Choriste du mois


Partagez | 
 

 01. Grounds for hope.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
01. Grounds for hope. Empty
MessageSujet: 01. Grounds for hope.   01. Grounds for hope. EmptyLun 19 Déc - 21:58


01. grounds for hope



Sourcils froncés au-dessus de ses yeux clairs, Charlie observait l’Eglise qui se situait de l’autre côté de la rue. C’était de loin l’un de ses endroits favoris à Lima ; et par chance elle se trouvait non loin de la petite maison dans laquelle elle vivait. Par manque de temps, elle ne s’y rendait d’ordinaire qu’une seule fois par semaine : le dimanche matin, pour la messe hebdomadaire. Charlie était protestante et même si elle n’était pas suffisamment attachée à sa religion pour faire de celle-ci un mode de vie, elle aimait particulièrement ce petit rituel qu’elle suivait depuis plusieurs années déjà. Aller à l’église l’apaisait énormément. Elle aimait beaucoup écouter les paroles du pasteur, dont elle mémorisait parfois certains discours. A la manière du sport qui la défoulait lorsqu’elle en avait besoin, la messe lui permettait de se calmer et de faire le vide. C’était un moyen comme un autre de décompresser, et cela fonctionnait pour elle.

Sans détacher son regard de la bâtisse qui s’imposait non loin d’elle, elle se pencha légèrement en avant et reprit son souffle. Elle venait de faire trente minutes de jogging à travers les rues étroites de Lima et autant dire que sous le soleil plombant de ce début d’après-midi, elle avait brûlé de nombreuses calories au passage. Incapable de tenir en place, ne cessant de monter et descendre les escaliers de sa petite maison dans le but de se dégourdir les jambes mais surtout de s’occuper l’esprit, elle avait finalement décidé de dépenser son énergie à l’extérieur plutôt que de rester enfermée par un temps pareil. Elle avait ainsi enfilé son short de sport à l’effigie de l’Ohio State University, un débardeur qui commençait à se faire vieux, et des baskets de sport banales. L’exercice lui avait été bénéfique : elle avait fini par chasser certaines pensées de son esprit, tout en courant toujours plus vite sans faire attention à sa peau qui picotait par endroits à cause du soleil. Fatiguée après cette longue course, elle avait fait une halte et c’était ainsi que son regard avait rencontré l’image de l’Eglise de la ville.

Passant le revers de sa main contre ses tempes humides, la brunette se redressa finalement et défiant presque l’Eglise du regard, elle finit par traverser la rue pour rejoindre le trottoir qui lui permettrait d’y aller faire un tour. En dépit de la chaleur de cette journée de septembre, il n’y avait presque personne aux alentours. Les habitants de Lima devaient sûrement se dorer la pilule au soleil, ou alors sirotaient un verre devant le centre commercial. Le Vieux Quartier n’était pas spécialement attrayant un samedi après-midi, à moins que l’on ne soit un riche touriste se rendant à l’hôtel de la ville, ou encore un érudit amoureux des livres.

Pressant le pas, la jeune fille finit par atteindre la grande bâtisse. Visiblement l’endroit était vide, et c’est ce qui la poussa sûrement à y entrer. Elle prit soin de retirer les écouteurs de ses oreilles, les enfonçant au fond de sa poche. Elle ne se sentait pas particulièrement à l’aise dans sa tenue qui faisait tache dans un tel décor, mais considéra que puisqu’elle était seule, cela ne devrait pas être si important. Elle esquissa un sourire du bout des lèvres en rejoignant le banc sur lequel elle avait l’habitude de s’asseoir, chaque dimanche. Prenant place sur celui-ci, elle plongea son visage entre ses mains et inspira une grande bouffée d’air ; l’air qui semblait plus pur ici, et qui l’apaisa comme jamais.

Depuis quelques jours, elle ressassait de mauvais souvenirs qu’elle s’était pourtant juré d’enterrer. Cela lui faisait un mal de chien, et puisque son rendez-vous avec Miss Randfield n’était fixé qu’au mardi de la semaine suivante, elle ne pouvait en parler à personne. Elle aurait pu se confier à un ami, bien sûr, mais elle avait toujours peur de les embêter avec ses problèmes et puis au fond, elle n’était pas sûre de vouloir partager cela avec quelqu’un. Alors elle continuait de se refermer sur elle, une mauvaise habitude qu’elle pensait pourtant avoir perdu.

Relevant la tête avec lenteur, elle serra les dents et posa un regard sur un mur au hasard. Elle arqua un sourcil lorsque ses yeux rencontrèrent une affiche dans les tons bleus vantant les mérites d’une des quatre chorales de Lima : celle des Second Chances. Oubliant presque ses propres soucis, Charlie ne put s’empêcher de sourire de nouveau. Cela faisait un moment déjà qu’elle s’intéressait de loin à celle-ci. Elle savait que Cassandra en était la directrice, et c’était sûrement ce détail qui faisait la différence. Des quatre chorales de Lima, elle pensait que celle-ci était la plus intéressante et la seule chose qui l’empêchait de proposer sa candidature afin de pouvoir peut-être obtenir la chance de l’intégrer, était sans l'ombre d'un doute un mélange de timidité et de manque de confiance en elle. Plissant les yeux, elle parvint à déchiffrer les quelques mots inscrits en dessous du slogan de l’équipe. Ces derniers indiquaient l’emplacement du quartier général de la chorale, que Charlie connaissait déjà.

Sur un coup de tête, elle se leva du banc et quitta l’Eglise, qu’elle contourna soigneusement afin de trouver la petite annexe dans laquelle les Second Chances se réunissaient pour répéter. Elle leva le poing devant la porte, prête à frapper, avant de se hausser sur la pointe des pieds et de jeter un coup d’œil derrière la vitre que comportait la porte. Visiblement, l’endroit était calme : nulle voix ne lui parvenait aux oreilles. Sans véritablement réfléchir, elle saisit la poignée de la porte qui s’ouvrit aussitôt. Charlie entra pour la première fois dans la salle et fut agréablement surprise par l’ambiance qui y régnait. Elle ferma la porte derrière elle puis contempla les lieux d'un air ravi. Certes, la pièce en elle-même n’était pas des plus chaleureuses : les murs étaient blancs et peu recouverts. Cependant elle se surprit à apprécier ce qu’elle voyait. Un micro, quelques instruments de musique et surtout un magnifique piano. Elle fit quelques pas dans la pièce et son regard accrocha une guitare qui se trouvait près du micro. Souriant de plus belle, elle hésita une seconde avant de prendre la guitare, se demandant ce qu’elle risquait si on la trouvait là. Elle jeta un regard en arrière et plissa les yeux d’un air inquisiteur : après tout, il n’y avait personne, alors pourquoi se priver ? Et puis elle avait terriblement envie de tester l’acoustique de cette salle. Ses doigts glissèrent sur l’instrument de musique et elle se pencha pour l’attraper. Bientôt, quelques notes de musique s’élevèrent dans la pièce, celle d’une chanson d’Adele, sortie des années auparavant. Charlie fronça les sourcils une seconde, puis décida d’accompagner ses notes de sa voix. Elle se contenta ainsi de fredonner les paroles d’une voix très légère et à peine audible.

« This is how the story went
I met someone by accident
It blew me away
It blew me away
»

Elle poussa un petit soupir puis fit quelques pas à travers la pièce. Son regard se posa une petite fenêtre qui donnait sur l’extérieur, et elle repartit de plus belle, sans jamais hausser le ton de sa voix :

« It was in the darkest of my days
When you took my sorrow and you took my pain
And buried them away, you buried them away
I wish I could lay down beside you
When the day is done
And wake up to your face against the morning sun
But like everything I've ever known
You disappear one day
So I spend my whole life hiding my heart away…
»

Elle s’apprêtait à poursuivre lorsqu’elle entendit la porte s’ouvrir derrière elle. Se retournant aussitôt, elle fit face à Cassandra qui venait d’entrer dans la pièce. Se sentant honteuse, Charlie s’empressa de reposer la guitare là où elle l’avait trouvée. Dans l’agitation, elle faillit perdre l’équilibre et se rattrapa de justesse avant de tourner les talons et d’observer la directrice des Second Chances d’un air embarrassé. « Je… Je suis désolée, je n’aurais pas dû toucher à ces instruments » Souffla-t-elle confusément.


Dernière édition par Charlie Watson-Brown le Sam 4 Fév - 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Age : 26 ans
Occupation : Co-directrice de la LPA et coach des Second Chances
Humeur : Déterminée
Statut : Célibataire
Etoiles : 1304

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Brave - Sara Bareilles
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
01. Grounds for hope. Empty
MessageSujet: Re: 01. Grounds for hope.   01. Grounds for hope. EmptyJeu 22 Déc - 21:46

Poussant un soupir, Cassandra se laissa tomber avec une délicatesse caractéristique sur le canapé. Ses livres de cours, consciencieusement éparpillés sur la table basse, la rebutaient plus qu'ils ne lui faisaient de l'œil. Elle adorait pourtant ce qu'elle faisait mais depuis peu elle se sentait bien plus préoccupée par ce qui se passait sur notre chère planète Terre plutôt que dans les étoiles. Son rêve n'était cependant pas totalement éteint; une légère flamme de motivation et d'espoir brûlait toujours en elle et elle attendait avec une impatience particulièrement dissimulée l'évènement qui pourrait la raviver. Au fond elle restait persuadée que la Terre n'était pas la seule planète accueillant la vie et elle s'était promis de le prouver un jour, mais de toute évidence ce jour n'était pas encore arrivé. A cet instant la seule venue qu'elle attendait était celle de Jeremy, qui, comme tous les samedis après midi prenait tout son temps pour se rendre de son lieu de travail à son modeste appartement des vieux quartiers de Lima. Même si Cassandra ne lui en tenait pas vraiment rigueur - elle savait comme il était tatillon à propos de tout - elle commençait malgré tout à s'impatienter. Cette attente, aussi languissante qu'agréable, lui rappelait sans réelle nostalgie l'époque où elle guettait depuis la fenêtre du dortoir de la Mogadore Academy que la voiture de son père se parque dans la cour graveleuse. Encore aujourd'hui elle tendait furtivement l'oreille vers la porte, prête à se redresser lorsque le tintement des clés trahirait la présence de son futur mari. Ce qu'elle appréciait le plus à propos de cet appartement, hormis les bons moments qu'elle y avait passés, c'était la présence de l'église que l'on pouvait contempler sans grandes difficultés à travers la fenêtre principale. Cassie aimait parfois s'asseoir près de la vitre et admirer le paysage pourtant bien triste du quartier. Ce dernier paraissait particulièrement fantôme, malgré les rayons du soleil qui réchauffaient la ville. Elle s'était donc résignée à l'idée de s'adonner à ce rituel, frustrée comme le serait une enfant privée de son passe-temps préféré.

Impatiente elle se redressa et tendit la main vers la table basse pour se saisir de son téléphone. En plus de l'heure tardive elle n'avait pas remarqué les nombreux appels manqués et le texto qui lui indiquait de ne pas l'attendre. Cassie hocha la tête, mécontente, avant de rassembler ses affaires dans le coin de la table. Elle s'affaira ensuite à les ranger dans son sac puis se dirigea vers le vestibule. Après un bref coup d'œil dans le miroir de l'entrée, elle entreprit de sortir, prenant bien soin de vérifier que la clé se trouvait toujours sous le paillasson.
De nature positive, elle se rassura en se disant qu'au moins elle n'avait qu'à traverser la rue pour rejoindre le QG des Second Chances. Il était près de 15h et la répétition débutait une heure plus tard. La jeune femme aimait cependant s'y rendre plus tôt dans l'espoir de tout préparer. Les répétitions des chorales adultes n’étaient pas aussi fréquentes que celles des New Directions, si bien qu'il ne fallait jamais manquer quoique ce soit, de peur de devoir tout remettre à la semaine suivante. Pour cette raison les lycéens étaient extrêmement chanceux, même si cette chance ne permettait en rien de compenser la réputation ténue dont ils pouvaient jouir au sein de McKinley.

D'une démarche toujours aussi assurée - elle avait presque l'impression de revenir cinq ans en arrière - Cassandra se dirigea vers l'église. Elle s'arrêta un moment devant l'édifice, un curieux sourire pendu aux lèvres, avant de le contourner. C'était à l'arrière que se situait les locaux des Second Chances, dans une petite annexe aménagée exprès pour le bon déroulement de leur entrainement aux Sectionals à venir. Beaucoup ne le savaient sans doute pas, mais la chorale de l'église - même si Cassandra n'aimait pas trop l'appeler ainsi - était particulièrement chouchoutée par les fidèles. C'était une des nombreuses sources de leur motivation, en plus de cette possibilité non négligeable de pouvoir chanter pour des milliers de personnes au lieu d'une petite trentaine. C'était là l'objectif véritable des Second Chances : toucher le plus de personnes possible. Leur communiquer des valeurs auxquelles les paroissiens étaient attachés et auxquelles Cassandra accordait une importance toute particulière.
C'était donc dans cet état d'esprit qu'elle marchait vers l'annexe, tenant fermement quelques documents contre sa poitrine, de peur qu'ils ne s'échappent.

Une fois assez proche il sembla bien à la blonde qu'une mélodie, aussi agréable que lointaine, lui parvenait aux oreilles. C'était bien la première fois qu'un des choristes était en avance. A moins que Joanna ait décidé de s'exercer pour un solo soi-disant improvisé. Elle jeta un bref coup d'œil à l'intérieur avant de tourner furtivement la poignée. Pas assez discrètement de toute évidence, puisque la mélodie s'arrêta brusquement pour laisser place au silence. Cassandra reconnaissait bien la jeune intruse, c'était une fidèle des bancs de l'église. Charlie, c'était son prénom. "Je t'en prie." répondit-elle en refermant la porte derrière elle, toujours aussi délicatement, comme si elle craignait d'interrompre une quelconque cérémonie. Elle resta un instant fixée sur le pas de la porte, raide comme un piquet. "Tu m'en vois confuse mais les auditions ne sont que le mardi." confia-t-elle avec une pointe d'amertume. "Je croyais l'avoir spécifié quelque part..." murmura-t-elle en tournant la tête à la recherche d'une quelconque preuve qui témoignerait de sa bonne foi. "Mais je peux bien faire une petite entorse au règlement après tout." dit-elle en hochant les épaules, presque excitée à l'idée de braver une règle qu'elle avait elle-même fixée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
01. Grounds for hope. Empty
MessageSujet: Re: 01. Grounds for hope.   01. Grounds for hope. EmptyDim 1 Jan - 17:40

Honteuse, Charlie détacha rapidement son regard du visage angélique de la directrice des Second Chances. Elle avait l’impression de ne pas être à sa place, dans cette salle de répétition. Elle n’appartenait pas à la chorale et n’avait aucune raison d’être là, après tout. Pour une raison qui lui échappait, c’était sa curiosité qui avait repris le dessus en l’entrainant dans cette petite annexe de l’église. Elle avait toujours été attirée par la chorale de son amie, même si elle n’avait jamais réellement chanté en public. Son truc à elle, c’était l’écriture et la guitare ; deux passions qu’elle ne dévoilait que rarement à ses amis. Les seules fois où elle écrivait pour quelqu’un d’autre était lors de ses cours d’écriture créative à l’université. Elle avait longuement hésité avant d’ajouter cette matière à son emploi du temps, car pour elle écrire était avant tout une chose intime et personnelle. Et puis, elle avait finalement cédé, en pensant qu’un tel cours lui permettrait de s’améliorer en se remettant sans cesse en question. Quant à la guitare, elle s’exerçait seule chez elle depuis des années, et la seule personne qui l’avait entendue en jouer était sa mère. Elle avait réclamé son premier ukulélé à l’âge de dix ans, après avoir vu le film Some like it hot à la télévision ; à l’époque, elle s’évertuait à répéter les faits et gestes de Marylin Monroe – il faut dire qu’elle ne comprenait pas le véritable sens de la plupart des scènes. Plus tard, elle avait réclamé une guitare et depuis, elle ne l’avait plus quittée, passant parfois des après-midis entiers à répéter des morceaux. Seulement, elle ne pratiquait son instrument que lorsqu’elle était sûre d’être seule, à l’abri des regards et oreilles indiscrètes.

Voilà pourquoi elle hésitait tant à rejoindre l’une des chorales de Lima. Elle éprouvait certaines difficultés à s’extérioriser, et à faire partager ses passions. Le chant n’en faisait pas encore partie, au contraire de son instrument de musique favori qu’elle maniait avec aisance. Elle avait commencé à chanter pour s’accompagner à la guitare, et non par quelconque désir de rejoindre les New Directions lorsqu’elle était lycéenne à McKinley High. A l’époque, elle s’arrêtait parfois dans l’amphithéâtre pour observer leurs performances. Elle avait envié les choristes pendant longtemps, eux qui étaient capables de s’affirmer en ignorant la pseudo hiérarchie du lycée, pour s’adonner à leur passion. Charlie, elle, n’aurait pas été capable d’être couverte de honte – et de glace pillée – tous les jours. Elle préférait de loin se faire discrète, ne rejoindre aucun club au risque de passer pour la fille banale par excellence, et se contenter d’être une bonne élève qui ne faisait pas de vagues. Et pourtant, maintenant que chanter était devenu une activité à la mode avec la création de trois chorales supplémentaires dans ce bled qu’était Lima, Charlie hésitait toujours autant à passer une audition. Entre les quatre chorales, son choix était pourtant fait : elle était trop vieille pour les New Directions, elle avait toujours eu peur de Bryan Ryan et le groupe des Awesome Voices n’était donc pas une possibilité, quant à Urban Hymns, elle ressemblait bien trop à une réunion d’anciens choristes du lycée pour qu’elle soit intéressée par cette troisième chorale. Les Second Chances, en plus d’être le dernier choix qui s’offrait à elle, était la chorale idéale à ses yeux. Elle connaissait déjà quelques membres qui l’avaient rejointe, et le fait qu’elle soit si rattachée à l’église la tranquillisait : au moins, personne ne le lui demanderait de se déhancher en petite tenue sur le devant de la scène en fredonnant les paroles de Like A Virgin et en adressant quelques œillades lourdes de sens au public. Non, dans cette chorale, rien de tout ça ne se produirait, Charlie avait suffisamment confiance en Cassandra pour cela. Certes, elle n’était pas non plus prête à chanter des mash-ups spirituels à longueur de journée, mais au fond, elle était certaine que la directrice du groupe était suffisamment intelligente pour savoir que proposer des cantiques ne lui permettrait pas de remporter les compétitions. Oui, elle avait confiance en Cassandra. Le seul problème dans l’histoire était qu’elle n’avait pas suffisamment confiance en elle-même pour se lancer.

Charlie se mordit la lèvre avant de plonger son regard dans celui de Cassandra, l’air plus embarrassée que jamais. Elle savait que la jolie blonde ne se mettrait probablement pas en colère contre elle – non pas qu’elle en soit incapable, mais son instinct lui soufflait qu’elle ne lui en voudrait pas tant que ça. Joignant ses deux mains devant elle, la brunette dut se faire violence pour ne pas exprimer davantage son embarras. Elle resta cependant en place, bien droite, les yeux ancrés dans ceux de son amie, quand celle-ci prit la parole. Si Cassandra lui annonça être confuse, ce n’était pourtant rien comparé au trouble de Charlie lorsqu’elle lui parla des auditions qui se déroulaient le mardi. Après une seconde d’hésitation, l’intéressée secoua la tête. Non, elle n’avait pas l’intention d’auditionner pour la chorale, elle n’était pas prête pour cela. Elle n’était même pas sûre que sa voix soit très agréable à écouter, puisqu’elle n’avait jamais pris le moindre cours de chant. Elle avait entendu chanter les Second Chances une fois, et elle savait qu’ils étaient bons. De toute évidence, elle n’était pas à la hauteur. Et puis, quand bien même elle aurait été dotée d’une voix agréable, elle était bien trop intimidée pour avoir l’audace de chanter devant Cassandra.

Détachant ses mains, elle laissa ses bras retomber le long de son corps. Ses doigts se mirent à jouer avec le petit emblème de l’Ohio State University, tissé dans son short, et puis elle plongea une main dans sa poche pour s’empêcher de paraitre trop nerveuse face à Cassandra. De nouveau, elle secoua la tête d’un air réprobateur en écoutant les nouvelles paroles de la jeune fille. « Oh non, je m’excuse, il doit y avoir un malentendu… je ne suis pas venue pour auditionner, Cassandra ». Elle plissa les yeux, étudiant les traits de la directrice des Second Chances. Et puis, un sourire se dessina sur ses lèvres et elle pointa un doigt dans sa direction. « Regarde-moi un peu, je ne suis vraiment pas habillée en conséquence. Ta chorale mérite un peu plus de respect que ça ». Elle jeta elle-même un coup d’œil à son vieux t-shirt qu’elle avait enfilé pour faire son jogging. Soupirant brièvement, elle esquissa un pas sur le côté, et son regard accrocha une affiche sur un mur, la même que celle qu’elle avait remarquée à l’église et qui l’avait poussée à se diriger vers l’annexe. « Je ne sais pas vraiment pourquoi je suis venue ici, d’ailleurs. J’imagine que la curiosité a été trop forte même si cela ne m’excuse en rien, puisque je n’aurais pas dû m’incruster dans ta salle. Ce n’était pas correct de ma part » Ajouta-t-elle. Elle lança un coup d’œil à Cassandra et sourit de nouveau. « En tout cas, je peux te dire que tu as du beau matériel, ici. Vraiment, moi qui m’attendais à découvrir une harpe ou un piano… voire peut-être quelques violons, je suis plutôt surprise ». Elle jeta un dernier regard à la guitare, comme pour appuyer ses paroles. Elle ressemblait un peu à celle qu’elle possédait, et dire qu’elle plaisait à Charlie relevait de l’euphémisme.


Dernière édition par Charlie Watson-Brown le Sam 4 Fév - 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Age : 26 ans
Occupation : Co-directrice de la LPA et coach des Second Chances
Humeur : Déterminée
Statut : Célibataire
Etoiles : 1304

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Brave - Sara Bareilles
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
01. Grounds for hope. Empty
MessageSujet: Re: 01. Grounds for hope.   01. Grounds for hope. EmptyLun 9 Jan - 17:21

L'air gêné de Charlie lui rappelait étrangement le sien lorsque sa mère la surprenait à fredonner dans sa chambre. Longtemps Cassie avait eu l'habitude de s'asseoir sur le petit banc de sa coiffeuse, chantonnant les mélodies qui lui passaient par la tête alors qu'elle se brossait délicatement les cheveux, postée devant son miroir. Et dès qu'une ombre se profilait dans le couloir, les notes s'évanouissaient brutalement, comme si c'était un délit qu'elle ne voulait pas commettre. Au fond cela s'apparentait davantage à de la pudeur qu'à une quelconque hardiesse qu'elle s'empressait de taire. Le malaise de Charlie, d'abord communicatif, ne tarda alors pas à l'amuser, à la bercer d'une douce et agréable nostalgie. Elle avait l'impression de se voir, sept ans en arrière, à travers les yeux de sa mère. Cette dernière était-elle aussi intriguée qu'elle face à cette voix mystérieuse qui se taisait lorsqu'on l'approchait de trop près ? Cassie n'avait rien entendu à vrai dire, mais elle en avait assez entendu pour savoir que Charlie avait du potentiel. Elle le savait parce que quiconque avait l'envie était capable d'accomplir ce qu'il voulait. Et quelque chose lui disait que c'était le cas.

Bien plus qu'une preuve évidente de compétence sous-exploitée, l'inconfort de Charlie permettait désormais à Cassandra de comprendre l'influence que pouvait exercer sa mère sans avoir à dire quoique ce soit. Selon Cassie ç'avait toujours été une question d'aura; Candace dégageait quelque chose qui imposait le respect. Son père et ses proches lui répétaient souvent qu'elle lui ressemblait, et bien qu'elle l'acceptait en esquissant un sourire légèrement hypocrite, elle avait beaucoup de mal à le croire. Si on la craignait elle c'était simplement parce qu'elle avait démontré à plusieurs reprises son impatience, alors que sa mère n'avait jamais eu besoin d'exprimer quoique ce soit. Elle était fière de pouvoir se vanter d'avoir hérité de la beauté subjective de Candace, mais jamais elle n'aurait l'audace ni la présomption de viser à lui ressembler autrement. C'était un objectif qu'elle ne s'était jamais fixée, malgré tout le respect et l'admiration qu'elle avait pour elle. Et l'espace d'un instant Cassie se surprit à penser que c'était peut-être ce que ressentait Grace à son égard. A l'exception faite que cette dernière avait véritablement dans l'idée d'égaler sa sœur. Qui était-elle pour lui ordonner de faire autrement ?

Bien que confuse, Cassandra n'en demeurait pas moins intriguée. Quelle que soit la raison de la visite de Charlie, elle avait ce besoin impérieux au fond d'elle d'entendre le son de la guitare résonner tout en se laissant hypnotiser par les gestes parfaitement coordonnés des doigts de la brunette. Elle n’avait pas envie de lutter pour pouvoir entendre quoique ce soit à travers les murs épais de la bâtisse. Cassie avait beau être une fille raisonnable elle restait affreusement obstinée et prête à tout pour faire plaisir à ses proches. Si à l'époque du lycée elle avait fait des pieds et des mains pour redorer le blason du club d'abstinence, aujourd'hui elle était bien déterminée à prouver aux habitants de Lima que la foi était plus forte que l'acharnement. Charlie ne le savait peut-être pas, mais elle ne quitterait pas cette pièce sans avoir joué quelques notes.

Charlie entreprit alors d'éclaircir le malentendu tandis que Cassandra se déchargeait des quelques documents qu'elle avait apportés. Elle les déposa avec négligence sur le banc le plus proche avant de se débarrasser de son manteau, qu'elle garda un moment dans ses bras. Elle inspecta ensuite son interlocutrice de la tête au pied, après que celle-ci lui a avoué ne pas être vêtue en conséquence. Cassie esquissa un sourire. "Je n'avais même pas fait attention." dit-elle en accompagnant ses paroles d'un hochement désabusé de la tête. De toute évidence Cassandra s'était fait des films, comme très souvent. Peut-être même que ce son de guitare avait été lui aussi le fruit de son imagination ? Elle se dirigea alors vers le porte manteau disposé à l'entrée et y accrocha son manteau, réprimant un frisson. Malgré l'isolement, l'annexe ne bénéficiait pas de chauffage, du moins c'était encore en pourparlers avec la mairie, et même si Cassie était souvent optimiste, elle avait du mal à garder l’espoir que Sue débourserait le moindre centime pour le confort d’une chorale qu’elle détestait plus que tout au monde. Bien heureusement la musique semblait réchauffer les lieux, du moins elle suffisait à faire illusion l'espace de quelques heures.

Le mot curiosité à lui seul constituait une excuse valable aux yeux de Cassandra. Elle aussi cédait souvent à ce vilain défaut que ses proches - du moins Jeremy - trouvaient attachant. Combien de fois avait-elle lutté pour ne pas s'arrêter devant la salle de répétition des New Directions lorsqu'elle arpentait les couloirs du lycée ? C'était là de la simple curiosité, parce que jamais l'idée de rejoindre cette chorale ne lui avait effleuré l'esprit. Bien au contraire elle se complaisait à merveille dans la chorale de l'église et s'était longtemps contentée des quelques solos que voulait bien lui accorder son père. Aujourd'hui elle avait beaucoup de mal à imaginer sa vie sans ce rendez-vous hebdomadaire avec les membres de sa chorale. Et les compliments de Charlie lui firent extrêmement plaisir, si bien qu'elle ne nota même pas le sous-entendu qu'elle avait émis à la fin. "J'ai appris à prôner l'éclectisme." confia-t-elle avec une pointe dissimulée de fierté. "J'ignore ce qu'il en est dans les autres chorales, mais ici on ne se cantonne à aucun style en particulier. Je crois qu'il existe des milliers de façon d'exprimer la même chose. Que ce soit une guitare ou une harpe, quelle différence cela fait après tout ?" ajouta-t-elle sans se départir d'un sourire avenant. D'un signe de la tête elle montra la guitare que semblait convoiter Charlie depuis le début de leur aparté. "Tu sais en jouer ?" demanda-t-elle en espérant que Charlie se laisse emporter par l'euphorie. Il ne lui semblait pas qu'un des membres des Second Chances sache jouer de la guitare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
01. Grounds for hope. Empty
MessageSujet: Re: 01. Grounds for hope.   01. Grounds for hope. EmptySam 4 Fév - 15:19

Plongeant ses mains au fond de ses poches, Charlie se tortilla légèrement sur place, la nervosité la gagnant peu à peu. En dépit de la gentillesse qui émanait de Cassandra, elle ne pouvait s’empêcher de s’en vouloir d’avoir fait irruption dans le quartier général des Second Chances sans y avoir été conviée. Elle n’avait pourtant pas menti à la directrice de la chorale : c’était bel et bien la curiosité qui l’avait plus ou moins poussée à rentrer dans cette pièce si particulière. Depuis qu’elle avait entendu parler de la création des trois nouvelles chorales à Lima, elle s’était intéressée à celles-ci de près ; par l’intermédiaire des articles rédigés dans la gazette de la ville, ou par le biais de ses amis qui avaient décidés d’en rejoindre certaines. Oxanna et Quinn avaient par exemple choisi de retrouver leurs anciens camarades de McKinley en rejoignant les Urban Hymns, et Charlie n’était pas sans savoir qu’Ecaterina était également intéressée par cette chorale-ci. Parfois, elles laissaient entendre qu’elle devrait tenter sa chance à son tour, certaines qu’elle serait aussitôt acceptée, et qu’elles s’amuseraient énormément toutes ensemble. Mais Charlie continuait de refuser poliment, avançant l’argument qu’elle n’avait jamais pris de cours de chant de sa vie et qu’elle constituerait un boulet pour les Urban Hymns, refusant par la même d’admettre qu’elle était en réalité particulièrement intéressée. Car elle l’était. Parfois, elle se surprenait à prendre sa guitare et à fredonner quelques chansons tout en essayant de s’améliorer dans l’espoir que peut-être, un jour, elle serait à la hauteur. Mais au fond, elle savait qu’elle ne le serait jamais. Tout du moins, mentalement : elle n’avait visiblement pas suffisamment confiance en elle pour se lancer dans les auditions.

Se mordillant la lèvre inférieure, Charlie détacha son regard de la guitare pour le reposer sur Cassandra qui continuait de l’observer. Cette dernière était la seule connaissance de la brunette qui faisait partie des Second Chances, et pourtant c’était bien cette chorale qui l’intéressait et pas une autre. Si un jour elle décidait de rejoindre les Urban Hymns, elle retrouverait tous ses amis là-bas. Oxanna, Quinn, Ecaterina, et elle aurait même la possibilité d’écouter Dorian chanter plus souvent, détail non négligeable dans la vie d’une fan comme elle. Seulement, elle n’avait pas spécialement envie de rejoindre les Urban Hymns, car c’était bien les Second Chances qui l’intéressait ; sans véritablement en comprendre les raisons, la chorale de l’église était à ses yeux la plus attractive. A première vue, cette chorale était pourtant celle qui était la moins susceptible de remporter les compétitions : la réputation des New Directions n’était plus à faire et le niveau était jugé excellent, les Awesome Voices avaient énormément d’ambitions et Bryan Ryan ne se laisserait pas battre une seconde fois, quant aux Urban Hymns, elle était composée de très bons chanteurs et anciens compétiteurs habitués des communales et régionales. Les Second Chances, eux, ne connaissait pas ce privilège. Ils avaient non seulement moins d’entrainement, mais également l’inconvénient d’être catalogué « chorale de l’église », ce qui pouvait leur porter préjudice au moment des compétitions. De plus, les choristes qui la composaient étaient des personnages très différents les uns des autres, de tout âge, mais également de tous milieux sociaux; ce qui pouvait être également perçue comme un malus. Et pourtant, envers et contre tout, Charlie se sentait indéniablement attirée par les Second Chances.

La jeune fille jeta un nouveau regard en biais aux instruments, les passant en revue une seconde fois, puis poussa un léger soupir et reporta son attention sur Cassandra qui lui avoua ne pas avoir fait attention à la façon dont elle était vêtue. La brune haussa un sourcil suspicieux mais ne répondit rien. Il était difficile de ne pas voir qu’elle faisait tâche au milieu d’un environnement si neutre et si paisible. Avec ce short et ce t-shirt, sans compter la sueur qui perlait sur sa peau, elle n’était très clairement pas à sa place dans cette salle. Cependant, elle choisit de croire Cassandra et acquiesça d’un simple hochement de la tête. Sans même s’en rendre compte, elle recommença à se dandiner sur place, à la fois pour vaincre la froideur de cette pièce, et pour se donner un peu de courage. Cassandra tourna les talons et partit ranger soigneusement son manteau avant de revenir à sa place initiale. La directrice des Second Chances lui expliqua alors la raison de la présence de tant d’instruments pour sa chorale, et Charlie l’écouta avec grande attention. Elle était fascinée par la façon dont elle parlait de ce qu’elle avait elle-même créée. Il ne faisait aucun doute que Cassandra était fière d’être parvenue à réunir tous ces choristes en leur offrant la possibilité de se tirer de la routine pour se réunir dans la bonne humeur et en chansons, semaine après semaine.

Après une seconde de silence, Charlie esquissa finalement un sourire. « Je suis certaine que vous devez faire des miracles avec tous ces instruments. Et puis, il parait que tu as de très bons atouts au sein de cette chorale ». Même si elle ne les connaissait pas vraiment, elle les avait déjà quasiment tous croisé dans la ville –Lima était si petit que tout le monde se connaissait plus ou moins. De plus, sa curiosité l’avait poussée à se renseigner davantage sur les choristes des Second Chances. Ainsi, elle connaissait la réputation peu flatteuse de Ryan Fairchild, le professionnalisme impressionnant dont faisait preuve Peter Matterface, le talent de la très chrétienne Caitlin Rosenberg, ou encore l’intelligence de Jude Eisenberg et même la bonté du couple Faithorn. Tout le Monde semblait avoir trouvé sa place chez les Second Chances. De plus, selon les rumeurs qui circulaient, Cassandra Hamilton était une directrice indulgente mais qui était surtout très juste avec tout le Monde et ne privilégiait jamais un seul choriste à qui elle donnait tous les solos. Non, tous les choristes semblaient avoir les mêmes chances de briller sur le devant de la scène et il n’y avait pas de favoritisme, ce qui impressionnait beaucoup Charlie. Peut-être était-ce justement parce que Cassandra était si différente des autres directeurs de chorale, qu’elle était tant intéressée par sa chorale.

La jolie blonde la sortit de ses rêveries en lui demandant si elle savait jouer de la guitare, visiblement intriguée par l’intérêt que portait Charlie à l'instrument. La jeune fille hésita une seconde, plantant son regard dans celui de Cassandra. Elle n’avait pourtant pas véritablement le choix : d’une, elle se voyait mal mentir, et de deux, Cassandra l’avait sûrement entendue jouer. Elle fronça les sourcils puis hocha la tête en signe d’approbation. « En fait, oui » Répondit-elle d’une voix neutre. Elle se tourna vers la guitare puis jeta un coup d’œil à son amie. « Je peux ? ». Avant même d’attendre la réponse, Charlie se pencha et attrapa l’instrument qu’elle avait déjà emprunté quelques minutes plus tôt. Faisant passer la sangle en bandoulière, elle positionna sa main droite sur les cordes de la caisse tandis que sa main gauche rejoignait le manche. Après un nouveau moment d’hésitation, elle baissa les yeux vers ses doigts qui commencèrent à s’agiter sur les cordes. Elle joua tranquillement les premiers accords de Seven Nation Army des White Stripes. Au bout de quelques secondes, elle décida de changer de rythme sur un coup de tête et ses doigts jouèrent la mélodie d’un morceau de Simon & Garfunkel, cette fois, Mrs Robinson. Elle connaissait la chanson par cœur puisque c’était l’une des premières qu’elle avait appris à jouer. Oubliant l’espace de quelques secondes la présence de Cassandra, elle fredonna les premières « ti tilititi titi » puis sourit et levant le menton, elle détacha son regard de ses doigts et croisa celui de la directrice des Second Chances. Aussitôt, elle s’arrêta net, décidant qu'elle ne chanterait pas les premières paroles même si le premier vers résonnait déjà dans son esprit. Charlie sentit ses joues s’enflammer et s’éclaircit la voix. « Enfin, je ne suis pas Kurt Cobain, c’est certain, mais je me débrouille… ou tout du moins j’essaye » Conclut-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Age : 26 ans
Occupation : Co-directrice de la LPA et coach des Second Chances
Humeur : Déterminée
Statut : Célibataire
Etoiles : 1304

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Brave - Sara Bareilles
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
01. Grounds for hope. Empty
MessageSujet: Re: 01. Grounds for hope.   01. Grounds for hope. EmptyJeu 16 Fév - 14:21

La curiosité avait beau être un motif suffisant, Cassie n'était pas sans savoir que la plupart du temps elle signalait un désir inconscient, un rêve, un espoir enfoui au plus profond de soi. Il était bien plus facile de refouler ses ambitions plutôt que de se placer devant le fait accompli et réaliser qu'au final un fantasme valait bien mieux qu'une déception. Si Cassie ne pouvait pas lui en vouloir, elle mourrait en revanche d'envie de savoir ce qui pouvait bien se tramer dans sa tête à cet instant. Charlie, à l'instar de quelques autres membres de la chorale comme Ashandra, Caitlin ou Ryan, était l'archétype parfait d'un membre des Second Chances. Tous les dimanches elle la croisait à la messe - du moins il lui arrivait de croiser son regard. Elle était de ce genre de personne qui préfère rester en retrait mais qui pour une raison plus ou moins obscure, parvenait à capter toute la lumière et l'attention. Elle n'était définitivement pas de ces personnes qui rêveraient d'être au centre des projecteurs mais qui n'y parviendraient jamais, c'était même tout l'inverse. Loin d'elle l'idée de se vanter d'avoir un don particulier mais Cassie avait cette intime conviction que tout ceci n'était peut-être pas le fruit du hasard. Et même si ça l'était, c'était bien au dessus de leurs forces, c'était le résultat pur et simple d'un destin tout tracé. Charlie l'ignorait très certainement mais elle était déjà une membre des Second Chances, au fond.

Toutes ces digressions menaient Cassandra à se demander avec un sérieux avéré quels étaient les critères dans le choix d'une chorale. Nul n'était censé ignorer qu'elles étaient aujourd'hui au nombre de quatre dans la petite ville de Lima et chacune avait sans doute sa spécificité. Cassandra avait cependant du mal à mettre le doigt sur la singularité dont pouvait véritablement jouir chacune d'entre elles. A l'époque des New Directions et des Awesome Voices c'était une évidence : il y avait les illuminés d'un côté, bercés d'illusions que Will Schuester ne cessait de raviver jour après jour, et les déviants de l'autre, conscients de leur sort et pourtant assez masochistes pour s'aventurer dans la mêlée. La morale à tirer de cette histoire avait été que rien ne valait plus que la foi et l'optimisme. Mais aujourd'hui tout était différent. La nouvelle génération des New Directions n'avait à priori rien à envier à l'ancienne, les Awesome Voices avaient perdu cette étiquette de chorale subversive qui lui allait si bien et les Urban Hymns et les Second Chances avaient fait place à de nouveaux idéaux. La passion et la nostalgie d'un côté, la solidarité et la tolérance de l'autre. Les habitants de Lima choisissaient-ils vraiment leur chorale favorite en fonction d'un critère particulier ? Certainement pas. Mais si Charlie avait décidé de s'introduire dans le QG des Second Chances et non dans celui des Urban Hymns, c'était probablement pour une raison.

Cassie la fixait alors, fascinée par la pureté de ses traits. Ses cheveux de jais contrastaient fortement avec la pâleur de sa peau, une alliance plutôt exquise qu'elle n'oserait jamais porter. Son malaise face à la blonde n'était rien à côté de ce besoin impérieux qu'elle avait de jeter des vifs coups d’œil aux instruments, comme si elle craignait qu'ils ne disparaissent balayés par un courant d'air. Les compliments qu'elle formula sans maladresse semblaient on ne peut plus sincère si bien que Cassie ne put s'empêcher de la gratifier d'un sourire reconnaissant. "Oui, une palette tout aussi variée." avisa-t-elle avec enthousiasme. Et c'était peu dire. Ce dont Cassie était la plus fière c'était d'avoir eu l'opportunité de réunir des gens si différents et d'avoir fait le pari de parvenir, un jour, à les souder pour qu'ils ne fassent plus qu'un. Leur plus grand atout était sans doute leur diversité, tant au niveau social que vocal. Et si les choristes laissaient leurs soucis sur le pas de la porte, cela s'entendait malgré tout dans leur façon de s'exprimer. Ce que Cassie attendait de Charlie, c'était qu'elle parvienne à s'exprimer devant elle, au moyen d'un simple instrument de musique. Elle n'avait certes pas le niveau de Joanna pour discerner parfaitement ces choses là mais elle y travaillait.

Ravie que Charlie soit si coopérative, Cassandra se délecta du spectacle. C'était peut-être présomptueux de sa part, mais à aucun instant elle n'avait douté que la brune accepterait sa requête dissimulée. Elle en profita alors pour aiguiser ses sens. Sans cligner des yeux elle fixait Charlie, en évitant soigneusement de paraitre trop insistante. Parallèlement elle l'écoutait avec attention, parvenant même à l'entendre fredonner d'une voix suave et réservée. On sentait la passion dans ses gestes, une passion qu'elle tempéra immédiatement. "Je ne suis pas Kurt Cobain non plus, mais je peux t'assurer que tu te débrouilles à merveille." dit-elle en s'approchant. Elle s'assit enfin sur l'estrade sur laquelle était perchée Charlie et, pensive, fixait le vide. "J'aurais une question à te poser." informa-t-elle solennellement, comme si tout dépendait de la réponse que formulerait Charlie. "Que représente la musique à tes yeux ?" demanda-t-elle en levant la tête pour soutenir le regard de Charlie. Son audition commençait maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
01. Grounds for hope. Empty
MessageSujet: Re: 01. Grounds for hope.   01. Grounds for hope. EmptyVen 24 Fév - 23:42

Devant Cassandra, Charlie avait baissé sa garde tout en laissant entrevoir une partie du peu de talent qu’elle avait en sa possession. Cela pouvait sembler anodin et pourtant, à ses yeux, ça ne l’était pas tant que ça. Devant une autre personne, elle aurait probablement pris la fuite en refusant de dévoiler sa passion. Oui, il ne faisait aucun doute que si Bryan Ryan lui avait demandé de prendre l’instrument pour lui en jouer un morceau, elle aurait rapidement tourné les talons sans même demander son reste. Devant Cassandra, en revanche, c’était différent. Il émanait de la jeune femme une telle tolérance qu’elle avait la conviction qu’elle ne la jugerait pas, ce qui était rassurant aux yeux d’une jeune fille comme Charlie qui manquait cruellement de confiance en soi. Dans un sens, cela pouvait aussi être perturbant : si jamais ce qu’elle jouait ne plaisait pas à Cassandra, lui dirait-elle vraiment sa façon de penser ou se contenterait-elle d’approuver pour ne pas la blesser ? Cette question résonnait dans son esprit lorsqu’elle prit sa guitare pour interpréter Seven Nation Army, suivi de Mrs Robinson. N’étant pas bien certaine de ce que l’on attendait d’elle, elle avait choisi des morceaux qui lui ressemblaient, des morceaux qu’elle maitrisait et qui ne devraient pas lui poser de problème. Ses doigts s’agitèrent alors avec aisance près des cordes et elle se laissa bercer par la mélodie que l’instrument créait.

Jouer de la guitare était à ses yeux un moyen de se libérer, de se délester de toutes ces émotions contradictoires qui se bousculaient en elle au quotidien, mais surtout de se libérer de ses craintes. Les amateurs de sensations fortes prétendront que la vitesse les fait vaciller, que l’adrénaline est un moyen de laisser ses problèmes de côté, de se délivrer de la pression afin de s’adonner à une activité qui vous fait vibrer de l’intérieur. Charlie, elle, n’avait pas besoin de recourir à de tels moyens pour se sentir plus libre et vivante. Lorsqu’elle jouait de la guitare, elle oubliait ses déceptions, oubliait que le monde n’était pas toujours clément. Elle n’était plus animée que par les sons que produisaient ses doigts, et la satisfaction que cette activité lui procurait n’avait, à ses yeux, aucun égal.

C’est cette passion qu’elle essaya de transmettre à Cassandra Hamilton, directrice des Second Chances : elle n’essayait pas de l’impressionner, simplement de partager son univers. Elle ne connaissait peut-être très bien la jolie blonde, mais quelque part, si elle dirigeait une chorale, elle était forcément réceptive à ce genre de choses. Charlie savait ce que valaient Billie Jean, Ashandra ou encore Nicholas en chant : si elle ne les avait jamais entendus chanter, elle pouvait néanmoins supposer que s’ils étaient entrés chez les Second Chances, ce n’était pas seulement pour leurs beaux yeux, la brunette faisait confiance à Cassandra pour ce genre de choses. Cependant, ils avaient beau avoir de jolies voix et une certaine puissance vocale, ils ne possédaient peut-être pas la capacité d’être aussi agiles avec un instrument de musique entre les mains. Et si Charlie prétendait ne vouloir intégrer aucune chorale, au fond d’elle, elle se disait que si Cassandra voyait en elle un talent que d’autres ne possédaient pas, alors oui, peut-être qu’elle serait intéressée par ce qu’elle pouvait apporter.

Lorsque Charlie termina ses morceaux, elle pouvait aisément sentir le rouge lui monter aux joues. Elle ne savait plus vraiment quoi penser du regard que la directrice de chorale lui jetait, aussi s’excusa-t-elle d’avance en avançant qu’elle ne faisait que se débrouiller à la guitare, sans avoir la prétention de se prendre pour la Kurt Cobain des temps modernes. Ses épaules s’affaissèrent légèrement alors que le sentiment d’avoir échoué en laissant filer sa chance se propageait en elle. Pourtant, Cassandra s’avança vers elle et s’assit sur l’estrade, la complimentant au passage pour sa courte performance. Charlie haussa un sourcil, surprise mais néanmoins soulagée de la réaction de son amie. Visiblement intéressée, elle lui annonça avoir une question à lui poser. Hésitant une seconde, l’étudiante se mordilla la lèvre avant de secouer la tête en signe d’approbation. Levant alors le visage dans sa direction, Cassandra lui demanda ce que la musique représentait à ses yeux.

Fronçant les sourcils, Charlie jeta un regard à la guitare qu'elle tenait toujours. Ce que la musique représentait à ses yeux ? La musique de manière générale représentait à la fois une diversion à la solitude, et un moyen de chasser les tracas du quotidien. Mais c’était aussi bien plus que ça. Pour Charlie, la musique constituait un monde à part dans lequel elle se réfugiait à chaque fois que de mauvais souvenirs refaisaient leur apparition et la tiraient vers le bas. Mais était-ce vraiment ce qu’elle désirait répondre à Cassandra ? Devait-elle jouer la carte de la sincérité en prenant le risque de s’ouvrir à elle, ou était-elle censée prendre la fuite et esquiver cette question à la fois si simple et si complexe.

Poussant un léger soupir, Charlie s’avança vers le devant de l’estrade et s’assit à côté de Cassandra. Retirant la sangle qu’elle avait passée en bandoulière, elle installa la guitare sur ses genoux puis tourna le visage vers la directrice des Second Chances, et prit son inspiration. « Si je devais décrire la musique, je dirais qu’elle est une sorte d’exutoire pour moi » Commença-t-elle, choisissant la sincérité au détriment des faux semblants. « Pour beaucoup, elle permet simplement de tromper l’ennui : il suffit de voir tous ces jeunes avec leurs casques sur les oreilles, qui marchent dans la rue, se coupant du monde et comblant le silence à l’aide de la musique. Pour moi, la musique c’est plus que ça. J’ai commencé à jouer de l’ukulélé après en avoir vu un à la télévision. Au début, ce n’était qu’un jeu de plus, je n’avais que dix ans, je ne prenais pas ça au sérieux. Et puis petit à petit, je me suis rendu compte que la musique pouvait être quelque chose de plus profond. Quand je joue de la guitare, j’occulte le monde autour de moi ; pendant quelques minutes je me concentre sur mon instrument et j’oublie tel ou tel problème. Et ça fait un bien fou ! Voilà pourquoi elle est importante… parce que quand j’ai mal, je sais que je peux compter sur elle pour me défouler ». Charlie s’interrompit finalement, se rendant compte du monologue qu’elle prononçait. Faisant la moue, elle jeta un nouveau regard à Cassandra et lui adressa un sourire d’excuse. « J’espère que tu n’es pas trop déçue par ma réponse » Ajouta-t-elle, haussant les épaules. « Est-ce que... est-ce que tu ressens la même chose, quand tu chantes ? Si ce n'est pas trop indiscret, bien sûr ». Elle ne savait plus vraiment à quoi rimait leur discussion, mais une chose était néanmoins certaine : elle était la première personne à qui elle révélait sa passion.
Revenir en haut Aller en bas
Age : 26 ans
Occupation : Co-directrice de la LPA et coach des Second Chances
Humeur : Déterminée
Statut : Célibataire
Etoiles : 1304

Piece of Me
Chanson préférée du moment : Brave - Sara Bareilles
Glee club favori : Second Chances
Vos relations:
01. Grounds for hope. Empty
MessageSujet: Re: 01. Grounds for hope.   01. Grounds for hope. EmptyLun 27 Fév - 0:23

Cassandra avait bien remarqué ce plaisir certain que procurait à Charlie le son mélodieux de la guitare. Elle n'aimait pas seulement en jouer, elle aimait s'écouter. C'était totalement différent de ce sérieux qu'affichait Grace lorsqu'elle agitait presque mécaniquement ses doigts sur le clavier du piano. Cassie ignorait ce qu'il en était réellement de la relation qu'entretenait Grace avec cet instrument qu'elle avait désormais parfaitement apprivoisé. Elle en jouait depuis qu'elle était petite, parce qu'elle refusait de mêler sa voix aux chœurs de l'église et que le pasteur Hamilton mettait un point d'honneur à l'apprentissage d'une discipline artistique. Mais prenait-elle vraiment plaisir à jouer avec docilité un morceau classique pour lequel changer le rythme relevait du blasphème ? Cassie n’en était pas certaine. Il en résultait que pour elle, en revanche, elle avait toujours apprécié faire entendre sa voix, aussi dérisoire pouvait-elle sembler dans un orchestre si talentueux. Elle se souvenait avec exactitude ces picotements de plaisir qu'elle ressentait lorsqu'elle s'asseyait au premier rang de l'église pour entendre chanter la jeune et jolie Jenny. Déjà à cette époque elle se promettait de marcher sur ses traces et d'un jour pouvoir communiquer cette même sensation de jubilation à une fillette qui l'admirerait à son tour. Cela pouvait peut-être paraître grossier comme objectif, mais pendant longtemps elle avait aspiré à briller pour les autres.

Ce n'était clairement plus le cas aujourd'hui, ni même le cas de Charlie. Cassie se souvenait bien avoir un jour confié à Ashandra que le plus important était de briller pour soi-même, parce que les gens ressentaient pour la plupart la noblesse des objectifs qu'on pouvait bien se fixer. Jamais elle n'aurait la prétention de dire que cette phrase était d'une extrême sagesse, mais sa foi en ses propres convictions suffisait à le faire croire à n'importe qui. Et Charlie avait beau se débrouiller à merveille avec une guitare, elle se mettait des barrières qui freinaient son propre épanouissement. C'était bien pour cette raison que Cassandra avait formulé cette question qui, sans doute, avait dérouté la brunette. Savoir ce qu'elle pensait était, pour l'heure, bien plus important que savoir ce qu'elle faisait ou, en l'occurrence, savait faire.

Lorsque Charlie s'assit à ses côtés, Cassandra ne bougea pas d'un poil. Elle contemplait toujours le vide avec attention, se délectant presque du silence provoqué par son interrogation plutôt inattendue. Au moment où elle prononça sa réponse, Cassie se tourna machinalement, évitant de la fixer avec trop d'insistance pour ne pas la décontenancer. Elle aimait le faire mais Charlie ne la connaissait pas encore assez pour savoir que ce qui pouvait s'apparenter à de la condescendance chez la jeune directrice était en réalité un simple et sincère acte de bonté. Certes parfois elle pouvait sembler hautaine, mais pas avec les gens qui partageaient avec elle les bancs de l'église de son père. La sincérité de Charlie la fit sourire. Même en disant la vérité, sa vérité, elle n'avait pas une parfaite assurance, trait de caractère que Cassie trouvait amusant et attachant à la fois. Elle oubliait souvent que le monde entier n'était pas aussi confiant qu'elle. D'ailleurs, il lui arrivait même parfois d'éviter avec soin de remettre en question des choix qu'elle savait incertains. Dans ce sens peut-être que le manque de confiance de Charlie était une qualité. "Déçue ?" dit-elle sans se départir de son sourire. Elle dévia la tête, comme si elle cherchait l'inspiration puis se concentra sur le vitrail disposé en face d'elle. "A vrai dire il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse à cette question." ajouta-t-elle en se refocalisant sur son interlocutrice. "Il y a une réponse différente pour chaque individu, je voulais simplement entendre la tienne." conclut-elle en opinant furtivement du chef.

"En fait je voulais voir l'éclat de tes yeux. Ils en disent bien plus que des mots." Une chose était certaine, Cassie ne s'était pas attendue à ce que Charlie lui renvoie la question. Elle ne voulait pas donner l’impression de réciter une leçon mais ce n’était pas la première fois qu’elle avait l’opportunité de s’exprimer à ce sujet. "En quelque sorte." répondit-elle en plaquant ses mains sur ses genoux. Elle leva la tête un instant puis se tourna à nouveau vers Charlie, jugeant qu'elle aussi avait le droit de jauger l'éclat de ses yeux lorsqu'elle formulerait sa propre réponse. "Pour moi la musique est un moyen de se parler à soi-même sans avoir peur de passer pour une folle." dit-elle en échappant un rire discret à la fin de sa phrase. "Entendre quelqu'un fredonner dans la rue peut paraître normal alors que parler tout seul c'est plutôt inquiétant. Pourtant ce n'est pas si différent... En fait c'est un moyen de se parler à soi-même et aux autres à la fois. C'est... avoir un lien avec le monde, faire ressentir des choses aux gens. Des choses qu'on ressent, que je ressens. La musique c'est un moyen de faire rassembler des gens qui n'ont rien en commun à part un rêve." confia-t-elle en montrant l'immensité de l'annexe, comme pour appuyer ses propos. "La musique c'est... le bonheur."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
01. Grounds for hope. Empty
MessageSujet: Re: 01. Grounds for hope.   01. Grounds for hope. EmptyJeu 8 Mar - 19:05

Sous l’estrade, les jambes de Charlie commençaient déjà à s’agiter, alors que son regard cherchait sans cesse celui de Cassandra avant de le quitter tout aussi expressément. Elle se sentait pourtant bien, dans la petite annexe de l’église qui pouvait peut-être paraitre froide au premier abord mais qui se réchauffait dès que les notes de musique l’emplissaient, comme Charlie en avait fait l’expérience quelques secondes plus tôt. Seulement, la jeune fille n’avait pas l’habitude de se confier de la sorte, et le semblait d’interrogatoire que lui faisait passer Cassandra commençait à la mettre mal à l’aise. La question qu’elle venait de lui poser aurait pu paraitre anodine pour quelqu’un d’autre. La musique faisait partie de la vie de chacun, de façon plus ou moins significative selon les personnes. Pour Charlie en revanche, elle représentait bien plus qu’elle n’aurait su dire. Elle l’apaisait dans les périodes à vide, lui redonnait de l’entrain quand elle se sentait faible, et surtout, elle ne la quittait jamais ; au contraire des amis qui entrent et sortent de votre vie avec parfois une facilité déconcertante, la musique ne pourrait jamais s’en aller, et aux yeux de Charlie, elle avait pour cette raison une valeur inestimable.

Elle avait choisi de jouer la carte de la sincérité avec Cassandra, en lui révélant la vérité, ce qu’elle ressentait réellement vis-à-vis de la musique. Quelque chose dans l’attitude de la jolie blonde lui faisait penser qu’elle pouvait lui faire confiance. Aurait-elle pu en être sûre pour autant ? Non, bien sûr, mais elle s’était fiée à son instinct et celui-ci lui soufflait que s’il y avait bien un directeur de chorale dans cette ville qui soit digne de confiance, il s’agissait bel et bien de Cassandra. Certes, Mr Schuester avait l’air aimable et lorsqu’il avait été son professeur d’espagnol au lycée, il s’était toujours montré très respectueux et tolérant ; quant à Finn Hudson, si l’on excluait son air de grand benêt un peu maladroit qui semblait en permanence à côté de la plaque, il ne devait pas être bien vilain, lui non plus. En réalité, c’était Bryan Ryan qui effrayait Charlie autant qu’il le fascinait –et le fait qu’il soit capable de se métamorphoser en femme en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire ne jouait probablement pas en sa faveur. Il émanait en revanche de Cassandra une douceur sans égal et une intelligence que son apparence angélique laissait entrevoir. La brunette ne s’était jamais intéressée au club d’abstinence lorsqu’elle était encore à McKinley –et pourtant, Dieu savait qu’elle aurait largement pu en faire partie- mais à l’époque, on disait de celui-ci qu’il était mené avec ferveur et détermination par la même fille qui se tenait à présent à ses côtés, et que celle-ci avait même réussi à rattraper les bévues de son ancienne directrice. Quoi que l’on puisse dire de l’innocence de Cassandra, il n’y avait de fragile que son apparence, son visage de poupée encadré de longs cheveux d’un blond de blé lui donnant un air vaguement céleste. Au fond, les habitants de Lima auraient tort de sous estimer les capacités de cette jeune femme à mener sa chorale vers des compétitions telles que les régionales ou encore –l’espoir était permis-, les nationales.

Brisant le silence qui venait à peine de s’installer dans la petite annexe, Cassandra parvint à apaiser les doutes de Charlie lorsqu’elle lui dit qu’il n’y avait pas de bonne ou de mauvaise réponse à la question qu’elle lui avait posée. La jeune fille acquiesça derechef, tandis que paradoxalement, le jeu de ses jambes s’accentuait légèrement. Elle écouta néanmoins attentivement les paroles de Cassandra qui lui expliqua à son tour sa passion pour la musique. Pour la directrice des Second Chances, la musique était avant tout un moyen de communiquer avec soi-même. Charlie leva un sourcil et sans une once d’hésitation, plongea cette fois-ci son regard clair dans celui de Cassandra avec une certaine résolution. Distraitement, elle porta une main à son visage et dégagea une mèche brune qu’elle replaça adroitement derrière son oreille. Elle ne s’était pas trompé au sujet de Cassandra : aussi jeune soit-elle, cette dernière possédait une grande sagesse, et son intelligence ne pouvait être remise en question. « Je vois… J-je crois que je comprends ce que tu veux dire » Commença Charlie avant de poser ses deux mains sur ses genoux, plissant les yeux tout en scrutant ceux de son interlocutrice. « Rassembler des gens qui n’ont rien en commun à part un rêve, c’est un peu le principe des Second Chances, non ? Réunir des personnes qui sont tous différents les uns des autres, qui ont des histoires différentes, des ambitions différentes, autour d’une même passion ? ».

Rivant ses yeux sur ses mains, Charlie prit une longue inspiration. Elle manquait peut-être cruellement de confiance en elle, et cette timidité qu’elle réservait aux inconnus n’était probablement pas un atout, mais si elle parvenait à faire fi de cela, à passer au-dessus de ces craintes, alors oui, elle-même pourrait peut-être tenter sa chance. Elle n’y avait jamais songé sérieusement auparavant, se contentant d’admirer les Second Chances en étant persuadée qu’elle ne pourrait jamais passer la moindre audition. Cette chorale représentait comme un rêve qui n’était pas à sa portée. Néanmoins, le discours de Cassandra n’était pas tombé dans l’oreille d’une sourde. [i]Rassembler des gens qui n’ont rien en commun à part un rêve[/i,] avait dit la choriste. Elle ne ressemblait pas à Billie Jean, ni à Peter, ni même à Jude ; elle n’avait pas leur voix, ni leur prestance, et ils avaient tous empruntés des chemins très différentes. Mais elle partageait le même rêve qu’eux, et au fond, n’était-ce pas ce qui comptait le plus ? Pourtant, une question subsistait : serait-elle capable de prendre son courage à deux mains, en rejoignant cette chorale pour laquelle son intérêt n’avait fait que grandir au cours de ces dernières minutes ? Rien n’était moins sûr, et malgré l’attirance certaine qu’elle ressentait désormais pour les Second Chances, elle avait besoin d’y réfléchir avant de se présenter aux auditions. Oui, elle avait besoin d’y songer calmement.

S’éclaircissant la voix, Charlie leva le menton vers Cassandra dont elle retrouva le regard. Ses mains s’agitèrent près de ses genoux, témoins de la nervosité qui grandissait en elle face à toutes les questions qu’elle se posait. Mettant à son tour un terme au silence qui se prolongeait maladroitement, la jeune fille se mordit la lèvre inférieure avant de reprendre la parole. « Hm, je ferais peut-être mieux d’y aller, j’imagine que tes choristes ne vont plus tarder maintenant, et tu as sûrement un tas de choses à préparer ». Charlie sourit poliment et posa son pied droit sur le bord de l’estrade, s’apprêtant à se relever. « Encore merci de m’avoir laissée essayer la guitare, c’était agréable… Et puis, encore désolée aussi, d’avoir fait irruption sur ton lieu de travail sans t’avoir prévenu avant ». La jeune fille se leva, plissa son short de sport puis sauta de l’estrade pour retrouver la terre ferme. Adressant un nouveau sourire à Cassandra, elle lui fit un signe de la main et se dirigea vers la porte de l’annexe. Alors qu’elle posait sa main sur la poignée, elle se figea un instant et après quelques secondes d’hésitation, se tourna une dernière fois vers la directrice des Second Chances. « Les… Les auditions se déroulent le mardi, c’est bien ça ? » Lui demanda-t-elle timidement. Après tout, si elle décidait de se lancer dans l’aventure chorale, cette information lui serait bien utile.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
01. Grounds for hope. Empty
MessageSujet: Re: 01. Grounds for hope.   01. Grounds for hope. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

01. Grounds for hope.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 1
-