Choriste du mois


Partagez | 
 

 02. Who's the Boss now ? {Kurt}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 02. Who's the Boss now ? {Kurt}   Dim 8 Jan - 15:12

Les comptes. C’était un mot qui revenait souvent, ces jours-ci. Domenica l’avait sûrement entendu plus d’une dizaine de fois en très peu de temps. Son retour semblait être associé à ces quelques lettres qui, bien qu’il ne s’agisse que d’un mot, recouvraient des sens très différents les uns des autres. Le premier concernait son argent et fut la première chose à laquelle elle pensa en se réveillant. Allongée aux côtés de son époux, encore plongé dans un sommeil paradoxal, Domenica lutta pour ouvrir ses paupières. La lumière de la chambre était teintée de jaune pâle et laissait prévoir un temps plutôt ensoleillé ; cette simple constatation suffit à la mettre de bonne humeur, comme s’il s’agissait d’un bon présage. Aujourd’hui était un jour important. Spencer étant encore trop fragile pour avoir un emploi fixe, la survie du jeune couple reposait sur les frêles épaules de Domenica qui, faute d’avoir pu récupérer son poste à McKinley, avait contacté un vieil ami de son père. Ce dernier, mécanicien pour les Hummel depuis des années, avait réussi à la faire engager. Néanmoins, la bonne foi de ce vieillard n’était pas suffisante pour que l’embauche soit définitive et un entretien fut convenu entre Domenica et son futur employeur. Rien de très solennel mais une étape nécessaire malgré tout.

Le sol de la salle de bain était froid, bien que la pièce soit à température agréable. Aussi silencieuse qu’une ombre, elle se coiffa et s’apprêta rapidement. Spencer était toujours dans les bras de Morphée lorsqu’elle rejoignit la cuisine à petits pas. On pouvait lui trouver bien des vices, mais le café restait incontestablement son vice par excellence ; un soupire s’échappa de sa bouche lorsqu’elle réalisa qu’il n’y avait plus de capsule à mettre dans la machine. Afin de compenser sa frustration, elle prit une tranche de pain qu’elle tartina généreusement de confiture de groseilles et alluma la radio en sourdine. Il n’y avait rien de très réjouissant à écouter, souvent les mêmes tubes qui passaient maintes fois en boucle, coupés de temps à autre par un commentaire de l’animateur radio. Lassée, elle prit les clés de sa voiture, éteignit la radio et retourna dans la chambre pour embrasser son mari. Son front était tiède et doux. L’envie de se recoucher à côté de lui et de se blottir afin de repartir dans ses rêves fut toutefois balayée par l’heure que l’horloge affichait. Si elle ne partait pas d’ici quinze minutes, elle risquait d’être en retard à ce rendez-vous.

Tandis qu’elle progressait dans les allées de la ville, croisant des travailleurs affairés, elle songea à un autre aspect du mot « comptes ». Tous ceux qu’elle allait devoir rendre dans les semaines à venir. En partant précipitamment, elle avait accroit sa culpabilité. Au fond, tout le monde savait pourquoi elle avait fui : le souvenir de sa romance avec Ashley s’imposa dans son esprit et elle dut se concentrer pour conduire normalement. Ses longs cheveux blonds, son air pétillant. Un jour, elle serait amenée à la revoir ; cette perspective l’effrayait. Chassant cette idée négative de sa tête, elle songea à ce qu’elle allait bien pouvoir dire à son employeur. D’après ce qu’elle savait, ce n’était plus Mr Hummel qui tenait le garage. Kurt, un jeune homme que Domenica avait eu pour élève quelques années auparavant, l’avait repris. Un sentiment d’admiration s’empara d’elle : il avait eu le courage de faire ce que Domenica n’avait pas voulu faire en revenant, reprendre l’entreprise familiale. Ce qu’il y avait de fantastique dans cette histoire, c’était que malgré son jeune âge et ses diverses obligations, il gérait son commerce d’une main de maître. Dans ses souvenirs, Domenica se rappelait avoir beaucoup apprécié son élève. Sûr de lui et pourtant si fragile, elle avait tout de suite aimé sa personnalité unique et extravagante. Lui qui avait vécu tant de choses, elle se réjouissait qu’il ait réussi ce à quoi il aspirait. Le seul bémol était évidemment la mort de son père.

Le garage était plus accueillant que par le passé – enfin, d’après les quelques souvenirs que conservait l’hispanique. Il y avait quelque chose en plus, de plus subtile, de plus féminin. Quelques employés étaient déjà là, à examiner des véhicules dont le moteur ne semblait pas coopératif. Domenica s’avança jusqu’au bureau de Kurt et frappa quelques coups secs. Peut-être était-ce dû au fait de se retrouver face à un ancien élève, mais elle ne ressentait aucune nervosité, aucune pression. Une question demeurait malgré tout : comment devait-elle l’appeler ? Kurt ? Kurt Hummel ? Mr Hummel ? Le changement de statut était plus délicat, dorénavant c’était lui qui avait le pouvoir sur elle. L’époque où il avait été assis derrière une table et où elle avait l’autorité était bien révolue. Attendant un quelconque signe qui l’autoriserait à rentrer, elle éteignit son portable afin de ne recevoir aucun appel qui pourrait interrompre l’entretien.

Sachant pertinemment qu’elle avait en face d’elle un gourou de la mode, elle avait pris soin de s’habiller en conséquence. Pour travailler dans un garage, il n’était pas nécessaire d’avoir une tenue digne des podiums. Pour cet entretien, cependant, elle avait fait attention à mettre des vêtements plus esthétiques. Une robe prune à la coupe tout droit sortie des années 50, sobre mais élégante, lui avait paru la plus appropriée. Par ce temps relativement chaud et lumineux, Domenica n’avait pas jugé utile de mettre une veste ou quoi que ce soit d’autre pour couvrir ses épaules. Le seul accessoire qu’elle avait emporté était une écharpe pailletée, assortie avec ses escarpins, dans une teinte légèrement plus claire que sa robe. Ce n’était pas la tenue du siècle, mais elle espérait intérieurement que ça jouerait en sa faveur et que Kurt et son intérêt pour la mode y seraient sensibles. A force de voir des gros bras dégoulinants de sueurs, il serait peut-être agréablement surpris de voir une femme plus chic dans son garage. Et, outre cela, elle avait les qualifications nécessaires pour exercer. Petite, elle avait aidé son propre père dans leur garage familial et tout ce qui possédait des roues n’avait plus aucun secret pour elle. Jamais elle n’aurait pensé en faire son métier cependant.

Passant sa tête à travers l’entrebâillement de la porte, elle prit une voix sérieuse mais cordiale.
« Bonjour, je viens voir Kurt Hummel. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 02. Who's the Boss now ? {Kurt}   Sam 28 Jan - 19:03

Les temps ma foi changeaient fortement. S’il y a encore quelques mois, Kurt Hummel désespérait, aujourd’hui, fin octobre, il retrouvait peu à peu espoir. Et pour cause, il allait reprendre ses études après les vacances de la Toussaint, et pas des moindres, des études de Droits cette fois-ci. L’inscription se finalisait, et malgré son retard, sa motivation inébranlable compenserait le manque. Ces dernières semaines, la bonne humeur s’affichait plus présente sur son visage, presque comme si les tracas du passé n’étaient que justement passé. Il savait dès à présent qu’une nouvelle vie s’offrait à lui, mais une dernière chose l’embêtait encore : l’avenir du garage. Outre le fait qu’il mettrait au chômage bien trois personnes, il ne savait pas quoi en faire. Trop peu connu pour être repris, trop symbolique pour être démoli, trop vieux pour être refait, trop peu précieux pour un prêt décent. Hors le garçon n’allait pas pouvoir gérer et ses études, et le garage, c’est pour cela qu’il devait trouver une solution et vite. De plus, le mariage de Will et Emma qui approchaient lui prenait beaucoup de temps, tenant à aider dans sa préparation – pour note, Kurt adore préparer les mariages, ou alors aider –. De toute façon, chose certaine, il ne s’en occuperait plus, c’était dur à dire mais le jeune homme voulait définitivement tourner cette page de sa vie, quitte à être comparé un monstre. Tout cela lui rappelait bien trop de mauvais souvenirs qu’il préférait oublier. Aujourd’hui, celui-ci voulait définitivement faire le deuil de son père, qu’il fit de toute façon. Non pas qu’il voulait l’oublier, mais tout simplement… ne plus être envahi de souvenirs dès qu’il franchissait un pied dans ce complexe. Pour l’instant, Kurt gardait le secret, attendant le bon moment pour l’annoncer à ses employés. Comment le prendrait-il ? Surtout Finn. Le pauvre, il allait le mette dans la panache si une solution ne s’offrait pas très vite. Oh bien sûr, le jeune homme pouvait toujours organiser son départ en octroyant une promotion, mais – et il en était désolé – aucun de ses employés n’avait assez le sens des responsabilités pour s’occuper du garage.

Non pas que Kurt se considérait comme le patron parfait, tout du moins, il se pensait plus responsable que quelqu’un comme Damon. Même Finn. De toute façon, chacun savait que ce boulot était éphémère, qu’il ne durerait pas. C’était juste un boulot temporaire le temps de voir sa situation se stabiliser ! Et pour chacun ! Il était juste désolé de devoir partir le premier. Cela lui ferait certainement un peu de peine, mais il passerait souvent. Du moins, selon son emploi du temps. Il déménageait aussi de son petit studio pour emménager dans une chambre d’étudiant, à l’intérieur de la faculté. Bref, ce jour-là, la température était fraîche. Et Kurt sortait à peine de la douche, se séchant les cheveux en sortant de toutes ces pensées qui prenaient en embuscade son esprit. Aujourd’hui, il arriverait tôt à cause d’un entretient avec une certaine euh… rah, il ne se souvenait pas de son nom, bref avec une dame qui désirait être embauché. En ces temps de crise, l’argent se faisait rare, mais cela étant, Kurt mijota quelque chose dans sa tête selon le profil de la demandeuse. Il s’habilla rapidement, en méprisant ces vêtements du jour, persuadé d’être mieux habillé dès la rentrée. Son goût pour la mode dut s’évaporer avec le temps, à cause du métier salissant de mécanicien, indigne pour lui, mais il n’avait pas le choix de toute façon. Cependant, il espérait retrouver cette classe d’antan dès son entrée en faculté. D’ailleurs, ces temps-ci, Hummel allait rarement au cabaret, il fallait dire que ses journées étaient très remplies. Quoi qu’il en soit, l’employeur arriva vers huit heures et demi au Garage Hummel et s’installa rapidement dans son petit bureau, à l’abri du froid. Il devait faire des économies de chauffage, les chiffres d’affaires n’étant pas très bon. Il consulta les derniers chiffres, déjà -8% de recettes depuis la reprise du garage. Si cette crise tenait bon en Europe, les Etats-Unis seraient cuits. Pourtant, la vie semblait se détendre dans les grandes capitales européennes, il n’y comprenait plus rien. Sûrement la perte de compétitivité du Dollar.

Soudain, une « belle » femme l’interrompit et il ne leva pas le regard, un peu agacé de ces nouvelles. Mais releva tout de même la tête avec un sourire étonnement franc pour lui répondre. Qu’est-ce qu’elle était bien habillée… à la mode… sensuelle… mâture de surcroît. Il la considéra un instant, cela commençait bien. Même s’il était homosexuel, ça ne l’empêchait pas de reconnaître les femmes qui se vêtissaient bien. Toutefois, il considérait anormal qu’elle le nomme par son patronyme entier, ce qui le gêna. D’autant plus qu’il ne la reconnaissait pas.

« Euh… C’est moi Kurt Hummel ! Enchanté, vous êtes euh… la demandeuse que je devais rencontrer aujourd’hui ? » Bégaya-t-il un peu déconcerté.

Encore une fois, il avait oublié son nom. Et en plus, Kurt saisissait que son propos puisse être mal interprété, notamment le « demandeuse » qui faisait un peu indécent. Il s’en excusa, et prit un stylo en écrivant quelque chose. Cela devait lui donner un air responsable. Quoi qu’il en soit, il rencontrait rarement des femmes d’un tel âge – oui car je parlais de maturité dans ce sens – et autant « responsable », du moins elle paraissait. Il lui sourit, et la convia à s’asseoir pour la mettre dans le bain.

« Bon, et bien nous allons commencer, mademoiselle… euh… ? »

HJ : Désolé du retard.
Revenir en haut Aller en bas
 

02. Who's the Boss now ? {Kurt}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 2
-