Choriste du mois


Partagez | 
 

 03. The Weirdo and the Dumb.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 03. The Weirdo and the Dumb.   Dim 18 Mar - 3:12

L'ambiance était studieuse dans la salle et seul raisonnait le prologue du Château de Barde Bleue de Bartok. Ce morceau laissait Nina assez perplexe, elle n'était pas friande des opéras hongrois en général et s'égara dans ses pensées en s'imaginant sa propre mise en scène de l'oeuvre en question. Sur les piccolos lancinant elle se voyait dans le rôle de Judith, surprise par un Timothy Ainsworth portant la barbe azurée en pleine découverte du contenu de la septième porte. Des lycéennes par centaines s'esclaffèrent depuis leur prison et sur les palpitations du xylophone, Nina se tenait prête à passer un sale quart d'heure avec le terrible surveillant, la hache à la main et un sourire au visage, à peine visible à travers cette pilosité étonnante qu'il arborait. "Vous proposerez une partition à deux instruments comportant au moins trois phrases musicales distinctes pour la fin du module c'est-à-dire dans deux mois. Vous réaliserez donc ce projet en duo, la feuille circule pour que vous preniez connaissance de votre binôme." La voix de Mina Majortone, la prof de musique la tira de sa punition et de ses pensées en donnant la consigne de ce projet d'envergure. Nina n'avait même pas remarqué que le brouhaha des élèves avait remplacé le pauvre Bartok. Cette histoire avec le bad boy de McKinley la préoccupait beaucoup plus qu'elle ne le pensait et il serait temps de bientôt s'en charger. La fin du cours arriva à point nommé pour enfin se décontracter un peu autour d'une pâtisserie avec son partenaire pour parler déjà de ce projet.

Nina commençait à ranger ses affaires quand sa voisine lui fit parvenir la dite feuille. Cameron Shynn. Ce serait son partenaire. Elle tendit la feuille à sa voisine de gauche et reprit le rangement de ses partitions, de son violon et de son papier à musique. Une fois son sac à la main elle quitta la salle pour attendre son collègue dehors. Cameron était l'un de ses camarade de solfège qu'elle connaissait maintenant depuis trois ans. Elle le savait très réservé et timide, elle avait même cru qu'il était muet durant les premiers mois et quand il lui adressa la parole pour la première fois ce fut comme un miracle. S'il n'était pas muet elle s'était attendue à quelques problèmes d'élocution ou un bégaiement qu'il aurait caché pudiquement en gardant le silence, mais il n'en fut rien, il lui demanda placidement et avec une clarté qu'elle n'aurait soupçonnée s'il existait des toilettes au sein de l'école de musique, ceci après le septième cours qu'ils avaient déjà passé en commun. Connaissant Nina, elle aurait pu le mépriser comme tous les autres énergumènes du collège aussi taciturnes qu'apeuré, mais elle éprouvait au contraire une certaine sympathie pour le garçon. Oui, Nina sympathique au cours de solfège ce n'était pas si incongru qu'on le pense, c'était même plutôt courant, elle était d'ailleurs assez appréciée de tous les élèves du cours. Mais ceci était justement valable uniquement à l'école de musique, comme dans tout autre contexte hors du collège, maintenant du lycée...

Elle patientait devant la grille de la cour extérieure du bâtiment qui donnait sur la rue quand elle aperçut la mine renfrognée de Cameron dans son gros manteau. Le froid était mordant en ce début de mois de décembre certes, mais le garçon avait une façon particulière de baisser la tête dans son col plutôt amusante et attendrissante même. "Cameron !" Elle secoua la main en l'air pour lui faire signe de décoller un peu les yeux des pavés jusqu'à ce qu'il la remarque enfin. "Bon j'ai vu qu'on était ensemble pour composer alors je me disais qu'on pouvait déjà y réfléchir tous les deux en allant manger quelque chose. Le Starbuck est juste au bout de la rue. T'es d'accord ?" Il était déjà 17 h 30 et le temps du goûter était largement venu pour la jeune fille qui avait gardé ses habitudes d'enfants en la matière. Sans presque prêter attention à sa réponse elle entama la marche vers l'autre côté de la rue sans plus de discours. Ils échangèrent quelques mots sur le cours en observant ces moments de silence prolongés qui rendent mal à l'aise. C'était bien compréhensible pourtant, il se connaissait assez peu malgré les occasions qui s'étaient présentées plusieurs fois, d'autant plus que Cameron était définitivement coi les trois quarts du temps. Tant pis il était comme ça, elle essaierait d'occuper un peu plus le temps de parole s'il lui laissait !

Ils poussèrent la porte du Starbucks après que Nina eut jeté un regard discret à travers la vitre qui balaya l'intérieur d'un air suspect. Apparemment la voie était libre puisqu'ils s'installèrent calmement à l'intérieur. "Je la trouve vraiment intéressante cette idée de travaux en duo ! Au final on ne se connaît pas vraiment, c'est l'occasion d'y remédier tu ne crois pas ! Au moins passer un moment avec quelqu'un du cours !" C'est aussi avec l'un de ses camarades de lycée que Nina s'était installée. Elle avait beau faire semblant de rien, Cameron était l'une des victimes favorites de la cheerio dans les couloirs et le pauvre garçon avait bien du recevoir chaque goût différent de slushie à la figure par sa faute au moins une fois. C'était clairement du mépris qu'elle lui témoignait entre les murs du monde adolescent et lui faisait bien comprendre qu'elle le contemplait du haut de l'échelle. Selon elle il valait mieux ignorer cette situation car, dans son esprit, elle n'était pas le tyran au pompons à cet instant présent, elle se voyait comme la fille sage et obéissante qu'elle était tout aussi fière de représenter, alors les présentations, cela faisait longtemps qu'elle avait été faite. Ils avaient toujours agi dans ce sens lorsqu'ils échangeait tous les deux. Le jeune membre des New Direction ne l'avait cependant jamais questionné sur cette attitude duale, ni même parlé à quiconque des rapports cordiaux qu'ils entretenaient hors de l'établissement, et c'était mieux ainsi, elle ne pouvait pas s'en expliquer et ne pouvait encore moins survivre à une rumeur qui lui prêterai une amitié avec un membre de la chorale...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. The Weirdo and the Dumb.   Lun 19 Mar - 1:53

Le cours de solfège était une des choses que Cameron préféraient dans sa vie, au même niveau que le dessin et le chant. Il aimait en apprendre toujours plus sur la musique et jouer des morceaux avec ses camarades qui, eux, ne risquaient pas de lui envoyer un slushie ou de l'écraser contre un casier parce qu'il était trop bizarre à leurs yeux. A cet instant précis, ils étudiaient Le Château de Barbe Bleue, un opéra qu'il ne connaissait pas vraiment mais dont il appréciait la découverte. Il aimait surtout l'histoire et les symboles cachés derrière. Tout en écoutant, le jeune homme pianotait distraitement sur les clés de sa clarinette et regarda autour de lui. Visiblement, il était le seul à écouter la leçon, les autres élèves regardaient en l'air perdu dans leurs mondes, ou gloussaient derrière leurs mains, s'attirant les regards noirs de Miss Majortone. Le morceau s'acheva et la prof de musique annonça l'exercice qu'ils devaient accomplir à la fin du module. Un duo. Et les binômes avaient déjà été choisit. Cameron se retint de lever les yeux au ciel. On aurait dit que tous les professeurs de musiques de la ville s'étaient donné le mot pour les faire bosser en duo, d'abord Mr Schue, et maintenant Miss Majortone. Ce n'était pas qu'il n'aimait pas travailler avec quelqu'un d'autre mais il avait le plus grand mal à se détendre suffisamment avec quelqu'un qu'il ne connaissait pas et se sentait plus à l'aise lorsqu'il travaillait seul et à son rythme. Ainsi, il ne risquait pas de se laisser marcher sur les pieds, il conservait sa tranquillité d'esprit et pouvait laisser libre court à son perfectionnisme sans embêter personne. C'est donc avec une certaine appréhension qu'il saisit la feuille qui devait lui révéler le nom de son ou sa partenaire.

Nina Stewart. Le choriste ne savait pas vraiment comment prendre la nouvelle. La jeune fille était talentueuse, et il adorait le son du violon, et était absolument charmante pendant le cours de solfège mais elle était aussi une cheerleader et elle n'hésitait pas à lui envoyer un slushie à la figure de manière assez régulière. En fait, il ne savait pas sur quel pied danser avec elle et il ne la connaissait d'ailleurs pas bien du tout. Il avait dû ne lui adresser la parole qu'une fois, deux à la rigueur. Même s'il arrivait que Nina se mette à bavarder avec lui, mais dans ces cas là, Cameron se contentait de la regarder de ses grands yeux bleus et d'hocher la tête. Le brun fit passer la feuille et se mit à ranger calmement ses affaires, prenant bien soin de placer exactement sa clarinette dans son étui. Il se dirigea ensuite vers la porte et sortit dans le froid glacial de ce mois de décembre. Il commença à marcher, les yeux fixés sur le sol, perdu dans ses pensées, quand une voix l'interpella.

Levant la tête, il aperçut Nina qui lui faisait de grands signes. Il s'avança calmement vers elle. Sans perdre un instant, elle lui proposa d'aller discuter de leur devoir autour d'un café avant de se diriger vers le Starbucks sans lui laisser le temps de dire quoique ce soit. N'ayant pas le choix, Cameron soupira et commença à la suivre, écoutant distraitement son bavardage incessant. Une fois devant le café, le jeune homme tint la porte à sa partenaire puis lui tira la chaise, comme sa mère s'était entêtée à lui apprendre depuis qu'il était enfant, et s'assit à son tour. S'il remarqua le regard inquiet que Nina promena sur l'assistance, il ne fit aucune remarque. La violoniste se mit immédiatement à parler.

"Je la trouve vraiment intéressante cette idée de travaux en duo ! Au final on ne se connaît pas vraiment, c'est l'occasion d'y remédier tu ne crois pas ! Au moins passer un moment avec quelqu'un du cours !"

Touché par son enthousiasme, Cameron lui offrit un sourire, un petit et timide sourire, mais néanmoins sincère. Après tout, elle semblait être d'humeur charitable alors autant en profiter avant que sa schizophrénie latente ne refasse surface à l'improviste. Pour la première fois depuis qu'ils étaient ensemble, le brun prit la parole, avec beaucoup plus de douceur et de réserve que son acolyte.

-C'est une très bonne idée effectivement. Miss Majortone a toujours d'excellentes idées, c'est surprenant. Mais avant de commencer à en discuter, permet moi de t'offrir quelque chose à boire. Tu veux quelque chose en particulier ?

Il était évidemment hors de question que Nina paie pour sa boisson, c'était de toute façon inconcevable ! Un jeune homme qui se respectait se chargeait toujours des dépenses lorsqu'il était en compagnie d'une femme, peu importait sa relation avec celle-ci. En attendant la réponse de Nina, Cameron se mit à imaginer la réaction de sa grand-mère s'il s'avisait d'aller à l'encontre de son éducation et grimaça intérieurement. Puis il se ressaisit. Pourquoi pensait-il à ça alors qu'il avait un devoir à faire ? Il lança un coup d'œil sur la cheerio et une autre pensée lui vint. Pourquoi Nina se conduisait-elle de façon aussi bizarre ? Avait-elle un but bien précis ou était-elle simplement cinglée ? Auquel cas le jeune homme se préparait à s'éclipser discrètement au moindre signe de crise de folie.


Dernière édition par Cameron Shynn le Sam 31 Mar - 22:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. The Weirdo and the Dumb.   Lun 19 Mar - 13:42

Nina n'avait jamais remarqué à quel point Cameron tenait aux bonnes manières ! Ce n'était pas pour lui déplaire elle avait elle même reçu une éducation exemplaire, forte de cours de bon maintien et de tenue, une éducation très classique en vérité. Elle n'était pas perdue devant une dizaine de couver et savait distinguer la fourchette à poisson de celle pour la salade. La galanterie du garçon était donc accueillie avec enthousiasme et étonnement. Mais tout de même, elle aurait été au lycée elle n'aurait pas hésité à le couvrir de mépris pour ses simagrées moyenâgeuse. Pour le moment elle n'y était pas et le Starbucks coffee prenait des airs de salle de bal dans son esprit : une perruque haute comme une chaise lui écrasait le crâne et Cameron s'avançait, coiffé de chevaux fantaisie lui aussi, collants sur les jambes pour l'inviter à danser le cotillon ! Cette image l'amusa mais fut interrompue par la question de son partenaire de danse. En plus de lui tirer la chaise il avait décidé de l'inviter, c'était avec plaisir. Nina quitta ses airs de comtesse pour se plonger dans la carte, l'index sur les lèvres pour l'aider dans sa réflexions. "Caramel Macchiato glacé ! Oui ça me semble bien !"Elle ferma d'un coup sec la carte des boissons et laissa Cameron commander avant de commencer à parler pour un long moment.

"Je te remercie de m'inviter ! C'est vrai que Miss Majortone est une professeur satisfaisante, je la trouve juste un peu classique dans ses choix de morceaux. Je crois qu'elle et en admiration face au compositeur d'Europe de l'Est du XXème siècle et ça ce n'est vraiment pas ma tasse de thé ! Je déteste Bartok, mon père aussi d'ailleurs, nous n'avons que trois de ses symphonie à la maison et c'est bien assez ! Je pense qu'elle devrait prendre plus de risque dans ses choix d'études, mais c'est déjà un grand pas que de nous proposer une composition d'opéra, c'est ce que je préfère, même si je n'ai pas aimé Le Château de Barbe Bleue. Je l'ai vu deux fois pourtant, dont une à l'Opéra lyrique de Chicago, mais rien n'y a fait, même dans cette superbe salle ! Tu y est déjà allé ? Tu devrais c'est un endroit magnifique, enfin si tu t'intéresse à tout ça ! Je suppose que oui, tu as plutôt un bon niveau et ta clarinette est d'excellente qualité, je suis vraiment satisfaite de t'avoir pour partenaire, tu devrais juste faire attention à ton souffle parfois, on sent que tu as du mal à le placer ! Enfin bref, ces cours sont toujours mieux que ceux d'éducation musicale du lycée, quelle bande d'incapable ! Non tu ne trouves pas ? Ils ne sont pas fichus de différencier la clé de sol des notes normales, il ne faut pas être très fin pourtant pour faire cette distinction plus que basique !"

Si Nina avait été plus que surprise d'entendre la voix de Cameron, elle n'était peut être pas prête de l'entendre de si tôt à nouveau. Elle parlait à une vitesse folle sans prendre garde si on l'écoutait ou pas, mimant parfois les mots qu'elle appuyait avec de grands gestes, des grimaces et des inclinations de tête. Elle lui posait des questions mais n'en attendait pas les réponses. En somme, elle parlait toute seule et cette tirade n'aurait pu avoir un autre effet qu'un assommoir pour Cameron. Mais Nina s'interrompit quand elle entama le sujet du lycée et le mépris qu'elle portait à ses camarades. Elle ne voulait surtout pas aborder le sujet avec Cameron et c'est eut être pour cette raison qu'elle ne lui laissait pas la parole, essayant ainsi d'éviter toute question gênante de la part du garçon. "Désolée... Tu dois en avoir marre de m'entendre parler ! En vérité, comment aurait il pu en être autant agacé ? Ce devait être assez inédit pour lui Nina qui lui parle vraiment avec sympathie sans risque de se recevoir un bon granité en pleine figure. L'air faussement coupable elle sirotât son Macchiato à la paille bruyamment en baissant les yeux. Elle rît un instant en cessant d'aspirer puis leva les yeux vers Cameron toujours avec le sourire. "Tu ne devrais pas être aussi timide en fait, les gens ne mordent pas !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. The Weirdo and the Dumb.   Mer 11 Avr - 1:01

Finalement Nina n'était pas aussi bizarre qu'il n'y paraissait, après qu'il lui ai commandé son café glacé et que lui même ai choisit un chocolat viennois, ils s'étaient confortablement installé et la cheerio avait lâché un flot de paroles hyper rapide, manquant d'assommer le pauvre Cameron qui n'était pas vraiment habitué. Le clarinettiste tenta tant bien que mal de suivre mais c'était vraiment difficile. Elle commentait, posait des questions et y répondait sans lui laisser le temps de réagir. Elle allait si vite qu'elle ne semblait pas respirer et Cameron se demanda si elle avait des branchies ou si elle savait juste rester longtemps en apnée. Nina arriva finalement au sujet sensible du lycée et le flot sembla enfin se tarirent, montrant qu'elle avait compris qu'elle s'aventurait dans des eaux houleuses. Après tout, ils évoluaient tous les deux dans des cercles sociaux différents et se lancer dans un débat sur la qualité de l'enseignement au lycée était assez dangereux. Elle s'excusa d'avoir tant parler et il l'observa alors qu'elle baissait les yeux d'un air contrit avant de rire sans crier gare.

"Tu ne devrais pas être aussi timide en fait, les gens ne mordent pas !"

Ces paroles arrachèrent un sourire à Cameron. Combien de fois avait-il entendu cette phrase ? Il savait très bien que les gens ne mordaient pas mais ça ne voulait pas dire qu'il allait cesser d'être timide du jour au lendemain. Les autres n'avaient pas conscience de la difficulté que c'était pour lui. Il avait un problème, il le savait et tentait d'y remédier petit à petit mais ce genre de paroles ne l'aidait pas. On aurait dit qu'ils pensaient qu'il faisait exprès d'être comme ça. Et puis de toute façon, depuis quand c'était une tare de vouloir rester discret et de vouloir simplement vivre sa vie sans être le centre de l'attention. Le monde était déjà plein de m'as-tu-vu, il n'en avait pas besoin d'un énième.

-Je sais bien, mais ça ne rend pas la tâche plus facile pour autant.

Décidant de laisser ce sujet de côté, Cameron changea de conversation, repensant à la tirade que Nina avait lâcher. C'était bien plus intéressant que le pourquoi du comment de sa timidité ou la qualité des cours à McKinley.

-Pour en revenir à ce que tu disais, personnellement je préfère les compositeurs plus anciens comme Schubert, Chopin ou Dvorak. D'ailleurs, je pense que le Boléro de Ravel serait parfait pour notre exercice.

C'était assez classique mais Cameron adorait ce morceau. Chaque mélodie évoquait quelque chose de différent selon celui qui l'écoutait et cette mélodie en particulier lui redonnait toujours le sourire tout en l'emplissement de ce sentiment doux-amer de nostalgie qui accompagne les souvenirs d'enfances. En plus, il y avait de la clarinette et du violon, alors chacun aurait le droit à un solo avant de terminer en harmonie tous les deux.

-Et non, je n'ai jamais été à l'opéra de Chicago mais j'ai déjà visité ceux de Cardiff, de Paris et de Prague. Ils sont tous splendides à leur manière. T'y est déjà allé toi aussi ? Pour moi, il font partie des plus beaux au monde.

Au fur et à mesure qu'il parlait, le brun perdait son attitude méfiante et s'animait peu à peu, laissant entrapercevoir la personnalité passionnée qui se cachait derrière l'air timoré habituel. Ce n'était pas souvent qu'il avait l'occasion de parler de ça avec des personnes de son âge qui en plus s'y connaissait. Même s'il faisait partie des New Directions, la plupart de ses camarades ne jurait que par le Top 40 ou par les psaumes bibliques. Les seuls qui s'intéressait au classique était les membres de l'orchestre et du jazz band, avec qui il avait noué des contacts timides.

-Pour la clarinette, j'ai commencé il y a seulement 5 ans alors j'ai encore pas mal de chose à perfectionner. J'ai remarqué que tu avais un peu de mal avec les accords un peu trop écartés mais j'imagine que c'est normal. Je ne m'y connais pas tellement en violon même si j'aime beaucoup en écouter. Comme Joshua Bell par exemple.

Cameron venait de dire une des phrases les plus longues de son existence et ne se sentait même pas encore gêné. Vraiment, ça faisait du bien de pouvoir parler, presque, librement. Ce qui lui fit penser à autre chose.

-Tu n'es pas du tout comme d'habitude. Excuse mon indiscrétion mais y a t-il une raison à ça ? C'est pas que ça me déplait, loin de là, mais j'avoue que ça m'intrigue.

Cette question ne cessait de tournoyer dans son esprit depuis le début de leur conversation et ne pas savoir empêchait Cameron de se laisser aller complètement. Il était naturellement méfiant et il voulait absolument savoir s'il y avait anguille sous roche. Après tout, ce n'était pas la première fois que quelqu'un le mettait en confiance pour mieux le manipuler ou lui se moquer. On n'était jamais trop prudent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. The Weirdo and the Dumb.   Lun 30 Avr - 17:38

Cameron avait souri ! Si ça ce n’était pas une victoire en soi d’avoir tirer une expression du visage de ce garçon ! Pourtant Nina n’était pas au bout de ses surprises car le jeune homme se mit également à parler, et ceci en alignant plus de trois mots à la suite. Il avait l’air de presque se confier. Évidemment elle ne l’avait jamais entendu lui adresser la parole au lycée, après s’être reçu un slushy, on a plus vraiment le cœur a débattre, enfin c’est ce que Nina supposait puisque jamais un membre du glee club n’avait protester après une bonne boisson givrée dans la figure.
Le pauvre Cameron était décidément d’une timidité maladive, mais malgré tout, le simple fait qu’il puisse lui en faire part à demi mot la ravissait vraiment ! On n’avait pas l’habitude de lui confier des choses. Si bien sûr, elle avait droit au récit quotidien de Cissy et de sa nuit avec Samuel, de Jared qui s’éloignait, de Devon qui lui tapait sur le système ou de Miss Tacos qu’elle renverrait bien à la frontière, mais à ce rythme là, ce n’était pas réellement des confessions. Des secrets qu’on raconte à un ami. Oh bien sûr que Cissy l’aimait comme une amie, selon sa définition de l’amitié ! Elle s’en contentait et à vrai dire ne s’en plaignait pas, elle l’aimait vraiment aussi elle supposait, mais elle savait bien qu’au fond, absolument personne ne la connaissait vraiment et que personne ne la choisissait pour le connaître vraiment à son tour. En somme, elle était très seule sur la deuxième marche du podium de McKinley ! Mais cet après midi là avec Cameron, elle se sentait réellement en bonne compagnie, une compagnie… humaine pour une fois !
Il continuait maintenant à parler, bien parti sur sa lancée et pour rien au monde elle ne l’aurait interrompu. Les bras croisés sur la table, écoutant attentivement celui qu’elle pouvait qualifier d’ami en mélangeant sa boisson bien trop fraîche encore, elle affichait un sourire tendre, celui qu’elle ne forçait pas. Serait elle sincère pour la première fois depuis une éternité avec quelqu’un de son âge ? Si être naturelle avec un ami ressemblait à ça, elle s’imaginait la quiétude d’esprit que cela devait être pour tout un chacun. Nina pensait sincèrement à le croire à présent, elle appréciait vraiment le pauvre timide. Peut être que personne ne se donnait réellement la peine de le connaître, mais elle, elle le ferait, comme elle désirait qu’il la connaisse vraiment.
Ils avaient exactement les mêmes centres d’intérêt et il était si cultivé, avait vécu déjà tellement de chose et faisait preuve d’une humilité tout à fait incroyable ! Elle rit presque aux éclats quand il lui rendit sa critique, totalement constructive, sur son jeu à son tour. « Tu trouves ? J’avoue que tu as une bonne oreille, je savais déjà que c’était ma faiblesse. Touchée ! Et forcément Joshua. » Un sourire des plus charmant et chaleureux vint habiller fièrement son visage quand elle entendit cette voix qui l’interpella.

Mina Jefferson ! « Ninaaaaa ! » Cet appel lui glaça le sang alors même que Cameron venait en quelque sorte de lui exprimer une marque d’affection. Le pauvre garçon, il n’allait recevoir comme unique réponse que la preuve que les choses pouvaient basculer bien vite avec elle… Sans réfléchir deux secondes de plus elle effaça son sourire contre un regard aussi froid que sa boisson dont elle s’emparait à présent. Elle se leva d’un bond et sans même pouvoir hésiter alors même que Mina se trouvait juste à ses côté le Caramel Macchiato glacé aspergea le visage de Cameron tout entier et même bien au delà.
Le silence s’était fait pour une fois au Starbucks alors que Nina tenait encore son gobelet qui laissait s’échapper à terre les quelques gouttes qui avaient épargné Cameron, dont on ne reconnaissait plus les traits sous le liquide brunâtre. Impassible elle se tourna vers Mina, visiblement confuse. « Ce taré s’est incrusté en croyant qu’on pourrait copiner alors que j’attendait Jared… Je veux dire Tim ! » Pourquoi n’avait elle pas remarqué l’arrivée de cette peste, elle s’était jurée pourtant de surveiller la porte d’entrée. Voilà ce qui arrivait quand on se croyait un peu trop libre et prête au grand saut pour la sincérité, le karma ne manquait pas de lui rappeler que ce n’était pas une option dans sa vie. Pour aggraver un peu plus la situation, ce terrible lapsus et cette excuse aussi bidon que dangereuse avait du lui venir à l’esprit, à défaut d’autre chose. Mina, visiblement encore un peu déstabilisée par la situation feint un sourire qui n’appartenait qu’aux fouines du lycée. « Oh, j’ai pourtant croisé Monsieur Ainsworth au lycée il y a quelques minutes. Bref tu te débrouilleras avec lui. » Le palpitant de Nina ne pouvait que s’entendre à cette puissance elle en était persuadée. Ses talents d’actrices ne lui permettraient pas de supporter cette situation trop tendue bien longtemps et très vite, la nécessité de se débarrasser de Mina allait se faire vitale. Toujours pas décidée à voir ailleurs, elle s’adressa cette fois à Cameron, complètement prostré. « En tout cas ça te change des slushy Motus, très jolie couleur ! N’oublie pas de payer l’addition pour t’en être mis plein la figure ! Bon je vais aux toilettes, tu m’attends ! » Sans que Nina n’aie pu lui faire signe qu’elle ne serait sûrement plus là à son retour, la jeune Jefferson était déjà à l’autre bout de la pièce.
Nina quitta enfin sa mine suffisante et la troqua contre l’une des plus désolée qui soit. Se pinçant les lèvres et se tordant les mains, elle était sincèrement horrifiée de ce qu’elle venait de faire, mais c’était nécessaire, elle le savait. « Cameron je suis sincèrement désolée, tu ne me dois certainement rien mais s’il te plaît ne parle de tout ça à personne, ni du cours de musique, ni de notre conversation, ni même de Monsieur Ainsworth ! » Elle avait complètement oublié sa présence quand elle y eut fait référence à Mina, et cette fois, Cameron était premier de loin dans le classement des gens qui en savait le plus sur elle. « Je ne sais pas quoi dire Cameron, je devais le faire, c’est tout. Je vais payer l’addition… » Tête baissée, terriblement triste d’avoir gâché ce moment précieux, elle était plus résignée que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. The Weirdo and the Dumb.   Lun 25 Juin - 21:58

Finalement, il y avait du bon à s'ouvrir un peu aux autres. Cameron passait un moment des plus agréables avec Nina qui pas une fois n'avait été méchante, vindicative et arrogante. C'était à croire qu'il existait deux Nina Stewart. L'une d'elle était une personne des plus charmante, cultivée et qui pouvait suivre (et participer) à une conversation bien plus profonde que les avantages et inconvénients du gloss par rapport aux rouge à lèvres. Et l'autre était … et bien l'autre, l'evil twin qui hantait les couloirs du lycée attendant l'agneau égaré sur lequel s'abattre comme la misère sur le pauvre monde. A mesure qu'ils parlaient, le brun avait l'impression de connaître Nina depuis longtemps. Ils étaient tous les deux détendus et échangeaient points de vue et critiques avec des sourires, chacun écoutant attentivement et prenant à cœur les paroles de l'autre. Cameron se dit qu'il ne serait pas contre avoir une amie comme elle.

Malheureusement, cela ne dura pas. Il s'apprêtait à répondre à ce qu'elle avait dit sur son jeu et sur Joshua Bell quand une voix, désagréable et stridente, retentit dans tout le café, appelant Nina avant que la propriétaire de la voix ne se matérialise près d'eux. Il n'eut même pas le temps de se tourner vers la nouvelle venue qu'il se recevait une vague gluante de café glacé en plein visage. La claque glacée le surpris tellement qu'il laissa échapper une expression de surprise. Il sentit le liquide se frayer un chemin sinueux sous sa chemise, couler de ses cheveux sur son visage et tomber sur la table et le sol en une symphonie de ploc!. Il ne vit pas, ayant les yeux fermés, mais sentit tous les regards converger vers lui. Il était le centre de l'attention et n'avait jamais autant désiré pouvoir disparaître. Cela associé à l'odeur écœurante de café qui l'entourait et à la sensation désagréable de la boisson sur sa peau était presque trop pour le jeune homme qui se sentait au bord de la crise d'angoisse. Mais il ne bougeait toujours pas.

Il entendit Nina et l'intruse, qui se trouvait être Mina Jefferson (une peste insipide et aussi profonde qu'un cafard desséché), continuer à parler. Et plus que ce qu'elle lui avait jeté au visage, ce furent ses paroles qui lui firent le plus de mal. Un taré ? Alors c'était ce qu'elle pensait vraiment ? Il était perdu entre ces différents visages qu'elle semblait adopter à l'envie. Il ne fit même pas attention à son lapsus, trop occupé à se remettre du choc qui l'avait eu -et à ravaler les larmes qui menaçaient de couler dans peu de temps.

Après avoir échangé quelques paroles, Mina envoya quelques piques à Cameron, qui l'ignora, avant de s'éloigner enfin, envelopper dans un nuage de méchanceté et d'autosuffisance à vomir. Immédiatement après, Nina se mit à s'excuser, mais c'était trop tard. Cameron s'était refermé comme une huitre. Il sortit un mouchoir et s'essuya doucement les yeux qu'il pu enfin ouvrir complètement. Nina avait l'air vraiment contrite mais comment savoir si c'était sincère ? Elle maniait le froid et le chaud sans vergogne, où était le juste milieu ? Elle voulait qu'il ne dise rien à propos de leurs cours. C'était risible, à qui pouvait-il raconter ça ? Et ce n'était pas comme si c'était le premier cours de solfège qu'ils avaient ensemble et il n'avait jamais rien dit. Alors il ne dirait rien, il allait même lui pardonner si c'était ce qu'elle voulait tant. Mais pour ce qui était de lui faire confiance, et bien il avait la preuve que surmonter sa timidité ne servait pas à grand chose, si ce n'est à être blessé.

Cameron hocha donc la tête, lui faisant comprendre qu'il l'avait entendu avant de se lever doucement et de se diriger vers les toilettes, sous les regards moqueurs et les rires goguenards à peine dissimulé des autres clients. Une fois aux toilettes, il se plaça devant un lavabo et se regarda dans le miroir. Et bien, il offrait un triste spectacle. Ses cheveux noirs disparaissait sous une couche de liquide marronâtre et dégoulinait sur son visage. Il avait l'air de Carrie après avoir reçu le seau de sang de porc sur la tête. L'odeur du café l'entourait et lui donnait la nausée. Des larmes lui piquèrent les yeux, le faisant rapidement se pencher sous le robinet avant d'ouvrir l'eau froide. Il entreprit de rincer ses cheveux du mieux qu'il pouvait, le liquide frais le calmant peu à peu. Cameron trouvait bizarre d'être aussi touché par ce qu'il s'était passé. Il se prenait des slushies tous les jours, sans jamais battre un cil mais aujourd'hui … Aujourd'hui, il avait baissé sa garde, il ne s'était pas du tout attendu à ce que Nina lui lance un truc au visage et ça avait été une erreur, qu'il ne reproduirait plus. A présent, il savait qu'il ne fallait pas faire confiance à Nina Stewart, que ce soit au lycée ou en dehors. Leur binôme semblait vraiment mal partie. Cameron soupira et retourna à son nettoyage, se demandant ce qu'elle allait faire maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. The Weirdo and the Dumb.   Jeu 19 Juil - 15:14

Quel désastre.
Ce moment agréable passé ensemble comme ce pauvre garçon couvert de crème... Nina sentait les regards avides et curieux trop effrayés de louper une seule miette du spectacle pour s'empêcher de se tourner vers eux. Elle était debout au milieu du Starbuck's comme sous un projecteur au milieu d'une scène. Un instant Nina se demanda qui de Cameron ou d'elle même devait se sentir le plus ridicule, qui serait sujet à la moquerie ? La méchante ou le gentil ? Habituellement la pitié pour la victime l'emportait mais Nina devait avouer que la victime n'avait pas fière allure face à à elle. Les quelques murmures qui subsistèrent finirent de décider Cameron à fuir aux toilettes à son tour.
Cette fois ci, plus de questions à se poser, c'était bien elle qu'on regardait, seule face aux restes de la bataille. La scène du crime offrait un spectacle bien pire que ce que Nina avait imaginé, et pour rien au monde elle n'aurait essuyé ce chantier !
Elle lança quelques regards furtifs autour d'elle tout en restant immobile et s'efforçant de demeurer impassible mais elle finit par prendre la direction des toilettes elle aussi. D'autant plus qu'il valait mieux décamper avant que quelqu'un ne vienne lui demander de nettoyer. Les têtes qui suivaient son trajet jusqu'aux WC comme celles des spectateurs de Wimbledon suivent la balle étaient des plus désagréables mais peu importait. Éviter un employer et tenter de nouvelles excuses auprès de Cameron étaient bien plus importants.

Face à la portes des toilettes, elle resta bloquée quelques secondes face au bonhomme blanc sur fond bleu qui ne portait pas de jupe à la différence de celui d'en face. Nina grimaça et s'apprêta à frapper. Elle se ravisa, s'imaginant qu'il était encore pire de demander la permission d'entrer mais grimaça encore un peu plus. Elle grommela franchement quand enfin elle passa la porte des toilettes des hommes avec une pointe d'agacement envers Cameron. Oui, c'était elle la méchante de l'histoire, mais il aurait pu rester sur place et ne pas s'exiler ainsi histoire de lui laisser une chance d'être la gentille. L'obliger à enfreindre la règle de séparation des sexes au petit coin l'agaçait vraiment.
Son amertume se dissipa néanmoins pour laisser place à une terrible culpabilité quand elle vit Cameron en train de s'inonder la figure d'eau dans le lavabo, comme si elle découvrait à l'instant ce qu'on lui avait fait. Elle baissa la tête, les mains jointes à nouveau devant elle et s'approcha lentement du jeune homme qui peinait manifestement à se rincer le visage. Il demeurait pourtant impassible pourtant, certes il avait les yeux un peu rougis mais Nina préféra croire que c'était de la faute de ce sacré Macchiato glacé pour se rassurer. S'il pleurait maintenant, elle fuirait c'était certain. Le voir ainsi la faisait se sentir déjà terriblement coupable, le voir pleurer, elle ne le souffrirai pas ! « Cameron, je... Est ce que je peux t'aider ? » Elle avança sa main pour la poser sur son épaule mais l'écarta rapidement finalement constatant qu'il demeurait muet. « Écoute je... »
Le bruit de la chasse d'eau l'interrompit et elle garda le silence jusqu'au départ de celui qu'elle redoutait. Le garçon qui verrait la fille qu'elle était dans les toilettes des garçons. Elle rougis légèrement quand le gêneur vint se laver les mains derrière elle puis en s'essuyant il attira leur attention. « Prenez une chambre ! Les toilettes du Starbuck's ça craint... » La porte claqua finalement et Nina s'éclaircit la gorge pour tenter de surmonter ce léger malaise que cette dernière intervention avait installé en elle. Elle n'arrivait plus finalement à formuler d'excuses, le mutisme du garçon la laissait maintenant sur la défensive et sans aucun signe encourageant de sa part, elle baissa les bras.
« Écoute Cameron, nous avons toujours se projet à faire et... je suis désolée si c'est maintenant une plaie de le poursuivre avec moi. Nous pouvons demander à changer les groupes, ou bien nous répèterons chacun de notre côté, je ne sais pas. » Elle gardait tout de même ce ton plaintif et sincèrement désolé.
Regrettait elle son geste ? Peut être pas, elle savait qu'elle avait été forcée de le faire. Elle regrettait surtout cette situation, elle détestait Mina en ce moment précis d'être venue tout gâcher. Nina ne s'en rendait pas compte, mais dans son esprit, rien n'était de sa faute, les circonstances, les autres faisaient les choses pour elle. Comment expliquer cela à Cameron, il ne comprendrait sûrement pas. Lui aussi subissait les autres, les situations, le lycée, et lui aussi n'était coupable de rien, mais c'est parce qu'il était sur le banc des victimes. Nina s'imagina soudain arriver au tribunal de la vie, installé forcément dans les nuages et dans lequel étaient installés deux banc massif en bois, celui des victimes, où Cameron la fixait avec dédain, tenant une pancarte « victime » des deux mains, et le banc des accusés. Cissy, souriante et démoniaque, y était assise avec un tee shirt sur lequel on pouvait difficilement lire « accusée », sa poitrine avait en effet rallongée le mot sur une longueur interminable, celle de son incroyable poitrine. En gros cela revenait au camp des gentils ou des méchants. Quelle direction prendre pour Nina ? Elle vit d'abord un chapeau « mythomane » lui tomber sur la tête mais elle rectifia tout ça comme lorsqu'on se rendort pour modifier un rêve. Elle retira le chapeau et alla s'asseoir à côté de Cameron, toute souriante lorsqu'elle sortit sa pancarte. Cissy lui fit un clin d'œil avant que Nina ne se rende compte qu'il était noté dessus « accusée »...
Nina revint de cette terrible vision quand elle s'aperçut que Cameron la fixait avec insistance. Elle avait du rester le regard dans le vide un sacré moment. Elle cligna des yeux pour définitivement revenir dans les toilettes des hommes, en face de Cameron puis regarda celui ci dans le miroir. « Je ne suis pas quelqu'un de mauvais tu sais, si je pouvais me rattraper, je le ferais, crois moi ! » Sa remarque fut sortie de nulle part, en tout cas pour Cameron. Elle le disait autant pour lui que pour elle, afin peut être de conjurer le sort de cette vision horrible. La porte des toilettes s'ouvrit à nouveau mais cette fois ce fut un employé qui passa le tête dans les toilettes. « Mademoiselle, c'est vous qui avez renversé votre café ? Il va falloir revenir et payer l'addition maintenant. » Elle avait totalement oublié l'addition. « Oh oui, mes sincères excuses pour tout cela, j'arrive dans une minute. » Elle se retourna vers Cameron après que la porte se referma à nouveau, en espérant qu'il lui dise enfin quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. The Weirdo and the Dumb.   Lun 1 Oct - 3:10

Il avait enfin reprit le contrôle de lui même quand la porte des toilettes s'ouvrit derrière lui. Il n'y prêta pas attention, préférant se concentrer sur son débarbouillage sommaire. Comme il lui tardait de pouvoir rentrer chez lui et prendre une douche brûlante pour se débarrasser de cette sensation collante sur sa peau et surtout de l'odeur écœurante de café qu'il sentait partout sur lui, imprégnant ses vêtements. Cameron savait qu'il ne serait pas capable de boire ou de sentir du café sans se sentir nauséeux avant longtemps. Il était tellement perdu dans sa tâche qu'il sursauta légèrement en entendant la voix de Nina dans son dos. Elle lui proposait son aide. Sans faire attention au mec qui venait de sortir d'une cabine, le brun secoua doucement la tête. Il préférait maintenir une certaine distance entre la jeune fille et lui, au cas où elle se déciderai à lui arracher la tête ou autre. Peut-être qu'il devrait arrêter les marathon de Doctor Who les soirs de semaine ? Nina reprit la parole et le clarinettiste daigna enfin lever le regard vers elle. Elle semblait vraiment sincère, elle avait du mal à trouver ses mots et sa gêne était palpable. Elle lui parla de leur projet commun avant de se perdre dans ses pensées comme elle avait l'habitude de le faire parfois. Elle prenait cet air lointain, plus ou moins longtemps, avant de reprendre contact avec la réalité.

Lorsqu'elle reprit ses esprits, elle cligna des yeux et le regarda, se rendant compte qu'il avait assisté à son absence passagère. Franchement, Cameron ne prétendait pas être la plus normal des personne, et on le lui faisait savoir assez régulièrement, mais il savait que dans cette pièce, il n'était pas le seul à être un peu à côté de ses pompes. Alors qu'il al regardait toujours, Nina lui fit une remarque totalement sortie de nulle part, comme s'il venait de lui dire quelque chose, alors qu'il n'avait pas ouvert la bouche depuis dix bonnes minutes au moins. Il prit néanmoins la parole, d'une voix douce et atone.

-Je n'ai jamais dis que tu étais mauvaise. Je ne sais pas ce que tu es et je pense que tu ne le sais pas non plus. Enfin, en ce qui concerne le projet, ne t'inquiète pas. On le fera en semble si ça ne te dérange pas, on n'est pas obligé de se parler. La bibliothèque municipale est surement le meilleur endroit pour ça.

Cameron était vraiment épuisé et ne désirait que rentrer chez lui et oublier le monde extérieur jusqu'au lendemain quand il irai au lycée. Il n'avait pas envie de s'attarder plus longtemps dans cet endroit. Il passa donc à la vitesse supérieure et plongea complètement la tête sous le robinet, enlevant le surplus de café. Il ferait avec le temps de se faire un vrai shampoing; en attendant, il sortit une serviette tâchées de couleurs vives de son sac, preuve qu'il avait déjà été slushé aujourd'hui. Tout en s'essuyant rapidement la tête, Cameron ne put s'empêcher de se demander ce que cela ferait à ses cheveux. Entre ça et les slushies, les cheveux du jeune homme devait certainement avoir beaucoup souffert. En fait, il ne serait même pas étonner s'ils se mettait à pousser bleu, violet, vert ou rouge. Il sortit de ses pensées en voyant Nina s'en aller, n'ayant pas fait attention à l'employé qui était venu. Il fut tenter de la laisser faire mais ses bonnes manières l'en empêchèrent.
Il rangea sa serviette et rejoignit Nina qui venait d'ouvrir la porte.

-Laisses Nina, l'addition est pour moi, je te l'ai promis.

Sur ces mots, il se dirigea vers la caisse, souhaitant en finir au plus vite, où il régla l'addition sous quelques regards narquois qui ne s'étaient pas encore lassés de son humiliation. Il sortit ensuite du Starbucks, respirant à plein poumons l'air piquant de cette soirée d'hiver. La nuit était déjà bien installée. Sortant de sa contemplation, il se tourna une dernière fois vers Nina, qui était elle aussi sortie.

-Je ne sais pas vraiment ce que tu veux Nina ni pourquoi tu agis comme ça, mais j'espère que tu pourras oublier le dégout que je t'inspire pendant quelques heures, le temps qu'on complète notre devoir. On ne discutera pas plus longtemps que nécessaire, si ça te dérange. Et je promets de ne rien dire au lycée. J'espère quand même qu'on pourra s'entendre. Je dois rentrer. Bonsoir Nina.

Sans attendre de réponse, il tourna les talons et se dirigea vers l'arrêt de bus, impatient de rentrer chez lui.

FIN DU TOPIC




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 03. The Weirdo and the Dumb.   

Revenir en haut Aller en bas
 

03. The Weirdo and the Dumb.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 3
-