écrivain dans notre cas, qui a réussi dans la vie.

Il sentait bon, il était très bien habillé et avait une sûreté, que ce soit dans la parole ou dans les gestes. Il était ferme, froid mais on avait envie de l’écouter. L’homme, lui, l’avait tout bonnement, snobé. Deux trois paroles, apprises par cœur (oui car étant journaliste, elle savait reconnaître le spontané et le par cœur). Il lui donna en quelque sorte congé, il ne fallait plus qu’il dise « vous pouvez disposer » et c’était le pompon.

Se trouvant ainsi seule, elle regarda autour d’elle. Il y avait une de ces foule, c’était vraiment fou pour un piano bar. C’est quoi un piano bar au juste ? Enfin non, qui va au piano bar sérieux ? Pour faire la fête, il y a les discothèques, et pour les vieux, il y avait Julie Lescaut sur tf1. Enfin comprenez-moi, je me suis fait snober par le gars que je devais interviewer quoi.

Baissant les yeux, c’est là qu’elle aperçu l’une des pires choses qui puissent lui arriver ; une tache sur ses chaussures. OUI, ses Alexander McQueen étaient tachée. Ces chaussures qui lui avaient coûtées si chère, elle avait dépensé la moitié de son revenu mensuel pour eux. Furieuse, elle se dirigea vers le bar. Il lui fallait un petit quelque chose pour remonter le moral. Elle s’avança d’un pas pressé et furtif vers le serveur. C’était un grand jeune homme, brun. Il était vêtu d’un smoking, et l’ensemble paraissait, bien que classe, drôle sur lui.

Khloé s’assit sur l’une des chaises hautes, tout en murmurant « putain de soirée de merde, qu’est ce que je fou là… ». Elle était énervée, surtout à cause de ses chaussures, mais aussi à cause de ce Edward Windel de je ne sais quoi. Elle voulu s’adresser au serveur, puis demander une collation, cependant, le maître des lieux fit à toast. Peu touchant, trop superficiel et très apprit par cœur, voilà comment Khloé ressentait ce long monologue. Elle murmura une nouvelle fois « Mais pourquoi il fait genre celui-là ? ».

Elle se retourna ensuite vers le serveur et demanda « Du champagne.... TOUT DE SUITE. t », c’est par la suite que, peut être par paranoïa, ou parce que ce jeune homme la regardait vraiment qu’elle s’écria ; « Qu’esta ? ». Elle s’adressa au jeune homme qui se tenait à ses côtés. Il devait être en train de parler avec ce fameux serveur. C’était un jeune brun, ave la mèche. Khloé l’avait peut être un peu agressé, mais elle était vraiment sur les nerfs, mais il fallait la comprendre… Elle s’adressa de nouveau au serveur « Je pourrais avoir une serviette ou un truc du genre, on a marché sur mes chaussures et elles coûtent ce que tu gagnes en un mois, donc autant te dire qu’elles sont chère à mes yeux. » Queen K serait-elle de retour ? Du moins, sa mauvaise humeur elle, l’est.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] Empty
MessageSujet: Re: 01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert]   01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

01. Raise your glass [réouverture des lieux] [ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 1
-