Choriste du mois


Partagez | 
 

 01. Girls just wanna have fun !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
OXY ∞ Home sweet home.
Age : 24 ans
Occupation : Détective à la Police de Lima
Humeur : Enfin heureuse
Statut : En couple avec Keegan
Etoiles : 2957

Piece of Me
Chanson préférée du moment : death cab for cutie ; transatlanticism
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
OXY ∞ Home sweet home.
MessageSujet: 01. Girls just wanna have fun !   Ven 23 Déc - 11:19




OXANNA PRESCOTT & CHARLIE WATSON-BROWN
« girls just wanna have fun ! »


Jamais encore Oxanna n’avait rangé son bureau aussi rapidement. Tout en regroupant une pile de feuilles volantes qui trainaient aux quatre coins de la surface de travail – il y en avait même sur le clavier, elle se demanda si ce n’était pas Noël avant l’heure. Sérieusement, jamais son patron ne lui avait donné un vrai week-end, du vendredi soir au lundi matin. D’ordinaire, elle bossait toujours le samedi ou le dimanche. En tant que nouvelle recrue, Oxy se tapait bien évidemment les horaires les plus pourris pour s’enquérir des tâches les moins appréciées. On lui filait les dossiers où il manquait simplement le coup de tampon du Bureau, ceux qu’il fallait trier par ordre alphabétique puis ranger aux archives… ainsi que tout ce à quoi elle pouvait penser, et qui l’ennuyait avant même de se mettre dessus. Sauf que cette semaine, le big boss devait être d’une bonne humeur extrême. Il s’était pointé le sourire aux lèvres vers la blondinette, pour lui annoncer lui-même qu’elle était en droit de quitter le travail et de ne revenir que dans deux jours. Inutile de dire que Miss Prescott s’était fait violence afin de ne pas lui sauter au cou.

Sheldon, qui bossait encore sur son ordinateur – à moins qu’il ne soit en train de regarder des photos de filles à demi-nues – n’eut droit qu’un un simple petit mot d’au revoir alors que sa collègue se ruait déjà vers les vestiaires. Elle récupéra son sac, prit l’ascenseur qui se trouvait dans le couloir adjacent et descendit au parking souterrain, où son véhicule personnel l’attendait bien sagement depuis neuf heures ce matin. Elle conduisait toujours sa New Beetle noire que son paternel lui avait offert pour ses 16 ans. Cette voiture commençait à se faire vieille, toutefois Oxy en prenait tellement soin que ça ne se voyait pas du tout. Oh, il lui serait bien possible de la revendre à un prix encore correct, et de s’en acheter une autre. Cependant, elle n’en ressentait aucune envie. C’était sa New Beetle, elle l’aimait et ne voulait surtout pas s’en détacher. Surtout quand elle repensait à tout ce qui s’était passé là-dedans… Non, décidément, elle ne changerait pas de voiture tant que celle-ci roulerait encore.

Oxanna sortit du parking et s’engagea sur la chaussée. Il était presque vingt heures, et elle ne se sentait pas vraiment parcourir tout le chemin qui la séparait de Lima maintenant. Pourquoi ne pas passer la soirée sur Columbus, rentrer chez elle prendre un peu de sommeil, et partir dans sa ville natale le lendemain ? Si elle arrivait pour le déjeuner, ce serait bien suffisant. C’était déjà une bonne surprise vu qu’elle s’attendait à devoir aller bosser à la place. Ayant une idée sur ce qu’elle allait faire ce soir, Oxanna profita d’un feu rouge pour écrire un SMS à son amie Charlie. « Prépare-toi ma grande, je passe te chercher sur le campus dans quinze minutes ! Et n’essaie pas de m’appeler avec une excuse pour ne pas sortir, mon portable est en silencieux de toute façon. » Le tout accompagné d’un petit smiley et hop, le message fut rapidement envoyé.

Finalement, la circulation la retarda et Oxy ne débarqua à l’université que vingt minutes plus tard. Diable, elle détestait être à la bourre – même de peu – et se dépêcha de sortir de l’habitacle pour rejoindre les logements. En chemin, elle téléphona à son père pour lui annoncer la bonne nouvelle : demain, elle l’emmènerait déjeuner au restaurant et pourrait rester à Lima jusqu’au dimanche soir. Il fut absolument ravi de pouvoir profiter de sa fille un peu plus longtemps, cependant Oxy ne put s’empêcher de se dire qu’un truc clochait. En raccrochant, la spécialiste en profilage tenta de décortiquer les mots de son paternel et une conclusion lui sauta aux yeux : il était stressé de la recevoir. Mais pourquoi ? Là s’arrêtaient malheureusement les compétences de la jeune femme étant donné qu’elle n’était pas devin. Il lui faudrait donc attendre de longues heures avant d’avoir la réponse à sa question. Tant pis, elle essaierait juste de ne pas trop y penser d’ici là.

Oxy frappa à la porte de Charlie une fois devant, priant que pour son amie n’ait pas décidé de lui tenir tête ce soir. On était vendredi, dans une grande ville qui valait le coup, de nombreux étudiants seraient de sortie aussi… En gros, il s’agissait de la situation idéale pour faire plein de nouvelles rencontres. Et qui sait, peut-être qu’avant la fin de la soirée, Oxanna aurait mis Charlie en relation avec un jeune homme tout à fait charmant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 01. Girls just wanna have fun !   Dim 1 Jan - 19:54

Le visage posé négligemment sur la paume ouverte de sa main, Charlie soupira de plus belle. Elle venait de passer plusieurs heures à écrire un essai pour son cours de littérature, et autant dire qu’elle en avait plus qu’assez d’être enfermée dans sa chambre. Au diable, la démence de King Lear et la bêtise de ses deux filles ainées. S’il n’avait pas été assez stupide pour déshériter cette pauvre Cordelia, peut-être n’aurait-il pas trouvé la mort à la fin de la pièce. Ah, ces tragédies Shakespeariennes, si Charlie pouvait s’en passer, elle le ferait volontiers ! Malheureusement pour elle, la première partie de son programme de littérature était consacré aux œuvres tragiques et en le découvrant quelques jours plus tôt, elle avait dû se faire violence pour ne pas faire voler son ordinateur portable à travers la pièce. Heureusement qu’elle étudierait par la suite la comédie, parce qu’avec tous ces personnages plus idiots et dramatiques les uns que les autres – bien que terriblement attachants, même si parfois elle refusait de l’admettre – il y avait véritablement de quoi se tirer une balle. Et dire que Phèdre était le prochain livre qu’elle devrait étudier, selon le programme... A cette pensée, Charlie songea sérieusement à investir dans une corde pour se la passer autour du cou.

Après un second soupir, la jeune fille reporta son attention sur l’écran de son ordinateur, non sans un grognement réprobateur. Elle plissa les yeux et lut une nouvelle fois la dernière phrase de sa conclusion. Elle ne la trouvait pas très accrocheuse, or elle savait que ces quelques mots seraient peut-être déterminants dans la notation de son travail. Après une seconde d’hésitation, elle effaça sa phrase et la substitua par une autre, qui lui semblait plus juste. Satisfaite, elle relut une dernière fois son travail de plusieurs pages avant d’enregistrer, de fermer son document et puis d’ouvrir sa boite mail afin d’envoyer son essai à son professeur. Repoussant son ordinateur une fois que ce fut terminé, elle leva les yeux au ciel et remercia silencieusement celui-ci d’en avoir terminé. Après avoir fait un tour sur Facebook, elle referma le clapet et se leva doucement, étirant ses muscles au passage. Par chance, sa chambre était vide aujourd’hui : de toute évidence, ses colocataires préféraient l’ambiance de la bibliothèque à celle de la chambre pour réviser. Ou alors, peut-être était-ce les bâillements et soupirs à répétition de Charlie qui les énervaient. Dans tous les cas, la principale intéressée n’en avait cure : elle ne passait que quelques nuits par semaine dans cette chambre, préférant faire le trajet jusque Lima dès qu’elle en avait l’occasion. Elle avait beau apprécier le campus et admettre qu’avoir une chambre dans une résidence était pratique, elle préférait le confort de sa propre maison, située dans les vieux quartiers de la ville. D’une part, parce qu’elle n’avait pas pour habitude de vivre avec d’autres personnes et qu’en l’occurrence, elle partageait sa chambre sur le campus avec deux autres étudiantes, et d’autre part, pour la simple et bonne raison que la plupart de ses amis étaient à Lima. Elle avait ses repères là-bas, et non à Columbus.

Passant une main dans ses longues mèches brunes, Charlie attrapa son iPod au fond de sa poche. Debout dans la pièce exigüe, elle choisit une chanson au hasard puis passa en revue sa chambre. On ne pouvait pas vraiment dire que ses deux colocataires soient des fées du logis, et l’état dans lequel était plongée la pièce semblait le confirmer. Il y avait du linge partout. Sous-vêtements, sweats aux couleurs de la fac, et même jeans étaient éparpillés sur le sol. Sur les deux autres bureaux de la chambre, les produits de beauté se mélangeaient aux livres. La jeune fille fronça le nez et secoua la tête. Décidément, elle avait vraiment hâte de rentrer chez elle. Elle n’était pas maniaque, mais elle appréciait toutefois son petit confort. Or, dans cette chambre, à chaque fois qu’elle levait le nez, son regard rencontrait des affaires roulées en boule, et ça avait le don de l’agacer au plus haut point.

Faisant son possible pour réprimer la mauvaise humeur motivée par le chaos qui régnait dans sa chambre, Charlie se dirigea vers son lit et se jeta littéralement dedans. Elle était à peine allongée sur celui-ci que ses paupières commençaient à retomber devant ses yeux. Elle n’avait dormi que quelques heures la nuit précédente et le manque de sommeil se faisait largement ressentir. Alors, à dix-sept heures de l’après-midi à peine, elle laissa Morphée l’emporter sans opposer la moindre résistance.

Quand elle se réveilla plusieurs heures plus tard, elle fut surprise de voir à quel point il semblait faire noir à l’extérieur de la chambre. L’étudiante se frotta les yeux et attrapa son portable posé sur la table de chevet. Elle déverrouilla le clavier et eut un sourire en voyant le nom d’Oxanna s’afficher sur l’écran. Ah, voilà qui serait peut-être intéressant ! Elle lut son message avec attention et son sourire s’effaça graduellement. Visiblement, la jolie blonde avait décidé de l’emmener en ville et devait venir la chercher dans… Charlie ouvrit grand les yeux en découvrant l’heure à laquelle le texto avait été envoyé. Oxanna lui avait dit qu’elle viendrait dans quinze minutes, or cela faisait treize minutes très exactement qu’elle avait reçu le texto. Se levant d’un bond de son lit et sautant sur ses pieds - non sans rechigner à l’idée de devoir quitter sa chambre même si elle appréciait beaucoup Oxanna et que passer une soirée en sa compagnie était toujours amusant - Charlie se dirigea vers son placard. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, la jeune fille troqua son vieux jean et son t-shirt contre une robe beige classique. Rien de très aguicheur, bien entendu, cela n’était pas le genre de Charlie, mais si la jolie blonde l’avait vue dans son jean et son sweat, elle lui aurait très probablement passé un savon – il ne fallait jamais sous-estimer la fureur d’une blonde. Se dirigeant vers le miroir près de son lit, elle attrapa au passage une trousse de maquillage, et essaya alors d’appliquer son mascara sans en mettre partout. D’ordinaire, il lui fallait dix bonnes minutes y parvenir : maladroite comme elle l’était, elle en mettait plus dans son œil que sur ses cils. Cette fois-ci pourtant, l’adrénaline eut raison d’elle et elle poussa un petit cri victorieux en rangeant le petit tube rose. N’étant pas très coquette, elle se contenta d’un peu de blush et de parfum, puis passa sa brosse dans ses longs cheveux châtains.

Elle entendit alors quelqu'un frapper à la porte et se figea. « Une seconde, j’arrive ! ». Elle ramassa son sac sur le sol et se mit littéralement à jeter des affaires dedans, pêle-mêle. En espérant qu’elle n’avait pas oublié son portefeuille, elle referma la fermeture éclair et courut jusqu’à la porte qu’elle ouvrit rapidement. Essoufflée après ces quelques secondes intrépides, la jeune fille reprit sa respiration, puis adressa un sourire à Oxanna. « Salut Oxanna ! ». S’avançant vers celle-ci, elle la prit dans ses bras une seconde puis recula d’un pas et pointa son index dans sa direction. « Toi ! » Dit-elle sur un ton accusateur, même si le sourire qu’elle arborait toujours nuançait ses propos. « Tu sais que j’ai failli y rester par ta faute ! Je viens de me réveiller et… J’ai bien cru que j’allais défaillir en voyant ton message. Mais bon, il semblerait que tu as de la chance, j’ai réussi à être plus rapide que prévu. Si tu étais arrivée deux minutes plus tôt, tu aurais certainement fait connaissance avec une Charlie en sous-vêtements, complètement paniquée. Dieu t’a épargné ça, tu peux le remercier, crois-moi ».

Reprenant son air sérieux, la jeune fille se retourna et se dirigea vers son placard. Elle resta perplexe devant les différentes paires de chaussures qui se trouvaient devant elle. Si elle n’avait pas été avec Oxanna, elle aurait peut-être opté pour cette paire de ballerines, toutes simples. Cependant, elle était bel et bien avec l’agent du FBI hyper exigeant – ou tout du moins, c’était ce qu’elle aimait penser – et levant les yeux au ciel, elle attrapa des escarpins classiques. Se tenant au mur pour ne pas tomber, elle les enfila rapidement puis se redressa et prit son manteau sur un cintre. « Eh bien, je crois que je suis prête ! ». La jeune fille reporta son attention sur son amie et fit quelques pas en direction de la porte, s’apprêtant à la rejoindre. Mais c’était sans compter sa maladresse légendaire… Le nez en l’air, elle ne remarqua pas le pied du lit et inéluctablement, son propre pied le frappa de plein fouet. Elle perdit l’équilibre et se rattrapa à temps pour ne pas trébucher. « Évidemment. Vraiment très étonnant » Commenta-t-elle, dents serrées. Elle passa en revue le pied endolori et secoua la tête, exaspérée par son propre comportement. La brunette arriva toutefois à esquisser un petit sourire à l’adresse d’Oxanna. « Désolée ». Elle parvint finalement à la hauteur de son amie et sortit de la chambre pour fermer la porte. Elle se tourna vers la jolie blonde et sourit de plus belle. « Alors, où as-tu décidé de m’emmener ce soir, girlfriend ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OXY ∞ Home sweet home.
Age : 24 ans
Occupation : Détective à la Police de Lima
Humeur : Enfin heureuse
Statut : En couple avec Keegan
Etoiles : 2957

Piece of Me
Chanson préférée du moment : death cab for cutie ; transatlanticism
Glee club favori : Urban Hymns
Vos relations:
OXY ∞ Home sweet home.
MessageSujet: Re: 01. Girls just wanna have fun !   Mer 11 Jan - 13:14

Oxanna connaissait cette université par cœur et se sentait donc comme un poisson dans l’eau à chacun de ses passages. Malgré l’arrêt de ses études quelques temps plus tôt, pour entamer une véritable formation sur le terrain, elle avait eu l’occasion de retourner à l’OSU de nombreuses fois. Sa meilleure amie et sœur de cœur Quinn faisait encore partie des étudiants en criminologie et vivait toujours sur place. Sans compter que la blondinette avait d’autres amis ou connaissances à qui elle rendait visite dans l’immense bâtiment résidentiel de la fac – comme Charlie, en l’occurrence. Alors qu’elle traversait les couloirs, confiante et souriante, elle croisa de nombreux gens aux environs de son âge. Certains rentraient après leurs cours magistraux, fatigués d’avance de devoir remettre le nez dans leurs bouquins. D’autres s’étaient mis sur leur trente-et-un, prêts à passer un vendredi soir digne de ce nom. Oxanna ne put s’empêcher de songer à sa propre expérience ici. Elle voulait réussi dans son futur métier et ne lésinait pas sur les devoirs. Souvent, elle les faisait avec Quinn et toutes deux s’entraidaient – comme quoi, c’était sympa de suivre la même filière que sa colocataire. Mais d’un autre côté, Oxy aimait profiter de la vie et ne se voyait pas comme ces étudiants incapables de définir le mot « s’amuser ». Elle s’était juré, avant de partir pour Columbus, que la bibliothèque ne serait pas sa seconde maison, et avait réussi à tenir sa promesse. Quinn et elle en avaient bien profité aussi avant que Miss Prescott ne s’en aille. Soirée étudiantes, boîtes de nuit branchées, cinémas entre amis… Que de magnifiques souvenirs !

Désormais, Oxanna avait tendance à envier cette partie de son existence. Certes, quand on était venu la voir pour lui proposer une formation à Quantico, avant même que son examen soit obtenu… Elle s’était sentie flattée, aux anges. Son propre professeur – celui qu’elle admirait le plus, Garrett Benson – l’avait poussée à accepter, expliquant qu’elle pourrait toujours suivre des cours en alternance par la suite si elle souhaitait vraiment passer son diplôme. Il avait ajouté que quand les recruteurs du Bureau venaient eux-mêmes chercher quelqu’un, ça ne se refusait pas. Ils lui offraient la chance de sa vie, elle aurait été folle de dire non. Alors elle avait signé, et se retrouvait quelques jours plus tard dans un avion direction Washington, avant qu’une voiture ne l’emmène jusqu’à la base formation des Agents à Quantico. Aujourd’hui, la jeune femme ne regrettait en rien son choix, toutefois elle regrettait ces instants simplement ponctués de travail et de détente, sans qu’aucune responsabilité n’échoue sur ses épaules de bleue. Aucune vie ne dépendait de sa petite personne, aucune affaire ne risquait d’être compromise si elle faisait un faux-pas. Oui, elle aurait aimé rester davantage de temps dans cette sorte de bulle, avant de devoir faire ses preuves et jouer dans la cour des grands. Voilà, outre les merveilleux souvenirs, ce qu’évoquait chacun de ses passages à l’OSU.

Pour l’heure, elle arrivait à la chambre de Charlie et mit donc toutes ses pensées nostalgiques de côté. Les prochains instants serait consacré à son amie : Oxanna ferait son maximum pour qu’elle passe un excellent vendredi soir – et la cerise sur le gâteau serait, bien sûr, d’arriver à lui faire rencontrer quelqu’un. La blondinette frappa à la porte et entendit la voix de Charlie de l’autre côté de la cloison, lui intimant d’attendre une seconde. Lorsque l’étudiante ouvrit, elle serra Oxy dans ses bras pour la saluer et l’accusa d’avoir failli lui déclencher une crise cardiaque. Apparemment, elle se serait endormie et n’aurait vu son SMS qu’une poignée de minutes plus tôt. « C’est toi qui as de la chance, ma grande. Si j’avais vu à quoi ressemblaient tes sous-vêtements, je t’aurai trainée dans le magasin de lingerie le plus proche – à coup de pieds aux fesses s’il avait fallu. D’ailleurs, maintenant que j’y pense… Tu fais quoi demain matin ? » demanda-t-elle en se grattant le menton, faisant mine de réfléchir. Bien sûr, elle la taquinait. Enfin, plus ou moins, parce qu’elle se doutait que Charlie ne possédait pas les sous-vêtements les plus affriolants de toute la fac. Son amie était d’une nature effacée, et pas du tout consciente de son joli minois. Si elle était encore célibataire, il n’y avait qu’une seule raison à cela : son manque de confiance en elle, d’où découlait sa garde-robe dont le principe était de passer le plus inaperçu possible. Bon, Oxy ne devait pas exagérer non plus, Charlie était loin de se fringuer comme un sac. Toutefois, une touche un peu plus… sexy ne ferait pas de mal, et lui permettrait d’attirer davantage le regard des hommes. Ce qui, techniquement, augmenterait ses chances de trouver celui qui lui conviendrait, non ?

Charlie retourna auprès du placard afin de choisir ses chaussures, et Oxanna en profita pour faire un pas dans la chambre. Elle ne put retenir un air ahuri en observant le bordel qu’il y avait sur si peu de mètres carrés. Des vêtements trainaient par terre, des produits de beauté se mélangeaient aux classeurs de cours sur un bureau dont on ne repérait pas la couleur, et un lit était même encore complètement défait, comme si on y avait fait la fête plutôt que d’y dormir. Charlie vivait avec deux autres filles qui, apparemment, n’avaient pas le même sens de la propreté et du rangement que la brunette. Oxy réalisa alors qu’elle avait eu extrêmement de chance de pouvoir vivre avec Quinn, et uniquement avec elle. Au moins, partager un tel endroit avec sa meilleure amie offrait quelques avantages. « J’approuve le choix de la robe… et des chaussures, » lâcha Oxy quand Charlie eut enfilé ses escarpins, d’un ton légèrement amusé. Elle savait que la demoiselle venait de faire un effort pour ne pas se ruer sur ses ballerines – elle évitait les talons un maximum, se trouvant beaucoup trop maladroite pour en porter. Et les secondes qui suivirent prouvèrent qu’elle avait raison : elle se prit le pied du lit et se rattrapa au dernier moment, s’évitant ainsi une chute au sol. Alors qu’elle pestait contre ce qu’elle pensait être sa nature profonde, Oxanna rejoignit le couloir pour laisser Charlie verrouiller sa chambre.

« Ce soir, on se rend tout d’abord dans un bar, puisque la soirée n’est pas encore très avancée. Il y a un nouvel établissement en ville, assez branché et dont je n’ai entendu que du bien, » expliqua la jeune femme alors qu’elles rejoignaient la sortie, se frayant un chemin entre les dizaines d’étudiants qui envahissaient les couloirs. « Apparemment, il serait devenu le nouveau repaire des jeunes célibataires… » Elle lança un regard éloquent à Charlie et continua avant que cette dernière n’ait eu l’occasion de râler. Oxy savait à quel point son amie détestait la voir se mêler de sa vie sentimentale, pour autant elle n’avait pas l’intention de laisser tomber. « On y retrouve beaucoup d’étudiants, parce qu’il est à seulement dix minutes à pieds de la fac. Et je n’ai pas l’intention de prendre ma voiture sous prétexte que tu es en escarpins, de cette façon tu apprendras à marcher avec et tu verras qu’au bout d’un moment, tu seras devenue une telle experte que même le pied ton lit n’osera plus te faire de misères. » Après une seconde de silence, elle esquissa un sourire confiant et rajouta. « Si tu arrives jusqu’au bout sans trébucher, je t’offre toutes les boissons que tu consommeras ce soir. Même si tu finis bourrée. Alors, marché conclu, belle demoiselle ? » Oxanna tendit la main, se demandant quelle serait la réaction de Charlie. Elle hésitait entre « tu m’agaces et donne-moi les clefs de ta voiture, j’ai pas envie de finir à l’hôpital » ou encore « ok, je vais te prouver que je peux y arriver mais tu me jures que je sortirais pas un seul dollar de toute la soirée »

En tous les cas une chose était certaine : elles risquaient de bien s’amuser dans les heures à venir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 01. Girls just wanna have fun !   Dim 5 Fév - 16:10

Une soirée en compagnie d’Oxanna représentait toujours un défi de taille aux yeux de Charlie. Cette dernière, plutôt renfermée sur elle-même voire carrément timide par moments, préférait de loin passer une soirée tranquille à regarder des dvds avec des copines, plutôt que d’enfiler une jolie robe de soirée ultra-courte et des talons vertigineux, pour aller faire la fête en boite de nuit et se faire draguer au passage par une bonne demi-douzaine de mâles en rut. Le simple fait d’y penser la mettait particulièrement mal à l’aise. Elle détestait devoir se trémousser dans des espaces trop confinés, contre des hommes qui ne se gênaient jamais pour laisser trainer quelques mains baladeuses. A la limite, les bars étaient déjà plus abordables selon elle : certes, il arrivait souvent que l’on s’y fasse aborder, mais au moins les prétendants payaient les verres et il était aisé de les rembarrer rapidement... enfin, plus ou moins.

Malheureusement pour elle, Oxanna était dotée d’une détermination sans égal et si la jeune fille avait décidé de faire la fête, Charlie aurait beau déployer des efforts de persuasion pour l’en dissuader, elle risquait fortement d’échouer. Soupirant légèrement tout en tachant de faire disparaitre sa moue boudeuse et sceptique, elle accueillit pourtant la jolie blonde qu’elle gratifia presque aussitôt d’un grand sourire. Comme à son habitude, Oxanna était resplendissante. Charlie avait toujours admiré le charme de la jeune femme : avec un tel sourire, elle devait faire tomber les hommes comme des mouches. Cela dit, l’admiration qu’elle portait à son égard ne datait pas d’hier : la brunette avait été fascinée par Oxanna dès qu’elle en avait entendue parler à McKinley High, où les rumeurs galopaient de bon train à propos de la jolie Prescott, ou encore « la fouine des fouines » comme certains aimaient la désigner. Charlie qui était à l’époque –et qui était toujours- la fille passe-partout par excellence, que l’on remarquait à peine tant elle s’efforçait de passer inaperçue, ne pouvait alors s’empêcher de suivre de loin les aventures d’Oxanna, tout en s’extasiant au passage devant certaines histoires que l’on racontait sur la jeune fille. Ce petit jeu avait duré un petit moment, et pourtant celle que l’on considérait être le détective de McKinley ne l’avait jamais découvert… ou tout du moins, jusqu’à ce que, quelques années plus tard, une Charlie largement éméchée ne l’aborde pour lui décrire en long, en large et en travers, la fascination que la blondinette provoquait chez elle. Un souvenir qui la faisait désormais sourire et qu’elle chérissait presque : si elle n’avait pas eu le cran ce soir-là d’aller discuter avec Oxanna, elles ne seraient certainement pas devenues amies par la suite.

Lorsque Charlie recula d’un pas après avoir serré la jolie blonde dans ses bras, cette dernière ne tarda pas à lancer les hostilités en faisant mention de ses sous-vêtements. Au vu de la pointe de sarcasme que l’étudiante en herbe décela rapidement dans la voix de son amie, celle-ci sous-entendait que les sous-vêtements en question ne devaient pas payer de mine. Piquée au vif mais néanmoins amusée par la réplique d’Oxanna, Charlie grimaça légèrement et leva expressément les yeux au ciel. « Demain matin, je serai au fond de mon lit et tu ne viendras certainement pas me chercher pour aller faire la tournée des Victoria’s Secret de la ville. Et puis mes sous-vêtements sont très bien comme ils sont, je t’assure » Répondit-elle tranquillement avant de tourner les talons et d’aller choisir une paire d’escarpins dans son placard. Charlie avait conscience qu’elle n’était pas la fille la plus sexy de la ville, ni même la plus glamour. Cependant, le principal pour elle était de se sentir à l’aise et ce en toutes circonstances. Poussant un soupir, elle traversa la chambre et rejoignit Oxanna, non sans trébucher au passage. Perchée sur ses talons, elle attrapa son trench et décréta qu’elle était enfin prête. La jolie blonde approuva sa tenue après avoir détaillé celle-ci d’un œil perçant, et Charlie esquissa un sourire furtif, ravie que cela suffise amplement à Oxanna.

Légèrement anxieuse quant à la réponse qu’elle allait lui donner, la brunette demanda à son amie le programme de la soirée après avoir soigneusement verrouillé la porte de sa chambre. S’engageant toutes les deux dans les couloirs de la résidence, elles slalomèrent non sans une certaine difficulté entre les étudiants qui trainaient dans les lieux. Sans hésiter une seconde, Oxanna lui détailla alors le programme. Elle lui parla ainsi d’un bar qui semblait branché dans la ville, et ce même si Charlie doutait d’en avoir jamais entendu parler –après tout, elle était loin d’être une experte en la matière. Malheureusement, Oxanna décida de laisser sa voiture de côté et de marcher jusqu’à l’établissement en question, prétendant que cela lui apprendrait à marcher avec des escarpins. Charlie secoua la tête, se maudissant d’avoir choisi cette paire au détriment de ses ballerines si confortables qui, elles, ne lui faisaient jamais défaut –enfin presque. « Haha, hilarant » Commenta-t-elle au moment où la blonde mentionna sa maladresse. En réalité, elle ne le prenait pas mal : elle avait l’habitude que l’on se moque plus ou moins d’elle et de sa gaucherie légendaire. Et elle savait que cela amusait Oxanna, au fond. Cette dernière lui promit finalement de lui payer n’importe quelle boisson si elle parvenait à ne pas trébucher une seule fois sur le chemin menant au bar. Fronçant le nez, la jeune femme hésita un moment, partagée entre l’envie de relever le défi et celui de faire demi-tour et d’aller se réfugier dans son lit. Elle jeta un regard à la main qu’Oxanna lui tendit et se mordilla la lèvre. Après de nouvelles secondes d’hésitation, elle finit par lever sa propre main et tapa dans celle d’Oxanna. « Marché conclu, je vais faire de mon mieux pour te prouver que je peux tenir droite sur ces machins-là » Fit-elle en désignant les escarpins flambant neuf qu’elle portait.

Arrivées au bout du couloir, Charlie ouvrit la porte et laissa Oxanna passer devant elle. « En revanche, j’espère que tu ne fais pas d’idée. Je ne finirai pas bourrée ce soir, non non. Sobre je suis, et je resterai ». Elle n’était pas sans ignorer qu’à chaque fois qu’elle touchait à la boisson, cela se terminait en une véritable catastrophe, mais elle pouvait toujours essayer de prétendre que non, elle ne partait pas au quart de tour à chaque fois qu’elle vidait un verre. Même si de toute évidence, personne ne pourrait jamais la croire. Fermant du bout des doigts les boutons de son trench en sentant la brise fraiche venir brûler ses joues, elle continua d’avancer à une allure raisonnable, les yeux rivés à terre pour bien faire attention à ne pas tomber. Ses talons claquaient sur le bitume, et ce son lui arracha un sourire : elle n’avait pas l’habitude. Se tirant de ses rêveries, elle jeta un rapide coup d’œil à Oxanna avant de reporter son attention sur ses pieds. « Tu vois ? J’en suis parfaitement capable. J’ai comme l’impression que tu vas devoir faire chauffer ta carte, ce soir ! »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 01. Girls just wanna have fun !   

Revenir en haut Aller en bas
 

01. Girls just wanna have fun !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 1
-