Choriste du mois


Partagez | 
 

 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?   Dim 25 Mar - 21:42

En se levant ce matin, Declan avait encore un léger mal de crâne imputable à sa soirée passé à un concert la veille. Mais surtout au nombre de bières ingurgitées au cours dudit concert. Mais rien qu'un bon café bien noir et un bon petit déjeuner ne pourraient venir à bout. S'étirant de tout son long, il se traina hors de sa chambre direction la cuisine pour se faire couler du café. De toute façon la douche achèverait de le réveiller le temps que son café soit près. Les douches, il n'y restait jamais vraiment longtemps, plus parce qu'il n'aimait pas le gâchis mais surtout parce qu'il était limite déjà en retard ce matin. Ok, son boss et meilleur ami ne dirait rien mais quand même, Declan avait beau passer pour un mec limite asocial, il avait certains principes. L'un de ces derniers, la ponctualité.
Une fois sortit de sa douche, il vérifia où en était son café et ouvrit son frigo pour en sortir quelques tranches de bacon et deux œufs. Oui, pour Declan, le petit déjeuner était un repas important, il dévorait généralement avec ardeur de bonnes tartines, des pancakes et du bacon, mais pas le temps ce matin. Une poêle sur le feu et et deux œufs cassés plus tard, il cherchait désespérément ses lunettes. Mais où avait-il pu les mettre hier soir ? Pas qu'il soit miro sans mais il s'y était fait depuis le temps. Puis ça faisait en quelque sorte partie de lui à présent. Sentant une légère odeur de bacon grillé, il retourna donc vider le contenu de la poêle dans une assiette et s'attabla pour manger. Il serait juste, mais à l'heure...en théorie. S'il avalait son assiette en moins de cinq minutes montre en main. Ce qu'il réussit à faire sans problème à vrai dire.

Plus le temps de rêvasser, il devait s'activer. Direction la chambre. Il attrapa une paire de jean qu'il enfila d'une traite, puis un marcel blanc surmonté d'une chemise à carreau rouge et blanche. Une fois retrouvée, il enfila sa paire de Converses noires et le tour était joué. Oui, il avait l'air d'un vrai geek comme ça mais c'était un look parfaitement assumé. Ah, enfin, les lunettes. Il les avaient finalement posées sur sa table de nuit tout simplement, sur le dernier Coben. Il jeta un bref coup d'oeil sur sa montre. Choppant sa besace posée sur le canapé du salon, il prit ses clés, fourra son portable dans sa poche de veste et claqua la porte derrière lui. Tout en descendant les marches, il planta son casque sur ses oreilles et alluma son MP3. Pas question de marcher sans musique. Ah ça non. Surtout pas Declan d'ailleurs. Quand il n'écoutait pas de musique, on le surprenait toujours à taper la mesure, que ce soit sur sa cuisse ou sur quoi que ce soit à vrai dire. Et bien sûr, il chantonnait toujours aussi. Quitte à être pris pour un fou par les gens voyageant avec lui dans le bus.
Mais pas de bus ce matin, l'attendre le mettrait vraiment en retard. Il marchait donc, plus vite qu'à l’accoutumée par contre. Battant le pas sur la mesure d'un de ses morceaux préférés de Queen, Another One Bites The Dust. Et dire que cette chanson, le groupe n'en voulait pas à l'origine. Comme quoi... Il arrivait au boulot, ouvrant la porte en éteignant son lecteur, saluant les autres déjà présents. Il retira son sac et sa veste, déposant le tout derrière le comptoir. La matinée pouvait commencer. Il brancha les amplis du magasin après avoir mis un vieux vinyle des Ramones. Il alla ensuite derrière prendre quelques nouvelles pièces à accrocher en vitrine, du beau matos. Une Fender et une Gibson. S'il en avait les moyens, il se serait bien offert la deuxième. Mais bon, il avait déjà la vieille gratte de son grand-père chez lui et pour l'instant ça lui convenait très bien. Ce qui lui fit penser qu'il devrait passer s'acheter de nouvelles cordes, certaines menaçaient de lâcher sous peu. Il faut dire que Declan, quand il ne chantait pas chez lui ou avec les Urban, il passait une bonne partie de son temps libre à jouer de la guitare. Et souvent Gigi n'était pas loin dans ces moments là.

Il rangeait donc les deux guitares dans la vitrine quand il aperçu sur le trottoir d'en face un visage bien familier. Une tête rousse comme la sienne en même temps, difficile de ne pas la voir. Rainbow était une habituée de la boutique depuis quelques temps maintenant. C'est d'ailleurs ici qu'il l'avait rencontré pour la première fois. Assez directe la miss, elle n'avait pas hésité une seconde à venir engager la conversation avec lui. Et depuis à chacune de ses visites, ils discutaient un bon moment. Bien sûr il la pensait juste passionnée de musique comme lui au départ -ce qu'elle est bien sûr- et ne se doutait pas que si elle revenait si souvent c'était aussi pour lui. Mais forcément, quand elle lui a demandé s'il voulait sortir un soir avec elle, il tomba un peu des nues. Il n'avait pas su quoi répondre d'ailleurs. Après tout, elle n'avait que dix-sept ans. Mais il devait bien admettre qu'elle ne le laissait pas totalement indifférent. Mais il n'arrivait pas à savoir ce qu'elle pouvait lui trouver, elle si extravertie et lui l'éternel cynique de service...
Mais la voyant traverser la rue pour venir vers la boutique, il termina donc d'accrocher la Gibson quand il entendit la clochette de la porte retentir et la jeune fille à la chevelure de feu entrer. « Tu es bien matinale aujourd'hui dis donc. » Il essayait d'adopter un comportement neutre au possible. Il est vrai que ces derniers temps, il s'était montré un peu distant, enfin surtout moins proche au sens physique du terme. Il réfléchissait encore à sa réponse pour tout dire. Devait-il accepter au risque qu'il la blesse à un moment ou un autre ? Il en avait envie, vraiment. Elle était une des rares filles avec qui il aimait passer du temps. D'ailleurs, il était loin de s'imaginer que la rouquine et Gigi se bataillaient pour ses faveurs. Et s'il l'avait su, ça n'aurait fait qu'empirer les choses vous vous en doutez bien. Il avait beau être perçu comme un mec un peu à part et à la verve acide, Declan ne voulait de mal à personne et surtout pas à ces deux là. Mais face au regard presque noir qu'elle lui adressa, il se douta qu'elle n'était pas venue que pour faire la conversation cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?   Mar 27 Mar - 23:00

« Boby ? Tu ne te lèves pas ? Boooby ? » murmurait une voix familière au loin. Le son de cette voix si familière fit frémir les paupières de la belle endormie, c'était un réveil des plus doux. Un léger gémissement vint invertir Billie Jean que sa soeur se réveillait, qu'il lui fallait néanmoins plus de temps. Ce fut certainement pour cette raison que la rouquine sentit une main des plus chaleureuses se poser sur la sienne. Un sourire vint s'afficher sur le visage de Rainbow, ce n'était pas temps le signe de l'affection que lui portait sa soeur qui la faisait réagir de la sorte, certainement pas, mais plutôt le prochain geste qui accompagnait cette caresse. Et c'est le pincement acharné de l’aînée qui vint sortir la jeune Applebee du lit, qui se redressa aussitôt, portant sa main contre sa poitrine afin de calmer la douleur. « Tu connais le rituel, Boby ! Allez, tu vas être en retard » souffla-t-elle ensuite, en déposant un baiser sur le front de sa petite soeur. Elle quitta ensuite la chambre, laissant une Rainbow assise sur le rebord du lit, le regard qui s'étendait jusqu'au bout de la pièce, alors qu'elle entendit la porte d'entrée de l'appartement se refermer. Billie Jean était partie. Il devait être tard alors, car en général, c'était la cadette qui quittait l'appartement en première. Elle était donc en retard, et ce n'était pas la monotonie qui la recouvrait présentement qui allait la booster.
En tant ordinaire, le réveil retentissait à travers toutes les pièces, une musique des plus entraînantes venait donner la cadence aux deux jeunes femmes qui se retrouvaient en général dans la chambre de Rainbow pour danser ensemble, en rythme et en harmonie, Billie Jean à demie-préparée, et Rainbow en sous-vêtements. Ce matin, ce n'était pas aussi jovial. Il fallait dire que depuis l'arrivée de l'hiver, la jeune lycéenne n'avait plus cet entrain qui la caractérisait si souvent. Plus calme, plus mélancolique des temps chauds passés, elle était une fille bien plus terne. Ariel lui avait déjà fait la réflexion une fois. « T'es bien calme, tu ne veux pas courir après les pigeons ? » lui avait-elle alors demandé, connaissant l'importance que représentait cette activité pour Rainbow. Et cela avait été sans un mot que l'intéressée avait esquissé un sourire pour ensuite retourner dans sa monotonie hivernale. Et c'était toujours sans un mot que la jeune lycéenne se préparait pour aller une lycée, avec ses quelques heures de retard. Soit, pensait-elle alors.

Le trajet jusqu'au lycée McKinley durait en moyenne une trentaine de minutes, marcher en toute situation était un peu le conseil santé de la belle rouquine. Elle qui n'avait pas le temps de faire des promenades de santé le week-end, elle en exécutait un bien bon nombre durant la semaine. Surtout lorsque l'on sait qu'arrivée à un certain point de la ville, qu'elle avait tendance à traîner des pieds, le regard tourné vers la vitrine du Gramophone Record. Parfois même elle s'arrêtait, juste pour avoir en tête le visage de l'employé aux lunettes, et elle s'en allait ensuite, le sourire aux lèvres et adoptait en général un rythme de marche plus rapide, car elle se sentait pousser des ailes. Ce matin-là, c'était l'un de ces matins où elle s'arrêtait en face de la vitrine. Elle n'espérait presque plus le voir, car depuis quelques temps, soit il n'apparaissait plus dans son champ de vision, soit il ne lui adressait plus un regard. La faute à qui ? A la belle, ou plutôt à son excentricité qu'on lui connait, car elle n'avait eu aucune pudeur à avouer au garçon qu'il lui plaisait et qu'elle voulait sortir avec lui boire quelques cafés ou aller à quelques concerts, voire même sortir avec lui tout court. Il y avait certaines choses qui n'étaient pas bonnes à dires, elle l'avait toujours su, mais cela ne l'avait aucunement gênée, mais à présent, cela l'embêtait bien plus. Car elle ne ressentait plus cet entrain qui la poussait à aller au lycée, à exprimer sa joie à tous, et à pavaner devant Gigi.

Gigi. Ce prénom en tête, une nouvelle impulsion vint commander les faits et gestes de la demoiselle. Par rancune et par jalousie, elle traversa la rue et poussa la porte d'entrée du magasin. Peut-être à la surprise du garçon. Ce dernier lui adressa une phrase des plus banales, on n'y voyait aucune réelle intention prouvant un quelconque attachement. Enfin, il l'avait tutoyé, le vouvoiement n'aurait peut-être pas été digéré. « Y'a pas d'heures pour la musique » rétorqua-t-elle alors, passant à côté de lui et s'arrêtant aux bacs des vinyles. Sa fierté la tuerait un de ces jours, elle en était consciente. Le prénom de la O'Connor ne lui aurait pas traversé la tête, il était évident qu'elle n'aurait pas franchie la porte du Gramo'. Etant pratiquement la meilleure amie du jeune, Rainbow avait la vague impression qu'il avait du se confier à elle, et les sourires que lui lançaient sa camarade de chorale avait tendance à souligner cette pensée. Si Declan lui dit que la hippie est passée le voir, forcément, Gigi saura que la belle n'a pas lâché le morceau. Le fait de savoir que l'autre avait une avance sur elle, c'était une sensation des plus agaçantes. Puisqu'elle était en retard, et puisqu'elle était là, elle allait donc dire au brave garçon qu'elle n'était pas une imbécile.

Avec un vinyle d'AC/DC dans les mains, la jeune Applebee se tourna vers le garçon et se lança. « Je suis venue pour savoir si je devais effacer ton numéro de mon répertoire ? » fit-elle alors, en prenant le choix d'utiliser le sarcasme comme arme massive d'attaque. « Ah nan mais oui, j'oubliais » reprit-elle alors en reposant le vinyle dans le bac, « je crois que je ne l'ai même pas » Voilà qui était envoyé. Rainbow restait une des meilleures oratrices de son lycée, elle avait appartenu au club de débat et avait ramené quelques trophées. Son sens aiguisé de la répartie allait ainsi pouvoir l'aider à en découdre avec le jeune chanteur. Même si à ce moment là, elle avait envie d'adopter une voix, moins harassante, plus édulcorée, rendant compte de tous les bons sentiments qu'elle tenait à l'égard du blondinet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?   Mer 28 Mar - 12:09

S'il avait été distant avec la jeune rousse ces derniers temps, ce n'était pas sans raison. Bien sûr, ce n'était pas contre elle, pas le moins du monde même. Il l'aimait bien, il ne dirait pas le contraire, mais il devait réfléchir tout de même. Il était flatté qu'elle puisse s'intéresser à lui de la sorte, mais n'était-ce pas qu'un simple béguin passager ? Une de ces passades de lycéenne qui s’amourache d'un garçon plus âgé qui lui plait parce qu'ils partagent quelques points communs ? Il ne voulait surtout pas lui causer le moindre tort, voilà pourquoi il préférait prendre son temps pour lui répondre, le plus honnêtement qui soit. On avait beau le savoir cynique et arrogant, Declan n'en restait pas moins quelqu'un avec un minimum de conscience et de respect pour les autres, Enfin ceux qui le méritaient à ses yeux bien entendu. Et la jeune Applebee en faisait partie. Alors en la voyant traverser la rue pour venir pousser la porte de la boutique, il se doutait que l'accueil ne serait forcément pas aussi chaleureux que d'habitude.
Et il eut vite la confirmation de ce dernier point quand elle lui rétorqua sur un ton presque indifférent qu'il n'y avait pas d'heure pour la musique tout en le contournant pour se diriger vers un bac à vinyles. Loin de se douter que la véritable raison qui motivait la rouquine à venir le voir était la jalousie régnant entre elle et Gigi, comment pouvait-il objectivement prendre une décision ? Declan ignorait bien sûr que la jeune O'Connor le voyait depuis quelques temps maintenant comme bien plus qu'un ami d'enfance avec qui elle avait en partie grandit. Mais ça, notre cher Declan l'ignorait. Il n'avait jamais, ne serait-ce qu'une seconde, considérait Gillian que comme la soeur qu'il n'avait jamais eu. Il la connaissait trop bien pour qu'il puisse un instant voir dans son comportement autre chose que l'affection fraternelle. Et qu'aviendrait-il si justement, il avait vent de cette rivalité acerbe entre les deux jeunes filles envers lui ? Une chose est certaine, il préférerait largement ne pas être la raison d'une quelconque tension entre elles.

Ainsi donc quand Rainbow lui balança la suite de son petit discours, il fut surpris de la voir si véhémente à son égard. Mais il sourit tout de même. La voir si énervée la rendait adorable car ses joues s'empourpraient peu à peu, se calant sur la rousseur de ses cheveux. Il s'approcha, ne répondant pas directement à l'attaque, sachant qu'il prenait le risque de l'énerver encore plus, mais c'était trop tentant. Il se mit face à elle, cherchant un autre vinyle dans le bac face au sien. « 555-787-521. », voilà tout ce qu'il répondit alors. Il releva la tête vers elle, un léger sourire au coin des lèvres. « Tu as retenu ou tu veux que je répètes ? ». Oh il se doutait bien qu'elle réagirait au quart de tour, mais ne l'avait-elle pas cherché en balançant une telle entrée en matière ? Elle avait de la répartie, chose qu'il appréciait, lui l'éternel lanceur de piques acerbes, mais justement, qu'elle n'oublie pas trop vite à qui elle avait à faire.
Il se doutait bien qu'elle était aussi remontée contre lui parce qu'il ne lui avait toujours pas répondu. Et puisqu'il n'y avait pas un chat dans la boutique pour le moment et que Dorian n'arriverait pas avant encore un moment, il voyait là l'opportunité d'enfin s'expliquer sur ses réticence, de voir si elle savait vraiment ce qu'elle voulait ou si elle agissait sur un coup de tête. En espérant juste que pour cette fois, il saurait faire preuve de plus de tact qu'à son habitude. « Écoutes, je sens bien que tu m'en veux de ne toujours pas t'avoir donné de réponse à ta question. Mais y a quelques trucs qui font que je ne peux pas te la donner comme ça. Y a déjà ton âge. Tu vas encore au lycée... Je sais que tu es mature pour ton âge, mais tu penses à ce que les gens dirons de tout ça ? Et je m'interroge... Quelqu'un d'aussi joviale que toi qui s'intéresse à un type comme moi... Pourquoi ? Alors que je suis certain que des tas de mecs au lycée doivent crever de t'inviter à sortir. J'veux dire, regardes-toi, tu es mignonne et intelligente et... Bref, si je ne réponds pas ce n'est pas parce que tu ne m'intéresse pas, mais je ne veux pas que tu le regrettes un jour. ». Il était sincère, c'était sa principale motivation, lui éviter de souffrir car il tenait à elle malgré tout.

Il ne savait pas trop comment elle prendrait cet aveu mais il avait été parfaitement honnête avec elle au moins. Et même si ce n'était qu'à demi-mot, il admettait tout de même qu'il en pinçait un peu pour elle. Le verrait-elle de cette façon ou au contraire, croirait-elle simplement qu'il essaye d'être gentil avec lui pour ne pas la vexer ? Avec elle, tout était possible. Habituellement il aimait plutôt ce côté imprévisible mais là, c'était plus une source d'angoisse inutile qu'autre chose. Il essayait de lire sur son visage une quelconque réaction à ce qu'il venait de dire. Il était habituellement très habile à déchiffrer les visages des gens, très observateur de nature, mais quand cela concernait la jolie rousse, il n'était jamais sûr de rien. Il abaissa donc la tête, faisant défiler entre ses doigts les différents vinyles présents dans le bac devant lui. Un moyen comme un autre d'éviter les éventuels éclairs qu'elle lui lancerait du regard dans les secondes à venir.
La clochette de l'entrée retentit à nouveau et il salua poliment le client qui venait d'entrer, lui demandant s'il avait besoin d'aide -après tout il était là pour ça non ?- mais ce dernier répondant par la négative, il reporta son attention vers la jeune lycéenne. Comme quoi, ce n'était pas parce que lui avait quitté le lycée depuis longtemps qu'il n'était pas soumis aux mêmes affres. Bien au contraire. Il espérait juste qu'elle pouvait comprendre sa position à lui aussi... Avant de le fusiller sur place.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?   Mer 28 Mar - 21:40

Elle ignorait totalement si elle se trouvait en position supérieur sur le garçon, si aller directement trouver celui qui la faisait languir sur son lieu de travail la rendait comme la gentille de l'histoire. Quoi que si comparaison il y avait à faire, Declan aurait fait un méchant très charismatique, allant même jusqu'à exploser le thermomètre de la sexytude. D'ailleurs, elle aurait vraiment voulu lui dire que derrière cette attitude de femme bafouée elle fondait littéralement dès lorsqu'elle daignait poser son regard sur le visage du garçon. Gigi n'était pas aveugle en tout cas, cela lui faisait déjà un peu honneur. Le vinyle qu'elle tenait à la main, elle ignorait si elle allait le reposer ou l'acheter, mais elle savait que si elle restait bloquée dessus, cela allait trahir sa venue. Se présentant comme une farouche fan de musique, ce qu'elle était vraiment, elle se devait d'être plus exigeante avec ce bac, elle devait jouer l'indécise afin de rester le plus longtemps possible dans la même pièce que Dupree. C'était fou ce que toute colère aurait presque disparu si elle ne tenait pas absolument à mettre les pendules à l'heure. Où en était-elle avec lui, hein ? C'était à cette question qu'elle se devait de répondre, elle ne sera pas venu pour rien, c'était ce qu'elle pourrait se dire lorsqu'elle reprendra le chemin pour les cours.
555-787-521. Cette combinaison de chiffre permettait donc de joindre le jeune homme à n'importe quelle heure du jour, comme de la nuit. Mais prendre un stylo et le noter ne pourrait mettre en évidence qu'un caprice de jeune fille. Non, ce n'était pas vraiment le numéro de téléphone qu'elle voulait. Mais elle n'allait pas rechigner, cela semblait être un cadeau des plus précieux déjà. « Je ne risque pas de tomber sur un client mécontent ? » déclara-t-elle, un sourire s'affichant sur ce qui lui servait de visage, prétendant presque que le numéro était faux. Puis l'imprévu frappa la boutique à grands coups de marteau puisque déjà le rire très communicatif de Rainbow vint recouvrer le silence assez pesant du magasin. Les proches de la belle savaient à quel point elle était instable, ce rire n'en était qu'une preuve flagrante. « J'ignorais que j'avais un tel pouvoir de persuasion » fit-elle en décochant un autre sourire au garçon, avant de reprendre connaissance du bac de vinyles qui se situait devant elle. Tout comme Declan était juste en face.

Elle s'était concentrée à nouveau sur les disques qui défilaient entre ses doigts. Le choix allait être dur, il était hors de question qu'elle ne ressorte sans rien. A chacune de ses visites elle ramenait un nouveau disque, et querelle ou non, elle n'allait pas se couper de ses habitudes. Mais la voix si particulière du jeune homme vint tirer Rainbow de ses pensées. Si elle s'était attendue à ce qu'il se montre si loquace .. Alors qu'elle avait justement l'habitude de faire la conversation pour deux. Elle le voyait vraiment comme un garçon plein de ressources maintenant, plus que jamais. Il venait de lui prouver. Mais au fur et à mesure de ses paroles, le sourire qu'elle avait affiché depuis peu disparu alors, ne laissant plus qu'une expression laissant entrevoir toute la déception qui se lisait sur son visage. Pensait-il vraiment qu'il faisait parti d'un délire d'adolescente ? Et puis même, pensait-il vraiment que la rouquine n'était qu'une adolescente pré-pubère ? Car ce qu'il disait c'était exactement ça. « Mon âge ? » répéta-t-elle alors, complètement perdue, c'était la seule chose qu'elle était capable de ressortir là tout de suite maintenant. « Attends, j'ai du mal à saisir: mon âge est le vrai obstacle car tu as peur de ce qu'on pourrait penser de toi ? Pour le moment je n'ai jamais vu quelqu'un s'insurger de voir deux jeunes gens à la terrasse d'un café. Et pour te répondre, je m'intéresse désespérément à toi car t'es pas comme ces prétendus autres qui s'intéressent à moi. T'es .. j'ignore encore ce que tu es car tu ne t'ouvres pas totalement à moi .. Je sais que tu ne feras jamais le premier pas alors excuse-moi d'essayer » conclut-elle alors en plongeant son regard dans celui du jeune homme. C'était la première fois qu'elle se montrait aussi attachée à quelqu'un, d'habitude elle aurait ri, des blagues auraient détendu l'atmosphère et on n'en aurait plus reparlé. Mais c'était toujours différent avec Declan, cela forçait Rainbow à s'exprimer du mieux qu'elle pouvait et c'était horriblement difficile de se montrer sérieuse alors qu'elle s'évertuait à rester gaie tout le temps. Peut-être qu'elle était attirée par le garçon car il agissait comme un véritable catalyseur d'énergie, forçant la belle à être calme et exploiter une facette qu'elle ne connaissait pas encore. Mais aller expliquer cette sensation, poser des mots pour décrire ça, cela reviendrait à la gâcher. Il allait devoir se contenter de vagues allusions, pour le moment du moins.

Pourquoi fallait-il qu'il se montre si compliqué d'ailleurs ? Elle n'avait cessé de prôner le carpe diem, il savait que parler de choses aussi intimes la mettait mal à l'aise. La fuite n'avait jamais été une vraie solution, combattre l'ennemi, prendre le taureau par les cornes restait la meilleure chose à faire, mais elle avait vraiment envie de mettre un point final à cette conversation. « Tu te prends la tête pour rien Declan .. Je ne t'ai pas demandé de me rouler une pelle en public, ni devant mes professeurs ou mes parents, quoi que ces derniers s'en ficheraient, comme le reste des gens .. » C'était pas comme si elle n'avait pas l'air déjà majeure. Personne ne lui demandait sa carte d'identité lorsqu'elle demandait un verre dans les bars, mais faire ce constat devant le jeune disquaire aurait justement montré une adolescente se vantant de faire plus vieilles. Rainbow n'y accordait aucune importance alors elle n'allait pas commencer à s'en plaindre. « Tu ne voulais pas me blesser, c'était vraiment mignon mais tu viens juste de le faire » finit-elle par déclarer, le visage légèrement penché, et une mèche venant se glisser devant son visage. Sa voix était amère, une certaine froideur avait éclipsé la chaleur de ses cordes vocales. Comme par hasard, un client vint au bon moment, mais il était bien moins loquace que Declan a l'ordinaire. Oui, cela existait apparemment. « Bref, je ne vais pas t'embarrasser devant tes clients .. Donc laisse-moi choisir un disque, je paierai et je m'en irai » Jouer la martyr n'était pas son genre, alors elle n'allait pas s'apitoyer sur son sort. Elle espérait simplement qu'il allait remarquer la débilité de ses propos, débile pour la hippie en tout cas. Pour quelqu'un qui avait surmonté pas mal de choses dans son enfance, le regard des autres n'aurait pas été un problème. Il ne semblait pas l'être avec Gigi quand il traînait avec elle en tout cas.
Abandonner là aurait été peut-être trop simple. Alors que Janis Joplin semblait être le choix arrêté de la jeune bohème, elle releva le menton et fixa Declan avec intensité. « Tu n'as pas a t'inquiéter pour moi si c'est ce qui te tracasses, je suis assez forte pour ça » rebondit-elle alors, se remémorant les dernières paroles du garçon. Elle avait été si blessée par ses premiers mots que la finalité de sa phrase, pleine de sous-entendues qui lui réchauffaient le coeur, ne prenaient sens que maintenant. Rainbow était une conquérante après tout.


Dernière édition par Rainbow Applebee le Dim 1 Avr - 15:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?   Dim 1 Avr - 7:59

Il l'observait triturer le vinyle entre ses mains, sachant bien que ce dernier n'était qu'un prétexte, qu'un moyen aussi de paraître détachée pour elle, de canaliser la colère qu'il pouvait presque sentir monter en elle comme le magma dans un volcan. Ça aurait pu d'ailleurs l'amuser de la voir ainsi en temps normal, de la voir prendre des couleurs devant lui mais puisque pour cette fois, il ne l'avait pas cherché le moins du monde, ça le rendait plus mal à l'aise qu'autre chose. Il fallait bien comprendre une chose au sujet de notre cher Declan: les filles pour lui, c'est un mystère. Pas qu'il n'ai pas de succès auprès d'elles non, il a le mérite de ne pas être le garçon le plus laid à regarde au monde, vous me l'accorderez. Non, mais à force d'user de cynisme et de sarcasme à tour de bras, de rester cloîtrer derrière sa façade de mec blasé, il n'arrivait plus vraiment à distinguer celles qui s'intéressaient réellement à lui. Comme il ne l'avait pas remarqué pour la rouquine avant qu'elle ne lui demande de sortir avec elle, ou encore bien sûr, que Gigi, son amie d'enfance, sa comparse de toujours, en pinçait sévèrement pour lui. Mais ne dit-on pas qu'on voit rarement ce qui est juste sous nos yeux ?
Elle était venue chercher des réponses, ça il l'avait compris à présent, voila pourquoi il lui en fournit une d'emblée, pour montrer sa bonne volonté de se faire pardonner ou du moins, d'essayer de le faire. Après tout, c'était loin de le déranger qu'elle l'appelle, bien au contraire. Alors il lui donna son numéro, ce à quoi elle réagit en demandant si elle ne tomberait pas sur un client en colère, ce qui ne le surpris pas vraiment venant d'elle. C'est qu'elle avait son caractère la miss. Il secoua la tête en souriant. « Juré c'est bien le mien. », eut-il pour toute réponse. Il l'écouta rire. De ce rire si particulier. Elle s'étonna alors jouir d'un tel pouvoir de persuasion... « Les menaces marchent toujours bien en général... Mais ça n'étonne que tu ne l'ai pas demandé plus tôt. » Bah oui quoi. Elle le connaissait depuis un petit moment déjà et il s'étonnait qu'avant qu'elle ne se décide de but en blanc à l'inviter, elle n'ai pas demandé avant son numéro, histoire de tater un peu le terrain aussi. Et ça aurait sans doute éviter la scène qui suit.

Il lui devait cette explication. C'était le moindre des choses. Declan avait beau posséder une réputation de mec un peu...étrange dirons-nous pour rester gentil, ça n'en était pas pour autant un mec dénué de morale et de sentiments. Il lui exposa donc ses réserves, celles-là même qui pouvaient donc le retenir de lui répondre. Et bien entendu, sa réaction ne se fit pas attendre. Il l'écoutait avec attention, dieu merci, pour l'instant personne n'était dans le magasin à part eux. Si Dorian avait été là, il se serait même certainement fait un malin plaisir de le mettre encore plus mal à l'aise qu'il ne l'était, car il avait bien remarqué que la belle rousse en pinçait pour son meilleur ami. Le traitre. Mais pour l'instant, ça n'était pas le sujet. Elle avait bien entendu raison sur le fait qu'en théorie, personne n'aurait rien à redire quant au fait de les voir assis ensemble à la terrasse d'un café à siroter un café. Puis admettons-le, le qu'en dira-t-on ce n'était pas une chose dont il se préoccupait vraiment en temps normal. Loin de la même puisqu'au contraire, Declan aimait même la provoc' en tout genre. Mais là, ce n'était pas juste pour amuser la galerie, on parlait de Rainbow. C'était donc du sérieux, enfin pour lui en tout cas.
Mais ce fut surtout ce qu'elle dit à la fin qui le fit tilter. Oui, il ne s'ouvrait pas, mais ça, ce n'était pas contre elle. Il s'était endurci très tôt, se renfermant sur lui-même parce qu'on le voyait depuis toujours comme différent, comme le vilain petit canard qui n'avait le droit à l'attention de personne. Alors s'ouvrir comme ça, même s'il s'agissait de sa rouquine préférée, ce n'était pas une mince affaire pour notre petit binoclard. Les personnes à qui il s'autorisait d'abaisser un peu ce masque de dédain se compte sur les doigts de la main, c'est pour dire. « Je ne m'ouvre à personne si ça peut te rassurer. Je ne vais pas te mentir en te disant que c'est parce que je n'aime pas parler de moi, certaines choses dans mon passé m'y ont contraint, tout simplement. » Première petite confession de sa part. Parler de lui, ok, mais jamais trop se dévoiler. Et surtout, ne pas évoquer son passé, en dehors de son enfance avec ses grands-parents. Car quoi qu'il en dise, dans le fond, il ne regrette pas d'avoir été élevé d'une façon si spéciale, elle lui a apporté tellement de choses. S'il est l'homme qu'il est à présent, c'est en grande partie due à cette vie si particulière qu'il a eue dans cette caravane.

Mais visiblement le mal était déjà fait. Pas la peine d'être un génie ou d'avoir un Q.I. à trois chiffres pour le voir. Ou l'entendre. Sa voix venait de perdre l'habituelle chaleur qu'elle avait lorsqu'elle parlait avec lui en temps normal. Que ce soit de musique ou de banalités. Et ça lui faisait mal de savoir qu'il en était la cause. Il avait un instant esquissé un sourire convenu quand elle évoquait le roulage de pelle devant témoins -ça aussi il aurait très bien su en faire abstraction-. Elle avait toujours eu se franc parler assez direct, qui ne tourne pas autour du pot durant des lustres. Et il aurait voulu lui répondre, mais un client entra juste à cet instant. Il ne voulait pas interrompre là cette conversation, mais bon, il était tout de même un peu forcé malgré lui. Mais heureusement, le client lui fit comprendre qu'il pouvait se débrouiller par lui-même pour le moment. Tant mieux. Parce qu'elle s'entêtait à présent à vouloir se dérober tout en l'assurant bien sûr, que tout ça lui passait bien au-dessus. Insinuant qu'il ne devait pas s'en faire pour elle parce qu'elle le supporterait. Mais pas lui.
Il jeta un rapide regard vers le client qui se plongeait déjà dans ses recherches et la prit par les épaules, l'emmenant un peu plus à l'écart dans le magasin. « Je m'en fais toujours pour toi, saches-le. Je sais bien que tu n'as pas demander à me sauter dessus ou quoi que ce soit, ça m'étonne même que tu ne l'ai pas déjà fait à vrai dire. J'ai simplement pensé, à tort visiblement, que je devais... », dit-il en marquant une pause, semblant peser ses mots à présent, histoire de ne pas envenimer la situation. «...te protéger de moi. » Ca aussi c'était devenu un réflexe pour lui. Repousser les gens loin de lui tout simplement pour leur éviter des ennuis par la suite. Pas qu'il soit toujours si acerbe en temps normal avec ses proches, non, mais parfois il savait qu'il pouvait devenir chiant, voir méchant, alors autant la préserver de ce côté obscur de sa personnalité. Mieux vaut prévenir que guérrir non ? Mais bien sûr, elle était assez grande pour savoir si oui ou non elle voulait courrir ce risque. Il remit la mèche de cheveux tombée devant ses yeux tout à l'heure derrière son oreille doucement, baissant légèrement la tête vers elle. Il attendit qu'elle lui sourit puis alla dans un bac un peu plus loin, revenant avec un vinyle en main qu'il lui tendit en souriant. « Un grand classique, une de mes chansons préférées. » Aerosmith, Crazy. Oui, cette chanson résumait assez bien leur situation à vrai dire. Bon, elle ne le menaçait pas réellement de partir pour de bon mais décrypterait-elle le message qu'il tentait -à sa façon bien à lui- de lui faire passer ? Les paroles parlaient d'elles-même pourtant, si elle les écoutaient bien...


Dernière édition par Declan Dupree le Mar 10 Avr - 15:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?   Dim 1 Avr - 16:27

L'effet ascenseur persistait. Rainbow ne savait vraiment plus quelle attitude adopter avec le garçon, si elle se montrait froide, il arrivait toujours à briser cette sévérité par une parole qui sonnait comme amusante dans l'esprit de la hippie, et si elle se montrait rayonnante et complice avec, un fort sentiment de peine venait soudant la submerger à cause des paroles de Declan. A l'écart de la boutique, la lycéenne se demandait bien ce qu'elle faisait ici, aussitôt qu'elle abordait ce sujet qui fâchait elle avait simplement envie de partir sur un autre sujet afin de partager un vrai moment avec celui qui la mettait dans tous ses états. Pas même Hunter, car ce dernier résultait plutôt d'un béguin passé et enfantin. Si elle avait su que la situation serait si difficile à définir sans qu'aucun des deux ne soit blesser, elle aurait réfléchi à deux fois avant de traverser la rue pour venir le confronter. Et pourtant, malgré les reproches et les incertitudes de l'un comme de l'autre, se retrouver un peu plus isolé de l'hautain client rendait leur échange presque intime. Ils n'en avaient jamais été jusque là, à discuter juste entre eux deux, puisque dans un contexte que l'on pourrait qualifier de normal, Dorian vaguait dans les rayons du magasin, obligeant un peu de pudeur, ou alors c'était la foule qui les entourait qui incitaient les deux jeunes gens à parler de sujets moins personnels. C'était même la première fois que les deux jeunes gens échangeaient sur leur attirance.
Le garçon aux grosses lunettes, des lunettes que Rainbow affectait beaucoup, n'avait jamais été aussi clair dans ses propos. Surtout devant la jeune fille, car elle ne doutait pas qu'elle devait être un sujet de conversation récurrent lors des beuveries entre le patron et l'employé, mais elle était de plus en plus certaine qu'elle ne le laissait pas indifférente. Elle n'avait jamais douté qu'il savait qu'il y avait un truc entre eux, un feeling ou un courant, peut importait l'image, mais lui qui se montrait d'ordinaire si peu loquace, si réservé et qui arborait un sourire pendant que la jeune Applebee énumérait ses nombreux souvenirs des reconstitutions de Woodstock auxquelles elle participait chaque été, il n'avait donc jamais manifesté autant d'indices qu'aujourd'hui. Qu'en cette matinée. Qu'en cet instant même, car les mots qui sortaient de cette bouche si attractive avaient pour seul effet de faire fondre toute la froideur que Rainbow essayait de canaliser comme de la neige sous un soleil de plomb.

Il s'en faisait pour elle. Il s'en faisait toujours pour elle. Celle qui se moquait constamment du romantisme se retrouvait piéger dans les âpres de cette attention. Il avait fallu attendre des semaines pour qu'il puisse enfin manifester un peu de tendresse envers elle, depuis qu'elle lui avait dit qu'elle voulait le voir régulièrement. Il s'était alors changé en mur de glace, et un peu plus tôt dans la matinée il avait agi comme tel. Un vieux mur qui subissait à chaque visite les assauts d'une fille déterminée, dont les couleurs arrivaient peu à peu à remettre un peu de gaieté sur la surface du bloc de béton. Il n'y avait pas besoin d'avoir un serpent comme celui du Livre de la Jungle pour vous faire perdre tous moyens, un seul Declan suffisait à baisser vos barrières. Celles de Rainbow se retrouvaient anéanties en ce moment-là, il pourra s'en vanter le gaillard d'avoir vaincu l'irréductible Applebee. Les bras ballants le long de son corps, les yeux plongés si profondément dans ceux du type qui s'amuser à jouer avec les émotions de la belle, elle se retrouvait dans un état digne de la pétrification. Et lorsque que le jeune homme émit son étonnement quand à la pudeur que manifestait Rainbow à son égard, cette dernière aurait bien voulu passer ses bras autour du cou du garçon, monter sur la pointe de ses pieds pour échanger ce baiser qui aurait pu sceller cette discussion. Néanmoins, seules les pensées de la jeune adulte s'y prêtaient, car arrivée la fin de la phrase, après une pause qui avait alimentait toute son envie de se jeter sur les lèvres du garçon, Rainbow était dans une toute autre réalité. Elle riait à gorge déployée.
Son visage reprenait des couleurs au fur et à mesure de son fou rire, ses cheveux respiraient de plus en plus la rousseur, ses joues reprenaient le ton rosâtre qu'on leur connaissait, et le dynamisme de son corps également. Elle tenta néanmoins de se calmer, ne fit que baisser la tête pour ensuite poser sa main droite sur ses lèvres, afin d'empêcher de nouveaux rires dépasser le seuil de sa bouche. « Excuse-moi » fit-elle en posant ses deux mains sur les épaules du garçon. « Ce que tu disais c'était tellement beau, j'étais complètement abasourdie, mais ta dernière phrase a tout gâché » expliqua-t-elle, sans même manifester la peur de blesser à son tour le garçon. Elle ignorait si son sourire allait suffire à rassurer le garçon qu'elle n'avait aucunement l'intention de lui faire mal, surtout qu'elle savait que cela devait être un exercice fort difficile pour lui de s'ouvrir comme lui, lui qui ne s'ouvrait jamais et à personne. Charmant, il lui remit alors sa mèche de cheveux derrière l'oreille avant de la laisser seule quelques instants. « Je sais que le rôle de l'homme c'est de protéger sa femme, mais tu n'as pas à te donner ce mal là. Je ne te demanderai jamais de t'épuiser comme ça » déclara-t-elle alors quand il vint lui remettre un nouveau vinyle.

Cette attention était des plus touchantes. En regardant la couverture, une expression de surprise pouvait se lire sur le visage ayant repris vie de Rainbow. Aerosmith. Crazy. Elle en avait presque oublié ce groupe, et surtout cette chanson. Elle se souvenait déjà avoir entendu sa soeur mettre ce morceau dans sa chambre. Ce souvenir vint illuminer le teint de la rouquine. Et savoir que ce titre figurait parmi les préférés de Declan suffisait à faire chavirer à nouveau son coeur. Ils partageaient enfin des choses ensemble. Son doigt vint suivre les lettres qui figuraient sur la pochette du vinyle. Cette confidence serait peut-être la première d'une longue liste, si toutefois elle avait le bon numéro de téléphone du garçon, un numéro qu'elle n'avait écrit nulle part mais qui avait déjà pris sa place dans les neurones de la lycéenne. 555-787-521. La musique ne lui avait donc pas totalement flingué le cerveau. « C'est .. J'aime » fit-elle alors, incapable de poser les bons mots pour lui faire part de tout ce qu'il se passait à l'intérieur de son être. On se serait cru sur Facebook un peu, quoiqu'elle ne possédait aucun compte sur ce site. Mais sa voix était toute troublée, chamboulée. Elle n'avait jamais été si extasiée de sa vie, pas même lorsqu'elle avait rejoint un groupe sur la scène de Woodstock. « Tu m'obliges à voler le tourne-disque de ma soeur, idiot » finit-elle par sortir en reprenant un peu de cette assurance qu'on lui connaissait tant. De nouveau, elle se mit à rire. Elle ne savait comment le remercier: devait-elle l'embrasser, lui serrer la main, se blottir contre lui ? Elle chantonna alors doucement ces quelques phrases en faisant tourner légèrement le vinyle entre ses mains « That kind of lovin', makes me wanna pull down the shaaade ». Son passage favoris, bien plus que ce refrain si entraînant. Le client devait bien se demander ce qu'il se passait là-bas, peut-être bien qu'il aurait pu leur soumettre la sarcastique idée de prendre une chambre, car ici c'était un endroit public. Car il était vrai que dans ce petit coin du Gramo', Rainbow se surprenait à redécouvrir le magasin, et Declan. Une telle intimité s'était installée ici, elle n'était même plus sûre de vouloir quitter l'endroit. Camper ici serait la meilleure solution après tout, car elle imaginait qu'après ce nouveau vent de délicate affection allait revenir la rafale brutale de la confrontation. Et bien qu'en pensant à vouloir éterniser ce moment, elle ne put s'empêcher de sortir une réflexion qui pourrait bien faire tourner à nouveau l'atmosphère. « Aujourd'hui tu te montres adorable, j'en ai presque envie de te sauter dessus, mais tu te comporteras comment demain si je reviens ? Et en face de ta meilleure amie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?   Ven 6 Avr - 10:30

Avec la majorité des gens, Declan avait toujours cet effet là. Le perpétuel chaud-froid, toujours semer le trouble pour laisser une impression indéfinie sur sa personne, celle qu'un mec pas forcément le plus accueillant mais pas totalement infréquentable non plus. C'était devenu un réflexe chez lui, de véhiculer cette image du type mystérieux qu'on a du mal à cerner réellement de façon définitive. Car à défaut d'être le gendre idéal, il pouvait passer pour le bad boy de service. Même si en vérité, il n'avait rien à proprement dit d'un bad boy, disons plutôt rebelle. Car il n'avait jamais rien fait qui aille contre la loi au point de finir sous les verrous. Ce n'était donc pas contre la rouquine, il agissait avec quasiment tout le monde de cette façon. Mais c'est vrai que cette fois-ci, ils étaient presque intimes dans leur échange et ce n'était pas pour lui déplaire. Même s'il aurait préféré que ce client n'entre pas à ce moment là, mais bon... Vu qu'elle semblait déterminée à obtenir des réponses, il fallait bien qu'il lui en fournisse, au moins quelques unes en tout cas. Car s'ouvrir d'emblée, ça, il ne l'envisageait pas. Il savait très bien où ça le mènerait et les conséquences que ça aurait pour lui et surtout sur elle.
Toutes choses n'étaient pas bonnes à dire. Il le savait bien. Il était donc bien déterminé à ne pas agir en crétin total avec elle. privilège accorder à très peu de personnes sur cette Terre. Car en temps normal, sinon, il ne s'en privait pas. Mais il devait bien admettre qu'il appréciait de se mettre à l'écart pour enfin bavarder avec la jeune fille, même s'il était peu coutumier de ce genre d'échanges, presque à huit clos. Pour sa petite rouquine, il pouvait bien faire quelques efforts non ? Même si ça lui demandait pas mal de self-control en ce moment. Il ne voulait pas brusquer quoi que ce soit. S'il devait se passer un truc entre eux, ça finirait bien par arriver. Tôt ou tard. Et la voir comme ça devant lui, boudeuse... Il ne résisterait pas bien longtemps encore.

Oui, il s'en faisait toujours pour elle, mais il n'en montrait rien. Il n'avait jamais été du type expansif et très loquace notre petit binoclard. Exprimer ce qu'il ressent, ce dont il a envie, ce qu'il pense vraiment... Il n'y avait guère que deux personnes avec qui il pouvait vraiment discuter à cœur ouvert. Dorian et Gigi. Et pour Dorian, c'était encore assez récent si on y pensait bien. Gigi avait grandit avec lui, elle passait beaucoup de temps chez les grand-parents de Declan, c'était pour lui la petite soeur qu'il n'avait jamais eu. Voila pourquoi avec elle il ne se sentait pas forcé de se faire passer pour un autre, elle le connaissait par cœur et lui aussi. A eux deux, ils en avaient vu des vertes et des pas mûres, leurs points communs et leur rebellitude les avaient rapprochés au fil des années. C'était peut-être même la seule à vraiment connaître le vrai Declan. L'éternel petit garçon qu'on mettait de côté parce qu'il avait une voix d'adulte et des passions incompatible avec son jeune âge.
Alors puisqu'elle voulait des réponses, il allait lui en donner. Et pas forcément celles qu'elle aurait voulu entendre. Il s'ouvrait à elle pour cette fois, à dose modérée bien sûr, mais il admettait qu'au fond de lui il ne se pensait pas être la personne qu'il lui fallait. Surtout quand on savait que la jeune Rainbow était loin de laisser indifférente une bonne partie de la gente masculine de McKinley... Il pensait simplement que ses raisons apaiseraient la colère affichée de la lycéenne. Mais il fut assez surpris de la surprendre à rire, prise d'un soudain fou rire, qui visiblement semblait venir de ce qu'il venait de lui dire. Bon, au moins, elle n'explosait pas, c'était déjà ça. Elle lui expliqua donc pourquoi elle riait de la sorte. Oui, il venait visiblement de mettre les pieds dans le plat. Mais il n'allait pas s'en faire pour ça. Il en fallait plus pour le déstabiliser quand même. On parlait de Declan là. « Ma femme ? On brûle pas un peu les étapes là ? », dit-il en esquissant un sourire narquois. Bien sûr il plaisantait en reprenant les dires de la jeune fille. Mais l'idée de jouer les protecteurs avec elle ne lui déplaisait pas tant que ça...

Il n'arrivait pas forcément à exprimer les choses comme il le voulait avec elle, lui habituellement le premier à savoir manier les mots avec aisance. Enfin, surtout pour lancer des piques, on l'admettra. Alors il la laissa un instant, cherchant un vinyle dans un bac un peu plus loin qui parlerait mieux que lui pour une fois. Un classique du rock, comme il les aimaient. Crazy d'Aerosmith. Ou l'histoire d'une fille qui rend totalement un mec cinglé par son comportement, mais cinglé au sens accro, pas négatif bien sûr. Il admit même que c'était l'un de ses morceaux préférés. Un scoop sur lui, chose rare. Et il sourit en riant, faisant mine de s'en vouloir de la forcer à emprunter le tourne-disque de sa soeur. « Je suis le Mal, je sais. » lança-t-il en haussant un sourcil, prenant un air qui se voulait démoniaque, ou au moins mauvais. Il l'écouta fredonner les paroles de la chanson et se surpris à vouloir lui caresser la joue, mais il se retint de le faire. Ça n'était pas le moment et encore moins l'endroit pour ce genre d’effusion.
Il régnait un drôle de silence à présent entre eux que Rainbow finit par rompre d'une façon totalement inattendue pour lui. Comment il se comporterait avec elle le lendemain après ça ? Mais surtout, ce qui le surpris le plus ce fut le fait qu'elle évoque son comportement envers elle en la présence de Gigi ? Pourquoi cette dernière se retrouvait mêlée à tout ça ? Il ne comprenait pas bien, puisqu'il ignorait bien sûr que les deux jeunes filles se faisaient la guerre et qu'il était l'objet principal de cette bataille. Il fronça donc les sourcils, cherchant à comprendre pourquoi la rouquine mettait Gigi sur le tapis. « Pourquoi on parle de Gigi là ? Je comprends pas trop... Je ne vois pas pourquoi je devrais agir différemment avec toi devant elle. Gillian c'est... comme ma petite soeur, j'ose espérer qu'elle serait contente pour moi si on sortait ensemble. Mais visiblement tu sais des choses que j'ignore à son sujet... » Il scruta son regard, à la recherche d'une éventuelle réponse. Il ne voyait vraiment pas pourquoi ils en arrivaient à parler de Gillian à ce moment très précis. Ok, il savait qu'il avait tendance à parfois paraître limite bipolaire à être gentil un jour et limite froid le lendemain, mais ils avaient franchis un cap à présent non ? Il lui avait tout de même plus ou moins avoué en pincer pour elle... Bref, il réfléchissait à toute allure à présent pour essayer de trouver où elle voulait en venir avec tout ça. « Si quelque chose doit se passer entre nous, il faut que je sache pourquoi tu me parle de Gigi comme ça. C'est quelqu'un d'important pour moi, ça me ferait mal de devoir constater que deux des personnes auxquelles je tiens vraiment ne peuvent pas se supporter. ». Ça oui, pour lui ça serait compliqué, mais il était bien loin de se douter de la vérité pour l'instant. Et il y avait fort à parier que si elle lui avouait leur rivalité à son égard, il en tomberait des nues... Verrait-il les choses sous le même angle après cette confession ? Rien n'en était moins sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?   Mar 10 Avr - 14:37

C'était fou ce que Rainbow était douée pour créer la surprise. Elle avait réussi à se frayer un chemin sûr vers le coeur du disquaire aux grosses lunettes, une réussite qui n'était visiblement pas donnée à tout le monde. N'importe quelle personne censée se serait contentée de cette petite victoire, car au fond, elle était assurée de garder cette petite place auprès de l'être si convoité. Mais visiblement, l'exclusivité que recherchait Rainbow l'avait poussé à remettre en question tout ce qui avait été dit en repoussant une nouvelle fois le jeune homme dans ses retranchements, et pourtant, elle savait très bien que cela allait amener à une situation périlleuse car il l'avait justement ignorée pendant des semaines dès qu'elle lui avait manifesté son envie de se voir plus souvent. Et parler de la meilleure amie du garçon, qui en pinçait réellement pour lui, une chose qu'il semblait ignorer, n'était pas la meilleure idée qu'ai eut l'hippie rousse. Et pour cause: le voilà qu'il se braquait à nouveau. Les sourcils froncés avaient remplacé ce sourire si craquant qui faisait littéralement fondre la jeune lycéenne. Cela refroidissait l'atmosphère à une vitesse impressionnante, Rainbow le remarquait et pour la première fois elle doutait de ses capacités à recréer une ambiance propice au rapprochement. Ouais, la jeune Applebee se sentait vraiment idiote d'avoir poussé le bouchon trop loin. Déroutée, elle se passa une main dans les cheveux, réfléchissant à ce qu'elle pourra bien sortir, pendant que le garçon exprimait sa surprise quant à cette subite conversation sur Gigi.
La relation qui unissait Gillian et Rainbow n'était clairement pas basée sur de l'amitié pure, mais bel et bien sur de la mauvaise rancune et une profonde jalousie qui se creusait chez chacune des deux filles. Gigi avait été jalouse de voir le rapprochement de sa comparse rousse auprès du garçon avec qui elle avait été si proche, et dont elle l'est toujours, elle qui voulait relever ce niveau d'amitié à un niveau plus intime avait été bien surprise de trouver en Rainbow une rivale. De son côté, la hippie se montrait assez fière de ce qu'elle avait réussi à créer avec Declan en si peu de temps, elle avait toujours vu en lui un potentiel petit ami. Les deux filles se font une véritable guerre, en dehors et à l'intérieur de la chorale. L'affection plus qu'amicale que portait Gigi au Dupree n'était pas inconnu de la fille à la voix rauque, mais bonne joueuse, Rainbow s'était refusée de jouer sur ce terrain-là, crier sur tous les toits que Gigi n'avait aucune chance avec Declan n'aurait pas été fair-play. Mais de son côté, Gigi s'amusait à charrier Rainbow quant à ses déboires avec le garçon, surtout lorsque les deux étaient en froid. Cela avait alors été un moment de gloire pour l'autre. Maintenant que Declan en parlait, cela serait utile de lui faire prendre connaissance de cette rivalité entre elles, comme ça, il pourrait réellement mettre les points sur les I avec elle, et elle ne serait alors plus une menace. Mais c'était aussi une chance de laisser le champ libre à Gillian de monter la tête à Declan. Autant prendre le taureau par les cornes alors, comme toujours, comme dans les corridas. « Tu sais, je disais ça comme ça hein, t'inquiète pas » fini-t-elle alors par dire, redressant sa tête et affichant un sourire encourageant au disquaire.

Elle l'avait rassurée, mais à ce moment précis, elle ne se sentait pas vraiment joyeuse à l'idée de pouvoir poursuivre quelque chose avec Declan. Elle venait de lui mentir quand même, ce n'était pas rien. Elle prônait la vérité et les valeurs humaines, telle une hippie en réalité, mais elle savait aussi qu'elle protégeait non seulement sa relation privilégiée avec le disquaire, mais aussi l'amitié de ce dernier avec sa voisine. Dans un sens, c'était une belle preuve d'affection, car elle aurait pu briser l'admiration qu'il portait à Gigi. Comme si elle aurait été ravi de leur relation .. la blague. « Enfin, je veux dire que tu devrais quand même éclaircir certains points avec elle, rien de bien méchant mais si tu tiens vraiment à continuer à me voir ce serait mieux » Finalement, rien ne valait mieux que la vérité, il était plus rassurant de jouer sur la carte de l'honnêteté. Il devait savoir, même si Rainbow n'avait pas dit explicitement qu'en réalité elle et Gigi se vouaient une haine réciproque, elle avait dédramatisé la situation et fait passer l'autre choriste des New Directions pour une fille qui s'enflammait un peu trop. Declan était bien trop important pour la jeune Applebee pour laisser passer une occasion de protéger cette relation. Le plus tôt ce sera clair entre les trois et mieux ce sera. « Et puis tu sais, je m'en inquiétais seulement pour nous. Je veux dire, je tiens pas à ce que demain tu te conduises comme un étranger si je venais à te croiser dans la rue et qu'elle soit à tes côtés, ou quelqu'un d'autre même » ajouta-t-elle en posant une main délicate sur l'avant-bras du garçon, prouvant alors la sincérité de ses paroles, lui faisant aussi ressentir la sincérité de ses sentiments et de ses attentes. Un flirt n'était pas ce qu'elle cherchait, c'était une perte de temps inutile, mais quelque chose de plus construit et de plus durable, voilà ce que recherchait Rainbow. En Declan, c'était un certain idéal masculin qu'elle avait trouvé. Il possédait des traits de caractères qui le rendait particulièrement attrayant, il avait des valeurs proches de celles de la jeune femme, et une ouverture musicale qui surprenait à chaque fois la native de Woodstock.

Considérant le sujet comme clos, elle arbora un sourire des plus enjôleurs sur son visage qui avait retrouvé ses couleurs. Sa main redescendit doucement le long du bras du garçon, s'attardant quelques secondes sur les doigts du jeune homme avant de retrouver la chevelure de sa propriétaire. Et maintenant ? Elle doutait que pour lui le sujet Gigi était clos, vu sa réaction, il voudra certainement en démordre jusqu'au bout, et ce n'était là que la réaction d'un garçon adorable. Vouloir que sa pote et celle qu'il appréciait beaucoup s'entendent. Cela ne dépendait pas que de lui et Rainbow espérait qu'elle n'aurait pas besoin de le lui dire, s'il avait une réelle intention de continuer quoi que ce soit avec elle, alors il s'attarderait plus sur comment lui faire plaisir et moins sur comment faire plaisir aux autres. « Aerosmith hein » souffla-t-elle en regardant de nouveau la pochette du vinyle. « Je peux considérer que c'est une sorte de cadeau ? » demanda-t-elle, le visage illuminé à l'idée de ramener quelque chose chez elle venant de la part du garçon pour qui elle tombait littéralement. Ou peut-être qu'il allait faire marche arrière, car leur dernière conversation passerait en boucle dans son esprit et il n'arriverait pas à se sortir de la tête que Gigi en pinçait pour lui. Ce n'était pas si surprenant, il était vraiment beau que même Rainbow doutait que le nombre de ses groupies ne se réduisait qu'à deux. Du moment qu'elle occupait la place numéro un, elle se fichait de voir les autres se retourner sur lui quand il sera amené à marcher dans la rue avec elle, main dans la main.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?   Ven 13 Avr - 12:12

Declan avait toujours été du genre exclusif dans le choix de ses amis. Non, disons sélectif plutôt, cela est plus proche de la Vérité. Pas qu'il soit élitiste et tout ça, non. Dans son cas, c'était plus une logique de vie appliquée au choix de ceux qui oui ou non méritaient sa confiance. Certaines personnes n'avait pas mis bien longtemps à l'obtenir, comme Gillian ou Dorian, et d'autres eux... Disons juste qu'ils avaient du se montrer patient pour entrer dans son petit monde. Rainbow elle-même devait le savoir d'ailleurs. Elle qui avait fourni tant d'efforts pour se frayer un chemin jusqu'au cœur de notre binoclard préféré. Et il commençait à peine à laisser de côté cette carapace qu'il portait face aux autres depuis tout ce temps, si bien que c'était un peu devenu une seconde peau pour lui. Mais à présent... Pourquoi diable évoquait-elle son comportement devant Gigi avec elle ? Où était le rapport là-dedans ? Que se passait-il entre les deux jeunes femmes pour qu'elle la mette sur le tapis à un pareil moment ? Bien sûr il savait qu'elles étaient toutes les deux à McKinley et dans la même chorale, mais pourquoi ? C'était la seule question qui lui venait en tête à cet instant précis. Et la mine qu'affichait Rainbow à présent ne l'aidait pas vraiment à passer à autre chose à vrai dire.
Car bien évidemment, Declan ignorait tout de la petite guéguerre que se livraient les deux jeunes filles pour son attention. Oh ça oui. Car pour lui, elles n'étaient que camarades de lycée et partenaires à la chorale. Il ne pouvait pas savoir qu'elles se côtoyaient si souvent et qu'à chacune de leur entrevue, on manquait de peu d'assister à un combat de boxe en bonne et due forme. Il ne pouvait tout bonnement pas savoir, puisqu’il les voyait l'une et l'autre toujours à des moments différents. Mais qu'en aurait-il été s'il avait su ? Bien qu'il passe souvent pour un type, disons le franchement, peu amical, Declan était loyal, aussi bien en amitié que pour le reste. Et pour lui, il était clair que quelque chose clochait dans tout ça. Car de voir Rainbow réagir de la sorte, comme si elle se rendait compte d'avoir mis les deux pieds dans le plat, n'aidait pas à le rassurer sur la question. Et il était encore moins dupe lorsqu'elle lui assura de vive voix qu'elle disait ça comme ça. Exactement ce qu'on dit quand on veut détourner la situation. Mais même son sourire ne lui ferait pas penser autrement. Quelque chose se tramait et il finirait par savoir quoi.

Il allait ajouter quelque chose mais la rouquine enchaîna alors en lui disant qu'il devait régler certains points avec Gigi s'il voulait sortir avec elle. Depuis quand, si ce n'était rien, devait-il s'expliquer avec sa meilleure amie sur le choix de la personne avec qui il voulait oui ou non sortit ? Admettez qu'à sa place, vous aussi vous vous poseriez la question pas vrai ? « Rien de bien méchant hein ? » répéta-t-il à voix basse, plus pour lui-même qu'autre chose. Mais cette phrase sonnait faux bizarrement. Qu'elle sorte de la bouche d'un type lambda mais encore plus de celle de la jeune lycéenne. Ainsi donc, elle doutait de son comportement face aux autres s'ils se lançaient ? Pourquoi donc ? Ok, à sa décharge, son comportement ces temps-ci avait été un peu contradictoire, mais à présent qu'il avait eut certaines réponses venant de Rainbow, ses doutes n'avaient plus lieu d'être et il pouvait donc envisager de sortir avec elle. Ce n'était rien d'autre que ça qui l'avait retenu jusqu'à présent, les doutes qu'il avait sur les envies de la jeune hippie. Rien d'autre. Mais là... Il se posait la question tout de même. Pourquoi diable devrait-il agir différemment avec elle devant les autres et surtout devant Gigi ? Il tenait donc à s'expliquer et éclaircir les choses.
« Je sais que j'ai pu agir bizarrement avec toi jusqu'à présent, mais encore une fois, je voulais que tu sois sûre de ce que tu voulais. Je n'ai donc plus de raison à présent d'être distant, que ce soit devant les autres ou Gigi. Je me demande bien pourquoi tu peux penser ça maintenant. Je ne suis pas le type le plus sympathique au monde je te l'accorde mais quand même. » conclua-t-il tout simplement, sans reproche dans la voix. Il comprenait bien le message à présent, elle était sûre d'elle et elle voulait que ça marche entre eux. Et lui aussi. Et de sentir la main de la jeune fille se balader sur son bras et jouer avec ses doigts le fit sourire doucement. On était bien loin de l'habituel mur de froideur qu'il pouvait afficher en temps normal. Mais avec elle, mis à part ces derniers jours, il n'avait jamais été comme ça. Et oui, peu de gens le savaient -principalement parce qu'il cultivait cette image de mec cynique que rien ne touche- mais Declan était plutôt du genre vieille école, galant et même romantique sur les bords. Mais évidemment, ça, il se gardait bien de le dire. Il fallait mériter son intérêt et sa confiance et croyez-le, ça n'était pas une sinécure. Le chemin jusqu'à son cœur était semé d'embûches même si Rainbow elle semblait avoir trouver un sacré raccourci.

En effet, le sujet était loin d'être clos, il reviendrait à la charge tôt ou tard, ça elle pouvait en être sûre. Mais pour l'instant, il mettait ça de côté, histoire d'aller voir Gigi de son côté afin d'éclaircir certaines choses sans témoins. Car il n'y avait que comme ça qu'il était certain qu'elle ne lui mentirait pas elle aussi. Car il savait que Rainbow n'avait pas été totalement sincère sur ce coup là, mais se doutant qu'il y avait une raison à cela, il ne s'en vexait pas plus. Pour le moment. Car bien sûr, idéalement, il préférerait que les deux s'entendent, étant chacune à ses yeux quelqu'un d'important pour lui. Mais même si les deux jeunes femmes devaient se détester cordialement, il n'abandonnerait ni l'une ni l'autre, hors de question. Et exiger de lui un tel choix serait à coup sûr le moyen de mettre fin à une quelconque histoire entre eux. Mais il n'était pas encore question de choix pour l'instant alors il se concentrait sur le moment présent, laissant le reste de côté. Au moins le temps de la présence dans le Gramo de la rouquine.
« Un présent pour m'excuser de ma stupidité d'avant on va dire. Puis de me dire que tu penseras forcément à moi quand tu l'écouteras, j'avoue que ça me dérange pas trop. » lui répondit-il en souriant en coin, lui adressant un petit clin d’œil. Avoir des groupies ? Declan s'en souciait peu, même s'il était conscient de ne pas être le type le plus désagréable à regarder. Puis outre le fait que ses lunettes lui servent à voir correctement, il va de soi que ces grosses montures se remarquaient à tous les coups. Mais il ne s'était de toute façon jamais réellement préoccupé du succès qu'il pouvait avoir auprès de la gente féminine. Il n'avait pas besoin, comme d'autres, de se savoir le centre d'attention des autres. Il tendait la main vers la joue de la jeune fille, l'effleurant à peine du bout de l'index quand le client se rappela à eux en toussant d'une manière vraiment peu discrète. Il s'excusa d'un regard auprès de Rainbow et alla donc encaisser le client qui fila ensuite sans demander son reste. Il avait visiblement compris qu'il gênait plus qu'autre chose les deux jeunes gens présents dans la boutique. Revenant auprès de la lycéenne, et à présent enfin seuls, il lui prit les mains doucement, frottant de son pouce le dos de ces dernières délicatement. « On en était où déjà ? » dit-il presque dans un murmure, son regard perdu dans celui de la jeune rousse. Il priait juste pour que Dorian ne choisisse pas ce moment très précis pour entrer dans la boutique. parce que là, il ne le lâcherait plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?   Dim 29 Avr - 18:02

Declan était loin d'être stupide, tout comme la petite rouquine, seulement lui savait lorsqu'il était bon d'éviter une conversation. Si on poussait la réflexion plus loin, on pourrait même le qualifier "d'expert" en la matière sachant qu'il avait su avec brio éviter la lycéenne quand il avait senti qu'il se tramait quelque chose entre les deux. Même si ça avait particulièrement offensé Rainbow, elle-même savait que ce comportement était une réelle qualité. Gigi allait néanmoins rester de son côté pour le moment, enfin, derrière son pupitre d'élève plutôt à l'heure qu'il était. L'orage qu'elle représentait était passé sans faire trop de dégâts, et avait même permis de faire un pas de plus dans l'expression de ces nouveaux sentiments entre les deux jeunes gens dans la boutique. Et le garçon allait même plus loin, jusqu'à évoquer sa maladresse, des confidences qui firent sourire la belle hippie, qui se retrouverait plus conquis encore qu'il y a quelques minutes. Etre capable d'avouer ses erreurs, ce n'était pas donner à tout le monde, pas même à Rainbow qui vociférait dès qu'on la contredisait. D'ailleurs, elle était piquée au vif quand il lui faisait part de ses doutes concernant sa sincérité. Il était vrai que vu leur petite, infime même, différence d'âge, il ait pu se demander si ce n'était pas qu'un béguin d'ados en puberté, il avait seulement oublié qu'il avait en face Rainbow Applebee, la fille qui ne faisait jamais rien à moitié, et qui était plus adulte que les jeunes de son lycée, et parfois même les surveillants.

La bonne humeur semblait avoir repris possession de la jeune femme, qui illuminait littéralement le Gramo' avec son seul sourire. Elle n'avait aucune envie de retourner en cours là, elle s'était imaginée rester le temps d'une dispute avant de tourner les talons. Au final elle s'éternisait, ce qui ne la dérangeait pas, vraiment pas. D'ailleurs, l'envie de s'installer définitivement dans la boutique la gagnait de plus en plus, elle n'aurait alors plus à se soucier de Gigi, ni des New Directions qui n'étaient pas assurés de gagner les Sectionals cette année, ni même de son avenir car les deux ingrédients les plus importants se trouver là: la musique et lui. Elle pourrait travailler ici, profiter des rayons et de l'hospitalité du propriétaire des lieux, et vivre tranquille sa petite idylle avec Declan. En un geste, elle balaya cette idée folle et écouta de nouveau le beau garçon. S'il savait à qu'elle point elle avait pensé à lui pendant ces semaines, il y aurait réfléchi à deux fois avant de lui offrir ce vinyle, qui allait alimenter encore plus l'intérêt qu'elle lui portait. Elle se contenta de pouffer de rire, de replacer sa mèche derrière son oreille et plongea son grand regard vert dans les yeux enchanteurs du disquaire. Elle le dévorait des yeux oui, elle le faisait même en silence, sans placer de mots sur toutes les pensées qui lui traversaient l'esprit et qui auraient rendu ce moment bien moins doux et paisible qu'il était.

La magie semblait opérée d'elle-même quand elle vit le bras du garçon s'animer, attiré par les joues de la rouquine qu'il caressa, à peine. Bien qu'elle prônait le droit de vivre à chaque espèce animale et les respects des droits de l'homme, Rainbow aurait assassiné ce client en un coup de poignard bien centré. Une vie en prison ne l'attirait pas, elle serait une bien piètre prisonnière et elle doutait que le disquaire qui était entrain d'encaisser le client ne l'attende, car affaibli la lionne de Gigi en profiterait. La lycéenne ne se contenta que d'un regard des plus noirs envers l'individu, qui fila dès son achat effectué. Même sorti, elle aurait voulu le tuer. Il n'avait aucune idée de ce qu'il venait de briser, cette harmonie si parfaite, ce rapprochement si attendu. Aucun doute leur premier baiser aurait été échangé !
L'air renfrogné, cette attitude boudeuse fondit néanmoins dès que la voix de Declan se fit entendre à nouveau. Elle ne se lasserait jamais de sa voix nan, même s'il était peu loquace, il y avait quelque chose de particulier attaché à chacun de ses mots. Où ils en étaient ? Eh bien, il allait lui caresser la joue, ce à quoi elle aurait posé sa main sur celle du jeune homme, ils se seraient rapprochés, il l'aurait ensuite prise par la taille, ses mains à elle se seraient retrouvés dans les cheveux du garçon et finalement ils se seraient embrassés. Voilà où ils en étaient. « Je suis presque sûre que tu étais entrain de vérifier mon rasage » répondit-elle alors, ne préférant pas lui révéler cette partie fleur-bleue qui pouvait aussi l'habiter elle, et pas seulement les adolescentes qui s'extasiaient devant Twilight. Cette intervention la fit sourire, et elle reposa son attention sur le vinyle, pour ensuite observer à nouveaux les prunelles du garçon. « Je t'offrirai bien quelque chose aussi pour tu penses à moi, mais là j'ai rien à part des mathématiques et de la géographie » finit-elle par dire, en faisant mime de chercher dans ses poches pour accentuer ses paroles. Elle n'allait pas lui donner ses manuels d'écoles, ils n'étaient pas à elle. Du moins, au fond de son esprit fourbe commençait à germer une idée de cadeau, plutôt insolite. Après tout, elle se voyait bien sans culotte, à travers son jean, on ne remarquerait pas son absence. N'était-ce pas les cadeaux que l'on offrait lors des concerts aux chanteurs sexy à souhaits ? Rainbow dû néanmoins se résoudre à tuer cette pensée alors qu'elle était encore dans l'oeuf, ce n'était pas son style mais plutôt celui d'une shagass, d'une Cissy quoi. « Je pourrais bien t'offrir mon parfum sinon ? » fit-elle subitement avec un sourire malicieux sur son visage. « Tu me prends dans tes bras, tu me serres fort, tu humes l'odeur, tu tombes amoureux et tu m'invites à un concert ? » expliqua-t-elle pendant que l'excitation la gagnait au fur et à mesure de l'avancée de la phrase. Là on reconnaissait Rainbow Applebee, avec ses idées folles et son tempérament de feu, subtile avec les mots, surtout lorsqu'il s'agissait d'exprimer ce qu'elle voulait vraiment pour la suite. Un câlin et un concert.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 3
-