Choriste du mois


Partagez | 
 

 01. Caught Red-Handed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
01. Caught Red-Handed  Empty
MessageSujet: 01. Caught Red-Handed    01. Caught Red-Handed  EmptyDim 11 Déc - 13:29

La sonnerie retentit au sein de l'établissement de McKinley. Mutt avait passé son cours à griffonner et à dessiner sur ses copies. Il n'avait écouté que d'une oreille ce que disait le professeur et quand celui-ci vint à lui poser une question fatidique, voyant que notre cher Mutt n'écoutait pas. Le garçon s'était fait prendre de court.

« Henry ? Pouvez vous me dire quelle est la différence entre la Microéconomie et la Macroéconomie ? »

Pour tout avouer, Mutt connaissait la réponse. Il avait écouté d'une oreille. Mais quel serait le plus drôle ? Répondre correctement à une question ou se faire remarquer par un effet d'insolence plus ou moins mesuré. Alors qu'il avait la tête lourdement posé sur son bras, le garçon se redressa et répondit nonchalamment un sourire léger et provocateur sur les lèvres:

« Une lettre ? »

Un rire général se déclencha dans la classe... Enfin pour ceux qui avait compris la subtilité de la blague, ce qui n'était pas le cas de tout le monde. Le garçon fut fier de sa bêtise. Le professeur roula des yeux et lui répondit:

« Très drôle, Henry... Faites-moi voir votre prise de notes !
- Je tiens à vous préciser qu'Henry c'est plus mon père que moi... De plus, vous savez très bien que j'ai dessiné au lieu d'écrire. Je fais acte de présence, vous me foutez la paix, je ne demande rien d'autre. Vous avez de la chance que vous ne m'ayez pas connu à New-York...
- Est-ce une menace ?
- Non une constatation. Je viens de vous dire que vous étiez chanceux !
- Vous n'écoutiez pas, monsieur Witwicky !
- D'accord, on va dire que je vais répondre à votre question et qu'après ca que vous me foutiez la paix, compris ? Le Microéconomique gère l'individuel économique, elle traite des questions telles que la richesse et donc le profit, l'énergie nécessaire pour une industrie, la pauvreté...blahblahblah et le macroéconomique se place plutôt sur le choix des individus, donc une globalité. L'analyse Macroéconomique étudie en particulier les questions relatives à des indicateurs, représentatifs de la santé économique: Produit Intérieur Brut et Revenu national brut, consommation globale, épargne, investissements, inflation, taux de chômage, indicateur de développement humain, seuil de pauvreté… blahblahblah... Ca va aller ou je dois aussi vous rédiger une dissertation ? »

Deux coups en un ! Comme quoi, il n'avait pas à choisir et vu la tête du prof, ca en valait la peine. Mutt se dit qu'il éviterait de l'interroger pour les 10 prochaines décennies. La sonnerie se fit entendre. Le professeur continuait de le regarder perplexe. Surpris par ce que le garçon venait de lui sortir. Il venait de lui ressortir la définition de ce qu'il avait expliqué à l'instant. Aurait-il écouté malgré tout ? Mutt ne l'attendit pas répondre, il se leva et se dirigea directement vers la porte en passant à côté du professeur, sans même lui adresser un autre regard. Celui-ci continua de le fixer jusqu'à ce qu'il ait passé la porte. Mutt se fondit dans la masse des élèves qui sortaient tous de divers cours. Il se dirigea vers son casier et l'ouvrit en grommelant quelques injures destinées à son professeur d'économie. Il posa ses affaires et attrapa un livre d'histoire qu'il glissa dans son sac et un roman philosophique qu'il avait surement l'intention de lire en douce pendant son temps de pause. En douce... Il était censé être un cancre et n'avait pas l'intention de s'afficher devant les autres élèves comme un type lisant Emmanuel Kant ! Une fois, il s'était fait attrapé par une bande dans laquelle il avait réussi à s'intégrer... Il avait terminé la tête dans la cuvette des toilettes... avec son livre...

Il referma son sac, et claqua son casier pour le refermer. En tournant la tête pour repartir, il fit surpris de constater une tête blonde qu'il connaissait très bien... Dans un geste vain pour se cacher, alors que c'était déjà trop tard, il se plaqua contre les casiers et fixa la demoiselle avec des yeux ronds. M*rde... Candice... Qu'est ce qu'elle foutait là bordel ?

Les premiers jours de son arrivé, Mutt s'était incrusté dans une soirée où l'alcool coulait à flot. N'aillant pas encore 21 ans, il ne pouvait pas y entrer. Mutt n'était pas né de la dernière pluie et il était surtout un New-Yorkais avec plus d'un tour dans son sac... ou plutôt, plus d'une carte dans son sac. Fausse carte d'identité indiquant qu'il avait 23 ans et le tour est joué ! Il rencontra Candice à cette soirée et... a vrai dire tout est devenu un peu floue pour ce qui concerne la suite. En tout cas, c'est du lendemain, qu'il comprit qu'il avait fait bien plus que boire quelques verres et danser... Surtout quand il se réveilla dans le lit de la demoiselle.

Il avait simplement pris la poudre d'escampette... Il avait à peine 18 ans et il n'avait jamais avoué à la jeune fille qu'il n'avait pas l'âge qu'il prétendait. Il ne s'attendait vraiment pas à la croiser à McKinley. Il aurait pu esquiver, si son attitude théâtrale d'avait pas fait surface. C'était comme si un panneau lumineux J'suis foutu au dessus de sa tête clignotait et envoyait des signaux lumineux au couloir entier. Il espéra au fond de lui qu'elle ne le reconnaisse pas. Qui sait... Avec l'alcool... On peut perdre le sens des réalités.


Dernière édition par Mutt Witwicky le Mar 10 Jan - 20:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Caught Red-Handed  Empty
MessageSujet: Re: 01. Caught Red-Handed    01. Caught Red-Handed  EmptyDim 11 Déc - 17:11

    Candice s’était levée de bonheur, chose qui lui arrivait tous les trente-six du mois. Elle avait néanmoins une excellente raison : son père lui avait pris rendez-vous pour un entretien d’embauche dans une grande société qui produisait des jeux vidéo. Elle ne se trouvait qu’à une demi-heure de Lima, et la jeune femme était contrainte à s’y rendre bien qu’elle n’ait jamais eu la moindre envie de trouver un job. Sa vie lui plaisait ainsi, dormir et faire la fête quand elle le désirait. Aller travailler se référait à aller en prison pour elle. Lorsqu’elle avait affirmé à son papa qu’elle cherchait toujours un emploi malgré son absence totale de diplôme pour lui faire plaisir, il l’avait tellement crue sur parole qu’il s’était mis à chercher tout les boulots possibles qui ne demandaient pas une trop grande qualification, son nom de famille pesant pas mal sur la balance. Elle s’y rendit, fuma un gros joint avant d’y aller ‘pour se détendre’ et pour faire passer sa gueule de bois, et arriva complètement défoncée devant une femme en tailleur au chignon sévère qui semblait n’avoir jamais sourit de sa vie. Rien que cette pensée la fit partir dans un fou rire incontrôlable. A neuf heures du matin, mieux valait ne pas trop lui en demander … C’était un peu plus tard que l’heure où elle se couchait habituellement. Elle n’avait quasiment pas dormi de la nuit, une ou deux heures peut-être, jetant dehors à contre cœur un beau latino avec lequel elle avait passé une soirée de folie après l’avoir ramené d’une fête chez un ami.

    Bien sûr, elle n’avait pas obtenu le job. Et heureusement ! Pour se « consoler », elle avait ouvert une canette de bière et comptait bien passer la journée à dormir jusqu’au soir où elle se saoulerait à nouveau. Alors qu’elle chantait « We found love » à tue-tête dans l’habitacle de sa voiture de sport au passant dans les rues calmes de la ville, Candice passa devant McKinley High School, son ancien lycée. Un flot de souvenirs ressurgit en elle : les Cheerios, les garçons, ces filles qu’elle coinçait pour passer ses nerfs sur leurs visages … Sans savoir pourquoi, elle se gara devant le bâtiment au moment même où la sonnerie retentit. Elle sortit de sa voiture, attrapant au passage une deuxième cannette de bière sur le siège passager – elle était visiblement trop sobre pour penser normalement. Elle se fondait presque parfaitement parmi les autres élèves malgré sa différence d’âge. Vêtue d’un jean troué et d’un haut rouge au décolleté provocant, accompagnée d’une boisson alcoolisée, elle ne respectait pas du tout le règlement du lycée et elle s’en fichait totalement. Être rebelle, ça avait toujours été dans ses cordes. Elle ne serait pas surprise d’être reconnue par un ancien professeur tant elle avait marqué les esprits. De nombreux garçons la sifflaient à son passage. Elle avait l’impression d’être revenue quatre ans en arrière, lorsque qu’elle avait une réputation dont elle était fière grâce à son statut de Cheerio et lorsqu’elle pouvait avoir n’importe qui à ses pieds d’un claquement de doigts. Elle était une reine, une reine entourée d’esclaves, de princes plus beaux les uns que les autres et d’ennemies qui rêvaient de prendre sa place. Tout cela lui revenait au fur et à mesure qu’elle dépassait son ancienne salle d’histoire, son ancienne salle d’économie, la salle du Glee Club dans laquelle elle n’avait jamais osé mettre un pied …

    Mais cette époque était révolue et très loin désormais. Elle avait raté son diplôme, elle était devenue par la même occasion en très peu de temps la risée de McKinley. Cet échec avait eu le don de la plonger dans la dépression durant quatre années sans que personne ne puisse l’en sortir. Ses seuls amis se comptaient sur les doigts d’une main, sans compter le whisky et l’ecstasy bien sûr. Ce passage dans les couloirs de son ancien lycée lui rappelait également à quel point tout avait changé dans sa vie et que cette dernière lui manquait terriblement. Elle avala une longue gorgée de bière en se disant « trop sobre, tu déprimes ma vieille ! »

    Un mouvement attira son attention. Un jeune homme rangeait précipitamment ses affaires dans son sac à dos. Elle reconnu un visage qui n’avait lui non plus rien à faire ici. Oui, elle était sûre de l’avoir déjà vu en soirée. Puis chez elle. Elle ne comptait plus toutes les conquêtes qui défilaient dans son lit. Ce gars avait été l’un deux, elle s’en souvenait à présent. Il était toujours aussi sexy que dans son souvenir embrumé par l’alcool. Il l’avait marquée plus que les autres, peut-être parce qu’elle avait l’impression qu’il n’était pas aussi révolté qu’il n’en avait l’air, au fond … Quel était son nom déjà ? Matthew ? Matt ? Non, Mutt ! En tout cas une chose est sûre : même sous l’emprise de la boisson ou de la drogue, elle n’aurait jamais couché avec un lycéen. Elle préférait ceux de son âge environ, avec un peu plus « d’expérience ». Et puis les boîtes de nuit qu’elle fréquentait étaient interdites aux moins de 21 ans ! Pourtant aucun doute, c’était bien lui. Elle revoyait encore sa tête de rebelle assis au bar en train de flirter avec elle … C’en était presque humiliant pour elle : elle avait couché avec un « bébé », elle ne faisait jamais ça d’habitude bien que ce soir-là, elle était plus intéressée par un homme que par l’âge de cet homme. Evidemment, ce Mutt n’allait pas tarder à regretter de lui avoir menti sur son âge, bien qu’elle ne lui ait peut-être même pas posé la question avant de l’entrainer dans son appartement.

    Elle s’approcha à grands pas de lui, poussant au passage un jeune homme qu’elle classa dans la catégorie des « looseurs » avant même d’avoir vu son visage puisqu’il se trouvait en travers de son chemin. Un ancien réflexe qui refaisait surface, lui aussi … Candice s’adossa contre un casier, croisa les bras sur sa poitrine et fit face au garçon, qui lui semblait bien plus vulnérable subitement. Bien qu’elle les ait quittés depuis des années, ces couloirs resteraient toujours son territoire, son terrain de chasse. Rien n’avait vraiment changé depuis son départ. La hiérarchie entre lycéens était toujours d’actualité et ces murs sentaient toujours le savoir des professeurs dont elle regrettait de s’être moquée.

    « Dis donc, Mutt, t’es pas un peu vieux pour aller au lycée ? Si Mutt est ton vrai nom bien sûr. »

    Elle lui adressa un sourire ironique, heureuse de lui faire cette petite surprise involontaire. Elle avala un peu de bière et continua sur un ton plus menaçant, histoire de lui faire faire dans son pantalon. Être méchante ne lui était pas rare non plus, elle avait toujours été à chercher sans cesse la bagarre.

    « Tu sais, même si je n’ai plus mon uniforme de Cheerio, je connais pas mal de gens ici qui seront ravis d’entendre ce que l’ancienne élève populaire a à leur dire sur ce pauvre type qui fait le rebelle. Faire courir des ragots sur les gens, c’est super facile tu sais. C’est quoi, le livre que tu viens de ranger dans ton sac ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Caught Red-Handed  Empty
MessageSujet: Re: 01. Caught Red-Handed    01. Caught Red-Handed  EmptyLun 12 Déc - 18:51

Fuir. C'est ce qu'il aurait fait volontiers s'il le pouvait. Mais il avait été grillé et s'enfuir dans le couloir comme un lâche n'était pas pour aider à la popularité. Il eut un léger moment de surprise, bien entendu... Il vit dans le regard de Candice qu'elle n'allait pas laisser passer ca. Que faire ? S'en aller comme si de rien n'était ? Le temps qu'il pense à cette éventualité, Candice s'approchait déjà de lui, poussant un pauvre type au passage qui n'avait rien demandé. Elle s'appuya contre les casiers à côté de lui et le détailla avant de lui lancer une première réplique bien cinglante. Ouais... Elle semblait furax. Il la regarda boire une gorgée de sa bière. Elle ne devait pas être totalement sobre.

Après l'effet de surprise, Mutt tenta de reprendre contenance, face à la demoiselle. Si elle pensait qu'elle allait lui faire peur... Ce n'était pas lui qui avait foutu son poing dans la figure à un professeur qui l'avait un peu trop cherché ? Mais Candice avait vu ce qu'il avait mit dans son sac. Il eut un léger froncement de sourcils et répondit sur un ton neutre :

« A vrai dire, je ne pensais pas te trouver ici un jour. Nostalgique peut être ? Pour ce qui est de mon nom... C'est celui que je me donne et que je considère comme le mien. Alors non, je ne considère pas que je t'ai menti là dessus. »

Elle le menaça alors, ce que Mutt n'appréciait pas trop. Mais elle n'était pas dupe et loin d'être aussi blonde qu'elle en avait l'air. Mutt secoua la tête, et baissa le menton alors qu'un rire nerveux sorti du fond de sa gorge. Elle avait décidé de lui pourrir la vie... Ce n'est pas la première, ce n'est pas la dernière... Et cela l'énerva particulièrement sur le coup. Il lui répondit :

« Tu sais Candice... Ce qui est ironique, c'est que tu me reproches de vouloir jouer dans la cours des grands avant mon âge, mais toi... Tu n'as que ta place chez les petits lycéens de Lima. Ici, tu te sens forte hein ? Moi, j'm'y sens enfermé... C'est dehors que je suis le roi... De plus... Ce qui est dans mon sac me regarde. Compris ? Déjà, tu n'as rien à faire là... et surtout pas... »

Il regarda la bouteille qu'elle avait dans la main et ajouta :

« … avec une bouteille de bière dans la main ! »

Il tourna pourtant son sac pour le coller contre lui. Le protégeant comme un trésor. Il n'était pas non plus totalement franc dans ce qu'il disait. Elle n'était pas n'importe qui non plus ici. Il le savait et il n'était qu'un petit nouveau ! Le fait de venir de New-York lui avait ramené un avantage mais son avantage pouvait être perdu en quelques paroles et il le savait très bien... Malgré tout, elle avait percé une partie de lui qu'il cachait perpétuellement. Si ce n'est sa propre personnalité refoulée depuis très longtemps. Celle qu'il ne montrait à personne, pas même à son père. Celle qu'il ressortait quand il pouvait s'enfermer dans un coin de chez lui, alors que la maison était elle-même vide. Celle qui avait peur constamment d'être rejeté pour ce qu'il était. Risquait-il de finir comme elle, s'il s'obstinait dans ce sens ? Il ne voulait pas lui laisser ce plaisir de le ratatiner devant un couloir bondé. Il ne cilla pas du regard et ajouta :

« Et qu'est ce que ca fait, si je raconte à tout le lycée que j'ai couché avec la fameuse Candice Connell ? La Cherio qui fut tellement admirée autrefois ? Tu crois que ca va faire monter ma côte de popularité ? Ton époque est révolu Candice. Et oui, tu as couché avec un type qui vient tout juste d'avoir 18 ans. Ca fout les boules hein ? »

Il la cherchait. Il savait qu'il la cherchait et qu'il risquait de la mettre en pétard, plus qu'elle ne l'était, mais à vrai dire, il l'était aussi... Il détestait quand on lui cherchait des poux. Il en avait déjà assez bavé par son passé, il ne voulait plus subir ca de nouveau. Il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il se foutait dans des grosses emmerdes à chaque fois qu'il atterrissait quelque part. Qu'il les cherche ou non...

« Sur ce... Je pense que j'ai un cours d'histoire... »

Il démarra en trombe, la bousculant légèrement pour s'en aller.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Caught Red-Handed  Empty
MessageSujet: Re: 01. Caught Red-Handed    01. Caught Red-Handed  EmptyLun 19 Déc - 17:41

    Candice n’avait jamais eu honte d’elle au lycée. Elle s’était toujours assumée telle qu’elle était, c’est-à-dire comme une fille violente et mesquine qui martyrisait certains élèves, en particulier des filles mais aussi des garçons, des petits gabarits faibles et dont elle était certaine qu’ils n’avoueraient jamais avoir été frappés par une femme. La honte de leur vie. Candice adorait cela, elle y éprouvait un certain plaisir semblable à celui d’un serial killer. Oui, elle tuait ses victimes à petit feu, sans qu’elles n’en parlent à personne tant le silence était plus réconfortant que la parole. Elles avaient raison : les représailles pouvaient être bien pires que de ce faire frapper de temps en temps. D’ailleurs, elle se débrouillait toujours pour que les bleus soient invisibles ou dissimulables, c’était plus prudent. Elle risquait toujours de se faire prendre la main dans le sac et de se faire exclure du lycée. A l’époque, Candice voyait ces adolescents comme des boucs émissaires, des souffres douleurs bons à recevoir son poing en pleine figure. Elle avait changé à présent. Elle regrettait un peu ses actes, elle se disait qu’elle aurait pu faire de la boxe ou accepter de voir régulièrement cette psychologue que son père l’avait forcée à rencontrer, au lieu d’agir bêtement et sans réfléchir. Si c’était à refaire, elle changerait beaucoup de choses. Mais à présent, ces coups et ces victimes n’étaient qu’un fardeau de plus sur ses épaules accablées de malheurs de Candice.

    Pourtant, lorsqu’elle voyait le visage surpris d’un Mutt qui se donnait la peine de tenter de s’en composer un sans expression, la jeune femme avait très envie de lui donner un coup de pied là où ça fait mal. Rien que pour qu’il se rende compte de son erreur. En particulier lorsqu’il lui parla d’un ton qu’elle n’appréciait pas du tout, mêlant neutralité et sarcasme. Ce vieux comportement datant de plusieurs années ressurgissait dans le cimetière de son adolescence, le lycée lui-même. Le lieu dans lequel elle se sentait briller comme elle ne brillera jamais plus. La colère montait peu à peu et ne sembla pas prête de descendre tant qu’elle ne lui aura pas fait comprendre qu’il n’est qu’un gosse pour elle.

    « Tu sais Candice... Ce qui est ironique, c'est que tu me reproches de vouloir jouer dans la cours des grands avant mon âge, mais toi... Tu n'as que ta place chez les petits lycéens de Lima. Ici, tu te sens forte hein ? Moi, j'm'y sens enfermé... C'est dehors que je suis le roi... De plus... Ce qui est dans mon sac me regarde. Compris ? Déjà, tu n'as rien à faire là... et surtout pas … avec une bouteille de bière dans la main ! »

    Là, Mutt commençait vraiment à pousser le bouchon un peu trop loin. Ses lèvres se crispèrent en un sourire malsain lorsqu’elle empoigna le peu de cheveux qu’il y avait sur le crâne de l’adolescent pour les tirer un maximum. Même s’il ne devait pas souffrir le martyr, il se taperait sûrement la honte en public pour s’être laissé dominer par une femme, même l’espace de quelques secondes. Sauf si personne ne l’avait encore remarquée.

    « Tu n’es qu’un bébé qui veut jouer dans la cour des grands ! J’te rappelle que je suis une grande personne, et que les grandes personnes font ce qu’elles veulent. Tu m’en diras autant quand tu seras en âge légal de boire ça, hum ? » répliqua-t-elle d’un ton aussi mielleux que si elle parlait à un enfant.

    Candice leva sa bouteille dans sa direction tout en le relâchant. Elle était consciente qu’un professeur pouvait arriver d’une minute à l’autre et la virer de l’établissement avec un bon coup de pied aux fesses. Elle prenait ce risque. Apparemment, Mutt tenait à sa petite fierté. Cela tombait bien : elle aussi. Mais il n'avait là que la version semi-sobre de Candice. La jolie blonde remarqua la façon dont le jeune homme avait serré son sac à dos contre lui. Intéressant. Aurait-il des choses à cacher ?

    « Et qu'est ce que ca fait, si je raconte à tout le lycée que j'ai couché avec la fameuse Candice Connell ? La Cheerio qui fut tellement admirée autrefois ? Tu crois que ca va faire monter ma côte de popularité ? Ton époque est révolu Candice. Et oui, tu as couché avec un type qui vient tout juste d'avoir 18 ans. Ca fout les boules hein ? »

    Candice dû finir sa bouteille avant de pouvoir encaisser quoi que ce soit. Ce gamin venait de l’humilier, à son tour, en public. Elle l’avait bien cherché, sans doute … Mais quand même ! Elle ne su quoi répondre et referma sa bouche bée de stupeur. Il en profita pour se sauver, lui menant un bon coup d’épaule au passage. Elle l’avait vu venir, il avait envie de fuir en courant depuis l’instant il l’avait reconnue, en bonne mauviette qu’il était. Dommage que sa bière ne soit pas un slushie, sinon elle la lui aurait volontiers envoyé en pleine figure. Elle se contenta d’allonger la jambe en un croche-pied bien mérité.

    « T’es vraiment qu’un looser Mutt ! » dit-elle bien haut afin que tous les lycéens encore présents l’entendent.

    Dommage qu’elle ne connaissait pas son nom de famille. Tant pis. Elle se retourna, à la fois pour sortir de ce lieu soudain oppressant, mais aussi dans l’espoir de voir le jeune homme détaler comme un lapin dans le couloir vers son prochain cours. Rien que pour le plaisir des yeux. S’il fuyait, c’était qu’elle l’impressionnait. S’il restait … Il n’en serait pas moins un looseur de première classe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Caught Red-Handed  Empty
MessageSujet: Re: 01. Caught Red-Handed    01. Caught Red-Handed  EmptyLun 19 Déc - 22:58

Candice se fit un plaisir de le rembarrer et elle ne se contenta pas que de ca. En même temps, Mutt avait été vraiment loin... Mais son problème était qu'il était impulsif et ne contrôlait pas trop ses propos. Il parlait plus vite qu'il ne pensait. Des paroles à l'image de ce qu'il avait pu se prendre dans la figure pendant des années. Pour lui, Lima était tranquille a côté de New-York. Car quand un des tyrans de ce genre d'établissement s'en prenait à toi... Il ne faisait pas que tirer les cheveux de sa victime. Il pouvait en venir aux coups bas et aux propos très crus. Mutt connaissait les menaces et il n'en avait pas peur.

Elle l'attrapa par les cheveux et tira sur le côté. Mutt lâcha un juron alors que sa tête suivi le mouvement. Il attrapa le poignet de Candice pour la faire lâcher mais, elle semblait bien le tenir cette garce. Sur son visage était apparu une grimace de douleur qu'il ne lâchait pas. Elle lâcha sa réplique fumante et finit par le lâcher, lui faisant comprendre qu'il n'était encore qu'un gosse à ses yeux...

Mutt se frotta la tête et jeta un regard circulaire. Un type devait avoir entrevu la scène et venait de tourner la tête comme si de rien n'était quand Mutt croisa son regard. Génial ! Mutt ne put s'empêcher de lâcher à la suite une réplique cinglante à l'intention de Candice et vu l'air qu'elle prenait, il avait touché juste. Il ne se laissait jamais faire. Celà lui avait apporté des ennuies plus gros que lui, mais il préférait ca que subir l'injustice de ces lycéens qui se pensaient supérieurs aux autres.

Il ne laissa pas répondre, et préféra s'en aller... Oui, quand elle serait revenue à elle, elle le lui ferait payer. Il connaissait bien la technique. Mais avait-il fait une erreur dans ses calculs ? Oui... Peut être trop en colère de son côté pour penser à ce qu'elle pourrait faire en retour. D'habitude, il voit ce genre de piège, mais il avait voulu en faire trop en la bousculant. Il voyait le lycée comme un énorme plateau de jeu, et chaque élève était un pion. Là, il se trouvait face à une grosse pièce et lui qui se pensait cavalier, n'était qu'en fait que le fou qui déjouait les pièges de ses adversaires. Quoi qu'il en soit, il ne vit pas le coup que lui avait mis Candice.

Elle lui fit un croche pied et il tomba de tout son long, sac en avant. Ce fut un Echec sur le plateau et bien cuisant pour le coup. Son sac n'avait pas bien été fermé et les livres qu'il contenait s'étala sur le sol. Il entendit des rires autour de lui, alors que Candice le traita de Loser. Il se jeta alors sur ses livres, dont un surtout... Son roman philosophique mais le type qui l'avait regardé tout à l'heure s'amusa à shooter dans ses affaires et le bouquin atterrit plus loin. S'il se mettait à courir après, il risquait de se ridiculiser encore plus et s'il le laissait là... Un gars pouvait venir à calculer que Mutt Witwicky n'était pas le cancre qu'il y paraissait.

Tant pis pour le livre pour l'instant. Il se releva et se remit sur ses pieds. Il était en rage... Dans cette rage qui lui fit ramener bien des années en arrière. Un souvenir extrêmement douloureux... Une haine sans limites, que personne ne pouvait comprendre et n'avait jamais cherché à comprendre... Et qui le faisait haïr les gens comme Candice. Tant pis... Il se retourna vers Candice et l'attrapa par le col pour la plaquer contre les casiers. Ses dents étaient tellement serrés par la haine qu'il en avait mal à la mâchoire. Son regard qui est d'ordinaire doux, venait à devenir noir de rage.

« Fais gaffe à toi Candice... Tu ne connais rien de moi... Tu ne sais pas ce dont je suis capable... Je me suis fait renvoyé pour avoir retouché le portrait d'un de mes professeurs... Je ne frappe pas les filles, mais pour les garces dans ton genre, je pourrai faire une exception. Mais j'ai bien mieux que ca... Tu veux la guerre ? Je vais te la donner... »

Il la lâcha et recula de quelques pas. Il la pointa d'un doigt accusateur et ajouta d'une manière forte pour que le couloir puisse entendre:

« Mesdames et messieurs... Je vous présente Candice... L'ex-Cherio renommée de McKinley ! Alcoolique et droguée par dessus tout. Une vie si minable qu'elle vient à se complaire dans son vieux lycée. Pour retrouver ses vieilles années de gloire ! Vous savez la meilleure ?... Je vais vous le dire... Moi, Mutt Witwicky, je peux vous affirmer que c'est un mauvais coup au pieu ! »

Il venait de se venger. Il s'approcha de nouveau vers elle, presque à s'en coller nez contre nez. Il posa ses deux mains contre les casiers de chaque côté de sa tête, et lui dit de manière narquoise:

« Ouh... Qu'il est méchant... Et encore tu n'as rien vu... Ne joues pas la maligne avec moi. Tu sais ? Je me fiche des conséquences. Je me suis déjà fait viré de plusieurs établissements et ce n'est pas ce lycée minable dans ce trou de l'Ohio qui va me faire peur. Je n'ai pas de limites, surtout quand on me cherche comme tu le fais. T'as intérêt à bien jouer avec moi, parce que je suis sans pitié et très mauvais joueur. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Caught Red-Handed  Empty
MessageSujet: Re: 01. Caught Red-Handed    01. Caught Red-Handed  EmptyJeu 22 Déc - 21:31

    « Fais gaffe à toi Candice... Tu ne connais rien de moi... Tu ne sais pas ce dont je suis capable... Je me suis fait renvoyé pour avoir retouché le portrait d'un de mes professeurs... Je ne frappe pas les filles, mais pour les garces dans ton genre, je pourrai faire une exception. Mais j'ai bien mieux que ca... Tu veux la guerre ? Je vais te la donner... »

    Candice avait pris l’habitude de violenter des élèves. Pas qu’un élève ne la violente. Ni ne lui parle de la sorte. Son petit esprit en partie sobre mettait du temps à réaliser ce qu’il se passait autour d’elle. Pourtant, elle venait d’être empoignée par le col de sa coûteuse veste en cuir noire afin d’être plaquée contre les casiers, qui firent un bruit métallique bien audible. Bonjour la discrétion ! Quoi qu’ils n’en étaient plus à ça près … En particulier lorsque Mutt s’était étalé par terre de tout son long, dévoilant ce fameux livre dans son sac mal fermé. De là où elle était, elle put lire le nom de l’auteur, qui lui disait vaguement quelque chose. Elle l’avait sûrement étudié, à une époque où ses souvenirs de cours semblaient remonter à des millénaires. Ce n’était pas pour rien qu’elle avait raté son diplôme ! D’un autre côté, soudoyer un élève pour lui faire faire ses devoirs n’avait jamais été une très bonne idée à la base, mais le gain de temps était incomparable. Avec l’entraînement des Cheerios, elle n’aurait pas trouvé beaucoup d’occasions de bouquiner, et surtout des livres dont la couverture semblait si ennuyeuse qu’elle préférait encore ne rien faire du tout.

    La jeune femme avait sourit avec les autres étudiants en le voyant se relever péniblement, fière de son coup. Mutt avait voulu jouer avec elle, il l’avait bien mérité. Ce sourire de fierté s’effaça bien vite de son visage lorsque le garçon commença à la faire sérieusement flipper.

    « Mesdames et messieurs... Je vous présente Candice... L'ex-Cheerio renommée de McKinley ! Alcoolique et droguée par dessus tout. Une vie si minable qu'elle vient à se complaire dans son vieux lycée. Pour retrouver ses vieilles années de gloire ! Vous savez la meilleure ?... Je vais vous le dire... Moi, Mutt Witwicky, je peux vous affirmer que c'est un mauvais coup au pieu ! »

    Malgré sa honte, Candice garda la tête haute et regretta amèrement de ne pas avoir une autre bouteille de bière sous la main … Voir un cachet d’ecstasy. Si Damon avait été là, il en aurait, lui … Tant pis, elle allait devoir faire sans. Même si cela risquait d’être mémorable.

    « Tu veux jouer à ça Mutt ? Tu sais que j’adore jouer. »

    Un petit sourire aux lèvres, elle se dressa face à lui, yeux dans les yeux, mais elle s’adressa à la foule de lycéens hilares spectateurs de leur petite scène – étrangement semblable à une scène de ménage. Au moins, ils en divertissaient quelques-uns.

    « Inutile de vous présenter Mutt : un gamin de dix-huit ans qui veut en paraître un peu plus. Pourtant, il ne peut que se trafiquer une carte d’identité bidon ou se taper le gars qui vérifie l’âge des clients pour entrer dans les boîtes de nuit réservées aux grands. Tout ça pour se taper une nana plus âgée que lui qui a plus d’expérience sous la couette, puisqu’apparemment c’est pas son cas. »

    L’ancienne cheerleader se radossa contre les casiers, un large sourire aux lèvres. Au moins, ils avaient eu honte tous les deux et devant une bonne partie de McKinley. Croisant les bras sur sa poitrine, elle attendit une énième attaque, qui ne tarda pas à venir, pire que ce qu’elle imaginait. Deux mains plus puissantes qu’elle ne les aurait crues capables surgirent de chaque côté de sa tête, l’emprisonnant entre les casiers métalliques et le corps de Mutt, devenu fou de rage. Fou était le bon mot, car ni ses propos ni ses yeux n’étaient bien raisonnables. Il était devenue carrément flippant.

    « Ouh... Qu'il est méchant... Et encore tu n'as rien vu... Ne joues pas la maligne avec moi. Tu sais ? Je me fiche des conséquences. Je me suis déjà fait viré de plusieurs établissements et ce n'est pas ce lycée minable dans ce trou de l'Ohio qui va me faire peur. Je n'ai pas de limites, surtout quand on me cherche comme tu le fais. T'as intérêt à bien jouer avec moi, parce que je suis sans pitié et très mauvais joueur. »

    Candice ne souriait plus, elle le trouvait tellement bizarre que leur petit jeu n’était même plus amusant. Elle ne supportait plus de se sentir enfermée, avec dans son dos son passé et devant elle son présent. Elle repoussa le torse de Mutt de toutes ses forces.

    « Qu’est-ce qui va pas chez toi Mutt ? Pas la peine de me faire tout ton cinéma, je pense que tout le monde l’a compris, t’es un taré ! Un loser doublé d’un taré. » conclut-elle d’un voix forte afin qu’un maximum de lycéens encore présents puisse l’entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Caught Red-Handed  Empty
MessageSujet: Re: 01. Caught Red-Handed    01. Caught Red-Handed  EmptyVen 23 Déc - 19:13

Candice n'avait pas dit son dernier mot. Ca serait trop facile. Il détestait son petit air supérieur qu'elle prenait en face de lui, bien qu'il sentait que c'était pour planquer autre chose. Mutt n'était pas un tendre, il le savait. Que ca soit dans certains gestes ou propos. Pas qu'il violentait les autres ou qu'il aimait frapper. Non... Il n'aimait pas ca du tout, mais une triste période de sa vie avait fait remonter toute cette violence en lui. Il n'y avait jamais eu personne pour la comprendre, jamais eu personne pour la maîtriser. Le monde était cruel, et pour pouvoir avoir la dessus, il fallait se montrer plus cruel encore. Ca Mutt l'avait compris à ses dépends.

Elle vint à l'énerver encore plus en retour, en lâchant des choses sur lui dans tout le couloir. Si ses yeux pouvaient lancer des éclairs, Candice serait déjà électrocutée et carbonisée à l'heure qu'il est. Il avait violemment claqué ses deux mains de chaque côté de sa tête et s'était approché d'elle. Il la bloquait comme ca. Candice ne souriait plus, elle ne s'amusait plus. Était-ce de la peur qu'elle voyait dans son regard ? Peut être... Elle finit par le pousser en arrière. Mutt fit quelques pas en écartant les bras. Quand elle le traita de taré, le garçon ne put s'empêcher de rire de façon nerveuse. Peut être qu'il l'était... Elle avait peut être raison, mais la faute à qui ? Ce genre de personnes comme Candice. Ce genre de personnes qui en étaient venu à ne plus avoir de limites et qui étaient venus à en faire baver à un pauvre mioche qui n'avait jamais rien demandé. La haine était venue si forte qu'elle avait fini par élire domicile à long terme dans son coeur. Là, le garçon donnait pleine puissance au démon qu'il avait en lui. Il ne le retenait pas. Le fait qu'elle l'insulte de taré ne lui donnait aucun effet.

« Candice... Candice... Candice... J'ai vécu dans la jungle New-Yorkaise et les New-Yorkais sont bien réputés pour être des barges. Alors tu ne m'apprends rien... Tu penses que tu as été une petite garce en étant ici... Mais crois moi tu n'as rien vu. New-York, c'est marche ou crève ! Je sais que moi... comparé à toi... Quand je sortirai de ce trou à rats, j'aurai les armes pour me défendre. Toi, t'es juste bonne... »

Il s'approcha d'elle de nouveau et par un geste tout à fait provocateur de sa part, posa une main sur sa joue.

« ... bonne à mettre dans un pieu... Je suis peut être un Loser entre ses murs, mais comme je te l'ai déjà dis: dehors je suis roi. Par contre le taré... Je ne sais pas si ca se limite à McKinley ou ailleurs... Je ne pense pas. »

Il sentait pourtant qu'avec ce remue-ménage, un professeur risquait de ne pas tarder à débouler. Il connaissait tellement bien ca... Il se recula juste au moment où un professeur passa une des portes adjacentes, accompagné d'un élève. Cet élève qui avait dû le prévenir. Mutt tourna les yeux vers le type et reconnu son professeur d'économie. Ce prof dont il s'était moqué à son dernier cours. Il eut un large sourire insolent à son intention. Par son regard, il était facile de deviner ses pensées... Un encore vous ??? qui devait traîner quelque part. Tout gardant son regard amer fixé sur Mutt, il lança:

« Encore vous, Henry ? Pourquoi ca ne m'étonne pas !
- Pourtant l'imprévisibilité est mon crédo, monsieur... »

Il se tourna vers Candice et fit de petits yeux:

« Qu'est ce qu'il se pas... Ho, Miss Candice Connell ! Ca faisait longtemps... Qu'est ce que vous faites dans ces couloirs ?
- C'était ce que j'étais en train de lu...
- Je ne vous parle pas à vous, Monsieur Witwicky...
- Mon père m'a toujours dis qu'il est très impoli de couper les gens quand ils parlent. »

Le professeur se retourna vers Mutt et le fixa droit dans les yeux d'un regard noir. Peut-être n'aurait-il pas dû, mais il faut aussi ajouter que Candice l'avait mis sur les nerfs. Mutt ne cilla pas et le regarda avec ce même regard.

« Est-ce que vous avez conscience de l'endroit où est votre place ?
- J'ai une vague idée oui...
- Vague... J'aimerai que vous vous imprégniez de celà... Vous êtes un élève et moi un professeur... »

Il vint à vouloir poser un doigt sur son front pour accompagner ses paroles avec son geste. D'un geste rapide, Mutt attrapa la doigt. Pris sous la surprise, le professeur s'arrêta dans sa phrase et le regardé étonné par ce geste.

« Ne me touchez pas...
- Lâchez moi Monsieur Witwicky ou vous savez que ca risque de très mal se terminer pour vous. Vous n'est pas à New-York ! Ici, nous sommes une population civilisée ! »

Mutt lâcha le doigt du professeur et respira longuement pour se détendre. Il devait se calmer. Il savait qu'il pouvait aller très loin quand il était énervé.

« Deux heures de colle. Et encore je suis indulgent, j'aurai très bien pu vous convoquer chez Figgins. »

Mutt serra les dents et préféra détourner le regard de l'homme. Il savait que s'il continuait, il allait perdre de toute manière. Vivement qu'il quitte les murs de cet endroit m*rdique... Il leva les yeux vers Candice.

« Revenons où nous en étions... Miss Connell... Que me fait le plaisir de cette visite parmi le corps des lycéens ? ... Une bouteille de bière à la main... Vide mais quand même...
- Elle voulait me rendre un livre que je lui avais prêté. C'est moi qui lui ai dit de venir.

Il n'avait pas réfléchi. Mais à l'instant précis, les armes qu'avaient Mutt venait de se retourner contre le professeur. Il n'avait pas à lui parler comme ca. Il détestait encore plus la supériorité qu'aimait prendre certains de ses professeurs... C'était un comportement qu'il détestait plus que tout... Humiliation publique... Certains n'étaient vraiment pas fait pour être enseignants. Mutt n'était pas du genre à rendre les armes si facilement. Imprévisible ? Oui, il l'était... Il n'était pas attaché à suivre une ligne de conduite... Il faisait ce qui lui semblait juste pour l'instant. Et il savait que son cher et tendre prof d'économie allait prendre un malin plaisir à s'attaquer à Candice maintenant.

« Je ne vous parl...
- Ecoutez moi John... Alors déjà... Vous commencez à me courir sévère. Ensuite, je vous prierai de laisser Candice en dehors de tout ca.
- John ?... Déjà vous n'avez pas le droit d'avoir quelconques familiarités avec moi jeune homme et qui plus est, je ne m'appelle pas John.
- Vous êtes un crétin en plus d'être idiot... L'expression John vous connaissez pas... ? Et après c'est moi le cancre... »

Il devint rouge de rage. Mutt ne cilla pas. Il ne lui faisait pas peur. Il n'avait peur de personne.

« Je vais vous le faire payer Witwicky. On va aller voir Figgins, une convocation s'impose et je pense que des travaux d’intérêts généraux pour le lycée seront très bien pour vous.
- La loi du plus fort... Je ne peux rien faire contre ca... Ce qui est particulièrement dommage... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Caught Red-Handed  Empty
MessageSujet: Re: 01. Caught Red-Handed    01. Caught Red-Handed  EmptyMer 28 Déc - 13:47

    Candice n’avait aucune idée précise de ce qu’était que la folie. Elle n’était pas la mieux placée pour savoir qui était fou et qui ne l’était pas, c’était plutôt le boulot d’un psychologue. Pourtant, lorsqu’elle voyait le visage de Mutt tout près du sien, passant d’une haine ravageuse à une colère sourde, la seule chose qui lui venait à l’esprit était « ce mec est un taré ». Elle n’écoutait qu’à moitié ce qu’il lui disait, ses méninges en parties bloquées par l’alcool s’actionnaient à toute allure pour trouver un moyen de se sortir de cet endroit sans qu’un membre de l’établissement n’appelle la police. Elle ne tenait pas à déranger une énième fois l’un de ses amis pour qu’il aille le chercher après sa garde à vue. « … mais comme je te l'ai déjà dis : dehors je suis roi. Par contre le taré... Je ne sais pas si ca se limite à McKinley ou ailleurs... Je ne pense pas. » finit Mutt. Avant de rétorquer, Candice ne se gêna pas pour lui attraper le poignet et le tordre, le forçant à la lâcher, une mine de dégoût sur le visage. Elle refusait qu’il la touche encore une fois. Elle commençait sérieusement à le détester à présent. En tout cas, ce « coup d’un soir » ne restera qu’un coup d’un seul et unique soir : elle ne répétera pas son erreur, même bourrée ou au bord du suicide.

    « Tu te trompes Mutt, répondit-elle d’une voix grave mais où la menace n’était pas bien difficile à discerner. T’es un loser au lycée et à l’extérieur. J’aurais dû m’en rendre compte tout de suite. Y a que les mecs comme toi qui ne peuvent que se taper une nana bourrée pour faire croire aux autres qu’ils sont des hommes. Mais tu sais quoi ? Tu me fais plus pitié qu’autre chose. »

    En disant ces mots, Candice se surprit à employer ceux qu’elle utilisait lorsqu’elle n’était qu’une adolescente de dix-sept ans qui collectionnait tous les plus beaux footballeurs du lycée. Elle les jetait le plus souvent ainsi, avec des mots durs, froids et méchants, comme des vieux mouchoirs après leur utilisation – et à peine ces paroles prononcées elle passait à un autre, toujours aussi beau gosse voir plus encore, et ainsi de suite. Une époque révolue puisqu’à présent ses petits-amis ne passaient pas plus d’une semaine en sa compagnie. Elle attirait les hommes la nuit et les faisaient fuir le jour.

    Sans prévenir, Mutt recula et un professeur entra dans le champ de vision de la jeune femme. Elle s’en souvenait vaguement, ses cours n’avaient pas dû la captiver. Il lança un regard accusateur vers le lycéen, puis un plus curieux vers elle. Apparemment il était surpris de la voir, et encore plus en train de créer toute une émeute en s’adressant à un élève. Candice était quasiment sûre qu’elle n’aimait pas beaucoup ce prof, tout simplement parce qu’il la renvoyait de cours pour aller chez le principal lorsqu’elle roupillait tranquillement sur son bureau. L’économie ne l’avait jamais passionnée, comme aucune autre matière …

    « Encore vous, Henry ? Pourquoi ca ne m'étonne pas ! »
    « Pourtant l'imprévisibilité est mon crédo, monsieur... »

    « Henry » ? Il lui semblait bien que Mutt n’était pas son véritable prénom. Ce gars était donc bien mythomane ? Ou peut-être qu’il était schizophrène, qu’il souffrait d’une sorte de dédoublement de personnalité … Dans tous les cas, ce garçon avait un sérieux problème ! Elle sourit, prête à se moquer de lui, lorsque le professeur se tourna vers elle, ses petits yeux vicieux luisants de curiosité.

    Spoiler:
     

    Candice suivait leur petite conversation sans parvenir à en placer une, suivant des yeux chaque geste et chaque interlocuteur comme une partie de tennis. Elle sentait la conversation dégénérer en faveur du professeur, à son grand contentement. Deux heures de colle, voilà ce qui devrait faire réfléchir Mutt – ou plutôt Henry.

    « Revenons où nous en étions... Miss Connell... Que me fait le plaisir de cette visite parmi le corps des lycéens ? ... Une bouteille de bière à la main... Vide mais quand même ... »

    Avant même qu’elle n’ait eu le temps d’ouvrir la bouche, Mutt prit la parole à sa place. Elle lui lança un regard assassin, puis surpris.

    « Elle voulait me rendre un livre que je lui avais prêté. C'est moi qui lui ai dit de venir. »

    Il prenait sa défense ? Tant mieux, elle n’allait pas s’en plaindre. Mais tout de même, il venait de l’humilier en public, et à présent il la défendait ! Il devait cacher quelque chose, c’était impossible. Néanmoins pourquoi ne pas profiter un peu de la situation pour tirer son épingle du jeu en vitesse ?

    « Exact, j’allais partir d’ailleurs. » répondit-elle avec un large sourire.

    La conversation repartit sans elle, elle n’était d’ailleurs pas certaine qu’ils l’aient entendue. Elle s’éloigna discrètement et ramassa le livre que Mutt avait fait tomber de son sac un peu plus tôt. Même en le retournant et en le regardant sous toutes ses coutures, ce livre lui était totalement inconnu.
    Elle écoutait ce qu’il se disait sur elle en même temps, et Mutt continuait de l’étonner. En fait, ce garçon lui ressemblait beaucoup lorsqu’elle était, comme lui, une lycéenne. Elle aussi était insolente et elle ne manquait pas de culot quand elle pouvait rabaisser quelqu’un qui ne lui plaisait pas. Ils avaient donc plus de points communs qu’il n’y paraissait.

    Spoiler:
     

    Mutt s’enfonçait et Candice lui devait quelque chose pour l’avoir défendue – oui, elle lui en était un peu reconnaissante tout de même. En plus, c’était en grande partie à cause d’elle s’il risquait de se faire virer de McKinley, or ce n’était pas son but au départ. Tout ce qu’elle voulait, c’était des explications, voir un peu d’humiliation, mais c’est tout.

    « Excusez-moi Monsieur, mais c’est ma faute. J’ai laissé mon chien jouer avec son livre et il l’a déchiré, et ça l’a vraiment énervé. Je suis désolée ça ne se reproduira plus. »

    Le mensonge passait parfaitement, bien qu'elle venait tout juste de l'inventer. Sa petite voix mielleuse faisait toujours effet, mais il fallait y ajouter un petit supplément. Avec un large sourire, elle s’approcha de lui et lui tendit un bout de papier vert : un billet de cent dollars. Il disparut rapidement dans l’une des poches du professeur. Evidemment qu’il acceptait. Tout le monde avait besoin d’argent, et à en voir cette chemise immonde, cet homme ne faisait pas exception à la règle.

    « On passe l’éponge pour cette fois-ci ? Je pense que deux heures de colle devraient largement lui suffire. »

    Un autre sourire aguicheur et l’affaire était dans le sac. Enfin, elle lui laissait ses deux heures de colle, mais au moins il évitait la convocation chez Figgins. Pour y avoir assisté en compagnie de son père, Candice savait que ce n’était pas une partie de plaisir, bien au contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Caught Red-Handed  Empty
MessageSujet: Re: 01. Caught Red-Handed    01. Caught Red-Handed  EmptyMer 28 Déc - 19:09

Candice l'attaqua encore plus férocement. Il devait le prévoir. Elle fut particulièrement sèche et mauvaise avec lui... Il l'avait cherché. Bien entendu, elle s'attaqua à ce qui pouvait encore plus le terrasser. A vrai dire, ce soir là, ce n'avait pas été vraiment son but de finir dans le lit de Candice. Il ne savait plus trop ce qu'il faisait... Et tout ce qu'il pouvait faire, ce n'était pas pour se prouver quelque chose à lui-même mais bel et bien pour emmerder son père. Oui... Il faisait tout l'inverse de ce qu'il voulait qu'il soit et pourquoi ? Il voulait juste lui faire payer de ne pas s'occuper de lui assez... Lui ouvrir les yeux sur le fait que son fils avait besoin de lui. Car il ne l'avait jamais écouté. Il claqua de nouveau le plat de sa main contre un des casiers. Il pointa Candice du doigt, prêt à riposter quand le professeur d'économie fit son entrée.

Un altercation vive se déroula entre lui et l'homme. Et de façon étrange, il vint à prendre la défense de Candice. Pas si étrange que ca en réalité. Sachant qu'il pouvait détester encore plus les professeurs... Surtout cette tête de con... L'altercation ne se déroula pas très bien et Mutt voyait poindre de gros ennuies... Bon, il les sentait... Mais les voir... Disons qu'il était un peu hors de lui pour voir quoi que ce soit. Ce qui était bien là le problème. Il était vraiment trop impulsif à certains moments. L'altercation aurai pu continuer jusqu'à ce que le garçon soit envoyé chez Figgins... Candice prit alors les devants.

Mutt la regarda avec un air renfrogné. Pas en colère contre elle là non... Juste renfrogné. Il était contrarié. Pourquoi elle venait prendre sa défense à son tour ? Il la vit glisser un billet dans sa poche et Mutt roula des yeux... C'était du joli ca tiens... Lui n'avait jamais fait ca... Et puis comme si il avait de l'argent d'ailleurs. Quoi que si elle s'attendait à des remerciements pour la suite. Elle se gourait totalement. Jamais il ne lui dirait merci ! Mutt grogna quelques insanités entre ses dents. Le professeur en question vint à remonter ses lunettes, jeter un regard dans le couloir et se mit alors à hurler aux élèves de se disperser. Il les regarda tous les deux d'un air de dire qu'il devait dégager de là aussi. Il finit par dire à Mutt:

« Je vous attends ce soir pour vos deux heures de colle. »

Mutt se retint de dire quelque chose, et réussit à garder ses lèvres serrées. Un miracle... Bien que ses yeux disaient tout autre chose... Il ne dit rien à Candice et ne la regarda même pas quand il commença à ramasser ses affaire éparpillées dans le couloir. Il finit par balancer un cahier rageusement contre un mur quand il se rendit compte que quelques imbéciles en avaient profité pour lui voler quelques trucs qui pouvait leur être intéressant...

« F*ck ! »

Puis, il se rappela son bouquin de philo... Il le chercha des yeux... Et ne le trouva pas. Ca ce n'était pas bon non plus... Il finit par se laisser tomber par terre en claquant son sac. Il leva alors les yeux vers Candice et remarqua enfin le bouquin entre ses doigts. SON livre. Il se mit à rire nerveusement avant de se lever. Il ramassa son sac et dit:

« Rends moi mon livre, Candice ! De toute manière, je crois que tu t'es assez bien fendue la gueule déjà, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Caught Red-Handed  Empty
MessageSujet: Re: 01. Caught Red-Handed    01. Caught Red-Handed  EmptySam 7 Jan - 18:55

    Candice ne se délectait pas du visage renfrogné de Mutt lorsqu’elle l’avait défendu. Bien sûr, elle avait sûrement blessé sa petite fierté de mec en prenant sa défense … à sa façon. Si elle avait bien compris quelque chose au cours de ses années lycées, c’était que l’argent résolvait tout. Tout le monde assez pauvre pour bosser dans un lycée public avait besoin d’arrondir ses fins de mois. Quant aux élèves, de l’argent de poche supplémentaire était toujours le bienvenu. Les riches pouvaient donc faire ce qu’ils voulaient. Candice faisait parti de ces personnes dont les parents bossaient comme des fous pour gagner beaucoup afin que leurs enfants accèdent à une somme d’argent illimitée par le biais d’une belle carte bleue. La belle vie, en somme. Cependant comme le dicton le disait si bien, le fric ne faisait pas spécialement le bonheur de la demoiselle. Il lui rendait juste quelques services, tel un ami fidèle toujours dans sa poche.

    En fait, la jeune femme n’était pas certaine de savoir pourquoi elle avait aidé ce garçon. Elle s’était dit immédiatement après qu’elle avait eu tord et qu’il était de toute façon fou. Il lui avait même menti sur son prénom, « Henry » ! Mais au fond d’elle, elle éprouvait un peu de compassion pour lui : il lui rappelait son insolence d’autrefois. Sauf que, comme il le lui avait très bien fait remarquer, elle était reine à l’intérieur du lycée et bien moins à l’extérieur. Elle devait avouer qu’il n’avait pas tout à fait tord sur ce point, bien que son habituelle confiance en elle la quittait rarement où qu’elle aille. Oui, finalement ce Mutt lui plaisait bien malgré ses mensonges. Il avait du cran. Elle le regarda ramasser ses livres, avec pour seule pensée le mot « lamentable ». Elle n’attendait aucune excuse de lui, juste un tout petit peu de reconnaissance. Elle ne secourait personne en temps normal. Il aurait pu facilement se faire exclure en allant chez Figgins. Elle le regarda jeter ses cahiers sur les murs du couloir puis glisser contre les casiers sans bouche ni dire un mot, bien qu’elle eut du mal à cacher sa pitié envers lui. Quelque chose clochait chez lui. C’est alors qu’il remarqua le livre entre les doigts de la blondinette. Elle crut qu’il allait à nouveau se jeter sur elle, au lieu de quoi il ne fit que se lever et le lui demander. Hum, bon progrès Mutt. Candice n’avait plus de monnaie sur elle au cas où le prof reviendrait.

    « Tu permets ? Je veux juste jeter un coup d’œil. On est quitte maintenant. » lança-t-elle en ouvrant le livre à la première page.

    Elle recula de quelques pas pour se tenir hors de portée de Mutt. Le début du récit ne lui évoquait rien, elle ne comprenait pas une seule phrase de ce fichu bouquin. Les mots se suivaient sans sens précis à ses yeux. Au bout de dix secondes, elle le referma d’un coup sec. Ce n’était même pas amusant. Ce texte, c’était du chinois : incompréhensible, il n’y avait rien à en tirer d’amusant. Pourtant, le lycéen semblait y porter une attention particulière, à croire qu’il s’agissait de quelque chose de précieux. Déçue, elle le lui lança avec dédain comme si le papier allait lui brûler les doigts avec son savoir mystérieux. Son ignorance l’énervait plus qu’autre chose. Oui, elle était agacée par elle-même. Et un peu triste aussi : cela lui rappelait l’échec cuisant de son diplôme qui l’avait menée à ressasser tous les jours ses erreurs et ses peines.

    « Tiens. J’vois pas pourquoi t’y tiens tant, c’est qu’un bouquin mec ! »

    Une moue boudeuse apparue sur le visage de la jeune femme, qui croisa les bras sur sa poitrine. Il était grand temps qu’elle s’en aille. Ces murs l’étouffaient, ils la privaient d’air et de liberté. Et puis il était vrai qu’elle n’avait rien à faire au lycée. Elle ne savait même plus pourquoi elle y était rentrée. De plus, elle avait soif. Il était temps qu’elle rentre chez elle pour s’ouvrir une bouteille de vodka et oublier ce qui venait de se passer.

    « A plus Mutt. Et la prochaine fois, essaie de te taper une fille qui n’a pas déjà bu une bouteille de whisky à elle toute seule ! »

    Sur ces mots et avec le peu de classe et de dignité qui lui restait encore, elle tourna les talons et se dirigea vers la sortie. Au passage, elle jeta sa bouteille vide dans une poubelle près du mur. Se souvenant d’un petit détail, elle pivota vers le garçon au bout de quelques mètres.

    « Au fait ! Je ne sais pas si Henry est ton vrai prénom, mais t’as bien fait de le changer. »

    Candice se mit à rire en se retournant. Henry était un prénom stupide et vieillot, il devait dater des années de leurs grands-parents – voir arrière-grands-parents. Même ‘Mutt’ à côté était mille fois plus cool. D’ailleurs, elle ne parvenait pas à se défaire de ce prénom puisque c’était celui qu’elle avait attribué au jeune homme lors de leur rencontre. Celui qu’elle avait soupiré cette fameuse nuit aussi … Elle souriait toujours en rejoignant sa voiture sur le parking. Elle s’étonnait elle-même : sourire alors qu’elle n’avait presque pas bu, ça ne lui était pas arrivé depuis un bout de temps. Finalement, cette petite entrevue avec lui ne lui avait pas déplu. Bon, il y avait eu une partie un peu moins drôle, mais sinon … Elle avait appris qu’elle avait couché avec un gamin à peine majeur, mais qui avait de la répartie et de l’insolence à revendre. A vrai dire, elle ne dirait même pas non s’il lui proposait une autre soirée bien arrosée … même si elle n’était pas sûre de vouloir le revoir dans son lit pour autant. Elle savait qu’il était différent en dehors du lycée – tout le monde l’était. Il n’était pas aussi violent et méchant qui le laissait montrer, cela ne servait qu’à se protéger. On ne manquait jamais assez de protections dans le monde des étudiants. Candice quitta le parking comme elle l’avait fait des centaines de fois quelques années auparavant, laissant Mutt se débrouiller avec ses heures de colle et ses professeurs pénibles. Ce n’était plus ses affaires. Ses affaires à présent se résumaient à une bouteille et à une soirée inondée d’alcool.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
01. Caught Red-Handed  Empty
MessageSujet: Re: 01. Caught Red-Handed    01. Caught Red-Handed  EmptyDim 8 Jan - 18:05

Mutt n'aimait la voir avec son livre dans les mains. Un jour, il se rappelle qu'un type de son ancien lycée l'avait choppé comme elle et avait commencé à le feuilleter. Tellement énervé de ne rien comprendre, il l'avait saccagé et jeté dans la première benne. Mutt avait préféré ne rien dire ce jour-là... Bon, là c'était aussi particulièrement différent que ce bouquin venait de la bibliothèque de sa mère. Ce n'est pas sur un ton de reproches qu'elle lui demanda si elle pouvait jeter un oeil. Mutt se contenta alors de croiser les bras avec un brin d'impatience et d'attendre qu'elle le lui rende. Il se dit alors qu'il était idiot d'attendre comme un piquet et alla ramasser le reste de ses affaires.

Quand il revint vers elle, elle lui rendit enfin son livre, que Mutt inspecta tout de suite. Elle lui dit alors qu'elle ne comprenait pas pourquoi il était si important. Mutt eut un léger sourire en coin en le rangeant et lui répondit:

« C'est un très bon livre pourtant... Et encore heureux que mon père ne m'ait pas forcé à le lire en Allemand à l'époque, il en était bien capable... »

Comme la fois où il lui a fait lire un livre en grec... Il grimaça à cette idée. C'était bien avant qu'il vienne à faire son rebelle et il était encore un gentil garçon avec pleins de bons sentiments. Aujourd'hui, tout avait changé et c'est à peine si Henry Jr. lui donnait de la lecture. Il savait que c'était peine perdue. Enfin... Mutt continuait à lire dans son dos mais ca c'est une autre histoire. Il lui avoua en plus:

« C'était aussi le livre de ma mère. »

Elle se décida alors à s'en aller. Enfin... Il se dit qu'il était temps maintenant... En regardant l'heure, il a remarqué qu'il venait de rater un quart d'heure de son prochain cours. Il allait encore se faire insulter par le professeur quoi que... C'était le cours de Mr. Schue... C'est bien l'un de seuls professeurs avec qui il est honnête. Il lui dirait qu'il a eut un léger contretemps dans les couloirs. Il espérait qu'il comprendrait. Candice lui rappela la soirée en lui disant que la prochaine fois, il devait éviter les filles trop alcoolisés. A vrai dire, ce soir là, il l'était bien aussi. Il lui répondit donc avec simplicité:

« Et toi, essayes de moins boire, afin que tu puisses voir que tu vas te taper un jeune adolescent totalement ivre et inconscient de ce qu'il fait. »

Elle tourna les talons et s'en alla. Mutt se secoua la tête en sourirant. Quelle fille ! Il s'en rappellerait à vie de cette Candice ! Il se dit qu'il aimerait bien la revoir un de ces quatre en dehors du lycée. Bon, il éviterait de faire une bêtise cette fois. Il allait prendre la route jusqu'à sa classe alors qu'il remonta son sac sur son épaule. Elle lui lança alors une dernière chose à propos de son prénom. Mutt lui renvoya:

« Et encore... Tu ne connais pas mon nom en entier... Là tu pourras dire que ca craint vraiment... »

Qui appelait son gosse Henry III ? Non mais sérieusement, il s'est demandé à sa naissance si c'était une blague. Mutt avait rapidement remarqué que depuis qu'il était gamin, dès qu'il remettait en question son prénom, son père venait à se renfermer comme pas deux. Il lui répondait très souvent: C'est ton prénom, c'est comme ca... Et il est très bien comme ca... J.U.N.I.O.R. Rha... Il avait un père pire qu'une tête de lard... Bon, il avait cours avec Mr. Schue maintenant. Espagnol ! Et... Il n'avait pas fait ses exercices... Oups.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
01. Caught Red-Handed  Empty
MessageSujet: Re: 01. Caught Red-Handed    01. Caught Red-Handed  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

01. Caught Red-Handed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 1
-