Choriste du mois


Partagez | 
 

 03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] Empty
MessageSujet: 03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ]   03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] EmptyJeu 12 Avr - 22:48

"Si le coeur ne contemple pas, l'oeil ne verra pas."



Un froid plutôt prenant avait envahi Lima depuis quelques temps. Les routes commençaient à se geler de plus en plus, tandis que les habitants, commençaient eux à s'équiper pour l'hiver. Les routes se faisaient de plus en plus dangereuse et les gens n'osaient même plus montrer le bout de leur nez afin d'aller chercher du pain, par exemple. Mais, comme à chaque fois, à cette période de l'année, ceux qui subissaient le plus, c'était bel et bien les SDF de Lima. Sean en faisait partie. Malgré qu'il ai choisi cette situation, un petit pincement au coeur lui venait à chaque fois qu'il repensait au chauffage de sa maison. Peut être aurait'il dû l'emporter avec lui en fait ... Plutôt que sa pauvre moto qui lui fut voler il y'a quatre petits mois de cela. D'ailleurs, quel utilité d'emmené une moto lorsqu'on veut changer de vie me direz vous... A part lui attirer des ennuis mais aussi la convoitise des autres, rien du tout !


Sean se baladait donc à travers les rues de Lima, à la recherche de quelques choses à manger. Parce qu'il faut dire que ces derniers jours, les récoltes n'avaient pas été très très bonnes. Tout ça a cause du froid. Et malheureusement, il n'y pouvait absolument rien. Et ça, on pouvait dire que ça avait le don de l'énervé. Pourtant, lui de nature si calme. C'était plutôt rare qu'on le voie énervé. Les rares personnes qui commençaient à le connaitre et à venir l'entendre chanter de bon matin, ou même le midi, avaient l'habitude de le voir souriant, toujours fier de ce qu'il chante, toujours prêt à faire partager sa musique et son talent. Pourtant, le jeune homme n'avait pas perdu son envie de jouer ou chanter, c'est juste la motivation qui n'était pas au rendez vous. En même temps, quand il n'y a plus de client, tu ne peut pas manger et donc pas survivre dans cet enfer glacial. Alors Sean faisait avec "les moyens du bords" comme on dit ... Il s'était trouvé une petite maison abandonné non loin du centre-ville. Personne n'y mettait plus les pieds depuis un certain temps, alors pourquoi s'en priver ? Surtout que le garçon ne faisait absolument aucun mal à personne. Bon, certes, il avait un sois disant "logement" mais il lui manquait toujours de quoi manger. Et c'est pas avec 5 dollars par jour qu'il allait s'en sortir. Mais pourtant, le garçon, malgré la motivation en moins, se levait chaque matin, toujours plus faible, mais toujours d'attaque pour aller aiguiller le coeur des gens, leur donner le sourire. Le donner du plaisir. Mais principalement aussi pour survivre.

Il était exactement 12h quand un grondement se fit entendre autour de Sean. Le garçon se stoppa net en plein milieux du trottoir. Il se retourna brandissant sa guitare, prêt à l'abattre sur le malheureux qui voulait le dépouiller. Mais, dans son dos, seul un oiseau le regardait avec maintenant l'air de dire « C'est qui celui-là ? Il y'a vraiment des gens bizarres ici .. Il serait peut être temps que je retourne sur Paris moi » Ce n'était finalement que son ventre qui criait désespérément famine. Sean soupira avant de tapoter doucement son ventre et de se remettre en route. Ou se rendait-il ? Même lui ne le savais pas. Tout ce qu'il voulait, c'était trouver à manger. Mais encore, pour ça, il allait falloir qu'il trouve un peu de sous. Il avait gardait quelques économies en réserve de ces précédentes joutes musicales. Il en était exactement à 5 dollars tout pile. En somme, pas grand chose ... Mais assez pour se payer un petit truc à manger. Le garçon ne pouvait s'empêcher de penser au repas qu'il se serait fait dans son ancienne vie. A cette pensée, Sean passa sa langue sur ses lèvres secs. A cet instant, il venait d'arriver au bout de cette rue déserte qu'il pénait à traverser depuis maintenant cinq minutes. Le garçon s'appuya un instant contre la gouttière posait à quelques centimètres de lui, et leva la tête. Ce qu'il vit ? Hmm .. Un gros " M " jaune fluorescent et sur ce " M " un petit oiseau qui lui tendait l'aile en disant. « Allez ramène ta poire Sean, viens manger un bon Big Mac .. ». A ce moment là, je crois qu'on aurait pas pu faire plus heureux que le jeune homme. D'ailleurs ce dernier s'exclama a voix haute. « Bah tiens, tu me le demanderas pas deux fois..! » Il traversa alors la route qui le séparait maintenant du fast food jaune, et alors qu'il allait avec la plus grande excitation du monde, rentrer dans ce temple du bonheur gras, calorique mais tellement bon, son porte monnaie lança un "appel SOS " ... « Whooo coco, pas si vite , tu comptes t'acheter quoi exactement avec cinq dollars ? Une feuille de salade ? La cuillère du Mcfleury ? Pff .. » Sean lâcha alors la poignée de la porte, dépiter ... mais maintenant déterminer à chanter pour gagner sa croûte. Il laissa passer la dame derrière lui qui semblait presser et retourna sur ses pas. Le jeune blond s'installa sur une table situé à deux pas de la porte d'entrée. Il prit sa guitare, souffla un grand coup, sortit son plus beau sourire et entama sa chanson. C'était une composition personnelle qu'il avait écrit il y'a un mois de cela. Pour tout dire, cette chanson était la favorite des habitants de la place Bellefontaine. Sean l'avait intitulé : into the night ...


Quelques minutes après avoir terminé sa chanson, le garçon jeta un bref coup d'oeil à sa petite coupole posé à ses pieds. Plusieurs pièces se battaient en duel, mais l'argent était bien là. Etait-ce du à l'heure du déjeuner ? Sûrement, mais, Sean était déjà partit ailleurs... plus précisément, devant le comptoir du mcdo . Le garçon, avait bénéficié cette fois-ci d'une offre généreuse. Il venait de passer de cinq dollars à quinze dollars. Dans la file d'attente, un sourire venait d'apparaître sur le visage du garçon. Un sourire qui voulait en dire long .. La chance venait de lui sourire, pour une fois ! Quand le garçon arriva devant le comptoir, il n'arrivait toujours pas à réaliser qu'il allait enfin pouvoir manger. Quand il entendit « Bonjour Monsieur , que voulez vous ? » « Hein, oui, pardon .. excusez moi euuuuh .. ce que vous avez en fait ! » La serveuse se mit à rire et d'un air impatient fit. « Oui, mais ça va être un peu compliqué à servir ça Monsieur .. » Sean revint alors à lui. Il venait de se perdre dans l'immensité de tout les menus. Le temps où il mangeait avec ses amis "bourges" tout les mercredi au fast-food lui paressait bien loin maintenant ... Malgré cela, il parvint quand même à dire « Alors je prendrais un menu maxi best-of, avec un big mac et euuuh des potatoes, avec un coca s'il vous plait .. et ça sera tout ! » « Ca vous fera un totale de douze dollars cinquante monsieur s'il vous plait » A nouveau, un sourire arriva sur le visage de Sean, lorsque celui-ci sortit son porte monnaie. Le jeune homme, mit les pièces sur le comptoir, prit son plateau, remercia la serveuse et partit se mettre près du radiateur, dans le fond du restaurant. A peine eut'il poser son plateau, que le garçon se frotta les mains, et prit le temps de déguster la moindre sensation de chaleur, dans sa bouche encore bien sèche...


Dernière édition par Sean Maverick le Jeu 30 Aoû - 0:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] Empty
MessageSujet: Re: 03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ]   03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] EmptyDim 15 Avr - 21:16

11H50, CENTRE VILLE DE LIMA – Depuis quelques temps, l’hiver avait pointé le bout de son nez dans la petite ville de Lima. D’ailleurs ce fut l’un des plus rude que celle-ci n’ai jamais connu ; le vent y soufflait tellement fort qu’on le sentait jusque dans nos entrailles et le paysage, fade et maussade, arrivait à en déprimer plus d’un. Cependant, cette saison glaciale apportait malgré tout quelques avantages. L’une d’entre elle était la période des fêtes. Lima préparait alors pour l’occasion des décorations faites à la main à couper le souffle et les petites boulangeries du Vieux Quartier vendaient des petits sablées excellents et incontournables. Il y avait également les façades des petites boutiques isolées brillaient de mille feux et donnaient un côté féerique à la ville de Lima. Les passants pouvaient alors profitaient des vitrines étincelantes et illuminées du centre-ville et de l’odeur suave des nouvelles pâtisseries de Noël du Vieux Quartier.

On était samedi et le soleil brillait sur la ville. A vrai dire, ces rares rayons de soleil suffisaient à redonner le sourire à certains. Mais pas à tous.

En effet, aujourd‘hui, Adriana Marquez n’était pas d’humeur à rire. Elle marchait le long du trottoir de la place Bellefontaine et se dirigeait vers le centre. Le froid glacial lui paralysait les côtes mais elle ne s’en préoccupa pas car la seule chose à laquelle elle pensait c’était qu’elle venait de se faire larguer comme une vieille chaussette. Bien que ce fût une relation fictive, Adriana s’était trop attachée à cette relation. Chose qu’il ne fallait pas faire quand il s’agissait simplement d’une fausse relation. Pourtant, c’était elle-même qui avait répété à ce énième footballeur qu’il n’y aurait jamais aucuns sentiments entre eux. Eh bien cela s’appelait ; se faire prendre par son propre jeu. Car la jeune fille s’attacha réellement à celui-ci sans se rendre compte que ça ne pouvait être réciproque. Adrie ne se rendait certainement pas compte à quel point elle pouvait être naïve des fois.

Plusieurs émotions se traduisaient à travers son visage ; on pouvait voir de l’inquiétude, du dégoût, de la tristesse mais surtout de la colère. Adriana n’était pas trop du genre à dévoiler ses sentiments à tout le monde mais dans ce cas elle avait bien l’intention d’évacuer sa rage. Elle se rendait au plus proche fast-food qui se trouvait dans les environs pour pouvoir déprimer sur des frites bien grasses qui certes pourriront son régime mais la consoleraient mieux que quiconque.

12H04 CENTRE VILLE, MCDONALD’S - La jeune mexicaine se dirigea droit vers la caisse et commanda deux petites frites et un Veggie Burger car même si elle enfreindrait durant quelques heures son régime, elle n’enfreindrait pas le fait d’être végétarienne. Manger de la viande était pour elle comme un crime. C’était une des choses sur laquelle on ne pourrait pas la faire changer d’avis et ceux qui la connaissaient bien ne pouvaient pas dire le contraire.

Adriana prit son plateau et s’installa dans un coin isolé où elle serait sûre que personne ne l’entendrait. Oui car elle avait bel et bien l’intention de se plaindre à voix haute et toute seule en plus. Elle se sentait humiliée et honteuse. Comme avait-elle pu penser une seconde qu’une relation fictive allait se finir en une vraie relation de couple ? Impossible, tout simplement impossible. Adriana se sentit également bête car c’était elle qui était à la recherche d’un « faux » petit copain. Lui, il n’avait fait que suivre les règles d’une fausse relation et c’était exactement ce qu’il fallait faire mais Adrie, naïve et bête comme elle était, s’était laisser emporter par ce sentiment perturbant et inexplicable appelé amour.

Après avoir avalé plusieurs frites, elle entama son Veggie Burger et murmura, seule en pleurant abondamment :

- Ce n’est pas possible, comment a-t-il pu me larguer ainsi ? Suis-je si repoussante que ça ? Pff… de toute façon…

Elle avala sa bouchée et continua :

- … de toute façon ce n’était qu’un p*tain de footballeur, Adrie. Ne te laisse pas allez comme ça ! Il n’en vaut pas la peine. Des footballeurs de toute façon je peux en avoir autant que je veux …alors pourquoi lui ?! POURQUOI ???

Elle continua à se lamenter en lançant des « Pourquoi ? », « Ce n’est pas possible », « Je vaux mieux que lui » tout en pleurant comme une madeleine.

C’est alors qu’un jeune homme, plutôt charmant, s’installa près d’elle. Adriana ne semblait pas le connaitre mais se calma en le voyant prendre place. Il ne faudrait pas qu’elle soit prise pour une folle sortie d’un asile. Elle essuya ses larmes qui lui avaient laissé des coulées de mascara sur ses joues et continua à manger ses frites, plus tranquillement qu’avant. Le jeune blond était plaçait juste à côté d’elle, à moins d’un mètre environ. Ca la rendait nerveuse. Elle voulait être seule rien que pour pouvoir craquer un bon coup et se goinfrer à en devenir obèse mais avec un aussi beau jeune homme à côté d’elle, comment pouvait-elle se le permettre ?

Après avoir terminé son premier paquet de frites et son Veggie Burger, elle commença son second paquet avec une grosse boule dans le ventre. Il fallait absolument que tout ce chagrin sorte. C’est alors qu’Adriana éclata en sanglot. Le jeune homme semblait surpris et s’arrêta de manger tout en la regardant pleurer. Adrie voulut en placer une mais rien ne sortait de sa bouche. Son champ de vision était tout flou et elle suffoquait tel un petit enfant. Le jeune homme n’avait pas l’air de savoir quoi faire et Adriana le remarqua. Elle se calma un peu et lui dit très sincèrement :

- Je suis…je suis désolée… ne fais pas attention à moi... je suis pitoyable.

Elle se sentait tellement honteuse qu’elle pourrait tout de suite tout balancer au sol et crier qu’elle était malheureuse. Mais elle se retint, elle n’avait pas vraiment la force pour ce genre d’excès. Pour la première fois, la jeune mexicaine regarda le jeune blond dans les yeux. Ils étaient magnifiques mais elle resta muette. Elle s’était permis de le tutoyait pour la simple et bonne raison qu’il avait l’air d’être jeune comme elle comme n’importe quel lycéen mais elle ne se souvint pas de lui. « Il a déjà dû me prendre pour une folle, c’est foutu », se dit-elle. Le jeune homme avait l’air gentil et attachant mais il ne pouvait certainement pas aider Adriana Marquez dans ses problèmes de cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] Empty
MessageSujet: Re: 03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ]   03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] EmptyLun 16 Avr - 2:43

Alors que cette délicieuse frite, bien dorée, grillée à souhait mais surtout alléchante, allait directement se poser sur la langue du jeune blondinet, un gémissement proche mais surtout impossible à louper vint perturber son ...comment dire ... " rituel de la frite " . Une jeune fille, plutôt séduisante au premier regard, bien habillée, bien coiffée et qui semblait même plutôt aisée venait de fondre en larme sur sa nourriture encore toute chaude. Pas la nourriture de Sean , oh dieu non ! Sacrilège ! Mais bel et bien sur sa nourriture. Le garçon, qui, avait omis d'enlever sa capuche, ne pu s'empêcher de regarder cette jeune fille qui maintenant lui paressait tellement malheureuse. Ou alors désespérée. Ou peut être même les deux ... En tout cas, celui ou celle qui l'avait mis dans un tel état ne devrait pas être fier. Une fille aussi charmante ... Bien entendu que le jeune blond n'y était pas indifférent. Bon, c'est vrai qu'elle ne lui rappelait en rien son ex petite amie : Millow. Mais, il ne pouvait nier que cette jeune fille était tout à fait son genre de fille.


Tiens d'ailleurs, en parlant de filles ... La pensée de cette justement Millow lui revint à l'esprit. En même temps, comment pouvait t'il oublier une histoire aussi ... aussi ... marquante. Revenons un peu plus loin dans le passé. Pour être précis, en 2012. Sean avait alors seize ans. L'âge des premiers grands amours, sois disant. Toujours sous la "tyrannie" de ses parents, ce dernier s'était fait une petite amie au lycée. Elle s'appelait donc Millow. Une fille normale hein : Brune, yeux vert, de taille moyenne, assez bien friqué elle aussi .. enfin une fille de tout ce qu'il y'avait de plus banale pour lui à l'époque en tout cas. Et bien, un soir, alors que ses parents étaient partis voir un opéra ... Mademoiselle invita monsieur à un plateau télé " Made in Cresus " ou sous-entendu : " Viens chez moi, on va jouer au Monopoly " si vous voyez le truc .. Bref ! Il s'était donc rendu chez sa petite amie et ils avaient bien dîner devant un bon film de science fiction pour finalement commencer à jouer au Monopoly .. Tout allait bien, jusqu'au moment ou la panne survint. Quel dommage ! Sa voiture venait de tomber en panne .. Banqueroute, case départ sans recevoir 200 dollars , Finito ! Bien entendu, cela avait fortement déplus à mademoiselle qui s'empressa le lendemain de raconter cette jolie ( courte ) partie de Monopoly à tout le lycée en affichant une photo de la dite voiture en plein dans le hall ... Quel dommage ! Pour être sérieux ? Ce fut la plus grosse honte de toute sa vie. Et il n'était pas prêt de l'oublier. Ses parents ayant appris l'histoire, avait au moins eu la gentillesse de bien vouloir le faire changer d'établissement. Bah oui, ce n'était pas un problème pour des gens aussi riches qu'eux de trouver un énième lycée de "bourge" bien cher. Si Sean devait les remercier pour une seule et unique chose, c'était bien celle là...


Au simple souvenir de son nom, le blondinet eut un frisson désagréable. Il reposa donc sa frite dans le sachet avec toute les autres ( qui par ailleurs l'appelait désespérément en disant : mange moi Sean, mange moi ! ) ôta sa capuche ( et par la même occasion, son air de rebelle ) et se tourna légèrement vers cette jeune fille. A cet instant, il ne pouvait s'empêcher de penser au malheur qu'elle pouvait éprouver ... C'est vrai, que viendrais faire une fille toute seule dans un fast-food si ce n'est que pour soigner son chagrin en mangeant ? Généralement c'est plutôt les footballeurs qui emmène leur copine manger deux, trois cochonneries ici après un match ... C'est qu'elle devait être sérieusement malheureuse pour venir ici toute seul. Du moins pour Sean. En tout cas, le garçon ne pouvait supporter plus longtemps toutes ces larmes versés pour sûrement quelque chose ou quelqu'un qui n'en valait pas la peine. Pour le garçon, la vie est trop belle et trop courte ... on ne peut donc se permettre de s'arrêter en chemin pour pleurer. Car elle vaut la peine d'être vécu. Certes, pleurer, ça fait du bien, mais pour lui, c'est surtout une manière d'exprimer sa tristesse et ça, il ne pouvait l'admettre. Il s'élançait dans un élan de générosité mais surtout d'inquiétude pour .... être coupé par la jeune fille qui s'exclama.


« Je suis…je suis désolée… ne fais pas attention à moi... je suis pitoyable.»


Ah ! Que faire, de la culpabilité, en plus ... Qui pouvait donc être ce monstre ? Ah l'amour ... l'amour et ses nombreux soucis... Tout le monde se doit de passer par là de toute manière. Sean, essayant donc de garder tout son sérieux et sa crédibilité dans un rôle qu'il avait exercé à maintes reprises maintenant, prit des serviettes se trouvant sur son plateau et se mit à sécher les larmes de cette, on peut le dire, inconnue. « Sèche moi donc ça ! Des larmes sur un beau visage comme le tient, ça le fait pas je t'assure. » Il avait dit ça sur un ton plutôt sincère et rassurant afin d'essayer de calmer cette jeune fille qui de toute évidence, semblait étouffer à l'intérieur. Et là, Sean pouvait parfaitement le comprendre. Toujours dans son élan, le garçon lui essuya également ses lèvres pleines de sauces. « D'autant plus que la sauce, les larmes plus le rouge à lèvres, je ne sais pas toi mais moi .. j'aime pas trop le goût » Une petite pointe d'humour n'allait faire de mal à personne dans ce cas là. Le garçon jeta donc les papiers sur un coin de son plateau avant de se retourner vers son paquet de potatoes et de commencer à les manger une par une, comme si sa faim de tout à l'heure avait disparue, comme si le froid n'était plus qu'un lointain souvenir, comme si tout ses soucis venaient de s'envoler avec les larmes de cette fille. Rien n'était plus beau pour lui que le bonheur des gens et à cet instant, ce qu'il voulait, c'était de redonner le sourire à une fille qui visiblement en avait besoin. D'un sérieux déconcertant et tout en continuant d'engloutir ses potatoes, Sean parvint à dire entre deux bouchées. « Si tu veux, je peux t'écouter sans même prononcer un mot. Simplement entendre le son de ta voix. Je pense que ça peut te faire du bien non ? Si tu souhaites que je réagisse, je peux le faire, si tu ne veux pas, je ne le ferais pas ... Mais sincèrement, le meilleur moyen pour être triste, c'est de remettre en fond de soi sa peine. Crois-moi, je l'ai déjà fait et ça ne t'apporteras que de mauvaises choses ... C'est comme tu le sens miss ! » Et là, alors qu'il venait juste de terminer ce magnifique discours plein de sincérité et de bonne volonté, la dernière patate fit son apparition et la dernière larme fit par la même occasion, un dernier "sploutch" dans le for-intérieur de Sean qui la jeta sans pitié au fond de son gosier. Après cet acte odieux, le jeune homme se tourna vers la jolie brune, arborant son plus beau sourire et fit. « Au fait, moi c'est Sean ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] Empty
MessageSujet: Re: 03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ]   03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] EmptyDim 22 Avr - 2:41

12H11, MCDONALD’S – A cette heure-ci, le fast food était bondé. La plupart des lycéens, ceux qui ne mangeaient pas au self, venaient manger ici lors de la pause déjeuner et s’empiffraient de tout et n’importe quoi. C’était le genre de chose qu’Adriana ne comprenait pas. D’accord tout le monde pouvait aimer manger, être gourmand à la limite mais manger tous les jours au fast food en prétendant que le self n’était pas mieux, c’était carrément incompréhensible. Le self n’était peut-être pas très bon mais les aliments y étaient plus sains, et si on le voulait on pouvait apporter son propre repas. Adriana, étant une grande habituée des repas légers, se contentait chaque jour d’une salade de poulet assez généreuse de sorte à tenir le coup pour le reste de ses activités sportives. La jeune mexicaine avait compris depuis bien longtemps que les fast food n’étaient pas son truc. C’était bruyant, gras et ….pas son truc. Habituellement, toute cette ambiance ne lui plaisait pas. Adrie préférait les endroits plus calmes, moins commerciales.

Anormalement ce jour ci, Adriana s’était rendue à McDonald’s. Son petit copain l’ayant abandonné, elle se retrouvait seule, dévastée, furieuse, triste et enragée. Il fallait bien qu’elle noie son chagrin dans quelque chose et en ce qui la concernait elle préférait le noyer dans la nourriture que dans autre chose. Depuis plus de 10 minutes, elle se goinfrait sans faire attention à la manière dont elle était affalée sur sa table, pleurant à chaude larme, la bouche pleine. Ce n’était pas seulement sa façon de se tenir devant les autres qui lui faisait honte mais surtout sa façon de se tenir devant l’un des plus beaux garçons de Lima qui se tenait juste à côté d’elle. Effectivement, il était blond, cheveux courts et yeux bleus magnifiques. Elle n’osa pas penser une seconde qu’elle avait une chance avec lui, vu l’état dans lequel elle se trouvait. En se regardant dans le reflet de la vitre, elle se rendu compte qu’elle ne s’était jamais trouvée aussi laide. C’était la tristesse et le chagrin qui la rendait désagréable à voir car tout le reste était magnifique comme tous les jours.

Ce mystérieux garçon, qui avait pour l’instant eu la politesse de ne faire aucune remarque sur la façon dont Adriana sangloter, ne put s’empêcher de la regarder d’un air inquiet. A vrai dire, c’était un peu dur de ne pas réagir face à une lycéenne dévastée par le chagrin comme elle.

La mexicaine ne s’était jamais vraiment retrouvée dans cet état-là auparavant ; en même temps, c’était son premier chagrin d’amour. Elle n’aurait jamais cru que cette relation la déstabiliserait autant mais pourtant ce fut le cas…

Après une longue minute de sanglots, Adriana se calma. Le jeune blond s’empara d’une serviette en papier et essuya les larmes sur le visage d’Adrie. Celle-ci fut quelque peu étonnée par ce geste surtout de la part d’un étranger mais n’eut pas le courage de le rejeter. C’est alors que l’inconnu rétorqua, pour la première fois :

- Sèche moi donc ça ! Des larmes sur un beau visage comme le tient, ça le fait pas je t'assure.

Adriana esquissa un petit sourire qui ne dura pas et réalisa que c’était la chose la plus gentil qu’on ne lui avait jamais dite depuis bien longtemps. Elle voulut le remercier mais il la devança.

- D'autant plus que la sauce, les larmes plus le rouge à lèvres, je ne sais pas toi mais moi .. j'aime pas trop le goût.

Ce n’était plus un sourire mais carrément un rire. Adriana se surprit elle-même ; elle riait aux blagues d’un inconnu, un inconnu très canon mais ça en restait un tout de même. Cependant, Adriana le regardait cet étranger avec de grands yeux ; il était beau, attentioné et tellement gentil. Elle n’était même pas au courant qu’un garçon aussi parfait pouvait exister.

Adrie se rendit compte qu’elle ne lui avait jamais encore parlé, il n’avait jamais entendu le son de sa voix. Impatient, il dit alors :

- Si tu veux, je peux t'écouter sans même prononcer un mot. Simplement entendre le son de ta voix. Je pense que ça peut te faire du bien non ? Si tu souhaites que je réagisse, je peux le faire, si tu ne veux pas, je ne le ferais pas ... Mais sincèrement, le meilleur moyen pour être triste, c'est de remettre en fond de soi sa peine. Crois-moi, je l'ai déjà fait et ça ne t'apporteras que de mauvaises choses ... C'est comme tu le sens miss !

Elle ne le connaissait que depuis quelques minutes et elle le trouvait déjà fantastique. Pourquoi devait-elle le rencontre dans un fastfood, l’endroit le moins romantique de tous les temps, avec plein de ketchup sur la face ? Ce n’était décidemment pas son jour.

- Au fait, moi c'est Sean !

Adriana faillit fondre sur place en apercevant son magnifique sourire. A son tour, elle murmura timidement :

- Je suis Adriana Marquez.

Elle avait essayé d’arborer son plus beau sourire mais il n’y avait pas photo entre celui de Sean et le sien. Il y eut ensuite un court silence. Adriana n’était pas d’humeur très bavarde mais s’efforça de lui raconter cette pitoyable histoire, en épargnant les détails.

- Ce n’est rien d’important…c’est juste que… que je me suis fait jeté. Je me suis fait larguée comme une c*nne ! Mais tout ça est de ma faute, c’est …compliqué.

« Compliqué », c’est tout ce qu’Adrie avait réussi à dire. Effectivement, ça résumait bien sa situation. Mais elle ne voulait tout lui dévoiler. Lui dire qu’elle utilisait les footballeurs pour devenir populaire ? Était-ce une si bonne idée ? Que penserait-il d’elle ? Après tout, ces chances avec lui étaient nulles alors autant prendre des risques.

- En fait, ce n’était pas mon petit copain. On entretenait une fausse relation. Il est populaire, beau et footballeur et moi je suis populaire et cheerleader. Se mettre en couple était notre idée de sorte à devenir encore plus populaire. Ça se passe comme ça dans notre lycée. Mais… ce n’était pas une bonne idée. J’ai fini par comprendre que je m’attachais peut-être un peu trop à notre relation et que lui voulait en finir là. Me voilà célibataire ! Complètement dis-po-nible !, s’exclama-t-elle comme si elle s’adressait à tous les garçons du fast-food.

Adriana avait les larmes aux yeux. Toute cette histoire ne devait certainement pas intéresser Sean, c’est pourquoi Adrie rétorqua :

- De toute façon, ça ne doit certainement pas t’intéresser, je suis désolée, Sean. Je raconte ma vie à tout le monde.

Elle commença à remballer son paquet de frites qu’elle n’avait finalement pas l’intention de finir et lui arbora un sourire mignon qui signifiait « Excuse-moi d’être si idiote ! ». Elle finit par changer radicalement de sujet et lui demanda :

- Et…et donc… toi, tu es…tu es au lycée ? Je ne t’es jamais vu.

Elle était tellement timide, c’était mignon. Elle bégayait et on pouvait très bien voir qu’elle rougissait très légèrement. C’était trop adorable. Ce garçon, c’était la perfection incarnée alors pourquoi passer à côté ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] Empty
MessageSujet: Re: 03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ]   03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] EmptyLun 23 Avr - 17:11

Adriana Marquez ... C'était donc son nom. Plutôt jolie comme prénom. Elle devait sûrement être d'origine latine. Mexique, Espagne .. peut être Portugal, mais en tout cas, d'origine latine ! En tout cas, le garçon était presque sous le charme. Il ne manquait plus qu'elle soit célibat...

- En fait, ce n’était pas mon petit copain. On entretenait une fausse relation. Il est populaire, beau et footballeur et moi je suis populaire et cheerleader. Se mettre en couple était notre idée de sorte à devenir encore plus populaire. Ça se passe comme ça dans notre lycée. Mais… ce n’était pas une bonne idée. J’ai fini par comprendre que je m’attachais peut-être un peu trop à notre relation et que lui voulait en finir là. Me voilà célibataire ! Complètement dis-po-nible !, s’exclama-t-elle comme si elle s’adressait à tous les garçons du fast-food.


Et bah .. si Sean s'attendait à ça ! Bon, ok, il s'y attendait un petit peu. Toutes les filles, ou presque, du lycée à cet âge là cherche à devenir populaire au lycée. La popularité est comme le nirvana pour elles. La reconnaissance suprême. Et donc Adriana ne dérogeait pas à cette règle. Intéressant... En tout cas, toutes les chances de Sean pour la séduire venait d'être anéanti. Si elle voulait la popularité, ce n'était pas avec le chanteur des rues qu'il fallait aller. Ça, c'est sûr ! Sean continuait donc son hamburger en écoutant la jeune fille qui continuait a verser quelques larmes malgré tout. Alors comme ça, c'était une rupture ? Hmm .. toujours compliqué les ruptures mais surtout, plutôt dur à gérer mentalement. Le garçon connaissait ce sentiment de culpabilité envers sois-même, le fait de se sentir coupable de tout. Avant, lui aussi pensait comme Adriana. Il s'en voulait pendant des journées entières, culpabilisait durant plusieurs mois. Et avec le temps, Sean comprit que ça ne servait à rien de culpabiliser. C'était juste une perte de temps monumental mais surtout une manière de se rendre malheureux alors que ça n'en vaut pas la peine, puisqu'au fond, si il y'a une rupture, c'est que les deux n'étaient pas fait pour être ensemble. Donc au final, c'était plus une faute commune plutôt qu'une faute personnelle. Ca, Sean avait eu du mal à le comprendre, mais au final, il l'avait compris. C'est pour ça que quand la jeune fille se mit à culpabiliser, Sean sortit instinctivement le même discours qu'il avait sortit à toutes ses anciennes camarades de classe ou même ses quelques anciennes amies.

« Mais non, arrête de dire des conneries pareil Adriana. Si je peux me permettre de t'appeler comme ça bien entendu. Tu sais, j'ai pas eu beaucoup d'aventures dans ma vie .. deux voir trois pas plus. Elles ont toutes étaient sérieuses en revanche. Et ... je peux pas vraiment dire que j'ai connu ce que tu vis en ce moment, mais en quelques sortes, un peu quand même. Disons que j'était carrément déboussolé, complètement perdu et je m'en voulais à mort. Mais avec le temps, j'ai finis par comprendre qu'une rupture n'était pas une erreur personnelle mais plutôt commune. Pourquoi ça serait ta faute et non celle de ton conjoint ? Tu m'expliques ? Je trouve pas ça juste personnellement. Donc non tu est loin d'être conne et c'est loin d'être ta faute. C'est juste que vous n'étiez pas fait l'un pour l'autre. Et je pense que tu peux considérer ça comme une chance d'avoir rompu avec lui .. Parce qu'on ne force pas le destin, et tu aurais était malheureuse a vouloir rester avec un garçon comme lui. Bien que je ne le connaisse pas ce fameux beau et grand footballeur *rire* Je disais donc , considère ça comme une chance, car au moins, cette rupture t'auras appris des choses sur toi même, sur ta personnalité et sur plein d'autres facettes de toi que tu ignorais sûrement.. Et les erreurs que tu as faites aujourd'hui, grâce à cette rupture, tu ne les recommenceras plus demain. En gros bien joué quoi *clin d'oeil* La vie est faite pour qu'on en profite. Les erreurs, ça arrivent. L'important, c'est que tu ne les recommences plus pour profiter un max de ta sûrement merveilleuse vie, tu crois pas ? »

Whouaaaa. Sean n'en revenait pas lui même. Il ne réalisait même pas tout ce qu'il venait de dire. Pour preuve, c'est que ça venait directement du coeur. Tout était sincère et purement sortit de son expérience personnelle. Il avait dit tout ça, car il sentait Adriana dans le besoin de l'entendre. Sean ne savait pas si ça avait vraiment servie à grand chose tout ce qu'il venait de dire. Mais au moins, maintenant, il avait la conscience tranquille. C'était maintenant à la belle d'en faire ce qu'elle en désirait.

« Whoua, je sais pas toi, mais toutes ces belles paroles, ça me donne faim. J'ai pas mangé depuis trois jours en même temps ... Enfin, après tout ce que je viens de te dire, t'en fais ce que tu veux hein Adriana ! Je suis pas là pour te donner des leçons.»


Même si c'est un peu ce qu'il venait de faire inconsciemment. Quand la jeune fille se mit à dire que ça n’intéressait pas Sean de toute manière et qu'il fallait la pardonner de raconter sa vie à tout le monde. Sean termina sa bouchée et en arborant un large sourire, mis son doigt sur la joue d'Adriana en appuyant doucement en signe amical, comme pour la taquiner un peu avant de dire.

« Parce que tu me considères comme "tout le monde" ? Aha , arrête tes blagues, si je m'en foutais, je serais déjà partie rejouer de la guitare .. Mais en fait, il fait un peu froid dehors donc je squatte le chauffage de Mcdo .. J'ai une de ces flemmes aujourd'hui, si tu savais ..»

Sean essayait avec sa bonne humeur de calmer un peu Adriana mais également de la faire rire, ça lui changerait les idées après tout. Quand Sean s'aperçut que son repas était terminé, il lâcha une nouvelle larme dans son for intérieur et écouta les dernières paroles de la jeune fille qui d'un ton assez timide lui demanda s'il venait du lycée. Sean eu un petit soupir, toujours en souriant. Au moins, il avait toujours la tête d'un lycée, c'était bon signe pour les rides ça. Ahaha

« C'est normal, je suis arrivé y'a pas si longtemps que ça en ville. Ca doit faire maintenant cinq, six mois. Donc voilà. Non, je ne suis pas au lycée. Si j'avais continuer mes études, je serais à la FAQ actuellement. Mes bon .. j'ai coupé tout ce qui me reliait à ma vie d'avant. Et donc aujourd'hui, je chante dans les rues de Lima pour gagner de l'argent. Je suis SDF mais j'ai trouvé un refuge non loin d'ici. C'est une grande baraque inhabité, bon y'a pas de chauffage, mais ça suffit pour y passer mes quelques heures de sommeil ! C'est donc pour ça que tu ne me voie pas au lycée miss Marquez »

Sean lui fit un sourire, dont lui seul avait le secret. Un sourire qui voulait en dire long ...



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] Empty
MessageSujet: Re: 03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ]   03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] EmptyDim 13 Mai - 0:13

12H17, MCDONALD’S – Toujours assise à côté de Sean, Adriana inspectait ses frites. Elles étaient très grasses et Adrie se rendit compte qu’elle venait d’en avalait un paquet. Le dégoût l’envahit et elle se retint de ne pas tout renvoyer devant Sean. Elle était déjà assez humiliée de pleurer comme une mauviette devant lui alors vomir ne serait pas une bonne option si elle envisageait de le connaitre mieux. Justement, ce garçon avait l’air bien sympathique et avait même réussi à redonner le sourire à Adrie. Habituellement, la seule personne capable de cela c’était Hunter.

- Mais non, arrête de dire des conneries pareil Adriana. Si je peux me permettre de t'appeler comme ça bien entendu. Tu sais, j'ai pas eu beaucoup d'aventures dans ma vie .. deux voir trois pas plus. Elles ont toutes étaient sérieuses en revanche. Et ... je peux pas vraiment dire que j'ai connu ce que tu vis en ce moment, mais en quelques sortes, un peu quand même. Disons que j'étais carrément déboussolé, complètement perdu et je m'en voulais à mort. Mais avec le temps, j'ai finis par comprendre qu'une rupture n'était pas une erreur personnelle mais plutôt commune. Pourquoi ça serait ta faute et non celle de ton conjoint ? Tu m'expliques ? Je trouve pas ça juste personnellement. Donc non tu es loin d'être conne et c'est loin d'être ta faute. C'est juste que vous n'étiez pas fait l'un pour l'autre. Et je pense que tu peux considérer ça comme une chance d'avoir rompu avec lui.. Parce qu'on ne force pas le destin, et tu aurais était malheureuse a vouloir rester avec un garçon comme lui. Bien que je ne le connaisse pas ce fameux beau et grand footballeur *rire* Je disais donc , considère ça comme une chance, car au moins, cette rupture t'auras appris des choses sur toi même, sur ta personnalité et sur plein d'autres facettes de toi que tu ignorais sûrement.. Et les erreurs que tu as faites aujourd'hui, grâce à cette rupture, tu ne les recommenceras plus demain. En gros bien joué quoi *clin d'œil* La vie est faite pour qu'on en profite. Les erreurs, ça arrivent. L'important, c'est que tu ne les recommences plus pour profiter un max de ta sûrement merveilleuse vie, tu crois pas ?

De « sa merveilleuse vie » ? euhm ce n’était pas exactement ce qu’elle pensait mais bon… elle s’estimait chanceuse quelques fois. En tout cas, ça faisait bien longtemps qu’Adriana n’avait pas fait la connaissance d’un garçon si parfait. D’ailleurs au lycée c’était quasi impossible d’en trouver. Il y avait des exceptions bien sûr mais c’était très rare de trouver des personnes du genre. En posant cette question, Adrie avait pris le risque d’en savoir un peu plus sur Sean. Aborder un inconnu comme ça dans un fast food c’était un peu … inhabituel. Et pas du tout son genre. Mais pourquoi rater une occasion qui se présente ? Il était sympathique, gentil et réconfortant. Bizarrement, elle n’avait nullement envie qu’il s’en aille. Il avait réussi à lui esquisser un sourire et ce n’était franchement pas du gâteau avec Adriana. D’habitude, la jeune fille ignorait les inconnus car elle ne voulait pas se mêler de ce qui ne la regardait pas. Elle n’était pas du genre curieuse et je-fourre-mon-nez-dans-les-affaires-de-tout-le-monde comme Sunny, cette fouineuse de première. Non, Adrie était plutôt passive avec les inconnus et tant qu’ils ne venaient pas vers elle, elle les ignorait. Avec Sean, c’était différent car elle avait l’impression de parler à quelqu’un qu’elle connaissait parfaitement alors qu’en fait elle ne savait rien de lui. C’était étrange mais totalement compréhensible ; Sean avait essayé de lui remonter le moral et ça marchait plutôt bien. Adrie ne pouvait pas le laisser partir sans en connaître plus sur lui car elle l’aurait forcément regretté un jour ou l’autre.

Plus le temps passait et plus Adriana se détendait. Son mal de crâne avait cessé et son douloureux chagrin s’estompait progressivement grâce aux boutades de Sean. Ce garçon avait déjà de l’estime pour Adriana alors qu’ils venaient à peine de se rencontrer. Rien qu’en y pensant, la mexicaine riait. C’était assez amusant n’empêche de parler à des inconnus comme si on parlait à un ami. En songeant au visage de Hunter, son meilleur ami, elle ne put s’empêcher de pouffer en le revoyant dans sa tenue de mascotte. Un vrai comique celui-là ! Le visage d’Adriana s’illuminait de plus en plus à chaque compliment que lui faisait Sean. Elle avait les joues pourpres et essayait à tout prix de ne pas croiser le regard du garçon afin de ne pas perdre l’esprit ni la raison. Son visage était froid et ses mains étaient moites. Elle avait perdu le contrôle d’elle-même et ne songeait plus à réfléchir à sa manière de se comporter. Après tout, Sean ne connaissait que la vraie Adriana, il n’y avait aucune raison qu’elle se cache.

- Whoua, je sais pas toi, mais toutes ces belles paroles, ça me donne faim. J'ai pas mangé depuis trois jours en même temps ... Enfin, après tout ce que je viens de te dire, t'en fais ce que tu veux hein Adriana ! Je suis pas là pour te donner des leçons.

Depuis trois jours ? Soit il était au régime soit …. Euh non en fait elle ne savait pas et évita une énième question pour éviter d’être trop indiscrète. Tandis qu’Adriana se demandait si ce garçon pouvait bien avoir un défaut, lui se contentait de répondre à ses questions.

- Parce que tu me considères comme "tout le monde" ? Aha , arrête tes blagues, si je m'en foutais, je serais déjà partie rejouer de la guitare .. Mais en fait, il fait un peu froid dehors donc je squatte le chauffage de Mcdo.. J'ai une de ces flemmes aujourd'hui, si tu savais..

Le chauffage du McDo ? Adrie n’y comprenait décidemment plus rien mais n’essaya pas davantage. Elle avait carrément dépassé les limites de la discrétion et se contenta seulement de hocher la tête en souriant bêtement.

- C'est normal, je suis arrivé y'a pas si longtemps que ça en ville. Ça doit faire maintenant cinq, six mois. Donc voilà. Non, je ne suis pas au lycée. Si j'avais continué mes études, je serais à la FAQ actuellement. Mes bon .. j'ai coupé tout ce qui me reliait à ma vie d'avant. Et donc aujourd'hui, je chante dans les rues de Lima pour gagner de l'argent. Je suis SDF mais j'ai trouvé un refuge non loin d'ici. C'est une grande baraque inhabité, bon y'a pas de chauffage, mais ça suffit pour y passer mes quelques heures de sommeil ! C'est donc pour ça que tu ne me voie pas au lycée miss Marquez.

SDF ?! Adriana tomba des nues. Elle n’aurait jamais mais vraiment jamais imaginé une telle chose. Sean avait l’air plutôt bien habillé et en « bon état ». Il n’avait pas du tout l’air d’un SDF. Adriana, choquée par cette nouvelle, essaya tout de même de ne pas se montrer trop étonnée par pur politesse. Elle laissa écouler de nombreuses secondes avant de réagir. Elle se racla la gorge puis commença à parler, la voix cassée et tremblotante.

- Euh pour tout te dire je ne m’y attendais pas du tout… Je veux dire tu as l’air tellement …

Elle s’interdit de dire « normal » ; ça l’aurait mise encore plus mal à l’aise et lui aussi. Adrie détourna alors son regard du sien et modifia sa phrase de sorte à ce qu’il ne remarque pas cette inattention.

- Enfin non. J’aurais plutôt cru que tu étais lycéen tu vois ? C’est assez inhabituel de voir un jeune garçon arrêter ses études si tôt et vivre dans une vieille bâtisse sans chauffage ? ça doit être dur de vivre ainsi, non …? T'as l'air plus d'un lycéen comme...

" Putain Adriana ! Arrête de dire "normal" et sois polie", pensa-t-elle. Elle n’en rajouta pas de peur de le vexer ou bien de le mettre mal à l’aise. La situation était déjà bien assez étrange, elle n’allait pas en rajouter une couche avec ses indiscrétions. Mais une question lui trottait dans la tête : comment Sean s’était-il retrouvé dans la rue ? Sans réfléchir, la mexicaine lui demanda.

- Je ne voudrais pas être indiscrète mais comment t’es-tu retrouvé dans la rue ? Enfin … tu n’as pas de famille ?

Adriana venait de regretter ses paroles. C’était carrément indiscret, oui c’était le cas de le dire. Sean par contre n’avait pas l’air si gêné, il avait l’air détendu et répondre à ce genre de questions n’avait pas l’air de l’embêter plus que ça. Tant mieux ! Adriana n’aimait pas les garçons trop sur les nerfs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] Empty
MessageSujet: Re: 03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ]   03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] EmptyMar 24 Juil - 3:39

Quelques part, Sean s'attendait à une telle réaction de la part d'Adrianna. C'est vrai que ces temps-ci, pas mal de gens dans la rue se méfiait de lui. Ou plutôt en général : des SDF ! C'est pour ça que les quelques secondes qu'elle laissa avant de réagir ne le génèrent pas plus que ça. Au contraire, il se sentit rassurer. Sa réaction prouvait au moins qu'elle était sincère et non pas hypocrite comme la plupart des gens que Sean avait rencontré et qui connaissait sa situation. La plupart du temps, il avait le droit à la réaction basique : " Non ! T'est pas sérieux ? Comment ça se fait ? C'est pas logique, pourquoi un gars comme toi ? ". D'ailleurs, le garçon prenait maintenant un malin plaisir à répondre en sanglotant : " Eh oui .. un gars comme moi quoi ! La vie est tellement injuste, pourquoi tant de haine ? ". Alors certes sa paraissait tellement gros a ses interlocuteurs, mais c'était tellement jouissif pour lui qu'il n'y faisait même pas attention. Et si ces gens là venaient à penser qu'il se fout de leur tête, et bien qu'il le pense. Un ami de plus ou de moins .. Comme on dit, un de perdu, dix de retrouver non ? Pourquoi s'entourer de personnes hypocrite envers sois-même ? Donc, quand Adrianna se mit à lui dire d'une voix tremblotante qu'elle ne s'y attendait pas le moins du monde et que Sean avait l'air de quelqu'un de tout à fait ... cette arrêt soudain qu'elle effectua dans sa phrase n'eut pas le temps de durer longtemps puisque le blondinet repris directement.

« Normal ? Aha »

Sean eu un tout petit rire quand à la réaction de la jeune fille. Qui continuait d'ailleurs, de sa voix tremblotante comme si elle voulait éviter de faire du mal à Sean ou éviter de le vexer. Elle sembla modifier sa phrase pour encore une fois finir sur un non dis.

« Comme les autres ? Ça me fait plaisir Adrianna... »

Enfin, pour terminer sa phrase, Adrianna fit allusion à ce que Sean redoutait le plus : Sa famille. Mais pour autant, elle le fit à ses yeux sans aucune indiscrétion. Il était évident que la jeune fille allait poser des question après ce qu'elle venait d'entendre. Le garçon aurait sûrement fait la même chose dans sa situation. A vrai dire, il ne se sentait pas mal à l'idée de parler de sa famille, mais plutôt à l'idée de ressasser le passé. C'était quelques chose dont le garçon avait horreur, mais qui maintenant semblait inévitable.. Sean regardait Adrianna quand elle prononça le mot : " famille " .

« Une famille ... Hmm »

Le blondinet fit un bref sourire en secouant la tête, il détourna alors sa tête des yeux d'Adrianna et posa ses deux mains sur la table. Son regard se perdit alors à travers la fenêtre situé devant lui. Il se mit alors à expliquer sa situation à la jeune fille.

« Si, bien sûr que j'en ai une ... mais disons que je l'ai complètement oublié. Il y'a deux ou trois ans, je ne m'en rappelle plus exactement, j'ai quitté la vie luxueuse que je menait avec mes parents dans le Texas. J'avais tout pour moi .. tout ce que je désirais, je l'avais. J'était brillant et j'avais un avenir traçé à l'avance... Je n'avais plus qu'à suivre le chemin pour arriver au succès, sans faire aucun effort. Mais ce n'est pas la vie dont je rêvais. Etant sous leur emprise totale, je ne pouvais continuer à vivre plus longtemps comme ça. J'ai donc décidé de quitter cette espèce de prison doré, suite au violentes menaces de mon père ... Ils ne pensaient qu'à leur argent et ne m'aimaient pas. Je suis partit sans rien, si ce n'est le strict nécessaire à ma survie ainsi que ma moto.. Que j'ai d'ailleurs perdu au bout d'un mois. Voilà Adrianna, tu sais quasiment tout du simple gars que je suis..»

Les mots eurent du mal à sortir, mais parvinrent tout de même à trouver le chemin malgré cette haine et cette tristesse persistante. Adrianna savait désormais une grande partie de l'histoire que Sean trimbalait sur son dos. Une fois qu'il eu terminé, il marqua une courte pause avant de soupirer et de replonger son regard vers la jeune fille.

« En tout cas, je te remercie d'être sincère et entière avec moi. Toi au moins, tu m'as dit ce que tu pensais même si tu n'as pas voulu prononcer le mot. Plein de personnes sont hypocrite avec moi quand il me rencontre. Donc merci pour ça.»

Il marqua une nouvelle pause avant de finalement dire

« Tu sais Adrianna ... Je pense qu'aujourd'hui, j'ai vraiment fait une superbe rencontre ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] Empty
MessageSujet: Re: 03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ]   03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] EmptyVen 27 Juil - 23:16

12H24, MCDONALD’S – Le contexte était tout de même assez bizarre. Une jeune fille pétée de tune, jolie et garce par-dessus le marché, faisait connaissance avec un sans-abri qui a quitté le domicile familiale mais qui avait quand même la tête d’un bourge. Pour Adriana c’était une situation très embarrassante. Ce mec s’appelait Sean, il était vraiment pas mal physiquement et très poli mentalement. Ce n’était pas vraiment le genre d’Adriana qui préférait les bad boys mais ça pouvait le faire mais sa réputation en prendrait un sale coup tout de même. En tout cas, elle n’y songeait pas pour le moment. Même si Sean lui semblait bien gentil, Adrie n’était sortie qu’avec des bourges pouvant facilement rivaliser avec des mannequins Calvin Klein. D’autant plus qu’elle était riche à craquer, qu’elle collectionnait les sacs Chanel et qu’elle adorait la popularité. Tout le contraire de Sean qui lui ne mangeait même pas à sa faim. Adriana eut tout de même un pincement au cœur lorsqu’elle apprit que ces quelques frites étaient son seul « repas » de la journée. Elle qui était bénévole active au sein de la LPA, n’hésiterait pas une seule seconde à l’aider, surtout en plein hiver ! « Mais qu’est-ce que tu dis ?! Tu n’as pas à me dire merci, c’est tout à fait normal, Sean ! Moi aussi j’ai fait une superbe rencontre et si jamais on se croise, on pourra de nouveau discuter si tu veux », expliqua calmement Adriana afin qu’il comprenne que ce n’était pas un crime d’être SDF. Elle prit une petite seconde de réflexion avant de chercher dans son sac Louis Vuitton, qu’elle avait honte d’afficher devant Sean (mais elle était riche et elle n’y pouvait rien). Elle s’empara alors d’une grande pochette qui était en fait son portefeuille, elle en sortit une petite « carte de visite ». Adriana afficha un grand sourire qui voulait dire surtout-accepte-et-ne-me-remercie-pas. Cette carte était en réalité la carte sur laquelle était marquée l’adresse de l’association d’Emma Pillsbury, la LPA, qui aidait et logeait les sans-abris. Sur la table entre deux paquets de frites, Adrie fit glisser la précieuse carte de la LPA. Sans réfléchir plus, elle prit la main de Sean, l’ouvrit et déposa discrètement un billet de 50$, puis elle referma sa main. 50$ c’était tout ce qui lui restait sinon elle lui en aurait donné plus. Mais elle jugeait que c’était largement assez s’il comptait se rendre à la LPA. En tout cas, c’est ce qu’elle espérait. Avant même que Sean ne refuse ou rechigne ou quoi que ce soit, Adriana garda sa main fermée. « S’il te plait, fais-moi plaisir et garde les. A part ça, voici la carte de la Lima’s P Association qui aide ceux qui n’ont pas de logements. Tu pourrais y rester un bout de temps jusqu’à ce qu’on te trouve un logement. Je ne t’oblige à rien évidemment mais je veux simplement t’aider, Sean. Je crois que tu sais que je ne suis pas pauvre … mais j’espère que ça ne suffira pas à nous éloigner. », Déclara Adriana d’un ton assez calme et rassurant pour qu’il accepte son billet et la carte. Elle qui n’avait jamais connu la pauvreté essayait de se mettre à la place du pauvre Sean pendant quelques secondes. Elle se rendait compte de la chance qu’elle avait même si Sean avait quitté le domicile familial volontairement. « Bon eh bien, j’espère pouvoir te revoir un jour Sean. Je sais que ça ne fait pas longtemps qu'on se connait mais je t’aime bien. », Déclara-t-elle nerveusement. Elle lui fit un grand sourire sincère accompagné d'un clin d'oeil puis déposa son plateau. Elle s’en alla heureuse. Qui aurait-cru qu’elle en ressortirait avec le sourire ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] Empty
MessageSujet: Re: 03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ]   03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] EmptyJeu 30 Aoû - 0:38

Quand Sean vit la tournure que prenait la situation, il commença à être gêner. Plus que gêner même, embarrassé ! Ce sentiment ne lui était plus arrivé depuis maintenant bien longtemps et du coup, le petit blondinet n'en menait pas large face à Adrianna. Pourtant, il venait de se rencontrer il y'a moins d'une heure seulement mais déjà le garçon se sentait mal à l'aise. Enfin plutôt à ce moment précis, vu qu'au début de la discussion, c'était lui même qui tentait de consoler la jeune fille. Sean avait pourtant beau chercher, il n'arrivait pas à savoir ce pourquoi il était mal à l'aise. Peut-être était-ce ce sourire ravageur de la jolie brune. Sûrement, mais Sean, à ce moment précis, n'osait pas se l'avouer.

Quand le garçon vit Adrianna sortir une grande pochette de son sac, il ne fut pas étonné de voir autant de richesse. Peut-être parce que finalement, il connaissait cette situation là et l'avait déjà vécue. Même si lui, étant jeune n'aimait pas se présenter comme étant riche, ses camarades pouvait le voir facilement à sa tenue, à ses affaires ou encore même à son portable. Tout était de marque chez lui. Si bien qu'on aurait plus dit un sapin de noël qu'un être humain. En voyant Adrianna, Sean se retrouva en sa personnalité. L'espace d'un instant, il se revit dans son ancienne vie. Un court instant qu'il oublia rapidement en se secouant la tête. Ce petit flash-back venait de lui rappeler à quel point il ne voulait plus de cette vie. Mais, alors qu'il sortait d'une vision assez désagréable de sa vie, Adrianna le prit au dépourvu et lui glissa un billet de 50 dollars dans sa main impuissante, faisant par ailleurs, resurgir une nouvelle fois le mal-être du garçon qui se mit à bafouiller.

« Adrianna, c'est gentil de ta part mais ... »

Mais il n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'elle lui expliqua à quoi servait la carte. C'était en fait les coordonnées d'un centre pour les sans-abris situé dans Lima. Le garçon regarda la carte d'un air étonné et en même temps embarrassé. Il ne savait plus quoi dire et même si il avait su, il n'aurait pas pu le faire puisque la jeune fille poursuivit ses explications.

« Je crois que tu sais que je ne suis pas pauvre … mais j’espère que ça ne suffira pas à nous éloigner. »

Cette phrase résonna dans la tête du garçon l'histoire de quelques secondes. Maintenant, pour lui, c'était clair et net, il tenait à revoir Adrianna. Il ne savait pas encore comment, ni quand, mais il désirait la revoir. Quand la jeune fille, se leva et lui adressa une dernière phrase lui disant, qu'elle l'aimait bien, accompagné d'un sourire et d'un clin d'oeil, Sean cru qu'il allait fondre sur place. Son coeur se mit alors à battre tel un moteur de Ferrari. La preuve était là, il ne pouvait pas le nier. Il reste quelques secondes assied à la table, rendant le sourire à Adrianna qu'il regarda s'éloigner sans la moindre réaction. Soudain, dans un élan d'émotions, le garçon se leva brusquement de la table, attirant deux ou trois regards par la même occasion, et courut vers la porte du restaurant en disant

« Et comment je pourrais te ... »

Sa phrase n'eut malheureusement aucun destinataire. Le blondinet soupira alors

« ... revoir »

Il tourna alors les talons et alla doucement se rasseoir à la table du fond. D'un air pensif, il posa un coude sur la table, prenant par la même occasion une frite qui restait sur la table. Son regard se perdit alors à travers le paysage glaçial de Lima. Sean le savait désormais, et il ne pouvait plus le nier, il venait de tomber... amoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] Empty
MessageSujet: Re: 03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ]   03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

03. Coup de foudre au fast-food [Terminé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glee RPG :: 
Archives
 :: Archives Saison 2 :: Episode 3
-