Choriste du mois


Partagez | 
 

 03. Help, I need somebody, help...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: 03. Help, I need somebody, help...   Ven 6 Avr - 13:32

Emma Pillsbury-Schuester & Tina Cohen Chang ♥





Ces couloirs, ces murs et ces casiers n'étaient évidemment pas étrangers à Tina. La jeune femme les avait parcourus bien des années auparavant, dans un autre état d'esprit, avec d'autres objectifs que celui pour lequel elle revenait aujourd'hui.
William McKinley High School accueillait bien des élèves, mais en ce soir d'hiver glacial, ils avaient regagné leurs maisons respectives et la jeune Vietnamienne n'était pas là dans un but scolaire. Elle aurait pu fermer les yeux, elle était certaine qu'elle aurait retrouvé sans problème le bureau de la conseillère du lycée, Emma Pillsbury épouse Schuester, la personne qu'elle venait précisément voir, à 18h30 en ce début décembre. Les souvenirs revenaient à sa mémoire comme si elle était encore lycéenne en ces murs, comme si le principal Figgins lui reprochait encore de s'habiller comme une vampire et la suppliait presque de changer de vêtements sous peine d'attirer les hordes de fans déchaînées de la saga Twilight...

Elle sortit un instant dans la cour, se sentant à bout de souffle. Ici, elle avait aimé longuement son ancien petit ami, celui-là même qui la poussait à aller voir Mrs Schuester puisqu'après sa rencontre avec Artie, elle s'était sentie mal au point de demander conseil à Emma. La jeune femme rousse avait toujours été à l'écoute de Tina, et elle ne l'avait jamais jugée.

Tâchant de respirer correctement, les remords bloquant soudainement sa gorge, elle frissonna sous le vent qui venait gifler son visage, et sentit la tristesse s'abattre soudainement sur elle. Parfois, elle aurait voulu revenir en arrière, tout effacer, et tout recommencer d'une autre manière, qu'elle espérait parfaite. La brune soupira, et profita de ce que personne ne l'observait pour lâcher quelques larmes qu'elle espérait discrètes. Machinalement, elle s'essuya la joue, se sentant parfaitement stupide. Pleurer lui faisait toujours du bien, c'était comme si elle dénouait le nœud qui bloquait ses entrailles et ses sentiments.

Revoir Artie lui avait fait du mal à plusieurs niveaux, bien qu'elle se doutât déjà que leur rencontre n'avait pas été exactement une partie de plaisir pour lui non plus. Mais la jeune femme avait surtout réalisé qu'aussi dure ait été la séparation, le retrouver ne s'était pas avéré plus facile ; non seulement parce qu'elle avait une tonne de regrets qu'elle n'avait pas réussi à digérer, mais aussi parce que malheureusement, elle avait toujours des sentiments pour lui.
Le simple fait d'y penser fit accélérer le pouls de l'Asiatique, et elle leva les yeux, presque désespérée contre elle-même. Il était temps d'aller voir Emma maintenant, sinon la conseillère de McKinley allait finir par l'attendre.

Tina refit le chemin en sens inverse, et tourna à gauche dans le grand couloir des casiers où elle avait été arrosée de slushies un nombre incalculable de fois, aidée dans cette épreuve par ses camarades de New Directions, et en particulier Kurt et Rachel, cibles particulières et préférées des Titans et des Cheerios. Quinn aussi avait eu son lot de glace pilée, particulièrement lorsqu'elle s'était retrouvée enceinte de Puck, alors qu'elle était encore en couple avec Finn.
Tina sourit malgré elle. Ah, les petits drames de l'adolescence...Quelques grammes de glace pilée n'étaient rien par rapport aux corvées de l'âge adulte et aux erreurs correspondantes, et la jeune femme aurait préféré recevoir quinze slushies plutôt que de se retrouver dans la situation de « celle qui avait trompé son petit ami » pour le reste de sa vie.

La lumière était allumée dans le bureau en partie vitré d'Emma Pillsbury-Schuester, et Tina sourit à la vue de la jeune rousse, affairée à catégoriser ses brochures par thèmes. Elle resta là quelques instants, se sentant étrangement réconfortée devant le rituel qu'elle avait l'habitude de voir et qu'elle connaissait. Elle ne lui avait pas encore parlé, mais le fait de savoir qu'elle était restée pour la conseiller lui faisait chaud au cœur. Elle ne comptait pas ses heures lorsque les autres avaient besoin d'elle, et c'était selon l'Asiatique la qualité la plus importante de la jeune conseillère.
Elle entra dans le bureau, souriante malgré ses yeux rouges montrant qu'elle avait pleuré. Ne souhaitant pas lui serrer la main, elle contourna la table et posa une bise sur la joue de Mrs Schuester, contente de la voir.

« Bonjour Emma...Comment ça va ? Mr. Schue va bien ? »

Elle préférait commencer la conversation en terrain connu, pas trop glissant, pas trop ambigü. Parler d'Artie allait lui demander du courage et de la force intérieure qu'elle n'était pas sûre de posséder.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Help, I need somebody, help...   Ven 6 Avr - 17:54

Une main placée sur son ventre plat, Emma avait posé son regard vitreux sur la paroi de verre qui séparait son bureau des couloirs de McKinley. Plongée dans ses pensées, elle voyait les élèves passer devant celui-ci sans véritablement s’y intéresser. Depuis que Will lui avait parlé de son désir d’avoir un nouvel enfant, elle passait son temps à rêvasser, que ce soit à l’appartement, à McKinley, ou même à la LPA. Partagée entre l’envie de donner un petit frère à Emily et la peur qui venait la ronger à chaque fois qu’elle songeait à la fameuse grossesse qui précéderait inéluctablement la naissance de son enfant, elle ne savait plus vraiment quoi penser. Elle était déjà passée par là, pourtant. Elle ne devrait pas avoir si peur. Elle savait que Will serait à ses côtés et qu’il parviendrait à l’aiguiller et la consoler lorsque ses hormones la pousseraient à se retrouver en larmes au milieu du salon, impuissante contre toutes ces émotions qui la bousculeraient et qu’elle ne pourrait correctement à gérer. Sa première grossesse avait été, aux yeux de la principale intéressée, une vraie catastrophe. Elle avait passé les deux premiers mois seule dans son appartement, loin de Will qui se trouvait alors à Broadway, réalisant le rêve qu’il avait toujours eu. Personne n’avait été au courant de sa grossesse, ni ses amis, ni sa famille, et encore moins le père de l’enfant qu’elle portait. Cela lui avait pesé et elle s’était laissée emporter malgré elle dans un état semi dépressif que seul le retour de Will à Lima avait su calmer. Après cela, les choses s’étaient légèrement arrangées. Il l’avait aidée à surmonter les mois suivants, la soutenant même lorsqu’elle était d’une humeur épouvantable et rejetait presque son petit ami.

Emma n’était pas habituée aux sautes d’humeur. Maniaque du contrôle, ses réactions étaient toujours parfaitement mesurées et elle ne s’enfonçait jamais dans les extrêmes. Elle n’était pas comme toutes ces femmes lunatiques qui passaient du rire aux larmes et de la joie à la dépression en un claquement de doigts. Elle n’était que douceur, générosité, et tempérance. Alors, quand elle s’était retrouvée désorientée, avait vu son corps s’adapter au petit être qui grandissait progressivement en elle, elle avait littéralement paniqué. Elle n’aimait pas le changement, cela l’angoissait, et quoi de plus bouleversant dans une vie qu’une grossesse aussi inopinée ? Elle ne s’était jamais vraiment préparée au rôle de mère et le seul modèle qu’elle avait dans sa vie était la sienne, Rose Pillsbury, dont elle ne voulait sûrement pas devenir le double. Alors pendant neuf mois, elle avait lutté vainement contre ses craintes les plus profondément ancrées, sujette aux plus grandes crises de son existence. Se réveiller au beau milieu de la nuit, les yeux baignés de larmes, était devenu une chose courante. Et si cela n’avait pas été simple pour elle, cela ne l’avait pas été non plus pour Will qui l’avait ramassé à la petite cuillère plus d’une fois. Voilà pourquoi tomber enceinte une nouvelle fois lui faisait si peur. Elle avait le choix, elle pouvait accepter, ou elle pouvait refuser. Après tout, il s’agissait de son corps. Mais Will avait raison, et au fond elle le savait : un enfant valait tous les sacrifices et en voyant Emily s’épanouir jour après jour, Emma le savait mieux que personne.

Abandonnant la baie vitrée du regard, la conseillère posa les yeux sur son ventre et poussa un soupir. Elle tacha de chasser les pensées perturbatrices et, relevant le menton, elle saisit l’agenda posé consciencieusement sur le coin de son bureau. Elle l’ouvrit à la date du jour et fit glisser son index jusqu’au bas de la page avant de s’arrêter sur le nom de Tina Cohen-Chang. Un sourire apparut sur les lèvres de la jeune femme, et elle en parvint presque à oublier les doutes qui s’étaient immiscés en elle au cours de ces dernières minutes. Revoir d’anciens élèves lui faisait toujours plaisir, semblant de rien elle s’était énormément attachée à eux à chaque fois qu’ils venaient lui demander conseil ; et les voir, année après année, quitter le lycée pour rejoindre les bancs de la fac lui faisait toujours un drôle d’effet. Mais de tous ses élèves, s’il y en avait bien quelques-uns auxquels elle s’était encore plus attachée, il s’agissait indubitablement des anciens New Directions, et plus particulièrement la première génération, celle avec laquelle elle avait gardé le plus contact. Elle revoyait régulièrement Quinn et Sam, suivait avec attention les aventures de Rachel sous les feux des projecteurs, et depuis peu, avait l’occasion de discuter avec Artie. Quant aux autres, elle les suivait de loin en prenant de leurs nouvelles de temps en temps, par l’intermédiaire de leurs universités respectives ou leurs proches. Alors, quand Tina lui avait demandé si elle pouvait prendre rendez-vous avec elle, elle n’avait pas hésité une seconde, ravie de voir que l’une de ses anciennes élèves ne l’avait pas oubliée. Emma avait toujours apprécié Tina. Elle était peut-être plus effacée que les autres du temps des New Directions mais elle n’en était pas moins adorable.

Jetant un coup d’œil à sa montre, la jeune femme constata que l’étudiante avait un peu de retard et elle en profita pour faire du rangement. Attrapant une pile de brochures dans son tiroir, elle les posa sur son bureau et commença à les ranger en faisant de petits tas. Elle avait toujours affectionné ces petits pamphlets et prenait grand soin d’eux. Après tout, ils étaient le produit de sa propre imagination alors autant les bichonner un peu. Souriant malgré elle, la concentration d’Emma fut perturbée par l’arrivée de Tina. Délaissant ses pamphlets, elle leva le menton et croisa le regard de la jeune femme. A en voir ses yeux rouges qui trahissaient quelques sanglots, cela ne présageait rien de bon. Feignant néanmoins l’ignorance afin de ne pas la mettre dans l’embarras, elle se leva et lui adressa un grand sourire lorsqu’elle vint la saluer. En dépit de son visage dont les traits étaient tirés, Tina tacha de faire bonne figure et s’empressa de lui demander si Will et elle allaient bien. Emma acquiesça derechef et, reprenant place sur sa chaise, attendit que Tina en fasse de même avant de prendre la parole. « Je vais très bien, merci. Quant à Will, il se porte comme un charme… enfin, aux dernières nouvelles » Ajouta-t-elle avec un nouveau sourire, espérant que sa complicité permettrait à Tina de se sentir mieux. Posant une main sur son bureau, Emma plissa légèrement les yeux et étudia l’expression de la jeune femme. De toute évidence, elle n’avait pas pris rendez-vous pour lui faire une simple visite de courtoisie : elle avait vraiment l’air tracassée. « Je suis contente de te voir, en tout cas. Et je suis heureuse que tu aies fait appel à moi, tu sais que ma porte est toujours ouverte pour toi, de toute façon». Hésitant une seconde, elle finit néanmoins par se jeter à l’eau. « Alors, je suis prête à t’écouter et à t’aider si tu en ressens le besoin » Dit-elle d’une voix douce, l’encourageant à lui dévoiler les raisons de sa tourmente apparente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Help, I need somebody, help...   Mar 10 Avr - 16:01

D'ordinaire, on considérait Tina Cohen Chang comme une jeune femme discrète, sage, droite, honnête, sur qui on pouvait compter en cas de problèmes. Elle avait tranquillement suivi le chemin qu'on avait tracé pour elle, que ses parents avaient préféré qu'elle prenne. Ce n'était pas le type de personne qui faisait des vagues, qui provoquait des remous, qui se laissait aller au scandale pour tout péter dans un magasin.
Non, on le concédait volontiers, la jeune Vietnamienne était des plus calmes. Elle faisait ce que l'on attendait d'elle.
Oh, ce n'était pas qu'elle était incapable de penser par elle-même, non, vraiment pas. Mais elle détestait plus que tout décevoir ses proches, famille et amis, et elle mettait un point d'honneur à suivre cette ligne de conduite.
Et puis, il fallait évidemment ajouter que l'ancienne étudiante en médecine ne s'appesantissait pas sur ses souvenirs qui lui faisaient mal. Il y a des gens qui se complaisent à repasser mentalement ce qui les a blessés, mais non, elle n'était pas de ceux-là.

Cependant, pénétrer dans ce bureau avait provoqué un effet bizarre chez Tina, qui ne s'attendait pas à ce que tous les souvenirs de lycée les plus douloureux qu'elle ait collectés se rappellent brutalement à sa mémoire alors qu'elle essayait de faire bonne figure.
Parmi eux, se trouvait évidemment la relation qu'elle avait partagé avec Artie, le jeune homme en fauteuil qui lui tant donné de son temps pendant ces années. Alors qu'elle s'asseyait lentement sur la chaise qui faisait face à la jolie conseillère rousse, encore silencieuse, l'Asiatique essaya de déglutir sans pour autant faire deviner à son vis-à-vis qu'elle peinait à refouler ces pensées négatives. Mais Emma Pillsbury-Schuester avait perçu, probablement dès l'entrée de la jeune femme, qu'elle ne se sentait pas bien et son instinct ne l'avait pas trahie.
Tina entendit comme de loin, l'épouse de Mr Schue lui dire qu'elle pouvait parler et qu'elle l'écouterait et qu'elle l'aiderait si jamais elle en avait besoin.
Elle sourit lamentablement, comme fatiguée de se battre contre elle-même, et commença à parler tout doucement, comme si elle avait peur qu'en parler à voix haute rendrait toute cette histoire plus réelle, plus tangible.

« Bah...Comment dire...Vous vous souvenez probablement que j'étais en couple avec Artie, au lycée ? Peut-être même qu'il vous a revue depuis qu'on est tous partis, c'est possible, je ne sais pas ce qu'il a pu vous dire...Mais s'il a dit des choses horribles sur moi, je ne peux que le comprendre... »

Sa voix se fêla légèrement et elle poussa un énorme soupir, avant de redresser le dos et de reprendre, un peu plus fort :

« Artie et moi formions un couple un peu à part, du fait de notre amitié avant de devenir...plus que ça; et parce qu'il était toujours rejeté à cause de son handicap par beaucoup de lycéens. Quand on a quitté McKinley, on était toujours ensemble...Mais j'ai commis une énorme erreur... »

De nouveau, sans qu'elle puisse y faire quoi que ce soit, les larmes jaillirent de ses yeux et elle se confondit en excuses, tirant un mouchoir de la boîte qui se trouvait devant elle, n'osant pas relever le visage vers la conseillère. Elle hésitait même à se confier plus avant à Emma ; qu'allait-elle bien penser d'elle si elle lui révélait qu'elle avait trompé Artie, qu'elle l'avait revu deux semaines auparavant et qu'elle ne savait plus quoi penser aujourd'hui ? Peut-être que la jolie rousse serait en droit de se dire que Tina était perdue dans ses sentiments, et peut-être même qu'elle ne la comprendrait pas...
Ne sachant guère si elle devait continuer ses révélations, la jeune Vietnamienne resta prostrée sur sa chaise, n'osant bouger un membre. Sa position devait paraître bien ridicule ; mais la honte pesait sur tous ses membres et elle aurait pu mourir dans cette position.
Il était temps de quelqu'un la libère de ses vieux démons.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Help, I need somebody, help...   Sam 14 Avr - 12:34

Emma avait toujours ressenti énormément d’affection à l’égard de ses élèves. Elle n’exerçait peut-être pas le métier de professeur, mais elle considérait que sa place de conseillère lui réservait encore plus de proximité avec les lycéens. Dès qu’ils arrivaient en classe de seconde, leurs dossiers faisaient leur apparition sur son bureau et dès lors qu’elle en avait pris connaissance, elle les convoquait dans son bureau pour le tout premier entretien de leur cursus scolaire. Celui-ci avait non seulement pour but de prendre connaissance des ambitions de l’élève, mais également de sa personnalité et de son histoire. Elle ne considérait pas ses élèves comme de simples clients, au contraire de bon nombre de ses collègues. Non, elle essayait d’établir une vraie relation avec eux dès leur première rencontre afin de les mettre en confiance ; car ce n’était un secret pour personne, pour pouvoir venir en aide à un élève, il fallait d’abord que celui-ci ait suffisamment confiance pour se livrer. Emma rassemblait toutes les qualités nécessaires pour attirer la sympathie des lycéens : elle était douce, généreuse et particulièrement altruiste. Bien sûr, il n’était pas rare que les élèves se rebellent contre elle et se révèlent muets comme des carpes : ils avaient été trop souvent trompés par les adultes pour décider de placer leur confiance en l’un d’entre eux. Cependant, elle n’abandonnait que rarement, convaincue que c’était à force de persuasion que l’on parvenait à ses fins -théorie qu’elle avait déjà pu vérifier par le passé.

Oui, elle s’était attachée à ces adolescents perdus et parfois même complètement déstabilisés. Aussi, lorsqu’ils finissaient par la quitter à la fin de leur Terminale, cela ne se faisait jamais sans un certain pincement au cœur. Elle faisait les copies des dossiers, envoyait les originaux et classait les autres parmi les archives, soupirant à l’idée qu’une nouvelle année venait de s’achever, et que par conséquent, une flopée d’élèves avaient finalement quitté McKinley. Evidemment, il y avait toujours quelques exceptions : les plus violents, par exemple, ceux dont le but au cours de leurs trois années à McKinley avait été de semer la zizanie au possible et d’ébranler les plus modérés. Ceux-là, elle regrettait simplement de ne pas être parvenue à les canaliser. En revanche, parce qu’elle s’attachait davantage à certains élèves –les membres du corps professoral avaient beau affirmer en permanence qu’ils ne faisaient aucune différence entre leurs élèves, ce n’était qu’un mensonge car au fond il était impossible de ne pas avoir ses préférences- certains départs la touchaient plus que d’autres. C’était le cas des membres du Glee Club, qu’elle voyait évoluer et s’affirmer au fil des années. Si elle leur portait plus d’attention que les autres, cela n’avait pourtant aucun rapport avec l’implication de son mari dans ce club. En réalité, elle se sentait plus proche des choristes parce qu’elle parvenait à se reconnaitre à travers eux. Elle n’avait jamais intégré de chorale lorsqu’elle était élève à McKinley, mais elle avait néanmoins toujours fait partie des « losers ». A ses yeux, la chorale était un moyen de s’exprimer, de se battre contre la solitude et de prouver son talent. C’était la raison pour laquelle elle encourageait parfois certains élèves à la rejoindre ; les plus récents avaient été Elijah et Cameron.

En revoyant Tina assise face à son bureau, la nostalgie des premières années de la chorale refit surface. A présent, les douze ex-choristes avaient tous pris des directions différentes, certains avait poursuivi leurs études universitaires, d’autres, à l’instar de Rachel, avait été propulsés sous le feu des projecteurs. Récemment, la plupart du groupe avaient même tenu à reformer une chorale, celle des Urban Hymns. Ils étaient tous si différents ; à l’époque, voir des cheerleaders et sportifs associés à des caractères aussi excentriques que Kurt, Artie ou encore Mercedes, avait été plutôt déstabilisant : c’était loin d’être une chose courante quand l’on connaissait la hiérarchie exemplaire organisée dans le lycée. Les cheerios et footballers étaient tout en haut de la pyramide ; les choristes, eux, touchaient le fond. Et pourtant, de fortes amitiés s’étaient créées, des relations qui résistaient aux années.

Lorsque la jeune asiatique brisa le silence, ses paroles confirmèrent les craintes d’Emma. Elle n’avait eu aucun mal à déceler le trouble dans les yeux bridés de son ancienne élève. L’écoutant attentivement, la conseillère acquiesça doucement sans vouloir interrompre Tina. Il était vrai qu’elle avait revu Artie ces derniers temps : quand elle l’avait croisé à Lima, le visage décomposé, elle avait immédiatement compris que quelque chose ne collait pas. Artie, sans avoir toujours été un modèle d’enthousiasme, était un garçon fort qui ne se laisse pas abattre facilement, d’ordinaire. Emma l’avait aidé à plusieurs reprises à McKinley, elle le connaissait suffisamment pour savoir que quelque chose ne tournait pas rond. Aussi avait-elle repris contact avec lui, et au fur et à mesure, elle était parvenue à rétablir une certaine relation entre eux. Elle ne savait pas exactement ce qui s’était passé avec Tina, même si elle l’avait plus ou moins deviné seule. Soupirant légèrement, la conseillère sentit son cœur se serrer lorsque Tina fondit en larmes devant elle. Après une seconde d’hésitation, elle avança la boite à mouchoirs du bout des doigts et observa la jeune fille se servir, les yeux rivés au sol. Emma n’était pas là pour blâmer qui que ce soit, tout le monde était susceptible de commettre des erreurs, et à en voir l’état de l’ex New Directions, elle regrettait amèrement les siennes. « Tina, » Commença-t-elle, d’une voix empreinte de douceur. « Artie ne m’a jamais dit des choses pareilles. Je l’ai revu il y a peu, c’est vrai, mais jamais, tu m’entends, jamais il ne m’a dit quoi que ce soit qui puisse t’être préjudiciable ». Avançant sa main sur le bureau, la conseillère haussa les sourcils, désolée de voir Tina ainsi. Elle aurait préféré que leurs retrouvailles soient plus joyeuses, mais après tout rares étaient les élèves qui venaient dans son bureau en souriant. Et puis, elle était bien décidée à rassurer la jeune fille du mieux qu’elle le pouvait. « Tout le monde fait des erreurs. Certes, cela peut blesser quelques personnes autour de soi, mais au fond, je suis certaine que ce n’était pas ton but... Tu ne peux pas t'en vouloir éternellement... ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Help, I need somebody, help...   Sam 5 Mai - 18:52

Tina ne comprendrait jamais comment les femmes adultères pouvaient gérer leur situation. Elle-même s'était retrouvée à tromper son petit copain de l'époque l'espace d'une soirée, et ce fardeau s'était révélé plus lourd à porter que n'importe quelle autre bêtise qu'elle avait pu faire avant celle-ci. Elle n'arrivait donc pas à comprendre la logique que certaines pouvaient avoir face à ce genre d'erreurs. Une seule du genre était bien suffisante, pourquoi fallait-il en rajouter et les dissimuler, par-dessus le marché ?

Assise là dans le bureau d'Emma en cet instant même, la jeune asiatique était pensive. Elle avait passé quelques minutes à pleurer, se lamenter sur son sort; et alors que ses yeux séchaient elle se prit à imaginer ce que son futur aurait pu être si malgré tout, elle et Artie étaient restés ensemble. Elle serait peut-être devenue une femme adultère, une de celles qui rentraient chez elle la peur au ventre en pensant qu'elle avait encore couché avec son amant dans l'après-midi avant de retrouver son mari handicapé...Cette pensée la fit grimacer amèrement. Non, elle ne méritait aucune excuse. Avoir trompé Artie, son petit ami handicapé...Mon Dieu, mais qu'est-ce qu'il lui était passé par l'esprit ? Il avait dû se sentir affreusement coupable. Diminué. Fautif, surtout...Il avait dû penser qu'à cause de ses deux jambes qui ne fonctionnaient pas, Tina avait préféré prendre la poudre d'escampette.
La jeune femme releva la tête, et écouta Emma lui parler sur un ton rassurant, doux, presque trop. Effectivement, elle avait revu Artie depuis qu'il était revenu à Lima – le contraire l'aurait étonnée, Mrs Pillsbury-Schuester étant la meilleure conseillère qu'elle connaisse. Au moins les lycéens de McKinley avaient cette chance-là, d'avoir Emma dans leur lycée; alors que tant de psychologue étaient encore trop distants, trop impersonnels vis-à-vis de leurs clients.
Ils l'ignoraient probablement, mais la jeune femme entretenait des relations privilégiés avec ces lycéens, et Tina en avait elle-même bénéficié lorsqu'elle était encore scolarisée à McKinley.

D'après la jeune conseillère, Artie n'avait pas parlé de Tina en mal, et quelque part cela la rassura. Est-ce que c'était parce que déjà à ce moment-là, il avait tourné la page ? Plus que jamais, il suscitait l'admiration de la jeune femme.
Les mots d'Emma à l'intention de la sage-femme achevèrent de calmer définitivement les quelques sanglots qui se précipitaient encore dans sa poitrine. Elle avait raison, il allait bien falloir passer à autre chose, elle ne pouvait concrètement pas s'en vouloir éternellement. Et revoir Artie il y a deux semaines de cela, au Breadsticks, lui avait fait un choc mais elle avait rapidement constaté que le jeune homme avait mieux récupéré de leur rupture prématurée; bien mieux qu'elle à vrai dire. Sa sérénité l'avait impressionnée...Et plus grave que ça, elle avait fait rejaillir ce que Mercedes aurait probablement appelé "l'ancienne Tina". Non seulement elle avait trompé Artie, mais elle avait également heurté bon nombre de ses anciens amis. Kurt lui en voulait énormément, et Mercedes avait très mal réagi à cette annonce; sans parler de la réaction de Brittany, qui avait fermement pris position contre la jeune asiatique – ce que Tina ne pouvait pas vraiment lui reprocher.
Elle inspira longuement, et regarda Emma dans les yeux, et articula lentement :

« Au fond, je ne sais pas pourquoi je ne suis pas venue te voir avant...J'aurais sûrement pu passer moins de temps à me culpabiliser toute seule, parce que je n'ai pas passé des mois très roses après le départ d'Artie de Columbus...Oui, je l'ai trompé...»

Elle ferma les yeux un court instant, sa poitrine se gonflant sous la peine qu'elle éprouvait toujours; et ajouta rapidement :

« ...Et pour reprendre tes termes, je n'en suis pas fière du tout, et je n'ai jamais voulu que ça se produise...Artie nous a surpris, Nicholas et moi, ce soir-là, à s'embrasser, et il s'est enfui de la fac...Il est rentré à Lima dès le lendemain, et il a gâché toute sa carrière à cause de moi...Mon Dieu Emma, parfois je m'en veux tellement ! Il a passé des mois seul ici, chez ses parents, déprimé, au chômage...J'ai fait d'énormes dégâts, que je ne pourrai jamais modifier. C'est trop tard maintenant, il faudra que je vive avec cette histoire toute ma vie... »

Les mots sortaient maintenant de sa bouche à toute vitesse, comme si elle les avait retenus beaucoup trop longtemps. Elle ne pouvait littéralement plus se retenir de parler, et même si elle l'avait voulu elle n'aurait pas pu. Même si elle avait mis la main sur sa bouche, à travers ses doigts les mots empoisonnés enprisonnés pendant des mois filaient dans l'air, et Tina assistait à ce grand déballage en spectatrice.

« Mercedes m'en a beaucoup voulu, mais on est tellement proches, encore aujourd'hui, qu'on se parle encore...En revanche, Kurt ne m'adresse plus la parole, et j'ai revu Brittany il y a peu, à votre mariage...On est sur la voie de la réconciliation...! »

Tina sourit. Elle avait toujours beaucoup aimé la fraîcheur naturelle de la blonde, son humour involontaire, ses répliques hilarantes qui l'avaient fait rire plus d'une fois...Oui, l'éternelle meilleure amie de Santana lui avait manqué, plus qu'elle ne l'aurait admis, d'ailleurs. Elle finit dans un souffle :

« ...Et puis, il y a deux semaines, j'ai revu Artie. Par pur hasard, au Breadsticks. On ne s'était pas revus depuis...La fameuse soirée. »

Presque essoufflée, la jeune Vietnamienne soupira, et baissa les yeux. Elle n'avait presque pas quitté Emma des yeux pendant sa tirade, et elle espérait que celle-ci ferait preuve de compréhension...Elle n'en doutait pas, mais ses confessions étaient si intriquées avec la vie de ses anciens élèves qu'elle avait peur de l'avis de la conseillère de McKinley.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Help, I need somebody, help...   Jeu 24 Mai - 14:36

En voyant les larmes sécher sur les joues de la jeune asiatique, Emma laissa un léger soupir de soulagement lui échapper. Ce n’était pas la première fois qu’un élève –ou un ancien élève, dans ce cas précis- se servait dans la boite à mouchoirs qu’elle laissait volontairement à portée de main pour eux. A vrai dire, son bureau était certainement un endroit privilégié quand il s’agissait de voir les plus forts s’effondrer, ou les plus faibles s’enfoncer dans la douleur. Combien d’élèves avait-elle vu sangloter à l’annonce des réponses négatives des universités tant espérées ? Combien étaient venus lui conter les ruptures pénibles qui rythmaient leur vie de lycéen ? Aux yeux de bon nombre d’entre eux, elle n’était pas seulement une conseillère, mais également la personne de McKinley à qui l’on pouvait se confier sans retenue. Elle en avait appris, des secrets, en huit ans de carrière ; légers ou douloureux, amusant ou effrayant. Petit à petit, elle avait pris davantage d’assurance face aux lycéens, trouvant les mots qu’il fallait pour calmer les sanglots, pour les aider à supporter le poids sur leurs épaules. A force de conseiller, consoler ou rassurer, elle aurait dû s’habituer au poids de ces secrets, aux larmes qu’elle voyait s’épuiser au bord des regards épuisés. Mais ce n'était pas le cas et elle ressentait le même pincement au cœur à chaque fois. Son métier était sûrement plus difficile qu’il n’y paraissait. Beaucoup pensaient à tort qu’il suffisait de faire des études de psychologie afin de l’exercer, alors qu’en réalité il nécessitait également une bonne dose d’altruisme et de patience ; qualités dont elle était dotée mais qui se laissaient parfois envelopper par une sensibilité à fleur de peau qui lui faisait quant à elle défaut. Dans certains cas, il était difficile de prendre du recul. Quelques élèves avaient tendance à lui rappeler la lycéenne qu’elle était quinze ans plus tôt et c’étaient ces derniers qui étaient les plus difficiles à convaincre.

Pinçant les lèvres, Emma s’adossa contre le dossier de sa chaise, songeuse. La rupture à laquelle elle assistait la mettait mal à l’aise ; elle n’avait jamais vu Tina dans cet état-là. Elle l’avait toujours considérée comme effacée mais forte. Lorsqu’Emma était encore sa conseillère d’orientation, elle ne l’avait jamais vue se morfondre. Tina était toujours parvenue à garder le cap, à ne pas se laisser entrainer par ses émotions ; ou tout du moins était-ce de cette façon qu’Emma l’avait toujours perçue. Elle était pourtant une cible de premier choix : asiatique, choriste dans un glee-club qui était méprisé par l’ensemble du lycée, et petite amie d’un garçon en fauteuil roulant de surcroit. Certains étaient victimes des attaques constantes des footballers et de leurs slushies pour bien moins que ça. Soupirant légèrement au fond de son siège, Emma écouta les paroles de la jeune fille, et lorsque cette dernière lui révéla avoir trompé Artie, elle acquiesça doucement d’un signe de la tête. En vérité, ce n’était pas une grande surprise pour elle : elle soupçonnait cette infidélité depuis qu’elle avait repris contact avec Artie. Ce dernier ne lui en avait jamais parlé, pensant peut-être et à tort que cela ternirait son image auprès de la conseillère, ou qu’elle aurait tout simplement pitié de lui. Cependant, la conseillère avait été trop souvent confrontée à ce type de situation pour ne pas en reconnaitre les signes avant-coureurs. Et force était d’admettre que son instinct ne la trompait que rarement.

« Personne n’est parfait » Fit-elle tout en croisant ses doigts sur son bureau. « Ce qui est fait est fait, tu ne peux pas revenir en arrière quoi qu’il en soit. Tu as fait une bêtise, c’est vrai. Mais il n’est jamais trop tard pour réparer ses erreurs. Si tu l’aimes encore, peut-être est-il encore temps de se faire pardonner. Je ne dis pas que ce sera simple, bien sûr. Je dis seulement que c’est possible ». La jeune femme fronça légèrement les sourcils. Elle-même avait pardonné les premières bévues de Will, des années plus tôt. Si elle devait comparer cette situation avec celle de Tina et Artie, elle se mettait à la place d’Artie, parce qu’elle avait été dans son cas : victime d’une infidélité. Cependant, les choses s’étaient arrangées avec le temps : Will lui avait prouvé à de nombreuses reprises qu’il ne commettrait pas deux fois la même erreur, et qu’il était digne de sa confiance. De toute évidence elle avait eu raison de le croire car il avait toujours respecté sa promesse jusque-là. Aussi, quand elle disait à Tina qu’elle pouvait encore se faire pardonner, elle le pensait vraiment. Si leur relation en valait la peine à ses yeux, alors il n’était jamais trop tard.

« Artie s’en remettra. Qu’importe ce qu’il se passera entre vous, il traverse une mauvaise passe et remontera la pente. Et s’il le faut, je serai là afin de l’y aider » Esquissant un sourire réconfortant, Emma se pencha au-dessus de son bureau, se rapprochant de la jeune fille assise face à elle. « Quant à tes amis… ils finiront par te pardonner eux aussi. Cela prendra peut-être un certain temps, mais je doute qu’ils continuent à te tourner le dos encore longtemps ». Posant cette fois ses mains sur ses genoux, la conseillère se redressa sans jamais quitter la jeune asiatique des yeux. Celle-ci finit par lui mentionner sa rencontre avec Artie au Breadsticks, deux semaines plus tôt. Elle inclina le visage, acquiesçant. « Lima est une petite ville, tu ne pourras pas toujours l’éviter… ». Malheureusement, elle avait raison. En dépit des efforts de Sue pour faire de Lima l’une des plus grandes et célèbres villes des États-Unis, tout le Monde se connaissait plus ou moins et l'on croisait souvent les mêmes personnes dans les rues de la ville. « Comment allait-il ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: 03. Help, I need somebody, help...   Mer 20 Juin - 10:14

    Les paroles et le visage rassurant d'Emma sonnaient juste aux yeux de Tina. La jeune femme savait qu'elle était venue au bon moment et au bon endroit, parce que la conseillère de McKinley en avait vu d'autres et qu'elle avait toujours su trouver les mots pour réconforter les lycéens qui venaient s'épancher derrière son bureau. Et puis, en un sens, c'était la personne la mieux placée pour l'aider : quel psychologue de supermarché aurait pu donner à Tina un avis aussi éclairé, en ne connaissant ni la jeune fille, ni son ex-petit ami, et encore moins la relation qu'ils avaient il y a encore quelques mois ?
    Emma Pillsbury-Schuester avait connaissance de tous ces éléments, et elle savait qu'elle pouvait lui faire confiance. Elle avait à coeur d'aider ses élèves, qu'ils soient anciens ou nouveaux, et elle n'avait pas la rigidité et la froide distance qu'imposait un spécialiste que Tina aurait pu avoir l'idée d'aller consulter.
    Alors qu'elle se laissait aller à ces douces considérations qui la rassuraient, la conseillère lui donnait son avis quant à ses querelles avec ses amis, et une fois de plus, ses paroles étaient les bonnes, exactement celles qu'il fallait à la jeune Asiatique. Bien sûr que tout cela s'arrangerait, c'était presque certain. Il ne fallait pas qu'elle baisse les bras, pas maintenant, au moment où tout était sur le point de s'arranger. Bien sûr, Tina n'avait pas revu Kurt depuis le moment où Artie et elle s'étaient séparés, et elle savait que le jeune homme lui en voulait toujours; mais il n'avait jamais compté parmi ses amis les plus proches...En revanche, pour ce qui était de Mercedes et Brittany, elle voulait absolument changer la situation actuelle. Sa meilleure amie lui adressait toujours la parole, mais les sujets abordés étaient très classiques, banals finalement; de sorte que Tina se sentait coincée : dès lors qu'elle avait un gros problème, ou tout simplement qu'elle avait envie de parler de sa vie sentimentale, leur relation se tendait imperceptiblement, et elle craignait l'une des fameuses piques de la choriste des Urban Hymns.

    Emma l'incitait à croire que réparer son erreur était toujours possible, et qu'Artie traversait seulement une mauvaise passe. Comme elle aurait aimé la croire...Mais il se trouvait que le jeune handicapé semblait bien plus déprimé qu'une simple baisse de moral. Tina écouta la jeune femme rousse l'assurer qu'elle serait là pour aider son ex-petit ami si jamais il en avait besoin. Elle sourit, encore plus reconnaissante envers elle à présent. Quelque part, elle rendait les choses plus faciles pour eux deux. Si elle n'avait pas été liée à ce lycée depuis des années déjà, Tina lui aurait sûrement conseillé de s'établir en tant qu'indépendante, en psychologie. Elle était certaine d'avoir une clientèle fidèle.

    Tandis que ses pensées s'égaraient, l'épouse de son ancien professeur la rappela à la réalité en lui demandant des nouvelles d'Artie.

    " Oui...J'étais consciente de ne pas pouvoir l'éviter pour toujours, d'ailleurs ce n'était pas vraiment ce que je voulais. C'est lui qui a fui...Le soir où ça s'est produit. Mais je ne peux pas lui en vouloir, je comprends vraiment sa réaction. J'aurais probablement fait la même chose... "

    La jeune sage-femme releva les yeux, et se moucha une fois de plus, le visage ému, sans larmes cette fois-ci.

    " Comment il allait...? Il avait l'air pas très bien, au début de notre rencontre au Breadsticks. En fait, quand il m'a vue, son premier réflexe a été de s'enfuir, pour être totalement honnête. Et là encore, ça se comprend...Il n'avait sûrement pas envie de me voir et d'affronter ses vieux démons. "

    Elle s'essuya les joues d'un revers de main, presque rageur, et s'exclama malgré elle :

    " C'est tellement stupide ! Je n'ai jamais voulu lui faire de mal, c'est mon meilleur ami et un petit ami incroyable. Alors je lui ai presque couru après pour qu'on parle...J'ai réussi à faire en sorte qu'on s'écoute. Je me suis expliquée...Enfin, j'ai essayé, au moins. Il a une capacité de compréhension qui me dépasse... "

    Tina secoua la tête, l'air incrédule. Elle sourit à son interlocutrice, et reprit enfin :

    " Tu sais Emma, il a dit qu'il ne fallait pas que je me torture trop longtemps avec cette histoire. Qu'il était un peu plus calme maintenant qu'il avait eu des explications. Qu'il ne m'en voulait pas...Il a de la chance, parce que moi si ! "

    Elle laissa échapper un bruit qui aurait dû ressembler à un rire, qui s'avéra être un court son étranglé. Mais rapidement, un sourire timide orna son visage, et elle baissa les yeux, peu sûre d'elle. Devait-elle dire à la jeune femme qu'ils s'étaient presque remis ensemble, en fin de compte ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 03. Help, I need somebody, help...   

Revenir en haut Aller en bas
 

03. Help, I need somebody, help...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 3
-